Vous êtes sur la page 1sur 3

Madras (tissu)

Pour les articles homonymes, voir Madras.

Cet article est une ébauche concernant les techniques, les sciences appliquées ou
la technologie.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations
des projets correspondants.

Mouchoir à motif Madras

Le madras est une étoffe à chaîne de soie et à trame de coton, de couleurs vives, originaire de la
ville de Madras, l'actuelle Chennai, capitale de l'État de Tamil Nadu en Inde du Sud.
C'est un tissu de fibres de bananier, puis de coton et de soie, aux fils de couleurs vives formant
des carreaux ou des rayures.
Par extension, le madras est un fichu coloré souvent porté par les femmes créoles, à partir de la
colonisation par les Européens, auXVIIe siècle, de certaines îles comme pour la France,
les Antilles et l'Île de la Réunion; et pour les Anglais, les "West Indies et Mauritius".
Ce coton léger, de texture simple, se froisse facilement. Il est tissé en plusieurs couleurs qui
forment des carreaux ou des dessins, et sert surtout pour des vêtements courants.

Origines[modifier | modifier le code]


Le madras était originaire des Indes. Il résultait du tissage artisanal de fibres de bananier, puis de
coton, plus solide, et dégageait une odeur particulière. On faisait une distinction entre d'un part le
madras, tissé avec des fils plats, et aux coloris vifs et variés (rouge, bleu foncé et rose - le rose
étant en fait un croisement de fils rouges et de blancs), de l'autre le mouchoir, tissé avec des fils
retors, venus d'Angleterre. Le long de la lisière, le madras comme le mouchoir des Indes
présentaient des petits trous faits par les pointes qui tendent le tissu sur le métier. La distance
entre deux trous s'appelle, aux Antilles, un "coujou" : et, pendant longtemps, on a acheté la
pièce de madras par "coujous".
Le mouchoir coûtait deux fois moins cher que le madras, et, comme les couleurs étaient plus
ternes, il a fallu trouver un moyen de le rendre plus attrayant, d'où le travail du calendage. Le
calendage consistait à peindre toutes les parties roses avec un mélange de gomme arabique et
de jaune de chrome.
Il est probable que le tissu vienne à l'origine de Palicat (ou Pulicat), à proximité de Madras, on
parle de « mouchoirs de Paliacate ». On lui aurait donné par la suite le nom de la plus grande
ville de la région, région qui se nommait elle-même Madras (ou plus exactement, Présidence de
Madras). Mais le tissu fut aussi fabriqué dans la ville de Madras, notamment pour l'exportation.
Quant à savoir si ce tissu apparaît dans les colonies dès le XVIIe siècle, c'est peu probable, car le
mot n'est attesté en français qu'à la fin duXVIIIe siècle. A moins qu'il ne s'agisse d'exportation de
Palicate, nommé par la suite Madras.
Nouveau nom pour la ville Madras. De nos jours (en 1996) cette ville a été
rebaptisée Chennai par le gouvernement. À l’époque, vers 1639, année où est créée la ville de
Madraspattinam par les colons anglais pour y implanter un avant-poste de la British East India
Company, cette ville était un tout petit village de pêcheurs qui avait l’honneur d’être située sur la
deuxième plus longue plage du monde : 'Marina beach', ainsi appelée par les colonisateurs
anglais.

« Cependant le bruit s'étant répandu dans l'île que la fortune avait visité ces rochers, on y vit
grimper des marchands de toute espèce. Ils déployèrent, au milieu de ces pauvres cabanes, les
plus riches étoffes de l'Inde; de superbes bazins de Goudelour, des mouchoirs de Paliacate et de
Mazulipatan, des mousselines de Daca, unies, rayées, brodées, transparentes comme le jour,
des baftas de Surate d'un si beau blanc, des chittes de toutes couleurs et des plus rares, à fond
sablé et à rameaux verts. Ils déroulèrent de magnifiques étoffes de soie de la Chine, des lampas
découpés à jour, des damas d'un blanc satiné, d'autres d'un vert de prairie, d'autres d'un rouge à
éblouir; des taffetas roses, des satins à pleine main, des pékins moelleux comme le drap, des
nankins blancs et jaunes, et jusqu'à des pagnes de Madagascar. »
— Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie -
description idyllique de la vie à l'île Maurice.

Voir aussi[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

 Indienne
 Palempore
 Adieu foulard, Adieu madras

 Portail du textile

 Portail de l’Inde

 Portail de la Caraïbe

 Portail de Maurice
Catégories :
 Étoffe de soie
 Étoffe de coton
 Chennai
| [+]
Menu de navigation
 Créer un compte

 Se connecter
 Article
 Discussion
 Lire
 Modifier
 Modifier le code
 Historique
Lire

 Accueil
 Portails thématiques
 Article au hasard
 Contact
Contribuer
 Débuter sur Wikipédia
 Aide
 Communauté
 Modifications récentes
Faire un don
Imprimer / exporter
 Créer un livre
 Télécharger comme PDF
 Version imprimable
Outils
 Pages liées
 Suivi des pages liées
 Importer un fichier
 Pages spéciales
 Adresse de cette version
 Information sur la page
 Élément Wikidata
Citer cette page
Autres langues
 English
 Svenska
 தமிழ்
Modifier les liens
 Dernière modification de cette page le 19 avril 2015 à 23:14.
 Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons paternité
partage à l’identique ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions
d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation
des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., organisation de
bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des États-Unis.