Vous êtes sur la page 1sur 62

J5

Risk Management (Management des Risques SHE)

SÉCURITÉ DES SYSTÈMES - ANALYSE DE RISQUES -2


MÉTHODES D'ANALYSE DE RISQUES
Ingénieurs en
Sécurité Industrielle

I - OBJECTIFS - INTÉRÊTS DES MÉTHODES D’ANALYSE DE RISQUES................................ 1


1 - Concept de base .......................................................................................................................... 1
2 - Objectif général des méthodes d'analyses de risques ................................................................. 1
3 - Réglementation des sites industriels à hauts risques ..................................................................1
4 - Étude de dangers .........................................................................................................................4
5 - Résultats attendus .......................................................................................................................6
6 - Principales méthodes utilisées .....................................................................................................7
7 - Intérêts des méthodes d’analyse de risques ................................................................................8

II - ANALYSE PRÉLIMINAIRE DES RISQUES .............................................................................. 9

1 - Objectif .........................................................................................................................................9
2 - Mise en œuvre de la méthode .....................................................................................................9
3 - Points principaux pris en compte dans les fiches guides ............................................................. 9
4 - Différents types de fiches à établir ...............................................................................................9
5 - Intérêt et limites de la méthode .................................................................................................. 10

III - CHECK-LISTS......................................................................................................................... 17
1 - Objectif .......................................................................................................................................17
2 - Mise en œuvre de la méthode ...................................................................................................17
3 - Documents de base nécessaires ...............................................................................................17
4 - Intérêts et limites de la méthode ................................................................................................ 17

IV - HAZOP ou ÉTUDE DE SÉCURITÉ SUR SCHÉMAS DE CIRCULATION


DES FLUIDES ......................................................................................................................... 22
1 - Objectif .......................................................................................................................................22
2 - Mise en œuvre de la méthode ...................................................................................................22
3 - Constitution de l’équipe pluridisciplinaire.................................................................................... 22
4 - Paramètres de fonctionnement .................................................................................................. 23
5 - Déviations - Mots clés ................................................................................................................ 23
6 - Déroulement de la méthode HAZOP.......................................................................................... 24
7 - Intérêts et limites de la méthode ................................................................................................ 25

Ce document comporte 62 pages


SE MAN - 00697_A_F - Rév. 4 14/09/2005

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


II
J 5 -2
V - MÉTHODE “WHAT-IF” ............................................................................................................ 29

1 - Objectif .......................................................................................................................................29
2 - Mise en œuvre ...........................................................................................................................29
3 - Intérêts et limites de la méthode ................................................................................................ 29

VI - MÉTHODE C.C.C. ................................................................................................................... 31


1 - Objectif .......................................................................................................................................31
2 - Mise en œuvre ...........................................................................................................................31
3 - Intérêts et limites ........................................................................................................................ 31

VII - ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE, DE LEURS EFFETS


ET DE LEUR CRITICITÉ (AMDEC) ........................................................................................ 33
1 - Objectif .......................................................................................................................................33
2 - Mise en œuvre de la méthode ...................................................................................................33
3 - Intérêts et limites ........................................................................................................................ 33

VIII - ARBRE DE DÉFAILLANCES .................................................................................................. 36

1 - Objectif .......................................................................................................................................36
2 - Mise en œuvre de la méthode ...................................................................................................36
3 - Symbolisme simplifié.................................................................................................................. 37
4 - Calcul des probabilités d’occurrence et de l’événement indésirable .......................................... 38
5 - Intérêts et limites ........................................................................................................................ 40

IX - CHOIX DE LA MÉTHODE D’IDENTIFICATION DES RISQUES ............................................ 43

X- ANALYSES DE RISQUES DES TÂCHES COURANTES ....................................................... 46

1 - Objectif .......................................................................................................................................46
2 - Mise en œuvre de la méthode ...................................................................................................46
3 - Organisation et suivi pour les tâches répétitives ........................................................................47
4 - Limites et intérêts de la méthode ...............................................................................................47

XI - GESTION DES MODIFICATIONS........................................................................................... 51


1 - Risques liés aux modifications ...................................................................................................51
2 - Maîtrise des modifications.......................................................................................................... 51

XII - QUANTIFICATION DES RISQUES......................................................................................... 55

XIII - ÉLÉMENTS IMPORTANTS POUR LA SÉCURITÉ ................................................................. 55

1 - Réglementation .......................................................................................................................... 55
2 - Définition .................................................................................................................................... 55
3 - Processus de détermination des éléments IPS..........................................................................57
4 - Exemple de méthodologie de définition des exigences des éléments IPS ................................ 58

XIV - MÉTHODES ET MOYENS D’INTERVENTION ....................................................................... 59


1 - Plan d’opération interne (POI) - Plan particulier d’intervention (PPI) ......................................... 59
2 - Protection incendie .....................................................................................................................59

XV - MAÎTRISE DE L’URBANISATION........................................................................................... 60

XVI - EN CONCLUSION................................................................................................................... 60

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


1
J 5 -2

I- OBJECTIFS - INTÉRÊTS DES MÉTHODES D’ANALYSE DE RISQUES

1- CONCEPT DE BASE
Les risques doivent être identifiés et analysés avant les "accidents".

2- OBJECTIF GÉNÉRAL DES MÉTHODES D'ANALYSES DE RISQUES


APPRÉCIER LE NIVEAU DE DANGEROSITÉ (risques et conséquences) d’une installation.
DIMINUER LES RISQUES TECHNIQUES À LA SOURCE, pour :
- ASSURER et AMÉLIORER EN CONTINU :
• la protection de l’exploitant
• la protection de l’environnement et des populations
• la qualité de la production
• la fiabilité de l’outil
- SE CONFORMER À LA RÉGLEMENTATION
- FAIRE DES INVESTISSEMENTS APPROPRIÉS AU NIVEAU DE RISQUE

3- RÉGLEMENTATION DES SITES INDUSTRIELS À HAUTS RISQUES


a - Objectifs

L’ “AUTORISATION D’EXPLOITER” UNE INSTALLATION INDUSTRIELLE À HAUTS RISQUES


NÉCESSITE UNE PROCÉDURE ADMINISTRATIVE POUR :

- imposer à l’industriel une réflexion approfondie sur les risques et nuisances de


l’installation et les moyens à mettre en œuvre pour y remédier
- fournir à l’administration les éléments lui permettant de fonder sa décision d’autorisation
et d’établir les prescriptions techniques jugées utiles
- permettre une bonne information du public et des élus
- fournir les éléments nécessaires aux administrations pour la maîtrise de l'urbanisme
avec notamment l'établissement du Plan de Prévention des Risques Technologiques
(PPRT)

OUTIL D'INFORMATION
POUR LE PERSONNEL,
LES ÉLUS, LE PUBLIC
OUTIL DE DIALOGUE
OUTIL DE RÉFLEXION TECHNIQUE ET DE DÉCISION
POUR L'INDUSTRIEL INDUSTRIEL ADMINISTRATION

D'AUTORISATIO N
D E MANDE D'EXPLOITER
D SEC 2032 A

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


2
J 5 -2

b - Déroulement d'une demande d'autorisation d'exploiter

INDUSTRIEL

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITER


INFORMATION
D'UNE INSTALLATION NOUVELLE
DU CHSCT
OU EXISTANTE

ÉTUDE DE LA DEMANDE PAR


DRIRE / PRÉFET

RÉUNION D'INFORMATION
ET D'ÉCHANGE ENQUÊTE PUBLIQUE
ÉLUS / PUBLIC

INFORMATION
DU CHSCT

RÉUNION DU COMITÉ D'HYGIÈNE


DÉPARTEMENTAL

ARRÊTÉ PRÉFECTORAL INFORMATION


D'AUTORISATION D'EXPLOITER DU CHSCT

MAÎTRISE DE
INFORMATION PLANS D'URGENCE
L'URBANISATION

PUBLIC C.L.I.C. P.P.R.T.


POI - PLAN D'OPÉRATION INTERNE
COMITÉ LOCAL PLAN DE PRÉVENTION
PPI - PLAN PARTICULIER D'INTERVENTION
D'INFORMATION ET DES RISQUES
PSS - PLAN DE SECOURS SPÉCIALISÉS
DE CONCERTATION TECHNOLOGIQUES

– DOCUMENTS D'URBANISMES
D SEC 1375 A

– PLAN D'OCCUPATION DES SOLS (POS)


– SERVITUDES D'UTILITÉ PUBLIQUE

Déroulement d'une Étude de Dangers

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


3
J 5 -2

c - Contenu d'une demande d'autorisation d'exploitation

Le dossier de demande d'autorisation d'exploiter, établi par l'industriel et sous son unique
responsabilité, comporte :

- UNE “ÉTUDE D’IMPACT”

• description de l’installation
• origine, nature et importance des pollutions et nuisances potentielles pendant le
fonctionnement normal de l'installation
• justification des mesures envisagées pour prévenir, limiter ou contenir les pollutions
et nuisances

- UNE “ÉTUDE DE DANGERS”


• démonstration, de l'exploitant, pour justifier qu'il maîtrise au mieux les risques que
les installations font peser sur les riverains, les biens et l'environnement
• démonstration qui s'appuie :
- sur la mise en œuvre des meilleures technologies disponibles à un coût
économiquement acceptable
- sur la réduction du "risque à la source"
- sur la mise en place d'un système de Gestion de la Sécurité

- UNE “NOTICE SUR LES CONDITIONS DE RESPECT DES PRESCRIPTIONS


D’HYGIÈNE ET DE LA SÉCURITÉ DES TRAVAILLEURS”

4- ÉTUDE DE DANGERS
L'étude de dangers doit contenir les éléments suivants :

• description détaillée de l'installation, de sa conception et de son fonctionnement


(implantation, produits, procédés, personnel…)

• description de l'environnement de l'installation (voisinage, zone d'implantation,


conditions naturelles, proximités dangereuses, intérêts à protéger…)

• identification et caractérisation des potentiels de dangers (y compris sur les modes


d'approvisionnement des matières dangereuses)

• recensement des incidents et accidents survenus sur des installations ou des produits
similaires

• description et justification des mesures de réduction des potentiels de dangers visant à


supprimer ou substituer les procédés ou produits à l'origine de ces dangers ou à réduire les
quantités de matière dangereuse

• description du système de gestion de la sécurité (SGS) et de la méthodologie de


quantification et de hiérarchisation des risques

• étude détaillée de réduction des risques par la définition et la justification des mesures
prises pour prévenir les accidents et de limiter les effets (équipements, instruments,
opérations importantes pour la sécurité).

• recensement de tous les scénarios possibles susceptibles d'intervenir et estimation des


conséquences. Quantification et hiérarchisation des différents scénarios

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


4
J 5 -2

• proposition des scénarios pouvant servir à l'élaboration des POI, PPI, PPRT et
justification des modes d'intervention.

ANALYSES DE RISQUES DES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES

INSTALLATIONS EN SERVICE
INSTALLATIONS NOUVELLES Évaluer les risques dus aux modifications
Intégrer la sécurité dès la conception Respecter la Directive SEVESO 2
(révision tous les 5 ans)

IDENTIFICATION SYSTÉMATIQUE DES DANGERS


Dangers liés à l'environnement externe
Dangers potentiels dus aux installations

MÉTHODES D'ANALYSE DE RISQUES


QUANTIFICATION DU RISQUE

MÉTHODES DÉTERMINISTES MÉTHODES PROBABILISTES

Analyse des scénarios pouvant engendrer les Prévision du plus grand nombre d'accidents "réalistes"
conséquences les plus graves : accident possibles déjà rencontrés sur des installations comparables
technologique majeur

QUANTIFICATIONS DES EFFETS : GRAVITÉ QUANTIFICATION DES EFFETS : GRAVITÉ


ESTIMATION DES PROBABILITÉS D'OCCURRENCE : PROBABILITÉ
ESTIMATION D'UN NIVEAU DE RISQUE : GRAVITÉ x PROBABILITÉ

Information du public OUI ! RISQUES NON ! Mesures compensatoires


D SEC 1068 A

Plans d'urgence ACCEPTABLES ? supplémentaires


Maîtrise de l'urbanisation ACCEPTÉS ?

À la demande de l'inspection des installations classées, l'étude de danger peut faire l'objet d'une tierce
expertise par un organisme reconnu compétent (INERIS, …).

Toute modification d'installation fait l'objet d'une révision des études de danger. Le SGS doit prévoir
une méthode systématique pour assurer cette révision permanente.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


5
J 5 -2

Un résumé non technique (sous forme didactique) de l'Étude de Dangers doit aussi être fourni
par l'industriel :

– situation actuelle résultant de l'analyse des risques et évolution éventuelle

_ propositions d'améliorations avec coûts et délais

– cartographie prenant en compte la nature et les effets des accidents majeurs avant et après
réduction des risques

Le résumé a vocation à être communiqué aux CLIC et à permettre une concertation en amont de
l'élaboration de PPRT.

Toutes ces informations sont accessibles au public hormis les renseignements dont la confidentialité
doit être préservée.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


6
J 5 -2

5- RÉSULTATS ATTENDUS

RÉDUCTION DU RISQUE À LA SOURCE PAR :

LA PRÉVENTION LA PROTECTION
(Réduction de la probabilité de l'accident) (Réduction de la gravité de l'accident)

• ÉLIMINATION DU RISQUE • DISPOSITIFS D'ISOLEMENT, DE


(changement de procédé, de produits, de RÉTENTION
matériel, …)
• ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION
• LIMITATION DES PARAMÈTRES
DANGEREUX • CONFINEMENT
(Domaines de fonctionnement et
paramètres nominaux - Contrôle des • DISPOSITIFS LIMITANT LA
limites - Surveillance et contrôle DESTRUCTION DES ÉQUIPEMENTS
automatique) • RÉSISTANCE AUX AGRESSIONS
• DISPOSITIF DE MISE EN SÉCURITÉ, EXTERNES
DE BLOCAGE ET D'INTERDICTION

• RÉDUCTION DES PROBABILITÉS DE


PANNES OU D'ERREURS
(Marges de sécurité - Redondances -
Maintenance préventive)

• ÉLOIGNEMENT DES SOURCES


D'AGRESSION

• RÉCUPÉRATION APRÈS
DÉFAILLANCE

L'INFORMATION / LA MAÎTRISE DE L'URBANISATION / L'INTERVENTION

Limiter l'extension de l'accident. Limiter les conséquences de l'accident en terme de destruction de


bien et de pertes humaines par : l'éloignement des constructions, l'organisation des secours
internes ou externes, l'information préventive des populations, l'évacuation, …

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


7
J 5 -2

6- PRINCIPALES MÉTHODES UTILISÉES

INDUSTRIEL

OUTILS/MÉTHODES HOMMES/ORGANISATION

ÉQUIPES
BIBLIOGRAPHIE PLURIDICIPLINAIRES
"SAVOIR FAIRE"
BANQUE DE DONNÉES

MÉTHODES MÉTHODES
D'IDENTIFICATION DE QUANTIFICATION
DES RISQUES DES RISQUES

APR Méthode
probabiliste

Check-list
Méthode
déterministe
HA ZOP
Conception

What-if ?
Exploitation courante

CCC

AMDEC
D SEC 1000 C

Arbre de
défaillance

Gestion
des
modifications

Analyse de
risques des
taches courantes

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


8
J 5 -2

7- INTÉRÊTS DES MÉTHODES D’ANALYSE DE RISQUES


PRéVUES à L’ORIGINE PAR ET POUR LES CONCEPTEURS ELLES DIMINUENT LA FRÉQUENCE
DES ACCIDENTS DUS AUX FACTEURS TECHNIQUES (équipements, procédés, matériels, …).

MAIS UTILISABLES TOUS LES JOURS DANS LES OPÉRATIONS COURANTES, DANS LES
TRAVAUX, EN SITUATION D’INCIDENTS :

LA PRISE DE CONSCIENCE DES NOTIONS


L’APPRÉCIATION OBJECTIVE DES de risque, niveau de risque, risques résiduels
CONTRAINTES ACTUELLES DU et SA PRISE EN COMPTE DANS LE
CONTEXTE INDUSTRIEL TRAVAIL QUOTIDIEN

PAR

LA CONNAISSANCE DES SCÉNARIOS


LA CONNAISSANCE DES MÉTHODES
D’ACCIDENTS pris en compte dans l’usine et
D’IDENTIFICATION DES RISQUES ET
la quantification de leurs conséquences sur le
LEUR MISE EN PRATIQUE dans les
matériel, l’être humain et l’environnement et la
opérations courantes et en cas
JUSTIFICATION DE L’IMPORTANCE
d’incidents
CAPITALE DU TRAVAIL DE CHACUN

INTÉRETS POUR L’EXPLOITANT


- UTILISER LES RÉSULTATS DE CES MÉTHODES MISES À NOTRE DISPOSITION
- PERMETTRE UNE VISION GLOBALE LORS DE TOUTE MANŒUVRE, TOUTE ACTION
- APPLIQUER UN SCHÉMA RIGOUREUX DE RÉFLEXION

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


9
J 5 -2

II - ANALYSE PRÉLIMINAIRE DES RISQUES (APR)

1- OBJECTIF

• PRENDRE en compte le facteur sécurité dès la phase recherche et conception d'une installation
• ENVISAGER a priori tous les risques inhérents aux produits, procédés, équipements, implantation
• PRESCRIRE les actions correctives
• RÉPERTORIER les risques nécessitant une analyse complémentaire plus fine

2- MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE

• PRÉPARER des fiches Produits, Procédés, Équipements, Environnement, Antécédent


• REGROUPER sous forme d'un dossier les données recueillies et les mesures prises
• VÉRIFIER, REMETTRE À JOUR, COMPLÉTER ce dossier jusqu'à la fin de vie de l'installation

3- POINTS PRINCIPAUX PRIS EN COMPTE DANS LES FICHES GUIDES

• Système ou fonction (incluant les composants) et phases d’opération


• Éléments dangereux (dangers des substances et de leurs réactions)
• Événement conduisant à des situations dangereuses : échappement de produit, défaillance de
structure, ...
• Événement menant à un accident potentiel
• Gravité des conséquences (étendue ou endommagement)
• Prévention : identification des moyens de limiter, contenir ou supprimer le risque
• Application des moyens de prévention : emploi, efficacité

4- DIFFÉRENTS TYPES DE FICHES GUIDES À ÉTABLIR

• EXEMPLE D'UNE INSTALLATION EXISTANTE

Risques liés aux produits :


- Fiches produits, fiches de données sécurité
- Tableaux des incompatibilités produits - produits et produits - matériaux
- Réactions chimiques : emballement, réactions secondaires, influence des
impuretés, période d'induction, effet de taille pilote-industrie
- Déchets et produits rejetés

Risques liés aux procédés :


- Fiches procédés : conditions opératoires (pression, température, phase, ...)
- Fiches Machines, Fiches Stockages

Risques liés aux équipements :


- Particularités, points faibles
- Mise à l'atmosphère, dégazage, pressurisation, ...

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


10
J 5 -2

Cartographie des risques :


- Zones de risques comparables
- Établissement des zones dangereuses pour matériel électrique
- Distances de sécurité

Risques liés à l'environnement :


– Environnement comme facteur de risques
- météorologie, sismicité, températures extrêmes, ...
- proximité d'installations dangereuses, de trafic de matières dangereuses
- agressions extérieures : couloir aérien, lignes haute tension
– Environnement comme intérêt à protéger
- localisation des zones sensibles à protéger : urbanisation
- pollution, eau, air, ...

Analyse des antécédents

• INSTALLATION NOUVELLE

L'APR est plus détaillée et comporte des fiches complémentaires (plan d'implantation, ...).

5- INTÉRÊT ET LIMITES DE LA MÉTHODE


• INDISPENSABLE POUR LES INSTALLATIONS NOUVELLES
• ÉVITE les erreurs fondamentales de conception
• PERMET de mettre en évidence les risques principaux
• ANALYSE QUALITATIVE, relativement facile à effectuer qui requiert un minimum de personnel
• NE DÉTECTE QUE les risques "évidents"
• NE PERMET PAS d'identifier les risques liés à la complexité des systèmes

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


La méthode permet, après travail de synthèse, de disposer d'un manuel simple et
facilement utilisable répertoriant l'ensemble des risques de l'installation.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


11
J 5 -2
FICHE PRODUIT Formule brute :

USINE DE : NOM :

FABRICATION : FORMULE DÉVELOPPÉE OU COMPOSITION :

P.M.

Annexe ou référence

1. PROPRIÉTÉS
1.1. État à 20°C : gazeux, liquide, pâteux, pulvérulent, solide
1.2. Température de fusion
1.3. Température d'ébullition
1.4. Tension de vapeur
1.5. Température critique
1.6. Pression critique
1.7. Poids spécifique
1.8. Densité des vapeurs

2. SOLUBILITÉS
2.1. Insolubilités

3. CHALEUR SPÉCIFIQUE
3.1. Chaleur de formation
3.2. Chaleur de fusion
3.3. Chaleur de vaporisation
3.4. Chaleur de dissolution
3.5. Chaleur de combustion
3.6. Chaleur de polymérisation

4. COMBUSTION
4.1. Point d'éclair
4.2. Température d'autoinflammation
4.3. Limites d'inflammation/air
4.4. Limites d'inflammation dans les conditions opératoires
4.5. Énergie d'allumage
4.6. Résistivité
4.7. Pyrophoricité
4.8. % O2 minimum entretenant la combustion
4.9. Produits de combustion

5. AGENTS EXTINCTEURS (eau, eau pulvérisée, mousse, CO2 , halogénés, poudre)

5.1. Agents extincteurs incompatibles

6. CORROSION
6.1. Matériaux préconisés
6.2. Matériaux prohibés

(Origine UIC)
Fiche produit (feuille 1)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


12
J 5 -2
Annexe ou référence

7. INCOMPATIBILITÉS
7.1. Eau
7.2. Fluides caloporteurs
7.3. Métaux
7.4. Plastiques
7.5. Autres

8. STABILITÉS : risques ... de PÉROXYDATION, DE POLYMÉRISATION


8.1. Stabilité thermique
8.2. Stabilité à la lumière
8.3. Sensibilité au choc
8.4. Sensibilité à la friction
Catalyseurs de :
8.5. Polymérisation
8.6. Décomposition
Inhibiteurs de :
8.7. Polymérisation
8.8. Décomposition
9. ANALYSE PRODUIT
Technique ou commercial : Additifs

10. EFFETS DES IMPURETÉS


10.1. Par concentration
10.2. Par réaction avec d'autres produits présents dans le procédé
10.3. Par formation de sous-produits présentant des risques
11. HYGIÈNE INDUSTRIELLE
11.1. Limite olfactive
11.2. Valeur d’exposition (VME, VLE)
12. TOXICITÉ
12.1. DL 50
12.2. CL 50
12.3. Irritations oculaire et cutanée
12.4. Sensibilité de la peau
12.5. Toxicité subaiguë
12.6. Autres effets
13. RÉGLEMENTATION
13.1. Installations classées
13.2. Étiquetage
13.3. Maladies professionnelles
13.4. Surveillance médicale spéciale
13.5. Substances vénéneuses
13.6. Transports :
RTMD
RID-ADR
IMCO-IATA
13.7. Réglementation spécifique
14. STOCKAGE
14.1. Précautions

15. DESTRUCTION
15.1. En cas d'épandage
16.2. Stock inutilisable

Fiche produit (feuille 2)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


13
J 5 -2

FICHE PROCÉDÉ Produits mis en œuvre : noms et quantités

USINE DE : —
FABRICATION : —

PHASE : —




Annexe ou référence

1. ÉQUATION DE LA RÉACTION PRINCIPALE ET DES RÉACTIONS SECONDAIRES


et chaleurs réactionnelles (préciser en clair : EXOTHERMIQUE ou ENDOTHERMIQUE)

2. CONDITIONS OPÉRATOIRES : OPÉRATION CONTINUE : SEMI-CONTINUE -


DISCONTINUE
2.1. Mode opératoire résumé :
2.2. Schéma de l'appareillage (type schéma de procédé)
2.3. Solvant :
2.4. Catalyseur :
2.5. Température °C Pression : pH :
2.6. Conditions particulières (atmosphère inerte, obscurité, ...)
2.7. T° MAXIMA supportée par le mélange réactionnel sans risque de dégradation :

3. RISQUE
3.1. Potentiel énergétique maximum (P.E.M.)
3.2. Volume de gaz émis en cas de décomposition :
3.3. Produits chimiques incompatibles dont l'addition provoque une réaction
violente :
3.4. Risque d'accumulation d'impuretés instables :
3.5. Risque de retard au démarrage de la réaction :
3.6. Risque de désamorçage de la réaction :
3.7. Les mélanges réactionnels sont-ils susceptibles d'évoluer ?
3.8. Risques toxiques à court et long termes des matières premières, des intermé-
diaires, des impuretés et des produits fabriqués par les réactions normales,
secondaires ou anormales
3.9. RISQUE D'INCENDIE OU D'EXPLOSION : vapeurs, poussières inflammables,
sources d'ignition

4. DISPOSITIFS prévus pour assurer la maîtrise de la réaction en cas de :


4.1. Montée en température
4.2. Montée en pression (soupape, tampon d'explosion, vidange rapide, ...)
4.3. Emballement (inhibiteurs, dilution, ...)

(Origine UIC)

Fiche procédé (feuille 1)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


14
J 5 -2

Annexe ou référence

5. MOYENS DE PRÉVENTION DE CONTAMINATION par mélange intempestif des


réactifs :

5.1. Retour indésirable par réseau de distribution des réactifs ou des fluides des
services généraux (air comprimé, azote, vide, ...)
5.2. Fuite de fluides caloporteurs dans le mélange réactionnel (présence dans le
même atelier de produits incompatibles, ...)

6. MESURES PROPRES À PARER LES CONSÉQUENCES D'UNE PANNE

6.1. D'énergie électrique :


6.2. D'eau :
6.3. De fluides caloporteurs (chauffage, refroidissement, ...)
6.4. D'agitation :
6.5. De régulation :
6.6. ...

7. MESURES PROPRES À ÉVITER LES FAUSSES MANŒUVRES

7.1. Oubli de charge d'un réactif


7.2. Double charge d'un réactif
7.3. Confusion de réactif
7.4. Interversion de l'ordre de chargement
7.5. Autres fausses manœuvres possibles :

8. CORROSION (matériaux à proscrire/matériaux à utiliser)

8.1. Influence de la température


8.2. Évolution des compositions
8.3. Teneurs en produits secondaires ou impuretés

9. MOYENS D'ÉLIMINATION ET DES DESTRUCTION DES EFFLUENTS (gazeux,


liquides, solides) :

10. ANOMALIES OBSERVÉES ET INCIDENTS DIVERS :

Consigner toute observation d'un phénomène inattendu ou d'incident survenant au


cours de la recherche, du développement ou de l'exploitation du procédé, tels que :
émission de gaz, fumées, flammes, ... apparition de mousses, émulsion, débordement,
... formation de goudron, dépôt, précipité, polymère, ...

(Origine UIC)

Fiche procédé (feuille 2)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


USINE DE : FABRICATION :

00697_A_F
TABLEAU DES INCOMPATIBILITÉS SYMBOLES :
R = Réaction
E = produit inflammable donnant des vapeurs explosives par
combustion
V = Réaction violente
PRODUITS
avec
NOTES
PRODUITS (1) Corrosion, choix du matériau
(2) Réaction avec les oxydants et avec les bases, formation

Azote
Dioxyde de carbone
Acétate d'éthyle
Thiazépine
DMC
Carbonate de potassium
Acide chlorhydrique (35 %)
Isopropanol
Toluène
Acide acétique
Anhydride acétique
Éthanol
Charbon actif
Soude (24 %)
Alkyl base
Diltiazem
Eau
Vapeur (1,9 bar, 121°C)
Air
de chlore, libération de chaleur
Azote (3) Le cuivre est à proscrire - Réagit vivement avec produits
Dioxyde de carbone oxydants
Acétate d'éthyle R R R E '(3) (4) Réagit vivement avec acides et aldéhyde acétique,
15

Thiazépine R R R R R acroléine, …, donne composés explosifs avec 1,4-


dichloroéthylène et trichloroéthylène
DMC R V R
(5) Réagit violemment avec les oxydants puissants : acide
Carbonate de potassium V V V V nitrique et nitrates, trioxyde de chrome, … concentré,
Acide chlorhydrique (35 %) R(6) R V V(11) (1) (2) réagit violemment avec les bases fortes
Isopropanol R R E (6) (6) Réagit avec les oxydants puissants avec risque
Toluène E d'explosivité, très inflammable, vapeurs peuvent former
des mélanges explosifs avec l'air
Acide acétique R V (5) (7)

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


(7) Réagit violemment avec les oxydants puissants, les alcools
Anhydride acétique R V R R(10) V E (7) (1)
et les amines
Éthanol E (6)
(8) En présence de catalyseur
Charbon actif
(9) En présence d'acide ou de base - Réaction de
Soude (24 %) R V (4) (1) saponification
Alkyl base (10) Réaction lente à faible température, violente à chaud et
Diltiazem explosive en présence de certains catalyseurs
Eau (11) Dans les conditions du procédé, légère exothermicité
Vapeur (1,9 bar, 121°C) faisant passer le milieu réactionnel de 20 à 40°C dans des
conditions adiabatiques
Air
J 5 -2
16
J 5 -2

RISQUES LIÉS À L’ENVIRONNEMENT NATUREL

MESURES PRISES POUR MINIMISER LE


DANGERS ÉVALUATION DU RISQUE RISQUE

Températures Pas d’influence sur le procédé Températures prises en compte dans les
Minimum absolu : – 17°C calculs : – 7°C et + 32°C
Maximum absolu sous abri : + 39°C

Vents Instabilité des équipements et des bâtiments Ouvrages calculés en tenant compte des
vents dominants (rose des vents) : région de
type III

Inondations Inondation par crue centennale de l’ARC Réseaux d’eaux pluviales calculées pour
hautement improbable l’orage décennal :

1 h : 60 l/m 2
2 h : 80 l/m 2
12 h : 130 l/m 2

Foudre Zone située à un niveau moyen dans le Mise à la terre des installations
risque foudre Continuité électrique des masses métalliques
Parafoudre

Géologie Affaissement de terrain alluvionnaire Dimensionnement des fondations

Sismicité Zone de sismicité faible (IB) Prise en compte dans la conception de l’unité
: réacteurs, D 9302

RISQUES LIÉS À L’ENVIRONNEMENT HUMAIN

MESURES PRISES POUR MINIMISER LE


RISQUE ÉVALUATION DU RISQUE RISQUE

Trafic aérien ALPHA est située en dehors de la zone de Hauteur de torche inférieure à 110 m NGF
décollage et d’atterrissage de Marignane.
Probabilité de chute d’un aéronef très
faible

Axes routiers Routes Berre-Salon (CD 21 A) et N 113 très —


éloignés
Pas de risque

Axes ferroviaires Voie ferrée Paris-Marseille à 750 m —


Pas de risque

Intrusion Acte délibéré d’intrusion pour provoquer un Clôture, surveillance, consignes d’accès,
accident présence du personnel d’opération

Exemples de risques liés à l’environnement externe et mesures prises sur l’unité ALPHA

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


17
J 5 -2

III - CHECK-LISTS

1- OBJECTIF
• PASSER EN REVUE SYSTÉMATIQUEMENT un certain nombre de points et pouvoir comparer
plusieurs solutions.

• NE PAS SE POSER les mêmes questions au risque d'oublier certains aspects.

2- MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE


Le check-list consiste en une liste de points à étudier :
– procédés
– localisation, bâtiments
– machines
– égouts
– électricité
– stockage
– manipulation de produits
– équipements de sécurité : détection, interventions fixe et mobile

3- DOCUMENTS DE BASE NÉCESSAIRES


– plan d'implantation, génie civil
– spécifications, notes de calculs, notices fabricants
– fiches produits
– plan de circulation des fluides, ...
– réseaux utilités
– ..........

4- INTÉRÊTS ET LIMITES DE LA MÉTHODE


• ANALYSE QUALITATIVE SIMPLE ET EFFICACE pour les domaines couverts par les check-lists.

• RISQUE D’OUBLI DE POINTS NON INDIQUÉS sur les check-lists.

• NE PERMET PAS DE DÉTECTER les risques résultants d'interactions diverses (entre être humain
et système, entre équipements, ...).

• NE PERMET PAS DE VÉRIFIER la pertinence des mesures compensatoires prises

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


Initialement prévue pour la conception d’installation, la méthode permet de connaître
l’incidence de différents facteurs, manœuvres, phénomènes dans la vie courante
de l’installation.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


18
J 5 -2
— Feuille 1 —

CHECK-LISTS

ASPECT POINTS À ÉTUDIER

- Bilans thermiques et risques d’accumulation d’énergie susceptible de se libérer


brutalement
- Fourchettes d’évolution des températures
- Tenue des matériaux à la température (chaud ou froid)
THERMIQUE
- Incidence du froid (gel et rupture d’équipement, fragilisation, bouchage, givrage
par détente, etc.)
- Incidence de la chaleur (entartrage, perte de propriétés mécaniques, etc.)
- Incidence des conditions météorologiques
- Etc.

- Examen des pressions et débits (fourchette d’évolution et incidences éventuelles,


risques de mise en surpression ou dépression accidentelle, capacité de
résistance insuffisante, coups de bélier, etc.)
- Examen sommaire des conséquences d’une rupture de tuyauterie ou
d’appareillage (quantité de produit émis, zone d’émission, etc.)
- Incidence d’une erreur de dimensionnement ou de montage des accessoires ou
de leur défaillance (vannes, clapets, soupapes de sécurité, disques, etc.)
- Incidence d’un défaut d’étanchéité ou d’une fuite (interne ou externe, par
exemple dans un échangeur)
CIRCUITS ET
ÉQUIPEMENTS - Incidence d’une défaillance d’organe (agitateur, pompes, vannes, etc.)
- Incidence des bouchages, entartrages, dépôts, etc.
- Incidence des entraînements de produits
- Incidence des défaillances de circuits de refroidissement, réchauffage
- Incidence de manœuvres intempestives des organes
- Défaillances des systèmes de traitement d’effluents
- Sensibilité du matériel au risque d’incendie, explosion, etc.
- Examen des défaillances éventuelles des équipements de sécurité tels que
cuvettes de rétention, etc.
- Etc.

- Incidence des défaillances d’organes de régulation, d’un mauvais montage ou


AUTOMATISME d’erreurs de conception
RÉGULATION - Examen des systèmes d’alarme et des automatismes de sécurité
INFORMATIQUE
- Incidences d’une défaillance de SNCC ou d’automate (matériel ou programme)
- Etc.

- Incidence des pannes de réseaux ou des équipements de ceux-ci


- Examen des caniveaux, réseaux d’égouts en fonction des risques toxiques, feu,
UTILITÉS explosion, etc., en cas de déversement accidentel
- Manœuvres intempestives
- Etc.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


19
J 5 -2

— Feuille 2 —

CHECK-LISTS

- Incidence des pannes électriques totales ou localisées


- Manœuvres intempestives
- Antidéflagrance et sécurité intrinsèque, etc.
- Protection des lignes contre les agressions externes (corrosion, égouttures,
ÉLECTRICITÉ
arrachement, etc.)
- Mise à la terre
- Risque lié à l’électricité statique
- Foudre
- Etc.

- Incidence des vibrations, dilatations, etc.


- Incidence des chocs (engins de manutention, chutes de matériel, …)
- Poussières (risques d’explosion, etc.)
MÉCANIQUE - Agressions externes :
• projectiles venant de l’environnement (explosions, chutes d’avions, etc.)
• arrachement de conduites ou de lignes électriques, séismes
• inondations et tornades
• etc.

- Examen de l’organisation générale du système et notamment de la hiérarchie


- Examen des postes de travail (facilité de manœuvre, risque de confusion,
communication, etc.)
- Études des effets des erreurs susceptibles d’être commises par le personnel
FACTEUR HUMAIN - Formation et qualification
- Examen des procédures et consignes : exploitation, mise en service, arrêt urgent
ou non, opérations annexes
- Examen particulier des procédures d’entretien ou d’opération exceptionnelle
- Etc.

- Étude des consignes


DISPOSITIFS - Examen des défaillances possibles des dispositifs d’intervention internes et
D’INTERVENTION externes (aux points de vue matériel et humain)
INSPECTION - Organisation de l’inspection
- Etc.

Exemple de check-lists utilisées

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


20
J 5 -2

CHECK-LIST : PROCÉDÉ

1- Produits chimiques - risques feu et toxicité 13 - Systèmes de sécurité des échangeurs (évents,
(respiratoire, risque pour la peau) vannes, drains)
instrumentation, règles opératoires,
maintenance, compatibilité des produits,
stabilité

2- Pressions et température critiques 14 - Joints de dilatation ou lyres de dilatation pour


les lignes de vapeur procédé

3- Systèmes de compression et arrête-flammes 15 - Traçage à la vapeur - prévoir des soupapes


d'expansion thermique sur des lignes chaudes

4- Appareils chaudronnés conformes aux 16 - Calorifuge pour la protection du personnel,


codes et matériaux de tuyauteries adaptés lignes chaudes (process et vapeur) et traçage

5- Méthode pour maîtriser les réactions 17 - Mise à la terre des appareils et des tuyauteries
chimiques qui s'emballent

6- Systèmes fixes de protection incendie 18 - Nettoyage et maintenance des appareils sous


(CO2 ), mousse, déluge) pression et réservoirs - trous d'homme
adéquats, plates-formes, échelles ouvertures
pour nettoyage et procédures d'autorisation
pour entrer en sécurité

7- Appareils convenablement ventilés, évents 19 - Témoins pour le contrôle de la corrosion


implantés sans aggravation des risques

8- Systèmes de nettoyage sous vide 20 - Identification des lignes


fonctionnant en permanence

9- Barrières d'explosion et isolation 21 - Risques dus aux radiations, incluant la


protection des pompiers - procédés et
instruments de mesure contenant des radio-
isotopes, rayons X, ...

10 - Système d'inertage - liste des équipements 22 - Instruments, redondants avec alarme


devant être blankettes

11 - Localisation des vannes et interrupteurs


d'arrêt d'urgence par rapport à une zone
critique, temps de réponse des relais

12 - Ignifugeage des supports métalliques

(Origine TECHNIP)

Exemple de check-list - procédé

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


21
J 5 -2
CHECK-LIST: POMPES CENTRIFUGES

1- POMPE UNIQUE SUR CIRCUIT


– Est-ce que la pression au refoulement de la pompe peut dépasser la pression de calcul des équipements ou/et
des lignes au refoulement ?
– Est-ce que l’interruption de l’écoulement au refoulement de la pompe peut provoquer une augmentation de la pression à
l’aspiration de la pompe ?
– Si l’interruption de l’écoulement au refoulement de la pompe peut provoquer une augmentation de la pression à
l’aspiration de la pompe est ce que les équipements et/ou ligne au refoulement de la pompe sont calculés pour la
pression maxi à l’aspiration plus la pression de shutoff de pompe (ex : pompes en série, pompe de reflux, ….) ?
– Si l’interruption de l’écoulement au refoulement de la pompe NE peut PAS provoquer une augmentation de la pression
à l’aspiration de la pompe est ce que les équipements et/ou ligne au refoulement de la pompe sont calculés pour le
MAXI de :
• pression normale à l’aspiration de la pompe plus la pression de shutoff de pompe,
• pression maxi à l’aspiration plus pression normale d’exploitation
– Est-ce que la pompe peut transférer différents produits de densité différente (ex : lors de phase de mise à disposition,
d’assainissement, …) ? Si oui est-ce que la pression de calcul des équipements au refoulement de la pompe tient
compte de cette possibilité ?

2- POMPES EN PARALLÈLE
– Est-ce qu’une fuite à travers le clapet au refoulement de la pompe gardée à l’arrêt (en spare) peut pressuriser la vanne
à l’aspiration, les brides, et les tuyauteries de la pompe gardée en secours ?
– Est-ce que les pompes sont démarrées régulièrement (sinon vibration de la pompe en fonctionnement continu
provoquant les matages des paliers de la pompe en secours pouvant induire une détérioration de la pompe de secours
dès que démarrée) ? Si criticité des pompes y a-t-il un programme de permutation ?

3- POMPES EN SÉRIE
– Est-il possible de mettre des pompes en série ? Si oui est ce que les équipements au refoulement de la pompe tiennent
compte de la pression maxi à l’aspiration plus la pression de shutoff de la pompe ?

4- PEUT-ON DÉPASSER LA PRESSION DE CALCUL DU CORPS DE POMPE ?


– Le corps de pompe est-il calculé pour la pression normale d’aspiration plus la shutoff de pompe (DP avec vanne au
refoulement fermée) ?
• si la courbe de pompe n’est pas connue prendre 120 % de la pression de fonctionnement normal
(pompe entraînée par moteur)
• si la courbe de pompe n’est pas connue prendre 132 % de la pression de fonctionnement normal
(pompe entraînée par turbine)
– La masse volumique du fluide véhiculé peut elle être plus élevée suivant les phases de fonctionnement :
• au démarrage (produit froid, …)
• pendant les incidents
• pendant les arrêts
• pendant les mises à disposition

5- DÉBIT MINI
Est-on protégé contre un débit faible (y a-t-il un système de recyclage permettant une recirculation d’au moins 20 % du débit
nominal) ?

6- SURPRESSION À L’ASPIRATION DES POMPES


– La pression de calcul à l’aspiration des pompes doit être au moins supérieure à 3/4 de la pression de refoulement

7- LA CIRCULATION INVERSE EST-ELLE POSSIBLE (risque de dévirage de la pompe) ?


– Est-elle prévenue par :
• clapet simple
• double clapet (si pression supérieure à 60 barg)
• par autre moyen (interlock ?)

Exemple de check-list matériel : pompes centrifuges

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


22
J 5 -2

IV - HAZOP (HAZARD AND OPERABILITY STUDY) ou ÉTUDE DE SÉCURITÉ SUR


SCHÉMAS DE CIRCULATION DES FLUIDES

1- OBJECTIF
RECHERCHE SYSTÉMATIQUE des causes possibles de dérive de tous les paramètres de
fonctionnement d'une installation
MISE EN ÉVIDENCE des principaux problèmes d'exploitation et d'entretien
ÉTUDE DES CONSÉQUENCES et risques éventuels liés à ces dérives
PROPOSITION des mesures correctives appropriées

2- MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE


CONSTITUER une équipe pluridisciplinaire
PRÉPARER les documents nécessaires : plan de circulation des fluides (PCF, PID), autres
documents préparatoires (éléments caractéristiques des capacités, des pompes, ...) à jour
DÉCOUPER l'installation en systèmes géographico-fonctionnels aussi simples et homogènes que
possible
FAIRE UNE HYPOTHÈSE de dérive, pour chaque système, en combinant Paramètres de
fonctionnement et Mots clés
RECHERCHER les causes possibles de dérive
DÉTERMINER les conséquences
ÉTABLIR si nécessaire une semi-quantification du risque (probabilité, gravité)
APPORTER les mesures compensatoires nécessaires : prévention, détection, protection
VÉRIFIER que la mesure corrective n'apporte pas de risque nouveau

3- CONSTITUTION DE L'ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE


Dans le cadre d'un projet nouveau, la présence des fonctions suivantes est nécessaire :

– Responsable projet
– Instrumentiste (à la demande)
– Entretien (à la demande)
– Fabrication
– Procédé
– Sécurité
– Construction
– Animateur (Ingénieur confirmé n'ayant pas de responsabilité sur le projet ou sur
l’installation)
– Secrétaire technique
– Spécialistes (à la demande)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


23
J 5 -2

4- PARAMÈTRES DE FONCTIONNEMENT
Pression
Température
Concentration ou composition chimique
Contamination (polluant)
Agitation
Niveau
Incompatibilité
Débit
Panne d'utilité
Électricité statique
Viscosité
......

5- DÉVIATIONS - MOTS CLÉS

DÉVIATIONS - MOTS CLÉS SIGNIFICATIONS

NONE Pas de Absence de débit, de courant

MORE OF Plus de Excès de température, niveau, débit, pression,


Trop de viscosité, ...

LESS OF Moins de Baisse de température, niveau, débit, pression,


Pas assez de viscosité, ...

PART OF En partie Absence d'un constituant, changement dans la


composition d'un fluide

MORE THAN Plus que Présence d'impuretés (acide, air, eau, produits de
corrosion, ...)
Présence d'une phase supplémentaire (gaz, solide)

REVERSE Inversé Inversion de débit

OTHER THAN Autre que En dehors du fonctionnement normal


Démarrage et arrêt intempestifs, bas régime,
changement de catalyseur

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


24
J 5 -2

6- DÉROULEMENT DE LA MÉTHODE HAZOP

CHOISIR LA PARTIE DU SYSTÈME


À ANALYSER

CHOISIR UN PARAMÈTRE DE
FONCTIONNEMENT
Ex. : Niveau

CHOISIR UN MOT CLÉ


Ex. : Plus de

NON
LA DÉRIVE EST-ELLE POSSIBLE ?

OUI
CAUSES POSSIBLES DE DÉRIVE ?

EST-CE DANGEREUX OU INCOMPATIBLE NON


AVEC LE BON FONCTIONNEMENT ?

OUI ~ ~
EST-CE DÉTECTABLE NON PRÉVOIR MODIFICATIONS
VÉRIFICATION QUI PERMETTENT
SI PAS DE RISQUE PAR L'OPÉRATEUR ?
DE DÉTECTER LE RISQUE
NOUVEAU
OUI
~ ~
MODIFICATIONS POUR ÉLIMINER,
RECHERCHER D'AUTRES DIMINUER LE RISQUE
MODIFICATIONS OU
ACCEPTER LE RISQUE
NON EST-CE QUE LE RISQUE JUSTIFIE
LA DÉPENSE ?

OUI

DÉSIGNATION D'UN RESPONSABLE POUR


LA MISE EN ŒUVRE, LE SUIVI,
LA VÉRIFICATION DE LA MODIFICATION

AUTRE MOT CLÉ ?


D SEC 2053 A

AUTRE PARAMÈTRE DE FONCTIONNEMENT ?

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


25
J 5 -2

7- INTÉRÊTS ET LIMITES DE LA MÉTHODE


• MÉTHODE LOURDE À METTRE EN ŒUVRE SUR DES INSTALLATIONS COMPLÈTES qui pour
être efficace doit être appliquée de manière rigoureuse

• MÉTHODE QUI NE PERMET PAS :

- d’être sûr d’avoir pris en compte tous les risques


- de traiter le cas de défaillances multiples

• MÉTHODE SYSTÉMATIQUE ET QUALITATIVE qui vient en complément de l’APR. Elle permet


l’examen méthodique des risques par un groupe pluridisciplinaire, de déceler les problèmes de
sécurité et d'opérabilité.

• MÉTHODE QUI PERMET D’AMÉLIORER LE NIVEAU DE SÉCURITÉ DES UNITÉS NEUVES OU


EXISTANTES

• MÉTHODE UTILISABLE POUR GÉRER LES MODIFICATIONS

• INTÉRÊT POUR L’EXPLOITANT

Méthode utilisable en exploitation courante lors de manœuvres habituelles ou


inhabituelles :

- prise d’échantillon
- vidange
- mise en sécurité
- opérations d’entretien courantes
- phases transitoires, arrêt d’urgence
- …

Dans ce cas, la méthode est allégée.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


FICHE GUIDE D'ANALYSE DES RISQUES : MÉTHODE HAZOP (d'après Heurtey industries)

00697_A_F
APPLICATION DÉVIATION PARAMÈTRE / DÉRIVE CAUSES
Emballement pompe / chute pression refoulement / mise en pression aspiration / contournement ouvert /
DÉBIT TROP ÉLEVÉ introduction fluide
Défaillance pompe / défaillance compteur / formation dépôt / cavitation / fuite vers un autre fluide /
DÉBIT TROP FAIBLE mauvaise condition aspiration
Défaillance pompe /capacité amont vide / surpression en aval / formation poche de gaz /
CHANGEMENT DÉBIT NUL corps étranger ou sédiment / vanne fermée
EN QUANTITÉ Défaillance pompe / sens de rotation inverse / surpression aval / dépression amont / siphonage /
DÉBIT INVERSE débordement
NIVEAU HAUT Surremplissage / défaillance contrôle / introduction fluide / défaillance équipement / moussage

NIVEAU BAS Fuite / bouchage / ouverture vanne

APPAREILS
PRESSION HAUTE Apport excessif de chaleur / élimination de chaleur insuffisante / échauffement d'un liquide emprisonné /
débit exagéré / vanne fermée
PRESSION BASSE Arrosage brutal enveloppe / refroidissement exagéré / emballement réaction / échauffement machine

CHANGEMENT TEMPÉRATURE HAUTE Apport excessif de chaleur / élimination chaleur insuffisante / emballement réaction / échauffement machine
DANS LES
CONDITIONS TEMPÉRATURE BASSE Refroidissement excessif / défaillance contrôle / détente brutale / température extérieure en hiver
PHYSIQUES
AGITATION EXCÈS Emballement moteur

AGITATION MANQUE Défaillance agitateur / destruction contrepales / changement viscosité

APPAREILS
ÉLECTRICITÉ STATIQUE Perte ou défaut de la continuité électrique sur les mises à la terre
26

CONCENTRATION HAUTE Défaut contrôle / erreur opératoire / défaut ligne alimentation / modifications de pressions amont ou aval /
défaut système de distribution des réactifs / défaut niveau
CONCENTRATION BASSE
CHANGEMENT
DANS LES MODIFICATION Changement dans les paramètres de fonctionnement / changement activité catalyseur
CONDITIONS (ACTIVITÉ RÉACTIONNELLE)
CHIMIQUES

APPAREILS
CONTAMINANTS Entrée d'air / eau / vapeur / fluide réfrigérant ou caloporteur / fioul / fluide lubrification /

POUR TOUTES LES LIGNES ET TOUS LES APPAREILS


(SOLIDES / LIQUIDES / GAZEUX) contamination par emballage souillé
CONDITIONS
DE DÉMARRAGE Épreuves / test de tenue au vide et pression / forces / events / nettoyage / séchage / balayage gaz /
MISE À DISPOSITION accès / isolement / rechange
ET D'ARRÊT

CANAL!ISATIONS

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


PRÉSENTANT QUALITÉ DE CONSTRUCTION
DES RISQUES
POTENTIELS RÉGLEMENTATION

PANNES POSITION DE SÉCURITÉ DES


D'UTILITÉS VANNES / APPAREILS

Examen des points d'écoulement permanent / event / soupapes / risques de rupture / gardes /
COMPATIBILITÉ débordement éventuel
EFFLUENTS
CAPACITÉ DE TRAITEMENT Phases démarrage / arrêt / emballement / fuite / débordement
Défaillance réseau électricité / air instruments / air industriel / vapeur / eau industrielle / eau adoucie /
PROCÉDURES PANNE UTILITÉS eau potable / azote
D'URGENCE
D SEC 1376 A

POUR L'UNITÉ
INCIDENTS Détection fuite / incendie / plans et moyens d'intervention
J 5 -2
CIRCUIT D’HUILE CHAUDE

00697_A_F
FR
PI

F1
V1 LAH LG
LAL
PI PI
TRC
P1A P1B
D MEQ 055 B

Rebouilleurs Huile chaude


et stockage
27

TABLEAU :

ANALYSE DU SYSTÈME : Bac V1 (boucle d’huile chaude) N° PID : DATE RÉUNION :

RÉVISION :

Moyens de Actions préventives / Remarques / Propositions


Paramètres Dérives Causes possibles Conséquences Prob. Grav.
détection correctives

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Niveau Pas assez Fuite Épandage d’huile LG relevé 1 f/j par Arrêt des pompes et de la Installer sécurité de niveau
les opérateurs chauffe du four par très bas (LSL)
- perçage
l’opérateur depuis la salle indépendante, arrêtant
- rupture dans la boucle Détérioration des pompes
LAL (indépendant) de contrôle automatiquement les
huile
pompes et la chauffe

Vanne de purge laissée Manque de débit dans le IPS (Inspection Préventive


ouverte faisceau du four et risque de Sécurité)
d’éclatement de celui-ci

Méthode HAZOP : exemple d’analyse


J 5 -2
FEUILLE D’ANALYSE HAZOP

00697_A_F
Licensor/Contractor: PLANT: (France) PROJECT n°:

DRAWING n°: REVISION: DATE:

CHAIRMAN: TEAM MEMBERS:

MESURES
VÉRIFICATION
ITEM REPÈRE DÉVIATION CAUSES POSSIBLES CONSÉQUENCES PRÉVENTIVES ET ACTION DEMANDÉE ACTION PAR
FINALE
CORRECTIVES

16 PID 14 A High l e v e l Excès de débit de PSV 1427 LT 1426 Étudier la mise en PROCS
(niveau haut) D 9104/D 9105 par Décharge locale place d’une alarme
28

erreur opératoire sur LI 1426


D 9106/B

52 PID 24 Less F l o w Diamètre ligne Surpression du Autres dispositifs Vérifier si le diamètre PROCS Débit calculé en
(moins de débit) d’échappement réacteur de décharge de la soupape est tenant compte de la
insuffisant adapté au débit contre-pression dans
PSV 2401/02 maximum dans le réseau torche
Pressure Safety situation d’urgence
Values

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


53 PID 24 More pressure Erreur de procédure Surpression du Alarme de pression Vérifier actions de l’IS STRUM Interlock prévu pour
(trop de pression) d’opération réacteur PI 2402 et de la HIC 2402 PROCS évacuer la
surpression interne
IS 224 et sans entraîner la
HIC 2402 pleine ouverture

63 PID 30/A More temperature Vanne complètement Débit de vapeur PIC 3001
(température trop ouverte trop important vers TI 3003 sur 6” -
élevée) le D 9301 PR 9090 - 1 DS4
Alimentation vapeur (PID 30/B)

Méthode HAZOP : exemple d’analyse


J 5 -2
29
J 5 -2

V- MÉTHODE "WHAT IF?" ("QUE SE PASSE-T-IL SI ?)

1- OBJECTIF
• S'ASSURER EN DERNIER RECOURS que le plus grand nombre de risques a été pris en compte

• EXAMINER LES ASPECTS SÉCURITÉ D'UNE INSTALLATION en marche normale, en phases de


démarrage-arrêt, en situations anormales

2- MISE EN ŒUVRE
• ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE (recherche, projet, fabrication, entretien, service SHE, ...) qui n’a
pas nécessairement de responsabilité dans l’installation

• PRÉSENTER SUCCINCTEMENT l'installation concernée

• LAISSER LIBRE COURS AUX QUESTIONS de type "What if?" sans essayer de répondre en détail

Exemples de questions :

- que se passe-t-il si on se trompe de matières premières ?


- que se passe-t-il si la pompe s’arrête ?
- que se passe-t-il si l’opérateur ouvre la vanne A au lieu de la vanne B ?

3- INTÉRÊTS ET LIMITES DE LA MÉTHODE


• MÉTHODE SIMPLE ET RAPIDE qui permet d'avoir une vue d'ensemble des installations

• MÉTHODE NON SYSTÉMATIQUE ET NON RIGOUREUSE mais qui permet de traiter toutes les
questions spontanées que peuvent se poser les participants

• RÉUNION DE TYPE "BRAIN STORMING" qui fait suite en général à l'HAZOP

• ÉMERGENCE D’IDÉES sans aucun a priori

• PEU CONSOMMATRICE DE TEMPS

• REPOSE UNIQUEMENT SUR LA COMPÉTENCE des gens autour de la table et sur leur volonté
de jouer le jeu

• EXIGE UN SUIVI minutieux des réunions pour s'assurer que tous les problèmes soulevés sont
résolus

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


La méthode permet d’analyser en commun (par exemple : équipe de quart, équipe
de maintenance) les conséquences et les actions à prendre en cas d’incident.
“QUE FERIONS-NOUS / FERIEZ-VOUS SI ?”

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


30
J 5 -2
HYDRODÉSULFURATION DE GAZOLE

Compresseur
d'appoint H2
H2

Réacteur TàV H2S

Off-gas Off-gas
Compresseur de
recyclage

Stripper
Scrubber

Eau Vapeur

Stockage
Four de charge VGO
Séparateur
Alimentation haute pression
VGO Séparateur
basse pression
Pompe alimentaire

QUESTION : Que se passe-t-il si le compresseur de recyclage s'arrête ?

RÉSULTATS D'ANALYSE POUR L'ARRÊT DU COMPRESSEUR DE RECYCLAGE

Événement indésirable Origine Mesures de prévention ou protection

Arrêt du Cause :
compresseur 1 - Arrêt vapeur turbine
• panne chaudière 1 - Chaudière secours
de gaz
• ligne vapeur fermée 2 - Vannes cadenassées ouvertes
de recyclage
2 - Panne compresseur 1 - Système de protection et d'alarme du
compresseur

Conséquences :
1 - Cokage du four dû au bas débit 1 - Arrêt automatique unité sur débit bas du
compresseur
2 - Injection de vapeur dans les tubes du four
3 - By-pass de l'échangeur de préchauffage
de la charge
2 - Cokage et bouchage des têtes 4 - Arrêt d'urgence unité avec :
du réacteur dus à une pression • baisse de la température du réacteur
partielle H 2 insuffisante
• augmentation appoint H2

• conservation du réacteur en pression

Exemple d'analyse de type What-if


00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


31
J 5 -2

VI - MÉTHODE C.C.C. (Causes - Conséquences - Compensations)

1- OBJECTIF
• RECHERCHER LES CAUSES (et les origines) pouvant conduire à un événement redouté et en
déduire les conséquences.

• VÉRIFIER que les compensations prises sont suffisantes. FAIRE des recommandations si
nécessaires.

2- MISE EN ŒUVRE
• MÉTHODE D’ANALYSE qui fait suite à l’HAZOP.

• CONSTITUER UNE ÉQUIPE pluridisciplinaire.

• DÉFINIR LE SYSTÈME ANALYSÉ et ses sous-systèmes.

• DÉTERMINER l’événement redouté (risque).

• CAUSES - CONSÉQUENCES locales et sur le système.

• COMMENTAIRES - ACTIONS CORRECTIVES.

3- INTÉRÊTS ET LIMITES
• MÉTHODE SIMPLE ET RAPIDE pour un équipement mais peut être utilisé pour une installation
complète.

• MÉTHODE NON SYSTÉMATIQUE et qui ne tient pas compte des interactions entre sous-
systèmes.

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


Mode de raisonnement assez peu utilisable en exploitation courante. Mais les
résultats de l’analyse constituent des outils de formation d’un grand intérêt
sécurité.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


MÉTHODE C.C.C. : RÉACTEUR R 9201

00697_A_F
UNITÉ : ALPHA SOUS-SYSTÈME : Réacteur de polymérisation R 9201 page 1/4

CONSÉQUENCES COMPENSATIONS

RISQUES DÉRIVES CAUSES locales sur le système mesures maîtrise du risque OBSERVATIONS
préventives

Déconfine- Fuites Rupture d'un Échappement à Atmosphère • Limitation de la fuite par • Vidange du réacteur par HV
ment piquage de 6" l'atmosphère explosive vidange rapide vers le 2404 A/B vers Blow Down
système de vide vite
• Arrêt des pompes
d’alimentation P-9301 A/B par
32

HS-3301/3302

• Isolement sortie vers le second


et réacteur HV 2409 par HS-2409

• Consigne d'opération

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


• Isolement du réacteur

Contrôle des • Consigne d'opération


soudures à la
réalisation

Contrôle et
maintenance
périodiques

Exemple d’analyse de type C.C.C.


J 5 -2
33
J 5 -2

VII - ANALYSE DES MODES DE DÉFAILLANCE, DE LEURS EFFETS ET DE LEUR CRITICITÉ


(AMDEC)

1- OBJECTIF
• RECHERCHER LES DÉFAILLANCES pouvant conduire à un événement indésirable

• CLASSIFIER CES DÉFAILLANCES

• CONTRÔLER LES DÉFAILLANCES CRITIQUES au moyen d'actions correctives

2- MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE


• DÉFINIR le système

• DÉCOUPAGE du système en sous-systèmes, assemblage, composant, etc.

Exemple : compresseur alternatif

- compression du gaz (cylindre, pistons, clapets)


- étanchéité
- transmission du mouvement

• DÉFINIR LES MODES DE DÉFAILLANCE

• CAUSES DES DÉFAILLANCES sous l’angle de fonction et défaillances de performances

• EFFETS des défaillances locaux et sur le système

• COMPENSATIONS / DÉTECTION

• GRAVITÉ / PROBABILITÉ / CRITICITÉ (niveau de risque)

• ACTIONS CORRECTIVES

3- INTÉRÊTS ET LIMITES
• ANALYSE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE rigoureuse et précise

• INTÈGRE DIFFÉRENTES NOTIONS liées à la sécurité : maintenance, opérabilité, fiabilité

• MÉTHODE LONGUE ET FASTIDIEUSE pour systèmes complexes. Toutefois la méthode peut


être arrêtée à l’analyse qualitative et porte le nom de AMDE

• INADAPTÉE POUR SYSTÈME TRÈS INFORMATISÉ

• NE PERMET PAS DE DÉTECTER les défaillances multiples

• DIFFICULTÉS POUR DÉTERMINER “à quel niveau ?” doit s’arrêter l’analyse

• Démarche inverse de l'arbre des défaillances

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


Utilisable en maintenance pour cerner les priorités, hiérarchiser les actions et
améliorations.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


34
J 5 -2

REMPLISSAGE ET VIDANGE D'UN MÉLANGEUR

• Mélange discontinu, géré par programmateur (Timer), de deux produits A et B pour obtenir le
produit C
• A et B ne sont pas réactifs entre eux et sont corrosifs
• Remplissage par gravité, vidange par pompe centrifuge
• V1 / V2 / V3 motorisées pneumatiquement et équipé de commande manuelle
• V1 / V2 fermées par manque d'air, V3 ouverte par manque d'air

V1
A
V2
B

V3 D MEQ 2038 A
C

P1

Exemple d'analyse de type AMDEC (1/2)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


00697_A_F
REMPLISSAGE ET VIDANGE D’UN MÉLANGEUR

Existence et
fonctionnement
Composants - Assemblages - Sous-systèmes Effet de la défaillance Recommandations
des

Risque

Gravité
Repérage

Probabilité
compensations des risques

Nom - Références -
Mode de défaillance Causes Local Sur le système
Fonction

1. Alimentation mélangeur V1 et V2 bloquées Motorisation Vannes Mélangeur vide 2 3 23 1


fermées HS fermées
Automatisme Agitateur tourne 2 2 22 2
35

HS à vide
Commande Pompe 2 4 24 3 LSL qui arrête pompe
manuelle désamorce
V1 et V2 bloquées Motorisation Vannes Mélangeur Commandes 3 3 33 4 Robinets manuels en
ouvertes HS ouvertes déborde manuelles série avec V1 et V2
Automatisme 3 2 32 5 LAH - LSH qui ferme V1
HS et V2 (?)

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


2. Vanne de vidange V3 bloquée en position Motorisation V3 Vidange 3 3 33 6 LSL qui autorise
intermédiaire HS entrouverte incomplète l’ouverture de V1 et V2
Commande Mélange déborde Commande 3 4 34 7
manuelle manuelle
Dépôts 3 1 31 8 Robinet manuel en by-
pass de V3

Exemple d’analyse de type AMDEC (2/2)


J 5 -2
36
J 5 -2

VIII - ARBRE DE DÉFAILLANCES


Méthode appelée aussi :

– Arbre de dysfonctionnements
– Arbre des défauts
– "Fault Tree Analysis"

1- OBJECTIF
• À PARTIR D'UN ÉVÉNEMENT FINAL INDÉSIRABLE, rechercher les combinaisons des
différents événements élémentaires ou défaillances qui peuvent y conduire

• RÉDUIRE LA PROBABILITÉ D'OCCURRENCE de cet événement final

2- MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE


a - Principe

• DÉFINIR L’ÉVÉNEMENT FINAL INDÉSIRABLE

• REPRÉSENTER GRAPHIQUEMENT les combinaisons d’événements par un "arbre"

• ARBRE FORMÉ DE NIVEAUX SUCCESSIFS tel que chaque événement soit généré à partir
d’événements inférieurs par l'intermédiaire de portes logiques "ET" et "OU"

• SE POSER LA QUESTION : "QU'EST-CE QU'IL FAUT POUR QUE L’ÉVÉNEMENT SE


PRODUISE ?"

• CONSTRUCTION DE L'ARBRE ARRÊTÉE lorsque LES ÉVÉNEMENTS ÉLÉMENTAIRES :


• sont indépendants entre eux
• leur probabilité peut être estimée
• il est décidé de ne pas les décomposer en combinaison d’événements plus simples

b - Déroulement

• DÉFINITION DE L’ÉVÉNEMENT FINAL INDÉSIRABLE

• ÉTUDE DU SYSTÈME

• CONSTRUCTION DE L'ARBRE

• EXPLOITATION DE L'ARBRE :
- évaluation de la probabilité des événements élémentaires
- calcul de la probabilité de l’événement final
- mise en évidence des chemins critiques
- modification de la structure de l'arbre par adjonction de barrières supplémentaires

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


37
J 5 -2

3- SYMBOLISME SIMPLIFIÉ

Symbole Nom du symbole Signification du symbole

Cercle Représentation d'un événement élémentaire

Représentation d'un événement qui ne peut être


considéré comme élémentaire, mais dont les
Losange causes ne sont pas développées faute de
renseignement ou faute d'intérêt

Représentation d'un événement final non désiré


Rectangle ou d'un événement intermédiaire résultant de la
combinaison d'événements plus élémentaires par
l'intermédiaire de portes logiques

L'événement de sortie S est généré si les


Porte ET événements E1 et E2 sont présents
simultanément
E1 E2

L'événement de sortie S est généré si l'un au


Porte OU
moins des événements E1 et E2 sont présents
D MEQ 2039 A

E1 E2

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


38
J 5 -2

4- CALCUL DES PROBABILITÉS D’OCCURRENCE DE L’ÉVÉNEMENT INDÉSIRABLE


a - Définition

PROBABILITÉ DE DÉFAILLANCE (P) = Nombre de défaillances par action/sollicitation.


Exemple : probabilité de défaillance d’un système d’arrêt automatique = 1 . 10–4/sollicitation ou action.

TAUX DE DÉFAILLANCE (λ) = Nombre de défaillances par unité de temps.

Exemple : rupture d’un joint de dilatation = 1 . 10–8/h

b - Méthode “Mathématique”

Porte “ET”

S
L’événement S se produit si les
événements E1 et E2 se produisent
simultanément.

La probabilité d’occurrence de
l’événement est inférieure à celle de
E1 E2 l’événement le moins fréquent (E1
ou E2).

• PROBABILITÉ

P(S) = P1 . P 2

• TAUX

λ (S) = min (λ1 , λ2 )

Nota : Taux de défaillance x probabilité de non détection = Taux de défaillance résultant

Porte “OU”

S
L’événement S se produit si l’un des
événements 1 ou 2 se produit.

La probabilité d’occurrence de
l’événement S est au moins égale à
celle de l’événement le plus fréquent
E1 E2 (E1 ou E2 ).

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


39
J 5 -2

• PROBABILITÉ

P(S) = 1 – [(1 – P1) . (1 – P 2 )]

Nota : Généralement pour éviter un calcul fastidieux on utilise la simplification suivante :


- si P1 et P 2 sont du même ordre PS = P1 + P2

- si P1 et P 2 sont d’ordre différent et si P1 > P2, PS ≥ P1

• TAUX

λ (S) = λ1 + λ2

c - Méthode simplifiée

Pour des études avec de nombreux "étages" de combinaison, le calcul des probabilités peut apparaître
trop complexe pour être facilement utilisé par le groupe de travail. Une méthode simplifiée est parfois
utilisée :

• Les niveaux de probabilités sont établis et appliqués à chaque événement.

Exemple :
1 Improbable
2 Événement extrêmement rare
3 Événement très rare
4 Événement rare
5 Événement possible mais peu fréquent
6 Événement fréquent
7 Événement très fréquent

On applique les règles suivantes :

• PORTE "ET"

Suivant les utilisateurs :


– le niveau résultant est le plus petit des niveaux d'entrée (pour les plus pessimistes!)
– le niveau résultant est le plus petit des niveaux d'entrée moins 1 (pou les plus
optimistes!)

• PORTE "OU"

Le niveau résultant est le plus élevé des niveaux d'entrée

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


40
J 5 -2

5- INTÉRÊTS ET LIMITES
• MÉTHODE QUALITATIVE ET SEMI-QUANTITATIVE PRÉCISE qui est le travail d'une équipe
pluridisciplinaire
• FAIT INTERVENIR LES COMBINAISONS D’ÉVÉNEMENTS
• PERMET DE DÉTERMINER les chemins critiques et FACILITE le choix des actions de
préventions
• PEU APPROPRIÉE aux phases transitoires et aux procédés discontinus

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


La méthode permet de rechercher toutes les causes d’un événement redouté.
Méthode assez similaire à l’analyse de l’accident par l’”arbre des causes” mais réalisée a
priori.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


41
J 5 -2

CHAUFFAGE DU BÂTIMENT ADMINISTRATIF PAR CHAUDIÈRE


EAU CHAUDE SITUÉE EN SOUS-SOL

Inondation
sous-sol du
batiment

(3) (2 x 10-2/an)

(1,2 x 10-1/an) (1,8 x 10-1)

Défaillance NON détection


circuit d'eau

(1) (2)

(3 x 10-2/an) (5 x 10-2/an) (2 x 10-1) (9 x 10-1)

(4 x 10-2/an)

D SEC 2002 B
Rupture Rupture Rupture Défaut système Absence de
tuyauterie vannes pompes automatique surveillance

Méthode “mathématique”

(1) λS = λ1 + λ2 + λ3
(2) PS = P1 . P 2
(3) Nombre de défaillances/an . Probabilité de non détection = Résultante d’inondation/an

Exemple d’arbre de défaillances

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


42
J 5 -2

CHAUFFAGE DU BÂTIMENT ADMINISTRATIF PAR CHAUDIÈRE


EAU CHAUDE SITUÉE EN SOUS-SOL

Inondation
sous-sol du
batiment

5-1=4

Défaillance NON détection


circuit d'eau

5 6-1=5

3 5 4 6 7

D SEC 2002 A
Rupture Fuite Fuite Défaut système Absence de
tuyauterie vannes pompes automatique surveillance

Méthode simplifiée

Exemple d'arbre de défaillances

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


43
J 5 -2

IX - CHOIX DE LA MÉTHODE D’IDENTIFICATION DES RISQUES


Il n’existe pas de règle claire et nette justifiant pour chaque cas particulier, en fonction de critères clairs,
une méthode plutôt qu’une autre.

LE CHOIX DE LA MÉTHODE DÉPEND :

- de la définition de l’installation
- de son principe de fonctionnement (batch, continu, …)
- de la complexité de l’installation
- des dangers potentiels présents

L’IMPORTANT EST DE :

- NE PAS SE “PERDRE” dans ces outils mis à notre disposition

- NE PAS SE “CACHER” derrière les résultats de ces outils. Après utilisation de la méthode,
prendre du recul et vérifier la cohérence d’ensemble

La richesse et la qualité de l'analyse des risques sont fonction des personnes réunies au sein d'un groupe de
travail et non de l'outil utilisé.

IL N'Y A DONC PAS VÉRITABLEMENT DE BONNES OU DE MAUVAISES MÉTHODES D'ANALYSE DES


RISQUES.

Le tableau ci-après fait le point sur les différentes méthodes d’identifications des risques ; leurs avantages,
leurs inconvénients et leur durée type.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


00697_A_F
MÉTHODES D’IDENTIFICATION DES RISQUES (1/2)

DURÉE TYPE (1)


MÉTHODE AVANTAGES INCONVÉNIENTS
INSTALLATION INSTALLATION
“SIMPLE” “COMPLEXE”

ANALYSE PRÉLIMINAIRE • Méthodique/facile • Pas exhaustive (risque d’oubli) Quelques jours Quelques semaines
DE RISQUES
• Bien adapté aux procédés • Caractère préliminaire (détail du
discontinus, aux risques mal connus, procédé non couvert)
aux installations peu étudiées
• Ne traite pas les interactions

UTILISATION DE CHECK • Simple/efficace • Nécessité d’avoir les check lists 2 heures - 8 heures 2 jours - 5 jours
44

LISTS
• Rapide • N’imagine pas de nouveaux risques en
dehors des check lists
• Utilisée en exploitation courante
• Peu adapté à la fiabilité humaine
• Ne traite pas les interactions
• Ne vérifie pas les mesures de
protection

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


HAZOP • Groupe pluridisciplinaire • Lourd - Divergence facile 4 heures - 1 semaine 1 semaine -
(Hazard and Operability (≅ 3 jours par PID) 6 semaines
• Adaptée à des procédés continus • Limitée aux dérives de fonctionnement
Study)
dans chacune de leur phase d’un système mettant en œuvre des
(fonctionnement normal, démarrage, fluides
arrêt)
• Ne permet pas la représentation des
• Systématique combinaisons d’événements ou leur
enchaînement
• Utilisable pour gérer les modifications
• Transposable à un système de
pensée
J 5 -2
00697_A_F
MÉTHODES D’IDENTIFICATION DES RISQUES (2/2)

“WHAT IF” • Simple • Non systématique/non rigoureuse 2 heures - 2 jours 2 jours - 3 semaines
• Adaptée aux études préliminaires • Non adaptée à la fiabilité humaine
• Utilisable en exploitation courante • Repose sur la connaissance et
l’expérience de l’analyste

C.C.C. • Groupe pluridisciplinaire • Utilisable uniquement sur des Quelques heures Quelques jours
(Causes, Conséquences, installations standard préétudiées par
• Couvre aussi des événements non
Compensation) HAZOP
liés au procédé
• Ne traite pas les interactions entre
systèmes
45

AMDEC • Adapté à des systèmes avec • Ne traite pas les interactions, 2 jours - 1 semaine 1 semaine -
(Analyse des modes de composants défaillances multiples, combinaisons 10 semaines
défaillance, de leurs effets et d’événements (plusieurs mois)
• Prise en compte de la probabilité de
de leur criticité)
défaillance • Méthode inadaptée pour systèmes très
informatisés
• Évaluation aisée des améliorations
• Adaptée à la fiabilité humaine
(opérateur = composant)

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


ARBRE DE DÉFAILLANCES • Groupe de spécialistes • Complexe (à réserver aux risques 1 semaine - 2 semaines -
(Analyse qualitative ou majeurs) 3 semaines 10 semaines
• Gère bien les interactions entre
quantitative) (plusieurs mois)
systèmes (probabilité de défaillance • Repose sur données statistiques pour
globale) la partie quantification
• Évaluation aisée des améliorations • À utiliser après une méthode inductive
(Hazop, AMDEC)

(1) Cette durée comprend : la phase de préparation : 20 % du temps


la phase d’évaluation : 40 % du temps
la phase de documentation : 40 % du temps
J 5 -2
46
J 5 -2

X- ANALYSES DE RISQUES DES TÂCHES COURANTES

1- OBJECTIF
• ANALYSER LES RISQUES DES TÂCHES RÉALISÉES AU QUOTIDIEN car un défaut d'analyse
peut être à l'origine d'un "accident".

• METTRE EN ŒUVRE LES MOYENS DE PRÉVENTION pour éliminer ou limiter les risques
identifiés.

• AMÉLIORER LA PRISE DE CONSCIENCE DES INTERVENANTS et ainsi réduire les accidents


liés au facteur humain.

• RÉPONDRE À LA RÉGLEMENTATION (décret du 5 novembre 2001) portant sur la création d'un


document relatif à l'évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, en mettant
en œuvre une Politique de Prévention des Risques et un Processus d'Amélioration Continue.

2- MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE


• ASSOCIER LE PERSONNEL INTERVENANT

• S'ENTOURER DE SPÉCIALISTES et/ou les faire intervenir dans les formations à la méthode et la
validation.

• ANALYSER LE TRAVAIL RÉEL : ceci implique une bonne connaissance des équipements, du
procédé et de l'installation et chaque fois que nécessaire une visite sur les lieux de réalisation de la
tâche.

• LISTER LES DIFFÉRENTES TÂCHES POUR CHAQUE POSTE OCCUPÉ PAR LES
INTERVENANTS (exploitation, maintenance, laboratoire, magasin…)

. DÉCOUPER CHAQUE TÂCHE en phases ou étapes élémentaires

• IDENTIFIER LES FACTEURS DE RISQUES pour chaque étape ou phase en s'aidant si besoin
d'une fiche guide.

• DÉFINIR LES MESURES À PRENDRE pour éliminer ou maîtriser les facteurs de risque identifiés.

• RÉALISER LA TÂCHE en appliquant les mesures retenues.

• CONTRÔLER la compréhension des risques et l'application des mesures de prévention sur le


terrain.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


47
J 5 -2

3- ORGANISATION ET SUIVI POUR LES TÂCHES RÉPÉTITIVES

Travail à réaliser Personnel concerné / Acteurs

Information/formation sur le programme, ses Hiérarchie, spécialistes SHE


objectifs, la méthode

Identification des tâches Équipe, individu, spécialistes SHE

Découpe et analyse des risques de la tâche Équipe, individu, spécialistes SHE

Établissement de la fiche d'analyse Équipe, individu, spécialistes SHE

Validation de l'analyse Hiérarchie, spécialistes SHE

Diffusion, suivi d'action et classement Hiérarchie, spécialistes SHE

Réalisation de la tâche Équipe, individu

Évaluation / Contrôle d'application / Mise à jour Hiérarchie, équipe


si nécessaire

Déroulement et réalisation de l’analyse de risques des tâches

4- LIMITES ET INTÉRÊTS DE LA MÉTHODE


• MÉTHODE QUI S’ADRESSE À DES OPÉRATIONS COURANTES et ne concerne pas la
conception d’installation.

• OUTIL D'ANALYSE qui, à terme, est utilisé au quotidien par les intervenants en équipe pour la
préparation des tâches habituelles ou inhabituelles.

• INTÉRÊT POUR L'EXPLOITANT :


La méthode est généralisable à toutes les tâches (opération, maintenance,
laboratoire, …).
La méthode est utilisable par chacun d’entre nous, à tout moment, y compris dans la
vie privée.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


ANALYSE DE RISQUES DES TÂCHES COURANTES : Fiche guide

00697_A_F
RISQUES LIÉS AUX PROCÉDÉS - PRODUITS RISQUES LIÉS AUX OUTILS / MACHINES / FLUIDES / ÉNERGIES
UTILISÉS

• Paramètres procédés : • Outils, machines, équipements


– Température : vaporisation, condensation, expansion thermique
– Déplacement : choc, coincement entre, chute
– Pression : surpression, éclatement, mise sous vide
– Débit : débordement, assèchement, épandage – Manutention, utilisation : rupture, éclatement, projection,
libération d'énergie
• Produits :
• Fluides, énergies
– Inflammabilité : radiations, surpression
– Nocivité, toxicité : intoxication par inhalation, ingestion, maladie – Fluides auxiliaires : perte (eau, air instrument, azote, vapeur),
professionnelle risques spécifiques (ex : brûlure vapeur, asphyxie, …)
– Corrosivité : dégradation des équipements, de brûlure chimique – Circuits hydrauliques (huile, eau) : surpression, éclatement,
– Pollution : eau, air, sol blessure
48

– Électricité : électrocution
• Réaction chimique/physique :
– Rayonnement : sur exposition ou exposition aux rayons X,
– Exothermique : dégradation thermique, emballement Gamma, UV, laser
– Incompatibilité de produits : dégagement de produits toxiques, de
réaction violente
RISQUES LIÉS AU MILIEU DE TRAVAIL RISQUES LIÉS À L’INDIVIDU

• Conditions de travail (chaleur, froid, intempéries) : fatigue, malaise, • Qualification (formation insuffisante ou inadaptée, expérience
défaut de concentration insuffisante) : erreur opératoire, oubli

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


• Ambiance de travail (bruit, visibilité, odeurs, poussières, confinement) : • Équipement de protection individuel (non adapté, non porté, utilisé de
maladie professionnelle, inattention manière inappropriée) : brûlures, coupures, heurts, …
• Circulation (personnes, véhicules, engins, état des routes et voies de • Charge physique et/ou mentale (fatigue, maladie, situation
circulation) : heurt, accident d'urgence) : erreur, oubli
• Milieu à risques (sol glissant, désordre, encombrement, espace • Physiologie (stress, sous l'emprise de drogues, d'alcools, de
confiné, saleté) : chute, difficulté d'évacuation tranquillisants) : manque d'attention, …
• Travaux environnants (co-activité) : risques spécifiques (feu, blessure, • Comportement (pour gagner du temps, par habitude) : oubli, déaut de
intoxication) concentration, …
• Équipements de protections collectives (non adapté, insuffisant,
détérioré) : chute, exposition aux produits, …
J 5 -2
ANALYSE DE RISQUES DES TÂCHES COURANTES : Fiche d’analyse (Exemple 1)

00697_A_F
DATE : INTITULÉ DE LA TÂCHE À RÉALISER
Le Prise d'échantillon de bitume chaud au refoulement de la pompe de chargement
X NOUVEAU LIEU DE TRAVAIL
Stockage Bitume - Pomperie d'expédition
MISE À JOUR
ÉQUIPEMENT INDIVIDUEL DE BASE OBLIGATOIRE
X CASQUE COMBINAISON ANTI ACIDE X DÉTECTEUR H 2 S GILET DE SAUVETAGE

X LUNETTES À COQUES GANTS CUIR MASQUE AUTONOME X AUTRES

X BLEU DE TRAVAIL GANTS ANTI-ACIDE HARNAIS DE SÉCURITÉ Gants à manchettes

X CHAUSSETTES DE SÉCURITÉ MASQUE D'ÉVACUATION MASQUE POUSSIÈRE


NIVEAU NIVEAU`
PHASES / ÉTAPES DE LA TÂCHE (1) RISQUES POTENTIELS (2) DE RISQUE MESURES PRÉVENTIVES (4) DE RISQUE
(3) RÉSIDUEL (3)
1 Déplacement en voiture de la salle de contrôle Circulation : MIN Respecter le code de la route, limitation de vitesse MIN
jusqu'à la pomperie Choc, contre véhicule, obstacle Rester attentif aux autres
Blessure piéton
2 Garer le véhicule Produits / Circulation : MIN Éteindre le moteur du véhicule MIN
Source d'ignition d'un nuage de produits volatils Ne pas se garer devant une borne incendie, une douche de
(chargement produits à 20 m) sécurité, un extincteur, se garer en marche arrière
49

Gêner les accès en cas d'urgence


3 Rejoindre à pied le point de prélèvement Circulation / Déplacement : MOD Regarder ou l'on met les pieds MIN
Chute de plain-pied Emprunter le cheminement approprié en utilisant la passerelle
Prévoir un panier porte-échantillon pour garder 3 points d'appui
4 Placement de la boîte d'échantillon Réaction physique : MOD S'assurer qu'il ne pleut pas ou que la boîte est à l'abri MIN
Émulsion du bitume si présence d'eau Prévoir un récipient approprié (boîte métal ou carton avec couvercle)
5 Prélèvement Produits : EL Port de gants à manchettes en cuir et d'un casque avec visière MIN
Risque de brûlure par projection de produit chaud Tenir la boîte avec un porte-boîte
Risque de bouchage Existence d'une vanne de type STRAHMAN
Risque de sortie de produit après débouchage brutal au Vérifier en tournant dans le sens de la fermeture que la vanne est
cours de l'ouverture bien fermée

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Ouvrir la vanne en ralentissant à l'approche du nombre de tours
prévus
Idem 4
6 Récupération de l'échantillon Paramètres Procédés : MOD Fermer la vanne du Strahman du nombre de tours prévus MIN
Risque de projection sur l'opérateur du quart suivant S'assurer avant de partir qu'il n'y a pas de fuite
Idem 4 Récupérer les égouttures
Idem 4
7 Dépôt échantillon au laboratoire Individu : MIN Étiquetage de l'échantillon et dépôt dans l'étuve appropriée MIN
Confusion produit - Erreur d'analyse Idem 1
ÉTABLI PAR FONCTION VALIDÉ PAR FONCTION
CO stockage, opérateur stockage Chef de secteur mélange expéditions
(1) Chaque tâche ou opération consiste en une série d'étapes ou de phases élémentaires. Lister de manière exhaustive toutes les étapes.
(2) Un risque potentiel est un danger. Donnez les risques associés à chaque étape en vous aidant de la liste guide jointe
(3) (Optionnel). Estimer le niveau de risque en utilisant la matrice d'évaluation avant et après mise en place des mesures préventives. Tout risque situé par sa gravité et sa probabilité dans les zones "risque élevé" (EL) ou "risque modéré"
(MOD) doivent faire l'objet d'une action pour réduire le niveau de risque à un "niveau mineur" ou acceptable (MIN) ou pour éliminer le risque
(1) Décrire de manière précise les mesures préventives (équipement, procédure, organisation…).
J 5 -2
00697_A_F
ANALYSE DE RISQUES DES TÂCHES : Fiche d’analyse (Exemple 2)

TÂCHE : Ouverture d’un coffret électrique antidéflagrant sous tension dans une installation en service

PHASES DE L’OPÉRATION RISQUES MESURES DE SÉCURITÉ À PRéVOIR

Procédés - Produits : Mesure d’explosivité avant ouverture et balise en continu

- présence de gaz combustible et Pas d’opération process à proximité : purge, prise d’échantillon
inflammation
Salle de contrôle informée, liaison radio
- risque de déclenchement électrique
50

Ouverture coffret

Milieu : Port des protections auditives

- bruit > 85 dB

Intervention Outils/énergie : Protection des parties sous-tension non manipulées

- conducteurs sous-tension : électrocution Outils (tournevis, …) isolants + équipements de protection adapté

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


(écran facial, gants, …)
- outils métalliques

Fermeture coffret Individu : Habilitation électrique requise

- qualification Tâche interdite si habilitation inférieure au niveau requis


- absence momentanée
Interdiction de quitter les lieux avant fermeture du coffret

Consignation si absence durable


J 5 -2
51
J 5 -2

XI - GESTION DES MODIFICATIONS

1- RISQUES LIÉS AUX MODIFICATIONS


De nombreuses modifications, temporaires ou définitives, sont effectuées au cours du cycle de vie
d’une installation.

MODIFICATION = AJOUT, SUPPRESSION OU CHANGEMENT (autre que remplacement à


l’identique) :

- de tout ou partie de matériel


- d’une procédure
- d’une condition de service hors du domaine opératoire
- d’un produit
- d’une stratégie de conduite sur SNCC, d’un logiciel
- d’une organisation
- de personnel

CES MODIFICATIONS PEUVENT :

- introduire des risques nouveaux liés aux modifications elles-mêmes


- fausser les évaluations de risques préalablement établies
- rendre caduques les mesures de sécurité de l’installation initiale

Le personnel à l’origine de la modification ne regarde que l’effet positif et oublie les effets cachés ou
induits.

2- MAÎTRISE DES MODIFICATIONS


POUR ÉVITER LES EFFETS PERVERS DES MODIFICATIONS NON ÉTUDIÉES, UNE
PROCÉDURE STRICTE DOIT ÊTRE MISE EN PLACE POUR :

- convaincre le personnel
- interdire toute modification, quel qu’en soit le montant, sans autorisation formelle par les
spécialistes concernés
- mettre en place une procédure étanche, pour étudier rapidement les modifications
proposées

LA PROCÉDURE DE MAÎTRISE DES MODIFICATIONS COMPORTE LES PHASES SUIVANTES :

- description et justification de la modification envisagée


- évaluation des conséquences de la modification (méthodes d’identification des risques :
HAZOP ou autres)
- approbation ou refus de la modification par les services fabrication, procédés, technique,
maintenance, SHE, …
- réalisation et contrôle de la réalisation de la modification
- enregistrement de la documentation technique

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


52
J 5 -2

EXEMPLES DE REMPLACEMENT À L’IDENTIQUE


ET DE MODIFICATIONS

REMPLACEMENT à L’IDENTIQUE MODIFICATIONS

Remplacer les capacités et les tuyauteries avec des Remplacer de l’acier au carbone par de l’inox
équipements ayant la même taille, le même
Remplacer un tube par un tube de même diamètre
matériau de construction, la même épaisseur, les
et d’épaisseur plus importante
mêmes conditions de pression, la même
température de design, etc. Changer le diamètre d’une ligne
Remplacer les brides de série 150 (PN 20) par des
brides de série 300 (PN 50)

Remplacer une vanne par une autre qui lui soit en Remplacer une vanne à tige filetée émergeante par
tout point identique une autre qui ne l’est pas lorsque la procédure
attend de l’opérateur qu’il l’ouvre de X tours

Remplacer du matériel tournant par des nouveaux Changer la taille de l’impulseur d’une pompe
équipements de mêmes matériaux, capacité, brides,
Changer le type d’un joint, d’une graisse, …

Changer les caractéristiques d’un moteur électrique,
etc.

Changer la localisation de l’entrée d’air de


ventilation dans un bâtiment
Changer un accès camion dans une usine
Intervention de maintenance affectant un dispositif
de sécurité et non couverte par une procédure

Augmenter la température d’un réacteur à l’intérieur Sortir des limites spécifiées en température
des limites spécifiées pression, débit, …

Changer les concentrations de catalyseur dans les Changer de type de catalyseur ou sa concentration
limites opératoires en dehors des limites opératoires

Mise en œuvre de flexibles procédés non prévue


Addition ou modification d’interlock de sécurité

Promotion sans changement de description de Promotion avec changement de description de


fonction fonction

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


— Feuille 1 —
GESTION DES MODIFICATIONS : grille d’aide sécurité

00697_A_F
OBJET DE LA MODIFICATION : Unité :

Oui / RÉPONSES DONNÉES PAR SERVICES CONCERNÉS,


EFFETS INDUITS PAR LA MODIFICATION OK
Non MESURES PRISES

ÉLÉMENTS PROCÉDÉ/EXPLOITATION

➪ En dehors de l’objectif visé, cette modification peut elle avoir des répercussions sur :

- les conditions opératoires en amont ou en aval (paramètres de régulation, d’instrumentation, seuils d’alarmes, etc.) ?

- les conditions d’arrêt ou de démarrage ou de mise en sécurité ?

- la composition du produit en aval ou en amont (phase, % des constituants, pH, etc.) ?

- les propriétés physiques du produit en amont ou en aval (T, P, débit, viscosité, etc.) ?

- la signalisation, le repérage du matériel ?


53

➪ Les conséquences possibles sont-elles plus importantes en cas :

- de panne de tout ou partie des éléments impliqués par la modification ?

- d’augmentation, de réduction, d’instabilité, d’inversion du débit d’entrée ou de sortie du produit (bouchage de ligne, d’un
filtre, d’une purge)

- de montée ou de chute de pression, de température, de pH, de concentration, etc. ?

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


➪ Cette modification nécessite-t-elle l’utilisation d’un nouveau produit (conditionnement, stockage, précautions d’usage,
incidence sur le matériel) ?

MATÉRIELS / MAINTENANCE

➪ À terme, la tenue mécanique (vibrations, supportage) ou métallurgique du matériel (variation de T, de P, risque de


condensation, de corrosivité, etc.) peut-elle changer ?

➪ Doit-on réévaluer la criticité du matériel modifié (VIS, disponibilité) ?

➪ Faut-il prévoir ou modifier le programme de maintenance préventive du matériel ainsi modifié (contrôles techniques,
essais systématiques, etc.) ?

➪ Le design reste-t-il conforme aux documents techniques généraux, sinon en a-t-on l’expérience ?
J 5 -2
— Feuille 2 —

GESTION DES MODIFICATIONS : grille d’aide sécurité

00697_A_F
Oui /
Effets induits par la modification Réponses données par services concernés, mesures prises OK
Non

SÉCURITÉ / ENVIRONNEMENT

➪ En dehors de l’objectif visé, la modification affecte-t-elle :

- la protection des équipements contre les surpressions, les dépressions ?

- l’accessibilité, la visibilité, la protection du personnel ?

- le traitement des rejets ?

- les dispositifs de purge (disposition, conformité) ?


54

RÉGLEMENTATION

➪ Cette modification oblige-t-elle au respect d’exigences supplémentaires en matière de réglementation officielle (DRIRE,
CRAM, Inspection du travail, etc.) ?

MAîTRISE DOCUMENTAIRE
➪ Cette modification implique-t-elle une révision

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


- des consignes, procédures d’exploitation ?

- des manuels opératoires ?

- des schémas ou plans d’exploitation ?

- le programme d’analyse laboratoire, le Plan Contrôle Qualité ?

Analyse des risques effectuée le : par : Resp. : Resp. : Resp. :

Visa : Visa : Visa :


J 5 -2
55
J 5 -2

XII - QUANTIFICATION DES RISQUES


Voir chapitre : “Quantifications des risques”.

XIII - ÉLÉMENTS IMPORTANTS POUR LA SÉCURITÉ

1- RÉGLEMENTATION
La notion d’équipement et de paramètre IPS (Important Pour la Sécurité) est apparue il y a
quelques années, dans la mise en œuvre des démarches de prévention des risques majeurs.

SEVESO II n’a fait que renforcer cette exigence vis-à-vis des industriels, dans le cadre de la mise
en œuvre du système de gestion de la sécurité (SGS) en intégrant la notion d’éléments IPS depuis la
conception et dans toute modification d’installation jusqu’à la mise en œuvre des plans d’urgence.

2- DÉFINITION
UN ACCIDENT MAJEUR est un événement tel qu’une émission, un incendie ou une explosion
d’importance majeure résultant de développements incontrôlés survenus au cours de l’exploitation
d’un établissement couvert par la Directive SEVESO II, entraînant pour la santé humaine, à
l’intérieur ou à l’extérieur de l’établissement et/ou pour l’environnement un danger grave,
immédiat ou différé, en faisant intervenir une ou plusieurs substances dangereuses.

Au regard des accidents majeurs identifiés, LES FONCTIONS IPS ont pour objectif d’éviter les
événements redoutés pouvant conduire à un accident majeur. Les fonctions IPS permettent
d’identifier les éléments IPS associés.

UN ÉLÉMENT (OPÉRATION OU ÉQUIPEMENT) EST QUALIFIÉ D’IMPORTANT POUR LA


SÉCURITÉ (IPS) si il fait partie des barrières de défense destinées à réduire la probabilité
d’occurrence ou à limiter les conséquences d’un événement redouté susceptible de conduire à un
accident majeur :

- une barrière de défense est dite active si elle nécessite une source d’énergie ou une
sollicitation (action automatique ou manuelle) pour remplir sa fonction

- une barrière de défense est dite passive si elle n’a pas besoin de source d’énergie ou de
sollicitation pour remplir sa fonction (cuvette de rétention, disque de rupture, …)

Un élément IPS peut être un ÉQUIPEMENT dispositif de sécurité ou groupe de dispositifs de sécurité
ou bien une TÂCHE ou une OPÉRATION réalisée par un individu.

Exemples :

- Équipements (EIPS) : appareillages et liaisons des systèmes de mise en sécurité (alarme,


détecteur de fuites, vannes de sectionnement, soupape, disque de rupture, …)

- Instruments ou Automatismes (IIPS) : système d’arrêt automatique (coup de poing, arrêt


d’urgence, asservissement d’une alarme à un dispositif d’inhibition d’une réaction, …)

- Opération ou Procédure (OIPS) : procédure spécifique d’exploitation, d’entretien et de


vérification, d’inspection (prise d’échantillon d’un gaz de pétrole liquéfié, procédure de
vérification d’un équipement IPS, procédure d’organisation des relèves de quart, …)

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


56
J 5 -2

En ce qui concerne les PARAMÈTRES OPÉRATOIRES, ce sont les équipements évitant leur dérive
qui sont définis comme IPS. L’analyse de risque doit donc permettre d’identifier les plages de
fonctionnement normales et les seuils de sécurité à ne pas dépasser pour un fonctionnement sûr de
l’installation.

Exemple : mesure de niveau


Événement redouté : sur remplissage
"Zone de danger"
• LSH seuil de déclenchement
Seuil de danger
de sécurité

Seuil d'alarme • LAH seuil d'alarme

Seuil d'alerte
Paramètre

Zone de régulation Zone de fonctionnement


opérationnel • Mesure de niveau avec alarmes "soft"

D SEC 1271 A
Temps
"Zone de danger"

Notion de dérive par rapport à une zone de fonctionnement opérationnel

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


57
J 5 -2

3- PROCESSUS DE DÉTERMINATION DES ÉLÉMENTS IPS


Le logigramme présenté ci-dessous, décrit le processus de détermination des éléments IPS. Ce
processus doit faire l’objet d’une procédure formalisée dans le Système de Gestion de la Sécurité mis
en œuvre pour satisfaire la maîtrise des procédés et de l’exploitation (annexe III de l’Arrêté du
10 Mai 2000).

ÉTUDE DE DANGER
Analyse des risques

Scénarios
d'accident majeur

Fonctions IPS

Éléments IPS

Définitions
des exigences (1)

Gestion
D SEC 1272 A

Des éléments IPS (2)

Processus de détermination des éléments IPS

(1) Les exigences consistent à définir le niveau d’efficacité, de fiabilité, de disponibilité, de rapidité de
réponse requis pour chaque élément IPS.

(2) La gestion des éléments IPS doit définir la méthode d’identification, de maintenance et de
contrôle, les modes opératoires de test, le suivi des anomalies, la formation du personnel, les
niveaux de responsabilités habilités à modifier les exigences spécifiées dans la mise en œuvre
des éléments IPS.

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


58
J 5 -2
4 - EXEMPLE DE MÉTHODOLOGIE DE DÉFINITION DES EXIGENCES DES
ÉLÉMENTS IPS
Les exigences associées à un élément IPS peuvent être définies en fonction du niveau de risque
(niveau de gravité, niveau de probabilité) et du nombre de protections indépendantes :

- niveau de gravité de l’événement indésirable

Atteinte aux Atteinte à Atteinte aux Atteinte à la


personnes l’environnement équipements production

Petits et moyens
Niveau 1 Non Non Faible
équipements

Accident corporel
Niveau 2 Faible Gros équipements Partielle
localisé

Accident corporel Très gros


Niveau 3 Notable Prolongée
important équipements

Niveau 4 Atteinte au public Majeure — —

Évaluation du niveau de gravité

- niveau de probabilité

• niveau 1 : très rare


• niveau 2 : rare
• niveau 3 : fréquent

- niveau d’exigences des sécurités

Nombre de protections indépendantes

1 2 3

Niveau de risque Niveau d’exigence des sécurités

11 1 Standard Standard
12 1 1 Standard
13 1 1 Standard
21 2 Standard Standard
22 2 1 Standard
23 3 2 Standard
31 2 1 1
32 3 2 1
33 4 3 1
41 4 2 1
42 4 3 2
43 4 4 2

Niveaux d’exigences des éléments IPS en fonction des niveaux


de risque et du nombre de protections indépendantes

Quatre niveaux d’exigence sont spécifiés sur une échelle de 1 (standard) à 4 (le plus exigeant). Ce
niveau définit le niveau de précision, de fiabilité, ainsi que les fréquences et modalités de contrôle et
de maintenance.
00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


59
J 5 -2

XIV - MÉTHODES ET MOYENS D’INTERVENTION

1 - PLAN D’OPÉRATION INTERNE (POI) - PLAN PARTICULIER D’INTERVENTION


(PPI)
Le POI est établi sous la responsabilité de l’industriel avec l’appui des secours extérieurs. Il définit
l’organisation de l’intervention et les secours en cas d’accident contenu dans l’enceinte du site
industriel.

Le PPI relève de la responsabilité de l’état. Il définit l’organisation et l’intervention des secours en cas
d’accident dont les conséquences menaceraient les populations avoisinantes ou l’environnement.

Les scénarios d’accidents pris en compte, pour la définition des moyens à mettre en œuvre, sont
issus des analyses de risques réalisées sur le site.

Toute modification d’installation doit faire l’objet, à l’issue de l’analyse de risque, d’une révision des
plans d’urgence, si nécessaire.

La Directive SEVESO II a renforcé la formation du personnel aux plans d’urgence en obligeant des
manœuvres régulières. Des exercices de simulation POI et PPI sont réalisées périodiquement.

2- PROTECTION INCENDIE
Les moyens de protection incendie sont des ÉQUIPEMENTS IMPORTANTS POUR LA
SÉCURITÉ :

- réseau d’eau incendie : source d’approvisionnement, débits associés, équipements de


pompage

- moyens de première intervention : bornes incendie, lances monitor, arrosage type


“déluge” sur les installations, sprinklers dans les bâtiments, extincteurs portables et
extinctions automatiques, douches sécurité, lave-œil

Ils ont été définis à l’origine de l’installation. L’analyse des risques mise en œuvre dans le cadre des
études de dangers, permettent une revue régulière de ces moyens.

- exercices incendie : SEVESO II a renforcé leur suivi par la gestion des EIPS avec
notamment des essais réguliers vérifiant leur opérabilité

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


60
J 5 -2

XV - MAÎTRISE DE L’URBANISATION
Voir chapitre : “Quantifications des risques”.

XVI - EN CONCLUSION
De très nombreuses méthodes d’évaluation des risques :

- complémentaires
- des points communs
- déclinées de différents manières

Aucune ne permet d’assurer que tous les risques ont été pris en compte.

Un dysfonctionnement bénin peut, par cascades successives engendrer des catastrophes.

D’où :

OBLIGATION

- D’UN SYSTÈME DE MANAGEMENT SHE


- D’UN COMPORTEMENT COLLECTIF ET INDIVIDUEL EXEMPLAIRE

00697_A_F

 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training