Vous êtes sur la page 1sur 4
DÉFICIT EN EAU POTABLE DANS LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN Alexis Komenan Abidjan, décembre 2017 Résumé

DÉFICIT EN EAU POTABLE DANS LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN Alexis Komenan

Abidjan, décembre 2017

Résumé :

L’eau est sou e de vie. Sa disponibilité et sa gestion optimale sont le préalable à tout bien- t e o o i ue et so ial. La Côte d’Ivoi e, ui dispose d’u vaste seau hydrographique, a mené de longue date une politique prometteuse dans le secteur. Nonobstant, les populatio s souff e t d’u d fi it d’app ovisio e e t u e t es de i es a es. La situatio du Dist i t auto o e d’A idja est à et ga d préoccupante. Au-delà des solutio s a tuelle e t ises e œuv e, la flexio dev a s’o ie te de plus e plus ve s u e gestion plus écologique de la ressource qui passe pa u a age e t opti al de l’espa e u ai abidjanais.

Mots-clés :

Eau pota le, Côte d’Ivoi e, A idja , d fi it, essou e, gestio , d veloppe e t.

Él e t fo da e tal de l’e iste e et de l’e t etie de la vie, l’eau ev t u e importance unanimement reconnue. Sa présence et sa disponibilité conditionnent le devenir des sociétés humaines. À telle enseigne que « l’o leu » o stitue l’u des thèmes clé de la géopolitique mondiale actuelle.

La Côte d’Ivoire est relativement bien lotie en termes de ressources hydriques. Le pa s dispose e effet d’u seau h d og aphi ue ha o ieuse e t pa ti su le territoire national. Le climat tropical permet de surcroît la disponibilité permanente en eau souterraine et en eau de surface. La gestion de la ressource au profit du développement du pays apparaît donc a priori aisée. Cependant, il est constaté un déficit préoccupant d’eau potable en plusieurs points du territoire national. Mais le cas du District autonome d’A idja mérite une attention particulière, car la sous-

alimentation semble persister malgré le lancement de grands t avau d’h d auli ue pa l’État.

La présente note, ui se o e t e a do su la p o l ati ue de l’eau pota le dans la capitale économique et sa banlieue, a pou o je tif d’es uisse , da s u e démarche prospective, u tat des lieu , d’e d te i e les te a ts et de d gage des pe spe tives d’ volutio au ega d des te da es a tuelles. Il se a pou te i e question de réfléchir aux enjeux et aux propositions émanant de cette thématique d’i t t st at gi ue ajeu .

I. LE MALAISE DE L’EAU À ABIDJAN

Le Dist i t d’A idja de eu e o f o t à u e p u ie d’eau potable en plusieurs endroits. Dans presque toutes les communes, les longues marches de populations en quête du précieux liquide, bassines et bidons en main, les attentes prolongées devant des robinets désespérément vides sont une réalité presque quotidienne 1 . Les « coupures » d’eau, pa tout o stat es, peuve t souve t durer plusieurs semaines. La baisse de pression se fait, en général, particulièrement sentir du matin jusque tard dans la nuit, si bien que les populations sont forcées de veiller de minuit à quatre heures du matin pou l’app ovisio e e t. Dans ce contexte de ponction urgente et si ulta e de la essou e, le d it s’e t ouve d sesp e t fai le, ave pou corollaire une prolongation des veilles.

Pou pallie es d sag e ts, l’Offi e atio al de l’eau pota le ONEP et la So i t de dist i utio d’eau de Côte d’Ivoi e SODECI s’attelle t à app ovisio e les ménages via des camions-citernes. Mais la distribution peut se révéler rapidement en deçà des besoins. La ou se d sesp e à l’o leu o duit ainsi certaines populations à éventrer les canalisations retenant l’eau 2 . Une telle situation est de nature à engendrer des manifestations de mécontentement comme celle de Yopougon-Micao en 2017.

II.

LA

CONJONCTION

DÉMOGRAPHIQUES

DE

FACTEURS

TECHNIQUES,

ÉCOLOGIQUES

ET

L’État de Côte d’Ivoi e a t s tôt p is o s ie e des e jeu li s à l’eau pota le e se dota t, e 97 , d’u ad e i stitutio el, ju idi ue et op atio el ave ota e t

1 Cf. Le Mandat, « P u ie d’eau : la Côte d’Ivoire évitera-t-elle le pire ? », 24 février 2010. URL:

Abou Diabagaté, Ghislaine Honorée Konan, Atta Koffi, « St at gies d’app ovisio e e t e eau pota le da s l’agglo atio d’A idja Côte d’Ivoi e », in Geo-Eco-Trop., 2016, 4 : 345-360. 2 Abou Diabagaté, Ghislaine Honorée Konan, Atta Koffi, op.cit.

le P og a e atio al d’h d auli ue hu ai e PNHH . La p u ie d’eau à la uelle est confrontée l’agglo atio d’A idja est p opo tio elle au développement de la ville. En réponse à la problématique, le gouvernement a lancé ces dernières années plusieu s p ojets d’ali e tatio e eau pota le do t elui de l’e ploitatio de la nappe phréatique de Bonoua et de la station de Niangon 2 3 . Nonobstant, la situation reste inchangée.

Deux facteurs essentiels sont directement corrélés au déficit actuel : le système d’e ploitatio d’eau de la ville et le d veloppe e t de l’agglo atio . Le s st e d’exploitation connaît, en effet, une insuffisance et un vieillissement de certains équipements 4 . Mais le problème l de eu e elui de l’aug e tatio des apa it s de desserte en rapport avec des besoins sans cesse croissants. La question de la durabilité de la satisfaction des besoins est sans conteste centrale. En effet, l’appa eillage et la apa it de p odu tio e solve t poi t le p o l e de la disponibilité de la ressource, lorsque sa capacité de recharge est dépassée par l’a oisse e t d’u e populatio u ai e toujou s plus g a de à approvisionner 5 .

III. LES PERSPECTIVES D’ÉVOLUTION

L’a al se de la gestio a tuelle de ette ise de l’eau potable à Abidjan laisse entrevoir un investissement conséquent pour le renforcement des capacités de

production et de desse te de l’agglo atio . Le gouve e e t s’est ainsi engagé da s u e politi ue d’a uisitio de ouvelles i f ast u tu es, de maintenance des équipements existants et de prospection de zones de forages supplémentaires. Pour auta t, la gestio de l’ uili e e t e les ua tit s dispo i les de la essou e

h d i ue et l’a age e t de l’espa e u ai se t ouve a à te e t e la pie e

d’a gle de la politi ue de l’eau da s le Dist i t. D’u e a i e g ale, les apa it s

de recharge naturelle de la ressource nécessaire à sa disponibilité , seront, à terme, probablement inférieures à la demande d’u e populatio à l’u a isatio

apide, out e u’elles se o t aussi sig ifi ative e t a oi d ies avec le

développement non maîtrisé des te ai s asphalt s. Da s le as de l’agglo atio

a idja aise, le d veloppe e t e po e tiel de la ville e l’espa e de uel ues décennies a largement excédé les capacités de fourniture de la ressource. La satu atio de l’e l ati ue appe ph atique du Banco-Anguédédou, principal

3 Ibid.

4 Cf. Ministère des Infrastructures économiques, « Tout savoi su les p o l es de l’eau pota le e Côte d’Ivoi e », 2012.

peut t e attei te" », 04

5 Cf. Frat Mat Info, « Des experts rassurent: "La appe ph ati ue d’A idja e

a uif e du dist i t d’A idja depuis l’i d pe da e, est aujou d’hui ta lie 6 , d’où le démarrage de l’e ploitatio de la appe de Bo oua et les t avau d’ tudes

p li i ai es à l’e ploitatio de la lagu e d’Aghie . Une telle situation résume à elle

seule la p o l ati ue de la gestio du a le d’u e essou e aussi st at gi ue. Dans le contexte actuel, les solutions apportées par l’État ou e t le is ue d’ t e inefficientes à moyen et à long terme, et encore moins si la tendance actuelle à l’u a isatio i o t ôl e se pou suit. Le e fo e e t des apa it s te h i ues de production de l’eau potable ne fera ue eta de l’ h a e de satu atio des sou es d’app ovisio e e t. Il e sulte ait à ouveau ce « malaise de l’eau », source de risques sanitaires et environnementaux. On verrait encore se manifester, corollaire de ce malaise, cette grogne sociale aux conséquences potentiellement imprévisibles. Il en ressortirait, sur le plan économique, un préjudice important au retour sur investissement escompté pa l’État dans une agglomération rendue potentiellement inattractive par la menace du stress hydrique. Ainsi se profile l’a pleu d’u e situatio do t le t aite e t essite a deu g a ds levie s, d’u e part la gestion rationnelle et optimale de la ressource amélioration du système d’e ploitatio , lutte o t e le gaspillage –, d’aut e pa t l’a age e t du a le du territoire abidjanais, lesquels sont à activer dès maintenant avec force volonté politique.

© Alexis Komenan 2017

6 E , le di e teu de p odu tio de la SODECI da s la zo e d’A idja , F a çois Olivie Gosso, affi ait ue « la appe d’A idja est e situatio de satu atio à ause de la fo te de a de due, elle-même, à la population galopante ». Cf. Frat Mat Info, « Des experts rassurent: "La appe ph ati ue d’A idja e peut t e atteinte" », 04 juillet 2013. URL: https://www.fratmat.info/index.php/economie/item/4725-des-experts-