Vous êtes sur la page 1sur 24

Article provenant de: http://www.alterinfo.

net/D-Hiroshima-a-l-Irak,-61-ans-de-guerre-
suicidaire-a-l-uranium,-de-genocide,-de-ligne-de-conduite-omnicide_a9275.html

D'Hiroshima à l'Irak, 61 ans de guerre


suicidaire à l'uranium, de génocide, de ligne de
conduite omnicide
« Les laboratoires d'armes nucléaires existent pour le Pentagone, et le Pentagone existe pour les
compagnies pétrolières. » - Richard Berta, inspecteur régional occidental pour le ministère de
l'Énergie, novembre 1991 (1)
Par Leuren Moret, le 26 décembre 2006

Depuis 1991, la guerre nucléaire secrète, menée par les USA, la Grande-
Bretagne et leurs alliés, qui utilisent des armements à l'uranium appauvri
(UA), a été conduite au Moyen-Orient, en ancienne Yougoslavie, en
Afghanistan (2) et au Liban (3). Elle est faite dans le but exprès de
détruire la santé publique et d'endommager le futur génétique
d'immenses populations dans les régions riches en pétrole.

Le tapis et le quadrillage de bombes avec des armes à l'UA en Irak, en


Yougoslavie et en Afghanistan garanti la contamination radioactive
permanente du terrain. La découverte récente que les bombes US à l'UA
jetées par Israël sur le Liban en 2006 contenaient de l'uranium enrichi
(4, 5) suggère un test secret d'armes nucléaires de quatrième génération.
Les USA et leurs alliés se rendent parfaitement compte que ces
armements violent les Conventions de Genève et de La Haye et le
Protocole sur les Gaz Toxiques de Genève en 1926 (6). Ils répondent à la
définition d'armes de destruction de masse dans deux catégories sur
trois du Code US (7). Et Leur usage viole la loi militaire (8) depuis que les
USA sont signataires des Conventions de la Haye et de Genève.
Le plan des bombes sales, des armements à gaz toxique radioactif de
l'UA, des missiles et des balles sales, était contenu dans une note (9)
déclassée datée du 30 octobre 1943. Elle était adressée au général Leslie
Groves, qui dirigeait le Projet Manhattan, la tentative US pour construire
des bombes atomiques durant la Deuxième Guerre Mondiale.
La recommandation pour le développement de l'UA comme pénétrateur
cinétique n'a jamais été mentionnée dans la note de Groves. C'était
spécifiquement pour la dépopulation.
La note de Groves indique clairement qu'en 1943, les scientifiques US
recommandaient l'usage d'armes à gaz toxiques radioactifs afin de
souiller l'air, l'eau, le sol, la nourriture, l'environnement et le sang des
populations exposées. La contamination à long terme est permanente,
puisque l'uranium-238 a une demi vie de 4,5 milliards d'années, rendant
les régions souillées inhabitables pour l'éternité.
Pour les populations qui doivent continuer à vivre dans les zones
contaminlées, les effets à long terme sont la maladie chronique et la
détérioration de leur ADN. La contamination par l'UA largement
répandue dans les populations a comme effet la dégradation potentielle
de l'ADN des futures générations. Les détériorations induites dans
l'ADN d'un simple œuf ou du sperme qui fertilise un œuf se manifestent
et se répètent dans chaque cellule de l'organisme en développement, et
les défauts se transmettent à toutes les générations futures (11).
Non seulement les soldats US et alliés sont exposés et les populations
civiles sont la cible d'un génocide, mais la contamination par l'UA est
maintenant mondiale (12, 13). En réalité, nous sommes tous des vétérans
de la Guerre du Golfe.
Les armes à l'UA, utilisées à échelle régionale, remplissent les objectifs
du National Security Council US, comme c'est déclaré dans le « Global
2000 Report : Vision of a Gloomy World » (1980). (14) Ce rapport
recommandait une dépopulation des pays du tiers monde impérative pour
le dessein du gouvernement US de mettre en sûreté le minerai et les
autres ressources stratégiques.
La contamination atmosphérique globale par des particules d'UA aura
comme conséquence une dépopulation massive à échelle mondiale. En
augmentant le taux de mortalité et en diminuant le taux de natalité
mondialement, on éliminera plus de 2 milliards de personnes.
L'UA est l'arme idéale de dépopulation amenée par le Nouvel Ordre
Mondial. Simplement en quelques années il a transformé la planète Terre
en étoile morte.
La dépopulation et l'accumulation de capital
Ce qui suit est la thèse politique de dépopulation exposée dans cet article
: La dépopulation et le génocide massif intentionnels sont des politiques
centrales pour lesquelles les élites régnantes conduisent les relations
internationales, le développement d'aide économique, le développement
des armes stratégiques et la conception des guerres fabriquées.
Le but opérationnel de cette politique de dépopulation intentionnelle est
la réduction de la population humaine. Avec l'approbation présidentielle,
l'ancien secrétaire d'État US Henry Kissinger avait présenté le chiffre
de 2 milliards de personnes comme un niveau de réduction souhaitable,
mais en fait la politique de dépopulation peut chercher une réduction de 2
à 4 milliards, jusqu'à deux tiers de la population mondiale.
Cette politique de dépopulation est voulue par l'élite régnante mondiale
pour obtenir en résultat le contrôle des ressources minérales et
stratégiques et de l'eau, et le contrôle total sut les richesses du monde.
Le qualificatif le plus commun de la politique de dépopulation est « le
Nouvel Ordre Mondial. »
« Toutes les guerres ont une origine économiques, » disait Bernard
Baruch, conseiller des présidents pendant la Première et la Deuxième
Guerre Mondiale.
Même les Croisades du 13ème siècle au Moyen-Orient n'étaient pas des
guerres religieuses, mais une tentative par des intérêts spéciaux en
Europe de rétablir et de prendre le contrôle des richesses et des revenus
de la Route de la Soie (15). La théologie a été créé pour éliminer les «
ennemis de Dieu » afin de promouvoir et de justifier les guerres des
Croisades, qui étaient disputées pour des avantage économiques cachés.
L'histoire du Moyen-Orient se répète au 21ème siècle.
La politique de dépopulation du Nouvel Ordre Mondial a été consciemment
accélérée pendant la Deuxième Guerre Mondiale avec le Projet
Manhattan. Pendant cette guerre, le Projet Manhattan a développé trois
armes de destruction de masse interdites et abominables : les bombes
atomiques jetées sur les populations civiles d'Hiroshima et de Nagasaki
en 1945, l'Agent Orange, un défoliant développé pour la guerre du Viêt-
nam, et les armes radioactives aux gaz toxiques de l'UA employées en
Irak, en Yougoslavie, en Afghanistan et au Liban depuis 1991. Ces armes
de destruction de masse ont été développées précisément pour l'objectif
de dépopulation.
Après la Deuxième Guerre Mondiale, l'élite régnante internationale, les
Illuminati, la London Money Power, le groupe Bilderberg, le Club de Rome,
et les Skull and Bones, et aux USA, le Council on Foreign Relations, la
Trilateral Commission, le National Security Council et le Département
d'État, ont tous fait de la dépopulation de 2 milliards de gens leur
première priorité. Le but de ce génocide de masse planifié est de
maximiser les profits et d'accumuler les richesses.
La dépopulation en Afrique
La politique de dépopulation a visé l'Afrique plus lourdement que tout
autre continent, ayant comme conséquence le pillage de ses vastes
ressources naturelles par les élites régnantes. C'est une « coffre au
trésor » de minerais et de métaux précieux, rares et stratégiques, avec
plus de riches ressources variées que tout autre continent.
Le livre, « Tiny Rowland : The Ugly Face of Neocolonialism in Africa,
» (16) expose les détails du rôle que jouait Tiny Rowland, comme agent de
la Reine Britannique, en transformant les rêves d'indépendance des
nations Africaines des années 60 en un cauchemar de continent mourant,
infesté par la famine et la maladie. Rowland était le directeur général et
l'architecte en chef de Lonrho, la compagnie multinationale Britannique
qui était le quartier général du pillage des pays africains grâce à de sales
tours économiques.
À travers Lonrho, Rowland est devenu le plus grand homme d'affaires
occidental d'Afrique. Le livre détaille aussi comment Rowland a créé les
mines de Rio Tinto pour les considérables holdings d'uranium privées et
personnelles, valant plus de 6 milliards de dollars, de la Reine
d'Angleterre dans d'anciennes colonies Britanniques. Pas mal pour un
Allemand ancien des corps de jeunesse Nazis, qui était reconnu coupable
en Allemagne avant qu'il change son nom, déménage en Angleterre et
devienne le flibustier de la Reine.
La thèse de la politique de dépopulation se prolonge à la collaboration
internationale et à l'alliance entre organismes privés, universités,
sociétés, gouvernements, corps militaires et quasi-gouvernementaux. Le
concept du SIDA, une nouvelle classe d'armes biologiques, est sorti du
Club de Rome et a été fabriqué dans les laboratoires du ministère de la
Défense US.
Le SIDA était l'une des bio-armes « exotiques » développées
primitivement. Il a été développé et administré par l'Organisation
Mondiale de la Santé (OMS) et le Département de la Défense US (DOD).
Le Congrès a financé le projet de développement du SIDA, utilisé pour la
dépopulation de l'Afrique en combinaison avec la famine, deux manières
connues pour augmenter rapidement le taux de mortalité.
Le rôle des universités
Les universités ont joué un rôle important dans le développement des
armes de destruction de masse et dans la mise en application des
politiques de dépopulation. Les subventions du DOD jouent de plus en plus
un rôle important dans le financement de la recherche scientifique aux
USA.
En plus de diriger les laboratoires d'armes nucléaires, UC Berkeley a
commencé une recherche financée par le DOD pour développer des «
insectes volant espions robots, » de la « poussière futée » et d'autres
projets incités par les événements du 11 septembre 2001. C'est bénin
comparé à l'Université Johns Hopkins, le plus grand bénéficiaire aux USA
du financement du DOD, qui reçoit presque 350 millions de dollars par an
(17). L'université Johns Hopkins et le le laboratoire national Lawrence
Berkeley, où commença le Projet Manhattan pendant la Deuxième Guerre
Mondiale, ont été impliqués dans la recherche sur d'autres aspects de la
politique de dépopulation, le « projet du génome. »
Le projet du génome est un programme scientifique presque achevé pour
dresser une carte du génome humain. Relever le génome humain et le
développement de nouvelles bio-armes vont de pair. Secrètement, et en
violation du droit international, les bio-armes exotiques ont été en
développement intensif dans plus de 100 laboratoires gouvernementaux
et militaires aux USA pendant les dernières décennies.
Le développement des bio-armes et l'expansion des laboratoires se sont
intensifiés sous le secrétaire de la Défense Donald Rumsfeld à des
niveaux sans précédent après 2000 (18). Elles sont rentables, quelque
chose pour laquelle le radin Donald Rumsfeld était connu, mais elles n'ont
rien de neuf. En 1948, lors d'une entrevue entre Heinrich Mueller,
l'ancien chef de la Gestapo, et son interrogateur de la CIA, Mueller
reflétait le même souci de pingrerie mesquine caractéristique des
fascistes :
Si Staline envahit l'Europe… une petite maladie ici et là éliminera
ses hordes et laisserait tout intact. En outre, une petite
bouteille de germes est tellement meilleur marché qu'une bombe
atomique, n'est-ce pas ? Pourquoi, tiendriez vous plus de soldats
dans votre main que Staline pourrait probablement en
commander et vous n'avez pas à les alimenter, à les vêtir ou à
leur fournir des munitions. D'autre part, la menace de la guerre…
fait des merveilles… pour l'économie. (19)

Apparemment, la conception de nouvelles sortes de bio-armes pour le


DOD peut être dangereux pour la santé d'un scientifique. Plus de 50
scientifiques de classe mondiale ont été assassinés depuis 2002 aux USA
et au Royaume-Uni. Presque tous étaient des microbiologistes travaillant
sur des bio-armes ethniques. (20, 21)
Quand les programmes de contrôle de population ont échoué dans les pays
du tiers monde, la politique étrangère US s'est montrée secrète et
violente. Après que les programmes de contrôle des naissances et de
stérilisation aient échoué en Inde, c'est devenu la cible d'une forme de
politique de dépopulation mortelle et démoniaque comportant les bio-
armes et les radiations.
Le SIDA s'est maintenant propagé à travers la moitié sud de l'Inde.
L'UA emporté dans l'Himalaya, au Pakistan et dans les riches sables
pétrolifères du Ràjasthàn, de l'Utar Pradesh et du Goudjerate souille la
moitié nord de l'Inde et les eaux de neuf fleuves principaux d'Asie au
plus près de leur source dans l'Himalaya.
Les guerres radioactives
Les lourds bombardements en tapis et en quadrillage avec de l'UA
entamés en 2001 par les militaires US du côté oriental de l'Afghanistan
ont garanti une grave contamination dans les zones neigeuses encaissées
des régions montagneuses fournissant l'eau au Pakistan et aux régions
occidentales de l'Inde. En souillant les approvisionnements d'eau vitale
dans de vastes régions avec des contaminants radioactifs, une guerre
nucléaire de bas niveau, secrète et invisible, est effectuée contre l'Asie.
Les guerres radioactives avec le rayonnement de bas niveau abîmera
l'ADN de toutes les êtres vivants exposés. Ce n'est pas simplement une
guerre contre les gens ; c'est une guerre contre l'environnement. Peu
d'êtres vivants échapperont au lent empoisonnement radioactif qui
dégrade l'ADN et qui est passé sur toutes les générations futures.
Les armes biologiques sont en développement et en test pour contrôler la
population. La stérilisation obligatoire a servi comme moyen de contrôle
des populations a été introduite secrètement dans des pays du tiers
monde, où les femmes recevant des vaccins ne pouvaient jamais obtenir
une naissance vivante après la vaccination. Ceci a été rapporté dans un
documentaire de la BBC sur des femmes des Philippines et du Mexique qui
avaient servi de cobayes pour un nouveau vaccin expérimental contre la
grossesse. (22)
Le vaccin HCG incite le corps de la femme à rejeter les nouvelles
grossesses. Des femmes noires non volontaires ont été stérilisées dans
des hôpitaux sud-africains avec le vaccin HCG. Elles ont dit, après la
naissance d'un bébé, « nous ne pouvions pas quitter l'hôpital avant d'avoir
eu '' cette piqûre ''. » (23)
Des nouveau-nés noirs, nés de parents sans SIDAS, ont reçu des
vaccinations avant de quitter l'hôpital en Afrique du Sud, et il a été
bientôt constaté que les bébés avaient le SIDA. (24) Dans quelques
tribus indiennes, jusqu'à 80 pour cent des femmes sont stériles. Les
récoltes biopharmaceutiques sont un désastre dont la venue est attendue.
Le Dr. Ignacio Chapela a rapporté que du maïs spermicide était testé par
des compagnies de drogue au Mexique :
Certains au Mexique se sont inquiétés de la possible pollution de
leurs champs par le maïs biopharmaceutique. Silvia Ribeiro, qui
dirige le bureau du Groupe ETC à Mexico, a remarqué avec
inquiétude que Epicyte Corp. basée en Californie revendique un
maïs spermicide à usage contraceptif. « Le potentiel du maïs
spermicide comme arme biologique est très élevé, » a-t-elle
averti, se rappelant l'usage de stérilisations obligatoires contre
le peuple autochtone. (25)

Nous ne pouvons plus longtemps faire confiance à ce qui étaient les


soutènements de la vie. Les armes de dépopulation de l'élite régnante
sont dans le ciel, dans la nourriture, dans les vaccins, dans les procédures
médicales, dans l'eau potable, dans les sols et même dans notre corps
pour être passées aux générations futures. L'ironie dans ce plan
démoniaque est que nous n'avons jamais été informés. La décision a été
prise pour nous — d'affronter le génocide et la mort dès la naissance.
L'énergie nucléaire
Les réacteurs nucléaires sont concentrés en plus grand nombre en
Europe, en Amérique du Nord et au Japon où sont localisés les
gouvernements les plus démocratiques du monde. Forcément, les
gouvernements démocratiques seront les premières cibles de l'élite
régnante en formant un gouvernement de sociétés mondial.
Pour cette raison, l'énergie nucléaire a été mise en application par des
forces cachées puissantes, en dépit de l'opposition largement répandue
et à long terme des citoyens de ces pays « démocratiques ». Le fait que
l'énergie nucléaire est la technologie énergétique la plus coûteuse, sans
solution pour l'élimination des déchets radioactifs, a été ignoré.
Les centrales électriques nucléaires délivrent les mêmes produits mortels
de fission dans leurs émissions pendant des mois et des années qu'une
bombe nucléaire les délivre en une nanoseconde. L'exposition chronique au
rayonnement de bas niveau des émissions libérées par les centrales
électriques nucléaires peut être de nombreuses façons plus mortelle que
l'exposition aiguë à une explosion de bombe nucléaire.
Les produits de fission aux demies vies très courtes des essais
atmosphériques se dégradent dans l'atmosphère. Mais ces mêmes
dangereux produits de fission émis par les centrales électriques
nucléaires arrivent dans les communautés en quelques heures.
L'exposition chronique des populations dans les décennies passées a causé
une souffrance incalculable, des dommages de santé publique et le
sacrifice de générations d'enfants, le futur de nos pays.
Les radiations
Les radiations ont un effet mutagène très puissant, détruisant l'ADN et
le futur génétique des individus et des populations exposés de manière
chronique. Elles détruisent aussi le fonctionnement cérébral et causent
de nombreuses maladies liées aux rayonnements.
Le taux élevé de stérilité, lié en particulier aux radiations, augmente
mondialement depuis 1945. Il y a vingt ans, 80 pour cent du sperme des
hommes étaient normal globalement et 20 pour cent avait l'ADN
endommagé. Aujourd'hui, c'est l'inverse, avec seulement 20 pour cent du
sperme normal globalement et 80 pour cent avec de l'ADN endommagé.
Le but du Nouvel Ordre Mondial est de réduire le taux de natalité et
d'augmenter le taux de mortalité mondialement.
Le Dr. Ernest Sternglass et le Radiation and Public Health Project (26)
ont indépendamment collecté plus de 6.000 dents de jeunes enfants
vivant autour de centrales électriques nucléaires. Ils ont constaté que le
niveau de radiation du strontium-90 dans les dents est aussi élevé ou plus
élevé maintenant que pendant les essais atmosphériques.
Le Dr. Sternglass, que le président Kennedy invita à témoigner au Congrès
sur le lien entre le rayonnement des retombées radioactives et le cancer
chez les enfants, a aidé à convaincre le Sénat de signer le Partial Test
Ban Treaty en 1963. Il a récemment déclaré, « Ce que nous avons fait est
de remplacer les retombées radioactives des essais de bombes par les
soi-disant petites émissions autorisées des centrales nucléaires. » (27)
À l'intérieur du pays, le programme du gouvernement US de promotion de
l'énergie nucléaire comme énergie « très bon marché au compteur » sous
le président Eisenhower avait un ordre du jour militaire caché comme
seule source de plutonium connue pour les armes nucléaires. En accord
avec la politique de dépopulation des élites régnantes, du génocide
intentionnel et de la maximisation du profit, le programme énergétique
nucléaire a servi d'arme stratégique secrète et de forme clandestine
très mortelle de guerre nucléaire manigancée.
La Russie et le Japon se distinguent maintenant en étant deux des
quelques pays du monde où le taux de mortalité est plus élevé que le taux
de natalité. Les radiations dans ces pays ont-elles quelque chose à voir
avec la distinction d'avoir accompli le but final du Nouvel Ordre Mondial ?
L'accident de Chernobyl, libérant d'énormes quantités de produits frais
de fission dans l'atmosphère le 26 avril 1986, a contribué à la chute de
l'Union Soviétique. Les radiations ont parcouru le monde, causant des
grappes de cancers du sein partout où la pluie a fait tomber les produits
de fission de l'atmosphère. La Russie est un vieil homme malade de
l'impact de cet accident.
Un illustrateur scientifique a tracé le chemin du rayonnement de
Chernobyl à travers l'Europe en dressant la carte des insectes en mauvais
état sous la route du nuage de Chernobyl. Aujourd'hui, une pandémie de
diabète en Europe résulte des radiations des essais atmosphériques
français au Sahara, de Chernobyl et de l'UA utilisés sur les champs de
bataille depuis 1991.
Le Japon a déjà une stérilité très élevée, avec un taux de natalité en
baisse et un taux de mortalité croissant, ainsi qu'une épidémie de
maladies liées aux rayonnements de ses 56 réacteurs nucléaires. Mais
l'ouverture de Rokkasho, la plus grande installation de retraitement
nucléaire du monde, le 1er avril 2006, détruira le Japon. Il semble
prophétique qu'elle ait commencé à fonctionner ce jour-là, à moins que ce
soit juste l'humour tordue de la CIA.
L'accord de construire le premier réacteur thermonucléaire du monde,
maintenant situé à Rokkasho au nord du Japon, a été pris ironiquement
lors d'un sommet en 1985 entre Reagan et Gorbachov. Il libérera des
émissions équivalentes en un an à celles de 365 nouveaux réacteurs
nucléaires. Il y a seulement environ 411 réacteurs nucléaires commerciaux
dans le monde. Le Japon aura bientôt des émissions radioactives
équivalentes à 419 réacteurs nucléaires, dans un pays de la taille de la
Californie. Le Japon subit un grand tremblement de terre de magnitude 8
ou plus tous les 5 ans !
Les gouvernements du monde dissimulent les maladies liées aux
rayonnements autour des centrales électriques nucléaires, à l'accident de
Chernobyl et aux rayonnements de bas niveau. Il y a des gens dans les
lieux élevés du Japon qui savent quel sera l'impact de Rokkasho sur la
santé, l'environnement et la santé publique. L'information est déjà
disponible dans les statistiques vitales annuelles publiées tous les ans par
le gouvernement japonais. Pourquoi donc un gouvernement empoisonnerait
et détruirait sciemment ses propres citoyens ?
Il existe une alliance nucléaire internationale cachée très puissante.
L'énergie nucléaire, l'approvisionnement et les prix de l'uranium, est
contrôlée globalement par le syndicat des Rothschild. Ce pouvoir et ce
contrôle n'étaient pas manifestes au début.
Dans une série de deux volumes, « The Rothschilds, » le journaliste
japonais Takashi Hirose a exposé les mécanismes bien cachés du contrôle
de l'énergie nucléaire par le syndicat des Rothschild. L'un des Rothschild
sert de directeur commercial à la Reine d'Angleterre, qui possède en
privé et en secret d'énormes intérêts dans les holdings de l'uranium en
Afrique, au Canada et en Australie à travers les mines de Rio Tinto.
Les tableaux dans les livres de Hirose sur les mariages consanguins des
Rothschild révèlent que depuis des siècles le syndicat des Rothschild
s'est largement marié avec les familles royales et la noblesse mondiale. Il
a aussi révélé que la mère de la Princesse Diana était une Rothschild à
travers des mariages consanguins plusieurs générations en arrières. Il est
facile de comprendre comment l'élite régnante et du pouvoir de l'argent
de Londres ont partagé des intérêts et des objectifs communs, puisqu'ils
tirent mutuellement avantage de former des alliances. Et ils savent qu'il
est facile de suborner les fonctionnaires élus.
Les trois guerres nucléaires secrètes
Avec peu de sens moral pour la communauté globale, l'élite régnante
mondiale régnante a effectué trois guerres nucléaires secrètes continues
qui se chevauchent depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, avec les
essais atmosphériques, les centrales électriques nucléaires et les armes à
l'UA. Les technologies nucléaires répondent certainement à ses buts
politique de dépopulation et, en même temps, à la maximisation des
profits puisqu'elle possède les sources d'uranium requises pour le
combustible nucléaire et a des droits acquis dans l'énergie nucléaire.
L'élite régnante a aussi des liens avec les compagnies pharmaceutiques,
qui favorisent leur objectif de profit maximum. Elles sont payés pour
gâcher la santé, elles sont payés pour l'améliorer et elles sont payés pour
traiter les maladies qu'elle ont causées. Ça redouble les affaires — le
capitalisme extrême dans toute sa splendeur.
La meilleure manière de les arrêter est pour les villes et villages de sortir
du réseau. Les citoyens doivent posséder les compagnies électriques et
changer en choisissant des formes d'énergie renouvelables, passives et
non destructrices. L'économie pétrolière est un jeu d'arnaque avec de
l'extorsion, du racket et de la fraude donnés en plus.
La peur du « pic pétrolier » est un canular, connu de tout géologue parce
qu'il est recyclé tous les 20 ans pour remonter les prix du pétrole. Son
Excellence le Shiekh Ahmed Zaki Yamani, ministre saoudien du pétrole de
1962 à 1986, pense que l'âge du pétrole ne finira pas par pénurie mais par
la technologie. Le prix du pétrole était destiné à s'effondrer à long
terme et le monde n'épuisera jamais la dernière goutte, parce qu'il n'en
aura pas besoin : « L'âge de Pierre ne s'est pas terminé par manque de
pierres, et l'âge du pétrole ne se terminera pas parce que nous n'en
aurons plus. » (28)
Mondialement, l'énergie nucléaire est abilement promue comme une «
énergie propre » et comme une solution au réchauffement global par les
marchands ambulants de propagande de l'établissement comme Al Gore,
mais elle ne l'est pas. Il existe un ordre du jour caché et une association
économique secrète entre membres de l'élite régnante, avec des droits
acquis et des bénéfices énormes à faire à partir de la promotion de
l'énergie nucléaire.
L'association cachée des élites régnantes, plus précisément de certains
membres des empires économiques Anglais et US, a été exposée dans
«The Queen's Death Star: Bush, Cheney, Howard and the Queen. » (29)
Près de son coeur est la City de Londres, le centre financier du groupe
oligarchique dirigé par le Prince Consort Royal Philip. En foi et en
pratique, le Consort Royal est un grand fan du génocide. Il a déclaré : « Si
j'étais réincarné, je souhaiterais revenir sur Terre en virus tueur pour
abaisser le niveau de la population humaine. » (30)
Le Consort Royal reflétait simplement les pessimistes prévisions
économiques malthusiennes concernant le futur de l'humanité et «
l'explosion de la population » au 18ème siècle. Le riche Anglais Thomas
Robert Malthus comptait que des forces telles que la guerre, la peste, la
famine et la peste, élimineraient la population en expansion. Les pensées
de la politique de dépopulation pour le gain économique par l'élite
régnante étaient bien vivantes, même au 18ème siècle.
Une nouvelle guerre nucléaire secrète se développe en Asie, favorisée par
une association des mêmes élites régnantes dans les empires économiques
Britanique et US. Récemment, les relations internationales ont conduit
l'énergie nucléaire comme une forme d'aide au développement économique
dans les pays : Corée du Sud, Japon, Chine et Inde, connus comme les «
Économies du Tigre » :
La montée de la puissance économique des Économies du Tigre
est la plus grande menace pour les empires économiques des
Anglais et des USA. Depuis 2003, l'énergie nucléaire a été
forcée en Corée du Sud, au Japon, en Chine et en Inde par le
président Bush, le vice-président Cheney et Howard, le premier
ministre d'Australie.

Le programme Britannique de développement de l'énergie nucléaire en


Asie est un remake des Guerres de l'Opium en Chine il y a plusieurs
siècles. Les Guerres de l'Opium ont été créées uniquement pour le gain
économique Britannique en affaiblissant le principal gouvernement du
monde pour le millénaire.
L'ordre du jour caché de dépopulation et d'affaiblissement des pays qui
constituent une menace est répété en affectant les économies
dynamiques qui se développent en Asie avec des longues maladies
chroniques grâce à l'empoisonnement des rayonnements et l'altération du
futur génétique de vastes populations. Rien de neuf, les empires
économiques Anglais et US sont abominables pour demeurer « les
économies des hommes dans le coup » avec une faim insatiable pour les
ressources et les richesses des autres.
La privatisation des armes nucléaires pour l'élite régnante
Le programme d'armement nucléaires au Royaume-Uni a été privatisé
dans les années 80. Les entrepreneurs Britanniques sont des sociétés
avec des liens au pouvoir financier de Londres. Le contrôle des armes
nucléaires devrait toujours être entre des mains civiles, pas sous contrôle
militaire, parce qu'ils les emploieront pour faire leur job, tuer des gens et
détruire des trucs sans responsabilité pour les conséquences.
Mais « entre des mains civiles » ne signifie pas non plus entre les mains
de sociétés contrôlées par les élites régnantes. Elles les utiliseront même
plus vraissemblablement pour satisfaire leurs objectifs de longue date de
dépopulation et d'accumulation des richesses.
Marchant sur les traces de la Grande-Bretagne, le programme
d'armement nucléaire US a subi une privatisation au cours des quatre
dernières années. George Schultz, ancien directeur général de Bechtel et
ancien secrétaire d'État, a aidé à faciliter cette transition. Bechtel est
l'une des nouvelles sociétés associées au contrat de gestion des
laboratoire d'armements nucléaires de Los Alamos, en partenariat avec
l'Université de Californie, le seul manager incontesté depuis 61 ans.
Deux très importants changements de contrat ont été faits en cours de
négociation du nouveau contrat, qui a été attribué à l'université et à
Bechtel en décembre 2005. Les laboratoires d'armements nucléaires de
Los Alamos et/ou de Livermore sont devenus des établissements de
fabrication pour la production de cœurs de plutonium d'armes nucléaires.
Ceci viole la charte de l'Université de Californie, qui est de conduire la
recherche scientifique de base dans les laboratoires d'armes nucléaires.
Et le deuxième très important changement de contrat, qui a été évoqué
momentanément lors d'une réunion des régents d'UC par un régent en
séance, était la phrase du contrat qui élimine la liberté universitaire des
scientifiques conduisant la recherche à Los Alamos [ce qui veut dire aussi
qu'ils ne sont plus tenus de publier de documents sur leurs recherches, ce
qui est le devoir de la communauté scientifique en général, NDT].
Le changement donne aux amiraux du Nuclear Weapons Program Office
au ministère de l'Énergie le droit de « tuer ou d'approuver » la recherche
de scientifiques particuliers de Los Alamos. Cela viole aussi la charte de
l'Université de Californie, qui exige que les laboratoires d'armes
nucléaires soient des lieux où la recherche fondamentale est conduite en
garantissant la liberté universitaire, pas un établissement de production
où on dit aux scientifiques ce qu'ils doivent faire.
L'amiral Foley, le vice-président d'UC, a rapidement écarté la question de
la table et a dit que le changement « ne signifiait rien et ne servirait
jamais. » Un an après lors d'une conférence de presse tenue pendant une
réunion des régents d'UC en août 2006, les deux présidents de
l'Université de Californie, le Dr. Dynes, et le président des régents d'UC,
Gerald Parsky, démentaient à cet auteur [à Madame Leuren Moret, NDT]
que Livermore ou Los Alamos produisait des cœurs de plutonium.
Cet auteur s'était référé à une déclaration contraire faite par l'amiral
Linton Brooks, l'administrateur de la National Nuclear Security
Administration sous le ministère de l'Énergie lors d'une réunion des
régents d'UC le 15 mai 2003 :
L'amiral Brooks a aussi informé le Conseil des Régents que, «
nous sommes de retour dans les affaires de bombes » parce que
Los Alamos avait juste produit le premier 'cœur' de plutonium
depuis Rocky Flats fermée définitivement. Il a indiqué qu'ils
feront seulement des mini-armes nucléaires, et que leurs essais
débuteront sur le Site d'Essais du Nevada en 2005. Une heure
plus tard, et 72 kilomètres plus loin, il annonçait aux employés de
Livermore que, « nous sommes de retour dans les affaires de
bombes » et qu'ils en feraient des grosses, quelques petites et
d'autres. À cette époque il m'a semblé que l'amiral Brooks avait
un caractère retors, et j'ai commencé à me demander pourquoi
un amiral était impliqué. (31)

Comme plusieurs hommes des relations publiques d'UC sont intervenus


pour protéger le président Dynes et Parsky, le président des régents
d'UC, ils se sont soudainement relevés de la table et se sont précipités
hors de la conférence de presse sans répondre aux questions. La
déclaration de l'amiral Brooks avait récemment été confirmée :
De multiples postes des aménagements pour le plutonium du
Laboratoire National de Los Alamos travaillaient récemment pour
être prêt à la production et `démontrer' aux sceptiques qu'il
pouvait faire ce travail en dépit des insuffisances sécuritaires
de longue date et des bâtiments vieillissants. (32)

Il résultera du nouveau contrat davantage d'allocations du gouvernement


US aux sociétés, centrées autour du besoin et de la construction d'un
nouveau complexe d'armes nucléaires connu sous le nom de « Complexe
2030. »
Le commentaire que peut faire le public avec son attention limitée dans
l'examen du processus du Complexe 2030, est que la production
commencera le plus probablement et qu'une nouvelle usine de production
de cœurs, la pièce maîtresse du Complexe 2030, sera en fait construite,
au Laboratoire National de Los Alamos.
Une chose bizarre est arrivée. Fin 2007 la National Nuclear Security
Administration espère commencer un nouveaux lot de fabrication d'ogives
nucléaires, la première en 18 ans. Le but est de faire environ 70 ogives
W88 sur trois à quatre ans pour le déploiement sur les missiles
ballistiques lancés des sous-marins.
Si chaque nouvelle ogive construite aura 475 kilotonnes de rendement
explosif. Alors ce seule lot de fabrication créera plus de 10 fois la
puissance explosive utilisée durant la Deuxième Guerre Mondiale (qui
était d'environ 3 mégatonnes). Dit autrement, ces nouvelles ogives auront
l'énergie explosive de 2.217 Hiroshimas. Elles fourniront plus de
rendement nucléaire que l'arsenal britannique entier. (33)
En fin de compte, le pouvoir de l'argent de Londres aura le contrôle des
programmes d'armes nucléaires au Royaume-Uni et aux USA, et la Navy
suivra les ordres et distribuera la mort aux populations visées. La
garantie de la conception soutenue des programmes de dépopulation par
des guerres nucléaires complotées est difficile à nier quand l'élite
régnante et les militaires ont en définitive le contrôle total des
programmes d'armes nucléaires en Grande-Bretagne et aux USA. En fait,
il a été considéré par l'élite régnante depuis des décennies et il est
toujours sur la table, prêt à être mis en exécution. Les menaces
nucléaires US et israéliennes contre l'Iran viennent à l'esprit.
En considérant les manières effectives de développer des programmes de
dépopulation, le Club de Rome, Bilderbergs, etc. considéraient une brève
guerre nucléaire comme une méthode de dépopulation… et cette
considération a été laissée ouverte. Elle n'a pas quitté la table d'options.
(34)

Les essais atmosphériques


Depuis la Deuxième Guerre Mondiale, dans le but de dépeupler, l'élite
régnante a effectué des guerres nucléaires secrètes sous des dehors
d'essais atmosphériques « pour la sécurité nationale, » de centrales
nucléaires « bien meilleur marché au compteur » et de projectiles à l'UA
« pour l'énergie cinétique ». Il semble indéniable maintenant que la
décision de déplacer les essais des armes nucléaires du Pacifique aux
USA continentaux au début des années 50 avait un but caché.
Les horribles effets de santé et l'impact environnemental dévastateur
des essais atmosphériques avaient été établis par les tests conduits par
le gouvernement US dans le Pacifique sur les Îles Marshall et l'atoll de
Bikini. Il est difficile d'éviter la conclusion que les essais atmosphériques
des armes nucléaires sur le Site d'Essai du Nevada avaient un avantage
caché de dépleuplement des USA à court et à long terme.
Le gouvernement US se rendait bien compte des dommages qu'il ferait et
de l'indignation du public s'il les découvrait. Alors, afin de l'éviter,
l'Atomic Energy Commission et les militaires ont ensemble formé
l'Environmental Protection Agency pour cacher les effets sur
l'environnement, les Instituts Nationaux de Santé, l'Institut National du
Cancer, et le Centers for Disease Control [le CDC, ou centres pour le
contrôle des maladies, dépendant du Pentagone, NDT]. Ces agences du
gouvernement ont servi de couverture aux tromperies et aux mensonges
pour le public, comme avec le cancer — avec un taux montant en flèche du
cancer du sein –, la mortalité infantile et toutes les autres maladies
mortelles, les détériorations et le déperissement liés aux rayonnements.
À cause de leur grand nombre — presque 1.000 — sur le Site d'Essais du
Nevada, plus que dans tout autre pays, les d'essais nucléaires ont affecté
la santé publique aux USA. Les effets à long terme apparaissent toujours,
comme une épidémie de diabète, qui s'est développée en pandémie
mondiale.
Le coût du programme d'armes nucléaires en 1995 est estimé à 300
milliards de dollars. Le coût des soins de santé pour le diabète seul aux
USA en 2005 s'élevait à plus de 132 milliards de dollars et il augmente
chaque année. Et mondialement, les gouvernements dépensent 10 pour
cent de leur budget de santé au diabète, dont le coût s'accroît chaque
année. C'était une maladie rare avant 1945.
Une récente enquête mondiale de l'Organisation Mondiale de la Santé sur
la santé mentale signalait que les USA avaient le taux de maladies
mentales le plus élevé du monde, plus de 26 pour cent de la population
(35). Le score des tests d'aptitude scolaire, faits au cours de la dernière
année de lycée pour déterminer le placement en université, a diminuée
dans la population US entière, de 480 pour les enfants nés en 1945 à 420
pour ceux nés en 1963 au pic des essais atmosphériques. Les scores des
tests n'ont jamais été récupérés. Quand les essais atmosphériques se
sont arrêtés en 1963, avec la signature du Partial Test Ban Treaty,
l'électricité d'origine nucléaire a émergé pour empoisonner encore des
générations d'enfants.
Depuis 1991, la pollution atmosphérique mondiale du gaz radioactif
toxique d'UA est une autre — et bien plus efficace — manière de mettre
en application la politique de dépopulation du Nouvel Ordre Mondial. La
population est rapidement éliminée dans les régions où le minerai
essentiel et les ressources stratégiques sont localisés pendant que l'ADN
dégradé produit un nombre croissant de bébés avec des malformations de
naissance, dont la gravité augmente avec le temps.
Les longues maladies chroniques ont un impact sur l'économie d'un pays et
elles mettent un fardeau de santé sur les gouvernements déjà dévastés
par la guerre. LE RAYONNEMENT DE BAS NIVEAU EST EN TRAIN
DÊTRE UTILISÉ COMME ARME ULTIME DE DÉPOPULATION PAR
L'ÉLITE RÉGNANTE.
Les cibles de la dépopulation
Nos politiciens sont des faire-valoir bien disposés à l'égard du pouvoir
caché de l'argent qui régit le monde. L'élite régnante s'est servi de bio-
armes, d'armes chimiques, d'armes électroniques, d'armes exotiques,
d'armes nucléaires, d'armes radioactives et de tout autre moyen possible
pour introduire le Nouvel Ordre Mondial afin de maximiser les bénéfices.
Dans les régions dont l'atmosphérique est polluée, le rayonnement de
l'UA agit en synergie avec la pollution chimique comme « multiplicateur de
force » qui multiplie les effets du rayonnement de 8 à 10 fois. Le Dr.
Ernest Sternglass a rapporté qu'en réduisant le rayonnement de bas
niveau de 90 pour cent, ses dommages sont seulement diminués de 50
pour cent. En d'autres termes, aux très bas niveaux, moins de
rayonnement est plus dommageable, ce qui est connu comme l'effet
supralinéaire.
L'uranium-235 a servi à « corser » les bombes à l'UA que les militaires
US ont données à Israël pour leur attaque contre le Liban en été de
2006. Cela aurait la capacité d'accélérer les effets de santé
défavorables dans la population exposée au Liban.
Le 12 juillet 2006, le jour où Israël commençait son attaque contre le
Liban, une énorme fête était donnée par Shell, British Petroleum, Chevron
et d'autres compagnies pétrolières US pour marquer l'ouverture du
pipeline pétrolier de Ceyhan, depuis les champs pétroliers Caspiens juqu'à
un port des eaux chaudes méditerranéennes de Turquie. Trois pipelines
supplémentaires seront construits au large du Liban sous la mer pour
transporter en Israël de l'eau, du gaz naturel et du pétrole.
« L'attaque de juillet » dévoilait la militarisation de l'est méditerranéen
par les USA et présentait Israël comme le gendarme militaire de la
région pour protéger le pipeline de Ceyhan. Peu de gens se rendent
compte qu'Israël servira comme les USA de « distributeur d'essence »
dans un port de la Mer Rouge pour les pays asiatiques. Les pays asiatiques
ont été bloqués dans la construction de pipelines pétroliers vers les
gisements pétroliers d'Asie Centrale, les forçant à acheter le pétrole aux
USA et à d'autres investisseurs par l'intermédiaire d'Israël et à la
transporter par la mer.
La note 200 du National Security Council (NSC), datée du 24 avril 1974
et intitulée « Implications de la croissance mondiale de la population pour
la sécurité US et les intérêts d'outre-mer, » déclare :
Le Dr. Henry Kissinger a proposé dans son mémorandum au NSC
que « la dépopulation devra être la plus haute priorité de la
politique étrangère US envers le tiers monde. » Il a cité des
raisons de sécurité nationale, et parce que l'économie US
nécessitera de grandes et croissantes quantités de minerais de
l'étranger, surtout des pays les moins développés… Partout où la
réduction de la population peut augmenter les perspectives de
stabilité, la politique de population devient appropriée pour les
ressources, les approvisionnements et les intérêts économiques
US.

Beyrouth, l'Iran, le Venezuela, la Colombie, les Philippines et d'autres


régions pétrolières ont été citées par Kissinger et d'autres experts du
gouvernement comme les principales cibles de la dépopulation. Notez les
réserves et les pipelines pétroliers dans ces régions. Avant 1920,
Herbert Hoover découvrait les plus grands gisements pétroliers du
monde en Mer du Viêt-nam.
Le but principal de la guerre du Viêt-nam était la dépopulation par l'usage
de défoliants tels que l'Agent Orange, pour provoquer le manque de
récoltes et la famine dans la population. C'était le but déclaré de l'usage
du défoliant — plus tard développé comme Agent Orange — quand il a été
créée en 1943. Selon Thomas Ferguson de l'Office des Affaires de la
Population du Département d'État, le projet leur est retombé sur le dos
et la population du Viêt-nam a augmenté pendant la guerre. Mais les
effets à long terme de l'Agent Orange résiduel ont fait leur travail,
entraînant des malformations de naissance et de graves maladies dans la
population après la guerre.

La fin de la partie
Derrière toutes les guerres civiles, les grandes et petites guerres des 60
dernières années, se trouvent des intérêts spéciaux en Grande-Bretagne
et les empreintes digitales d'Henry Kissinger des USA sont partout dans
le programme de dépopulation et l'utilisation de l'UA. Kissinger a été
recruté dans le milieu universitaire par les Rockefeller, mais son vrai
maître est Jacob Rothschild et le pouvoir de l'argent de Londres.
Le but final de l'élite régnante mondiale est de dépouiller de leurs
ressources économiques les nations et de gagner le contrôle total des
richesses du monde tout en réduisant la communauté mondiale à l'élite
fasciste, capitaliste et communiste, le concept original du Communisme :
un système à une seule classe avec un bas niveau de travailleurs esclaves.
C'est le but indiqué par l'élite régnante depuis plusieurs centaines
d'années, même avant que la population mondiale grimpe jusqu'au niveau
modernes qui cause du souci.
Voici un rapport de David Rockefeller, président du Council on Foreign
Relations de 1970 à 1985 : « Certains croient même que nous (la famille
Rockefeller) faisons partie d'une cabale secrète travaillant contre les
meilleurs intérêts des USA, décrivant ma famille et moi comme des
internationalistes conspirant avec d'autres dans le monde pour construire
une structure politique et économique globale plus intégrée — un monde,
si vous voulez. Si c'est l'accusation, je me tiens coupable, et j'en suis
fier. » (36)
Les techniques agricoles modernes imposées par le FMI et la Banque
Mondiale ont en fait diminué la production de nourriture dans les régions
où les antiques techniques agricoles indigènes produisaient 10 fois plus de
nourriture, comme autour du lac Titicaca, au Pérou et en Bolivie. «
L'explosion de la population » est l'excuse pour la dépopulation
intentionnelle et le génocide massif par les élites régnantes, et elle est
maintenant rapidement mise en application à une échelle sans précédent.
Depuis 1991, en Irak, en Yougoslavie et en Afghanistan, les USA et leur
associé militaire Britannique ont pillé et bombardé les vestiges culturels
de ces pays réduits en décombres radioactives, détruisant les familles et
effaçant la mémoire collective et l'expression des cultures et des
civilisations antiques. Le pillage du musée de Bagdad a été projeté au
Pentagone en janvier 2003 avec les mêmes marchands d'antiquités qui ont
pillé les collections Nazies après la Deuxième Guerre Moniale. La
destruction de l'identité nationale est aussi une partie du « plan. »
« Pour réaliser le gouvernement du monde un, » disait Brock Chisholm,
ancien directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé de l'ONU, « il
est nécessaire d'ôter de l'esprit des hommes leur individualisme, leur
fidélité aux traditions de la famille et l'identité nationale. »
Le rêve ultime de l'élite fasciste, capitaliste et communiste, est en
marche, et les citoyens du monde sont la vraie cible de la « guerre contre
le terrorisme » aux niveaux local, régional et mondial. Le but de cette
guerre est de provoquer un État autoritaire mondial. Les programmes
génocides sont maintenant effectués globalement par toutes les
méthodes possibles et s'étendent à l'échelle d'un génocide humain de
masse.
Le crime de guerre ultime est l'omnicide, qui a modifié le génome de tous
les êtres vivants sur Terre. Le génome de tous les êtres vivants, qui ont
évolué sur 4,5 milliards d'années, a été modifié irréversiblement en moins
d'un siècle. Les élites régnantes ont pris cette décision pour nous tous.
C'est un jeu où tout le monde est perdant… sur l'Étoile Morte de la Reine.
Le génocide
L'article 2 de la Convention sur la Prévention et de la Punition du Crime
de Génocide définit le génocide comme suit :
Dans la présente Convention, le génocide signifie tous les actes
suivants commis dans l'intention de détruire, entièrement ou en
partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, tel que :

(a) Le massacre des membres du groupe ;

(b) Provoquer un grave tort physique ou mental aux membres du


groupe ;
(c) Infliger délibérément à un groupe des conditions de vie a
calculé pour provoquer sa destruction physique entièrement ou
partiellement ;

(d) Imposer des mesures pour empêcher les naissances dans le


groupe ;

(e) Transférer de force les enfants du groupe dans un autre


groupe.

Références:
1- Communication personnelle, novembre 1991, du Livermore Nuclear Weapons Lab
2- Tribunal criminel international pour l'Afghanistan à Tokyo : Avis écrit final du juge
Niloufer Bhagwat, 10 mars 2004 :
http://www.mindfully.org/Reform/2004/Afghanistan-Criminal-Tribunal10mar04.htm
3- Leuren Moret, « Armes utilisées, cibles frappées, intensité du bombardement du Liban
par les militaires Israëliens », Beyrouth Indymedia, 26 août 2006 :
http://beirut.indymedia.org/ar/2006/08/5490.shtml
4- « Robert Fisk : Le mystère de la bombe secrète à uranium d'Israël, » The Independent,
28 octobre 2006 :
http://news.independent.co.uk/world/fisk/article1935945.ece
En français :
http://questionscritiques.free.fr/edito/Independent/Robert_Fisk/bombe_secrete_uranium_Is
rael_281006.htm
5- C. Williams D. Busby, « Davantage de preuves d'uranium enrichi dans les armes
guidées utilisées par les militaires Israëliens au Liban en juillet 2006 : Analyse de filtre à
air d'ambulance, » 3 novembre 2006 :
http://www.llrc.org
6- Département d'État, Protocole de Genève de 1925 sur les gaz toxiques :
http://www.state.gov/t/ac/trt/4784.htm
7- Code US, Titre 50, Chapitre 40, Section 2302 : « L'expression 'arme de destruction de
masse' signifie toute arme ou dispositif prévu pour, ou ayant la capacité, de provoquer la
mort ou des dommages corporels graves à un nombre important de personnes, par la
libération, la dissémination, ou l'impact — (A) par des produits chimiques toxiques ou
asphyxiants ou leurs précurseurs ; (B) par un organisme de maladies ; (C) par le
rayonnement ou la radioactivité. » :
http://uscode.house.gov/uscode-
cgi/fastweb.exe?getdoc+uscview+t49t50+1980+0++%28%29%20%20AND%20%28%285
0%29%20ADJ%20USC%29%3ACITE%20AND%20%28USC%20w%2F10%20%282302
%29%29%3ACITE%20%20AND%20%28CHAPTER%20ADJ%20%2840%29%29%3AEX
PCITE%20%20%20%20%20%20%20
8- Département de l'Air Force, «Loi Internationale - La conduite des conflits armés et des
aériennes,» Air Force Pamphlet AFP 110-31, pp.1-7 et 1-8.
9- Note de Groves : Plan pour les armements en uranium appauvri, 30 octobre 1943 :
http://www.mindfully.org/Nucs/Groves-Memo-Manhattan30oct43a.htm
10- James G Hershberg, « James B. Conant : d'Harvard à Hiroshima et la fabrication de
l'âge nucléaire,» Stanford University Press, 1993, p. 244.
11- H.J.Muller, «Transmutation artificielle des gènes,» Science, Vol. LXVI, No. 1699, 22
Juillet 1927, pp.84-87.
12- C. Busby et S. Morgan, «Est-ce que l'utilisation d'armes en uranium dans la guerre du
Golfe 2 a eu comme conséquence la contamination de l'Europe ? Évidence des mesures
de l'Atomic Weapons Estabishment d'Aldermaston à Berkshire au Royaume-Uni,» Janvier
2005, Aberystwyth: Green Audit :
http://www.llrc.org/aldermastrept.pdf
13- Leuren Moret, «La mort de l'étoile de la Reine : L'uranium appauvri des champs de
bataille du Moyen-Orient mesuré dans l'atmosphère Britannique,» Feb. 26, 2006 :
http://www.mindfully.org/Nucs/2006/DU-Europe-Moret26feb06.htm
14- «Rapport global de 2000 : Vision d'un monde sombre,» 1980, U.S. Government: ERIC
No. EJ228905.
15- Communication personnelle avec Suzanne Nichols, Théologienne, Berkeley,
Californie, 21 décembre 2006.
16- «Tiny Rowland : La face hideuse du néocolonialisme en Afrique,» par une équipe
d'enquête de l'Executive Intelligence Review). Washington, D.C., 1993, 165 pages.
17- Le site Internet Fiat Pax est un projet des étudiants et du corps enseignant de l'UC
Santa Cruz pour dépister les liens de l'université avec le DOD :
http://www.fiatpax.net/dohe/jhu.htm
18- Moret, L., «Les livres de santé publique de l'UC Berkeley sont maintenant classés
confidentiels,» 22 février 2003 :
http://www.mindfully.org/Nucs/2003/Berkeley-Library-Classified22feb03.htm
19- G. Douglas, «Chef de la Gestapo : L'interrogatoire d'Heinrich Mueller par la CIA en
1948,» Vol. 2, p. 108.
20- M. Davidson, M. Ruppert, «Une carrière dans la microbiologie peut nuire à votre santé
: Augmentation du nombre de morts en relation avec Dyncorp, Hadron, le logiciel Promis
et la recherche sur les maladies émergentes,» de Wilderness, 28 février 2002 :
http://www.fromthewilderness.com/free/ww3/02_14_02_microbio.html
21- « Les scientifiques morts ne racontent pas d'histoires,» Omega News, 26 mars 2005 :
http://omega.twoday.net/stories/592793/
22- D.C. Reardon, «Contrôle de la population et RU-486 : L'ordre du jour caché,» :
http://www.afterabortion.org/RU486.html
23- Communication personnelle avec une femme d'Afrique-du-Sud, Las Vegas au
Nevada, novembre 2004.
24- Ibid.
25- C. Ruiz-Marrero, «Les récoltes biopharmaceutiques sont un désastre dont la venue
est attendue,» Organic Consumers Assoc., 28 mars 2005 :
http://www.organicconsumers.org/ge/biopharm32905.cfm
26- Projet Radiation et Santé Publique :
http://www.radiation.org
27- L. Smith, «Have DU Will Travel»: «Ce que nous avons fait est de remplacer les
retombées radioactives des essais de bombes contre de soi-disant petites émissions
autorisées des centrales nucléaires,» interview avec le Dr. Ernest Sternglass, Lone Star
Iconoclast, 28 février 2006 :
http://lonestaricon.com/2006/Archives/09/news07.htm
28- Special Report: «La colombe Saoudienne dans la nappe de pétrole,» The Observer
Guardian, 14 janvier 2001.
29- Leuren Moret, 2006.
30- Le Prince Philip, Duc d'Edimbourg, chef de la Fondation de Faune Mondiale, cité dans
«Êtes-vous prêt pour notre Nouvel Âge Futur ?» Rapport d'initiés, American Policy Center,
décembre 1995.
31- Leuren Moret, «OPA furtive sur les armes nucléaires : Cinq amiraux, les régents d'UC,
le groupe Carlyle et Rand,» San Francisco Bay View, 16 septembre 2004.
32- Los Alamos Working Group, « Décisions nucléaires clefs sur les ogive en instance,
encore,» Action Alert N° 75, 23 décembre 2006
33- Ibid.
34- M.W. Cooper, «Behold a Pale Horse,» Light Technology Publishing, Flagstaff, Ariz.,
1991, p. 167.
35- JAMA WHO.
36- David Rockefeller, «Memoires,» p. 405.