Vous êtes sur la page 1sur 50

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

" BETON ARME "


Chapitre 7 : Fondations superficielles

(Code CCV109)

Enseignants : J. PAÏS 2008 – 2009


CNAM CCV109 – Béton armé 2

Sommaire
7. CALCUL DES FONDATIONS SUPERFICIELLES ................................................................... 4
7.1. INTRODUCTION ......................................................................................................................... 4
7.2. REGLEMENTS UTILISES ............................................................................................................. 4
7.3. SOLLICITATIONS ET COMBINAISONS D’ACTIONS ........................................................................... 5
7.4. VERIFICATION DE LA STABILITE DE LA SEMELLE........................................................................... 7
7.4.1. Portance du sol d'assise .................................................................................................... 7
7.4.2. Contrainte de référence σréf.............................................................................................. 8
7.4.3. Soulèvement de la semelle................................................................................................ 8
7.4.4. Renversement de la semelle ............................................................................................. 8
7.4.5. Glissement de la semelle................................................................................................... 9
7.5. DIMENSIONNEMENT DES SEMELLES SUIVANT LE REGLEMENT BAEL 91. ...................................... 9
7.5.1. Différents types de semelles continues ............................................................................. 9
7.5.2. Répartition des contraintes sous une semelle rigide ....................................................... 10
7.6. SEMELLES RIGIDES SOUS MUR SOUMISES A UNE CHARGE CENTREE ........................................... 10
7.6.1. Répartition rectangulaires des contraintes ...................................................................... 10
7.6.2. Dispositions constructives ............................................................................................... 11
7.6.3. Dimensionnement de la semelle...................................................................................... 11
7.6.4. Détermination des armatures .......................................................................................... 12
7.7. DETERMINATION DE L’ESPACEMENT DES ARMATURES. .............................................................. 14
7.7.1. Armatures des semelles isolées. ..................................................................................... 14
7.7.2. Armatures des semelles filantes...................................................................................... 15
7.8. EXERCICE 1: DIMENSIONNEMENT D'UNE SEMELLE FILANTE SOUS CHARGES CENTREES ............... 16
7.8.1. Dimensionnement de la semelle...................................................................................... 16
7.8.2. Détermination des armatures .......................................................................................... 16
7.8.3. Plan de ferraillage ............................................................................................................ 17
7.9. SEMELLES RECTANGULAIRES SOUS POTEAU SOUMISES A UNE CHARGE CENTREE ....................... 19
7.9.1. Dimensionnement de la semelle...................................................................................... 19
7.10. EXERCICE 2: DIMENSIONNEMENT D'UNE SEMELLE ISOLEE SOUS CHARGE CENTREE .................... 20
7.10.1. Dimensionnement de la semelle ................................................................................. 20
7.10.2. Détermination des armatures ...................................................................................... 20
7.10.3. Plan de ferraillage........................................................................................................ 21
7.11. SEMELLES RECTANGULAIRES SOUS POTEAU SOUMISES A UN EFFORT NORMAL ET UN MOMENT DE
FLEXION 23
7.11.1. Diagrammes des contraintes....................................................................................... 23
7.11.2. Conditions de résistance du sol .................................................................................. 23
7.11.3. Détermination des armatures ...................................................................................... 24
7.11.4. Dimensionnement de la semelle ................................................................................. 25
7.12. EXERCICE 3: DIMENSIONNEMENT D'UNE SEMELLE ISOLEE SOUS CHARGES CENTREES ET MOMENTS
DE FLEXION .......................................................................................................................................... 26
7.12.1. Dimensionnement de la semelle ................................................................................. 26
7.12.2. Détermination des armatures ...................................................................................... 27
7.13. SEMELLES FILANTES SOUS MUR SOUMISES A UN EFFORT NORMAL ET UN MOMENT DE FLEXION .... 29
7.13.1. Dimensionnement de la semelle ................................................................................. 29
7.13.2. Détermination des armatures ...................................................................................... 29
7.14. EXERCICE 4: DIMENSIONNEMENT D'UNE SEMELLE FILANTE SOUS CHARGES CENTREES ET MOMENT
DE FLEXION .......................................................................................................................................... 30
7.14.1. Dimensionnement de la semelle ................................................................................. 30
7.14.2. Détermination des armatures ...................................................................................... 31
7.14.3. Plan de ferraillage........................................................................................................ 32
7.15. JUSTIFICATION DES ETATS LIMITES DE SERVICE ........................................................................ 33
7.16. VERIFICATION DES SEMELLES AU POINÇONNEMENT .................................................................. 33
7.16.1. Condition de non poinçonnement................................................................................ 33
7.16.2. Détermination de la charge poinçonnante .................................................................. 33
7.17. EXERCICE 5: JUSTIFICATION D'UNE SEMELLE CARREE AU POINÇONNEMENT ................................ 35
7.17.1. Calcul de la charge poinçonnante ............................................................................... 35
7.17.2. Vérification de la condition de non poinçonnement..................................................... 35
7.18. METHODES DES CONSOLES ..................................................................................................... 36

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 3

7.18.1. Principe de la méthode................................................................................................ 36


7.18.2. Dimensionnement des semelles. ................................................................................ 37
7.18.3. Moment dimensionnant pour une semelle continue.................................................... 38
7.18.4. Moment dimensionnant pour une semelle isolée........................................................ 40
7.18.5. Vérification à l'effort tranchant ..................................................................................... 40
7.18.6. Exemple de calcul d'une semelle continue par la méthode des consoles. ................. 42
7.18.7. Exemple de calcul d'une semelle isolée par la méthode des consoles. ..................... 43
7.19. SEMELLES EXCENTREES ......................................................................................................... 45
7.19.1. Définition...................................................................................................................... 45
7.19.2. Problématique des semelles excentrées. ................................................................... 47
7.19.3. Semelle excentrée avec moment de redressement dans le poteau. .......................... 48
7.19.4. Semelle excentrée avec longrine de redressement. ................................................... 49

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 4

7. Calcul des fondations superficielles

7.1. Introduction
Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage qui sont en contact
avec le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure. Elles constituent la partie
essentielle de l’ouvrage puisque de leur bonne conception et réalisation découle la bonne tenue
de l’ensemble.

Les fondations superficielles sont réalisées sur des terrains dont les couches susceptibles de
porter l’ouvrage sont à faible profondeur. Celles-ci peuvent être de différentes natures suivant les
éléments portés :

 semelle isolée (sous les poteaux)


 semelle filante (sous les murs ou plusieurs poteaux)
 radier (non traité dans ce cours)

7.2. Règlements utilisés


La justification des ouvrages de fondations est soumise à plusieurs règlements :

 fondations superficielles :
 DTU 13.12
 Fascicule 62 Titre V (recommandation pour les marchés publics)

 fondations profondes :
 DTU 13.12
 Fascicule 62 Titre V (recommandation pour les marchés publics)

 Calcul des ouvrages :


 BAEL 91

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 5

7.3. Sollicitations et combinaisons d’actions


Il faut étudier la stabilité de la semelle dans trois cas :
 en cours de construction
 en phase d’exploitation
 en situation accidentelle

Il est important également de tenir compte du niveau d’eau dans le sol.

La semelle peut-être soumise à différents efforts :


 forces verticales (ascendantes ou descendantes)
 forces horizontales
 moments de flexion ou de torsion

Les efforts appliqués proviennent de plusieurs origines :


 Charges permanentes, poids propre.
 Charges d’exploitation.
 Charges climatiques (neige et vent)
 Charges accidentelles (séisme, choc,...).

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 6

Gmax : ensemble des actions permanentes défavorables,


Gmin : ensemble des actions permanentes favorables,
Q1 ou Q1k : valeur caractéristique de l'action variable de base,
ψoi.Qi ou ψoi.Qik : valeur de combinaison d'une action variable d'accompagnement,
FA : valeur nominale de l'action accidentelle,
ψ11.Q1 ou ψ11.Q1k : valeur fréquente d'une action variable ( Q1 ou Q1k ) ,
ψ2i.Qi ou ψ2i.Qik : valeur quasi-permanente d'une autre action variable ( Qi ou Qik ),
γQ1 : vaut 1,50 dans le cas général et 1,35 pour les charges étroitement
bornées ou de caractère particulier,
ψ0i, ψ11, ψ2i : ces coefficients sont définis dans le BAEL 91.

L'ensemble des coefficients de pondération sont paramétrables par l'utilisateur.

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

BAEL 91 - Article A.3.3. page 23. Chapitre A.5. page 22.

Combinaisons ELU fondamentales Combinaisons ELU fondamentales (A.5.2.,1.)

1,35.Gmax + Gmin + γQ1.Q1 + ∑ 1,3.ψ0i.Qi 1,35.Gmax + Gmin + γQ1 .Q1k + ∑ 1,3.ψ0iQik


i>1 i>1

Combinaisons ELU accidentelles Combinaisons ELU accidentelles (A.5.2.,2.)

Gmax + Gmin + FA + ψ11.Q1 + ∑ ψ2i.Qi Gmax + Gmin + FA + ψ11Q1k + ∑ ψ2iQik


i>1 i>1

Combinaisons ELS rares Combinaisons ELS rares (A.5.3.,1.)

Gmax + Gmin + Q1 + ∑ ψ0iQi Gmax + Gmin + Q1k + ∑ ψ0iQik


i>1 i>1

Combinaisons ELS fréquentes (A.5.3.,2.)

Gmax + Gmin + ψ11Q1k + ∑ ψ2iQik


i>1

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 7

7.4. Vérification de la stabilité de la semelle.


7.4.1. Portance du sol d'assise

Il s'agit de vérifier que les contraintes appliquées sur le sol d'assise restent inférieures à
la capacité portante de ce sol.

Principe de vérification de la capacité portante

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

Calculs aux ELU. Calculs aux ELU et aux ELS

Il faut vérifier que la contrainte de référence σréf. Il faut vérifier que la contrainte de référence σréf.
reste inférieure à la contrainte de calcul q du sol reste inférieure à la capacité portante du sol
d'assise. d'assise.

σréf. ≤ qu 1
σ ré f. ≤ (q 'u −q '0 ).iδβ + q '0
Dans le cas de combinaisons d'actions pour γq
lesquelles l'action du vent est l'action variable de
base, l'inégalité à vérifier est (*): γq = 2 aux ELU

σréf. ≤ 1,33.qu
γq = 3 aux ELS

(*) : Cette vérification est optionnelle pour les deux règlements. De plus, lors de son
application, le coefficient de 1,33 peut être changé.

Contrainte de calcul qu - Capacité portante du sol d'assise

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

La contrainte de calcul est calculée à partir de la contrainte La valeur de la contrainte de rupture q'u est calculée à
de rupture du sol (déterminée à l’aide d'essais de partir de la contrainte de rupture du sol (déterminée à
laboratoire (γ, ϕ, C) ou d’essai pressiométrique ou l’aide d'essais de laboratoire (γ, ϕ, C) ou d’essai
pénétrométrique ). pressiométrique ou pénétrométrique ).

La contrainte q'o est la contrainte dans le sol au niveau de


qu
qu = la semelle avant construction de l’ouvrage.
Puis 2
Le coefficient minorateur iδβ est un coefficient tenant
compte de l’inclinaison des charges et calculé pour
deux cas de sol d'assise : sol cohérent et sol frottant

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 8

7.4.2. Contrainte de référence σréf.

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

Quelque soit le diagramme retenu, la valeur de la La justification des fondations vis-à-vis de certains
contrainte de référence σréf. est conventionnellement états-limites est menée à partir d'une contrainte
choisie au quart de la zone comprimée : conventionnelle de référence notée :

3 1 3 1
σ réf
=
4 σ max
+ σ min
4
σ réf
=
4 max 4 σ min
σ +

Le DTU 13.12 est plus particulièrement appliqué en bâtiment alors que le fascicule 62
sera plus approprié aux ouvrages d'art.

7.4.3. Soulèvement de la semelle

Il s'agit de vérifier que la surface comprimée du sol d'assise soit supérieure à un


certain minimum.

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

Le DTU 13.12 ne fait aucune vérification de Calculs aux ELS


décompression du sol.
"La surface de sol comprimé sous la fondation doit être
au moins égale à 75% de sa surface totale sous
combinaisons rares."

"Le sol sous la fondation doit rester entièrement


comprimé sous combinaisons fréquentes."

7.4.4. Renversement de la semelle

Il s'agit de vérifier que la semelle ne se renverse pas.

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

Le DTU 13.12 ne fait aucune vérification. Calculs aux ELU, sous combinaisons
fondamentales et sous combinaisons accidentelles

" La surface de sol comprimé sous la fondation doit


être au moins égale à 10% de la surface totale de
celle-ci. "

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 9

7.4.5. Glissement de la semelle

Il s'agit de vérifier que la semelle ne glisse pas sur son sol d'assise.
Calculs dans deux plans (Ox et Oy) pour les semelles isolées.
Calculs dans un plan (Ox) pour les semelles filantes.

DTU 13.12 CCTG - Fascicule 62

Calculs aux ELU. Calculs aux ELU

"Condition de non-glissement de la fondation sur le La vérification étant la suivante :


sol : il faut s'assurer que l'inclinaison de la résultante
par rapport à la normale au plan de contact de la V. tgϕ C. A c
fondation avec le sol reste dans le cône de H ≤ H lim = +
glissement de demi-angle au sommet tel que : γg1 γg 2

γ
H
tg δ = ≤ 0,5 = 1,2
V g1

γ g2
= 1,5

7.5. Dimensionnement des semelles suivant le règlement BAEL 91.


Deux méthodes permettent de dimensionner la semelle vis à vis du règlement béton armé :

 la méthode des bielles, si la semelle n’est pas soumise à des moments de flexion ou si
l’excentricité due au moment appliqué reste en deçà d’une certaine valeur.
 la méthode des moments, si la semelle est soumise à la flexion.

7.5.1. Différents types de semelles continues

On distingue les semelles flexibles de faible épaisseur qui travaillent en flexion et les
semelles rigides. b

B−b
Une semelle est considérée comme rigide si : h≥ + 0.05 m
4
B−b
Ou encore : d ≥
4
On considéra uniquement les semelles rigides.

De plus la hauteur h ne pourra jamais être inférieure à 15 cm.

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 10

7.5.2. Répartition des contraintes sous une semelle rigide

Sol non rocheux Sol rocheux ou sur massif béton

P
P

q=P/B
q=2P/B

7.6. Semelles rigides sous mur soumises à une charge centrée


7.6.1. Répartition rectangulaires des contraintes

L’examen de la distribution des contraintes


dans une semelle rigide conduit à considérer
que le comportement de la semelle comme
une succession de bielles de béton travaillant
en compression et transmettant les efforts de
traction aux armatures inférieures.

Cette approche de calcul pour la


détermination des armatures est appelée
« Méthode des bielles ».

Cette méthode est décrite dans l'annexe 2 du


DTU 13.12 .

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 11

7.6.2. Dispositions constructives

PS (ELS), PU (ELU)

b
Enrobage mini c = 3 cm

e c d

φ
B

Les extrémités des aciers d’armatures peuvent comporter des ancrages droits, courbes
ou des crochets. De plus, les aciers verticaux des murs ou des poteaux doivent être
prolongés jusqu’à la base des semelles.

7.6.3. Dimensionnement de la semelle

En posant qu égal à la contrainte limite admissible du sol et σ sol la contrainte réellement


appliquée. En appliquant la condition de rigidité, on a donc satisfaire à :

Pu B −b
B≥ ;d ≥ ; c ≥ 3 cm
qu 4

mais aussi que :

 e ≥ max(15 cm;6φ + 6 cm) pour les barres sans crochets


 e ≥ max(15 cm;12φ + 6 cm) pour les barres avec crochets

Ces deux conditions n'ont aucun intérêt si la semelle n'est pas à pans coupés, mais à hauteur
constante.

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 12

7.6.4. Détermination des armatures

On considère que toutes les bielles de béton comprimées passent par un point O défini
B B−b
par = . Comme la semelle repose sur un sol non rocheux, la contrainte au sol est
hO d
PU
égale à σ sol = d’où l’expression de la réaction exercée par le sol sur une tranche dx x
Bx1m
1m, soit :
PU
dR = σ sol × (dx × 1) = dx
B
De plus et étant donné que dR peut se décomposer en un effort de compression dFc et de
traction dans l’armature dF :
x P
dF = dR × = U xdx
hO BhO
L’effort de traction en x = 0 peut être obtenu par intégration en posant :

B B PU P B P (B − b )
F = ∫ 2 dF = ∫ 2
dx = U = U
0 0 BhO 8hO 8d
Comme la contrainte limite de traction dans les armatures est égale à σS = F A , on obtient
S
la section d’armatures transversales par mètre linéaire de semelle, soit :

PU .(B − b )
AS =
8.d .σ S
avec d = 0,9.h
2 PU
Remarque : cette relation est à multiplier par 4/3 dans le cas des sols rocheux ( σ sol = )
Bx1m

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 13

σS dépend des 3 états de fissuration définis dans le BAEL 91 :

fe f : limite élastique de l' acier


 Fissuration non préjudiciable : σ S = avec  e ,
γS γ S = 1.15 (cas courant) ou 1 (cas accidentel )

 Fissuration préjudiciable :
 2 1.00 Rond lisse
 fe 
σ S = ξ = min  en MPa avec η = 1.30 HA < 6mm
[ ]
3
max 0,5 f e ;110 η × f tj 1.60 HA > 6 mm
 

1.00 Rond lisse



 Fissuration très préjudiciable : σ S = 0,8ξ en MPa avec η = 1.30 HA < 6mm .
1.60 HA > 6 mm

On calcule ensuite la longueur de scellement pour déterminer la longueur des barres et leur mode
d’accrochage.

φ fe ψ S = 1.5(HA); 1 (Rond Lisse)


lS = × avec 
4 0.6ψ S2 f tj  f tj = 0.6 + 0.06 f cj en MPa

B
 Si lS ≥ : toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle et
4
comporter des ancrages courbes,

B B
 Si ≤ l S ≤ : toutes les barres doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle
8 4
mais peuvent ne pas comporter crochet,

B
 Si lS ≤ : les barres ne comportent pas de crochet et il est possible d’arrêter une barre sur
8
deux à 0.71B ou alterner des barres de 0.86 B.

De plus, les armatures principales sont complétées par des armatures longitudinales de
répartition placées sur la largeur B et de section :

Ar = AS
B
(B en m)
4

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 14

7.7. Détermination de l’espacement des armatures.


En ce qui concerne la détermination de l’espacement des armatures, il n’y a pas de règle précise.
En effet, les normes existantes (BAEL et DTU) n’imposent aucun espacement minimum ou
maximum à respecter dans le cas des fondations.

Voici cependant quelques principes pour vous aider dans le choix de l’espacement, on
distinguera le cas des semelles isolées et des semelles filantes.

7.7.1. Armatures des semelles isolées.

Dans le cas du dimensionnement d’une semelle isolée, le calcul théorique nous donne une
section d’armature dans les deux directions.

Les deux directions d’armatures seront bien entendu placées l’une au dessus de l’autre. Le bon
usage est que l’armature la plus importante soit placée en bas.

De plus, dans tous les cas, on évite de mettre en place un espacement supérieur à 15 cm.

On suit ensuite les étapes suivantes pour déterminer les espacements :


 On se fixe un nombre de barres et donc un diamètre de façon à ne pas mettre en œuvre
des diamètres trop importants.

 Pour déterminer l’espacement, on part ensuite du bord de la fondation, puis on retire


l’enrobage + un demi-diamètre + le rayon de cintrage (on arrive en général à une valeur
de l’ordre de 10cm à 12 cm). Cette déduction doit se faire des deux côtés de la semelle :

Un demi-diamètre

Rayon de cintrage
Enrobage

er
Par exemple, si on a un enrobage de 4cm et des aciers en HA12, on aura le 1 acier qui sera
à une distance de 4+1.2/2+5.5*1.2=11.2 cm

Lorsque les aciers ne sont pas crossés, on peut se contenter de prendre une distance égale à
l’enrobage.

On divise ensuite la largeur restante par (n-1), n étant le nombre de barres (5 barres nous
imposent 4 espacements).

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 15

7.7.2. Armatures des semelles filantes.

Dans le cas des semelles filantes :

 Pour ce qui est des armatures résistantes (armatures transversales), ces dernières sont
calculées par mètre linéaire. En général, on laisse donc un demi-espacement au début à
la fin, ce qui revient à diviser la longueur de 1m par n, n étant le nombre de barre.

Par exemple, si on doit placer 5A10 sur une longueur de 1m, on aura 1/5= 0.20cm
d’espacement :
er
o Un 1 espacement de 10cm (demi-espacement).
o 4 espacements intermédiaires de 20cm.
o Un dernier espacement de 10cm (demi-espacement).

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 16

7.8. Exercice 1: Dimensionnement d'une semelle filante sous charges


centrées
On désire dimensionner suivant le DTU 13.12, une semelle filante supportant un mur de 30 cm de
largeur et subissant des charges permanente G=0.5 MN/m et d’exploitation Q=0.25 MN/m. Le sol

sur lequel elle repose, a une contrainte admissible à l'ELU de qu = 0.57 MPa . Le béton utilisé
sera du B30 (fissuration non préjudiciable) et les aciers d’armatures seront réalisés avec des
barres HA fe E 500.

 PU =1.35 G + 1.5 Q = 1.05 MN/m


 PS = G + Q = 0.75 MN/m

7.8.1. Dimensionnement de la semelle

On part de la formule:

Pu 1.05 B − b 1.84 − 0.3


 B≥ = = 1.84 m et d ≥ = = 0.385 m
qu 0.57 4 4

En prenant en compte le poids propre de la semelle (largeur = 2 m, hauteur = 0.40 m) -

 Psemelle = 1 x 2 x 0.4 x 25 = 20 kN/m soit 0.02 MN/m,

Les charges ultime et de service deviennent :

 Pu = 1.05 + 1.35 x 0.02 = 1.077 MN/m


 PS = 0.75 + 0.02 = 0.77 MN/m

D’où
Pu 1.077 B − b 1.88 − 0.3
 B≥ = = 1.89 m et d ≥ = = 0.395 m
qu 0.57 4 4

Cependant et compte tenu du diamètre de barres et de l’obligation d’avoir une distance au CDG
des armatures de 5 cm, on prendra donc B = 1.90 m (la précision en BA est de l’ordre du cm), h =
0.45 m et d = 0.40 m.

7.8.2. Détermination des armatures

On considère un enrobage de 4cm.

PU .(B − b ) 1.077(1.9 − 0.3)


• Armatures transversales AS = = = 12.38 cm 2 soit 4 HA 20 espacés
8.d .σ S 8 × 0.40 × 435
de 0.25m,
φ fe 20 500 B
• Longueur de scellement l S = × = = 0.77 m >
4 0.6ψ S2 f tj 4 0.6 ×1.5 2 × 2.4 4
⇒ Crochets
B 1.90
• Armatures longitudinales Ar = AS = 12.38 × = 5.9 cm 2 soit 8 HA 10 espacés de
4 4
0.22m

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 17

7.8.3. Plan de ferraillage

2008-2009
7.9. Semelles rectangulaires sous poteau soumises à une charge centrée
7.9.1. Dimensionnement de la semelle

Considérant un poteau de section a x b et une semelle de dimensions A x B, on a par


homothétie :

A a
=
B b

Pu
Comme A et B doivent satisfaire à la relation AB ≥ , on obtient que :
qu

b PU a PU
B≥ ou A ≥
a qu b qu

A-a B−b
max  ;  ≤ d a = d b ≤ min (A - a ; B − b ) a
b
 4 4  h

B
puis h = max ( 0,15 m ; d + 0,05 m )
A

Alors les sections d'armatures inférieures sont


:
b
a
P .( A − a ) PU .(B − b ) h
AX = U AY = Ay
8.d a .σ S 8.d b .σ S
Ax
B
y
A
x
Dans le cas des sols rocheux, ces relations
deviennent :

3 PU 3 b PU 3 a PU
AB ≥ B≥ ou A ≥
2 qu 2 a qu 2 b qu

Les sections d’armatures sont obtenues de la manière suivante :

9B  9A 
AX ,bitriangulaire = AX × ; AY ,bitriangulaire = AY × max1; 
8A  8B 
CNAM CCV109 – Béton armé 20

7.10. Exercice 2: Dimensionnement d'une semelle isolée sous charge


centrée
On désire dimensionner une semelle isolée suivant le DTU 13.12 supportant un poteau de 30
x 40 cm de largeur et subissant des charges permanente G=0.35 MN et d’exploitation Q=0.25

MN. Le sol sur lequel elle repose, a une contrainte admissible qu = 0.30 MPa . Le béton utilisé
sera du B25 (fissuration non préjudiciable) et les aciers d’armatures seront réalisés avec des
barres HA fe E 400.

PU =1.35 G + 1.5 Q = 0.85 MN


PS = G + Q = 0.60 MN

7.10.1. Dimensionnement de la semelle

On part de la formule:

b PU 40 0.85 a
 B≥ = = 1.94 m et A = B = 1.46 m
a qu 30 0.30 b

Tout en respectant la condition de rigidité :

 A-a B −b 
max  ;  = max(0.29,0.385) = 0.385 m ≤ d a = d b ≤ min (A - a ; B − b ) = min(1.16,1.54) = 1.16 m
 4 4 

En prenant en compte le poids propre de la semelle (longueur = 2 m, largeur = 1.50 m, hauteur =


0.45 m) - Psemelle = 1.5 x 2 x 0.45 x 25 = 0.034 MN, les charges ultime et de service deviennent :

 Pu = 0.85 + 1.35 x 0.034 = 0.90 MN


 PS = 0.60 + 0.034 = 0.634 MN

b PU 40 0.90 a
D’où B ≥ = = 2 m et A = B = 1.50 m
a qu 30 0.30 b

On conservera donc comme dimensions de la semelle : longueur = 2 m, largeur = 1.50 m,


hauteur = 0.45 m.

7.10.2. Détermination des armatures

 Sections d’armatures :

PU .( A − a ) 0.90(1.5 − 0.3)
 Suivant X : A X = = = 9.70 cm 2 soit 13 HA 10 espacés
8.d a .σ S 8 × 0.4 × 348
de 0.15 m,

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 21

PU .(B − b ) 0.90(2 − 0.4)


 Suivant Y : AY = = = 12.93 cm 2 soit 17 HA 10 espacés
8.d b .σ S 8 × 0.4 × 348
de 0.08 m,

 Longueur de scellement :

φ fe 10 400 B A B A
 Suivant X et Y : l S = × = = 0.35 m < ; et > ;
4 0.6ψ S2 f tj 4 0.6 × 1.5 2 × 2.1 4 4 8 8
Par conséquent, il n'est pas nécessaire de mettre

7.10.3. Plan de ferraillage

2008-2009
7.11. Semelles rectangulaires sous poteau soumises à un effort normal et
un moment de flexion
7.11.1. Diagrammes des contraintes

M M
P P

e0 e0 X/3

σmin
σmin

σmax
σmax
P P
B
B
X

B B
Cas 1 : e 0 ≤ (dans le noyau central) Cas 2 : e 0 > (hors du noyau central)
6 6

Considérant une semelle rectangulaire A x B et dans la mesure où le sol ne peut reprendre de


traction, deux cas de figure se présentent :

B
 e0 ≤ : dans ce cas le diagramme des contraintes est trapézoïdale et
6
P  e  P  e 
σ min = 1 − 6 0 ; σ max =
 1 + 6 0 

AB  B AB  B
B
 e0 > : dans ce cas le diagramme des contraintes est triangulaire et
6
2P σ X B
σ max = car P = max AX ; e 0 + =
B  2 3 2
3 A − e 0 
2 

7.11.2. Conditions de résistance du sol

B σ min + 3σ max  e P
 Si e 0 ≤ alors σ ref = =  1 + 3 0  U ≤ qu
6 4  B  AB
B
 Si e 0 > alors
6
2P 1.33q u dans le cas où le vent est l' action variable de base
σ réf = σ max = ≤
B  q dans le cas général
3 A − e0   u
2 
CNAM CCV109 – Béton armé 24

Remarque:
3
Dans certains ouvrages de géotechnique, on retrouve la condition σ réf = σ max , ce qui est
4
P
moins défavorable, car on obtient: σ réf = .
A( B − 2e0 )

7.11.3. Détermination des armatures

On distingue plusieurs cas de figures, fonction de la position de la résultante des contraintes sous
la semelle.

La résultante est dans la noyau central (e0 ≤ B/6)

1 σ max + σ min B
 Si σ max − σ min ≤ soit e 0 ≤
2 2 24

Dans ce cas et si la différence des contraintes extrêmes est au plus égale à la moitié
de la contrainte moyenne, on utilise la méthode des bielles en considérant comme
 e 
charge appliquée, la charge P' = P1 + 3 0  qui correspond à une contrainte de sol
 B
équivalente à σref.

1 σ max + σ min B
 Si σ max − σ min > soit e 0 >
2 2 24

o Dans la direction B, les armatures sont calculées de telle façon à équilibrer un


moment M1 appliquée dans la section S1 située à 0.35 b de l’axe du poteau
(coté σmax ). Le calcul du moment dimensionnant est décrit au chapitre sur la
"méthode des consoles".

o Dans la direction A, les armatures sont calculées suivant la méthode des


 e 
bielles en considérant l'effort P' = P1 + 3 0 
 B

La résultante est hors du noyau central (e0 > B/6)

Dans la direction B, les armatures sont calculées à partir de la "méthode des consoles" (voir plus
loin) qui cherche à équilibrer un moment M1 appliquée dans la section S1 située à 0.35 b de l’axe
du poteau (coté σmax ).

Dans la direction A, les armatures sont calculées suivant la méthode des bielles en considérant
 e 
l’effort P' = P1 + 3 0  .
 B

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 25

Pour les semelles rectangulaires

B
 Si e 0 ≤
24

 e   e 
PU 1 + 3 0 .( A − a ) PU 1 + 3 0 .(B − b )
 B  B
AX = AY =
8.d a .σ S 8.d b .σ S

B
 Si e 0 >
24

 e 
PU 1 + 3 0 .( A − a )
 B M1
AX = AY =
8.d a .σ S d b .σ S

7.11.4. Dimensionnement de la semelle

Considérant un poteau de section a x b et une semelle de dimensions A x B, on a par


homothétie :

A a
=
B b
On doit donc vérifier que :

B  e P
 Si e 0 ≤ alors AB ≥ 1 + 3 0  U
6  B  qu
B
 Si e 0 > alors
6
2P 1.33qu dans le cas où le vent est l' action variable de base
σ réf = σ max ≤
B  q dans le cas général
3 A − e0   u
2 

Et

 B −b
  ≤ d a , d b ≤ (A - a )
 4 

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 26

7.12. Exercice 3: Dimensionnement d'une semelle isolée sous charges


centrées et moments de flexion
On désire dimensionner une semelle isolée suivant le DTU 13.12 supportant un poteau de 30
x 50 cm de largeur et subissant des charges permanente G=0.85 MN – MG=0.10MN.m et
d’exploitation Q=0.45 MN – MQ=0.12MN.m. Le sol sur lequel elle repose, a une contrainte
admissible qu = 0.45 MPa . Le béton utilisé sera du B30 (fissuration non préjudiciable) et les
aciers d’armatures seront réalisés avec des barres HA fe E 500.

 PU =1.35 G + 1.5 Q = 1.82 MN


 PS = G + Q = 1.30 MN
 MU =1.35 MG + 1.5 MQ = 0.315 MN.m
 MS = MG + MQ = 0.22 MN.m

7.12.1. Dimensionnement de la semelle

M U 0.315 A a 3
 e0 = = = 0.17 m et = d’où A = B = 0.6 B .
PU 1.82 B b 5

 De plus, faisons l’hypothèse que la résultante est à l'intérieur du noyau central donc que
B
e0 < ce qui implique que B > 1.02 m .
6

 e0  PU P 3P e B.PU 3PU e0
 σ ref = 1 + 3  ≤ qu ⇒ U + U 0 ≤ q u ⇒ + ≤ qu
 B  AB AB AB ² AB ² AB ²

 qu AB ² − BPU − 3Pu e0 ≥ 0

On a A=0,6B, ce qui nous donne 0,6qu B 3 − B.PU − 3Pu e0 ≥ 0

ème
On résout l'équation du 3 degré en B en posant l'égalité à 0, on a:

 0,27 B 3 − 1,82 B − 0,9282 = 0

On obtient B= 2,82m

 B −b
Prenons B=2.90 m, A=1,74 m et   = 0.60 m ≤ d a , d b ≤ (A - a ) = 1.44 m
 4 
Prenons h≈ d/0.9= 0,70m

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 27

En prenant en compte le poids propre de la semelle (longueur = 2.90 m, largeur = 1.74 m,


hauteur = 0.70 m)
- Psemelle = 1.74 x 2.90 x 0.70 x 25 = 0.088 MN, les charges ultime et de service deviennent :

 PU = 1.82 + 1.35 x 0.088 = 1.94 MN


 PS = 1.30 + 0.088 = 1.40 MN

M U 0.315
 e0 = = = 0.16 m et
PU 1.94

 e0  PU  0,16  1,94
 σ ref = 1 + 3  ≤ qu ⇒ σ réf = 1 + 3  0,448Mpa < 0,45Mpa
 B  AB  2,90  1,74 × 2,90

Les dimensions de la semelle sont donc correctes.

7.12.2. Détermination des armatures

Si on souhaite appliquer la méthode des bielles en majorant la charge verticale, il faut que l'on
B
respecte la condition e0 < .
24

B
Dans notre cas, on a e0 = 0,16 > = 0,12m .
24
On a donc deux choix:
 On conserve les dimensions de la semelle précédemment définies et on dimensionne la
section d'armatures par la méthode des consoles.
 On augmente les dimensions de la semelle, notamment la largeur B, de façon à respecter
B
la condition e0 < .
24
Prenons B=3,80m et A=0,6B= 2,28m

 B −b
   = 0.825 m ≤ d a = d b ≤ (A - a ) = 1.98 m
 4 
Prenons h= d+5cm=0.875 que l’on arrondi à 90cm.
Pour la suite des calculs, on retiendra donc une valeur de d=h- 5cm, soit 85cm.

Il nous faut d'abord vérifier à nouveau la portance du sol:

- Psemelle = 2.28 x 3.80 x 0.90 x 25 = 0.195 MN, les charges ultime et de service deviennent :

 PU = 1.82 + 1.35 x 0.195 = 2.08 MN


 PS = 1.30 + 0.195 = 1.495 MN

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 28

M U 0.315
e0 = = = 0.151 m et
PU 2.08

 e0  PU  0,151  2,08
σ ref = 1 + 3  ≤ qu ⇒ σ réf = 1 + 3  = 0,27 Mpa < 0,45Mpa
 B  AB  3,80  2,28 × 3,80
 Les dimensions de la semelle sont donc correctes.
B
On vérifie également e0 = 0,151 < = 0,158m
24
Avec une semelle de dimensions 2.28m x 3.80m x 0.90m, on peut appliquer la méthode des
bielles en majorant la charge Pu.

 Sections d’armatures :

 Suivant X :

 e   0.151 
PU 1 + 3 0 .( A − a ) 2.081 + 3 (2.28 − 0.30 )
AX =  B
=  3.80 
= 15,51 cm 2
8.d a .σ S 8 × 0.85 × 435

Soit 20 HA 10 espacés de 19cm=> 15,71 cm²

B B
 Suivant Y : Méthode des bielles car e0 < et e0 < :
6 24

 e   0.151 
PU 1 + 3 0 .(B − b ) 2.081 + 3 (3,80 − 0.50)
AY =  B
=  3.80 
= 25.97 cm ²
8.d b .σ S 8 × 0.85 × 435

Soit 13 HA 16 espacés de 18cm => 26,14cm²

 Longueur de scellement :

φ fe 10 500 A A
 Suivant X : lS = × = = 0.385 m < et >
4 0.6ψ f tj 2
S 4 0.6 × 1.5 × 2.4
2
4 8
φ fe 16 500 B B
 Suivant Y : l S = × = = 0.616 m < et >
4 0.6ψ S2 f tj 4 0.6 × 1.5 × 2.4
2 4 8
 donc pas de crochet

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 29

7.13. Semelles filantes sous mur soumises à un effort normal et un


moment de flexion
7.13.1. Dimensionnement de la semelle

On doit donc vérifier que :

B  e P
 Si e 0 ≤ alors B ≥ 1 + 3 0  U
6  B  qu

B
 Si e 0 > alors
6
2P 1.33qu dans le cas où le vent est l' action variable de base
σ réf = σ max ≤
B  q dans le cas général
3 − e0   u
2 

7.13.2. Détermination des armatures

B
 Si e 0 ≤
24

 e 
PU 1 + 3 0 .(B − b )
 B
AS =
8.d .σ S

De plus, les armatures principales sont complétées par des armatures longitudinales
de répartition placées sur la largeur B et de section :

Ar = AS
B
(B en m)
4

B
 Si e 0 > => on applique la méthode des consoles pour déterminer le moment M1
24
à reprendre:

M1
AS =
d .σ S

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 30

7.14. Exercice 4: Dimensionnement d'une semelle filante sous charges


centrées et moment de flexion
On désire dimensionner une semelle filante suivant le DTU 13.12 supportant un mur
d’épaisseur 30 cm et subissant des charges permanente G=0.3 MN/m –
MG=0.011MN.m/m et d’exploitation Q=0.2 MN/m – MQ=0.01MN.m/m. Le sol sur lequel
elle repose, a une contrainte admissible qu = 0.435 MPa . Le béton utilisé sera du B30
(fissuration non préjudiciable) et les aciers d’armatures seront réalisés avec des barres
HA fe E 500.

 PU =1.35 G + 1.5 Q = 0.705 MN/m


 PS = G + Q = 0.5 MN/m
 MU =1.35 MG + 1.5 MQ = 0.03 MN.m
 MS = MG + MQ = 0.021 MN.m

7.14.1. Dimensionnement de la semelle

MU 0.03
 e0 = = = 0.042 m .
PU 0.705

B
Partant de l’hypothèse que e 0 ≤ et donc que B sera supérieure à 0.25 m, on pose donc
6
que :

 e P
B ≥ 1 + 3 0  U = B ² ≥ (B + 3e0 ) U ⇒ B ² − u B − 3e0 u ≥ 0
P P P

 B  qu qu qu qu
0.705 0.705
 B² − B − 3 × 0.042 × ≥ 0 ⇒ B ≥ 1.74m
0.435 0.435
On choisira donc B=1.80 m

B −b
Par ailleurs d ≥ = 0.375 m . On choisira une hauteur totale h =0.43 m pour prendre en
4
compte les enrobages.

En prenant en compte le poids propre de la semelle (largeur = 1.80 m, hauteur = 0.43 m) –


Psemelle = 1 x 1.80 x 0.43 x 25 = 0.020 MN, les charges ultime et de service deviennent :

 PU = 0.705 + 1.35 x 0.02= 0.732 MN


 PS = 0.5 + 0.02 = 0.52 MN/ml

MU 0.03  e P  0.041  0.732


e0 = = = 0.041 m et B ≥ 1 + 3 0  U = 1 + 3  = 1.798 m
PU 0.732  B  qu  1.8  0.435

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 31

7.14.2. Détermination des armatures

• Armatures transversales :

B
comme e 0 ≤ = 0.075 alors
24
 e   0.041 
PU 1 + 3 0 .(B − b ) 0.7321 + 3 (1.80 − 0.3)
 B  1.80 
AS = = = 8.64 cm 2
8.d .σ S 8 × 0.39 × 435

soit 8 HA 12 espacés de 0.125 m (arrondi à 13cm sur le plan de ferraillage ci-après).

φ fe 12 500 B
• Longueur de scellement l S = × = = 0.46 m >
4 0.6ψ S2 f tj 4 0.6 × 1.5 × 2.4
2 4
⇒ Crochets

B 1.80
• Armatures longitudinales Ar = AS = 8.64 × = 3.89 cm 2 soit 5 HA 10 espacés de
4 4
0.40 m.

2008-2009
CNAM CCV109 – Béton armé 32

7.14.3. Plan de ferraillage

2008-2009
7.15. Justification des états limites de service
Pour justifier les états limites de service, il suffit de pondérer les sections d'aciers théoriques,
obtenues par les méthodes précédemment décrites, avec les coefficients suivants:

 A= Au si on est en fissuration peu préjudiciable.

 A= 1,10Au si on est en fissuration préjudiciable.

 A= 1,50Au si on est en fissuration très préjudiciable.

7.16. Vérification des semelles au poinçonnement


La vérification au poinçonnement ne concerne que les semelles isolées (sous charges
centrées),donnant lieu à des contraintes de sol élevées.

7.16.1. Condition de non poinçonnement

Pour satisfaire la condition de non-poinçonnement, il faut vérifier la relation suivante:

Fcj
Pu' ≤ 0,045 × uc × h'×
γb
avec:
 Pu' : charge poinçonnante.
 uc = 2(a1 + b1 ) : correspond au périmètre du rectangle d'impact au niveau du feuillet
moyen de la semelle. On l'appelle périmètre critique.
o a1 = a + h
o b1 = b + h
 h' : épaisseur de la semelle dans la section S à h/2 du nu du poteau. Pour une section
rectangulaire à hauteur constante, on a h'=h.

7.16.2. Détermination de la charge poinçonnante

Partons du schéma suivant:


CNAM CCV109 – Béton armé 34

La charge poinçonnante correspond à la résultante de la partie de la réaction du sol qui agit à


l'extérieur du tronc de la pyramide correspondant lui-même à une diffusion à 45° de la charge Pu
en partant du nu de l'élément porté.

Soit:
 G0= poids propre de la semelle + poids éventuel des terres qui surmontent la fondation.
Pu + 1,35G0
 σ sol =
AB

Si on écrit l'équilibre de la semelle, on obtient:

Pu + 1,35G0 = Pu' + σ sol .a2 .b2

soit

a2 .b2
Pu' = Pu + 1,35G0 − ( Pu + 1,35G0 )
A.B
d'où

a 2 = a + 2h
b2 = b + 2h
 a .b 
P'u' = ( Pu + 1,35G0 ) 1 − 2 2 
 A.B 
CNAM CCV109 – Béton armé 35

7.17. Exercice 5: justification d'une semelle carrée au poinçonnement


Soit la semelle suivante:

0,60m 2.60m

0,60m

2.60m

 Hauteur de la semelle: h=0,70m


 Taux de travail maxi du sol: qu= 1,4Mpa
 Charges appliquées (chargement centré):
o G= 2,31MN
o Q= 0,93MN
 Matériaux:
o Béton: Fc28= 25 Mpa
o Acier: FE 500 HA

Le but est de vérifier la semelle au poinçonnement

7.17.1. Calcul de la charge poinçonnante

Pu= 1,35x2,31 + 1,50x0,93= 4,51MN

G0= Poids propre de la semelle= 2,60x2,60x0,70x0,025=0,12MN

a2 = a + 2h = 0,60 + 2 × 0,70 = 2,00m


b2 = b + 2h = 0,60 + 2 × 0,70 = 2,00m
 a .b   2,00² 
P'u' = ( Pu + 1,35G0 ) 1 − 2 2  = (4,51 + 1,35 × 0,12) 1 −  = 1,91MN
 A.B   2,60² 
7.17.2. Vérification de la condition de non poinçonnement

Fcj
Pu' ≤ 0,045 × uc × h'×
γb
avec:
 a1 = a + h = 0,60 + 0,70 = 1,30m
 b1 = b + h = 0,60 + 0,70 = 1,30m
 uc = 2(a1 + b1 ) = 2(1,30 + 1,30) = 5,20m
 h' = h = 0,70m car semelle de hauteur constante

Fcj 25
Pu' = 1,91MN ≤ 0,045 × uc × h'× = 0,045 × 5,20 × 0,70 × = 2,73MN
γb 1,50
La vérification de non poinçonnement est satisfaite.
CNAM CCV109 – Béton armé 36

7.18. Méthodes des consoles


7.18.1. Principe de la méthode

La méthode des consoles permet de dimensionner une semelle soumise à un effort vertical et un
moment de flexion, tout en s'affranchissant des limites géométriques liées à l'application des
méthodes décrites précédemment

La méthode des consoles sera donc applicable, quelque soit l'épaisseur de la semelle.

Cette méthode peut amener à placer des aciers comprimés dans la semelle.

Le principe de cette méthode est le suivant:

 Les aciers sont calculés comme si la semelle


était une bi-console retournée. M
 Le moment qui sert à déterminer ces sections
d'acier, est pris sur un axe vertical passant à
l'intérieur de l'élément porté d'épaisseur 'a', à une V
distance de (0,15.a) du nu de l'élément porté.

 Ensuite, les sections d'acier théoriques (haut et


bas) sont calculées à partir de ce moment
(console en flexion simple).
a
 Il est important de noter que le calcul se fait de
façon indépendante selon Ox et Oy. Par
conséquent, pour une semelle soumise à Mx 0,15.a
seul, on adoptera dans un sens la méthode des
consoles et dans l'autre la méthode des bielles.

Sec

A
CNAM CCV109 – Béton armé 37

7.18.2. Dimensionnement des semelles.

Semelles continues

Pour le dimensionnement des semelles continues, on appliquera les formules suivantes:


d0
 Hauteur: ≤ h ≤ 2d 0
2
1,35G0 + Pu
 Largeur B: B ≥ 2e +
qu

d0 représente le débord de la semelle par rapport à l'élément porté:

Semelles isolées

Pour le dimensionnement des semelles isolées, on appliquera les règles suivantes:

d 01
 Hauteur: ≤ h ≤ 2d 01
2

1,35G0 + Pu
 Surface de la semelle: A( B − 2e) ≥
qu

Avec d01 qui représente le débord de la semelle dans le plan d'application du moment ou de l'effort
excentré.
CNAM CCV109 – Béton armé 38

7.18.3. Moment dimensionnant pour une semelle continue

Le diagramme de répartition des efforts sous la semelle peut être triangulaire, trapézoïdal ou
uniforme.

Prenons le cas d'un diagramme de répartition uniforme dont le centre de gravité est confondu avec
le point d'application de la charge Pu.

On obtient le schéma suivant:

Comme vue précédemment, le moment de flexion doit être calculé dans la section S1, située à
0,15b en retrait par rapport au nu du mur.
CNAM CCV109 – Béton armé 39

Deux cas peuvent se présenter, fonction de la valeur de l'excentricité:

1B 
 Si e<  + 0,35b  : la section S1 coupe le diagramme des réactions du sol. On a
2 2 
donc la répartition suivante:

Le moment de flexion, qui dimensionne les armatures, s'écrit:

2
B  Pu
M s1 =  − 0,35b 
2  2( B − 2e )

1B 
 Si e≥  + 0,35b  : la section S1 ne coupe pas le diagramme des réactions du
2 2 
sol qui est intégralement répartie au delà de la section S1. On donc la répartition
suivante:

Le moment de flexion, qui dimensionne les armatures, s'écrit:

M s1 = Pu (e − 0,35b)
CNAM CCV109 – Béton armé 40

7.18.4. Moment dimensionnant pour une semelle isolée

Les formules de calcul sont les mêmes que pour les semelles continues:

2
1B  B  Pu
 Si e <  + 0,35b  => M s1 =  − 0,35b 
2 2  2  2( B − 2e )

1B 
 Si e≥  + 0,35b  => M s1 = Pu (e − 0,35b)
2 2 

Dans le sens perpendiculaire au plan B, on peut déterminer la section d'armature de deux façons:

2
A  Pu
 Soit en prenant M s1 =  − 0,35a 
2  2A

 Soit en appliquant la méthode des bielles.

7.18.5. Vérification à l'effort tranchant

Dans les méthodes autres que la méthode des consoles, le fait de respecter les conditions de
rigidité nous dispense d'une quelconque vérification à l'effort tranchant.

Dans le cas de la méthode des consoles, il convient de faire une vérification, sauf si l'on souhaite
tout de même respecter les conditions de rigidité. Dans ce cas, les conditions de dimensionnement
diffère de celles décrites au §22.12.2.

7.18.5.1. Cas des semelles continues


L'effort tranchant est évalué par mètre linéaire de semelle et pris dans la section de référence S2
définie dans le schéma ci-dessous:
CNAM CCV109 – Béton armé 41

Cet effort tranchant, noté Vu2, dépend de la valeur de l'excentricité et est définie par les formules
suivantes:

 Si e≥
1
(B + b + d ) => Vu 2 = Pu
4

 Si e<
1
(B + b + d ) => Vu 2 = Pu × B − b − d
4 2 B − 2e
Aucune armature d'effort tranchant n'est nécessaire si on vérifie

Vu 2 ≤ Vu 2 = 0,067df c 28

7.18.5.2. Cas des semelles isolées

 Si e≥
1
(B + b + d1 ) => Vu 2 = Pu
4

 Si e<
1
(B + b + d1 ) => Vu 2 = Pu × B − b − d1
4 2 B − 2e
Aucune armature d'effort tranchant n'est nécessaire si on vérifie

Vu 2 ≤ Vu 2 = 0,067(a + d1 )d1 f c 28
CNAM CCV109 – Béton armé 42

7.18.6. Exemple de calcul d'une semelle continue par la méthode des consoles.

Le but est de dimensionner et justifier la semelle continue suivante:

 Largeur du mur: b= 20cm


 Charge verticale ultime: Nu= 200 kN/m
 Moment ultime: 50 kN.m
 Taux de travail maxi du sol: qu= 0,135 Mpa
 Matériaux:
o Béton: Fc28= 25 Mpa
o Acier: Fe 500 HA
 Fissuration préjudiciable

7.18.6.1. Dimensionnement de la semelle

Mu 50
 e= = = 0,25m
N u 200
1,35G0 + Pu 1,35 × 0,05 + 0,200
 Largeur B: B ≥ 2e + = 2 × 0,25 + = 2,48m
qu 0,135

Pour le calcul de B, on estime un poids propre G0 à 50 kN/ml (0,05MN/ml) pour éviter un trop
grand nombre d'itération.

Prenons B=2,50m, on a alors:

 Débord: d0= (B-b)/2= 1,15m

d0
 Hauteur: ≤ h ≤ 2d 0 => 0,575 ≤ h ≤ 2,30 => prenons h= 0,60m
2
Avec ces dimensions de semelle, on doit vérifier la portance du sol:

 G0 = 2,50 × 0,60 × 0,025 = 0,0375MN / m , ce qui est inférieur au 0,05MN estimé au


départ.

Pu + 1,35G0 0,2 + 1,35 × 0,0375


 σ= = = 0,125Mpa < 0,135Mpa
B − 2e 2,5 − 2 × 0,25

7.18.6.2. Calcul des armatures

1B  1  2,50 
 e = 0,25 <  + 0,35b  =  + 0,35 × 0,20  = 0,66m , on a donc:
2 2  2 2 
2 2
B  Pu  2,50  0,200
M s1 =  − 0,35b  = − 0,35 × 0,2  = 0,07 MN .m / m
2  2( B − 2e )  2  2(2,50 − 2 × 0,25)

 d = h − 3cm = 0,57m

M S1 0,07
 Au = = = 2,82cm² / m
d × Fed 0,57 × 434,78
CNAM CCV109 – Béton armé 43

ATTENTION, on est en fissuration préjudiciable, il faut donc majorer cette section théorique de
10%, on a donc:

 A = 1,10 × Au = 3,10cm² soit 4 HA 10= 3,14 cm², espacés de 25cm.

B 2.50
 Armatures longitudinales Ar = AS = 3,14 × = 1,96 cm 2 soit des HA8 espacés
4 4
tous les 30cm.

 Longueur de scellement
φ fe 10 500 B B
lS = × = = 0.44 m < et >
4 0.6ψ S f tj
2
4 0.6 ×1.5 × 2.1
2
4 8
⇒ pas de crochets

7.18.6.3. Vérification de l'effort tranchant


1
e = 0,25m < (B + b + d ) = 1 (2,50 + 0,20 + 0,57) = 0,817m
4 4
Pu B − b − d 0,2 2,5 − 0,2 − 0,57
 Vu 2 = × = × = 0,086 MN / m
2 B − 2e 2 2,5 − 2 × 0,25
 Vu 2 < Vu 2 = 0,067df c 28 = 0,067 × 0,57 × 25 = 0,955MN / m

Aucune armature d'effort tranchant n'est nécessaire

7.18.7. Exemple de calcul d'une semelle isolée par la méthode des consoles.

Le but est de dimensionner et justifier la semelle isolée suivante:

 Dimension du poteau: a= 40cm et b= 50cm


 Charge verticale ultime: Pu= 500 kN
 Moment ultime: 150 kN.m
 Taux de travail maxi du sol: σsol= 0,250 Mpa
 Matériaux:
o Béton: Fc28= 25 Mpa
o Acier: Fe 500 HA
 Fissuration peu préjudiciable

7.18.7.1. Dimensionnement de la semelle

M u 150
 e= = = 0,30m
N u 500
1,35G0 + Pu
 Surface de la semelle: A( B − 2e) ≥
σ sol
CNAM CCV109 – Béton armé 44

Pour le calcul de la surface de la semelle, on estime un poids propre G0 à 30 kN (0,03MN) pour


éviter un top grand nombre d'itération. On a donc:

1,35 × 0,03 + 0,500


 A( B − 2 × 0,30) ≥ = 2,162m ²
0,25

Prenons A= 1,60 et B=2,00m, on a alors:

B − b 2 − 0,5
 d 01 = = = 0,75m
2 2

d 01
 Hauteur: ≤ h ≤ 2d 01 => 0,375 ≤ h ≤ 1,50m => prenons h= 0,45m
2
Avec ces dimensions de semelle, on doit vérifier la portance du sol:

 G0 = 2,00 × 1,60 × 0,45 × 0,025 = 0,036 MN / m .

Pu + 1,35G0 0,5 + 1,35 × 0,036


 σ= = = 0,245Mpa < 0,250 Mpa
A( B − 2e) 1,6(2 − 2 × 0,30)

7.18.7.2. Calcul des armatures


Sens parallèle au plan de flexion du poteau (sens B)

1B  1  2,00 
 e = 0,30 <  + 0,35b  =  + 0,35 × 0,50  = 0,59m , on a donc:
2 2  2 2 
2 2
B  Pu  2,00  0,500
M s1 =  − 0,35b  = − 0,35 × 0,50  = 0,121MN .m / m
2  2( B − 2e )  2  2(2,00 − 2 × 0,30)

 d = h − 3cm = 0,42m

M S1 0,121
 Au = = = 6,63cm²
d × Fed 0,42 × 434,78

Sens perpendiculaire au plan de flexion du poteau (sens A)

2 2
A  P  1,6  0,5
 M s1 =  − 0,35a  u =  − 0,35 × 0,40  = 0,068MN .m
2  2A  2  2 × 1,60

 d = h − 4cm = 0,41m

M S1 0,0,068
 Au = = = 3,81cm²
d × Fed 0,41× 434,78
CNAM CCV109 – Béton armé 45

7.18.7.3. Vérification de l'effort tranchant

 e = 0,30m <
1
(B + b + d1 ) = 1 (2,00 + 0,50 + 0,42) = 0,74m
4 4
P B − b − d1 0,500 2,00 − 0,50 − 0,42
 Vu 2 = u × = × = 0,19 MN / m
2 B − 2e 2 2,00 − 2 × 0,30
 Vu 2 < Vu 2 = 0,067(a + d1 )d1 f c 28 = 0,067(0,40 + 0,42) × 0,42 × 25 = 0,577 MN / m

Aucune armature d'effort tranchant n'est nécessaire

7.19. Semelles excentrées


7.19.1. Définition

Dans les paragraphes précédents, nous avons traité les semelles centrées sous les porteurs,
soumises à un effort centré et\ou un moment de flexion.

Nous allons voir maintenant comment traiter, par extension de ce qui a déjà été vu, les semelles
excentrées sous les éléments porteurs.

Une semelle peut être excentrée pour plusieurs raisons :


 Lorsqu’une semelle doit reprendre un couple (N,M), on peut décider d’excentrer la
fondation par rapport à l’élément porté de façon à avoir une contrainte constante sous la
fondation. Dans ce cas, l’excentration « e » par rapport au centre de la fondation sera
e=M/N.

N
M

B/2 B/2

On voit donc bien que ce cas de figure ne correspond pas à un excentrement forcé mais plutôt à
une « astuce » de construction qui permet de mieux homogénéiser les contraintes sous la semelle
de fondation et de limiter ainsi les contraintes et les tassements différentiels du sol.
CNAM CCV109 – Béton armé 46

 On peut également avoir une excentration due par exemple à une limite de propriété. Dans
ce cas, la semelle peut être simplement soumise à une charge verticale excentrée :

Limite
de propriété

Dans tous les cas, il est toujours préférable d’essayer de trouver une solution permettant d’éviter
de mettre en place des semelles excentrées.

Par exemple, dans le cas de porteurs situés de part et d’autres d’un joint de dilatation, on peut
décider (cas très courant) de mettre en place une fondation commune sous un joint de dilatation :

JD

Poteau 1 Poteau 2

Semelle commune
CNAM CCV109 – Béton armé 47

7.19.2. Problématique des semelles excentrées.

La méthode des consoles décrite précédemment a été appliquée en considérant un diagramme


des contraintes sous la semelle constant (diagramme de Meyerhof).

Si on conserve cette hypothèse pour le dimensionnement des semelles excentrées, on a alors une
largeur de semelle efficace qui est égale à la largeur de l’élément porté. On entend par largeur
efficace, la largeur de sol comprimé.

On voit bien sur le diagramme ci-contre que la


largeur de semelle en dehors de la largeur de
l’élément porté ne participe pas (car sol non-
comprimé) si on considère un diagramme de
Meyerhof).

Pour augmenter la largeur efficace de la fondation, on peut donc considérer un diagramme


trapézoïdal ou triangulaire. Dans ce cas, il faut que la résultante du diagramme des contraintes du
sol coïncide avec l’axe de l’élément porté de façon à ne pas induire de moment supplémentaire
dans ce dernier.

On peut ainsi en déduire la largeur efficace « A » en fonction de la largeur « a » de l’élément


porté :

 Pour un diagramme triangulaire, la résultante est au 1/3 du triangle, on a donc une largeur
efficace A=1.5a.
 Pour un diagramme trapézoïdal, la résultante est située au ¼ du trapèze, on a donc une
largeur efficace de A=2a.

N N

a a

A=1.5a A=2a
CNAM CCV109 – Béton armé 48

Il est rappelé que le type de diagramme obtenu sous la fondation est lié à l’excentricité de l’effort N
par rapport au centre de gravité de la fondation. Si on note eG la distance entre l’effort N et le
centre de gravité de la fondation (voir schéma précédent) :

A 1 .5 a
 Si eG est supérieur à = , on est dans le cas d’un diagramme triangulaire. Dans le
6 6
cas contraire, on a un diagramme trapézoïdal (résultante à l’intérieur du noyau central).

Prenons l’exemple d’une semelle qui reprend un voile de 20cm. Le calcul de 1.5a/6 nous donne
une valeur de 5 cm, ce qui montre bien que l’on est dans ce cas quasiment toujours dans le cas
d’un diagramme triangulaire. Dans ce cas, la longueur de la zone comprimée sera de 30cm, ce qui
est assez faible et risque de ne pas suffire à satisfaire les critères de contrainte limite si N est
important

Dans ce cas, il faut avoir recours à d’autres dispositifs pour rééquilibrer la semelle :
 Soit avec un moment de redressement dans le poteau.
 Soit en mettant en place des longrines de redressement.

7.19.3. Semelle excentrée avec moment de redressement dans le poteau.

Attention, cette méthode n’est applicable que si la rigidité du poteau est suffisante pour reprendre
un moment qui va équilibrer la semelle.

Cette méthode se traduit par le schéma suivant :

Poteau considéré articulé en tête

a H

Continuité des rotations


N

α
O O σ2
σ2 A
σ1 A σ1 F
A A A

La méthode de résolution est basée sur l’égalité de la rotation entre le pied de poteau et la
fondation.
 La rotation du poteau est fonction de raideur, elle-même fonction de sa hauteur H, du
module E du matériau et de son inertie.
 La rotation de la semelle est fonction des tassements différentiels eux-mêmes fonction du
module de réaction k du sol.

Nous ne rentrerons pas dans le détail de cette méthode qui n’est pas la plus répandue. Pour plus
d’infos, vous pouvez consulter l’ouvrage « Conception et calcul des structures de bâtiment – Tome
1 » de Henry Thonier aux éditions des ponts et chaussées.
CNAM CCV109 – Béton armé 49

7.19.4. Semelle excentrée avec longrine de redressement.

Cette pratique est de loin la plus utilisée lorsque l’on souhaite rééquilibrer une semelle excentrée.

En plaçant une longrine de redressement, on a la possibilité de pouvoir récupérer une contrainte


constante sur toute l’emprise de la semelle de fondation.

Le schéma de fonctionnement est le suivant :

Longrine de redressement

La largeur A en partant du taux de travail maximal du sol :


Nu 0
 Pour une semelle filante : A=
qu
Nu 0
 Pour une semelle isolée de dimension AxB : AB =
qu

Pour avoir un diagramme de contrainte constant sous la semelle de fondation, il faut que la
L
longrine soit rigide, on considèrera donc une hauteur h≥ .
10
On calcul ensuite la longrine de redressement à partir du schéma suivant :

Nu 0 ( A − a)
Nu 0
2 L − ( A − a)

N 'u 0
CNAM CCV109 – Béton armé 50

Pour obtenir les valeurs des résultantes N 'u 0 , il suffit d’écrire l’équilibre de la poutre équivalente
représentée par le schéma ci-dessus :
 ∑ F = 0 ⇒ − N − N + N ' + N ' = 0 (1)
Y u0 u1 u0 u1

 A a
 ∑ M = 0 ⇒N '  2 − 2  − N .L + N ' L = 0 (2)
/ Nu 0 u0 u1 u1

On déduit de l’équation (1) la valeur de N 'u1 : N 'u1 = N u 0 + N u1 − N 'u 0

On réinjecte cette valeur dans l’équation (2), on obtient :


 A a  A a
 N 'u 0  −  − N u1.L + N 'u1 L = 0 ⇒ N 'u 0  −  − N u1.L + ( N u 0 + N u1 − N 'u 0 ).L = 0
 2 2  2 2

 N 'u 0 ( A − a ) − N u1.2 L + N u 0 .2 L + N u1.2 L − N 'u 0 .2 L = 0


2L
 N 'u 0 (( A − a ) − 2 L) + N u 0 .2 L = 0 ⇒ N 'u 0 = N u 0 .
2 L − ( A − a)

2L
On a donc N 'u 0 = N u 0 . , valeur que l’on réinjecte dans (1) pour obtenir N 'u1 :
2 L − ( A − a)
2L
 N 'u1 = N u 0 + N u1 − N 'u 0 = N u 0 + N u1 − N u 0 .
2 L − ( A − a)
2L  2L 
 N 'u1 = N u 0 + N u1 − N u 0 . = N u1 + N u 0 1 − 
2 L − ( A − a)  2 L − ( A − a) 
( A − a)
 N 'u1 = N u1 − N u 0
2 L − ( A − a)