Vous êtes sur la page 1sur 21

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

" BETON ARME "


Chapitre 8 : Dimensionnement en torsion

(Code CCV109)

Enseignant : J. PAÏS 2008 – 2009


CNAM CCV109 – Béton armé 2

Sommaire
8. DIMENSIONNEMENT EN TORSION ........................................................................................ 3
8.1. RAPPELS SUR LA THEORIE ELEMENTAIRE ................................................................................... 3
8.1.1. Définition ............................................................................................................................ 3
8.1.2. Application à une section creuse. ...................................................................................... 5
8.1.3. Exemples de sollicitations en torsion................................................................................. 5
8.2. VERIFICATION DU BETON........................................................................................................... 6
8.2.1. Sections creuses ............................................................................................................... 7
8.2.2. Sections pleines................................................................................................................. 7
8.2.3. Calcul et vérification de la contrainte de béton.................................................................. 8
8.3. DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES. ....................................................................................... 9
8.3.1. Dimensionnement des armatures longitudinales de torsion.............................................. 9
8.3.2. Dimensionnement des armatures transversales de torsion .............................................. 9
8.4. EXEMPLE 1 : CALCUL D’UNE POUTRE SOUS CHARGE EXCENTREE............................................... 11
8.4.1. Calcul des sollicitations.................................................................................................... 11
8.4.2. Armatures de flexion. ....................................................................................................... 12
8.4.3. Armatures Effort tranchant............................................................................................... 13
8.4.4. Justification en torsion. .................................................................................................... 13
8.4.5. Armatures longitudinales totales...................................................................................... 14
8.4.6. Armatures transversales totales. ..................................................................................... 15
8.5. EXEMPLE 2 : CALCUL D’UNE POUTRE SUPPORTANT UN AUVENT................................................. 16
8.5.1. Calcul des charges sur la poutre. .................................................................................... 16
8.5.2. Calcul des sollicitations.................................................................................................... 17
8.5.3. Armatures de flexion. ....................................................................................................... 18
8.5.4. Armatures Effort tranchant............................................................................................... 18
8.5.5. Justification en torsion. .................................................................................................... 19
8.5.6. Armatures longitudinales totales sur appuis.................................................................... 20
8.5.7. Armatures longitudinales totales en travée ..................................................................... 20
8.5.8. Armatures transversales totales. ..................................................................................... 20
CNAM CCV109 – Béton armé 3

8. Dimensionnement en torsion

8.1. Rappels sur la Théorie élémentaire


8.1.1. Définition

Considérons la section suivante:

Il s'agit d'une barre circulaire encastrée à une extrémité et libre à l'autre. Cette poutre est soumise à
un moment de torsion noté Mx, agissant autour de l'axe Gx.

Sous l'action de ce moment, la section de départ subit une rotation d'un angle dθ.

La rotation relative γ, entre les sections Σ et Σ' s'écrit de la façon suivante:


γ =R
dx
CNAM CCV109 – Béton armé 4

Suite à cette distorsion, il apparaît une contrainte de cisaillement définie par la relation:

τ
G=− => τ = −G.γ
γ

L'équilibre de la section soumise à cette contrainte de cisaillement se traduit par le schéma et les
formules suivantes:

Mx = ∫∫τ .r.dΣ
Σ


Mx = −G
dx ∫∫ r ².dΣ
Σ

A partir de ces équations d'équilibre, on peut écrire:


 dθ = − M x
 dx G. J

 J = ∫∫Σ dΣ
r ².

 M x .r
 τ = J

 La grandeur J est appelée "moment d'inertie polaire" de la section Σ.et définit par la relation
J = I y2 + I z2 pour une section symétrique.
 La quantité G.J est appelée rigidité à la torsion de la section.

En béton armé, on appellera T le moment de torsion de la poutre (et non pas Mx).
CNAM CCV109 – Béton armé 5

8.1.2. Application à une section creuse.

Dans le cas d’une section creuse, d’épaisseur e, la contrainte de cisaillement due au moment de
torsion s’écrit :

e
Tu
τ uT =
2.e.Ω

 e : épaisseur de la section creuse.


 Ω : Aire délimitée par la fibre moyenne des parois.

8.1.3. Exemples de sollicitations en torsion

En général, dans le cas des bâtiments, le moment de torsion dans une poutre est lié à une charge
excentrée reprise par la poutre.

 Charge verticale P excentrée par rapport à l’axe géométrique de la poutre :

B
P
b

e
a

Le moment de torsion dans la poutre vaut :


b
 T A = P.e ×
a+b
a
 TB = − P.e ×
a+b
CNAM CCV109 – Béton armé 6

 Reprise d’un auvent : dans ce cas, le moment de torsion dans la poutre correspond au
moment d’encastrement de l’auvent (calculé comme une console).

Auvent

Poutre

 Dans ce cas, la poutre sera soumise à un couple externe de torsion égal à


Q × L²
mtu = cosθ (θ étant l’angle d’inclinaison de l’auvent par rapport à
2
l’horizontale) , constant sur toute sa longueur

Le moment de torsion maximum dans la


poutre vaut :

l
Tu = mtu .
2
Où l représente la portée de la poutre (à ne
pas confondre avec la longueur de l’auvent).

8.2. Vérification du béton.


Comme nous venons de le voir, un moment de torsion engendre des contraintes de cisaillement dans
la section. Par conséquent, tout comme la vérification à l’effort tranchant, le dimensionnement et les
vérifications se font à l’ELU.

Attention, les effets de la torsion doivent se cumuler avec les effets dus aux autres sollicitations de la
poutre (effort tranchant et moment fléchissant).

Le dimensionnement en torsion des sections BA est traité à l’article A.5.4 du BAEL91.

Le calcul des contraintes distingue deux cas de figures (article A 5.4.2) :


 Les sections creuses.
 Les sections pleines.
CNAM CCV109 – Béton armé 7

8.2.1. Sections creuses

ATTENTION, les notations du BAEL diffèrent des notations RDM.

La contrainte de cisaillement est calculée à partir de la formule :

Tu
τ uT =
2.b0 .Ω
Avec :

 Tu : moment de torsion à l’état limite ultime.


 Ω : Aire délimitée par la fibre moyenne des parois.
 épaisseur réelle

 b0 : épaisseur fictive de la paroi définie par b0 = min  a
 6

La dimension « a » correspond au diamètre maximal du plus grand cercle inscriptible dans la section
étudiée :

8.2.2. Sections pleines

Pour les sections pleines (majorité des cas en béton armé), on se ramène à une section creuse
a
équivalente, de même contour extérieur et d’épaisseur b0 = .
6

Tu
On retrouve ensuite la même formule de calcul que celle des sections creuses : τ uT = .
2.b0 .Ω
CNAM CCV109 – Béton armé 8

8.2.3. Calcul et vérification de la contrainte de béton.

Il faut cumuler la contrainte de cisaillement précédemment calculée (due au moment de torsion) à la


contrainte de cisaillement due à l’effort tranchant.

On vérifiera donc :
 Pour les sections creuses : τ uT + τ uV ≤ τ u .
 Pour les sections pleines : τ uT ² + τ uV ² ≤ τ u ² .

La contrainte limite de cisaillement est la même que celle définie pour l’effort tranchant, à savoir :

 f cj 
0,2 .
 Fissuration peu préjudiciable : τ u = MIN  γb 
 5MPa 

 f cj 
0,15 .
 Fissuration préjudiciable ou très préjudiciable : τ u = MIN  γb 
 4MPa 

 Dans le cas où les armatures sont inclinées à 45° par rapport à la fibre moyenne de la poutre,

 f cj 
0,27. .
la contrainte limite τ u est égale aux valeurs suivantes : τ u = MIN  γb 
 7MPa 

REMARQUE IMPORTANTE

La contrainte de cisaillement τ uV , due à l’effort tranchant, est calculée à partir de la formule


Vu
τu = .
b0 .d

Il ne faut pas confondre cette valeur de b0 qui correspond à la largeur de la poutre, avec le paramètre
« b0 » utilisé pour le calcul de la contrainte de cisaillement liée au moment de torsion.
CNAM CCV109 – Béton armé 9

8.3. Dimensionnement des armatures.


Comme nous l’avons vu précédemment, les armatures de torsion vont venir se cumuler aux
armatures de flexion et d’effort tranchant.

Les armatures résistantes de torsion sont composées d’un double système :


 Une partie en armatures longitudinales.
 Une partie en armatures transversales.

8.3.1. Dimensionnement des armatures longitudinales de torsion

La somme des armatures longitudinales, pour reprendre la torsion, est donnée par la formule :

Tu .u.γ s
ΣAl =
2.Ω. f e

Avec :
 Tu : moment de torsion à l’ELU.
 u : périmètre de l’aire Ω.

La section Al ainsi obtenue est à répartir sur le contour de la section en plaçant au minimum une
armature à chaque coin de la section.

Pourcentage minimal

La somme des armatures longitudinales de torsion doit vérifier :

ΣAl
. f e ≥ 0,4 MPa
b0 .u

8.3.2. Dimensionnement des armatures transversales de torsion

Les armatures transversales de torsion sont dimensionnées à partir de la formule suivante :

At f e T
. = u
st γ s 2.Ω

ATTENTION, dans la formule précédente, At représente la somme des brins d’armatures


transversales contenues dans l’épaisseur b0 (soit a/6 pour une section pleine) :
 Cette section est donc à placer sur chaque paroi (des deux côtés) de la section et non pas
pour la totalité de la section comme c’est le cas des armatures transversales d’effort
tranchant.
 Il ne faut donc pas confondre la section At calculée pour la reprise de l’effort tranchant et la
section At calculée ci-dessus pour la reprise du moment de torsion.
 Cela veut donc dire que l’on ne prend pas en compte d’aciers intérieurs (étriers ou épingles)
dans la résistance au moment de torsion.
CNAM CCV109 – Béton armé 10

L’espacement et le diamètre de ces armatures transversales suivent les mêmes règles que pour les
armatures d’effort tranchant, à savoir :

 
φ L   0,9d 
 h   
φ t ≤ MIN   et st ≤ MIN  40cm 
 35  15.φ 
b  L min 
 10 

Pourcentage minimal

ATTENTION, le pourcentage minimal doit être vérifié à la fois pour les armatures d’effort tranchant
seules et également pour l’ensemble des armatures transversales, à savoir armatures de torsion +
armatures d’effort tranchant.

At
. f e ≥ 0,4 MPa
b.s t
Avec :
 b= largeur de la section pour une section pleine.
 b= 2.b0 pour une section creuse d’épaisseur de parois b0.
CNAM CCV109 – Béton armé 11

8.4. Exemple 1 : calcul d’une poutre sous charge excentrée.


On se propose de dimensionner les armatures longitudinales et transversales de la poutre suivante,
soumise à une charge excentrée :
P

30cm

2.00m 3.00m
18cm
élévation section

 Béton B30
 Acier Fe500
 Hauteur utile : d= 25cm
 Fissuration peu préjudiciable
0.50m  G= 12KN et Q= 3KN
 Non prise en compte du
P
poids propre.
Vue de dessus

8.4.1. Calcul des sollicitations.

Il faut déterminer les sollicitations suivantes :


 Effort tranchant Vu
 Moment fléchissant Mu
 Moment de torsion Tu

Effort tranchant et moment fléchissant

RA RB
2m 3m

3 2
Par calcul RDM, on peut écrire que les réactions d’appuis valent : R A = .P et RB = . P .
5 5
L’effort tranchant et le moment fléchissant sont définis par les formules suivantes :
3 3
 Pour 0 ≤ x ≤ 2m , on a V ( x ) = P et M ( x ) = . Px
5 5
2 2
 Pour 2m ≤ x ≤ 5m , on a V ( x ) = − P et M ( x ) = − . Px + 2 P
5 5
CNAM CCV109 – Béton armé 12

On a donc les diagrammes suivants :

V M
6P/5
3P/5

-2P/5
2m 2m 3m

Moment de torsion

Le moment de torsion est défini par les formules suivantes :


b 3 3
 T A = P.e × = 0,5 × P × = P
a+b 5 10
a 2 1
 TB = − P.e × = −0,5 × P × = − P
a+b 5 5

T
Note : le diagramme du moment de
flexion est le même que celui de l’effort
3P/10
tranchant multiplié par l’excentricité.

-P/5
2m

8.4.2. Armatures de flexion.

On calcul le moment de flexion à l’ELU :


 Pu = 1,35 × 12 + 1,5 × 3 = 20,7 KN
6 Pu 6 × 20,7
 Mu = = = 24,84 KN .m = 0,0248MN .m
5 5
On fait ensuite un dimensionnement en flexion simple :
0,0248
 µ= = 0,130
0,18 × 0.25² × 17
 (
α = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,130) ) = 0,175
 z = 0.25(1 − 0,4 × 0,175) = 0,2325m
0,0248
 Au = = 2,45.10 − 4 m ² = 2,45cm ²
0,2325 × 434,78
CNAM CCV109 – Béton armé 13

8.4.3. Armatures Effort tranchant.

3Pu 3 × 20,7
On calcul l’effort tranchant max à l’ELU : Vu = = = 12,42 KN = 0,0124 MN
5 5

0,0124
On calcul la contrainte de cisaillement : τu = = 0,276 MPa
0.18 × 0,25
 f cj 
0,2 = 4Mpa.
On vérifie la contrainte limite de cisaillement : τ u = MIN  γb  = 4 MPa > 0,276 MPa .
 5MPa 

A t b.γ s .τ u 0,18 × 1,15 × 0,276


On calcul ensuite la section d’aciers théorique : = = = 1,27cm ² / ml .
st 0 ,9.f e 0,9 × 500

At 0,4 × b 0,4 × 0,18


On détermine le pourcentage minimum : ≥ = = 1,44cm ² / ml
st fe 500

At
On retient donc ≥ 1,44cm ² / ml
st

8.4.4. Justification en torsion.

3 3
On calcul le moment de torsion à l’ELU : Tu = . Pu = × 20,7 = 6.21KN .m = 0,0062 MN .m
10 10
On calcul ensuite la contrainte de cisaillement due au moment de torsion :
Tu
 τ uT =
2.b0 .Ω
a
 a = 0.18m et b0 = = 0,03m
6
 Ω = (0,18 − 0,03) × (0,30 − 0,03) = 0,0405m ²
 u = 2[(0,18 − 0,03) + (0,30 − 0,03)] = 0,84m
0,0062
 τ uT = = 2,55MPa
2 × 0,03 × 0,0405

On vérifie ensuite la contrainte limite sur le béton :


 τ uT ² + τ uV ² ≤ τ u ² ⇒ 2,55² + 0,276² = 6,58MPa ≤ 4² = 16MPa

On peut ensuite calculer les armatures de torsion :


 Armatures longitudinales de torsion.
 Armatures transversales de torsion.
CNAM CCV109 – Béton armé 14

Armatures longitudinales de torsion

Tu .u.γ s 0,0062 × 0,84 × 1,15


 ΣAl = = = 1,48cm ²
2.Ω. f e 2 × 0,0405 × 500

0,4 × b0 × u 0,4 × 0,03 × 0,84


Le pourcentage minimum nous donne : ΣAl ≥ = = 0,201cm ²
fe 500

On retiendra donc 1,48 cm².

Armatures transversales de torsion

At T .γ 0,0062 × 1,15
 = u s = = 1.76cm ²
st 2.Ω. f ed 2 × 0,0405 × 500

At 0,4 × b0 0,4 × 0,03


On détermine le pourcentage minimum : ≥ = = 0,24cm ² / ml
st fe 500

At
On retient donc ≥ 1,76cm ² / ml par face.
st

8.4.5. Armatures longitudinales totales.

Les armatures longitudinales totales seront disposées de la façon suivante :

ΣAl
= 0,74cm ² , soit 2HA8= 1,01cm²
2

ΣAl
+ A flexion = 0,74 + 2,45 = 3,19cm ² , soit 3HA12= 3.39cm²
2
CNAM CCV109 – Béton armé 15

8.4.6. Armatures transversales totales.

Prenons l’hypothèse que l’on ferraille la poutre avec des cadres en HA6.

 Pour les aciers transversaux d’effort tranchant ( At = 2 × HA6 = 0,57cm ² ), on a


At 0,57
= 1,44 ⇒ st = = 0.396m = 40cm
st 1,44
 Pour les aciers transversaux de torsion ( At = 1 × HA6 = 0,285cm ² ), on a
At 0,285
= 1,76 ⇒ st = = 0.16m = 16cm
st 1,76

0,9d = 0,9 × 0,25 = 0,225m


Dans les deux cas, les espacements doivent satisfaire st ≤ MIN 
 40cm

On retient donc les espacements max suivants :


 22,5 cm pour les armatures transversales d’effort tranchant.
 16 cm pour les armatures transversales de torsion.

On calcul le nombre « théorique » de cadres sur 1mètre linéaire de poutre :


 1/0.225= 4.44 cadres pour les aciers transversaux d’efforts tranchants.
 1/0.16= 6.25 cadres pour les aciers transversaux de torsion.
 On a donc au total un nombre « théorique » de cadres de 10,7.

On peut donc placer 11 cadres par mètre linéaire de poutre, soit un espacement de 10 cm.

On a donc le ferraillage suivant :


CNAM CCV109 – Béton armé 16

8.5. Exemple 2 : Calcul d’une poutre supportant un auvent.


On cherche à déterminer le ferraillage d’une poutre reprenant un auvent.

Les dimensions géométriques de cet auvent sont les suivantes :

Q
Partie 2

10 cm
25 cm

75 cm Partie 1
2m

Poutre à calculer

25 cm

Les hypothèses de calcul sont les suivantes :


 Qualité de béton B25.
 Nuance d’acier Fe500.
 Hauteur utile : d=70 cm
 Fissuration peu préjudiciable.
 Surcharge uniformément répartie (charge d’entretien) : 1 KN/m²
 On doit prendre en compte le poids propre de la poutre.
 Densité du béton : 25KN/m3.
 La poutre à dimensionner est considérée bi-encastrée.
 La portée de la poutre à dimensionner est de 4.00 m

8.5.1. Calcul des charges sur la poutre.


er
Dans un 1 temps, il faut déterminer les charges à reprendre sur la poutre :
 Charges verticales appliquées sur la poutre (en KN/ml), issues de la descente de charges de
l’auvent.
 Couple de torsion appliqué sur la poutre, également issu de la descente de charges de
l’auvent.

Le poids propre de l’auvent sera déterminé en le divisant en deux éléments (voir schéma ci-dessus) :
 Partie 1 correspondant à une épaisseur constante.
 Partie 2 correspondant à la partie variable.

Pour chaque action (poids propre et charge répartie), on détermine la résultante verticale par
sommation des charges le long de l’auvent et le moment de torsion en multipliant ces résultantes par
le bras de levier correspondant.

ATTENTION, les différents bras de levier doivent être considérés par rapport au centre de la poutre
(en ajoutant donc la demi-largeur).
CNAM CCV109 – Béton armé 17

On présente les résultats sous forme de tableau :

Action Charge verticale Bras de levier Couple de torsion


(KN/m) (m) (KN.m/m)
P.P auvent – partie 1 25*0.10*2.00= 5 2/2+0.25/2= 1.125 5*1.125= 5.63
P.P auvent – partie 2 2*(0.25-0.10)*0.5*25= 3.75 2/3+0.25/2= 0.79 3.75*0.79= 2.96
P.P de la poutre 0.25*0.75*25= 4.69 0 0
TOTAL charges permanente 13.44 8.59
Surcharge d’exploitation 2*1= 2 2/2+0.25/2= 1.125 2*1.125= 2.25
P.P : Poids Propre

8.5.2. Calcul des sollicitations.

A partir des charges précédemment calculées, on peut déterminer les sollicitations suivantes :
 Effort tranchant Vu
 Moment fléchissant Mu
 Moment de torsion Tu

Effort tranchant et moment fléchissant

On peut déterminer la charge à l’ELU reprise par la poutre :


 Pu= 1.35*13.44 + 1.5*2= 21.14 KN/m

Pour une poutre bi-encastrée de portée l, on a les valeurs suivantes :


Pu .l 21,14 × 4
 Effort tranchant max (ELU) : Vu = = = 42,3KN = 0,042 MN
2 2
P .l ² 21,14 × 4²
 Moment de flexion aux appuis : M u = u = = 28,2 KN .m = 0,028MN .m
12 12
P .l ² 21,14 × 4²
 Moment max à mi-travée : M u = u = = 14,1KN .m = 0,014 MN .m
24 24

Moment de torsion

Comme nous l’avons vu dans le cours, pour une poutre soumise à un couple de torsion constant, on
a:

 mtu = 1,35 × 8,59 + 1,5 × 2,25 = 14,97 KN .m / m = 0,015MN .m / m


l 4
 Tu = mtu . = 0,015 × = 0,03MN .m
2 2
CNAM CCV109 – Béton armé 18

8.5.3. Armatures de flexion.

Armatures en travée (fibre inférieure)


0,014
 µ= = 0,008
0,25 × 0,70² × 14,17
 (
α = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,008) ) = 0,01
 z = 0.70(1 − 0,4 × 0,01) = 0,697m
0,014
 Au = = 4,62.10 − 5 m ² = 0,46cm ²
0,697 × 434,78

Ft 28 2,1
On vérifie le pourcentage minimum : Amin = 0,23 b0 d = 0,23 × × 0,25 × 0,70 = 1,69cm ²
Fe 500
On retient donc 1,69 cm².

Armatures sur appui (fibre supérieure)


0,028
 µ= = 0,016
0,25 × 0,70² × 14,17
 (
α = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,016) ) = 0,02
 z = 0.70(1 − 0,4 × 0,02 ) = 0,694m
0,028
Au = = 9,28.10 − 5 m ² = 0,93cm ²
0,694 × 434,78

On retient également 1,69 cm² (pourcentage minimum).

8.5.4. Armatures Effort tranchant.

On a calculé Vu = 0,042 MN (on ne considère pas de transmission directe aux appuis).

0,042
On calcul la contrainte de cisaillement : τu = = 0,24 MPa
0.25 × 0,70
 f cj 
0,2 = 4Mpa.
On vérifie la contrainte limite de cisaillement : τ u = MIN  γb  = 4 MPa > 0,24 MPa .
 5MPa 

A t b.γ s .τ u 0,25 × 1,15 × 0,24


On calcul ensuite la section d’aciers théorique : = = = 1,53cm ² / ml .
st 0,9.f e 0,9 × 500

At 0,4 × b 0,4 × 0,25


On détermine le pourcentage minimum : ≥ = = 2cm ² / ml
st fe 500

At
On retient donc ≥ 2cm ² / ml
st
CNAM CCV109 – Béton armé 19

8.5.5. Justification en torsion.

On a calculé le moment de torsion à l’ELU : Tu = 0,03MN .m

On calcul ensuite la contrainte de cisaillement due au moment de torsion :


Tu
 τ uT =
2.b0 .Ω
0,25
 a = 0,25m et b0 = = 0,042m
6
 Ω = (0,25 − 0,042) × (0,75 − 0,042) = 0,147m ²
 u = 2[(0,25 − 0,042) + (0,75 − 0,042)] = 1,83m
0,03
 τ uT = = 2,43MPa
2 × 0,042 × 0,147

On vérifie ensuite la contrainte limite sur le béton :


 τ uT ² + τ uV ² ≤ τ u ² ⇒ 2,43² + 0,24² = 5,96MPa ≤ 4² = 16 MPa

On peut ensuite calculer les armatures de torsion :


 Armatures longitudinales de torsion.
 Armatures transversales de torsion.

Armatures longitudinales de torsion

Tu .u.γ s 0,03 × 1,83 × 1,15


 ΣAl = = = 4,29cm ²
2.Ω. f e 2 × 0,147 × 500

0,4 × b0 × u 0,4 × 0,042 × 1,83


Le pourcentage minimum nous donne : ΣAl ≥ = = 0,61cm ²
fe 500

On retiendra donc 4,29 cm².

Armatures transversales de torsion

At T .γ 0,03 × 1,15
 = u s = = 2.35cm ²
st 2.Ω. f ed 2 × 0,147 × 500

At 0,4 × b0 0,4 × 0,042


On détermine le pourcentage minimum : ≥ = = 0,34cm ² / ml
st fe 500

At
On retient donc ≥ 2,35cm ² / ml par face.
st
CNAM CCV109 – Béton armé 20

8.5.6. Armatures longitudinales totales sur appuis

Les armatures longitudinales totales seront disposées de la façon suivante :

ΣAl 4,29
+ A flexion = + 1,69 = 3,835cm ² , soit 3HA14= 4.62cm²
2 2

ΣAl 4.29
= = 2,145cm ² , soit 3HA14= 4,62cm²
2 2

En fait, en partie inférieure, on met en place 3HA14 (donc beaucoup plus que la section théorique) car
on prolonge les aciers inférieurs de travée (voir ci-dessous) jusqu’à l’appui.

8.5.7. Armatures longitudinales totales en travée

Les armatures longitudinales totales seront disposées de la façon suivante :

ΣAl 4,29
= = 2,145cm ² , soit 3HA10= 2,36cm²
2 2

ΣAl 4,29
+ A flexion = + 1.69 = 3,835cm ² , soit 3HA14= 4.62cm²
2 2

8.5.8. Armatures transversales totales.

Prenons l’hypothèse que l’on ferraille la poutre avec des cadres en HA8.

 Pour les aciers transversaux d’effort tranchant ( At = 2 × HA8 = 1,01cm ² ), on a


At 1,01
= 2cm ² / ml ⇒ st = = 0.505m = 50,5cm
st 2
 Pour les aciers transversaux de torsion ( At = 1 × HA8 = 0,50cm ² ), on a
At 0,50
= 2,35 ⇒ st = = 0.21m = 21cm
st 2,35
0,9d = 0,9 × 0,70 = 0,63m
Dans les deux cas, les espacements doivent satisfaire st ≤ MIN 
 40cm
CNAM CCV109 – Béton armé 21

On retient donc les espacements max suivants :


 40 cm pour les armatures transversales d’effort tranchant.
 21 cm pour les armatures transversales de torsion.

On calcul le nombre « théorique » de cadres sur 1mètre linéaire de poutre :


 1/0.40= 2.5 cadres pour les aciers transversaux d’efforts tranchants.
 1/0.21= 4.76 cadres pour les aciers transversaux de torsion.
 On a donc au total un nombre « théorique » de cadres de 7,26.

On peut donc placer 8 cadres par mètre linéaire de poutre, soit un espacement de 11 cm.

On a donc le ferraillage suivant :

Du fait que les aciers de chapeaux sont très proche, un ferraillage plus simple à mettre en œuvre
serait de supprimer les 3HA10 (fibre supérieure) en travée et prolonger les 3HA14 des appuis sur
toute la travée. On aurait alors le ferraillage suivant :