Vous êtes sur la page 1sur 14

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

" BETON ARME "


Chapitre 16 : Dimensionnement des poutres voiles

(Code CCV109)

Enseignant : J. PAÏS 2008 – 2009


CNAM CCV109 – Béton armé 2

Sommaire
16. DIMENSIONNEMENT DES POUTRES VOILES....................................................................... 3
16.1. DEFINITION .............................................................................................................................. 3
16.2. DOMAINE D’APPLICATION........................................................................................................... 4
16.3. NOTATIONS .............................................................................................................................. 4
16.4. EPAISSEUR MINIMALE................................................................................................................ 5
16.5. DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES ........................................................................................ 6
16.5.1. Généralités. ................................................................................................................... 6
16.5.2. Armatures principales pour une paroi fléchie sur deux appuis. .................................... 7
16.5.3. Armatures principales pour une paroi fléchie sur plusieurs appuis............................... 9
16.5.4. Armatures réparties verticales..................................................................................... 10
16.5.5. Armatures réparties horizontales ................................................................................ 11
16.6. OUVERTURES DANS LES PAROIS FLECHIES ............................................................................... 12
16.6.1. Dimensionnement des tirants...................................................................................... 13
16.6.2. Dimensionnement des armatures horizontales ........................................................... 13
CNAM CCV109 – Béton armé 3

16. Dimensionnement des poutres voiles

16.1. Définition
Les poutres-voiles, communément appelées « parois-fléchies » sont étudiés à l’annexe E.5 du
BAEL91.

Le BAEL 91 classe dans la catégorie des parois-fléchies les poutres de section constante, dont la
hauteur « h » est au moins égale à la moitié de la portée (mesurée entre nu d’appuis) :

h
L
h≥
2
L

On peut avoir des parois fléchies à une travée, dites isostatiques, ou des parois fléchies continues à
plusieurs travées.

Les parois fléchies peuvent être chargées à différentes altitudes :

 Paroi fléchie chargée en fibre supérieure :

 Paroi fléchie chargée en fibre inférieure :


CNAM CCV109 – Béton armé 4

 Paroi fléchie chargée par plusieurs planchers intermédiaires :

16.2. Domaine d’application


Afin de pouvoir appliquer l’annexe E.5 du BAEL pour le dimensionnement des poutres voiles, il est
impératif de respecter les critères suivants :
 La paroi-fléchie doit être maintenue transversalement (perpendiculairement à son plan) par
d’autres éléments, afin d’assurer la fixité transversale des appuis.
 La paroi doit supporter des charges uniformément réparties. Dans le cas de charges
ponctuelles, il y a des vérifications locales à faire, qui ne sont pas traitées dans l’annexe E.5.5
du BAEL.
 Les éléments locaux de faibles dimensions (tels que les linteaux, les chevêtres…) ne sont pas
à dimensionner en appliquant cette annexe.
 Dans le cas des parois fléchies avec console, cette dernière devra être calculée en
considérant une console courte.

16.3. Notations
Les notations définies par le BAEL sont les suivantes :
 Lt : portée de la paroi entre axe des appuis.
 L0 : portée entre nus des appuis.
 Lt
 L : portée de calcul => L = min 
1,15.L0
 h : hauteur totale de la paroi.
 b0 : épaisseur de la paroi.
 z : bras de levier pour le calcul des armatures principales.
 p : charge répartie appliquée à l’ELU.
 M 0,u : moment ultime de référence.
 V0,u : effort tranchant ultime de référence.
 τ 0, u : contrainte tangente conventionnelle définie par :
V0,u
o τ 0,u = si h ≤ L
b0 .h
V0,u
o τ 0,u = si h > L
b0 .L
CNAM CCV109 – Béton armé 5

16.4. Epaisseur minimale


L’épaisseur minimale d’une paroi fléchie est fonction de la charge appliquée, de la qualité de béton et
du rapport entre la portée et la hauteur de la paroi.

On définit l’épaisseur minimale par les formules suivantes, en fonction de la hauteur de la paroi-
fléchie :

 p L
 3,75. f . h

Si h < L , on a b0 ≥ max 
c 28

p
0,14.L.3
 f c 28 .h
 p
 3,75. f

Si h > L , on a b0 ≥ max 
c 28

p
0,14. L.3
 f c 28 .h

L’épaisseur minimale a notamment pour but d’assurer une rigidité transversale de la poutre-voile, afin
d’éviter une rupture par écrasement du béton, notamment au niveau des appuis.

Des essais ont mis en évidence des


contraintes de compression inclinées
importantes au droit des appuis pouvant
occasionner une rupture par écrasement du
béton.

Le BAEL indique également : « Si la paroi fléchie est efficacement raidie par des membrures
ère
longitudinales supérieures et inférieures solidaires des montants d’appuis, la 1 condition doit être
p
satisfaite quelle que soit la valeur de ».
f c 28 .h

Ces membrures peuvent être issues des planchers arrivant sur la paroi-fléchie ou d’une épaisseur
plus importante en tête et en pied de paroi-fléchie. Dans ce cas, on devra tout le temps vérifier :

p L p
b0 ≥ 3,75. . (ou b0 ≥ 3,75. , si h > L ).
f c 28 h f c 28
CNAM CCV109 – Béton armé 6

16.5. Dimensionnement des armatures


16.5.1. Généralités.

Une paroi-fléchie peut être armée avec des barres HA, des treillis ou un mélange des deux.

Le ferraillage d’une paroi-fléchie peut se décomposer en plusieurs familles d’armatures :


 Les armatures principales longitudinales, placées en partie inférieure de la paroi.
 Les armatures réparties verticales, constituées de treillis soudés ou de cadres. Dans le cas
d’un ferraillage avec des cadres, ces derniers peuvent être éventuellement complétés par des
étriers ou des épingles intérieures.
 Les armatures réparties horizontales, placées bien-entendues sur les deux faces de la paroi.

Les armatures principales sont déterminées à partir du moment ultime et de l’effort tranchant ultime de
référence. La méthode décrite dans l’annexe E.5 du BAEL tient compte des phénomènes de
redistributions des efforts à l’intérieur de la paroi.

On peut schématiser le fonctionnement RDM d’une paroi-fléchie (soumise à une charge répartie
verticale) de la façon suivante :

Butons en tête (sollicité en compression)

Montant verticaux
comprimés

Diagonales comprimées
ou tendues

Tirant en pied (sollicité en traction)

On voit donc bien sur ce schéma que les armatures dites « réparties » contribuent activement à la
distribution des efforts et donc à la résistance de la paroi. Elles ont également un rôle important vis-à-
vis de la fissuration.

En général, il n’est pas nécessaire de vérifier les ELS pour le dimensionnement d’une paroi-fléchie.
Cependant, dans les cas ou la paroi est susceptible d’être en contact avec l’eau ou un quelconque
milieu agressif, on peut appliquer les règles suivantes avec des efforts ELS et les contraintes limites
de matériaux correspondantes.
CNAM CCV109 – Béton armé 7

16.5.2. Armatures principales pour une paroi fléchie sur deux appuis.

On est dans le cas d’une paroi-fléchie isostatique.

Attention, le ferraillage d’une paroi-fléchie est différent selon que h < L ou h > L.

16.5.2.1. Principe de ferraillage pour h < L


CNAM CCV109 – Béton armé 8

16.5.2.2. Principe de ferraillage pour h > L


CNAM CCV109 – Béton armé 9

16.5.2.3. Calcul des armatures


Les armatures principales sont calculées à partir du moment ultime de référence :

M 0 ,u
A=
f
z. e
γs
Avec :
h
 z = 0,2( L + 2h ) si 0,5 ≤ ≤1
L
 z = 0,6 L si h > L

Ces armatures doivent être disposées sur une hauteur de l’ordre de la plus petite dimension
entre 0,15L et 0,15h.

Toutes les armatures horizontales (y compris les armatures principales) sont en général ancrées par
des boucles ou des crochets, disposés à plat (voir schéma ci-dessus). Cette disposition constructive a
pour but, entre-autres, d’assurer un frettage du béton dans ces parties (au droit des montants) très
sollicités.

Il convient de prévoir des étriers sur la partie en retour des crochets :

Pour rappel, le frettage du béton consiste à le renforcer avec des armatures de façon à éviter son
éclatement.

16.5.3. Armatures principales pour une paroi fléchie sur plusieurs appuis.

Dans le cas d’une poutre-voile continue, les moments à reprendre en travée peuvent être déterminés
à partir de la méthode forfaitaire (annexe E.1 du BAEL).

Le bras de levier à prendre en compte pour le calcul des armatures (en travée et sur appui) est donné
par les formules suivantes :

h
 z = 0,2( L + 1,5.h ) si 0,5 ≤ ≤1
L
 z = 0,5L si h > L

Les armatures calculées en travée doivent être placées, sans réduction, sur toute la longueur de la
travée et ancrées sur appuis, au-delà de l’axe de ces derniers.

Sur appuis, les armatures sont réparties sur une bande de hauteur 0,10h (si h ≤ L) ou 0,10L (si h > L).
CNAM CCV109 – Béton armé 10

De plus, pour éviter les risques de fissurations, il convient de s’assurer que le total des armatures
horizontales disposées sur une hauteur entre L et 1,5L (au droit des appuis) représente au moins le
quart des armatures principales.

16.5.4. Armatures réparties verticales

Les armatures réparties verticales sont en général composées de cadres entourant les armatures
longitudinales inférieures et supérieures.

Dans le cas des parois où h > L (voir § 15.5.2.2), on prolonge un cadre sur deux dans la partie de la
paroi comprise entre L et 1,5L (soit sur une hauteur de 0,5L), à moins que les armatures verticales
prévues dans cette zone aient une section au moins égale à la moitié des cadres disposés dans la
partie inférieure et qu’il y ait recouvrement entre les armatures verticales et les cadres de la partie
inférieure.

Pour le calcul des quantités à mettre en place, on distingue :


 Les parois chargées en tête (moitié supérieure).
 Les parois chargées en pied (moitié inférieure).

Dans le cas des parois représentant les deux cas, on cumule les deux effets.

16.5.4.1. Parois chargées en tête


Les notations sont les suivantes :
 Av : Section d’un cours d’armatures verticales (cadres + étriers\épingles éventuels).
 sv : espacement de deux cours successifs.
Av
 ρv : pourcentage des armatures verticales ρ v = .
b0 .s v
 τ 0, u : contrainte tangente conventionnelle définie au paragraphe 15.3.

Le pourcentage d’armatures verticales doit vérifier :

3 τ 0 ,u 0,8
ρv ≥ . jamais inférieur à .
f
4 e fe
γs

16.5.4.2. Parois chargées en pied


On parle dans ce cas de charges suspendues car ces dernières doivent être transmises à la partie
supérieure de la zone sur appuis. On parle alors de « remonter la charge sur appui ».

Si on note pi la charge à suspendre, la section d’armatures à prévoir par unité de longueur est
donnée par la formule :

pi
Avi =
fe
γs

Comme nous l’avons vu précédemment, le cas échéant, cette quantité est à cumuler avec les
armatures calculées en 15.5.4.2.
CNAM CCV109 – Béton armé 11

 Si h ≤ L , la totalité des armatures Avi est arrêtée dans la partie supérieure de la paroi (voir
schéma précédent).
 Si h > L , la moitié des armatures Avi est arrêtée à la hauteur L (en partant du bas de la
paroi), l’autre moitié étant prolongée jusqu’à 1,5L (voir schéma précédent).

16.5.5. Armatures réparties horizontales

Les armatures réparties horizontales sont disposées :


 Entre les armatures principales inférieures et le haut de la paroi dans le cas d’une paroi
isostatique (pas d’armatures principales sur appui).
 Entre les armatures principales inférieures et les armatures principales sur appuis dans le cas
d’une paroi fléchie continue.

Les armatures réparties horizontales sont composées de deux réseaux :


 Un réseau inférieur compris entre les niveaux 0,15h et 0,55h (ou 0,15L et 0,55L si h > L), soit
sur une hauteur de 0,40h (ou 0,40L si h > L). Le pourcentage à mettre en place sur cette
hauteur est noté ρ h et défini ci-après (§ 15.5.5.1).
 Un réseau supérieur :
o Réparti entre les niveaux 0,55h et h (0,55L et L si h > L) dans le cas d’une paroi
isostatique.
o Réparti entre les niveaux 0,55h et 0,90h (0,55L et 0,90L si h > L) dans le cas d’une
paroi continue.
o Le pourcentage à mettre en place est noté ρ h' et défini ci-après (voir §15.5.5.2).

Les armatures des deux réseaux doivent être placées sur toute la longueur de la travée, sauf pour les
armatures du réseau inférieure qui peuvent être arrêtées partiellement dans certains cas (voir
§15.5.5.1 suivant).

Ces armatures doivent être ancrées sur appuis :


 Sur appuis de rive, elles doivent être ancrées par des boucles ou crochets disposés à plat.
 Sur appuis intermédiaires, elles doivent se recouvrir sur une longueur au moins égale à la
longueur de scellement droit.

16.5.5.1. Pourcentage du réseau inférieur


Le pourcentage des armatures du réseau inférieur est défini par :

 0,8
 f
 τ 0 ,u  τ 0 ,u  e
ρ h = 0,50 0,60 + 15. . jamais inférieur au min  τ 0,u
 f c 28  fe γ s 0,5 f
 e
γs

τ 0,u
Dans l’expression précédente, le terme 15. correspond à la compression que peut reprendre le
f c 28
τ 0,u
béton (à fretter pour éviter un éclatement de ce dernier) et le terme correspond au supplément
fe γ s
d’armatures nécessaires.
CNAM CCV109 – Béton armé 12

La longueur des armatures du réseau inférieure dépend de la valeur du pourcentage :


τ 0,u
 Si ρ h ≤ 0,75. , les armatures doivent être placées sur toute la longueur de la travée.
fe
γs
τ 0,u τ 0,u
 Si ρ h > 0,75. , seules les armatures correspondant au pourcentage 0,75. doivent
fe fe
γs γs
être prolongées sur toute la longueur de la travée. Les armatures restantes s’ étendent sur
une longueur de 0,30. L0 en partant du nu de l’appui, de part et d’autres de la travée (voir
schémas précédents).

Dans le cas des parois supportant des charges dans la partie inférieure, la contrainte τ 0,u à prendre
en compte est déterminée à partir d’un effort tranchant égal à V0,u , s + 2.V0,u ,i , où V0,u , s et V0,u ,i sont
respectivement les efforts tranchants dus aux charges appliquées en partie supérieure et inférieure.

16.5.5.2. Pourcentage du réseau supérieur


Pour le réseau supérieur, on doit mettre en place :

 τ 0,u  τ 0,u 3 τ
ρ ' = 0,30 0,60 + 15. . , ce qui représente .ρ h , avec un minimum de 0,30 0,u .
h
 f c 28  f e γ s 5 fe γ s

La remarque concernant les charges appliquées en partie inférieure de la paroi-fléchie est également
valable pour le réseau supérieur.

16.6. Ouvertures dans les parois fléchies


L’annexe E.5 du BAEL impose une condition pour pouvoir dimensionner les armatures autour d’une
trémie : il doit y avoir autour de la trémie une distance au moins égale à la largeur de l’ouverture,
notée l .

Les armatures se décomposent en plusieurs familles :


 Des « tirants » situés au dessus et au dessous de l’ouverture, prolongés de la valeur l
(largeur de l’ouverture) au-delà du nu de cette dernière (voir schéma ci-dessous).
 Des armatures verticales, notées Av situées au dessus de l’ouverture. Ces armatures ne sont
3l
à mettre en place que si on a des charges appliquées dans une zone de hauteur mesurée
4
à partir de l’ouverture. Elles doivent entourer les armatures du tirant (voir schéma ci-dessous).
CNAM CCV109 – Béton armé 13

p
Elles sont calculées en appliquant la formule Av = (p étant la charge appliquée sur
fe
γs
cette zone).
 Des armatures horizontales réparties sur une hauteur l , au-dessus et au-dessous de la
trémie.

On a donc le schéma de ferraillage suivant :

16.6.1. Dimensionnement des tirants

Les tirants sont dimensionnés à partir de la formule suivante :

0,40.V0,u p.l
At = avec Vo ,u =
fe 2
γs

 P est la charge ELU appliquée au dessus de l’ouverture (charges externes + poids propre du
voile).
 Attention, dans cette formule, l correspond à la largeur de l’ouverture et non pas à la portée
de la poutre voile.

16.6.2. Dimensionnement des armatures horizontales

Ces armatures sont réparties sur une hauteur égale à l , au-dessus et au-dessous de l’ouverture.

La section Ah de ces armatures est définie par la formule suivante, en fonction de la valeur de la
contrainte tangente conventionnelle :

p f
 Si τ 0 ,u = ≤ c 28 => Ah = 0
2.b0 30
CNAM CCV109 – Béton armé 14

f c 28 V0,u  τ 
 Si τ 0 ,u > => Ah = 0,20.  30. 0,u − 1
30 fe  f c 28 
γs

Ces armatures sont à cumuler avec les armatures définies sans prendre en compte la présence de
l’ouverture.