Vous êtes sur la page 1sur 94

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

" BETON ARME "


Chapitre 18 : Eurocode 2

(Code CCV109)

Enseignant : J. PAÏS 2008 – 2009


CNAM CCV109 – Béton armé 2

Sommaire
18. EUROCODE 2............................................................................................................................ 4
18.1. INTRODUCTION ......................................................................................................................... 4
18.2. LISTE COMPLETE DES EUROCODES ........................................................................................... 4
18.3. NOTION DE NORME ENV ET EN................................................................................................. 5
18.4. NOTION DE DAN ...................................................................................................................... 5
18.5. SYSTEME DE COMBINAISONS ..................................................................................................... 5
18.6. NOTATIONS .............................................................................................................................. 6
18.7. CLASSIFICATION ET CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX............................................................ 9
18.7.1. Caractéristiques des bétons.......................................................................................... 9
18.7.2. Résistance en compression ........................................................................................ 10
18.7.3. Résistance en traction ................................................................................................. 11
18.7.4. Loi de comportement du béton.................................................................................... 11
18.7.5. Prise en compte d’un béton confiné. ........................................................................... 15
18.7.6. Caractéristiques des aciers ......................................................................................... 16
18.7.7. Classes de ductilité...................................................................................................... 16
18.7.8. Loi de comportement................................................................................................... 16
18.8. CALCUL DES ANCRAGES.......................................................................................................... 18
18.8.1. Contrainte limite d’adhérence (§8.4.2) ........................................................................ 21
18.8.2. Longueur d’ancrage droit de référence (§8.4.3).......................................................... 22
18.8.3. Longueur d’ancrage droit de calcul (§8.4.4)................................................................ 23
18.8.4. Longueur de recouvrement (§8.7.2 & 8.7.3) ............................................................... 25
18.9. APPLICATION DES EC2 AU CALCUL DES POUTRES .................................................................... 27
18.9.1. Détermination des sollicitations................................................................................... 27
18.9.2. Exemple numérique de redistribution des moments ................................................... 32
18.9.3. Imperfections géométriques ........................................................................................ 36
18.9.4. Tables de compression ............................................................................................... 38
18.9.5. Flexion simple.............................................................................................................. 40
18.9.6. Flexion composée ....................................................................................................... 47
18.9.7. Epure d'arrêt des barres (§9.2.1.3) ............................................................................ 47
18.9.8. Cisaillement Table – Nervure (§6.2.4)......................................................................... 48
18.9.9. Dispositions constructives spécifiques aux poutres .................................................... 50
18.10. APPLICATION DES EC2 AU CALCUL DES POTEAUX ................................................................ 53
18.10.1. Imperfections géométriques ........................................................................................ 53
18.10.2. Prise en compte des effets du second ordre............................................................... 53
18.10.3. Longueurs de flambement (§5.8.3.2). ......................................................................... 55
18.10.4. Méthode simplifiée (règles professionnelles). ............................................................. 57
18.10.5. Fluage effectif (§5.8.4) ................................................................................................ 58
18.10.6. Méthode générale........................................................................................................ 58
18.10.7. Méthode basée sur la rigidité nominale ...................................................................... 58
18.10.8. Méthode basée sur la courbure nominale. .................................................................. 60
18.10.9. Cas particulier de la flexion déviée (§5.8.9) ................................................................ 61
18.10.10. Dispositions constructives propres aux poteaux..................................................... 63
18.11. EFFORTS TRANCHANTS ...................................................................................................... 64
18.11.1. Notations ..................................................................................................................... 66
18.11.2. Effort tranchant résistant du béton .............................................................................. 67
18.11.3. Transmissions directe aux appuis ............................................................................... 68
18.11.4. Cas des éléments non armés (§6.2.2). ....................................................................... 69
18.11.5. Cas des éléments armés (§6.2.3) ............................................................................... 70
18.12. ETAT LIMITE D'OUVERTURE DES FISSURES (E.L.S) ............................................................... 71
18.12.1. Limitations des fissures. .............................................................................................. 71
18.12.2. Dispositions constructives pour éviter les fissures...................................................... 72
18.12.3. Calcul exact de l’ouverture des fissures...................................................................... 72
18.12.4. Pourcentage minimum à mettre en place ................................................................... 75
18.13. ETAT LIMITE DE DEFORMATION - CALCUL DES FLECHES ........................................................ 76
18.13.1. Limites admissibles ..................................................................................................... 76
18.13.2. Limitation du rapport portée-hauteur (§7.4.2) ............................................................. 76
CNAM CCV109 – Béton armé 3

18.13.3. Calcul exact de la déformée (§7.4.3) .......................................................................... 78


18.13.4. Méthode d'intégration des courbures .......................................................................... 80
18.14. VERIFICATION AU POINÇONNEMENT. (§ 6.4)......................................................................... 82
18.14.1. Vérification des dalles. ................................................................................................ 82
18.14.2. Vérification des semelles............................................................................................. 88
18.15. ENROBAGES MINIMUM (§4.4.1) ........................................................................................... 88
18.15.1. Notion de condition d’environnement. ......................................................................... 88
18.15.2. Enrobage minimal cmin ................................................................................................. 89
18.15.3. Tolérances d’exécution (§4.4.1.3). .............................................................................. 94
CNAM CCV109 – Béton armé 4

18. Eurocode 2

18.1. Introduction
Les Eurocodes sont un ensemble de normes européennes qui ont pour but d'uniformiser les différents
règlements de calcul de structure.

Le but initial de cette volonté d'uniformiser les normes est de limiter les disparités qui existent dans les
différentes réglementations nationales, qui entravent la libre circulation d'ingénierie et d'architecture
au sein de la communauté européenne.

Cependant, les documents de base sont complétés par les DAN (documents d'applications
nationales) dont la portée est limiter à la définition de paramètres qui sont forcément d'ordre national
(comme par exemple les régions de neige ou de vent).

Ce document est basé sur les versions suivantes de l'Eurocode :


 NF EN 1992 1-1 publié en octobre 2005 avec l'application du DAN Français pour la partie
béton armé.
 NF EN 1997 publié en octobre 2005 pour l'étude de la stabilité externe des semelles de
fondation.

Le but de ce document est de faire une initiation à l'Eurocode 2 et de lister les principales différences
par rapport aux BAEL91 et aux différents DTU existants.

A l’heure d’aujourd’hui, l’utilisation des Eurocodes n’est pas imposée. D’après l’AFNOR (Association
Française de Normalisation) qui publie et vend les textes officielles, l’application des Eurocodes sera
er
imposé en France à partir du 1 janvier 2010, date à laquelle les normes nationales existantes ne
pourront plus être appliquées.

18.2. Liste complète des Eurocodes


La liste complète des Eurocodes existants ou à venir est la suivante:

Type Domaine
Eurocode 0 Bases de calcul
Eurocode 1 Actions / Sollicitations
Eurocode 2 Béton Armé
Eurocode 3 Construction Métallique
Eurocode 4 Construction Mixte
Eurocode 5 Construction Bois
Eurocode 6 Ouvrages Maçonnés
Eurocode 7 Géotechnique
Eurocode 8 Séisme
Eurocode 9 Alliages Aluminium
CNAM CCV109 – Béton armé 5

18.3. Notion de norme ENV et EN


Avant sa sortie officielle, une nouvelle norme prend le statut de norme ENV (norme expérimentale)
pendant une période théorique de 2 à 3 ans.

Le but de cette période est de pouvoir appliquer cette norme à titre expérimental et pouvoir avoir un
retour d'expérience.

Elle devient officielle et définitive avec le statut de Norme EN, norme en vigueur.

En ce qui concerne les Eurocodes, jusqu’en 2005, les textes qui étaient publiés correspondaient aux
normes ENV.

18.4. Notion de DAN


Le DAN est le Document d'Application National.

Il permet, entre autre, aux différents états membres de définir les paramètres de sécurité qui leurs
sont propres, mais également de définir des paramètres qui sont forcément d'ordre nationale, comme
par exemple une région de vent, de séisme…

18.5. Système de combinaisons


Le système de combinaisons est assez proche de celui du BAEL (avec une notion de ELU, ELS,
ELA).

Ce qui diffère un peu est la définition des coefficients ψ d'accompagnement:

Ce qu'il est important de noter est que ces coefficients d'accompagnement dépendent du type de local
auquel correspond la charge en question (notion de vatégorie).
CNAM CCV109 – Béton armé 6

18.6. Notations
Les notations utilisées dans l'Eurocode 2 sont les suivantes:
CNAM CCV109 – Béton armé 7
CNAM CCV109 – Béton armé 8
CNAM CCV109 – Béton armé 9

18.7. Classification et caractéristiques des matériaux.


18.7.1. Caractéristiques des bétons

Les notations utilisées pour la classification et les caractéristiques des matériaux sont les suivantes:

Les propriétés du béton armé sont définies au chapitre 3.1 de l'EC2.

Contrairement au BAEL, l’EC2 autorise à utiliser des bétons de 12 à 90 Mpa.

Les notations et caractéristiques du béton sont plus compliquées à l’EC2 qu’au BAEL.

La résistance caractéristique en compression du béton, mesurée à 28 jours (équivalent de f c 28 ), est


notée f ck .
CNAM CCV109 – Béton armé 10

A partir de cette valeur caractéristique, on peut en déduire un certain nombre d’autres valeurs
(caractéristiques de résistance et déformation) qui sont résumées dans le tableau 3.1 de l’EC2 :

18.7.2. Résistance en compression

Lorsque l'on utilise par exemple un béton de type C25/30, le 1er terme correspond à la résistance en
compression f ck , déterminée à partir d'un essai sur une éprouvette cylindrique.

A partir de cette valeur, on détermine de calcul en compression en utilisant la formule suivante :


f ck
f cd = α cc .
γc
avec
 α cc : est pris égal à 1 dans le cadre de l'EC2. Attention, dans tous les règlements
précédents, ce coefficient était pris égal à 0.85.
 γc : représente le coefficient partiel de sécurité pour le béton Habituellement, on prend les
valeurs suivantes (définie au §2.4.2.4 de l'EC2) :
o γ c = 1 .5 pour un dimensionnement en situation durable ou transitoire
(dimensionnement ELU).
o γ c = 1 .2 pour un dimensionnement en situation accidentelle (dimensionnement
ELUA). Cette valeur était de 1.15 dans le cas du BAEL.
CNAM CCV109 – Béton armé 11

18.7.3. Résistance en traction

La résistance moyenne du béton en traction est définie par la formule :


 f ctm = 0.30 f ck2 / 3 pour une valeur de f ck ≤ 50 MPa
 f 
 f ctm = 2,12 ln1 + cm  pour une valeur de f ck > 50 MPa
 10 

avec f cm = f ck + 8 , exprimée en MPa.

Pour un béton C25/30, on obtient :


 f ck = 25MPa => f ctm = 0,30 × 252 / 3 = 2.56 MPa

A partir de la résistance moyenne à la compression, on peut en déduire la résistance caractéristique


(fractile 5%) :
 f ctk , 0.05 = 0.7 f ctm

Puis la résistance de calcul à la traction :


f ctk ,0.05
 f ctd = α ct . avec le terme α ct qui peut être donné dans les annexes nationales.
γc

Pour l'annexe française, on prend α ct = 1.00

18.7.4. Loi de comportement du béton.

L’EC2 définit 4 diagrammes possibles pour un dimensionnement à l’ELU :


 Une relation contrainte-déformation non-linéaire (article 3.1.5) pour les analyses
structurales telles que le flambement.
 Un diagramme parabole-rectangle pour le dimensionnement des sections (article 3.1.7).
 Un diagramme bilinéaire (article 3.1.7) également applicable pour le dimensionnement des
sections.
CNAM CCV109 – Béton armé 12

18.7.4.1. Relation contrainte-déformation non linéaire


(Sargin simplifié)
Cette relation est définie par le schéma suivant :

Cette loi se traduit par l’expression suivante :


σc k .η − η ²
=
f cm 1 + (k − 2).η

Avec :
εc
 η= ou ε c1 est la déformation au pic de contrainte f cm . Cette valeur est définie dans le
ε c1
tableau du paragraphe III.A (tableau 3.1 de l’EC2).
ε c1
 k = 1,05.E cm .
f cm

Attention, cette formulation ne peut être appliquée que dans le cas où ε c < ε cu1 , avec ε cu1 qui
représente la déformation ultime définie également dans le tableau précédent.
CNAM CCV109 – Béton armé 13

18.7.4.2. Diagramme parabole rectangle


Le diagramme parabole-rectangle peut être utilisé pour dimensionner les sections. Ce diagramme est
représenté ci-après :

Ce diagramme se traduit par la formulation suivante :


  εc  
n

 σ c = f cd 1 −  1 −   pour 0 ≤ ε c ≤ ε c 2
  ε c2   
 σ c = f cd pour ε c 2 ≤ ε c ≤ ε cu 2

Le coefficient n est défini par les deux valeurs suivantes possibles (voir tableau 3.1) :
 n= 2 pour des bétons dont f ck ≤ 50 MPa .

 90 − f ck 
4

 n = 1,4 + 23,4  pour des bétons avec 50 < f ck ≤ 90 MPa .


 100 
CNAM CCV109 – Béton armé 14

18.7.4.3. Diagramme bilinéaire


Le diagramme bilinéaire est une variante du diagramme parabole-rectangle.

Ce diagramme se traduit par le schéma suivant :

Les valeurs de ε c 3 et ε cu 3 sont définis dans le tableau 3.1 donnés précédemment.

18.7.4.4. Diagramme rectangulaire simplifié


L’EC2 spécifie également que l’on peu utiliser un diagramme rectangulaire simplifié :

 La hauteur utile de la zone comprimée est définie par le paramètre λ :


o λ = 0 .8 pour f ck ≤ 50 MPa

o λ = 0 .8 −
( f ck − 50) pour 50 < f ck ≤ 90 MPa
400
 La largeur du diagramme est définie par η :
o η = 1.0 pour f ck ≤ 50 MPa .

o η = 1 .0 −
( f ck − 50) pour 50 < f ck ≤ 90 MPa
200
On voit donc que le diagramme rectangulaire simplifié est le même que celui du BAEL pour des
bétons inférieur à 50 Mpa.
CNAM CCV109 – Béton armé 15

18.7.5. Prise en compte d’un béton confiné.

L’EC2 (article 3.1.9) indique qu’il est possible de prendre en compte un béton confiné.

Dans ce cas, la résistance et la déformation ultime du béton sont supérieures.

On peut considérer un béton confiné à condition de mettre en place des cadres correctement
fermés ou des armatures transversales.

Dans ce cas, à partir de la contrainte σ 2 qui agit perpendiculairement dans les directions
perpendiculaires à l’effort étudié (contrainte latérale à l’ELU due au confinement), on peut déterminer
de nouvelles caractéristiques de résistance du béton :
 σ 
 f ck ,c = f ck 1,000 + 5,0 2  pour σ 2 ≤ 0,05 f ck .
 f ck 
 σ 
 f ck ,c = f ck 1,125 + 2,50 2  pour σ 2 > 0,05 f ck .
 f ck 
2
f 
 ε c 2,c = ε c 2 . ck ,c 
 f ck 
σ2
 ε cu 2,c = ε cu 2 + 0,2
f ck

On voit donc que sous réserve de dispositions constructives adéquates, il est possible de
prendre en compte un « Béton confiné » et donc d’avoir des caractéristiques mécaniques
supérieures.
CNAM CCV109 – Béton armé 16

18.7.6. Caractéristiques des aciers

En ce qui concerne la loi de comportement de l’acier, les différences avec le BAEL sont les suivantes :
 L’EC2 (annexe C) introduit la notion de classe de ductilité avec des aciers qui peuvent aller
jusqu’à un allongement de 7.5%. Cette valeur est à comparer avec l’allongement maxi
préconisé par le BAEL, qui est de 1%.
 L’EC2 permet également d’utiliser une loi de comportement ayant un palier plastique
« incliné » (voir ci-après).

18.7.7. Classes de ductilité.

Comme nous venons de le voir, l’EC2-annexe C décrit trois classes de ductilité détaillée dans le
tableau suivant :

18.7.8. Loi de comportement


Les notations sont les suivantes :
 f yk : limite élastique.
 f yd : contrainte de calcul à l’ELU.
 ε s0 : allongement correspondant à la limite de plasticité.

 ε uk : déformation de l’acier sous charge maximale (voir paragraphe précédent).

 ε ud : limite de déformation pour le diagramme avec branche inclinée.


CNAM CCV109 – Béton armé 17

L’EC2 définit donc deux lois de comportement laissées au choix (article 3.2.7) :
 Un diagramme avec palier horizontal de plasticité, tel que celui utilisé dans le BAEL91.
Dans ce cas, il n’est pas nécessaire de vérifier une limite de déformation des aciers.
 Un diagramme avec une branche inclinée et une déformation limite ne devant pas
dépasser ε ud .

Les relations entre les différentes grandeurs sont les suivantes :


 ε ud = 0,9.ε uk => Attention, cette valeur peut être modifiée en fonction du DAN (document
d’application national).
 La valeur de f yd dépend de la loi de comportement choisie par l’utilisateur :
f yk
 Dans le cas de la loi avec palier plastique horizontal => f yd = et un
γS
f yd
allongement ε s0 = .
ES
 Dans le cas de la loi avec branche inclinée, on applique la formule suivante :

f yk  (k − 1)(ε S − ε S 0 ) 
f yd = 1 + 
γ S  (ε uk − ε s 0 ) 

Le coefficient k traduit la ductilité de l’acier et correspond au rapport entre la contrainte de traction


f tk
max à la rupture (correspondant à ε ud ) et la contrainte de limite élastique, soit : k = .
f yk

L’annexe C de l’EC2 donne des valeurs minimales de ce coefficient.


CNAM CCV109 – Béton armé 18

Ci-dessous, un tableau donnant quelques valeurs en fonction de la classe de ductilité :

18.8. Diamètre des mandrins de cintrage


18.8.1. Rappels sur le BAEL91

Le BAEL91 définit deux conditions pour déterminer le diamètre des mandrins de cintrage :
 Une condition de façonnage des barres :
o r ≥ 3.φ pour des aciers Fe215 et Fe235 (aciers doux).
o r ≥ 5.5.φ pour des aciers Fe400 ou Fe500.
 Une condition de non-écrasement du béton :
σs φ
o r ≥ 0.20φ (1 + ).v
f cj er
ème
En général, lorsque les aciers sont disposés sur un seul lit, la 2 condition est satisfaite si on
prend un rayon de cintrage de 5.5φφ (soit un diamètre d’environ 10φφ) pour un Fe400 ou Fe500.

18.8.2. Eurocode 2 (§8.3)

L’article 8.3 de l’EC2 indique également que le diamètre de courbure doit être tel que :
 Pas d’endommagement sur les armatures.
 Pas d’écrasement du béton.

Pour la 1
ère
condition, l’EC2 définit un diamètre φm, min à respecter définit par le tableau suivant :
CNAM CCV109 – Béton armé 19

ème
En ce qui concerne la 2 condition (non-écrasement du béton), l’EC2 indique qu’il n’est pas
nécessaire de justifier le diamètre du mandrin de cintrage si les trois conditions suivantes ne sont pas
vérifiées :
 Les barres ne doivent pas présenter un retour droit après la courbure supérieur à 5φ .
 La barre ne doit pas être disposée près de la surface du béton et il doit exister une barre
transversale de diamètre ≥ φ à l’intérieur de la partie courbe. On considèrera une barre
proche de la surface du béton si l’enrobage est inférieur au max(3φ, 50mm).
 Le diamètre de la barre doit être supérieur aux valeurs indiquées dans le tableau ci-
dessous :

ème
On voit d’après ce 2 tableau qu’il n’est possible de prendre en compte un diamètre de 5φ que dans
le cas ou l’on a une armature transversale soudée conformément à la norme EN ISO 17660.

φ.
Dans les autres cas, le diamètre est de 20φ

Si une des trois conditions précédentes n’est pas vérifiée, le diamètre du mandrin de cintrage doit
satisfaire l’équation suivante :
1 1
+
a 2φ
 φm ≥ Fbt b
f cd
 Fbt : effort de traction, dû aux charges ultimes, dans une barre ou un groupe de barres
en contact, à l’origine de la partie courbe.
 ab : pour une barre donnée, ab correspond à la moitié de l’entraxe entre les barres
perpendiculairement au plan de la courbure. Pour une barre ou un groupe de barres
proches du parement de l’élément, il convient de prendre pour ab l’enrobage majoré de
φ
:
2

Extrait de l’ouvrage de Henry Thonier


CNAM CCV109 – Béton armé 20

55
La valeur de f cd doit être limitée à celle d’un béton deC55/67, soit f cd max = = 36.67 Mpa .
1 .5

π .φ ²
 Fbt = .Fyd
4
On retrouve donc bien les deux conditions du BAEL (endommagement des armatures et écrasement
du béton) mais l’EC2 est beaucoup plus pénalisant (voir exemple ci-après).

18.8.3. Exemple de détermination de rayon de cintrage.

On souhaite déterminer le mandrin de cintrage pour une barre HA20 avec les hypothèses suivantes :
 Béton à 25 Mpa.
 Enrobage de 38 mm.
 Distance entre axe de deux barres : d= 60 mm.
 Un seul lit d’acier à ancrer.

Détermination BAEL

 La condition de non-endommagement des armatures nous donne : r = 5.5φ


σs φ
 La condition de non-écrasement du béton nous donne : r ≥ 0.20φ (1 + ).v
f cj er
1 + 2m
o v= = 1 (car un seul lit d’acier à ancrer)
3
φ 20
o er = c + = 38 + = 48mm
2 2
500 20
o r ≥ 0.20 × 20 × (1 + ) = 46.67 mm soit 2.33φ.
25 48
ème
On voit donc bien que la 2 condition du BAEL n’est pas déterminante.

On retiendra donc un mandrin de cintrage de diamètre 10φ (ce qui correspond, à l’arrondi près, à un
rayon de 5.5φ).

Détermination EC2

 La condition de non-endommagement des armatures nous donne : D = 7φ (car


φ > 16mm )
1 1
+
a 2φ
 La condition de non-écrasement du béton nous donne : φm ≥ Fbt b
f cd
π .φ ² π × 0.02² 500
o Fbt = .Fyd = × = 0.136MN
4 4 1.15
25
o f cd = = 16.67 Mpa < 36.67 Mpa
1 .5
CNAM CCV109 – Béton armé 21

20
o ab = 38 + = 48mm pour l’armature proche du parement
2
d
o ab = = 30mm pour une armature intérieure.
2
1 1 1 1
+ +
ab 2φ
o φm ≥ Fbt = 0.136 × 0.048 2 × 0.02 = 0.373m pour l’armature proche
f cd 16.67
du parement.
1 1 1 1
+ +

= 0.136 × 0.030 2 × 0.02 = 0.476m pour une armature
a
o φm ≥ Fbt b
f cd 16.67
intermédiaire.

Ce qui nous donne comme diamètre de mandrin :


 Environ 19φ pour l’armature proche du parement.
 Environ 24φ pour l’armature intermédiaire.

Si on retient le plus grand mandrin, on a donc 24φ, ce qui est beaucoup plus important que les 11φ du
BAEL.
ème
ATTENTION, la 2 condition ne s’applique pas aux aciers transversaux pour lesquels on
φ.
applique la règle des 4φ

18.9. Calcul des ancrages


Le calcul des ancrages à l’EC2 suit les mêmes principes que le BAEL :
 Calcul de la contrainte limite d’adhérence.
 Détermination des longueurs d’ancrage droit.
 Détermination d’un ancrage courbe.

18.9.1. Contrainte limite d’adhérence (§8.4.2)

La contrainte limite d’adhérence (équivalent de τ su au BAEL) est définie par la formule :


f bd = 2,25.η1 .η 2 . f ctd


 f ctd est la résistance de calcul en traction du béton (voir paragraphe III.A.2). Cette valeur
doit toujours être inférieure à 3.1Mpa, ce qui correspond à la résistance d’un béton C60/75
(du fait de la fragilité croissante des bétons haute performance).
 η1 est un coefficient qui est lié aux conditions d’adhérence et à la position de la barre en
cas de reprise de bétonnage (voir schéma ci-après).
 η1 = 1,0 si les conditions d’adhérence sont bonnes.

 η1 = 0,7 dans les autres cas.


CNAM CCV109 – Béton armé 22

Les conditions d’adhérence sont définies par le schéma suivant :

 η 2 est un paramètre qui dépend du diamètre de la barre :


 η 2 = 1,0 pour un diamètre φ ≤ 32mm

 η2 =
(132 − φ ) pour un diamètre φ > 32mm
100

18.9.2. Longueur d’ancrage droit de référence (§8.4.3)

L’EC2 définit une longueur d’ancrage de référence, notée lb,rqd .


φ.σ sd
Cette valeur est calculée à partir de la formule suivante : lb, rqd =
4. f bd
 σ sd est la contrainte effective dans la barre que l’on souhaite ancrer.

φ. f E
ATTENTION, malgré le fait que cette formule ressemble énormément à celle du BAEL ( l S = ), il
4.τ su
faut bien faire attention à une différence importante :
 Dans la formule du BAEL, on détermine une longueur de scellement permettant d’ancrer
un effort de traction correspondant à la limite élastique de l’acier.
 Dans la formule de l’EC2, on détermine une longueur de scellement correspondant à
l’effort de calcul er non pas l’effort max correspondant à la limite élastique.
CNAM CCV109 – Béton armé 23

Prenons l’exemple suivant :


 On a un effort de traction à reprendre sur l’appui de 138.7KN.
 On a sur ce même appui (appui de dalle) 26HA8, qui représente une section totale de 13
cm².

0.1387
 La contrainte effective dans les armatures est donc σ sd = = 107 MPa .
13.10 − 4
 On calcul ensuite f bd = 2,25.η1 .η 2 . f ctd :
o η1 = 1,0 car les conditions d’adhérence sont bonnes.

o η 2 = 1,0 pour un diamètre φ ≤ 32mm


f ctk ,0.05
o f ctd = α ct . = 1,2 MPa
γc
o f bd = 2,25 × 1,2 = 2,7 MPa
φ .σ sd
o lb, rqd = = 9,9.φ
4. f bd

18.9.3. Longueur d’ancrage droit de calcul (§8.4.4)

La longueur d’ancrage de calcul, notée lbd se détermine à partir de la formule suivante :


lbd = α1 .α 2 .α .3 .α 4 .α 5 .lb, rqd ≥ lb,min

La signification des différents facteurs de cette formulation est la suivante :


 α1 : coefficient qui tient compte de la forme des barres.

 α2 : coefficient qui tient compte de l’enrobage minimal

 α3 : coefficient qui tient compte de l’effet de confinement des armatures transversales

 α4 : coefficient qui dépend si les barres sont soudées.

 α5 : coefficient qui tient compte de l’effet de la pression orthogonale au plan de fendage le


long de lbd .

Ces différents coefficients sont définis dans le tableau ci-après.


CNAM CCV109 – Béton armé 24

Avec les schémas suivants, qui illustrent ce tableau :


CNAM CCV109 – Béton armé 25

Dans tous les cas, la valeur de lbd ne doit jamais être inférieure à une valeur mini définie par :
 Ancrages de barres tendues => lb,min > max{0,3.lb, rqd ;10φ ;100mm}
 Ancrages de barres comprimées => lb,min > max{0,6.lb, rqd ;10φ ;100mm}

ATTENTION, l’EC2 ne prend pas en compte une amélioration de l’adhérence en fonction de la


forme de l’ancrage (ancrage courbe). La longueur à prendre en compte est la longueur
développée le long de l’ancrage, en partant de son extrémité (voir schéma suivant).

L’EC2 indique également, en guise de simplification, que l’on peut considérer un ancrage «forfaitaire »
en respectant une longueur d’ancrage équivalente définie sur la figure suivante :

18.9.4. Longueur de recouvrement (§8.7.2 & 8.7.3)

La longueur de recouvrement l0 à mettre en place est définie par l’article 8.7.3 de l’EC2 :
CNAM CCV109 – Béton armé 26

D’un point de vue « dispositions constructives », il convient de respecter les conditions suivantes :

Ces dispositions se traduisent par le schéma suivant :


CNAM CCV109 – Béton armé 27

18.10. Application des EC2 au calcul des poutres

18.10.1. Détermination des sollicitations

On appelle « détermination des sollicitations » le calcul des sollicitations que doit supporter l’élément
considéré : moment de flexion, effort tranchant, effort normal et moment de torsion.

De façon générale, la section 5 de l’Eurocode 2 traite de l’analyse structurale, à savoir quelles sont les
méthodes que l’on peut appliquer, en concordance avec la philosophie des Eurocodes, pour faire du
calcul de structures et notamment déterminer les sollicitations.

L’article 5.1.1 de l’EC2 indique :


« L’analyse structurale a pour objet de déterminer la distribution soit des sollicitations, soit des
contraintes, déformations et déplacements de l’ensemble ou d’une partie de la structure. Si
nécessaire, une analyse locale complémentaire doit être effectuée.
Dans certains cas (calcul aux éléments finis par exemple), les méthodes utilisées ne donnent pas les
sollicitations mais les contraintes, les déformations et les déplacements. L’exploitation de ces résultats
en vue d’une vérification appropriée nécessite alors l’emploi de méthodes particulières ».

Cet article de l’EC2 indique bel et bien qu’il faut mettre en œuvre certaines méthodes spécifiques au
dimensionnement des sections en béton armé, notamment concernant la distribution des sollicitations
du fait des phénomènes d’adaptation du béton.

Plus spécifiquement, les articles 5.4 à 5.8 de l’EC2 définissent plusieurs méthodes pour la
détermination de ces sollicitations :
 « Analyse élastique linéaire » (article 5.4) qui correspond à un calcul RDM classique.
 « Analyse élastique-linéaire avec redistribution limitée des moments » (article 5.5) qui n’est
applicable que pour l’ELU.
 « Analyse plastique » (article 5.6).
 « Analyse non linéaire » (articles 5.7 & 5.8)

De plus, l’EC2 définit des portées de calcul qui sont différentes de celles énoncés au BAEL.

L’EC2 détaille également la prise en compte des imperfections géométriques (article 5.2 de l’EC2).

18.10.1.1. Cas de charges et combinaisons


L’article 5.1.3 de l’EC2 indique clairement qu’il est impératif de bien prendre en compte tous les cas
de charges pertinents pour le dimensionnement de l’élément considéré.

En d’autres termes, cela signifie que pour le calcul d’une poutre, il est impératif de bien prendre en
compte la notion de travée chargée-déchargée de façon à bien dimensionner les armatures et les
épures d’arrêt des barres avec des courbes enveloppes de moment.

En général, on retient les cas suivants :


er
 1 cas => Une travée sur deux supporte les charges variables et les charges permanentes,
les autres supportant uniquement les charges permanentes. Ces cas permettent d’avoir les
courbes de moments min (pour la longueur des aciers de chapeaux) et max (pour le
dimensionnement des aciers tendus en travée).
ème
 2 cas => Deux travées adjacentes supportent les charges permanentes et les surcharges,
ce qui permet de déterminer les moments maximaux sur appuis.
CNAM CCV109 – Béton armé 28

Le tableau ci-dessous résume les cas à prendre en compte dans le cas d’une poutre-continue à 5
travées :

De plus, pour le calcul d’une descente de charges, l’annexe nationale française indique qu’il est
possible d’appliquer la méthode forfaitaire (voir chapitre de cours correspondant) qui consiste à
majorer les réactions d’appuis de 10% pour les appuis intermédiaires des poutres continues de plus
de 2 travées et de 15% pour l’appui central d’une poutre de 2 travées.

2 travées

V01 -1,15V01 1,15V02 -V02

> 2 travées

V01 -1,10V01 1,10V02 -V02 -V03

Bien entendu, les réactions d’appuis se déduisent des efforts tranchants (effort tranchant de droite
moins effort tranchant de gauche).
CNAM CCV109 – Béton armé 29

18.10.1.2. Portée de calcul


Les portées utiles de calcul pour les poutres et les dalles sont définies à l’article 5.3.2.2 de l’EC2.
La portée utile notée leff est définie par la formule suivante : leff = ln + a1 + a 2 .
ln représente la portée en nu d’appuis (celle qui est utilisé pour un dimensionnement BAEL).
Les valeurs de a1 et a2, correspondant aux deux extrémités de la poutre, sont définies dans les
schémas suivants (extrait EC2) :

18.10.1.3. Méthode linéaire sans redistribution


Cette méthode consiste à prendre 100% des moments Rdm sur chaque appui. La méthode Rdm
appliquée peut être la méthode des 3 moments.

L’EC2 (§5.4) indique qu’une telle méthode peut être appliquée moyennant les hypothèses suivantes :
 Les sections sont non-fissurées.
 Les relations contrainte-déformation sont linéaires.
 On doit prendre une valeur moyenne du module d’élasticité.

18.10.1.4. Méthode linéaire avec redistribution


L’EC2 (§ 5.5) indique qu’il est possible de redistribuer les moments de flexion sous trois conditions :
 La nouvelle redistribution doit satisfaire l'équilibre avec les charges appliquées.
 L'utilisateur doit vérifier les valeurs minimum du coefficient de réduction noté δ (rapport du
moment après redistribution au moment avant redistribution).
 La redistribution n’est applicable que pour les éléments principalement sollicités en flexion et
dont le rapport entre portées adjacentes est compris entre 0,5 et 2.

Les valeurs du coefficient δ sont les suivantes :


CNAM CCV109 – Béton armé 30

xu
 δ = k1 + k 2 . pour f ck ≤ 50 MPa
d
x
 δ = k 3 + k 4 . u pour f ck > 50 MPa
d
Avec :
 d qui représente la hauteur utile de la section.
 xu qui représente la profondeur de l’axe neutre après redistribution.

Dans tous les cas, la valeur de δ doit toujours être supérieure à :


 0.7 pour les aciers ductiles ou très ductiles (classes B ou C).
 0.8 pour les aciers peu ductiles (classe A).

Les coefficients k1, k2, k3 et k4 peuvent être fixés par les différentes annexes nationales.

Le texte de base de l’EC2 (ainsi que l’AN française) propose les valeurs suivantes :
 k1 = 0.44
 0.0014 
 k 2 = 1.25 0.6 + 
 ε cu 2 
 k 3 = 0.54
 0.0014 
 k 4 = 1.25 0.6 + 
 ε cu 2 

Il faut noter que pour des aciers avec f ck ≤ 50 MPa , on a ε cu 2 = 0.0035 et k 2 = k 4 = 1.25 .

Ces valeurs peuvent se résumer dans le tableau suivant (issu de l’ouvrage de Thonier) :

Classe
de f ck ≤ 50 MPa f ck > 50 MPa
l’acier

A
xu  0.0014  xu
δ = 0.44 + 1.25 ≥ 0 .8 δ = 0.54 + 1.25 0.6 +  ≥ 0.8
(peu d  ε cu 2  d
ductile)

B ou C
xu  0.0014  xu
(ductile δ = 0.44 + 1.25 ≥ 0 .7 δ = 0.54 + 1.25 0.6 +  ≥ 0.7
ou très d  ε cu 2  d
ductile)

Deux remarques sont intéressantes à faire :


CNAM CCV109 – Béton armé 31

 On voit bien que le processus de détermination du coefficient δ est un processus itératif car
il faut connaître le moment redistribué pour connaître la valeur de δ. Henry Thonier (pages
10 et 121 de son ouvrage) propose des abaques ou un tableau pour permettre de
déterminer ce coefficient :

ATTENTION, que l’on redistribue ou pas les moments sur appuis, l’EC2 indique que dans le
cas d’une poutre sur appui monolithique, on peut prendre en compte le moment au nu de
l’appui sous réserve que ce dernier soit au moins égal à 65% du moment d’encastrement,
pour le calcul des armatures.

De plus, l’EC2 indique : quelle que soit la méthode d’analyse employée, lorsqu’une poutre ou une
dalle est continue au droit d’un appui supposé ne pas créer de gêne à la rotation (au droit d’un voile
par exemple), le moment de calcul sur appui, déterminé pour une portée égale à l’entraxe des
FEd ,sup .t
appuis, peut-être minoré d’une valeur ∆M Ed = , avec :
8

 FEd ,sup : valeur de calcul de la réaction d’appui.


 t : profondeur de l’appui.
CNAM CCV109 – Béton armé 32

18.10.2. Exemple numérique de redistribution des moments

Prenons la poutre continue suivante :

T1 T2 T3
50 cm
A1 A2 A3 A4
6m 7m 5m
30 cm

Les hypothèses sont les suivantes :


 Charges permanentes : G= 32 KN/m.
 Charges d’exploitation : Q= 19 KN/m.
f ck 30
 Béton : f ck = 30 Mpa et f cd = = = 20 Mpa .
γb 1,5
 Acier : f yk = 500 Mpa .
 Hauteur utile : d=0,45m.

La largeur des appuis est la suivante :


 30cm pour les appuis de rive.
 40cm pour les appuis intermédiaires.

Pour la suite des calculs, on considère les chargements suivants :


 Travées chargées à 1.35G+1.5Q soit 1.35*32+1.5*19= 71.70KN/m
 Travées chargées à 1.35G soit 1.35*32= 43.20 KN/m

Les portées de calcul sont égales aux portées entre-axes :


ère
 6,35m pour la 1 travée.
ème
 7,40m pour la 2 travée.
ème
 5,35m pour la 3 travée.

On étudie les cas suivants :

 Cas a : travée centrale chargée :

 Cas b : travées de rive chargées :


CNAM CCV109 – Béton armé 33

 Cas c : 2 premières travées chargées :

 Cas d : 2 dernières travées chargées :

Pour chacun de ces cas, on calcul les moments sur appuis par la méthode des 3 moments, sans
aucune redistribution.

On obtient les diagrammes de moment ci-après.

 Cas a : travée centrale chargée :

 Cas b : travées de rive chargées :

 Cas c : 2 premières travées chargées :


CNAM CCV109 – Béton armé 34

 Cas d : 2 dernières travées chargées :

Qui se résument dans ce tableau :

Moments sur appuis en KN.m


Appui / Cas A1 A2 A3 A4
Cas a 0 -293.5 -264.5 0
Cas b 0 -272.1 -200.3 0
Cas c 0 -365.5 -243.6 0
Cas d 0 -281 -310.9 0

Vérification si redistribution possible sur l’appui A2.


 Le moment maximal sur appui est donc de 365.5 KN.m.
 Cette valeur correspond au moment réduit suivant :
M 0.3655
µ= = = 0.300
b.d ². f cd 0.3 × 0.45² × 20
 En appliquant le graphe ou le tableau précédent, on s’aperçoit que l’on a le droit à aucune
redistribution car µ > 0,294 .

Vérification si redistribution possible sur l’appui A3.


 Le moment maximal sur appui est donc de 310.9 KN.m.
 Cette valeur correspond au moment réduit suivant :
M 0.3109
µ= = = 0.256
b.d ². f cd 0.3 × 0.45² × 20
 En appliquant le graphe ou le tableau précédent, on s’aperçoit que l’on peut appliquer un
coefficient de réduction de 0.804.

Equilibre de la poutre avant redistribution


D’après les calculs précédents, on peut extraire les moments sur appuis correspondants aux
moments max en travée :

Appui A2 Appui A3
Intitulé Cas correspondants
(KN.m) (KN.m)
Moment sur appui correspondant
Min. des cas a et b -293.5 -264.5
au moment en travée maximal.
Moment sur appui maximal Min. des cas c et d -365.5 -310.9
Rapport M/Mmax - 0.8035 0.8507

Ce tableau nous permet de voir que sur l’appui A3, il faut limiter le coefficient de redistribution à
0.8507 si on ne veut pas augmenter le moment en travée. On retient donc δ = 0.8507 .
CNAM CCV109 – Béton armé 35

On voit donc que l’économie d’acier (directement liée à l’économie de moment) est donc de
264.5
1− = 0.149 soit 14.9%.
310.9
L’article 53.2.2 (3) de l’EC2 indique : Lorsqu’une poutre ou une dalle forme un ensemble
monolithique avec ses appuis, il convient de prendre comme moment déterminant de calcul
le moment au nu de l’appui à condition que cette valeur soit au moins égale à 65% du
moment à l’axe.

Dans l’exemple précédent, après redistribution, on a un moment sur l’appui A3 de 264.5 KN.m.

L’équation du moment pour une poutre continue soumise à une charge répartie vaut :

p.x( L − x) x x
M ( x) = + .M e + (1 − ).M w
2 L L

Calculons les moments aux nus (gauche et droite) de l’appui A3, pour le cas d.
 A gauche de l’appui A3 (travée 2) :
o P=71.7 KN/m
o Me= -281 KN.m
o Mw= -264.5 KN.m
o x= 7.20m
o Mnu= -213.4 KN.m (soit un gain de 19%) par rapport au moment au nu.
 A droite de l’appui A3 (travée 3) :
o P=71.7 KN/m
o Me= -264.5 KN.m
o Mw= 0 KN.m
o x= 0.20 m
o Mnu= -217.7 KN.m (soit un gain de 17.7%) par rapport au moment au nu.

Les aciers sur l’appui A3 seront donc calculés avec un moment de 217.7 KN.m (en valeur
absolue).

ATTENTION, les réactions d’appuis doivent être calculées avec les moments à l’axe.

Avec le BAEL, il est possible d’appliquer la méthode de Caquot qui permet d’écrêter les moments
sur appuis.

Si on compare les résultats obtenus avec la méthode EC2 et la méthode de Caquot, on arrive à la
conclusion suivante :
 Pour les sections fortement sollicitées, la méthode EC2 conduit à des valeurs de moments
plus importantes car on ne peut pas dans ce cas appliquer de réduction, du fait de la
grande valeur de µ.
 Pour les sections moins sollicitées, on a des valeurs comparables entre la méthode de
Caquot et la méthode EC2.
CNAM CCV109 – Béton armé 36

18.10.3. Imperfections géométriques

L’EC2 (article 5.2) indique clairement quelles sont les cas ou l’on doit considérer les imperfections
géométriques.

Ces imperfections géométriques ne sont à considérer que dans deux cas de figure :
 Pour un dimensionnement ELU (pas d’imperfections géométriques pour un
dimensionnement ELS).
 Dans le cas d’éléments soumis à une compression axiale.

Les valeurs données ci-dessous sont associées à des tolérances normales d’exécution (classe 1 de la
norme EN 13670).

Les imperfections géométriques se traduisent par une inclinaison θi :

 θ i = θ 0 .α h .α m
Avec
 θ0 : Valeur de base qui est fixée à 1/200 pour l’EC2 de base et l’annexe nationale
française.
2
 αh : coefficient qui est fonction de la longueur de l’élément : αh = avec
L
2 ≤ α ≤ 1.
3 h

 1
 αm : coefficient de réduction relatif au nombre d’éléments : α m = 0,51 + 
 m
Les valeurs de L et m sont définies dans les schémas et tableaux suivants (issus de l’ouvrage de
Henry Thonier) :
CNAM CCV109 – Béton armé 37

ATTENTION, le terme L0 représente la longueur de flambement de l’élément.

Ces schémas se traduisent par le tableau suivant :

La prise en compte de ces imperfections peut se faire soit en ajoutant une excentricité (pour les
éléments isolés), soit en ajoutant des charges supplémentaires.

Ces différentes possibilités sont résumées dans le tableau suivant (issu de l’ouvrage de Henry
Thonier):
CNAM CCV109 – Béton armé 38

18.10.4. Tables de compression

18.10.4.1. Définition
L’EC2 (chapitre 5.3.2.1) définit la largeur participante des tables de compression que l’on peut
prendre en compte.

Cette largeur efficace dépend de plusieurs paramètres:


• Dimensions de l'âme.
• Dimensions de la dalle.
• Cas de charge.
• Portée de la poutre.
• Conditions d'appuis.
• Armatures transversales.

Avant toute chose, il convient de considérer le schéma suivant qui donne la distance l0 entre points de
moment nul :

ATTENTION, la portée L3 de la console ne doit pas dépasser la moitié de la travée adjacente.


De plus, le rapport des portées de deux travées adjacentes doit être compris entre 2/3 et 1,5.

De plus, l'EC2 indique que dans les cas courants (poutres continues de bâtiment), il peut être
considéré une largeur de table constante sur toute la longueur de la poutre en adoptant alors la valeur
en travée. Le schéma précédent se résume donc à trois valeurs :
 L0= 0.85L en travée de rive.
 L0= 0.70L en travée intermédiaire.
 L0= L en console.

Pour les poutres en T ou en L, la largeur efficace beff de la table peut-être calculée à partir de la
formule suivante:

beff = Σbeff ,i + bw ≤ b

Avec

beff ,i = 0.2bi + 0.1l0 ≤ 0.2l0

Tout en vérifiant

beff ,i ≤ bi
CNAM CCV109 – Béton armé 39

Les différentes notations sont expliquées dans la figure ci-dessous:

18.10.4.2. Exemple de détermination de largeur de table.


Prenons par exemple la poutre suivante :

On cherche à déterminer les largeurs des tables de compression de la file B.


Les portées doivent être considérées entre-axe, donc :
 Travée 1 => L1= 5.80 m => L0= 0.85*5.8= 4.93 m
 Travée 2 => L2= 6.10 m => L0= 0.70*6.1= 4.27 m
 Travée 3 => L3= 5.80 m => L0= 0.85*5.8= 4.93 m
CNAM CCV109 – Béton armé 40

Largeur table – Travée 1


 bw= 0.30m
 b1=2 m et b2= 2.50 m et b= 4.50 m
 0.2*L0= 0.986 m
 beff ,1 = 0.2b1 + 0.1l0 = 0.2 * 2 + 0.1 * 4.93 = 0.893m
 beff , 2 = 0.2b2 + 0.1l0 = 0.2 * 2.5 + 0.1 * 4.93 = 0.993m => on retient
beff , 2 = 0.986m
 beff = beff ,1 + beff , 2 + bw = 0.893 + 0.986 + 0.30 = 2.179m ≤ b

Largeur table – Travée 2


 bw= 0.30m
 b1=2 m et b2= 2.50 m et b= 4.50 m
 0.2*L0= 0.854 m
 beff ,1 = 0.2b1 + 0.1l0 = 0.2 * 2 + 0.1 * 4.27 = 0.827m
 beff , 2 = 0.2b2 + 0.1l0 = 0.2 * 2.5 + 0.1 * 4.27 = 0.927m => on retient
beff , 2 = 0.854m
 beff = beff ,1 + beff , 2 + bw = 0.827 + 0.854 + 0.30 = 1.981m ≤ b

Via ces deux exemples, on voit que les tables de compression de l’EC2 sont beaucoup plus
importantes que celle du BAEL.

18.10.5. Flexion simple

Le dimensionnement en flexion simple à l’ELU suit les mêmes principes que le dimensionnement
BAEL avec les particularités suivantes :
 On peut utiliser une loi de comportement avec une branche plastique inclinée (voir
paragraphe précédent).
 L’allongement max des aciers est très supérieur à celui du BAEL, ce qui fait disparaître le
pivot A.

Ainsi, même pour une section ayant une hauteur comprimée très faible, on peut considérer un
raccourcissement du béton de 3,5‰.

Pour le reste, le dimensionnement en flexion est le même que celui du BAEL.


CNAM CCV109 – Béton armé 41

18.10.5.1. Section sans aciers comprimées


Le calcul d’une section rectangulaire sans aciers comprimés se fait en écrivant les mêmes conditions
d’équilibre que celles du BAEL avec des notations différentes :

Attention, le diagramme ci-dessus n’est valable que pour des bétons inférieurs à 50 MPa
 La position de l’axe neutre de la poutre est notée x = ξ .d
 On part du diagramme rectangulaire simplifié de hauteur 0,8x.

L’équilibre de cette section suit les mêmes principes que ceux qui ont été abordés au chapitre du
dimensionnement des sections en flexion simple BAEL.

Le calcul des armatures se fait de la façon suivante :


 On détermine le moment à reprendre M Ed
M Ed
 On calcul le moment réduit de la section : µ=
b.d ². f cd
 On calcul la position de l’axe neutre : ξ = 1,25(1 − 1 − 2 µ )
 On calcul le bras de levier entre le centre de gravité du béton comprimé et les armatures
tendues : z = d (1 − 0,4ξ ) .

M Ed
 On calcul la section d’acier à mettre en place : A=
z.σ s
Une remarque très importante concernant la contrainte limite sur les aciers tendus σs : l’EC2 permet
de prendre en compte une loi élasto-plastique avec une droite inclinée et donc de définir une
contrainte limite sur les aciers tendus qui dépend de l’allongement de ces derniers.

Pour mesurer l’influence de ce choix, nous allons calculer la même poutre de deux façons différentes :
er
 Un 1 calcul en considérant une loi de comportement de l’acier avec un palier plastique
horizontal.
ème
 Un 2 calcul en considérant une loi de comportement avec un palier incliné.
CNAM CCV109 – Béton armé 42

Exemple de calcul BAEL

Prenons la poutre suivante :


 Section : b= 40cm, h= 80cm, d=72cm et d’=4 cm.
 La longueur entre appuis est de 5,50m.
 Fissuration peu préjudiciable.
 Matériaux :
o Béton : Fc28= 25 Mpa.
o Acier : Fe= 500 Mpa.
 La poutre est soumise à une charge ponctuelle appliquée à mi-travée :
o G= 150 KN
o Q= 250 KN
 Durée d’application des charges supérieure à 24H

On a le calcul suivant :
 Calcul du moment de flexion max ELU :
P.l (1,35 × 150 + 1,5 × 250) × 5,50
o Mu = = = 794 KN .m
4 4
Mu 0,794
 Calcul du moment réduit : µ b = = = 0,270
bd ² Fbu 0,40 × 0,72² × 14,17
 Calcul de α : [ ] [
α u = 1,25 1 − (1 − 2µb ) = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,270) = 0,331 ]
 Calcul du bras de levier zb : z b = d (1 − 0,4α ) = 0,72(1 − 0,4 × 0,331) = 0,625m
 Calcul de la section d’armatures :
Mu 0,794
Au = = = 29,22.10 − 4 m ² = 29,22cm ²
z b Fed 0,625 × 434,78
 On peut mettre en place 3 lits de 5HA16 (30,16cm²)

Exemple de calcul EC2 avec palier horizontal

Le calcul à l’EC2 est identique à celui du BAEL avec une légère différence sur la contrainte maxi du
béton et une portée de calcul prise entre axe des appuis :
f ck 25
 Résistance du Béton C25/30 : f cd = α cc . = = 16,67 MPa
γc 1,5
 Calcul du moment de flexion max ELU :
P.l (1,35 × 150 + 1,5 × 250) × 5,90
o M Ed = = = 852 KN .m
4 4

M Ed 0,852
 Calcul du moment réduit : µ = = = 0,246
bd ² Fcd 0,40 × 0,72² × 16,67
CNAM CCV109 – Béton armé 43

 Calcul de ξ : [ ] [
ξ = 1,25 1 − (1 − 2µ ) = 1,25 1 − (1 − 2 × 0,246) = 0,359 ]
 Calcul du bras de levier zb : zb = d (1 − 0,4ξ ) = 0,72(1 − 0,4 × 0,359) = 0,617 m
 Calcul de la section d’armatures :
M Ed 0,852
Au = = = 31,76.10− 4 m ² = 31,76cm ²
zb .σ s 0,617 × 434,78
 On peut mettre en place 5HA20 + 5HA16 + 5HA14 (33,46cm²)

Exemple de calcul EC2 avec palier incliné

Pour déterminer la contrainte limite σ s sur les aciers tendus, il faut déterminer l’allongement des
aciers tendus.

Pour cela, on considère un raccourcissement du béton de 3,5‰.

d −x 1− ξ 1 − 0,359
On a donc ε S = 3,5 = 3,5 = 3,5 = 6,25‰
x ξ 0,359

On vérifie que cette valeur reste inférieure à 0,9ε uk , soit 0,9*25=22,5‰ pour l’acier le moins ductile.

On détermine ensuite si l’on se situe sur la branche plastique :

f yk 434,78
 ε s0 = = = 2,175‰ => on est bien dans le domaine plastique.
ES 200000

On a donc :
f tk
 k= = 1,05 d’après le tableau 2.1 de l’annexe C de l’EC2 (acier de classe A)
f yk
f yk  (k − 1)(ε S − ε S 0 )  500  0,05(6,25 − 2,175) 
 f yd = 1 + = 1 +  = 438,66MPa
γ S  (ε uk − ε s 0 )  1,15  (25 − 2,175) 

On en déduit ensuite la section d’armature correspondante :


M Ed 0,852
 Au = = = 31,47.10 − 4 m ² = 31,47cm ²
zb .σ s 0,617 × 438,66
CNAM CCV109 – Béton armé 44

18.10.5.2. Section avec aciers comprimés


Les critères de mise en place des aciers comprimés sont les mêmes que le BAEL.

On a donc deux critères possibles :


 Le moment réduit limite.
 Le moment réduit critique.

Moment réduit limite

Le moment réduit limite correspond au moment limite pour lequel l’allongement sur les aciers est
inférieur à la valeur limite du palier plastique, notée ε s 0 :

f yk f yd εb B 3,5° / °°
 ε s0 = = .
γ s .E S Es

3,5
αl =
3,5 + (ε s 0 *1000)
µl = 0,80.α l .(1 − 0,4α l )

A
ε s0

On voit donc que le moment réduit limite dépend de la nuance de l’acier. On a donc les valeurs du
tableau ci-dessous qui sont les mêmes que celles du BAEL91 :

Classe de εl αl µl
l’acier

B400 1,739 0,668 0,392

B500 2,174 0,617 0,372

Moment réduit critique

Le problème du moment réduit limite est qu’il conditionne la présence d’aciers comprimés uniquement
à l’allongement des aciers tendus.

Ce qui veut dire qu’il est fort probable que la poutre rencontre ensuite un dépassement des
contraintes limites de compression sur le béton (à l’ELS).
CNAM CCV109 – Béton armé 45

Pour éviter ce problème, on peut utiliser un autre critère de détermination de la présence ou non
d’aciers comprimés => l’utilisation du moment réduit critique.

Dans ce cas, le moment critique à utiliser est le même que celui du BAEL91, avec les notations EC2.

Mu
Le moment réduit ultime µ lu dépend du rapport γ = ainsi que des caractéristiques des matériaux
MS
acier et béton.

Il existe des tables donnant des valeurs précises de µ lu

On dispose également de formules approchées :

f c 28
Pour les aciers Fe500 et fc28≤ 30 Mpa : 10 4 .µ lu = 3220.θ.γ + 51 − 3100
θ
f c 28
Pour les aciers Fe400 et fc28≤ 30 Mpa : 10 4 .µ lu = 3440.θ.γ + 49 − 3050
θ

Si fc28 > 30 Mpa il faut utiliser les valeurs tirées des tableaux précédents.

Dans une première approximation on peut retenir également :


 Fe400: µ lu = 0,30.θ
 Fe500: µ lu = 0,27.θ
CNAM CCV109 – Béton armé 46

18.10.5.3. Dimensionnement à l'E.L.S


Le dimensionnement ELS de l’EC2 est basé sur les mêmes principes que le BAEL avec les
particularités suivantes :
 La résistance est prise égale à 0.6Fck pour éviter les fissures longitudinales. Cependant,
c’est une nouveauté de l’EC2, il est possible d’aller au-delà de cette limite si les ouvertures
des fissures restent acceptables.
 De plus, l’EC2 impose de prendre en compte le retrait dans le cas d’un dimensionnement
ou d’une vérification à l’ELS. Dans ce cas, pour se dispenser de calculer les effets non-
linéaires du fluage, on limite la contrainte de béton à 0.45Fck .
 Sur l’acier, il n'y a plus de limites en fonction du type de fissuration (peu préjudiciable,
préjudiciable ou très préjudiciable). On prend toujours 0,8fyk comme limite pour l'acier soit
400 MPa pour un B500.

Par contre, un chapitre important de l'EC2 concernant la maîtrise de l'ouverture des fissures. Par
conséquent, des vérifications complémentaires consistent à limiter l'ouverture des fissures :
 Par des dispositions constructives visant à limiter l'ouverture des fissures (§ 7.3.3 de
l'EC2) => voir paragraphe plus loin dans le document.
 Par un calcul exact de l'ouverture des fissures (§ 7.3.4 de l'EC2) et comparaison
avec l'ouverture limite qui est fonction de la classe d'exposition (articles 4.2 et 7.3 de
l'EC2) => voir paragraphe plus loin dans le document.

18.10.5.4. Vérification à l'E.L.S


Tout comme au BAEL, le calcul des contraintes doit se faire en considérant une section homogène.

Pour cela, le BAEL utilise un coefficient d’équivalence, noté n, et qui vaut n= 15 quelque soit le type
de charges considérées.

Dans la réalité, ce coefficient n’est pas constant et varie en fonction du type de combinaison étudiée.
Par exemple, le module E de l’acier est de 200 000MPa et celui du béton armé peut prendre deux
valeurs :
 Environ 30000 MPa à court terme.
 Environ 10000 MPa à long terme.

On a donc un coefficient d’équivalence, noté α selon l’EC2, qui varie entre 6.7 (court terme) et 20
(long terme).

L’EC2 indique qu’il faut calculer la valeur de ce coefficient α, pour chaque projet, à partir des formules
suivantes :
Ecm
 On détermine un module de béton Ec = avec ϕ e qui représente le coefficient de
1 + ϕe
fluage à long terme et qui est fonction du rapport des charges quasi-permanentes
M Eqp
(ϕe = ϕ (∞; t0 ). ).
M Ed
ES
 On calcul ensuite le coefficient α=
Ec

ATTENTION, en France, ces règles professionnelles conseillent de prendre une valeur


constante égale à 15 (comme le BAEL).

Le calcul des contraintes se fait de manière identique au BAEL.


CNAM CCV109 – Béton armé 47

18.10.6. Flexion composée

On peut ici appliquer les mêmes procédures que pour le BAEL avec cependant les mêmes remarques
concernant les notations et les valeurs caractéristiques de chaque matériaux.

18.10.7. Epure d'arrêt des barres (§9.2.1.3)

Pour effectuer l'épure d'arrêt des barres, on utilise une courbe enveloppe qui s'obtient en décalant
horizontalement de "al" la courbe.
"al" dépend de la méthode qui a été employé pour calculer les armatures d'effort tranchant:
z (1 − cot gα )
 Si on a utilisé la méthode standard: al =
2
z (cot gθ − cot gα )
 Si on a utilisé la méthode de l'inclinaison variable des bielles: al =
2
Avec:
 Z= 0,9D
 α: angle formé entre l'armature d'effort tranchant et l'axe longitudinal
 θ: angle formé entre les bielles de béton et l'axe longitudinal

L'épure est résumée sur la figure suivante :

⇒ Pour les barres relevées qui participent à l'effort tranchant, les longueurs ne doivent pas être
inférieures à 1,3 lbd dans la zone tendue et 0,7 lbd dans la zone comprimée.
CNAM CCV109 – Béton armé 48

18.10.8. Cisaillement Table – Nervure (§6.2.4).

Ce chapitre de l’EC2 concerne ce que l’on appelle communément les « aciers de couture » dans le
cas d’une section en Té..

M Ed
L’ensemble de la zone comprimée (par équilibre de la section) doit reprendre l’effort normal .
z
On peut donc considérer que les ailes reprennent un effort au prorata de la largeur du débord, soit
beff − bw
2.beff
M Ed beff − bw
Ce qui veut dire que le débord de la table de compression reprend un effort FEd = . .
z 2.beff

L’EC2 définit une contrainte de cisaillement notée v Ed , qui est due à une variation du moment de
flexion (et donc de l’effort normal résultant sur la zone comprimée) sur une longueur ∆x :

∆Fd 1 ∆M Ed beff − bw
= =
On a donc : v Ed
(h f .∆x ) (h f .∆x ) z . 2.beff .
.

Pour éviter un écrasement du béton dans les bielles de compression, cette contrainte ne doit
 f 
pas dépasser la valeur limite suivante : v Ed ≤ v. f cd . sin θ f . cos θ f avec v = 0,61 − ck  .
 250 

En fonction de l’angle θf d’inclinaison des bielles dans la membrure, la quantité nécessaire


d’armatures peut être calculée (en cm²/ml) à partir de la formule suivante :
Asf v Ed .h f
=
sf f yd . cot θ f
CNAM CCV109 – Béton armé 49

Asf f ck
Avec une quantité minimale d’armatures correspondant à : ≥ 0,08h f .
sf f yk

L’EC2 précise que la longueur maximale de ∆x est égale à la moitié de la distance entre l’abscisse de
moment nul et l’abscisse de moment max.
L
orsque la poutre supporte des charges ponctuelles, il faut plafonner cette valeur à la distance entre
deux charges ponctuelles.

ATTENTION, il n’est pas nécessaire de mettre en place d’aciers de couture si v Ed ≤ k . f ctd (k=
0,4 pour l’EC2 de base et le DAN France).

Lorsque la poutre comporte des aciers de flexion transversale (exemple des aciers de chapeaux de la
 Asf Asf 
dalle), on peut disposer les sections suivantes : max  ;0,5. + As 
 s f sf 

As (flexion de la dalle)

Pour simplifier les calculs et ne pas déterminer les aciers de couture en tout point de la poutre, il est
possible de considérer la contrainte constante sur une certaine longueur.

L’EC2 spécifie de prendre en compte cette contrainte constante sur quatre zones entre les points de
moments nuls, suivant le schéma suivant :

REMARQUE IMPORTANTE
Théoriquement, la longueur de la zone où la table est comprimée est fonction du cas de charge.
Pour simplifier les calculs, on peut retenir les valeurs suivantes (telles que décrites à l’article 5.3.2.1) :
 En travée de rive (sans console), une longueur de 0,85Leff à partir de l’appui de rive.
 En travée intermédiaire, une longueur de 0,70Leff.
CNAM CCV109 – Béton armé 50

18.10.9. Dispositions constructives spécifiques aux poutres

18.10.9.1. Armatures longitudinales (§9.2.1.1)

Pourcentages minimaux et maximaux

L’article 9.2.1.1 de l’EC2 indique que la section d’armatures longitudinales d’une poutre ne doit pas
être inférieure à une quantité As ,min définie par la formule suivante :
f ctm
As ,min = 0.26 bt .d ≥ 0,0013.bt .d
f yk
 bt représente la largeur moyenne de la zone tendue.

La section d’armatures longitudinales ne doit pas dépasser la valeur maximale As ,max définie
par As ,max = 0,04. Ac , soit 4% de la section de béton.

Disposition des armatures (§5.4.2.1.2)

Dans le cas d'une poutre continue, les aciers tendus des appuis intermédiaires peuvent être réparties
sur toute la largeur de la poutre (largeur de table incluse) et non pas uniquement sur la largeur de la
membrure. Cette répartition ne peut se faire une distance supérieure à la demi-largeur de la
membrure (voir dessin ci-après).
CNAM CCV109 – Béton armé 51

18.10.9.2. Ancrage des armatures inférieures


Ancrage des armatures inférieures sur un appui de rive (§9.2.1.4)

L’EC2 (texte de base) indique qu’au droit des appuis de rive qui ne sont pas encastrés, il est
nécessaire de disposer au moins un quart de la section d'acier en travée.

Cependant, l’annexe nationale française stipule qu’il n’est pas nécessaire de mettre cette quantité
d’acier en place sous réserve de vérifier la condition ci-dessous.

L'ancrage des armatures doit résister à une force de traction qui vaut:
VEd × al M
 FE = + N Ed + Ed
z z
Avec :
 N Ed : effort normal agissant sur l’appui.
 VEd : effort tranchant au droit de l’appui.
 M Ed : moment de flexion au droit de l’appui, concomitant à l’effort normal.

La longueur d'ancrage se mesure à partir du nu de l'appui et doit être au moins égale à Lbd :

Ancrage d'armatures inférieures sur appui intermédiaire (§9.2.1.4)

L’aire de la section à ancrer est calculée avec la même formule que les appuis de rive.

L'ancrage doit avoir une longueur au moins égale à 10φ (pour les barres rectilignes) ou au moins égale
au diamètre du mandrin (pour les crochets et les coudes) pour des diamètres supérieurs à 16mm ou
deux fois le diamètre du mandrin dans les autres cas.

De plus, il faut assurer une continuité des armatures au moyen de recouvrements, tels qu’indiqués sur
le schéma suivant :
CNAM CCV109 – Béton armé 52

18.10.9.3. Armatures transversales (§9.2.2)


Pourcentage minimum

La quantité minimale d’armatures transversales peut varier selon les différentes annexes nationales
de chaque pays.

L’EC2 de base indique la valeur suivante :

Asw 0,08 f ck
 ≥ ρ w,min .bw . sin α avec ρ w,min = .
s f yk
L’annexe française indique :
Asw
 ≥ 0,08.bw . sin α
s

Espacement maxi

Les armatures d’effort tranchant peuvent être composées d’une combinaison de :


 Cadres, étriers ou épingles entourant les armatures longitudinales.
 Barres relevées.
 Cadres ouverts, échelles ou épingles.

L’espacement max des armatures transversales ne doit pas dépasser :


 st ,max = 0,75d (1 + cot α ) pour les cadres, étriers ou épingles.
 st ,max = 0,6d (1 + cot α ) pour les barres relevées.

De plus, pour un même cadre (par exemple pour les dalles), l’espacement des aciers intérieurs ne doit
pas dépasser 0,75d.

Dans le cas ou il existe des armatures longitudinales comprimés, ces dernières doivent être
maintenues par des armatures transversales espacées au plus de 15φ L .
CNAM CCV109 – Béton armé 53

18.11. Application des EC2 au calcul des poteaux


Dans le texte de base, l’EC2 ne prévoit pas de méthode équivalente à la méthode simplifiée du
BAEL91, pour les poteaux en compression simple.

Par contre, les « règles professionnelles » prévoient une méthode simplifiée applicable aux sections
rectangulaires et circulaires => au niveau du logiciel, il faudra prévoir une option pour activer cette
méthode et indiquer clairement qu’il s’agit d’une méthode « règles professionnelle » et non pas d’une
méthode directement issue de l’EC2.

Les « règles professionnelles » sont un ensemble de textes techniques, rédigés par un groupement
d’expert, qui viennent en complément de l’EC2.

Par contre, l’EC2 décrit plusieurs méthodes pour prendre en compte les effets du second ordre dans
les poteaux élancés.

On peut donc lister au total 4 méthodes différentes :


 Formules simplifiées des règles professionnelles.
 Méthode générale (§5.8.6).
 Méthode de la rigidité nominale (§5.8.7).
 Méthode de la courbure nominale (§8.8.8).

La méthode de la rigidité nominale peut être utilisée à la fois pour les éléments isolés et pour les
structures complètes.

La méthode de la courbure nominale (proche de la méthode BAEL) convient plus aux éléments
isolés..

18.11.1. Imperfections géométriques

Quelque soit la méthode appliquée (hors méthode simplifiée), pour le calcul local des éléments, il
convient de prendre en compte les imperfections géométriques, uniquement à l’ELU.

Pour cela, on prend en compte une excentricité initiale définie par :


L
ei = max  400
 2cm
La valeur de « 2cm » correspond est issue de l’annexe nationale française et est susceptible d’être
modifiée dans les documents d’application nationale dans les autres pays.

18.11.2. Prise en compte des effets du second ordre.

18.11.2.1. Cas général


L’EC2 indique certains cas dans lesquels il n’est pas nécessaire de prendre en compte les effets du
second ordre :
 « Les effets du second ordre peuvent être négligés s’ils représentent moins de 10% des
er
effets du 1 ordre » conformément à l’article 5.8.2(6) => il est quasiment impossible
d’informatiser cela, c’est à l’utilisateur de le vérifier s’il impose par exemple la méthode
simplifiée.
 Pour un élément isolé (§5.8.3.1), on peut négliger les effets du second ordre si
l’élancement de l’élément est inférieur à une valeur limite notée λlim définie par :
20. A.B.C
o λlim =
n
CNAM CCV109 – Béton armé 54

N Ed
o n= représente l’effort normal relatif
Ac . f cd
1
o .A=
(1 + 0,2.ϕ ef ) , si ϕ ef n’est pas connu, on peut prendre 0,7 (ce qui correspond
à ϕ ef = 2 ).
As . f yd
o B = 1 + 2ω avec ω = (ratio mécanique d’armatures). Si ω n’est pas
Ac . f cd
connu, on peut prendre une valeur de B= 1,1. Au niveau du logiciel, on peut
considérer que la vérification avant calcul sera faite en prenant B=1,1 puis on refait
une vérification après calcul pour vérifier si B n’est pas inférieure à 1,1 (ce qui
nous donnerait un élancement limite plus petit.
M 01
o C = 1,7 − rm avec rm = er
(rapport des moments du 1 ordre). Si rm n’est pas
M 02
connu, on peut prendre C=0,7.
 M 01 , M 02 sont les moments du 1er ordre, tels que M 02 ≥ M 01 .
 Si les moments provoquent des tractions sur la même face, il convient de
prendre rm positif (ce qui donne C ≤ 1,7 ) et de prendre un signe négatif
dans le cas contraire (donc C > 1,7 ).
 En compression simple, on prend en général rm = 1.

Dans le cas d’une flexion composée déviée, il faut faire cette vérification dans les deux directions.

18.11.2.2. Cas des bâtiments (§5.8.3.3)


On peut négliger les effets globaux du second ordre dans un bâtiment si on satisfait la condition
suivante :

Fv , Ed ≤ k1 .
ns
.
∑ Ecd .I c
n s + 1,6 L²
Avec :
 Fv , Ed qui représente la charge verticale totale.
 n s représente le nombre d’étages.
 L est la hauteur totale du bâtiment au-dessus du niveau d’encastrement du moment.
 E cd est la valeur de calcul du module d’Young du béton (voir description de la méthode
générale).
 I c est l’inertie (en section non fissurée) des éléments de contreventements. Attention à
bien calculer cette inertie dans le plan de contreventement.
 L’EC2 propose de prendre k1 = 0,31 mais indique que ce coefficient peut être modifié
dans l’annexe nationale de chaque pays (l’annexe Française propose également de
prendre k1 = 0,31 ).
 S’il est possible de démontrer que les éléments de contreventements restent en inerties
non-fissurées, on peut remplacer le coefficient k1 par un coefficient k 2 = 0,62 (valeur
proposée par l’EC2 et le DAN France, et qui peut être modifiée).
CNAM CCV109 – Béton armé 55

ATTENTION, cette vérification n’est applicable que sous certaines conditions :


 L’instabilité en torsion n’est pas dominante (structure « raisonnablement » symétrique).
 Les déformations globales dues au cisaillement sont négligeables. C’est le cas par
exemple d’un bâtiment contreventés par voiles sans grandes ouvertures).
 Les éléments de contreventement sont encastrés à la base (rotations négligeables).
 La charge verticale totale augmente régulièrement à chaque étage.

18.11.3. Longueurs de flambement (§5.8.3.2).

L’EC2, tout comme le BAEL, présente deux façons de déterminer les longueurs de flambement :
 Longueurs de flambement forfaitaire, dans le cas des éléments isolés de section
constante.
 Calcul exact de la longueur de flambement en fonction des coefficients de rigidité aux deux
extrémités.

Longueurs forfaitaires

Les longueurs de flambement forfaitaire sont les mêmes que celles utilisées au BAEL :

Calcul exact de la longueur de flambement

Cette méthode est très proche de la méthode dite des coefficients « Ka-Kb ».

On distingue deux cas de figure pour le calcul de la longueur de flambement, notée l0 :


 Eléments contreventés – structure à nœuds fixes (schéma « f » ci-dessus) :
 k1  k2 
L0 = 0,5.L. 1 + .1 + 
 0,45 + k1   0,45 + k 2 
 Eléments non-contreventés – structure à nœuds déplaçables (schéma « g » ci-dessus) :
 k .k
 1 + 10. 1 2
 k1 + k 2
L0 = L. max 
1 + k1 .1 + k 2 
 1 + k1   1 + k 2 
CNAM CCV109 – Béton armé 56

ATTENTION, contrairement aux notations utilisées au BAEL, le terme L0 représente la longueur de


flambement de l’élément et non pas la hauteur libre qui correspond à L .
Les coefficients k1 et k 2 sont les coefficients de souplesse relatifs des encastrements partiels :
M
k= θ , avec :
EI
L
 θ : rotation des éléments s’opposant à la rotation pour un moment fléchissant M.
 EI : rigidité en flexion de l’élément comprimé.
 L : longueur libre de l’élément comprimé.

Dans le cas d’une ossature avec des poutres et des poteaux au droit du nœud considéré, le
coefficient k peut également s’écrire :

EI EI 2
+
L L2
kA =
EI 5 EI 6
+
I L L3 L4
EI EI 1
+
L L1
kB =
EI 3 EI 4
+
L3 L4

C’est le rapport des rigidités verticales sur les rigidités horizontales.


CNAM CCV109 – Béton armé 57

18.11.4. Méthode simplifiée (règles professionnelles).

La méthode simplifiée s’applique sous deux conditions :


 Sollicitation en compression centrée.
 Elancement inférieur à 120.

Les formules à utiliser sont les suivantes (issues du livre de Thonier – page 283) :

α = [32 / λ ]1,3

REMARQUE : Si on ne connaît pas les valeurs de ρ et δ, on peut prendre (1 − 6.ρ .δ ) = 0,95 .


CNAM CCV109 – Béton armé 58

18.11.5. Fluage effectif (§5.8.4)

L’EC2 indique qu’il est possible de prendre en compte, de façon simplifiée, les effets du fluage en
calculant un coefficient de fluage effectif :
M 0 Eqp
ϕ ef = ϕ (∞, t0 ).
M 0 Ed
Avec :
 ϕ ( ∞, t 0 ) est la valeur finale du coefficient de fluage (voir chapitre correspondant).

 M 0 Eqp est le moment fléchissant du 1er ordre pour la combinaison quasi-permanente


(ELS).
 M 0 Ed est le moment fléchissant du 1er ordre sous combinaison ELU.

L’effet de fluage peut être ignoré ( ϕ ef = 0 ) si on vérifie les 3 conditions suivantes :


 ϕ ( ∞, t0 ) ≤ 2 .
 λ ≤ 75
M 0 Ed
 ≥ h , ou h représente la hauteur de la section dans le sens d’application du moment
N Ed
er
du 1 ordre.

18.11.6. Méthode générale.

Le principe de cette méthode est le même que la méthode de Faessel ou la méthode dite de
l’équilibre : il consiste à rechercher des déformations qui satisfont l’équilibre « excentricité agissante =
excentricité résistante ».

On peut donc utiliser la méthode de l’équilibre du BAEL en prenant les hypothèses suivantes :
 Pour le béton armé, on utilise le diagramme non-linéaire (formule de Sargin simplifiée).
 Pour l’acier, on peut utiliser, au choix, un diagramme constant ou un diagramme incliné.
 On prend en compte les effets du fluage multipliant l’axe des déformations par le
coefficient (1 + ϕ ef ) .

18.11.7. Méthode basée sur la rigidité nominale

Le but est de déterminer une rigidité en flexion, en tenant compte de différents effets :
 Effets de la fissuration.
 Effets de la non-linéarité des matériaux.
 Effets du fluage.

Puis de déterminer une amplification du moment correspondante.


CNAM CCV109 – Béton armé 59

18.11.7.1. Rigidité nominale

On estime la rigidité à partir de la formule suivante : EI = K c . E cd . I c + K s . E s . I s .


Avec :
E cm
 E cd = est la valeur de calcul du module d’élasticité du béton ( γ cE = 1,2 pour l’EC2 de
γ cE
base et le DAN français).
 I c : inertie de la section de béton.
 E s : module d’élasticité de l’acier.
 I s : inertie des armatures par rapport au centre de gravité de la section de béton.
 K c est un coefficient qui tient compte des effets de fissuration et du fluage du béton :
k1 .k 2
o Kc =
1 + ϕ ef
f ck λ N Ed
o k1 = (MPa) et k 2 = n. ≤ 20 avec n = .
20 170 Ac . f cd

Dans le cas de sections entièrement fissurées, il faut utiliser le module effectif du béton :
Ecd
Ecd ,eff = .
(1 + ϕ ef )

18.11.7.2. Coefficient de majoration des moments


Le moment total, incluant les effets du second ordre, est défini comme une valeur majorée du moment
er
du 1 ordre :

 
 β 
M Ed = M 0 Ed .1 + 
 NB
− 1
 N Ed 
β est un coefficient qui dépend de la distribution des moments du 1er ordre et du 2nd ordre. Dans le
cas d’élément isolé, de section constante et soumis à un effort normal constant, on peut déterminer ce
coefficient à l’aide de la formule suivante :
π²
β=
c0
er
Le coefficient c0 dépend de la distribution du moment du 1 ordre :

 c0 = 8 si le moment est constant.


 c0 = 9,6 pour une distribution parabolique.
 c0 = 12 pour une distribution triangulaire symétrique.
 Dans le cas des éléments non soumis à une charge transversale, on prend
également c0 = 8 .
CNAM CCV109 – Béton armé 60

Dans le cas ou un élément ne rempli pas les conditions précédentes (section variable, effort normal
variable, répartition de moment autres…), on prend β = 1 . On a alors la formule :
M 0 Ed
M Ed =
N 
1 −  Ed 
 NB 

L’effort N B représente la charge de flambement (charge critique d’Euler) basée sur la rigidité
nominale.

On utilise ensuite ce moment de calcul pour faire un dimensionnement en flexion composée, le plus
souvent en section entièrement comprimée (diagrammes d’interaction).

On voit bien que le calcul doit être itératif car il faut connaître la section d’armature pour pouvoir
déterminer la rigidité nominale et donc les efforts du second ordre.

18.11.8. Méthode basée sur la courbure nominale.


nd
Cette méthode donne une valeur approchée par excès de la déformée du 2 ordre.

18.11.8.1. Moment de calcul

Le moment de calcul vaut : M Ed = M 0 Ed + M 2


 M 0 Ed : moment du 1er ordre incluant les imperfections géométriques.
 M 2 : Moment nominal du second ordre.

Lorsque l’élément est soumis à deux moments différents (à chacune de ses extrémités), on peut les
remplacer par un moment équivalent : M 0 e = 0,6.M 02 + 0,4.M 01 ≥ 0,4. M 02 avec ( M 02 ≥ M 01 ).
Il faut prendre les moments M 01 et M 02 de même signe s’ils provoquent la traction sur la même face
et de signes opposés dans le cas contraire.

Le moment M 2 est calculé à partir de la courbure : M 2 = N Ed .e2


 N Ed : effort normal agissant de calcul.
1 L20
 e2 = .
r c
 L0 : longueur de flambement.
 On prend c=8 si le moment est constant, c= 10 dans les autres cas.
CNAM CCV109 – Béton armé 61

18.11.8.2. Calcul de la courbure


Pour déterminer la courbure à partir de la formule ci-dessous, il faut que la section droite soit
constante et que le ferraillage soit symétrique :
1 1
= K r . Kϕ .
r r0
1 ε yd f yd
 = avec ε yd =
r0 (0,45.d ) Es
nu − n
 K r : coefficient de correction dépendant de l’effort normal => K r = ≤1
nu − nbal
N Ed
o n=
Ac . f cd
o nu = 1 + ω
As . f yd
o ω=
Ac . f cd

 Kϕ : coefficient qui tient compte du fluage => Kϕ = 1 + β .ϕ ef ≥ 1


f ck λ
o β = 0,35 + −
200 150
De la même façon, on utilise ensuite ce moment de calcul pour faire un dimensionnement en flexion
composée, le plus souvent en section entièrement comprimée (diagrammes d’interaction).
On voit bien que le calcul doit également être itératif car il faut connaître la section d’armature pour
pouvoir déterminer la courbure nominale et donc les efforts du second ordre.

18.11.9. Cas particulier de la flexion déviée (§5.8.9)

L’article 5.8.9 de l’EC2 donne une démarche claire dans le cas d’une section en flexion déviée :
 On fait d’abord un calcul en flexion composée, dans chaque plan, en tenant compte des
nd
effets du 2 ordre mais en ne considérant les imperfections géométriques que dans la
direction où elles ont l’effet le plus défavorable.
 On vérifier ensuite deux conditions (voir EC2). Si ces deux conditions sont respectées, pas
de calcul en flexion déviée.
 Si ces conditions ne sont pas respectées, on redimensionne les sections d’aciers
théoriques de façon à satisfaire l’équation donnée en 5.8.9 (4).
CNAM CCV109 – Béton armé 62

Voici l’extrait correspondant de l’EC2 :


CNAM CCV109 – Béton armé 63

18.11.10. Dispositions constructives propres aux poteaux

18.11.10.1. Armatures longitudinales (§ 9.5.2)


Les armatures longitudinales doivent avoir un diamètre minimum de 8mm.

Les armatures longitudinales comprimées prises en compte dans le calcul doivent être entourées
d'armatures transversales avec un espacement maxi de 15∅long (idem BAEL91).

La section mini d'armatures longitudinales doit vérifier:

0,10 N Ed
As ,min = ≥ 0,002Ac
Fyd
avec:
 Fyd: limite élastique de calcul des armatures
 NEd: force de compression axiale de calcul
 Ac: aire de la section transversale de béton

La section max d’armatures doit vérifier :


 As,max= 0,04Ac en dehors des zones de recouvrement
 As,max= 0,08Ac dans les zones de recouvrement
CNAM CCV109 – Béton armé 64

18.11.10.2. Diamètre et répartition des armatures transversales


Les armatures transversales (diamètres et espacements) sont définies par les formules suivantes :
6mm
 φt ≥ max φlong
4
20 × φlong
 st ≤ min min(a, b)
400 mm

IMPORTANT:
⇒ L'espacement doit être réduit d'un facteur de 0,6 dans les zones situées au-dessus et au-dessous
d'une poutre ou d'une dalle, sur une hauteur égale à la dimension transversale la plus grande du
poteau.
Cette réduction doit également être faite près des recouvrements si ∅l > 14mm.

18.12. Exemple d’application au dimensionnement des poteaux


18.12.1. Poteau en compression simple – méthode simplifiée.

Définition

Les hypothèses de calcul sont les suivantes :


 Hauteur du poteau : 6.50m
 Section du poteau : 0.50*0.30m²
 Béton C25/30
 Acier Fe500
 Poteau bi-articulé.
 Charges
o G= 450 KN
o Q= 350 KN
CNAM CCV109 – Béton armé 65

Calcul des armatures théoriques

 Longueur de flambement : poteau bi-articulé => Lf= 6.50m


2 3
 Elancement du poteau : λ= × 6.50 = 75 .
0.30
 Les conditions d’application de la méthode simplifiée sont :
o λ < 120 => OK
o 20 < fck < 50MPa => OK
o h > 0.15m => OK

Le calcul des armatures théoriques se fait à partir de la formule :


1  N ed 
 As =  − b × h × f cd 
f yd  k h × k s × α 
 N Ed = 1.35 × 450 + 1.5 × 350 = 1132.5 KN = 1.13MN
1.3 1.3
 32   32 
 α =  ==   = 0.3305
λ   75 
 kh = (0.75 + 0.5h)(1 − 6.ρ .δ ) = (0.75 + 0.5 × 0.30) × 0.95 = 0.855
f yk 500
 k s = 1.6 − 0.60 = 1.6 − 0.60 =1
500 500
25
 f cd = = 16.67 Mpa
1 .5
1  1.13 
 As =  − 0.3 × 0.5 × 16.67  = 34,46cm ²
434.78  0.855 × 1 × 0.3305 

Le pourcentage mini nous donne :


 0.1N Ed 0.1 × 1.13 
 As , min = max  = = 2.60cm ²;0.002 Ac = 0.002 × 0.30 × 0.50 = 3cm ² 
 f yd 434.78 

18.12.2. Effets du second ordre par la méthode de la rigidité nominale

L’objectif est de déterminer les effets du second ordre sur un poteau élancé, en appliquant la méthode
de la rigidité nominale.

Le dimensionnement d’un poteau par la méthode de la rigidité nominale étant itératif, on se fixe une
section d’armature de 19.21cm².

Hypothèses de calcul
 Longueur du poteau : 6m
 Section du poteau : 0.55x0.22m²
 Poteau encastré en pied et libre en tête => Lf=0.7x6= 4.2 m
 Béton C25/30
 Enrobage : 3cm
 Pas de prise en compte du poids propre
 Humidité relative : 70%
 Date d’application des charges : 28 jours.
 Coefficient de charges quasi-permanentes : ψ 2 = 0.30
 Charges :
o Charges verticales : Ng= 85 KN et Nq= 75KN
o Moments en tête : Mg= 90 KN.m et Mq= 80 KN.m
CNAM CCV109 – Béton armé 66

Calcul des sollicitations


 N Ed = 1.35 × 85 + 1.5 × 75 = 227.25 KN
 M Ed = 1.35 × 90 + 1.5 × 80 = 241.5 KN .m

Calcul de la valeur effective du fluage

On considère les effets linéaires du fluage :


M 0 Eqp
 ϕ ef = ϕ (∞, t0 ).
M 0 Ed
M 0 Eqp M G + 0 .3 M Q 90 + 0.3 × 80
 = = = 0.472
M 0 Ed 1.35M G+1.5M Q 1.35 × 85 + 1.5 × 75
16.8 16.8
 β ( f cm ) = = = 2.92 MPa
f cm 25 + 8
1 1
 β (t0 ) = = = 0.488
0.1 + t0
0.20
0.1 + 280.20
1 − RH / 100
 ϕ RH =1+
0.1 ×3 h0
2 Ac 2 × 220 × 550
 h0 = = = 175.14mm
u 2 × (220 + 550 )
1 − RH / 100 1 − 70 / 100
 ϕ RH =1+ = 1+ = 1.536
0.1 × h0
3
0.1 ×3 175.14
 ϕ ( ∞, t 0 ) = ϕ RH β ( f cm ) β (t 0 ) = 1.536 × 2.92 × 0.488 = 2.189
M 0 Eqp
 ϕ ef = ϕ ( ∞, t0 ). = 2.189 × 0.472 = 1.033
M 0 Ed
 1 + ϕ ef = 1 + 1.033 = 2.033
er
Excentricité du 1 ordre

18.13. Efforts tranchants


L’EC2 distingue :
 Les éléments pour lesquels aucune armature d’effort tranchant n’est requise (§6.2.2). Il
s’agit principalement des dalles ou de tout élément dans lequel une redistribution
transversale est possible.
 Les éléments pour lesquels des armatures d’effort tranchant sont nécessaire (§6.2.3).

18.13.1. Notations

Les notations utilisées pour la vérification à l’effort tranchant sont les suivantes :
 VEd : Effort tranchant de calcul.
 VRd ,c : Effort tranchant résistant de calcul en l’absence d’armatures transversales.
CNAM CCV109 – Béton armé 67

 VRd , s : Effort tranchant de calcul pouvant être repris par les armatures transversales
travaillant à la limite d’élasticité.
 VRd ,max : Valeur de calcul de l’effort tranchant maximal pouvant être repris par le béton
avec écrasement des bielles de compression.

18.13.2. Effort tranchant résistant du béton

L’effort tranchant résistant du béton est défini par la formule :

α cw .bw . z.v1. f cd
VRd ,max =
tgθ + cot gθ
Avec :
 θ : angle d’inclinaison des bielles
 z : bras de levier des forces internes. On peut prendre z=0,9d.
 α cw : coefficient qui tient compte de l’état de contrainte de la membrure comprimé.

o α cw = 1 en flexion simple sans précontrainte.


 σ 
o α cw = α cw,t = 1 + ct  où σ ct est la contrainte de traction au centre de gravité
 f ctm 
dans le cas de la flexion composée avec traction.
 v1 : coefficient de réduction de la résistance du béton fissurée à l’effort tranchant :
 f 
o v1 = 0,6 1 − ck 
 250 

 La valeur de v1 peut être modifiée comme suit si on limite la contrainte sur les aciers
f yk
tendus à f ywd = 0,8. f yk au lieu de :
γs
o v1 = 0.6 pour f ck ≤ 60 Mpa
f ck
o v1 = 0,9 − > 0,5 pour f ck > 60 Mpa
200

Prenons l’exemple d’une poutre de 0.25*0.70 en béton C25/30, avec des bielles inclinées à 45° :

25
 On a f cd = = 16.67 Mpa .
1,5
f yk 500  25 
 Si on prend f ywd = = = 434.78 , on a v1 = 0,6 1 − = 0,54
γs 1,15  250 
 Hauteur utile : d = 0,9h = 0,63m et z = 0,9d = 0.567m
 α cw = 1 car flexion simple.

α cw .bw . z.v1. f cd 0.25 × 0.567 × 0,54 × 16.67


 VRd ,max = = = 0.638 MN
tgθ + cot gθ 2
CNAM CCV109 – Béton armé 68

Si on limite la contrainte des aciers à f ywd = 0,8. f yk , on a :


 v1 = 0,6
α cw .bw .z.v1. f cd 0.25 × 0.567 × 0,60 × 16.67
 VRd ,max = = = 0.709 MN
tgθ + cot gθ 2

18.13.3. Transmissions directe aux appuis

Dans le cas des charges proches des appuis, l’EC2 prévoit une réduction de l’effort tranchant afin de
prendre en compte la transmission directe d’une partie de ces charges aux appuis.

ATTENTION, il convient de souligner deux points :


 La réduction de l’effort tranchant n’est pas admise pour la vérification de Vrd,max. Pour
info, le BAEL autorisait à prendre en compte l’effort tranchant réduit pour le calcul de τ u .
 Cette réduction n’est applicable que s’il y a un ancrage total (et non pas uniquement un
ancrage de la section théorique) des aciers longitudinaux aux appuis.
18.13.3.1. Charges ponctuelles.
Lorsqu’une charge ponctuelle est appliquée à une distance inférieure à 2d (contre 1,5h pour le BAEL)
de l’appui, on ne prend en compte qu’une fraction β de ces charges. La distance de la charge à l’appui
est notée av.
 av 
On a alors : β = max 0,5;
 2d 

Si l’élément nécessite des armatures d’effort tranchant, celles-ci doivent être disposées sur une
longueur au moins égale à 0,75 av.

Prenons un exemple de comparaison avec le BAEL : une poutre de hauteur 60 cm (d= 54 cm) et de
portée 5m, soumise à une charge concentrée Pu= 35KN à 70cm de l’appui.

BAEL91 EC 2
Pu × ( L − a ) Pu × ( L − a )
Vu = = 30 KN VEd = = 30 KN
L L
2a ( L − a)
Vu ,red = Vu × VEd ,red = Pu × β ×
3h L
2 × 0.70 β = Max[0.5; av / 2d ] = Max[0.5;0.70 / 2 × 0.54] = 0.65
Vu ,red = 30 × = 23.33MPa
3 × 0.60 (5 − 0.70)
VEd ,red = 35 × 0.65 × = 19.6 KN
( 22%) 5
(35%)

On voit donc que la réduction de l’EC2 est plus importante que celle du BAEL.

18.13.3.2. Charge répartie.


Pour une charge répartie, on prend en compte la valeur de l’effort tranchant à l’abscisse d au lieu de
5/6h pour le BAEL.
CNAM CCV109 – Béton armé 69

18.13.4. Cas des éléments non armés (§6.2.2).

Attention, il s’agit ici des éléments non-armés, c’est-à-dire non soumis au pourcentage minimum
d’armatures, à ne pas confondre avec les éléments armés en pourcentage mini.

On doit vérifier : VEd ≤ VRd ,c

L’effort tranchant résistant de calcul est donné par la formule suivante :


[ ]
VRd ,c = {Max C Rd ,c .k (100.ρ L . f ck )1/ 3 ; vmin + k1 .σ cp }.bw d

Avec
200
 k = 1+ ≤ 2,0 avec d exprimé en mm.
d
AsL
 ρL = ≤ 0,02 avec AsL qui représente la section d’armatures longitudinales
bw .d
dépassant le point de calcul d’une distance au moins égale à d (voir schéma ci-dessous).
Attention, cette même section d’armature doit être prolongée au-delà d’une distance au
moins égale lbd :

 bw représente la plus petite largeur de la section droite dans la zone tendue, exprimée en
mm.
N Ed
 σ cp = < 0,2 f cd avec :
Ac
o N Ed : effort normal agissant dans la section droite sous l’effet des charges
extérieures ou d’une précontrainte, exprimée en Newton.
o Ac représente l’aire de la section droite de béton, exprimée en mm².
0.18
 C Rd ,c = et k1 = 0,15 . Ces deux valeurs peuvent être modifiées par l’Annexe
γc
nationale de chaque pays.

La valeur de v min est définie par la formule :


v min = 0,035.k 3 / 2 . f ck1/ 2

REMARQUE

Dans le cas des dalles, en général faiblement armé, on a souvent le terme v min qui sert de valeur
CNAM CCV109 – Béton armé 70

plancher. On se rend compte que la valeur de v min est très faible, ce qui amène souvent à augmenter
les aciers longitudinaux de la dalle en conséquence.
Pour éviter cela, l’annexe nationale donne des valeurs beaucoup moins défavorables.

Valeurs de l’annexe française :

Vmin Valeur ANF*

0,34
Dalles bénéficiant d’un effet de redistribution Vmin = . f ck1/ 2
transversale γc

0,053
Poutres et dalles autres que ci-dessus Vmin = . f ck1/ 2
γc

0,35
Voiles Vmin = . f ck1/ 2
γc
* ANF= Annexe Nationale Française.

18.13.5. Cas des éléments armés (§6.2.3)

La vérification à faire est la suivante :


 Si VEd ≤ VRd ,c => la section théorique d’armatures transversales est nulle, il faut donc
mettre en place un pourcentage minimum (voir chapitre suivant).
 Bien entendu, si VEd > VRd ,c => mise en place d’armatures transversales.

La modélisation se fait selon la poutre-treillis de Ritter-Mörsch (identique au BAEL) avec un principe


de bielles-tirants. La nuance de l’EC2 se situe au niveau de l’inclinaison des bielles qui peut être
choisit aléatoirement dans l’intervalle suivant :
 Soit θ l’angle d’inclinaison des bielles par rapport à l’horizontale, on a 1 ≤ cot θ ≤ 2,5 ou
encore 21.8° ≤ θ ≤ 45° pour des éléments sollicités en flexion simple ou en flexion
composée avec compression.
σ ct σ ct
 1+ ≤ cot θ ≤ 2,5 1 + pour les éléments sollicités en traction pure ou en
f ctm f ctm
flexion composée avec traction ( σ ct est la contrainte de traction au centre de gravité de la
section de béton).

ATTENTION, l’inclinaison des bielles a des avantages et des inconvénients :


 En effet, les bielles très inclinées vont réduire la section d’acier théorique mais vont
conduire à allonger les armatures longitudinales.
o D’une valeur de a L = 0,5. z.(cot θ − cot α ) .
 L’angle le plus économiques est 45 ° (voir documen t de Thonier, chapitre 1.5 page 203).

Pour le calcul des armatures, on distingue deux cas de figures :


 Le cas des armatures transversales verticales (α= 90°)
 Le cas des armatures transversales inclinées ( 45° ≤ α < 90° )
CNAM CCV109 – Béton armé 71

18.13.5.1. Cas des armatures transversales verticales.


L’effort tranchant que peuvent reprendre les armatures verticales vaut :
Asw
VRd , s = . z. f ywd . cot θ
s

 Le bras de levier z peut être pris égal à 0.9d.

Pour déterminer les armatures à mettre en place, on écrit l’égalité VEd = VRd ,s , ce qui nous donne :
Asw VEd .tgθ
=
S z. f ywd

18.13.5.2. Cas des armatures transversales inclinées.


L’effort tranchant que peuvent reprendre les armatures verticales inclinées vaut :
Asw
VRd , s = . z (cot θ + cot α ). f ywd . sin α
s

Pour déterminer les armatures à mettre en place, on écrit l’égalité VEd = VRd ,s , ce qui nous donne :
Asw VEd
=
S z. f ywd .(cot θ + cot α ). sin α

18.14. Etat limite d'ouverture des fissures (E.L.S)


Comme nous l’avons vu précédemment, l’EC2 n’impose plus de limite de contraintes sur l’acier en
fonction du type de fissuration (peu préjudiciable, préjudiciable ou très préjudiciable).

Par contre, un chapitre important de l'EC2 concernant la maîtrise de l'ouverture des fissures. Par
conséquent, des vérifications complémentaires consistent à limiter l'ouverture des fissures :
 Par des dispositions constructives visant à limiter l'ouverture des fissures (§ 7.3.3 de l'EC2)
 Par un calcul exact de l'ouverture des fissures (§ 7.3.4 de l'EC2) et comparaison avec
l'ouverture limite qui est fonction de la classe d'exposition (articles 4.2 et 7.3 de l'EC2).

18.14.1. Limitations des fissures.

Le tableau 7.1N de l’EC2 définit l’ouverture maximum des fissures en fonction de la classe
d’exposition :
CNAM CCV109 – Béton armé 72

18.14.2. Dispositions constructives pour éviter les fissures

Il est possible de s’affranchir d’un calcul exact de l’ouverture des fissures si on respecte un diamètre
et un espacement maximum des barres, fonction de la contrainte limite de l’acier que l’on souhaite
utiliser :

On voit bien que ces conditions sont très peu économiques, car le diamètre maximum des aciers
diminue fortement lorsque l’on augmente la contrainte admissible du matériau.

18.14.3. Calcul exact de l’ouverture des fissures

Le calcul exact de l’ouverture des fissures est détaillé à l’article 7.3.4 de l’EC2.

La largeur de fissure de calcul peut se déduire de la formule suivante:

wk = sr , max (ε sm − ε cm )
CNAM CCV109 – Béton armé 73

 wk : ouverture de la fissure calculée.


 sr ,max :espacement maximal des fissures.
 ε sm : élongation moyenne de l’armature sous la combinaison de charges appliquées compte-tenu de la
rigidité du béton tendu, du retrait, etc…
 ε cm : déformation moyenne du béton entre les fissures.

18.14.3.1. Calcul de Sr,max


L’espacement maximal des fissures est déterminé à partir de la formule :

0.425.k1.k 2 .φ
sr ,max = 3.4c +
ρ p ,eff

ATTENTION, les coefficients 3.4 et 0.425 (respectivement k3 et k4) peuvent être modifiés dans l’annexe
nationale de chaque pays.

As
 ρ p ,eff = si pas d’armatures de précontrainte.
Ac ,eff

2.5( h − d )
 (h − x )
o Ac ,eff : aire effective de béton autour de l’armature tendue => Ac ,eff = b. min 
 3
 h
 2

Dans la formule de calcul de sr ,max intervient également le diamètre des barres. Dans le cas d’une section
comportant n1 barres de diamètres φ1 et n2 barres de diamètre φ2, on a la formule suivante :

n1.φ12 + n2 .φ22
φeq =
n1.φ1 + n2 .φ2

Les coefficients k1 et k2 sont définis par :


 k1 est un coefficient qui tient compte des propriétés d’adhérence des armatures :
o k1 = 0.8 pour les barres à haute adhérence.
o k1 = 1.6 pour les barres lisses.
 k 2 est un coefficient qui tient compte de la distribution des déformations :
o k 2 = 0.5 en flexion ou flexion composée avec compression.
o k 2 = 1 en traction pure ou en flexion composée avec traction.

18.14.3.2. Calcul de Esm-Ecm

Le terme ε sm − ε cm peut être calculé avec l’expression suivante :


CNAM CCV109 – Béton armé 74

f ct ,eff
σ s − kt . (1 + α e .ρ p ,eff )
ρ p ,eff σs
ε sm − ε cm = ≥ 0,6
Es Es
Avec :
 αe : coefficient d’équivalence.

 k t : coefficient qui dépend de la durée de chargement :


o k t = 0.6 pour un chargement de courte durée.
o k t = 0.4 pour un chargement de longue durée.

18.14.3.3. Exemple de calcul


On se propose de calculer l’ouverture des fissures sur la poutre suivante :
 Poutre rectangulaire de 30*70
 Portée de la poutre : 5.90m entre-axe.

Les armatures inférieures sont 4HA16 + 4HA14

f ct ,eff = f ct ,m = 2.56 MPa


k1 = 0.4

2.5( h − d ) = 2.5(70 − 63.33) = 16.75cm

 h − x 70 − 23.3
Ac ,eff = 30 × Min  = = 15.7cm = 471cm ²
 3 3
h
 2 = 35cm
14.2
As = 14.2cm ² ⇒ ρ p ,eff = = 0.0301
471
E 200
αe = s = = 6.35
Ecm 31.5

250 − 0.4
2.56
(1 + 6.35 × 0.0301) σ
ε sm − ε cm = 0.0301 = 0.001 > 0.6 s = 0.00075
200000 Es
c = 40mm
4 × 16² + 4 × 14²
φ= = 15.07mm
4 × 16 + 4 × 14
0.425 × 0.8 × 0.5 × 15.07
sr ,max = 3.4 × 40 + = 221mm
0.0301
CNAM CCV109 – Béton armé 75

18.14.4. Pourcentage minimum à mettre en place

Pour déterminer le pourcentage minimum d’armatures à mettre en place, il faut vérifier deux articles
de l’EC2 :
 L’article 7.3.2 concernant la maitrise de la non-fissuration.
 L’article 9.2.1.1 qui est spécifique aux poutres.

18.14.4.1. Article 7.3.2


A défaut d'autre justification, on peut déduire la section minimale d'armature à partir de la formule
suivante (§7.3.2):
Act
As ,min = k c × k × Fct . eff ×
σs

 As,min: section d'armature mini dans la zone tendue.


 Act: aire de la zone de béton tendue juste avant la formation de la première fissure.
 σs: contrainte maximale admissible dans l'armature, on peut considérer en général qu'elle est
égale à Fyk. Cependant, elle peut être inférieur à Fyk dans le afin de respecter le diamètre
maxi des barres (voir tableaux §5.2.1).
 Fct.eff: résistance effective sur le béton au moment où les fissures sont censées se produire, à
défaut de renseignement exact, on peut prendre Fct.eff = Fctm.
 k: coefficient prenant en compte l'effet d'auto-contraintes non-uniformes:
 Poutre rectangulaire avec h ≤ 30cm: k = 1,0
 Poutre rectangulaire avec h ≥ 80cm: k = 0,65
 Entre les deux valeurs, on fait une interpolation linéaire.
 kc: coefficient prenant en compte la nature de la distribution des contraintes dans la section et
qui dépend bien entendu du type de sollicitations:
 En traction pure: kc = 1,0.
 σc 
k c = 0,4.1 −  ≤1
 k1 (h / h ). f ct ,eff
 En flexion simple ou en flexion composée: *

Avec
N ed
 σc : contrainte moyenne dans le béton => σc = (Ned est positif si
bh
compression).
 Définition de h* :
o h * = h pour h < 1,0m.
o h * = 10m pour h ≥ 1,0m.
 Définition de k1 :
o k1 = 1,5 si Ned est un effort de compression
2h *
o k1 = si Ned est un effort de traction.
3h
CNAM CCV109 – Béton armé 76

18.14.4.2. Article 9.2.1.1 (rappel)


Cet article de l’EC2 indique que la section d’armatures longitudinales d’une poutre ne doit pas être
inférieure à une quantité As ,min définie par la formule suivante :
f ctm
As ,min = 0.26 bt .d ≥ 0,0013.bt .d
f yk

18.15. Etat limite de déformation - Calcul des flèches


Selon l’EC2 (§7.4), l’état limite de déformation peut être vérifié de deux façons :
 En limitant le rapport portée-hauteur pour se dispenser d’un calcul exact.
 En calculant précisant la valeur de la déformée et en la comparant à une valeur
admissible.

18.15.1. Limites admissibles

L’article 7.4.1 définit quelques valeurs admissibles de flèches à ne pas dépasser. Ces valeurs sont
données en fonction de la portée utile L :
 L/250, sous charges quasi-permanentes, pour les poutres, les dalles ou les consoles.
 L/500, sous charges quasi-permanentes, si les déformations sont susceptibles
d’endommager les éléments de structures avoisinants.

Attention, ces limitations ne sont pas exhaustives et doivent être revues ou valider en fonction de la
structure étudiée. Il faut pour cela prévoir un paramètre utilisateur au niveau du logiciel.

18.15.2. Limitation du rapport portée-hauteur (§7.4.2)

A l’article 7.4.2, l’EC2 propose des valeurs du rapport L/d qui permettent de s’affranchir d’une
vérification détaillée des déformations max.
L’EC2 définit deux limites en fonction du pourcentage d’armatures de traction à mi-portée :

L  ρ0  ρ0  2 
3

 = K .11 + 1,5 f ck + 3,2 f ck  − 1  si ρ ≤ ρ 0


d  ρ ρ  

CNAM CCV109 – Béton armé 77

L  ρ0 1 ρ' 
 = K .11 + 1,5 f ck + f ck .  si ρ > ρ 0
d  ρ − ρ ' 12 ρ0 
Où :
 L/d est la valeur limite du rapport portée/hauteur utile.
 K est un coefficient qui tient compte des différents systèmes structuraux (voir tableau ci-
après).

 ρ0 : représente le pourcentage d’armatures de référence => ρ0 = f ck .10−3


 ρ : pourcentage d’armatures de traction à mi-travée (ou sur appui pour une console) =>
As
ρ=
bd
 ρ’ : pourcentage d’armatures de compression à mi-travée (ou sur appui pour une console)
A' s
=> ρ'=
bd
Le coefficient K peut être défini dans les différentes annexes nationales de chaque pays.

L’EC2 de base propose les valeurs du tableau suivant :

L’annexe France propose le tableau suivant :


CNAM CCV109 – Béton armé 78

ATTENTION, les formules précédentes ont été établies en considérant certaines hypothèses. Il
convient donc de modifier le rapport L/d lorsque les hypothèses diffèrent de ces hypothèses initiales :
 Les valeurs précédentes ont été établie pour une contrainte de traction sur l’acier de 310
MPa. Lorsque la contrainte calculée σs est très différente de cette valeur, il convient de
multiplier le rapport L/d par 310/σs.
 Pour les sections en Té dont beff > 3bw , il faut multiplier le rapport L/d par 0,8.
 Dans le cas des poutres ou des dalles de portée supérieure à 7m, il faut multiplier le
rapport L/d par « 8,5/Leff » si ces derniers supportent des cloisons susceptibles d’être
endommagées => option à prévoir dans le logiciel.

18.15.3. Calcul exact de la déformée (§7.4.3)

L’EC2 préconise d’appliquer la méthode d’intégration des courbures avec prise en compte des inerties
fissurées le cas échéant.

Lorsque l'on calcul une flèche, on doit impérativement tenir compte des deux conditions suivantes :
 La condition non fissurée: dans ce cas, on considère l'acier et le béton, aussi bien en traction
qu'en compression.
 La condition fissurée: dans ce cas, on néglige le béton tendu.
CNAM CCV109 – Béton armé 79

La méthode simplifiée, qui n'est applicable que pour la flexion simple, se traduit par la formule
suivante:

α = ζα ii + (1 − ζ )α i (1)

 α est le paramètre considéré, qui peut être une courbure, une rotation ou une déformation (en
simplification, α peut représenter une flèche).
 αi et αii sont respectivement les paramètres calculés en conditions non fissurées et en
conditions fissurées.
 ζ est le coefficient de distribution donné par l'équation ci-dessous :

2 2
σ  M 
ζ = 1 − β  sr  = 1 − β  cr 
 σs   Ms 

 β est un coefficient qui tient compte de l’influence du chargement ou de la répétition du


chargement :
o β = 1,0 dans le cas d’un chargement unique de courte durée.
o β = 0,5 dans le cas d’un chargement prolongé ou d’un grand nombre de cycles de
chargement.
 σs: contrainte de l'acier tendu à partir d'une section fissurée.
 σsr: contrainte de l'acier tendu calculée à partir d'une section fissurée soumise au
chargement nécessaire et suffisant pour provoquer la fissuration.
 ζ= 0 pour les sections non fissurées.
 Mcr : moment de fissuration.

Les valeurs de αi et αii (respectivement les flèches en section non fissurées et entièrement fissurées)
peuvent être calculées grâce à la méthode d'intégration des courbures.

Il convient, lors du calcul des flèches, d’ajouter les effets du fluage (pour les charges de longue durée)
et les effets du retrait (le cas échéant) :
 Pour prendre en compte les effets du fluage (option utilisateur), on mènera les calculs avec
le module d’élasticité effectif du béton :
Ecm
Ec ,eff =
1 + ϕ ( ∞, t 0 )
 Les courbures dues au retrait doivent être cumulées aux courbures sous chargement
extérieure, et calculées avec l’expression suivante :
1 S
= ε cs .α e .
rcs I
1
o : représente la courbure due au retrait.
rcs
o ε cs : déformation libre de retrait.
o S : moment statique de la section d’armatures par rapport au centre de gravité de
la section de béton.
o I : Moment d’inertie de la section homogène
CNAM CCV109 – Béton armé 80

o ATTENTION, il faut calculer les valeurs de I et S pour une section fissurée et non-
fissurée. Il faut ensuite faire une interpolation en utilisant la formule (1) vue
précédemment.

Le nota (7) de l’article 7.4.3 de l’EC2 précise la chose suivante :

18.15.4. Méthode d'intégration des courbures

Lorsque l'on applique la méthode d'intégration des courbures, il est impératif de bien prendre en
compte les deux cas de figure:
 Section non fissurée
 Section fissurée

En chaque point de calcul, on compare donc le moment de flexion à un moment critique, au-delà
duquel on se considère en inertie fissurée.

Pour le calcul de ce moment critique Mcr, on utilisera la formule :


bh ²
+ α . As .d
f ctm × I
M cr = avec v = 2 (α est le coefficient d’équivalence).
h−v bh + α . As

Quelque soit la condition, la démarche est toujours la même:


 On détermine dans un premier temps la position de l'axe neutre.
 On détermine ensuite l'inertie de la section (fissurée ou pas)
 On calcul l'équation du moment sollicitant
 On calcul l'équation des courbures en fonction du moment sollicitant
 On détermine la flèche par double intégration des courbures.

De façon générale, on peut écrire:

1 M ( x)
 Courbure: =
r EI
x
1
 Rotation: ω ( x ) = ∫ dX + w0
0
r
x
 Flèche: f ( x) = ∫ w.dX + w0 × X + f 0
0

18.15.4.1. Section rectangulaire


Partons du schéma suivant:
CNAM CCV109 – Béton armé 81

Ce schéma est applicable pour des sections rectangulaires en prenant b=b0 et h0=0.

a. Section non fissurée

 La position de l'axe neutre est solution de l'équation suivante:


o bv² + 30(As+A's)v - 30(dAs+d'A's)= 0
 Le moment d'inertie vaut:
3
o I= bv /3 + 15[As(d - v)² + A's(v – d')²]
 1/r= M(x)/EbI= M(x)/EsI

b. Section fissurée

 La position de l'axe neutre est solution de l'équation:


o bx²/2 + (nA' + nA)x – nA'd' – nAd= 0
 Le moment d'inertie vaut:
3
o I= bx /3 + nA(d – x)² + nA'(x – d')²
 1/r= (εs + εb)/d avec :
σb xM ( X ) nxM ( X )
o εb = = =
Eb Eb I Es I
σ nM ( X )(d − x)
o Et ε S = s = et n=15
Es Es I

18.15.4.2. Section en Té
Partons du schéma suivant
CNAM CCV109 – Béton armé 82

a. Section non fissurée

b0 h ² (b − b0 )h02
+ + n( Ad + A' d ' )
 La position de l'axe neutre vaut: v = 2 2
b0 h + (b − b0 )h0 + n( A + A' )
bv 3 b0 (h − v) 3 (b − b0 )(h0 − v)3
 Inertie: I= + − + nA(d − v)² + nA' (v − d ' )²
3 3 3
1 M ( X ) nM ( X )
 Courbure: = =
r Eb I Es I

b. Section fissurée

 La position de la fibre neutre (x) est solution de l'équation:


b0 x ² h2
o + (nA'+ nA + (b − b0 )h0 ) x − nA' d '− nAd − (b − b0 ) 0 = 0
2 2
bx 3
 ( x − h0 ) 
3
 Inertie: I = − MAX (b − b0 ) ;0 + nA(d − x)² + nA' ( x − d ' )²
3  3 
1 εs + εb σ b xM ( X ) nxM ( X ) σ nM ( X )(d − x)
 Courbure: = avecε b = = = etε s = s =
r d Eb Eb I Es I Es Es I

o Avec n= Es/Eb

18.16. Vérification au poinçonnement. (§ 6.4)


18.16.1. Vérification des dalles.

18.16.1.1. Contour de contrôle.


Le contrôle du poinçonnement se fait sur un périmètre situé à 2d du nu de l’élément porté. Ce
périmètre est appelé « contours de contrôle ».
CNAM CCV109 – Béton armé 83

ATTENTION, la vérification de la résistance au poinçonnement doit également se faire au nu du


poteau.
dx + dy
d représente la hauteur utile moyenne des deux directions : d= .
2
De façon générale, le contour u1 doit être tracé de façon à minimiser sa longueur. La note 6.4.2 (2) de
l’EC2 indique que l’on peut réduire la distance « 2d » dans le cas ou la force concentrée peut être
équilibrée par une pression élevée, ce qui est rarement le cas pour les dalles.

Voici quelques exemples de détermination du contour de contrôle :

Dans le cas d’un bord libre :


CNAM CCV109 – Béton armé 84

Lorsqu’il y a une trémie au voisinage de l’aire chargée (distance inférieure à 6d), il convient de déduire
la partie du contour de contrôle comprise entre les deux tangentes à la trémie (voir figure ci-dessous) :

18.16.1.2. Calcul de la résistance au poinçonnement (§6.4.3).


La vérification au poinçonnement est faite à partir de la contrainte de cisaillement calculée avec la
formule suivante :
VEd
v Ed = β
ui .d
Dans tous les cas, au voisinage du poteau, la résistance au poinçonnement du poteau est limitée à :

Le principe de la vérification est le suivant :


 On détermine la contrainte de cisaillement sur le contour de contrôle :

β .VEd
v Ed = ≤ v Rd ,max = 0.5.v. f cd
u0 .d
o β : coefficient qui tient compte de la position du poteau
o Pour un poteau rectangulaire de dimensions a*b, on aura u0 = 2(a + b) + 2π ( 2d )
 f 
o v = 0,61 − ck  pour prendre en compte la fissuration du béton à l’effort
 250 
tranchant.
 Il n’y a pas nécessité de mettre en place des aciers comprimés si :

 0.18  200 
 .1 + .(100.ρ L . f ck )1/ 3 + 0,1.σ cp
v Ed ≤ v Rd ,c = max  γ c  d 
 vmin + 0,1.σ cp
o ρ L = ρ Ly .ρ Lz ≤ 0,02 , où ρ Ly et ρ Lz sont les valeurs moyennes des ratios
d’aciers longitudinaux mesurés sur une largeur égale à la largeur du poteau
majorée de 3d.
CNAM CCV109 – Béton armé 85

σ cy + σ cz N Ed , y N Ed , z
o σ cp = avec σ cy = et σ cz = ( N Ed représente l’effort
2 Acy Acz
normal agissant et Ac la section de béton qui correspond à cet effort).
200
v min = 0,035.k 3 / 2 . f ck k =1+ ≤ 2 (d exprimée en mm).
1/ 2
o avec
d

 Dans le cas contraire, on détermine les armatures à partir de la formule ci-dessous :

d 1
vEd ≤ vRd ,cs = 0.75vRd ,c + 1.5 Asw . f ywd ,ef . sin α
sr u0 .d
o α est l’angle d’inclinaison de l’armature de poinçonnement.

Dans tous les cas, au voisinage du poteau, la résistance au poinçonnement du poteau est limitée à :
β .VEd
v Ed = ≤ v Rd ,max = 0.5.v. f cd
u0 .d
Avec :
o Pour un poteau intérieur : u0 = périmètre du poteau.
o Pour un poteau de rive : u0 = c2 + 3d ≤ c2 + 2c1 .
o Pour un poteau d’angle : u0 = 3d ≤ c1 + c2

Les dimensions c1 et c2 du poteau sont indiquées sur la figure 9.38 du paragraphe suivant.

18.16.1.3. Détermination du coefficient β (§6.4.3)


ATTENTION, ce coefficient n’est à prendre en compte que lorsque la réaction d’appui est
excentrée par rapport au contour de contrôle, ce qui est le cas lorsque l’on a un moment et un
effort normal.

Le coefficient β est calculé à partir de la formule suivante :


M Ed u1
β = 1 + k. .
VEd W1
u1 est le périmètre du contour de contrôle de référence.

k est un coefficient qui dépend du rapport des dimensions du poteau et permet de prendre en compte
la proportion du moment non équilibré qui est transmis par cisaillement non uniforme, par flexion et
par torsion.

Le coefficient k se lit dans le tableau suivant :

ui

Le terme W1 est défini par la formule W1 = ∫ e .dL .


0
CNAM CCV109 – Béton armé 86

o e est la distance à l’axe autour duquel le moment M Ed agit.

Cette intégrale nous donne les formules suivantes pour des formes usuelles de poteau :

Avec les notations ci-après.

On voit que ce coefficient est assez complexe à déterminer.


CNAM CCV109 – Béton armé 87

L’EC2 précise que dans le cas des structures pour lesquelles la stabilité latérale ne dépend pas du
fonctionnement en portique des dalles et des poteaux et où les longueurs de travées adjacentes ne
diffèrent pas de plus de 25%, on peut utiliser les valeurs approchées suivantes pour le coefficient β :

18.16.1.4. Calcul des armatures (§6.4.5 et §9.4.3)

Comme nous l’avons vu précédemment, lorsque v Ed ≤ v Rd , c , il faut mettre en place des armatures de
poinçonnement qui sont déterminées à partir des formules suivantes :

d 1
vEd ≤ vRd ,cs = 0.75vRd ,c + 1.5 Asw . f ywd ,ef . sin α
sr u0 .d
o Asw : aire d’un cours d’armatures de poinçonnement sur un périmètre autour du
poteau (mm²).
o s r : espacement radial des cours d’armatures de poinçonnement (mm).
o f ywd ,ef : limite élastique de calcul des armatures de poinçonnement =>
f ywd ,ef = 250 + 0,25.d ≤ f ywd

Pour pouvoir placer les armatures, il faut déterminer le contour limite en dessous duquel on met en
place des armatures de poinçonnement et au-delà duquel on ne place plus d’aciers de
poinçonnement :
β .VEd
uout ,ef =
v Rdc .d

Les dispositions à respecter pour la mise en place des armatures de poinçonnement sont résumées
dans le schéma suivant :
CNAM CCV109 – Béton armé 88

 Il faut placer les armatures de poinçonnement à l’intérieur d’un contour (noté uout ) ci-
dessus, de telle sorte que la dernière file soit à une distance inférieure à « k.d » du contour
uout ,ef . La valeur du coefficient k peut être définie par l’annexe nationale de chaque pays
et est proposé à 1,5 pour l’EC2 de base et l’annexe française.
 Il faut placer au minimum 2 armatures par ligne espacées au maximum de 0,75d.
 L’espacement des lignes d’armatures, le long du contour, ne doit pas être supérieur à 2d.

18.16.2. Vérification des semelles.

Pour une semelle isolée, le principe de vérification est le même que pour les dalles avec une subtilité :
 L’EC2 indique qu’il convient de faire la vérification sur tous les contours de contrôle entre 0
et une distance qui peut être inférieure à 2d, mais sans préciser la valeur. Cela dépend de
la géométrie de la semelle (voir schéma de Thonier page 316).
 On peut déduire de l’effort VEd apporté par le poteau, la réaction du sol
∆VEd correspondant à la réaction de la partie du sol située à l’intérieur du contour de
contrôle.

18.17. Enrobages minimum (§4.4.1)


L’enrobage nominal est la distance entre la surface de l’armature (aciers transversaux inclus) la plus
proche de la surface de béton et cette dernière.

Cet enrobage nominale est défini par :

cnom = cmin + ∆cdev

Le terme ∆cdev correspond à une tolérance d’exécution.

18.17.1. Notion de condition d’environnement.


CNAM CCV109 – Béton armé 89

On verra un peu plus loin que l’enrobage minimal est notamment fonction des conditions
d’environnement, c'est-à-dire des conditions physiques et chimiques auxquelles la structure est
exposée.

Ces conditions sont résumées dans le tableau suivant, issu de l’EC2 (article4.2) :

18.17.2. Enrobage minimal cmin


CNAM CCV109 – Béton armé 90

La notion d’enrobage minimal de l’EC2 est beaucoup plus complexe que celle du BAEL. La notion
EC2 intègre notamment la notion de marge de sécurité liée aux matériaux employés.

Il y a également la notion de protection complémentaire qui permet de réduire l’enrobage minimal.

L’enrobage minimal défini à l’article 4.4.1.2 de l’EC2 a pour but d’assurer :


 La bonne transmission des forces d’adhérence.
 La protection de l’acier contre la corrosion (ce que l’on appelle la durabilité).
 Une résistance au feu convenable.

L’enrobage minimal C min doit être pris égal au maximum des valeurs ci-dessous :
 C min, b

 C min = max C min, dur + ∆C dur ,γ − ∆C dur , st − ∆C dur , add
 10 mm

Avec les notations suivantes :


 C min, b : enrobage minimal vis-à-vis des conditions d’adhérence.
 C min, dur : enrobage minimal vis-à-vis des conditions d’environnement.
 ∆Cdur ,γ : marge de sécurité.
 ∆C dur , st : réduction de l’enrobage minimal dans le cas d’acier inoxydable
 ∆Cdur ,add : réduction de l’enrobage minimal dans le cas d’une protection supplémentaire.

L’EC2 précise qu’il est possible d’appliquer les coefficients ∆Cdur ,γ et ∆C dur , st mais conseille de
prendre des valeurs nulles !!! (Une des aberrations de l’EC2).

Il indique également que ces mêmes coefficients peuvent être imposés par les annexes nationales de
chaque pays.

L’annexe nationale Française préconise de prendre les valeurs suivantes :


 ∆Cdur ,γ = 0 => c’est-à-dire pas de marge de sécurité complémentaire.
 En ce qui concerne ∆C dur , st , l’annexe française propose de prendre une valeur nulle.
Toutefois, sur justification spéciale et à condition d’utiliser des aciers dons la résistance à la
corrosion est éprouvée (certains aciers inox ou galvanisés par exemple), pour la durée
d’utilisation et dans les conditions d’exposition du projet, les documents particuliers du marché
peuvent fixer la valeur de ∆C dur , st .

Dans les cas les plus courants, c’est-à-dire si on applique les valeurs recommandées par l’EC2 et
l’annexe nationale française et que l’on a pas de protection supplémentaire, on aura la formule
suivante :

 C min, b

 C min = max C min, dur
 10 mm

18.17.2.1. Définition de Cmin,b


CNAM CCV109 – Béton armé 91

Le coefficient Cmin,b est défini à partir du tableau 4.2 de l’EC2, en fonction de la disposition des
armatures :

Dans le cas d’un paquet d’armatures, le paquet est remplacé par une barre fictive équivalente
présentant la même section et le même centre de gravité que le paquet. Le diamètre équivalent φn de
cette barre est tel que :
φn = φ . nb ≤ 55mm

L’EC2 précise :
 On peut grouper des barres de diamètres différents sous réserve que le rapport des diamètres
ne soit pas supérieur à 1,7. Dans ce cas, le diamètre équivalent est déterminé à partir du
diamètre des barres le plus petit.
 Lorsque deux barres en contact sont situées l’une au-dessus de l’autre, il n’est pas nécessaire
de traiter ces barres comme un paquet.
 Il ne faut pas faire de recouvrement pour des paquets de plus de 3 barres.

18.17.2.2. Définition de Cmin,dur


Ce coefficient dépend de la classe d’exposition et des classes structurales.

En valeur de base, on retient une classe S4 correspondante à une durée d’utilisation du projet de 50
ans.

Ensuite on minore ou on majore cette classe en fonction de plusieurs paramètres :


 En fonction de la durée réelle d’utilisation du projet.
 En fonction de la classe de résistance du béton employé.
 En fonction de la nature du liant.
 En fonction d’un critère d’enrobage compact, qui ne s’applique que dans le cas des éléments
pour lesquels une bonne compacité de l’enrobage peut être garantir, c'est-à-dire :
o Face coffrée des éléments plans coulés horizontalement sur des coffrages industriels.
o Eléments préfabriqués industriellement.
o Sous-face des dalles de pont, sous réserve de l’accessibilité du fond de coffrage aux
dispositifs de vibration.

ATTENTION, la classe structurale minimale est S1.

Ces minorations ou majorations de la classe sont données dans le tableau 4.3N de l’EC2 :
CNAM CCV109 – Béton armé 92

ATTENTION, ce tableau peut être modifié par les différentes annexes nationales.

Dans le cas de la France, le tableau à utiliser est le suivant :


CNAM CCV109 – Béton armé 93

Une fois que l’on a déterminé la classe structurale, on définit la valeur de C min, dur à partir du tableau
4.4N de l’EC2 :

Ce tableau peut également être modifié dans les annexes nationales de chaque pays.

Dans le cas de l’annexe française, on utilise le tableau précédent.

Attention, la valeur de C min finalement obtenue est a modifier pour prendre en compte, le cas échéant,
l’abrasion du béton dans les cas suivants, en fonction de la classe d’abrasion :
 Classe d’abrasion XM1 qui correspond à une abrasion modérée (éléments de sites industriels
soumis à la circulation de véhicules équipés de pneumatiques) => on majore Cmin d’un
coefficient k1= 5mm.
 Classe d’abrasion XM2 qui correspond à une abrasion importante (éléments de sites
industriels soumis à la circulation de chariots élévateurs équipés de pneumatiques ou de
bandages en caoutchouc plein) => on majore Cmin d’un coefficient k2= 10mm.
 Classe d’abrasion XM3 qui corrrepond à une abrasion extrême (éléments de sites industriels
soumis à la circulation de chariots élévateurs équipés de bandages élastomères ou
métalliques ou d’engins à chenilles) => on majore Cmin d’un coefficient k3= 15mm.
CNAM CCV109 – Béton armé 94

18.17.3. Tolérances d’exécution (§4.4.1.3).

Comme nous l’avons vu précédemment, conformément à l’article 4.4.1.3 de l’EC2, l’enrobage minimal
doit être majoré pour tenir compte des tolérances d’exécution.

L’EC2 préconise de prendre ∆cdev = 10 mm .

Cependant, cette valeur peut être modifiée par les différentes annexes nationales.

L’annexe nationale française préconise les valeurs suivantes :