Vous êtes sur la page 1sur 5

Document réalisé depuis http://www.gssa.ch/journal/display.php3?

id=353
«Une Suisse sans armée» n° 66 (Eté 2005), p. 2-4.

NON à la guerre

Irak:

Uranium appauvri - bombes sales, missiles


sales, munition sale
„Les militaires sont juste des animaux imbéciles et stupides à utiliser comme pions en
politique étrangère" - Henry Kissinger, cité dans „Faites vos adieux aux gars: comment les
USA trahirent leurs propres prisonniers de guerre au Vietnam".
Le Vietnam fut une guerre chimique pour le pétrole, contaminant à jamais de vastes régions et pays
en aval, au moyen de l'Agent Orange, et la guerre qui a causé le plus de ravages environnementaux
dans l'histoire du monde. Mais, depuis 1991, les Etats-Unis ont mené quatre guerres nucléaires en
usant d'armements à l'uranium appauvri qui, comme l'Agent Orange, répondent à la définition que
donne le gouvernement US des armes de destruction massive. De vastes régions du Moyen-Orient
et d'Asie Centrale ont été contaminées à jamais par la radioactivité.
Et qu'en est-il de nos soldats? Terry Jemison du Département des anciens combattants a rapporté
cette semaine à American Free Press que „les vétérans de l'ère du Golfe" qui sont actuellement
médicalement invalides depuis 1991, sont au nombre de 518`739, alors que seuls 7`035 blessés ont
été enregistrés en Irak pendant cette même période de 14 ans.
Cette semaine, American Free Press a largué une „bombe sale" sur le Pentagone en rapportant que
8 sur 20 hommes qui ont servi dans une unité lors de l'offensive militaire US de 2003 en Irak,
souffrent maintenant de malignités. Cela signifie que 40% des soldats de cette unité ont développé
des malignités en seulement 16 mois.
Comme ces soldats ont été exposés uniquement à des vaccins et à l'uranium appauvri (UA), cela
constitue une preuve sérieuse pour les chercheurs et scientifiques travaillant sur cette question, que
l'UA est définitivement la cause du syndrome de la Guerre du Golfe. Les vaccins n'ont pas la
réputation de causer des cancers. L'un des premiers chercheurs dont les travaux sur le syndrome de
la Guerre du Golfe ont été publiés et qui a lui-même servi en Irak en 1991, le Dr. Andras Korényi-
Both, s'accorde à dire avec Barbara Goodno (Directorat du Soutien Sanitaire en Déploiement du
Département de la Défense), que lors de cette guerre, les soldats ne furent pas exposés à des
produits chimiques, pesticides, agents biologiques ou toute autre cause qui auraient pu brouiller les
résultats.
Ces preuves nouvelles, puissantes, transpercent la dissimulation perpétrée par le Pentagone et trois
administrations présidentielles depuis le premier usage de l'UA dans la Guerre du Golfe Persique en
1991. Quatorze ans après l'introduction de l'UA sur le champ de bataille en 1991, les effets à long
terme ont révélé que l'UA est une sentence de mort et une matière répugnante.
Les scientifiques qui ont étudié les effets biologiques de l'uranium dans les années 1960, ont
rapporté que ce dernier attaque l'ADN. Marion Fulk, spécialiste en chimie-physique nucléaire
retraitée du Laboratoire Livermore pour les armes nucléaires, et précédemment impliquée dans le
Projet Manhattan, interprète les malignités nouvelles et rapides chez les soldats de la guerre de
2003, comme „spectaculaires ... et un sujet d'inquiétude".
Ces preuves montrent que parmi les trois effets causés par l'UA sur les systèmes biologiques, -
rayonnement, chimique, particules _ l'effet de particules de l'ordre du nanomètre est prédominant
juste après l'exposition et attaque le code principal de l'ADN. C'est une mauvaise nouvelle, mais
cela explique pourquoi l'UA cause une myriade de maladies difficiles à définir.
En termes simples, l'UA „salope le corps". Lorsqu'on lui a demandé si le but principal de son usage
était de détruire des choses ou de tuer des gens, Fulk a été plus spécifique: „Je dirais que c'est l'arme
parfaite pour tuer des tas de gens".
Les soldats qui manifestent des malignités si vite depuis 2003 vont probablement développer des
cancers multiples aux causes indépendantes. Ce phénomène a été rapporté par des médecins
d'hôpitaux où sont traités des civils suite aux bombardements à l'UA par l'OTAN en 1998-1999 en
Yougoslavie et par l'invasion militaire US de l'Irak, utilisant de l'UA pour la première fois en 1991.
Des experts médicaux rapportent que ce phénomème de malignités multiples aux causes
indépendantes était inconnu jusqu'à présent et qu'il s'agit d'un syndrome nouveau associé à
l'exposition interne à l'UA.
Seuls 467 membres du personnel US furent blessés pendant la guerre de trois semaines du Golfe
Persique en 1991. Sur les 580`400 soldats qui ont servi lors de cette guerre, 11`000 sont morts, et en
l'an 2000 on dénombrait 325`000 cas d'invalidité médicale permanente. Ce nombre stupéfiant
d'anciens combattants invalides signifie que, une décennie plus tard, 56% des soldats mobilisés sont
maintenant atteints dans leur santé.
Le nombre d'anciens combattants invalides annoncé jusqu'en 2000, a augmenté de 43`000 chaque
année. Brad Flohr, du Département des Anciens Combattants, a déclaré à American Free Press que
selon lui, il y a maintenant plus d'anciens combattants invalides que même après la 2ème Guerre
Mondiale.

Ils l'ont ramené chez eux


Non seulement les soldats ont été exposés à l'UA sur et hors les champs de bataille, mais ils l'ont
aussi ramené chez eux. L'UA contenu dans le sperme des soldats a contaminé leurs épouses,
partenaires et amies. Tragiquement, des femmes de vingt ou trente ans qui furent les partenaires
sexuelles de soldats infectés, ont été affectées d'endométrite et ont dû subir des hysterectomies en
conséquence.
Parmi une cohorte de 251 soldats d'un groupe étudié au Mississippi qui tous avaient engendré des
bébés normaux avant la Guerre du Golfe, 67% de leurs enfants nés après la guerre étaient atteints de
sévères anomalies congénitales. Ils naquirent dépourvus de jambes, de bras, d'yeux ou divers
organes, ou étaient affectés de maladies du système immunitaire ou du sang. A l'heure qu'il est, dans
certaines familles d'anciens combattants les seuls membres de la famille qui soient normaux et en
bonne santé sont les enfants nés avant la guerre.
Le Département des Anciens Combattants a déclaré qu'il ne conserve pas de registre des anomalies
congénitales se produisant dans les familles des anciens combattants.

Comment l'ont-ils dissimulé?


Avant qu'un nouveau système d'armes puisse être utilisé, il doit être soumis à des essais complets.
Le projet des armes à l'UA est décrit dans un document du Projet Manhattan de 1943 rendu public.
Le physicien et président de Harvard James B. Conant, qui développa du gaz toxique lors de la
première guerre mondiale, fut amené dans le Projet Manhattan par le père du candidat présidentiel
John Kerry. Le père de Kerry officia comme cadre supérieur dans le Projet Manhattan et il était un
agent de la CIA.
Conant présida le Comité du Gaz Toxique S-1, qui recommenda la mise au point d'armes à gaz
toxique à partir des déchets radioactifs produits par le projet de bombe atomique de la 2ème guerre
mondiale. A cette époque, il était connu que des matériaux radioactifs dispersés par des bombes
depuis les airs, des véhicules terrestres ou sur les champs de bataille produisaient une poussière
radioactive très fine, si fine qu'elle pénétrait tout vêtement protecteur, tout masque à gaz, ou filtre,
ou la peau. En contaminant les poumons et le sang, elle pouvait tuer ou provoquer des maladies très
rapidement.
Ce comité recommenda aussi ce produit pour contaminer les terrains pour toujours, ce qui pourrait
servir à détruire des populations en contaminant leur approvisionnement en eau et les terres
cultivées avec de la poussière radioactive.
Le premier système d'armes à l'UA fut développé par la Marine en 1968, et de telles armes furent
données à, et utilisées par Israël en 1973, sous la supervision des E.U. lors de la guerre de Yom
Kippour contre les Arabes.
Le système d'armes Phalanx, utilisant de l'UA, fut essayé sur le navire USS Bigelow depuis le
chantier naval de Hunters Point en 1977, et des armes à l'UA ont été vendues par les E.U. à 29 pays.
Les sommaires des rapports de la recherche militaire donnent les détails des essais à l'UA de 1974 à
1999 sur des terrains d'essais militaires, champs de tir de bombes et d'artillerie ainsi que dans des
laboratoires sous contrat. A ce jour, 42 Etats sont contaminés à l'UA suite à la manufacture, aux
essais et au déploiement.
Les femmes vivant aux alentours de tels endroits ont montré des augmentations d'endométries, des
anomalies congénitales de leurs bébés, de la leucémie chez les enfants et des cancers et autres
maladies chez les adultes. Des milliers de tonnes d'armes à l'UA essayées pendant des décennies par
la Marine sur quatre champs de tir de bombes et d'artillerie dans les environs de Fallon (Nevada),
sont sans doute la cause de l'amas de leucémies le plus rapidement croissant des E.U. au cours de la
dernière décennie. Les militaires nient que l'UA en soit la cause.
La profession médicale a participé activement à cette dissimulation - de même qu'elle le fit pour
cacher au public américain _ des effets du rayonnement de faible intensité résultant des essais
atmosphériques ou des centrales nucléaires. Un médecin de Californie septentrionale a rapporté
qu'il fut, avec d'autres médecins, entraîné par le Pentagone, des mois avant le début de la guerre de
2003, à diagnostiquer et à traiter les soldats de cette guerre pour des problèmes mentaux seulement.
Les professionnels de la santé, dans les hôpitaux et établissements traitant les soldats revenant du
front, furent menacés d'amendes de 10`000 dollars s'ils parlaient des soldats ou de leurs problèmes
médicaux. Ils furent aussi menacés d'emprisonnement.
Les journalistes ont aussi été empêchés d'entrer en contact avec plus de 14`000 soldats évacués pour
raisons médicales et rapatriés depuis l'Allemagne dans des C-150 à destination de l'hôpital Walter
Reed près de Washington D.C.
Le Dr. Robert Gould, ancien président de la section Bay Area des „Médecins pour la responsabilité
sociale (PSR)" a pris contact avec trois médecins depuis février 2004, après que j'ai été invitée à
parler sur l'UA. La Dr. Katharine Thomasson, présidente de la section Oregon de la PSR, m'a
informée que le Dr. Gould l'avait contactée et avait tenté de la convaincre d'annuler son invitation
par laquelle je devais parler de l'UA à l'Université d'Etat de Portland le 12 avril. Bien que je fusse
capable de faire un exposé, le Dr. Thomasson m'informa que je ne pourrais parler que de l'UA en
Oregon, „et rien sur la situation outre-mer ... rien de politique."
Le Dr. Gould a aussi pris contact avec le Dr. Ross Wilcox à Toronto (Canada) pour le dissuader de
m'inviter à parler aux „Physicians for Global Survival (PGS)" l'équivalent canadien du PSR,
quelques mois plus tard. Lorsque cela ne marcha pas, il prit contact avec le Dr. Allan Connoly, le
président national canadien de PGS, qui parvint à annuler mon invitation et manqua de peu
d'empêcher le Dr. Wilcox, son propre affilié, de montrer des photos et de présenter des détails sur
des civils souffrant d'exposition à l'UA et de cancer, informations qui lui avaient été fournies par
des médecins du sud de l'Irak.
La Dr. Janette Sherman, ancien membre de longue date de la PSR, a rapporté qu'elle finit par
démissionner après avoir été invitée à déjeuner par la nouvelle administratrice de la PSR. Après
avoir pompé des informations de Mme Sherman pendant tout le déjeuner, concernant sa position sur
des sujets cruciaux, la femme informa la Dr. Sherman qu'elle avait été employée précédemment par
la CIA.
Quelle était la vérité concernant la dissimulation de l'UA par rapport au personnel militaire servant
dans les guerres à l'UA successives? Avant sa mort tragique, le sénateur Paul Wellstone informa
Joyce Riley, R.N., B.S.N., directrice de l'Association américaine des Anciens Combattants de la
Guerre du Golfe, que 95% de ces derniers avaient été recyclés hors du militaire en 1995 au plus
tard. Tous ceux qui continuaient leur service militaire furent isolés les uns des autres, empêchant
ainsi la divulgation d'informations critiques aux nouvelles troupes. La „prochaine guerre à l'UA"
avait déjà été planifiée, et ceux qui la planifiaient ne voulaient "pas de trouble-fête" (no skunk at the
garden party).

Les USA ont un sale (UA) petit (CIA) secret


Un nouveau livre par Michael Collins Piper qui vient de paraître chez American Free Press, „Les
grands prêtres de la guerre: l'histoire secrète de la manière dont les trotskystes neo-conservateurs
d'Amérique ont gagné le pouvoir et orchestré la guerre contre l'Irak comme premier pas dans leur
campagne pour l'empire global", décrit les premiers plans d'une guerre contre le monde arabe
conçus par Henri Kissinger et les neo-cons à la fin des années 60 et au début des années 70. Il se
trouve que cela coïncide avec la mise en route du „spectacle" de l'UA et la crise du pétrole au
Moyen Orient, qui n'inquiéta pas seulement Nixon. Les Britanniques avaient comploté et intrigué
pour la maîtrise du pétrole en Irak pendant des décennies, depuis qu'ils avaient commencé à gazer
les Irakiens et les Kurdes en 1912.
Le livre raconte en détail la création des neo-cons par leur „parrain" et admirateur de Trotsky,
Irving Kristol, qui milita pour une „guerre contre le terrorisme" bien avant le 11 septembre et qui
fut financé prodigalement par la CIA pendant des années. Son fils, William Kristol, est l'une des
personnes les plus influentes des Etats-Unis.
Tous deux sont des hommes de relations publiques pour le réseau neo-conservateur du lobby
Israëlien, bénéficiant de liens puissants avec Rupert Murdoch. Kissinger cultive lui aussi des liens
avec ce réseau et le Groupe Carlyle, qui, pourrait-on dire, ont facilité ces guerres omnicides, à partir
du moment où l'ancien président Bush entra en fonction. Il serait aisé de dire que nous recyclons les
guerres mondiales I et II, avec les mêmes visages.
Lorsque je demandai au capitaine John McCarthy (Béret Vert, Opérations spéciales au Vietnam),
qui aurait pu concevoir ce plan omnicide consistant à utiliser l'UA pour détruire le code génétique et
l'avenir génétique de nombreuses populations d'Arabes et de Musulmans au Moyen Orient et en
Asie Centrale _ comme par hasard les régions où se trouve la plus grande part des gisements de
pétrole du monde _ il répondit: „on y reconnait la patte de Kissinger".
Dans l'ouvrage de Zbigniew Brzezinski „Le grand échiquier: la primauté américaine et ses
impératifs géostratégiques", la carte de l'échiquier eurasien inclut quatre régions d'intérêt stratégique
pour la politique étrangère des E.U. La région „Sud" correspond précisément aux régions
actuellement contaminées à jamais par le rayonnement des bombes, missiles et munitions états-
uniens fabriqués avec des milliers de tonnes d'Uranium appauvri.
Un professeur japonais, Dr. K. Yagasaki, a calculé que 800 tonnes d'UA représentent l'équivalent
atomique de 83`000 bombes comme celle de Nagasaki. Les E.U. ont utilisé plus d'UA depuis 1991
que l'équivalent atomique de 400`000 bombes ,Nagasaki'. Quatre guerres nucléaires en effet, et dix
fois la quantité de radioactivité émise dans l'atmosphère suite aux essais atmosphériques.
Il n'est donc pas étonnant que nos soldats, leurs familles et les peuples du Moyen-Orient, de
Yougoslavie et d'Asie Centrale soient malades. Mais, comme le disait Henri Kissinger après la
guerre du Vietnam, lorsque nos soldats revinrent malades à cause de l'Agent Orange, „les militaires
sont juste des animaux imbéciles et stupides à utiliser comme pions en politique étrangère".
Malheureusement, un nombre de plus en plus grand de ces soldats sont des hommes et des femmes
à la peau foncée. Et malheureusement, la poussière radioactive de l'UA sera disséminée de par le
monde, et déposée dans nos environnements de la même manière que le „smog" de la guerre du
Golfe de 1991 fut trouvé dans des dépôts en Amérique du Sud, dans l'Himalaya et à Hawaii.
En juin 2003, l'Organisation Mondiale de la Santé a annoncé dans un communiqué de presse que le
taux global de cancers allait s'accroître de 50% d'ici 2020. Que savent-ils d'autre qu'ils ne nous
disent pas? Je sais que l'uranium appauvri est une sentence de mort ... pour chacun d'entre nous.
Nous mourrons tous de manière silencieuse.
Leuren Moret (*)
trad. Eric Peytremann
Pour en savoir davantage:
Les lecteurs sont encouragés à consulter les sources indiquées à la fin de l'article ci-dessus, au lien
suivant: http://www.sfbayview.com/081804/Depleteduranium081804.shtml
(*) Leuren Moret, spécialiste en sciences de la Terre, a travaillé dans le monde entier sur des
questions liées à la radioactivité, éduquant citoyens, media, membres de parlements et du Congrès
[USA] ainsi que d'autres personnages officiels. Elle se fit connaître en 1991 au Laboratoire
Livermore d'armes nucléaires comme whistleblower après avoir découvert des fraudes scientifiques
majeures dans le Projet de Yucca Mountain.