Vous êtes sur la page 1sur 30

Faculté de médecine de l’université SAAD Dahleb de Blida

Département de Pharmacie
Année universitaire: 2015-2016

SALICYLES

• Cours de toxicologie: 5 éme de pharmacie


• Présenté par Dr A.Zouani Le 01/12/2015
• Faculté de médecine saad dahleb(Blida). Département de pharmacie
I. Introduction
• Introduite à l’origine comme traitement des
douleurs rhumatismales (anti-inflammatoire,
analgésique) et de la fièvre (antipyrétique).

• Nouvelles indications relevant de l’effet anti-


agrégeant plaquettaire.

• Action analgésique généralement sous estimée.


I. Introduction

Intoxications de moins au moins fréquentes


depuis une vingtaine d’année en raison de
l’usage croissant du paracétamol.

Peuvent cependant être graves,


particulièrement chez l’enfant, recevant
par erreur une forme adulte.
III. Etiologies des intoxications

 Accidentelle: surtout chez les enfants.

 Volontaire: tentative de suicide chez


l’adulte.

Intoxication grave du fait des anomalies


métaboliques qu’elle induit. Intoxication plus grave
chez un enfant, un sujet âgé ou une femme enceinte.
III. Principaux composés
Tous issus de l’acide benzoïque

1. Acides:

- Acide ortho oxy- benzoïque


=
Acide salicylique.
III. Principaux composés
2. Les sels de l’acide salicylique :

- Salicylate de Na

3. Les esters de la fonction acide:


- Salicylate de phényle: - Salicylate de méthyle:
Antiseptique intestinale et PA dans de nombreux
urinaire. médicaments.
III. Principaux composés
4. Les esters de la fonction phénol:
Acide acétyle salicylique
ASPIRINE (Chef de fil)
IV. Toxicocinétique
1. Absorption:

 Voie orale: principale

- AS, AAS = acides faibles: forme moléculaire au pH


gastrique.
Absorption rapide et complète en 30mn (pic plasmatique).
- Fortes doses: ralentissent la vidange gastrique par
formation d’agglomérats intra-gastrique.
Pic plasmatique retardé = 12h.

 Voie rectale et cutanée: possible.


IV. Toxicocinétique

2. Distribution:
 Dans le sang: 50-80% liée aux protéines plasmatiques

 Concentration dans les organes ++ vascularisés (reins, foie,


cœur, poumons, cerveau) ;Vd= 0.17 l/kg.
Passage :
- Barrière hématoencéphalique (BHE)
- Barrière placentaire
- Lait maternel

½ vie plasmatique :
- Dose thérapeutique : 2 à 4,5 h
- Surdosage : ⇒ 18h - 36 h (car saturation des tissus=> forme
libre ds le sg augmente).
IV. Toxicocinétique

3. Métabolisme:
Principalement hépatique

 Conjugaison:

- Glycine: « acide salicylurique »


- Acide glucuronique: « glucoronides »

 Oxydation: « acide gentisique »


IV. Toxicocinétique
3. Métabolisme:
L’acide acétyle salicylique est rapidement hydrolysé en acide
salicylique et acide acétique au niveau digestif (estomac,
intestin), sanguin, et hépatique.
IV. Toxicocinétique
4. Elimination

- Rénale: assez lente, par filtration et réabsorption


tubulaire.

- Variable selon le pH: importante à pH › 6 (forme


ionisée non réabsorbable par les tubules) .

- Dans les urines on trouve:


 Acide salicylique : 10-15% (à doses toxiques ce taux
augmente)
 Glucuronide: 10 %
 Acide salicylurique: 75 %
V. Mécanisme d’action
1. Pharmacologique:

- Anti-inflammatoire > 3 g/j


- Action analgésique ( 0.5-3 g/j)
- Action antipyrétique ( 0.5-3 g/j)
- Action antiagrégant plaquettaire ( 75-325 mg/j)
- Action uricosurique: Effet sur l’acide urique
Une Uricorétention à faible dose
Une Uricosurie à forte dose
V. Mécanisme d’action

• À doses thérapeutiques: inhibition de la cyclo-


oxygénase PG fièvre, douleur, anti-inflam
Txane A2 Antiagrégant plaquettaire.

PL MBaire
(-)
PL ase AIS

Ac. arachidonique
Thromboxane
(-)
synthétase Cyclo-oxygénase AINS

Thromboxane A2 Endoperoxyde cyclique

Prostacyclines I2
PG E2
PG F2 PG D2
V. Mécanisme d’action
2. Toxique:

A. Action sur la muqueuse digestive (irritant local):

- Les salicylés baissent la synthèse du mucus


gastrique, et augmentent ainsi la perméabilité de
la muqueuse,
- Dim. de la secrétions des PG aug. Des
sécrétions gastriques acides..

ceci donne lieu à des gastrites hémorragiques.


V. Mécanisme d’action
2. Toxique:
B. Effets métaboliques:
 Découplage de la phosphorylation oxydative: Avec hyperthermie,
dim. de la synthèse protéique et de la glycogénogénése.

Diminution de la production d’ATP: compensation par la mobilisation


de voies productrices d’énergie:

- aug. Glycolyse, avec formation d’acide lactique et pyruvique.


- augmentation de la demande en glucose périphérique aug. du
métabolisme des lipides=> aug. corps cétoniques = acidocétose.
V. Mécanisme d’action
2. Toxique:

B. Effets métaboliques:

 Inhibition du cycle de Kreps:

Accumulation d’acides organiques endogènes

 Inhibition du métabolisme des AA:

- Inhibition de l’incorporation d’AA dans les


protéines.
- Accumulation des acides aminés = Aminoacidurie.
V. Mécanisme d’action

Acidose métabolique
V. Mécanisme d’action
2. Toxique:

C. Effets sur le SNC et centre respiratoire:

1er Stade 2ème Stade


Stimulation des centres R Dépression des centres R
- Hyperpnée + production - Dim. De la ventilation et
exagérée de CO2 l’élimination du CO2
- Polypnée et hyperventilation - Acidose respiratoire
- Alcalose respiratoire: dim. - + acidose métabolique =
PCO2 + aug. Du pH acidose mixte
V. Mécanisme d’action
V. Mécanisme d’action
2. Toxique:

C. Autres Effets:

- Déshydratation globale : intra et extracellulaire


car pertes digestives, respiratoires, cutanées

-Hypoglycémie : ( - ) glycogène hépatique

-Hypokaliémie : fuites urinaires K+

-Antiagrégant plaquettaire et ( - ) synthèse


prothrombine (risque hémorragique)
VI. Symptomatologie

1- toxicité aigue:
Doses maximales : Adultes : 2 g/dose, 6g/jour
Doses toxiques : Enfant : > 100 mg/kg, Adultes : 10-15g

- Signes digestifs: nausées, vomissements, épigastralgie


- Troubles neurosensoriels: acouphènes, hypoacousie, vertiges
- Hyperventilation d’origine centrale
- Hyperthermie, tachycardie, hypertension artérielle.
- Déshydratation, insuffisance rénale fonctionnelle.

Chez l’adulte: manifestations sensorielles intenses.


Chez l’enfant: troubles de la conscience, convulsions,
hyperthermie
VI. Symptomatologie
Risque de syndrome de Reye (+++ enfants)

Maladie potentiellement mortelle (effets nocifs:


cerveau et foie)

Cause: utilisation d’aspirine concomitante à une


maladie virale (grippe, varicelle…)
VI. Symptomatologie

2- chronique:
Hépatique : hepatotoxicite potentielle

Rénaux : des néphrites interstitielles,

Digestifs : Erosions gastriques, ulcères


gastriques avec hémorragie digestive.
VII. Traitement (toxicité aigue)
Il n’existe pas de traitement antidotique spécifique

1. Evacuateur:
Lavage gastrique : (à pratiquer avec précaution)
Charbon activé (Carbomix®) : 50g puis 20-40g toutes les 4h
Diarrhées provoquées : si forme retard

2. Epurateur :

Diurèse osmotique alcaline: intérêt pour la correction de


l’acidose que dans l’efficacité épuratrice.

Hémodialyse: en cas d’acidose non contrôlée et / ou


salicylémie dépasse 1000 – 1200 mg/l
VII. Traitement

3. Symptomatique:
Important pour conserver les fonctions vitales en cas
d’intoxication grave.

- Réhydratation.,
-Pansements gastriques.
-Hyperthermie: refroidissement.

- Correction des troubles hydro électrolytiques (Na+, K+), des


troubles glycémique (glucose), de l’acidose et des troubles de la
coagulation (vitamine K).
- Convulsions: Diazépam.
VIII. Diagnostic
1. Troubles biologiques

- pH sanguin: alcalose repiratoire: début de l’intoxication


acidose métabolique
- ionogramme: hypokaliémie, hypernatrémie.
- Urée sanguin si augmenté: mauvaise élimination
- Taux de prothrombine diminué: troubles de l’hémostase au
niveau plaquettaire
- hypoglycémie est possible
- Recherche de cétonurie
- Aminoacidurie généralement positive
- Hyperlactatémie
VIII. Diagnostic
2. Toxicologie analytique
1. Détection urinaire:
- Directe: bandelettes (Phenistix*)
- Colorimétrique: Réactif de Trinder (Fecl3): coloration bleu
violette. (tube, CCM après extraction)

2. Dosage:
- Méthode colorimétrique de Trinder : salicylates + réactif
trinder⇒ violet ⇒ spectro 540 nm
Quantification / gamme étalonnage
-Polarisation de fluorescence.
-immuno-enzymatique.
- HPLC.
- CPG.
VIII. Diagnostic

Il existe une bonne corrélation entre les taux plasmatiques


et la gravité de l’intoxication:

< 300 mg/l: taux thérapeutique


300-600 mg/l: intoxication modérée
600-900 mg/l: intoxication grave
> 1300 mg/l : intoxication potentiellement mortelle
Références bibliographiques:

• Alain Viala, Alain Botta. Toxicologie. Lavoisier 2007

• Claire Visseaux. Toxicologie.Pharma-memo, fiches de synthèse


illustrées. 2011