Vous êtes sur la page 1sur 10

CICATRISATION OS ET GENCIVES APRÈS

EXTRACTIONS DENTAIRES.
Par Dr. Albert Hauteville - 24 octobre 2016

Cicatrisation os et gencives après extractions dentaires.

L’article que j’ai déjà écrit sur ce sujet est un des plus lus du blog, mais il date de 2013
et je comprends mieux maintenant ce que recherchent les lecteurs. J’ai donc décidé de
le réécrire.

Il y a 2 modes de cicatrisation d’une plaie, quelle qu’elle soit:


1- Cicatrisation par première intention.
Les lèvres de la plaie sont rapprochées et remises bord-à-bord et suturées. Une couche
de cellules s’intercale entre les deux côtés et recolle le tout. Le tissus cicatriciel est
minimum, et la cicatrice peu visible.

Le point de « suture » amène une véritable « soudure » des tissus.

(Ma première assistante, une gentille femme de la campagne de Roissy-en-France


d’avant l’aéroport, me demandait parfois en cours d’intervention chirurgicale, si elle
devait préparer le matériel pour faire des « points de soudure », et la pauvre, elle a dû
mourir sans savoir pourquoi je lui répondais: «  oui! préparez le chalumeau et les
bouteilles de gaz! »…)
2- Cicatrisation par deuxième intention.
Les bords de la plaie ne peuvent pas être rapprochés et sont laissés tels quels. Il va
falloir refabriquer du tissu cicatriciel intercalaire pour combler le vide.

La cicatrisation sera plus longue et la cicatrice plus large et plus irrégulière.

Lorsqu’une dent est extraite, la plaie est osseuse et muqueuse, et suivant le contexte
anatomique et la technique opératoire, l’un ou l’autre mode de cicatrisation ou les deux
conjointement, vont se produire.

ARRACHEMENT D’UNE DENT SANS AUTRE ACTE CHIRURGICAL.


(Voir dans le détail la technique d’extraction d’une dent ICI!)

L’alvéole reste béant, rempli de sang et de déchets cellulaires.


Alvéole déshabité avec restes ligamentaires.

Le sang se coagule et forme un caillot qui remplit plus ou moins l’alvéole. Le rôle de ce
caillot est celui d’une colle qui sert à fermer la plaie, pour isoler le milieu interne du
milieu externe et faire une étanchéité provisoire pour éviter un envahissement
bactérien. Cette phase dure approximativement 24 heures.

Épithélialisation de l’os sous le caillot sanguin.

Le caillot reste environ 24/48 heures en place pour parfaire l’étanchéité, ce qui permet
la formation d’une muqueuse par dessous. Le caillot n’étant plus adhérent s’élimine.
Épithélialisation complète de l’alvéole et élimination de
déchets blanchâtres.

Alvéole en cours d’épithélialisation avec déchets blancs.


(idweblogs.com)

A ce stade l’alvéole est rempli de membranes et de filaments blancs qui sont les cellules
mortes du ligament alvéolo-dentaire éliminées.
Le comblement de l’alvéole par l’os commence par le fond, puis les parois.
Comblement osseux progressif de l’alvéole.

Il faut 2/3 mois pour combler l’alvéole complètement.

Coupe de l’aspect final de la crête après cicatrisation


complète.

Ceci est est le processus d’une cicatrisation par deuxième intention.

CICATRISATION PAR PREMIÈRE INTENTION D’UNE EXTRACTION CHIRURGICALE.

Revenons à l’alvéole déshabité.

On rabote les pointes osseuses, on décolle un peu la gencive pour pouvoir la tirer, on
curette l’alvéole pour retirer les déchets et pour faire saigner, et on met une éponge de
collagène imprégnée de thrombase, pour une meilleure formation du caillot sanguin.
Le mieux est de poser des points de rapprochement pour serrer les bords gingivaux et
fermer la plaie.

Extraction chirurgicale avec pose d’une éponge de collagène et sutures.

Le résultat est déjà meilleur:

La largeur finale de la crête est meilleure.

Dans l’optique d’avoir d’avantage d’os pour poser ultérieurement un implant, on peut


faire un comblement osseux:
Les bords osseux ne sont pas raccourcis, la gencive est décollée largement en vestibulaire, l’alvéole est comblé avec de l’os
synthétique puis recouvert avec une membrane résorbable et la gencive suturée fermement.

Le résultat final est encore meilleur:

Cette dernière méthode est celle qui donne le plus d’os.

Cette dernière technique a cependant l’inconvénient de faire perdre un peu de gencive


attachée du coté ou on a tiré le lambeau. Il est possible, mais beaucoup plus
compliqué, d’y palier en faisant une petite greffe de gencive pour fermer l’alvéole:
Greffe de gencive ferment l’alvéole sur un comblement osseux
et une membrane résorbable. (idweblogs.com)

Dans le cliché ci dessus, il a été fait un petite incision au fond du vestibule et en palatin
pour pouvoir repositionner les lambeaux cervicalement sans raccourcissement.

Une bonne technique, souvent préférée par les chirurgiens car plus simple mais un peu
plus aléatoire, est de poser l’implant directement au moment de l’extraction. Technique
valable surtout pour les monoradiculées.

 
Dr. Albert Hauteville
Albert HAUTEVILLE Né le 17 Octobre 1935 . Chirurgien Dentiste diplômé de la Faculté de Médecine de Paris (Ecole
Odontologique de Paris) en 1960, durant une période courte où les dentistes étaient formés par la faculté de Médecine et
avaient la possibilité facultative de suivre en même temps les cours de médecine, ce qu'il a fait. Docteur en Chirurgie
Dentaire. Docteur en Sciences Odontologiques. Certificat d'Enseignement Supérieur en parodontologie Diplômé
Universitaire en Chirurgie Buccale de Paris V. Diplômé Universitaire en Parodontologie de Paris VII. Ex-Assistant à la
Faculté de Chirurgie Dentaire de Paris V. Ex-Assistant en Odontologie des Hôpitaux de Paris. Titulaire du Diplôme d'Etudes
et de Recherches en Sciences Odontologiques. Ex Chargé de cours au Diplôme Universitaire d'Implantologie Paris V .Ex-
enseignant auprès des écoles d’Assistantes Dentaires et d'Infirmières. Ex-Expert auprès de la Sécurité Sociale. Ex-Chef de
Service de Parodontologie à l'Institut Eastman de Paris. Ex-Attaché de Consultation au Service de Stomatologie de l'Hôpital
Ste.Anne à Paris. A fait des stages de formation en occlusodontie avec le Pr. JANKELSON et avec et le Pr. RAMFJORD. Co-
auteur et responsable de publication du livre publié en 1989 en français et en italien, aux Editions Masson : "Manuel
d'Odontologie Chirurgicale"(épuisé). Retraité depuis 2001. Service Militaire 1960-62 en temps qu'officier de réserve du
Service de Santé. A exercé à Paris pendant 38 ans, et depuis 1976 exclusivement la stomatologie, à l'exclusion de toute
prothèse ou soins dentaires: c'est à dire surtout la Chirurgie Buccale, Pathologie et Thérapeutiques, Parodontologie et
Implantologie. A fait 18 ans de psychanalyse personnelle et des formations en hypnose, sophrologie, training autogène,
Gestalt-thérapie, bio-energie, sexologie, et dynamique de groupe. Son fils Jean Philippe Hauteville, Prothésiste Conseil,
apporte sa collaboration à la réalisation de ce blog, au niveau de tout ce qui concerne la prothèse dentaire. Le Dr.
Hauteville, retraité depuis 2001 souhaite mettre ses connaissances et son expérience à la disposition de tous ceux qui le
désirent, professionnels ou grand public, et répondre aux questions que voudront poser les lecteurs directement sur le
blog. Publier des articles, regroupant les réponses aux interrogations des patients durant 40 ans, et des cours pour les
étudiants en odontologie rendus accessibles à tous.