Vous êtes sur la page 1sur 28

ORVAULT

M a g a z i n e
Magazine d’information de la ville
N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008

Orvault,
une ville tournée
vers l’international
Sommaire 4-5
6
Actualités
Loisirs : Cet été à Orvault
Solidarité : Un arc en ciel
naît des solidarités

7Handicap
7
8
Handicap : La Ville s’associe
au 21e festival Handiclap
Loisirs : l’Orv’autos 2008
sur les chapeaux de roues

Dossier
La Ville s’associe
9 Orvault, une ville tournée
au 21e festival vers l’international
Handiclap Vivre la ville
14 Économie : Des imprimeurs à la
pointe du développement durable
15 Zapping
16 Histoire : La résidence
Émile Gibier fête ses 45 ans

Visage de ville
17 Portrait : Le magicien
de la Bugallière

Vie des quartiers


18 Zoom :
20e anniversaire de CALIOP

9 Dossier
19

20
Brèves

Démocratie
L’expression de l’opposition
21 L’expression de la majorité
Orvault, une ville
tournée vers Loisirs
l’international 22-23 Culture : Nouvelle saison
culturelle : le plein de vitamines
24 Sport : Le pays du soleil levant

22
Loisirs
25
au TIPB

Développement durable
Agenda 21 local :
Le développement durable
du territoire en bonne voie
Nouvelle saison
culturelle Construire la ville
ORVAULT
M a g a z i n e
26 La Vallée du Cens
informations municipales de la ville d’Orvault
bientôt restaurée
N° 37 Juillet / Août / Septembre 2008

Hôtel de ville - BP 19 - 44706 Orvault cedex - Tél. 02 51 78 31 00 - Fax 02 51 78 31 69 - www.orvault.fr Pratique


Directeur de la publication : Joseph Parpaillon - Co-Directeur : Alexandra Scavennec
Rédactrice en chef : Axelle Berteloot - Rédaction : Dominique Hervé - Agence Rue Prémion
Photos : Mairie d’Orvault, Marc Roger - Réalisation : Le Square Deshoulières - Tél. 02 40 35 19 85 27 Recyclez malin !
Impression : Cartoffset - Tél. 02 28 01 10 00

Dans le cadre du développement durable, Orvault Magazine est imprimé sur papier recyclé

2 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


éditorial
é d i t o r i a l

des nationalités, des langues, des cultures… : les Jeux


Olympiques de Pékin.
La question du Tibet et des Droits de l’Homme se pose
immanquablement. La tentation est grande de sou-
haiter le boycott des Jeux Olympiques de Pékin,
comme certains l’ont évoqué, en signe de protesta-
tion et de dénonciation d’un régime irrespectueux du
plus élémentaire des droits, celui de contester.
Pour ma part, je pense que ce serait une erreur. Au
travers de ces J.O, c’est un moment fort de commu-
nion autour du sport que nous allons vivre comme
nous venons de le voir pour l’Euro 2008. Les exigences
relatives aux droits de l’Homme ne peuvent être pas-
sées sous silence. Néanmoins, cet événement illus-
tre à travers le sport ce que les hommes sont capa-

L
bles de faire lorsqu’ils se retrouvent autour de valeurs
a période estivale annonce un changement communes.
de rythme bienvenu. Espérons des conditions Alors, ne gâchons pas cette fête, réjouissons-nous
météorologiques favorables pour profiter que dans notre monde aujourd’hui des femmes et des
pleinement de cet été. Le contexte économique inter- hommes puissent concourir avec pour seul objectif
national, la baisse du pou- de donner le meilleur
voir d’achat, la crise ali- d’eux-mêmes. Nous ne
mentaire mondiale, pouvons qu’espérer en
Les Jeux Olympiques,
l’augmentation du prix
des denrées, les catas-
trophes naturelles, les
nombreux conflits qui
persistent… ne peuvent
“ c’est un moment fort
de communion autour
un monde meilleur ; à
chacun d’entre nous, là
où il se trouve, avec les
moyens dont il dispose d’y
contribuer. Le sport et la
culture ont la capacité de
du sport.

que nous interroger sur fédérer ; tout ce qui peut
notre avenir commun. favoriser de telle commu-
La prise d’otage d’Ingrid nion entre les peuples
Bétancourt et la situation critique de nombreux pri- doit être entretenu et encouragé sur le plan inter-
sonniers aujourd’hui privés de liberté pour s’être bat- national mais également à l’échelle locale.
tus pour plus de démocratie ne peuvent nous lais- Nous sommes à la veille des grands départs, mais
ser indifférents. Les médias, à juste titre, n’en pour ceux qui n’ont pas la chance de partir en
finissent plus de relayer toutes ces catastrophes. Les vacances, comme une famille sur 3 en France, les
Unes des journaux, les radios, les télévisions nous services de la Ville vous proposent tout l’été dans vos
noient sous des informations et des images toutes quartiers des soirées animées et des animations de
plus bouleversantes les unes que les autres. Difficile, proximité. La piscine de la Cholière vous accueillera
dans un tel contexte d’échapper au défaitisme pour un rafraîchissement garanti et le Château de la
ambiant. Gobinière pour une exposition de peinture inédite.
Et pourtant, essayons de prendre du recul pour regar- Je vous souhaite à toutes et tous de bonnes
der autour de nous ce qui est lueur d’espoir. Dans vacances.
quelques semaines, un événement sportif majeur,
véritable rendez-vous planétaire, mobilisera l’atten- Joseph PARPAILLON
tion des peuples des 5 continents, indépendamment Conseiller général et Maire d’Orvault

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 3


Actualités
L o i s i rs

Cet été à Orvault


Les activités ne manquent pas pour les habitants qui restent à Orvault cet été. Sports,
culture, loisirs, des animations sont mises en place sur la ville pour toutes les tranches
d’âges : de l’escalade aux rencontres de quartiers intergénérationnelles, chacun peut
trouver de quoi s’évader…

Jeunesse et sport
Comme chaque été, les services de
Quartiers d’été :
la Jeunesse et des Sports proposent une Les quartiers d’été sont un rendez-
foule d’activités en direction des enfants vous désormais bien ancré dans la
et des adolescents de 3 à 17 ans, vie de la commune. Ils rassemblent
qu’ils veuillent partir à la découverte les habitants de tous les quartiers,
d’un pays étranger ou rester découvrir toutes générations confondues,
un sport sur la commune. autour d’animations, de jeux et de
Il reste des places pour les camps repas pris en commun. « L’objectif
du Pessis-Macé (Vie d’artiste) et de est de renforcer le lien social dans
Montcontour (sensations fortes). tous les quartiers orvaltais »,
Renseignements : 02 51 78 32 73 explique Elie Brisson,
ou 02 51 78 32 74 premier adjoint au Maire.
Durant les vacances d’été, la piscine municipale de la Cholière Programme
est ouverte à tous. En plus des jeux aquatiques, elle offre une aire de • 28 Juin : Bugallière
jeu et de farniente. Un terrain de beach-volley, une table de ping-pong • 1er Juillet : Plaisance
mais aussi des transats et des parasols sont mis à la disposition • 5 Juillet : Bois Saint Louis
du public pour profiter pleinement de l’été.
• 8 Juillet : Praudière
L’entrée est gratuite pour les jeunes Orvaltais de moins de 17 ans,
• 12 Juillet : Cholière
sur présentation du livret de famille, d’un justificatif de domicile ainsi
que d’une photo d’identité. D’autre part, vous pouvez vous inscrire • 19 Août : Bugallière
tout l’été pour les activités aquatiques municipales (aquagym, • 22 Août : Cholière
cours de natation…) de la saison 2008-2009 ● • 27 Août : Plaisance
Renseignements piscine : 02 40 63 30 40.

Bibliothèque C o u p s d e cœ u r d e l a b i b l i o t h è q u e

L’été est le Roman adultes


moment idéal pour Radioscopie d’un adultère
se replonger dans la
de Edna Mazya - Editions Liana levi, 2008.
lecture. Durant toutes
les vacances, les Quand un homme de 48 ans épouse une jeune
bibliothèques femme de 25 ans, il s’expose à quelques
municipales sont problèmes. C’est ce que va bientôt découvrir le
ouvertes aux horaires héros, pris en tenailles entre sa jalousie et sa
d’été ● mère juive prête à tout pour secourir son fils qui
s’est mis dans un gros pétrin…
Un roman drôle et humain, au dénouement
inattendu, à découvrir dans le cadre de
l’éclairage porté sur la littérature israélienne
Renseignements et horaires d’ouverture à la Mairie :
dans les bibliothèques du réseau orvaltais.
02 51 78 31 00

4 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


Culture
Balades
« Les arts d’ici » à la Gobinière Découvrez Orvault,
3 artistes orvaltais exposent tout l’été côté nature !
au château de la Gobinière.
A découvrir : les peintures et masques Le nouveau guide des sentiers
d’inspiration art tribal de Harold Dupré, les de randonnées est sorti. Il propose
sculptures en verre coloré de Régine Pivaut de découvrir la commune comme vous
et les vues de Nantes de l’artiste peintre ne l’avez sans doute jamais vue grâce
Pucya. au réseau de sentiers qui parcourent
Exposition visible du 2 juillet au 28 août la campagne orvaltaise. Malin, il vous
Entrée libre du lundi au vendredi guidera à travers les chemins de la
de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30. Vallée du Cens, des hauts d’Orvault ou
Renseignements : 02 51 78 33 33 autour du bourg. Il vous donnera une
mine d’informations sur la faune, la
Les ateliers de la Gobinière proposent des flore et le
ateliers dessins et arts plastiques patrimoine
pour les enfants et les adultes. Pour les que vous
plus jeunes, une initiation aux activités du serez
cirque est proposée ● amenés à
croiser sur
votre
parcours :
Exposition « l’été au hangar » insectes,
Du 25 août au oiseaux,
14 septembre, ancien lavoir,
le Hangar s’ouvre calvaires, etc.
à une dizaine Le guide des
d’adhérents qui sentiers de
exposent une partie randonnée est gratuit. Il est disponible
de leur création ● en mairie principale, mairie annexe et
au Centre Technique Municipale et
Renseignements :
téléchargeable sur le site de la Ville
02 40 59 28 99
www.orvault.fr ●

Environnement

Album jeunesse La Serre Ondine


Célestin, le ramasseur du petit matin est ouverte tout l’été
Sylvie Poillevé - Ill., Mayalen Goust Il s’agit d’un centre d’éducation
Tous les matins, Célestin s’en va par les et de sensibilisation à l’environnement
chemins pour ramasser les mouchoirs, les et au développement durable.
mouchoirs de toutes sortes et de toutes les Il est ouvert les lundis de 15h30 à 18h ainsi
couleurs. que les mercredis et vendredis de 14h à 18h.
« Il pique les mouchoirs abandonnés / Les Vous pourrez consulter sur place et/ou
mouchoirs encore mouillés / Par les petits et emprunter des ouvrages de qualité (pour
grands malheurs » / Puis il rentre chez lui les petits et les grands) sur les thèmes de la
« fier d’avoir débarrassé la terre de toutes nature et de l’environnement ●
ses misères. » Il entasse ces mouchoirs dans Pour plus d’information, vous pouvez contacter
sa maison, mais cela va bientôt lui jouer des la Serre Ondine au 02 40 94 80 31 (pendant les
tours ! Un album optimiste, illustré avec finesse et douceur qui heures de permanences) ou par mail à l’adresse
nous offre une belle métaphore du bonheur. suivante : serre-ondine@mairie-orvault.fr.

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 5


Actualités
Solidarité

Un arc en ciel
naît des solidarités
En 1998, la Ville, en
partenariat avec le CAM
44 (Centre d’Action
Musical) mettait en
place un atelier chant.
A l’occasion des 10 ans
de cette formation, la
Ville a financé l’enregis-
trement d’un CD qui sera
distribué à plusieurs
ce n t a i n e s d ’ e xe m -
plaires. Un aboutisse-
m e n t e n fo r m e d e
victoire pour ces artistes
amateurs. Le groupe Arc en Ciel au centre socio-culturel de Plaisance.

’idée est née au sein de l’es-


L
place avec une dizaine de bénéfi- l’atelier m’a donné un but dans ma
pace Oasis, au centre Stevin, ciaires de l’Oasis, toutes des vie de tous les jours ». Le petit
à la Bugallière. Un lieu où les femmes. Cette initiative s’est ins- groupe s’est donc régulièrement
personnes en difficulté sociale peu- crite dans le cadre de la mission retrouvé, accompagné d’Yves Prual,
vent se procurer à des prix adaptés chanson, en collaboration avec le musicien et musicothérapeute. Les
des denrées alimentaires ou des CAM 44. Le but de l’atelier était progrès se sont accompagnés d’un
vêtements. Mais au-delà de ce pre- d’abord de se détendre, de se mieux-être des participantes :
mier objectif, l’Oasis est également changer les idées. l’atelier, avec un soutien social
un lieu de rencontres et d’échanges ; régulier, leur a permis progressi-
de réconfort parfois. « L’idée est née Une ouverture vement de s’ouvrir aux autres et de
de ces échanges, explique Nicole s’affirmer.
Verlaguet, de la Direction de la
sur les autres Depuis, les membres de l’atelier
Solidarité, à l’origine du projet : nous Mais les membres du groupe y ont continuent de répéter tous les
nous sommes aperçus qu’il se pas- trouvé autre chose, qu’elles ne mois, au Centre Socioculturel de
sait quelque chose au centre. Les retrouvaient pas ailleurs : elles y Plaisance. Pour chanter, mais
bénéficiaires étaient heureux de se ont appris à s’exprimer en public, aussi pour le plaisir de se retrou-
retrouver, de sortir de leur isole- à se sentir reconnues. « Lorsque ver toutes ensemble. Elles chantent
ment ». La Direction de la Solidarité j’ai commencé à participer, désormais sous le nom du groupe
a alors lancé une enquête pour explique Nicole Guyard, l’une des « Arc en ciel », un clin d’œil à la
connaître les animations souhaitées chanteuses, je touchais le RMI et diversité de leurs origines afri-
par les bénéficiaires. Le chant est je me sentais assez isolée. J’ai caines, maghrébines, espagnoles
arrivé en seconde position, juste retrouvé des gens qui vivaient la ou bretonnes ●
après les cours de cuisine. même situation que moi. Je me Le CD sera disponible au château de
Un atelier chant a donc été mis en suis tout de suite sentie à l’aise et la Gobinière au prix de 10 euros.

6 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


Actualités
Handicap

La Ville s’associe
e
au 21 festival Handiclap
Engagée en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap, la Ville
s’est associée cette année pour la première fois au Festival Handiclap, organisé par
l’Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés de Loire-Atlantique (APAJH 44).
Pour l’occasion, la Ville a invité tous les orvaltais à un spectacle inédit à l’Odyssée.

T out citoyen doit pouvoir


accéder à l’emploi, aux loi-
sirs, au sport ou à toute
activité lui permettant de vivre
son quotidien dans les meilleures
Un aveugle qui fait
de la musique
pour les sourds
A l’occasion du festival Handiclap,
fille qui voit tout, qui entend tout et
qui cause avec les mains… »
Un spectacle époustouflant qui a
séduit le public : « Émouvant, percu-
tant, impressionnant… les qualifica-
conditions. Pourtant, les actes les la Ville a proposé un spectacle tifs nous manquent pour dire notre
plus simples de la vie constituent théâtral : « Lee Voirien, Jean ressenti. Nous en sommes restées
parfois des obstacles insurmontables Tenrien et la Fille ». Trois imprégnées toute la soirée ! expli-
pour les personnes handicapées. artistes ont conjugué leurs diffé-
« On ne prend en général connais- quent deux spectatrices conquises.
rences pour faire partager leurs
sance du handicap que lorsque l’on Fans de théâtre, nous avons assisté
rêves. Sur scène, Laëtitia Tual
s’y trouve confronté , explique (entendante), Jean-Marie Hallegot à des spectacles de genres divers,
Pierre Gadé, Adjoint aux affaires (sourd) et Cyril Trochu (aveugle) ont mais cela jamais ! Bravo aux trois
sociales, à la solidarité et l’insertion, présenté une heure de spectacle artistes, quelle leçon, quel profes-
à la prévention, à l’emploi et au sur un thème plutôt original : sionnalisme, quel talent ! »
handicap. La Ville doit faire un « Un aveugle qui fait de la musique Alors rendez-vous en 2009 pour
travail de fond avec les personnes pour les sourds, un sourd qui veut une nouvelle édition du festival
concernées afin de les aider à vivre faire de la comédie musicale, une Handiclap ●
le mieux possible au quotidien. Les
personnes valides ne se rendent
pas compte des difficultés que Jean-Marie Hallegot, Cyril Trochu et Laëtitia Tual en spectacle à l’Odyssée
peuvent rencontrer les personnes
handicapées face à des gestes qui
nous semblent basiques, comme se
déplacer, conduire, s’exprimer, etc.
Au-delà, nous devons sensibiliser
la population, afin que notre regard
sur le handicap change. Il faut
apprendre à respecter cette diffé-
rence. C’est pourquoi nous avons
engagé de nombreuses actions,
notamment auprès des jeunes,
pour faciliter l’intégration des per-
sonnes en situation de handicap.
Par ailleurs, nous travaillons avec
le groupe handicap de l’observa-
toire social sur un projet de
charte ».

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 7


V
Aicv re
t u al al iVti léle
s
L o i s i rs

L’Orv’autos 2008
sur les chapeaux de roues
La deuxième édition de l’Orv’autos a connu un réel succès : plus de 150 voitures de
collection ont participé au défilé, devant des spectateurs éberlués. Des Jaguar, des
Ferrari ou de vieilles Ford des années 30 se sont déplacées de tous les départements
limitrophes pour participer à cette manifestation unique en son genre en Loire-
Atlantique.

J ean-Paul
Durand a
grandi en
rêvant de voi-
tures : depuis
toujours plus de spectateurs, avant
de pours u i v re s u r le s r o u t e s
d e campagne. Exposés
en fin d’après-midi
place Jeanne d’Arc,
sa première les véhicules
auto minia- ont ravi les
ture à huit ans, n o m b re u x
il n’a cessé de spectateurs
se passionner toujours
pour l’automobile. p l u s
Il se lance même dans les curieux
courses de rallye au volant d’une devant ces
Dauphine en 1967. Quand arrive machines
l’heure de raccrocher le volant, en anciennes ou ces
1998, il achète sa première voiture perles de technologie.
de collection et souhaite faire par- Parmi les plus beaux véhicules
tager sa passion. L’idée germe des Peugeot anciennes ou des MG figuraient par exemple une Jaguar
alors en 2006 d’organiser une britanniques. Les spectateurs sont de 1935 -un modèle unique en
grande concentration de véhicules au rendez-vous au-delà de toute France qui a nécessité 10 ans de
anciens. Le passionné habite attente et devant ce succès, l’édition restauration -, une Citroën des
Orvault. La manifestation passera 2008 est déjà lancée. années 20 ou une Ford de 1935. De
donc par le bourg de la ville et s’ap- quoi faire rêver les amateurs…
pellera l’Orv’autos. « J’ai essayé de Voitures anciennes Devant l’engouement provoqué par
créer un évènement important dès et perles la manifestation, l’organisateur,
le début, explique-t-il. Il était pri- aidé d’une dizaine de bénévoles et
mordial que, dès la première édi-
de technologies du soutien financier et logistique de
tion, l’Orv’autos marque les esprits. L’année suivante, si le parcours la Ville, a déjà en tête l’Orv’autos
Je rêvais de rassembler 150 véhi- change, l’esprit reste le même : 2009. Une édition qui devrait encore
cules de collection et plus de 200 « nous cherchons à organiser une réserver quelques surprises ●
collectionneurs ont voulu s’ins- manifestation sympa et conviviale
crire ! ». Au total, 160 voitures défi- pour les participants », explique Contact : Jean-Paul Durand
lent dans les rues d’Orvault pour l’organisateur. Les 160 véhicules 06 07 46 62 59
cette première parade. Des Ferrari, ont donc traversé le bourg, devant

8 Orvault Magazine • N°36 • Avril / Mai / Juin 2008


Dossier
Coopération internationale

Orvault, une ville tournée


vers l’international
Orvault est liée depuis bientôt 30 ans avec des villes étrangères.
L’été est une période propice aux voyages. Nous vous invitons à découvrir les villes
avec lesquelles Orvault a tissé des liens d’amitiés étroits. Un périple qui vous
entraînera de l’Afrique de l’Ouest au Pays de Galles.

L a Ville d’Orvault s’est lan-


cée dans une politique
d’échanges internationaux
il y a 30 ans. C’était alors l’époque
d u p re m i e r j u m e l a g e a ve c
La Ville marque ainsi officiellement
le début de cette coopération avec
Kindia, en Guinée, en 1995. Celle-
ci se traduit par une aide financière
pour la réalisation de travaux
culturels est signé avec Târgoviste,
en Roumanie.
Enfin, en 2006, un accord d’amitié
est établi avec Sô-Ava, au Bénin. La
Ville apporte ainsi un soutien signi-
Tredegar, une ville du Pays de d’aménagement, par des conseils ficatif à l’association orvaltaise
Galles. Puis la Ville s’est liée à la techniques et des formations sur le ARCADE, qui mène sur place des
cité allemande d’Heusweiler, tou- terrain. Grâce à l’association actions humanitaires et d’aide au
jours dans le même but : celui Guinée 44, de nombreux travaux développement. L’association a
d’échanger entre nos cultures et de sont menés à bien, comme la ainsi lancé la construction de blocs
bâtir un XXI e siècle européen réhabilitation de sources, l’amélio- de latrines entre 2007 et 2009, dans
fraternel. ration du système de collecte des le cadre d’un programme d’assai-
A partir de 1984, Orvault signe des déchets et la construction de ponts nissement, et aide les habitants à
protocoles d’amitié avec des villes interurbains. se lancer dans le maraîchage ●
africaines ou roumaine. En 2002, un protocole d’échanges >>>

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 9


V iD
v re
o slsa i Veirl le
Coopération internationale

Kindia, l’Afrique entre ville et campag


Conakry est une grosse métro-
pole typique de l’Afrique de l’ouest.
Etouffante, grouillante
de monde, la capitale de
la Guinée est un véritable
chaudron. Escale obligée
avant d’arriver à Kindia,
elle contraste avec le
calme de la ville. Kindia
est une bouffée d’air frais,
au pied du Mont Gangan,
qui culmine à plus de 1 000
mètres d’altitude. Ici, c’est
l’Afrique telle qu’on peut
l’imaginer : la brousse,
encore peuplée d’animaux sau-
vages, encercle la ville. Les pay-
sages sauvages se présentent à
perte de vue.
La ville s’articule autour de l’im-
Une rue passante de Kindia.
pressionnante avenue principale,
bordée de manguiers et d’eucalyp- pagne africaine : les villages de sur la tête, traversent donc les vil-
tus, qui forment un véritable tun- quelques cases, les grands arbres lages pour aller chercher l’eau au
nel de verdure. Sur les bords de et les jardins potagers. Car Kindia puits. Les enfants participent aussi
l’avenue, de grands bâtiments colo- est une ville maraîchère qui cultive à la corvée ou reviennent de l’école,
niaux, des magasins et des habita- les bananes, les mangues ou les cartable sur le dos et fagot de bois
tions confèrent à la cité une touche ananas. L’eau y existe en abon- sur la tête, pour rapporter de quoi
de modernité. Mais à cinquante dance, mais à une très grande pro- préparer le repas du soir.
mètres de là, on découvre la cam- fondeur. Les femmes, calebasse

Sô-Ava, une cité lac


Sô-ava, c’est un peu le bout du monde. Un ensem-
ble de villages entre fleuve et mer auquel on ne peut
accéder que par pirogue. C’est dans cet endroit isolé
du sud du Bénin que les habitants ont trouvé refuge
il y a quelques siècles pour fuir les rafles des tribus
esclavagistes. Les paysans se sont exilés sur ces terres
inondées plus de la moitié de l’année et y ont bâti leurs
maisons sur pilotis et toits de chaume. Ils ont créé des
pirogues traditionnelles creusées dans un seul tronc
d’arbre et ont inventé un nouveau type de vie. Les pay-
sans sont devenus pêcheurs.
Aujourd’hui, Sô-ava a grandi : la région abrite 80 000 habi-
tants dans 47 villages sur plus de 200 km2. Mais la vie
n’a pas beaucoup changé : le voyageur qui arrive à Sô-
ava est pris par cette chaleur étouffante gorgée d’humi-
Un village flottant de Sô-Ava.

10 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


ne
Un marché plein
de couleurs
Le marché est la principale attrac-
tion de la ville. On y trouve de tout :
de la viande, du poisson, des fruits
et légumes, mais aussi des pro-
duits de beauté. Les menuisiers,
les sculpteurs y travaillent à même
Târgoviste,
le trottoir. Le spectacle le plus stu-
péfiant, c’est sans doute celui des
teinturières qui utilisent des pro-
ancienne cité royale
duits naturels comme l’indigo pour Târgoviste est une ancienne cité royale,
donner des couleurs aux pagnes et située au centre-sud de la Roumanie, dans les
aux grandes robes traditionnelles bassins hydrographiques de Lalomita et
des femmes, les boubous. Dambovita, sur une colline de 260 mètres
Multiethnique, Kindia abrite une d’altitude, à 75 km de la capitale, Bucarest.
église catholique, un temple pro- Vlad III, dit “l’Empaleur”, y bâtit la tour de Chindia,
testant et plusieurs mosquées. qui est aujourd’hui le symbole de la ville.
Tous les habitants y cohabitent en Cette ville de 100 000 habitants est le centre éco-
harmonie, au rythme des fêtes nomique du département de Dambovita, situé
traditionnelles de toutes les confes- dans la région de Valachie. Orvault a entretenu des
sions ● relations culturelles par l’intermédiaire de l’association Orvault Târgoviste
Contact coopération Roumanie pendant de nombreuses années. Ces relations se sont officialisées
Atlantique - Guinée 44 : par la signature d’un protocole d’amitié en 2000 à Târgoviste et en 2002 à
02 40 35 59 80 Orvault. Depuis, de nombreux échanges culturels et sportifs ont amené les
populations des deux villes à se rencontrer et à se connaître ●
Contact : OTR (Orvault Târgoviste Roumanie) : 02 40 76 45 10
gueperou.nicole@aliceadsl.fr

custre au bout du monde


dité, typique des pays tropicaux. Mais aussi par le spec- quartier de
tacle des villages et marchés flottants. Les pirogues se Plaisance y avait
croisent lentement sur l’estuaire, au rythme des pagaies. été envoyé au
Les enfants qui peuvent aller à l’école y vont en barque. début des années
80, afin d’aider à la
Les pêcheurs deviennent maraîchers construction d’un
centre de santé. De
Au moment de la décrue, l’eau de mer entre dans le
là est partie la chaîne de solidarité qui continue
delta de la Sô et les pêcheurs peuvent alors capturer
aujourd’hui : 400 personnes adhèrent à l’ARCADE
des crevettes et des crabes, une curiosité de la région.
(Association de Retraités pour la Coopération et l’Aide
Puis ils se font maraîchers lorsque la terre se décou-
au Développement, qui vient en aide à Sô-Ava) à Orvault
vre. Depuis quelques années, grâce à des ONG
et 100 adhérents béninois, tous retraités, sont sur place
(Organisations Non Gouvernementales), les habitants
afin d’y relayer les actions de l’association ●
ont commencé l’élevage de vaches et de bœufs.
Mais cette image de carte postale cache aussi une Contact : ARCADE, 02 40 63 74 20
grande pauvreté. C’est pourquoi un prêtre ouvrier du arcade.orv@libertysurf.fr

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 11


Dossier
Coopération internationale

Heusweiler, une petite


ville florissante
Heusweiler est une petite ville de la Sarre qui n’est pas sans rap-
peler Orvault : elle est divisée en 7 quartiers, séparés d’espaces
verdoyants et bénéficie elle aussi d’un paysage de collines et de
vallées. À une vingtaine de kilomètres de Sarrebrück, la petite cité
est composée de maisons individuelles, que les habitants prennent
soin d’entretenir méticuleusement. Quelques immeubles apparais-
sent, mais sans excès, préservant l’architecture traditionnelle
allemande.
Après avoir vécu pendant des décennies des mines de charbon, la
cité bénéficie aujourd’hui du très riche bassin d’emploi de
Sarrebrück. En souvenir de ce passé, la ville a gardé une tour de
puits d’extraction, monument symbolique connu de la ville. Chaque
ancien quartier a son église pitoresque. À Obersalbach, l’édifice reli-
gieux a été construit il y a seulement 10 ans pour remplacer
l’ancien, fissuré par les galeries souterraines, creusées durant les
années d’extraction minière.
Le climat y est plus rude que dans l’ouest de la France mais reste
agréable et le froid de l’hiver contraste avec la chaleur de l’accueil
des Allemands ●
Contact : 02 51 78 33 33,
Comité de jumelage : 06 83 27 70 27 L’ancienne et la nouvelle église.

Tredega
ancienn
Les rues de
Tredegar rappel-
lent le passé minier
de cette ville gal-
loise : des petites
maisons de briques, assez étroites
et construites sur deux niveaux s’ali-
gnent, accolées les unes aux autres, le
long des rues. Le passé a laissé sa
marque sur la ville et la population se
remet lentement de la crise économique
qui a suivi la fin de l’exploitation des
mines. De plus en plus d’habitants de
Cardiff, à environ cinquante kilomètres
de là viennent s’installer à Tredegar, atti-
rés par les loyers moins chers que dans
la capitale galloise mais aussi par le
L’horloge, symbole de Tredegar.

12 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


Interview

Brigitte Villareal
Conseillère Municipale déléguée
à la Coopération Décentralisée
Pourquoi la Ville d’Orvault s’implique-t-elle
dans des actions internationales ?
Nous ne pouvons plus vivre chacun chez soi : on parle de mondia-
lisation, mais elle n’est pas seulement économique, elle est aussi
culturelle, humaine. C’est un monde d’échanges. Nous ne pouvons
plus nous limiter à un territoire communal délimité. Le rôle de la
Ville envers les jeunes est important pour les aider à s’ouvrir au
monde. Nous participons ainsi pleinement à la construction du XXIe
siècle. Et autant préparer un siècle d’amitié entre les peuples.
Quels sont les projets de ce mandat concernant les échanges
entre Orvault et les villes jumelles ou amies ?
Nous allons promouvoir les échanges culturels entre Orvault et ses
trois villes amies : Kindia, Targoviste et Sô-Ava. Nous avons par exem-
ple en projet de faire une grande fresque sur la thématique de l’eau
r, dans chacune des villes. Nous souhaiterions également intégrer des
artistes béninois ou guinéens à la programmation culturelle. Je sou-
haite que ces relations fassent partie de la vie quotidienne des
e cité minière Orvaltais, à travers la fête de la musique, les bibliothèques, etc.
Ces échanges ont aussi pour but d’apprendre la tolérance entre le
Nord et le Sud : si nous voulons construire un monde de paix, il faut
cadre qu’offre la ville. Des collines, des y travailler.
vallées et la lande de bruyères s’éten-
dent tout autour de la ville où paissent Qu’en est-il des jumelages, avec Tredegar et Heusweiler ?
tranquillement des moutons en liberté. Ils datent de nombreuses années, mais ce n’est pas parce qu’une
Si les alentours de la ville valent le coup amitié est ancienne qu’elle doit être négligée, d’autant plus qu’elle
d’œil, l’intérieur des maisons est fidèle implique de nombreuses familles. Les échanges entre les écoles
à la réputation des Gallois : chaque habi- sont en baisse, peut-être parce que les jeunes se sentent déjà com-
tation est aménagée avec coquetterie et plètement européens. Nous allons donc étudier d’autres pistes pour
la gastronomie, parfois surprenante, est rester en contact avec nos villes jumelles. Je pense notamment aux
excellente. Les plats salés à la confiture nouvelles technologies.
peuvent dérouter les moins courageux Pour les familles intéressées, je les invite à prendre contact
mais s’avèrent un délice pour les avec le Comité de Jumelage d’Orvault, présidé par M. Jean-Claude
curieux tentés par de nouvelles expé- Gendre ●
riences ●
Contact : 02 51 78 33 33, Contact : comjumelage.orvault@free.fr
Comité de jumelage : Tél. 06 83 27 70 27
06 83 27 70 27

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 13


V i v re l a V i l le
Économie

Nouvelles entreprises
Des imprimeurs à la pointe Mars 2008

du développement durable • NANTES AUTO PARTAGE


310 route de Vannes - ROUTE DE VANNES

• DONADA SAS
De plus en plus d’entreprises, multinationales ou PME, s’en- 26 rue Jean Rouxel - BUGALIÈRE
gagent aujourd’hui dans une démarche de développement
Av r i l 2 0 0 8
durable. Depuis longtemps, les imprimeries ont pris les • SMABTP
devants et montré l’exemple. C’est notamment le cas des Société Mutuelle d’Assurance du Bâtiment
et des travaux publics
imprimeurs d’Orvault. Immeuble le Rubis – Bât. A
130 Avenue Claude Antoine Peccot
ANTONS
Impression sur papier recyclé
à l’imprimerie Cartoffset. • TEKNITYS
Expertises techniques immobilières,
fabricants de meubles, est conseil énergie…
assez récente dans le 3 rue des Mimosas - PLAISANCE
domaine de l’imprimerie :
elle exige d’utiliser du • JARDINS DE L'AUNIS
Marchand de biens
papier issu de forêts 2 rond-point des Antons - ANTONS
gérées de façon durable.
« Cela permet de faire • HEOL - Énergies renouvelables
savoir à nos clients que 17 rue de l'Omnibus - BOURG
nous sommes sensibles à
la problématique de pro-
tection de l’environnement. Mai 2008
C’est un “plus” », conclut
• POISSONNERIE DU PETIT CHANTILLY
Laurent Romefort. Poissonnerie
L’imprimerie Cartoffset, 5 Avenue Alexandre Goupil
basée au forum, est, elle PETIT CHANTILLY
aussi, engagée depuis
• AMAGUIZ.COM et MUTUADE

P
longtemps dans une poli- Filiales d’assurance directe de Groupama
our Laurent Romefort, tique de protection de l’environne- (internet et téléphone)
gérant de l’imprimerie du ment, notamment parce qu’elle Immeuble le Rubis
même nom à la Bugallière, produit des emballages de produits 130 Avenue Claude Antoine Peccot
ANTONS
le sujet n’est pas nouveau : « dès alimentaires : « le cahier des charges
2005, nous avons obtenu le label de l’industrie agro-alimentaire est
“imprimvert”, un label qui exige de très strict. Nous ne pouvons évi- • Mme BOUCHARD ELVINA Ostéopathe
mettre en place une politique poin- demment pas utiliser de produits 59 Avenue de la Cholière - CHOLIERE
tue de protection de l’environne- nocifs et notamment d’alcool dans
• JMRA
ment ». Le papier est recyclé, les la composition des emballages. Il a Pièces détachées par internet
encres sont végétales et les donc fallu que l’on rassure nos 6 rue Maryse Bastié - FORUM
produits nocifs sont retraités. Mais clients », explique Stéphane
cette démarche va même plus loin, Georget, directeur commercial de • ZNAIEN - Import export
54 avenue du Bois Raguenet - BOIS RAGUENET
dans la mesure où elle intègre l’entreprise. Cartoffset bénéficie
désormais le recyclage des ordina- elle aussi du label “Imprimvert” et
Juin 2008
teurs, des néons ou des métaux des a engagé des démarches pour
plaques d’impression. Aujourd’hui, être également homologuée
• PARC ACROCHATS
l’entreprise a décidé de s’engager “PEFC”. « Le métier a beaucoup Parc de loisirs – espace jeux enfants 0-10 ans
dans une nouvelle politique de évolué, conclut Stéphane Georget 184 Route de Vannes - ROUTE DE VANNES
protection de l’environnement : et nous sommes maintenant loin de
l’agrément “PEFC”. Cette norme, l’image d’industrie pollueuse que
• L’EPI GAULOIS Boulangerie
largement mise en avant par les véhiculaient les imprimeries » ● 170 Route de vannes - ROUTE DE VANNES

14 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


V i v re l a V i l le
Zapping

Culture

Portes ouvertes de l’École Municipale


de Musique
L’École Municipale de
Musique a invité les Orvaltais
Développement durable à découvrir l’établissement et
les enseignements dispensés.
Du pain bio à la Serre Ondine Les futurs élèves ont eu la
pour les tout-petits possibilité d’essayer trompette,
clarinette, flûtes, violon,
La Serre Ondine accueille un vendredi par mois percussions… ●
les assistantes maternelles et leurs petits bouts
autour d’animations développement durable. Au Contact : 02 51 78 33 34
mois de mai, elle proposait un atelier de prépara-
tion de petits pains biologiques. Un succès pour les
boulangers en herbe qui ont pu apprendre à
Bibliothèque
confectionner eux-mêmes leur pain bio et le
ramener prêt à cuire à la maison ●
Dire lire
Contact : 02 40 94 80 31 Tous les mois, le
club Dire Lire se ras-
Sport semble dans l’une des
bibliothèques de la ville
Stage sportif multisports afin de discuter des
Les 8-11 ans ont livres que les lecteurs
pu profiter pleine- ont particulièrement
ment des vacances appréciés. C’est l’occa-
de printemps pour sion de confronter ses
s’adonner à toutes points de vue ou de
sortes de sports, dénicher des idées de
lors des stages livres à découvrir.
organisés par le Le 15 mai dernier, les lecteurs ont pu partager leurs impressions sur
Service des Sports le thème des livres de voyageurs ●
de la Ville. Au pro-
gramme : escalade, Contact : 02 51 78 33 20
tir à l’arc, roller et
orientation. Une
semaine riche en Éducation
efforts ! ●
Prévention
Services
routière
Dans le cadre du
La poste : modification des Printemps des
horaires de levée du courrier Enfants, des animations
de prévention routière
La Direction du Courrier de Loire-Atlantique étaient mises en place dans
et Vendée réalise un ajustement des heures de
les différentes écoles de la
dépôt du courrier sur l’ensemble de son territoire.
Ainsi sur Orvault, la levée du courrier aura lieu, à Ville, le 30 mai dernier.
compter du 15 juillet : Elles sont pilotées par le
• à 16H00 au bureau d’Orvault Bourg Service des Sports, la
• à 16H30 au bureau d’Orvault Petit Chantilly Police Municipale ainsi que
• à 18H00 au centre de traitement du courrier (rue la CRS 42 (Compagnie
de Solay près de la route de Vannes) et jusqu’à Républicaine de Sécurité
minuit au même endroit pour le courrier à 42) ●
destination de Loire-Atlantique et Vendée ●

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 15


V i v re l a V i l le
Histoire

La résidence Emile Gibier


fête ses 45 ans
La Résidence des Cheveux Blancs a été créée en 1963, sous l’im-
pulsion d’un Orvaltais : Emile Gibier. De maison de retraite, la
résidence (qui porte aujourd’hui son nom) est devenue une struc-
ture d’accueil médicali-
sée adaptée à la prise en
charge de personnes
lo u rd e m e n t d é p e n -
dantes.
velles exigences d’un public

E
qui a évolué. En 1993, le
mile Gibier est né en nouveau Foyer des
1922 à Nozay. Il s’ins- Cheveux Blancs entre en
talle à Orvault en 1953, service, sous une nou-
dans le quartier du Petit velle appellation en hom-
Chantilly. Des idées plein la mage à son créateur :
tête, il crée dès son arrivée l’as- « Résidence Emile
sociation « Les Cheveux Gibier ».
Blancs » avec des amis dans le but raissent lorsque les pensionnaires Enfin, en 2006, des travaux sont
d’améliorer la vie des plus anciens. perdent leur autonomie. Pour Emile lancés dans le cadre d’une nouvelle
Nous sommes dans les années 50. Gibier, il n’est pas question de leur restructuration importante, « Il fallait
La cohabitation parents-enfants faire quitter l’établissement. Afin de rendre la résidence plus conforta-
disparait peu à peu et les plus âgés permettre le maintien des résidents ble et toujours mieux adaptée à un
se retrouvent isolés. Emile Gibier malades et dépendants, il décide public de plus en plus âgé et
décide alors de créer un «foyer» où d’étoffer l’équipe soignante avec du moins autonome », explique Yves
ils seront accueillis. Un lieu où ils personnel médical et paramédical. Bréheret, le Président de l’associa-
pourront s’installer comme chez En 1979, l’établissement devient tion des Cheveux Blancs. Les tra-
eux, avec leurs meubles, en toute ainsi un « centre de long séjour ». vaux devraient être terminés à la fin
indépendance. Ils auront égale- Au fur et à mesure des années, le de l’année.
ment la possibilité de bénéficier du Foyer des Cheveux Blancs évolue Personnalité remarquable de l’his-
restaurant commun s’ils le dési- pour répondre à une nouvelle toire récente de la ville, Emile Gibier
rent. demande : tous les résidents sont a également donné son nom à une
désormais dépendants. La prise en école élémentaire.
Une résidence en charge évolue vers une individuali-
sation des projets de vie, respectant Pour plus d’informations,
perpétuelle évolution ainsi la citoyenneté, la dignité et la lire « Les Cheveux Blancs
À l’origine, l’établissement avait singularité de chaque résident. à Orvault, petite histoire
surtout une vocation hôtelière : il En 1990, la résidence fait l’objet d’une grande maison de 1963
s’agissait d’accueillir des personnes d’une restructuration complète à nos jours », disponible
valides. Mais des difficultés appa- afin de mieux répondre aux nou- sur place (5 euros) ●

16 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


V i s a g e d e V i l le

Le magicien de la Bugallière
Depuis décembre 2007, Florian
Ménard, un jeune Orvaltais s’est
lancé dans le spectacle de magie. Ce
jeune artiste autodidacte de 18 ans
donnait en février dernier la première
représentation de son show à l’Odys-
sée. L’occasion de découvrir un artiste
plein d’avenir.

L a magie, Florian Ménard


est tombé dedans quand il
était tout petit. A 6 ans
exactement. C’est l’âge auquel il a
reçu sa première boîte de magie,
Enzo Weyne,
le petit
prodige
de la magie.

comme beaucoup d’enfants. Mais


à la différence de la plupart, Florian même les
s’y est accroché avec un rêve qui ne numéros de
le quittera plus : devenir magicien. grande illu-
Un rêve qui fait alors sourire ses sion ». Puis
parents, mais qui prend pourtant Enzo suit une
forme petit à petit. A 11 ans, année de
Florian donne son premier specta- menuiserie en
cle dans un camping en Bretagne. alternance,
Le trac est là, mais il fait partie du toujours avec
jeu : « c’est cette adrénaline qui fait cette idée de
que ce métier est si particulier », pouvoir prépa-
explique Florian, devenu Enzo rer lui-même
Weyne. « Enzo » décide alors de se ses numéros.
spécialiser dans la grande illusion, « J’y ai appris à manipuler le bois, fessionnel à Orvault. Cela s’est très
avec des effets spéciaux origi- mais aussi le plastique, le fer et j’ai bien passé : nous avons fait salle
naux : « cela ne m’amusait pas de pu mettre un peu d’argent de comble les deux soirs, uniquement
refaire des tours qui existaient déjà, côté : j’avais déjà dans l’idée de avec mes propres numéros de
comme la femme coupée en deux. monter ma propre entreprise ». grande illusion ».
J’ai donc beaucoup lu et j’ai appris Désormais, Enzo Weyne voit grand :
la prestidigitation à travers les
livres, en autodidacte ». Décidé
Un premier spectacle il prépare une tournée à travers la
acclamé France et rêve de conquérir les
plus que jamais, Enzo se donne les Etats-Unis et le Japon, « parce
moyens d’y arriver : il suit des C’est chose faite en décembre que c’est là que ça marche le mieux
études d’ingénieur au lycée Nicolas 2007. Son premier grand spectacle et que l’on trouve le public le plus
Appert, en STI (Sciences et s’appelle « Dream ». Il le présente fasciné par la magie ».
Techniques de l’Ingénieur). « J’y ai à la salle de l’Odyssée. « J’habite
appris le design, l’électronique, la la Bugallière depuis l’âge de 3 ans, Renseignements : 02 51 78 85 36
mécanique… des sciences qui alors c’était un rêve de pouvoir pré- 06 67 67 10 69
m‘ont permis de réaliser moi- senter mon premier spectacle pro- www.enzoweyne.com ●

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 17


Vie des quartiers
Zoom

P r a u d i è re - M u lo n n i è re

Les 20 ans de
l’association Les quatre Présidents de
CALIOP depuis sa création
: Lionel Pannetier,

CALIOP Monique Vallé, Guy Tessier


et Pierre Bariteau.

Une association inter-


âges et pour tous
Créer du lien social, fédérer et faire vivre le quartier !
Soucieuse de rompre
Ce sont les objectifs de CALIOP, le Centre Animation l’isolement, l’association CALIOP
Loisirs Inter-Ages Orvault Praudière. Installée rue de favorise avant tout les contacts
et les rencontres. Elle accueille
la Mulonnière, l’association souffle cette année ses tous les habitants d’Orvault sans
20 bougies. L’occasion de rappeler son parcours et les distinction d’âge ni de quartier.
différentes activités proposées. Elle est aussi accessible aux
personnes hors commune.

A rt floral, cuisine, gymnas-


tique, théâtre, restauration
de siège, yoga, bricolage,
peinture, vitrail, streching, car-
tonnage… La liste des activités
vraie structure, un lieu de vie pour
tous ». En partenariat avec la
Mairie, qui a toujours soutenu
leurs initiatives, les projets ont pris
forme. « En 1990, nous avons inau-
les habitants de se réunir autour
des loisirs reste notre principal
objectif ».
Fêtés au mois de mai, les 20 ans
de l’association ont célébré deux
proposées par CALIOP est trop guré la salle ELIA, rue de la belles décennies d’échanges et
longue pour la citer in extenso! Mulonnière. Depuis, les ateliers se de rencontres. « L’ambiance est
Forte de ses 20 années d’existence, multiplient et ne désemplissent amicale et conviviale, les adhérents
l’association compte aujourd’hui pas ». se renouvellent… Notre bilan est
280 familles adhérentes : un chiffre positif et encourageant ! ». Preuve
qui prouve qu’elle sait répondre à 20 ans d’échanges qu’une telle association est utile
une vraie demande. « Nous avons
créé l’association en 1988 »,
et de rencontres sur une commune : en proposant
un lieu qui allie loisirs, plaisir et
explique Guy Tessier, le premier Des concours de belote, du sport,
contacts humains, les membres ont
Président. « Avec le fondateur, des stages d’anglais, d’informa-
réussi leur pari. Ils repartent
Pierre Bariteau, nous partions tique… « La pluralité des offres fait
sourire aux lèvres pour 20 autres
d’un constat : dans le quartier, les sans doute le succès de l’associa-
belles nouvelles années… Ou plus
habitants avaient tous des jeunes tion », reprend Lionel Pannetier,
si affinités !
enfants, ils souhaitaient partager ancien Président du bureau.
du temps ensemble. Il n’y avait « Lorsque nous créons une nou- Contact :
cependant pas de lieu où se croi- velle action, c’est toujours pour Adresse : 40, rue de la Mulonnière
ser. En 1987, pour favoriser les répondre aux attentes. C’est ce qui Tél : 02 40 40 91 66
rencontres, nous avons mis sur nous permet de créer d’abord du Blog internet :
pied un feu de la Saint-Jean. Face lien social », confirme Monique http://caliop.over-blog.com
au succès, nous avons décidé de Vallé, l’actuelle Présidente. « Faire Permanences le mardi après
continuer : nous souhaitions une vivre le quartier et permettre à tous midi de 14h30 à 18h ●

18 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


Vie des quartiers
Brèves
Bugallière

Fête de la Bugallière Bourg - Secteur rural


Le quartier de
la Bugallière était Succès pour la classique cycliste
en fête le samedi Près de 400 coureurs ont participé aux différentes
31 mai dernier. courses organisées autour de la classique Orvault-Saint
Un programme Nazaire-Orvault qui s’est déroulée les samedi et dimanche
chargé a attiré 26 et 27 avril. Pendant que les meilleurs coureurs bouclaient
de nombreux les 150 km de
habitants autour des la course, des
différentes cyclistes de
animations. tous âges ont
Les 10 km de la Bugallière, une brocante, des balades participé aux
en poney, des chorales d’enfants ou encore des courses d’at-
structures de jeux gonflables ont enchanté les riverains te n te d a n s
pendant toute la journée ● les rues de la
ville ●
Bois-Raguenet

Balade contée
Plaisance
L’ARBR
(Association Portes ouvertes à la bibliothèque
des Riverains
du Bois La bibliothèque
Raguenet) George Sand
organisait une organisait le 17 mai
petite randon- dernier des
née et un animations
pique-nique qui destinées à toute
ont rassemblé la famille. Elle
plus de 60 personnes, dont beaucoup d’enfants, proposait des
le 18 mai dernier. En plus de la balade, tous ont pu ateliers tels que la
écouter un conteur qui leur a narré l’histoire d’arbres calligraphie, des
extraordinaires ● heures du conte, des stands BD et caricature ou un
« brad’livre ». Un spectacle familial gratuit « Samuel,
l’apprentissage » a conclu un après-midi couronné de
Petit-Chantilly succès ●
L’ALPC en piste Cholière
Les artistes de l’Amicale Laïque du Petit
Chantilly ont présenté leur nouveau programme : Valides et handicapés
« la piste aux étoiles », le 24 mai dernier à l’Odyssée. dans un même tournoi
L’occasion de
Le Collectif
découvrir les
Cholière organisait
nombreuses
son premier tournoi
activités que
de pétanque inter-
propose
mobilité le 2 mai der-
l’ALPC sur
nier. Une compétition
le thème du
amicale qui proposait
cirque.
aux joueurs valides ou
Au
en fauteuil roulant de
programme
jouer ensemble. Le
de la soirée :
principe était simple :
exposition, spectacles de danse et un grand diaporama.
lorsqu’un joueur valide se retrouvait face à un handicapé,
02 40 63 46 66 ●
il devait l’affronter lui aussi en fauteuil roulant ●

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 19


Démocratie
Expression de l’opposition

Madame, Monsieur, Ainsi nos suggestions de faire ren- bitants proposés à la commission
Cher-e-s Orvaltais-es, trer la vie quotidienne des Orvaltais communale sur les impôts locaux :
au conseil municipal a également pas une femme sur 24 personnes !
Le début d'un mandat muni- été rejetée : alors que les sujets Ne serions-nous pas toutes et
cipal est l'occasion de se fixer des d'actualité sur lesquels le conseil tous concernés par ce sujet ?!
règles communes pour faire vivre municipal pourrait se positionner
la démocratie locale dans notre clairement ne manquent pas (situa- Nous regrettons beaucoup toutes
commune. Cela se concrétise par tion à la résidence des Cheveux ces attitudes de fermeture aux-
l'adoption d'un règlement inté- Blancs, mobilisation des parents et quelles s'ajoutent le refus pour les
rieur mais aussi plus concrètement des enseignants dans les écoles élus de pouvoir célébrer des
dans les attitudes du maire et de d'Orvault), le maire refuse que mariages alors que le la loi le per-
sa majorité. cela soit possible et préfère choi- met et que de nombreuses villes le
sir de façon solitaire, sans trans- font : s'il y a bien un sujet qui ne
Dès le premier conseil municipal, parence ni concertation avec le devrait pas être l'objet de polé-
nous avions dit que nous étions dis- conseil municipal, quand et sur miques politiciennes, c'est bien le
ponibles pour remplir pleinement quel sujet il intervient. mariage!
notre mission d'opposition vigilante
mais constructive. La majorité de De la même façon, alors que des Nous continuerons à plaider pour
droite avait semblé saisir la balle représentants des écoles ou des que l'esprit d'ouverture et de
au bond en acceptant que l'oppo- Cheveux blancs voulaient interve- consensus l'emporte, pour que la
sition soit représentée dans cer- nir très pacifiquement avant le der- démocratie locale soit vivante et
tains organismes. Malheureu- nier conseil municipal, cela leur a permette de mettre en place des
sement, très rapidement, la majo- été refusé. D'une manière géné- actions au plus près des besoins de
rité a changé de ton. Alors que nous rale, les questions d'actualité ne tou-te-s les Orvaltais-es. Nous ne
rappelions notre volonté de pourront pas être posées au conseil sommes plus en campagne
construire ce « vivre ensemble » municipal : nous souhaiterions au électorale !
démocratique dans le consensus, contraire que le conseil municipal
nous nous sommes heurtés à un soit un vrai lieu d'échanges sur ce Nous avons maintenant le devoir de
refus systématique de nos propo- qui se passe à Orvault, au-delà de travailler ensemble au service
sitions. Refus de nous voir siéger l'adoption souvent formelle de d'Orvault et des Orvaltais.
au conseil d'administration du délibérations, préparées longtemps
collège Rostand ou du Lycée à l'avance et souvent déconnectées François DE RUGY
Appert. Refus de notre proposition du vécu quotidien des Orvaltais-es. Pour tout contact
d'un groupe de travail sur le règle- Mairie d'Orvault B.P. 19
ment intérieur du conseil De même, nous avons été très 44706 Orvault
municipal. surpris de voir que le maire avait E-mail : elus@orvaultcestvous.fr
exclu les femmes de sa liste d'ha-

20 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


Démocratie
Expression de la majorité

Des engagements :
des réalisations
Chères Orvaltaises, Parce que nous croyons dans la majorité. Il faut rappeler la loi,
Chers Orvaltais, prévention par le sport et la culture, seuls le Maire et les adjoints sont
nous avons attribué aux associa- officiers d’état civil et à ce titre,
Le 9 mars dernier, vous nous tions sportives qui assurent la for- autorisés à célébrer les mariages.
avez choisis, avec un score sans mation des jeunes Orvaltais Bien évidemment, lorsqu’il s’agit du
appel de 52,21 %, sur la base d’un 13 000 euros de subventions mariage d’un membre proche de la
programme que nous nous supplémentaires attribuées sur famille d’un Conseiller Municipal,
sommes engagés à réaliser. A critères. opposition ou majorité, le maire
peine 3 mois après les élections, prend un arrêté pour permettre au
nous avons déjà initié de nom- Les Conseillers municipaux de Conseiller municipal concerné de
breuses actions et commencé à quartier ont pris place dans les célébrer le mariage. Par ailleurs,
travailler sur l’ensemble des pro- conseils d’école pour renforcer le le mariage a une valeur symbolique
jets. Conformément à nos engage- dialogue entre la municipalité, les forte où la politique n’a pas sa
ments de campagne, nous serons parents d’élèves et les ensei- place. Il nous semble dangereux de
particulièrement vigilants au res- gnants. choisir l’élu par idéologie poli-
pect d’une fiscalité maitrisée. tique. Vous avez élu un Maire, le
Dès le mois d’Octobre, nous invi- Maire de tous les Orvaltais.
Comme vous avez pu le constater, tons les seniors d’Orvault et d’ail-
le chantier de la Voie verte, la piste leurs aux après midi dansants de Groupe de la majorité
cyclable et piétonne qui rejoindra l’Odyssée. Un lundi par mois, municipale, rassemblant les
le bourg au rond point de la l’Odyssée accueillera des orches- élus du centre, de la droite et
Garenne se poursuit avec une fin de tres renommés pour faire danser les non-inscrits
chantier prévue pour septembre amateurs et passionnés.
2008. Joseph PARPAILLON,
Ce chantier a fait l’objet de la mise Depuis de nombreux mois, nous Elie BRISSON, Monique
en place d’un premier comité de avions engagé le dialogue avec des MAISONNEUVE, Louis RAMIN,
suivi composé de membres de la opérateurs de téléphonie et des Marie-Cécile CORBIERES, Pierre
commission de quartier et d’usa- fournisseurs internet pour permet- GADE, Aliette BERTHELOT,
gers. Il a pour mission de contrô- tre aux habitations des zones Bernard BREHERET, Monique
ler l’avancée des travaux. rurales d’accéder à l’internet haut VAN KEMENADE, Christian
La démocratie participative va évo- débit. Avec l’association « Les ARDOUIN, Arlette DESPOUYS,
luer pour permettre une plus grande Hauts d’Orvault », nous avons Jean-Pierre LEMASLE, Nicolas
implication des Orvaltais dans la trouvé une solution qui sera pré- GARNIER, Brigitte VILLAREAL,
gestion des nouveaux projets. Ainsi, sentée au prochain Conseil Catherine HEUZEY, Florent
les comités de suivi permettront Municipal. THOMAS, Sébastien ARROUET,
d’accompagner les projets jusqu’à Pascale HUCHET, Chantal LE
leur réalisation finale. Le 10 juin der- Lors du Conseil municipal du MENELEC, Patrick BRIATTRE,
nier, nous avons rencontré les 2 juin, le groupe des élus de Eric GIRAUDEAU, Valérie
membres des commissions de l’opposition a interpellé le Maire sur GAREL-PETIT, Philippe DAVID,
quartier pour évoquer l’évolution de la question des mariages célébrés Nadine HOUDOUX, Maryvonne
la démocratie participative à Orvault. uniquement par les élus de la PICAUD, Mireille PLUMEJEAU,
Jacky GENTET

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 21


Loisirs
Culture

O d y s s é e / L a G o b i n i è re

Nouvelle saison culturelle :


le plein de vitamines
Théâtre, chanson, comédie musicale, musique classique,
danse, humour, arts du cirque… À Orvault, la saison
culturelle 2008-2009 invite au voyage et à la découverte !
Attentifs à la qualité des spectacles proposés, les pro-
grammateurs ont choisi de belles rencontres pour tous
les publics. Zoom sur un agenda bien rempli, diversifié
et riche en surprises.

À Orvault, concevoir la sai-


son culturelle, c’est
d’abord proposer une
offre artistique de grande qualité et
bien diversifiée. « En allant au spec-
Sylvestre, Yannick Jaulin, Anne
Roumanoff, Gabriel Yacoub (ex-lea-
der de Malicorne)… Des compagnies
internationales singulières comme
ces Italiens qui proposent Klinke, une © Pascal Petit
tacle, chacun doit pouvoir trouver forme de cirque théâtralisé à couper
sa tasse de thé, explique Marie- le souffle… Des œuvres lyriques ou
Cécile Corbières, adjointe aux dramatiques revisitées comme
affaires culturelles. Dans cette L’école… Des femmes ?, La flûte Quand il fait beau, il pleut des bulles
optique, la Ville programme des enchantée … Des concerts de
rencontres privilégiant la diversité musiques du monde (Simon Quartet)… « C’est dans un vaste
et l’accessibilité ». Des artistes Nwambeben), du traditionnel (Sloï), tourbillon de découvertes et d’émo-
connus et reconnus comme Anne du baroque (Flanders Recorder tions que je souhaite entraîner le
public. Seuls, entre amis ou en
famille, j’invite les spectateurs à se
faire une culture de la culture. Je
souhaite inscrire le spectacle vivant
dans les habitudes de sorties, de
divertissement, de loisirs culturels »,
continue Marie-Cécile Corbières.

Des spectacles pour


la tête, le cœur et
les zygomatiques
Cette année encore, les program-
mateurs ont fignolé l’offre : sur les
38 spectacles prévus, 13 sont
ouverts au jeune public et aux sco-
© Jean Henry

laires. « 6 rendez-vous les mercre-


dis à la Gobinière pour les plus
Pynocchio de Mergerac

22 Orvault Magazine • N°36 • Avril / Mai / Juin 2008


Deux salles pour
une offre plurielle
Forte du succès de la saison
2007-2008 (1 300 abonnées et près
de 90 % de taux de remplissage),
la programmation culturelle de la ville
d’Orvault élargit son offre pour répondre
à la demande. « Deux salles accueillent
spectacles et spectateurs », explique
Yann Olivier, directeur de l’Action
Culturelle, le petit théâtre intime et cosy
de la Gobinière, qui compte 203 places,
et la salle de l’Odyssée, modulable
jusqu’à 700 places. Nous travaillons
aussi avec des structures partenaires.
Des spectacles programmés à Onyx-
La Carrière à Saint-Herblain, la
Fleuriaye à Carquefou, la Bouche d’air
et le Grand T à Nantes font partie
du parcours culturel orvaltais…
Avec réciprocité dans la plupart des cas.
Les abonnés de ces salles ont accès à
certains de nos spectacles ». Attentive à
une politique culturelle plurielle,
© William LET

Orvault multiplie les initiatives.


« Nous proposons des conférences, des
expositions… Nous invitons des artistes
Anne Roumanoff.
à créer en résidence comme Xavier
jeunes à partir de deux ans, et des avons opté pour l’originalité, la Merlet, jeune espoir très prometteur de
dimanches à l’Odyssée accessibles créativité, l’invention et la fantaisie, la chanson française. Autre événement,
de 5 à 105 ans, confirme Anne propices à la découverte de nou- nous invitons cette année Alex Beaupain,
Meignen, responsable Spectacles veaux univers. Aller au spectacle, César 2008 de la meilleure musique de
Jeune Public. L’idée, c’est de ras- c’est aussi oser sortir des sentiers film pour « Les chansons d’amour ».
sembler les générations autour battus. C’est être curieux, ne pas avoir Et Marie-Cécile Corbières de conclure :
d’un moment fort. Ces petits ren- peur et y aller ! ». Les rencontres « Pour vous faire une idée de ce vaste
dez-vous sont des invitations à proposées permettent donc programme, écarquillez les yeux
partager, à sortir du quotidien d’explorer des domaines différents et venez vite découvrir le catalogue
pour profiter d’une aventure, d’un et métissés. Elles incitent au de la nouvelle saison ! ».
éclat de rire, d’un tour de magie. bonheur de sortir.
Bref ! D’un instant plaisir ». Un Et parce que vie culturelle rime avec
point de vue que confirme l’adjointe accès pour tous, les tarifs des
à la Culture : « C’est un petit clin spectacles restent abordables pour
d’œil à la famille ». toutes les bourses. Une démarche
Une petite balade au pays des fées qui donne envie de sortir pour se
avec Minuit Song, la nouvelle comé- nourrir les sens…
die musicale du Théâtre-Nuit, une À vos agendas ! ●
autre dans l’univers chanté et
© Jean-Jacques Brumachon

extravagant d’Amélie-les-crayons, Billetterie et réservations


qui présente La porte plume… Château de la Gobinière
« Les arts dits et les arts chantés 37 avenue de la Ferrière
marquent la ligne artistique de 44 700 Orvault
notre programmation, reprend 02 51 78 37 47
www.orvault.fr Xavier Merlet
Marie-Cécile Corbières. Nous

N°36 • Avril / Mai / Juin 2008 • Orvault Magazine 23


V i v re l a V i l le
Sport

Les joueurs japonais à leur arrivée au stade de Gagné.

Le pays du soleil levant au TIPB


A l’occasion du dixième anniversaire du Tournoi Inter- d’étrangers, alors les enfants ne
connaissent pas d’autres
national Poussins Benjamins (TIPB), les organisateurs cultures. »
ont invité pour la première fois une équipe du continent
asiatique. Les joueurs japonais ont découvert un nouveau Quelques yens
football, mais surtout une nouvelle culture qu’ils ne sont en souvenir
Sur le terrain, même si les premiers
pas prêts d’oublier. matchs paraissent faciles, les petits
joueurs japonais subissent le déca-

L
lage horaire (8 heures) et la fatigue
’arrivée des joueurs japo- étonnement. Ils ont mangé avec du voyage. Mais Yokohama est une
nais de Yokohama au des fourchettes et non des des meilleures équipes du Japon et
Stade de Gagné était une baguettes, ils ont goûté les plats les joueurs ont fait parler leur
première et elle a fait sensation. français et ont partagé leurs repas technique et leur sens du football
Dès l’arrivée de leur bus, les jeunes assis sur des chaises, alors qu’ils pour arriver en quart de finale du
Japonais sont entourés de joueurs ont l’habitude de déjeuner assis par tournoi. Ils ont en revanche buté sur
français, plutôt curieux de voir terre, autour d’une table basse. une très bonne équipe, plus phy-
des adversaires asiatiques. La plu- « Ce qui a le plus surpris les sique, du Werder de Brême.
part des joueurs n’était jamais enfants, continue Kaz en souriant, Le contact n’aura pas été toujours
sortis du Japon. « C’est magnifique ce sont les hommes et les femmes facile entre les joueurs japonais et
pour eux, raconte Kaz, l’accompa- qui se font la bise. C’était pour eux français, barrière de la langue
gnateur japonais du groupe. La ville du jamais vu ! Mais tout cela, c’est oblige. Mais certains ont réussi à se
est très belle. L’air est pur ici et il une dimension très importante de parler… avec des gestes. D’autres
y a beaucoup de verdure…Rien à notre voyage : voir un autre football ont même échangé des centimes
voir avec la vie à Yokohama ! » Les bien sûr, mais aussi découvrir un d’euro contre des yens, histoire de
joueurs ont pu découvrir les cou- nouveau pays. Nous habitons sur garder un souvenir d’un voyage pas
tumes françaises, souvent avec une île où il n’y a pratiquement pas comme les autres ●

24 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


D é v e lo p p e m e n t d u r a b le

Agenda 21 local

Le développement durable
du territoire
en bonne voie
Déjà 55 orientations déclinées en 241 actions
concrètes ! Adopté par la Ville d’Orvault en
2006, l’Agenda 21 est un plan d’actions en faveur
du développement durable. Élaboré en concer-
tation avec les acteurs du territoire, il est en
très bonne voie : la ville s’organise dans le res-
pect de l’environnement et des individus.

P réserver l’environnement
et la qualité de vie à
Orvault, permettre à cha-
cun d’y vivre dignement et poursui-
vre le développement de la ville,
et de la Vallée du Cens,
les services de la Ville ne
sont pas restés inactifs.
Les 55 orientations ont
été confiées à des pilotes,
tels sont quelques-uns des objec- lesquels ont réparti les 241
tifs de l’Agenda 21. Conçu en actions à des chefs de
concertation avec l’ensemble des projets clairement identi-
acteurs du territoire (habitants, fiés. Un travail approfondi a
associations, entreprises, Éduca- été réalisé par ces diffé-
tion nationale, agents de la ville…), rents acteurs pour préciser
il a pris forme grâce à des ateliers l’action, l’estimer financièrement, Désormais, l’Agenda 21 est un
ouverts à tous. « La mise en place concevoir sa réalisation, la support, une feuille de route sur
d’actions concrètes pour organiser planifier et l’évaluer. » laquelle s’appuient les services
la ville dans le respect de l’environ- Au vu de cet examen, il est apparu de la Ville. Mais il n’est pas figé.
nement et des individus ne pouvait clairement que certaines actions C’est la raison pour laquelle la
se faire que par le biais d’une vraie pouvaient être réalisées à très municipalité mettra en place à l’au-
concertation participative, confirme court terme ou étaient déjà initiées tomne un Conseil Communal de
Monique Maisonneuve, adjointe à par les services. C’est le cas par Développement Durable, qui sera
l’Aménagement, au Développement exemple des conférences d’infor- chargé de suivre la progression de
Durable, à l’Urbanisme et à mation de la Serre Ondine, de la l’Agenda 21 et de l’adapter à de
l’Agriculture. Chacun devait pouvoir création de la Maison des Sports ou nouvelles réalités.
apporter son point de vue et de la rénovation de la Ferme du « Evidemment, la population sera
proposer ses idées ». Bignon aux normes HQE (Haute également informée d’un bilan
Qualité Environnementale), une régulier de l’avancement de
Se mobiliser pour les opération pilote pour la Ville. l’Agenda car nous avons bien
générations futures « D’autres actions nécessitent conscience que le citoyen est à son
« Durant l’année écoulée, explique études, réflexion, partenariat ou échelle un acteur incontournable
Catherine Heuzey, conseillère intervention conjointe des diffé- du devenir d’Orvault » conclut
municipale chargée de l’Agenda 21 rents services, » continue l’élue. Catherine Heuzey ●

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 25


Construire la ville

La Vallée du Cens bientôt


restaurée
Afin de préserver et de mettre en valeur les
cours d’eau et les zones humides de l’agglo-
mération, Nantes Métropole a lancé, en col-
laboration avec les communes et de nombreux
partenaires, le programme « Neptune » : un
projet ambitieux de protection et de restau-
ration des milieux aquatiques permettant de
préserver la biodiversité des vallées de
l’agglomération, de limiter les inondations et
d’améliorer la qualité de l’eau.
En parallèle, Nantes Métropole réalise et amé-
liore des cheminements piétonniers, inscrits
au schéma directeur des continuités pié-
tonnes au fil de l’eau.

Le programme de restauration et mais les travaux ont


de mise en valeur de la Vallée du été retardés par les
Cens repose sur 3 domaines intempéries et un
d’intervention : litige avec l’entre-
• le volet « milieux » portant sur prise en charge de l’ouvrage. Le giques (pluie et niveaux d’eau) et
la restauration et l’entretien de la passage sur cette digue est donc aux rythmes biologiques de la
végétation riveraine et de fond de interdit. végétation, il est susceptible d’être
vallée (élagage, débroussaillage, Parallèlement, Nantes Métropole interrompu à certaines périodes de
abattage sélectif, lutte contre les doit intervenir prochainement pour l’année.
espèces invasives), la protection mettre en place une passerelle afin En complémentarité de ce pro-
ciblée de berges érodées, la res- de rétablir la continuité piétonne. gramme, la ville mène de son
tauration des zones humides Par ailleurs, le Maire a pris un côté une réflexion afin de permet-
(fauche de prairies humides, arrêté de fermeture d’une partie du tre la connexion entre les différents
approfondissement de mares), la circuit pédestre au niveau de la quartiers de la ville en passant par
valorisation du potentiel piscicole Berthelotière. Deux raisons sont à la Vallée du Cens.
l’origine de cette décision : d’une Afin de donner au public une idée
• le volet paysager concernant les
part, la dégradation du chemin et de l’intervention sélective prévue
continuités piétonnes existantes
d’autre part le démarrage des tra- sur la végétation, un tronçon
ou à créer
vaux liés au programme de restau- « témoin » va être réalisé sur
• le volet hydraulique relatif à la ration et de mise en valeur de la 300 m dans le secteur du Petit
lutte contre les inondations dans Vallée du Cens dès le mois de juil- Moulin. Les promeneurs pourront
le quartier du Pont du Cens let 2008. Afin d’assurer la continuité ainsi découvrir le résultat des tra-
« Pour ce dernier volet, une digue piétonne sur ce secteur, un contour- vaux qui seront réalisés sur l’en-
a été réalisée, explique Catherine nement a été mis en place ». semble de la Vallée, de Sautron à
Heuzey, conseillère municipale Ce programme de travaux étant Nantes ●
chargée de la Vallée du Cens, soumis aux conditions météorolo-

26 Orvault Magazine • N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008


Pratique

Recyclez malin !
À Orvault, l’environnement occupe une place essentielle
dans la vie quotidienne des habitants. Fortement engagée
dans une démarche de développement durable, la ville d’Orvault
vous invite à recycler les déchets. Rappel pour un tri efficace.

Les bouteilles plastiques, les boîtes métalliques, les petits cartons, le papier… > Dans le sac
de collecte

>
Les autres déchets ménagers
Dans le bac
individuel
Les déchets d’origine alimentaire, les emballages sales, les bouteilles d’huile,
les films et les sacs en plastique…

>
Le verre
Dans
le conteneur
à verre

Les autres déchets


Pour tous les autres déchets, la déchèterie de l’Espérance Contact
(face au centre technique municipal du Croisy) est ouverte 7 jours Communauté urbaine de Nantes
sur 7 de 10h00 à 18h00 sauf jours fériés. Pôle Erdre et Cens :
Des composteurs sont à votre disposition gratuitement pour les 02 51 83 65 00
déchets b i o d é g ra d a b l e s (déchets de cuisines et de jardins).

N°37 • Juillet / Août / Septembre 2008 • Orvault Magazine 27