Vous êtes sur la page 1sur 9

Méthodes potentielles

(gravimétrie, magnétisme) :
Traitement et interprétation des données

Master EGC
Notes de Cours de Géophysique
Driss KHATTACH

1
Gravimétrie Rappel
• La pesanteur g aurait partout la même valeur si la Terre était
homogène, parfaitement ronde, isolée dans l'espace et
immobile.
• Or, les mesures du champ de pesanteur à la surface de la
Terre montrent que la pesanteur varie d'un point à l'autre.
• Les causes de ces variations sont de deux types :
• non géologiques, on s’efforce en prospection gravimétrique
de les éliminer.
• géologiques, sont dues aux hétérogénéités du sous-sol. Ce
sont ces variations qu’on cherche à mettre en évidence et
étudier.

2
Les corrections
• Les variations non géologiques de la pesanteur sont liées à diverses causes.
On les élimine grâce à une série de corrections qu’on applique aux mesures :

1- Correction à l'air libre : dgF = 0.3085 x h(m) mGal


La valeur de la pesanteur dépend de la distance séparant le centre de la Terre
du point de mesure de g. Ainsi, lorsque l’altitude augmente, g diminue de
0,3085 mGal/m environ. La correction à l’air libre vise à palier à cette variation
en ramenant l’ensemble des mesures à un même niveau.

2- Correction de plateau : dgB = 2pdGh


La correction d’altitude ramène les lectures à une élévation commune, mais
elle ignore l’excès ou le déficit de masse par rapport au niveau de référence.
C’est pourquoi, on fait appel à la correction de plateau qui tient compte de la
tranche de terrain (plateau) située sous le point d’observation et qui crée une
attraction supplémentaire. Cette correction est à soustraire de la lecture si le
point de mesure est situé au dessus du niveau de référence (h : hauteur de la
station de mesure par rapport au niveau de référence, d : densité du terrain
constituant le plateau).

3
3- Correction topographique : Cette correction tient compte du relief aux
alentours de la station de mesure. En effet, les collines provoquent une légère
attraction vers le haut qui s'oppose à la pesanteur et le déficit de masse dans les
dépressions est à l’origine d’un manque d’attraction. La correction topographique
qui vise à compenser ces effets.

4- Correction de latitude : gth = geq (1+a sin² L + b sin² 2L)

L : latitude ; geq = 978,0318 Gal , a= 0.0053024 , b= -0.0000058


La valeur de g augmente de l’équateur vers les pôles, cette augmentation n’est pas
linéaire et elle maximale à 45° pour deux raisons :dgL/ ds = 0.805 sin(2L) mGal/km

- le rayon de la Terre diminue de l’équateur vers les pôles car la Terre


n’est pas parfaitement sphérique mais aplatie aux pôles.
- la force centrifuge due à la rotation de la Terre diminue quand on
s’approche de son axe de rotation en allant de l’équateur vers les pôles.
La correction de latitude a pour objectif d’éliminer cette variation non géologique.

4
• 5- Correction des marées a pour but de supprimer les variations
occasionnées par l’attraction de la Lune et du Soleil dont l’effet combiné
peut atteindre 0.3 mGal par jour.

• 6- Correction de la dérive instrumentale : Compense les variations


temporelles des lectures, elle permet d’éliminer l’effet de la dérive résultant
de la fatigue de l’ensemble des composants de l’instrument de mesure
(microgravimètre).

5
Anomalie de Bouguer

• Après l’application de ces corrections aux mesures de g, on obtient des


valeurs qui représentent l’anomalie de Bouguer dont les variations
reflètent les hétérogénéités de densité du sous-sol.
• De telles variations peuvent être d’ordre lithologique c’est-à-dire
engendrées par des changements latéraux de faciès ou des variations
d’épaisseur de couches de densité différentes. Elles peuvent également
être associées à l’existence de cavités souterraines naturelles ou
artificielles.

6
Anomalie de Bouguer :

DgB=gobs-gth+dgF-dgB+dgT

• gobs : mesure (corrigée de la dérive)


• gth : g théorique ou correction de latitude
• dgF : correction à l’air libre ou de FAYE
• dgB : correction de Bouguer ou de plateau
• dgT : correction de terrain ou topographique
Présentation des données

• Après correction des mesures et calcul d’anomalie de Bouguer, les valeurs


sont représentées sur un profil ou une carte en courbes isovaleurs
(isogals). Le traçage des courbes se fait par interpolation entre les valeurs
des stations.

8
Présentation des données

495000

490000

485000

+
480000

475000
+ +

765000 770000 775000 780000 785000 790000 795000 800000 805000 810000 815000