Vous êtes sur la page 1sur 17

McDonough, Christopher Michael. “Carna, Proca and the Strix on the Kalends of June.

” Transactions of the
American Philological Association (1974-), vol. 127, 1997, pp. 315–344. JSTOR, JSTOR,
www.jstor.org/stable/284396.

Cherubini, Laura. “A Proposito Di ‘Strigosus.’” Quaderni Urbinati Di Cultura Classica, vol. 89, no. 2, 2008, pp.
71–84. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/20546467.

Ronnick, Michele Valerie. “Stellio Non Lacerta Et Bubo Non Strix: Ovid Metamorphoses 5.446-61 and 534-50.”
The American Journal of Philology, vol. 114, no. 3, 1993, pp. 419–420. JSTOR, JSTOR,
www.jstor.org/stable/295521.
Dutsch, Dorota. “Plautus ‘Bacchides’ 884-9: On Mice and Vampires.” Mnemosyne, vol. 59, no. 3, 2006, pp.
421–425. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/4433750.7

Rini, Anthony. “Popular Superstitions in Petronius and Italian Superstitions of To-Day.” The Classical Weekly,
vol. 22, no. 11, 1929, pp. 83–86. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/4389241.

Headlam, W. “Ghost-Raising, Magic, and the Underworld I.” The Classical Review, vol. 16, no. 1, 1902, pp. 52–
61. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/694305.

Dasen, Véronique. “Les Amulettes D'enfants Dans Le Monde Gréco-Romain.” Latomus, vol. 62, no. 2, 2003, pp.
275–289. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/41542481.

Brown, A. L. “The Erinyes in the Oresteia: Real Life, the Supernatural, and the Stage.” The Journal of Hellenic
Studies, vol. 103, 1983, pp. 13–34. JSTOR, JSTOR, www.jstor.org/stable/630526.

LAMIA (Aze(a). Monstre mythologique, dont le nom est en rapport avec l'idée d'abîme dévorant,
laquelle se retrouve sous la lutéine forme dans celui de Lamos, roi des Lestrygons'. Il semble
qu'au point de départ, Lamia fut tout simplement une ligure de la légende marine, analogue à
Scylla qu'on lui donnait pour mère, semblable aux Sirènes et aux llarpyies dont elle reproduit
quelques traits 2; (le là elle passa dans la superstition populaire qui s'en servait pour effrayer les
enfants en compagnie de Gorgo, de Mormolyké, d'Empusa, etc.3. Nous la trouvons à ce titre dans
la comédie d'Aristophane et elle a inspiré des drames satyriques aujourd'hui perdus`. En Libye,
où sa légende prit naissance, elle passait pour une fille de maison royale dont s'éprit Zeus; c'est la
jalousie d'Héra qui la transforma, tantôt en mère dénaturée qui dévore ses propres enfants, tantôt
en mère malheureuse qui, privée de sa progéniture, se confine dans des lieux sauvages, oit elle
s'abandonne au désespoir. On racontait que Zeus lui avait accordé le pouvoir de quitter à volonté
et, de reprendre ses yeux; que, buvant jusqu'à l'ivresse stupéfiante, elle était, inoffensive durant
son sommeil, mais qu'à l'état de veille elle errait dans les ténèbres sinistre fantôme, vampire
altéré de sang, pour s'abattre sur les jeunes enfants et les épuiser jusqu'à la moelle ; elle devenait
ainsi l'explication de certaines maladies aussi soudaines qu'étranges qui sévissaient en particulier
au temps de la canicule G. D'autres incarnaient en elle les effets funestes que la débauche exerçait
sur les grâces et la vigueur des jeunes gens'. Sappho faisait d'elle une jeune fille de Lesbos, la
même qui ailleurs est nommée Gello ou Gellôs 8 ; une tradition la localisait dans une caverne du
mont Cirphis, près de Crissa en Phocide, une autre au pays fantastique des Lestrygons dont elle
devenait la reine'. Il y eut ainsi plusieurs Lamies, que L'imagination populaire mettait en action
partout où, sur l'enfance et la jeunesse, sévissait quelque fléau mystérieux. Les striges qu'Ovide
dans les Fastes mêle à la fable de Carna, sortes de démons ailés qui durant la nuit allaitent les
enfants de leurs seins empoisonnés 10, ne sont que des Lamies accommodées suivant les idées
latines. C'est d'ailleurs chez les Latins, et même bien au delà de l'époque classique, que ces
figures ont été surtout exploitées par la littérature, les Grecs les ayant maintenues, autant que
possible, dans le cercle des superstitions populaires. Le passage où Horace défend aux poètes de
montrer sur la scène une Lamie du ventre de laquelle on arrache vivant l'enfant qu'elle a dévoré,
semble indiquer que les dramaturges faisaient du monstre un usage au moins singulier ". Plus
tard, on le représentait sous une forme double, femme par le buste LAM 909 -LAM et âne par les
membres inférieurs ; dans la fable de Psyché, les soeurs de l'héroïne, s'acquittant de leurs
fonctions de tortionnaires, sont assimilées à la fois à des louves et à des Lamies'. On a cru trouver
sur un vase peint à figures noires 2 une représentation de Lamia dans la figure d'une femme nue,
aux traits repoussants, que des satyres torturent après l'avoir attachée à un palmier. Longpérier a
reconnu une Lamie dans un oiseau à tête humaine figuré sur un vase de style corinthien 3 ;
l'image parait être empruntée à une décoration orientale ; il l'a ingénieusement rapprochée d'une
mosaïque de bas temps où des oiseaux à tète humaine sont désignés par une inscription LAME 4.
Les Lamies, au nombre de trois, paraissent même avoir été l'objet d'un culte'. J.-A. HILD.
Headword: Λαμία
Adler number: lambda,84
Translated headword: Lamia
Vetting Status: high
Translation:
She, as Douris tells in [book] 2 of his Libyan Histories, was a beautiful woman in Libya;
after Zeus had mated with her, Hera was jealous and killed her children; hence, out of grief,
she became mis-shapen and snatched and killed everyone else's children.[1] [Lamia] is also
a city of Thessaly. It was from there, after the death of Alexander [sc. the Great], that the
Greeks under Athenian leadership started out to make a challenge for their freedom, and
defeated Antipater.[2] Menander in Man-Woman [writes]: "for having filled [?] from
various parts of the battle-line he destroyed all the [?] at Lamia".[3]
Greek Original:
Λαμία: ταύτην ἐν τῇ Λιβύῃ Δοῦρις ἐν β# Λιβυκῶν ἱστορεῖ γυναῖκα καλὴν γενέσθαι,
μιχθέντος δὲ αὐτῇ Διός, ὑφ' Ἥρας ζηλοτυπουμένην, ἃ ἔτικτεν ἀπολλύναι: διόπερ ἀπὸ τῆς
λύπης δύσμορφον γεγονέναι καὶ τὰ τῶν ἄλλων παιδία ἀναρπάζουσαν διαφθείρειν. ἔστι δὲ
καὶ πόλις Θεσσαλίας, ὅθεν ὁρμηθέντες οἱ Ἕλληνες μετὰ τὸν Ἀλεξάνδρου θάνατον,
Ἀθηναίων ἡγουμένων, τῆς ἐλευθερίας ἀντιποιησάμενοι τὸν Ἀντίπατρον ἐνίκησαν.
Μένανδρος Ἀνδρογύνῳ: πλήσας γὰρ ἔφθειρεν ἐκ παρατάξεώς ποθεν τὰς ἐν Λαμίᾳ πάσας.