Vous êtes sur la page 1sur 4

ONDOUA ELLA Godfroid Yaoundé, le 10 novembre 2014.

Ingénieur Principal des Travaux


des Télécommunications
Hors Echelle
Tél : 6 76 00 79 91
e-mail : ondouaeg@hotmail.com
ondouaeg@yahoo.fr. A LA HAUTE ATTENTION DE
MONSIEUR HENRI EYEBE AYISSI,
MINISTRE DELEGUE A LA PRESIDENCE CHARGE DU
CONTROLE SUPERIEUR DE L’ETAT,
Yaoundé.

Objet : Extrait de la stratégie à adopter pour le passage à la télévision numérique terrestre

Excellence, monsieur le Ministre,

Nous avons l’honneur de vous faire parvenir très respectueusement, ci-joint, un extrait du document
élaboré par nos soins, dans l’optique de faire du passage de notre pays à la télévision numérique
terrestre un chef-d’œuvre en la matière, tant sur le plan technique, avec la rationalisation de l’utilisation
du spectre de fréquence et l’optimisation des rapports de protection des canaux analogiques et/ou
numériques les uns vis-à-vis des autres, que sur celui de l’optimisation des coûts d’investissement et
des charges d’exploitation, pour ne citer que ces cas, parmi d’autres. Cet extrait ne vous est pas
parvenu en même temps que les précédents documents, pour la bonne raison que nous étions encore
entrain d’y mettre la dernière main, ce qui est maintenant chose faite.

Il convient de souligner que notre pays – sous réserve qu’il le veuille bien, naturellement – a maintenant
la possibilité, non seulement d’assurer, le cœur léger, la transition de la radiodiffusion télévisuelle de
l’analogique vers le numérique, mais aussi, de pouvoir exporter, à titre onéreux, ledit modèle de
transition vers ceux des pays du continent qui n’ont pas encore pu effectuer la leur. Cela devrait lui
rapporter, sans que cela soit exhaustif :

1. Une consolidation de la considération que lui accordent les autres Etats africains, les modèles
conçus sur la base du « Copier/Coller » qui leur sont actuellement proposés pouvant s’avérer
particulièrement dommageables en termes de coûts d’investissement, de charges
d’exploitation, d’utilisation irrationnelle du spectre de fréquence, d’aliénation de leur
souveraineté nationale, d’aliénation culturelle, de disparition virtuelle des chaînes publiques,
d’absence de viabilité et de garantie de la pérennité des réseaux TNT à mettre en œuvre,
d’alourdissement des subventions à consentir par les pays concernés en vue de faciliter
l’équipement des ménages en dispositifs de réception appropriés, pour ne citer que ces
aspects, parmi de nombreux autres ;
2. Une consolidation de son rayonnement sur le plan diplomatique ;
3. Des rentrées d’argent supplémentaires pour le trésor public, l’assistance à apporter aux autres
pays devant être rémunérée ;
4. Des économies substantielles pour le trésor public, le budget prévisionnel de ce projet devant
être divisé par trois (03), voire plus ;
5. Une minimisation des subventions que l’Etat devrait consentir pour l’équipement des ménages
en dispositifs de réception appropriés ;
6. Etc.

Extrait de la stratégie à adopter pour le passage à la télévision numérique terrestre. Par M ONDOUA ELLA G. IPTT Hors EchellePage 1/4
Il convient de souligner ici que notre souci majeur n’est nullement de devenir consultant à temps
plein, dans ce processus de passage à la télévision numérique terrestre dans notre pays. En effet,
une fois que les ficelles auront été clairement expliquées aux responsables du Comité CAM-DTV, et
que les contours du projet auront été redessinés en conséquence, et les évaluations financières
effectuées, ce dernier devrait tout à fait pouvoir continuer, tout seul, la conduite de ladite
transition, quitte à ce que assistance puisse occasionnellement être requise, en cas de besoin, ce
qui nous laissera largement le temps de consacrer notre expertise à d’autres projets.

Comme vous l’aurez certainement compris, notre souci majeur est de faire pleinement profiter, à notre
pays, et à nos compatriotes, des dons prodigieux que la nature a bien voulu nous faire, en termes
d’expertise, dans divers domaines. Vous comprendrez certainement notre étonnement devant la
réticence de ce dernier à vouloir en tirer pleinement parti, d’autant plus que c’est la même nature qui
aura décidé que nous y venions au monde, plutôt qu’ailleurs et, qu’à ce titre, il ne serait pas très avisé
de sa part de renoncer, intentionnellement, à ce que la nature a bien voulu lui offrir.

Cela dit, nous nous permettrons, avec votre haute permission, et la très haute permission du Chef de
l’Etat, de vous signaler, très respectueusement, à vous les protecteurs attitrés de la fortune publique,
que si le Chef de l’Etat tient toujours à ce que l’image que la postérité retiendra de lui soit celle de celui
qui aura apporté la prospérité à son pays, alors il est de la plus haute urgence qu’il annule et/ou
suspende nombre de projets dans le domaine des télécommunications, sous peine pour l’Etat
d’assister, dans une passivité coupable, à la dilapidation des milliards de FCFA par centaines,
voire par milliers, d’argent public, des préjudices qu’il n’aura jamais la possibilité de compenser,
une fois les fonds en question dilapidés, quand bien même les concernés consentiraient, sous
la pression du Tribunal Criminel Spécial, à en rembourser une partie. Dans ce domaine comme
dans bien d’autres, prévenir vaut, plus que jamais, mieux que guérir.

Parmi les projets à annuler et/ou suspendre, on pourrait citer, sans que cela soit exhaustif :

1. La mise en œuvre d’un réseau national de télécommunications d’urgence sous la conduite du


ministère des P&T, d’un montant global de 224 milliards de FCFA, et dont une convention de
prêt de 77,8 milliards de FCFA avait déjà été signée avec ZTE (Cf. dépêches : Cameroun:
Télécommunications - Controverse autour d'un marché de 224 milliards de FCFA et 77 milliards
pour la construction d’un Réseau de télécommunications d'urgence ci-jointes), les prestations
qui y sont attendues pouvant très bien être intégrées dans le « Programme NBN »
actuellement en cours à CAMTEL et ce, sous réservé, naturellement, d’en redessiner les
contours, de manière à prévenir la dilapidation des fonds qui y est sous-jacente, et à en
optimiser les spécifications techniques et ce, dans l’intérêt supérieur de notre nation ;
2. Le « Programme NBN » de CAMTEL, qui devrait être immédiatement suspendu, le temps d’en
redessiner les contours, tel que sus évoqué ;
3. La construction de boucles urbaines optiques à l’utilité et à la viabilité sujettes à caution
dans les villes de Maroua, Limbe et Buea, un aspect déjà relevé dans le document qui vous
a été envoyé dernièrement, s’agissant de celles, à la limite inutiles, déjà en place à Yaoundé et
Douala, dossiers à vous envoyé en copies de celui remis à monsieur le Procureur Général
près le Tribunal Criminel Spécial le 13 octobre dernier (Cf. Communication des pièces
justificatives de mes dénonciations de M. David NKOTO EMANE et Compagnie) ;
4. La mise en place des plateformes e-commerce, e-banking, e-money, e-santé, e-
éducation…, dont l’appel d’offres vient d’être lancé par le ministère des P&T (Cf. dépêche de
l’Agence Ecofin : Le Cameroun veut mettre en place des plateformes e-commerce, e-banking,
e-money, e-santé, e-éducation…, ci-jointe), ni ce ministère, ni CAMPOST n’étant des
opérateurs de télécommunications d’une part, et les services de ce genre étant destinés à

Extrait de la stratégie à adopter pour le passage à la télévision numérique terrestre. Par M ONDOUA ELLA G. IPTT Hors EchellePage 2/4
s’appuyer sur une plateforme « Machine-à-Machine » (M2M) unique, qui gagnerait d’ailleurs
à être dupliquée sur des sites géographiques distincts, pour des besoins de sécurisation des
services en cas de survenue éventuelle d’une catastrophe et qui, logiquement, devrait être mise
en œuvre par CAMTEL dans son réseau CDMA2000, comme cela se fait ailleurs, tel que le
montre l’écosystème CDMA2000 pour les applications M2M ci-dessous.

5. La mise en œuvre d’un réseau GSM/3G par CAMTEL, tel que cela vous a déjà été expliqué
dans de précédents documents. Il convient par ailleurs d’ajouter, s’agissant dudit projet, que
l’Etat, qui a envoyé CAMTEL se débrouiller auprès des marchés financiers, les centaines
de milliards de FCFA engloutis par ladite entreprise l’ayant jusque-là été en pure perte ne
peut, sans être tenu pour responsable, assister, passivement, à l’entreprise de
manipulation orchestrée par David NKOTO EMANE par le truchement de l’Agence de
notation Bloomfield qui vient d’attribuer à CAMTEL, toute honte bue, un « Triple A avec une
perspective stable sur le court terme » (Cf. dépêche de l’Agence Ecofin : Bloomfield attribue
la note BBB à l’opérateur public des télécoms camerounais Camtel, et mon commentaire y
relatif, ci-joints), avec un endettement estimé à 141,2 milliards de francs Cfa à fin décembre
2013 (contre 91,7 milliards en 2012), les 128 milliards de FCFA du « Programme NBN »
susvisé non compris, et des parts de marché actuellement voisines de zéro pour cent
(0%) (Cf. derniers résultats publiés par les opérateurs mobiles dans la dépêche de l’Agence

Extrait de la stratégie à adopter pour le passage à la télévision numérique terrestre. Par M ONDOUA ELLA G. IPTT Hors EchellePage 3/4
Ecofin : MTN Cameroon l’emporte sur Orange au terme des 9 premiers mois de l’année 2014
ci-jointe), étant entendu que cette manœuvre constitue une tentative d’escroquerie de la
part de CAMTEL et Bloomfield vis-à-vis des investisseurs, des dettes astronomiques
dont le remboursement devra, en définitive, revenir au pauvre contribuable.

Cela étant, afin de faciliter la mise en œuvre de ladite transition vers la télévision numérique terrestre
dans notre pays, l’inclusion d’une provision budgétaire de 20 milliards de FCFA dans le budget
de l’Etat 2015, doublée d’une allocation de 10 milliards de FCFA dans le Fonds Spécial des
Télécommunications, et éventuellement d’une assistance financière de la Coopération
Française, permettraient déjà d’entamer tout de suite ledit processus, quitte à éventuellement
solliciter, dans une moindre mesure, les mêmes sources de financement, en 2016, en cas de
besoin.

Excellence, monsieur le Ministre, comme vous l’aurez certainement constaté, entre autres à la lumière
des contributions que nous vous faisons parvenir ces derniers temps, nous essayons de mettre en
œuvre tout ce qui est en notre pouvoir, afin de faire profiter à notre pays de notre expertise et ce, en
dépit de toutes les entraves auxquelles nous devons, bien malgré nous, faire face. Ce faisant, dans un
cas comme dans l’autre, nous nous serons acquittés de notre devoir et de nos obligations naturelles
envers notre pays, étant entendu que, comme le dit si bien un vieux proverbe, « A l’impossible, nul
n’est tenu ».

Dans l’espoir que notre message bénéficiera effectivement de toute l’attention appropriée, nous vous
prions, Excellence monsieur le Ministre, de bien vouloir recevoir les assurances de notre parfaite
déférence.

ONDOUA ELLA G.
Copies à :
 Premier Ministre
 Procureur Général/TCS

PJ :
 Stratégie à adopter pour le passage à la télévision numérique terrestre (Extrait)
 Bloomfield attribue la note BBB à l’opérateur public des télécoms camerounais Camtel
 Le Cameroun veut mettre en place des plateformes e-commerce, e-banking, e-money, e-santé, e-
éducation…
 Cameroun: Télécommunications - Controverse autour d'un marché de 224 milliards de FCFA
 77 milliards pour la construction d’un Réseau de télécommunications d'urgence
 MTN Cameroon l’emporte sur Orange au terme des 9 premiers mois de l’année 2014

Extrait de la stratégie à adopter pour le passage à la télévision numérique terrestre. Par M ONDOUA ELLA G. IPTT Hors EchellePage 4/4

Vous aimerez peut-être aussi