Vous êtes sur la page 1sur 20

LA CONSOLIDATION

PARTIE 1
A SAVOIR : qu’est-ce qu’une participation ? Connaître ses particularités comptables

I. DEFINITIONS ET GENERALITES

La consolidation est une technique qui permet le regroupement des documents de synthèse
des sociétés qui composent un groupe de sociétés, comme s’il ne faisait qu’une seule entité
économique.

Les documents de synthèse comprennent la liasse fiscale et le tableau de financement.

La consolidation facilite la gestion et la prise de décision du groupe en fournissant aux dirigeants des
données qui font la synthèse des différentes activités du groupe. Les documents de consolidation font
apparaître le poids économique, la situation financière et l’évolution du groupe par rapport aux
autres groupes. Les performances réelles sont plus accessibles aux tiers (banquiers, Etat, personnel,
actionnaires…).
Les règlements européens rendent obligatoire l’application des normes comptables internationales
(IFRS) pour la présentation des comptes consolidés des sociétés cotées en bourse depuis le 1 er janvier
2005.

II. PERIMETRE DE CONSOLIDATION

PERIMETRE DE CONSOLIDATION

Il est constitué par l’ensemble des sociétés retenues pour l’établissement des comptes consolidés,
compte tenu du pourcentage de contrôle (droits de vote) détenu par la société mère.

Le périmètre de consolidation comprend :

- la société mère (la tête) du groupe) ;

- les sociétés qu’elle contrôle directement ou indirectement de façon exclusive ;

- les sociétés qu’elle contrôle directement ou indirectement de façon conjointe ;

Les sociétés sur lesquelles elle exerce une influence notable.

DIFFERENTS TYPES DE CONTROLE

Le contrôle exclusif se caractérise par l’exercice du pouvoir de direction exercé par la maison mère.

Le contrôle conjoint résulte du partage du contrôle ou de la direction des sociétés exploitées en


commun avec un nombre limité d’associés.
L’influence notable est présumée lorsqu’une société dispose directement ou indirectement d’une
fraction au moins égale à 20 % des droits de vote.

CONTROLE EXERCE PAR LA SOCIETE MERE SUR LA FILIALE

% des droits de vote Nature du contrôle


détenus

La société mère détient : + de 50 % des droits de vote CONTROLE EXCLUSIF

(contrôle juridique)

+ de 40 % des droits de vote

La société mère détient : (à condition qu’un autre CONTROLE EXCLUSIF


associé ne détienne un (contrôle juridique présumé)
pourcentage supérieur à
celui de la société mère)

a nommé la majorité des


membres des organes de CONTROLE EXCLUSIF
La société mère
direction pendant deux
(contrôle juridique de fait)
exercices consécutifs

détient un contrat prévoyant


le contrôle de la filiale par CONTROLE EXCLUSIF
la société mère
elle même, ou il existe une
(contrôle contractuel)
clause statutaire

Détient au moins 20 % des


droits de vote INFLUENCE NOTABLE
La société mère
(influence présumée)

Nomme un représentant
dans les organes de gestion INFLUENCE NOTABLE
La société mère
(influence économique)

Détient des droits de vote


identiques entre un petit CONTROLE CONJOINT
La société mère
nombre d’associés

POURCENTAGE DE CONTROLE ET POURCENTAGE D’INTERETS

Le pourcentage de contrôle détermine la nature du lien de dépendance entre la société mère et ses
filiales. Il exprime le pourcentage de droits de vote obtenu directement ou indirectement par la
société mère pour les assemblées générales de la filiale ;

Ce pourcentage permet de décider de son entée dans le périmètre de consolidation et de choisir la


méthode de consolidation.

Le pourcentage d’intérêts correspond à la fraction du patrimoine détenue par la société mère dans
chaque société du groupe. Le pourcentage ce pourcentage d’intérêts (pourcentage de participation
financière), exprimé en part de capital, permet de répartir les capitaux propres et le résultat des
filiales à consolider.

Exemples :
1 – une entreprise détient 900 000 actions d’une société au capital de 1 000 000 actions de 15 €.

Calcul du pourcentage de contrôle : 900 000 actions / 1 000 000 actions = 90 %

Calcul du pourcentage d’intérêts : identique (90 %)

2 – la société A détient 70 % du capital de la société C et 20 % du capital de la société B. La société C


détient 40 % du capital de B.

Calculer le pourcentage de contrôle et le pourcentage d’intérêts de la société A dans la société B.

A
A

20 % 70 %

B
C
40 %

Pourcentage d’intérêts de A dans B : 20 % + (70 % x 40 %) = 48 %

Pourcentage de contrôle de A sur B : 20 % + 40 % = 60 %

- 3 la société D possède des participations dans les sociétés, V, P et R.


La société D détient 75 % de V, 15 % de P et 20 % de R.

V détient 40 % de P et R détient 20 % de P.

Pour bien comprendre les liens qui unissent ces sociétés, il est conseillé de construire une
représentation graphique.

Calcul du pourcentage de contrôle de D sur chacune des trois autres :

- V : 75 %

- R : 20 %

- P : 40 % + 15 % = 55 % supé rieur à 20 % + 20 % en passant par R

Calcul du pourcentage d’intérêts

- V : 75 %

- P ; 49 % parce que : (0,75 x 0,4) + 0,15 + (0,2 x 0,2) = 0,30 + 0,15 + 0,04 = 0,49

- R : 20 %

Pourquoi P n’est-il pas dans le périmètre de consolidation de D ? Réponse dans la fiche : point B à
deux endroits

- 4 le groupe M est composé d’entreprises dont le réseau de participations est représenté dans le
schéma ci-dessous. La part du capital de la société MB qui n’est pas détenue par le groupe M est
émiettée en une multitude de petits porteurs, aucun d’entre eux ne détenant plus de 5 % du capital.
La société MG est détenue à parts égales par le groupe M et la société T
Société M

85 % 45 % 70 % 30 % 60 % 40 % 50 %

MA MB MC MD ME MF MG

60 % 10 % 20 %

MH MJ MK

15 %

MI

Déterminer pour chaque société du groupe, le pourcentage de contrôle par le groupe M, le périmètre
de consolidation, le pourcentage d’intérêts détenu par le groupe M.

Certaines réponses, non données sont à vérifier avec le QCM

% DE CONTROLE PERIMETRE % D’INTERETS

M Société mère

MA 80 % Oui 80 %

MB 45 % Oui 45 %
MC 70 % Oui 70 %

MD 30 % Oui 30 %

ME 60 % Oui 40 %

MF 40 + 15 = 55 % Oui 40 % + (60 % x 15 %) = 49 %

MG 50 % Oui 50 %

MH 60 % Oui 60 % X 42 % = 42 %

MI 15 % Non

MJ 10 % Non

MK 20 % Oui à justifier

III. COMMENT CHOISIR UNE METHODE DE CONSOLIDATION

GENERALITES ET DEFINITIONS

La consolidation est une technique qui consiste à substituer à la valeur comptable des titres de
participation des sociétés consolidées détenus par la société mère, les comptes sociaux de ces
sociétés qui résultent du bilan à la date de consolidation.

Cette substitution consiste :


- à intégrer dans le bilan de la société mère de l’ensemble ou d’une partie des éléments actifs et
passifs constitutifs des capitaux propres des sociétés à consolider ;

- à prendre en compte la quote-part des capitaux propres des sociétés à consolider revenant à la
société mère.

La différence entre quote-part revenant à la société mère et la valeur comptable des titres est ajoutée
aux capitaux propres de la société mère (réserves et résultat) pour former les capitaux propres
consolidés.

Trois méthodes de consolidation possibles :

- la consolidation par intégration globale ;

- la consolidation par intégration proportionnelle ;

- la consolidation par mise en équivalence.

CHOIX D’UNE METHODE DE CONSOLIDATION

Le choix d’une méthode de consolidation dépend du pouvoir de contrôle exercé par la société
dominante. (Pourcentage de droits de vote détenus directement ou indirectement par la société mère
sur ses filiales).

TYPE DE CONTROLE METHODE DE CONSOLIDATION

Contrôle exclusif Consolidation par intégration globale


Contrôle conjoint Consolidation par intégration proportionnelle

Influence notable Consolidation par mise en équivalence

Ni contrôle, ni influence notable Pas de consolidation : hors du périmètre de consolidation

Exemples : point 2

Exemple 3 la société D :

Société D Société mère Consolidation par intégration globale

Société V Contrôle exclusif Consolidation par intégration globale

Société P Contrôle exclusif Consolidation par intégration globale

Société R Influence notable Mise en équivalence

Exemple 4 la société M

% DE CONTROLE PERIMETRE METHODE DE CONSOLIDATION

M Société mère

MA 80 % Oui Intégration globale

MB 45 % Oui Intégration globale

MC 70 % Oui Intégration globale


MD 30 % Oui A justifier

ME 60 % Oui Intégration globale

MF 40 + 15 = 55 % Oui Intégration globale

MG 50 % Oui A justifier

MH 60 % Oui Intégration globale

MI 15 % Non

MJ 10 % Non

MK 20 % Oui A justifier

IV. PRESENTATION DES METHODES DE CONSOLIDATION DU


BILAN

L’INTEGRATION GLOBALE

Cumuler les comptes des sociétés à consolider.

Eliminer les opérations intra-groupe et les comptes réciproques.

ACTIONS Répartir les capitaux propres après retraitements.

A MENER Eliminer de l’actif les titres de la société intégrée.

Intégrer la différence de consolidation aux capitaux propres de la société mère.


Société mère M Filiale F

CAPITAUX CAPITAUX PROPRES


PROPRES M F
ACTIF M ACTIF F

DETTES F

DETTES M

TITRES F

V. BILAN CONSOLIDE

Groupe M

CAPITAUX PROPRES consolidés

ACTIF M Capitaux propres de la société


mère M + différence de
consolidation + fraction du résultat
de la filiale F revenant à M

Intérêts des minoritaires

ACTIF F DETTES M

DETTES F
L’INTEGRATION PROPORTIONNELLE

Cumuler les comptes de la maison mère et la fraction des comptes de la


société consolidée correspondant à la part revenant au groupe.

Eliminer les opérations intra-groupe et les comptes réciproques compte tenu


ACTIONS
des montants intégrés.
A MENER
Eliminer les titres de la filiale intégrée.

Intégrer la différence de consolidation aux capitaux propres consolidés

Les intérêts minoritaires n’apparaissent pas dans le bilan consolidé, contrairement à ce qui est fait
dans une consolidation par intégration globale.

Société mère M Filiale F

CAPITAUX CAPITAUX PROPRES


PROPRES M F
ACTIF M ACTIF F

DETTES F

DETTES M

TITRES F

BILAN CONSOLIDE
Groupe M

CAPITAUX PROPRES consolidés

ACTIF M Capitaux propres de la société


mère M + différence de
consolidation + fraction du résultat
de la filiale F revenant à M

DETTES M

% ACTIF F

% DETTES F

MISE EN EQUIVALENCE

Substituer au coût d’acquisition des titres des sociétés consolidées la quote-


part qu’ils représentent dans les capitaux propres (y compris le résultat de
l’exercice) de la filiale.
ACTIONS
Eliminer les résultats sur les opérations internes.
A MENER
Dégager la différence de consolidation à incorporer aux capitaux propres
consolidés (réserves et résultats).

Société mère M Filiale F

ACTIF M CAPITAUX CAPITAUX PROPRES


PROPRES M F
ACTIF F

DETTES F

DETTES M

TITRES F

BILAN CONSOLIDE

Groupe M

CAPITAUX PROPRES consolidés

ACTIF M Capitaux propres de la société


mère M + différence de
consolidation + fraction du résultat
de la filiale F revenant à M

DETTES M

TITRES MIS EN EQUIVALENCE (%


des capitaux propres)
LA CONSOLIDATION DU COMPTE DE RESULTAT

La consolidation des comptes de résultat repose sur des principes identiques à ceux qui conduisent à
la présentation du bilan consolidé.

Soit une maison mère et ses trois filiales :

- F1 consolidée par intégration globale ;

- F2 consolidée par intégration proportionnelle ;

- F3 consolidée par mise en équivalence.

COMPTES DE RESULTATS DES COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE

SOCIETES A CONSOLIDER

CHARGES M PRODUITS M

RESULTAT M
CHARGES M PRODUITS M

CHARGES F1
CHARGES F1 PRODUITS F1 PRODUITS F1

% CHARGES F2
RESULTAT F1
% PRODUITS F2
RESULTAT
CONSOLIDE
QUOTE-PART
résultat F3

Intérêts es
CHARGES F2 PRODUITS F2
minoritaires

RESULTAT F2

CHARGES F3 PRODUITS F3

RESULTAT F3
Résultat consolidé = résultat de la
société mère M + ù pourcentage du
résultat de chaque filiale consolidée
quelle que soit la méthode utilisée

QCM
1 – point B exemple 4

Pourquoi les sociétés MI et MJ ne font-elles pas partie du périmètre de consolidation du groupe M ?

A Parce la participation du groupe dans ces sociétés est inférieur à 25 %

B Parce la participation du groupe dans ces sociétés est inférieur à 20 %

C Parce la participation du groupe dans ces sociétés est supérieur à 9 %

2 – le pourcentage d’intérêts de M dans MK est de :

A 49 % x 21 % = 10,29 %

B Pourcentage d’intérêts de MF x 20 % = 9,8 %

C 60 % x 15 % x 40 % + 20 % = 23,6 %
3 – pourquoi le pourcentage de contrôle de 45 % de M sur MB est-il qualifié d’exclusif ?

- deux réponses possibles-

A Parce que les autres porteurs de parts sont une multitude de petites porteurs

B Parce qu’aune autre société ne détient plus de parts que M

C Parce que le pourcentage est inférieur à 50 %

4 – le pourcentage de contrôle de M sur MG est-il qualifié de conjoint, d’exclusif ou de notable ?

A exclusif

B Notable

C Conjoint

5 – méthodes de consolidation exemple 4, les méthodes de consolidation à pratiquer sont dans cet
ordre MD, MG et MK

A Mise en équivalence, intégration proportionnelle et mise en équivalence

B Intégration proportionnelle, mise en équivalence et mise en équivalence

C Intégration globale, mise en équivalence et intégration proportionnelle


6 – le pourcentage d’intérêts de la société mère correspond à la fraction du capital qu’elle possède. Il
lui confère ainsi une part du patrimoine social (capitaux propres)

A faux

B vrai

7 – le contrôle exclusif est le pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelles d’une
entreprise, quelle que soit leur forme ou qui exerce sur elle une influence notable.

A vrai

B faux

REPONSE
-1b

-2b

- 3 a et b

-4c

-5 a

-6b

-7a

Vous aimerez peut-être aussi