Vous êtes sur la page 1sur 16

LE BUDGET DES

INVESTISSEMENTS
Il est impératif de maîtriser les techniques de choix d’investissement et d’actualisation, la loi
normale.

Ce budget reflète en nombre et en qualité les moyens de production (immobilisations) dont


l’entreprise veut disposer.

L’investissement est l’acquisition des immobilisations permettant d’atteindre les objectifs fixés.

L’investissement permet de maintenir la capacité de production, d’augmenter les moyens dont


dispose l’entreprise, de rationaliser les procédures de production.

L’entreprise doit donc choisir le projet le plus avantageux et choisir le financement le plus rentable.

INVESTISSEMENT EN AVENIR CERTAIN

L’investissement et le choix de financement étant définis, il suffit simplement de mettre en pratique


les éléments de cours étudiés dans les différents processus des cours.

Exemple :
Une entreprise fabriquant de la pâtisserie décide d’étendre son marché. Elle a signé des contrats de
partenariat avec des entreprises européennes pour la commercialisation de produits surgelés.

Elle a donc investi dans une chaîne industrielle 600 000 € TTC, amortissable sur 6 ans et dont la valeur
résiduelle est de 80 000 €.

Ce projet est financé pour moitié par les fonds propres et pour moitié par emprunt contracté le
01/07/N en remboursement constant sur 5 ans – taux : 6 %.

Les recettes annuelles prévues sont estimées à 350 000 €, les charges variables à 45 % du chiffre
d’affaires. Le taux d’imposition est de 1/3 et l’exercice comptable débute le 1 er janvier.

L’augmentation du BFR est de 38 00 0 € pour cette activité. Il sera récupéré en d’exploitation du


projet.

Tous les montants sont arrondis à l’euro le plus proche.

- Calcul des annuités de remboursement d’emprunt

Année Intérêt Capital Annuité


remboursé

1 18 000 60 000 78 000

2 14 400 60 000 74 000

3 10 800 60 000 70 800

4 7 200 60 000 67 200

5 3 600 60 000 63 600

- calcul de la CAF
Éléments N N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 N+6

Recettes 175 350 000 350 350 000 350 000 350 000 175 000
000 000

Charges -78 750 - - -157500 -157500 -157500 -78 500


157500 157500
variables

Charges - 18 000 - 14 - 10 800 - 7 200 - 3 600


d’intérêts 400

Amortissements - 41 - 83 333 - 83 - 83 333 - 83 333 - 83 333 - 41 667


667 333

Résultats avant 54 833 91 167 94 767 98 367 101 967 105 567 54 833

impôts

Impôts 18 278 30 389 31 389 32 789 33 989 35 189 18 278

Résultats nets 36 555 60 778 63 378 65 578 67 978 70 378 36 555

Amortissements 41 667 83 333 83 333 83 333 83 333 83 333 41 667

CAF 78 222 144 111 146 148 911 151 311 153 711 78 222
711

- plan de financement
RESSOURCES N N+1 N+2 N+3 N+4 N+5 N+6

Capitaux 300 000


propres

emprunt 300 000

CAF 78 222 144 111 146 711 148 911 151 311 153 78 222
711

Récupération 38 000

Du BFR

Valeur 80 000
résiduelle

TOTAUX 678 222 144 111 146 711 148 911 151 311 153 196
711 222

EMPLOIS

investissement 600 000

BFR 38 000

Rbt emprunt 60 000 60 000 60 000 60 000 60 000

TOTAUX 638 000 60 000 60 000 60 000 60 000 60 000


SOLDE 40 222 84 111 86 711 88 911 91 311 93 711 196
EXERCICE 222

CUMUL 40 222 124 333 211 044 299 955 391 266 484 681
977 199

INVESTISSEMENT EN AVENIR PROBABILISTE

La CAF est fonction des recettes prévues, elles-mêmes fonction de l’évolution de la demande ou de
l’environnement économique.

Si la CAF est une variable aléatoire, alors la VAN l’est aussi.

Espérance mathématique de la CAF : E(CAF) = ∑ CAF i x pi

Avec pi = probabilité associée à chaque état d’environnement « i »

Espérance de la VAN : V(VAN) = ∑ E (CAF) (1 + t) –i – Invt

Variance de la VAN : V(VAN) = ∑ (VAN)2 x pi – E(VAN)2

Ecart type de la VAN : = √ V(VAN)

Taux de risque : Tr = σ (VAN) / E(VAN), le projet est supposé risqué si Tr > à 1.


- arbre de décision

Chaque CAF ou VAN espérée est affichée dans une branche.

Exemple : A l’occasion d’un projet d’investissement de 50 000 €, les CA calculées sont les suivantes :

Année 1 : 35 000 si la demande est forte et 27 000 en cas de demande faible.

Année 2 : 37 000 si la demande évolue favorablement, 33 000 si la demande fléchit

25 000 si la demande demeure faible et 29 000 si la demande démarre positivement.

Probabilité : demande faible : 0,3 et demande forte : 0,7

Taux d’actualisation 10 %

Présenter l’arbre de décision, calculer la CAF actualisée et probabilisée (arrondir à la dizaine de


centimes), calculer la VAN espérée.
Probabilité de la branche CAF actualisées CAF probabilisées

Branche 1 : 0,7 x 0,7 = 0,49 35 000 (1,1) -1 + 37 000(1,1) - 62 396 x 0,49 = 30 574,4
2

= 62 396

Branche 2 : 0,7 x 0,3 = 0,21 35 000(1,1) -1 + 33 000(1,1) -2 59 090 x 0,21 = 12 408,9

= 59 090

Branche : 0,3 x 0,7 = 0,21 27 000(1,1) -1 + 29 000(1,1) -2 48 512,4 x 0,21 = 10 187,6

= 48 512,4

Branche 4 : 0,3 x 0,03 = 0,9 27 000(1,1) –1 + 25 000(1,1) – 45 206,6 x 0,09 = 4 068,6


2

= 45 206,6

Total des CAF actualisées et probabilisées : 57 239,50 €

Van espérée : 57 239,50 – 50 000 = 7 239,50 €.

EXERCICE COMPLEMENTAIRE

A l’occasion d’un nouveau projet, l’entreprise vous communique les éléments suivants :

Investissement nécessaire
- étude du projet : 300 000 €

- agrandissement des ateliers, coûts estimés : 300 000 €

- aménagement du nouvel espace : 120 000 €

- achat/production des chaînes de production : 350 000 €

- formation/mise en route/autres : 30 000 €

Financement

- emprunt de 700 000 € sur 5 ans au taux de 6 %en remboursements constants ;

- subvention d’équipement : 300 000 € ;

- autofinancement : 100 000 €.

Exploitation

- recettes annuelles : 950 000 €

- charges variables d’exploitation annuelles : 40 % des recettes

- BFR 1ère année et récupération en fin d’exploitation : 150 000 €

- durée d’utilisation du produit : 5 ans

- tous les éléments de l’investissement sont utilisés pendant 5 ans avec une valeur résiduelle nulle. La
consommation des avantages économiques attendus est linéaire sur la durée de l’utilisation.
Il est demandé de calculer les flux nets de trésorerie d’exploitation et de présenter le plan de
financement.

- tableau d’emprunt : taux 6 % sur 5 ans et remboursements du capital constant

Année Intérêts Amortissement Annuité

1 42 000 140 000 182 000

2 33 600 140 000 173 600

3 25 200 140 000 165 200

4 16 800 140 000 156 800

5 8 400 140 000 146 400

- calcul des flux nets de trésorerie d’exploitation (FNTA)

Éléments 1 2 3 4 5

CA 950 000 950 00 950 000 950 000 950 000

Charges variables - 380 000 - 380 000 - 380 000 - 380 000 - 380 000

Charges fixes - 150 000 - 150 000 - 150 000 - 150 000 - 150 000

Amortissements QCM

Intérêts 42 000 33 600 25 200 16 800 8 400


d’emprunt
Reprise de la + QCM
subvention

Résultat avant 218 000 226 400 234 800 243 200 251 600
impôts

Impôts -

Résultat après 145 333 150 933 156 533 162 133 167 733
impôts

Amortissements +

Subvention -
reprise

FNTA 305 333 310 933 316 533 322 133 327 733

- plan de financement

1 2 3 4 5

RESSOURCES

Subvention 300 000

Emprunt 700 000

Fonds propres 100 000

FNTA 305 333 310 933 316 533 322 133 327 733
Récupération du
BFR

valeur résiduelle

TOTAL DES 1 405 333 477 733

RESSOURCES

Investissements

BFR

Rbt emprunt

TOTAL DES 140 000


EMPLOIS

SOLDE DES - 15 333 170 933 176 533 182 133 337 733
L’EXERCICE

QCM
1 – le montant des amortissements annuels est calculé sur :

A 1 100 000

B 1 070 000

c 1 000 000
2 – le montant de la subvention repris chaque année est fonction :

A Du montant de l’investissement divisé par le nombre d’années d’utilisation

B Proportionnellement au montant de l’amortissement annuel

c De 1/5 dans tous les cas

3 – la subvention est rapportée annuellement au compte de résultat pour :

A 50 000 €

B 60 000 €

c 80 000 €

4 – pourquoi faut-il annuler la reprise de subvention en fin de tableau ?

A Parce que la reprise comptable augmente la CAF

B Parce que la reprise fiscale n’augmente pas la CAF

c Parce que la reprise comptable n’augmente pas la CAF


5 - pourquoi, seul le montant du remboursement du capital emprunté figure-t-il dans le tableau de
financement ?

A Les charges d’intérêts étant décaissables, elles sont intégrées au calcul de la CAF

B Les charges financières n’apparaissent pas dans le tableau de financement

c Parce qu’il s’agit d’un remboursement constant

6 – le tableau de financement n’est pas équilibré la première année. Que peut faire l’entreprise ?

A emprunter

B Utiliser le découvert ou vendre des placements financiers

c Ne pas rembourser la première échéance de l’emprunt

7 – s’il existait une valeur résiduelle connue lors de la mise en place du nouvel investissement, celle-ci
serait :

A Inscrite en ressources en début de plan de financement et déduite de la valeur


amortissable

B Inscrite en fin de plan en emplois et déduite de la base amortissable de


l’investissement

c Inscrite en ressources en fin de plan de financement et déduite de la valeur


amortissable de l’investissement

8 – A quoi correspond le montant du BFR indiqué en début de plan de financement ?

A A la ressource qui sera dégagée dans un futur proche

B Aux besoins que l’entreprise doit financer pour ce nouveau projet, c’est donc un
emploi

c Au besoin que l’entreprise doit comptabiliser

9 – le plan de financement peut-il être un élément nécessaire pour négocier avec les banques ?

A non

B Je ne sais pas

c oui

10 – quels sont les budgets impactés par l’achat d’un bien immobilisé ?
A Budgets d’investissements, budget de TVA, budget des frais financiers
(éventuellement), budget de trésorerie

B Budgets d’investissements, budget de TVA, budget des frais financiers


(éventuellement), budget des décaissements, budget des amortissements

c Budgets des achats, budgets d’investissements, budget de TVA, budget des frais
financiers (éventuellement), budget des décaissements, budget des
amortissements

REPONSE
1–a

2–b

3–b

4–c

5–a

6–b

7–c

8–b
9-c

10 - b

Vous aimerez peut-être aussi