Vous êtes sur la page 1sur 3

’AVENIR DES COLLECTIVITES TERRITORIALES AU MAROC A LA LUMIERE DE

LA REGIONALISATION AVANCEE

Préparé par l’étudiant chercheur :


MOHAMED EL-ASRI

Tutelle, contrôle, répartition des competences, les relations entre


l’Etat et les collectivités territoriales au Maroc n’ont cessé d’évoluer ces
dernières années dans un système de répartition très complexe (1)

En effet les collectivités territoriales conformément a la constitution


de 2011 et surtout l’article 135 sont les régions les préfectures les
provinces et la commune, et toute nouvelle collectivité territoriale est crée
par la loi.

De même les collectivités territoriales sont des unîtes dont les


limites géographiques sont déterminées avec précision en fonction des
specifités historiques, socio tribales, culturelles et institutionnelles, elles
sont régies par le droit public et dotées de la personnalité morale et de
l’autonomie financière.(2)

Avant d’éclairer les principes de répartition et d’exercice de


compétences entre l’Etat et les collectivités territoriales dans la nouvelle
constitution marocaine .on va tout d’abord parler du statut constitutionnel
des collectivités territoriales, pour en finir avec le contrôle ou la tutelle
exercé sur ses entités

A/ LE STATUT CONSTITUTIONNEL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

Les collectivités territoriales au Maroc faisant partie des structures


même du territoire marocain, elles ont tout comme l’Etat un statut
constitutionnel.
L’ existence des collectivités territoriales au Maroc est prévue par les
constituions de 1992 dans son article 94, ainsi la constitution de 1996 dans
l’article 100, et enfin par la constitution de 2011 dans son art 135 qui
stipule : que les collectivités territoriales du royaume sont les regions,les
prefectures,les provinces, et les communes ;elles constituent des
personnes morales de droit public.qui gèrent démocratiquement leur
affaires ,et que les conseils des régions et des communes sont élus au
suffrage universel direct.et toute autre collectivité est crée par la loi, le cas
échéant en substitution d’une ou plusieurs collectivités(3)
De ce fait ont remarque que le législateur marocain a élevé la région
au stade des collectivités territoriales, que ce n’été pas le cas avant la
constitution de 1992, et que la région et les autres niveaux sont dotées de la
personnalité morale et de l’autonomie financière et administrative, ce qui
leur permettre de gérer leur affaire librement et démocratiquement tout en
respectant les lois en vigueur et les compétences de chacun d’eux.

B/ LES PRINCIPES DE REPARTITION ET D EXERCICE DES COMPETENCES


ENTRE L ETAT ET LES COLLECTIVITES TERRITORIALES :

Le législateur marocain a réalisé une innovation dans le domaine de


décentralisation et de déconcentration territoriale dans la mesure ou il a
constitutionnalisé des principes très avancées en matière de démocratie
locale en l’occurrence : le principe de libre administration (a) et le principe
de subsidiarité(b)(4)

a/ le principe de la libre administration :

L’article 136 de la constitution de 2011 stipule que : « l’organisation


régionale et territoriale repose sur le principe de libre administration, de
copération, de solidarité, elle assure la participation des populations a la
gestion de leurs affaires.et favorise leur contribution du développement
durable »(5)
En effet la libre administration suppose le pouvoir de décider
librement la nature et les procédés de mise en œuvre des intervention
économiques.
Toutefois l’objectif ultime de ce principe selon le doyen FAVOREAU
LOUIS et de protéger la liberté des pouvoirs décentralises contre l’Etat, les
établissements publics, et mêmes les collectivités territoriales(6)

b/ le principe de subsidiarité

En vertu de l’article 140 de la constitution Alenia 1 : sur la base du


principe de subsidiarité, les collectivités territoriales ont des compétences
propres, des compétences partagés avec l’Etat et celles qui leur sont
transférables par ce dernier ».
On déduit de cette disposition que les collectivités territoriales ont en
vertu de principe de subsidiarité le devoir d’apporter des réponses
spécifiques a des questions communes.
Le principe de subsidiarité combine 3 idées principales :

 Que les différents niveaux de gouvernance se partage une


responsabilité commune et celle de savoir comment coopérer chacun
avec ses moyens a la gestion des défis communs du local au national
voir au mondial
 Aucune entité ne dispose d’une souveraineté absolue sur un
territoire.
 Enfin les communes disposeront des compétences en matière
d’équipements collectifs et de service de proximité

De ce fait la régionalisation avancée constitue une option pour la rénovation


et la modernisation des structures de l’Etat a savoir : les collectivités
territoriales et d’autres établissements publics, et elle constitue aussi une
base de soutien de développement local a travers la gestion des projets de
développement économique et social dans le cadre d’une autonomie au
niveau de la gestion des affaires.

C/ TUTELLE OU CONTROLE :

Le projet de la régionalisation avancée et par le biais de la commission


consultative de la régionalisation avancée à suggéré la levé progressive de
la tutelle sur les collectivités territoriales et surtout le contrôle a priori sur
les régions et les autres niveaux ,tout en transitant progressivement de la
tutelle de l’Etat sur les conseils vers l’accompagnement ,entre temps ce
projet a suggéré le contrôle a posteriori sur les conseils, ce contrôle a pour
but de permettre la consolidation de la démocratie locale, la gouvernance
territoriale ,et le développement des collectivités territoriales.
La constitution marocaine de 2011 va dans le même sens et

Vous aimerez peut-être aussi