Vous êtes sur la page 1sur 1

lundi 4 janvier 2010 LE FIGARO

14 débats
OPINIONS
2010, une bonne année pour l’Union
José Luis
Rodriguez
Zapatero
et Herman

C
ette année 2010 doit être consciente du rôle qu’elle aura à jouer principe de stabilité budgétaire et, enfin, du Service européen pour l’action exté-
Van Rompuy bonne et marquer le début en tant que présidence de transition. de mieux superviser les questions finan- rieure, une véritable diplomatie euro-
d’une bonne décennie Il lui reviendra en effet cières. Durable, encore, d’un point de vue péenne au service des citoyens de l’UE
pour l’Europe. L’entrée de faciliter les choses, d’apporter environnemental et social, ce qui signifie dans le monde entier.
Alors que l’Espagne en vigueur, le 1er décembre sa collaboration et d’assumer être capables de maintenir le leadership Avec l’entrée en vigueur du traité, les
inaugure la première dernier, du traité les engagements qui jalonnent l’ambitieux dans la lutte contre le changement clima- citoyens européens pourront réellement
de Lisbonne ouvre une nouvelle étape agenda de ce premier semestre. tique – et d’en tirer parti – ainsi que sentir que l’Union est importante pour
présidence bicéphale pour l’Union, pour ce projet de vivre Ensemble, nous allons aborder veiller à la cohésion sociale et au maintien eux, dans leur vie quotidienne, qu’elle est
de l’Europe, le président ensemble, unique en son genre, qui ras- les priorités établies dans le programme du système de la Sécurité sociale. En importante pour leurs libertés et pour
semble 27 pays et 500 millions de person- de la présidence. La pleine application du définitive, un modèle de croissance euro- leur sécurité. L’inclusion de la charte
du gouvernement nes, un projet bâti sur ces grandes valeurs traité constitue la première d’entre elles. péen, fidèle tant à ses marques d’identité des droits fondamentaux dans le traité
espagnol (à gauche) irrévocables que sont la liberté et la digni- Elle sera le point de départ nous permet- actuelles qu’à la nécessité de s’adapter de Lisbonne a constitué un premier pas
té humaine, la tolérance et la solidarité. tant de poursuivre les autres objectifs que à un environnement et à un avenir dans cette direction. Pour poursuivre
et le président du L’Espagne, qui fêtera en juin prochain nous nous sommes fixés, en utilisant les irrémédiablement globalisés. dans cette voie, nous œuvrerons en fa-
Conseil européen le 25e anniversaire de la signature veur de l’adhésion de l’UE à la Convention
s’expriment dans
plusieurs quotidiens *
de l’UE pour donner
du traité d’adhésion, est un pays à forte
vocation européenne ; elle l’a prouvé
à maintes reprises au fil de ces années.
Avec ce nouveau semestre et ce nouveau
« L’union monétaire existe et nous disposons d’un marché
unique, mais nous sommes encore loin de l’union économique,
dont la crise a pourtant plus que souligné le besoin
européenne des droits de l’homme et
nous donnerons le coup d’envoi au Plan
pour l’égalité des chances entre les fem-
mes et les hommes de l’UE pour la période
traité, elle se voit offrir une occasion 2011-2015, qui conférera à la lutte contre
leur vision de l’Europe
après le traité
de Lisbonne.
unique de réaffirmer cette
vocation. Elle ne manquera
pas de la saisir.
croissant
» la violence de genre une dimension
européenne.
Nous lancerons en outre l’initiative
En tant que présidents instruments et les possibilités que ce texte Telle est la finalité de la Stratégie pour législative populaire européenne, qui
du Conseil européen et du nous offre : mieux coordonner les politi- la croissance et l’emploi, que nous devons permettra aux citoyens de participer au
gouvernement de la prési- ques économiques nationales pour conso- approuver à l’occasion d’un des Conseils processus législatif de l’Union par l’inter-
dence tournante, nous lider la reprise, contribuer à ce que l’Eu- les plus importants de la présidence espa- médiaire de la Commission. Nous ap-
souhaitons que la mise rope, forte et unie, parle d’une seule voix gnole et qui aura pour objectif la révision prouverons également le plan d’action
en œuvre institutionnelle dans le monde pour défendre ses valeurs de l’agenda de Lisbonne. du Programme de Stockholm, adopté
du traité de Lisbonne et ses intérêts, et faire de l’Union sous la présidence suédoise, relatif à
soit aussi rapide et
rigoureuse que possi-
ble. Dans un esprit
une réalité plus proche et plus utile
pour tous les citoyens européens.
À Maastricht, nous avons mis en mar-
E nsuite, et c’est là notre deuxième
priorité, au lendemain du sommet de
Copenhague sur le changement climati-
l’Espace européen de liberté, de sécurité
et de justice et contenant des mesures
décisives pour la protection de nos conci-
de totale loyauté che une Union économique et monétaire. que, l’Union doit réaffirmer son lea- toyens. Enfin, nous continuerons
et de coopération, L’union monétaire existe, et nous dispo- dership dans un monde multipolaire, de faire en sorte que la gestion commune
nous allons tâcher de sons d’un marché unique, mais nous voué au multilatéralisme. Elle doit être de l’immigration reste une priorité
consolider le nouvel sommes encore loin de l’union économi- une référence incontestable en matière stratégique pour l’Europe.
ordre institutionnel que, dont la crise a pourtant plus de démocratie, de droits humains et de Ce sont là les nouvelles impulsions que
de l’Union, qui nous que souligné le besoin croissant. progrès social sur l’ensemble de la planè- nous donnerons à une Europe rénovée,
permettra de résou- Il est nécessaire d’intensifier la coordi- te. Grâce au président du Conseil les premières étapes d’un long chemin
dre les problèmes nation pour impulser la relance économi- et à la haute représentante, Catherine qui commence au premier semestre 2010
concrets nous que et jeter les bases d’une croissance Ashton, et avec le concours des États et que nous allons parcourir ensemble.
préoccupant tous. durable. Durable en termes économiques, membres, l’Europe sera désormais dotée
Les nouvelles autorités sont pleine- ce qui implique d’être plus compétitifs, d’une plus grande visibilité et d’une voix * Corriere della Sera (Italie), El Pais (Es-
ment conscientes des responsabilités de miser davantage sur l’éducation, plus forte et plus unie sur la scène inter- pagne), Frankfurter Allgemeine Zeitung
qu’implique cette nouvelle étape. la formation, la recherche, le développe- nationale. Et cette présence se verra, (Allemagne), Le Soir, De Standaard (Bel-
La présidence espagnole est également ment et l’innovation, de respecter le certainement, renforcée avec la création gique), The Guardian (Grande-Bretagne) .

Pourquoi il ne faut pas sous-estimer la Corée


Philippe Li
Le président de la
chambre de commerce

L’
franco-coréenne annonce de la sélection gence de champions japonais, coréens et Progresser et se dépasser est véritable- préoccupé par des considérations
du consortium sud- bientôt chinois dans l’électronique, l’auto- ment une condition de survie pour cha- hexagonales, alors que d’autres pays
analyse les points forts coréen pour la construc- mobile ou les chantiers navals. Depuis cun, d’où le nombre important de salariés ne cessent d’évaluer leur compétitivité,
de l’économie tion de quatre centrales longtemps, de nombreuses entreprises optant pour des cours du soir sans que de « benchmarker » les autres puissances
nucléaires aux Émirats coréennes et asiatiques ont été capables de l’entreprise contribue nécessairement et sont obnubilés par la course
coréenne, dévoilés par arabes unis a fait l’effet discerner les secteurs recélant les plus gros à leur financement. à la performance mondiale.
l’annonce du contrat d’une bombe pour beaucoup. Comme potentiels d’avenir : actuellement les La vie collective est également ancrée Aujourd’hui, ce sont ces pays que l’on
nucléaire des Émirats c’est souvent le cas en matière sportive écrans à cristaux liquides ou la téléphonie dans les mœurs et la culture de chacun. appelle encore émergents qui fixent les
lorsqu’une équipe nationale subit un mobile, demain sans doute les énergies On apprend aux gens à travailler ensemble règles du marché international, car ils sont
arabes unis. revers, on s’en prend aux joueurs de son renouvelables ou les biotechnologies. dès leur plus jeune âge parce que le fonc- dotés des entreprises les plus agressives et
équipe (en l’occurrence, le consortium tionnement de la société repose sur le les plus conquérantes sur les marchés
formé par Areva, EDG et GDF Suez)
avant de reconnaître les mérites de son O n travaille également beaucoup plus
en Asie qu’en Europe ; plus de
groupe. Lorsqu’un projet est considéré extérieurs. Ils consacrent des efforts

adversaire. Alors que ses atouts sont


souvent mésestimés, la Corée du Sud,
treizième puissance économique mon-
2 100 heures de travail par an en moyenne
en Corée du Sud quand on ne dépasse pas
1 400 ou 1 500 en France. Ajoutons à cela
« On apprend aux gens à travailler ensemble
dès leur plus jeune âge parce que le fonctionnement
diale, est emblématique de ces pays
émergents qui rattrapent à pas
de géant leur retard sur les grandes
puissances. Au-delà de ce contrat,
la vitesse d’exécution dont savent faire
preuve les Asiatiques. Les Coréens ont
notamment tiré de leur situation récente
de précarité un esprit de résilience
de la société repose sur le groupe

comme un enjeu national aux yeux


»
considérables à la recherche et au déve-
DESSINS FABIEN CLAIREFOND

il y a peut-être pour la France constant. Cela se traduit au quotidien par du monde extérieur, la mobilisation est loppement (la Corée y a investi 29 mil-
et ses entreprises des enseigne- une volonté exacerbée de dépasser ses totale, qu’il s’agisse d’un contrat nucléaire liards de dollars en 2008).
ments à tirer de cette expérience. concurrents, une mise sous pression pous- ou de l’organisation du G20, qui Prendre la mesure de ces pays, c’est
Alors qu’il était l’un des pays les sant à agir dans une forme d’urgence. Les se tiendra à Séoul au mois de novembre également être plus présent sur leurs
plus pauvres de la planète dans Coréens n’appellent pas cela du suractivis- prochain. Chaque échéance est marchés pour y trouver des débouchés
les années 1960, ce pays a me ; c’est leur manière d’être compétitifs. l’occasion pour le pays de se fixer commerciaux, mais également s’y enri-
multiplié par 243 son PIB par Ainsi, le processus de fabrication des défis et de progresser. chir et y développer des alliances indus-
habitant en trente-huit de cigarettes ou de produits cosmétiques Et la France dans tout cela ? Par son trielles et technologiques. Certaines entre-
ans. Concentration et entre la conception et la mise sur le mar- histoire, sa vision et ses valeurs, la France prises françaises ont fort opportunément
dirigisme économique lui ché prend deux fois moins de temps en est peut-être le pays le plus globalisé au compris le potentiel et l’avantage que
ont permis, comme à Corée du Sud que dans la plupart des pays monde, mais elle donne parfois l’impres- pouvaient apporter des partenariats de
d’autres, de se focaliser sur européens. En outre, travailler vite sion de l’avoir oublié. À l’étranger, elle cette nature, car les avantages peuvent
des secteurs érigés comme des et bien ne suffit pas. L’environnement donne parfois l’image d’un pays morose, être doubles : recherches conjointes et
priorités nationales, d’où l’émer- social pousse sans cesse à l’émulation. replié sur lui-même, essentiellement développement de marchés en commun.

Bibliothèque des essais


■ Cahiers GUILLAUME TABARD la place après la dissolution de la Haute Édouard Balladur, « à l’heure du thé », le ri, les pronostics sont cruels pour leurs
secrets Autorité de l’audiovisuel, à la tête de la- lendemain pour un dîner avec François auteurs. François Bayrou est sûr que Gis-
de la DEUX COHABITATIONS et une troisième quelle François Mitterrand l’avait nom- Mitterrand. Les confidences sont nom- card soutiendra Balladur contre Chirac ;
Ve République. qui commence. Un PS traumatisé par son mée. Difficile retour à la case départ à Eu- breuses, telle celle d’Édith Cresson, au Mitterrand envisage, avant de décider de
Tome III, congrès de Rennes et un RPR ébranlé par rope 1, où elle est accueillie avec défiance. lendemain de son éviction de Matignon : se représenter, une victoire de Barre sur
1986-1997. le débat sur Maastricht puis par le choc Un an plus tard, cette femme étiquetée à « La prochaine fois, entre un socialiste et Rocard. Jean-Marie Le Pen annonce en
Michèle Cotta entre Jacques Chirac et Édouard Balladur. gauche se retrouve à la tête de l’informa- Chirac, je choisirai Chirac. » Ou celle d’un revanche une candidature de Jospin
FAYARD. 966 PAGES. La décennie 1986-1997 fut chaotique pour tion de TF1 privatisée avant, quatre ans ancien ministre prévenant dès 1992 : « parce qu’il est intègre et que cela se
29 EUROS toutes les familles politiques. C’est celle plus tard, une rupture brutale. « Balladur a de grandes ambitions ; la plus voit », quand personne au PS ne pense à
que raconte aujourd’hui la journaliste Mais, et c’est l’une des forces de Michèle haute. » On voit le regret d’un François lui. Nouvel arrivé, Nicolas Sarkozy, « que
Michèle Cotta, poursuivant une passion- Cotta, les aléas professionnels ne l’empê- Mitterrand âgé, simple spectateur de la je connais mal » apparaît encore peu.
nante chronique quotidienne entamée en chent jamais de continuer de tisser des guerre fratricide des deux candidats RPR « Pourquoi me gêne-t-il ? », s’interroge
A

1965. Pour elle aussi ce fut une décennie liens réguliers avec les responsables poli- en 1995 : « Si j’avais vingt ans de moins, je Michèle Cotta. Réponse dans un futur
en montagnes russes. Ce troisième tome tiques de tous bords. Un jour avec saurais comment les battre. » A posterio- quatrième tome ?