Vous êtes sur la page 1sur 155

1

SOMMAIRE

I – INTRODUCTION ........................................................................................................ 4

A. Le projet soumis à concertation ....................................................................................... 4

B. Les objectifs de la concertation ....................................................................................... 6

C. La méthodologie du bilan ................................................................................................. 6

II – LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONCERTATION .............................................................. 7

A. Le dispositif d’information ............................................................................................... 7


1. dossier de concertation ............................................................................................. 7
2. panneaux d’exposition .............................................................................................. 8
3. flyer ............................................................................................................................ 9
4. affiches ..................................................................................................................... 10
5. relations presse ....................................................................................................... 11
6. invitations aux réunions de concertation ................................................................ 11
7. page web dédiée ..................................................................................................... 11
8. réseaux sociaux de Toulouse Métropole ................................................................. 11
9. relais d’information ................................................................................................. 12

B. Les moyens d’expression ............................................................................................... 14


1. Les réunions de concertation .................................................................................. 14
2. Les permanences ..................................................................................................... 15
3. La boîte mail dédiée ................................................................................................ 15
4. Les registres, courriers et coupons-réponses .......................................................... 15

III – LE BILAN QUANTITATIF DE LA CONCERTATION ....................................................... 16

A. Synthèse des expressions du public ............................................................................... 16


1. Le nombre de participants ................................................................................... 16
2. Le nombre de questions posées et d’avis exprimés ............................................ 18

B. Les six thèmes récurrents ............................................................................................... 20

2
IV – LES ENSEIGNEMENTS DE LA CONCERTATION .......................................................... 22

A. L’opportunité du projet ........................................................................................................ 22


a. opportunité en général .................................................................................................. 22
b. opportunité du raccordement côté Ouest ..................................................................... 24
c. propositions de projets alternatifs ................................................................................. 25

B. Un secteur en évolution ....................................................................................................... 27


a. accessibilité en transports en commun ......................................................................... 27
b. de nombreux aménagements à venir ............................................................................ 28

C. Le programme de la Jonction Est ......................................................................................... 29


a. intégration des modes doux .......................................................................................... 29
b. caractéristiques techniques ........................................................................................... 30
c. choix de tracé ................................................................................................................. 31
d. coût, financement & calendrier ..................................................................................... 32
e. équipements associés & aménagement du RD16 ......................................................... 33

D. Les trafics routiers en lien avec la zone projet ..................................................................... 34


a. impact du projet sur la circulation (et sur les bus) ........................................................ 34
b. expérience citoyenne de la circulation dans le secteur ................................................. 36

E. Les autres impacts du projet Jonction Est ............................................................................ 37


a. impacts environnementaux et préservation des milieux naturels ................................ 37
b. aspects sécuritaires ........................................................................................................ 39
c. autres impacts ................................................................................................................ 40

F. Les modalités de la concertation .......................................................................................... 41

V – LES CONCLUSIONS DU MAITRE D’OUVRAGE ............................................................ 42

VI – ANNEXES ............................................................................................................... 50

A. La délibération du Conseil communautaire du 14 avril 2016 .............................................. 51


B. Le compte rendu de la réunion publique du 30 mai 2016 ................................................... 55
C. Les questions et avis exprimés par écrit ............................................................................... 60
a. e-mails de la boîte dédiée ...................................................................................... 60
b. registres ................................................................................................................. 118
c. courriers ................................................................................................................ 142
d. coupons-réponses ................................................................................................. 150
D. Les formes d’échangeur soumises au public durant la concertation de 2007 ................... 153

3
I – INTRODUCTION

La Jonction Est est un projet de liaison routière entre le périphérique Est au niveau de la ZA de la
Grande Plaine (rue Maurice Hurel) et la RD16 à Quint-Fonsegrives (chemin de la Ribaute / avenue de
la Marcaissonne).

Le projet de Jonction Est a déjà fait l’objet de deux concertations sous maîtrise d’ouvrage du Grand
Toulouse. Depuis rebaptisée « Toulouse Métropole », la métropole a décidé qu’il était important de
revenir vers les citoyens à l’occasion d’une nouvelle concertation et de relancer parallèlement les
études. Sans actualité pendant près d’une dizaine d’années en raison d’une priorité donnée à
plusieurs autres projets, le Jonction Est a été relancée dans un contexte nouveau et en plein élan. En
effet, le territoire du projet se voit actuellement transformé par plusieurs opérations
d’aménagement qui généreront prochainement de nouvelles activités et attireront de nouveaux
habitants : ZAC Toulouse Montaudran, Aérospace, ZAC Malepère, Clinique Capio La Croix du Sud…

Du 9 mai au 12 juin 2016, une grande concertation publique s’est tenue permettant à la population
de s’informer et de s’exprimer. Les avis et opinions recueillis ont permis au maître d’ouvrage
d’enrichir le projet et de nourrir sa réflexion en vue de la décision qu’il prendra au cours du Conseil
communautaire par la délibération du 6 octobre 2016.

A. Le projet soumis à concertation


Le projet de Jonction Est se situe sur les communes de Balma, Quint-Fonsegrives, Toulouse et à
proximité directe de la commune de Saint-Orens-de-Gameville.

4
La concertation de 2007 constitue le point de départ de la présente concertation. En effet, le Conseil
communautaire, vu l’avis favorable du Bureau du 25 septembre 2008 avait décidé de poursuivre
l’opération de Jonction Est et notamment les investigations nécessaires à son montage financier et à
la constitution des dossiers techniques d’enquête publique.
Concernant les caractéristiques techniques du projet, la concertation de 2007 a permis au maître
d’ouvrage de valider les éléments de réalisation suivants : un échangeur de type « losange éclaté »
desservant la zone de la Grande Plaine par la rue Maurice Hurel ; une voie de liaison entre le
périphérique Est et la route départementale 16 (RD16).

Prenant en compte les enseignements de la concertation de 2007, la configuration du projet de


Jonction Est pour la concertation de 2016 est la suivante :
- un échangeur et des voies d’entrecroisement sur le périphérique Est
- 1 200 mètres de liaison à 2x2 voies entre le périphérique et la RD16, l’accès à la Cité
de l’espace se fera en 2x1 voie
- des pistes cyclables et des voies piétonnes
- un traitement paysager de qualité
- une vitesse limitée à 50km/h

Les aménagements réalisés dans le cadre de la Jonction Est se donnent pour objectifs :
- d’équilibrer le trafic périurbain (amélioration de l’accès à l’agglomération et au
périphérique Est par la création d’un nouvel échangeur),
- de délester le réseau routier secondaire,
- de desservir les zones d’aménagement existantes et futures dans le sud-est toulousain,
- de renforcer le réseau des liaisons douces (piétons et cycles),
- d’améliorer les conditions de sécurité sur le périphérique.

Le projet répond aux orientations du Plan de Déplacement Urbain (PDU) toulousain à savoir : la
maîtrise de l’usage de la voiture par la structuration du réseau d’agglomération. En effet, la Jonction
Est participe au maillage du réseau viaire, permettant d’améliorer les fonctionnements des deux
échangeurs voisins – 17 (Lasbordes) et 18 (Montaudran) - aujourd’hui très chargés et appelés chacun
à accueillir un transport urbain structurant de type Linéo.

Par ailleurs, la Jonction Est est partie intégrante du réseau « mode doux ». Le projet permet de créer
une liaison entre les équipements existants le long de la Saune et la RD16 d’une part et la piste
longeant la rocade à l’Ouest d’autre part. L’échangeur retenu - de type losange éclaté à feux - est le
plus sécurisé pour les cyclistes (qui n’ont pas de giratoires à franchir) et propose une capacité
importante de gestion du trafic routier.

En somme, Jonction Est s'avère prioritaire en termes de complémentarité des transports en


commun, de la voiture et des modes doux, alors que les projets d'urbanisation et de développement
économique se multiplient.

5
B. Les objectifs de la concertation
La concertation réglementaire préalable à la mise en œuvre de la Jonction Est est organisée par la
communauté urbaine Toulouse Métropole qui en a fixé les modalités au cours de la délibération du
14 avril 2016, conformément aux articles L103-2 et R103-1 du code de l’urbanisme.

La concertation a pour objectifs de présenter au public le projet de Jonction Est et de recueillir les
avis des habitants, des acteurs économiques du secteur, des associations locales et de toutes
personnes concernées.

La concertation porte sur le choix de tracé de la liaison routière ainsi que sur la réalisation des
aménagements susceptibles de la rendre efficace.

Les expressions de la concertation constitueront un outil d’analyse à la décision pour les deux
maîtres d’ouvrage : Toulouse Métropole - pour la section courante et les rampes d’accès aux
ouvrages et franchissement de la rocade - et les Autoroutes du Sud de la France (ASF) -
concessionnaire du réseau autoroutier national - pour l’échangeur et les voies d’entrecroisement sur
l’A61. La présente concertation se nourrit non seulement des enseignements et acquis des
précédentes concertations mais répond aussi aux enjeux de 2016 et à venir.

C. La méthodologie du bilan
Le présent document recense les modalités d’organisation de cette concertation et fait le bilan des
échanges et des contributions de chacun à l’élaboration du projet.

En effet, à l’issue de la période de concertation, Toulouse Métropole a rassemblé l’ensemble des


expressions du public (réunion publique, réunions d’acteurs, boîte mail dédiée, registres,
permanences) et a procédé à un travail d’analyse à la fois quantitatif et qualitatif des avis et
questions exprimés.

6
II – LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONCERTATION

Les modalités de la concertation ont été définies en délibération du Conseil communautaire de


Toulouse Métropole et approuvées le 14 avril 2016.

A. Le dispositif d’information

1. Le dossier de concertation

Le dossier de concertation intitulé « Jonction Est, un maillon fort des déplacements dans l’Est de la
métropole », retrace l’historique du projet et présente ses enjeux et objectifs, ses caractéristiques
ainsi que le dispositif de concertation mis en œuvre.

Ce document a été conçu à partir des données du bilan de la concertation réalisée en 2007. Il tient
également compte de l’étude d’impact – environnement physique, milieu naturel (faune et flore)
environnement humain, cadre de vie et nuisances - réalisée en janvier 2016 par le cabinet Arcadis,
bureau d’études environnementales.

Dès le début de la concertation, le dossier de concertation était :

- mis à disposition dans les mairies des villes de Balma, Quint-Fonsegrives, Saint-Orens-de-
Gameville et les mairies de quartiers de Toulouse 4.3 (Côte Pavée, l’Hers, Limayrac) et 5.1
(Pont des Demoiselles, Montaudran, La Terrasse) ainsi qu’au siège de Toulouse Métropole
(6 rue René Leduc, Toulouse),
- disponible en téléchargement sur le site http://www.toulouse-metropole.fr/-/la-jonction-
est.

Dossier de concertation Jonction Est : première de couverture

Format A3 – 31 pages
7
2. Les panneaux d’exposition

Quatre panneaux d’exposition étaient positionnés dans chacun des lieux publics de la concertation.

Un panneau mentionnait le dispositif de concertation proposé : réunion publique, permanences,


boîte mail dédiée… Les trois autres panneaux présentaient le projet en matière de contexte, enjeux,
objectifs et phasage.

Les panneaux ont pu être exposés tout au long de la période de concertation dans les mairies des
villes de Balma, Quint-Fonsegrives, Saint Orens-de-Gameville et les mairies de quartiers de Toulouse
4.3 (Côte Pavée, l’Hers, Limayrac) et 5.1 (Pont des Demoiselles, Montaudran, La Terrasse) ainsi qu’au
siège de Toulouse Métropole (6 rue René Leduc, Toulouse).

Les panneaux étaient également visibles à l’accueil de la réunion publique du 30 mai 2016 à la Cité de
l’espace.

Panneaux d’exposition de la concertation « Jonction Est » – Format 85x205cm

8
3. Le flyer

En complément du dossier de concertation, un flyer invitait le public à s’informer et à participer à la


concertation. Il a été diffusé début mai dans les boîtes aux lettres des habitants des communes de
Balma, Quint-Fonsegrives, Saint-Orens-de-Gameville (16 300 exemplaires) et des quartiers 4.3 et 5.1
de Toulouse (36 400 exemplaires).

Il était également disponible dans les mairies de quartiers concernées.

Flyer de la concertation – Format A5

Diffusion dans 52 700 boîtes aux lettes

9
4. Les affiches

Des affiches au format A3 et 120x176 ont été diffusées via le réseau urbain d’affichage des
communes de Balma, Quint-Fonsegrives, Saint-Orens-de-Gameville ainsi que dans les quartiers de
Toulouse 4.3 (Côte Pavée, l’Hers, Limayrac) et 5.1 (Pont des Demoiselles, Montaudran, La Terrasse)
dès la deuxième quinzaine d’avril pour annoncer le lancement de la concertation et ses principales
modalités.

Les affiches mentionnaient les dates et lieux de la réunion publique et des permanences et faisaient
référence à la possibilité de s’informer par le biais du site web de Toulouse Métropole : toulouse-
metropole.fr/projets

Affiche de la concertation – Balma, entrée de ville – Format 120x176

10
5. Les relations presse

Un communiqué de presse a été transmis aux médias locaux le 10 mai 2016 en annonce de la
concertation, de la réunion publique du 30 mai 2016 et des permanences.

Plusieurs articles ont paru dans la presse locale suite à la délibération du Conseil communautaire du
14 avril 2016 mais aussi durant la concertation, dont voici quelques titres significatifs :

- Dépêche du Midi Edition Nord-Est, « La jonction Est veut enfin prendre son envol », paru le
15 avril 2016
- Actu côté Toulouse, « Un nouvel échangeur verra le jour en 2019 sur le périphérique de
Toulouse », paru le 15 avril 2016
- Voix du Midi, « Un nouvel échangeur sur le périphérique toulousain en 2019 », paru le 28
avril 2016
- Dépêche du Midi, « Un projet routier pour désenclaver l’Est toulousain », paru le 17 mai
2016

6. Les invitations aux réunions de concertation

Vingt-cinq invitations à participer aux réunions d’acteurs ainsi qu’à la réunion publique ont été
lancées par e-mail auprès d’acteurs du territoire concernés par le projet, tels que le Club
d'entreprises VIV La Plaine ou encore les entreprises des secteurs d’Entiore et de La Ribaute.

7. La page web dédiée

Accessible depuis l’onglet « Projets » du site web de Toulouse Métropole, une page complète était
dédiée à la présentation du projet et de la concertation de la Jonction Est.

8. Les réseaux sociaux de Toulouse Métropole

Les informations relatives au lancement de la concertation ainsi qu’à la réunion publique étaient
postées sur la page Facebook de Toulouse Métropole et automatiquement relayées sur son compte
Twitter.

11
9. Les relais d’information

Les quatre journaux communaux des villes concernées par le projet se sont fait l’écho du projet de
Jonction Est.

Le journal municipal de la ville de Saint-Orens-de-Gameville « Mém’Orens » - numéro 232 paru au


mois de mai - a communiqué sur le projet via un article intitulé : « Concertation publique sur la
Jonction Est ».

Le journal municipal « Balma Info » publiait dans


son numéro 66 de juin 2016 un article dont le titre
« Le projet jonction Est avance » figurait en Une.

12
En outre, la ville de Quint-Fonsegrives faisait paraître dans son journal municipal « Clin d’œil » de
mai-juin 2016 un article de deux pages : « La Jonction Est, maillon fort des déplacements dans l’Est
de la Métropole, en concertation du 9 au 12 juin 2016 ».

De même, le journal de « Toulouse Métropole Infos » publiait


dans son numéro 44 - été 2016 – une brève intitulée
« Jonction Est, la parole est à vous ! ».

De plus, tout au long de la concertation, les sites web des communes ont joué le rôle de relais
d’informations. Pour exemple, le site web de la ville de Quint-Fonsegrives diffusait de l’information
relative au projet grâce à une page dédiée disponible depuis l’onglet « Cadre de vie » >
« Déplacements et stationnements » (voir http://www.quint-fonsegrives.fr/La-Jonction-Est-maillon-
fort-des).

13
B. Les moyens d’expression

1. Les réunions de concertation

a. Les réunions d’acteurs et de quartiers

Les sept réunions d’acteurs et de quartiers visaient à informer directement des acteurs
incontournables pour le projet afin d’établir un premier contact en amont de la réunion publique et
leur permettre de relayer l’information dans le territoire du projet.

Les cinq réunions d’acteurs ont permis de rencontrer les participants suivants :

- L’association de protection du cadre de vie et de l’environnement balmanais « APCVEB »,


rencontrait Toulouse Métropole, maître d’ouvrage du projet de Jonction Est, le 17 mai 2016
dans les locaux de la métropole, situés au 6 rue René Leduc à Toulouse.
- L’association « 2P2R » qui milite pour la marche et le vélo comme mode de déplacements
était invitée le 20 mai 2016 dans les locaux de Toulouse Métropole.
- L’association « Veracruz » dont la préoccupation est l’écologie et le développement durable
à l’Université Toulouse III a pu échanger avec Toulouse Métropole au sujet du projet au
cours de la réunion du 23 mai 2016 dans les locaux de la métropole.
- Les entreprises de la zone de Ribaute (association « Eco Ribaute ») ont pu rencontrer le
maître d’ouvrage le 18 mai 2016 au restaurant Zenasia situé à Quint-Fonsegrives.
- Les entreprises de la zone de la Plaine étaient conviées le 24 mai 2016 à l’hôtel Campanile à
Toulouse, rue Marcel Hurel.

En outre, deux réunions de quartier ont eu lieu :

- 12 mai 2016 - Comité de quartier de l’Hers, Maison de quartier de l’Hers, 56 chemin du


Château de l’Hers, 31500 Toulouse
- 17 mai 2016 - Commission de quartier 5.1 (Pont des Demoiselles, Montaudran, La Terrasse),
salle Corraze, 3 bis rue Raymond Corraze, 31500 Toulouse

Ces rencontres ont permis de présenter aux acteurs et aux habitants des quartiers concernés le
projet de Jonction Est et d’échanger au cours d’un temps de parole dédié aux questions-réponses
avec Toulouse Métropole.

b. La réunion publique

La réunion publique du lundi 30 mai 2016 a eu lieu en milieu de concertation afin de constituer un
temps fort après les phases d’information du public et d’échange auprès des acteurs locaux. Elle
prenait place à la Cité de l’espace et était ouverte à tous. La réunion publique visait à présenter le
projet, un moment d’échange d’environ 1H30 était consacré aux questions du public.

14
2. Les permanences

Cinq permanences ont été organisées au cours de la seconde moitié de la concertation. Les lieux des
permanences étaient les suivants :

- Balma - Direction des Services Techniques et de l'Urbanisme, le jeudi 2 juin de 9h à


12h (24 rue des Arènes),
- Quint-Fonsegrives - Mairie, le vendredi 3 juin de 9h à 12h (place de la mairie),
- Saint-Orens-de-Gameville - Centre Technique Municipal, le lundi 6 juin de 9h à 12h (10,
rue du Négoce),
- Toulouse - Mairie de quartier l'Ormeau, le mardi 7 juin de 9h à 12h (345, avenue Jean
Rieux),
- Toulouse - Mairie de quartier Pont des Demoiselles, le mercredi 8 juin de 9h à 12h (63
bis avenue Saint-Exupéry).

Ces permanences présentaient l’opération Jonction Est aux personnes intéressées qui pouvaient
également poser des questions ou émettre un avis. A ce titre, un dossier de concertation ainsi qu’un
registre papier étaient présents dans chacune des cinq permanences.

3. La boîte mail dédiée

A l’occasion de la concertation, une boîte mail permettait de transmettre des questions et avis :

liaisonjonctionestconcertation@toulouse-metropole.fr

Toute personne pouvait s’exprimer par ce média qui était accessible sur le site de Toulouse
Métropole depuis la page web dédiée au projet et annoncé sur l’ensemble des supports
d’information.

4. Les registres, courriers et coupons-réponses

Des registres étaient mis à disposition avec le dossier de concertation dans les mairies de Balma,
Quint-Fonsegrives, Saint-Orens-de-Gameville et dans les mairies de quartiers de Toulouse 4.3 et 5.1
ainsi qu’au siège de Toulouse Métropole (6 rue René Leduc, Toulouse). Ils permettaient à la
population de formuler des avis et questions sur le projet de Jonction Est.

15
III – LE BILAN QUANTITATIF DE LA CONCERTATION

A. Synthèse des expressions du public

1. Le nombre de participants

La concertation réglementaire a donné lieu à une forte mobilisation du public.

En effet, 567 personnes ont participé à la concertation via différents dispositifs qui leur étaient
proposés :

- réunions d’acteurs et de quartiers : 204 personnes


- réunion publique : 205 personnes
- permanences : 41 personnes
- emails : 81 personnes
- courriers, coupons-réponses, registres : 36 personnes

Pourcentage de participants par modalité de


concertation

réunions d'acteurs /
quartiers
7%
14% 36% réunion publique
7%

permanences

36%
e-mails

courriers, coupons-
réponses, registres

La réunion publique, ouverte à tous, représente 36% des participants.

Les réunions d’acteurs et de quartiers ainsi que les permanences, qui visaient un public ciblé,
regroupent 43% des participants.

Les modalités écrites – e-mails, courriers, coupons-réponses et registres - rassemblent 21% des
participants à la concertation. Parmi ces modalités, la boîte mail dédiée est le moyen d’expression le
plus plébiscité.

16
Les réunions de concertation

Parmi les 567 participants, 409 personnes étaient présentes aux différentes réunions de concertation
donnant lieu à 10H15 de temps de parole et d’échange avec le public

Pourcentage de participation selon les types de réunion


réunion publique réunions d'acteurs

50%
50%

La réunion publique et les réunions d’acteurs ont capté du public à part égale : les citoyens se sont
autant mobilisés que les acteurs qui avaient été conviés à participer.

Tableau 1 – Fréquentation des réunions d’acteurs et de quartiers

Acteurs rencontrés Nombre de personnes présentes


Association APCVEB 2
Association 2 Pieds 2 roues (2P2R) 5
Association Veracruz 2
Association Eco Ribaute 23
Club d’entreprises VIV La Plaine 12
Comité de quartier de l’Hers 10
Commission du quartier Toulouse 5.1 150
TOTAL 204

Les modalités écrites de participation

117 personnes ont par ailleurs utilisé les moyens d’expression par écrit mis à leur disposition (e-mail,
courrier, coupon-réponse, registre).

17
Tableau 2 – Détail des participants selon les outils d’échanges

Outils d’échanges Nombre de participants


E-mail 81
Coupon-réponse 5
Courrier 5
Registre 26
TOTAL 117

Pour la période du 9 mai au 12 juin 2016, la page web Toulouse Métropole dédiée au projet de
Jonction Est a réuni 534 visiteurs uniques.

Le dossier de concertation a été téléchargé 877 fois sur le site de Toulouse Métropole.

2. Le nombre de questions posées et d’avis exprimés

La plupart des questions et avis couvraient plusieurs thématiques. Ainsi, la concertation a donné lieu
à 554 expressions du public.

135 questions ont été posées dont 97 en réunions de concertation et permanences et 38 via les
autres outils d’échanges (e-mail, courrier, coupon-réponse, registre).

419 avis ont été exprimés dont 49 en réunions de concertations et permanences et 370 grâce aux
autres outils d’échanges (e-mail, courrier, coupon-réponse, registre).

Il est à noter qu’un même avis argumenté a été relayé par plusieurs citoyens (5) et une association.

Répartition des questions et avis selon les modalités de


concertation

Réunions et permanences

Questions

Modalités écrites Avis


(e-mail, courrier, coupon-réponse,
registre)

0 100 200 300 400 500

Le constat peut être fait que les citoyens qui souhaitaient formuler un avis sur le projet l’ont
majoritairement fait par le biais des modalités écrites de la concertation.

18
Tableau 3 – Répartition des expressions en réunion de concertation

Nombre d’expressions
Dénomination de la réunion questions et avis
Association APCVEB 19
Association 2 Pieds 2 roues (2P2R) 13
Association Veracruz 9
Association Eco Ribaute 16
Club d’entreprises VIV La Plaine 19
Comité de quartier de l’Hers 29
Commission du quartier Toulouse 5.1 9
Réunion publique Cité de l’espace 17
TOTAL 131

Tableau 4 – Répartition des expressions en permanences

Nombre d’expressions
Dénomination de la permanence questions et avis
Balma 3
Quint-Fonsegrives 1
Saint-Orens-de-Gameville 4
Toulouse l’Ormeau 3
Toulouse Pont des Demoiselles 4
TOTAL 15

Tableau 5 – Répartition des expressions selon les moyens d’échange

Outils d’échanges Nombre de questions et avis


E-mail 334
Coupon-réponse 5
Courrier 15
Registre 60
TOTAL 414

19
B. Les six thèmes récurrents

Les 554 contributions produites durant la concertation couvrent de nombreux sujets :

Tableau 5 – Répartition exhaustive des expressions, toutes modalités confondues : réunions, e-mails,
coupons-réponses, courriers, registres

Nombre d’expressions
Thèmes abordés questions et avis
Opportunité du projet 101
Trafics routiers 86
Environnement 82
Projet alternatif 46
Accessibilité en transports en commun du secteur 46
Mode doux 45
Impact du projet 17
Caractéristiques techniques 28
Choix de tracé 27
Coût et financement 20
Projets d'aménagements du secteur 16
Equipements associés 16
Modalités de la concertation 14
Aménagement de la route départementale 16 5
Calendrier 5
TOTAL 554

Six thèmes et quinze sous-thèmes se dégagent :

1. L’opportunité du projet

66 expressions font référence à l’opportunité du projet en général

35 expressions se rapportent au choix de tracé de la jonction côté Toulouse

46 expressions proposent un projet alternatif

2. Les évolutions du secteur projet

46 expressions abordent l’accessibilité de la zone projet par les transports en commun

16 expressions renvoient aux projets d’aménagement à venir au sein de la zone projet

20
3. Le programme de la Jonction Est

45 expressions mentionnent l’intégration des modes doux de déplacements

28 expressions demandent des précisions quant aux caractéristiques techniques du projet

27 expressions se préoccupent du choix de tracé

25 expressions sont relatives au coût, au financement et au calendrier du projet

21 expressions ont trait aux équipements et aménagements associés au projet (RD16…)

4. Les trafics routiers en lien avec la zone projet

71 expressions touchent aux impacts du projet sur la circulation

15 expressions font état de l’expérience citoyenne de la circulation dans le secteur

5. Les autres impacts du projet Jonction Est

82 expressions concernent les impacts environnementaux et la préservation des milieux naturels en


lien avec le projet

13 expressions relatent des inquiétudes quant aux aspects sécuritaires de la circulation

4 expressions réfèrent à d’autres impacts éventuels du projet

6. Les modalités de la concertation (14 expressions)

21
IV – LES ENSEIGNEMENTS DE LA CONCERTATION

L’expression recueillie grâce aux e-mails, registres courriers et coupons-réponses est présentée de
manière exhaustive en annexes.

Une synthèse de cette participation est proposée dans ce chapitre.

A. L’opportunité du projet
Au cours de la concertation a émergé une vision divisée de l’opportunité du projet avec notamment
un consensus autour du tracé à l’Est de la rocade (vers la RD16) et une opposition au tracé à l’Ouest
de la rocade (côté Toulouse).

a. opportunité en général (66 expressions)

Les avis favorables à l’opportunité du projet (28 sur 66 avis exprimés) soulignent
qu’il permettrait d’améliorer la desserte de l’Est toulousain en général, le secteur proche
de la rocade et la future clinique Capio en particulier.

Selon quelques citoyens, c’est l’accroissement démographique annuel de Toulouse et de ses environs
qui justifie le projet de Jonction Est. Pour deux participants, l’expansion du secteur de la zone projet
rend plus que nécessaire le développement du réseau de communication (routier, cyclable, métro).
Plus précisément, un Conseiller municipal d’opposition de la ville de Quint-Fonsegrives se dit
favorable à la Jonction compte tenu de la réalisation du projet d’urbanisation Malepère et de
l’ouverture de la Clinique Capio. La Directrice du projet de Clinique CAPIO Croix du Sud – soutenue
par quelques avis citoyens – vient en renfort de cet argument. Elle écrit : « la Jonction […] est
impérative pour la sécurité de prise en charge des patients du pôle de santé qui se structure sur le
territoire ». Pour un habitant de Quint-Fonsegrives, la politique ambulatoire de soins de la future
Clinique - de nature à favoriser une augmentation du trafic routier – ainsi que l’inaptitude de certains
patients à se déplacer par le biais des modes de déplacements doux, rendent le projet « absolument
nécessaire ».

A titre d’exemples, l’Association pour l’Accès au Sud-Est Toulousain (AASET) affirme : « […] la
Jonction Est est un projet indispensable qui aura un impact très favorable sur la circulation et les
transports en commun, notamment si ceux-ci sont étudiés pour en tirer le meilleur parti ». Dans un e-
mail, un citoyen explique que la Jonction Est « est de nature à faciliter les transports, la circulation et
le désengorgement de cette partie de l’agglomération ». Pour un habitant de Quint-Fonsegrives, la
Jonction Est serait à même de désenclaver sa ville ainsi que les communes environnantes.

22
Un habitant de Saint-Orens-de-Gameville précise que le projet de Jonction Est n’est cohérent que s’il
est lié à un contournement de la ville par la route de Revel, contournement dont il faudrait lancer
l’étude en même temps que la réalisation de la Jonction. Enfin, un autre habitant se dit favorable au
projet assorti non seulement d’une voie de contournement de Saint-Orens par le Nord mais aussi
d’une voie de bus en site propre.

*****

Parmi les avis défavorables (38 sur 66) remettant en cause l’opportunité générale
du projet, les principales critiques portent sur les impacts possibles en termes de circulation
sur la rocade et les quartiers toulousains proches, l’état déjà saturé de la rocade, les
ressentis étant multiples. Plusieurs avis critiquent également sur la place redonnée à la
voiture par ce projet, au détriment de développement des modes alternatifs (vélo, TC),
certaines personnes considèrent l’investissement et l’infrastructure démesurés par rapport
aux problématiques du secteur.

Les impacts sur la circulation

A titre d’exemples, dans un email, un participant regrette que le dimensionnement des routes se
fasse sur la base des pics de trafic alors que leur taux moyen d’utilisation est, selon lui, très faible.
Pour un habitant du quartier de l’Hers, la circulation a plutôt baissé sur l’avenue de Castres et la
route de Revel. A contrario, pour un particulier, la rocade est effectivement saturée : le moindre
accident provoque la paralysie de la circulation. Toutefois déverser toujours plus d’automobiles sur la
rocade en donnant la faveur à un projet routier n’est pas la solution à privilégier. Dans un même
ordre d’idée, d’après le Président de l’agence de design Cartoon, la création du nouvel échangeur
risque de créer l’effet inverse de celui escompté, à savoir : désengorger la Plaine. Un intervenant à la
concertation se demande dans un e-mail : « A-t-on besoin d'un échangeur "grandiose" alors que le
flot des voitures va se heurter à plusieurs ronds-points et des accès, tant vers la route de Revel que
vers la route de Castres, à des feux rouges ? ». Un participant soupçonne le projet de Jonction Est
d’essayer de pallier les problèmes liés à l’aménagement des échangeurs, notamment au Palays : le
périphérique toulousain étant l’un des seuls qui demande d’emprunter une sortie afin de s’y
maintenir.

Un projet trop en faveur de la voiture

De nombreux avis jugent que le projet va à l’encontre d’une nécessaire réduction de la part de la
voiture individuelle. Parmi eux, l’Association de Préservation du Cadre de Vie et de l’Environnement
Balmanais (APCVEB) trouve prématuré d’entreprendre la réalisation d’infrastructures coûteuses et
impactant durablement l’Est toulousain tant que la révision technique du Schéma de Cohérence
Territoriale (SCOT), arrêtée le 29 janvier 2016, n’est pas connue. D’autre part, pour plusieurs
citoyens, un changement de politique vers une plus grande prise en compte de l’environnement est
impératif. Un participant parle de « prise de conscience mondiale de la nécessité de se déplacer
autrement » depuis la COP21. Or, faciliter la circulation automobile n’est pas en faveur d’un
changement des comportements vers l’utilisation des transports en commun. En particulier,

23
l’association 2 Pieds 2 Roues (2P2R) regrette l’absence de réflexion globale sur les déplacements au-
delà de la voiture dans ce secteur. A ce titre, l’association demande l’annulation du projet ainsi que
son retrait du Plan de Déplacements Urbains (PDU). Pour une intervenante, le débat sur la Jonction
Est est « d’un autre temps » : toutes les villes modernes s’engagent aujourd’hui pour limiter la place
de la voiture. De même, pour un participant, il est « déplorable » de prévoir une solution telle que la
Jonction Est « à défaut d’une solution moderne et de long terme ». En remplacement, il est suggéré
de prioriser l’étude d’alternatives respectueuses de l’environnement : l’ambition des politiques
devant aller au-delà d’un désengorgement temporaire de la rocade. Pour un participant, bien que le
projet soit « peint en vert avec une maigre piste cyclable sur le côté […] personne n’est dupe ». Ainsi,
un citoyen propose, pour le même montant, que soient développées quelques lignes de bus ou de
transports à la demande (TAD). Initiative soutenue par un Conseiller municipal d’opposition de la ville
de Saint-Orens, qui en appelle au premier objectif du PDU (réduire la part de la voiture individuelle).
En appui à cela, dans un e-mail, une participante cite l'étude 2013 « Observatoire des déplacements
de l'agglomération de Toulouse » du Système de Gestion Globale des Déplacements (SGGD), qui
pointe que l’utilisation des transports en commun via Tisséo est en hausse et que les déplacements
en voiture connaissent, en revanche, une stagnation. Elle en déduit qu’une amélioration des
transports en commun serait prioritaire puisqu’elle répondrait à un besoin de la population.

Un projet démesuré par rapport au secteur

Enfin, les caractéristiques de la zone projet constituent un argument pour quelques opposants.
D’après une participante, la zone projet, de petite taille, ne nécessite pas un tel investissement en
dépit de l’ouverture de la Clinique. Dans un e-mail, une famille juge qu’un ouvrage du type de celui
présent à Balma-Gramont est démesuré pour la zone en question, une zone comme celle de la Plaine
ne nécessitant pas les mêmes aménagements qu’une zone commerciale.

b. opportunité du raccordement côté Ouest (35 expressions)

Le raccordement de la Jonction et du diffuseur vers Toulouse sont largement


rejetés par les participants à la concertation qui en font mention, sans que cela n’impacte
nécessairement l’opportunité du tracé vers l’Est. Les causes de ce rejet sont essentiellement
dues aux inquiétudes quant aux conséquences sur la circulation et la perte de qualité de vie
dans les quartiers voisins. Les questions de sécurité aux abords des établissements
scolaires du quartier des terrasses sont également soulevées.

Dans un avis, un citoyen retrace l’historique du tracé de la Jonction Est : « Je me permets de vous
rappeler que le tout 1er projet, en 2006 environ, ne prévoyait qu'une jonction côté Est, et pas du tout
côté la Plaine ». Cette évolution du tracé a pour conséquence des hésitations quant à sa validation
qui font écho à l’opportunité même du projet, comme le démontre cette question formulée par Le
Comité de La Terrasse en la personne de son Vice-président chargé du cadre de vie : « Pourrait-on
étudier une version de la Jonction Est qui n’ouvre que sur la partie Est du périphérique : économie
d’espace et de moyens financiers, etc. ? ».

24
Au cours de la réunion publique à la Cité de l’espace, l’intervention d’une habitante du quartier de La
Terrasse résume la position de plusieurs riverains : « Je vois un intérêt de la Jonction Est pour Balma,
Saint-Orens et Quint-Fonsegrives. C’est l’opportunité d’urbaniser l’Est de la métropole et d’accueillir la
clinique Capio. Mais côté Toulouse, le seul intérêt est de soulager les routes de Castres et de Revel.
C’est donc une catastrophe pour les habitants du quartier. Je suis d’accord pour une sortie côté
extérieur, mais pas côté Cité de l’Espace ». La Jonction Est est perçue comme utile à la desserte de la
Clinique CAPIO, en revanche côté Grande Plaine, la présence des entreprises de la ZAC ne semble pas
constituer une raison suffisante pour la création d’un échangeur. Un participant se demande : « […]
faut-il donc que, pour satisfaire quelques centaines de personnes qui sont deux fois par jour, 5 jours
par semaine, dans de petits bouchons de 10 à 15 minutes, on détériore la qualité de vie de quelques
2 000 personnes, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ? ». Le conseil local FCPE du collège Jean-Pierre
Vernant signale que cette desserte côté Ouest inquiète fortement les parents d’élèves.

D’autres arguments viennent alimenter ce refus de Jonction côté Ouest. Notamment, l’existence de
deux sorties remet en cause la nécessité de la Jonction Est comme le souligne cet e-mail d’un
citoyen : « En effet cet échangeur […] n'a pas d’intérêt côté Cité de l'espace puisque les deux sorties
déjà existantes sont largement suffisantes pour alimenter les routes du quartier ». Le Comité de La
Terrasse, par la voix de son Vice-président chargé du cadre de vie, adhère à cette affirmation. De
même, pour l’Association du Val de Limayrac : « Les habitants des quartiers situés à l’Ouest du nouvel
échangeur (Grande Plaine, Limayrac, Terrasse, etc.) n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder
à la rocade […] un nouvel accès sur la rocade via l’Ouest, ne concerne donc pas les riverains du
quartier ». Un habitant de Toulouse, rejoint par nombre de riverains, précise son opposition à la
sortie côté Ouest. Il évoque pour cela l’augmentation du trafic automobile qu’engendrerait cette
sortie : « […] je m'interroge sur la nécessité de poursuivre la jonction vers l'Ouest de la rocade en
amenant du trafic dans une partie de la ville déjà fortement urbanisée [...] ». Les habitants du
quartier de La Terrasse ainsi que ceux du quartier de Martini et de Limayrac semblent fortement
préoccupés par les effets de la Jonction côté Ouest en partie du fait de l’absence de voies
pénétrantes vers le centre-ville. Dans un e-mail, des habitants du quartier de Martini demandent
ainsi « de renoncer au projet de bretelle vers Toulouse ». En plus de priver ces quartiers de leur calme
résidentiel, pour un participant dans un e-mail, « cela irait à l’encontre des engagements de la COP
21 : rupture d’une des rares voies vertes de Toulouse et perturbation prévisible de la ligne 37 ». Une
riveraine ajoute que la plaine est le symbole d’une réussite de mixité sociale et craint que cette
situation ne soit remise en cause par le projet qui limiterait la fréquentation du Parc de la Grande
Plaine.

c. propositions de projets alternatifs (46 expressions)

Parmi les propositions enregistrées, des solutions alternatives diverses ont été
faites comme le contournement de Quint par le Sud, le passage de la rocade à 70 km/h, le
prolongement de la route de l’aérodrome pour desservir Capio, mais encore le
développement de lignes de TCSP.

25
A titre d’exemples, en réunion d’acteurs du Comité de quartier de l’Hers ainsi qu’en réunion publique
à la Cité de l’espace, des intervenants souhaiteraient voir optimisées les deux sorties existantes sur la
rocade, plutôt que d’en créer une nouvelle. Un habitant de La Terrasse précise à ce sujet : « La
clinique pourrait être atteinte en prolongeant la route de l'aérodrome […]». Une autre alternative est
envisagée par le Comité de quartier de La Terrasse : un carrefour à l’image de celui de Ramonville.

Une participante émet une proposition à l’échelle de la rocade toulousaine : la diminution de la


vitesse à 70 km/h afin de réduire les embouteillages et l'insécurité routière.

Dans le registre présent au sein de la mairie annexe du quartier Pont des Demoiselles à Toulouse, un
citoyen écrit qu’il serait intéressant de « […] relancer le projet de contournement routier de Toulouse
qui déchargerait la rocade ». De la même manière, une participante se demande : « […] où en êtes-
vous de la proposition électorale d'une rocade dédiée aux automobilistes en transit ? Et de ce fait une
rocade pour les Toulousains ? ».

Pour deux citoyens, en remplacement du projet de Jonction Est, il serait approprié de contourner
Quint-Fonsegrives par le Sud.

Enfin, le développement des transports en commun et des modes de déplacement doux est souvent
évoqué en substitution du projet de Jonction Est. Plusieurs participants émettent l’idée de construire
un parking – à proximité de la future 3ème ligne de métro et en soutien à la ligne de bus 16 – qui
inciterait les habitants de l’Est toulousain à l’utilisation des transports en commun. Le Directeur
général de l’entreprise immobilière ICOM de même que le Président de l’agence de design Cartoon,
formulent, au rang des alternatives douces, une idée commune : « la création d’une passerelle
multimodes pour « enjamber » la rocade et permettre de mieux desservir les quartiers de part et
d’autre de la rocade de façon cohérente ; la modification du tracé de la troisième ligne de métro et
[la] création d’une station d’arrêt dans la zone ». Une habitante du quartier de La Terrasse estime
que la priorité pour les riverains est de disposer d’une ligne de bus et d’une piste cyclable qui leur
permettraient de rejoindre le centre-ville dans des conditions efficaces. Pour une autre participante
au débat, la création d’une nouvelle ligne de bus ou de tramway qui ferait le tour de Toulouse en
passant par le centre-ville ou seulement par les terminus de métro, pourrait effectivement remédier
aux difficultés de circulation. Quelques associations telles que APCVEB, 2P2R, l’association des
quartiers Bonhoure, Guilhemery, Moscou ou encore Saint-Orens Nature Environnement élaborent
dans leurs avis respectifs, des propositions de projets mettant à l’honneur les transports en commun
ainsi que les liaisons douces comme « réel réseau de déplacements alternatifs » (APCVEB) : voies de
bus en site propre, voies cyclables, prolongement de la LMSE1, aménagements piétonniers… Toutes
ces suggestions sont consultables en annexes.

1
Liaison Multimodale du Sud-Est de Toulouse

26
B. Un secteur en évolution
Sans que cela n’implique forcément de commentaire par rapport à la Jonction Est, beaucoup de
participants à la concertation se sont exprimés sur les évolutions du Sud-Est toulousain, décrivant le
contexte dans le lequel s’insère le projet.

a. accessibilité en transports en commun (46 expressions)

La desserte de la zone projet par les transports en commun fait l’objet de


nombreux commentaires qui s’accordent à révéler des carences (rareté des lignes,
fréquence faible de la ligne 37, future station de métro de la 3ème ligne trop lointaine).

Pour exemples, cette affirmation du Président de l’agence de design Cartoon : « A l’heure actuelle,
l’offre de transports en commun est clairement inadaptée aux besoins, et la mise en place de
nouveaux moyens me semble être une priorité absolue […] ». Ainsi, pour un intervenant en réunion
du Comité de quartier de l’Hers : « Les transports en commun ont besoin d’un signal fort pour voir
leur fréquentation se développer. Il faut les faire passer sur les échangeurs E17 et E18 ».

Dans un e-mail, une citoyenne affirme que le métro n’est pas accessible depuis la zone projet sans
prendre la voiture ou un bus avec un temps de trajet vers Basso Cambo « long et pénible » (voiture,
bus, métro, marche à pied). Concernant le métro toujours, quelques avis citoyens font remarquer
que, bien qu’une station de la future 3ème ligne soit prévue dans la zone projet, aucun grand parking
supplémentaire ne pourra y être créé en raison d’une urbanisation déjà maximale (manque
d’espaces fonciers). Selon un membre du Club d’Entreprises VIV La Plaine, en réunions d’acteurs : « Il
aurait été souhaitable de mener une étude de déplacement et d’aménagement pour mettre en
cohérence les projets à l’échelle de l’Est de la métropole, et notamment d’étudier la Jonction Est vis-à-
vis de la 3ème ligne de métro ». Enfin, d’autres intervenants au cours de cette même réunion
d’acteurs, moins assurés des projets de la zone, affirment : « Comment expliquer que la Cité de
l’Espace et les 200 entreprises de la zone ne soient pas desservies par la 3ème ligne de métro, alors
que cette dernière est faite pour les entreprises ? » ou encore « […] il faut absolument que la 3ème
ligne de métro desserve la zone de la Plaine ».

Par ailleurs, l’association Ensemble au Val de Limayrac, soutenue par plusieurs citoyens, trouve le
quartier de Limayrac mal desservi par les transports en commun. De plus, la faible fréquence de la
ligne de bus 37 ne serait pas pour faciliter l’atteinte du centre-ville depuis cette zone. Dans un e-mail,
un participant exprime son inquiétude de voir la fréquence de cette ligne de bus diminuer alors
qu’elle devrait, selon lui, être renforcée aux heures de pointe afin que les personnes qui travaillent à
la Plaine aient envie de la prendre.

En guise de solution aux difficultés rencontrées par les salariés des entreprises environnantes du fait
du manque de transports en commun, l’association Eco-Ribaute propose, en réunion d’acteurs, de
réfléchir à la mise en place d’un Plan de Déplacement Inter Entreprises (PDIE) – et notamment à la
création d’une ligne de bus entre la route de Castres et la route de Revel – qui pourrait permettre

27
d’obtenir l’amélioration souhaitée en matière de desserte des lieux. Pour un habitant de Saint-Orens,
une autre solution serait de permettre aux bus « […] de rejoindre rapidement la voie en site propre et
ainsi réduire le temps de parcours des bus qui relient le Sud-Est à la station de métro Gramont ».

Pour un intervenant en réunion d’acteurs du Comité de quartier de l’Hers, alors que la ligne de Linéo
L16 est très chargée, le projet de parking-relais prévu au terminus est sous-dimensionné (70 places).
Un autre intervenant se demande quant à lui : « Quel aménagement est prévu pour Linéo sur le pont
de la route de Castres qui enjambe la rocade ? ».

L’ouverture à l’horizon 2018 de la Clinique Capio La Croix du Sud provoque également des réactions.
L’association Eco-Ribaute dit s’inquiéter de l’accompagnement en transports en commun de la
Clinique. De même, selon le Comité de quartier de l’Hers : « S’il n’y a pas de bus sur la Jonction Est,
comment les personnes âgées vont-elles se rendre à la future clinique Capio ? ». Ou encore, une
participante via un e-mail : « […] je ne vois pas pourquoi je devrais prendre une voiture pour aller me
faire soigner. S'il vous plaît, un tramway, un bus en site propre, un téléphérique, ce que vous voulez
mais un truc efficace ! ».

Plus généralement, pour beaucoup de participants, l’amélioration de l’accessibilité de la zone projet


par les transports en commun semble être la condition de la fluidité routière de la zone de la Plaine.
A ce titre, certains sollicitent que la concertation soit élargie pour inclure une réflexion plus globale
sur les transports dans cette zone. Dans un e-mail, un citoyen salue le projet de LMSE qui donne :
« […] une vraie priorité aux transports en commun, une très forte interconnexion, malgré une
situation en zone dense ».

b. de nombreux aménagements à venir (16 expressions)

L’évolution de la zone projet, en raison des projets d’aménagement à venir, suscite plusieurs
questionnements :

- « Quelle est l’importance du projet d’aménagement du quartier des Tuileries qui figure sur les
cartes ? »
- « A quel horizon se fera l’aménagement de la ZAD de Lasbordes ? »
- « Quelle est la date d’ouverture de la clinique Capio et combien d’emplois sont concernés ? »
- « On parle depuis longtemps du déménagement de l’aérodrome de Lasbordes, qui semble de
plus en plus incompatible avec l’aménagement du secteur (clinique, ZAC Malepère) et
permettrait un tracé de la Jonction Est plus rectiligne. Qu’en est-il ? »

Sans que cela n’inclue de commentaire par rapport à la Jonction Est, dans le registre présent au sein
de la mairie de Quint-Fonsegrives, une citoyenne postule que les nouveaux aménagements de la
zone projet attireront de nouveaux arrivants. Dans un même ordre d’idée, la Directrice du projet
Capio La Croix du Sud précise au sujet de la future clinique qu’elle accueillera 85 000 personnes par
an à son ouverture et jusqu’à 25 000 patients par an avec 400 lits et places.

En outre, l’association Loisirs et Animations de Catala explique que depuis 2007 : […] le nombre de
logements construits sans parkings suffisants, sans trottoirs, sans pistes cyclables, ne fait
qu'augmenter les déplacements et ce dans des conditions dangereuses ».

28
C. Le programme de la Jonction Est

La concrétisation de la Jonction Est a fait l’objet de demandes de renseignements


de la part des participants au débat. Par ailleurs, si l’intégration des modes de
déplacement doux fait consensus, le choix du tracé de la Jonction pour les modes doux, à
proximité de l’infrastructure, et son intégration dans le schéma global des modes doux
renvoient parfois à la question de l’opportunité du projet.

a. intégration des modes doux (45 expressions)

Une question générale posée par l’association Veracruz résume les interrogations des participants au
débat : « Comment sont intégrés [à la Jonction Est] les modes doux et les transports en commun ? ».

Selon le Club d’Entreprises VIV La Plaine, à l’origine l’accès à la zone de la Plaine devait se faire
uniquement pour les modes doux. De ce fait, le Club questionne l’accès tous modes.

Pour l’association APCVEB, la carte présente dans le dossier de concertation n’explique pas
suffisamment le maillage des modes doux en lien avec la Jonction Est. Le Comité de quartier de l’Hers
en réunion d’acteurs, précise, en accord avec APCVEB, qu’un réseau de pistes cyclables en faveur des
promenades n’est pas satisfaisant : un réel maillage vers les lieux de travail et de commerce est
attendu. De même, Veracruz formule une demande de création d’une voie qui serait véritablement
dédiée aux transports doux, c’est-à-dire « […] nettement délimitée, sécurisée et isolée du reste de la
circulation ».

L’association Ensemble au Val de Limayrac juge les aménagements doux présentés dans le cadre de
la Jonction Est « pas incitatifs » pour les piétons et les vélos alors même que cela pourrait résoudre
les embouteillages et les problématiques de parking. De plus, selon l’association, une question reste
en suspend : « Où est la place des vélos et des piétons dans le nouvel aménagement de la rue
Maurice Hurel ? ». Pour l’association 2 Pieds 2 Roues (2P2R), « […] la piste en dénivelé avec traversée
par feux des bretelles de l’échangeur ne […] semble pas idéale et efficace pour l’usage de la
bicyclette ».

Plusieurs solutions alternatives sont interrogées pour parvenir à une intégration utile et sécurisée
des modes doux au projet de Jonction Est :

- « Avez-vous étudié la solution de creuser un tunnel sous la rocade, puis une passerelle pour
franchir l’Hers pour les modes doux, comme cela existe aux Argoulets ? »
- « Pourquoi ne pas réaliser une passerelle au-dessus de la rocade ? »
- « Pourquoi ne pas longer la rocade en vélo au niveau de Lasbordes au lieu de faire un
détour ? »
- « Pour les cycles et les piétons […] améliorer les traversées des échangeurs 17 et 18 ainsi que
la continuité le long de l’Hers ».
- « Si le projet est réalisé, la piste cyclable le long de la voie verte est-elle prise en compte ?
Comment ? Sera-t-elle protégée ? »

29
L’association 2P2R - soutenue par l’association Saint-Orens Nature Environnement - estime de son
côté qu’au lieu de concevoir des solutions en faveur du franchissement routier de la rocade, il serait
intéressant de prioriser l’amélioration des pistes cyclables existantes au niveau du franchissement
des échangeurs de Montaudran et Lasbordes et du franchissement de la rocade sur le tracé de la
LMSE.

Le conseil local FCPE du collège Jean-Pierre Vernant pense que côté Ouest, l’échangeur pourrait
compliquer le trajet des cyclistes collégiens en raison de l’emprise qu’il aurait sur la piste. De même,
un participant dans un e-mail affirme : « Le nouvel échangeur va « manger » un morceau d’une
magnifique piste cyclable à coté de la cité de l’espace. Ce morceau de piste dévié n’est pas
acceptable. La piste à cet endroit est une longue ligne droite très agréable et très roulante. […] Il faut
peut-être prévoir un petit pont cadre qui permettra aux vélos de passer sous la future route ».

*****

Plus largement, un adhérent d’une association d’usagers de vélos juge que : « […] 6 M€ par an pour
les modes doux, c’est peu, alors que de nombreux aménagements sont prévus pour la voiture. Où sont
les études justifiant l’augmentation du trafic routier ? Où sont les études concernant le vélo ? ». En
appui à cela, une habitante du quartier de l’Hers pense que les projets non routiers de
l’agglomération risquent de ne jamais se concrétiser si les budgets sont alloués aux projets routiers.
De plus, pour une habitante de Toulouse : « La population aspire à passer moins d’heures en voiture
et espère se déplacer à pied ou en vélo lorsque les voies de circulation sont bien prévues pour les
transports doux ». Dans un e-mail, une citoyenne déplore : « les pistes dédiées uniquement aux
cyclistes sont quasiment inexistantes à Toulouse, alors que ce moyen de transport est une alternative
encouragée dans de nombreuses villes françaises et européennes ».

b. caractéristiques techniques (28 expressions)

Les caractéristiques techniques du projet de Jonction Est font l’objet de questions et avis épars,
essentiellement sur la géométrie du diffuseur.

Dans un courrier, un habitant de Toulouse félicite le choix du maître d’ouvrage d’un échangeur de
type « losange éclaté », qu’il perçoit comme plus sécurisé qu’un échangeur de type « lunettes ». En
revanche pour un citoyen, l’échangeur choisi présente les mêmes inconvénients que celui dit en
« trompette », ce qui ne permet pas de justifier le choix de Toulouse Métropole2. Enfin, pour une
personne dans un e-mail, le projet est comparé par le maître d’ouvrage à l’échangeur présent à
Gramont alors qu’il n’y a jamais rien eu d’autre à Gramont qu’un double carrefour à feux tricolores.
Elle précise : « […] un échangeur est en principe un carrefour circulaire en forme de trèfle à quatre
feuilles où les véhiculent tournent sans jamais se croiser ni s'arrêter : le rêve, mais qui a ses
exigences ».

2
L’ensemble des formes d’échangeur soumis lors de la concertation de 2007 est rappelé en annexe du bilan de
la concertation, conformément à un engagement pris par le maître d’ouvrage lors de la réunion publique du 30
mai 2016.

30
Enfin plusieurs questions concernent les caractéristiques techniques du projet. L’association 2P2R
aimerait savoir en quoi la création d’un nouvel échangeur permettrait de désengorger les échangeurs
existants. Dans le registre de la mairie annexe du quartier de l’Ormeau à Toulouse, une citoyenne
s’insurge : « Le terrain sur lequel vous envisagez de construire est l’ancien lit de la rivière de l’Hers.
Comptez-vous construire sur un sol meuble et inondable ? Voilà un problème dont vous évitez
soigneusement de parler car il n’y a pas de solution ! ». Dans un e-mail, une participante demande :
« Quelle est la distance entre les jonctions actuelles 17 et 18 ? ». L’association APCVEB s’interroge en
réunion d’acteurs sur la nécessité des voies auxiliaires d’entrecroisement ainsi que sur la nécessité de
maintenir l’Emplacement Réservé au profit de la SNCF.

c. choix de tracé (27 expressions)

En réunion publique à la Cité de l’espace, un habitant de la Côte Pavée questionne également le


tracé de la jonction : « Pourquoi ne pas avoir retenu le fuseau 1 qui remonte jusqu’à l’échangeur n°17
et était proposé lors de la concertation de 2007 ? ».

Dans un coupon-réponse, une habitante de Saint-Orens demande si le tracé de la Jonction Est intègre
un prolongement vers Quint-Fonsegrives. En effet, des jardins familiaux existent dans le quartier
Catala, que les usagers souhaiteraient préserver. Un autre habitant se questionne : « Ne peut-on pas
relancer le projet de déviation Nord de la ville de Saint-Orens, qui est en regardant la carte, opportun
dans le cadre de cette Jonction Est ? ». Une participante regrette que Saint-Orens ne se trouve « en
dehors du projet », ce qui est également le cas pour le passage du métro et le terminal Malepère.
Pour un particulier, alors que la Jonction Est est annoncée depuis longtemps comme « la solution » à
la traversée automobile de Quint-Fonsegrives et de Saint-Orens, le projet ne fait aucune mention
d’éventuels contournements de ces communes. De cela il conclut que le projet de Jonction Est, sans
prise en compte de ces extensions futures, est un projet incomplet : en effet, selon lui, la circulation
aux abords de ces villes occasionne plus de tensions que la circulation des sorties 17 et 18.

Une habitante de Toulouse aimerait savoir comment seraient liées l’autoroute Castres-Toulouse et la
Jonction Est.

L’association Eco-Ribaute présume, en réunion d’acteurs, que la Jonction Est ne prévoit pas d’accès à
la Clinique Capio, ce qu’elle qualifie de « manque d’ambition ».

L’association Véracruz demande des renseignements sur le traitement de l’allée de mûriers ainsi que
sur l’emprise foncière du projet.

Le Comité de quartier de l’Hers voudrait savoir à quelle hauteur de la zone de la Plaine va s’insérer la
Jonction Est.

Le Club d’Entreprises VIV La Plaine se demande si les camions seront autorisés à circuler dans la rue
Maurice Hurel. Comme le Comité de quartier de l’Hers, le Club interroge la possibilité d’ajuster le
projet aux évolutions du territoire : « Le projet est-il susceptible d’évoluer, notamment vis-à-vis de la
3ème ligne de métro ? ».

31
d. coût, financement & calendrier (25 expressions)

De nombreux questionnements généraux sur l’échéance de réalisation du projet et


ses modalités de financement. Certains soulignent l’importance de tenir un calendrier
concomitant avec les évolutions du secteur et l’ouverture de la clinique Capio. D’autres
remettent en cause les 60 à 70 millions d’euros d’investissement envisagés.

La Directrice du projet Capio La Croix du Sud explique dans le registre de Quint-Fonsegrives : « Capio
La Croix du Sud […] souhaite que sa participation à la restructuration de l’offre de soin au niveau du
territoire ne soit pas pénalisée par un calendrier d’ouverture de la Jonction décalée après 2018 ». Un
habitant de Quint-Fonsegrives voit comme « primordiale » la mise en service de la Jonction Est à
même échéance que la Clinique.

L’association Eco-Ribaute se demande : « Comment être sûr que le projet sera réalisé pour 2020 ? ».
Le Club d’Entreprises VIV La Plaine, s’interroge également sur le calendrier du projet : « Le
prolongement de la Jonction Est au-delà d’Entiore est attendu à quel horizon ? ». L’association
APCVEB aimerait savoir ce qu’il se passera entre la concertation et l’enquête publique.

*****

Pour un particulier, il serait approprié d’attendre une étude d’impact de réduction du trafic (arrivée
prochaine du métro dans le secteur) avant d’engager un investissement de cette ampleur.

Le Club d’Entreprises VIV La Plaine demande des précisions en réunion d’acteurs : « Le coût du projet
indiqué (60 à 70 M€) est-il le coût global du projet ou uniquement la part revenant à Toulouse
Métropole ? ». Dans un e-mail, une participante se demande dans quelle mesure la Clinique Capio
participerait au financement de la Jonction Est, question partagée par l’association 2P2R ainsi que
par le Comité de quartier de l’Hers, qui s’interroge de surcroît sur la participation financière de la
société Autoroute du Sud de la France.

Selon l’association Saint-Orens Nature Environnement, le projet de Jonction Est « […] a vu son coût
au fil des ans augmenter fortement (estimé tout d’abord en 2005 à 30M€ […] lors de la 2ème
concertation en 2007, il passe à 50-60 M€) ». La nécessité d’une 2x2 voies n’étant pas réellement
justifiée, ce montant ne l’est également pas. L’association 2P2R trouve « démesuré » le coût de la
Jonction : « Cela représente plus de 10 km de TCSP (Transport en Commun en Site Propre) ou plus de
100 km de pistes cyclables neuves, type Réseau Express Vélo (REV). Cette somme d'argent, très
conséquente, permettrait la réalisation d’aménagements en transports en commun efficaces et
performants et permettrait ainsi aux véhicules d'urgence de la clinique un accès rapide sur tout le
secteur ». Avis soutenu par un Conseiller municipal d’opposition de la ville de Saint-Orens : […] Les
budgets sont contraints aujourd’hui. Ce que l’on met dans un projet, on le retire pour d’autres. Il
vaudrait mieux investir pour les transports en commun et favoriser le report modal. A titre d’exemple,
la LMSE c’est 59 M€. On peut aussi réaliser 3,2 km de tramway avec 70 M€ ». Dans un e-mail, un
citoyen questionne : « pour 60 à 70 M€ de budget prévisionnel, ne vaudrait-il pas mieux développer
quelques lignes de bus ou TAD périphériques ? »

32
Dans le registre de la mairie de quartier de l’Ormeau à Toulouse, un habitant estime que le maître
d’ouvrage ne détient pas le financement complet nécessaire au projet. Ainsi il s’inquiète de la gestion
de l’argent du contribuable et de l’endettement de la ville. De même, un citoyen dans un e-mail :
« Les impôts locaux ont déjà fortement augmenté l'an passé […] et une nouvelle hausse sensible est
d'ores et déjà décidée pour cette année […]. Dans ces conditions, n'est-il pas urgent de réduire les
dépenses ? ». Un habitant de Toulouse aimerait justement connaître l’impact du projet sur les impôts
locaux. Un autre citoyen écrit, avec plus de virulence, qu’il s’agit d’un « projet irresponsable » qui
autorise le « gaspillage de l’argent public ».

e. équipements associés & aménagement de la RD16 (21 expressions)

Sans remettre en cause l’intérêt de la Jonction, plusieurs aménagements


complémentaires ont été enregistrés : déviation de Fonsegrives, compléments de la
Jonction, aménagements sur la RD16, éclairage de la rocade, parking relais avec la
troisième ligne de métro...

Pour exemples, l’Association pour l'Accès au Sud Est Toulousain (AASET) propose deux
aménagements qui permettraient de fluidifier le trafic aux heures de pointe dans le secteur projet et
donneraient « tout son sens » à la Jonction Est : « […] d’une part une déviation de Fonsegrives qui
rejoindrait par le Sud celle de Saint-Orens et la Jonction Est, et, d’autre part un recalibrage de la voie
interne à l’aérodrome de Lasbordes qui pourrait rejoindre la RD16 ou la desserte prévue pour la ZAC
de Lasbordes. Cela permettrait de prolonger la voie multimodale qui part de Lasbordes et rejoint le
métro de Gramont ».

Les Comités de quartier de La Terrasse et de l’Hers voudraient voir amélioré l’éclairage de la rocade
dans le secteur.

La création d’un parking-relais, en liaison avec les transports en commun – et notamment la 3ème
ligne de métro – est fortement suggérée en complément de la Jonction Est.

Un habitant de Quint-Fonsegrives propose la réalisation d’une double voie d’1.5km à partir de Leroy
Merlin à l’intérieur de la future ZAC de Lasbordes, qui présenterait l’avantage de favoriser :

- la sortie de véhicules de la future Clinique et d’Entiore sans passer par la route de Castres ;
- un double accès de la Clinique à la rocade dès la mise en service de la Jonction Est ;
- la circulation en site propre du bus 83 (voie utilisable par les véhicules de secours).

Pour ce qui est plus spécifiquement de l’aménagement de la route départementale 16, l’association
Eco-Ribaute émet une question : « La RD16, dans sa configuration actuelle (pas de trottoirs, voie
cyclable peu matérialisée, etc.) semble peu adaptée à une augmentation importante du trafic. Le
budget global du projet prévoit-il une requalification de la RD16 ? », sujet d’interrogation partagé par
l’association APCVEB ; « L’aménagement de la RD16 prévoit-il une voie de TCSP entre la route de
Revel et la route de Castres ? » ; « Après réalisation du projet, on comptera pas moins de 6 giratoires
sur la RD16 : n’est-ce pas excessif ? » ; « Qui sera chargé d’aménager la RD16 ? ».
33
D. Les trafics routiers en lien avec la zone projet

Avec de très nombreuses expressions ou questions (90 remarques environ), la


question de l’impact de la Jonction Est sur la circulation routière renvoie au clivage – décrit
dans l’opportunité du projet – entre un intérêt pour le tracé à l’Est de la rocade et une
appréhension certaine pour ce qui est des conséquences sur le tracé côté Toulouse.

a. impact du projet sur la circulation (71 expressions)

L’association AASET met en avant l’impact positif de la Jonction Est sur la circulation : elle permettra
de diminuer l’engorgement du carrefour du Palays et de l’échangeur route de Revel en créant un
accès à la LMSE (à condition que soit programmé en même temps le renforcement des liaisons
existantes ou la création de nouvelles liaisons locales). L’association ajoute que si aucun projet
routier n’est mis en place en dépit des nombreux projets d’aménagement du territoire : « […] la ville
de Saint-Orens va se trouver encore plus engorgée qu’actuellement ». De même, un habitant du
quartier de Montaudran juge la Jonction Est en mesure d’améliorer les conditions de circulation dans
la zone en dédoublant le trafic de l’échangeur de Montaudran, en libérant la route de Revel (qui
pourra alors accueillir la future ligne Linéo) et les riverains de Balma et de La Terrasse d’un important
trafic routier, en permettant un accès direct à la Cité de l’espace et à la future Clinique Capio… En
revanche, pour le Président de l’agence de design Cartoon : « […] les voies de circulation situées à la
sortie du nouvel échangeur, déjà saturées, ne sont pas en mesure d’absorber le trafic routier induit
par un échangeur ». De plus, pour le Club d’Entreprises VIV La Plaine, le délestage induit par la
réalisation de la Jonction Est sera annihilé par le trafic engendré par la ZAC de Malepère.

*****

Pour ce qui est de l’Est de la rocade, au cours de la permanence qui s’est tenue à Saint-Orens, une
habitante du quartier de Catala a exprimé sa crainte de voir augmenter le trafic sur le chemin des
Tuileries.

*****

Concernant l’Ouest de la zone projet, Le Comité de quartier de La Terrasse fait part des inquiétudes
des habitants des quartiers Terrasse-Martini au sujet des conséquences de la Jonction sur la
circulation automobile. Le Comité craint un afflux de circulation sur l’allée et la rue de Limayrac, le
chemin de Firmis, la rue Jean Lurçat, la rue de Martini… : en effet les automobilistes emprunteront
ces voies afin d’éviter les feux tricolores des grands axes. Plusieurs participants pensent que la
Jonction Est va déverser dans des quartiers résidentiels des non-riverains désireux de rejoindre le
centre-ville. Or, les rues dans ce secteur ne sont pas des « pénétrantes urbaines » : elles ne sont pas
dimensionnées – rues « étroites et sinueuses » - pour accueillir du trafic supplémentaire.
L’association Ensemble au Val de Limayrac, ainsi que plusieurs citoyens, précise que s'il devient facile
de rentrer dans Toulouse par la rue Maurice Hurel, lorsque la 3ème ligne de métro sera construite, les
automobilistes risquent de venir garer leurs voitures dans les rues de quartiers résidentiels afin de

34
prendre le métro en direction du centre-ville et ce, au détriment des résidents. Une participante
conclut : « Vous déplacez le problème mais ne le résolvez pas ». En réunion publique à la Cité de
l’espace, le Président du Comité de quartier de La Terrasse s’inquiète : « « Si la Jonction Est inclut une
ouverture de la circulation automobile vers la Terrasse, comment prendre en compte que cette zone
est résidentielle ? ».

Pour une riveraine, déposer les enfants au collège Jean-Pierre Vernant risque de devenir complexe
avec l’augmentation du trafic provoquée par la Jonction Est sur l’avenue de Lasbordes. L’association
des parents d'élèves de l’ensemble scolaire Saint Joseph-La-Salle (Côte Pavée) espère que le maître
d’ouvrage veillera à ce que le quartier ne devienne pas un « raccourci » à grande vitesse (mise en
œuvre de régulation) sachant que la zone rencontre déjà des problématiques de flux circulatoires en
dépit de l’installation de ralentisseurs au cours des dernières années.

Selon plusieurs avis, la ligne de bus 37 pourrait être impactée « […] par l'augmentation du trafic dû
aux véhicules qui entreront et sortiront de la rocade par la rue Maurice Hurel », ce qui réduirait
l’attractivité de ce transport. En plus de cette observation, une habitante du quartier de l’Hers
souligne que la piste cyclable de la Plaine serait coupée par l’échangeur.

Pour un particulier, la Jonction Est enverrait la circulation vers la Cité de l’espace de même que vers
les hôtels environnants, ce qui ne serait pas pour favoriser le tourisme et l’immobilier. A ce sujet, une
participante demande : « Avez-vous calculé la perte immobilière due à ce type de nuisances sur les
immeubles aux alentours ? ».

*****

Des études d’impact sur la circulation sont attendues par nombre de participants au débat (capacité
maximum de trafic absorbable, augmentation des embouteillages en cas d’accidents…), notamment
concernant les zones suivantes : Cité de l’espace, allée de Limayrac, zone de la Plaine, avenue Jean
Chaubet, avenue de Castres, route de Revel, avenue Raymond Naves… Dans le registre de la mairie
de quartier du Pont des Demoiselles, un habitant de Toulouse dénonce le fait qu’il n’y ait « aucune
description des flux prévisionnels du trafic routier, alors que ces données doivent constituer le socle de
la justification du projet ». Un conseiller municipal d’opposition de la ville de Saint-Orens regrette
cette absence d’études d’impact qui auraient permis de comparer le projet de Jonction Est à d’autres
solutions. L’association 2P2R pense qu’un nouvel aménagement routier fonctionne comme un
« aspirateur à voitures », créant une offre nouvelle : estimer comme le fait Toulouse Métropole, que
les voitures se répartiront vers ce nouvel échangeur est un « pré-conçu » plus qu’une certitude. De la
même manière, un particulier écrit : « […] les solutions qui consistent à augmenter toujours plus les
réseaux routiers aboutiront à aspirer encore davantage de véhicules ; le cercle vicieux de la mégapole
dévorante, poison à vivre serait amorcé ». Ou encore, un particulier dans un e-mail : « Le document
mentionne " le réseau routier est très chargé ou proche de la saturation aux heures de pointe ". D'une
part cela ne dit pas qu'il est saturé. D'autre part, voilà une belle lapalissade, applicable à n'importe
quelle zone en première couronne de n'importe quelle ville ! A ce compte, vous pouvez justifier
n'importe quel projet routier ».

*****

35
Pour ce qui est des questions plus générales, un habitant de Toulouse se demande comment l’impact
sur l’augmentation de la circulation pourra être minimisé par Toulouse Métropole. L’association Eco-
Ribaute aimerait savoir comment se fera l’accès vers la zone de la Plaine et comment y seront gérés
les flux. De plus, l’association voudrait connaître les capacités d’absorption du trafic routier d’un
échangeur à feux. De la même manière, l’association APCVEB se demande si les voies de circulation
pourraient être délestées par la réduction des vitesses de circulation.

b. expérience citoyenne de la circulation dans le secteur (15 expressions)

Dans le registre de la mairie de Quint-Fonsegrives, une citoyenne fait part de son expérience :
« Matin et soir le trafic est très dense, notamment sur les axes route de la Saune et route de Castres.
La traversée de Quint-Fonsegrives aux heures de pointe nécessite minimum 45 minutes ». De l’avis
d’une participante, les embouteillages ont lieu à des heures ponctuelles et très précises sur toute la
rocade et pas seulement au niveau des échangeurs 17 et 18. Pour un riverain, la rue de Limayrac en
particulier, est saturée aux heures d’entrée et de sortie du lycée Saint Joseph. Une citoyenne qui
utilise régulièrement les avenues Jean Gounod et Marcel Dassault, affirme que ces dernières sont
également « bien remplies » aux heures de pointe. Pour un participant, les problématiques en
matière de circulation concernent plutôt l'accès au Sud de la rocade Ouest, surtout avec le projet à
Montaudran.

Au cours de la permanence de la ville de Quint-Fonsegrives, une personne a informé le maître


d’ouvrage de l’existence d’un passage anormal de véhicules sur les boulevards Scotto et des
Tournesols. A ce titre, elle préconise de prévoir un aménagement de ces boulevards en parallèle du
projet de Jonction Est. Un habitant de Quint-Fonsegrives décrit cette circulation au sein du boulevard
résidentiel Vincent Scotto : « Malheureusement cette rue sert aux automobilistes pour éviter la route
de Castres. Alors que la route de Castres est limitée à 30 km/heure, les automobilistes dépassent
allègrement les 30km/heure dans notre rue ».

Le Club d’Entreprises VIV La Plaine souhaite attirer l’attention de Toulouse Métropole sur le
nécessaire réaménagement de la sortie 18 (Montaudran) qui serait « extrêmement dangereuse ».

36
E. Les autres impacts du projet Jonction Est
Outre les impacts causés par la Jonction Est sur la circulation routière, d’autres ont été mis à jour et
peuvent être classés en trois thèmes dont voici les principaux enseignements.

a. impacts environnementaux et préservation des milieux naturels (82


expressions)

Les inquiétudes quant aux impacts environnementaux concernent la préservation


de la coulée verte en bordure de rocade côté Toulouse, mais aussi la préservation de la
vallée de la Saune, des berges, ou encore les impacts en matière de qualité de l’air.

Plusieurs citoyens rappellent que la voie verte de la Plaine – « zone de calme et de nature » - est
usitée par les riverains non seulement pour se rendre à leur travail mais aussi dans le cadre
d’activités de loisir (sport, balade, détente…).

Par ailleurs, la zone verte de la Grande Plaine est peuplée de moustiques, blaireaux, hérons, de
grands mammifères… C’est une réserve de chasse où l’absence d’éclairage public est bénéfique au
bien-être d’une faune diurne et nocturne. En été, il y fait environ 2°C de moins qu’à Toulouse intra-
muros. Pour toutes ces raisons, il est nécessaire, selon plusieurs participants, de valoriser cette zone
voire de la « sanctuariser ». De plus, les berges de la Saune viennent de faire l’objet d’aménagements
agréables aux riverains qu’il serait dommage de détruire.

D’autre part, alors que « la protection du cadre de vie fait l’objet d’un large consensus », des
intervenants au débat estiment que la ville de Toulouse est déjà mauvaise élève en ce qui concerne
la proportion d’espaces verts à respecter. Une citoyenne donne pour exemple de dégradation
environnementale, la zone de la Grande Plaine qui, coupée du côté de la route de Castres, bénéficie
d’un aménagement piéton et cycle, « glauque et insécurisant » (tunnel).

Au cours des réunions d’acteurs, quelques questions ont été posées concernant le visage actuel de la
zone naturelle, par le Comité de quartier de l’Hers notamment : « La limite de la ZNIEFF côté Est
intègre-t-elle l’Hers ? » ; « La zone naturelle côté Est est-elle classée ? ».

*****

L’impact présumé du projet de Jonction Est fait l’objet de nombreuses remarques qui convergent
vers un point de vue : les impacts environnementaux seraient préjudiciables au bien vivre des
riverains.

L’association Ensemble au Val de Limayrac - de même que de nombreux riverains - perçoit comme
impact majeur de la Jonction Est, la coupure de l’espace vert de la Plaine : « Pour desservir l’Ouest, le
nouvel échangeur coupera inévitablement la zone verte, très prisée, qui sera également longée par
une nouvelle route : la continuité du lieu et son harmonie disparaîtront donc au profit des voitures ».
Les qualitatifs qui décrivent cette conséquence pressentie ne manquent pas : la zone serait

37
« polluée », « défigurée », « massacrée », « détruite » de façon « irréversible » ; « le cheminement
sera entravé par le béton ». L’impact sur la faune et la flore serait « catastrophique ». Pour un
citoyen, le projet pourrait créer le mécontentement d’encore plus de personnes que le
mécontentement actuel lié à la circulation. Une autre participante affirme : « […] se balader avec vue
sur un échangeur ne me tente pas ».

Outre cela, la question de la pollution fait également des émules. La liste des impacts du projet est
partagée par les citoyens qui abordent ce sujet : impacts sonores, atmosphériques, respiratoires,
visuels… Ce sont 1 040 logements qui seraient concernés, selon un riverain. L’association
2P2R considère que le projet va à l’encontre des recommandations des professionnels de la santé.
Ces recommandations comprennent notamment l’amélioration de la qualité de l’air par la diminution
des rejets de gaz et de particules fines (dont le trafic routier est un des principaux émetteurs).
L’association trouve paradoxal qu’un projet qui permettrait de se rendre dans un établissement de
santé outrepasse des recommandations sanitaires. En outre, le Club d’Entreprises VIV La Plaine se
demande : « Avez-vous pris en compte les nuisances sonores, notamment sur le parc hôtelier (500
chambres dans la zone) ? ».

L’association APCVEB invite le maître d’ouvrage à ne pas oublier d’une part les recommandations
du SCOT - qui indiquent de préserver les continuités écologiques – et d’autre part, celles de la loi
ALUR, qui incitent à prendre en compte la trame verte et bleue en préalable à tout projet. Pour un
Conseiller municipal d’opposition de la ville de Saint-Orens, la Jonction Est constitue un « prétexte
pour réaliser une nouvelle route de contournement dans la vallée de Saune, seule vallée de l’Est
toulousain encore relativement préservée de l’urbanisation ».

*****

Enfin, deux associations et plusieurs riverains craignent l’impact de la Jonction Est durant la phase de
travaux. Pour une habitante du quartier de l’Hers, la piste cyclable avoisinante sera condamnée
pendant les travaux. Une autre riveraine explique : « Nous allons subir les nuisances sonores que vont
provoquer les travaux, presque sous nos fenêtres, dans une longue période ». L’association APCVEB
questionne l’impact sur l’environnement des travaux liés au projet : « Est-ce que dans le cadre des
travaux, des aménagements destinés à récupérer et traiter les eaux de ruissellement de la rocade
sont prévus ? » ; « Quel est l’impact des travaux sur l’environnement pendant la réalisation ? ». De
même, l’association Veracruz estime que l’ensemble des travaux d’aménagement est susceptible
d’avoir un impact destructeur sur la zone projet. C’est pourquoi, l’association espère que « […] les
endroits choisis pour la gestion des travaux (accès aux travaux, stockage du matériel, des engins, des
ouvriers…) seront sélectionnés judicieusement […] afin de limiter au maximum les atteintes à tous les
milieux cités ». En réunion d’acteurs, l’association Veracruz demande au maître d’ouvrage comment
l’impact des travaux sera géré.

*****

Plusieurs organismes et quelques citoyens sont soucieux d’obtenir des données chiffrées concernant
les impacts environnementaux de la Jonction Est. Parmi eux, les associations APCVEB, Saint-Orens
Nature Environnement, les habitants du quartier de La Terrasse. Un couple de riverains souligne que
les schémas présentés dans le dossier de concertation masquent l’impact réel du projet sur

38
l’environnement. De même, le Club d’Entreprises VIV La Plaine remarque : « La zone d’inondation
présentée était beaucoup plus importante en 2007, comment expliquez-vous cela ? »

*****

Plusieurs participants au débat tentent de trouver des solutions qui permettraient de réduire les
impacts environnementaux de la Jonction Est. Ainsi, dans le registre du quartier Pont des
Demoiselles à Toulouse, un intervenant met en avant la nécessité de prévoir un mur pour absorber le
bruit en particulier au niveau des voies d’entrecroisement et entre les échangeurs 17 et 18. Dans le
même ordre d’idée, un citoyen propose la réalisation de murs anti-bruits végétalisés autour du
nouvel ouvrage qui permettrait de ne pas « défigurer » l’actuelle coulée verte. Pour l’association
Loisirs et Animation de Catala, la charte de l’environnement doit être respectée. Cela implique de
prévoir « tous les aménagements qui peuvent éviter l’augmentation des nuisances sonores et de la
pollution ».

Plus généralement, un particulier affirme que d’autres grandes villes ont fait des choix différents qui
incluent de grands espaces verts et un périphérique continu. Une habitante de la Côte Pavée ajoute :
« Il faut faire preuve d’idées d’aménagement nouvelles avant que la zone soit trop urbanisée […] ».

b. aspects sécuritaires (13 expressions)

Les habitants des quartiers de La Terrasse et du Val de Limayrac se disent


préoccupés par les conséquences de la Jonction Est : « Nous voudrions […] des assurances
sur la protection de ces quartiers résidentiels ».

Plus précisément, le conseil local FCPE du collège Jean-Pierre Vernant trouve important de rappeler
que « […] l’étroitesse du trottoir au niveau de l’arrêt Julien de la ligne 37 pause un réel problème de
sécurité pour les collégiens depuis des années et qu’aucune solution n’a pu encore être trouvée ».
D’autres citoyens poursuivent : « Les collégiens de Jean-Pierre Vernant qui attendent le bus à l'arrêt
Julien ou qui traversent l'allée de Limayrac seront plus en danger encore qu'aujourd'hui par
l'augmentation du nombre de véhicules qui circuleront. Il en sera de même pour les collégiens de
Saint Joseph ». Un risque se fait sentir à la fois pour les piétons et pour les cyclistes qui se rendent
dans les écoles, précise une intervenante. Un citoyen conclut : « Je trouverais regrettable qu'il faille
attendre un accident avec un enfant pour que ce problème soit pris en compte ». Outre l’insécurité
liée aux établissements scolaires, un riverain considère que « plus de vitesse » rime avec « moins de
sécurité » pour les familles qui se rendent régulièrement au bois de Limayrac ou à la zone verte de la
plaine. D’autant que les ralentisseurs dans la zone sont jugés « inefficaces ».

D’autre part, l’insécurité routière causée par la Jonction Est concernerait également les
automobilistes eux-mêmes. En effet, pour l’association Sainte-Orens Nature Environnement : « La
proximité d'un nouvel échangeur avec celui de Montaudran […] entraînera des changements de files
avec risque d'accidents ». Propos soutenu par un participant.

39
c. autres impacts (4 expressions)

Parmi les impacts supposément induits par la Jonction Est, deux domaines autres que
l’environnement et la sécurité sont mentionnés dans les avis citoyens.

La dégradation générale du cadre de vie serait un impact du projet et aurait déjà débuté depuis une
dizaine d’année dans cette zone. Notamment, pour une participante, les projets immobiliers
récemment implantés dans la zone – remplacement des maisons d’habitation par des immeubles –
déshumanisent Toulouse et ses environs, effet que la Jonction Est pourrait renforcer.

Pour un pilote de l’aérodrome de Lasbordes, la Jonction Est pourrait impacter négativement la Cité
de l’espace en réduisant son terrain – nécessaire à une éventuelle future extension – et en créant des
nuisances lumineuses et sonores qui pourraient réduire les possibilités d’actions de la coupole
astronomique récemment construite. Il faudrait également veiller à ce que l’aérodrome ne soit pas
gêné – et plus particulièrement la piste ULM – par la hauteur de l’ouvrage de la Jonction, par
exemple.

40
F. Les modalités de la concertation (14 expressions)

Sur les quatorze avis exprimés au sujet des modalités de la concertation, deux
trouvent la durée de la concertation trop réduite : l’un d’eux aurait souhaité la voir
prolongée.

Concernant les outils et moyens déployés tout au long de la concertation, dans le registre de la
mairie annexe du quartier Pont des Demoiselles, un habitant explique que le dossier de concertation
ne comporte pas de schéma qui permettrait de se faire une idée de l’impact paysager du projet. C’est
la raison pour laquelle il propose l’organisation d’une nouvelle concertation avec un document plus
complet.

Le Comité de quartier de La Terrasse formule, en réunion d’acteurs, une question concernant le


déroulement de la concertation : « Les bilans des concertations de 2005 et 2007 sont-ils
consultables ? ».

De manière plus générale, un participant regrette que les motivations personnelles aient pris le pas
sur l’intérêt général au cours des débats. Deux directeurs d’entreprises invitent à avoir une réflexion
plus globale sur les transports de cette zone.

Deux citoyens estiment que la décision est déjà prise indépendamment de la concertation engagée.
Le Club d’Entreprises VIV La Plaine souhaiterait justement savoir dans quelle mesure les remarques
formulées seront prises en compte.

41
V – LES CONCLUSIONS DU MAITRE D’OUVRAGE

La concertation a permis à un large public de s’exprimer sur le projet de Jonction Est. La forte
participation a généré de nombreuses remarques et interrogations, classées en 6 thèmes.

OPPORTUNITE DE LA JONCTION EST


- opportunité du projet en général
- choix de tracé de la Jonction côté Toulouse
- projets alternatifs

Réponses du maître d’ouvrage :


Pour rappel, le projet de la Jonction Est entre dans le cadre du développement de l’Est toulousain. En
effet, plusieurs opérations d’aménagement inscrites dans les documents de planification vont
générer de nouvelles activités, attirer de nouveaux habitants ainsi qu’un pôle de santé. En parallèle,
l’offre de transport en commun va se renforcer sur les infrastructures existantes.

Dans ce contexte, le projet de Jonction Est a pour principaux objectifs de :

capter le trafic périurbain pour améliorer les conditions d’accès au périphérique Est et à
l’agglomération ;
renforcer le maillage et « délester » les échangeurs des routes de Castres et de Revel du
trafic automobile et ainsi faciliter la mise en œuvre des Linéo, particulièrement au droit des
échangeurs de Montaudran et de Lasbordes ;
améliorer la desserte des zones d’aménagement existantes et futures ;
développer et mailler le réseau des liaisons douces (piétons et cycles) ;
améliorer les conditions de sécurité sur le périphérique en répartissant les points d’accès et
par la mise en place de voies d’entrecroisement.

La part significative des avis favorables au projet conforte le maître d’ouvrage, qui constate une
certaine adhésion du public sur la nécessité du projet en accompagnement du développement du
territoire. Les avis positifs restent toutefois concentrés à l’extérieur du périphérique.

Le maître d’ouvrage entend également les nombreux avis négatifs sur la desserte de la Grande Plaine
et les inquiétudes que ce nouvel accès suscite. En effet, au-delà de l’opportunité même de créer ce
nouvel accès, ce sont les impacts potentiels de ce dernier sur la circulation dans la zone et les
quartiers voisins ou encore l’environnement et le cadre de vie qui sont mis en avant. Au regard des
nombreuses remarques formulées, des études complémentaires vont être menées afin d’interroger à
nouveau les orientations sur la configuration de l’échangeur en relation avec l’objectif d’améliorer
dans la durée les déplacements, ainsi que des impacts en matière de trafic dans les secteurs
résidentiels. Ces études, présentées lors de l’étude d’impact, portent notamment sur les trafics et

42
modélisent l’état de la circulation projetée à terme (horizon 2030). Ce point sera de nouveau
développé dans la réponse apportée sur la thématique circulation.

Parmi les projets alternatifs évoqués ou proposés par le public, un certain nombre de solutions qui
avaient été écartées lors des études de 2005-2007 n’ont pas été réinterrogées, les études de
l’époque ayant montré qu’elles ne répondaient que partiellement aux enjeux et contraintes du
secteur.

Les autres propositions et remarques portent sur des projets spécifiques menés par des acteurs
autres que Toulouse Métropole. Certains sont beaucoup plus généraux que le seul sujet de la
Jonction Est et les idées correspondantes pourront être portées à nouveau lors des futures
concertations envisagées dans le cadre de la mise à jour de documents de programmation générale,
comme le PDU ou le SCOT. D’autres propositions peuvent s’entendre comme des mesures
d’accompagnement qui viendront compléter à terme le projet de la Jonction Est. L’étude d’impact et
les résultats définitifs des études de trafic permettront d’identifier ces mesures nécessaires et d’en
évaluer l’échéance de réalisation.

ÉVOLUTIONS DU SECTEUR DU PROJET


- accessibilité de la zone projet par les transports en commun
- projets d’aménagement à venir au sein de la zone projet

Réponses du maître d’ouvrage :


Les avis et commentaires du public sur la desserte des territoires du projet en transports en commun
seront portés à connaissance du SMTC (autorité organisatrice des transports) et de TISSEO.

La Jonction Est a pour objectif d‘accompagner et de faciliter la mise en œuvre des Linéo sur les routes
de Castres et Revel. A ce titre, le projet ne s’oppose pas au développement des Transports en
Commun, bien au contraire. En effet, en offrant un itinéraire supplémentaire aux automobilistes la
jonction Est va permettre de limiter l’augmentation du trafic sur les routes de Castres et de Revel
déjà saturées en approche des accès à la rocade et de dégager les espaces nécessaires à la mise en
place de systèmes de transports collectifs performants, avec des priorité aux carrefours, tronçons
avec des voies dédiées, etc… Conformément aux orientations générales prises en matière de
déplacement dans l’agglomération, c’est bien un équilibre entre les différents modes de transport
qui est recherché.

En ce qui concerne les projets au sein de la zone de l’Est toulousain en général, la consultation des
documents relatifs à l’aménagement du territoire (Schéma de Cohérence Territoriale, Plans Locaux
d’Urbanisme) permettent de connaître les potentiels d’urbanisation des différentes parcelles du
territoire.

43
Différents projets portés par des opérateurs publics ou privés sont recensés dans le secteur
concerné.

Parmi ceux-ci, il peut être cité, au plus proche de la Jonction :

la ZAC Malepère dont l’enquête publique est annoncée en 2017 ;


la clinique « Croix du Sud » du groupe CAPIO dont la mise en service est prévue pour l’été
2018 ;
le projet immobilier en cours chemin des Tuileries de 240 logements.

Ces projets de développement sont générateurs de besoins en déplacement qui ne peuvent être
uniquement couverts par le renforcement de l’offre de transports en commun ou le déploiement du
réseau cyclable.

De manière plus élargie, le projet de développement de la ZAC Montaudran est également à prendre
en compte car il peut avoir des incidences sur le fonctionnement global de l’Est toulousain.

Les sujets non mentionnés dans le dossier de concertation tels que la ZAD Lasbordes ou le
déménagement de l’aérodrome ne font pas actuellement l’objet d’études.

PROGRAMME DE LA JONCTION EST


Les principaux item/interrogations relevés sont les suivants :

- intégration des modes de déplacements doux


- précisions quant aux caractéristiques techniques du projet
- choix de tracé
- financement et calendrier du projet
- équipements et aménagements associés au projet (RD16…)

Réponses du maître d’ouvrage :


Sur les modes doux

Toulouse Métropole agit pour le développement du réseau d’infrastructures pour les modes doux.

La Jonction Est s’inscrit dans ce cadre avec des aménagements dédiés. Elle permettra d’assurer la
liaison entre la zone d’activité et la coulée verte de la Plaine, la voie verte nord sud en projet à
l’extérieur de l’Hers, l’espace nature Ribaute, la piste cyclable chemin de Ribaute. Le projet contribue
ainsi au maillage du réseau mode doux existant et en projet, et permettra le franchissement sécurisé
de la rocade.

44
Les propositions visant à améliorer les traversées piétons cycles aux échangeurs 17 et 18 sont
écartées en raison des contraintes techniques, environnementales et foncières rencontrées sur ces
deux échangeurs et des forts trafics accueillis.

Plusieurs solutions de franchissement avaient fait ‘objet d’études en 2007, pour aboutir à la
configuration retenue et présentée à nouveau dans le cadre de cette concertation.

Toutefois, afin de répondre aux nombreux avis du public qui portent pour un franchissement du
périphérique dédié aux modes doux, le maître d’ouvrage approfondira et complétera l’analyse des
variantes avec une étude de faisabilité d’une passerelle piétons/cycles qui serait dissociée du
diffuseur. Cette étude permettra de connaître l’intérêt de ce type d’aménagement au regard des
aspects fonctionnels, techniques, financiers ainsi qu’en terme d’intégration dans le paysage
environnant.

Sur le projet et ses caractéristiques techniques

Le projet de la Jonction Est consiste en une liaison entre la RD16 et le périphérique.

Les éléments de contexte, les contraintes et les objectifs du projet ont conduit le maître d’ouvrage à
conserver le tracé de la Jonction Est et le type d’échangeur (losange éclaté) retenus à l’issue de la
concertation de 2007.

Ce tracé préserve la possibilité à plus long terme d’un prolongement le long de la Saune destiné à
contourner Quint Fonsegrives ou Saint Orens de Gameville.

Les caractéristiques techniques du projet seront développées pendant sa conception, les éléments
principaux seront mentionnés dans le dossier soumis à enquête publique.

Sur le financement du projet

L’estimation du projet est établie pendant les études de conception, et sera finalisée après définition
de l’ensemble des aspects techniques, environnementaux, et des mesures compensatoires.

Toulouse Métropole agit dès à présent pour bénéficier de cofinancements au projet.

Le dossier d’enquête publique précisera également le financement de la Jonction Est.

Sur les aménagements et équipements associés

Inscrit dans les documents d’urbanisme, le projet de la Jonction Est consiste en la création d’une
liaison entre la RD16 et le périphérique, en accompagnement du développement du secteur en
aménagement et en transports en commun.

Les propositions et remarques émises par le public relèvent pour partie de projets spécifiques
potentiellement réalisables à plus long terme.

Les infrastructures existantes qui seraient impactées par la Jonction Est, telles que la RD16 ou la rue
de Limayrac par exemple, pourront faire l’objet de mesures d’accompagnement et d’aménagements
en fonction des besoins identifiés lors des conclusions des études de trafic.

45
TRAFICS ROUTIERS EN LIEN AVEC LA ZONE PROJET
- impacts du projet sur la circulation
- expérience citoyenne de la circulation dans le secteur

Réponses du maître d’ouvrage :


De nombreuses questions ou remarques concernent la réalisation des études de trafic, dont les
conclusions sont en cours de finalisation. Celles-ci sont fondées sur des horizons 2020 et 2030 et
prennent en compte des hypothèses de développement liées aux projets urbains identifiés dans le
secteur et au développement des modes de transports alternatifs (3ème ligne de métro). Elles
permettent d’évaluer les impacts du projet sur les trafics routiers, en comparant les trafics aux
différents horizons avec ou sans projet.

Compte tenu des avis très réservés du public sur la desserte de la Grande Plaine, le maître d’ouvrage
a décidé de compléter ces études par l’analyse trafic d’une solution sans desserte côté Toulouse.
L’objectif de ce complément sera d’analyser la pertinence de cet aménagement uniquement tourné
vers l’Est et de comparer les deux solutions en terme de trafic.

Les conclusions de ces études complétées pourront, le cas échéant, amener des évolutions de
programme de la Jonction Est, avec la possibilité d’envisager un phasage des aménagements.

Comme mentionné plus haut, en cas d’identification de trafic de transit dû à la Jonction dans des
secteurs résidentiels (par exemple la rue de Limayrac), des aménagements spécifiques destinés à
dissuader ce type de trafic pourront être réalisés en accompagnement.

Par la suite, un suivi des trafics sera effectué lorsque la Jonction Est sera en service afin de vérifier si
les évolutions de trafics sont cohérentes avec les prévisions annoncées.

AUTRES IMPACTS DU PROJET JONCTION EST


- impacts environnementaux et préservation des milieux naturels en lien avec le projet
- inquiétudes sur les aspects sécuritaires de la circulation
- autres impacts éventuels du projet

Réponses du maître d’ouvrage :


Les impacts du projet sur les différents aspects environnementaux seront évalués en parallèle des
études de conception. A ce titre, des études spécifiques portant notamment sur les thèmes
hydrauliques, bruit, pollution de l’air, flore, faune, paysage seront réalisées.

46
Les dispositions et mesures compensatoires mises en œuvre dès la conception auront pour objectif
de répondre aux différentes règlementations et de rendre le projet attractif pour les différents
usagers. Un traitement paysager sera apporté au projet pour une meilleure insertion dans
l’environnement, notamment pour la coulée verte de la Grande Plaine qui fera l’objet d’une
attention particulière.

Le sujet des nuisances pendant les travaux est également pris en considération dès les études de
conception.

Les conclusions de l’ensemble de ces études figureront dans le dossier d’enquête publique.

MODALITÉS DE LA CONCERTATION

Réponses du maître d’ouvrage :


L’objectif principal de cette concertation préalable est d’informer le public du redémarrage du projet
et d’en présenter ses principaux enjeux. Elle est l’occasion de recueillir à nouveau les avis et
propositions du public et a pour objectif de stabiliser le programme du projet avant le lancement des
études de conception détaillée, sans requestionner l’ensemble des variantes étudiées en 2007.

Les éventuelles évolutions de programme, conséquences des conclusions de la concertation, feront


l’objet d’information auprès du public.

Les modalités de la concertation, tant dans le niveau d’information que du délai, sont définies par le
maître d’ouvrage en fonction de l’importance du projet et de son expérience.

47
CONCLUSION

La concertation a porté sur les orientations d’aménagement de la Jonction Est, issues des 2
concertations réalisées en décembre 2005 et en février 2007. Elle a permis d’informer le
public du redémarrage du projet, du contexte qui a évolué, et de recueillir ses remarques.

Ces dernières ont montré un intérêt pour ce projet, mais des craintes ont été émises sur
son impact sur l’environnement et sur les nuisances qu’il est susceptible d’amener. De
nombreuses remarques ont notamment porté sur l’impact sur la circulation dans les
quartiers environnants, à l’intérieur du périphérique.

Suite à cette concertation, le maître d’ouvrage décide de poursuivre les études de


conception du projet de la Jonction Est suivant le tracé présenté, tout en développant les
éléments complémentaires suivants :

- lancement d’études complémentaires destinées à conforter la configuration de


l’échangeur en évaluant sa fonctionnalité dans la durée ;

- lancement d’études complémentaires pour un franchissement dédié aux modes


doux, de type passerelle, destinées à évaluer les aspects techniques, fonctionnels
environnementaux et financiers ;

- traitement paysager qualitatif destiné à une meilleure insertion dans


l’environnement, particulièrement pour la coulée verte de la Plaine.

En parallèle, les nombreuses remarques portant sur des thématiques ou problématiques


annexes qui sortent du programme strict du projet seront communiquées aux autorités
compétentes.

Les éventuelles évolutions de programme, conséquences des conclusions de la


concertation, feront l’objet d’information auprès du public.

48
LES PHASES A VENIR

Le présent bilan de la concertation fait l’objet d’une délibération soumise à délibération en Conseil
Métropolitain.

Les conclusions des études complémentaires permettront de stabiliser le programme. A partir de ce


dernier, les études de conception seront engagées.

Le dossier d’enquête préalable à la Déclaration d’Utilité Publique comportera les éléments


techniques, financiers, et une étude d’impact qui permettra d’évaluer l’impact du projet sur son
environnement et de prévoir les mesures compensatoires nécessaires.

L’enquête préalable à Déclaration d’Utilité Publique permettra de rencontrer de nouveau le public et


de recueillir ses observations.

Lorsque le projet sera Déclarer d’Utilité Publique, les études seront poursuivies pour le finaliser et
consulter les entreprises en vue de la réalisation des travaux.

49
VI – ANNEXES

Sommaire des annexes :

A. La délibération du Conseil communautaire du 14 avril 2016 .............................................. 51

B. Le compte rendu de la réunion publique du 30 mai 2016 ................................................... 55

C. Les questions et avis exprimés par écrit ............................................................................... 60


1. Les e-mails de la boîte dédiée ................................................................................. 60
2. Les registres ........................................................................................................... 118
3. Les courriers .......................................................................................................... 142
4. Les coupons-réponses ........................................................................................... 150

D. Les formes d’échangeur soumises au public durant la concertation de 2007 ................... 153

50
A. La délibération du Conseil communautaire du 14 avril 2016

51
52
53
54
B. Le compte rendu de la réunion publique du 30 mai 2016

TOULOUSE MÉTROPOLE – Concertation Jonction Est


Compte rendu de la réunion publique du 30 mai 2016
17 juin 2016

En résumé :

Lieu : Cité de l’Espace

205 participants, dont les représentants du maître d’ouvrage en tribune :

- M. Grégoire CARNEIRO, vice-président de Toulouse Métropole délégué à la voirie


- M. Bruno COSTES, président de la commission voirie de Toulouse Métropole
- M. Vincent TERRAIL-NOVES, maire de Balma et vice-président de Toulouse Métropole
- M. Bernard SOLERA, maire de Quint-Fonsegrives et vice-président de Toulouse Métropole
- M. Serge JOP, adjoint au maire de Saint-Orens-de-Gameville
- M. Jean-Baptiste De SCORAILLE, maire du quartier 4.3 de Toulouse
- Mme Marie-Pierre CHAUMETTE, maire du quartier 5.1 de Toulouse
- M. Christophe DAMOUR, directeur infrastructures, travaux et énergies à Toulouse Métropole
- M. Patrick DELFINI, chef de projet Jonction Est à Toulouse Métropole
- Mme Sophie DERRIEN, bureau d’études ARCADIS, représentant la maîtrise d’œuvre du projet

Durée de la réunion : 2h

Déroulé/temps de parole :

- Présentation des enjeux et caractéristiques de la Jonction Est : 35’


- Échanges avec les participants : 1h25’

Interventions du public : 15

Les participants à la réunion publique ont fait une quinzaine interventions couvrant différents
thèmes :

- opportunité ;
- tracé et échangeur ;

55
- trafic routier ;
- modes doux ;
- environnement ;
- transports en commun ;
- financement ;
- projets connexes.

Les échanges avec le public :

Thème de l’opportunité :

- Président de l’association 2P2R (deux pieds deux roues) : « Je regrette l’absence d’élus dédiés
aux transports et de Tisséo car la Jonction Est est un projet de mobilité. Mon intervention part
des cinq objectifs du projet :
1. Capter le trafic périurbain ? Non, cela va l’augmenter.
2. Renforcer le maillage du réseau et délester les échangeurs ? Non, les habitudes vont
rester.
3. Améliorer la desserte de la zone en cours d’aménagement ? Oui pour les salariés des
entreprises qui s’installent, mais dépenser 70 M€ pour une clinique et 1,2 km de
voirie, c’est cher.
4. Renforcer les liaisons douces ? Certes, le projet comporte un volet « Modes doux »
mais la Jonction Est n’est pas inscrite dans le schéma de développement des modes
doux de Toulouse Métropole. A la rigueur, une simple passerelle suffirait. Et puis, les
modes doux sont plutôt à développer aux échangeurs existants.
5. Améliorer les conditions de sécurité sur le périphérique ? Ce n’est pas le rôle d’un
échangeur, mieux vaut baisser la vitesse.

En conséquence, l’association demande l’annulation du projet. »

- Président du Conseil de l’ordre des médecins, des professionnels de santé et de la


conférence des territoires de santé en Haute-Garonne : « Les locaux de l’ordre des médecins
sont situés dans la zone de la Plaine. Les problèmes d’accès y sont quotidiens. La future
clinique Capio est importante dans le schéma métropolitain et va contrebalancer l’offre de
soins avec les établissements situés en centre-ville. Aujourd’hui, l’accès aux soins est
compliqué et la clinique Capio améliorera cette situation. Nous avons besoin de l’échangeur
de la Jonction Est. »

Le maître d’ouvrage répond à l’argumentation de l’association 2P2R que l’on ne peut faire comme si
la voiture n’existe pas. Concernant les projets de mobilité, il y a un besoin de faire face au
développement des déplacements en transport public, ce que proposent le développement du
réseau Linéo, la 3e ligne de métro, le développement des modes doux (6 M€ par an) et la
piétonisation du centre-ville de Toulouse.

56
Mais Toulouse Métropole regarde également les problèmes d’engorgement de la circulation
automobile. Or les temps de parcours augmentent significativement à certains endroits comme
Route de Revel par exemple. En matière de déplacement, l’effet de délestage existe.

Thème du tracé et de l’échangeur :

- Un habitant du quartier de la Terrasse/Côte Pavée : « Pourquoi ne pas avoir retenu le fuseau


1 qui remonte jusqu’à l’échangeur n°17 et était proposé lors de la concertation de 2007 ? »
- Un riverain : « Les sorties n°17 et 18 sur la rocade sont proches l’une de l’autre. Peut-on les
optimiser au lieu de créer un nouvel échangeur ? »
- Association Ensemble au Val de Limayrac : « L’échangeur en losange éclaté présente des
inconvénients qui n’apparaissent pas dans le dossier de concertation de 2016 alors qu’ils
étaient présentés dans celui de 2007. Pouvez-vous les ajouter ? »

Toutes les solutions d’échangeurs proposées en 2007 seront reprises dans le bilan de la concertation
(en annexe) et dans le dossier d’enquête préalable à la déclaration d’utilité publique.

Thème du trafic routier :

- Un habitant du quartier Limayrac : « Je ne vois pas l’utilité d’une bretelle d’échangeur vers
Toulouse car elle amènera plus de voitures. Une solution serait de pouvoir sortir de Toulouse
par cet échangeur, mais pas d’y entrer. »
- Président du comité de quartier de la Terrasse : « Si la Jonction Est inclut une ouverture de la
circulation automobile vers la Terrasse, comment prendre en compte que cette zone est
résidentielle ? »
- Une habitante du quartier de la Terrasse : « Je vois un intérêt de la Jonction Est pour Balma,
Saint-Orens et Quint-Fonsegrives. C’est l’opportunité d’urbaniser l’Est de la métropole et
d’accueillir la clinique Capio. Mais côté Toulouse, le seul intérêt est de soulager les routes de
Castres et de Revel. C’est donc une catastrophe pour les habitants du quartier. Je suis
d’accord pour une sortie côté extérieur, mais pas côté Cité de l’Espace. En plus, cela réduira le
coût du projet. »
- Un riverain : « La rocade est déjà saturée et ce nouvel échangeur va ajouter du monde
supplémentaire. »
- Association Ensemble au Val de Limayrac : « Nous comprenons la nécessité de délester les
routes de Castres et de Revel, mais pas celle d’ouvrir l’échangeur vers Toulouse. »

Le maître d’ouvrage indique que des études sont en cours pour mesurer l’impact du projet sur le
trafic. Une réflexion est menée sur le schéma de circulation pour le rendre dissuasif et éviter
d’aggraver les conditions de circulation dans ces quartiers, notamment aux abords du collège. Mais le
besoin d’aller rapidement aux urgences de la future clinique doit également être pris en compte.

57
Thème des modes doux :

- Président du comité de quartier de la Terrasse : « Si le projet est réalisé, la piste cyclable le


long de la voie verte est-elle prise en compte ? Comment ? Sera-t-elle protégée ? »
- Un adhérent d’une association d’usagers de vélos : « Seulement 6 M€ par an pour les modes
doux, c’est peu, alors que de nombreux aménagements sont prévus pour la voiture. Où sont
les études justifiant l’augmentation du trafic routier ? Où sont les études concernant le
vélo ? »
- Un habitant du quartier de la Terrasse/Côte Pavée : « Je fais du vélo, mais je ne peux aller de
l’autre côté de la rocade en vélo car l’itinéraire n’est pas assez sécurisé. Pourquoi ne pas
réaliser une passerelle au-dessus de la rocade ? »

Le maître d’ouvrage souligne que la promenade le long de la Plaine doit faire l’objet d’une attention
particulière.

Par ailleurs, si la réalité des déplacements doit être prise en compte, notamment la place importante
occupée par la voiture, on ne peut cependant pas dire que tout est fait pour la voiture car jamais
autant d’argent n’a été mis en faveur des transports en commun et des modes doux (doublement
des quais et parkings relais de la ligne A, téléphérique, 3e ligne de métro, etc.).

Thème des transports en commun :

- Un adhérent d’une association d’usagers de vélos : « 67% des déplacements dans la


métropole sont réalisés en voiture. C’est le taux le plus important en Europe. Investir 70 M€
dans un projet dédié à la voiture, c’est 70 M€ en moins pour les bus en site propre. »
- Comité de quartier de l’Hers : « 70 M€ dans cet échangeur, c’est de l’argent qui n’ira pas
dans le financement de projets de transport en commun. »
- Un élu de Saint-Orens-de-Gameville : « Je suis étonné que ce projet ressorte et de l’évolution
de son coût. Les budgets sont contraints aujourd’hui. Ce que l’on met dans un projet, on le
retire pour d’autres. Il vaudrait mieux investir pour les transports en commun et favoriser le
report modal. A titre d’exemple, la LMSE c’est 59 M€. On peut aussi réaliser 3,2 km de
tramway avec 70 M€. »
- Entrepreneur de la Plaine : « Nous avons besoin de transports en commun qui amènent les
salariés à la Plaine. La future 3e ligne de métro doit desservir la Plaine. »

Le maître d’ouvrage indique que les projets de transport en commun prévoient une ligne Linéo qui
desservira la Plaine et rejoindra la 3e ligne de métro.

Plus globalement, des investissements importants sont programmés en faveur des transports en
commun, des modes doux et du covoiturage. Les flux de circulation augmentent et Toulouse
Métropole a la volonté de mieux répartir les flux, mais dans le débat entre le multimodal et le « tout
sauf la voiture », la majorité de 2014 penche pour le multimodal.

58
Thème de l’environnement :

- Une habitante du quartier de la Terrasse : « Avez-vous lancé une étude sur la pollution
atmosphérique actuelle et à terme ? »
- Comité de quartier de l’Hers : « Nous faisons part de notre inquiétude concernant l’impact du
projet sur la zone verte qui a été classée pour la qualité de son aménagement. »
- Un riverain : « Quel sera l’impact sonore de ce nouvel échangeur ? »

Toulouse Métropole rappelle que les émissions de particules sont suivies quotidiennement par
l’ORAMIP. Il y a une mobilisation pour réduire la pollution en amont tout en ayant à l’esprit la
capacité de répondre aux besoins de déplacement. Des études d’impact seront lancées sur la
pollution atmosphérique et le bruit.

Par ailleurs, des travaux de réaménagement des berges de l’Hers ont été menés pour favoriser la
biodiversité.

Thème du financement :

- Un habitant de Quint-Fonsegrives : « On revient neuf ans en arrière. Le tracé prend en


compte les enseignements de la concertation de 2007, mais à l’époque, le financement était
de 48 M€, dont 16 M€ pris en charge par l’État. Aujourd’hui, des financements ont été
perdus. »

Le maître d’ouvrage indique que la Jonction Est s’inscrit dans la programmation des financements
métropolitains.

Thème des projets connexes :

- Une habitante de Dremil-Lafage : « Où en sont les études d’aménagement de la zone de


Lasbordes et du contournement de Quint-Fonsegrives ? Quand aurons-nous une liaison en bus
sans rupture de charge de Quint-Fonsegrives à Ramonville ? »
- La directrice de la clinique Capio : « Le projet de Jonction Est est antérieur à celui de la
clinique Capio, dont le permis de construire date de 2011. La clinique représente le pôle santé
du Sud-est toulousain. Mais l’ouverture est prévue en 2018. Quand la Jonction Est va-t-elle
aboutir ? 75% des déplacements sont effectués par les patients, dont 70% à la journée, et
25% par les salariés. L’établissement a une capacité d’accueil de 2 000 patients par jour,
25 000 patients pourront être accueillis chaque année au service des urgences et 3 000 au
service de maternité. La clinique a obtenu la certification HQE pour sa conception et nous
cherchons à l’obtenir également pour sa réalisation. »

Le maître d’ouvrage conclut en rappelant que l’objet de la réunion publique était de nourrir la
réflexion sur le projet de la Jonction Est, qui s’inscrit dans un ensemble de projets visant à être en
capacité d’accueillir 17 000 nouveaux habitants dans la métropole chaque année.

59
C. Les questions et avis exprimés par écrit

1. Les e-mails de la boîte dédiée

Aline GRIMBERT – 26.04.2016

Sauf erreur ou omission de ma part, Saint-Orens va encore se trouver en dehors du projet. C'est déjà
le cas pour le métro et le terminal « Malepère », et maintenant cette jonction passera juste sous le
nez de Saint-Orens.

Lorette – 15.05.2016

Quelle est la distance entre les jonctions actuelles 17 et 18 ? Et le tracé sur l'image n'est pas clair : sur
combien de mètres de verdure passerait l'agrandissement de la rocade à cet endroit ?

Frédéric PAILLER – 17.05.2016

Voici un avis personnel sur le dossier de concertation Jonction Est.


Je précise que je suis un simple citoyen, sans expérience sur les concertations publiques, sans
mandat politique. J'habite à Quint-Fonsegrives, et je ne suis pas riverain du RD16.
1) Globalement
D'abord, je constate tristement que, dans une zone dense de première couronne d'une métropole
majeure, on envisage encore de créer des nouvelles structures routières avant tout destinées aux
voitures... Personne n'est dupe, même si le projet est peint en vert avec une maigre piste cyclable sur
le côté.
Alors que les villes modernes se tournent largement vers les transports en commun et les modes
doux, voici un projet à l'arrière goût des années 80.
2) Intérêt pour les transports en commun ?
Les expériences des villes sérieuses montrent que toute nouvelle structure de transport incite les
usagers à emprunter les transports ainsi améliorés : autrement dit, faites des pistes cyclables et les
gens prendront plus leur vélo, des lignes de bus et ils prendront le bus, des routes et ils prendront...
leur voiture !
Cette liaison ne sert aucunement à l'amélioration des transports en commun : elle ne comprend
aucune voie de bus, ne servira à aucune des futures lignes de bus envisagées (nouveaux Lineo,
LMSE...), ni même à aucune ligne existante ! Ce projet n'est pas du tout intégré au maillage actuel ou
futur des transports en commun.
Par opposition à ce projet, j'ai trouvé que la LMSE constituait un excellent contre exemple, avec une
vraie priorité aux transports en commun, une très forte interconnexion, malgré une situation en zone
dense.
3) Intérêt pour les automobilistes ?
Le dossier ne donne aucun détail sur les trajets des automobilistes qui empruntent actuellement les
sorties 17 ou 18 de la rocade est. Il aurait été intéressant de définir des profils types de personnes
qui pourraient modifier leur trajet et passer par cette jonction. Or il est facile de constater
qu'aujourd'hui c'est le périphérique qui sature : ajouter des entrées ou des sorties ne changera rien.

60
Exemples : une personne qui habite à Lanta et qui travaille à Toulouse (quartier Montaudran par
exemple), ne prendra pas cette jonction le matin car la rocade est systématiquement saturée vers le
sud aux sorties 18 et 19. Idem pour quelqu'un qui irait du haut de Saint-Orens vers le nord de
Toulouse : l'accès à la rocade direction nord n'est pas chargé le matin via le RD2 et l'accès 18.
Le dossier mentionne que le RD16 est chargé : cette jonction va simplement le surcharger ! Elle va
délester les RD826 et RD2 près des sorties, et rediriger le trafic vers le RD16, en ralentissant les bus
qui y circulent (sans site propre).
Le document mentionne "le réseau routier est très chargé ou proche de la saturation aux heures de
pointe". D'une part cela ne dit pas qu'il est saturé. D'autre part, voilà une belle lapalissade, applicable
à n'importe quelle zone en première couronne de n'importe quelle ville ! A ce compte, vous pouvez
justifier n'importe quel projet routier.
Concernant les avenues Jean Gonord et Marcel Dassault, qui devraient effectivement être soulagées
par cette jonction, le dossier n'y fait simplement aucune mention ! Comble du comble, cette zone
d'activités déjà quasi délaissée par les transports en commun, n'est nullement concernée par les
nouveaux Lineo ou la future ligne 3 du métro (trop éloignée).
Enfin, point qui me semble le plus important, le dossier ne comporte pas de mentions aux
contournements de Quint-Fonsegrives et Saint-Orens, où la circulation occasionne largement plus de
crispations qu'aux abords des sorties 17 et 18. Cette jonction est pourtant annoncée depuis des
lustres comme LA solution à la traversée automobile de ces deux communes. Car si vous additionnez
le trafic des sorties 17, 17bis (future) et 18, celui-ci passera quand même, plus à l'est, par les voies
actuelles. Donc ce projet n'est pas complet : j'aurais apprécié (même si je ne le soutiens pas) que ces
extensions futures y figurent, même sommairement.
4) Et l'environnement ?
Les berges de la Saune viennent de faire l'objet de travaux d'aménagement, et la parc, même proche
de la rocade, est une zone plutôt agréable (quand elle n'est pas squattée).
Je constate que cette jonction Est va de nouveau tout casser dans le secteur, avec un pont sur l'Hers
et deux sur la Saune... Je pense qu'on aurait pu être plus efficace.
Si jamais quelqu'un m'a lu lit jusqu'ici, je l'en remercie sincèrement ! J'espère que mon avis servira au
débat.
Cordialement,
Frédéric Pailler

Alban VETILLARD – 23.05.2016

Concernant la jonction Est, habitant à Fonsegrives depuis plus de 40 ans, je suis défavorable à ce
projet pour les raisons suivantes :
1. la Sortie 17 du périphérique extérieure est parmi les moins fréquentées de toutes
2. décharger la sortie 17 rendra moins attractif les lignes de bus, en particulier la TCSP de la route de
Castres
3. créer plusieurs échangeurs rapprochés sur le périf' n'est pas favorable à la fluidité du trafic sur le
périphérique, et peut générer davantage d'accidents
4. une nouvelle sortie entre 17 et 18 ne déchargera en rien les embouteillages du périphériques Est
aux heures de pointes qui sont créés en des points bien connus (Palays, Lalandes, connection A64 et
N124-Airbus)
5. l'Espace Nature de Ribaute, actuellement couplé avec la zone Lasborde, sera dégradée et le
biotope coupé en 2 alors qu'une grande zone est actuellement unie (présence de hérons, de
blaireaux…), qui offre une respiration (environ 2°C de moins l’été par rapport à Toulouse intra-
muros)
De manière plus subjective, on peut également penser que :

61
1. cette sortie n’amènera aucun bénéfice pour les « liaisons douces » ni pour les liaisons de bus
(aucune communication « historique » entre les 2 zones desservies côté cité de l’Espace et côté
banlieue)
2. pour 60 à 70 M€ de budget prévisionnel, ne vaudrait-il mieux pas développer davantage quelques
lignes de bus ou TAD « périphériques », par exemple entre Labège et Balma, ou Fonsegrives et
Ramonville, ou mieux aménager le chemin de Ribaute pour les voitures et les bus ?
3. il est dommage d’avoir mobilisé la TCSP de la ligne 77 et 83, et plus généralement de vouloir
dimensionner des routes, sur les pics de trafic (2 heures par jour ouvré, hors vacances scolaires),
alors que leur taux d’utilisation est en moyenne très faible
4. il serait dommage de sacrifier encore une zone verte relativement cohérente et rare à proximité
de Toulouse, avec de l'agriculture : il vaudrait à mon avis mieux la valoriser voire la sanctuariser.

Thierry BRICK – 29.05.2016

La jonction Est proposée est de nature à faciliter les transports, la circulation et le désengorgement
de cette partie de l’agglomération.
Les habitants du quartier de la Terrasse et du Val de Limayrac sont préoccupés par les conséquences
de cette ouverture de voies.
Si les véhicules doivent traverser un quartier résidentiel pour se rendre au centre-ville, votre projet
deviendra un gouffre pour les politiques prenant cette décision.
Si ces deux quartiers perdent leur qualité de vie au profit de "plus de voitures", cela ne passera pas.
Nous voudrions avoir des projections fiables sur les quantités de véhicules et des assurances sur la
protection de ces quartiers résidentiels.
Thierry BRICK
Président du Comité de la Terrasse.

Gilbert PRADELLES – 29.05.2016

Monsieur le Président,
Vous avez bien voulu soumettre à la concertation du public, un dossier relatif à l'aménagement d'une
infrastructure routière nouvelle, à l'est du périphérique toulousain, le long de la rivière "La Saune",
cette infrastructure étant dénommée "Jonction Est".
En raison de son raccordement direct sur le périphérique et de son profil en travers à 2x2 voies, il
importe que les accès à cette infrastructure ne s'effectuent que par le biais des cinq points
d'échanges, mentionnés à la page n°21 du dossier.
Hormis ce point particulier, mon intervention se limitera à développer la nécessité de préserver la
réalisation ultérieure d'une voie de desserte venant se raccorder sur le point d'échange n°4 de la
Jonction Est, mentionné comme point d'accès futur à la Zone d'Aménagement Différée – Z.A.D. – de
Lasbordes.
Outre cette Z.A.D., le dossier décrit l'ensemble des aménagements en cours, ou projetés à l'est de
l'agglomération, notamment la clinique " Capio - Croix du Sud " et le lotissement du " Rébeillou "
situés sur le territoire de la commune de Quint-Fonsegrives ; est également signalée la reconversion
de la route départementale n°16, en voie multimodale, dans le prolongement de la liaison existante
au sud-est de l'agglomération.
Les emprises de ces différents projets laissent une ouverture, sur des terrains non encore urbanisés
; cette ouverture s'étend depuis la route départementale n°57, au lieu-dit " Portalès ", à son
extrémité nord, jusqu'à la Jonction Est au sud, comme le montre l'extrait de carte annexé au présent
message.

62
Ce passage doit être préservé de l'urbanisation, afin qu'il puisse y être aménagée une voie de
desserte qui, aujourd'hui, apparaît indispensable aux différentes zones industrielles existantes,
notamment :
- sur la commune de Flourens, la zone industrielle de "La Madeleine",
- sur la commune de Balma, les zones d'activités de "Mouy", de "Lasbordes" et de "Montel",
- sur la commune de Quint-Fonsegrives, le parc d'activités de "Ribaute".
La voie de desserte que je propose, améliorera de manière significative, l'accès à ces différentes
zones depuis le périphérique, cet accès implique actuellement la traversée des secteurs urbanisés
denses de Lasbordes ou l'emprunt de la route de Revel (route départementale n°2).
Bien entendu, il conviendra de réserver à cette voie de desserte, un statut de déviation
d'agglomération – déviation est de Lasbordes, par exemple – de façon à pouvoir interdire la
création de tout accès privatif.
Pour toutes ces considérations, Monsieur le Président, je vous invite à bien vouloir faire instaurer
toute mesure de sauvegarde de nature à protéger les terrains susceptibles de permettre la création
de la voie de desserte proposée : inscription au Schéma de Cohérence Territoriale – S.Co.T. –, prise
d'un arrêté de périmètre d'études, inscription dans les Plans Locaux d'Urbanisme – P.L.U. – des
communes concernées, ...
Cette infrastructure pourra être exécutée de manière échelonnée dans le temps, si les contraintes
budgétaires l'imposent.

Très cordialement.

63
3

3
Gilbert PRADELLES, pièce jointe

64
Thierry JOUCLAS – 1.06.2016

Bonjour
Veuillez trouver ci-dessous des recommandations pour la mise en œuvre du projet de jonction Est :
- Une voie de bus en site propre dans les 2 sens (qui peut être partagée sur le pont)
- Une voie cyclable en site propre dans les 2 sens (qui peut être partagée sur le pont)
- Une ligne de bus « Lineo » de la clinique Capio au centre ville ou à la gare (voire au métro)
- Un cheminement piéton au niveau du pont au moins
- Un parking silo hors les murs et accessible de la rocade
La « Jonction Est » qui a pour but de désengorger les sorties Castres et Montaudran devrait aussi
porter en complément la résolution des problèmes qui affectent déjà ces 2 sorties :
- Une liaison (pont ?) cyclable et piéton au niveau de la sortie 17 dite de Castres, qui serait
relié à la piste cyclable Argoulets – Cité Espace – Montaudran
- Une continuité cyclable au niveau de la sortie 18 Montaudran liant les pistes Cité de l’espace,
rive de l’Hers, et la piste vers Labège.
Je vous remercie par avance. Salutations,Th Jouclas

Michel VINCENT – 2.06.2016

Mesdames, Messieurs bonjour,


Après avoir assisté "sereinement" à la concertation publique du 30 mai à la cité de l'espace, je suis,
comme d'autres sans doute, resté sans surprise sur les motivations (très personnelles) de ceux qui
ont animé les débats, sans trop faire avancer le "smillblic". Les questions de fond, en particulier
l'accès à la future clinique, ont été, bien qu'énoncées, assez peu défendues, face à l'intérêt général
majeur à prendre en compte dans cette réalisation.
Pour ma part, habitant de Fonsegrives, un détail a retenu mon attention, et je ne doute pas un
instant qu'il a sûrement déjà dû faire l'objet de questions similaires auxquelles une réponse justifiée
existe certainement, mais que j'aimerais bien connaître.
Cette question se rapporte au futur carrefour prévu, sur le plan, pour la jonction à la route D16.
Pourquoi l'avoir fait déboucher à cet endroit "en bordure de Saune" alors que le rond-point d'Entiore
n'est qu'à une centaine de mètres, et ne semble pas être, pour l'instant, l'objet de saturation ? ...
Lorsqu'on connaît "approximativement" le coût d'un rond-point, certes une goutte d'eau dans la
totalité du projet, mais quand même ! Il est, je crois, permis de se poser une telle question,
probablement déjà évoquée, mais en attente de réponse ?

Meilleures salutations, Michel VINCENT

René GUILLOT – 3.06.2016

La large concertation conduite début en 2007 a intégré au projet initial un certain nombre de
recommandations
- Un itinéraire qui franchit la Saune pour protéger le biotope de la jacinthe Romaine et le cône
d’envol de l’aérodrome de LASBORDESC
- Un échangeur plus compliqué, mais qui intègre mieux le multimodal.
Ces diverses améliorations ont été présentées lors de la réunion publique qui s’est tenue à la cité de
l’espace le 26 février 2007
Le projet était estimé à 48M€ et le financement envisagé était le suivant

65
- 18 M€ par l’état lors du CIAT du 13/12/2002 suite à l’explosion d’AZF
- 18 M€ par la Communauté Agglomération
- Il restait 18 M€ que nous recherchions auprès d’autres partenaires éventuels (Département
ou la ville de TOULOUSE).
En avril 2008, Pierre COHEN fut élu à TOULOUSE
S’il était personnellement favorable au projet, il dut composer avec sa majorité verte qui était hostile
Ainsi au budget 2010, dans la rubrique des Grandes Opérations, la Jonction Est était toujours inscrite
mais avec un budget symbolique ramené à 100.000 €, les engagements précédents devenant ainsi
caduques ……. Beau gâchis financier.
En même temps en 2007, le SMTC inaugurait le TCSP secteur Est, première infrastructure
multimodale de ce genre dans la région, entre BALMA GRAMONT et QUINT-FONSEGIVES, avec :
- 2 voiries réservées aux voitures sans impossibilité de doubler et limitation à 50 km/h
- 1 plate-forme prioritaire réservée aux bus avec 2 parcs relais pour laisser sa voiture et faire
du covoiturage
- 1 piste cyclable bi directionnelle
Sur l’infrastructure bus circulent aujourd’hui avec un cadencement de 20 minutes aux heures de
pointe
- Par le 77, 40 dessertes entre GRAMONT et le collège de QUINT-FONSEGRIVES
- Par le 83, 40 dessertes entre GRAMONT et le lycée de ST ORENS, avec passage devant
ENTIORE et la future clinique CAPIO. L’afflux de voyageurs à ENTIORE à l’heure de pointe du
matin a conduit la SEMVAT à mettre des cars doubles.
Ainsi les diverses collectivités et la commune de QUINT-FONSEGRIVES en particulier ont su mettre
en place des infrastructures adaptées aux besoins sans aucun sectarisme ni dogmatisme
Les besoins de la future clinique CAPIO
La clinique CAPIO a clairement annoncé dans son projet le développement de sa politique
ambulatoire des soins
Ce qui veut dire en particulier que pour des soins, des actes chirurgicaux, au lieu de rentrer en
clinique un jour et d’en ressortis 2 semaines après, il se peut que soit programmés plusieurs séjours
plus courts, à la journée éventuellement au bénéfice du confort des patients et au bénéfice des couts
pour la SS.
Il va en résulter bien sur, des entrées sorties, plus importante et donc des moyens de circulation plus
performants.
De plus lorsque on doit se faire soigner d’une jambe, d’un genou ou d’une hanche comment pourrait
on s’y rendre en vélo…et pour les accouchements, avec pour cette clinique un pôle d’accueil
particulièrement important
Pour toutes ces raisons en intégrant les mesures environnementales retenues et l’intérêt collectif
ce projet est absolument nécessaire.
René GUILLOT

Philippe RAMON – 3.06.2016

Monsieur le Maire,
Par la présente je vous informe de mon opposition totale au projet de modification du zonage du
terrain CAPERPILLAR de zone artisanale en zone d'habitation.
En effet ce nouveau projet vient se surajouter aux huit autres déjà en cours de construction très
proches dans le quartier alors que ce quartier avant même la mise en place de ces huit derniers
projets était déjà largement saturé au niveau:
- de la circulation
- des effectifs scolaires
- des liaisons bus.

66
La modification du zonage de ce terrain CAPERPILLAR de zone artisanale en zone d'habitation est
donc totalement en inadéquation avec la structure et les capacités d'accueil du quartier.

Ce projet de modification de zonage a été présentée par Mme LAIGNON votre adjointe au Maire en
charge de l'Urbanisme, en réunion publique à la salle COARRAZE. Elle était accompagnée de la
société BOUYGUES qui est venue présenter son projet très avancé de construction d'un important
nombre de logements d'habitation sur ce terrain actuellement encore en zone artisanale.

Au cours de cette réunion, votre représentante, Mme LAIGNON, a rencontré d'importantes


difficultés pour justifier concrètement un tel nouveau projet notamment en raison de la saturation
complète de la circulation dans le quartier (voies d'accès très limitées à la rocade au collège, et
à RANGUEIL ainsi que la surcharge des diverses rues en véhicules).
Aussi face aux diverses interrogations légitimes du public, elle a, à bout d'argument sensés, déclaré
que:
"- les promesses de construction mesurées dans le quartier eu égard aux capacités d'absorption de
logements,
- les discussions possibles sur l'évolution de quartier énoncées lors de la campagne électorale de M.
MOUDENC ne constituaient que des promesses électorales".
Dans l'attente d'une réunion qui permettrait en votre propre présence une vraie discussion
constructive et réfléchie, recevez Monsieur le Maire l'assurance de toute ma considération
distinguée.

Serge DINET – 4.06.2016

Messieurs,
J'habite le quartier depuis 1987 et j'ai vu celui-ci se transformer et évoluer avec le temps Je pense
avoir une certaine expérience née des multiples concertations précédentes et me permet de
m'exprimer sur un projet qui va remettre en cause tout les schémas de circulation de l'est toulousain.
Après avoir étudié les données du projet de jonction Toulouse-Est, les avis techniques et les
différentes propositions faites par les parties concernées, vous avez retenu, semble-t-il, le projet d'un
échangeur du type de celui de Balma-Gramont.
Cependant ce projet, notamment par rapport à celui dit "en trompette", ne me semble pas
convaincant. Les inconvénients relevés sont de même type que ceux relevés à l'encontre du projet
"trompette". La stabilité des sols est identique (les conditions géologiques et hydrologiques ne
changent pas, elles sont immuables), les interconnexions pareilles et la rupture de la "coulée verte
de grande plaine", que bien des villes nous envient, indentique en tous points. Voies Ferrées de
France aurait-il déjà emporté "le morceau" ?
De plus ce projet "renvoi" la circulation en direction de la Cité de l'Espace et c'est faire fi de ce que
représente aujourd'hui cette cité au plan tourisme et impact de la ville à l'étranger. La profusion de
voitures et le bruit qu'elles engendreront sous les fenêtres de hôtels implantés rue Hurel favorisera
le tourisme, c’est évident !
L'échangeur trompette éloignerait, légèrement, de la cité de l'Espace cette nuisance.
De même, la présence d'un collège sur cette zone, et le va et vient constant d'enfants de 11 à 15 ans,
qui à pied, qui en vélo, ne peut plaider en faveur de la sécurité de ceux-ci en rapprochant le flux de
voitures de ce collège. L'échangeur en trompette aurait au moins l'avantage de repousser plus loin ce
danger, dans un secteur où les enfants sont moins présents.
Je sais bien que nos avis ne compterons pas beaucoup par rapport au lobbying de voies ferrées de
france mais… As t'on besoin d'un échangeur "grandiose" alors que le flot des voitures va se heurter à
plusieurs ronds-points et des accès, tant vers la route de Revel que vers la route de Castres à des feux

67
rouges. De même l'impact carbone sur le bois de Limayrac et de Sarabelle as t'il été mesuré? Ces
deux milieux protégés étant particulièrement gragiles.
Ce projet me fait cependant poser une question : en prévision, un autre projet n'est il pas prévu ?
Celui de poursuivre la bretelle (rue Hurel) en direction du bois de Sarabelle pour une ouverture
directe sur le boulevard de la terrasse, comme il en fut question par le passé ? Ce serait une
destruction pure et simple de tout le quartier pour un bénéfice d'écoulement du trafic des plus
aléatoire !
Sachant que nos élus actuels sont à l'écoute de leurs concitoyens, je vous livre donc ici mes
réflexions. J'espère seulement que certains lobbys n'ont pas déjà gagné la bataille.

Mes salutations.

Sophie LEFEBVRE – 4.06.2016

Bonjour Madame, Monsieur,


Je suis défavorable à cet échangeur car j'habite le quartier de La Terrasse et je trouve inutile d'avoir
encore une sortie il y en a déjà deux très rapprochées Cité de l'espace et Montaudran. Nous sommes
dans un quartier résidentiel dont les voies secondaires sont déjà vite saturées. Cet échangeur me
paraît plus susceptible d'amener des perturbations nouvelles dans notre quartier et du coup par
ricochet sur le périphérique que d'améliorer la situation. Le projet de départ qui devait créer
uniquement une entrée côté Quint-Fonsegrives me paraissait plus pertinent et moins coûteux. Vu les
problèmes financiers de Toulouse pour aider les écoles, mieux vaut faire des projets réalistes. D'autre
part, il existe déjà une gêne sonore dans le quartier sera-t-il prévu au moment de cet aménagement
un traitement du bruit pour les riverains et les gens qui vont se balader au niveau de la plaine (se
balader avec vue sur un échangeur ne me tente pas...).
Mme Lefebvre

Nicole MARIE – 4.06.2016

Je suis tout à fait contre une nouvelle jonction vers le centre. On ne peut pas à la fois supprimer les
voitures dans la ville et construire une nouvelle jonction. De plus la pollution qui s'en suivrait n'en
vaut pas la peine La jonction vers la banlieue me parait nécessaire, mais pas celle vers la ville

Merci, Nicole MARIE

Michel POUGET – 4.06.2016

Bonjour,
Au nom du Comité de La Terrasse, je vous fais part des inquiétudes des habitants du quartier
Terrasse-Martini concernant les conséquences sur la circulation automobile du quartier de la
réalisation future de la jonction Est. Comme cela a été exprimé lors de la réunion de la Cité de
l’Espace, nous craignons un afflux de circulation sur l’allée et la rue de Limayrac, le chemin de Firmis,
la rue Jean Lurçat, la rue de Martini, etc.
L’utilité de cette réalisation, si elle est évidente pour la desserte de l’est du périphérique, ne l’est
nullement pour la desserte de la partie ouest, la zone de La Plaine étant déjà desservie par les deux
échangeurs de la route de Revel et de la route de Castres. Pourrais-t-on étudier une version de la

68
jonction est qui n’ouvre que sur la partie est du périphérique : économie d’espace et de moyens
financiers, etc.
Enfin, nous demandons que l’étude d’impact analyse précisément les conséquences de cette
réalisation sur la circulation de nos quartiers.

Merci, Michel Pouget


Comité de La Terrasse
vice-président chargé du « cadre de vie"

Denis APVRILLE – 5.06.2016

Bonjour,
Vous trouverez ci-joint l’avis de notre Association, spécialiste des problèmes de circulation et de
transports pour le sud-est Toulousain :
la Jonction Est est un projet indispensable qui aura un impact très favorable sur la circulation et les
transports en commun, notamment si ceux-ci sont étudiés pour en tirer le meilleur parti.
En effet, un des gros problèmes du sud est Toulousain est l’engorgement d’une part du carrefour du
Palays, et d’autres part de l’échangeur Route de Revel / Périphérique.
L’aménagement proposé permettra de diminuer cet engorgement, en permettant un accès à la
LMSE, et à l’ensemble des équipements présents ou futurs de la RD 16 (Entiore, ZAC de la Ribaute,
clinique Capio,…).
Par contre, le dossier présenté ne dit rien de l’impact sur les voies environnantes. Or l’ouverture de la
Jonction Est d’une part provoquera un afflux de circulation par la possibilité d’accès au périphérique
qu’elle amènera et d’autre part peut potentiellement résoudre d’autres problèmes actuels, à
condition que soient programmés en même temps le renforcement des liaisons existantes ou la
création de nouvelles liaisons locales.
La zone desservie, du coté est, va faire l’objet d’une augmentation substantielle de trafic routier,
avec la création ou l’agrandissement de zones de logement ou d’activité : ZAC de Malepère, ZAC du
Tucard, Quartier Catala, …
Si rien n’est fait, la ville de Saint-Orens va se trouver encore plus engorgée qu’actuellement. Le trafic
routier ne peut être dévié vers l’Innopole et le Palays car ceux-ci sont très engorgés. Or la nouvelle
Jonction Est permettrait d’écouler ce trafic vers le périphérique, avec une voie de déviation nord-est
de Saint-Orens, qui, partant de la RD 2 (route de Revel), aboutirait sur la jonction est ou la LMSE. La
voie des Tuileries, qui longe le quartier Catala ne peut absorber un trafic important et devra donc
être recalibrée.
Du coté Balma ou Quint-Fonsegrives, la ZAC de Lasbordes et les autres développements cités dans le
dossier de la LMSE amèneront le même type de problème sur la RD 16. Deux aménagements
permettraient de fluidifier le trafic déjà saturé aux heures de pointe : d’une part une déviation de
Fonsegrives qui rejoindrait par le sud celle de Saint-Orens et la Jonction Est, et, d’autre part un
recalibrage de la voie interne à l’aérodrome de Lasbordes qui pourrait rejoindre la RD 16 ou la
desserte prévue pour la ZAC de Lasbordes. Cela permettrait de prolonger la voie multimodale qui
part de Lasbordes et rejoint le métro de Gramont.
Ces aménagements nous semblent indispensables pour que la Jonction Est ait tout son sens et
permettre une véritable desserte de transport en commun de toute la zone Saint-Orens / Balma
Lambourdes/ Quint-Fonsegrives.
A notre sens, l’enquête publique devra comporter une étude d’impact sur la circulation routière
environnante.

Denis Apvrille
Président AASET (Association pour l'Accès au Sud Est Toulousain)

69
Cornélia BOER – 5.06.2016

Bonjour
J'utilise régulièrement l'avenue Jean Gonord + avenue Marcel Dassault, celles-ci sont déjà bien
remplies aux horaires habituelles de pointe : travail et collège.
Les avenues sont à une seule voie pour chaque sens, et sont vite saturées.
Avec cette nouvelle jonction, je trouve qu'on abîme la zone verte de La Plaine, qui va être entourée
de pollution (sonore et respiratoire). Ce qui est bien dommage.
Avec cette nouvelle jonction, plus de voitures vont passer sur l'avenue de Lasbordes devant le collège
Jean Pierre Vernant pour rejoindre cette jonction, et on n'arrivera même plus à déposer les enfants
au collège : déjà que c'est saturé aux heures de pointe.
Voilà mon avis.
Mme Boer

Gautier BONNET – 5.06.2016

Bonjour,
Pouvez-vous enregistrer mon avis au sujet du projet de la jonction Est?
Je suis contre ce projet car je préfèrerais que nos jolies espaces verts soient préservés.

Cordialement, Gautier BONNET

Aline DELAGE – 5.06.2016

Bonjour,
Merci de l'ouverture de cette concertation, je suis habitante du quartier et travail sur Basso-Cambo,
votre projet ne me semble pas le plus adapté pour améliorer la fluidité du trafic sur cette zone de
Toulouse.
La construction d'un échangeur, avec un coût important, ne sera surement pas la solution pour
désengorger l'avenue de Castre et autre.
Pour pratiquer la traversée de Toulouse chaque jour (trajet pouvant aller de 45 minutes à 1heure),
les vrais points sensibles sont :
- pas d'accessibilité au métro sur cette zone sans prendre la voiture ou un bus avec un temps
de trajet vers BASSO CAMBO- long et pénible (voiture-bus-métro-pieds),
- une rocade saturée.
Avant d'engager un coût important sur ce projet, ou en êtes vous de la proposition électorale d'une
rocade dédiée aux automobilistes en transit ? Et de ce fait une rocade pour les Toulousains ?
Ce nouvel échangeur n'est-il pas trop proche des échangeurs 16 et 17 de la rocade ? Le risque de
nuisances sonores est important. La déstructuration d'une zone verte pratiquée abondamment par
les habitants du quartier est un point négatif de votre projet. Ce quartier résidentiel mais à
forte densité d'immeubles demande des espaces verts et aménagés pour nos enfants.
Cet échangeur va router sur notre quartier en zone 50 et 30 un nombre de véhicule important. Ce
quartier ne possède pas toujours des axes à 2 voies de part les stationnements en double sens. Votre
point noir de la rocade sera transféré dans notre quartier avec un cumul de voitures important et
une fluidité réduite de ce fait vous allez créer des bouchons. Vous déplacez le problème mais ne le
résolvez pas.

70
Par avance merci de m'avoir donné la parole. Je ne sais si ces détails vécus au quotidien apporteront
une ouverture vers de nouvelles réflexions plus orientées vers les citoyens et les habitants du
quartier.
Je reste à votre disposition
Cordialement, Mme Delage

Vincent DUBOIS – 6.06.2016

Je suis très favorable à la création de la Jonction Est. Vous trouverez ci-dessous :


• les principaux motifs de ma position
• quelques suggestions d’aménagement complémentaires
Les motifs en faveur de la Jonction Est :
1. soulager le trafic de l’échangeur de Montaudran
2. permettre un accès plus aisé à Saint-Orens depuis le périphérique Est en provenance du nord
de Toulouse et vice-versa
Quelques suggestions d’aménagement complémentaires :
1. prolonger la voie qui part de la RD 826 (devant Leroy-Merlin) et qui
longe l’aérodrome de Toulouse-Lasbordes pour la raccorder à la
Jonction Est sur le giratoire dessiné au bout de la flèche blanche en
page 15. Cet aménagement – simple et relativement peu coûteux à
réaliser - permettrait aux bus de rejoindre rapidement la voie en site
propre et ainsi réduire le temps de parcours des bus qui relient le sud-
est à la station de métro Balma-Gramont.
2. On peut imaginer de délester la RD2 route de Revel dans la traversée de Saint-Orens par une
voie qui contournerait le bourg par le nord pour rejoindre la Jonction Est ; cet aménagement
faciliterait pour les habitants du sud-est l’accès à la zone commerciale de Saint-Orens (autour
du Centre Leclerc) ainsi qu’aux zones d’activité d’Entiore, de la Ribaute et à la future clinique
Capio.
Vincent DUBOIS

Carine LORMIERE – 6.06.2016

Bonjour
Pouvez-vous nous transmettre une étude qui modélise les flux de circulation et le nombre de
voitures par heure projeté dans la zone de la cité de l’espace et du bois de Limayrac ?
Avez vous tenu compte de l éventuel impact négatif que l afflux de voiture déversé par la jonction au
niveau de la cité va provoquer sur l’allée de Limayrac ? Avez-vous calculé la perte immobilière due à
ce type de nuisances sur les immeubles aux alentours ? Ainsi que les risques pour les piétons et
cyclistes du quartier qui se rendent dans les écoles ?
Cordialement
Carine Lormiere

71
Alain et Yolaine THIEUW – 6.06.2016

Bonjour,
Voici nos interrogations sur le projet de Jonction Est
- L’impact sur l’augmentation de la circulation dans les quartiers de la Terrasse et du Val de
Limayrac (remontée vers le centre-ville par la rue de Limayrac ou par le chemin de la Terrasse
via la rue de Martini, ou en sens inverse de la ville vers la Jonction Est) a-t-il été analysé ?
Comment cet impact sera-t-il minimisé ?
- Impact sur la voie verte de la vallée de l’Hers (piste cyclable très utilisée par les cyclistes,
mais aussi piétons, joggeurs, rollers pour les loisirs mais aussi pour se rendre au travail ou au
lycée…) : comment sera traité le croisement entre la rue Maurice Hurel (prolongée vers le
périphérique) et la piste cyclable ? Nous craignons une nouvelle interruption de la piste
cyclable avec des feux. Un tunnel est-il envisageable ?
- Franchissement du périphérique et de l’Hers à vélo : comment éviter à la fois les
franchissements de trottoirs et la circulation dans le flux automobile ? Un tunnel
piéton /cycles sous le périphérique (comme aux Argoulets) est-il envisagé ?
- L’impact sur l’augmentation de la pollution atmosphérique et sur l’augmentation du bruit
dans les quartiers résidentiels avoisinants a-t-il été analysé ?
- Quel sera l’impact sur les impôts locaux qui ont déjà largement augmenté en 2015 ?
- Pourquoi, à l’heure de la COP21, ne pas privilégier les transports en commun vers la nouvelle
zone d’activités (future clinique et autres) ? Ne devrait-on pas consacrer l’argent public à des
projets plus respectueux de l’environnement ?
- Si la solution de la jonction Est est malgré tout retenue : le trafic automobile du côté de la
Cité de l’Espace justifie-t-il un échangeur complet ? Ne pourrait-on se contenter d’un demi-
échangeur desservant l’extérieur de la ville ?

Cordialement,
Alain et Yolaine Thieuw

Michèle DELAUNAY – 7.06.2016

Bonjour,
Ce projet aurait pu être une bonne idée il y a 20 ou 30 ans ; aujourd’hui cela ressemble plutôt à une
fausse bonne idée.
Les accès à Toulouse route de Revel et avenue de Castres sont effectivement saturés ainsi
que l’accès à l’avenue Marcel Dassault. Mais permettre aujourd’hui l’accès à de plus en plus de
véhicules est-il dans l’air du temps ? Ne serait-il pas préférable de permettre en développant une
offre de transports en commun performante un changement des comportements ? Sans compter les
couts exorbitants de ce projet ! Cout financier bien évidemment mais aussi cout pour
l’environnement malgré la protection d’une espèce certes intéressante mais qui ressemble bien à
une caution écologique, et sans compter la coupure en deux de l’espace vert de la Plaine très
fréquenté tous les jours.
Tout le monde a maintenant conscience de la nécessité de changer nos pratiques, les jeunes en
particulier. J’ai eu l’impression lors de la réunion publique à la Cité de l’Espace d’assister à un débat
d’un autre temps, des arguments et des raisonnements à l’ancienne. Quand le Maire de Balma,
pourtant le plus jeune de l’assemblée officielle, demande qui est venu à pieds ou en vélo, et profite
pour en conclure qu’il faut se rendre à l’évidence, nous nous déplaçons en voiture, cela laisse pantois
! Ne peut-on pas conclure au contraire, que des progrès sont à faire pour encourager d’autres modes
de déplacements ? La voie serait alors ouverte pour le petit flot de voitures restant pouvant alors

72
accéder sans difficultés à la future nouvelle clinique… Toutes les villes modernes s’engagent
aujourd'hui pour limiter la place faite à la voiture !
Question subsidiaire : dans quelle mesure Capio participerait au financement d’un nouvel échangeur
?
Merci de votre attention,
Michèle Delaunay

Anne-Marie GAYRAL – 7.06.2016

Habitante du quartier de la terrasse, je ne perçois pas l’intérêt de cet échangeur vers le côté cité de
l’espace. Si je peux comprendre qu’il permettra de desservir la Clinique Capio qui semble d ailleurs
être l’objet principal de cet échangeur, pourquoi faire une sortie sur notre quartier ?
De plus l’intérêt du quartier et le choix d'y résider tient en partie à la présence de la zone verte.
L’échangeur coupe cette zone et les aménagements doux qui y existent.
La priorité pour notre quartier est de disposer d’une ligne de bus et d’une piste cyclable qui nous
permettent de rejoindre le centre-ville dans des conditions efficaces. Les bus 22 et 23 sont peu
opérants et je ne parle pas de la sécurité des pistes cyclables.
En définitive, quel est son intérêt à part plus de circulation sur les rues du quartier pour des voitures
qui couperont par la rue de martini ou la rue du Chanoine Contrasty.
A l’heure où nous aspirons tous à plus de déplacements doux, je constate que la métropole fait
encore le choix des options du passé : la voiture et le métro et non le tram ou une liaison tram le long
de la rocade.

Fabrice HENRY – 7.06.2016

Madame, Monsieur,
Je réponds à la concertation publique concernant la jonction Est de Toulouse.
Je suis très défavorable à ce projet, car il va créer des nuisances importantes sur les allées de
Limayrac. Cette allée est déjà assez fréquentée avec des bus et les riverains.
L’ouverture de la liaison va déverser dans un quartier plutôt tranquille des non-riverains désireux de
rejoindre le centre ville via rue de Limayrac et avenue Jean Vieu.
Par ailleurs, la coupure de la zone verte de la Plaine, très utilisée par les piétons et cyclistes
défigurera définitivement les abords de la cité de l’Espace

Bien cordialement
Fabrice Henry

Véronique HENRY – 7.06.2016

Je réponds à la concertation publique concernant la jonction Est de Toulouse.


Je suis très défavorable à ce projet, car il va créer des nuisances importantes sur les allées de
Limayrac. Cette allée est déjà assez fréquentée avec des bus et les riverains.
L’ouverture de la liaison va déverser dans un quartier plutôt tranquille des non-riverains désireux de
rejoindre le centre ville via rue de Limayrac et avenue Jean Vieu.

73
Par ailleurs, la coupure de la zone verte de la Plaine, très utilisée par les piétons et cyclistes
défigurera définitivement les abords de la cité de l’Espace

Bien cordialement
Véronique Henry
Nadine LAVAL – 7.06.2016

Bonjour,
Merci de bien vouloir noter que les conséquences de cet ouvrage (afflux de véhicule dans mon
quartier, nuisances sonores, voie verte coupée, conséquences sur l'écologie) me préoccupent.
Dans mon quartier (rue de Martini et proximité), il y a déjà beaucoup de pollutions avec l'immobilier
qui s'implante sans arrêt via les immeubles qui remplacent progressivement les maisons
d'habitation.
Il faudrait mettre des limites à cet état de fait sinon on déshumanisera Toulouse et les quartiers
proches.
Merci de votre attention. Cordialement.
Nadine LAVAL

Patrick PEYNOT – 7.06.2016

Bonjour
Suite à la concertation de Quint-Fonsegrives, nous vous envoyons ce mail.
Nous apprécions beaucoup ce projet de jonction est du périphérique et pensons que cela sera très
utile avec tous les nouveaux développements (clinique Capio, ZAC etc.).
Cependant, nous attirons votre attention sur le fait que la jonction s'arrêtant au carrefour d'Entiore
(ou à côté), les véhicules qui viennent de l'est ou qui s'y rendent, doivent traverser la ville de Quint-
Fonsegrives. Or, actuellement, la route de Castres est déjà saturée le matin et le soir (aux heures de
bureau) et de très nombreux véhicules traversent les lotissements en empruntant le boulevard
Vincent Scotto, et la rue des Tournesols, souvent avec une vitesse excessive. Le passage Rue de la
Méditerranée étant le plus critique et dangereux à cause des carrefours et de l'étroitesse de la rue.
Si le trafic augmente encore dans ce secteur, les risques d'accidents augmenteront aussi. Nous vous
remercions pour votre attention.
Cordialement,
Catherine et Patrick Peynot

Michel SALVIAC – 7.06.2016

Bonjour,
Conscient de la nécessité de créer un échangeur depuis la rocade facilitant la desserte de la zone du
chemin de Ribaute, notamment avec la construction de la nouvelle clinique, il me paraît par contre
totalement inopportun de positionner une bretelle côté zone de la plaine, en effet:
1. cette zone verte, très prisée, sera gravement impactée par le passage de nombreux véhicules
2. pour remonter vers Toulouse, quel chemin emprunteront ces véhicules? l'allée de Limayrac,
voie étroite, non adaptée et particulièrement dangereuse; sans oublier les nuisances que
devront subir les quelques 1040 logements du quartier (720 de la ZAC + 320 de la résidence
au bas du bois).
3. que justifie une telle desserte? les salariés des entreprises de la zone ? faut-il donc que, pour
satisfaire quelques centaines de personnes qui sont 2 fois / jour, 5 jours / semaine, dans de

74
petits bouchons de 10 à 15 mn, on détériore la qualité de vies de quelques 2.000 personnes,
24h / 24, 7 jours / 7 ?
Je me permets de vous rappeler que le tout 1er projet, en 2006 environ, ne prévoyait qu'une jonction
côté Est, et pas du tout côté la Plaine.
Sincères salutations
Michel Salviac

Roger SAS – 7.06.2016

Bonjour,
Je voulais aller à la réunion à la cité de l'espace mais j'ai complètement oublié. Merci de pouvoir
s'exprimer par mail.
Je trouve que cela est "dommage" de sacrifier une si belle zone verte et pratique pour se promener à
pied, à vélo, à patins... La qualité de la vie dans le quartier va se dégrader : pollution, bruit, verdure
détruite.
Cela va entrainer plus de circulation dans le quartier de la plaine et les quartiers voisins. On va
rajouter au problème de la saturation de la route de Revel un nouveau problème qui va mécontenter
encore plus de personnes.
J'habite proche du bois de Limayrac rue Antoine de Gargas. L'allée de limayrac, en face de mon
appartement qui est actuellement bien chargée dans les 2 sens va l'être encore plus. Il va y avoir plus
de bruit, plus de vitesse (car pas de ralentisseurs efficaces) et donc moins de sécurité pour les
personnes qui se promènent régulièrement en famille le long de cette allée pour aller au bois de
Limayrac ou à la zone verte de la plaine.
Je suis passé en vélo ce dimanche sur la piste cyclable de la plaine. Des travaux ont déjà été entrepris
pas très loin de la belle allée avec les beaux arbres qui sont plus vieux que nous et qui devraient être
détruite si j'ai bien compris. Cela est vraiment "dommage" de privilégier une solution qui va rajouter
de la circulation automobile qui va sans cesse augmenter si aucune solution "écologique" n'est prise
pour essayer de la diminuer.
Je suis particulièrement inquiet et même en colère. J'ai l'impression que c'est la solution la plus facile
à court terme qui a été prise: faire passer une nouvelle route dans la zone verte et plus on verra plus
tard si cela va marcher et tant pis pour ceux qui habitent dans la zone et tant pis pour ceux qui
profitaient de la zone pour se détendre.
J'espère que mon avis sera au moins lu. Comme les travaux ont a priori déjà commencé (une
ouverture par bulldozer vers la rocade a en effet été entamée) j'ai l'impression que la concertation
ne sert à rien et que la décision a déjà été prise. On veut faire croire qu'il y a un débat citoyen.
Merci pour m'avoir donné l'occasion de m'exprimer.
Roger SAS

Claudine SUBRA MAZOYER – 7.06.2016

Bonjour
Je trouve ce projet disproportionné par rapport à l’espace disponible sur la zone de la plaine Peut-on
concilier infrastructures activités et espaces verts liés aux loisirs (c’est quand même la finalité de
cette zone) sur un espace aussi limité ? Ne va-t-on pas une fois de plus prioriser déplacements par
rapport aux poumons verts et aire de jeux de loisirs pour adolescents enfants familles ?
La plaine commence à être fréquentée par familles avec tout petits, sportifs, personnes âgées...
C’est le symbole d’une réussite de mixité sociale. Ne va t on pas remettre en cause cette situation ?

Claudine Subra Mazoyer

75
Alain BUCHARLES – 8.06.2016
Bonjour
Contrairement à ce qui est écrit sur le site de Toulouse Métropole, je ne vois pas comment la
Jonction Est projetée va permettre de délester la route de Revel d'une partie de son trafic
automobile, l'accès au rond-point d'Entiore depuis la route de Revel n'étant pas des plus évidents. A
moins qu'on ne nous présente qu'une partie du projet et qu'il soit envisagé de prolonger la bretelle
Est au delà du rond-point d'Entiore pour un futur contournement de Saint-Orens et Fonsegrives ?
Dans sa forme actuelle, ladite Jonction Est sert essentiellement à desservir depuis la rocade la
clinique Capio en cours de construction et la zone d'activités qui lui est proche.
Parlons maintenant de la sortie Ouest côté Cité de l'Espace. Je veux bien concéder qu'elle va faciliter
l'accès à la zone de la Plaine aux gens qui y travaillent mais elle va surtout induire un trafic important
dans les quartiers résidentiels de Limayrac et de la Terrasse. Les voitures sortant de la rocade vont
arriver sur l'Avenue Marcel Dassault et, si elles veulent éviter de se retrouver sur les routes de Revel
ou de Castres, n'auront d'autre choix que de s'engager dans le chemin de Limayrac ou les petites rues
du quartier de la Terrasse. Au final, je pense que cette sortie Ouest n'a pas lieu d'être.
Plutôt que de construire ce nouvel échangeur, ne serait-il pas plus simple et beaucoup moins coûteux
d'aménager l'échangeur de la route de Castres. L'espace existe; on n'ajoute pas de nouvelles
nuisances. La clinique pourrait être atteinte en prolongeant la route de l'aérodrome. Il serait
certainement possible de créer sur l'échangeur des voies réservées au bus si la ligne 16 doit être
prolongée jusqu'à Leroy-Merlin.

En espérant que cet avis sera pris en compte,


Alain Bucharles
Quartier de la Terrasse

Claire DE BESSES – 8.06.2016

Bonjour,
Ce projet me semble peu souhaitable pour les raisons suivantes :
Il est très cher, nous entendons régulièrement que l'argent public est rare et précieux et cet argent
pourrait surement être mieux utilisé.
Le prix très élevé est du à la création de l'échangeur, à l'ajout d'une voie dans chaque sens sur la
rocade et à la route en 2x2 voies en direction de la clinique. Des choix plus économiques pourraient
être envisagés.
Il me semble (je n'ai pas d'outil de mesure mais j'y passe tout les jours en vélo aux heures de
pointe) que la circulation a plutôt baissé ces dernières années sur l'avenue de Castres et Route de
Revel, donc il n'est peut-être plus indispensable de créer un nouvel échangeur.
D'autre part, je suis cycliste et usagère au quotidien de la piste de la plaine, cette piste risque d'être
condamnée pendant les travaux et sera ensuite coupée par l'échangeur qui amènera en plus un flux
de voitures vers le quartier, l'avenue Jean Gonord, qui était plutôt tranquille deviendra très
encombrée, le bus 37 qui y circule en sera ralenti.
Cette avenue qui peut servir d'itinéraire de remplacement piéton-cycle en cas de coupure de la piste
de la plaine n'a même pas de trottoir sur sa partie proche de la route de Revel (trop cher ?).
Les échangeurs 17 et 18 ne sont pas du tout aménagés pour les piétons et cycles (trop cher ?) ils
permettent pourtant de relier les pistes cyclables situées de part et d'autre de la rocade.
Les projets non routiers hors liaison Est (voies vertes et bus) accompagnant le projet risquent de
rester longtemps des pointillés sur un plan car il n'y aura plus d'argent pour les réaliser.
Je regrette vivement les choix fait par la municipalité mais je comprends enfin pourquoi mes impôts
ont augmenté
Claire de Besses, habitante du quartier de l'Hers

76
Michèle ESPENA – 8.06.2016

La concertation est ouverte du 9 mai au 12 juin.


Mais la première réunion publique a eu lieu le 30 mai.
En conséquence bien peu de personnes sont au courant du projet d'échangeur. La date limite du 12
juin me semble donc beaucoup trop rapprochée pour permettre au public de s'exprimer.
Je souhaite donc une prolongation de la concertation au moins jusqu'au 30 juin.
Bien sûr, l'homo-automobilus veut sans cesse de nouvelles routes pour arriver toujours plus vite (au
terme de sa vie).
Un échangeur supplémentaire ? Pour quoi faire ? Accéder à la Cité de l'Espace, à la zone industrielle
de Grande Plaine ? Cette zone est petite et ne nécessite pas un tel investissement. Il n'est pas
nécessaire de créer un nouvel échangeur ! L’aménagement des sorties (ou entrées rocade) N° 17 et
18 suffirait et coûterait moins cher à la collectivité.
Votre projet va attirer encore plus de nouvelles voitures vers la ville ; ces voitures remonteront par le
réseau de rues du quartier de la Terrasse. Non, il ne sera possible de protéger la zone pavillonnaire
du quartier de la Terrasse pour atteindre le centre de Toulouse.
Pourquoi ne pas créer des bretelles d'accès à la rocade tous les 500 mètres ? Les problèmes de
saturation seraient résolus !
On peut comprendre que la future clinique Capio nécessite un solide accès; cela n'implique pas que
vous créiez une route supplémentaire pénétrant dans la ville.
Vous évoquez dans votre prospectus, l'échangeur de Gramont; Nous ne voulons pas d'un tel monstre
dans notre coulée verte que vous condamneriez irrémédiablement. Cette zone de promenade
(marcheurs, cyclistes, groupes de rollers, familles...) représente un maigre ilot de verdure bien
nécessaire dans un environnement déjà bruyant et pollué. D'ailleurs, l'échangeur de Gramont est
toujours saturé! Donc les solutions qui consistent à augmenter toujours plus les réseaux routiers
aboutiront à aspirer encore davantage de véhicules ; le cercle vicieux de la mégapole dévorante,
poison à vivre serait amorcé.
Dans les années 60, on a cru résoudre l’accroissement de la population urbaine en construisant des
barres d'immeubles. Trente à quarante ans plus tard, force a été de constater que le résultat était
catastrophique en termes de qualité de vie et de délinquance, et on a dû détruire ces tristes barres.
De même, continuer à construire des échangeurs et développer le transport automobile relèverait
d'un manque de clairvoyance à imaginer le futur.
De tels projets ne peuvent être acceptés.

Philippe HYOUNET – 8.06.2016

Bonjour,
Habitant le quartier de la terrasse je comprends le besoin de desservir le grand Toulouse-est (Balma
Fonsegrives) en entrée et sortie de rocade.
Par contre je trouve inadmissible de desservir le coté Toulouse du fait qu’il n’y a aucun axe de
circulation principal adapté, le quartier comprenant un grand nombre de zones limitées à 30 km /
heure.
D’autre part, en 2016, tout projet routier urbain devrait intégrer de base des pistes cyclables dignes
de ce nom, c’est-à-dire dédiées et protégées.

Cordialement
Philippe HYOUNET

77
Jean-François LACOSTE – 8.06.2016

Bonjour
Concernant votre projet de jonction Est, j'y adhère avec les conditions suivantes :
• préservation de la continuité de l'actuelle voie piéton-vélo le long de la rocade
• voie partagée large piéton - vélo sur le pont et au-delà dans les 2 sens
• voie de bus en site propre dans les 2 sens
• maillage accru des lignes de bus dans ce secteur (desserte clinique, meilleure desserte
plaine)
• murs anti-bruits végétalisés autour du nouvel ouvrage pour ne pas défigurer l'actuelle coulée
verte
Bien cordialement,
JF Lacoste

A. et P. LEROY – 8.06.2016

Cela fait longtemps que l'on en parle sans la voir arriver.


Les nombreuses personnes subissant les bouchons quotidiens sont heureuses de voir cette solution
se concrétiser enfin.
L’expansion à venir de tout le quartier Est de Toulouse rend plus que nécessaire le développement
du réseau de communication (routier, cyclable et métro).
Merci de mener à bien ce projet indispensable.

Jean-Luc RZADKIEWA – 8.06.2016

Bonjour, mes remarques pour le projet de jonction EST sont les suivantes:
L'aménagement d'une piste cyclable est obligatoire. Ce projet est d'abord destiné aux voitures,
même si un passage pour les vélos est prévu. Le développement du réseau cyclable à l'extérieur de
la rocade n'est pas pensé. Il faut prévoir la liaison entre le réseau cyclable de Balma et le nouveau
passage pour les vélos.
Le projet présente au niveau de sa conception des problèmes vis-à-vis des pistes cyclables. La loi
LOTI impose la création d’un passage pour les vélos : c’est bien. Ce projet doit être conçu pour
améliorer la situation et notamment accroître le réseau cyclable. Il y a des voies de bus en site
propre, il est bon d’avoir le plus possible de pistes cyclables en site propre. On n'arrive pas à bien lire
le tracé de la future piste cyclable, ce n'est pas normal.
Au départ il y avait trois variantes c’est-à-dire trois dessins différents pour le futur échangeur :
Solution 1
Solution dite en forme de trompette (qui ne permettait pas le passage des vélos, une passerelle pour
les vélos était prévue en plus à proximité)
Solution 2
Un aménagement avec 1 rond-point de chaque côté de la rocade (cette solution étant dangereuse au
niveau de la cohabitation des vélos et des voitures ; un pont spécial pour les vélos était donc prévu)
Solution 3 (la solution choisie)
Un échangeur complet avec des bretelles : dans cette solution les vélos ont une voie à coté des
voitures la passerelle spéciale vélo n’est donc plus nécessaire. La solution 3 permet d’économiser
une passerelle spéciale vélo. Elle est donc moins chère.
Le nouvel échangeur va « manger » un morceau d’une magnifique piste cyclable à coté de la cité de
l’espace. Ce morceau de piste dévié n’est pas acceptable. La piste à cet endroit est une longue ligne

78
droite très agréable et très roulante. Elle est aussi fréquentée par les rollers et les promeneurs. Il faut
essayer de garder inchangé le tracé de la piste. Il faut peut être prévoir un petit pont cadre qui
permettra aux vélos de passer sous la future route.
La ZAD ne Lasbordes n'est pas considérée par une zone riche en biodiversité. C'est une zone à
urbaniser. Ce n'est pas normal. Les études environnementales sont uniquement centrées sur la zone
qui va être aménagée alors que l'impact est beaucoup plus large.
La zone dite ZAD de Lasbordes est une zone privilégiée : Au centre il n'y a pas de bruit de voiture, pas
d’éclairage public... C'est une zone où il y a beaucoup de moustiques. C'est un paradis pour la faune
diurne et nocturne. C’est une réserve de chasse. Ce nouvel échangeur va réduire la taille de ce
secteur privilégié et peut conduire à son urbanisation totale.
Ce nouvel échangeur et cette nouvelle route vont générer du bruit. Je n'ai pas vu de carte des
nuisances sonores liées à ce projet. Un mur antibruit est nécessaire pour préserver la ZAD de
Lasbordes voire la clinique CAPIO.
On ne sait pas s’il y aura un éclairage public sur ces axes. Il serait bon de veiller à garder la zone de la
ZAD de Lasbordes dans le noir et réduire le moins possible sa taille. Il n’y a pratiquement pas de zone
noire sur l’agglomération. Certaines espèces ont besoin de cela.
Conclusion :
Le rond point d'accès à la ZAD de Lasbordes ne doit pas être réalisé. Cette zone doit rester une zone
verte comme cela a toujours été dit notamment lors du blocage du magasin Leroy Merlin pendant 9
ans de 1994 à 2003. Le réseau cyclable devrait en revanche être développé dans ce secteur.
Le projet doit prévoir la réalisation d'une passerelle spéciale vélo : c'est plus cher mais quel bonheur
que de faire du vélo sans avoir une voiture à coté. C'est aussi beaucoup plus sécurisant pour les
enfants.
On prévoit un passage pour les vélos parce que c'est obligatoire. Cette obligation est respectée à
minima sans vision d'ensemble : Il faut prévoir une liaison vers Balma pour les vélos en suivant le
tracé de la voie verte qui traverse cette ZAD de Lasbordes.
Ce nouvel échangeur ne va pratiquement pas améliorer les conditions de circulation sur la commune
de Quint Fonsegrives. Les conditions de circulation des populations des communes du Caramanais ne
vont presque pas changer. Pour changer cela il faudrait prolonger cette sortie par une route qui
contournerait Quint Fonsegrives par le Sud.
Les principaux bénéficiaires de cette nouvelle sortie vont être : la clinique CAPIO et le centre Leclerc
Saint Orens.
La piste cyclable située à l’intérieur de la rocade et parallèle à celle ci ne doit pas être déviée. Un
petit pont cadre ou ovoïde est peut être nécessaire pour gérer le croisement de la nouvelle route et
de la piste cyclable.
Il est nécessaire de clarifier le futur réseau cyclable.
Jean Luc RZADKIEWA

Marie STRONOCK – 8.06.2016

Bonjour,
Dans le cadre du projet de nouvelle sortie de rocade au niveau Maurice Hurel, j'attire votre attention
sur les flux de voitures qui vont emprunter les dessertes secondaires comme le chemin et la rue de
Limayrac pour rejoindre le centre ville de Toulouse, via l'avenue de Castres, notamment.
Dans ce cadre, se situent les différentes unités de l'établissement St Joseph (3200 élèves) où d'ores
et déjà les flux de voiture, le dénivelé et les vitesses posent des problématiques malgré les
ralentisseurs installés ces dernières années.
Je compte sur votre diligence afin que ce quartier ne devienne pas un "raccourci" à grande vitesse et
la mise en œuvre des régulations qui s'imposent en regard du très grand nombre de voitures que

79
vous dénombrez, en provenance de la rocade ... compte non tenu des nombreuses voitures qui
accèdent déjà à l’établissement pour les trajets des enfants.

Bien cordialement,
Marie Stronock

HETF HOOFD – 9.06.2016

Bonjour
J'avoue ne pas comprendre l'intérêt d'un nouvel accès à la rocade entre la sortie 17 et la sortie 18,
sachant que le sud de la "rocade est" est toujours totalement saturé aux heures de pointes.
Cela amènera encore plus de problèmes.
Le souci est plutôt l'accès au sud de la rocade ouest, surtout avec le projet à Montaudran.
Quant à la sortie vers la cité de l'espace, il n'y a qu'un grand axe routier : l'avenue Dassault, qui
amène à des quartiers résidentiels qui ne peuvent pas accueillir cette circulation ou à la route de
Revel, que vous voulez désengorger.
Cela semble donc une mauvaise idée a priori.
Cordialement
Mr Hoofd

Madame LAMOTHE – 9.06.2016

Bonjour,
J’habite le chemin de la terrasse à Toulouse. J’ai pris connaissance de la nouvelle jonction, je
souhaiterais vous faire part de mon avis. Il me semble judicieux de créer une nouvelle sortie côté
Quint Fonsegrives, cependant, côté Toulouse cette création de sortie n’est pas utile. 2 sorties
existent déjà à Montaudran et à Limayrac et ne sont pas engorgées. Je reste à votre disposition pour
tout renseignement complémentaire.
Cordialement
Mme Lamothe.

Marc LE CALLOCH – 9.06.2016

Madame, Monsieur,
Je souhaite m’exprimer sur le projet de la « Jonction Est » en tant qu’habitant du quartier de
Limayrac depuis 14 ans et usager quotidien de la voix verte de l’Hers pour me rendre en vélo à mon
travail (Airbus DS).
Tout d’abord concernant le projet de faire une jonction avec l’Est toulousain :
- celui-ci me parait tout à fait pertinent en ce qui concerne la desserte de l’Est toulousain, Quint-
Fonsegrives et Saint-Orens, les deux routes existantes étant souvent saturées et pas adaptées à une

80
forte circulation automobile. La jonction permettrait de délester ces routes et d’y favoriser les bus,
les vélos et aussi le déplacement à pieds !
- par ailleurs, la zone Est de l’échangeur n’étant pas encore urbanisée, les aménagements routiers
peuvent être pensés pour minimiser les impacts sur le futur habitat. Il faut cependant penser à
aménager les traversées de ces nouvelles routes pour les bus, les vélos et les piétons par des voies
prioritaires, ceci afin de favoriser les modes doux de déplacements.
Concernant la desserte du côté Ouest, zone de la grande plaine et de la cité de l’espace, la zone étant
déjà urbanisée, je n’en comprends pas le sens :
- les voieries qui sont toutes à 2x1voie ne paraissent pas du tout dimensionnées pour accueillir
directement un accès à la rocade : il y a un risque d’engorgement et la ligne de bus 37 risque fort
d’être impactée par cette nouvelle circulation car elle ne circule pas en site propre,
- la rue Maurice Hurel permet un accès directe à la voie verte pour les piétons et les
vélos (je l’utilise 2 fois par jour pour me rendre à mon travail) : qu’adviendra t’il de cet accès, rien
n’étant mentionné sur le projet. De plus, l’échangeur va couper la voie verte en deux, une nouvelle
route longera aussi en partie cette voie apportant de la pollution et cassant l’harmonie des lieux :
dommage, c’est un lieu de détente très prisé des toulousains !
- la rue Maurice Hurel est utilisée par les camions desservant la cité de l’espace lors des évènements
ponctuels, festivals … cette nouvelle route va donc gêner les activités de la cité de l’espace,
- les habitants de la zone Ouest côté Toulouse trouvent l’accès à la rocade très facile, notamment par
l’échangeur de Lasbordes : il semble donc bien que ce nouvel accès ne concerne que les personnes
n’habitant pas le quartier et qui se rendent en voiture aux entreprises de la zone de la grande plaine
aux heures de pointe. Cet accès ne fera donc :
· qu’inciter les gens à habiter plus loin de leur lieu de travail,
· qu’inciter les gens à prendre leur voiture pour aller travailler,
· qu’augmenter la pollution sonore, visuelle, et atmosphérique des résidents qui eux ont choisi
d’habiter dans un espace plus dense et proche de leur travail, tout cela en utilisant une partie de nos
impôts locaux !
- entre le centre de Toulouse et ce nouvel échangeur, le seul accès possible est la rue de
Limayrac, or celle-ci n’est pas dimensionnée pour accueillir une augmentation du trafic automobile :
la circulation à pieds, à vélo, en bus ou en voiture des habitants sera entravée, soit par des
embouteillages, soit par des nouveaux feux visant à diminuer le trafic automobile,
- le quartier de Limayrac risque d’être envahi de voitures ventouses si le projet de station de métro
sur la future 3e ligne se concrétise.
Concernant le projet d’aménagement sécurisé pour les modes doux :
- l’aménagement ne sera hélas pas du tout incitatif pour les vélos et les déplacements à pieds :
multiples traversée de voie avec feux, proximité des voitures, dénivelé important, seule une
passerelle ou un tunnel non partagée respecterait l’esprit de la voie verte actuelle,
- pas de remise en cause du réseau des voix vertes et pistes cyclables pour inciter les gens à aller
travailler en vélo, ce qui pourrait permettre de désengorger à la fois les routes aux heures de pointe
et résoudre les problèmes de parking (9,5 % des personnes travaillant à Astrium DS viennent en vélo,
cela est supérieur aux personnes utilisant les transports en commun). Il faudrait en effet multiplier
les connexions entre les 2 côtés du périphérique (échangeur de Lasbordes et Montaudran), créer une
voix verte identique à celle de la grande plaine, mais le long de l’Hers, en continuité de celle de
Balma,
- rien n’est prévu concernant les transports en commun : bus en site propre …
Par ailleurs, les inconvénients de la solution retenue n’apparaissent plus dans cette version du
dossier, contrairement au dossier de concertation de 2007 :
- caractéristiques géotechniques médiocres des sols ->risque de tassements et des problèmes de
stabilité sont donc à attendre au niveau des remblais : techniques particulières de construction à
mettre en œuvre,
- nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,
- conception – avis ASF :

81
· Risque accru de remontées de files sur la Rocade,
· Risque de saturation.
· Nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
· Nécessite de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise

Dans ce contexte, je m’étonne que l’un des objectifs soit d’améliorer les conditions de sécurité sur le
périphérique au vue des avis ASF.
En espérant que vous tiendrez compte de l’avis des habitants de notre beau quartier,
Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Marc LE CALLOCH

Florence POREZ – 9.06.2016

Bonjour,
J'habite à Quint-Fonsegrives et je me déplace régulièrement à vélo, en particulier pour me rendre sur
mon lieu de travail.

Sur votre site ou auprès de la responsable urbanisme de la mairie de Fonsegrives, je n'ai pas trouvé
d'information sur le tracé d'une ou plusieurs piste cyclable dans le projet de jonction Est (si ce n'est la
phrase "aménager une liaison routière, piétons et cycles"). Pouvez-vous me donner des précisions
sur les pistes cyclables qui seront créées ?
Seront-elles à côté des voies des voitures ? Bien séparées de celles-ci et pas un simple tracé sur le
même voie que les voitures?

Par ailleurs, une nouvelle voie de bus en site propre sera-t-elle créée ?

Merci de vos réponses,


Bien cordialement

Chiara AMESTOY – 10.06.2016

Bonjour,
J'aimerais exprimer mes considérations sur le projet de la Jonction Est.
Je comprends bien l'intérêt d'un échangeur supplémentaire entre les sorties 17 et 18 de la rocade
pour pouvoir desservir l'est toulousain, et rendre l'accès à la rocade plus "facile" aux habitants de
Quint-Fonsegrives et Saint-Orens, mais je m'interroge sur la nécessité de poursuivre la jonction vers
l'ouest de la rocade en amenant du trafic dans une partie de la ville déjà fortement urbanisée. De
plus l'espace vert de la Grande plaine, qui est très fréquenté tout au long de l'année par les habitants
des quartiers de la zone est, sera impacté par cette nouvelle jonction. Il serait plus intéressant de
travailler sur un projet de parking en proximité de la station de la future 3ème ligne de métro qui est
prévue dans le quartier, pour faciliter l'accès au centre ville pour les habitants de l'est toulousain par
le biais du métro pour réduire ainsi le nombre de voiture en ville.
Cordialement
Chiara Amestoy

82
Annie BEILLARD – 10.06.2016

Quand arrêterez-vous de bétonner ce quartier ? Déjà trop de projets immobiliers : Cet accroissement
de population entraîne un accroissement de la pollution, et l'échangeur en projet va attirer encore
plus de véhicules.
Ne savez-vous donc pas, messieurs et mesdames les politiques que plus vous facilitez la circulation
automobile avec échangeurs, 3ème voie sur le périphérique etc, moins les automobilistes prendront
les transports collectifs ? Pourtant des études ont été réalisées il y a longtemps déjà, mais les
décideurs à courte vue n'en tiennent pas compte et bétonnent les sols à tour de bras avec les
conséquences dramatiques que l'on sait. Quand serons nous capables de changer de politique, de
prendre en compte notre environnement qui seul peut assurer notre survie?
Cordialement,
Annie Beillard

Anne CHANSON – 10.06.2016

Bonjour

- Dans le dossier de concertation vous nous présentez un principe de tracé mais sans préciser
l’emprise réellement affectée par ces nouvelles voies, emprise qui à priori ne sera pas négligeable au
regard des espaces verts traversés, puisque c’est devenu aujourd’hui coté Toulouse une "voie verte »
fréquentée, et cette emprise ne peut que nous inquiéter quand nous connaissons les lieux.
- Il y a deux échangeurs très proches, pourquoi créer un nouvel échangeur source de nuisance pour
les utilisateurs du secteur de la plaine, alors que des aménagements pourraient être faits sur les deux
échangeurs des routes de Castres et Revel.
- On parle de résorber des bouchons sur ces deux échangeurs, mais les bouchons sont et seront
surtout sur le périphérique qu’on continue à alimenter alors qu’il est déjà saturé
- Ces bouchons côté plaine ont lieu à des heures ponctuelles et très précises,

C’est pour cela que cet échanger ne nous apparait pas une réponse raisonnable aux questions
posées, il nous apparait plutôt comme sources de nuisances à venir par des voitures toujours plus
envahissantes, et nous ne pouvons qu’y être défavorables.
Les schémas présentés masquent l’impact réel du projet sur l’environnement.

Cordialement
B. Chanson

Christine CHARPENTIER – 10.06.2016

Concernant la desserte du côté Est de la rocade :


Compte-tenu du développement actuel et futur de la zone de Ribaute et de la saturation des
départementales D826 et D2, respectivement vers Quint-Fonsegrives et Saint-Orens, je comprends
l’intérêt et la nécessité d’un échangeur supplémentaire entre les sorties 17 et 18 afin de desservir
l’Est toulousain.
Le côté Est de la rocade, au niveau de la Cité de l’Espace, n’étant pas encore urbanisé, de nouvelles
infrastructures n’apporteraient pas de nuisances aux habitants.

83
Afin de respecter l’esprit de la COP 21, j’attire toutefois votre attention sur la nécessité d’aménager
les traversées de cette nouvelle route pour les bus, les vélos et les piétons en minimisant son
impact : voies prioritaires pour favoriser les modes doux.
Concernant la desserte du côté Ouest de la rocade qui a été ajoutée par rapport au projet initial, la
zone étant déjà fortement urbanisée, je la considère en revanche inutile et contre-productive :
Les voieries, qui sont toutes à 2x1voie, ne sont pas dimensionnées pour accueillir directement un
accès à la rocade qui impliquera inévitablement une augmentation du trafic entrant dans Toulouse.
Nombre d’automobilistes, afin d’éviter les feux tricolores des avenues de Castres et Revel, vont
également emprunter l’allée de Limayrac, qui n’a pas été prévue pour autant de trafic.
La ligne 37, qui ne circule pas en site propre, risque fort d’être impactée par cette nouvelle
circulation. Le quartier étant mal desservi en transport en commun et le bus 37 n’ayant pas une
fréquence assez importante, il n’est actuellement pas aisé de se rendre en bus en centre-ville. Je
crains fort que l’impact de la desserte Ouest sur le trajet du 37 ne fasse qu’empirer la situation,
poussant les habitants du quartier à délaisser les transports en commun au profit de leur véhicule
pour se rendre en centre-ville.
Pour desservir l’Ouest, le nouvel échangeur coupera inévitablement la voie verte, très prisée, qui
sera également longée par une nouvelle route : la continuité du lieu et son harmonie disparaitront
donc au profit des voitures.
Les habitants des quartiers situés à l’Ouest du nouvel échangeur (Grande Plaine, Limayrac, Terrasse,
etc.) n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder à la rocade, notamment par l’échangeur de
Lasbordes. Avec la nouvelle desserte vers l’Est, ils pourront accéder rapidement à la zone de Ribaute
et à la nouvelle clinique en entrant sur la rocade par Lasbordes et en la quittant par la nouvelle sortie
: un nouvel accès sur la rocade via l’Ouest, ne concerne donc pas les riverains du quartier.
Une station de la future 3ième ligne de métro est prévue dans le quartier. Or, à priori aucun grand
parking supplémentaire ne pourra être créé dans un quartier déjà fort urbanisé. Avec un nouvel
accès de la rocade vers l’Ouest, les non toulousains désireux de se rendre en centre-ville par le métro
accèderont rapidement au quartier et y stationneront leurs véhicules de manière anarchique et au
détriment des riverains.
Concernant le projet d’aménagement sécurisé pour les modes « doux » :
L’aménagement actuel présenté n’est pas incitatif pour les vélos et les déplacements à pieds :
multiples traversées de voies avec feux tricolores, grande proximité des voitures, dénivelé important.
Seuls une passerelle ou un tunnel non partagés respecteraient la fluidité et l’esprit de la voie verte
actuelle.
Le projet ne prévoit pas de remise en cause du réseau des voix vertes et pistes cyclables pour inciter
les gens à aller travailler en vélo, ce qui pourrait permettre de désengorger à la fois les routes aux
heures de pointe et résoudre les problèmes de parking. La multiplication des connexions entre les 2
côtés de la rocade au niveau des échangeurs existants de Lasbordes et de Montaudran, la création
d’une voix verte le long de l’Hers identique à celle de la grande plaine et en continuité de celle de
Balma, l’installation de parkings à vélos sécurisés aux connexions avec les bus et métro, sont des
pistes qui peuvent inciter les toulousains à se rendre à leur travail en vélo.
Il serait également souhaitable que cette construction couteuse et d’envergure incorpore dès sa
création des transports en commun tel qu’un bus en site propre. Rien de tel n’apparait dans le projet
présenté.
Le projet, tel qu’il est présenté aujourd’hui, ne répond pas à plusieurs questions :
Où est la place des vélos et des piétons dans le nouvel aménagement de la rue Maurice Hurel ?
La rue Maurice Hurel est actuellement utilisée par les camions desservant la cité de l’espace lors des
évènements ponctuels, festivals … Quelle est la solution de remplacement prévue ?
Dans le dossier de concertation de 2007, 3 types d’échangeurs (dont l’échangeur en losange éclaté)
étaient proposés et pour chacun d’entre eux les avantages et inconvénients étaient listés. Dans le
dossier de concertation actuel, les inconvénients suivants de l’échangeur retenu n’apparaissent plus :

84
- caractéristiques géotechniques médiocres des sols  risque de tassements et des problèmes
de stabilité sont donc à attendre au niveau des remblais : techniques particulières de
construction à mettre en œuvre,
- nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,
- conception – avis ASF :

Risque accru de remontées de files sur la Rocade,


Risque de saturation.
Nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
Nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise

Comment se fait-il que ces inconvénients ne soient plus présentés dans le nouveau projet ?
Au vue des avis ASF, comment est-il possible que l’un des objectifs affichés dans le projet soit
d’améliorer les conditions de sécurité sur la rocade ?

Cordialement,
Christine Charpentier

Pierre CHARPENTIER – 10.06.2016

Concernant la desserte du côté Est de la rocade :


- Compte-tenu du développement actuel et futur de la zone de Ribaute et de la saturation des
départementales D826 et D2, respectivement vers Quint-Fonsegrives et Saint-Orens, je comprends
l’intérêt et la nécessité d’un échangeur supplémentaire entre les sorties 17 et 18 afin de desservir
l’Est toulousain.
- Le côté Est de la rocade, au niveau de la Cité de l’Espace, n’étant pas encore urbanisé, de nouvelles
infrastructures n’apporteraient pas de nuisances aux habitants.
- Afin de respecter l’esprit de la COP 21, j’attire toutefois votre attention sur la nécessité d’aménager
les traversées de cette nouvelle route pour les bus, les vélos et les piétons en minimisant son
impact : voies prioritaires pour favoriser les modes doux.
Concernant la desserte du côté Ouest de la rocade qui a été ajoutée par rapport au projet initial, la
zone étant déjà fortement urbanisée, je la considère en revanche inutile et contre-productive :
- Les voieries, qui sont toutes à 2x1voie, ne sont pas dimensionnées pour accueillir directement un
accès à la rocade qui impliquera inévitablement une augmentation du trafic entrant dans Toulouse.
Nombre d’automobilistes, afin d’éviter les feux tricolores des avenues de Castres et Revel, vont
également emprunter l’allée de Limayrac, qui n’a pas été prévue pour autant de trafic.
- La ligne 37, qui ne circule pas en site propre, risque fort d’être impactée par cette nouvelle
circulation. Le quartier étant mal desservi en transport en commun et le bus 37 n’ayant pas une
fréquence assez importante, il n’est actuellement pas aisé de se rendre en bus en centre-ville. Je
crains fort que l’impact de la desserte Ouest sur le trajet du 37 ne fasse qu’empirer la situation,
poussant les habitants du quartier à délaisser les transports en commun au profit de leur véhicule
pour se rendre en centre-ville.
- Pour desservir l’Ouest, le nouvel échangeur coupera inévitablement la voie verte, très prisée, qui
sera également longée par une nouvelle route : la continuité du lieu et son harmonie disparaitront
donc au profit des voitures.
- Les habitants des quartiers situés à l’Ouest du nouvel échangeur (Grande Plaine, Limayrac,
Terrasse, etc.) n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder à la rocade, notamment par
l’échangeur de Lasbordes. Avec la nouvelle desserte vers l’Est, ils pourront accéder rapidement à la
zone de Ribaute et à la nouvelle clinique en entrant sur la rocade par Lasbordes et en la quittant par

85
la nouvelle sortie : un nouvel accès sur la rocade via l’Ouest, ne concerne donc pas les riverains du
quartier.
- Une station de la future 3ième ligne de métro est prévue dans le quartier. Or, à priori aucun grand
parking supplémentaire ne pourra être créé dans un quartier déjà fort urbanisé. Avec un nouvel
accès de la rocade vers l’Ouest, les non toulousains désireux de se rendre en centre-ville par le métro
accèderont rapidement au quartier et y stationneront leurs véhicules de manière anarchique et au
détriment des riverains.
Concernant le projet d’aménagement sécurisé pour les modes « doux » :
- L’aménagement actuel présenté n’est pas incitatif pour les vélos et les déplacements à pieds :
multiples traversées de voies avec feux tricolores, grande proximité des voitures, dénivelé important.
Seuls une passerelle ou un tunnel non partagés respecteraient la fluidité et l’esprit de la voie verte
actuelle.
- Le projet ne prévoit pas de remise en cause du réseau des voix vertes et pistes cyclables pour
inciter les gens à aller travailler en vélo, ce qui pourrait permettre de désengorger à la fois les routes
aux heures de pointe et résoudre les problèmes de parking. La multiplication des connexions
entre les 2 côtés de la rocade au niveau des échangeurs existants de Lasbordes et de Montaudran,
la création d’une voix verte le long de l’Hers identique à celle de la grande plaine et en continuité de
celle de Balma, l’installation de parkings à vélos sécurisés aux connexions avec les bus et métro, sont
des pistes qui peuvent inciter les toulousains à se rendre à leur travail en vélo.
- Il serait également souhaitable que cette construction couteuse et d’envergure incorpore dès sa
création des transports en commun tel qu’un bus en site propre. Rien de tel n’apparait dans le projet
présenté.
Le projet, tel qu’il est présenté aujourd’hui, ne répond pas à plusieurs questions :
- Où est la place des vélos et des piétons dans le nouvel aménagement de la rue Maurice Hurel ?
- La rue Maurice Hurel est actuellement utilisée par les camions desservant la cité de l’espace lors
des évènements ponctuels, festivals … Quelle est la solution de remplacement prévue ?
- Dans le dossier de concertation de 2007, 3 types d’échangeurs (dont l’échangeur en losange
éclaté) étaient proposés et pour chacun d’entre eux les avantages et inconvénients étaient listés.
Dans le dossier de concertation actuel, les inconvénients suivants de l’échangeur retenu
n’apparaissent plus :

- caractéristiques géotechniques médiocres des sols  risque de tassements et des problèmes


de stabilité sont donc à attendre au niveau des remblais : techniques particulières de
construction à mettre en œuvre,
- nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,
- conception – avis ASF :

Risque accru de remontées de files sur la Rocade,


Risque de saturation.
Nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
Nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise

Comment se fait-il que ces inconvénients ne soient plus présentés dans le nouveau projet ?
Au vue des avis ASF, comment est-il possible que l’un des objectifs affichés dans le projet soit
d’améliorer les conditions de sécurité sur la rocade ?

86
Madame MARECHAL – 10.06.2016

Madame, Monsieur,
Je comprends l'intérêt du projet de la "Liaison Jonction Est" au niveau de La Plaine car il faut trouver
une solution au problème récurrent de saturation de la circulation côté extérieur de la rocade.
MAIS une desserte côté ville serait extrêmement dommageable pour nos quartiers d'un point de vue
sonore, sécuritaire et polluant et générerait plutôt un surcroît de circulation. Ce serait sans aucun
doute contre-productif.
Ce projet doit être pensé autrement pour ne pas sacrifier des espaces verts au bénéfice de la
circulation automobile.
A l'heure de la COP 21, un tel budget devrait intégrer également et en priorité le développement des
aménagements de pistes cyclables et pour piétons!

Je vous remercie de votre attention.


Mme Maréchal

Jeanne NUSSLI – 10.06.2016

Représentant des parents d’élèves du collège Jean-Pierre Vernant, le conseil local FCPE souhaite
s’exprimer au sujet du projet de la « Jonction Est ».
La desserte du côté Ouest de la rocade qui a été ajoutée par rapport au projet initial de 2006,
inquiète fortement les parents d’élèves.
En effet, les automobilistes désireux de se rendre vers le centre-ville en évitant les feux tricolores des
avenues de Castres et Revel, vont très rapidement emprunter le nouvel accès qui leur sera offert et
arriver sur la rue Firmin Boissin qui passe au pied de l’arrêt Julien (ligne 37) puis l’Allée de Limayrac
qui est traversée par nombre de collégiens.
Outre le fait que ces voieries ne sont pas dimensionnées pour accueillir un tel trafic, l’augmentation
du nombre de véhicules va donc accentuer la dangerosité pour les collégiens.
Dans ce contexte, il est important de rappeler que l’étroitesse du trottoir au niveau de l’arrêt Julien
de la ligne 37 pause un réel problème de sécurité pour les collégiens depuis des années et qu’aucune
solution n’a pu encore être trouvée. Le problème empirera à coup sûr avec l’augmentation du trafic.
Par ailleurs, une partie des habitants de Montaudran-L'Ormeau (au nord de la route de Revel) sont
sectorisés sur le collège Jean-Pierre Vernant et un certain nombre de collégiens empruntent la piste
verte en vélo pour se rendre dans leur établissement. Avec l’ajout de la desserte vers l’Ouest,
l’échangeur va avoir une emprise encore plus importante sur la piste verte, compliquant le trajet des
cyclistes collégiens.

Le conseil local FCPE du collège Jean-Pierre Vernant

87
Christian ROCHELEUX - 10.06.2016

Madame, Monsieur,
J'ai trouvé dans mon quartier une affiche relative à un projet d'échangeur sur la rocade nord-est à
hauteur de la Plaine où j'habite depuis trente ans et vu construire et ouvrir cette rocade avec ses
avantages et ses inconvénients.
Je n'hésite pas à vous adresser mes commentaires qui ne vont donc pas manquer !
PRIMO - Tout d'abord l'adresse @ créée pour l'occasion n'a pas été conçue par un habitué, loin s'en
faut :...30 caractères...@... incroyable !!
SECUNDO - L'affiche dit "quoi" une jonction, mais ne dit pas clairement "comment": quel type de
jonction ?
TERTIO - Ce projet semble reprendre qqchose de similaire envisagé sans suite il y a qq années, c'est
donc un besoin pressant !
Ensuite, l'affiche parle d'un échangeur* "comme celui de Gramont", sauf qu'à Balma Gramont
il n'y a jamais eu d'échangeur mais un classique (pour ne pas dire vulgaire) double carrefour à feux
tricolores assez peu efficace (surtout quand il y a des voitures !)
Il faudrait au minimum s'entendre sur la définition des choses ou le sens des mots !
* un échangeur est en principe un carrefour circulaire en forme de trèffle à quatre feuilles
où le véhiculent tournent sans jamais se croiser ni s'arrêter : le rêve, mais qui a ses exigences.
QUARTO - Et c'est bien le drame de cette rocade nord-est très récente où aucun échangeur digne de
ce nom n'a été construit et surtout pas à la sortie 18 avec le raccordement sur la route de Revel où il
était pourtant indispensable et où l'on dénombre pas moins de trois carrefours sur 600 m : carrefour
de la Plaine-Montaudran, carrefour autoroute dessus-dessous puis carrefour Fonsegrives-Labège.
Les automobilistes qui s'enlisent tous les jours dans ce noeud de vipères en savent qqchose !
Et si on semble se réveiller maintenant, c'est à l'évidence, semble-t-il, qu'il faut ou va falloir
digérer le flux de circulation existant ou à venir entre la rocade et Fonsegrives (constructions
diverses, entreprises, écoles, clinique) qui ne pourra pas être absorbé par un échangeur qui
n'existera pas car tout l'espace autour de ce carrefour a déja été mangé et où il est impossible de
raccorder une nouvelle route. A défaut d'une solution moderne et à long terme, nos grands
décideurs locaux sont contraints de greffer un triste cautère sur la dite rocade : déplorable ! Dans ce
genre de situation, on aurait envie de dire : on veut des noms !
QUINTO - La photo de l'affiche est assez explicite : il n'y aura pas d'échangeur mais des carrefours
latéraux à feux tricolores comme vu plus haut, système qui pourrait provoquer des ralentissements
sur la rocade. Si les arrivées côté est se justifient pour la fonction de soupape cette jonction, celles
côté ouest vers le quartier de la Terrasse ne présente guère d'intérêt. Elles vont manger les espaces
verts parallèles à la piste cyclable qui serait elle-même traversée.
La sortie par la rue Maurice Hurel ne bénéficiera qu'aux hôtels locaux, voire à qq entreprises
de cette zone d'activités et à la Cité de l'espace proche. Par contre, cette petite rocade constituée par
les avenues Gonords et Dassault comportant alors trois entrées risque d'être souvent engorgée
comme cela se produit déja quand la sortie d'autoroute n°17 l'est parfois et que les automobilistes
utilisent cette "voie rapide"pour éviter la rocade et sortir plus vite, palliatif qui confirme le peu de
fluidité entre cette rocade et ses sorties perpendiculaires gérées par des feux tricolores et où on a
"branché le 21ème siècle sur le 19ème".
Merci enfin au Comité de la Terrasse pour avoir divulgué ce projet et mes salutations distingées aux
intervenants,
CR

88
Liliane SOCHACKI – 10.06.2016

Bonjour,
Concernant la desserte du côté Est de la rocade :
- Compte-tenu du développement actuel et futur de la zone de Ribaute et de la saturation des
départementales D826 et D2, respectivement vers Quint-Fonsegrives et Saint-Orens, je
comprends l’intérêt et la nécessité d’un échangeur supplémentaire entre les sorties 17 et 18
afin de desservir l’Est toulousain.
- Le côté Est de la rocade, au niveau de la Cité de l’Espace, n’étant pas encore urbanisé, de
nouvelles infrastructures n’apporteraient pas de nuisances aux habitants.
- Afin de respecter l’esprit de la COP 21, j’attire toutefois votre attention sur la nécessité
d’aménager les traversées de cette nouvelle route pour les bus, les vélos et les piétons en
minimisant son impact : voies prioritaires pour favoriser les modes doux.
Concernant la desserte du côté Ouest de la rocade qui a été ajoutée par rapport au projet initial, la
zone étant déjà fortement urbanisée, je la considère en revanche inutile et contre-productive :
- Les voieries, qui sont toutes à 2x1 voie, ne sont pas dimensionnées pour accueillir
directement un accès à la rocade qui impliquera inévitablement une augmentation du trafic
entrant dans Toulouse. Nombre d’automobilistes, afin d’éviter les feux tricolores des
avenues de Castres et Revel, vont également emprunter l’allée de Limayrac, qui n’a pas été
prévue pour autant de trafic.
- La ligne 37, qui ne circule pas en site propre, risque fort d’être impactée par cette nouvelle
circulation. Le quartier étant mal desservi en transport en commun et le bus 37 n’ayant pas
une fréquence assez importante, il n’est actuellement pas aisé de se rendre en bus en
centre-ville. Je crains fort que l’impact de la desserte Ouest sur le trajet du 37 ne fasse
qu’empirer la situation, poussant les habitants du quartier à délaisser les transports en
commun au profit de leur véhicule pour se rendre en centre-ville.
- Pour desservir l’Ouest, le nouvel échangeur coupera inévitablement la voie verte, très prisée,
qui sera également longée par une nouvelle route : la continuité du lieu et son harmonie
disparaitront donc au profit des voitures.
- Les habitants des quartiers situés à l’Ouest du nouvel échangeur (Grande Plaine, Limayrac,
Terrasse, etc.) n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder à la rocade, notamment par
l’échangeur de Lasbordes. Avec la nouvelle desserte vers l’Est, ils pourront accéder
rapidement à la zone de Ribaute et à la nouvelle clinique en entrant sur la rocade par
Lasbordes et en la quittant par la nouvelle sortie : un nouvel accès sur la rocade via l’Ouest,
ne concerne donc pas les riverains du quartier.
- Une station de la future 3ième ligne de métro est prévue dans le quartier. Or, à priori aucun
grand parking supplémentaire ne pourra être créé dans un quartier déjà fort urbanisé. Avec
un nouvel accès de la rocade vers l’Ouest, les non toulousains désireux de se rendre en
centre-ville par le métro accèderont rapidement au quartier et y stationneront leurs
véhicules de manière anarchique et au détriment des riverains.
Concernant le projet d’aménagement sécurisé pour les modes « doux » :
- L’aménagement actuel présenté n’est pas incitatif pour les vélos et les déplacements à
pieds : multiples traversées de voies avec feux tricolores, grande proximité des voitures,
dénivelé important. Seuls une passerelle ou un tunnel non partagés respecteraient la fluidité
et l’esprit de la voie verte actuelle.
- Le projet ne prévoit pas de remise en cause du réseau des voix vertes et pistes cyclables pour
inciter les gens à aller travailler en vélo, ce qui pourrait permettre de désengorger à la fois les
routes aux heures de pointe et résoudre les problèmes de parking. La multiplication des
connexions entre les 2 côtés de la rocade au niveau des échangeurs existants de Lasbordes
et de Montaudran, la création d’une voix verte le long de l’Hers identique à celle de la
grande plaine et en continuité de celle de Balma, l’installation de parkings à vélos sécurisés

89
aux connexions avec les bus et métro, sont des pistes qui peuvent inciter les toulousains à se
rendre à leur travail en vélo.
- Il serait également souhaitable que cette construction couteuse et d’envergure incorpore dès
sa création des transports en commun tel qu’un bus en site propre. Rien de tel n’apparait
dans le projet présenté.
Le projet, tel qu’il est présenté aujourd’hui, ne répond pas à plusieurs questions :
- Où est la place des vélos et des piétons dans le nouvel aménagement de la rue Maurice
Hurel ?
- La rue Maurice Hurel est actuellement utilisée par les camions desservant la cité de l’espace
lors des évènements ponctuels, festivals … Quelle est la solution de remplacement prévue ?
- Dans le dossier de concertation de 2007, 3 types d’échangeurs (dont l’échangeur en losange
éclaté) étaient proposés et pour chacun d’entre eux les avantages et inconvénients étaient
listés. Dans le dossier de concertation actuel, les inconvénients suivants de l’échangeur
retenu n’apparaissent plus :

o caractéristiques géotechniques médiocres des sols  risque


de tassements et des problèmes de stabilité sont donc à
attendre au niveau des remblais : techniques particulières de
construction à mettre en œuvre,
o nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,
o conception – avis ASF :
• Risque accru de remontées de files sur la Rocade,
• Risque de saturation.
• Nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en
service.
• Nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise

Comment se fait-il que ces inconvénients ne soient plus présentés dans le nouveau projet ?
Au vue des avis ASF, comment est-il possible que l’un des objectifs affichés dans le projet soit
d’améliorer les conditions de sécurité sur la rocade ? *

Meilleures salutations Liliane Sochacki

Maryvonne et Jean-Pierre THERON – 10.06.2016

Suite à la discussion, très ouverte, avec les techniciens à la mairie annexe de l’Ormeau, le 7 juin 2016,
nous vous adressons les observations suivantes :

1) On peut parfaitement comprendre, même si l’on n’est pas directement concerné, l’utilité du
projet “Jonction Est” quant à l’ouverture vers Balma, Quint, Fonsegrives pour des raisons
pratiques et de fluidité de la circulation pour les usagers. Par contre l’ouverture vers
Toulouse ne parait guère opportune, elle est illogique puisque la circulation se ferait en
l’absence de voie pénétrante vers le centre ville. Déjà, dans le quartier dit ”Domaine de
Martini”, on observe,depuis environ 2 ans un afflux considérable de véhicules, qui pour aller
de la route de Revel à la route de Castres, ou l’inverse, tentent d’échapper aux
encombrements en empruntant un circuit certes tortueux mais sans doute plus rapide. La
mise en place d’une “zone 30” n’a strictement rien changé. Il est évident qu’un nouveau flux
de véhicules arrivant au rond point Cité de l’espace aggraverait encore le problème. Il est
donc suggéré, ce qui reflète le souhait des habitants du quartier de Martini, de renoncer au

90
projet de bretelle vers Toulouse. Un bilan, estimatif, cout/avantage va tout à fait en ce sens
puisque l’objet premier du projet est la desserte de la zone d’activités.

2) On peut s’interroger, de manière plus globale, sur la cohérence du projet, tel qu’il est
actuellement présenté avec les choix faits aussi bien au niveau international et national (COP
21) que, surtout, ceux de la métropole. Tel qu’il est actuellement, il entrainerait un
accroissement de la pollution aussi bien atmosphérique que sonore. La protection du cadre
de vie fait l’objet d’un large consensus. Les projets de réalisation d’une ligne de métro dans
ce secteur vont dans ce sens. On voit donc mal quelle pourrait être la logique de l’insertion
de la jonction est dans cette politique globale.
Hors de toute procédure formelle, ces quelques lignes reflètent l’opinion de nombre de riverains
avec lesquels de nombreux échanges ont été réalisés.
Nous vous remercions par avance de bien vouloir tenir compte de l’opinion des populations
directement concernées.
Maryvonne Hecquard Théron
Jean-Pierre Théron

Association APCVEB – 10.06.2016

La cohérence des calendriers


Une révision technique du SCoT a été arrêtée le 29 Janvier 2016. Cette révision mineure sera suivie
d'une révision majeure dont les enjeux sont nombreux : ajustement du nombre et de la localisation
des pixels notamment sur l'est Toulousain, revalorisation et prise en compte des potentiels
économiques des espaces agro-naturels de la vallée de l'Hers, déclinaison de la trame verte et bleue,
promotion de l'agriculture intra et péri-urbaine. Cette révision devra proposer un modèle de
développement urbain conciliant d'une part la limitation des déplacements humains énergivores et
polluants, et d'autre part les impératifs liés au réchauffement climatique et à la préservation des
biotopes et des terres fertiles.
Ces nécessités pourront amener à reconsidérer l'aménagement du bassin versant de l'Hers dont les
espaces agro-naturels offrent encore un potentiel précieux pour Toulouse Métropole, notamment à
la confluence Hers-Saune, secteur impacté par le projet de Jonction Est
Tant que le nouveau SCoT n'est pas connu, il est prématuré d'entreprendre des infrastructures très
coûteuses en investissement et impactant durablement l’Est Toulousain, qui pourraient se trouver
inappropriées.
Les déplacements
Le projet soumis à concertation favorise les déplacements automobiles individuels alors que l'objectif
du PDU est la réduction de la part modale des déplacements automobiles.
La concession faite à l'automobile par cette jonction doit être compensée par un renforcement des
transports en commun et des modes doux.
Les lignes Linéo 1 et 7 devront être effectivement prolongées au-delà du périphérique pour desservir
les zones d'aménagement prévues par le futur SCoT. Elles devront également s'articuler avec une
prolongation de la LMSE.
La voie verte piéton-cycles prévue dans le cadre du projet et devant relier la RD16 à la Grande Plaine
devra davantage être pensée comme un axe de déplacement rapide à vélo (une vélo-route) afin de
constituer une alternative réelle à l'automobile.
De telles vélo-routes devront également accompagner le tracé des lignes Linéo et LMSE, afin de
constituer un réel réseau de déplacements alternatifs, grâce à des réservations foncières
appropriées. Cette approche ne transparaît pas dans le document soumis à concertation : la voie
verte piéton-cycle, par sa nature et ses connections, correspond davantage à une fonction de loisir
qu'à une fonction utilitaire de déplacement.

91
Un projet de jonction doit, de plus, nécessairement être accompagné d'une étude de trafic qui
évalue les impacts du projet, de la mise en place des lignes Lineo et des voies cyclables sur les
différents types de déplacement. Il s'agit de vérifier notamment le dimensionnement adéquat des
infrastructures de déplacement voisines du projet, et de prévoir, le cas échéant, leur ajustement
dans le cadre du projet (impact économique d'ensemble). Une telle étude n'est pas disponible dans
le cadre de la présente concertation.

La Trame verte et bleue


Le SCoT actuel (DOO page 19) mentionne des continuités écologiques à préserver ou restaurer. L'une
d'elle suit précisément le lit de la Saune au départ de l'Hers et en remontant au travers de la
commune de Quint. Outre le lit de la Saune, la pertinence de la continuité est confirmée par des
observations de présence et de passage de grands mammifères dans ce secteur.
Le tracé de cette continuité écologique est celui de la jonction Est, tel que soumis aujourd'hui à
concertation. Ces deux projets sont-ils compatibles ? La loi ALUR demande que la trame verte et
bleue soit établie et prise en compte en préalable à tout projet d'aménagement, ce qui nous ramène
à la cohérence des calendriers mentionnée précédemment : une future Jonction Est devra préserver
les espaces et corridors identifiés dans la Trame verte et bleue et matérialisés dans la prochaine
révision majeure du SCoT.
Notons que la préservation de la Trame verte et bleue et des espaces remarquables (espèces
protégées, zones ZNIEFF, …) doit être prise en compte non seulement dans la vision cible du projet,
mais également dans ses modalités de réalisation, c'est à dire dans le cahier des charges des
différents intervenants liés à la conduite des travaux.

Conclusion et avis
L'aménagement du territoire a un impact fort sur la possibilité d'atteindre ou non les objectifs
environnementaux de développement durable, qui constituent eux-mêmes un enjeu majeur pour la
société.
La prochaine révision majeure du SCoT devra prendre en compte l’ensemble de ces enjeux
environnementaux : c'est le cadre à partir duquel devront être définies les infrastructures majeures à
venir. Il nous semble donc prématuré d'envisager maintenant la jonction soumise à concertation.
Nous demandons le report de l'étude d'opportunité après l'adoption de la prochaine révision
majeure du SCoT.

APCVEB
Association de Protection du Cadre de Vie et de l'Environnement Balmanais
Association agréée protection de l'environnement pour la Haute-Garonne

Claude BOUIGUE – 11.06.2016

Bonjour
Suite au projet de construction de l’échangeur à la zone de la plaine, nous nous permettons en tant
que résidents Allée de Limayrac de vous faire part de notre préoccupation pour les raisons
suivantes : afflux de véhicules dans notre quartier et, particulièrement, allée de Limayrac causant :
- des nuisances sonores,
- un problème de sécurité car il sera difficile de traverser pour se rendre sur le Bois de
Limayrac ou la zone de la Plaine (notamment avec des enfants)
- zone verte coupée
- mûriers en danger

92
Nous ne comprenons pas la nécessite d’une 3ème sortie sur la rue Maurice Hurel du fait de l’existence
de 2 sorties (Montaudran et Lasbordes) sur la même zone avec 1 courte distance entre ces sorties
Nous comprenons la nécessite de l’échangeur menant à la nouvelle clinique, Z.A de Ribaute mais pas
celui de la Plaine du fait qu’il existe déjà 2 sorties.
En vous remerciant de prendre en compte notre doléance :
NON A LA SORTIE RUE MAURICE HUREL - PROTEGEONS LES RIVERAINS ET LA ZONE VERTE

Cordialement
Mr et Mme BOUIGUE

Eric BOSSERT – 11.06.2016

Bonjour,
Je suis, bien sur, inquiet par la construction de cet échangeur si celui-ci propose une sorti vers la cité
de l'espace. En effet cet échangeur sera bénéfique coté rocade extérieure pour l'accès à la nouvelle
clinique actuellement en construction, mais n'a pas d’intérêt coté cité de l'espace puisque les deux
sortie déjà existantes sont largement suffisantes pour alimenter les routes du quartier,
d'autant que la voie verte serait nettement endommagée. Je pense qu'une sortie coté périphérique
extérieur est suffisante.
Cordialement.
Eric BOSSERT

Emmanuel COURCELLE – 11.06

Bonjour,
J'habite avenue de Castres, je suis venu à la réunion du 30 Mai, et je ne comprends toujours pas
l'intérêt de cette jonction Est, en particulier côté Toulouse: je vois bien à quoi ressemble l'échangeur
de Gramont (et cela ne donne vraiment pas envie), sauf qu'à Gramont il y a des axes pour évacuer les
voitures vers le centre-ville. Ici il n'y rien: résultat la Plaine sera totalement embourbée, les petites
rues des quartiers de la Terrasse et autres seront saturées elles aussi, expliquez-moi où est le
progrès? Bref vous allez massacrer tout un quartier de Toulouse sans rien améliorer.
Côté Balma je ne me prononce pas, je ne connais pas suffisamment le coin.

Quoiqu'il en soit l'avenir n'est pas à la voiture individuelle pour le transport en ville. C'est une
évidence, toutes les métropoles le savent. L'avenir est aux transports en commun en réseau, et pour
cela je vous félicite de généraliser les Linéo. Je serais plus réservé pour la ligne 3 car c'est d'un réseau
que nous avons besoin, pas de grands axes. Mais si vous arrivez à tout faire....

Sauf que je vois de graves lacunes dans ce qui a été annoncé :

- à quoi sert de prolonger le 16 au-delà du périf si cela ne s'accompagne pas d'un


aménagement du pont de Lasbordes ? Au moins un petit passage en site propre à cet
endroit, ne serait-ce qu'une seule voie ce serait déjà pas mal. Je connais moins bien la
situation côté Montaudran / route de Revel, mais j'imagine que ça doit être la même chose,
- faire un parking de 70 places au terminus du 16 est tout simplement ridicule. S'il y a peu de
place, on peut faire plusieurs niveaux, soit au-dessus soit au-dessous,

93
- j'ai entendu dire, mais sans doute est-ce une rumeur idiote, qu'il était envisagé de diminuer
la fréquence du 37: voilà bien une idée stupide ! Il faut au contraire le renforcer, au moins
aux heures de pointe, et faire en sorte que les personnes qui travaillent à la plaine aient
envie de le prendre,
- aménager la LMSE pour la circulation des voitures n'est pas à mon sens une bonne idée. Mais
je conçois que cela puisse se discuter. Mais si elle s'accompagne de la diminution du service
de bus (37) au moment où de très grosses constructions se font sur le Campus Aérospace,
cela deviendra indiscutablement une aberration ! Donc s'il vous plaît augmentez la
fréquence du 37 aux heures de pointe, et ne diminuez pas sa fréquence aux heures
creuses!
- j'aimerais bien savoir si des services de transports en commun efficaces seront mis en place
pour aller à la nouvelle clinique zone de Ribaute: je n'en ai pas entendu parler l'autre soir, et
pourtant je ne vois pas pourquoi je devrais prendre une voiture pour aller me faire soigner.
S'il vous plaît, un tramway, un bus en site propre, un téléphérique, ce que vous voulez mais
un truc efficace !

Voilà, je ne suis pas sûr qu'il sera possible de faire à la fois cette sortie (70M€ tout de même)
et augmenter l'efficacité du réseau de transports en commun dans le secteur Est. J'ai peur
qu'il faille faire des choix, et j'ai l'impression que ce n'est pas le bon choix qui est en train
d'être fait.

Cordialement,
E. Courcelle

Patrick ESPENAN – 11.06.2016

1-Lors de la première réunion publique le 30 mai, une intervenante a présenté le double échangeur
(avec feux de circulation) comme une infrastructure similaire à l'échangeur de Gramont.
La perspective d'avoir un tel ouvrage à proximité d'habitations, de lieux de travail et d'espaces verts
ne fait pas du tout rêver.
2-La COP21 a confirmé, la prise de conscience mondiale de la nécessité de se déplacer autrement.
La construction d'un double échangeur supplémentaire irait à contre sens de l'histoire.

3-Le coût du projet de 70 millions d'Euros, représente une valeur de 100 € pour chacun des 700 000
habitants de Toulouse métropole.
Pour une famille de quatre personnes, composée d'un couple et deux enfants, le montant est donc
de 400 €.
Si l'on prend en compte un nombre d'usagers réguliers égal au maximum à 10% de la population de
la métropole (taux probablement surestimé) on atteint un coût par famille de 4000 € !
4-Un intervenant a indiqué qu'il fallait construire des routes pour préparer les infrastructures pour
l'arrivée prochaine de la voiture électrique.
Il suffit de faire une simple recherche sur Internet pour constater que, selon les sources, la part de
véhicules électrique à l'horizon 2040 est anticipée à une valeur comprise entre 1 et 5% du parc
automobile.
Ajoutons à cela, que si le nombre de véhicules électriques s'amplifiait, on ne saurait pas produire de
façon propre l'énergie électrique nécessaire au rechargement de ces véhicules.
La voiture à essence ou diesel subsistera donc encore longtemps. Le double échangeur
représenterait une source de pollution et de nuisances sonores pour des dizaines d'années.

5-Le projet se préoccupe des conditions de vie d'une espèce de Jacinthe et d'une espèce de Trèfle.

94
Curieusement, il s'inquiète bien peu des conditions de vie des milliers de riverains proches de ce
double échangeur.
6-Lorsqu'on regarde le plan de la rocade toulousaine, on constate que les échangeurs 17 et 18 sont
déjà relativement proches. En termes de distance, l'ajout d'un double échangeur intermédiaire ne
paraît pas plus justifié ici qu'ailleurs.
7-En 2007, le dossier de concertation mentionnait des inconvénients pour toutes les solutions
envisagées, y compris pour la solution dite "losange éclaté".
En 2016, le même projet, présenté sur le site de Toulouse métropole, a miraculeusement perdu tous
ses inconvénients.
Pour mémoire voici les inconvénients mentionnés en 2007, et qui fort probablement, demeurent en
2016 :
- Caractéristiques géotechniques médiocres des sols → risque de tassements et des problèmes de
stabilité sont donc à attendre au niveau des remblais : techniques particulières de construction à
mettre en œuvre.
- Nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine.
- Conception – avis ASF :
□ Risque accru de remontées de files sur la rocade.
□ Risque de saturaoon.
□ Nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
□ Nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise des bretelles de la rocade à
contre-sens.
8-Le double échangeur est présenté comme un outil de renforcement à l'accès au périphérique.
Chaque Toulousain sait bien que malheureusement la rocade est saturée. De plus chaque accident
sur la rocade provoque la paralysie de la circulation sur la rocade et par ricochet sur l'ensemble de la
ville et sa périphérie. Cette paralysie coûte très cher en termes de stress, de temps perdu et
finalement en termes économiques.
Dans ces conditions faut-il déverser toujours plus d'automobiles sur la rocade ?
9-Aujourd'hui de très nombreuses personnes utilisent la coulée verte pour faire de la marche, du
footing ou du vélo, contribuant ainsi à leur bien être et à leur santé.
La construction d'un double échangeur avec feux de circulation et voies d'entrecroisement détruirait
de façon irréversible ce microcosme de verdure.
10-Les impôts locaux ont déjà fortement augmenté l'an passé (hausse de 15 % de la taxe d'habitation
et de la taxe foncière sur le foncier bâti et +7,5% pour la métropole) et une nouvelle hausse sensible
est d'ores et déjà décidée pour cette année (+7% pour la métropole, +9% pour la CFE des
entreprises).
Dans ces conditions, n’est-il pas urgent de réduire les dépenses ?
11-Faire une première réunion de présentation le 30 mai et mettre fin à la concertation le 12 juin ne
donne pas le temps nécessaire à la majorité des riverains pour s'informer et donner leurs
appréciations.

En résumé cet échangeur serait laid, d'un autre âge, très couteux, destructeur d'espaces verts, et
source de pollution et de nuisances

Fabrice LAMAREILLE – 11.06.2016

Bonjour,
J'ai pris connaissance du projet de Jonction Est. Je suis moi-même usager régulier du secteur (pilote à
Lasbordes et employé à la Cité de l'espace). Ainsi, il m'est venu trois remarques importantes, selon
moi :

95
- L'étude d'impact sur l'aérodrome ne semble pas à première vue prendre en compte la piste en
herbe (piste ULM). Cette deuxième piste est essentielle pour délester une partie du trafic de la piste
principale, rapidement saturée par période de beau temps. Il me paraît important que les nouveaux
équipements ne constituent pas une gêne ni en terme de hauteur, ni en terme de turbulences
générées par le vent pour les ULM.
De façon générale, il ne faudrait pas que ce projet, et celui de la ZAD de Lasbordes à proximité,
servent à terme d'argument pour progressivement pousser l'activité aviation légère hors de
l'agglomération, comme cela a déjà été en partie le cas avec la fermeture de Montaudran. Cette
activité fait partie intégrante de l'histoire et la culture toulousaine et il est importante qu'elle y
demeure vivante et non uniquement sous forme de musée.

- Il me paraît également important de réfléchir à l'impact sur la Cité de l'espace, et notamment la


coupole astronomique récemment construite dans la partie sud du parc, à proximité du tracé choisi.
Cette coupole a pour vocation de faire découvrir l'astronomie et il serait dommage que de nouvelles
nuisances sonores et surtout lumineuses réduisent encore ses possibilités d'action. Par ailleurs, il me
semble important de ne pas réduire le terrain de la Cité de l'espace qui, même s'il n'est pour l'instant
pas exploité, s'avérera forcément à terme indispensable à son expansion.
De ce point de vue, il me semble que l'option qui prévoit de passer plus au sud serait un meilleur
choix.
- Toujours en ce qui concerne la Cité de l'espace, cette dernière semble déjà suffisamment bien
desservie par les deux échangeurs existants et n'a pas besoin de cet échangeur supplémentaire. En
revanche, il est étrange que la troisième ligne de métro qui passera à quelque centaine de mètre
n'ait pas de station prévue à l'entrée du parc qui représente un des principaux équipements
touristiques et cultures de la ville aussi bien en termes de fréquentation que de rayonnement. Cette
station permettrait pourtant de plus facilement recevoir les délégations d'acteurs professionnels du
spatial qui bénéficieraient d'une liaison quasi-directe avec l'aéroport et les différents sites d'Airbus.
Elle permettrait aussi de renforcer les événements en soirée destinés aux toulousains qui pourraient
s'y rendre sans prendre leur voiture.
Je vous remercie par avance du sérieux avec lequel vous allez prendre en considération ces
différentes remarques.
Bien cordialement.
Fabrice Lamareille.

Philippe LAYLLE – 11.06.2016

Madame, Monsieur,
Suite à la réunion publique du lundi 30 mai à 18h30 à la Cité de l'Espace.
Voici quelques observations personnelles. Dans son ensemble ce projet ne parait pas assez
privilégier les modes doux et passe sous silence les inconvénients diagnostiqués dans le dossier de
concertation de 2007.
La desserte Est de la rocade me parait possible vu l’absence d’habitants et utile vu le développement
actuel et futur de la zone de Ribaute mais devra privilégier les modes « doux ». La desserte
Ouest non prévue sur le projet initial me parait par contre nuisible pour les habitants :
- les voiries ne sont pas dimensionnées pour accueillir directement cet accès et aucun grand
parking n’est possible si la station de la future ligne n°3 voie le jour dans le quartier.
- de plus cela irait à l’encontre des engagements de la COP 21 : rupture d’une des rares voies
vertes de Toulouse et perturbation prévisible de la ligne 37.

Bien à vous Madame, Monsieur, Philippe LAYLLE

96
Emmanuelle LEVIVIER – 11.06.2016

Madame, Monsieur,
Suite à la lecture des détails du projet de nouvel échangeur, je souhaiterais que soient prises en
considération les questions ci-dessous :
- détourner une partie de la circulation incitera les automobilistes à continuer à prendre leur voiture ;
- la voie verte, une des rares de notre ville, serait coupée et davantage soumise à la pollution ;
- le parc de la Plaine, la voie verte sont non seulement des lieux de promenades privilégiés, mais
également un chemin emprunté par de nombreuses personnes pour se rendre en vélo sur leur lieu
de travail ;
- les pistes dédiées uniquement aux cyclistes sont quasiment inexistantes à Toulouse, alors que ce
moyen de transport est une alternative encouragée dans de nombreuses villes françaises et
européennes ;
- à l'heure où les projets immobiliers "fleurissent" et réduisent toujours plus les espaces verts, ce
petit poumon rare du sud de Toulouse est essentiel à la préservation de la biodiversité et à la qualité
de l'air respiré ?
A une époque où nul ne peut ignorer les conséquences en termes d'atteinte à la biodiversité et à la
santé humaine d'un tel projet, je souhaiterais que soient étudiées des alternatives respectueuses de
l'environnement encore relativement préservé dans ce quartier de Toulouse. J'espère que l'ambition
de nos élus se portera plus loin que vers l'espoir d'un désengorgement forcément temporaire de
portions d'autoroute. Merci à vous d'œuvrer pour faire de Toulouse une ville où il fera bon vivre pour
nos enfants.

François VERGES – 11.06.2016

Bonjour,
Pour moi, la priorité doit actuellement être donnée aux modes de transport doux : transports en
commun, vélo, piétons. Ce volet est trop absent de votre proposition. Je vous demande donc
d'abandonner cet aménagement qui va a voir tendance à augmenter le nombre de voitures dans le
secteur et de la remplacer par :
• l'aménagement de voies de bus en site propre, ouvertes aux vélos au niveau des échangeurs
17 et 18 et sur les axes route de Revel et route de Castres.
• l'aménagement de trottoirs larges et de traversées sécurisées à ces mêmes endroits pour les
piétons.

• l'aménagment pour les bus en site propres à ces mêmes endroits


• le franchissement cyclable de la rocade et de l'Hers sur la LMSE (rue Villet) toujours promis
mais jamais réalisé (y passant quasiment tous les jours, c'est vraiment dangereux, et sans
doute encore plus quand plus de voitures passeront par là pour prendre le pont de la LMSE
qui va être ouvert aux voitures)

• à titre non prioritaire le franchissement (cyclable et piéton uniquement) de la rocade et de


l'Hers à mi-distance des 2 échangeurs 17 et 18 à l'aide d'une passerelle ou éventuellement
d'un passage sous rocade.

Pascale CABESTRE – 12.06.2016

97
Bonjour,
Résidente du quartier Firmis depuis 15 ans, je ne peux que déplorer cette nouvelle version de la
jonction Est.
Comprenant bien les enjeux de cette jonction, je ne peux que m'inquiéter des conséquences :
• afflux de voitures dans le quartier choisi pour son calme et sa verdure, sans bénéfice
identifié à ce jour pour ses résidents.
• destruction d'une zone verte supplémentaire à Toulouse au profit des voitures et de leurs
pollutions.
• Nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine
Encore une fois, les automobilistes sont prioritaires devant d'autres modes de circulation, alors que
la ville se défend de développer les modes différents de circulation. Nous allons nous retrouver avec
3 échangeurs de rocades à peu de distance.
Cordialement
Pascale Cabestre

Loïc CALVO – 12.06.2016

Bonjour,
J'habite à Quint-Fonsegrives, Boulevard Vincent Scotto. Cette rue est dans un quartier résidentiel.
Malheureusement cette rue sert aux automobilistes pour éviter la route de Castres. Alors que la
route de castres est limité à 30 km/h, les automobilistes dépassent allègrement les 30 km dans notre
rue.
Pourtant, il y a des enfants et les gens qui ont choisi ce quartier l'ont choisi pour le calme.
Nous craignons qu'avec l'arrivée de la clinique, le trafic augmente et que la situation ne devienne
invivable.
Alors l'arrivée de cette jonction même si c'est une aubaine pour la communauté risque d'aggraver
encore les choses.
Je trouverai regrettable qu'il faille attendre un accident avec un enfant pour que ce problème soit
pris en compte.
Cordialement.
Loïc Calvo

François COUADAU – 12.06.2016

Bonjour,

Dans le cadre de la concertation publique autour du projet de Jonction Est de la rocade, vous avez
invité les citoyens à s'exprimer. Suite à la lecture du dossier, en tant qu'habitant de longue date de
l'Est de la ville (d'abord à Montaudran, et maintenant à proximité de Firmis), je souhaite formuler
trois réserves.
Tout d'abord, ce projet va rompre la voie verte qui longe la Cité de l'Espace et améliore la qualité de
vie des habitants de la zone. Malgré l'aménagement prévu de voies vertes additionnelles côté
extérieur de la ville, la commune de Toulouse, déjà en manque d'espaces verts, se bétonne un peu
plus.
Ensuite, cet échangeur additionnel va injecter le trafic routier, provenant du périphérique, au centre
du quartier résidentiel de la Terrasse. Or, il n'existe pas d'avenue côté Toulouse pour drainer
efficacement ce trafic du/vers le centre. Par opposition, les sorties 17 et 18 ont respectivement la

98
route de Revel et l'avenue de Castres. Le dossier ne mentionne aucune étude d'impact sur les
conditions de circulation côté Toulouse, en aval de la future sortie. Le risque est un engorgement
journalier de la sortie côté Toulouse, avec des impacts sur la fluidité des voies côté Balma.
Enfin, l'aménagement d'un nouvel échangeur entre ces deux sorties (déjà distantes de moins de 2.5
kilomètres !) est un engagement massif de fonds publics (60 - 70M€). Au vu de l'ampleur de
l'investissement, il semble approprié d'attendre une réelle étude d'impact de réduction du trafic par
les aménagements déjà en cours. Par exemple, la 3e ligne de métro promet de réduire le trafic dans
ce secteur de la ville, en apportant une alternative à la circulation en voiture individuelle
(actuellement prépondérante par faute d'alternatives).

Cordialement, François Couadau

Guillaume CROUAU (pour l’association 2 Pieds 2 Roues) – 12.06.2016

Monsieur le Président,

Vous avez lancé une phase de concertation dans le cadre du projet routier « Jonction Est » avec la
construction d'un nouvel axe automobile et d'un échangeur se raccordant à la rocade. Dans ce cadre,
vos équipes nous ont présenté le projet. Vous avez également organisé une réunion publique le lundi
30 mai 2016 et nous vous en remercions.
L’association Deux Pieds Deux Roues tient par le présent courrier à vous faire part de sa position sur
le projet intitulé “Jonction Est” dans sa globalité et non pas sur le seul volet “modes actifs”. Cette
position est issue d’un vote par son Conseil d'Administration.
Si le projet prévoit un nouveau franchissement intéressant de la rocade et de l'Hers pour les modes
actifs, il répond essentiellement à une volonté de création d’une nouvelle infrastructure routière afin
de faciliter et donc d’intensifier l'usage de la voiture individuelle dans ce secteur. Le développement
des transports en commun dans ce secteur est peu évoqué et aucun aménagement concret et
efficace pour les TC ne nous a été présenté. Nous regrettons l'absence de réflexion globale sur les
déplacements au-delà de la voiture sur ce secteur (lors de la réunion publique du 30 mai, absence de
l’élu référent de Toulouse Métropole en charge des transports, absence de représentation officielle
de Tisséo, M Carneiro nous a été présenté comme l'élu en charge de la voirie à Toulouse Métropole).
Aucune résorption des points noirs cyclistes et piétons (inscrits au schéma directeur vélo de Toulouse
Métropole) n’est évoquée dans ce secteur. Enfin ce projet va en l’encontre des objectifs fixés par la
COP21: réduction des gaz à effet de serre.
Pour cela nous nous positionnons contre ce projet et nous vous demandons son annulation et son
retrait du PDU, actuellement en révision.

Voici notre vision par rapport aux arguments que vous avancez :
Capter le trafic périurbain pour améliorer les conditions d’accès à l’agglomération et à la rocade Est.
La création de cet échangeur est un signal fort incitant à l'usage de la voiture individuelle, comme
l'est l'ouverture aux voitures du pont de la LMSE, alors que le Plan de Déplacement Urbain (Projet
Mobilités) a pour objectif de réduire la part de la voiture dans les déplacements en développant les
transports en commun, le vélo et la marche à pied.
La création d'un nouvel échangeur conduira à l'augmentation du trafic automobile sur la rocade, cet
impact n'a pas été étudié que ce soit sur l'aspect environnemental (pollution atmosphérique), que
sur l'aspect trafic (capacité maximum de trafic absorbable, augmentation du nombre de bouchons...).
Surtout que la rocade est déjà saturée quotidiennement en période de pointe.
Améliorer la desserte des Zones d’aménagement existantes et futures, ainsi que les projets nouveaux,
Nous avons bien compris que l'arrivée de la clinique Capio est le « moteur » de la concrétisation de
ce vieux projet. Mais l'absence d'étude prospective & comparative pour desservir les nouvelles zones

99
d'habitat ou d'activités, en étudiant différents scénarios (transports collectifs vs nouvelles routes)
nous laissent inquiets. Les plans figurent la prolongation lointaine de la LMSE (non prioritaire dans le
projet jonction Est) et surtout la perte de son statut "site propre". Tandis que des lignes Linéo seront
créées sans que l'on sache concrètement les aménagements associés et leur efficacité. Il serait en
effet peu efficace de laisser les bus dans le flux de circulation automobile. Pour améliorer la desserte
locale, il paraît plus judicieux de mettre en place des transports en commun performants dans un
premier temps puis de réfléchir ensuite à la voiture plutôt que l'inverse.
Favoriser les déplacements doux en associant à l’aménagement routier la création et le maillage d’un
itinéraire cyclable et piéton, fonctionnel et agréable.
Il est vrai que le franchissement cyclable et piéton pourrait être intéressant mais la priorité reste
d'améliorer l'existant avec de nombreux points noirs au débouché des pistes cyclables au niveau du
franchissement des échangeurs de Montaudran (Route de Revel) et Lasbordes (Route de Castres), de
même que le franchissement de la rocade sur le tracé de la LMSE (par la réalisation de la passerelle
promise sur l'Hers et d'un tunnel sous la rocade). De plus la piste en dénivelé avec traversée par feux
des bretelles de l’échangeur ne nous semble pas idéale et efficace pour l’usage de la bicyclette.
Dégager de la capacité sur la RN 126 (ou route de Castres) et la RD 2 (ou route de Revel) pour faciliter
l’insertion de Linéo

Nous n'avons pas trouvé d'étude concluant à ce que la réalisation de cet équipement routier pouvait
favoriser les transports en commun. Cela nous semble davantage relever d'un pré-conçu estimant
que les voitures se répartiront vers ce nouvel échangeur ce qui ferait, d’après vous, baisser leur
nombre au niveau des échangeurs 17 et 18. Un nouvel aménagement routier fonctionne plus
comme un « aspirateur à voitures » créant une offre nouvelle d'après ce que l'on peut observer et
donc nous ne présageons d'aucune baisse de fréquentation des modes motorisés sur ces dits
échangeurs. On pourrait même s'attendre à une augmentation. De plus, il n'a pas été évoqué de site
propre pour les Linéo à ces endroits ce qui conforte l’inefficacité de ce projet.

Aspect financier
Le coût de cet équipement de 1,2km, évalué actuellement à 60-70 M€, semble démesuré. Cela
représente plus de 10 km de TCSP (Transport en Commun en Site Propre) ou plus de 100 km de
pistes cyclables neuves, type Réseau Express Vélo (REV).
Cette somme d'argent, très conséquente, permettrait la réalisation d’aménagements en transports
en commun efficaces et performants et permettrait ainsi aux véhicules d'urgence de la clinique un
accès rapide sur tout le secteur.

Santé publique
Concernant l’aspect santé publique, les professionnels de la santé recommandent une activité
physique quotidienne pour garantir une bonne santé et parallèlement une amélioration de la qualité
de l’air par la diminution des rejets de gaz et particules fines. Toutes les études définissant les
origines des polluants présents dans l’air montrent que le trafic routier urbain en est un des
principaux émetteurs. Ce projet va donc à l’encontre des recommandations des professionnels de
la Santé d’autant plus que l’objectif principal de votre projet est l’accès à un bâtiment de santé.
Par conséquent, afin d'assurer une mobilité efficace et durable dans ce secteur et de répondre aux
impératifs réglementaire, écologique et sanitaire de réduction de trafic automobile, nous proposons
à la place de ce projet routier :

- l'aménagement de voies de bus en site propre, ouvertes aux vélos au niveau des échangeurs 17 et
18, sur les axes route de Revel et route de Castres.
- le prolongement en site propre intégral de la LMSE pour se connecter au TCSP Est.
- l'aménagement de trottoirs larges et de traversées sécurisées à ces mêmes endroits pour les
piétons.

100
- le franchissement cyclable de la rocade et de l'Hers sur la LMSE (rue Villet) toujours promis mais
jamais réalisé.
- la continuité cyclable le long de l'Hers (côté aérodrome de Lasbordes) entre la route de Revel et
l'avenue de Castres.
- à titre non prioritaire le franchissement (cyclable et piéton uniquement) de la rocade et de l'Hers à
mi-distance des 2 échangeurs 17 et 18 à l'aide d'une simple passerelle ou d'un passage sous rocade.
Nous vous remercions, et nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos
sentiments les meilleurs,

Pour l’Association Deux Pieds Deux Roues


Le Président, M. Guillaume CROUAU

Jean-Brice CUSSAC (pour l’association des quartiers Bonhoure, Guilhemery, Moscou) – 12.06.2016

Association des quartiers Bonhoure, Guilhemery, Moscou


Nos propositions :
1 – Etude des flux de circulation :
Si l’intérêt de ce nouvel échangeur nous semble justifié pour desservir la nouvelle implantation de la
clinique CAPIO et pour délester la sortie 18 de la rocade (route de Revel), nous ne voyons pas
apparaître dans le projet les conséquences sur nos quartiers en termes de flux.
Proposition 1 : Faire réaliser une étude de flux à partir des sorties 16 (avenue Jean Chaubet) 17 (av
de Castres) et 18 (route de Revel) et d’impact notamment vers l’avenue Raymond Naves et l’allée
de Limayrac.
2 – Nos autres propositions :
Proposition 2 : Une ligne de bus Linéo, si possible en site propre, reliant notamment la clinique
Capio avec le centre ville via la gare ou le métro.
Proposition 3 : Un parking voitures accessible depuis le nouvel échangeur à proximité d’une station
de la ligne de Bus ou de son terminus.
Proposition 4 : Une voie cyclable en site propre et un cheminement piétons sur le pont de
l’échangeur et au-delà dans les deux sens.
Proposition 5 : La préservation de la qualité actuelle de la zone verte, avec par exemple
l’installation de murs anti-bruits et végétalisés…

Yves DELSOL – 12.06.2016

Le projet présenté ne se justifie pas à mon avis, il est entre 2 sorties la 17 et la 18 distantes de
quelques centaines de mètres, il donne la priorité aux déplacements en voiture. Cette zone est déjà
fortement impactée par les 2 sorties 17 et 18, l’aérodrome de lasbordes et le bruit constant du
périphérique. L’atout de cette zone verte est sa continuité entre 2 sorties, sa fréquentation tous les
jours de la semaine montre l’attachement des toulousains à ce parc et à cette coulée verte. La
couper en deux pour rajouter des nuisances sonores et polluantes dans un quartier déjà saturé n’est
pas concevable. Il faut préserver ces zones vertes qui disparaissent au fur et à mesure.
Il faudrait mieux développer les parkings, la ligne 16 qui a été rallongée, proche de la sortie 17 ne
bénéficie d’aucun parking pour convaincre les automobilistes à laisser leur voiture et gagner le centre
ville en bus.

101
Le mode de transport le plus utilisé est la voiture, ce nouvel échangeur ne résoudra aucun problème
de circulation et ne convaincra pas les usagers de changer d’habitude au contraire. Cette
augmentation dans une zone résidentielle du trafic routier et de la pollution va à mon avis à
l’encontre de la COP 21. Ces zones de déplacement bénéficieront dans quelques années de la
rallonge de la ligne métro.
Le périphérique doit rester cantonner à l’extérieur de Toulouse et ne pas empiéter sur ces zones
préservées.
L’impact sur la flore et la faune qui a l’habitude de se déplacer sur la totalité de ce territoire sera
catastrophique

Yves Delsol

Cécile FAURE – 12.06.2016

Bonjour,

J'habite le quartier de la terrasse, et à ce titre vous trouverez ci-après mes remarques sur le projet de
jonction Est, dont la concertation se termine ce jour.
1) Chiffres de circulation automobile
Dans la carte du trafic actuel (p11 du dossier de concertation) est indiqué 95 600 véhicules/jour sur la
rocade, sur le secteur concerné par le projet.
Les chiffres globaux de Toulouse sont fournis dans l'étude 2013 "Observatoire des déplacements de
l'agglomération de Toulouse" du Système de Gestion Globale des Déplacements (SGGD), dont
Toulouse Métropole est partenaire (étude disponible sur : http://www.aua-
toulouse.org/spip.php?article1093).
La carte du trafic toulousain (p6 de cette étude) montre que ce chiffre de 95 600 véhicules/jour est
un des plus bas de l'agglomération. A comparer en particulier :

- aux 130 000 véhicules sur la zone du Chapitre (accès à l'Oncopole),


- aux 136 000 véhicules sur la zone de la Cépière-Purpan.

Cette carte indique également que le trafic entre Lasbordes et Balma est en diminution.

Par ailleurs, cette étude montre que parmi les différents modes de déplacements toulousains :
- l'utilisation des transports en commun via Tisséo est en constante et forte augmentation (p8 et 9),
- les déplacements en voiture sont en stagnation, voire en baisse (p4 et 6) - je cite :

« Des trafics stables sur les Voies Rapides Urbaines, et un apaisement de la circulation significatif
en intra-rocade ».

« Comme pour la majorité des tronçons autoroutiers de l'aire urbaine, le trafic sur le périphérique
s'est stabilisé. Le trafic s'élève à près de 103 000 véhicules par jour depuis 2010."
"L'apaisement de la circulation en intra-rocade se confirme et le trafic des principales pénétrantes
vers le centre de Toulouse est en forte baisse, particulièrement à l'Ouest. Il confirme le fort
développement des différents réseaux de transports collectifs ainsi que leur efficacité croissante ».

Dans ce contexte, et dans un contexte budgétairement difficile, est-il réellement prioritaire de


consacrer 60 à 70 millions d'euros sur ce projet essentiellement destiné au trafic automobile, alors
que :

102
- d'autres secteurs de l'agglomération sont bien plus saturés,
- l'amélioration des transports en commun, coûteuse elle aussi, répond à un besoin réel de la
population et permet de diminuer le trafic automobile ?

2) Accès au futur échangeur par le quartier Terrasse-Limayrac


Pourquoi dans le dossier de concertation les inconvénients du tracé du futur échangeur ne sont-ils
pas présentés ? Les inconvénients sont indiqués seulement pour les tracés non retenus...

Côté centre ville, la bretelle interne du futur échangeur ne pourrait être desservi que par trois accès :

- chemin de Limayrac, en partie en sens unique,


-rue Firmin Boissin (via chemin de Limayrac),
- rue Adrienne Bolland (via chemin de Limayrac).

Ces rues sont situées dans des zones résidentielles tranquilles, et aucune n'est dimensionnée ni
prévue pour accueillir un trafic automobile dense, contrairement à la route de Castres et à la route
de Revel.

Lors de la réunion publique du 30 Mai, des élus ont indiqué qu'il y aurait une réflexion pour
empêcher les automobilistes en transit de passer par Limayrac pour aller au centre ville de Toulouse.
Comment feront les services techniques pour bloquer ce trafic de transit sans empêcher les résidents
de passer ? En bloquant les voies avec des bornes d'accès limité, comme dans les rues piétonnes du
centre ville ???

Par ailleurs, la zone verte de la Grande Plaine, utilisée par des centaines de personnes été comme
hiver, serait coupée en deux par l'accès interne à l'échangeur. C'est déjà le cas côté route de Castres,
avec en guise d'aménagement piéton et cycliste un tunnel glauque et insécurisant.
La bretelle interne côté Grande Plaine ne ferait donc que dégrader les conditions de vie de ce
quartier paisible :

- pollution automobile,
- nuisances sonores,
- insécurité routière,
- dégradation de la zone verte.

3) Propositions d'amélioration
* La saturation de la route de Revel devrait s'améliorer avec :
- la modification de la LMSE,
- l'aménagement de la ZAC Montaudran,
- la mise en place de lignes Lineo (lignes 10 et 22 actuelles),
- à terme la 3ième ligne de métro (depuis la mise en place de la ligne B, le trafic auto a été réduit de
moitié en centre-ville d'après La Dépêche du Midi).
* La saturation de la route de Quint pourrait être améliorée par :
- la future bretelle externe (côté Quint), qui desservirait par la même occasion la future clinique
Capio,
- une ligne de bus Lineo Quint-route de Castres, en plus de la ligne Quint-Balma.

* La circulation route de Castres (moins saturée que les routes de Revel et de Quint) pourrait être
améliorée par :
- un arrêt de la 3ième ligne de métro dans la zone de la Grande Plaine : desserte du bassin d'emploi,
de la zone d'habitation, de la Cité de l'Espace,

103
- une nouvelle passerelle dédiée bus/vélo/piéton au-dessus de la rocade au niveau de l'échangeur de
Lasbordes.

* Par ailleurs, d'une manière globale sur Toulouse :


- une diminution de la vitesse sur la rocade à 70 km/h permettrait de réduire les embouteillages et
l'insécurité routière,
- une nouvelle ligne (bus ou tram) circulaire qui fasse le tour de Toulouse (pas comme les transports
en commun actuels qui ont tous un tracé centralisé, soit par l'accès direct au centre ville, soit par
l'accès aux terminus de métro).
Je vous remercie d'avoir pris quelques instants pour lire mes remarques.
En espérant sincèrement qu'elles ne seront pas inutiles...

Cordialement,
Cécile Faure

Bernadette GUTIERREZ – 12.06.2016

Le projet présenté ne se justifie pas à mon avis, il est entre 2 sorties la 17 et la 18 distantes de
quelques centaines de mètres, il donne la priorité aux déplacements en voiture. Cette zone est déjà
fortement impactée par les 2 sorties 17 et 18, l’aérodrome de Lasbordes et le bruit constant du
périphérique. L’atout de cette zone verte est sa continuité entre 2 sorties, sa fréquentation tous les
jours de la semaine montre l’attachement des toulousains à ce parc et à cette coulée verte. La
couper en deux pour rajouter des nuisances sonores et polluantes dans un quartier déjà saturé n’est
pas concevable. Il faut préserver ces zones vertes qui disparaissent au fur et à mesure.
Il faudrait mieux développer les parkings, la ligne 16 qui a été rallongée, proche de la sortie 17 ne
bénéficie d’aucun parking pour convaincre les automobilistes à laisser leur voiture et gagner le centre
ville en bus. le mode de transport le plus utilisé est la voiture, ce nouvel échangeur ne résoudra
aucun problème de circulation et ne convaincra pas les usagers de changer d’habitude au contraire.
Cette augmentation dans une zone résidentielle du trafic routier et de la pollution va à mon avis à
l’encontre de la COP 21. Ces zones de déplacement bénéficieront dans quelques années de la
rallonge de la ligne métro.
Le périphérique doit rester cantonner à l’extérieur de Toulouse et ne pas empiéter sur ces zones
préservées. l’impact sur la flore et la faune qui a l’habitude de se déplacer sur la totalité de ce
territoire sera catastrophique.
Cordialement
Bernadette Gutierrez.

Philippe HYOUNET – 12.06.2016

Bonjour,
Résidant de la terrasse nous sommes tout particulièrement concerné par ce projet qui pour le
moment ne tiens compte sue de la voiture et n'est pas au niveau s'un projet d'ambition
d'aménagement de la ville de demain:
Concernant la desserte du côté Est de la rocade :
Compte-tenu du développement actuel et futur de la zone de Ribaute et de la saturation des
départementales D826 et D2, respectivement vers Quint-Fonsegrives et Saint-Orens, je comprends
l’intérêt et la nécessité d’un échangeur supplémentaire entre les sorties 17 et 18 afin de desservir
l’Est toulousain.

104
Le côté Est de la rocade, au niveau de la Cité de l’Espace, n’étant pas encore urbanisé, de nouvelles
infrastructures n’apporteraient pas de nuisances aux habitants.
Afin de respecter l’esprit de la COP 21, j’attire toutefois votre attention sur la nécessité d’aménager
les traversées de cette nouvelle route pour les bus, les vélos et les piétons en minimisant son
impact : voies prioritaires pour favoriser les modes doux.
Concernant la desserte du côté Ouest de la rocade qui a été ajoutée par rapport au projet initial, la
zone étant déjà fortement urbanisée, je la considère en revanche inutile et contre-productive :
Les voieries, qui sont toutes à 2x1voie, ne sont pas dimensionnées pour accueillir directement un
accès à la rocade qui impliquera inévitablement une augmentation du trafic entrant dans Toulouse.
Nombre d’automobilistes, afin d’éviter les feux tricolores des avenues de Castres et Revel, vont
également emprunter l’allée de Limayrac, qui n’a pas été prévue pour autant de trafic.
La ligne 37, qui ne circule pas en site propre, risque fort d’être impactée par cette nouvelle
circulation. Le quartier étant mal desservi en transport en commun et le bus 37 n’ayant pas une
fréquence assez importante, il n’est actuellement pas aisé de se rendre en bus en centre-ville. Je
crains fort que l’impact de la desserte Ouest sur le trajet du 37 ne fasse qu’empirer la situation,
poussant les habitants du quartier à délaisser les transports en commun au profit de leur véhicule
pour se rendre en centre-ville.
Pour desservir l’Ouest, le nouvel échangeur coupera inévitablement la voie verte, très prisée, qui
sera également longée par une nouvelle route : la continuité du lieu et son harmonie disparaitront
donc au profit des voitures.
Les habitants des quartiers situés à l’Ouest du nouvel échangeur (Grande Plaine, Limayrac, Terrasse,
etc.) n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder à la rocade, notamment par l’échangeur de
Lasbordes. Avec la nouvelle desserte vers l’Est, ils pourront accéder rapidement à la zone de Ribaute
et à la nouvelle clinique en entrant sur la rocade par Lasbordes et en la quittant par la nouvelle sortie
: un nouvel accès sur la rocade via l’Ouest, ne concerne donc pas les riverains du quartier.
Une station de la future 3ième ligne de métro est prévue dans le quartier. Or, à priori aucun grand
parking supplémentaire ne pourra être créé dans un quartier déjà fort urbanisé. Avec un nouvel
accès de la rocade vers l’Ouest, les non toulousains désireux de se rendre en centre-ville par le métro
accèderont rapidement au quartier et y stationneront leurs véhicules de manière anarchique et au
détriment des riverains.
Concernant le projet d’aménagement sécurisé pour les modes « doux » :
L’aménagement actuel présenté n’est pas incitatif pour les vélos et les déplacements à pieds :
multiples traversées de voies avec feux tricolores, grande proximité des voitures, dénivelé important.
Seuls une passerelle ou un tunnel non partagés respecteraient la fluidité et l’esprit de la voie verte
actuelle.
Le projet ne prévoit pas de remise en cause du réseau des voix vertes et pistes cyclables pour inciter
les gens à aller travailler en vélo, ce qui pourrait permettre de désengorger à la fois les routes aux
heures de pointe et résoudre les problèmes de parking. La multiplication des connexions entre les 2
côtés de la rocade au niveau des échangeurs existants de Lasbordes et de Montaudran, la création
d’une voix verte le long de l’Hers identique à celle de la grande plaine et en continuité de celle de
Balma, l’installation de parkings à vélos sécurisés aux connexions avec les bus et métro, sont des
pistes qui peuvent inciter les toulousains à se rendre à leur travail en vélo.
Il serait également souhaitable que cette construction couteuse et d’envergure incorpore dès sa
création des transports en commun tel qu’un bus en site propre. Rien de tel n’apparait dans le projet
présenté.
Le projet, tel qu’il est présenté aujourd’hui, ne répond pas à plusieurs questions :

- où est la place des vélos et des piétons dans le nouvel aménagement de la rue Maurice
Hurel ?
- la rue Maurice Hurel est actuellement utilisée par les camions desservant la cité de l’espace
lors des évènements ponctuels, festivals … Quelle est la solution de remplacement prévue ?

105
- dans le dossier de concertation de 2007, 3 types d’échangeurs (dont l’échangeur en losange
éclaté) étaient proposés et pour chacun d’entre eux les avantages et inconvénients étaient
listés.

Dans le dossier de concertation actuel, les inconvénients suivants de l’échangeur retenu


n’apparaissent plus :
- caractéristiques géotechniques médiocres des sols risque de
tassements et des problèmes de stabilité sont donc à attendre au niveau
des remblais : techniques particulières de construction à mettre en
œuvre,
- nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,
- conception – avis ASF :

• risque accru de remontées de files sur la Rocade,


• risque de saturation.
• nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
• nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise

Comment se fait-il que ces inconvénients ne soient plus présentés dans le nouveau projet ?
Au vue des avis ASF, comment est-il possible que l’un des objectifs affichés dans le projet soit
d’améliorer les conditions de sécurité sur la rocade ?
--
Philippe HYOUNET

Marc et Sandrine LE CALLOCH – 12.06.2016

Madame, Monsieur,

Tout d'abord, résidente du quartier de Limayrac, si je comprends l'utilité d'un nouvel échangeur pour
desservir l'Est de la rocade (Quint-Fonsegrive et St-Orens), je trouve tout à fait inutile et néfaste pour
notre quartier et ses habitants la desserte vers l'ouest (entrée et sortie par la rue Maurice Hurel) :
• Grâce à cette nouvelle entrée vers Toulouse et afin d'éviter les feux tricolores des avenues de
Castre et Revel, les automobilistes vont, à coup sûrs, emprunter l'allée de Limayrac. Or les
rues ne sont pas dimensionnées pour accueillir autant de trafic. La pollution atmosphérique,
visuelle et sonore va fortement augmenter au détriment des résidents.
• Les collégiens de Jean-Pierre Vernant qui attendent le bus à l'arrêt Julien ou qui traversent
l'allée de Limayrac seront plus en danger encore qu'aujourd'hui par l'augmentation du
nombre de véhicules qui circuleront
• Il en sera de même pour les collégiens de Saint Joseph
• Le nouvel échangeur en losange éclaté aura une forte emprise sur la voie verte qu'il coupera,
supprimant alors la perspective et l'harmonie. La ville de Toulouse est déjà une très mauvaise
élève en ce qui concerne la proportion d'espaces verts (poumons).
• La ligne 37 sera impactée par l'augmentation du trafic dû aux véhicules qui entreront et
sortiront de la rocade par la rue Maurice Hurel. Le quartier est un des moins bien desservi de
Toulouse par les transports en commun et la fréquence du 37 n'est pas suffisante pour
donner envie aux résidents de prendre le bus en priorité. Si ce dernier est coincé dans de
nouveaux embouteillages, la situation empirera.
• S'il devient si facile de rentrer sur Toulouse par la rue Maurice Hurel, quand la 3ième ligne de
métro sera construite, les automobilistes risquent de venir garer leurs voitures dans nos rues

106
de manières anarchiques et au détriment des résidents pour prendre le métro en direction
du centre-ville.
• Contrairement à ce qui a pu être dit à la réunion publique, les habitants des quartiers de la
Grande Plaine, Limayrac et la Terrasse n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder à la
rocade. Avec la nouvelle desserte vers l’Est, ils n'auront plus de difficulté pour se rendre vers
Quint Fonsegrive et St Orens en continuant de rentrer sur la rocade par Lasbordes et en en
sortant par la nouvelle desserte. L'échangeur en losange éclaté qui desservira l'Ouest n'est
donc pas utile aux riverains du quartier mais au contraire leur apportera des nuisances
supplémentaires (pollution atmosphérique, sonore et visuelle par un afflux de voitures
supplémentaires dans les rues, risques accrus d'accidents).

D'autre part, l'échangeur de type losange éclaté n'est absolument pas pratique pour les cyclistes qui,
en plus de rencontrer de nouveaux dénivelés (jamais facile en vélo), devront traverser deux routes
très fréquentées. Dans un esprit COP 21, ce type de construction n'incite donc aucunement les
habitants à prendre leur vélo pour se rendre à leur travail. Par ailleurs, toujours dans un esprit COP
21, il semble indispensable de prévoir dès le début du projet un bus en site propre, ce qui hélas
n’apparaît pas.

Enfin, plusieurs inconvénients de l'échangeur de type losange éclaté ont été recensés dès 2006 :

- o caractéristiques géotechniques médiocres des sols risque de


tassements et des problèmes de stabilité sont donc à attendre au niveau
des remblais : techniques particulières de construction à mettre en
œuvre,
- nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,
- conception – avis ASF :

• risque accru de remontées de files sur la Rocade,


• risque de saturation.
• nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
• nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise

Compte-tenu de tous ces éléments, l’échangeur de type losange éclaté ne me semble pas du tout
adapté aux besoins des habitants de Toulouse et je redoute la desserte vers le centre-ville qui est
inutile à mon sens et qui va apporter de nombreuses nuisances aux riverains.

Lionel LEWIN – 12.06.2016

Madame, Monsieur
Nous avons pris connaissance du projet de la Jonction Est et nous souhaitions, au nom de la société
ICOM France, dont les bureaux sont situés au 1 rue Brindejonc des Moulinais, apporter les
commentaires suivants :
La zone de la plaine a une dimension pluridisciplinaire.
D’une part, c’est un quartier d’activité dans lequel sont établies 120 entreprises qui emploient plus
de 6000 salariés. Chacune de ces entreprises génère des flux de transports importants qui entrainent
des embouteillages considérables à certaines heures de la journée. Notre zone dispose également de
cinq hôtels qui représentent plus de 100 000 nuitées par an. Il convient également de signaler le
projet de clinique à proximité.
D’autre part, c’est un quartier touristique qui abrite la Cité de l’espace, véritable phare de la ville, qui

107
accueille chaque année plus de 300 000 visiteurs et de nombreuses conférences prestigieuses au
rayonnement mondial.
Enfin, c’est un quartier de loisirs qui attire tous les soirs et tous les week-ends de nombreux
Toulousains qui viennent profiter du parc de la Plaine.
A l’heure actuelle, l’offre de transport est clairement inadaptée aux besoins du quartier.
Face à cet enjeu de taille, la construction d’un nouvel échangeur positionné au milieu de la zone
d’activité ne nous paraît pas être en mesure d’apporter une réponse satisfaisante, bien au contraire.
La zone de la plaine est en effet déjà située entre deux échangeurs de rocade espacés de 2
kilomètres. Par ailleurs, les voies de circulation situées à la sortie du nouvel échangeur, déjà saturées,
ne sont pas en mesure d’absorber le trafic routier induit par un échangeur. Enfin, aucun axe routier
ne permet d’accéder de façon cohérente au centre ville depuis cet endroit. La construction de ce
nouvel échangeur risque donc d’aggraver considérablement les conditions de circulation dans le
quartier.
Il nous semble en revanche que deux autres pistes devraient être explorées :
- la création d’une passerelle multimode pour « enjamber » la rocade et permettre de mieux
desservir les quartiers de part et d’autre de la rocade de façon cohérente ;
- la modification du tracé de la troisième ligne de métro et création d’une station d’arrêt dans la
zone.
Nous sollicitions donc que la concertation sur le projet de Jonction Est soit élargie pour inclure une
réflexion plus globale sur les transports dans cette zone.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Lionel LEWIN FLEUR


Radiocommunication - Lionel LEWIN - Directeur Général – General Manager

M. et Madame LORFEVRE – 12.06.2016

Bonjour,
Heureux habitants du quartier la Terrasse depuis notre arrivée sur Toulouse en août 2000, nous
apprécions particulièrement le calme du quartier, résidentiel, et le fait qu'il soit épargné de la
pollution automobile par sa position sur une colline. Nous avons notamment choisi de nous éloigner
du Chemin de la Terrasse et avons constaté une amélioration de notre environnement (dépôts noirs
sur le mobilier de terrasse et sur les rebords de fenêtres que nous n'avons plus à subir dans notre
nouveau logement).
Afin de préserver le cadre de vie de tous, nous avons choisi des écoles à proximité de notre domicile,
nos enfants pouvant ainsi effectuer les trajets à pied. Travaillant sur le site de Rangueil (CNES et
Université), nous avons choisi ce quartier afin de pouvoir aller travailler chaque jour à vélo, ce que
nous faisons.
Le quartier est calme, mais habitant au dessus de la Cité de l'Espace, nous entendons
malheureusement le bruit de la circulation de la rocade.
Nous déplorons déjà l'augmentation de la circulation de véhicules qui remontent de la Plaine et ne
respectent pas les limitations de vitesse (en passant au centre de la chaussée pour éviter les
ralentisseurs), avec en particulier une zone de danger au croisement des rues Joseph Anglade,
Chanoine Contrasty et Hembert Guitard, pour rejoindre le chemin de la Terrasse.
Le projet d'échangeur vers l'est constitue sans doute une opportunité de développement pour le
secteur d'Entiore, et un désengorgement de la zone de Revel.
L'équivalent pour la Plaine ne nous semble pas valoir que le quartier de la Terrasse soit pour autant
dénaturé ?

108
En effet :

- Avec une entrée de voitures au niveau de la Cité de l'Espace, nous allons subir un flux croissant de
véhicules en transit vers le centre de Toulouse.
- Nous allons subir les nuisances sonores que vont provoquer les travaux, presque sous nos fenêtres,
dans une longue période,
- Si l'échangeur est trop haut, nous serons certainement également gênés par le bruit de la
circulation des véhicules (accélération, décélération).
- La zone verte sera coupée dans sa continuité
Merci de prendre en considération ces aspects qui ne sont pas accessoires !

Bien cordialement,
M. et Mme Lorfèvre

Jacques ROSSI – 12.06.2016

Madame, Monsieur,
Nous avons pris connaissance du projet de la Jonction Est et nous souhaitions, au nom de la société
CARTOON, dont les bureaux sont situés au 1 rue Firmin Boissin, apporter les commentaires suivants :
- penser désengorger la Plaine en créant un échangeur en prévoyant de reporter les flux rentrant
vers les 2 axes existant de la route de Revel et de l'avenue de Castres ne semble absolument pas une
solution qui permettra de désengorger les périodes de sur affluence... C'est même le phénomène
inverse qui risque de se passer !
La zone de la plaine est en effet déjà située entre deux échangeurs de rocade espacés de 2
kilomètres. Par ailleurs, les voies de circulation situées à la sortie du nouvel échangeur, déjà saturées,
ne sont pas en mesure d’absorber le trafic routier induit par un échangeur. Enfin, aucun axe routier
ne permet d’accéder de façon cohérente au centre ville depuis cet endroit.
La construction de ce nouvel échangeur ne peut donc qu’aggraver considérablement les conditions
de circulation dans le quartier.
A l’heure actuelle, l’offre de transports en commun est clairement inadaptée aux besoins, et la
mise en place de nouveaux moyens me semble être une priorité absolue parce que :
> sont établies près 200 entreprises qui emploient près de 7000 salariés qui, se déplaçant avec
leur véhicule personnel, génèrent des flux de transports importants qui entrainent des
embouteillages considérables à certaines heures de la journée,
> se trouvent cinq hôtels qui représentent plus de 100 000 nuitées par an,
> abrite la Cité de l’espace, véritable phare de la ville, qui accueille chaque année plus de 300
000 visiteurs qui y viennent avec leur véhicule.
Il me semble que deux autres pistes devraient être explorées :
- La création d’une passerelle multimode pour « enjamber » la rocade et permettre de mieux
desservir les quartiers de part et d’autre de la rocade de façon cohérente ;
- La modification du tracé de la troisième ligne de métro et création d’une station d’arrêt dans la
zone.
Nous sollicitions donc que la concertation sur le projet de Jonction Est soit élargie pour inclure une
réflexion plus globale sur les transports dans cette zone.
Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Jacques Rossi
Président Fondateur

109
Michel SARRAILH – 12.06.2016

Depuis les années 80, la solution pour réduire le trafic automobile dans les centres villes consistait à
réaliser des contournements routiers. Le projet de Jonction Est est issu d'un de ces projets, en
l’occurrence la déviation de la route de Castres. Les concertations de 2005 et 2007 ont conduit à la
réduction de ce projet de contournement à un tronçon d'un kilomètre se raccordant sur la rocade.
Les critiques émises lors de ces concertations, projet dispendieux, absence d'études sur les
alternatives à ce projet notamment en matière de transports en commun, ont été mises sous le tapis.
Et on voit ressortir, 9 ans après, le même projet, avec tout de même quelques habits neufs pour le
rendre un tant soit peu crédible.
Les objections de fond restent pourtant inchangées : ce projet d'échangeur est encore plus couteux
qu'en 2007, or avec les mêmes montants on peut développer des infrastructures et un maillage pour
faciliter les déplacements en transports collectifs (tout autant que celui des ambulances, car certains
lors de la réunion publique ont justifié la nécessité de l'échangeur pour permettre leur accès à la
clinique Capio !).
Ce projet d'ouvrage aura un impact environnemental, notamment sur la trame verte et bleue de
l'Hers, en constituant un ouvrage supplémentaire. Il incite la ville de St-Orens, cf son "Carnet des
orientations urbaines", à prendre prétexte du projet de la Jonction Est pour réaliser une nouvelle
route de contournement dans la vallée de la Saune, seule vallée de l'Est toulousain encore
relativement préservée de l'urbanisation.
Ce projet n'a jamais été étudie en terme d'impact & comparé à d'autres solutions, on se contente
d'annoncer la croissance des déplacements pour le justifier ! Incompétence, fainéantise intellectuelle
ou idée fixe ? On aurait plutôt dû partir des trafics attendus, en tenant compte des nouvelles
urbanisations et ZAC, et simuler les déplacements à venir (l'enquête Insee 2012 permet de connaître
finement les déplacements actuels), en fonction de différents aménagements incluant des projets de
transports en commun.
Les élus de Toulouse Métropole suivant ce dossier devraient être un peu plus regardant sur l'usage
de l'argent public, à moins de vouloir privilégier l'usage de la voiture individuelle à tout prix, car les
60-70 M€ estimés seraient bien plus utiles pour d'autres investissements, permettant de réduire la
part de la voiture individuelle (premier objectif des plans de déplacements urbains) et la pollution
afférente. Je me prononce donc totalement contre ce projet.

Michel Sarrailh, conseiller municipal de St-Orens-de-Gameville

Famille SEGOL – 12.06.2016

Bonjour,

Nous sommes une famille de résidents demeurant "La Terrasse', quartier très proche du site la
Grande Plaine. Nous souhaitons par ce courriel vous exprimer notre profond désaccord avec le projet
"Jonction Est".
En effet, le site de la Grande Plaine est aujourd'hui un espace vert apprécié des familles et des
enfants, qui ont l'habitude de s'y promener et de venir y jouer. La voie de la "Coulée Verte" constitue
quant à elle un endroit très fréquenté, notamment par les cyclistes, les joggers, et les promeneurs en
tout genre. En outre, comme précisé dans le dossier de concertation, la Grande Plaine est un espace
écologique, et représente à ce titre un poumon très appréciable à proximité de la rocade.
Il est évident que le projet "Jonction Est" aura des impacts très négatifs sur l'ensemble de la zone,
notamment pour les raisons suivantes:
- Aucune solution n'a été trouvée s'agissant de la Coulée Verte, qui ne pourra que disparaître d'après
le projet actuellement présenté ;

110
- Compte tenu de l'ampleur du projet, et comme indiqué dans le dossier de concertation, ce nouvel
ouvrage augmentera fortement la fréquentation automobile et par conséquent les nuisances sonores
pour les quartiers riverains, remettant ainsi en cause les deux caractéristiques principales desdits
quartiers, à savoir leur calme très appréciable et la sécurité ;
- Conformément au dossier de concertation, "la sécurité des cycles et des piétons n'est pas garantie"
avec ce projet, ce qui paraît on ne peut plus paradoxal lorsque l'on sait que la zone est aujourd'hui
pratiquée exclusivement et quotidiennement par de nombreux cyclistes et piétons ;
- L'impact sur l'environnement lié à la nouvelle fréquentation automobile est...incontestable et
évidemment à contre-courant de la nécessité et de la volonté générale actuelle de limiter la
pollution. Les suppressions de la Coulée Verte et de la haie de mûriers évoquées dans le dossier de
concertation en sont à cet égard de parfaits exemples. A l'inverse, l'instauration ou la diversification
des transports en commun actuels auraient constitué un véritable projet viable et envisageable ;
- L'ampleur de l'ouvrage et son prix sont parfaitement démesurés au regard des objectifs poursuivis :
construire "un double-échangeur identique à celui existant à Balma Gramont" est en effet tout à fait
disproportionné, compte tenu des caractéristiques précitées de la zone. Il suffit pour s'en convaincre
de comparer les lieux concernés: la sortie Balma-Gramont déverse une très grande zone
commerciale, tandis que la Grande Plaine comporte... une très grande étendue d'herbe et de terre.
Ainsi, sauf à remettre en cause la raison même de la Grande Plaine et l'âme des quartiers
environnants, le projet "Jonction Est" n'est ni souhaitable, ni souhaité.
Vous souhaitant une parfaitement réception des présentes,

Bien cordialement,
Colette, Matthieu, Sarah et Emilie SEGOL.

Association Ensemble au Val de Limayrac – 12.06.2016

Madame, Monsieur,

C’est en tant que représentante des résidents du quartier de Limayrac depuis 12 ans, que
l’association « Ensemble au Val de Limayrac » souhaite s’exprimer au sujet du projet de la « Jonction
Est ».

Concernant la desserte du côté Est de la rocade :


- Compte-tenu du développement actuel et futur de la zone de Ribaute et de la saturation des
départementales D826 et D2, respectivement vers Quint-Fonsegrives et Saint-Orens,
l’association reconnait la nécessité d’un échangeur supplémentaire entre les sorties 17 et 18
afin de desservir l’Est toulousain.
- Le côté Est de la rocade, au niveau de la Cité de l’Espace, n’étant pas encore urbanisé, de
nouvelles infrastructures n’apporteraient pas de nuisances aux habitants.
- Afin de respecter l’esprit de la COP 21, l’association attire toutefois votre attention sur la
nécessité d’aménager les traversées de cette nouvelle route pour les bus, les vélos et les
piétons en minimisant son impact : voies prioritaires pour favoriser les modes doux.

Concernant la desserte du côté Ouest de la rocade qui a été ajoutée par rapport au projet initial, la
zone étant déjà fortement urbanisée, l’association la considère en revanche inutile et contre-
productive :
- Les voieries, qui sont toutes à 2x1 voie, ne sont pas dimensionnées pour accueillir
directement un accès à la rocade qui impliquera inévitablement une augmentation du trafic
entrant dans Toulouse. Nombre d’automobilistes, afin d’éviter les feux tricolores des

111
avenues de Castres et Revel, vont également emprunter l’allée de Limayrac, qui n’a pas été
prévue pour autant de trafic.
- La ligne 37, qui ne circule pas en site propre, risque fort d’être impactée par cette nouvelle
circulation. Le quartier étant mal desservi en transport en commun et le bus 37 n’ayant pas
une fréquence assez importante, il n’est actuellement pas aisé de se rendre en bus en
centre-ville. L’association craint fort que l’impact de la desserte Ouest sur le trajet du 37 ne
fasse qu’empirer la situation, poussant les habitants du quartier à délaisser les transports en
commun au profit de leur véhicule pour se rendre en centre-ville.
- Pour desservir l’Ouest, le nouvel échangeur coupera inévitablement la zone verte, très
prisée, qui sera également longée par une nouvelle route : la continuité du lieu et son
harmonie disparaitront donc au profit des voitures.
- Les habitants des quartiers situés à l’Ouest du nouvel échangeur (Grande Plaine, Limayrac,
Terrasse, etc.) n’ont actuellement aucune difficulté pour accéder à la rocade, notamment par
l’échangeur de Lasbordes. Avec la nouvelle desserte vers l’Est, ils pourront accéder
rapidement à la zone de Ribaute et à la nouvelle clinique en entrant sur la rocade par
Lasbordes et en la quittant par la nouvelle sortie : un nouvel accès sur la rocade via l’Ouest,
ne concerne donc pas les riverains du quartier.
- Une station de la future 3ième ligne de métro est prévue dans le quartier. Or, à priori aucun
grand parking supplémentaire ne pourra être créé dans un quartier déjà fort urbanisé. Avec
un nouvel accès de la rocade vers l’Ouest, les non toulousains désireux de se rendre en
centre-ville par le métro accèderont rapidement au quartier et y stationneront leurs
véhicules de manière anarchique et au détriment des riverains.
Concernant le projet d’aménagement sécurisé pour les modes « doux » :
- L’aménagement actuel présenté n’est pas incitatif pour les vélos et les déplacements à
pieds : multiples traversées de voies avec feux tricolores, grande proximité des voitures,
dénivelé important. Seuls une passerelle ou un tunnel non partagés respecteraient la fluidité
et l’esprit de la voie verte actuelle.
- Le projet ne prévoit pas de remise en cause du réseau des voix vertes et pistes cyclables pour
inciter les gens à aller travailler en vélo, ce qui pourrait permettre de désengorger à la fois les
routes aux heures de pointe et résoudre les problèmes de parking. La multiplication des
connexions entre les 2 côtés de la rocade au niveau des échangeurs existants de Lasbordes
et de Montaudran, la création d’une voix verte le long de l’Hers identique à celle de la
grande plaine et en continuité de celle de Balma, l’installation de parkings à vélos sécurisés
aux connexions avec les bus et métro, sont des pistes qui peuvent inciter les toulousains à se
rendre à leur travail en vélo.
- L’association souhaiterait également que cette construction couteuse et d’envergure
incorpore dès sa création des transports en commun tel qu’un bus en site propre. Rien de tel
n’apparait dans le projet présenté.
Le projet, tel qu’il est présenté aujourd’hui, ne répond pas à plusieurs questions que se pose
l’association :
- Où est la place des vélos et des piétons dans le nouvel aménagement de la rue Maurice
Hurel ?
- La rue Maurice Hurel est actuellement utilisée par les camions desservant la cité de l’espace
lors des évènements ponctuels, festivals … Quelle est la solution de remplacement prévue ?
- Dans le dossier de concertation de 2007, 3 types d’échangeurs (dont l’échangeur en losange
éclaté) étaient proposés et pour chacun d’entre eux les avantages et inconvénients étaient
listés. Dans le dossier de concertation actuel, les inconvénients suivants de l’échangeur
retenu n’apparaissent plus :
o caractéristiques géotechniques médiocres des sols risque de tassements
et des problèmes de stabilité sont donc à attendre au niveau des remblais :
techniques particulières de construction à mettre en œuvre,
o nuisance sonore au niveau de la zone de la Grande Plaine,

112
o conception – avis ASF :
• Risque accru de remontées de files sur la Rocade,
• Risque de saturation.
• Nécessité de construire 2 ouvrages sur l’autoroute en service.
• Nécessité de prévoir des aménagements réduisant le risque de prise
Comment se fait-il que ces inconvénients ne soient plus présentés dans le nouveau projet ?
Au vue des avis ASF, comment est-il possible que l’un des objectifs affichés dans le projet soit
d’améliorer les conditions de sécurité sur la rocade ?
A la question « pourquoi une bretelle vers l’ouest ? » vous avez répondu que c’est pour satisfaire une
demande des chefs d’entreprises de la zone de la Grande Plaine. Faut-il donc, pour améliorer la
circulation de quelques centaines de travailleurs pris, une fois/jour, dans un bouchon d’une
vingtaine de minutes et seulement 5 jours/semaine, infliger des nuisances importantes à plus de
2 000 résidents, toutes les heures de tous les jours de l’année ? N’y a-t-il pas un déséquilibre
majeur ?
En conclusion,
• oui à la construction de cet échangeur, mais
• non à la bretelle côté « Grande Plaine ».
En espérant vivement que vous tiendrez compte de l’avis des habitants de notre beau quartier,
l’association « Ensemble au Val de Limayrac » vous adresse ses plus sincères salutations.

Michel SALVIAC Sandrine Le Calloch


Président Vice-Présidente

Association Veracruz – 12.06

Créée en 1995, l’association Veracruz est l’association écologiste et naturaliste étudiante du campus
universitaire de Rangueil (Université Toulouse III). Depuis plus de 20 ans, elle s’investit sur des
questions de développement durable, de sensibilisation à la nature et à sa protection, et propose aux
étudiants et aux usagers du campus des activités en lien avec ses thématiques, sur le campus et à
l’extérieur. Elle s’intéresse en outre à l’aménagement du territoire dans son ensemble et ses impacts
sur l’environnement. Dans le cadre de la concertation pour le projet de Jonction Est, l’association
Veracruz souhaiterait donner son point de vue sur le projet tel qu’il est présenté à ce jour.

L’association Veracruz ne souhaite pas se positionner sur le bienfondé du projet en termes de


nécessité au regard de la situation actuelle et ses aspects économiques et sociaux, aussi bien que sur
les questions plus techniques des flux de transports associés. En revanche, elle souhaiterait soulever
plusieurs points sur l’ensemble du projet qui lui semblent primordiaux, que ce projet se confirme ou
non, concernant son coeur d’activité, à savoir la gestion et la protection de la nature, et le
développement durable au sens plus large.

La préservation de la ZNIEFF de l’aérodrome de Lasbordes


Le tracé proposé en concertation est présenté comme ayant impact minime sur les espaces naturels,
notamment la ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique) de
l’aérodrome de Lasbordes. L’association Veracruz rappelle qu’en plus de la Jacinthe de Rome, espèce
protégée ayant justifié en partie le classement en ZNIEFF, on y retrouve aussi des habitats et des
espèces à fort intérêt comme l’Ophioglosse commun, la Gesse de Nissole, le Salsifis blanc ou encore
le Trèfle maritime (le document de classification de la ZNIEFF présente les critères de classement plus

113
en détail). Ces espaces naturels sont aussi des réservoirs d’une biodiversité souvent qualifiée
“d’ordinaire” mais dont le rôle est tout aussi important, en particulier en milieu urbain. Il est donc
primordial que cette zone ne soit aucunement impactée par le tracé, mais aussi pas la réalisation des
travaux à toutes ses étapes. Des campagnes d’inventaires devraient également être réalisées, si ce
n’est pas déjà le cas, afin d’avoir un bon aperçu de l’ensemble des espèces présentes sur la zone ; ces
espèces ne restant pas inféodées aux limites arbitraires d’une ZNIEFF mais peuvent se déplacer entre
les différents points naturels alentours.
Les impacts sur la Saune et ses abords immédiats
L’association Veracruz se questionne sur le tracé de la jonction proprement dit qui longera la
Saune. Cet espace semblant être classé en zone inondable, la question de la présence de zones
humides tout le long de cet axe se pose. Ces zones constituent également d’importants réservoirs de
biodiversité notamment en termes d’amphibiens, quasiment tous protégés à l’échelle nationale. Elles
jouent un rôle primordial dans la qualité et la régulation des eaux autant sur place qu’en aval. La
construction de la jonction le long de la Saune devra être réalisée pour impacter le moins possible
ces milieux fortement sensibles. La question se pose notamment de l’impact en termes de composés
polluants du trafic routier sur ces milieux sensibles. Au delà des potentielles zones inondables
attenantes, la qualité du cours d’eau en luimême devra être maintenue, en termes de débit, de
qualité des eaux et de potentialités d’accueil des espèces.

L’allée de mûriers
Il est appréciable que le tracé proposé passe par la rue Maurice Hurel plutôt que par l’allée de
mûriers de l’avenue Dassault, labellisée “ensemble arboré remarquable” en présence de M. Jean-Luc
Moudenc en octobre 2015. Ces arbres, en plus de leur intérêt en termes d’accueil pour une
biodiversité importante et leur caractère patrimonial et historique, constituent également un
élément du quartier apprécié des riverains et un poumon vert de la zone. Cette allée doit
impérativement être conservée.
L’espace nature de la Ribaute
Dans le même ordre d’idée, l’espace nature dit de Ribaute constitue un lieu de promenade et de
détente incontournable de la zone du projet. Pour conserver la qualité de vie des riverains et de tous
les visiteurs fréquentant cet espace, il serait souhaitable que cette zone soit conservée voire
valorisée davantage, notamment en termes d’espaces naturels et de potentialités d’accueil des
espèces.

Multimodalité des modes de transport ; modes doux


L’aspect multimodal est également un point important du projet ; la multiplicité des modes de
transport sur cet axe doit être envisagée au sens le plus large. La mise en place d’une voie au moins
dédiée aux modes de transports doux (piétons, vélos, autres déplacements non motorisés),
nettement délimitée, sécurisée et isolée du reste de la circulation semble incontournable. Il est
évidemment souhaitable que cette (ces) voie(s) soient directement reliées au maillage actuel de
voies cyclables et piétonnes déjà existant de part et d’autre du périphérique pour assurer une liaison
supplémentaire entre Toulouse et les communes de l’est. Nous attirons l’attention sur la zone de
l’échangeur qui constitue un point crucial en termes de déplacements et de sécurité pour les
transports doux, plus fragiles que les autres usagers motorisés. Cette zone devra offrir une vraie
possibilité de traversée aux transports doux avec là encore des voies clairement définies et
sécurisées et non de simples passages peu pratiques constitués d’enchaînements de passages
piétons et trottoirs. La régulation des flux automobiles dans cette zone par des feux, comme cela
semble être prévu pour l’instant, devra être conçue en considérant les modes doux au même niveau
que les transports motorisés, voire en priorité.

114
L’estimation claire et chiffrée des pollutions avant projet et si celui-ci est réalisé
L’association Veracruz souhaite également soulever la question des différents types de pollutions
causés par le projet. Nous espérons que la pollution atmosphérique d’une part, et la pollution sonore
d’autre part, feront l’objet d’une réflexion et d’études claires, poussés et quantitatives (chiffrées) lors
des prochaines étapes du projet (notamment lors des études d’impacts). Les impacts en termes de
destruction de faune, flore et milieux devront aussi être fortement pris en compte et évalués avec la
plus grande exactitude. L’association Veracruz profite de l’occasion pour rappeler qu’un milieu ou
des espèces détruites ne sauraient jamais être compensées en totalité et avec une même qualité ;
d’éventuelles mesures compensatoires doivent impérativement être utilisées en tout dernier recours
comme c’est le cas des projets qui doivent respecter la séquence éviter réduire compenser.

L’impact de la phase de travaux sur l’ensemble des points précités


Enfin, l’association Veracruz souhaite rappeler que si le trajet proposé actuellement se veut, comme
il est présenté dans le dossier de concertation, avoir des impacts limités sur le bâti et le patrimoine
naturel, l’ensemble des travaux d’aménagement est susceptible d’avoir un impact local destructeur
beaucoup plus important. Les possibilités de manœuvre semblant réduites notamment dans la partie
“échangeur” du projet, dans des espaces étroits entre habitations, périphérique, ZNIEFF et Saune,
nous espérons que les endroits choisis pour la gestion des travaux (accès aux travaux, stockage du
matériel, des engins, des ouvriers…) seront sélectionnés judicieusement en respectant l’ensemble
des préconisations ci-dessus, afin de limiter au maximum les atteintes à tous les milieux cités. Nous
espérons également que ces points seront traités avec la plus grande rigueur lors des études
d’impact du projet. Tous les points cités ci-dessus ne valent pas validation par l’association Veracruz
du projet mais devront être pris en compte dès maintenant et jusqu’à réalisation ou abandon
définitif de celui-ci.
L’association Veracruz suivra le projet avec beaucoup d’attention et participera aux prochaines
consultations afin que le respect de la biodiversité, des habits et de la nature en général ne soient
pas les grands oubliés, comme c’est souvent le cas dans les grands projets d’aménagement.
Document rédigé par l'association Veracruz, envoyé par mail sur la boîte dédiée à la concertation en
date du 12 juin 2016.

Gaël ESTEVE – 13.06.2016

Bonjour,
Je me permets de vous écrire après avoir pris connaissance du projet de "jonction est". Pour
plusieurs raisons, je suis surpris par ce projet.
- il sera extrêmement proche de l'échangeur précédent (Montaudran),
- il traversera un des derniers rares îlots de verdure de Toulouse - ces espaces de verdure étant bien
trop souvent à Toulouse au contact des voitures, cela ne fera qu'aggraver ce phénomène.
Pour ces raisons, je me pose la question de savoir si ce projet ne vise pas simplement à pallier le
manque d'ambition concernant l'aménagement de la sortie des échangeurs et principalement du
Palays. Nous avons en effet à Toulouse un des rares périphériques, où il convient d'emprunter une
sortie pour rester sur celui-ci. N'est-ce pas plutôt cela la cause des bouchons qui malgré de

115
pharaoniques travaux persistent dans le sens "vers Rangueil" ? J'entends que cette parcelle est
propriété d'ASF mais je ne peux comprendre que l'on densifie les voies de circulation pour
automobiles, génératrices de nuisances pour modérer cet état de fait.
D'autres grande ville ont fait des choix différents (grands espaces verts, périphérique continu) et ce,
avec un succès notable. En tant que toulousain de cœur, il me semblait nécessaire, de vous faire part
de ma déception face à un tel projet, aussi j'espère que vous entendrez ce témoignage.

Avec mes respectueuses salutations,


GE

Sylvie et Christophe LOUEMBET - 13.06.2016

Bonjour,
Si le projet doit aller au bout, une chose importante et la protection de la voie verte existante et
longeant le parc de la grande plaine et la cité de l'espace. En effet, cette voie est empruntée par de
nombreux cyclistes qui, comme moi, se rendent au travail tous les jours. Il faut aussi compter
l'ensemble des piétons qui l'utilisent pour leur promenade ou jogging. Mon souhait est que cette
voie ne soit pas coupée par les deux qui doivent la traversée afin de préserver la fluidité de nos
voyages quotidiens. Cela impliquerait la construction de tunnels (comme à la sortie Labordes).
Le pire pour tous les usagés (piétons, vélos, autos) est que l'on ait une traversé de rue classique avec
feu, passages piétons comme à la sortie Montaudran.
Dans tous les cas, ce projet aura nécessairement un impact négatif sur cette voie qui est un lieu de
promenade privilégiée pour l'ensemble des familles habitant entre les sorties 16 (voire 15) et la
sortie 18 (Argoulet, Cité ed l'Hers, Terrasse...)
Christophe Louembet

Magali RAIRAT – 13.06.2016

Bonjour,

N'ayant pas eu la possibilité de me rendre à la réunion publique du 30 mai dernier et au regard des
informations que j'ai pu trouver sur le site de Toulouse Métropole concernant la future jonction est
de Toulouse, je me permets de vous faire part de mes inquiétudes.

Certes une nouvelle entrée/sortie de rocade semble indispensable pour adapter l'infrastructure
routière à l'afflux quotidien de véhicules dans la zone est de Toulouse, notamment pour désengorger
les routes de Castres et de Revel dans leur accès à la rocade.
Toutefois, le tracé de cette future voie de circulation dite en "losange éclaté" prévoit de passer côté
Toulouse pour desservir la ZAC de la Grande Plaine aux abords de la Cité de l'Espace.
La Grande Plaine est l'un des rares endroits toulousains où l'on peut encore se ressourcer dans un
vaste écrin de verdure relativement calme et protégé. Insérer un accès à la rocade dans cette zone
verte viendra inéluctablement y dégrader sérieusement le cadre de vie en apportant nuisances
sonores et visuelles, majoration de la pollution de l'air, et en diminuant l'intérêt que beaucoup de
familles toulousaines trouvent actuellement à s'y promener à pied ou à vélo.
Par ailleurs, ce nouvel accès à la rocade générera aussi un afflux de véhicules dans les quartiers
résidentiels de la Terrasse et Limayrac.

116
Dans ce projet, est-il vraiment nécessaire de prévoir un accès routier côté Grande Plaine qui servira
finalement uniquement les entreprises de la ZAC ?
Afin de faire de Toulouse une métropole moderne s'inscrivant dans le développement durable, ne
serait-il pas préférable de privilégier la qualité de vie de ses habitants en développant les modes de
transports doux qui inciteraient la population à se déplacer autrement ?

Bien cordialement,
Magali Rairat

117
2. Les registres

118
119
120
121
122
123
124
125
126
127
128
129
130
131
132
133
134
135
136
137
138
139
140
141
3. Les courriers

Gilles PENCHENAT – 30.05.2016

Madame, monsieur bonjour,

La mise en chantier de la future clinique CROIX DU SUD du groupe CAPIO commune de QUINT-
FONSEGRIVES, repose le problème des flux de circulation et risque d’accentuer les problèmes de
saturation déjà réels au niveau de la route de CASTRES et de la route de REVEL.
Concernant cette nouvelle clinique CAPIO, la mise en service est prévu deuxième semestre 2018. Il
est donc primordial que la jonction EST soit mise en service pour cette échéance.
Concernant la jonction EST, nous sommes début juin, et le projet n’est qu’au stade de la
concertation, et il y a un échangeur à réaliser sur la ROCADE, de plus il y a actuellement sur cette
même rocade un chantier pour création d’un échangeur a BORDEROUGE, deux chantiers en même
temps sur la ROCADE EST c’est beaucoup !
J’en conclus qu’il est peu probable que le planning de réalisation de la Jonction EST ne soit pas
coordonné et compatible avec la mise en service de la nouvelle clinique, je propose donc que soit
réalisé en anticipation une double voie sur 1.5km environ à partir de LEROY MERLIN (échangeur 17)
à l’intérieur de la future ZAC de LASBORDES (cf. plan joint).
Cette voie ZAC de LASBORDES présenterais l’avantage, de permettre :
- La sortie des véhicules de la future clinique dès sa mise en service en direction de
l’échangeur 17 sans passer par la rte de CASTRES.
- La sortie des véhicules d’ENTIORE en direction de l’échangeur 17 sans passer par la route
de CASTRES.
- Une partie du tronçon créé en anticipation pourrait être réutilisé pour la jonction EST.
- Un double accès de la clinique à la Rocade dès la mise en service du nouvel échangeur et
de la jonction EST.
- La possibilité de faire circuler en site propre le bus 83. D’ailleurs les voies du site propre
pourraient être utilisées pour les véhicules de secours (ambulances et pompiers).

Veuillez agréer l’expression de mes meilleurs sentiments.

A QUINT FONSEGRIVES
Le 30/05/2016
M PENCHENAT Gilles

PJ : 1 plan

142
4

4
Gilles PENCHENAT, pièce jointe

143
Gilbert PRADELLES – 31.05.2016

144
Jean-Louis ATH – 10.06.2016

145
Agnès MESTRES – 10.06.2016

146
147
Gilles PENCHENAT – 22.06.2016

148
149
4. Les coupons-réponses

Simone VAYSSIERE – 30.05.2016

Jacqueline MAUREL – 30.05.2016

150
Corine RADON – 30.05.2016

Annie MENTHEOUR – 30.05.2016

151
Dominique BONNEAU – 30.05.2016

152
D. Les formes d’échangeur soumises au public durant la concertation
de 2007 (page 18 à 20 du dossier de concertation de 2007)
Bilan de la concertation de la Jonction Est

154
Bilan de la concertation de la Jonction Est

155