Vous êtes sur la page 1sur 30

PR NF EN 1713

Août 2007

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients Normes en ligne.
Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,
même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of AFNOR Webshop
(Standards on line) customers. All network exploitation, reproduction and re-dissemination,
even partial, whatever the form (hardcopy or other media), is strictly prohibited.

Boutique AFNOR

Pour : SOCOMENIN SA

Client 99062100

Commande N-20091203-377729-TA

le 3/12/2009 14:39
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

Avant-projet de norme soumis à enquête probatoire jusqu’au :


31 août 2007

Pr NF EN 1713

Indice de classement : A89-522

T1 : Contrôles non destructifs des assemblages soudés

T2 : Contrôle par ultrasons

T3 : Caractérisation des indications de soudures

E : Non-destructive testing of welds - Ultrasonic testing - Characterization of indications in


welds

D : Zerstörungsfreie Prüfung von Schweißverbindungen - Ultraschallprüfung -


Charakterisierung von Anzeigen in Schweißnähten

Avant-projet de norme française homologuée

Remplace la norme homologuée NF EN 1713 de septembre 1998, son amendement A1 de


décembre 2002 et son amendement A2 de juillet 2004.

Correspondance

Analyse

Modifications
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

Norme française

NF EN 1713

Indice de classement : A 89-522

ICS : 25.160.40 ; 77.040.20

T1 Contrôles non destructifs des assemblages soudés

T2 Contrôle par ultrasons

T3 Caractérisation des indications de soudures

E : Non-destructive testing of welds — Ultrasonic testing — Characterization of indications in welds

D : Zerstörungsfreie Prüfung von Schweißverbindungen — Ultraschallprüfung — Charakterisierung von Anzeigen


in Schweißnähten

Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR le pour prendre effet le .

Remplace la norme homologuée NF EN 1713, de septembre 1998, son amendement 1, de décembre 2002 et son
amendement 2, de juillet 2004.

Correspondance

La Norme européenne EN 1713:2007 a le statut d’une norme française.

Analyse

Le présent document définit un schéma décisionnel (procédure cascade) destiné à effectuer par ultrasons la
classification conventionnelle des indications internes de soudure en indication volumique ou en indication non
volumique.

Descripteurs

Thésaurus International Technique :

Modifications

Par rapport aux documents remplacés les principales modifications concernent la prise en compte des révisions
des normes EN 1712 et EN 1713 et une mise en concordance rédactionnelle du texte par rapport à celui de la
norme ISO 23279 correspondante.

Corrections

H:\Secteur4\Normes en cours\NF\A 89-522_NF EN 1713\EP_NF_EN 1713_(F).doc


Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

NF EN 1713

Soudage - Essais UNM CNS TEST

Membres de la commission de normalisation

Président : M TCHILIAN

Secrétariat : MME GUERIN ET MME DE LUZE – UNM

M BELTZUNG SNCF

M BERCHET DCN RUELLE

M BONNEFOY SNCT

M BOURGEOIS INSTITUT DE SOUDURE

M BRAMAT INSTITUT DE SOUDURE

M CHAPELAIN AFNOR

M CHAUVEAU INSTITUT DE SOUDURE

M CHAZAL SNCF-NORHA

M CHERFAOUI CETIM

MME CORMIER GRTgaz région Val de Seine

MME COTTIN-ROUX NEXTER SYSTEMS

M DAROU ALSTOM TRANSPORT FLO

M DIDIER EDF

M GOUBIN ALSTOM TRANSPORT REI

M HITTER ALSTOM TRANSPORT REI

M KERMARREC CASTOLIN France

M LASSERRE AREVA NP

M LAURENCON ALSTOM TRANSPORT LRH

M LE GRANDAIS GRTgaz région Val de Seine

MME LOBGEOIS EDF

M LOBINGER AGRIANDRE

M MACQUET CETIM

M MAFFIOLI EDF

2
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

NF EN 1713

MME MAYER INSTITUT DE SOUDURE

M MAYOS EDF

M POUET SNCF

M PRAGASSAM SNCF

M RECOLIN DCN PROPULSION

M RIVENEZ CETIM

M ROUSSEAU GRTgaz région Val de Seine

MME SANCHEZ EDF

M TAFFARD ENDEL

M TCHILIAN AREVA NP

3
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

NF EN 1713

Avant-propos national
Références aux normes françaises

La correspondance entre les normes mentionnées à l'article "Références normatives" et les normes françaises
identiques est la suivante :

EN 1714 NF EN 1714 (indice de classement : A 89-520)

4
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

NORME EUROPÉENNE PROJET


EUROPÄISCHE NORM prEN 1713
EUROPEAN STANDARD
Juin 2007

ICS Destiné à remplacer EN 1713:1998

Version Française

Contrôles non destructifs des assemblages soudés - Contrôle


par ultrasons - Caractérisation des indications de soudures

Zerstörungsfreie Prüfung von Schweißverbindungen - Non-destructive testing of welds - Ultrasonic testing -


Ultraschallprüfung - Charakterisierung von Anzeigen in Characterization of indications in welds
Schweißnähten

Le présent projet de Norme européenne est soumis aux membres du CEN pour enquête. Il a été établi par le Comité Technique CEN/TC
121.

Si ce projet devient une Norme européenne, les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC,
qui définit les conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la Norme européenne.

Le présent projet de Norme européenne a été établi par le CEN en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version dans
une autre langue faite par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale et notifiée au Centre de Gestion
du CEN, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants: Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie,
Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte,
Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

Les destinataires du présent projet sont invités à présenter, avec leurs observations, notifications des droits de propriété dont ils auraient
éventuellement connaissance et à fournir une documentation explicative.

Avertissement : Le présent document n'est pas une Norme européenne. Il est diffusé pour examen et observations. Il est susceptible de
modification sans préavis et ne doit pas être cité comme Norme européenne

COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION


EUROPÄISCHES KOMITEE FÜR NORMUNG
EUROPEAN COMMITTEE FOR STANDARDIZATION

Centre de Gestion: rue de Stassart, 36 B-1050 Bruxelles

© 2007 CEN Tous droits d'exploitation sous quelque forme et de quelque manière que Réf. n° prEN 1713:2007 F
ce soit réservés dans le monde entier aux membres nationaux du CEN.
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Contents Page

Avant-propos...........................................................................................................................................3
Introduction .............................................................................................................................................4
1 Domaine d'application.................................................................................................................5
2 Références normatives................................................................................................................5
3 Critères........................................................................................................................................5
3.1 Généralités..................................................................................................................................5
3.2 Conventions utilisées..................................................................................................................6
3.3 Critères du pouvoir réfléchissant (Étapes 1 et 2).........................................................................6
3.3.1 Faibles amplitudes (Étape 1) .......................................................................................................6
3.3.2 Fortes amplitudes (Étape 2).........................................................................................................6
3.4 Critères de la réflectivité directionnelle .......................................................................................6
3.4.1 Applicabilité.................................................................................................................................6
3.4.2 Étape 3.........................................................................................................................................7
3.5 Critères de l’aspect de l’écho statique (Étape 4)..........................................................................7
3.6 Critères du comportement de l’échodynamique transversal (étape 5) ........................................8
3.7 Examens complémentaires.........................................................................................................8
Annexe A (normative) Classification des indications internes de soudure – Organigramme de la
procédure ....................................................................................................................................9
Annexe B (informative) Réflectivité directionnelle ................................................................................. 14
Annexe C (informative) Typologie des échodynamiques de base des réflecteurs................................. 15
C.1 Type 1........................................................................................................................................ 15
C.2 Type 2........................................................................................................................................ 17
C.3 Type 3........................................................................................................................................ 19
C.4 Type 4........................................................................................................................................ 21
C.5 Type 5........................................................................................................................................ 23

2
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Avant-propos
Le présent document (prEN 1713:2007) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 121 « Soudage »,
dont le secrétariat est tenu par DIN.

Ce document est actuellement soumis à l’Enquête CEN.

Le présent document est destiné à remplacer l’EN 1713:1998.

3
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Introduction

Le caractère volumique ou non volumique d’une indication dépend de plusieurs paramètres :

 techniques de soudage ;

 position géométrique de l’indication ;

 amplitude maximale d’écho ;

 réflectivité directionnelle ;

 profil de l’écho statique (c’est-à-dire A — SCAN) ;

 comportement dynamique de l’écho.

Le processus de classification suppose d’examiner chacun de ces paramètres et de les confronter de façon à
arriver à une conclusion fiable.

Le schéma décisionnel donné en Annexe A en tant que guide, s’applique, dans le cas général, à la
classification des indications internes de soudure. Il convient d’appliquer ce schéma décisionnel en
conjonction avec les deux premiers paramètres listés ci-dessus et de ne pas l’utiliser isolément.

4
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

1 Domaine d'application

La présente norme définit la manière de caractériser des indications internes en les classant en indication
volumique ou en indication non volumique.

Cette procédure est également applicable aux indications débouchantes après élimination de la surépaisseur
de la soudure (voir Figure 1).

Dimensions en millimètres

Légende
A Soudure arasée

Figure 1 — Position des indications d’une soudure

2 Références normatives
Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour les
références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition du
document de référence s'applique (y compris les éventuels amendements).

EN 1714, Contrôle non destructif des assemblages soudés — Contrôle par ultrasons des assemblages
soudés.

3 Critères

3.1 Généralités

La classification effectuée résulte de l’application en cascade de plusieurs critères discriminatoires aux


éléments suivants :

 pouvoir réfléchissant ;

 réflectivité directionnelle ;

 allure de l’écho (A-SCAN) ;

 comportement dynamique de l’écho.

Il est recommandé d’utiliser les mêmes traducteurs pour la détection des indications et pour la classification.
La procédure en cascade normalise un système de classification. Plusieurs valeurs seuils sont définies en
décibels (dB), soit par rapport à la courbe amplitude distance (CAD) soit par rapport aux hauteurs d’écho
maximum de la discontinuité entre différentes incidences de contrôle.

5
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Des valeurs seuils pour les différentes étapes de la procédure sont proposées dans le Tableau A.1.

La procédure en cascade comporte cinq étapes :

 étape 1 : éviter de prendre en considération les indications peu réfléchissantes ;

 étape 2 : classifier toutes les indications fortement réfléchissantes comme des indications non
volumiques ;

 étape 3 : caractérisation préférentielle des manques de fusion ;

 étape 4 : caractérisation préférentielle des inclusions ;

 étape 5 : caractérisation préférentielle des fissures.

NOTE Les indications résultant de la combinaison d’un manque de fusion et d’une inclusion sont caractérisées en
indications non volumiques par la procédure en cascade. Un exemple de ce type de défa ut est donné en Figure A.3.

3.2 Conventions utilisées

Les échos de référence doivent être obtenus sur le réflecteur cylindrique (trous de 3 mm de diamètre percés
latéralement).

Par convention :

 une valeur seuil négative signifie que l’indication est moins réfléchissante que la référence ;

 une valeur seuil positive signifie que l’indication est plus réfléchissante que la référence.

3.3 Critères du pouvoir réfléchissant (Étapes 1 et 2)

3.3.1 Faibles amplitudes (Étape 1)

On admet qu’une indication moins réfléchissante que le seuil T1 (CAD – 10 dB) n’est pas significative.

Pour des applications particulières, cette valeur T1 peut être abaissée (c’est-à-dire, CAD – 12 dB) si cela est
défini par spécification.

3.3.2 Fortes amplitudes (Étape 2)

On admet qu’une amplitude d’écho au moins égale au seuil T2 (CAD + 6 dB) est due à une indication non
volumique.

3.4 Critères de la réflectivité directionnelle

3.4.1 Applicabilité

L’étape 3 de l’organigramme de la procédure doit être applicable soit à toutes les indications, soit, si cela est
spécifié, seulement aux indications dépassant les longueurs suivantes :

 t pour la gamme d’épaisseurs 8 mm ≤ t < 15 mm ;

 la plus grande des deux valeurs t/2 ou 20 mm pour les épaisseurs supérieures à 15 mm.

Pour les indications qui ne dépassent pas la longueur spécifiée, se rendre à l’étape 4.

6
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

3.4.2 Étape 3

Conditions d’application :

a) une comparaison des réflectivités directionnelles ne doit être effectuée que s’il est certain que les échos
comparés proviennent bien des mêmes réflecteurs ;

b) la comparaison doit être effectuée sur la zone correspondant au pouvoir réfléchissant maximum le long
de l’indication ;

c) lorsqu’un traducteur droit et un traducteur d’angle sont utilisés, leurs longueurs d’onde doivent être
similaires (par exemple, 4 MHz pour les ondes longitudinales et 2 MHz pour les ondes transversales) ;

d) lorsque plusieurs angles d’incidence sont utilisés, les différences entre les angles nominaux de réfraction
doivent être égales ou supérieures à 10° ;

e) lorsque la comparaison est faite entre un faisceau traversant la soudure et un faisceau ne traversant pas
la soudure, l’atténuation de la soudure doit être prise en compte.

NOTE Les éléments suivants peuvent avoir une incidence sur les résultats :

 la densité des ségrégations dans le métal de base ;

 le non parallélisme des faces dans la mesure où le contrôle au rebond est utilisé ;

 l’anisotropie du matériau.

Pour le critère ci-dessous, l’écho de plus forte amplitude (Hdmax ) par rapport à la courbe CAD, obtenu pour
l’indication, est pris comme référence. L’écho d’amplitude le plus faible (Hdmin), par rapport à la courbe CAD,
obtenu pour les autres directions, est comparé à Hdmax .

Pour satisfaire à la réflectivité directionnelle, les conditions suivantes doivent être réunies simultanément :

1) le pouvoir réfléchissant de l’indication, pour au moins l’une des directions, est supérieur ou égal à
T3 (CAD – 6 dB) ;

2) il y a une forte réflectivité directionnelle se manifestant de l’une des façons suivantes :

a) une différence d’au moins 9 dB entre deux réflectivités directionnelles, si le contrôle est effectué
en ondes transversales ;

 Hdmax – Hdmin  ≥ 9 dB, ou

b) une différence d’au moins 15 dB entre une réflectivité directionnelle effectuée en ondes
transversales et une réflectivité directionnelle effectuée en ondes longitudinales :

 Hdmax - Hdmin  ≥ 15 dB.

Les réflectivités directionnelles résultent de l’association d’un angle de réfraction et d’un mode de travail
(demi-bond ou bond). Voir Figure B.1.

Un exemple d’application de ces critères est donné en Figure A.2.

3.5 Critères de l’aspect de l’écho statique (Étape 4)

A ce stade, l’aspect de l’écho statique (c’est-à-dire A-Scan) de l’indication est comparé à celui obtenu sur le
réflecteur de référence (réflecteur cylindrique à trous de 3 mm de diamètre percés latéralement).

7
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Si l’aspect de l’écho statique est unique et régulier, l’indication est classée volumique.

Si l’aspect de l’écho statique n’est ni unique ni régulier, on passe à l’étape suivante de la procédure.

3.6 Critères du comportement de l’échodynamique transversal (étape 5)

On appelle échodynamique transversal la courbe enveloppe des échos d’une indication résultant du
déplacement du traducteur ultrasonore perpendiculairement à l’indication. L’analyse prend en compte non
seulement l’enveloppe, mais aussi les comportements des échos au sein de cette enveloppe.

Les comportements observés peuvent être classés en quatre types donnés en Annexe C.

La classification dépend des comportements observés :

 échodynamique type 1 : indication volumique isolée ;

 échodynamique type 2 : exclus par l’étape précédente ;

 échodynamique type 3 : indication non volumique, s’il est observé pour les deux directions ayant la
réflectivité la plus élevée. S’il n’est observé que pour une direction de réflectivité, effectuer des examens
complémentaires (voir 3.7) ;

 échodynamique type 4 : indications volumiques multiples.

3.7 Examens complémentaires

En cas de doute, il convient de mettre en œuvre les examens suivants :

 utilisation de directions de réflectivité ou de traducteurs supplémentaires ;

 analyse des échodynamiques lorsque le traducteur est déplacé parallèlement à l’indication


(voir Figures C.1 c), C.2 c), C.3 c), C.4 c), C.5 c)) ;

 résultats d’autres contrôles non destructifs (c'est-à-dire radiographie).

La liste ci-dessus n’est pas limitative.

8
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Annexe A
(normative)

Classification des indications internes de soudure – Organigramme de la


procédure

La procédure est décrite par un organigramme en Figure A.1. Hd est l’amplitude de l’écho de l’indication.

9
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Figure A.1 — Organigramme de la procédure

10
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Tableau A.1 — Différents seuils utilisés dans l’organigramme de la procédure

Seuils T1 T2 T3 T4
Valeurs seuils CAD - 10 dB CAD +6 dB CAD -6 dB 9 dBa/15 dBb
a Ondes transversales.
b Entre une incidence en ondes transversales et une incidence en ondes longitudinales.

Étape 1 (T1 = CAD - 10 dB) : c’est-à-dire qu’il n’y a pas de classification si l’amplitude de l’écho est en
dessous de cette valeur.

Étape 2 (T2 = CAD + 6 dB) : si l’écho de l’indication est au moins deux fois plus réfléchissant que la
référence, l’indication est classée non volumique.

Étape 3 (T3 = CAD - 6 dB) : si le pouvoir réfléchissant atteint au moins la moitié de l’écho de la référence et
s’il existe un déséquilibre de réflectivité égal au moins à T4, alors l’indication est classée non volumique :

 avec T4 = 9 dB pour les ondes transversales ;

 avec T4 = 15 dB entre une incidence en ondes transversales et une incidence en ondes longitudinales.

Les incidences de contrôle utilisées doivent être séparées d’au moins 10°. Les comparaisons doivent être
effectuées sensiblement dans la même zone d’indication.

Étapes 4 et 5 : ces critères doivent être satisfaits pour au moins deux incidences de contrôle.

Étape 5 : si l’échodynamique n’est pas de type 3, l’indication est classée volumique.

Les types d’échodynamiques sont définis en Annexe C.

NOTE Il convient d’obtenir les échos de référence sur un réflecteur cylindrique (trous de 3 mm de diamètre percés
latéralement).

11
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Légende

X Amplitude, en %
Y Déplacement du traducteur, en mm
A Position 1
B Position 2
C CAD
D CAD – 9 dB

Figure A.2 — Exemple d’application des critères de réflectivité directionnelle

12
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Figure A.3 — Exemple de combinaison d’une inclusion et d’un manque de fusion

13
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Annexe B
(informative)

Réflectivité directionnelle

a) Onde transversale, T

b) Onde longitudinale, L

Légende
A, B, C Positions du traducteur
D Arasage local
L Onde longitudinale
T Onde transversale

Figure B.1 — Angles d’incidence de contrôle

14
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

Annexe C
(informative)

Typologie des échodynamiques de base des réflecteurs

C.1 Type 1

Réponse d’un réflecteur ponctuel, Figure C.1. Pour toute position du traducteur, l’aspect de l’écho statique
(A-Scan) est unique et en forme de pointe. À mesure que le traducteur se déplace, l’amplitude augmente
régulièrement jusqu’à un niveau maximal unique avant de décroître doucement jusqu’au niveau du bruit de
fond.

15
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

a) Position du traducteur d’écho statique (A-scan) et variation de l’amplitude du signal

b) Occurrence type dans le sens de l’épaisseur

c) Occurrence type dans le sens latéral (longueur)

Légende
A A-scan
P Position du traducteur
R Réflecteur
V Variation de l’amplitude maximale du signal
W Soudure
X Amplitude
Y Plage

Figure C.1 — Réponse ultrasonore de type 1

16
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

C.2 Type 2

Réponse d’un réflecteur lisse étendu, Figure C.2. Pour toute position du traducteur, l’aspect de l’écho statique
(A-Scan) est unique et en forme de pointe. Lorsque le faisceau ultrasonore se déplace sur le réflecteur, l’écho
s’accroît régulièrement jusqu’à un palier et se maintient, avec de faibles variations d’amplitude pouvant
atteindre 4 dB, jusqu’à ce que le faisceau s’éloigne du réflecteur, alors l’écho décroît doucement jusqu’au bruit
de fond.

17
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

a) Position du traducteur d’écho statique (A-scan) et variation de l’amplitude du signal

b) Occurrence type dans le sens de l’épaisseur

c) Occurrence type dans le sens latéral (longueur)

Légende
A A-scan
P Position du traducteur
R Réflecteur
V Variation de l’amplitude maximale du signal
X Amplitude
Y Plage

Figure C.2 — Réponse ultrasonore de type 2

18
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

C.3 Type 3

Réponse d’un réflecteur rugueux étendu. Il existe deux variantes de ce type, en fonction de l’angle d’incidence
du faisceau du traducteur sur le réflecteur.

Incidence quasi-normale, Figure C.3. Pour toute position du traducteur, l’aspect de l’écho statique (A-Scan)
est unique mais déchiqueté. Selon le mouvement du traducteur, d’importantes (> ± 6 dB) fluctuations
d’amplitude peuvent se produire aléatoirement. Les fluctuations sont dues à la réflexion de différentes facettes
du réflecteur, et à une interférence aléatoire des ondes diffusées par des groupes de facettes.

19
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

a) Position du traducteur d’écho statique (A-scan) et variation de l’amplitude du signal

b) Occurrence type dans le sens de l’épaisseur

c) Occurrence type dans le sens latéral (longueur)

Légende
A A-scan
P Position du traducteur
R Réflecteur
V Variation de l’amplitude maximale du signal
X Amplitude
Y Plage

Figure C.3 — Réponse ultrasonore de type 3

20
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

C.4 Type 4

Réponse d’un réflecteur rugueux étendu. Il existe deux variantes de ce type, en fonction de l’angle d’incidence
du faisceau du traducteur sur le réflecteur.

«Type de l’écho progressif», à incidence oblique, Figure C.4. Pour toute position du traducteur, l’aspect de
l’écho statique (A-Scan) présente un train allongé de signaux («pics secondaires») dans l’enveloppe de
l’impulsion en forme de cloche. À mesure que le traducteur se déplace, chaque pic secondaire se déplace
dans l’enveloppe de l’impulsion, atteignant son niveau maximal au centre de l’enveloppe, puis redescendant.
Le signal global peut présenter de larges (> ± 6 dB) fluctuations d’amplitude aléatoires.

21
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

a) Position du traducteur d’écho statique (A-scan) et variation de l’amplitude du signal

b) Occurrence type dans le sens de l’épaisseur

c) Occurrence type dans le sens latéral (longueur)

Légende
A A-scan
P Enveloppe de l’impulsion
P Position du traducteur
R Réflecteur
V Variation de l’amplitude maximale du signal
X Amplitude
Y Plage

Figure C.4 — Réponse ultrasonore de type 4

22
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

C.5 Type 5

Réponse des réflecteurs multiples, Figure C.5. Pour toute position du traducteur, l’aspect de l’écho statique
(A-Scan) présente un ensemble de signaux qui peuvent ou non être bien résolus. À mesure que le traducteur
se déplace, les signaux croissent et décroissent de façon aléatoire, mais le signal de chaque élément de
réflecteur pris séparément, lorsqu’il est résolu, indique une réponse de type 1.

23
Boutique AFNOR pour : SOCOMENIN SA le 3/12/2009 14:39

prEN 1713:2007 (F)

a) Position du traducteur d’écho statique (A-scan) et variation de l’amplitude du signal

b) Réponse ultrasonore de type 5 dans le sens de l’épaisseur

c) Réponse ultrasonore de type 5 dans le sens latéral

Légende
A A-scan
L Échos à longue distance (échos à longue portée)
P Position du traducteur
S Échos à courte distance (échos à courte portée)
V Variation de l’amplitude maximale du signal
X Amplitude
Y Plage

Figure C.5 — Réponse ultrasonore de type 5

24