Vous êtes sur la page 1sur 133

MÊM E S É R IE

A L FA R IC A ri st o t e ( 337 ) 1 vo l .

BE UR LIE R pro fe s s e u r a ré é
g g de ph ilo so ph ie .

K a nt ( 2 36) 1 vo l .

F i c h t e ( 332) 1 vo l .

C A LVE T L es i dé es mo ra le s d e M me de
S év i g n é 2 vo l .
( 41 6 Prix 1 fr . 20
C HA N T I L L ON ( G .
) S o cra t e 1 vo l .

i dée s mo ra le s d e C i c é ro n (4l )
î
BE GE B T L es
1
D UF R É C HO U ( A lfre d) . G o bi n e a u ( 41 2) 1
L es idées m o rale s d e S e ph o cle ( 41 4) 1 vol .

G I R A UD L e s i dé e s mo ra l e s d H o ra ce ( 45 1 )

1 ‘
L E NGR A N D pro f e ss e u r de
ph i lo s œ h i e . E pi c e g
Œ
e t l E pi c u ri sme ( 389 ) 1 vo l

.

M E NT R É ( F C o u rno t ( 440) 1 vo l .

S A LO MO N ( M ich e l) H T a i ne ( 2 1 0)
. . 1 vo l .

T h J o u fi ro y ( 41 3) 1 vo l

. .

A u g u st e C o m t e , sa vi e e t sa do ctri ne 1 vo l .

S O UR I A U pro fe s s e u r a la F ac u lté de s L e ttre s


de C a e n . L es i d é es mo rale s d e V i ct o r H u g o ( 484)

T HO UV E R E Z ( E ) pro fes se u r à l Unive rs ité de T


.

i äî ä
ou o .

H e rbe rt S pe n c e r ( 331 ) 1 vo l .

S t u a rt M ill ( 36 2)
w(
1 vo l .

D ar i n 438 Prix 1 fr 2 0
.

w(
ba ro n C a rra de ) L ei bn i z ( 42 2 ) 1 vo l
V A UX ( .
.

Ne t o n 437 ) 1 vo l
P HI L O S O PH E S ET PE NS E UR S

LA PHILOS OPHIE GRECQUE


A VA NT S OC R A T E
PA R

A lbe r t L E C L È R E

D o c t e u r è s le t t re s

a g rég é à l Unive rs i té d e B e rne



Pro fe ss e u r .

PA R I S
L I B R A I R I E B L O UD C
7 PL A C E S A I N T S ULP I C E
,
-
,

1 9 08
R e pro du ctio n e t t ra du ctio n i nte rdite s .
OUV RA G E S D U MÊME A UT E UR

E s s ai c ri t i qu e su r le d ro i t d ’
me r,
a ffi r A L CA N

Pa ris , 1 901 .

D e fa c u lt a t e v e ru m a s s e q u e n dî s e cu n d u m Bal
me s i u m , C H E VA L IE R -
MA R E S C Q . Pa ris , 1 9 01

L e M y s t i c i sme c a th o li q u e et

lA me d e D a n te ,
BL O UD , Pa ris , 1 906 .

L a M o ra le ra t i o n n e lle d a n s s e s re la ti o n s a v e c la
Ph ilo so ph i e g é né ra le , PA ! OT ,
L a u sa nne , 1 9 0
L A PHILOS OPHIE GR E CQ UE A VA NT S OCRA T E

C HA PI T RE PRE MI ER

L es s o u rc e s e t le s p re mi e rs d é bu t s
d e la S ag e s se h ellé ni q u e .

l H ellé nis me ,

L e Judéo C hri st i ani sm e
-
leu r et
fu si on et les réactions ré cipro qu es des courants
i ssus de ces deux s ources c est toute la c i vi li ,

sation A ussi l é veil du gén i e gre c qui dés avant


.

S o k ra te esquissa les prem i ers Iiné a ments de


toutes les scie nces et de to u tes l es phi losoph i es



en même temps qu il créait en tous genres de
littérat u re et d a rt des chefs d œ u vre qu i sont


d é ternels modèles doit i l être l obj et d une étude


’ ’ ’
-
,

attentive et i euse l humanité ne comm ence
p
vraiment qu avec le i inaug ra l es
m anière s d e penser Cp
q u u
oeuple
nt la prati q u e distingue
le civi l i sé du barbare et les manières de j ou i r
,

du beau qui conviennent aux esprits sachant



penser L es Grecs inven tèrent l idée de la vérité
.

humai ne car l es pre miers ils Iaï cisèrent l a


,

recherc h e du vrai m ême i ls eurent l es pre ,

m i ers une i dé e exacte d e ce qu i l faut ente ndre ’

par v é r i t é tand i s qu au r eg ard des autr es peu



6 LA PHI L OSO PHI E G RECQU E AVA NT SO CR AT E
pl es celle ci devait a sa di gnité de touj o u rs appa
-

ra itre comme q u el q u e ch o se d éton na nt de ’

mystéri eux de plu s o u m oins analog u e à u ne


,

révélation elle fu t p our eux ce qu i doit ê tr e


,

intelligible de soi conforme a la l u mière nat u ,

relle de l esprit ex m

es s i o n et miroir de l espri t

même L art véritable est éga leme nt leur dé c o u


verte ai ll eurs m ê lé de p u éri lité maladroit o u ,

bizarre i l est en Grèce le riva l heure u x de la


,

nature habi le et faire plus beau et p lus int er é s


,

sant qu elle sans cesser p o urtant de s y relier


’ ’

a pte a maintenir en toutes ses créati ons un



équilibre parfait entre le réel et l i déal .

L Hellé nis me doit donc ê tre j usque dans s es


origines le premier suj et d étude p our qui veut


,


comprendre l évol u tion des sociétés h u mai nes
supérieures O n ne saurait exagérer l impo r.

tance d une méditati on approfondie de ses pre


miers co mmencements A les a nalyser a suivre .


,

les e fforts de l esp ri t grec vers sa p leine maturité


o n aperçoit e t q u elles qualités de race et de


terroir l helléne dut l e privilège de devenir l e

premier exemplaire de l homme vraiment ’

homme on ne peut en particulier comprendre , ,

S o k ra te P laton et A ristote et savoir comment


, ,

ils fu rent p ossi bles si l on i g nore l es A nté s o cra ,


ti ques c est grâce a ces derni ers do nt l é po qu e


,

fut l âge héroï q u e de la philosophi e qu ils


,

purent édifier des monuments dont pl u sieurs


parties demeurent encore intactes E t combien .

de germes précie u x l es grand s S ocrati q u es


laissèrent ils dormir ! Des esprits moins ori

g in a u x les ont rec u e i llis et fait prospérer p lus


o u mo ms j us q u a l aube du mo y en âge A u j o u r
’ ’
.
LA PHI L O S O PHIE GRECQUE AVA NT S O C R ATE
d hu i,

l histoire des précurseurs mi eux connue

, ,

les montre plus vénérables qu i ls n a ppa ra is ’ ’

sa ient aux G recs mêmes dont nous sommes les ,

fils spirituels au moins autant par ce qu i nous


rattache aux A nté s o cra tiqu es que par ce qu e
nous devons a leurs plus gl or i eux successeurs .

C est bien a la race hellén i que q u i l faut faire


’ ’

le pr i ncipal honneur de la culture mervei ll euse


O ù ell e attei gn i t E ll e ré s u lte sans doute de
.

croisements nom breux ; des a b ori gènes peut


être touraniens des asiati q u es aryens et s é mites
, ,

des arye ns descendus de l E u r0 pe centrale ’

vo ilà l es éléments dont la synthèse d ailleurs ’

favorisée par diverses c i rconstances de temps


et de l i e u const i tua le p euple grec A insi parfois
,
.

l e hasard des mélanges Opè ré s par le p ot i er


a b out i t a la créati on d un vase dont la mat iè r e

est d une beauté si u ni q u e que r i en dans ses


éléments ne paraît susceptible de l eX pliqu er ’


.

O n p eut passer légère ment sur l é nu mé ra tio n


des origines de ce p e u ple et m ê me sur la dis


tinct i on j adis j u gée capital e des I oniens et des
, ,

Doriens L es premiers ont été d une mani è re à


.
,

.

p eu près constante les initiateurs et l es maître s


,

des autres et non seul em ent l es pl us anciens


,

p i onniers ma i s les Doriens et les représentants


des autres races assoc i ées de celles q ui
ava i ent d ej a fait l eurs preuves comme la race ‘

mycéni enne o u cette autre pl us ancienne qu e des


fouilles récentes ont révélée et de celles qu i ,

ava i ent seulement cons ervé l e souvenir de l oin


ta i nes traditi ons o u qu i ava i ent attend u qu un e ’

i mpulsi on leur vint du deho rs sur ent apporter


une colla b orat i on préc i eus e et ces I oni ens q u i
8 L A PHILOS O PHIE GR E C QUE A V A NT so oa n s

j o i gna i ent a un esprit d une ori gina lité et d un e


,
’ ’

vivacité extr ê mes des connaissances et d e s


,

goûts p u isés a u x source s arye nnes les p lus


p u res et les p lu s ri ches à des sources sémiti q u es
,

aussi spécialement p our ce qu i concerne pro


,

p r e m e n t la science P ar b onheur . les I oniens ,

avai ent assez oublié le détail des doctrines de


leurs pères p o ur que leur pensée dégagée des ,

ba ndele ttes séculaires se pût déployer en toute ,

liberté ils s en so u venaient j uste assez po u r


que ces doctri nes transpla ntées et transposées


,

dans le mode philosophique pussent épanouir ,

e n frondais o ns rationne lles tout l e mei lleur de s


richesses acc u mulées dans l es tro ncs a u g u stes
de la for ê t mysti que qui couvrait la p lus grande
partie de l Orient ’
.

L E g ypte et la C hald ee fournirent a la Grèce


des noti ons scien ti fiq u es imp ortantes bie n que ,

fru stes p o u r la plupart c est d A s ie d une ’ ’

,

ma nière générale qu elle reç u t directement o u


,

no n les éléments de ses t h éogonies et de s es


,

co s mogonies primitives L a reli gion hel léni qu e .

offici el le contenait bien des parties qui fu rent


probab lement réinventées en Hella de après avoir
été imagin é es ai l leurs ; i l est cer tai n pourtant
qu e lle fu t largement tributaire de l étrange r
’ ’

tous les lu do E uropéens c ompo se nt u n gro u p e



u e l on ne p eut regarder comme ficti f mai s
qe même que les Grecs élaborère nt au p oint de ,

les rendre méconnaissabl es le u rs empr u nts ,

divers aux anc ê tres comm u ns des lu do E uro -

p eens o u a u x H i ndous ou aux I ra ni ens o u


, , ,

encore a plusieurs p euples sémiti ques ils cré è ,

rent u ne sci enc e et une phi loso ph i e très di


L A PHI L O SOPHI E G RECQU E A VA NT SO C RAT E 9

rentes de leurs idées reli gieuses offic i e lles .

L eu rre lig io n o ffici e lle dé po u rvu e o u à pe u près


,

de mystici té chef d œ u vre harmonieusement


,

confu s d un e imaginati on to u t esthétique amo


ra lis te et était si l oin de po u



voir inspirer le savant et l e p hiloso phe qu elle ,

était même i mpropre a s a ss imiler notablement ’

avec le temps des noti ons scientifiq u es e t phi


,

lo s 0 ph i qu es p our l a li ttérat u re et l art se u ls ’

e lle pu t quel que chose C”e l i



.
-
a
ä O r e nt ne
donna pas seuleme nt a là rè ce l es éléments qui
formèrent l e fo nd de sa religi o n pop u laire et l a
base première de ses progrès i ntel lect u e ls i l a

le droit de revendi quer une part de ce q u i l y eut
de plus él evé dans la pi été g recque , qu i n avait ’

rien a voir avec le c u lte public l equel no us ,

masque trop l autre E n e ffet si les spécula ti ons



.
,

h il hi

p o s 0 p c o-
reli gieuses de l A s i e loi n taine ’
n a
g i re n t guère d i rectement sur l es H ellènes la
di ffu si on chez eux de certains Mys tères de 1 Or ,

h i m l H ll d

p s e surtout fut la,


pénétrati on de e a e
par l Orient et a u ssi par l E g ypte qu i se rattach e

,

plus encore à l Orient qu elle ne s en distingue


’ ’ ’
.

L es p enseurs grecs sont l es héri tiers les elabo ,

ra te u rs définitifs et ori ginaux des do ctrine s


orie e
e

i rrati onal i t é de _

E èÎi è s t pas au

dans sa parti e
ti que des idées ,
LA PHIL O SOP H I E G RE CQUE AVA NT S O CR ATE
m orales o u mème des symboles co smo lo g i qu es
d un séri eux profond mais la même elle n était
’ ’

p oint de nature a beaucoup ai der l espri t gre c ’

dans la p o u rsuite de ses hautes destinées spiri


tu elles plus rituel que religieux était l e culte
la moral i té familia le o u civi que notablement ,

uti li taire s y s u b o rdonnait pl u s la reli gion


,

qu el le ne se relevait par elle et la cosmologi e


n arrivait pas a se dégager des mythes dont le


S OUS
q
tout compte
la reli gi on entendons la re ligi on vérit a ble
, ,

se p er fectionna davantage grâce a la philosophi e


que ce lle ci ne fit grâce a la re li gi on o ffici elle et
-
,

que cette dernière n aida l e vrai esprit reli gie u x ’

a se forme r L e s Mystères d u ne part et de



.
,

l autre un sentiment mo ra l i ndivi due l familial


o u civi que tout spontané ont été les agents pre ,



miers de l éd u cati on re ligieuse des Grecs et
nand la p h i l osophi e théori que et prati que ,

ont la gen è se chez eux est dans une large , ,

mes u re indépendante des causes qui la firent


p nr
e i d e aille u rs bé né fic ia des progrès de la,

reli gi osité ell e ne fit en partie qu e reprendr e


,

son propre bien car c est e lle qu i avait confirmé ,

l œuvre de ces agents pri miti fs dont elle était


certes tri butaire elle mème mai s no n pas entiè


,
-
,

rement A la reli gion o fficiel le e lle ne devai t


.
,

guère emprunter que de p oétiq u es ill ustrat io ns ,

des métaphores en somme et c est de la p i lo ,



h

S ophie des Mystères et des sentime nts moraux


,

spontanés de l h ellè ne que sa religion offici elle


tira le p eu de vra i e moralité et de vrai e religi on


L A PH ILO SOPHI E G R ECQUE A V A NT SOCR ATE 11


qui se vinrent j uxtaposer a elle sans d aill eurs ,

j amais parvenir a la p énétrer bien avant .

I l est manifeste que les éléments di rons nous ,


p ositivistes ? de la s pé culation grecq u e dérivent ,

p our une part de l o bh g a t1 0 n où elle fut de ne


pas s inspirer beauco up des I dées reli gi euses


courantes R i en ne p ortait la reli gi on o ffi ci ell e


.

a être très t rac a ssi èr e elle la issa faire o u a peu


_


près l esprit laï que qu elle eût plus gê né que

serv i s i moins p oét i que et moins romanesque


, , ,

ell e e û t pu se faire passer pour une doctrine


prop rement métaphysi qu e et morale S on infé .

ri o rité a ces deux p oints de vue autant qu e la ,

vive intel l i gence des Grecs qui exi geai ent pl u s ,

que ne p o u va i t donner la reli gi on eX pli qu e ,

comment la pensée li bre put pre ndre che z eux


u n tel essor P arallèlement c est a la di f

. fusi on des ,

do ctrines des Myst è res qu i l faut rapp orter sur ’

tout la préparati on p ro gress i ve de l â me gre cque ’

au christianisme L es croyances c ommunes .

engag eaient si peu que l o n p ouvait se disp enser ’


de l es abj u rer lors m ê me qu on professait une
,

philosophie cette p hilosoph i e fût el le athée —

o u une rel ig i on plus pure que celle de la foul e


ce n était en réalité r i en affirmer du to ut que de

s associ e raux fê tes aux sacrifices aux cortèges


, ,

tradit i onnels .

O n ne saurait p ourtant n i er que durant to u te ,

l an ti qu i té i l n y eut des esprits prenant au sé


,

rie u x le polyt h éi sme c ourant un haut degré de


superstition nous p o uvons l e constater a u j o u r
,

d h u i mêm e p eut s accorder avec un d evelop

pement i ntellectuel déj à considérabl e et a ve c


une p i été somm e tout e véri table la simple pos
LA PHIL O SOPHIE GRECQUE AVA NT SOC R ATE
s i bilité de mêler à cette superstiti o n que lques
, ,

i dées morales dont p lu sieurs au reste semb lent , ,

exi ger l existe nce de réa lités mystéri euses et la


possibi lité de superposer au panthéon vénéré , ,

u n vag u e dieu supr ê m e qu i re nde m o ins étra nge


l ensemble des ê tres divi ns

l esq u el s devien ,

nent comme ses fils o u ses mandataires ,

exp li quent fo rt bien u n fait do nt la froi de raison


s ét o nne j u sq u à s en scandaliser
’ ’ ’
.

U n m oment vint où la phi losophie helléni que


se perdit da ns u n mysticisme a u ssi domma

g e a ble a la re li gi on qu à la philosophi e p eut


ê tre la prép o ndér a nce finale de cet élé ment eu t
e ll e po u r ca u se première la divergence i ni tial e
de la pensée reli gie u se et de la pensée philo so
p qh i ue E n .e ffet dans la mesure où cel,le c i —

s i ns pi ra i t des Mystères et c est par e u x


’ ’

s u rtout q u elle s était origi naireme nt teintée de


’ ’

re li gi on elle devai t sembler a de nombreu x


esprits reveni r par un déto u r a la s u perstition
d e la u ne phil osophi e de te ndance assez maté
ri a liste et par réaction
, ,
une autre trop mys ,

ti qu e L élément qu i eût dû servir simplement a


.

achever l a ph i losophie en l invita nt à introduire ’

avec di scréti on l e so u ci du divin dans sa dia


,

lec ti qu e fin i t ar l a bs o rber par la d é nat u rer



.
, ,

A côté des phi o s o ph es qui ne cr o yaient po u voir


mi eux fai re que de donner le s mains a ces
en nemis de to u te religion dont le v siècle a vant e

notre ère compte d ej a des représentants i l n y


eut pl u s de place parmi les pense u rs do nt la ,

doctrine n était pas la négati o n m ê me de la


philosophi e que pour des théorici ens mysti ques


,

a l exc è s dont la raison se l eurrait des co nce p


,
L A PHILOSOPHIE GR E CQUE AV A NT SOCRATE 13

tions le s plus fantasti ques O n les préféra aux .

a u tres parce que le u rs chimères trompaie nt du


moins c e tte soif d idé a l dont l â me huma i ne ne ’ ’

se peut guéri r ; mai s combi en i ls d u rent faire


de scepti ques qui ne l aurai ent pas été si philo ’

S ophi e et religi on avai ent mi e u x c o nnu l eurs


limites resp ectives ! P our cela hélas il eût , ,

fall u a u x Grecs u n espr i t criti q u e qu i ne devait


réellement a ppa ra itre dans l humanité que bien ,

plus tard .

S ans auc u n do ute l es premiers pense urs ,

grecs crurent fai re plutôt ce qu e n o us appelons


de la sci ence pourtant i ls firent non pas excl u ,

s i ve ment mais s u rto ut ce que n ous ap pel leri ons


, ,

auj o u rd hui de la phi losophi e des sciences et de


la métaphysi q u e N o u s les j ugeons en général .

très apri oristes et i ls le sont trop comme i ls


, ,

sont a u ss i trop phil osophes où i l convi endrai t de


Lêtre m oi ns mai s l esprit h u main n était pas
’ ’ ’

mûr al ors pour la recherche ind u c tive p u re


, ,
.

T o u te fois ils s eñ o rcè rent le p lus so uvent de


’ ‘

dégager les généralités dont i ls faisai ent usage ,



de l o bservation même du monde rée l ces pen
s eu rs qu i veu lent être des physiciens et des
,

mathématici ens sont plutôt phi losophes parce ,



qu ils ne savent pas encore combi en le mo nde
est complexe difficil e et observer lent a livrer a
, ,

l espri t de quo i bâtir dé du ctivement sans risq u er



de s égarer L a sagesse dont i ls se di sen t les
.

amis embrasse d ab ord i nd i st i nctement to u s le s


genres de sc i ence qu i sont a leur p ortée et ,



j usq u à cette expéri ence de la v i e que l on

acqu i ert en voyageant j usqu au x not i ons g ê né ,


ral es sur les hommes et sur les c h oses q u i aident


14 L A PHIL O SOPHIE G RECQUE A V NT SO C R AT E A

a se conduire ave c prudence et di gnité H érodote .

a ppelle aussi les sages des S ophi stes c est chez ’

lu i qu e se trouve pour la première fo i s le terme


de phi lo s 0 ph e et s i l faut l en croire Pythagore
, ,
’ ’

a u rait créé ce vo ca ble do nt le sens se restrei gni t ,

d u rant toute l antiquité sans j amais devenir


i dentique a celui q u on adopte a u j o urd hui la ’ ’

théol ogie devait se disting u er de la p hil osoph i e


avant que l es sciences s e séparassent de celles
ci .

L a moral e occupa pe u les A nté s o cra ti qu es ,


soit q u e lle le u r semblât co mme une annexe des

croyances re li gi e u ses o fficielles soit qu il s la ,


c onfondi ssent avec la légis lation ou avec sa mise


e n prati que si di ffi ci le e t ramener à u ne form e
,

s cientifique L es mora listes de c e s temps le sont


. .

e n psycholog u es et en utilitaires et ils sont plus ; ,

v o lontiers p oètes que phi losophes L a moralité .

précéda de très l oi n la morale chez les Grecs de


t rès bonne he u re i ls pratiq u èrent l e c u lte des
vertus familiales e t de l h é ro i s me civi que mai s ’ ‘

c est seuleme nt avec S o k ra te que la morale entra


véritab lement dans la phi losophie encore est


e lle c h ez lu i ri g o u reu s ement u ti litaire I l se peut
, ,
.

q u e n consacrant la vertu par l e m oye n de sym


b oles dont la valeur était surtout esthéti qu e et ,

d e règles c u ltue lles dont la maj esté était s u rtout


politi que la religion o fficielle ait contri bué à
,
.

emp ê cher les philosophes de s intéresser tôt à la ’

m orale dont l alliance avec elle était une pauvre


,

recommandation Faut i l regretter b ea u coup


.
-

que la mora le ait dû ê tre dans u ne large me ,

sure élab orée pa r des philosophes p urement


,

t els C omme leur h i stoi re la littératur e des ,


16 L A PHILOSOPHI E GR E C Q DE A VA NT SOC R AT E
toute espér a nce de sorte qu e la réflexi on ne
l eur déc o ns ei lla pas l e ffort P l u s tard i ls n eu ’
.
,

rent qu à se so uvenir d es nobles acti ons des


anc ê tres et re lire les paro les i n5 piré es zä le u rs


, .

l égis late u rs et a l eurs poètes par le so u ci du


b i en généra l par l amour de la nat u re et de la
,

b ea u té p o u r m ettre au j o u r u ne philosophi e
,

m ora le dont les traits essenti els ne devaient pas


s e ffa c er L es premiers représentants de la cul

.

ture he lléni qu e avai ent interrogé s ans idées


p réconç u es l esprit la consci ence et le c oeur de

l homme sur ce qu ils exige nt spontanément L e


’ ’
.

bo n sens a dn ira ble de la race et non c o mme ,

ailleurs un g o û t étra nge p our des utopies fan


,

ta i s is te s avait guidé l es l égislateurs E t c est a



.
,

l u nivers m ê me tel qu i l apparaît a un esprit non


’ ’

préven u qu e les premiers savants qu e les pre


, ,

miers phi los o phes avaient demandé de les ins


tru ire ! C est p ourquoi si vite l e caractère s pé

, ,

c ia l de tout e la spéculati o n gre cque sem bl e


consister en u n sens à n ê tre point grecq u e
, ,

,

mais simp lement humaine dans l acceptati o n ,

la p lus a mple et la p lus é levée de ce mot N ulle .

p art ai lle u rs dans l a nti q u ité l homm e ne


,

,

vibrait com me en G rèce a u moindre évé nement


du m onde ambiant o u de sa propre vie inté
ri eu re et n était aussi apte a percevoir le rée l

tel qu i l est a l e décomp oser en concepts


abstraits a faire de ces concepts un usage


,

rationnel P o u r c o mble de bo nheur les circo ns


.
,

tances firent non seuleme nt que la re li gi on ne


,

vint point fa u sser la spéc u latio n dès sa nai s


sance mais encore qu e l idée de phi losopher
,

sur toute chose e t de systémat i ser toutes les


L A PHIL O S O PHI E G RECQUE A VA N T SOCRATE 17

connaissances acqui ses fut l ente à s imposer aux ’

esprits L a légèreté que l o n reproche a u x G recs


.

contri bua à préserver leur pensée d u n pé da n ’

t i sme préco ce qu i l eû t fait dévi er ; même n e


faut i l pas les l ouer un peu de cette frivo lité qui


les faisait si amis de to utes les n ouveautés de ,

c elles qui les arrachèrent aux routi nes aux ,

vains préj u gés comme de ce lles hélas qu i


, , ,

leur fu rent nuisi b les


L e suj et de cet op u scule étant la phi l o sophi e
des A nté so cra ti qu es nous ne to ucherons a leur ,

activité sci entifique que dans la mesure né c es


saire p o ur éclaire r le u r menta lité et leurs
concepti ons philosophi q u es ; ce lles ci forment —

d ailleurs un ensem ble très cohérent par lu i


m ê me et fort intel ligible en parti culier sans


, , ,

l aide de ces considérati o ns soc i ologi quesj ugées


i ndispensables par les partisans de L e P lay et


par l es Marxistes C ertes la genèse de tous l e s
.
,

produits de l i nte lligence humaine est humble



,
,

et to u t est con fu s aux ori gines mai s a propo r


ti on de ses pr o grès l esprit h u main imitant l e

, ,

N o u s d A na x a g o re ana ly se et disti ngue de


mi eux en mie u x ; l es discipli nes qu i l i nve nte ’

devi ennent touj o u rs plu s i ndépendantes tout e n


étant touj ours p lus suscepti b les de pr o fiter de

l exemple et de l aide des autres S i l on y re

.

garde de près le m ot attri bué a Pé rik lè s par


,

T h u cydi de N ous phi lo sophons ave c mesure


et nous aimons le bea u sans mo llesse é ta it déj â
vra i de Grecs bien pl u s anc i ens ; le m ode sui
vant l e quel ils p ensèrent au temp s de l eurs tra
vaux l es pl us magni fiques était celui suivant
l equ el s ess a ya ient d ej a a penser c eux de l eurs

'

PHI L OS OPH IE G R E C Q UB
18 L A PHI L O S O PHI E G R ECQU E A VA NT S O CR AT E
ancêtres que l o n n a ppela it encore qu e des ’ ’

sages .

On ne peut à la foi s exposer séparément .

’ ’
l évol u tion de chaque écol e et s u ivre l ordre
’ ’
de l a pparition des œuvres écloses dans l en
s emble des éc o les au cours d u ne épo que nous ’

’ ’
suivrons d u ne manière générale l ordre d ap
, ,

p a ri ti o n des grands mouvements phi losophi ques


en indi q u ant les synchr o ni smes c est la l e mei l ’

leur plan mais le meil leur nous le savons a , ,

ses i nconvén i ents L e moins bo n serait de mor .

celer les diverses doctrines en autant de c h api


tres qu i l exi ste de problèmes p our les ph ilo s o

p h e s modernes C ar i l se faut garder . par dessus -

t o ut de caractériser l es tendances de philosophes


si anciens comme o n l e peut faire qua nd i l
’ ’
s agit de systèmes venant après des siècles d a
na lys e par exemple l opp ositi o n de l a matière

,

et de l esprit ce lle de l a p rio ri et de l a p os te
,
’ ’

rio ri celle du T héisme et du P anthéisme


,
ne ,

p o uvaient être en ces temps loi ntains ce q u e lles ’

sont chez no us I l serait puéri l enfin de s é ve r


.
, ,

tuer à montrer dans l a successi on des thé o ries


,

antérieures a S o k ra te l expressi on e t l e ffet ,


’ ’

d une sorte de nécessité i mmanente a l intelli


’ ’

gence les premiers e fforts de l esprit humai n ’

po u r arriver à phi los o pher normal ement e u ssent


p u ê tre très di fférents ; on n est pas b on histo ’

r ien si l on ne sait reco nna i tre la part de hasar d


et d irra tio nnel qu i se m ê le à la l ogi q u e imma


ne nte dans t o u s l es faits h uma i ns aussi bi en

q u e d a ns tou s le s autr es .
C HA PI T RE II

T h a lè s , A n a x i m s n dre , A na x i mè n e ,

D i o g è n e d A p o llo ni e

.

I T h a lès C est a Mil et , en A si e Min eure ,



. .

q ue naquit la phi losophie grecque , avec T halès ,


qui fio ris s a it à l aube d u V I sièc le avant J C
e ’
.
-
.

C était un sage qu i fut aussi un homme p ol i


t i que , u n voyage u r curi eu x doubl é d u n habi le ’

commerçant un savant enfin qu i i nventa la


, ,

phil osophi e sans s en douter I l est p eu probable ’


.

qu i l ait découvert des vérités i mp orta ntes en


arithméti que en géométri e et en astronomi e


, ,

car i l paraît avoir tenu to ut son savoi r d e l E ’

yp te qu i l,
vi sita et des

Babylo niens voisins
, ,

es I oni ens S es tendances sci entifi ques sont


.

p l u tôt pratiques i l apprit aux E gyptiens a me


surer la ha u teur des m onuments a l he u re o ù ’


l ombre de l homme égale sa propre taille i l


tenta d expli quer l es crues du N i l appliqua a ,

la na vigati on certaines noti ons astronomi ues


et sut préd i re une éclip se mai s en se fon a nt ,

sur des re marques fa i tes par l es C hal déens dont


le sa voi r au reste éta i t tout em i ri que
, ,
.

I l conçoi t la terre comm e u n is que re p os a nt


sur l eau et provenant d une tra ns fo rma t1 o n de

’ ’

’ ’
l él ément humide ; l eau est l éternel princi p e
LA PHILO S O PHIE GRE C Q UE A V A N T S OC R A I E
' ‘

dont t o ut vient et où tout reto u rne L a voûte .

cé leste fo rme u ne demi sphère dont le so leil pa r -

court la n u it l e bord caché et nos yeux par son


, ,

é loig nement et le diamètre de cette demi sphère —

es t la largeur m ê me du mo nde C est la sa .


physi que parente des cosm o !go nies où le


,

premi er rô le est a Ok ea no s ou partagé entre


Ok é a no s et T h é tys pare nte a u ssi des c o s mo g o
,

nies égyptie nnes et cha ldée nnes .

néce s sité d exp li q u er le m o uvement pa r u ne


activité s u péri e u re i l voit partout des â me s et


,

mO n ne sait ri en de pl u s sur la philosophie d


ê me des die ux .

T ha lès et encore ce pe u qu i deme u re asse


, ,

vag u e est il c o ntesté L a g lo ire d A na x im a ndre


,

.

lu i fit t o rt ; mais i l y a la u ne i nj u sti c e car ,

A na x im a ndre e nt 1 l été p ossible sans T h a lè s 2 “


.

Q u el ab î me e ntre ce lu i ci et ce qu i le précède ! —

L es die u x do nt il pe u ple le m o nde ne sont pl us


exactement ce u x de la s u perstitio n p o p u laire ;
i l repe nse d une manière t o u te la 1 q u e la cosmo

g o ni e my th i qu e c o u ra nte ; il la simp lifie te lle


men t q u i l s é lè ve le premi er a l idée de l u nité
’ ’

, ,
’ ’

du m o nde a pei ne entrev u e par le s plu s b ra nds


,
O

mytho lo g u es ; a l idée de l u ni té de c o mp osition


’ ’
LA PHILOSOPHIE G R E C Q UE A V A N T SOCR AT E 21

monde qu e la percepti on extéri e u re et le


du ,

sens com mun ne sa u raient révéler a celle eu ,



fin de la p ossi bi lité d une expli cati on des choses
ar u n pri nci pe tiré en toute li berté d espri t de ,

expéri ence i nterprétée par la rai son A ve c lui .


,

le savoi r h u main se dégage du savoir sacerdota l


qui l é ba u ch a et de la po és i e u i n empru nta it
’ ’

a la reli g i on que po u r éloigner q


,

avantage encore
l espri t de la méditati on po sitive du réel S i

.


T ha lès et bien d autre s après lui ne se ntai ent pas
la nécessité de diviser le travai l i ntel lectuel du ,

m oins l essence formel le du vrai savoir était


désormais détermi née I ha Lès a va it mis s es s u ç , ,


,

ç ess e u rs
_ ,
m esure de marcher ”
sur
un i U n to ut S OH é n i O r
'

p yo e ü g e p u
s impl m

L e u d eva it lu i paraî tr e

g a
tÈè S propre a m pte des d i vers corp s
‘ ‘


que ren ferme l univers : elle a p our u n o bs er ,

va te u r non muni d e notre sci ence si peu de qua ,

lités défini es et néanmoins son rô le e s t si mul


,

tip le et si consi dérabl e R ien de pl us n aturel fi _

que de voir” en to utes choses de l eau tra ns fo r £ ’

Pô î 1 f Si mpliS te qu e s o it

an

la tr S

î fiii tä ï io n el le réalisait u n grand progrès s u r la


,

croyance a la pro duct i o n des diverse s c h oses


par des d i vinités d ont la généal og i e et les aven
tures expli qua i ent to us l es attri b u ts et dont les ,

at tri buts cal qués sur les q u alités des ê tres nat u
,

rel s expli q u a ient les p ouvoirs créateur s o u


,

rég u late urs D autre part q uel que pa nz o i ste que


’ ‘

.
,

so i t la ph ysiq ue de T halès, ell e di sting u e assez


la mat i ère et l e princi p e qu i l anim e p our que le

s ouci des causes e ffici entes y p rédo min e sur


celui des cau s e s finales et le sp i rit u el dis crè ,
22 L A PHILOSOPHIE GRECQUE A V A NT S O CR A T E

tement introduit dans l e mo nde qu i l décrit y ’

a ffirme ses droits sans interdire a la physique


nai ssante de v o ler de ses propres ai les L e rô le .

du S pirituel du re ste est i ci presque honoraire


, , ,

car le premier ph i losophe grec ne se préoccupa


p oint s u rt o ut du devenir des choses dont la ,

considération porte aiséme nt vers un dyna nis me


S pirit u a liste c est la substa nce des ê tres qu i


l inté res s a de préférenc e a la lo i de l eurs chan
g e ments .

Il A na æ ima ndre
. A na x ima ndre , milé si en
.

et s a ns do u te disciple de T ha lès , naquit en 6 1 0


et mo u r u t en 5 47 i l fio ris sa it vers 5 6 6 L a p oli .

ti que et la science l o ccu pè rent to u r a to u r



.

N ous n avons ri e n de ses premiers trava u x , ni


de son T raité de la N ature , la premi ère oeuvre


phi loso phi que grecque écrite en pro se Mais i l .

nous est mieux connu que T halès .

G rande fu t s o n activité scie ntifiq u e ma 1 s 1 1 ,

brilla davanta ge en physi q u e qu en ma th é ma ’

’ ’
ti que S i l n inventa pas le gnomon q u i l avait
.
,

établi a S parte i l dressa u ne premi ère carte


,

terrestre et u ne carte cél este qu i est un premier
,

essai d astro no mi e exacte I l regarda la terre .

comme u n cy li ndre dont la largeur tri p le de ,

la ha u teur ass u re à notre monde la fix ité dans


,

la S phère qu i le contient et o ù i l demeure en


équili bre grâce a ce qu i l en o ccu pe le mili eu ’
.

Des observations précieu s es sur les co ns tel


la ti o ns polaires qui ne se co uchent p oint
, ,

l avaient amené a aj outer a la demi sphère qu i


,
-

forma i t le ci el de T halès une autre d em i sphèr e ,


-
24 L A PHILO S OP HI E G R E C QUE A V A NT S OC E A T E

ti e au m oins a u ssi i mpor tante de la doctrine ato


mis tiqu e qu e l idée de la diversificati on par com

p ositi o n et disso lu ti o n c o mm u ne en s o mme a u x ,

tr o is philosophies Divine est cette mat 1 ere indé


.

terminé e d ivin ce m ouvement ét er nel comme


de natur e ci rc ul ai re ; cel n1 e1 semb l e
,
w
,

s i de nti fier ,
-b ‘

pour î î i ñ î î dî avec
e

â î â e u ne né c e s ,

sité dynami que i ndiscernabl e de la matière


m ê me L e spiri tu a li sme et la re li gi o n d u grand
.

milé s ien ne se pr é cise nt pas davantage ; mais il s


ne sont pa s nu ls comme certains l ont prétendu ;
.

car s i l en éta i t ainsi eût il péné tré d une sort e


_
’ ’

, ,

de j ustice i mmane nte pHniss a nt par la dissol u ,

ti o n les ê tres indivi d u els qu l o nt osé se former ,

cette force orga nisatri ce ou il déco uvre comm e


un inst i nct i nvi nci ble d aj outer to u j ours créa ’


ti ons et créati ons I l n a au cune ra i son de croire
au v i de ni de ho m er l univers dans le temp s
,


ou dans l espac e ; son ê tre princ ipe es t une —

ét end ue infinie 1 dent1 qu e a la matière indé fini


,

m ent plasti q u e qu i le remplit ! a t i l a chaque .


- —

i n stant une infinité de mondes o u le u r succes ,

sion seule es t elle proprement infinie I l ne no us


le dit pas .

I l est naturel que l expl i cation de t o utes c h oses


par u ne matière un i q u e ait été prése ntée par


A na x ima ndre avec u ne ad jonction qui sem ble ,

ma i s b ien a tor t fai re t ach e dans s o n système


, .

U n penseur aussi attaché qu e l ui a l obs erva tion


ü

du ré el n
Œ

e pO Va i t e n ces temps ê tre me q is te ,

sans réserve ; a u ssi tout en restant fidèle en ,

p rm c 1 pe au monisme o u vre t il la liste des pen ,


s curs qu i admirent des éléments multi ples Le .

mouv ement O péra cro i t 1 1 au s ei n de l indé ter




, ,
L A PH IL O SO PHI E G R ECQUE A VA NT SO C RA T E 25

miné une premi ère distincti on celle du froi d


, ,

et du chaud notre expéri ence les montre si


solidaires qu il est naturel de l es déclarer ’

contemporains L e u r rôle est partout vi sible il .

est d o nc tout i ndi qué de dér i ver par leur inter ,

mé dia ire le reste des corps de l indé te rminé


,

initial et tout d abord la terre qui rés u lte vrai
, ,

semblab leme nt de la s o lidifica tio n de l hu mide et ’

l air qu e la chaleur agissant sur les eaux trans


, ,

forme en vapeur si pe u différentes du flu i de que


l on respire E t ne y oit o u pas la terre et l ai r

.

produire et nourri r to u t le reste ? O n doit san s


do u te entendre par cette séparat i on des con ,

traires dont i l parle l e rés u ltat final de la disso ,

cia ti o n par le mouvemen t


,
de l h o mo g ène en ,

pe tites parties ce mê me mo uvement agrégerai t


ces parties en corps i né g alement denses dont ,

les propri étés différeraient grâce a la di fférence


m ê me de leurs densités C ette vu e qu i n est .
,

i d i

q u n qu é e ch ez lui d evait se préciser avec ,

A na x imène .

s eX l
p

i qu e le
m
_

p re ier de ces pri nci pes détermine la place de



l air cel le du fe u celle de la te rre j adi s to ute
, ,

couverte d eau comm e l e p ro uvent les co qu il



lages qu on rencon tre j u s que s u r les montagnes ;
les de u x principes réunis rendent c ompte des
phénomènes at mo sp h éri ques et l e second
cause ces tourbillons ces anneaux d a ir feutré ,

a travers lesquels i l se produit des trous qui


lai ssent voir du fe u arraché aux par ties les plus
hautes du c i e l les astres ne sont pas autre
c h ose q ue ce feu L es tro u s s e b ouchent i ls ? .

26 L A PHI L O SO PHIE G RECQUE A VA NT S OC R A I E
' ‘

O n ne voit p lus l es astres . C est ainsi que se


prod u isent les éclipses .

C omme les êtres inanimés les vi vants ne sont ,

que de l h o mo g ène di fférencié la vase marine


l eur a donné na i ssance L es vivants s u pé .

ri eurs o nt pour anc ê tres les inférieurs et ,



l homme l u i même est d origine animale ; il a -

dû naître de quel que p oi sson dont il habita un


certain temps l estomac car sans c ela aurait il ’

,

pu lui le pl us mal armé pour la vi e de tous les


, ,

animaux ne p o i nt péri r aussitôt apparu C ette


2
,

.

croyance a l é vo lu tion uniœ rs elle ’

ÿ, ,

fe is d ob
” servations précises
i ns tiñ ôt ph i lo so ph i qu e
'

e rreu rs enfa nti nes


q è
"

OOm “

ü ' ‘

u nh o mmé d ê bett e époqu e rec u lée A v ec A na x i



*
“ '

co rrig é et perfecti o nné


T halès la phi losophie grec que dev i ent vrai
,

ment le commencement de la p erennzs ph ilo s o


l

p z za on voit se dessiner chez l ui d une façon ,


fug i ti ve mais par instant assez nette les diffé


, ,

rents princi pes qui commanderont to ute la spé


culati on anti que ce que sa doctrine contient de
pessimiste et ce qu il y j oint de préocc u pations

mé ta physi co éthiq u es l e reli e encore p our l e


fond aux p oètes mythologues ou gnomi ques ,

mais le rattache aussi qua nt a la ma ni ère d on t ,

i l j u ge l hom me et la vie a des phi l o sophes


p ostérie u rs qui se souviendront a p eine de son


nom .

III A . na æ imè zz e
Mile t donna aus si le j our .

a A na x imè ne C e phil osophe fio rissa it vers 5 48


et mourut vers 52 5 I l entendit A nax ima ndre .


,
LA PH IL O S O PI I I E G R ECQUE A VA NT S O CR ATE 27

auquel i l se m ontre par foi s inféri e u r mais s o u ,

vent il l e c o rri ge et lui aj o ute I l p erfecti onna .

sa philosophie sur deux points très impor tants .

E n p remi er li eu tro uvant sans doute tro p i r ,

réel l mdé terminé d A na x i ma ndre et répugnant


’ ’

,
’ ’
a voir dans l e a u de T halès l e type d u ne ma tière
prem i è re sans q u alités i l fit de l ai r l e ,

des choses O n pense .

un détermina
ti on car i l appelle aussi s o n air indétermi né ;
,

mais du m oins l air l ui semb le t il posséder ’


- —
,

avec la réalité qu i ma nque au princip e d A na x i ’

mandre tel qu e ce dernier le présente ce degré ,

d indé termina ti o n qu i l lu i veut conserver et


’ ’

q u on ne saurait reco nna itre a l eau de T halès


’ ’
.


a ra î t d aut a nt plus a te a j ouer le
p
c e S t de tous les

l’u n d…Ê Ë ÀQ Œ Êest syno ny me d âme ? I l fa u t que ’

la ma t1 è re n
re de com pte par e lle m ê me du mo u —

veme nt qu 1 est en elle car sa ns ce la s era 1 t elle ,


O r ell e doit l être et si l air est la mati ère ’ ’

Ë és t p o urt a nt point é va no u 1 ss a nte ?


f6 ti ô ii
r


Q uo i
de plus actif I l contient tout il es t en tout i l
2

.
, ,

est tout i l gouverne tout ; éternel et touj ours


,

égal a lu i m ê me i l est l é to ffe dont se forment et


-

,

ce en quoi se résorbent indéfin i ment l es mondes


il est le d i vi n même l es grands corps qui s e ,

produi sent dans son sein étant s e ulement des


di eux péri ssabl es I l est peu probabl e qu A na x i
.

m è ne comme d aill eurs A na xima ndre


,

n ai t ’
LA P HIL O SOPHIE G RECQUE A V A N T SOCRA TE
été qu en ce qu i concerne le temps
i nfini tis te

e t no n en ce qui concerne l espace b i en qu e n ’

somme l imp o r ta nce de l a ffirmat i on ou de la


’ ’

négation de l infi ni S patia l ne le ur soit p oint


appar u e Mais comme cel u i ci A na x imè ne


.
-
, ,

h ylo z o i s te a tenda nce pa nth é is ti qu e se p lai t


,“

a assimi ler 1 À la lo i q u 1 le Ÿé g it ä …

une né ceS s ité blé est aussi j u sti ce


a mis me ,

nd lie u ,
A na x imè ne ex pr1 ma nette
ment une thé o r1 e qu 1 seulement s é ba u ch e chez ’

son prédécesse u r a conde nsation


et a la ra ré fa c t1 0 n

avoi r p a s ’

L air en ’

s é pâ is is puis ea u

p u i s terre pu i s pierre ; en se ra ré fia nt il devient


, ,

fe u T o u tes l es q u a lités sensi bles rés u lt ent de


.

ces de u x e f fets du mouvement mais i l e n e s t


quelq u es u nes dont la perception est re lativ e
-

aux conditi ons dans l esquel les elles s o ffrent a ’

nos sens C ette relativi té est tout o bj ective a


.

s es yeux mais l e premier germe de la doctr i n e


,

ub j e c ti vi s te est la
Ma lhe u re u sement i l renonça pour ré tro g ra ,

der j u s qu â T hal ès a la sphère d A na x ima ndre


,

pour lu i le solei l c i rcule la nuit derri ère de


, , ,

très hautes montag nes o u p eut ê tre très l oin du —

disque terrestre en dehors de notre univers


, ,

dans l air o ù baignent d a u tres mondes S o n

.

expli cati on des astres par des vapeurs hum i de s


L A PHILOSOPHIE G R EC Q UE A V A N T SO C R A T E 29


parties de la terre et qui vont s é cha u ffa nt en ,

se di latant bril ler haut dans l e ci e l d où leur


,

chaleur exception faite p our cell e d u soleil ne


, ,

nous par vi ent pas a cause de l eur distan ce va u t ,


’ ’
tout a u tant par l esprit inventif qu elle dénote ,

et aussi peu pri se en elle m ê me qu e l ex plica —


,

ti o n proposée par A na x ima ndre Mai s en ré .


_ ,

va nc h e i l sut distin g u
,
er
” w le s éto i les fix e s …
Æ —
f
»_ m—fi

’ , , ç
t

ch a 1 t a la voûte céleste comm e


_
l

bo nnet et , dans
l espace

,
nè tes
de la demi sph ère qui ç _ ç

,

e co uvre S i l ap latit i nuti ement ’

r l la
terre et les astres afin de mie u x rendre compte ,

croyait il de l eur é qui li bre



,
te lle s des fe u i lles
s il doubla l ê tre l umineux

p ortées pa r l air ’ ’

des astres d un ê tre terreux susc epti ble de no us


les cacher parfois ÀL 9Ë ÂËÆË » d u n très gran d ,


nombre de phénomènes atmosph éri ques des ,

pro u ve nt u ne… sa g a

D io g è ne d A p o llo me

IV .

. T o ute école a ses
a ttardés les p lus prim i tives comme les autres
, .

H i ppo u de S amos ( ou de R h é g iu m o u d e Méta


p onte ) essaya mai s maladroitement de rej oin , ,

dre T h a lès au temp s de Pé riklé s et po u r ne ,

r i en dire du sici li en ldæ o s d Hime ra Di ogèn e ’

d A po llo ni e un crétoi s contemp orain d A na x a


’ ’

gore reprit les do ctrine s d A na x i mè ne C était


,

.

un peu hard 1 car les premi ers phil osophes ,

avai ent été dépassés C ependant Di ogèn e est .


,

l o i n d être nég li g eabl e



.
30 L A PHILOSOPHIE G R EC Q UE A VA N T SO C R A T E

L air esq u r lu i l e premi er p rincipe


i l en

p arl e 5 pe u mai s
voyant mie u x quelles d1 fficu lté s de détai l sou ’
l ève ce tte opinio n il s appli que a montrer co m
,

m ent l air p e u t s u ffire a exp li quer le monde O n



.


a conscie nce al ors j usq u à u n certain point
, , ,

de l importance et de la spéci ficité du psychi q u e ;


o n sent qu i l fa u t en rendre compte aussi bie n


'

que de la fo rmati on des corps D autre part l e .


,

rôle de l esprit a appar u a beauco u p comm e


devant ê tre bi en plu s consi dérable dans l orga ’


nis a ti o n du m onde q u on ne l avait pensé


d ab ord C est p ourq u oi



.

d ai l ’

leurs ne ve u t p oint renoncer a u m o nisme ,

b ue a sa matière prem 1 ere ex ,


dâ ns lé s t erme s
m ê mes q u i l convie u
‘ ‘

drait d employer po u r le N o u s d A na x a g o re
’ ’
.

E t i l cherche da ns les propri étés d u n ai r gra


du ellement moins h u mide et pl us léger la ,

cause des proprié tés vitales de l activité sen ,


s o ri elle et de l activité rati o nnell e



i l insti tue
une anatomi e et une physi o logi e afin de montrer
comme nt les veines le cœ u r et l e cerveau ,

conco urent à amener l es pl u s mer vei l le u ses de


to u tes les trans formations de l ai r D A na x imè ne ’
.

i l reti ent aussi fermeme nt la théori e de co u den


sati on et de la raréfaction ; celle ci l ui sem ble —

touj ours postérieure .

C est ainsi qu e peu a peu m ê me chez les


p enseurs qu i abandonnent l e pl u s vite l o bs er ’

vati on du réel p our se fier dava ntage aux divina


’ ’
ti ons de l esprit j usq u à la médi tation des hypo
,

th è ses métap h ysi ques l es pl us na tves réuss i t à


.
C HA PI T RE III

H éra k li t e .

subi t l influence des i dées de T h al è s


Hé ra l< li te

et d A na x ima ndre m a is i l dut vra i semblable



,

ment a u x Pythagor i c i en s son idée du ryt h me


uni verse l D a utre part ce sont les ambiti e u se s
.

spéculations des uns et des autres qui l ui ins pi


rè rent s o n déd a i n si marqué po u r la po lyma th i e
i l les met au même rang qu Hè s io de M eet

.

e t en g rande p a r ti e u n penseur ,

a u s sI ne doit o n pas se préoccup er —


beau cOu p de la d ate de son a cmé ; i l i mp orte

'

m ê me asse z peu de savoir qu i l fut en relati o n


avec les bj té a te s dont le p a radoxe inverse du ,

sien l 1 nvita h a exagérer sa pI O pre do ctrine


,
’ ‘
.

Mai s mal g ré sa p o fo nde or i ginal i té i l conv i ent


r
,

de ne a re r des prem i ers 1 0 11 1ens e ar , ,

de ses mé di tati ons es t l e deve nir


tre il trai t edu premier d une ma
,

u e a ce lle do nt c es p h i es'

sec o nd le re
in ”

e à
l E g ypte qu Hè ra k lite

doi t le pl us l i mp or tance ’

chez lu i de l élément i g né et l um i neux l e rô le


,

,

i ntel lectuel et arti ste qu i l r econnaît au pr i ncip e
des choses le sor t qu i l attr ib ue au x âmes avan t

I
PH L OS O PH IE G R E C Q UB
LA PHILO S OPHIE G REC QUE A V A NT SOCR A T E
après la m ort ses constantes antith è ses et
et ,

j u squ à la forme qu i l l eur donne rappellent des


’ ’

concepti ons des rites des hymnes d es apho


, , ,

ri smes égyptiens .

L o bs cu r et ha u tai n philo s 0 ph e d E ph è se fio
’ ’

ri s s a it vers 5 02 i l écri vit pe nda nt le premier ,

quart du V sièc le u ne œuvre dont i l no us reste


e
,

p e u de chose et qu i est bien moins scientifiq ue

que cel le d un A na x ima ndre o u d u n A na x i


’ ’

m ène mai s d u ne richesse philosophi q u e très


,

supérieure De no ble race et d un caractère très


.

droit très élevé et non moins ombrageux i l


, ,

abh o rra la démo cratie l es préj u gés de la fo u le ,

i m l

ne e p r gd ri en l uvre d erb e ’

q u c e r et oe u V e n ,

vi e du p opu la ire et la présompti o n des habi les ;


_

il lutta p our la défense du gouver nement aris


to cra ti qu e et finit par fui r ses contemp orains .

A vant de mo u rir i l confia son manuscrit au


°

t emple d A rté miS



.

S on tempérament intellectuel est remar


q u a b le … A u deh or e il voit flparto u t la c o ntra d
,
i c

ti on et la guerre au dedans parto u t des entra ,

ves a la recherche du vrai moral et pourtant il


{n e devient pas sceptique il pose comme cer
taine la doub le lo i de l écoul ement per pétuel et ’

tde l u nivers elle o pp osition A utant i l se défie de



.

’ ’
l a ppa reil artificie l des démonstrations subti les ,

a utant i l croit a sa raison qui pro clame la lo i


suprêm e du monde i l l ui semb le que de ce tte ,

lo i sa raison possède u ne i ntuition supérie u re


,

V a tout rai sonnem ent I l a ffirme de m ê me l ha r .

monie des contraires l e g ouvernement de l n ,


nivers par la raison la va leur absol u e de toutes ,

les O pin i ons théori q u es ou prati ques que celle ci —


LA PHILOSOPHIE G R E C Q UE A VA NT S OC R A I E
' ‘
35

engen dre souvent e n s a ttris ta nt de l es en ’

g e nd rer et qu e lle O ppose a u x inepties de la


pensée commu ne d o nt cependa nt e lle ne se j uge


as totalement absente S i l est un an cien dont

.

a mentalité p eu t ê tre rappro chée de cell e de


P ascal c est bie n Hé ra l< lite
,

.

L e feu s u ivant lu i es t l élément le plus propre


, ,

a rendre compte d u changement éter nel des


choses car son esse nce est la m o bilité la m obi t

, ,

lité d une chose qui pa ra i t active p ar elle même ;



-
.

S i to u t est feu tout doit sans cesse changer


,
.

C o mment l e feu devi e nt i l ea u et l eau terre et -


,

so u ffle sec o u i gné o u air C omment l a terre ,

redevient el le de l ea u de l ea u qui re fai t de la



,


terre et du souffle sec C omment l eau ré g é nére
t el le l e feu qu e d ej a reconstitue l e souffle se c

,

qui s élève des basses régi ons à moins que ce


,

s ouffle ne se dissolve d ab ord en eau Q uel est
le mécanisme de la trans formation descendante
e t de la tra nsformati on ascendante 2 C ondensa “
.

ti on e t raréfacti on o u tra nss u bsfa ntia ti o n ? ,

H é ra k lite ne s expli que pas sur ces di ver s


points L a dispariti on de l eau est el le ce qu i


.

e X pli qu e l em bra s ement et y a t il dans l état


’ ’
— -
, ,

i l mb m

p rodu t par e r a s e ent qui détruit tout ce ,

qui est sec de quoi co mprendre la pro ducti o n


,

s ubsé quente de l h u mide 2 C omment se fait i l


’ ’

.

que ma lgré l es transformati ons de détai l où le


,

h asard paraît j ouer un rôle I embra s ement total ,


revienne touj ours après dix m i l le hu i t cents ans


T out se
36 L A PHI LO SO PHIE GR E C Q ü
E AVA NT SO CR A T E

asse z abstraite i l en faut c onve ni r qu i l nou s ’

présente comme immanente a u feu et u ne avec


lui comment do nc mal gré les déto u rs et les ,

hasards des transformations partielles le rythme ,

suivant l equel le T out s éte i nt et se rallume ’

indéfiniment est il si régulier ? I l serait i nutile


de presser les te x tes h é ra k lité ens p our trouver


une rép o nse sati s faisante a toutes ces diffic u ltés .

C est qu Hè ra k lite nest point un physicien de


’ ’


race ; dès q u i l sort du domaine de la pure


métaphysi que ses intu i ti ons sont dépourv u es
,

de toute va le u r Il revient â la co nce ption d p ne


.
_
.
ç

terre pla te ex h a la nt des vapeurs qu a limentent


le f e u si elles sont bri llantes et l eau si e lles s o nt


ob sc u res les astres ne sont po u r lu i que des


bassi ns ren versés ci rcula nt on ne sait p o u rq u oi
dans le ci el des vape u rs nées de l a terre entre
ti ennent le fe u d e ces bassi ns ; cel u i du soleil o u
de la lune se retournent ils e ntièrement vo ilà -

u ne éclip se totale ; un reto urnement partie l



expli que l é clips e partielle et les p hases de la ,

l u ne la supéri o rité lumineuse du soleil large ,

d u n pi ed pr o bablement vient de ce q u i l se
’ ’

tro u ve dans u ne atm o sphère plus pure que celle


de l a lu ne par exemp le ; tou tes les p la nètes et
les étoi les sont a u del à du solei l ; elles no u s
échau ffent moins que lu i a cause de le u r distan
ce l orage est pr o d u it par l embra s ement des
’ ’

nua g es les vi cissit u des des vapeurs engendrent


le j our et la nuit vi ctoires l un des vapeurs
, ,

brillantes l au tre des vapeurs obscures : l a lter


’ ’

nat i ve des saisons s eX pli qu e d une façon ana


’ ’
.

logue ; la m er est salée parce qu el le est la ’

sue ur de la terre etc Bref la science r ecule,


.
, ,
L A PHIL O S O PHIE G R EC QUE A V NT A S OC R A I E
' ‘
37

a vec Hé ra k lite vers des idées pareil les a celles


,

d es premiers penseurs grecs ou même a celles


d es mythologues égyptiens .

Mai s en revanche que I Hé ra k h te mé ta phys i ,


c ien es t profond ! A vant ma 1 s en "

moniste i l discerrÎé da n

, ”
de
l es rit mieu x qu e les p

Il le
e d cI
.

-
e a re mêlé à toute chose cause prem 1 ere de ,

tout événement c est po ur rendre l e monde pl us


le inement intelligible qu i l assimil e l un a


’ ’


autre le feu et l e L og o s P ar cette identificat i on .
,

i l se prive de p ouvo ir construire une théori e


mécan i ste m ê me m odérée de l univers et i l

, , ,

risque de rendre inexp li cables la consc i ence


h umaine et la p erso nnalité div i ne Mai s d autre .

part
u cun temps de remo nterj u s u â

p’ l u s gu è re en a q , _

l âÏ1Îe j u s qu au di viñ ,1p q u r rendre



{
, ” _

h è S t il n

et


pas
i dentifie ”l ê tr
’ ’ ’
rol, a qu i ”
e l ,
,
d i dentifier et activité
la IOi ? LÊ LÀ ‘ d H

aussi a k lite ,
Ë

Q ÛS è r
rel es éléments avec u ne so rte
a u reste, fñ añ œ u v

a

gène t i l beaucoup plus le


os -

1 0 1 en qu e ne font des concepti o ns fina listes


récentes et p lus subtile s N on sans doute , .

e voit pas b 1 en comment ce L og os est a l a


fois l ui m ême et le feu l e feu et le reste comment
-
, ,

i l est tout et pourtant davantage l e fond des


ch oses qu e leurs divers états le meill eur de ce ,

qui est plutôt que l e p i re ? Mais ces difficultés


s ont i nhére ntes a toutes les doctr i nes auxquelles
c o nvi ent plu s o u mo ins le nom de pa nth é is ti qu
et q uand même le feu ne sera i t p oint d i v i n i l ne ,
LA PHI LOSOPHIE G R E C Q UE A V A N T SOCR AT E
s era it moins mystérieux qu i l soit a l a fois ’

pa s
éternel et non o bstant sans cesse en voie d ex tinc ’

ti on o u de régénération Q u elq u e mo nothéiste .

r

q u e l on soit ar ive t o u à délimiter asse z bi en,


— —

l a sphère du pu r divin po u r ê tr e sûr de ne pas


fa i re tort a Dieu soit da ns la mesure où l o n dis ’

tingue de lu i l univers soit dans la mes u re o ù ’

l o n ve u t l e retrouver encore dans l u ni vers


’ ’

S oyons donc ind u lgents a H é ra k ] ite théol ogie n .

E t ne lui repro chons pas non plus t ro p vive



ment d avoir poussé aussi loin q u i l le fit ia doc ’

tr i ne de l oppositio n et de la contrad i c ti on un i

vers elles mieux vaut l e pl us so uve nt affirmer


a la foi s avec les réser ves nécessaires sans
,

doute la thèse et l a ntith è s e que de rej eter a bs o


,

lu ment l u ne o u l autre ; on ne risq u e ai nsi qu e


’ ’

, ,

d ex a g é rer des véri tés tandis qu en suppriman t


’ ’

tout a fait l une des d e ux i l y de grandes chance s


p our qu e l on erre tout a fa it s u r un p o int A ssez



.

puér i ls et artific i els sont certai ns co u p les d a ffir ’

mati ons et de négations q u i l se plaît et c o mmen ’

ter élo qu eg ç e mais ce serait _ ,

fa u s S er sa pensée qu e de l ui attrib u er l in ention



t

de nier toutes ses affirmati ons celles du o ui par ,

celles du non et celles du non par cel les du oui


ce n est ’

conteste avecWex cè s s o u vent ma 1s i l y a de la


,
flfl
_ æ v' “
,

VéPité dâ ñs son paradoxe a u x ye u x d é la s 01 ence


æ
I Œ — '
'

»
u Q ‘

laî pIŒ î fieasfñ ë : il ve ut to


' ‘

eHang ë ët qu i l y a en to u t es choses des te n



‘ “

dances de s mo u vements divers j u squ a la


,

contra d icti o n Mais de ce la il s irri te c o mme de ’


"
.

ce qu i ne devra it pas ê tre s i l s agi t de choses ’ ’

morales et S il s a g it d autres c h oses i l cro i t


’ ’ ’

, , ,
40 L A PHIL OSO PHIE G R ECQUE A VA NT S OOH A T E

mépri sable L a métaphysi que et la morale des


.

S to i ciens sont préformées dans l H é ra clité isme



comme l e théisme d A na x a g o re et cel ui de P la ’

to n m ê me H é ra k lite alluma comme Pyth a


, ,

gore le fia mh ea u m ys fiq ne théol ogi e et méta


, —M “

h
p y q s I u e m é ta h
p y
,
s moral e s unissent _

p lus f ort e m e n t
mer L e mauvai s physicien d E ph ès e est plu s
.

près de nos philosophies que ses prédécesseurs


et ses contemporains .

E t l e premier i l ébauc h a la psyc h olog i e ,


.

I dent i fier l âme avec l air i gné tout en lui do n



’ ’

nant d aille u rs l ea u pour ori gine croire que la ’

respiration entret i ent l âme ex pliqu erle sommei l ’

par u ne moindre pénétrati on et la mort par une


pénétration nulle de l air i g né dans notre corps ’

est sans doute p u éri l de même rendre compte ,

de la sa g esse pa r la sécheresse de l a ir inhal é et æ


du vice pat l humidité de cet a ir L Ma is faire d u



.
;

L og o s d ônt l i d é e prédomine ch ez lu i sur l idé e



’ ’

, , ,

de sa mat i ère la s u bsta nce m ê me de l âme est


,

une vue de géni e H é ra klite décrit ass ez mala .

droitement les causes internes de nos p erceptions


erronées mai s i l voit nette ment que la consti
, ’

tu tio n de no s s ens@nfiu e sur no s sensati ons ; i l


dénonce leur fai blesse et se rend compte des
'

empêchements que renco ntre notre faculté de


sentir dans la complexité des choses i l o se a u ,

no m de la raison ré vo quer en doute l évi dence


sensible do nt toute la force est d


PLQV E A J
& @ 11 u s 0 i re à le
Perma e en d es S
L e do g mä ti S iIié n a pa s d a ncê Îre pl us atitlî é n
. . _ ’ .

’ ’

t i que bien que des S o p hi st es soient nés dans le


,

s i llon qu i l cr eusa ’
.
L A PHIL O SOPHIE c ns co u s A VA NT S OC R A I E
' ‘

I l paraît avoir cru a la persistance de l ame ,


a
cel le même de l individu a lité ap rès la mort et

admis des sancti ons ultra terrestres ; i l croyait —

aussi a la préexistence des âmes mai s en tout ,

ceci i l se rap proche davantage des E gyptiens


,

que d autres Grecs ; po int de métempsychose


_
,

mais p our les b ons une fo 1 s la m ort trave rsée


, , ,

le rôle de gén i es protecteurs p our l es mécha nts ,

u ne dégradat i on rapi de de l eur âme pauvre en


souffle i gné A vant de vi vre nous éti ons d ej a
.
, ,

mai s la préexistence ell e même a commencé E t -


.

l existence fu ture est passagère comme tout le


reste car les dieux que nous sommes sont des


,

dieux mortel s soumi s a la m ê me l oi que tous


,

les autres ê tres de l univers .

S i l n est que j uste de ne pas


’ ’
ndre au p i e d
de la lettre les formules d Hé ra k ’
ai ent
et nie toute v

e son
nex a c
ns un fle uve et ,

est p ou ai t d uni on entre ’


et
P laton qui recue i llit avant les S t0 1 ciens l a
, ,

me1 ! le u re p a rt de l hér i ta g e du g rand E ph ésien



.
C HA PI T RE IV

Pyth a g o re et le s Pyth a g o ri ci en s .

L aube de la spéculat i on pythagoricienne est


un p e u antér i eure a l apparition de l H éra cli


’ ’

té is me I l sem b l e au premier abord que chez les


.

chercheurs savants et mysti ques qu Hè ra k lite ’

dédai gnait i l n y ait de phi l osophi que que l e


,


vag u e o u l arbitrai re de certaines théori es s eien

e
é co l £de mora ra ti qu e
individuell e et social e voi re de sainteté P our
,
.

tant sans par ler même de l i nfluence i mm e


,

diate o u l ointa i ne qu i l exerça sur tant de co u


rants phi losoph i ques i l est b i en a u ssi une p h i


,

lo s0 ph ie et ne l est pas seulement grâce aux


i dées général es dont il dota la sc i ence .

I l se rel i e si i nt i mement aux Myst è res a ,

l Or his me surtout qu on ne peut to uj o urs


’ ’

p ,

dis t1 ng u er exactement ce qu i l en reçut et ce


qu i l l e u r donna P l us t ard les P ytha g or i c i ens



.
,

se deva i ent pl a i ndre qu on leur pri t sans les ’

nommer de n ombreuses i dées di gnes d ê tre


, ,


plus que celles d une école p our ne leur lai sser ,

en propre qu e le déc h et de leurs long u es s pé cu


la tio ns .
44 LA HILO SO PHI E
P G E E C Q UE A V A NT S OC R A I E
' ‘

P ythagore de S amos vers 5 22 i l était fl o ris s a i t


né vers 5 80 et il mourut en 5 00 I l dut fu ir sa .

patr i e o ù régnait l e tyran Po lyk ra te après une


p ér i ode de voyages a u cours desq u els i l s i nitia a ’

la sagesse égyptienne i l alla fonder en Grande ,

G rèce a Kro to ne une communauté qu i eut vite


, ,

des imitatrices S es disciples hommes et .


,

femmes pratiquai ent a son exempl e les vert u s


,

do nt la do ctrine du maître qui n é criva it
’ ’

p oint déduisait l obli gation D abord la p uis .

sance de ces communautés p oliti ques autant ,

que reli gieuses zélées mais arist o crati q u es et


, ,

j alouses s ex erça p our le pl us grand bien moral


,

e t matériel du pays mais peu a peu e lles lu i de ,

vinrent a charge ; o u les extermi na partout et ,

P ythagore périt lu i même dans l i ncendie de son —


m onastère de Mé ta po nte Mais ses discip les sur .

vivants bien accuei llis eu Grèce conservèrent


, ,

a u monde l e mei lleur de ses do ctrines : leur


fidélité enthousiaste au maître leur inspira un
tel oubli de le u r propre gloire que nous ris ,

q u o ns en l es
,
écou t ant de trop attri buer a Py th a ,

gore .

O n ne peut douter cep endant qu il n ait dé co u


’ ’

vert , q u el que peu servi par le hasard la ,

co rres mnda nce des hauteurs relatives des sons


avec des rapports numéri ques ni qu i l a i t ’

établi des listes de choses étonna ntes par la


double simi litude des pa rti cu la rité s q u antitativ es

qu on y remarque et des propriétés o u des
aspects pl us concrets qu ell es présentent ; ni qu e ’

l e symbolism e du m o nde physi que l ait sans ’


cesse préoccupé ni même qu i l ai t r egardé
l es propriétés mat h émati q ues des choses comm e
L A PH ILOSOPHIE G R EC Q U E A VA NT SOCR A T E 45

ayant une porté e métaphysi que et rel i gi euse O n .


sait avec certitude qu i l é baucha l astronomi e ’

dont s eno rg u eillit so n école qu i l fit des dé co u


,

vertes géométr i ques et ari thméti ues i mp or


qe s
»

s emblaient r epondr ea des nomb res à des pro per:


W
.
,

i l professa l a mé tempsy
{\ M

t1 0 ns
c hose éternel du monde a toutes les
’ ’
étapes de l existence qu i l a traversées u ne foi s .

S a physi que est un peu moins immatéria list e



qu on ne le pensa longtemps car rien ne p o u vait ,

encore favori ser une concept i on aussi anal ogu e


nes qp e ç e llede l être ide n

i en
” fl ü

S ä mo Ta le enfin
_

, ,

e qu on l ui a ttri bua T ou t b ie n

.

considéré i l est pl us pr u dent d exp oser l e Pyth a


,

i m d

g o r s e en général que d exposer la doctri ne e


Pythagore s eu l pui s cell e de ses cont i nua
,

te u rs .

L e j our deva i t arriver d a ns l école o ù le ’


,

physiq u e et j usqu au m oral seraient totalement


i dentifiés avec le nombre U ne u nité sup éri e ure .
,

ouvri ère d h armonie devait ê tre regardé e


comme op érant l e méla nge de la limite et de


l illimi té de la limite to u te parei lle a l i mpa ir
’ ’

, ,

qu i s opp ose à toute divi sion et de l illimité



.
,

pareil au pair qui se prête a la division De


, .

l u nité au sens res tre i nt qui es t impa ire et de la


, ,

luralité dont l e type prem i er est la d Ï ade


pquelle est paire on devait t i rer le d1È Î OÎ IÊ
,
'

gauc h e le masculin et le fémin i n le l um i neux


, ,

et l o bs cu r l e bien et le mal le carré et le rec


, ,

tan gle pu i s tous les corp s et toutes les âmes


, ,
46 L A PHILOSOPHIE GRECQU E AV A N T SO CRATE

avec l eu rs propriétés et vertus Mais d abord on .

ne fit que constr u ire d une part u n symboli s me ,



mathémati que des choses et d autre part une ,

p hysi que timi dement mathémati que les deux


parties de la doctrine se rej o 1 g n1 rent ensuite
et se sub limèrent de la façon qui a été di te N é .

tait il naturel de fo ndre la notio n de Dieu et


ce lle de la monade suprême d a ssimiler le ’

K o s mo s b orné par le ci el au limité l air infini


l imi d eX pli qu er dans


q u i l entoure

a i ll té puis ’

ce monde tous les sol i des a vec l eurs formes et


,

l eurs propriétés et j usqu aux âmes touj ours
p l u s o u mo i ns matéri elles pour les anciens
par un mélange d a i r et de matières cosmi ques ’

i dentifiées : l u n a l infini extra co smique entré


,

-

d a ns le K o s mos au pai r au divers au divisi , , ,

ble ; l autre au fini a l impa ir â l indivisible en


, ,

,

soi ? L i nterventi on du continu i lli mité dans le


s em de la sphère q u il enferme rendait assez


bien compte de la diversité et de la mu ltiplicité


qui s y remarque : râce a une sorte d ato mi

g


tique o ù l air j ouait l e rôle qu une autre écol e

d evait attri buer a u vi de la co mbinai son des ,

d eux princi pes expli qua i t la format i on de


toutes choses .

Dans cette do ctrme dynamiste et mystique le ,

mécanisme et l e ma thé ma tis me universels


étaient en germe dès l e début et le paradoxe où ,

l o n s arrêta était inévitable L e nombre qui


’ ’
.
,

rend i ntell i g i ble les cho ses les évé nements et ,

l eurs rapp orts devai ent donner l illusion d ê tre


,
’ ’

l es sence même de ce qu i l faisa i t si bi en com


’ ’

prendre car no n s eulement i l est conforme au


do g mat i sme natu rel de l h omme de confondr e ’
48 L A PHIL O S O P HI E GRECQUE A V A NT SOC R A T E

de philosophe i déaliste qui ne doive reconnaîtr e



en eux des précurseurs N est il pas vrai a u ssi
.

que l a partie la plus abstra i te de la ma thé ma ti


u e doi t avoir le pa s su r la géométri e sur la
q : ,

physi que ent 1 ere ? E t I IS n ont pas cultivé q ue


la ma th é ma ti De très bonne heure ils , _ _

ils elle présentait touj ours la même face la


, ,

face opposée à c ell e que nous habitons C ette .

révolution rendait co mpte du j our et de la nuit .

S phéri ques auss i suivant eux le solei l dont ils


, ,

connurent le mouvement an nuel la l une qu ils ,


fir ent tourner comme le solei l et la terre autour


du centre universel de I H es tia du monde mais
,

en un moi s ; les planètes enfin e t les éto i les dites


fixes auxquelles i ls parai ssent avoir attri b ué un
,

mouvement lent I IS ensei g nai ent l inclinaison


.

du plan du mouvement du soleil et i ls purent ,

en combinant les observati ons faites par d au


tre s avec l eurs propres découverte s expli quer ,

les sa i sons T el était du temps de S o kra te le


.
, ,

p lus important de la science de Ph ilo la o s .

E kph a nte ( ou Hik é tas ) devait faire to urner la


terre autour de s o n axe H erak lide faire tour ,

ner Mercure et V énus autour du solei l ; puis ,

Mars le u r fu t adj oint ; et en 286 A ris ta rqu e de ,

S amos proclama vrai e la théori e qui fait la gloire


de C opern i c Un examen pl u s complet du ciel
.
,

et la di ffu sion de récits de lointains voyages qu i


n avaient révélé ni l e feu central ni l A ntiterre

,

avaien t peu a peu fait délaisser la plupart des


e rr eurs pro fessées d ab ord ce lles dont nous,



avons parlé et d autr es comme l a b sorption,

,
LA PHILO S O PHIE GR E CQU E AVA NT SOCR ATE
p ar un solei l v i treux et p oreux de la l umière ,

I ssue de la voûte céleste .

C est ains i que ces mysti ques faisa i ent avan


cer le savo i r pos i t i f et no n seulement i ls eurent ,



grâce a l a prat i que de l o bs erva t1 0 n a s tro no
mi que l i ntu i t i on de l u n1 vers elle dé term1 na t1 0 n
_
’ ’

du monde p hy s iq ue et même du caractère


rig oureusement mathémati que de cette dé termi
nation ; ma is i ls eu rent… au ssi dans ”d autre s

, ,

sc iences u neWtendance très ma rquée a s u ivre de


, _
. r w
e

rè s l e xpér i ence qu i a va it ; é vélé le pr i ncip e de


, æ ü

ma itre témoin les travaux


â

d A lk rné o n de K ro to ne contemporain de Pytha


gore et moins hardi qu e l u i qui l ogea l a sen ,

s i bilité dans l e cerveau dist i ngua de s nerfs ,

sensiti fs décr i vit nombre de conditi ons p h ys i o


,

l og i ques de la p ercepti on sensible esquis s a la ,

première ex pll ca tio n de l mtelh g ence par la ’

complicat i on de facultés plus humb les et pré ,

senta la santé com me un équilibre défin i entr e


les él éments corporels Q ue les P yt h agori cien s . .

n o nt il s développé l a to mis ti qu e q u ils ehe u


’ ’ ’

ch é rent et qu ils aurai ent é vité de rendre maté


ria lis te comme devait fai re D é mo k rite ! P eut


être eussent ils épargné a u mo nde l E picu ris me !

I l ne faut po i nt sour i re de la théori e du retou r


éternel tout détermin i sme est finalement obli g é
de l a dmettre s i l veut être l o gi que P ourtant le
’ ’
.
,

Dieu auquel il s arrivèrent le caractèr e haute ,

men t li bertis te de le ur m oral e et l e u r cro y ance



à l un i on défin i t i v e de l âme avec D i eu s a cco r
’ ’

dent mal ave c l e déterm i n i sm e de leur phys i que


et av ec la t h éor i e du retour éternel q ui i l est , ,

vrai l i m i te le nom b re des ré i ncarn a t i ons en


,

I
PH L O S O PH IE GR E C Q UB
50 L A PHI L OSO PHI E G R ECQU E AV A N S OCRATE T

chacune des vi es successives de l univers ma i s ’

ne permet pa s aux âmes de se fond re a j amai s


avec la monade supr ê me C est dans l Inde s a ns .
’ ’

doute que fu t l ori gine de la croyanc e orphi que


,

et pythagoricienne a la métempsychose et a l u ’


ni o n des âmes ave c l e p remier princip e l E
g yp te dut fo u rnir ce qui s y mê la de pl u s moral ’
.

Q uel que pa nthéisme gâte le noble pa nenth é is me


qui se déploi e dans l Orphisme o u le Pyth a g o ,

ri sme en pensées en mythes en rites profonds


, , ,

et poéti que s mais les renaissances conditi on


nées par les degrés divers du mér i te o u du démé
rite ac quis pendant la v i e et les e x p i at i ons ,

intercal ées par les O rp h iques p uis par les ,

P ythagori ciens entre la mort et l e passage des


âmes en d autres corps en attendant la ré demp

ti on totale demeurent des concept i ons très


,

h autes dont le caractère en parti e puér i l ne


diminue en ri en la sublimi té morale .

Deux p oints sont spécial ement remarquables


en leur éthi que un souci très net et très vif de
l a perfection indivi due lle qu i l eur est commun ,

ave c l Orph isme et un souci non moindre du


s a lu t moral d autru i les autres étant env i sagés


comme i ndiv i dus tout autant qu e comme mem


bres d une collectivité dont l e bien est s o u h a i

t able L examen de conscience d



.
W” …
—“
W u
e
Wm
e e .

\
“ fi

leur régime
o au “ ü pe
M
us ‘

sée j usqu au vé g é ta rigæe est le prem i er arti cle


et comme la co mmu
_

na u té des b i ens j ointe a l obéissance au maîtr e


forment les deux règles fondamentales de leur


régime social O n a imaginé bien des fables sur.

l ensei gn em ent s ecret de P ytha g ore ; tout p orte



LA PHILOSOPHIE G R ECQUE AVA NT S O C R A TE
a croi re ue son e nsei g nement était seulement
g rad u é e façon a c o rresp ondre aux di vers
de g 1 é s d avancement intellect u el et spirituel des

di sci ples S i ceux ci furent j al oux de l e urs con


.
-

nai ssances i ls laissèrent cependant se répandre


,

les pl us i mportantes L o bs cu rité de certains de .

le u rs dogmes et la sing u lari té de certaines de


leurs habitudes ne p o uvaient manquer de donner
a l O rdre pytha ori c i en l apparence d un ensem
’ ’ ’

g
ble d hommes i nitiés a des do ctri nes secrètes

.

Q uoi qu i l en soit i ls ont élab oré des idées de


toute sorte avec une ori ginalité i ncontestabl e ,

une puissance merveille u se et u n sens de la


réalité s u prasensi ble ui les re commanda a

l attent i on de P laton e P lotin et aussi des , ,

S to ici ens L a s péculati on chrétienne leur doi t


.

plus encore qu à Hé ra klite ce lni m a in trndu it


,…

dans le mo nde l idé e ”du V er be create m


w w W -
u r a 1 s m mm m l ü “

m ” ,
-

s o nÎfi 1 re ç temWent p ré lu de a la
‘il 5 h o f

v H … M " ‘
D \ \ ül “

ré tienp es et i ls ont , _

es q uisse dès th é o r1 es qu 1 sont de ven u es la


sci e nce m ê me ; i l s sont même les invente u rs d e …

lu s i u rs i dées de plu s1 e u rs dés no ns tra tio ns ®


e
On n a r i en eu a mo difier

,

. _
C HA PI T R E V

X é ndph a ne , Pa rmé ni d e , Z én o n , M éli s so s .

I
X é nop h a ne
. C e n est pa s sa ns d eX presses
.
’ ’

réserves que l o n p eut p lacer X é n0 pha ne , de


K olophon , en tê te de la 11 ste des E lé a tes C était



.

un pauvre rha p sode de tempérament a la fo i s ,

épi que et sa tir1 qu e qu i c h erc h a a E lé e u ne no u


,

v ell e patr i e quan d la s i enne su bi t l e j oug des


,

P erses ; il vo y agea sans cesse comp osan t des ,

vers dont peu nous sont parvenus I l étai t né en .

5 7 0 et il mourut vers 47 8 I l fut connu d Hé ra



.
,

k lite et connut les P ythagor i c i ens ma i s leur ,

doctri ne pas lus que celle d A na x ima ndre ne l e


,

pouva i t satis aire P eu do g mati q u e par nature


.
,

pres qu e scept iq ue même mais bi en qu i na te , ,


a la réfl exion sc i entifi q u e tr è s curieux des p é ,

no mènes natur els doué au reste d un sol i de


, , ,

bo n sens et d une grande rect i tude m o ral e q u i
s u nis sa it a un sent i ment rel i g i eux pur de su

i i il fut tout ensem b l e l adversaire des ’

p e rs t t o n ,

p hi losop h es de s o n temps du p olyt h éisme vul ,

aire et de tout es les erreurs conventi onnell es



o nt s a u to risent l o rg u eil la fai blesse et la so t

, _
54 L A PHI LO SOPHIE G R EC Q UE A V A NT S O CR ATE

tise des hommes Ma i s i l é difia peu o u peu .


,

s o h dement et ce n est q u u ne rencontre S I I se


’ ’ ’

trouva un Pa rmé n1 de po u r développ er de s 1 dé es


do nt i l s ’é tai t avi sé et le plus
souvent ,
e
O n a fa 1 t b 1 en a la X é no
pha ne s i l ap erç u t dans les fossiles la preuve


d anciennes et lentes trans fo rmati o ns g é o lo
i et i l un des premiers l i dée d un ’ ’
l
’ ’

g q u e s S e u t
pro g rès scientifique sa croyance a l ori gine ,

terreuse o u a queuse de tous l es êtres sa co nc ep ,

ti on du reto u r périodi q u e des choses au me


lange des deux él éments son a ffirma tio nq u e la ,

terre est plate avec des racines infinies et qu e


les astres ne sont qu un rés u ltat no u vea u chaque ’

fois q u ils brill ent de vapeurs issues de notre


séj our etc autant d opini ons qui ne lui font


,
.
,

pas grand honneur .


Mais cet ancêtre des S ophistes d rès lequel ,

l h omme ne sa u rai t pa s qu il m
, ,

il la tie ndrait s eX pr1 me mie u x s u r la


f
. ’

d1 v1 ñ 1 té qu e b1 en d aut res et p araît s mg u h ere


" ’

ment sûr d en b 1 en parler C ondamnant Lan ’


.

:

th ropg m o m
—l b
.
“ *N
h is me ridicule des hommes de toute - 4

race
_

,
a eu x
ainsi feraient l es bœ u fs et l es lions s ils étai ent ,

re ligie u x i l maintient cependant que le Dieu



véritabl e voit e ntend et pense par tout ce qu il ,

est les d i eux inféri eurs que go uverne ce D i eu ne


sont pas ceux de la fo u le S a consc i ence et sa rai .

son proclament qu e l o n do i t penser ainsi du di ’

vin 1 1 cède néanmoins a la tendance générale de


.

son ép oque en faisant de Dieu l unité du mon de : , — *M …



u
_

mais ce naturaliste es t IOin du matérial i sme


r

.
LA PHI LOSO PHI E G RECQU E A VA NT SOCR A TE
en c aractér i se un autre aspect Mais sa doctrin e .

nous a p paraîtrait m o ins signi ficative et mom s


r i che S I P arm enide Zénon et Mé lis so s n eu ss ent

p o i nt existé !

II P a rmé nide
. . L e véritable fondateur de
l éc o l e dite eleate

na quit vers l a n 5 1 2 a E lé e où ’

passait et repassait X é n0 ph a ne I l ap par tenai t .

à u ne famille puissante et fit oeuvre de lé g is la



teur O n a des raisons de regretter d être peu
.

rensei gné sur ses i dées morales mais en ré


va nch e i l no u s est parven u assez de son p oème
,

s u r la N ature pour bien connaître son ou pl utôt


ses de u x systèmes du monde I l se faut garder .

de le croire clairement conscient de toute la


val eur de certaines de ses conceptions ; mai s
i l est l un des/A nté s o cra tiqu es do nt les intui

tions a nticipent le plus sur l avenir / I l inventa ’

en i l aper
ç u t l hétérogénéité

radicale de la recherche qui
porte sur le phénoménal et de celle qu i por te
sur l ê tre I l pro fessa m ê me que de ces deu x

.
,

recherches la première est comme une a ffir


,

mation du non être et l excl u s i on de l ê tre la



’ ’

,

secon de l affirmati on et l excl usion inverses C e

.

que nous nommons métaphysiq u e et ce que


nous nommons science i l le regarda également ,

comme devant ê tre construit sans auc u n appel


a la disci pli ne rivale E nfin i l dist i ngua corr ê .
,

la tivement aux deux savoirs d e ux sortes de , fi


,

c o nvj ç tiç ns l une qui est c ertitu dë êt qu a ppo rte


’ ’

_ _

aVec elle la vér i té évidente aux yeux du bo n ,

métap h ysic i en du b on ontologiste l autre


, ”
dont ’

“ N '
LA P HILO SOPHIE G RECQUE A V A N T S OC R A I E
' ‘

57

l exactitude n es t que probabl e o u même par



_
, ,

Io n s m 1 e u x qui se résout ,
en la s a ti s fa c ti o n de
p ouv o ir introduire de l h a rmo n1 e dan s la th é o

rie des p ure s a pparences I l p oussait s i loin



.



l o pp o s i t1 0 n par I découverte q u e d une part , ,

dogmati que et 1 dé a 11 s te j u s qu a u para doxe i l ,

ne rec u lait devant aucune audac e m é taphy si que ,

et que d autre part il e lla it j usqu à mép riser ce


’ ’ ’

ue no u s appe lons s 0 1 ence V ra 1 es o u fausses


q
.

_
,

to u te s ses i dées maîtresses é ta 1 ent grandement ’


ori ginales et nulle d elles n e devait être sans
,

h istoire .

Des P ythagor i ciens i l retient et incorp ore a ,

sa doctrine véritabl e p lusieurs i dées très imp or



tantes comme cel les d une physi que toute
,

conj ecturale de l unité de l être de l i dentité du


,
’ ’

,
_

par fait et du limité de la s ph é r1 c1 té du m o nde ,

et dans la parti e de son p oème O ù i l dai gne



es quisser une cosmol ogi e a l usage des esprits

u 1 ne se peuvent ha u sser j usqu a la vraie do c
q
trine i l m ê le encore a un syst ème qui rapp ell e
, ,

fort cel u i d A nax ima ndre des souven i rs pyth a


r i i e n s A lk mé o n sans do u te yfu t p our quelque


g o c .

chose ainsi qu A meinia s a qui i l é leva une


,

chapelle C e qu i l doit a X éno pha ne no us


.

l avons dit n est pas cons i dérable Q uant a


’ ’
.
,

H é ra k lite il fo u rnit a P arm eni de dont 11 est le


, ,
’ ’
c ontemporain l o ccas i on d une cr i t i que grâce a
,

laquelle la théori e de ce dernier ac uit une


clarté merveill eus e ! L e p hi losop h e E ph èse

ramenait l être au devenir et ce qu i est et n est


,

oint tout a la fo is / L E lé a te s i ndigne de voir ’ ’

pêtre et le non être réun i s l e non être intégré


,

- —
,

da ns l être ass i m i l é à l êtr e ; parei l a l a foule


’ ’

, ,
58 L A PHI L OSO PH IE G E E OQ UE AVA NT S O CR AT E

l E ph é s ien est dup e de l apparence comm e lui ’

elle se c o ntredit mais le ph ilo s 0 ph e fait pis ,



qu elle s éta nt avi sé qu i l y a du no nê tre dan s
’ ’

le donné devait il hésiter a nier le monde appa


,

rent S ans do u te to u t le sensible est cha nge ,

ment et diversité mais du non ê tre l irré a lité ,


,


est absol u e et tout ce dans quoi i l e ntre n est
,

a u c u neme nt ! S u rtout qu on ne fasse pas du ,


feu qui est l e type par exce llence de la mobi


,

lité l e fond du réel C e fond rien de sensi ble ne


,
.
,

lu i ressembl e .

P arm enide est j i i toyabIemeæ ln icien e t _ _

Q QS Œ Æ L ê tre est d i l et le ’

. ÇLŒ i t n o n ,

,

pas i l n est d ê tre que pensab le et exprimabl e


’ ’

et le non ê tre n est ni l u n ni l autre L être ne ’ ’ ’ ’



.

peut avo ir une naissance car naître de l ê tre ne ,


serai t pas naître et le non être ne p ourr ai t deve ,


-

nir ê tre mourir en demeurant réel ne serait pas


m ouri r et m ourir tout a fait serait engendrer
,

comme un ê tre qui ne serait pas changer n est ’

pas davantage po ssi ble ca r ce serait encore mo n ,

rir et na itre I l n y a pas de mo uvement si l espac e


.
’ ’


existe car dans quell e étendue se mouvrait l ê
,

tendue u i S il n existe pas car o ù donc l e mo n


,
’ ’

veme nt a u rait i l li eu ? T elle e s t sa logi que p uis



,

sante mai s étroite i nvolontairement S O phistiqu e


, ,

a u tant qu elle est subti le P ourtant q u il po uvait



.
,

p a ra i tr e naturel de transporter aux qualités des ,

choses la permWa nene e rela tive q e depu i& I hä r


, “ o ù . —
. s

l ès on attri buait a
ma nenÊË a bS o lu el qu e l o n attri buai t a la
M M Ï Æ M
‘ —u

fl ,

_
q u a a t
gté d u tout ; de ne vou 1 0 1 r par ler en fin de ,

compte que de permanence absol u e E t p oser


,

l immu ta bilité du réel n é ta it ce pas s o blig er a


’ ’ ’

,
LA P HIL O SOPHIE GRECQUE AVA NT S OCR AT E 59

ni er les choses phénoménales pui s qu ell es sont ,

do n n ées comme changeantes ? L es presti ges de


la dia lecti que o nt fait de Pa rmé n1 de l e ur p re

mière d u pe en H el è s l u nité du ,

fond des
Z ñ fi î ér

a i e nt des p ri n c i pe a u 1 p le s ; P a pm é , … ü _

i d i l œg t n l d r i gueur
'

*
n é f a s o n n a se u e p ve c p us e . ,

u n sens le l ouer d avoir


” ,
,
,

vou lu renoncer tout a fait â l ex pé dient de la



métamorphose p o u r exp li quer l u niver


sans parler de la fa@llile ave


ü
,

d a i t alô fW s l e sens ab s o lu e t le s e n s a ttri bu f du



w _

m
,
«M —
fi k

Î éÏ ç b i l y avait chez to us l es é t h i

V a p y s

c iens de ce temp s o ù l anci en an i misme rel i ,

g i e u x avait laissé des traces une tendance ,

presque in vinci ble a ne donner s a ns réserve l e


no m d être qu à l un au parfait à l éternel a l i m
’ ’ ’ ’ ’

,
.
,

mu a ble cet être devenait l i ndi vi sible le continu


, ,

l h o mo g è ne quand o n l e considérait dans l es


’ ’

pace I l était bien di fficile a cette ép o que de ne


.
, ,

pas concéder aux sens l a réalité de l espace tou t
a u moins Zénon le u r fit cette concession L a
. .

finité paraissait aussi insépara b le de la perfec , ,

tion P arm enide plus attentif que s es pré dé ces


.
,

s eu rs et ses contemporains aux c onséquence s


o u aux dessou s de l eurs thèses f avo ri te s ne ,

p ouvait manquer de relég u er l être l oin du


p h e
no mé na l de n i er celui ci en face de celui là
,
— —
.

E tre plusi eurs devenir autre se m ouvoi r et , , ,

mêm e avoir des qual i tés autant d imperfecti o ns ,


,
’ ’
a utant dans l être d i nfracti ons aux condi
, ,

ti ons de l êtr e Il fa 1£ ditPa e nide, q ue rien ne



.
æ ,

man que a l être c est p our quo i en


_
_!
’ ’

” W ,

le fa i t pléiñ Ët 1 mmo b1 1e ; mant qu un vra i néan t


T

’ “

60 L A PHI L O SO PHIE G R E OQ UE A VA NT SOCR AT E
’ ’ ’ ’
l ento ure et rep oussant j usqu à l i dé e d un vid e
,

re latif i l le fait limité ce qu ex ig e d ai ll eurs sa


, ,
’ ’

p e r fecti on quL le mre u t æ 1 sfi phériqu e I l est


, _
_
- .

probabl e q u u n re s te de pr éj ugé vu lgaire et le


souvenir de Pythagore o nt contri bué a lu i faire


admettre la sphéricité A qui nie le vide l e mou .
,

vement et la diversité doivent sembl er illusoires ,

et l infini n est gu ère concevable a qu i ni e le vide


’ ’


absol u lui même L a doctrine est d une belle

.

cohérence .

P arm en i de a do uté du temps p eut être douta


’ ’
-

t i l de l espace p u i squ i l dit que l e tout est


-
,

c o m m e une sphère Mais ce doute ne fut que .

p assager car i l profes s e u n ma té ria lisme mé el


, ,

bie n qu a s s ez a bs tra it c elu id î u n c a rté S i en avant la


“ , _ b

lettre dépoui l la nt le réel de t ou t ce qui l u i pa rai Î


s ensi bl e; ma 1 s ce matér i alisme est évi dent bie n ,

qu i l soi t pénétré de spiritualisme l e monde est


p ensée et i l est Dieu C eci n est pas no uveau .


m ai s i l éta i t b eau de le redi re ; mi eux vaut le


panthéisme que l a th é isme Q uoi qu i l en soit l e ’
.

ré s u ltat de l a doctrine est d u ne extr ê me pau ’

vre té : l i vresse de l être a tell ement s u blime l e


’ ’

rée l dans l eS prit de Pa rmé nide qu on se p eut


,

,

demander si l e phénomène de penser son uni


vers ne d o i t pas ê tre regardé de son point de ,

vue comm e un pur néant E t al ors


, Mais i l .

n e s est pas exp li citem e nt du moins posé cette


, ,

q uesti on I l est sorti d emba rra s en dess i nant un


.

se con d p ortra it du monde qu i l ne rattache nu l ,


l e ment a u premier i l aurait par là m ê me -


d épréci é celui ci et qu i l ne se souci e même
-

p as fai re ressembler au premier autant



qu il l aurait pu Dans la seconde partie de s o n

.
L A PHILOSOPHIE GR E C Q u E A V A NT SO C R A T E 61

0 è me i l est très peu ori ginal ; i l pa ra i t lu i suf


,

re , i oi de rivaliser avec ses ém ules da ns u n


, _

domaine où i l av ait honte de ne pas di re s on


mot bien qu i l se soit tai ll é aille urs un do maine
,

propre P e ut on l e défendre en l ui supp osant


.
-

une foi secrète dans la p ossi bi li té de rendre


toute rat i onnel le la sci ence du donné ? R ien n y ’

autor i se ; l ab ime qui sépare ses deux mondes


est encore plus profo nd que cel ui que K ant


creusa entre l e noumène et l e p h énomène L e .


phénomène de ce dernier pa ra i t tantôt l appa

rence de ce qu i est tantô t une sorte d ê tre infé ,

rieur e ffet de l être en s o i mais du m oins l e


,

noumène n est il j amais prése nté par l ui comm e



la réalité exclus i ve et l e p h énom ène co mme un e


illusi on .

Deux pr i ncipes l un lum i neux et l éger l autr e ,


,

obscur et dense et qu i ra ppellent to u s deux l es


princ i pes d A na x ima ndre consti tuent to utes


choses po ur l e P arm eni de des P aroles de l Opi ’

nion i ls s opposent et pro du i sent seul s o u p ar


leurs mélanges to ut ce qui est ainsi que le font , ,

les principe s i ssus de l unité et de la dyade c h ez


Pythagore Mais l es Pythagori ciens n avaien t


.

pas tardé à parler comme fit Pa rmé nide E t reco n .

naît o n bien l adversaire d Hé ra k 1ite dans l e p h i



’ ’

lo s o ph e qui assoc i e ains i des contra i res A uto ur


de la terre qui est dense i l place des sphère s

, , .

concentri ques dont la plus extéri eure rap pel le ,

p a r s o n i mm o bilité c e lle du T out qu i est so utenu e ,

dans la prem i ère part i e du p o è me E ntre cette .

s phère et nous i l ex i ste des régi ons pl us o u


, ,

mo i ns lumineuses dans la p lus bri llante si ège nt


les d i eux ordonnateurs du m o nde spé c i aleme nt ,
62 L A PH IL OSO PHI E G RECQU E AVA NT SOCR AT E
lè N ÊŒËË IË et

… …
même n est pa s
enti è remenÎdé son I nvention et l on voit mal ’

p our quoi de cette même sphère procèd e l illu


, ,

si on I l montra cependan t une certai ne sagacit é


.

scientifi que dans sa théori e des zones terrestres ,

et quand i l identifia it l étoile du soir a ce lle du ’

matin mai s son or iginalité sur ces deux p oints


n est pas éta blie L e m ê me penseur revenait

.

par fois a des idées tout en fantines comme la ,

croyance et la pro duction des astres par des


vapeurs qu i l es constitueraient tout entiers et i l ,

n e voyait qu un sync h ronisme dans l apparition


’ ’

du j o u r et l e lever du solei l l a tmO S ph ère lu i ’

semblait la sour c e de l a l u mièr e C es quel ques .

détails suffisent pour montrer que S i l sut pro fi ’

ter de certaines déco uvertes i l n est p ourtant


p o i nt un vrai savant sa gloire est a i lleurs dans ,

sa métaphysi que dont la fécondit é dir ecte et


i nd i re cte est incontestable et dont les err e urs

,

s ont d un e nature tel le q u on n est p oint phi l o

s o ph e s i l o n s estime d i sp ens é de les méd i ter


’ ’

II I . n pl us su b t i l des E lé a tes
. Le ,

Zénon ito yen et d i sciple de P arm enide se


, ,

donna pour tâc h e de réfuter par l ab surde les ’

a dversaires de l écol e I l naqu i t entre 49 2 et 485



.

et paraît avo i r conçu de b onne h eure un grand


ent h ousiasme p our la do ctrine qu i l défendit ’

c o ntre la col è re in i ntelli gente du b on sens vu l



gaire qu elle révoltait et contr e les Pytha g o
, ,

ri ciens dont la mani è re de concevo i r l un i té a


sav oi r comm e l élément réel d un monde vra i


’ ’

ment pluralité lu i semblait i ncompat i ble av ec


,
64 LA PHI L OSO PHIE G RECQUE A V A NT SO C R A T E
régnerait dans l e monde sensib le dans l e monde ,

du multiple ? C elui qu i raisonne avec droiture en ,

mathémat i ci en concl u t a l irré a lité du ph eno


,

mé na l L espace n est p oint car i l serait


’ ’
.
,

dans un a u tre espace et cel ui ci dans un autre ,



,

a l infin i C ela est ab surde e t o e qui est absurde



.
,

n est pas I l faut croire a l a rai son malgré les



.

s ens . T o u te étendue to ute grandeur est i llu ,

s o i re car on ne saurait diviser le fini en u ne


,

infinité d éléments b ien que le fin i re quière une


telle d i vi si on leur somm e rendra i t le fini i nfini


’ ’
s i ls sont encore quel que chose ; et l o n ne
p ourrait d autre part obte nir une grandeur en
,

a j o u tant le néant a l ui même Mai s les quatre —


.

a rguments qui réfutent l erre u r du monde ’

p luralité par l exposé des i llo gi smes liés à la


c royance a u mouvement sont d un e imp ortance


p l us grande enco r e V oi ci qui sembl e a Zénon .


détruire j us qu à la dernière trace de p luralité ,

l

j usqu à a pluralité de ces êtres si pâ les et si


minc es que serai ent les d i vers points d u n ’

e space réel d un espac e co mme l ensemble’ ’

d es unités positi ons dont parlent les Pyth a


g o r i ci ens 1 A chi lle supposé dix °


foi s pl u s ,

rapi de que l a tortue ne l a tteindra j amais ; ,


car chaque foi s qu i l arrive au point d o ù elle ’ ’

e st partie quand i l est parti lu i même d un -


p oint plus éloi gné ell e l a devancé d une cer ,


’ ’

taine di stance chaque fo i s cette di stance devi ent


dix fois p lus p et i te ma i s j amais el le ne sera ,

n ul le N i ez donc le mouvement si m ê m e vous


.
,

voye z A chille rej oindre la tortue car ce que ,

vo us verriez serait absurde vous ne voye z pas


ce q ue vous croy ez vo i r ce que mo ntrent les sens
L A PHILO SOP HI E G RECQU E A V A NT S O OHA T E 65
'

n est pas ce rcela c est l i mposs i ble

2 Qu on
’ ° ’
.
, ,

as qu en une i nfinité d insta nts u ne



ne dise

infinité e poi nts peut être parcour u e C ar la


divis i o n â l infini du tem s et de l espace exi g é e
’ ’

p ar le mouvement ren i mp ossi ble même so n ,



commencement Q u on suppose un mo b i l e .

devant parco uri r une l ongu eur quelconq ue Il .

devra d abord en parcourir l a moitié e t avant


, , ,

moitié de la moit i é et a i ns i à l i nfini



3 P eut o u ,
. .
— ° —

même dis ti nguer le mouvement du repos ?


N o n car en chaque m oment de s o n vo l une
, ,

fl è ch e occuperait un espace égal a ell e même —


,

ce qui l identifie avec une flèche en r e po s



.

4 E nfin l o n ne peut mesur er les v i t ess es sans


° ’

tomber dans des contra di ctions car s i d eu x ,

m ob i les d une l on g ueur é g ale et celle d u n troi


’ ’

s ième obj et se meuv ent parall è lement a lu i e n


des sens o pposés avec une v i t esse pare i lle le ,

t emp s du m o uvem ent de l un q u elconque des

deu x mo bi les sera a la fois ce lui q u i l m ettra a
passer devant l autr e m o bi le et cel ui qu i l ’ ’


mettra a passer d evant l obj et en r ep o s dans le
prem i er cas i l sera mo i ti é mo i ns gran d qu e
,

dans l e second I l est don c fau x qu e le mo u


.

vement ex i ste l espace d i v i s ib l e q u i l supp os e ’ ’


ne l e saura i t r ecevo i r et l argument porte auss i
contre l ex i stence de l espac e car on ne p eu t
’ ’

,

concevo i r cel u i ci qu e co mme d i v i s ib l e I l n est
-
.

donc pas l ui non plus et tout e la d i v ers i té des


, ,

apparences dont i l est le supp ort n ex i st e pas ’

davantage .

C eux qui o nt p ens é qu e Z énon ne n i a i t pa s le


mo uvement mai s l a dmetta it en le s i tua nt da ns
,

d
un espace cont i nu d i ffér ent e c elu i d es P yth a=
,

I
PH L O S O PH IE GR E C Q UE 5
66 LA PH IL OSO PHI E G RECQUE A V A NT SOCR AT E

g o ri ci ens et n ayant rien d a rithmé tiqu e o nt’ ’

,

s ans doute commis cette mépri s e parce q u il s

ne p ouvaient i maginer que Zénon eût ni é l espac e
sans songer à ni er l e temps Ma 1 s S i Zénon est
. .

p lus i déaliste que Pa rmé nide il n est pas é to n ,

nant q u il l e soi t moins et moins co mplètement


qu on ne p eut l être de n os j o urs S o n unité


’ ’
.

i mmob i l e est pl us nettement une et immob i le


ue celle d e son maître N est il pas clair étant .


,

o nné l a manière dont i l réfute le mo uvement ,


’ ’
que c est b ien tout mouvement qu i l entend

réfut er et qu i l l e réfute de telle sorte qu il est
,

en même temps ob li gé de ni er tout a fa i t


l espace D un autre cô té concevo i r la possibi
’ ’

lité d un mouvem ent dans un espace rig o u reu


s em ent continu cela dépassait l es forc es de ,

Zénon P arm enide d i ra t o n avait b i en pro


.
,
— —
,

clamé la cont i nuité S ans doute ma i s il n éta i t ,


pas capa b le d a percevo ir les difficultés l o gico


mathémat iq ues qui p ouvaient frapper Zénon ,

l equel était l ui même inc a pabl e de les vai ncr e


-

asse z pour reprendre l i dée d un cont i nu ré el ’ ’


.

C ertes en p a reille mati è re des ar g um ents


, ,

comm e les si en s sont trop simpl es p our êtr e


conva i ncants ; ma is s ils sont plus ou mo i ns ’

faciles à r enverser p our le mathémat i ci en s i un


.
,

k a nti en se croit en droit d e l es m épr i s er du h aut


de sa doctri ne re lat i viste du tem S et de l espace ’

i l reste vra i c ep endant que l es i fficu lté s soul e


v ees par Zénon ne sont pas vaines l oi n de la

ce n est pas sans art i fices qu e le mathémati ci en
manie l i nfini et le relat i visme kantien est l oin

de const i tuer une doctrine satis faisante L A to .


mis me s era u n effort p our expliqu er le mouv e


LA PHILOSOPHI E GRE CQUE A V A NT SO C R ATE

ment et la diversité sans ren o ncer à l espace et ,

sans prendre to utefoi s tel quel celui des Pytha


s qu e l o n ne p eut rej eter entièrement

g o ri œ en , ,

si l o n est l ogi que sans n i er tout a fait l étendue ;

,

i l faut laisser du moins une ombre de discon


tin nit e a l espa ce si l o n veut que l e monde
’ ’

phénoménal ne devi enne pas i nintellig i ble .


Zénon qui n était aucunem ent ph y si cien a su
, ,

faire pr o fiter l a p h il osophie qui pres qu e to u j ou rs ,

p uise dans la sc i ence ce qui la renouv ell e de ,

ses connai ssances mat h é mati q ues et i l app ela


l attenti on sur des questi ons o ù métaphysi qu e

e t mathémati que sont également i ntéressées .


L e premi er i l vit l importance et l es difficultés
’ ’
de la divisi on de l étendue et s é to nna avec profit ,

de l i nfinim ent p etit S o n argumentati on a p u



.

i nspirer les S ophi stes mais faut i l pour cela lui ,


-

t enir r i gueur I l contri bua a u ssi a accroître la


tendance des pense u rs grecs a confier a l a dia
lecti qu e la s olution de quest i ons qu elle n est que
’ ’


trop hab i le et résoudre d une façon art i ficiell e et
s péc i euse Mai s mi eux vala i t encore inciter la
.

raison a se m o quer des sens et a cro i re en s o i ,

m m

q u e de favori ser l e scepti cisme et l e p i ri s e .

E nfin l e mal qu i con sist e à défendre un sys


,

tè me d ont l es concl us i ons ressemblent a celle s


de l illu s io nnisme h indou n est j ama i s g rav e en
’ ’

O cc i dent .

I V M é lissos
. va i ll ant s a mi en qu i vai n
. Le
uit en 440 l a fl otte des A th é niens était u n ,

is ciple d e P arm eni de un peu p lus j eune qu e


Zéno n N o u s po ssé don s de so n Traité de la
.
,
68 LA PHI L OSO PHI E G R E CQU E A VA NT S O C RAT E
N ature des fragments i mportants mais don t
, ,

l interprétati on

est so u vent difficile Malgré le .

d i scrédit j eté sur lui par A ristote qui co nda m ,

nait son infinitisme et le tenait a tort p our , ,

matérial i ste i l doit être re g ardé comme un


,

enseu r éminent c est un idéaliste a u the nti que
b
,

ien qu o bs cu r il ne se rapproche pa s comme


o n l a trop redit

des p remi ers I oniens mais i l , ,

maintient parmi la race qui pro du isit Hè ra k lite


, ,

l e p oint de vue de P arm enide i l continue et


complète avec originalité l oeuvre de c elui ci
, ,

et ce lle de Zénon .

S elo n Mé liss o s qu i i gnore ou fait comme s i l ,


i gnorait la plupart des doctrines rivales se


d 1 s ent autour de l ui l ê tr

p ro u e e s t é te rne rc e ,

q u e l e
parce qu e na î tre s e ra i t avo ir
, _

finir serait se continuer en a ut re p ho s e ou se


trans former en non ê tr e De l éterni t é i l 0
_
_ _



.
,

a l infinité mais cette infinité n est po i nt s pa

tiale ni surtout corporelle pour Mé lis s o s qui ,

n accepte point la matérial i té ni même l étend u e


,

arce qu i l lui faudrait alors admettre la divisi


b ilité de l être qu il repousse I l ne po u vait


,

.

regarder l être comme tout ensemble infini en


étend u e et immatériel car l espace auquel on ,


pensait de son temp s éta i t en général ce lu i des


P ythagoriciens c est â dire un ensemble discon ,

— —

tin u d u nité s positions p ossédant une réalité



ph y si que et S il eût fait l étendue et la fois réelle


’ ’


et continue i l se serait vu forcé de l identifier
,

au vide donc au non être i l l e ut par co ns é


,

quent niée dans cette hypothèse aussi sans, ,

h és i ter Mais pourtant son infinité est grand eur


.
,
.
L A PHI L OSO PHIE G E E OOUE A VA NT SO C RA TE 69

C omm ent est p ossible E n somm e o n ne peut



ce ,

l e comprendre qu en l interpré ta mt ainsi : la ’ ’

grandeur de l être est tout a bs tra 1 te ; c es t une ’ ’

grandeur u ne grandeur 1 nfin1 e ue Mé h ss o s


_

, ,

entendait en un sens va g u ement i l e faut co n , ,

céder ma i s ri goureusement idéal i ste P our q uo i


,
.


pas p u i squ i l s oppose a b solum ent et ce qu on
,
’ ’

croi e au témoi gnage des s ens a leurs s u g g es ,

tions ? C ertes i l ne vit pas tout a fait clai r dans


,

sa propre p ensée car , o n l a remarqué l e m ot , ,

i nfini l être
n a n1 po mmencement ni ña P our parler
N
"
*r

.
, . .


faudrai t dire qu a ce sens s e j o ign i t
promptement en s o n espr1 t celu 1 qu e nous , ,

avons i ndi qué ; mais j amai s l infinitisme de


Mé lisso s ne fut s pa tia liste n i surtout matéri a ,

l i ste U n m oderne conclut auss i tôt de l éternité


.
,

du ré el a la nécessité d e l e regarder comm e u n


,

tout et i l ne l a pas pl us tôt j ugé tel qu il l e


,
’ ’

déclar e i nfin i et un a l a grande sat i sfacti on du ,

savant qu i n est en sécurité que S il se cro i t en


’ ’

droit d affirmer l illimita tio n du domain e qu i l


’ ’ ’

expl ore et l unité absolue du fond des choses



.

Mé lis s o s qu i n avait pas de pré o ccupati on s


vraiment scientifiques et dont l espri t cr i t i qu e ’

était assez b orné a ssa â côté de ces consid e ,

rations et concl ut a b ord de l ét ern i té a l infinité ’ ’ ’

i ndépendance puis o n ne sa i t tro p comment , , ,

de cette infinité a celle de g randeur pe ut êtr e ,



afin que l i ndépendance soit assurée ar l i mpos ’

s i bilité d une réalité r i vale de celle



e l univers ’

si l univers o ccup e tout l e p ossi ble qu est cc ’



,

qui o u rra it menacer so n i ndépendance ? U ne


fo i s e mond e t enu pour i n fin i i l est man i fest e ,
70 L A PHIL O S O PHI E G REC OUE A VA N T S OOE A T E

q u on doi t le dire uni que mais le mot



un ,

pr ê te au s si a u ne é qui vo que dont profite Mélis


s o s : l u nité devi ent a ses yeux l homogénéit é
’ ’

dans la d u rée et quant a l essence l u ni vers est ’ ’

al ors déclaré imm o bile immuab le et impassi bl e ,

au tant q u indivisibe C e dernier caractère qui



.
,

ti ent a l unité m ême du tout est i mpliqué par


les premiers car tout changement suppose la


,

pl u ralité dans ce qu i change et la dou leur est ,

l e ffet d un commencement de désagrégatio n


’ ’
.

Mais surtout Mé liss o s ni e la divisi bilité parce



q u elle i mpli querait le vi de c est â dire la réa

,
— —

lité du non ê tre le q u el ne saura i t être ; et de



,

p lus qu e lle briserait l unité de l invisible lim i


’ ’ ’

terait l infini ferait imparfait l e parfait T out


,
.

changement serait encore naissance e t mort ,

et il y a longtemps que le mo nde aurait péri s i


j amais i l avait comm encé a changer ne fut ce ,

q u i nfi

n i m ent peu A rrière don c toute
ph i lo
. s o
p hie expliq u ant le réel par le mélange et par fe
mouvement .

On a signal é la ress emblance de l etre qu i l


substitue au sens i ble avec l e Die u du spiri tu a ,

lis me d une part et d autre part avec l élément


’ ’ ’

, , ,

obj ectif constant supp osé par la science moderne


sous les apparences changeantes et subj ective s .

C est a j uste titre to u tes réserves faites Mais


,
.

ri en n o blig e a supp oser l ident i té du fond méta


’ ’

physi que de l uni vers et de Dieu ni q u i l ne


,

se passe rien dans ce fond métaphysi que qu e ,

la conscience d ailleurs nous fait toucher en


,

l une de ses parties ce lle qui est no u s E t rien


,
.

n est pl us vraisemblable que le parallélisme du


ré el et de nos i mpr essi ons de s es lois et de ,


C HA PI T R E V I

E mp édo k le .

E mpé do k le, né v ers 490, et A na xa g o re s o nt


c ontemp ora i ns L o n ne sa i t avec cert i tude s i
.

l act i v i té ph i losop hi q u e du remier, l e pl u s


eun e des deux , devança ce le d u second , et



on fondé a cro i re qu e l es spéculati ons
es t
d A na x a g o re ne fur ent pas sans i nfluence sur

E mpé do k 1e i l est sage cependant d im i ter A r i s


tote qu i tra i ta i t d abord de ce derni er car i l


,

a ppa ra it vraiment comm e le trait d un i on entre


d une part les I oniens y compr i s Hé ra k liæ et


Di ogène d A po llo nie et d autre part A nax a


, ,

gore e t l es A tom i st es De pl us l i nfl u en ce des


.
,

P ytha g ori c i ens qui fu t tr è s vite a peu près


,

u ni verselle est spéc i alement remar q uabl e chez


,

lui et l est da vanta g e qu e c h ez les A nté so cra
,

ti ques dont il nous reste a parl er E nfin ses .

emprunts au x E lé a tes sont souvent pl us i mm e


dia ts que ceux de ces dern i ers les S op h istes ,

exceptés .

C e n est pas q ue ce citoyen de l a do r1 enne


A g rig ente soit u n p auv re inv enteur ; s o n syn


74 LA PH IL O S OPHI E G E E OQ UE A VA NT SO CRAT E
cré tis me est très avi sé et
tou t prendre auss i ,
a ,

or i ginal que te lle ou te ll e des doctrines qui y


entrèrent Mai s E mpé do k 1e avait si l on peut
.
,

p arler ainsi m o i ns de raison que d int el ligence


,

s es i nt u itions s o nt d un ph ilo s0 ph e

mais i l ,

manque de fo rce et de profondeur de suite aussi ,

dans ses réflexions ; et le penseur se double


d u n mystiq u e d un thaumaturge d un magi
’ ’ ’

, ,

ci en d u n i lluminé S ans do ute il fu t b on ing é


,

.

ni eur et habi le médecin ses aptitudes p o liti ques


p urent m ê me inspirer a ses concitoyens asse z

de confiance p o u r q u ils voulussent le choisir

comm e chef honneur qu i l refusa ; mais i l s e
,

fa u t défier d u n ho mme sur l equel l histoir e


’ ’

raconte mi lle légendes si surto u t elle aj oute ,

qu il les voyait éclore sans d épl a i s ir Q uand



.


m ê me i l serait inexact qu i l prétendit nettement
se faire passer p our un dieu et qu i l se j eta fina ’

lement dans l E tna i l faut se souvenir du pro


verbe qui dit : L on ne prête qu aux riches ’ ’


.

C était une âme to urmentée prenant peut être


,

la vi e au tragi que autant qu H é ra ld ite l accent


’ ’

de S OII élo quente p oés i e est parfoi s to u t mo derne .

N o u s prions ce u x qu i volontiers l e négl i gent de


s e demander si l histoire de la philosop hi e ’

grec que pri mi tive serait auss i intellig i ble au


cas où le poème d E mpé do k 1e n aurait pas la i ssé’ ’

de trace .

A u remier ab ord l auteur de la cél è bre doc


tri ne es quatre éléments peut pa ra itre n avoir ’

fa i t qu e prendre l eau a T ha lès l air a A na xi


’ ’

m è ne le feu a Hé ra k lite la terre n étant que le


, ,

dense des Pythagori ciens concrétisé L ongtemp s .

l A mo u r et la H a i ne qu i l adj o ig n i t a ces q u atr e


’ ’

,
LA PHIL OSO PHIE G R ECQU E AV A N T SOCR AT E
corps ,
fu rent re g a rd es ou C omme de u x noms
o é ti qu es qu i l donnait aux deux as ects de la

orce te nu e par A na x ima ndre p our mma nente p


a la matière , o u comme deux princi pes sp i ri
tu els , comme l es deux man i festat i ons de l a cti

vit e divine dans l univers ’


.

I l est faci le de rattac h er l a pre sque totalité de


ses opini ons a cel les de ses devanciers ; mais
par la même i l l est d autant m oins de d eter ’ ’

miner a u j uste ce qu il y eut de personnel dans ’

ses emp runts ; i l est même ma la is e de rendre



sa pe nsée avec fidél i té Méd i ocre a p l us d un .

égard es t l i ntérêt d inventio ns comme celle pa r


’ ’

exemp le d un am o ur et d u ne haine aussi maté


,
’ ’


riels que l e fe u o u l air d un c i n qu iè me et d un ’

,

sixième éléments auss i divins mais no n p lus , ,

que les quatre prem i ers ; ma i s i l ne faudrai t


pas méconnaître la valeur de l i ntu i ti on s i neuve ’

qui rappro che E mpé do k le de la sc i ence contem


p o r a i ne : i l professa le premier la p l ural i té , ,

des corps si mp les P l us de m on i sme simpliste .

ni de d u alisme a b stra i t ; avec lui se fa i t j our un


pluralisme bien plus ra i sonnable que cel u i
d A na x a g o re un plurali sme sans danger p our

,
’ ’
l utile croyance et l unité d u monde a la perma ,

ne nce de l a quantité totale du réel ; cette do c


trine n es t pas mo i ns préc i euse s cientifiqu e

ment q ue celle des A tom i st es cep endant plus


,

profonde O n aura it tort d y c h ercher des ele


.

ments perses o u d y vo i r un man i ché i sme ant i ’

01 pe .

d E mpé do k le

Le monde est ét ernel fin i sans , ,

m éla nge de v i de et i l repasse i ndéfiniment par


,

les m ê mes p h ases de dé vel op pe ment et d invo ’


76 L A PHI L OSO PH I E G R E C Q UE A V A NT S OC R A T E


I l est composé d air d eau de feu de
lu ti o n .


,

, ,

terr e et a u ss i d amour et de ha i ne O n p eut


,
.

égale ment bien se serv i r des termes d amiti é et ’

de discorde L es quatre pr emiers élé ments plu


.
,

tô t passifs b ai gnent dan s l es d eu x derniers


, ,

pl utôt actifs i ls sont tous égaux en volume iné ,

m

a le e nt subt i ls comme le montre l i mpu i ssance
g ’
des se ns à p ercevoir l a mour ma i s aussi maté ,

ri els et aussi div i ns i mmuabl es en leur essenc e ,

e t indestructibles T oute la diversité des qual i té s .

qui se rema rqu e da ns les ch oses est du e a des


méla nges en proport i on vari ée des s ix éléments ,

aux di fférences de structure de leurs a grég a t s


fets des l ois générales de l é quil i bre

et aux e f .


L a mour rapproche j us qu aux dissem b lables et

la discorde sépare ce qui a été rapproc h é ; mais


a vec ces deux ê tres forces collab ore une lo i cel le

,

de l attraction du semblable par l e s emb lable ,

qu i l ne faut pas con fondre avec l a mour L e




.


résultat composé de l acti on de l amour et de
cette l oi est finalement la producti on dans l uni ’

vers d une ho mogéné i té maxima de sorte qu à


’ ’

parti r d un certain mo ment l eur act i on c esse


s emble t il d é tre heur euse dans l e K o s mo s



-
,
car ,

l h omogénéité croissante am è ne progressive


ment la di spar i ti on des ê tres spécial i s é s qui sont ’


,

des com b i naisons D un autre côté l act i on .


,

comp osée de la discorde et de c ette l oi ne peut


pro duire une h étérogén é i té absol u e car ce que ,

la d i scorde sépar e cette loi travaille a le ras ,

s embl er en masses homog è n es di f férentes entre



el les A u r este l hét é rogénéité absolue aurait le
.
,

mê mee ffet q ue l h omogé né i té a bsolue o u même


q u e la plus g ra n d e h omogéné i té p o s sible bien


LA PH IL O S O PHI E GRECQU E AVA NT SO C R ATE
pl us elles se ressemblera i ent to ut a fait : d u ne
,

part en e ffet o u r concilier leurs exigences la


, , ,

discorde et la o i devraient amener un mélang e


uniforme d éléments i nfiniment ém i ettés afin

u e les parties so i ent to utes séparées et que les


qissembla bles so i ent à la foi s aussi élo i gnés et ’
aussi rapprochés que possible ; d autre part

,

l amour et la lo i agi ssant ensembl e ne ferai ent


pas autre c h ose étant donné que l e mélange ,

u niforme dont i l v i ent d être parlé est aussi l e ’

plus intime que l on puisse concevoir E n tous ’


.

cas i l est clai r que la discorde commence par


,

travai ller a la format i on du K o s mo s L e système .


,

o n le vo i t a quel qu e chose d indé cis et l opp o


’ ’

, ,

sitio u avec l Hé ra clitéisme n est pas comp lète


’ ’
.


C est surtout a cause de l amour qu i co llabore ’

avec son contraire a la création des formes q ue ,

le monde se h âte vers sa fin ce n est pas surto ut ’

a cause d e la discorde dont l e ffet est d a b ord


’ ’

plutôt h eureux p u i s tantôt heureux et tantôt


,

malh eureux au cours de la vie de l univers ’


mais l act i on de la d i scorde fin i rait par être
fatale au K o s mo s s i l amour dont le rôl e est ’

h eureux dans la pér i o de o ù nous s omme s


encore ne se c h argea i t de ramen er l un i vers et
,

s o n commencement .

Q uant au mouvement tourb i llonnaire qu i



,

so us l act i on des l o i s de l é q uili b re ré g ular i s e ’

le désordre app orté par la h aine au se i n du T out


en repos i l faut se g arder de l u i c h erc h er dans
, ,

E mpé do k 1e une cause ple i nement i ntelligib le


,
.

C ette vue o ffre p o urtan t un grand intérêt ; elle


aussi réalise un progrès sc i ent i fique O n com .

prend ass ez b i en q ue l accél é ration du to ur bi llon ’


LA P H I LOSO PH IE GR EC Q UE A VA N T SOCR AT E
résulte de l absorption par lu i des mouvements

, ,

chaoti ques ori gine 1s mais i l est moins ai sé de ,

voi r p ourquoi l e tourbillon favorise l action


de l amour

qui se p lace a son centre et
, ,

di sperse cel le de l a haine qui se porte a sa ,

c irconférence I l est vrai que la haine a com


.

mencé a agir suivant E m pé d0k le comme du


,
’ ’
,

deh ors ; et qu i l y a dans l i dée de l amour ,


c e lle de rep o s i fait so ger au centre d


q u n , u n
’ ’
tourbi l lon ; et que l amour s i l est situé la doit , ,

rep ousser son contraire tout en profitant du


m o uvement déterminé par lui p our lui ravir au
passage de quoi former lu i même des agrégats -
.

M ais m algré tout on ne peut voir i ci tout a fait


, ,

c lair ; l argume ntation d u phil osophe mal par


tie se tord en spira les étranges dont ri en de


,

s ati sfai sant ne peut sorti r L a victoi re finale est .

touj ours a l amour mai s l e champ de son acti


vit e est préparé par la prépondérance préalab l e



d e la haine qui n est complète qu un i nstant la

, ,

d issociati on maxima étant aussitôt diminuée


par la loi de l attraction du semblable pa r le ’

s emblable et par la dispersi on m ê me d e s ele


ments du princi pe de haine qui se di ssocie tout ,

c omme i l di ssocie E ntre temps les de u x prin .


,

c ipe s contribue nt da ns la mesure de leurs forces ,

et p our autant qu i ls se renco ntrent e ntre l e ’

c entre et la circonférence du tourb i llon a former ,

les ê tres passagers que nous connaissons la


multipli cation et la prospérité de ces ê tres sont
favorisées o u retardées par la prédominance a l
ternante de l a mour et de la h aine dont les e ffets

,

sont l o i n d ai lleurs d ê tre nécessairement les pre

miers touj ours heur eux et les seconds touj ours


80 L A PHILOSO PHI E GR EC Q UE AVA NT SO C R AT E

O pini ons E to i lesfixées au ciel et plan è tes errant


.

plus bas sont feux sans consistance la lune est


formée de vapeurs et reçoit du solei l sa lumi ère .

E n médecine E mpé do k le qui sut faire des , ,

ob servations précises est p our l e fond tri bu ,

taire d A lkmé o n mais sa b i ol ogie est pl u s er



,

sonnelle ; suivant lui dans la génération ans , ,

la croissance des plantes et des animaux qui


apparurent après el les dans la production ,

m ê me des désirs amo u reux et dans la percep


tion règne d i versement u ne m ê me lo i L œil
, .


connaît chaque chose par ce qu il conti ent de
semblable a elle i l connaît la lum i ère et l o b s ’


cu rité par l e feu et par l eau qu i l contient ; i l


fa ut de même qu i l existe dans tous nos autres
sens quelque chose d a na lo g u e a toutes les

réalités extérieures dont i ls nous avertissent la



percepti on c est encore le semblabl e qui attire
,

so n semblable et s unit a lui ex a ctement co mme


, ,

j adis les membres épars qui naissaient de la


,

terre s u nirent d après le u rs a ffinités tantôt

d une ma ni è re précaire tantôt de man i ère et


réussi r des ê tr es viables L a cause de toutes les .

qual i tés intellectuel les et morales serait une


heureuse proporti on des éléments qui consti

tuent nos organes la pensée n est que le sa ng

du c oeu r ; l âme est la résultante des propriétés
psychi ques de la matière en nous mais no u s
p ossédons une autre âme sans ana logie ce lle , ,

ci ave c celle de Hæ ck el ; c est un démon qu i


,

lui est suj et a la métempsychose i l subit le


,

s ort … que nous méritons E mpé do k le tire du .

pri ncipe de la métempsychose les m ê me s p ré


ceptes prat i ques qu e les Pytha g or i ciens Ses .
LA P H I LO S O PH IE GR E C Q ü
E VA NT A SO C R AT E 81

démons sont de la même famil le que les dieux


secondaires qui p euplent l atmosp h ère mai s i l ’

croi t a un vra i D i eu uni que p lus grand qu e l es ,

d i vins éléments pr i mord i aux eux m ê mes c est —


l e T out c est la g rande sphère O n voit ma l


,

comment i l exi ste d apr è s l ui une sorte de loi


,

p hys i que de j u stice car sa métempsyc h ose


e s t cel a dans u n mond e o ù la sp i ritual i té de
Di eu est encore s i confusément entr evue Ma i s .

v i vait il s o n système o u pl utôt un système de



,

croyances o rph i qu es î S o n l i vre des Pu rifica


2
ti ons favori se la s econde hypot h ès e et perme t
de voir en l ui auss i un précurseur de P laton .

D ai lleurs g râ ce a u ta nt p eut être a s o n ima gi



-
,

nat i on qu à sa rai son i l est presque au s s i so u


vent précurseur qu i l est discipl e l e s s u bj ecti


vistes d une pa rt et les sp i ri tualistes les pl us


réali stes de l autre les c hi m i st es de notre ép o q ue


comme l es alchimi stes du mo y en â g e les evo ,

lu tio nnistes et ceu x qu i s arr ê tent dans la marc h e


régress i v e vers l unité bref des espri ts de tem p s


et de tendanc es b i en d i fférentes p euvent to ut


autant se réclamer de ce philo s 0 ph e qui ma nia i t
p o u rtant de façon s i naï ve les ax i o mes s i mpli ste s
auxquels la d i alecti que était alors attach ée .

C ela pro uve à la fo i s po ur et contre E mpé do kle .

De to us l es A nté so cra tiqu es c est a lu i que l o n ,


’ ’

réuss i t le m o i n s bi en a fa i r e u ne réputat i on
p r é c i s
. e

PHILOS OPHI E GR E C Q UE
C H A PI TR E V II

A nax a g o re .

A na æa g ore de C la ao mène , né en 5 00, v i n t


b ri ll er à A t hè ne s a u temp s de Pé rik1ès , d E u ri
.

p i d e et de P r otagoras Q uand i l m ourut , en 42 8,


.

S o k ra te ava i t quarante ans , l âge o ù A na x a g o re


éta i t ve nu de cette I on i e o ù l es A thé niens le


ren voy è rent p ou r avoi r ense ig né u ne piété q u i
l eur sem b la i t i mp i e I l finit à L a mpsa qu e to u
.
,

j o u rs o ccupé à l a r echerc h e du vrai qu i l paraît ,

avo i r re g ardée comme l e pr i nc i pal devo i r Bi en



.

qu i l la i ssa des d i sc i pl es dont A rc hela o s fut le


,

pl us célèbre o n p eu t d i r e qu e son éco l e n eut
,

p o i nt d aven i r S a ph i losophi e et ce l le d E mpé



.

dokl e o nt été l es d ern i ers efforts vraiment remar


u a bles de l a spéculat i on g r ec q u e dans la direc
q
t i on i nauguré e par T hal è s et A naxima ndre ca r
D i o gè ne d A po llo nie est un p ens eur second a i re

.

A ve c eux av ec la pl upart de l eurs r i vau x la


, ,

ph i l osop hi e se tro uve comm e dans u ne i mpas s e


p o ur avancer ell e et la sc i ence d evront s enga
,

ger dans des vo i e s ass ez d i ffé r entes o u mê me ,

r eb ro u s s er ch em i n q u el q u e peu s ou s peine de ,
84 LA P I H L OSO PH IE GR E C Q ü
B A V A NT S OC R A I E
‘ ‘

verser dans d insig nifia ntes redites o u dans ’

d inu tiles subt i lités



.

C ependant A na xa g o re a l a fo i s plus rigou ,

reux plus profond métaphysicien qu E mpé


,

dokle et moindre savant a plus contr i bué que ce ,

dernier et enri chir le trésor de la p erennzs p hilo


s op h ia et i l est plus i ntéressant à suivre que lui


,

dans l a lutte qu il s engagent chac u n a sa ma’

nière contre des opinions anc i ennes o u récentes


,
.

A uss i att a ché aux inst i tut i ons a ris to cra ti ues
'

que l étai t E mpé do k le a la dém ocratie



un ,

caractère tr è s nobl e et très désintéressé indiffé ,

rent a tous les avantages soc i aux et matéri el s


auxquel s il pouva i t prétendre par sa naissanc e
et la situat i on de sa famille i l pratiqua la ph i lo ,

S ophi e comme o n exerce une foncti on ; sa car


ri ère de p hilosophe n est pas sans ressemblance

a ve c cell e de S o k ra te Mais son ardeur est plus .

conte nue et j amais i l ne se départ de sa réserve


,
.

I l é cr i v i t en prose le premier i l illu stre de


figures u n l i vre de suj et no n mathémati que .

I l s inspira fo rt d A nax ima ndre en particul i er


’ ’
,

l e mélange i nt i me de tous les élément s qu i est ,

l affirmati on fondamentale de sa doctri ne rap


pel l e l « indéterminé

du grand Milé sien et ,

l o n s explique que leurs phi losop h i es a i ent é té

aisément con fondues malgré leurs profond es


di fférences P our A nax imène non seulem ent le
.
,

C laz o mé nien conserve u ne grande part i e de sa



sc i ence mai s l esprit de c elui ci bi en que très
,

,

d i ffér ent de l air âme de celui là le rappell e par



— -
,

b i en des trai ts Ma i s comb i en A naxa g o re est


.

plus près d u spi ri tu a l i sme pu i squ i l introduit ,


du d ehors d ans le mélan g e l E sprit q u i le vi ent


, ,

LA H I LOSO PH IE
P GR EC Q UE AVA NT SO C R A T E 85

déb rouiller et qu i l l e distin g ue s i soi g neuse
,

ment du reste des choses .

A P ythagore i l ne do i t presque r i en C o mm e
,
.

les E lé a tes i l n i e le v i d e ; comme eu x i l s e


,

préoccupe avant tout de ne p as v i oler le p ri nc i p e


d a prè s le qu elri en ne naît de r i en n i ne s a nnihi le
’ ’

et i l est pres que auss i i ntrépid e qu eu x à dédui re ’

de ce pr i nc i pe des consé q u enc es étonnante s


,

p our le sens commun Ma i s attac h é comm e l es .


,

a nciens I oniens a l obj e ctiv i té des réal i tés s ens i



b les et diverses i l s e fforce d e conc i l i er l un et
,

le m u lti pli e sans prêter aux crit i ques d u n


Zénon i l veut être en dépit de la difficulté t out , ,

e nsem ble aussi réal i ste et a uss i lo giq ue qu e


p oss i ble L es i ntentions cap i tal es de sa philo so
.

p hi e s ont en so mme cell es de l A to mis me s i ’

d i fférent p ourtant ; i l aura i t été peut être a to —

mi ste S il avait p u se déci der à n i er la réal i té des


a ppar en ces sens i bles D un autr e côté s o n D i eu



.
,

est tr è s vo i si n de celu i de S o k ra te .

S u i vant lu i i l ex i ste étern ellem ent u ne infi


,

nité d éléments i mm u ables ; l eur var i été do i t


ê tre par ei ll e a cel le des corps q ue nos s en s ,

g r oss i ers ma i s no n m ensongers nous p ermet ,

t ent de dist i n g u er C omment l e corps t i r era i t il


.

,

du pa i n de q uo i entreten i r le sa ng la c h a i r l es
, , ,

o s s i l n y ava i t de tout cel a dans l e pa i n


’ ’

,
La
ter re u i pro du i t le b lé cont i ent don c auss i de
to ut ceq
, ,

a ; i l y a de tout partout et dans l o r i l y ’

a seulem ent pl us d o r q ue d autre c h ose dans


’ ’

la ch a i r p lu s de ch a i r etc A utrem ent i l exis ,


.
,

ter a i t de vé ri ta b l es tra nsformat i ons c est à d i r e ,
- —

de vr a i es na i s sa nc es et de vra ies morts ce q u i ,

est impo ssib l e d ans l ordr e de la q ual i té c o mm e



86 LA HI L OSO PHI E
P G HE C Q UE AV A NT S OC R A I E
' ‘

dans cel ui de la quantité


une a g régati on de s embla bjes et e di ss eæ
t .
… fl æ
- -

bTËb Ë S ÎT ÜŒË mort est dés a r at io C ette


g ég n .

en oppos i
ti on abso lue ave c la science et la ph i losophi e
modernes ; car l unité et l u nifo rmité ne sont
’ ’

elles pas a u commencement Q ue l o n ne con ’

damne pas tro p vite A na xa g o re L ei bnitz vers ,

qui l o n revient posait a l ori g i ne u ne infinie


,

var i été de monades et j usqu à des sociolog u e s ,


se demandent auj ourd hui si la dive sit é


,

,
r

actuelle des ê tres ne su ppose pas une diversité ‘

ne poser au début qu une ’


diversité en puissance et c est le moins qu on ,

p uisse faire sera i t ce suffisant serait ce même


,

,
-

intelligi ble ? A vec une homogénéité absolue ,

p ourrait o n expli q u er l apparition de l h é té rô ’



-

gène Mai s u ne fois admi se l exist en ce d u n


2“ ’ ’

minimu m d h é té ro g é né ité initia le comment


,

s en tenir et ce minimum ? E n parti c u lier l o n ,


ne peut dire sans restri ctions qu e l A nax a g o
r i sme soit l e contraire de notre chim i e C el le ci .
-

a conscience de se fonder sur des hypothèse


no n seulement p ro visoire s en par ti e mai ,

encore esse nti e lleme nt symb o li ques ; ri en de


tel chez A na x a g o re évidemment mai s laissons ,

de côté la philosophie de l a chimie comme fait ,

le chimi ste en c o nstr u isan t sa sci ence N e peut .

o n interpréter la nouveauté des pro priétés d es


com b inaisons sans nier la persistance d e la
nature et des propriétés des éléments com o
sant s ? I l suffit au chimiste pour se ren re

intell i gi bl e ce q u i s o ère sous ses ye u x d a ttri


,

bu erto u t le nouv eau u co mb i né obj ectivem en t ,


88 LA H OSO PHI E
P IL G R E CQ ü
E A V A NT S OC R A TE

mêmes dans les autres part i es ? A ppli


, q u e

q u o n s nous ce
-
terme a des masses comme ce lles

que durent former d abord suivant lui l air et ’

, ,

l é th er en entendant que dans ces masses il y


ava i t prédominance de l air o u de l é th er sur les ’

,

autres éléments mélangés a ceux ci o u même en -

entendant qu i

avait dans l air ce qui se trou

, ,

vait aussi da ns é th er et réc i pro quement Di


l 2
’ “
.

sons n o us h o mœ o mères la chair qui est en nous


-

et la chair qu i est éparse dans l e milieu d où ’

2
nous ti rons notre nourriture N ous p ouvons dire “
.

to u t cela mais pu is qu A na x a g o re ne parla pas ’

d h o mœ o meries ne p ourri ons nous pas l imiter


’ ‘ ’

,

e t dire le s m ê mes choses en laissant ce terme ?


I l y a pl u s de diffic u ltés à résoudr e une autre
questi on soulevée réce mme nt ; On s est d e ma ndé
,

si A r i stote n avait pas faussé A na x a g o re en


p arla nt de par ties de sang de chair etc I l faut , ,


'
.

avouer qu u n e nnemi du vide qu un penseur


q ui s eX prima it s u r l infin i ment petit d u ne ma


’ ’


niè re qu i est d ej a la nôtre qu un continuiste , ,

enfin comme l e C la z o mé nien ne p ouvait a d


, ,

m ettre l existence de vér i tables particules I l est



.

donc assez nat u rel sembl e t il de supposer que ,


— -
,

l e méla nge dont i l parle est un mélange non de ,

p etits corps ma i s de qualités C e serait la sa


,
.

grande or i gina lité en face des A tomistes et sa ,

part dans la préparati on du P latoni sm e et de


l A ris to té lis me Mai s o n ou b lie bien des choses

.

quand o n so u tient cette thèse d abord qu A ris ’ ’

tote qu i ne commet guère de mé prises g œ ves


,

l orsqu i l eX po s e l essentiel des doctrines de ses


’ ’

prédécesse u rs en j uge tout autrement ; ensuite ,

q u A

n a x a g o re chez qu i les élém ents portent
,
le
LA PHIL O SOPHI E G R E CQUE A VA NT S OC R ATE 89

no m de semences et qu i sans aucun dou te ,

Concevait toute ex i stence sur l e typ e matériel ,



ne devai t pa s h ésiter l ors q u i l reprenait le voca ,

bu la ire de ses maîtres i on i ens lesquels ré a li


s a i ent l e se c l h u mi de le c h aud etc

,
t co n
e , ,
.
,

si dérer l es pr i ncip es des c h oses comme ri gou


reu s ement matériels ; i l ne o u va it songer à .

donner a ces termes un sens a trait ni se s ent i r ,

a rr ê té par la d i fficulté de l es ap li quer a l ex pli


p
cation des corps des corps qu i l conço i t tout a
,

fa i t comme le vulga i re E t puis il rend compte .


,

de tout par un déplacement des semences qu i l ’

serait difficile de se représente r s i l interpré ta ’

ti on traditionnelle ét a i t de tout p oint faut i ve L e .

fau drait i l l ouer d avoi r favor i sé a l avance une


-
’ ’

phys i que comme c elle d A ris to te qu i ne devait ’

,

p oint s en douter une p hy s i que u i l est s i

malaisé d aj uster au mécanisme o nt v i t la


'
s cience î P erdrait il b eaucoup à n être pl us l an
2 ’
-

’ ’
cè tre invol ontaire d une certaine classe d al ch i
mistes L e rapproc h er de Ka nt en l u i attri b uant
2

.

u ne p h ys i que o ù toute la d i vers i té des c h oses


résidera i t dans l a d i fférenc e d i nt ens i t é en ’

ch a qu e point de l un i vers des q ual i tés fonda ’

mentales pa rt out présent es c est u n parti b i en ’


'

téméraire et qu i va mal d a i ll eurs avec celu i ,


q u i con siste a l e rapproc h er d A risto te Ma i s i l ’


.

y a lus : u ne phi lOS O phié ré cen te ma g n i fique


n p
,

ep i t de s es parado x es no us a appr i s qu e , ,

s ans reg a rd er l e mond e ni comme co mp os é


d atomes n i comme une c o mbi na i s on de qual i

tés abstra i tes l o n p eut se représ enter et la


,

fois h armon i eusement l un i té et l a vari ét é des


, ,

ch o s es C elui q u i c o mm e A na x a g o re a co nç u
.
, ,
90 L A PHIL O SOP HIE GR E CQUE AVA N T SO C R AT E

l infini ment p et i t a la man i ere moderne n a pas


,

besoin de garder rien de l i dée de petits corps ’


insécables pour affirmer qu i l y a de t out dans
t out et il lu i est éga lement inutil e de réduire
,

les choses a des qua lités ab straites a ses yeux ,

les corps sont de telle nature qu ils se p euvent ’

e ntre pénétrer parfaitement ; leur mé lange peut


ètre d une intimité abso lue parce qu i ls sont


’ ’

i ndéfinim ent divisibles mais il s l e sont indé fi


niment non point parce q u ils seraient infiniment

d ivisés i ls le so nt parce que s i l n y a aucun e


’ ’

raison de soutenir une divisi on infini e s u r la


q ue lle aurait prise la criti que des E lé a te s i l y a ,

lie u de songer a tout a u tre c hose qu à une ’

divisi on spatial e : en n importe quelle parti e de


si p eti te soit el le i l y a place pour une —


,
l i nfinité de principes divers P ourquoi n o n si

.
,

l ins é ca ble n est



oint ? C es principe s p euvent

fo rt bien ê tre é ten us ê tre des matières puisque , , ,

d une manière gén érale l a matière ne requi ert


pas d être composée d insé ca bles L e mé lange


’ ’
.


ne serait pas plus impos s ib le dans l infini ment
petit que dans le sensible fin i ou dans l infini ’

ment grand C est seulement dans une hypothèse


.

a tomistique que le mélange int i me serait im


,

p o ssi b le a partir d un certain degré de petitesse ’

mais non dans une hypothèse où il y a para ll e


lisme parfait entre tous les degrés de la g ra n
deur C ertes la doctrine d A na x a g o re a ses

.
,

difficultés mais l A to misme en a d autres non


’ ’

, ,

moins irritantes a vrai dire et si la première


c onduit a mettre en doute l i mpé né tra bilité des

corps n est il p oint une physique récente qu i


,

-

fa i t de même avec discréti on mai s avec force


, ,
LA PHIL OSO PHIE G R ECQ U E AVA NT SO C RAT E 91

en face de l A to mis me dont la commodité est s i


relative et qui sacr i fie to ut a la clarté de l expo ’


sitio u scientifique C e n est pas un princip e d e .

la ra i son qu i nous porte a i dentifier avec la ,

vérité l a facil i té maxima qu e peut o ffrir une


,

théori e à l acti vité i nt ell ectuelle i l n y a la qu un


’ ’ ’

vœu de l entendement Aj outons que p our un



.


partisan de la subj ectivité de l es pace et la
science qui n e peut élim i ner to ut a fa i t la m éta
,

physi que va j usqu a cette affirmation mé ta phy


,

si qu e les o bj ecti o ns les pl us troub lante s que


l o n dresserai t co ntre l A na x a g o rî s me interprété
’ ’


comme nous fa i sons i ci tomberaient d elles
mêmes .


O n a remarqu é qu A na x a g o re qui r eg arda i t ,

le monde comm e i nfini et avait co nsc i ence de la


grav i té des di fficultés soul evées par l es E lé a tes ,

était o bli g é p o ur admettre l existence du mo u


,

vement et p our l eX pli qu er de superp oser a s o n


pluralisme un certain dual i sme d o ppo s er au ,


réel divers et passif un princi pe u n et actif cec i ,

mouvant cela ; le mouvement d u n infini d i t o n ’

,
-
,

est inconcevable C ela dépend même sans l e


.

vi de u n mouvement tout au mo i ns des part i es se


,

rait i ntelli gible D e plus rien ne força i t A naxa


.
,

gore à dépasser l Hylo z oï s me de ses maîtres ’

préférés S i donc i l présente l E s prit le N o u s


.

comme p ossé dant toute s c i ence to ute p uissance , ,

comme d i fférent de la nécessité comm e auto ,



nome , comme réglant tout en face d une matière
inerte pa r nature c est qu i l i nventa l e s piritu a
,

lisme p our les mot i fs qui font encore qu i l y a


des sp i rituali stes C e n est p o i nt la une exagéra



.

t i on ; peu i mp ort e s i le N o u s est encor e u ne


{ 92 L A PHILO SO PHIE G R EC Q U E AVA N T SO C RAT E

substance matérielle la plus subt i le et la p lus ,

pure ma i s bien matéri elle p ourtant ; les anciens


,

ne savaient pas encore être S piritualistes d une
ina nière plus conséquente il leur suffisait
. d épurer la mati ère d en imaginer une part i e

,

a nimant et mouvant l autre comme fa i t u ne pen


sée une volonté consciente


,
.

I l est cur i eux de vo i r A na x a g o re superposer


pl utôt que conc i li er l e dyn a misme spiritualist e
e t l e mécanisme E st ce supr ê me sagesse de sa .
-

part o u négl i gence


,
A vec cet espr i t qui ,

demeura très isolé et n eut g u ère pour l e co m ’

menter de descendants immédiats et directs


, ,

on ne sait j amais trop Q uoi qu i l en soit son .


Dieu p rincipe du mouvement de ré vo lution qui


,

expl i que to ute dissoc i ati on et toute agrégat i on ,

tout arrangement et toute tran s format i on de


tout arrangement paraît parfois a voir seule ,

ment dé cla nch é l activité du tout parfois aussi


i l sem bl e cont i nuer a le ré g ir mais de l oin : ,

c est comme si d h e u reu xWha sa rds p mdnisa is Œ


… ”

4 “ w n‘ . M C fl
— fl
.

t out moye nnant les conséqu ences fata les de la


_ “ O v


” E . . _ _
{

lo i du mouvement d u ne ! Q ËÆ Œ HQ Ê po u r

; ,

p et i ts mo u veî riÏèñtë de là ma tière et pour cëu x


A
‘ ‘ “
“ " "

des g rands corps M a lgré nous


_

un .
,

peu penser a D é mo k ri te tant i l oublie dès qu il , ,


arr i ve au détail des p hénomènes ce qui n est ,


po i nt mouvement et choc On so nge auss i a ce .

penseur moderne qui se contentait de demander


à Di eu une chi q u enaude p o u r mettre to u t en
branle O n songe m ê me a tel autre pour qu i le
.

monde réalisait de façon to u te mécani que un


plan i n i t i alement voulu et dont le succès était
a ssuré par la man i ère même dont la prem iè re
L A PHILOS O PHIE G R EC Q U E AVA N T S OC R A I E
' ‘

93

i m pul s i on a vait été donnée O n ne p e u t p ourtan t .

p oint douter que le N o u s d A na x a g o re ne ’

semble quel quefo i s le g u i de constant de to ute


, ,

la machine N e rendons po i nt notre ph ilo s 0 ph e


.

lus cla i r et p lus co h érent qu i l ne se souci e de ’


être E n somme s o n D i eu est plus p rès du
.
,

nôtr e ue c el u i d E mpé do k1e V e nant du dehors



.
,

un ch ors tout relat i f mouvo i r la masse ,

se mêlant a elle sans s y fondre l ui prêtant no n


, ,

pas a rto u t ma i s en ma i nt p o i nt de quo i


, ,

j o i n re aux éléments i nfér i eurs quel que â me


obscure comme celle de la plante o u de l ani ’

ma l d a utres âme s encor e de ce genre p eut


, ,

être et no s âmes et nous ce D i eu est dans u ne


, ,

lar g e mesure transcendant ; i l n est pas c elui
du pant h éisme n i même du pa nenthé isme mai s
, ,

il est avec tout es c h os es d une manière o u d une ’

d une p ro fondeur tr è s
8

i né g al e dont les un es se reli ent au fond de so n


,

s y st è me et l es autres a des p h ilosoph i es pr es q ue


pé ri mé es d ej a a cell e d A naximène surtout
,

,

forment av ec un certa i n nombre d i dé es plutôt
,

b iz arr es so n b a g a g e s c i entifique I l s u t profiter


,
.


de conna i ssances et d h yp othèses courante s
o u r donner la t h é o ri e vé ri t a b le des p h ases de
a l une et des écl i pse s i l recon nu t que la lu ne
r eço i t sa l um iè re du s o l e i l et p r o fessa qu e la
for ce du m o u vem ent de révo lutio n empêc h e la
c h ute des corp s cé lestes i nc a ndesc ent s et l um i,

neu x o u o b scurs i l cro y a i t la l une pl u s proche


de la t erre q ue le s ol ei l et celui ci plu s roc h e
,
-

de nou s q ue les éto i l es ; la lun e es t p o u r u i tr è s


94 LA PHI L OS O PHI E G R EC QUE AVA NT S OC R AT E
se m b lable a la terre et habitée notre mo nd e ,

l ui semblait n être qu e l un de s mondes qu i’ ’

existent ; i l disait que les plan tes o nt apparu


avant les animaux et que la générati on asexuée ,

précéda l autre ; i l expli qua exacteme nt les
crues du N il Mais po urquoi faisait il encore la
.
-

terre plate sous prétexte qu ainsi l air p eut la


,
’ ’

soute nir et concave so us pré texte q ue le l ever


,

du so lei l retarde a mesure que l o n va de l orient


’ ’


a l o ccident L a compression de l air rend mal

compte du reto ur d u sole i l et d e la lune vers les


tropi ques et le dessein ( che z le N o us va
ri er les climats et les saisons exp li que mal l in l ’

clina is o n de l a terre L i dée de l élargissement


’ ’
.

constant de la sph è re du mouvement et de l or ’

i i progressive de l un i vers sont de ’

g a n sa t o n va

l e u r ainsi que l idée d une force qui pro jette loin
,

d u centre des masses i ncandescentes Mai s p our .

q’
u o i ces masses sont elles plates ? P o urquoi -

l ori gine du mouvement fu t elle au septen —

tr i on ? O n comprend mieux qu e le plus grave


s e soit d abord concentré a u mil i eu de la S ph è re

.

C est accorder peu au sole i l que de le dire un


peu pl us grand que le Pé lo po nès e et i l est ,

tout a fa i t étrange d eX pliqu er la vo i e lactée ’


par l ombre de la terre sur laquell e tranche ,

rait la lumière des étoiles dans la rég i on du c i el


o ù elle s e proj ette La nai ssance des vi vants a
.


l a suite d une plu i e de germes tom b és de l a i r

o u des vap eurs atmosp h ér i qu es et prospérant


i c i bas grâce a la chal eur est une t h éor i e pour

,

une m o i tié arb i traire et b anal e pour l autre ,


moit i é L a physiolo gi e d A na xa g o re en contient


.

d autres du même g enre et qu i vont mal av ec


,
CH A PI T RE VIII

L e s A t o mi ste s L e u k i pp e , D é mo k ri t e .

O n p eut o u b l i er qu E mpé do k le A

,
na x a g o re ,
Mé lisso s Ph ilo la o s Di ogène d A po llo nie ’

, , ,

P rotagoras et D émo k rite furent plus o u mo i n s


contemp ora i ns de S o k ra te ca r l es p l us â g és ,

d entre eu x ne lu i pr i rent au cun e i dée et de son



, ,

côté i l ne crut pas devoir s a tta rder à cons i dér er


le déta i l de leurs do ctrines exc ept i on fa i te plus , ,

o u m o i ns p our celles de P rotagoras et de q uel


,

q ues S o phistes ; l es grands p enseurs q ue n ous’


a vons étud i és j us u i c i i l ne les ap erçoit gu è re
u à travers ces q
,

erniers A u contraire i l y a

.
,

es réacti ons m ulti ples entre l a pl u part des


é col es touj ours v i vantes dont i l a été parl é ;
, ,

a llons plus l o i n i l e xiste une sort e de co nt i nu i t é


,

entre l es plus i nconc i l i a b l e s des p hi l osop hi es


qui s y sont él a b orées ; leurs affirmat i ons o u

s enc h aîne nt o u susc i tent soit des a ffirma


ti o ns opp osées so i t des p o i nts de vue qu i ns


p ire le souci d éc h apper à des o bj ect i o ns dont



.

o n a compri s la forc e .

S o k ra te apparut en pl ei ne p ér i od e cr i t iq u e ; a
PHI L O S O PH IE G R E C Q UE 7
98 LA PHILOSO PHIE G R ECQ U E AV A N T SO C R A T E

côté de la cri ti que plutôt scept i que cell e des ,

S Oph istes il existe alors une cr i ti q u e constructive


,

et j usqu à un certain p oint syncré tiqu e cell e


des derniers do g mat i ques de la premi ère epo


que C est chez les A tomistes surtout qu e l on sut
.
’ ’

mettre a profit l e meilleur des idées qui s éta i ent ’

fait j our L ori gina li té de cette écol e est grande


.

ma i s elle est dans des inventi ons qui perm i ren t


de conserver l es pl us précieux des ensei gn e
ments des I on i e ns des E lé a tes et d Hé ra k1ite ,

.

L e u k ippe né à M i let probablement et dont la


, ,

na i ssance doit ê tre très antéri eure a 4€ 0 date de ,

celle de Démo k rite s o n di sc i ple avait entendu , ,

Zénon L A to mis me est sa création o u a peu


.

pr è s S o n œuvre disparut dans celle de s o n


.

cont i nuate ur dont on la d i stingue mal o n a


,

d o uté a tort semb le t il de l ex i stence de


, ,
— -
,

L eu kippe I l est de ceux dont la glo i re megal e



.

p as la valeur ; et de ce u x là est aussi tout e -

prop orti on gardée D é mo k rite l ui même dont ,



,

tout porte a penser que les travaux très co nsi ,

dé ra bles ma i s auxquel s les grandes ph ilo s o


,

p h i es socrati ques p ortèrent nécessairement


om b re devaient avo i r to us un extrême intérêt
,
.

’ ’
L a réputat i on qu i l conserva grâce a l E picu ,

ri sme q u i s ins pira de l ui en l a ffa ibli ss a nt est

, ,

mêm e auj ourd hu i fort a u dessous de ce qu elle


’ ’

,

devrait être C ertes i l est d autres A nté s o c ra


.
,

t iq u es q u i aura i ent aussi mérité plus de disci ple s


’ ’
i mmédiats qu ils n en firent et i l y a da ns l A to ,

mis me des lacu nes déplorables ; ma i s a bie n ,

des é g ards D é mo k rite est l un des ancêtres les


,

p l us aut h ent i ques des p enseurs modernes .

I l éta i t origi na i r e d A bdère et i l y m ourut ’

,
1 00 LA PHILO S O PHIE GR E C Q ü
E A VA N T SO C R AT E

avo ns prop osée de la doctr i ne de ce dern i er est


exacte P our eux l e nombre des éléments est
.
,

infini ; ils s o nt éternels immuables en quant i té et ,

en qualité mais rigo u reusement impénétrables


,

et tous de m ê me nature séparés pa r des inter ,



valles vides grâce auxquels s eX pliqu ent l e
mouvement les di fférences de densité de co nsis
, ,

tance et l ori gine de toutes les impressi ons


,

d i verses que font sur n o us les c h oses C omment .


,

sans l e v i de expli quer la cro i ssance des vivants


,

par la n u trition et la p ossibilité de la p énétra



tion dans un vase plein de ce ndres d un volume
, ,

d eau éga l a leur masse R ien dans ces éléments



ne les di fférencie du vide d une manière qui
parle a notre imagination n étaie nt l es pro ’

ri é té s mécani ques qui se j oi gnent a l eurs pro


p
p ri é té s mathématiques ils ressembleraient ,

tout a fait a u non ê tre qui les encadre et les —

sépare Mais ce non être de s o n côté j oue un


.

, ,

rô le tellement important dans la formati on des


choses qu i l acqu i ert par la mal gré s o n néant
,

, ,

comme une sorte de réalité P résentés comme .


i ls l e sont che z les A tomistes l être et le non ,

être paraissent se rap procher chacun de l autr e ,


presque de la m oiti é de la distance qui l es


sépare E n dépit de sa croyance au v i de Dé mo
.
,

krite évo que la pensée de Descartes i l évoqu e


aussi celle d A na x ima ndre tant son être est p eu

déterminé et celle d A nax imène et d autre s


,
’ ’

encore qui furent si près de morceler la réalité


en ato mes I l n est pas le premier qui ait essayé
.

d éliminer de la théorie du monde toute i dée de


transmut ation mais nul sinon son maître L eu ,

kippe n avait encor e s i b i en réussi a expli q u er la


,

LA PHIL OS O PHIE G RECQUE AVA N T SO C R A T E 1 01

d i vers i té a l expli quer sans préj ud i ce p our cett e


,

unité que presque tous l eurs prédécesseurs


entendaient maintenir quand même l e but de
c eux c i en somme avait été d év i ter de reco u ’

, ,

r i r a cette d i vers i té pr i m i tive infin i e dont A naxa


gore ne cra i gnait pas de faire le princi p e de
sa doctri ne S uivant Dé mo k rite tout se pro du i t
.
,

par agrégat i on tout se détru i t par dé sa g ré g a ,

tion d atomes ; l eurs d i fférences de forme de


grandeur d ordre de p osit i on les d i fférences


,

, ,

fortuites des éd i fices qu i l s construisent en ’


s a g ré g ea nt l es différences no n mo i ns fortu i tes
,

qui se j o i gnent et cell es ci comm e la réductio n —


,

à l état pulvérulent o u l existence en mass es

cons i dérab les les di fférences enfin des or g an es, , ,

s u r les q uels a gi ssent des états de c es or g ane s ,

vo i l a de quo i permettr e de concevo i r que des


c i rconstances d ordre purement géométr i que ’

e t numéri que puissent donner l i eu a des sensa



t i ons qualitat i vement d i fférentes D autre part

.
,

ramené a l atome le réel ne garde t il pas ’

,
— —


l un i té l i dentité e t tous les autres attr i but s qu e
,

P arm en i de j uge a i t essentiels et l êtr e ? A u h eu ’

de n i er le mo uvement p our sauver la réal i té de


l être et to ut d ab ord p our échapper a la né ces
’ ’

’ ’
s i té d admettre la p lura li té a laquell e l être
répugnerait i l faut suivant D é mo k rite poser l a
, , ,

p lural i té et même l e v i de afin d eX pliqu er cette ,


div ersité et ce mo uvement qu i ne peuvent être


niés Dès l ors qu est il encore b eso i n de d et er
.
,

-

miner la mat i ère prem i ère co mm e Hé ra k 1ite ,

d admettre une divers i t é min i m a c omme E mp e


dokle de tout confondre dan s u ne var i été o ri


,

g in ell e infin i e av e c A na x a g o re? A vec l A to mis me


,
1 02 LA PHIL O S O PHIE G R EC Q U E A VA N T S O C R AT E

l I o nis me est achevé , l E lé a tis me est re ctifi e,


’ ’

Hé ra k lite , E mpé do k le sont dépassés , et l A na xa


g o r i s me devi ent en part i e i nutile L e princip e .

de tous ces progrès , c est l empru nt fa it aux ’ ’ '

P ythagoriciens de leur vi de dont on a fa i t un vrai


vide et la conversi on de leur poi nt ma th é ma
,

tique en un ê tre nettement physi que .

’ ’
S a ns doute l idée d un insécable ne nou s
,

satisfa i t pas complètement celle d une petitess e ’

absolue et pourtant non infi niment petite nou s


i nquiète nous pensons volontiers qu il y a plus ’

de richesse dans le fo nd des choses que n en ’

suppose D é mo k rite et nous avons peu de goût


p our le vi de etc Mais nous prenons cep endant
, .

notre parti des dé fauts de l A to mis me qui nous


rend des services incomparables auj ourd hui ’

encore N ous passons sur ses difficultés sans


.

remords grâce a notre croyance a la symbo li


,

cité de la vérité sc i entifi que La science pen .


,

sons nous suppose la réalité de l espace qui

, ,

n est guère moins synonyme du non être que



l antique vide et guère moins étonnan t que l ui


si on l e remplit d é th er car il n est pas l é th er’

,
’ ’

m ê me la science exi ge la réal i té du temps du ,

mouvement et peut être requ i ert elle une posi


,
— -

tivité de la noti on d infini que ne postule p oint la


prati q u e de la ma th é ma ti qu e mais que postule la ,

philosophi e de cette prati que ; en to u t cas el l e ,

exige des parti cu les insécables comme les d er


ni er éléments du D L eb on
” que cet éminent ,

savant dématérialise a u reste bea u coup p lus


qu il n est nécessaire Mais peu nous importe
’ ’
.

que la ph i losophie nie en tout ou en partie l o b ’

j ectiv i té de ces not i ons car la d i v i s i bilité ab e o,


1 04 L A PHI LOSO PHIE G RECQUE A VA NT SO C RAT E

C onstanc e quantitati ve et qualitative des é lé


ments c ausalité ri gi de tels sont les pri ncipes
, ,

qui dom i nent la physique ato m i st i que ave c cet ,

autre moins évident qu e les ato mes doiv ent


, ,

être d une forme très diverse non seulement



,

p our que la vari été i nfinie des résultats de leur


rencontre s eX pliqu e ma i s auss i parce qu e

, ,

nous dit d ej a L e u kippe i l n y a pa s de ra i son ,


pour qu i ls se ressemblent tous I l y a quel que



.

chose qui fait prévoir l é tro itess e du matéria ’

lis me v u lgaire que nous connaissons tous dans ,

l e parti pris cependant l ouable avec le quel


, ,

l école rend compte de toutes choses par ces


principes les ato mes le vi de et le mouvement


, , .

C e mouvement sans le quel le K os mos ne se ,

formerait pas crée et l infini des mo ndes dont le


,

nôtre n est pas le centre et dont les apogées


,
i nfini ment diverses se suivent au gré de l a ,

nécessité qui rassemble et désunit au hasard ,

dans l e vide les éléments pleins compacts et


, ,

i mpénétrables C omment s ex pliqu e t il ? P ar l e


.

— —

choc E t l e cho c ? P ar un mouvement antér i eur


. .

E t i l en fu t ains i touj ours S i cette éternell e .

a lternance no u s trouble D é mo k rite en nous , ,

présentant l e mouvement comme inhérent a la


matière même qui serait active autant que pas ,

sive n o us o ffre un moyen de nous étonner un


,

p eu moi ns ; cette vue est d ai lle u rs auss i mo ’


derne qu e l interdicti on de s interroger s u r les

premi ers c o mm encements L a p orte n est pas .


absolument fermée a u dynamisme dans la doc ,

trine de D é mo k rite l Hylo z o i s me i onie n ne s an ’ ’


n u le pas en l ui j usqu à la dern i ère trace Mais u n ’


.

retour a quel que chose d a na lo g u e ne s est il pas


’ ’
-
L A PHILOSOPHIE G R E C QUE A V A N T SO C R AT E 1 05

prod u it de j ours au sei n m ême du mé ca


no s
nis me qu e nul ne songe à abj urer tout a fait ?
,

Grâce au mouvement i l se j o i nt aux qualités ,

premi è re s des c h os es une qualité qui p our , ,

D é mo k rite résulte de l une de celles ci : la




,

grandeur contient la ra i son de la pesanteur L es .

qualités que l on d eva i t us tard appeler


secondes sont déj à su ctives a s es ye u x .

Q uel g én i e ne fallait i l p o i nt pour son g er a de—


,

du ire la pesanteur au lieu de précéder E p i cur e ,

en fa i sant d el le co mme i l eût été s i naturel


, ,

un e qualité fondamentale de la mat iè re Q uel l e


sat i sfact i on ce serait p our la sc i ence moderne , ,

si elle p ouvait déduire ains i qu elle le souhaite


w

, ,

la qual i té que N e ton fa ute de mieu x enfer ,

mait encore dan s la ma s se sous l e no m d a ttra c


ti on à la man iè r e d une vertu sco la stiqu e l
,
.

A j o utons pourtant que s i non c h ez Dé mo k rite ,

du mo i ns c h e z ses disc i ples la pesanteur fu t ,

conçue plus conformément à l op i n i o n vu l


ga1 re .

T o ut se passera mécan i quem ent comme s i l a


mi tié d E mpé do k le o u plutôt s o n attraction ag i s


s a ient dans l e m onde de même que dans les


tourb i llons de vent que no us o u vo ns vo i r o u ,

par su i te du mo uvement vo u u du vann eur i l ,



s o pè rera dans le grand tour bi llon mond i al
,

résultant de s m ouvements qu i se h eurtent de


flanc une sé g régation des éléments qu i se res
,

semblent L es atomes se g ro u ero nt d après
.

leurs ressemblances de ta i lle et e fi gure d o ù


toutes les c h oses de comp osit i on p lus o u mo i ns


homogène que no us r encontron s D é mo k rite .

évoque donc mal g r é la d i ffér enc e des t em ps et


,
1 06 LA PHIL OSO PHIE GR E C Q ü
E AVA N T SO C RATE

des doctrines la pensée de S pencer ; leurs evo


,

lu tio nnisme s sont parents .

I l est incontestable que les form es b i z arre s


des atomes de Dé mo k rite avec les Ornements ,

qu i dé terminent par avance leurs chances d u ’

ni on avec d autres et l e u rs crochets qu i symbo


li sent de trop loin ce que nous nommons affini


tés détonnent dans l e parti pri s général si peu
, ,

p u éril de l A to mi sme I l est certes ingén i eux


,

.

d exp li quer que le fer so i t plus dur qu e le plomb


p ourtant plus lourd en allég u a nt q ue le vi de , ,

moindre dans cel u i ci est moins également -


,

répart i dans cel ui là ; d eX pli qu er l ac i de par—


’ ’

des angles p etits et sub ti ls le d oux par la ron ,

deur d atomes pas trop petits l e b lanc par le


li sse le noir par l e raboteux et les deux autres


, ,

couleurs fondamenta les le rouge et l e vert , ,



par d autres qualités géométri ques mais i l est
clair que ces vues sont sans valeur O bservons .

cependant qu en ses parties obscures no tre ’

physi que cherche dans ses hy pothèses auxi liai ,

res qui souvent méritent de se démo der pro mp


tement de quoi achever de construire des th eo
,

ries dont le fond est sûr et que l o n veut a ’

cause de cela formuler sans plus attendre E t .

p ui s ce n est pas peu de chose que d avoir en


,
’ ’

trevu ainsi que fit D é mo k rite la t héo ri e des


, ,

synthèses graduées et success i ves .

Dans un tel monde un Dieu est inutile mais , ,

des di eux sont p ossibles des dieux mo rte ls ,

auxquels permettent de vivre en des régions qui ,

s y prêtent les mêmes lois nécessaires qu i


favorisent l ex i stence des êtres vivants dans


t o us les astres o ù i l y a l eau et les autre s c h o ses ’


1 08 L A PHILO S OPHIE G R ECQUE AVA NT SO C R AT E

vine e t i l n y a pas en nous de véri table un i té


,

.

L a théori e dé mo cri té enne de la percepti on a


été esquissée en partie ainsi que celle de la v i e ,

elle est a de mi génia le et demi bizarre grosse , ,

de préj ugé s grossiers et de vér i té s positi ves pré


ci eu s es Des obj ets i l se détac h erait comme de s
.
,

empreintes de fai ble épaisseur qu i pén è tre ,



raient en no u s par l es yeux d o ù la p ercept i on ,

vi suelle qui est u n cho c de ces empre i ntes sur


l élément âme qu i est en nous o u l empris o nne

,

ment m ê me de ces empr eintes par notre subs


tance perceva nte tout ce qui se voi t existe donc ;

la meilleure preuve qu i l y a des dieux dans un ,

tel système c est que l o n en rêve T o utes les

.
,

autres sortes de perceptions seraient a u ssi par ,

l interméd i aire de leu rs organes propres comme


un toucher un toucher di fférent s u i vant les


,

atomes qu i arrive nt vers eux e t selon ce u x qui ‘

comp osent ces organes les atomes d âmes qu i


se p ressent en certaines parties du corps fo nt
celles c i sens i bles C es t pourq u oi la perception
— .

ne ré vèle rien de proprement o bj ect if ell e n ap ’

pren d qu elle mè me connaissa nce obscure dont




,

la vanité est manifestée par les différences des


sensations su i vant l es êtres les âges l état de la , ,

santé ,
C e qu on dit des choses s u r l a foi’

des sens n est qu e l opinion d une maj ori té ; ce


’ ’ ’

n est que conventi on R ien de spirituali ste che z



.
,

D é mo k rite dans l attri bution de la connaissance


l égitime a la raison ; la raison c est le cerveau ,


j ugeant bien par analogie avec le p lu s sûr des


données des sens grâce a l absence d u n excès ,
’ ’

d hum i dité et a une températur e convenable ; ce



n est ri e n de pl us .
L A PHILOSOPHIE GREC OUE AVA N T SO C R AT E 1 09

I l est tr è s regrettabl e que nous possé di ons s i ’


eu de rensei gnements sur l ouvrage où D emo
lîrite conse i llait le ph ilo s0 ph e dans la reche rche
du vra i ; i l y exp osait sa méth ode que deux ,

préceptes résument : su i vre l exp érience et rai


sonner par anal og i e avec ell e ; la seule i dée



d écrire sur ce suj et est p l u s remarquabl e que
tels des résultats de la méthode dé mo crité enne .


L a grande prudence le subj ectivisme d ailleurs ,

modéré l empi risme p l u tôt matéri aliste de Dé


,

mo krite l ont fait accuser a tort de scepticisme



.

A ins i que P yt h agore et H é ra k lite mais bien ,



p lus qu eux i l est préoccupé de l h omme spé
,

c ia lement de l homme m oral I l est hé don i ste




.
,

c éta i t fatal mai s i l l est en sage en i ntellectuel ’

fin d i st i n g ué et O pt i m i ste L e bien pour l ui


,
.
, ,

c es t l e b onheur ma i s celu i q u i p eut agréer au
,

phi losophe amant du vrai prudent sans pré , ,

j u gés grossi ers h a bi le a chercher


,
en so i une
s a ti s fact i on touj ours access i ble et qu i connaît la
nature et se connaît lu i même ha bi le à m odérer -
,

tous ses désirs a c h o i s i r l es b iens certai ns et


,

durab les vertueux par i ntér ê t sans doute mai s


, ,

sachant dans quelle large mesure l intérêt co ï n
c i de avec ce qu on nomme vertu Hé ra k lite veut

.


qu on ag i sse to uj ours par réflex i on non par ,

p eur ou par entra inement A certa i ns moments .


,

i l dépasse beauc oup la morale plutôt l i ttéra i re


et asse z b anal e qui es t d ord i na i re la s i enne

uand par exemp le i l app ell e le corp s la tente


qe l âme o u qu i l reconnaît a l intent i on une

,
’ ’

val eur pl us g rande l act i on Mais quand i l ’ ’

qu à .

ü

déco nse i ll e l e m ar i age a cause des tracas q u i l
am è ne ou q u i l prél ude à un co smo po li sme
’ '

,
1 10 L A PHILO SO PHIE GRECQUE AVA N T SOC R AT E

plus commo de que généreux i l montre b i en ,

que le niveau de son éthi q u e a quoi cela est


,

c onforme n est pas très élevé
,
.

I l eut des disciples mais parmi eux i l faut


,

compter des S ophistes L e meille u r de ses do c


.

trines ne fru ctifia que médiocrement I l en passa .

c ependant quel q u e chose chez P laton A ristote ,

e t les S to i ciens ma i s bien moi ns que d H é ra k 1i te


‘ ’
.
,

E t i l fit la fortune du pauvre E pic u ris me Ma lgré .

toute la valeur des derni ères p h i losoph i es qu e



nous venons d examiner i l était temps qu e
,

l eS prit grec s e renouv elât ; les S oph i st es q u el


d
’ ’

q u e mal q u o n p u i ss e pen s er e ux vena i


, ent a
l eur h e ure .
112 L A PHIL O S O PHIE G RECQUE A V A NT SO C RA T E

foi s fort h onnêtes et même est i més j usqu e dan s


,

cette S parte o ù les beaux d i seurs n o btena ient ’


pas d ordinaire grand créd i t N ulle part a la .
,

vér i té o n ne j ugeait très honorable q u ils fissent


,

paye r leurs l eçons mai s on sentait qu ils étaient


,


nécessa i res et p o u r compléter l éducat i on fort
, ,

sommaire que l état dis pensa i t alors et p our


, ,

accroître la culture générale dont les seul s pro ,

moteurs poss i bles étai ent ces hommes a l hor i ’

z o n souvent plus étendu que les ph i losop h es et


qu i p arlaient a de plus grands aud i to i res L eur .

’ ’
li berté d esprit plaisait j usqu en ses excès et
des générations a ffiné es passionnées de beau ,

langage frondeuses a l égard des traditi ons
, ,

curieuses de points de vue neufs et d inventio ns ’

i ngénieuses en tout genre mai s spécialement ,



de toute théorie ayant pour obj et l homm e et ce
qui le concerne E n somme quand ils appa .
,

ru rent vers l e milieu du V siècle les S op h i ste s


e
, ,

trouv è rent une soc i été faite pour eu x et o ù leur


p lace était marquée .

I ls sortaient en général surtout au dé but des , ,

écoles de philosoph i e c est pourquoi la S oph i s ’


ti que honorab le qui ne dura guère plus d un
,

dem i siècl e fut ce lle du commenceme nt Mais


-
,
.

i l y eut des S ophistes j usqu à la fin des temps ’

a nt i ques ; des h ommes de cond i tions fort


diverses et de presque toutes tendances se rat
ta ch è rent â eu x S i nous les considérons a travers
.

les œuvres de P laton et d A risto te i ls ap arais ’

sent tels que se les représente a u j o u r hu i le ’

vulg a i re co mme des scepti q u es et des dis pu


,

fe u rs fallac i eux vains j usque dans leur aj uste


,

ment et mal h onnêtes par principes prouvan t ,


LA PHIL OSOPHI E G R EC QUE A VA N T SO C R AT E 113

a ve c une égale ardeur u n e même chaleur com ,

mu ni ca tive le pou r et le contre C est â p eu près



.
,

cela qu i ls dev i nrent en e ffet mais non pas d un e


,

man i ère si générale que le nom de S op h iste ne


û t l ongtemps encore a rè s S o k ra te comm e
p ,

avant lu i ê tre appli qué à es sages et des phi


, ,

l osophes authenti ques et des hom mes habiles


e n des domain e s d i vers et auss i di gnes d est i m e ’

our leur moral i t é que po ur l eur savo i r I ls o nt


pelas poussé à l ab us de la subt i lité dialectiqu e
.
,

autant q u i ls en ont favori sé le lég i tim e usage


et démoralisé leurs conc i toyens autant qu i ls les ’

o nt p ortés a réfléchir sur les choses morales ;


i ls o nt contribué a la di ffusion du sceptic i sme ,

du scepticisme reli gieux en parti cul i er auta nt


que pré lu de à la créati on de la logi que de ,

l a cr i t i que de la connaissance et de l ex é g ès e
de b on al o i i ls ont trava i ll é à l é nervement .


de la langue grecque autant qu i ls ont été
b ons grammairi ens et utiles phi lolo gues
i ls o nt p e u t être plus encouragé les esprit s et s e

contenter de tra i ter avec br i o de to ute s choses


’ ’
qu i ls n ont développé dans l âme grecque le

goût d u ne culture un i versel le ; mai s parei l s


,

aux penseurs de notre X VI I I siècle et de l A uf e

k lci ru ng a llema nde ils o nt été ceux sans lesquel s


bien des prog rès ne se seraient p as pro duits .

L e meilleur de leurs i dée s l eur vi nt pr i mitive


ment de l eurs ami s o u de l eurs maî tres p h i l o
S ophes o u encore de ces pens eurs si nombreux
, ,

au v siècle que l h isto i re n a po i nt sacrés phi
e
,

1 0sophes parc e u i ls n ont


’ ’
pas élab oré de
systèmes ma i s d ont la sagac i té s ex erça sur
,

ta nt de p o i nts de morale de pol i t i que d hi sto i re , ,


PH I L O S OPH I E G B E Ç Q Ü B 8

114 L A PHILOSOPHIE G RECQUE AVA N T S OC R A I E
' ‘

de médecine o u d autres sciences soit th é o ri ’

q u es S oit prati ques I ls se s ont eux mêmes


, .

souvent adonnés a des recherches scientifiques .

S i ls se gâtèrent au p oint qu e l on sait i l est


’ ’

j uste d en accuser en partie leurs clients qu i


le u r demandaient de les débarrasser de s oru


pules g ê nants de les munir de rece ttes po u r ,

réussir en toute o ccasi on a la tribune et ai lleurs .

O n vo u lai t qu ils fussent des pro fesseur s de


succès et i ls se pr ê tèrent a documenter les arri


,

vi stes N é ta ient i 1s pas dès le tem ps des sici


.

-
,

liens K orax et T isia s des maîtres d é lo qu ence ? ,


R api de fut leur déchéance dont le cours se ,

dissimula assez longtemps sous une vogue


croissante avant que leur nom devint une inj ure
,
.

Q uel écart entre P rotagoras entre G orgias et ,

H i ppias eux m ê mes et surtout Pro dik o s d une



part et de l autre P olos T h ra syma qu e E u thy


,

, ,

dème K a llik lès Dio nys o do ro s etc ?


, , ,
.

O n a dit j ustement que la S ophisti que fu t l e


tr i omphe de la subj ectivité de l indivi d u alisme ,

intellect u e l e t moral ; mai s les premiers mo


ments de la dissolution furent féconds p our la
rénovati o n qu i s impo sa it C ette rénovati on ’
.
,

c est vraiment S o k ra te qui l a cco mplit et les


’ ’

S ophi s tes q u i l mépr i sait pêle mêle avec de




,

vrais philosophes appartiennent encore nota ,

b lement a u passé S o k ra te l un des S ophistes .


,

uoi q u e l eur ennemi c est l avenir ; et tous les ’ ’

qo g ma tiqu es antérieurs ma lgré les germes


,

féconds qu i ls o nt se més mais qu i vont do rmir


un temps plus o u moins l ong sont bien le pa ssé ,


.

S ans doute les S ophistes ont puissamment aidé


,

a modifier l ori entat i on de la p h iloso ph i e mai s


,
116 LA PHI LOSO PHIE G E E OQ UE A V A NT SOC R ATE

S uivant P laton l homme i nd i vi d u el était p our


,

P rotagoras la mesure de toutes choses cette


,

opini on qui s entend fort bi en en u n sens non
,

scepti que semb le po u voir s interpré ter a i nsi


,

ét a nt donné l a g no sticis me métaphysi que du


S ophiste nous ne percevons ri en d autre que ’


l e ffet comp o sé d u ne insaisissable réalité et de

notre nature tell e qu elle est a ffec tée au mo ’

,

men t O ù no u s percevons par l âge l état de la , ,

santé et toutes les c i rconstances i nfin i ment


var i ables o ù nous nous trouvons V oil à qui .

est clair et il n y a p oint la de scepticisme


,

pui sque toute perception est vraie p o ur qui


admet la fameuse prop osition de P rotagoras .

I l ne faut pas sous prétexte qu e le sens u a lism e


,

de son contemporai n D é mo k rite i nsiste pl utôt


sur la nature de l homme en vi sa g é comm e ’


esp èce ou bi en sous prétexte q u i l n y a rien de
,

pareil et l interprétati on de P laton dans tel livre


anonyme qu i sembl e d inspirati on pro ta g o ri ’

c i enne rompre avec l e commentaire traditi on


,

nel récemment p er fection né de la phrase en


, ,

question elle s expli que sans di ffic u ltés dans l e


sens i ci i ndi qué et un dé mo crité en p o uvait l ap


,

p rouver en parti e to ut aussi bien qu un discip le ’

de cet Hé ra k 1ite dont P rotagoras était l ui même —


l élève S eul un E l eate s en p ouvait scandaliser

.
,

bien qu en somme p our lui comme p o ur notre


s ophiste i l n y eût qu e le réel de perceptib le


vraiment C ertes si la réa lité en soi est ell e mê m e


.
,

changeante no s perce ptions n ont pl u s d atta che


,
’ ’

ave c quo i que ce soit de fixe ; mais alo rs ce ,

n est pas vers le sensualisme courant qu e te n


dra i t l op i n i o n de P rotagoras ce s erai t p lu tô t


,
L A PHILO SO PHI E G REC QUE AVA N T SOC RAT E 117

vers l e S cepti cisme ; car du ph é no mé nis me pur , ,

i l ne saurait exister a cette ép oque la moindre


trace Mai s P rotagoras n a p ro fo ndit pas les

.

p
conséquences de son relativi sme prenons le —

do nc comme i l no us l e donne i l suffit à la gl oire


de s o n auteur O n exagérera i t son mér i te s i o n
.

l ui attri buait l idée nette d une c ert a i ne véri té


’ ’

humaine dont i l est parlé c h ez les P osit i v i stes


mo dernes o u ch ez l es Kant i ens et il est curi eu x
,

de voir ceux qui le veulent confondre ave c l es


sensual iste s ordina i res le tirer en même temp s ,

vers K ant p lus que ne font l es h istor i ens qu e


nous approuvons O n do i t avouer p ourtant q ue
.

P rotagoras paraît en fait oublier bi en souvent


ce que s o n sens u ali sme a de spécial de str i cte ,

te ment i nd i vi dual i ste ma i s quoi ! n est il pas



a ussi très souvent to ut pare i l a un rat i onaliste


, , ,

a un dogmatique ? P ourquo i vo ul o i r qu i l a i t
été tout d une p iè ce C e n est pas qu il a i t l u i
’ ’ ’

, ,

fa i t p rofess i on de pro uver le p our et l e cont re


s u r un même suj et ; i l ne s est pas amusé à fa i re

mi roiter des S op hi smes ; ma i s i l eut asse z de


sa g acité pour apercevo i r la co mplex i té des
pro b l è mes q u i se p osent et l h omm e et la forc e ’

des ar g uments qu 1 peuvent être dressés p our et


co ntre une même thèse l e lu i reproc h erons

nous R ien ne prouve qu i l so i t all é plus l o i n ;
r i en ne prouve en parti cul i er qu i l ait prat iq u é
, ,

la r h étor i que autrement q ue comme un art de


fortifier le part i l e p lus fa i b le quand i l mérit e

d être le pl us fort .

I l eut sem b le t il à un h aut degré le goût de


,
— —
,
.
,

la mesure ; S il déclar e u on ne peut arr i ver a


’ ’

q
bi en traiter des di eux c est prud ence de s a par t
0

,
118 L A PHI LO S O PHI E G R E CQUE AVA NT SO C RAT E

et no n point athéisme ; s i l est agnost i que en

métaphysi q u e c est qu il ne rencontre rien d ab
,
’ ’

sol u par mi tout ce qu i l perçoit i l ne p ens e rien ’

s u r les choses qu il ne voit pas p o u r la m ê m e



.

raison qu i l ne ni e rien de ce qu il voit o u m ê me


’ ’


de ce que voie nt les a u tres sans qu i l le voie lu i
m ê me C est la sa façon d ê tre sage I l est t em e
.
’ ’
.

raire de l e représente r une réflex i on de Gœ th e ,

aidant com me une sorte de pragmatiste a ffir


,

mant ce q u i l est util e d affirmer et ce la seul


’ ’
.

N ens eig na t il pas la sagesse domestique et



— -

c i vi que la modérati on et la j u stice ? E t déclarer


,

tout p laisir n est pas un bi en e st cc d un


’ ’

q u e ,

pur sensua liste ? Faire dépendre l e bie n de l o ’

pini on est parler i l est vrai de façon équivo que


, ,

mais i l n y a point d é qu ivo qu e a préconiser


’ ’

comme i l fit le bien qui dure L a et ailleurs


,
.
,

P rotagoras est aussi é loig né que p ossi b le du


subj ectivisme radical O n o u blie trop a son suj et .
, ,

q u il existe un dogmatisme très concilia ble


avec un subj ectivisme très avancé d ej a et qu un ,


h i lo s 0 ph e peut ê tre encore beaucoup pl us né g a


p
t eur en métaphysique que ne le fut notre phi lo
so ph e sans ê tre pour cela scepti que en d autres

domaines E t l o n peut tenir c o mme lu i le lan


.

, ,

gage pour un ensemble de conventio ns sans ,

ê tre scepti que o u nihiliste en morale o u m ê m e


en science O n peut s u rtout ê tre incohérent
.
, ,

quand o n n est pas plus un phi losophe de race


que ce S ophiste A u reste quel phil osoph e es t .


,

sans contradict i on s ?

Il Go rg ia s
. C ombien mo i ns sym p athi qu e
est l enco mbra nte personnalité du s icih en Go r

1 20 LA PHI L OSO PHI E G R EC Q U E A VA N T S OC R A I E
‘ ‘

néant il ne p ourrait non plus être éternel ca r ,

i l faudrait qu i l fût infini et l infin i ne saurait


,

être ni en s o i ni en a utre chose I l aj outait .

que si l ê tre éta i t i l serait inconnaissable car


, ,

s i l être était connu il l e serait par une pensé e


dont l obj et serait tout entier réel de sorte qu e


tout ce qu e l on pense d i mpo ss i ble d a bs u rde


’ ’ ’

, ,

comme par exemple une course de chars sur la


m er sera i t réel
,
I l allait plus loin encore S i. .

l ê tre était connaissable disait i l la science n en


’ ’

, ,

p ourra i t être commun i quée car qu y a t il de ,



— -

c ommun entre les mots qui ne sont que des ,

s o ns et les choses qu i ls désignent ? E t c o m


ment une même chose serait elle p ensée par —

deux ind i vidus di fférents ? P ourtant i l y a ,

p lus de vanité et de sottise que de perversité


c he z G orgias qui valait encore mieux en , ,

s omme que ses t h éor i es T r 0 p de complaisanc e


,
.

our un art o ù il excella i t et trop de goût pour


a gl ori ole vo ilà ses défauts de fond O n ne p eut
,
.

défendre auss i bi en la plupart de ses i m i ta


teurs .

III P râdikos d e K eo s et H ip pia s d E lie son t


.
'

de j eu nes cbntempo ra ins de P rotagoras et de


,

G orgias L e remier mérita l e stime de S o k ra te



.

i l conseillait e ffort et Hé ra k 1ès é ta it s o n héros



.

I l était utilitariste sans do u te et essimis te , , ,

m a i s ce fu t un é lo quent prédicate u r e vertu il



ensei gnait qu e la mort n est point a craindre
’ ’
tant que l o n vit et q u elle n est rien pour ceux

q u elle a frappés ma is ta nt s en faut qu il n ait


’ ’ ’ ’

fa i t autre chose que d imaginer des rai s o nne



LA PHI LOSO PHI E G E E OQ UE A VA N T SO C R AT E 1 21

me nts aussi artific i el s I l laissa des tr a vaux s u r .

le langage sur l or i gine des mythes qu i l


,

,

expl iquait par l a nimisme naturel a l h omme et


’ ’

par sa t endance a divi n i ser les i nventeurs .

Jama is l es S ophi stes n eu s s ent en mauva i s e


réputat i on s i ls ava i ent compté beaucoup de


Pro dik o s O n n en peut dir e to ut a fa i t autan t



.

d H1ppia s q ue l e s pectacle de la d i vers i té des


législatio ns et l observat i on de la nature h u ’

ma i ne en général co n lu is irent a ne vo i r dans les «

l oi s qu e des moyens d O pprimer les h ommes ’

elles lu i semb lent une v i o lence faite a l a natur e .

C ependant i l reconnaît une val eur absolue a cer


ta i ns préceptes ; aussi p e ut o n croire q u i l s e

-

dé fia it plu s des codes u i l n était scept iq ue sur


’ ’

q
le fond de la moral e L ensembl e de s es travau x .

embrassait toutes l es sc i ences al ors connues les ,

p lus j eunes com m e les lus anc i e nnes e t i l ,

exce lla i t en tout g enr e de itté ra tu re Bref i l fu t .


,

l u n des plu s br i llants parm i les sa g es du typ e


nouveau .

T out ce qu i l y av a i t de di ssol va nt dans la


doctr i ne des S op hi st es porta v i t e s es fru i t s .

P laton ne paraît pas avo i r exa g éré les défauts


de P olos l a ss i stant de G or gi as n i l e c y nisme
,

de K a llik lè s q ui est le N ietz che de l ant i quit é ’


.

L es T hra sima qu e les E u thydème les D io nys o , ,

doros les K ritia s et tant d autres mettent a la


mode le scepti c i s me plus qu e cela la négat i o n , ,

audacieus e o u i ron i que de toute vér i té moral e de ,

toute croyanc e rel ig ieuse T out ce qu i ls ramas



.

s ent de sc i ence tout ce qu i ls o nt d esprit o u


,
’ ’

d é lo qu ence ils l emplo ient a faire la cr i t i qu e


’ ’

de ce qu i ét ai t vénéré l ap ol o gi e de la n a t u r e

, ,
1 22 L A PH IL OSO PHIE G R EC Q U E AVA NT SO C R AT E

d e l a mo ra lis me


et du succès L é ru ditio n .
,

l ing é ni o s i té d un très grand nom bre assure


’ ’


l eur crédit et o n leur pardonne de n avoir aucun
,

préj u gé parce qu ils amuse nt et m ê me i nstrui ’


s ent A côté d eux travai llent des médecins des
.
,

historiens des po lygraphes L es S ophistes colla


,
.

bo rent avec les u ns et les a u tres po u r es qu iss erles


premiers linéaments de savoirs tout nouveaux
e t dont la li st e est encore a peu près cel le des , ,

sciences qu e nous cultivons les philosophes


sont de moins en moins seuls à régir la cité des
e sprits ; ils y gardent la première place ma i s i ls ,

o nt de pl u s e n pl u s de rivaux .

O n comp oserait malgré to ut un recueil as se z , ,

c onsidérab le avec l es pensées de valeur aj outées


par les S ophistes a ce lles des phi losophes pro
m C ida ma s qui proclamait

p re ent dits est A l k .

u e n u l homme ne naît esclave A ntipho n par la


q .

d e l éducat i on dans des termes dignes de P laton


e t d A ris to te H ippias avait a ffirmé l égalité des


’ ’
.

h ommes S i l on rassemb lait sous le nom de



.

u t ce qu i l y a d i dée s générales

p hilosophie to ’

c h ez l es S o phistes les philosophes les écrivains , ,

littéraires et l es lég i slateurs de la péri ode qu i


finit à S o k ra te on ne tro u verait peut être pas
,

u ne conception moderne qui n ait été au moins


p ressentie alors ; et si en même temps l on s e , ,


d éci dait a considérer l œuvre d es savants de ce


temps comme beaucoup p lu s scientifique sou ,



v ent qu elle n est philosophique o u aurai t enfin

, , ,

de la pér i ode a nté s o cra tiqu e de l é vo lution intel


lectu elle des Grecs une i dée a pe u près exacte , .


N o us possédons auj ourd hui assez de d ocuments
p o u r savo i r rect i fier le s err eurs les pl us gr o s
NOT E BIBL IOGR A PHIQ Ü E

I l ne s a g it point ici de do nner des renseig nement s


c o m p l ets ,
m a is ce u x q u i s u ive nt s u ffiro n t a q u i v o u d ra
a ppro fo ndir e n a ma t eu r sé r1 eu x u n suj et s u scepti b le
d o c c u per enco re b ien des g é néra t1 0 ns de sa va nts E n
_


.

r e m ier lieu , i l fa u t lire les F ra g menta p h um


p
r œ co ru m, é dit és pa r Mu lla ch , vo l I , Dido t , Pa ris , et
g’ .

l H isto ria p h ilosophiæ g rœ cæ , pa r R itter et Preller,


Pe rth es , G oth a I l est t o u t a u ssi indispensa b le de
.

co nsu lter les D o æog rap h i g rœ c i, pa r D iels , Berlin On .

s era it ma l fo ndé à nég lig er des o u vra g es de sec o nde

p h i e, p
a r
hi
U c b
d
w
ma in co mme le Gru ndriss der Gesch ich te der Ph ilo so
er eg Heinz e, vol I , Mitt ler, Berlin; la

G

Z
.

l l d B
P h i los o p e es r ecs , p a r e er,
t ra . o u t ro u x ,
vo l I , Ha ch ett e , Pa ris ; L es P enseu rs de la Grèce,
.

a r Go mpe rz , t ra d R e mo nd, Pa yo t L n n t
p .

y ,
a u sa e , e
A lca n, Pa ris L e prem1 er de ces t rois o u vra g es est
.

r é c i eu x pa r sa lu mineu se c o nc1 sio n et ses renseig ne


p
ments b i b liog ra ph iqu es le seco nd est d u ne sû reté

u niqu e et d u ne o bj ectivit é presqu e a b solu e ; ma is l o


’ ’

rigina lité de la spéc u la tio n g recqu e et so n i ndépenda nce


des do ctrines o rienta les et é gyptiennes y sont ex a g é
ré es ce défa u t est a b sent du t ro isiè me o u vra g e , q u i ,
de plu s , présente u n t a b lea u trè s c o mplet et t rès
viva nt de l a ctivit é int ellect u elle g énéra le des Grecs

ma is il fa u t se défier u n peu de l ima g ina tion de l a n


’ ’

t eu r I l est to uj o u rs u tile de lire l E ssa i su r la M éta



.
1 26 LA PHILOSO PHI E GR E C Q ü
E AVA N T S OC R A I E
' ‘

h
p y q s i u e d A

r is to te , p a r R a v a is s o n ,
J o u b er t ,
P a r1 s O
. n

p ro fi t er a b e a u c o u
p a u s si ,
à
. c o n d i t i o n d

ê t re s u r s es
a rdes d l l d l d l H i

g ,
e a e c t u r e u v o . VI II e s to r y fo

Greece, pa r G ro te ; so n a po lo g ie de la S O ph istiqu e es t
p a r fo i s o u t r é e I l
. e s t i n di s pe n s a b le d e m é di t e r lo n g u e
ment P o u r l H is to i re de la S cience h ellè ne, pa r T a n

nery, A lca n, Pa ris le rô le des Pyth a g oriciens est


a dmira b lem ent mis en reli ef da ns ce livre u i dé tru it
q
u n g ra nd n o m b re d erreu rs co u ra ntes

ma is il a rrive à
l a u teu r d ê tre d u ne h a rdiesse ex cessive

On de vra
’ ’
.

co nsu lter L es P h ilo so h es


p g é o m è tr e s de la Grèce, pa r

Milh a u d, A lca n, Pa ris , et L a M o ra le a va nt les P h ilo


s op h es, pa r L Ména rd, D ido t , Pa ris E nfin il fa u t pa r
ü
. .

co u rir des co llectio ns co mme l A rch i v f r Gesch ich te


der P h ilosop hi e, dirig ée pa r L S tein , R eimer, Berlin.

la R evu e p h iloso phiqu e, dirig ée pa r R i b o t , A lca n,


Pa ris i rig ée pa r Pillo n,

et l A nnée h iloso hi u e, d
p p q
A lca n, Pa ris I l ne sera pa s i nu tile , enfin , de lire le
.

ch a pit re rela t if à la G rè ce da ns le M a nu el de l H is to i re

des R elig io ns, pa r C ha ntepie de la S a u ssa ye , t ra d du .

ho lla nda is pa r H u b ert et L evi, C o lin , Pa ris Bien .

ent endu , cet te liste est to u t a fa it so mma ire , ma is elle


indiqu e le minimu m des lect u res qu il est indispensa b le

de fa ire po u r co nna itre le plu s s û r de ce qu o n peu t


sa vo ir s u r les A nt ésocra t iqu es , et po u r co mprendre les


difficu ltés d u ne h isto ire pa rfa ite de leu r pensée N o u s

.

no u s permettrons de renvoyer a u ssi a u ch a p 1 1 de .

no t re E ssa i critiqu e s u r le D ro i t d a f m l

fi r e r ,
A ca n ,

Pa ris, et a u x ch a pitres I V et V de la I pa rtie de no t re “

M o ra le ra tio nnelle da ns ses rela tio ns a vec la Philoso


p h i e g é n ér a le , P a o
y , t L a u sa n n e .
B O UD e C ,
L t i e É di te u rs , P a ri s ( V I B
)
N o u velle C o llectio n

LA PE NS EE CHR ÉT IE NNE
T ex tes e t E tu d es

Volu mes i n 1 6 a p rix di vers —


2 a 4 fra ncs .

a i nt I ré n é e , pa r A lbert D UF O UR C Q , Pro esseu r à l Univers ité f .


de Bo rdea u x , D octe u r è s —
ett re s 1 vo l 2 éditio n 3 fr 5 0 l . .
°
.

fra nco

a i nt Ju st i n e t le s A p o lo g i st e s d u s e c o nd si è cle ar ]
,p
.

R I V I E R E D o cte u r e n t h é o o ie , Pro e sseu r à l eco le


. l g f
l
'
t héo o g ie d A lbi, a vec u ne i ntr
'
o du ctio n pa r Pierre B A T I FF O L ,
R ec te u r de l I nst it u t c a th o liqu e de T o u lo u s e, 1 V 3 fr 5 0 . .

ri g è n e , pa r F
PR A T , s ecré ta ire de la C o mmis sio n bibliqu e
. .

1 vo l 3 fr 5 0 ; fra nco . 4 fr .

a i n t V i n c e nt d e L é ri n s , ar e rdina nd B R UN E T I È R E de F ,

l A c a démie ra nça is e e t P
'
F
e L A B R 1 0 L L E , pro e s seu r a l Uni
, . f ’

ve rs it é de F
ribo u r ( S u is s e) 1 vo l g
3 fr fra nco 3 fr 5 0 , . . .

S ai nt A t h a na s e , pa r C A V A L L E R A , 1 vo l 3 fr 5 0 F . . .

a i nt J é rô m e , par J T U
T e rt u lli e n , pa r le mê me
a i nt J ea n D a ma s c e n e , pa r V E R M O N 1 , ro fe s seu r a u S co la s .

t ic a t de s L a z a ris t es 1 vo l , 2 édit 3 r ; fra nco 3 fr 5 0 °


. . . . .

a i n t B e rn a rd , ar E V A C A N D A R D , a u mô ni er d u L yc ée de
R o u e n 1 vo l . édit 3 fr . . 3 fr 5 0 . .

a i n t F ra n ç o i s d e S a le s , pa r o rt
t l Unive rs it é de B o rde a u x 1 vo l

e .

9 T h é â t re é d i fi a n t e n E 5 p ag n
M o li n a , C a ld ero n) , pa r M a rce l
1 vo l 3 fr 5 0
.
fra nco .

o n a ld p a r P au B O UR GE T , d e l
'
A ca délm ie r a nç a is e et F
M ic h elS A L O MO N 1 vo l 3 édit
,
°
. . .

M o e h le r pa r G eo r es G O ! U, 2 g A °

w
,

Ne m a n , L e développement du D og me chrétien, pa r H e nri


B R E M O N D , 5 édit , re o ndu e et a u me ntée , a vec pré a ce de
°
. f g f
S a G ra ndeu r M g r MI G N OT , A rch evê d A lbi 1 vo l 3 fr

w
. .

_
_
J ra nco .

Ne m la Ps cho log ie de la F o i, pa r le mê me , 4 édit ,


an,
°
.

1 vo l 3 fr 5 . .

L a Vie chrétienne pa r le mê me 3 édit , 1 vo l ,


.
°
. .

fra nc o 4 fr C es t ro i s o u vra e s o nt ét é c o u ro n . g
né s pa r l A ca démie ra nç a is e


f
M a i n e d e B i ra n , pa r G M I C H E L E T pro es seu r a l I nst it u t
'
.
, f
l
c a t h o iq u e de T o u o u s e 2 é dit 1 vo l 3 l 3 fr 5 0 .
°
. .

G e rbe t , pa r H enri BR E M O N D 1 .

K e t t e le r, par G eo r es G O ! A U, 1 vo l 3 g .

DE MA N DE R LE C A T A L OGUE

Centres d'intérêt liés