Vous êtes sur la page 1sur 12

Ce chapitre introduit un outil mathématique assez simple : les primitives.

La seule chose
à connaître, ce sont les formules des dérivées, ce pourquoi nous t’invitons dès
maintenant à revoir le chapitre sur les dérivées, même si nous faisons un petit rappel ici
Présentation
Pour faire simple, une primitive c’est « l’inverse de la dérivée ». La dérivée d’une fonction
f se note f ’, et généralement la primitive de f se note F. Par définition, f est la dérivée de
F, on a alors la relation :

F est la primitive de f, donc f est la dérivée de F.

Rappel des dérivées

f f’

Tableau des dérivées


On rappelle que quand on a une fonction composée, comme cos(u), u4 ou 1/u par
exemple, les formules sont les mêmes sauf qu’on remplace x par u, et on multiplie la
dérivée par u’. Pour plus de précisions, se référer au chapitre sur les dérivées composées
Tableau des primitives

Haut de page
De même que pour les dérivées, nous allons faire un tableau pour les primitives
Tu dois le savoir aussi bien que celui des dérivées, c’est-à-dire PAR COEUR !!! Tu dois
pouvoir trouver les primitives de base en 1 seconde à peine, ça doit être automatique !
Pour t’entraîner tu trouveras un lien vers des exercices en vidéo sous la tableau
Une remarque importante : quand on fait la primitive, il y a toujours une constante qui
apparaît ! La plupart du temps, en mathématiques, on la prend égale à 0 (comme ça
c’est plus simple^^)
Sauf qu’en PHYSIQUE, IL NE FAUT JAMAIS OUBLIER LA CONSTANTE !!!! Sinon c’est
tout faux… Dans le tableau on n’a pas mis la constante, mais en physique il faudrait la
mettre…

f F (LA PRIMITIVE)
Tableau des primitives
Bon comme tu le vois ce n’est pas très compliqué à partir du moment où tu connais les
dérivées, car ça ressemble beaucoup.
Une petite astuce quand tu calcules une primitive pour vérifier si c’est bon : dérive la
primitive F que tu as calculée !
Normalement tu devrais retrouver f puisque F’= f !

Concernant les constantes devant les x, tu les laisses !


Par exemple, la primitve de x est x2/2. Et bien la primitve de 3x est tout simplement 3x2/2
!!
Quand tu primitives, tu écris le 3 et tu primitives le x normalement, un peu comme pour
le dérivées.
Maintenant il s’agit de s’entraîner le plus possible pour que les calculs de primitive
deviennent très rapide. Ces exercices de calcul de primitives sont là pour ça
Les fonctions composées

Haut de page
Ce que l’on vient de voir ce sont les cas simples. Ca devient un peu plus compliqué
quand il s’agit de primitiver des fonctions composées

Mais en fait, c’est tout aussi simple ! Tu sais que quand on dérive une fonction
composée, il suffit de multiplier par u’.
Et bien pour primitiver, c’est l’inverse, il faut faire apparaître u’ dans la fonction à
primitiver !

Le tableau est alors le suivant :

f F (LA PRIMITIVE)
Tableau des primitves composées
Tu remarque que c’est EXACTEMENT le même tableau que précédemment sauf que
c’est u à la place de x et qu’il y a u’ dans f à chaque fois.
Ainsi, quand il faut primitiver des fonctions composées, il faut D’ABORD faire apparaître
u’ avant.

Ces exercices sur les primitives de fonctions composées devraient te donner une meilleure
idée de ce qu’il faut faire
Intégrale : notion d’aire sous la courbe

Haut de page
Une intégrale, c’est quoi ? Pour faire simple, c’est l’aire sous la courbe d’une fonction,
entre deux points d’abscisses a et b. Avec un petit dessin tu comprendras mieux
Voilà, graphiquement, une intégrale c’est ça ! Et ça se note comme cela :

Cette intégrale se lit : « intégrale de a à b de f de x dé x ». Bien sûr a et b peuvent valoir


ce que l’on veut, 1, 12, 65, √23, Pi, et même l’infini !
a et b sont appelées les bornes de l’intégrale.
Tu dois te demander pourquoi il y a dx à la fin (ça se prononce dé x). En fait cela indique
que l’on intègre par rapport à x. On pourrait très bien écrire :

A ce moment là c’est t la variable, ça revient au même mais parfois on prend d’autres


notations que x, et on peut prendre t, m, k, g…


ATTENTION à ne pas oublier ce dx quand tu écris une intégrale, souvent on l’oublie
parce qu’on ne voit pas l’utilité ou parce qu’on est pressé par exemple, mais
normalement si tu ne le mets pas il y a une erreur. Prends donc de bonnes habitudes
dès maintenant en pensant bien à l’écrire à chaque fois.

Souvent, les énoncés sont rédigés de la sorte : « exprimer à l’aide d’une intégrale l’aire
définie par l’axe des abscisses, la courbe Cf, et les droites d’équations x = a et x = b ». A
ce moment-là c’est très simple, c’est exactement l’aire en bleu ci-dessus ! Il suffit donc
de dire que c’est :

Propriétés avec l’aire sous la courbe

Haut de page
Tout d’abord une propriété qui va nous servir tout à l’heure : la relation de Chasles !
C’est exactement pareil que pour les vecteurs, mais avec des intégrales, donc rien de
bien particuleir
Par exemple :
Une autre propriété qui peut servir mais qu’on utilise rarement : quand on inverse les
bornes de l’intégrale, on met un moins devant.

Voyons maintenant une propriété que l’on utilise parfois quand on veut prouver des
inégalités :

alors

Autrement dit on peut passer à l’intégrale dans une inégalité si les 2 fonctions sont
positives (ou si les 2 sont négatives d’ailleurs, mais on rencontre rarement ce cas).

Une autre propriété à savoir : l’intégrale d’une fonction positive est positive :


Du coup attention !! Si f est négative, l’intégrale sera négative !
Mais on a dit que l’aire sous la courbe, c’était l’intégrale, or une aire n’est jamais
négative…
Alors on fait comment ? Et bien on met un moins devant

Par exemple cette fonction :


La fonction est négative, donc l’aire sous la courbe est :

il ne faut pas oublier le moins…

Mais on fait comment si la courbe est alternativement négative et positive ?


C’est là qu’intervient ce bon vieux théorème de Chasles
Cette fonction par exemple :

On découpe l’intégrale sur les différentes parties où la fonction est positive et négative,
mais il ne faut pas oublier de mettre un moins devant quand la fonction est négative !!
Calcul d’intégrales

Haut de page
Bon maintenant qu’on sait exprimer les intégrales, il faudrait peut-être savoir les calculer
!
Et bien si tu connais les primitives, cela va être EXTREMEMENT simple !! Prenons un
exemple.
Je veux calculer :

Le 3 est une CONSTANTE, donc je peux le SORTIR DE L’INTEGRALE :

Maintenant il suffit de trouver la primitive de x2 : c’est x3/3 !


On met alors la primitive entre CROCHETS en mettant les bornes (ici 2 et 6) à DROITE
des crochets comme ceci :

Il suffit alors de remplacer le x par 6 puis par 2 de la manière suivante :

Comme tu le vois, on remplace d’abord x par 6, puis on SOUSTRAIT en remplaçant x


par 2 : c’est d’abord la borne du haut (ici le 6), après la borne du bas (ici le 2). N’oublie
pas que c’est une soustraction, donc il y a – entre les deux.
Et enfin on calcule et on simplifie :
Tu remarques qu’il n’y a aucune difficulté, il suffit de connaître la méthode, avec un peu
d’entraîenement ça devrait marcher comme sur des roulettes

Là où ça devient un peu plus dur, c’est quand il faut un peu bidouiller la fonction pour
trouver une forme qui est dans le tableau. Cela correspond principalement aux fonctions
composées. Voyons un petit exemple :
Calculons

On voit que l’on a une fonction du style 1/u, avec u = 3x + 5. Sauf que dans le tableau,
nous on a u’/u…
Il faut donc faire apparaître le u’ ! Ici u’ vaut 3, il faut donc multiplier par 3, mais pour
compenser il faut aussi diviser par 3.
On a alors :

Le 3 qui nous intéresse est celui du haut, celui du bas n’est pas important pour la
primitive, donc on le sort de l’intégrale :

Et là on retrouve notre u’/u dans l’intégrale, dont la primitive est ln(u), on peut alors
appliquer la formule du tableau.
MAIS IL NE FAUT PAS OUBLIER LE ⅓ devant !!
Ici c’est un exemple assez simple, parfois c’est plus compliqué. L’important ici est que tu
t’entraines à calculer beaucoup d’intégrales, comme ça tu iras de plus en plus vite et tu
n’hésiteras plus à la fin.
C’est pour cela que nous t’avons préparé quelques intégrales à calculer pour que tu
puisses t’exercer
Intégration par parties

Haut de page
Parfois il arrive que la fonction à intégrer ne corresponde à aucune formule dans le
tableau.
On peut alors utiliser une méthode : l’intégration par parties, que l’on note souvent IPP.
La formule est la suivante :

Avec un exemple tu comprendra sûrement mieux


Calculons :

La seule difficulté avec les IPP est de choisir qui sera u et qui sera v’ ! En effet, il faudra
dériver u pour avoir u’ mais intégrer v’ pour avoir v… Là il n’y a pas de règle, mais avec
l’entraînement tu verras tout de suite ce qu’il faut prendre
Ici, si on intègre x, on aura x2/2, ce qui ne vas pas simplifier les choses… en effet, le but
est de simplifier l’intégrale.
Par contre si on dérivé x, on obtient 1, ce qui va sûrement rendre les choses plus simple.
On pose alors u et v’, et on calcule u’ et v, il est conseillé de tout écrire de la manière
suivante
u = x u’ = 1
v’ = ex v = ex
Il ne reste plus qu’à appliquer la formule :

Bon c’est sûr c’est un peu long mais c’est malheureusement le seul moyen que tu as
pour calculer ce genre d’intégrales. Souvent ils demandent explicitement dans la
question : « à l’aide d’une intégration par parties, calculer… ». Ils t’aident pas mal quand
même
Tu as remarqué que pour passer de la 2ème à la 3ème ligne, on a calculé l’intégrale de
ex : ici c’était une intégrale simple, on l’a calculée directement.
On retrouve souvent des IPP dans les suites : on a un qui est une intégrale, et on te
demande de trouver une relation de récurrence entre un+1 et un à l’aide d’une intégration
par parties. La démarche est expliqué dans cette vidéo d’exercices sur les IPP
Bien sûr tout comme les intégrales il te faut de l’entraînement. N’hésite pas à refaire les
exemples et exercices de cette page et des vidéos
Intérêt des primitives et intégrales
Comme on l’a vu, les intégrales servent à calculer l’aire sous la courbe d’une fonction.
Cette aire a parfois une signification physique, notamment en thermodynamique.
En physique, les intégrales servent également à calculer certaines grandeurs sur des
espaces ou des temps donnés. Le travail d’une force d’un point à un autre peut se
calculer à l’aide d’une intégrale par exemple.
Les primitives sont utilisées quand on a la dérivée d’une fonction et qu’on cherche la
fonction elle-même. Tu verras cela en mécanique quand tu chercheras les équations
horaires d’un projectile.
D’une manière générale, les primitives sont importantes puisque les dérivées le sont, et
que ces deux notions sont étroitemennt liées.