Vous êtes sur la page 1sur 13

Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

NOMBRES COMPLEXES

1 L’ENSEMBLE C DES NOMBRES COMPLEXES

1.1 FORME ALGÉBRIQUE , CONJUGUÉ , MODULE

Ce que c’est qu’un nombre complexe, nous ne nous le demanderons pas dans ce chapitre. On vous a dit pendant longtemps
que le carré d’un nombre — sous-entendu réel — était toujours positif, et puis tout à coup on a changé d’avis et on vous a
soutenu qu’un carré pouvait être négatif dans un certain monde de nombres plus grand que R. Qu’avez-vous fait de cette
annonce ? Vous l’avez suivie sans broncher, vous suivez toujours. Nous conserverons quelques mois encore ce point de vue
naïf sur les nombres complexes qui consiste à accepter que les choses existent parce qu’on vous le dit même si on ne vous le
justifie pas. Nous y reviendrons en revanche avec plus de scrupules au chapitre « Structures de groupe et d’anneau ».

Définition-théorème (Ensemble C des nombres complexes, forme algébrique, parties réelle et imaginaire)
• L’ensemble des nombres complexes est noté C et contient l’ensemble des réels R ainsi qu’un certain élément i pour
lequel : i2 = −1.
• Tout nombre complexe z s’écrit d’une et une seule manière sous la forme dite algébrique : z = a + ib pour
certains a, b ∈ R. Le réel a est appelé la partie réelle de z et noté Re(z), le réel b est appelé la partie imaginaire de
z et noté Im(z).
• Les réels sont exactement les nombres complexes de partie imaginaire nulle. Enfin, un nombre complexe de partie
réelle nulle est appelé un imaginaire pur.

 En pratique  L’unicité de la forme algébrique d’un nombre complexe est utilisée fréquemment pour faire des
identifications. Elle permet, face à une égalité : a + ib = a′ + ib′ , d’écrire que : a = a′ et b = b′ . En résumé :

UNE égalité DEUX égalités


de nombres complexes = de nombres réels

Définition-théorème (Addition et multiplication sur C) L’ensemble C est muni de deux opérations d’addition et de
multiplication qui généralisent celles que nous connaissons sur R. Précisément, pour tous z, z ′ ∈ C :
€ Š € Š € Š € Š
z + z ′ = Re(z) + Re(z ′ ) + i Im(z) + Im(z ′ ) et zz ′ = Re(z)Re(z ′ ) − Im(z)Im(z ′ ) + i Re(z)Im(z ′ ) + Im(z)Re(z ′ ) ,

ce qui signifie que : Re(z + z ′ ) = Re(z) + Re(z ′ ) et Im(z + z ′ ) = Im(z) + Im(z ′ ), et :

Re(zz ′ ) = Re(z)Re(z ′ ) − Im(z)Im(z ′ ) et Im(zz ′ ) = Re(z)Im(z ′ ) + Im(z)Re(z ′ ).

1 1 x − iy
Pour finir, pour tout z = x + i y ∈ C∗ avec x, y ∈ R : = = 2 .
z x + iy x + y2

En général : Re(zz ′ ) 6= Re(z)Re(z ′ ) et Im(zz ′ ) 6= Im(z)Im(z ′ ).


$ ATTENTION ! $  
En particulier : Re z 2 6= Re(z)2 et Im z 2 6= Im(z)2 .

1+i 1+i (1 + i)2 1 + 2i − 1


Exemple est imaginaire pur car : = 2 = = i.
1−i 1−i 1 + 12 2

1
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI


Définition (Affixe et image) On munit le plan d’un repère orthonormal direct O, −
→ı ,−
→ . z
Im(z) b

• Pour tout z = x + i y ∈ C avec x, y ∈ R, le point M du plan de coordonnées (x, y) est


appelé l’image de z tandis que z est appelé l’affixe de M . On dit aussi que z est l’affixe du
vecteur du plan de coordonnées (x, y).
Re(z)
• Règles de calcul sur les affixes :
— Pour tous vecteurs −→
u et −→v du plan d’affixes respectifs u et v et pour tous λ, µ ∈ R, le vecteur λ−

u + µ−

v a pour
affixe : λu + µv.


— Pour tous points A et B du plan d’affixes respectifs a et b, le vecteur AB a pour affixe : b − a.

 Explication  Au fond, les notions de point, vecteur, coordonnées et nombre complexe sont équivalentes, on pré-
férera d’ailleurs parfois écrire qu’un point est ÉGAL à un nombre complexe, qu’un vecteur est ÉGAL à ses coordonnées, etc.

z + z′
Exemple Pour tous z, z ′ ∈ C, le milieu du segment joignant z et z ′ a pour affixe .
2

$ ATTENTION ! $ LES INÉGALITÉS N’ONT AUCUN SENS SUR C.

En quel sens pertinent un point d’un plan serait-il plus petit ou plus grand qu’un autre ?

Définition (Conjugué, module) Soit z ∈ C. z


Im(z) b

|z |
• On appelle conjugué de z le nombre complexe : z = Re(z) − i Im(z).
Re(z)
p
• On appelle module de z le réel positif ou nul : |z| = Re(z)2 + Im(z)2 . −Im(z) b

 Explication 
p
• Module et valeur absolue coïncident sur R car pour tout x ∈ R : |x| = x 2.
R R
• De par sa définition, le module |z| s’interprète comme norme du vecteur d’affixe z. De b b

même, pour tous a, b ∈ C d’images A, B, le module |a − b| n’est autre que la distance A A


AB. Il en découle que pour tout R > 0 :
¦ © Cercle Disque fermé
— le cercle de centre A et de rayon R est l’ensemble z ∈ C/ |z − a| = R ,
¦ © R
b

— le disque fermé de centre A et de rayon R est l’ensemble z ∈ C/ |z − a| ¶ R , A


¦ ©
— le disque ouvert de centre A et de rayon R est l’ensemble z ∈ C/ |z − a| < R . Disque ouvert

2
Exemple Pour tout t ∈ R, le point d’affixe appartient au cercle de centre 1 et de rayon 1.
1 + it
p
2 2 − (1 + it) 1 − it 1 + t2
− = =
Démonstration 1 + it 1 1 + it 1 + it = p = 1.
1 + t2

Théorème (Propriétés du conjugué) Pour tous z, z ′ ∈ C :

z+z z−z ′ ′
Re(z) = , Im(z) = , z = z, z + z′ = z + z et zz ′ = z × z .
2 2i

2
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

Théorème (Propriétés du module) Soient z, z ′ ∈ C.



z |z|
• Propriétés algébriques : |z| = |z|, zz = |z|2 , |zz ′ | = |z| × |z ′ | et si z ′ 6= 0 : ′ = ′ .
z |z |
Également : |z| = 0 si et seulement si z = 0.

• Propriétés géométriques : Re(z) ¶ |z| et Im(z) ¶ |z|.

z
Inégalité triangulaire : |z + z ′ | ¶ |z| + |z ′ |, Généralisée : |z| − |z ′ | ¶ |z ± z ′ | ¶ |z| + |z ′ |. z+ z′

(avec égalité si et seulement z et z sont, b b

z
comme vecteurs, colinéaires de même sens.)

1 z x − iy
 En pratique  L’inverse de z = x + i y 6= 0 se calcule grâce à la formule « zz = |z|2 » : = 2 = 2 .
z |z| x + y2

Démonstration
2
• Inégalité triangulaire : |z + z ′ | ¶ |z| + |z ′ | ⇐⇒ |z + z ′ |2 ¶ |z| + |z ′ |
2
⇐⇒ (z + z ′ )(z + z ′ ) ¶ |z| + |z ′ | ⇐⇒ |z|2 + zz ′ + z ′ z + |z ′ |2 ¶ |z|2 + 2|z|.|z ′ | + |z ′ |2
′ ′  
zz + zz
⇐⇒ ¶ |z|.|z ′ | ⇐⇒ Re zz ′ ¶ |z|.|z ′ | ⇐⇒ Re zz ′ ¶ |zz ′ |.
2
Enfin, l’inégalité obtenue étant vraie, celle de départ l’est aussi !
• Cas d’égalité : L’inégalité triangulaire
 est une égalité si et seulement si l’inégalité obtenue finalement ci-
dessus en est une : Re zz ′ = |zz ′ |, i.e. si et seulement si : zz ′ ∈ R+ car les réels positifs sont les
seuls nombres complexes dont la partie réelle est égale au module.
— Si : z ′ = 0, z et z ′ sont naturellement colinéaires de mêmes sens.

— Si : z ′ 6= 0, dire que : zz ∈ R+ revient à dire, après division par |z ′ |2 qui est strictement positif,

z z
que : z × ′ 2 = ′ ∈ R+ , i.e. que z et z ′ sont colinéaires de même sens.
|z | z


• Généralisation : D’après l’inégalité triangulaire : |z| = (z + z ′ ) + (−z ′ ) ¶ |z + z ′ | + | − z ′ |, donc :


|z| − |z ′ | ¶ |z + z ′ |, et de même : |z ′ | − |z| ¶ |z + z ′ |. Comme voulu : |z| − |z ′ | ¶ |z + z ′ |.
L’inégalité sur |z − z ′ | s’obtient à partir de celle sur |z + z ′ | par simple substitution de −z ′ à z ′ . „

1.2 ÉQUATIONS DU SECOND DEGRÉ À COEFFICIENTS COMPLEXES

Théorème (Racines carrées d’un nombre complexe) Pour tout z ∈ C∗ , l’équation : ω2 = z d’inconnue ω ∈ C
possède exactement DEUX solutions opposées appelées les racines carrées de z.

p
x Notation autorisée si x ∈ R+ .
$ ATTENTION ! $ p
z La plus interdite des notations interdites si z ∈ C \ R+ !

Pourquoi cet interdit ? Parce que nous ne savons pas choisir, tout nombre complexe non nul a DEUX racines carrées distinctes
qui se valent l’une l’autre. Il n’y a que dans le cas des réels positifs qu’on sait choisir car les racines carrées d’un réel positif
p
x sont toutes les deux réelles, l’une positive, l’autre négative, et on choisit de noter x la première.

Démonstration Dans l’énoncé, z est choisi non nul car l’équation : ω2 = 0 d’inconnue ω ∈ C ne possède
évidemment qu’une solution, à savoir 0.
Écrivons z sous forme algébrique z = x + i y et donnons-nous ω = a + ib ∈ C sous forme algébrique. L’idée forte
de la preuve est cachée dans l’équivalence : ω2 = z ⇐⇒ ω2 = z et |ω|2 = |z| où l’on a ajouté
simplement l’équation des modules —- équivalence idiote mais qui s’avère féconde.

3
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

§
a 2 − b2 = x p
ω2 = z ⇐⇒ ω2 = z et |ω|2 = |z| ⇐⇒ et a 2 + b2 = x2 + y2
2a b = y
p p
2
x + x2 + y2 2
−x + x2 + y2
⇐⇒ a = et b = et 2a b = y (demi-somme et demi-différence).
2 2
On tire aisément a et b AU SIGNE PRÈS de ces relations sur a2 et b2 . L’égalité : 2a b = y permet quant à
elle de savoir si a et b sont de même signe ou de signes opposés. On obtient finalement deux racines carrées
ω = a + ib distinctes de z opposées l’une de l’autre. „

Exemple Les racines carrées de 24 + 10i sont ±(5 + i).


Démonstration Pour tout ω = a + ib ∈ C sous forme algébrique :

ω2 = 24 + 10i ⇐⇒ ω2 = 24 + 10i et |ω|2 = |24 + 10i| = 2 × |12 + 5i|


§ 2
a − b2 = 24 p
⇐⇒ et a2 + b2 = 2 122 + 52 = 26
2a b = 10
26 + 24 26 − 24
⇐⇒ a2 = = 25, b2 = = 1 et a b = 5
2 2
ab=5¾0
⇐⇒ a = ±5, b = ±1 et ab = 5 ⇐⇒ (a, b) = (5, 1) ou (a, b) = (−5, −1)
⇐⇒ ω = 5 + i ou ω = −(5 + i).

Nous sommes à présent capables de résoudre TOUTES les équations du second degré À COEFFICIENTS COMPLEXES.

Théorème (Équations du second degré à coefficients complexes) Soient a, b, c ∈ C avec a 6= 0. Les solutions de
2 −b + δ −b − δ
l’équation az + bz + c = 0 d’inconnue z ∈ C sont et où δ est l’une quelconque des deux racines
2a 2a
b c
carrées du discriminant b2 − 4ac. La somme de ces solutions vaut − et leur produit .
a a

 ‹  ‹ 
2 2 b c b 2 b2 − 4ac
Démonstration Pour tout z ∈ C : az + bz + c = a z + z + =a z+ −
a a 2a 4a2
 ‹  ‹2   ‹   ‹   ‹ ‹
b 2 δ b δ b δ −b − δ −b + δ
=a z+ − =a z+ + . z+ − =a z− z− .
2a 2a 2a 2a 2a 2a 2a 2a

Pour finir, on sait qu’un produit de nombres complexes est nul si et seulement si l’un de ses facteurs l’est. „

Exemple Les solutions de l’équation : z 2 − (3 + i)z + (2 + i) = 0 d’inconnue z ∈ C sont 1 et 2 + i.


Démonstration Le discriminant de cette équation vaut : (3 + i)2 − 4(2 + i) = 2i. Or on peut montrer que
(3 + i) ± (1 + i)
les racines carrées de 2i sont ±(1 + i), donc les solutions cherchées sont , i.e. 1 et 2 + i.
2

§
x+y=a
Théorème (Systèmes somme-produit) Soient a, b ∈ C. Les solutions du système somme-produit :
xy = b
d’inconnues x, y ∈ C sont les deux racines du polynôme X 2 − aX + b —- éventuellement égales.

Démonstration Ce résultat repose sur la remarque suivante : (X − x)(X − y) = X 2 − (x + y)X + x y. „

§
x + y =3+i
Exemple Les solutions du système : d’inconnue (x, y) ∈ C2 sont les couples (1, 2 + i) et (2 + i, 1).
xy =2+i
Démonstration Les solutions du système étudié sont les racines du polynôme X 2 − (3+ i)X + (2+ i) — calculées
dans l’exemple précédent.

4
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

1.3 DÉRIVATION DES FONCTIONS COMPLEXES

Définition (Dérivation des fonctions complexes) Soient I un intervalle, f : I −→ C une fonction et a ∈ I . On dit que
f est dérivable en a si les fonctions Re( f ) et Im( f ) le sont. On appelle dans ce cas nombre dérivé de f en a le nombre
complexe : f ′ (a) = Re( f )′ (a) + i Im( f )′ (a).
L’ensemble des fonctions complexes dérivables sur I tout entier, i.e. dérivables en tout point de I , est noté D(I , C). Si
f ∈ D(I , C), la fonction x 7−→ f ′ (x) définie sur I est appelée la dérivée de f .

 Explication 
• En résumé, dériver une fonction
 complexe revient à dériver ses parties réelle et imaginaire, qui sont quant à elles des
fonctions réelles : Re f ′ = Re( f )′ et Im f ′ = Im( f )′ .
• On peut montrer que les formules de dérivation d’une somme, d’un produit et d’un quotient de fonctions complexes
sont les mêmes que pour les fonctions réelles, de même que la formule de dérivation d’une composée de fonction de
R dans R suivie d’une fonction de R dans C.

Exemple
• La fonction x 7−→ x 2 + i sin x est dérivable sur R car les fonctions x 7−→ x 2 et x 7−→ sin x le sont, et sa dérivée est
x 7−→ 2x + i cos x.
1 1
• La fonction x 7−→ est dérivable sur R comme quotient et sa dérivée est x − 7 →− .
x +i (x + i)2

Pour les fonctions complexes, pas question de parler de monotonie ou de signe de la dérivée puisqu’il n’y a pas d’inégalités
dans C, mais le théorème fondamental suivant est en revanche conservé :

Théorème (Caractérisation des fonctions dérivables constantes) Soient I un INTERVALLE et f ∈ D(I , C). Alors f est
constante sur I si et seulement si f ′ est nulle sur I .

2 AUTOUR DE L’EXPONENTIELLE COMPLEXE

2.1 NOMBRES COMPLEXES DE MODULE 1


Définition (Ensemble U des nombres complexes de module 1) On note U l’ensemble z ∈ C/ |z| = 1 , géométri-
quement le cercle trigonométrique de centre 0 et de rayon 1.

Définition (« Exponentielle iθ ») Pour tout θ ∈ R, on appelle exponentielle (de) iθ le nombre complexe :

eiθ = cos θ + i sin θ .

p
 Explication  La notation eiθ , qui cache un cosinus et un iπ 1+i 3
e3 =
sinus, n’est qu’une NOTATION, eiθ n’est pas « e à la puissance iθ » au iπ
2
e2 =i
sens où ce serait « e multiplié par lui-même iθ fois », ce qui n’a aucun iπ 1+i
3iπ −1 + i b
e4 = p
sens ! Quel rapport avec l’exponentielle classique alors ? Le choix de e 4 = p b

2 b b
p2
la notation eiθ est justifié par le fait que, comme on va le voir, l’« ex- b iπ 3+i
ponentielle iθ » se comporte COMME une exponentielle classique en e6 =
2
transformant les sommes en produits. En réalité, une notion unique b b

d’exponentielle se cache derrière l’exponentielle réelle et l’« exponen- eiπ = e−iπ = −1 ei0 = e2iπ = 1
tielle iθ », mais ce n’est pas encore de votre âge !
b


e− 2 = −i
5
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

i
Théorème (Paramétrisation de U par l’« exponentielle iθ »)
 θ b eiθ
iθ iθ
• Pour tout z ∈ C : z ∈ U ⇐⇒ ∃ θ ∈ R/ z = e . En résumé : U= e θ ∈R
.
€ ′
Š 1
• Pour tous θ , θ ′ ∈ R : eiθ = eiθ ⇐⇒ θ ≡ θ ′ [2π] .
U

Démonstration Autre manière de dire que tout point du cercle trigonométrique a des coordonnées de la forme
(cos θ , sin θ ), donc un affixe de la forme eiθ — avec unicité du θ modulo 2π. „

Exemple Pour tout θ ∈ R : eiθ = 1 ⇐⇒ eiθ = ei0 ⇐⇒ θ ≡ 0 [2π] ⇐⇒ θ ∈ 2πZ


iθ iθ
iπ π π
et : e =i ⇐⇒ e = e2 ⇐⇒ θ ≡ [2π] ⇐⇒ θ ∈ + 2πZ.
2 2

Théorème (Propriétés algébriques de l’« exponentielle iθ ») Soient θ , θ ′ ∈ R et n ∈ N.


1
(i) Conjugaison : eiθ = e−iθ = .
eiθ
eiθ + e−iθ eiθ − e−iθ
(ii) Formules d’Euler : cos θ = et sin θ = .
2 2i
′ ′
(iii) Transformation des sommes en produits : ei(θ +θ ) = eiθ eiθ .

(iv) Formule de Moivre : (cos θ + i sin θ )n = cos(nθ ) + i sin(nθ ).

 Explication  La relation : ei(x+ y)


 =e e
ix i y
RÉSUME
 deux formules que vous connaissez bien. Elle s’écrit aussi :
cos(x + y) + i sin(x + y) = cos x + i sin x cos y + i sin y , et donc par identification des parties réelle et imaginaire, est
équivalente aux relations : cos(x + y) = cos x cos y − sin x sin y et sin(x + y) = sin x cos y + cos x sin y que nous
savons être vraies.

Démonstration
z+z z−z
(ii) Tout simplement, pour tout z ∈ C : Re(z) = et Im(z) = .
 2 2i
n
(iv) Par récurrence à partir de (iii) : eiθ = einθ . Ce n’est que ça, la formule de Moivre. „

 En pratique  (Linéarisation d’expressions trigonométriques) Linéariser une expression polynomiale en sin x et


cos x —- par exemple 5 sin4 x cos7 x + 2 sin x cos4 x —- c’est l’exprimer à l’aide de sin x, sin(2x), sin(3x). . . et cos x, cos(2x),
cos(3x). . . en supprimant toute puissance et tout produit. Deux outils principaux, les formules d’Euler et la formule du
Z b
binôme. La linéarisation permet notamment le calcul des intégrales de la forme sinm x cosn x dx où a, b ∈ R et m, n ∈ N.
a

sin(5x) − 5 sin(3x) + 10 sin x


Exemple Pour tout x ∈ R : sin5 x = .
16
 ix 5
Euler e − e−ix Binôme 1
€ Š
Démonstration sin5 x = = e5ix − 5e3ix + 10eix − 10e−ix + 5e−3ix − e−5ix
2i 32i
1 € 5ix   Š Euler sin(5x) − 5 sin(3x) + 10 sin x
= e − e−5ix − 5 e3ix − e−3ix + 10 eix − e−ix = .
32i 16
Z 2π
π
Exemple sin2 x cos4 x dx = .
0
8
2  ix 
4
2 eix − e−ix
4 e + e−ix
Euler
Démonstration Pour tout x ∈ R : sin x cos x =
2i 2
Binôme 1 € 2ix Š€ Š 1 € 6ix Š
= − e − 2 + e−2ix e4ix + 4e2ix + 6 + 4e−2ix + e−4ix = − e + 2e4ix − e2ix − 4 − e−2ix + 2e−4ix + e−6ix
64 64
1 € 6ix    Š Euler − cos(6x) − 2 cos(4x) + cos(2x) + 2
=− e + e−6ix + 2 e4ix + e−4ix − e2ix + e−2ix − 4 = .
64 32

6
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

Nous pouvons maintenant calculer l’intégrale demandée :


Z 2π Z 2π € • ˜ x=2π
1 Š 1 sin(6x) sin(4x) sin(2x) π
2 4
sin x cos x dx = −cos(6x)−2 cos(4x)+cos(2x)+2 dx = − −2 + + 2x = .
0
32 0
32 6 4 2 x=0 8

 En pratique  (Dé-linéarisation) On a moins souvent l’occasion de le faire, mais on peut aussi « dé-linéariser » les
expressions trigonométriques, i.e. effectuer la transformation inverse de la linéarisation. Deux outils principaux, la formule
de Moivre et la formule du binôme.

€ Š
Exemple Pour tout x ∈ R : sin(6x) = 2 3 − 16 cos2 x + 16 cos4 x cos x sin x.
 € Š
Démonstration sin(6x) = Im e6ix = Im (cos x + i sin x)6
Binôme
€ Š
= Im cos6 x + 6i cos5 x sin x − 15 cos4 x sin2 x − 20i cos3 x sin3 x + 15 cos2 x sin4 x + 6i cos x sin5 x − sin6 x
= 6 cos5 x sin x − 20 cos3 x sin3 x + 6 cos x sin5 x.
On pourrait s’arrêter là, mais on va tâcher d’embellir le résultat.
€ Š €  2 Š
sin(6x) = 2 3 cos4 x − 10 cos2 x sin2 x + 3 sin4 x cos x sin x = 2 3 cos4 x − 10 cos2 x 1 − cos2 x + 3 1 − cos2 x cos x sin x
€ Š
= 2 3 − 16 cos2 x + 16 cos4 x cos x sin x après développement.

2.2 FORMES TRIGONOMÉTRIQUES



z z
La définition suivante repose intégralement sur le fait que pour tout z ∈ C non nul : = 1, i.e. : ∈ U.
|z| |z|

Définition-théorème (Argument(s) et formes trigonométriques, coordonnées polaires) Tout nombre complexe


NON NUL peut être écrit sous la forme : z = reiθ avec r > 0 et θ ∈ R, dite forme trigonométrique. Le réel r est en fait
unique car : r = |z|, mais θ , appelé UN argument de z, est seulement unique à 2π près.
z
Il existe en revanche un et un seul argument de z dans ] − π, π], et celui-ci est appelé L’ argument b

(principal) de z et noté arg(z). r


θ
Le couple (r, θ ) est aussi appelé UN couple de coordonnées polaires du point d’image z.

$ ATTENTION ! $ Zéro n’a pas de forme trigonométrique, donc pas d’arguments.

Exemple Les formes trigonométriques des réels et des imaginaires purs constituent le minimum à maîtriser.
• Cas des réels : Pour tout x ∈ R∗ : x = xei0 si x > 0 et x = (−x)eiπ si x < 0.
iπ iπ
• Cas des imaginaires purs : Pour tout y ∈ R∗ : i y = ye 2 si y > 0 et i y = (− y)e− 2 si y < 0.

Théorème (Propriétés des arguments) Pour tous z, z ′ ∈ C NON NULS :


   ‹
1
arg zz ′ ≡ arg(z) + arg(z ′ ) [2π], arg z ≡ − arg(z) [2π] et arg ≡ − arg(z) [2π].
z


zz ′ = |z| ei arg(z) |z ′ | ei arg(z ) = |zz ′ | ei(arg(z)+arg(z )) , donc : arg zz ′ ≡ arg(z) + arg(z ′ ) [2π].
′ ′
Démonstration

Ensuite : z = |z| ei arg(z) = |z| e−i arg(z) = z e−i arg(z) , donc : arg z ≡ − arg(z) [2π].
 ‹
1 1 1
Enfin : = = e−i arg(z) , donc : arg 1 ≡ − arg(z) [2π]. „
z |z| ei arg(z) z z

7
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

p − iπ iπ iπ iπ
1−i π 1−i 2e 4 e− 4 + 3 e 12
Exemple Le nombre complexe p admet pour argument car : p = = p = p .
1−i 3 12 1−i 3 − iπ 2 2
p  p p p 2 e 3
p
1−i (1 − i) 1 + i 3 3+1 3−1 π 3+1 π 3−1
Comme : p = = +i , alors : cos = p et sin = p .
1−i 3 4 4 4 12 2 2 12 2 2

ipπ
Exemple Soit n ∈ N∗ . À quelle condition sur p ∈ Z le nombre e n est-il réel ?
ipπ € ipπ Š € ipπ Š € ipπ Š
Démonstration e n ∈R ⇐⇒ arg e n ≡ 0 [2π] ou arg e n ≡ π [2π] ⇐⇒ arg e n ≡ 0 [π]
pπ ÷π
⇐⇒ ≡ 0 [π] ⇐⇒ p ≡ 0 [n] ⇐⇒ p est un multiple de n.
n ×n

Théorème (Lien entre la forme algébrique et les formes trigonométriques) Soit z ∈ C NON NUL de forme algébrique :
z = x + i y et de forme trigonométrique : z = r eiθ .
p
(i) x = r cos θ et y = r sin θ , et bien sûr : r = x 2 + y 2 .

y
 Arctan [2π] si x > 0
(ii) θ≡ x
y
 π + Arctan [2π] si x < 0.
x

Démonstration
(i) Simple identification des parties réelle et imaginaire : x + i y = reiθ = r cos θ + ir sin θ .
i h
π π r sin θ y
(ii) Si x > 0 : θ ∈ − , + 2kπ pour un certain k ∈ Z, or : tan(θ − 2kπ) = tan θ = = ,
2 i2 h r cos θ x
π π y y
donc comme θ − 2kπ ∈ − , : θ − 2kπ = Arctan , et enfin : θ ≡ Arctan [2π].
˜ • 2 2 x x
π 3π y
Si x < 0 : θ ∈ , + 2kπ pour un certain k ∈ Z, or : tan(θ − π − 2kπ) = tan θ = , donc
2 2 i π πh x
y y
comme θ − π − 2kπ ∈ − , : θ − π − 2kπ = Arctan , et enfin : θ ≡ π + Arctan [2π]. „
2 2 x x

 En pratique  Avec les notations du théorème, nous avons obtenu un argument de z sous forme d’arctangente, mais
nous aurions pu, par un procédé analogue, obtenir un arcsinus ou un arccosinus. La figure suivante résume les possibilités
qui s’offrent à nous. Le résultat n’est pas à connaître, mais la démarche pour y parvenir, si. Il faut bien avoir en tête que :

Arcsin est la réciproque de sin ” —, Arccos la réciproque de cos et Arctan la réciproque de tan — ”.
−π,π [0,π] −π,π
2 2 2 2

y x hπ i h y x
θ ≡ π − Arcsin ≡ Arccos [2π] πi θ ≡ Arcsin ≡ Arccos [2π]
r r θ∈ ,π θ ∈ 0, r r
2 2

h πi h π i
y x θ ∈ −π, − θ ∈ − ,0 y x
θ ≡ π − Arcsin ≡ −Arccos [2π] 2 2 θ ≡ Arcsin ≡ −Arccos [2π]
r r r r

5 3
Exemple 3 − 5i a pour argument −Arcsin p ou −Arccos p .
34 34
h π i
Démonstration Comme : 3 ¾ 0 et −5 ¶ 0, nous pouvons choisir un argument θ de 3 − 5i dans − , 0 .
 ‹ 2
h i
π π 5 5 5
• Arcsinus : Comme θ ∈ − , : sin θ = − p donne : θ = Arcsin − p = −Arcsin p .
2 2 34 34 34
3 3
• Arccosinus : Comme : −θ ∈ [0, π], l’égalité : cos(−θ ) = cos θ = p donne : θ = −Arccos p .
34 34

8
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

 En pratique  (Technique de l’angle moitié)


• La technique de l’angle moitié consiste à écrire les complexes de la forme eix + ei y sous forme trigonométrique. On s’en
sert souvent pour factoriser des expressions en sinus et cosinus. L’idée est simple. Pour tous x, y ∈ R :
 ‹
i(x+ y) i(x− y) i(x− y) i(x+ y) x−y
eix + ei y = e 2 e 2 + e− 2 = 2 e 2 cos .
2
x+y
Mise en facteur de l’ ANGLE MOITIÉ
2
x−y
En réalité, le résultat obtenu n’est pas forcément la forme trigonométrique de eix + ei y car cos peut être négatif,
2
mais on n’en est pas loin. Cette technique s’adapte bien sûr au cas des complexes de la forme e − ei y .
ix

• Le programme vous épargne l’apprentissage par cœur de quatre nouvelles formules. Pour tous x, y ∈ R :
x+y x−y x+y x−y
sin x + sin y = 2 sin cos et sin x − sin y = 2 cos sin ,
2 2 2 2
x+y x−y x+y x−y
cos x + cos y = 2 cos cos et cos x − cos y = −2 sin sin .
2 2 2 2
On s’attend en revanche à ce que vous sachiez les retrouver rapidement. Par exemple :
€ Š Angle  ‹
ix iy
i(x+ y) x−y x+y x−y
sin x + sin y = Im e + e = Im 2 e 2 cos = 2 sin cos .
moitié 2 2 2

 € Š

 sin (n + 1)x cos(nx)
X
n  si : x∈
/ πZ
Exemple Pour tous n ∈ N et x ∈ R : cos(2k x) = sin x
k=0



n+1 si : x ∈ πZ.
Démonstration Vous devez à tout prix savoir refaire cette démonstration, l’exercice est très classique.
Xn
Si x ∈ πZ : cos(2k x) = 1 pour tout k ∈ ¹0, nº, donc : cos(2k x) = n + 1. Supposons désormais que :
k=0
x∈
/ πZ, de sorte que : e2ix 6= 1.
 € Š
‚ n Œ  2i(n+1)x  i(n+1)x i(n+1)x −i(n+1)x
X
n X
n € Š X 2ix
e 6=1 e − 1 Angle e e − e
cos(2k x) = Re e2ikx = Re e2ikx = Re 2ix − 1
= Re  € Š 
k=0 k=0 k=0
e moitié eix eix − e−ix
 € Š € Š € Š
Euler
sin (n + 1)x sin (n + 1)x € Š sin (n + 1)x
= Re einx = Re einx = cos(nx).
sin x sin x sin x

2.3 EXPONENTIELLE COMPLEXE

Nous disposons à ce stade de deux exponentielles, l’exponentielle sur R et l’« exponentielle iθ ». Plus généralement :

Définition (Exponentielle complexe) Pour tout z ∈ C, on appelle exponentielle


(de) z le nombre complexe suivant :
ez = eRe(z) ei Im(z) sous forme TRIGONOMÉTRIQUE. En d’autres termes : ez = eRe(z) et arg ez ≡ Im(z) [2π].

 ‹
iπ iπ 1 i e2 i e2
Exemple e2+ 4 = e2 e 4 = e2 p + p =p +p .
2 2 2 2

Théorème (Propriétés de l’exponentielle complexe)


(i) Périodicité : L’exponentielle complexe est 2iπ-périodique, i.e. que pour tout z ∈ C : ez+2iπ = ez .

On dispose en fait d’un résultat plus précis. Pour tous z, z ′ ∈ C : ez = ez ⇐⇒ z ≡ z ′ [2iπ].
′ ′
Attention au i !
(ii) Transformation des sommes en produits : Pour tous z, z ′ ∈ C : ez+z = ez ez .

9
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

Démonstration
′ ′
(i) Identification de formes trigonométriques : ez = ez ⇐⇒ eRe(z) = eRe(z ) et Im(z) ≡ Im(z ′ ) [2π]

⇐⇒ Re(z) = Re(z ′ ) et Im(z) ≡ Im(z ′ ) [2π] ⇐⇒ z ≡ z ′ [2iπ].


′ ′ ′ ′ ′ ′ ′ ′
(ii) ez+z = eRe(z+z ) ei Im(z+z ) = eRe(z)+Re(z ) ei Im(z)+i Im(z ) = eRe(z) eRe(z ) ei Im(z) ei Im(z ) = ez ez . „

ln 5 1
Exemple L’équation : ez = 2 + i d’inconnue z ∈ C a pour solutions :
+ i Arctan + 2ikπ, k décrivant Z.
2 2
Démonstration Pour tout z = x + i y ∈ C sous forme algébrique :
p
ez = 2 + i ⇐⇒ e x = |2 + i| = 5 et y est un argument de 2 + i
ln 5 1 ln 5 1
⇐⇒ x= et y ≡ Arctan [2π] ⇐⇒ ∃ k ∈ Z/ z = + i Arctan + 2ikπ.
2 2 2 2

Théorème (Dérivation des fonctions de la forme eϕ ) Soit I un intervalle.


• Soit ϕ ∈ D(I , C). La fonction x 7−→ eϕ(x) est dérivable sur I de dérivée x 7−→ ϕ ′ (x)eϕ(x) .
• En particulier, pour tout a ∈ C, la fonction x 7−→ eax est dérivable sur R de dérivée x 7−→ aeax .

€ Š
Démonstration Pour commencer : eϕ = eRe(ϕ)+i Im(ϕ) = eRe(ϕ) ei Im(ϕ) = eRe(ϕ) cos Im(ϕ) + i sin Im(ϕ) ,
donc : Re(eϕ ) = eRe(ϕ) cos Im(ϕ) et Im(eϕ ) = eRe(ϕ) sin Im(ϕ).
• Par hypothèse ϕ est dérivable sur I , i.e. Re(ϕ) et Im(ϕ) le sont. Par composition avec les fonctions exp, sin
et cos qui sont dérivables sur tout R, eRe(ϕ) , cos Re(ϕ) et sin Im(ϕ) sont dérivables sur I et :
€ Š′ ′ ′
eRe(ϕ) = Re(ϕ)′ eRe(ϕ) , cos Im(ϕ) = −Im(ϕ)′ sin Im(ϕ) et sin Im(ϕ) = Im(ϕ)′ cos Im(ϕ).

• Du coup, par produit, Re(eϕ ) = eRe(ϕ) cos Im(ϕ) et Im(eϕ ) = eRe(ϕ) sin Im(ϕ) sont dérivables sur I et :
€ Š′ € Š′ ′ € Š
Re(eϕ )′ = eRe(ϕ) cos Im(ϕ) = eRe(ϕ) ×cos Im(ϕ)+eRe(ϕ) × cos Im(ϕ) = Re(ϕ)′ cos Im(ϕ)−Im(ϕ)′ sin Im(ϕ) eRe(ϕ)
€ Š
et de même : Im(eϕ )′ = Re(ϕ)′ sin Im(ϕ) + Im(ϕ)′ cos Im(ϕ) eRe(ϕ) .

• Nous avons bien montré que eϕ est dérivable sur I puisque ses parties réelle et imaginaire le sont. Enfin :
€ Š € Š ′
ϕ ′ eϕ = Re(ϕ)′ +i Im(ϕ)′ ×eRe(ϕ) cos Im(ϕ)+i sin Im(ϕ) = Re(eϕ )′ +i Im(eϕ )′ = eϕ . „

2.4 RACINES nÈMES

Pour tout n ∈ N∗ , rappelons que la fonction racine nème est la réciproque de la fonction puissance nème sur R+ .

p
Pour tous x, y ∈ R+ : y= n
x ⇐⇒ x = y n.

Définition (Racines nèmes )


• Soient z ∈ C et n ∈ N∗ . On appelle racine nème de z tout nombre complexe ζ pour lequel : z = ζn .
• Les racines nèmes de 1 sont dites racines nèmes de l’unité. Leur ensemble est noté Un .

10
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

p
n
x Notation autorisée si x ∈ R+ .
$ ATTENTION ! $ p
n
z La plus interdite des notations interdites si z ∈ C \ R+ !

Pourquoi cet interdit ? Parce que nous allons voir dans un instant que tout nombre complexe non nul a n racines nèmes
p
distinctes qui se valent les unes les autres. Laquelle noterions-nous n z ?

Théorème (Formule des racines nèmes ) Soit n ∈ N∗ .


• La seule racine nème de 0 est 0.
• Soit z = reiθ ∈ C NON NUL sous forme trigonométrique. Alors z possède exactement n racines nèmes , à savoir les
p iθ 2ikπ
nombres complexes : n
r e n + n , k décrivant ¹0, n − 1º.
¦ 2ikπ ©
• Cas particulier des racines nèmes de l’unité : Un = e n .
0¶k¶n−1

Démonstration Passons sur l’évidence du cas 0. Pour le reste, nous allons traiter d’abord le cas des racines de
l’unité et ensuite nous généraliserons.

• Racines nèmes de l’unité : Soit ω ∈ C. Posons : ρ = |ω| et notons ϕ l’unique argument de ω dans
l’intervalle [0, 2π[. Par identification de formes trigonométriques :

ωn = 1 ⇐⇒ ρ n einϕ = 1 ei0 ⇐⇒ ρ n = 1 et nϕ ≡ 0 [2π]


ρ∈R+ 2kπ
⇐⇒ ρ = 1 et ∃ k ∈ Z/ nϕ = 2kπ ⇐⇒ ρ = 1 et ∃ k ∈ Z/ ϕ =
n
ϕ∈[0,2π[ 2kπ 2ikπ
⇐⇒ ρ = 1 et ∃ k ∈ ¹0, n − 1º/ ϕ = ⇐⇒ ∃ k ∈ ¹0, n − 1º/ ω=e n .
n

Ceci nous fait bien un total de n racines nèmes de l’unité, n car les exponentielles obtenues sont distinctes.

p iθ
• Cas général : Soit z = reiθ ∈ C NON NUL sous forme trigonométrique. Posons : ζ = n r e n . Il est
immédiat que : ζn = z et ζ est non nul puisque z ne l’est pas. Nous disposons ainsi déjà d’une racine
nème de z et grâce à elle, nous allons trouver les autres. Pour tout ω ∈ C :
 ‹n
n n n
ζ6=0 ω
ω =z ⇐⇒ ω =ζ ⇐⇒ =1
ζ
ω 2ikπ p iθ 2ikπ
⇐⇒ ∃ k ∈ ¹0, n − 1º/ =e n ⇐⇒ ∃ k ∈ ¹0, n − 1º/ ω = n r e n + n . „
ζ

p iπ p 3iπ p 7iπ
2 e− 12 .
6 6 6
Exemple Les racines cubiques de 1 + i sont : 2 e 12 , 2e 4 et
 ‹
p 1 i p iπ
Démonstration D’abord : 1 + i = 2 p + p = 2 e 4 . D’après la formule du théorème, les racines
2p 2
3 p iπ 2ikπ p iπ 2ikπ 
2 e 12 + 3 = 2 e 12 + 3 , k décrivant l’ensemble 0, 1, 2 .
6
cubiques de 1 + i sont alors les trois nombres :

2iπ
Définition (Nombre j) On note j le nombre e 3 , racine 3ème de l’unité. Quelques relations à connaître à son sujet :

j3 = 1, j = j2 , 1 + j + j2 = 0 et pour tout z ∈ C : z 2 + z + 1 = (z − j) z − j .

Démonstration Simple vérification. „

 Explication  Tâchons de visualiser la formule des racines nèmes sur quelques dessins.

• Pour tout n ∈ N∗ , Un est l’ensemble des sommets du polygone régulier —- i.e. à côtés de même longueur —- à n côtés,
de centre O et passant par le point d’affixe 1.

11
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

2iπ
i e 5 2iπ iπ
j b
b
b j=e 3
b b
e3
4iπ
e 5 b

−1 −1
b b b b b b

1 1 1 1
b

4iπ
b
e− 5 b b

j2 = j
b
b
2iπ iπ
− 2iπ e− 3
−i e 5 j2 = j = e− 3

U3 est l’ensemble des sommets U4 est l’ensemble U5 est l’ensemble des sommets U6 est l’ensemble des sommets
d’un triangle équilatéral. des sommets d’un carré. d’un pentagone régulier. d’un hexagone régulier.
b

p iθ 2ikπ z
• Et l’expression : r en+ n ,
elle raconte quoi ? Pour : z = reiθ ,
n
π
p iθ
nous avons déjà vu plus haut que ζ = n re n est UNE racine nème de z. 4

8
Pour obtenir à partir de ζ toutes les racines nèmes de z, il reste alors à le ζe
2iπ
¦ 2ikπ © 3
multiplier par chacun des éléments de Un = e n . b

ζ π
0¶k¶n−1

2
iπ b
12
Sur la figure ci-contre : z = 8 e 4 et n = 3 — donc : r = 8 et,
π p
n
p
3 θ π
par exemple : θ = . A fortiori : r = 8 = 2 et = , 2π
4 n 12 b

iπ 2iπ
donc : ζ = 2 e 12 . ζ e 3 3

3 INTERPRÉTATION GÉOMÉTRIQUE DES NOMBRES COMPLEXES

• Les figures ci-dessous vous rappellent :


— que l’addition de deux nombres complexes s’interprète géométriquement en termes de translation,
— deux ou trois choses concernant les symétries les plus simples,
— que le produit de deux nombres complexes s’interprète géométriquement en termes d’homothétie et de rotation.

Symétrique de z 2e 4 z π
par rapport à (O y) b
−z z b
4
u b
z+u
z b

b
O iπ
e4z
u
b 2z
Symétrique de z
b
−z z b

Symétrique de z
b
z
par rapport à O par rapport à (O x)

• Voyons maintenant ce qu’il en est de transformations plus compliquées. Dans chacun des cas ci-dessous, z ′ désigne
l’image de z par la transformation considérée.
z′ θ
b

′ −ω z ′ b
z ′ z b b
z

z z
−′

ω ω
z− ω
b b

z− ω
ω

z b
ω
ω z −

b
z− b

ω
Homothétie de centre ω Rotation de centre ω
Symétrie par rapport à ω :
et de rapport λ (ici λ = 2) : et d’angle de mesure θ :
z ′ − ω = −(z − ω) ′
z − ω = λ(z − ω) z ′ − ω = eiθ (z − ω)
i.e. : z ′ = 2ω − z. ′
i.e. : z = ω + λ(z − ω). i.e. : z ′ = ω + eiθ (z − ω).
• Il apparaît ainsi clairement que les transformations géométriques auxquelles nous sommes habitués sont de la forme
z 7−→ az + b ou z 7−→ az + b pour certains a, b ∈ C avec : a 6= 0. Réciproquement, que pouvons-nous dire
en général des transformations de cette forme ? Fixons a, b ∈ C avec : a 6= 0 et notons f la transformation
z 7−→ az + b, ainsi qu’α un argument de a.
— Si : a = 1, f est simplement la translation de vecteur b.

12
Christophe Bertault — Mathématiques en MPSI

— Si : a 6= 1,
remarquons d’abord que f possède un et un seul point fixe, l’équation : f (ω) = ω
b
d’inconnue ω ∈ C admet : ω = pour seule et unique solution. Intérêt de la manœuvre :
z′ 1−a
réécrire f sous une forme plus sympathique. Pour tout z ∈ C, si nous posons : z ′ = f (z), alors :
b

Ici |a| = 2.
z ′ − ω = (az + b) − (aω + b) = a(z − ω) = |a| × eiα (z − ω) = eiα × |a|(z − ω).
| {z } | {z }
Rotation de centre ω Homothétie de centre ω
b b
et d’angle de mesure α et de rapport |a|
ω z | {z } | {z }
Homothétie de centre ω Rotation de centre ω
et de rapport |a| et d’angle de mesure α

Conclusion : f est la composée d’une homothétie et d’une rotation de mêmes centres. De plus l’ordre
dans lequel on compose ces deux transformations ne compte pas. On dit que f est la similitude directe
de centre ω, de rapport |a| et d’angle de mesure α.

f 1 + 2i π
Exemple La fonction z 7−→ 2iz + 1 est la similitude directe de centre , de rapport 2 et d’angle de mesure .
5 2

Démonstration Comme le coefficient de z dans la forme de f est : 2i = 2e 2 6= 1, f n’est pas une
π
translation. Son rapport est alors 2 et son angle a pour mesure .
2
1 1 + 2i
Enfin le centre de f est son unique point fixe ω : f (ω) = ω ⇐⇒ ω= = .
1 − 2i 5

z−b
Théorème (Interprétation géométrique de ) Soient a, b, z ∈ C avec z 6= a et z 6= b. On note A l’image de a, B
z − a  ‹
z − b MB z−b −→ −−→
≡ M A, M B [2π].
celle de b et M celle de z. Alors : z − a = MA et arg
z−a

‹   ‹
z−b b−z −−→ → −→ −→ −−→
Démonstration arg ≡ arg ≡ arg(b−z)−arg(a−z) ≡ − →
ı , MB − −ı , M A ≡ M A, M B [2π],
z−a a−z
z−b b−z |b − z| eiβ M B i(β−α) M B i(−→ −−→
donc : = = iα
= e = e M A, M B) . „
z−a a−z |a − z| e MA MA

 En pratique  Avec les notations du théorème, on peut démontrer l’alignement de A, B et M ou l’orthogonalité des
droites (AM ) et (BM ) grâce aux équivalences suivantes :

−→ −−→ −→ −−→ z−b


A, B et M sont alignés ⇐⇒ M A, M B ≡ 0 [2π] ou M A, M B ≡ π [2π] ⇐⇒ ∈ R.
z−a
−→ −−→ π −→ −−→ π z−b
(AM ) et (BM ) sont orthogonales ⇐⇒ M A, M B ≡ [2π] ou M A, M B ≡ − [2π] ⇐⇒ ∈ iR.
2 2 z−a

Exemple L’ensemble des nombres z ∈ C pour lesquels le triangle de sommets z, z 2 et z 3 est rectangle en z est constitué de
la droite verticale d’équation : x = −1 et des deux points 0 et 1.
z3 − z
Démonstration Soit z ∈ C. Afin de pouvoir travailler avec le rapport , on suppose : z 6= 0 et z 6= 1.
z2 − z
Pour ces deux points, de toute façon, le triangle de sommets z, z 2 et z 3 est réduit à un point, donc rectangle en z
— par convention. À présent :

z3 − z z(z − 1)(z + 1)
Le triangle de sommets z, z 2 et z 3 est rectangle en z ⇐⇒ ∈ iR ⇐⇒ ∈ iR
z2 − z z(z − 1)
⇐⇒ z + 1 ∈ iR ⇐⇒ Re(z + 1) = 0 ⇐⇒ Re(z) = −1.

13