Vous êtes sur la page 1sur 12

ENSEMBLE

des femmes, des hommes...


s’unissent contre la violence faite aux femmes par les hommes. Depuis un
an, de nombreuses initiatives communautaires démontrent la volonté de
mettre fin à la violence faite aux femmes.

Des initiatives telles que Voisin-es, ami-es et familles (VAF), la Campagne


du ruban blanc et « Marcher un mille dans ses chaussures » ont rassemblé
des groupes de femmes et d’hommes pour dénoncer et pour lutter contre
cette violence. Parce que 51 % des femmes qui vous entourent seront
touchées par la violence au cours de leur vie, il est temps de vous
rassembler à nouveau pour aider vos sœurs, vos mères, vos filles, vos
familles.

La Campagne du Marcher un mille


ruban blanc dans ses chaussures

Cette campagne de sensibilisation Cette campagne est la plus grande Cette campagne internationale
provinciale informe le public des initiative des hommes, à l’échelle masculine invite les hommes à se
signes avertisseurs de la violence mondiale, pour lutter contre la violence joindre à eux pour marcher un mille
faite aux femmes et outille les faite aux femmes. en portant des souliers à talons hauts.
proches de la victime à l’aider. www.whiteribbon.ca/francais www.walkamiletoronto.org
www.voisinsamisetfamilles.on.ca www.camcogroup.com/walk/walkf/
history.html
Risquez-vous de devenir violent?
♦ Êtes-vous capable d’exprimer d’autres sentiments que la colère ou
Oui Non DANS CE CAHIER :
la haine?
Une relation saine 2
♦ Respectez-vous le droit de votre partenaire à être différente, de
Oui Non
prendre ses propres décisions? Formes de violence 3

♦ Êtes-vous capable d’écouter et de respecter son opinion, même si Pourquoi reste-t-elle? 4


Oui Non
vous n’êtes pas vraiment d’accord avec elle?
Quels sont les signes avertisseurs? 5
♦ Êtes-vous capable de négocier avec elle sans essayer de l’accuser
Oui Non Groupes à risque 6
ou de la contrôler?
Conséquences de la violence 7
♦ Êtes-vous capable de vous fâcher sans devenir violent
Oui Non
verbalement, psychologiquement ou physiquement? Planifier la sécurité 8
♦ Votre conjointe peut-elle exprimer sa colère sans que vous ne Comment s’organiser pour changer? 9
Oui Non
l’attaquiez?
Soutien pour les victimes 10
Si vous avez répondu NON à une de ces questions, il se peut que vous soyez un
conjoint violent. Obtenez de l’aide auprès d’un Centre de counselling de votre région. Liste de ressources 11
— Adaptation d‘Action ontarienne contre la violence faite aux femmes et METRAC
Une relation saine
Quiz : Dans votre relation, vous est-il déjà arrivé… Il est important de comprendre ce qu’est une relation
• d’avoir peur que votre partenaire quitte la relation saine. Vous devez être en mesure d’identifier les
Oui Non
si vous ne faites pas ce qu’il veut? éléments qui indiquent si votre relation amoureuse est
• de vous sentir obligée de choisir entre lui et votre
Oui Non saine ou pourrait être violente. En bref, dans un
famille ou vos ami-es?
couple sain, aucun des partenaires ne contrôle l’autre.
• d’être obligée de justifier tout ce que vous dites à Dans la relation, il doit y avoir les éléments suivants :
Oui Non
votre partenaire?

• de tout essayer pour lui plaire et qu’il ne soit


jamais satisfait?
Oui Non Respect Soutien Plaisir Confiance

• de vous faire bouder par votre partenaire; qu’il ne Empathie Entraide Écoute Acceptation
Oui Non
vous parle plus parce qu’il est fâché?
Patience Honnêteté Fiabilité Intérêts
• de vous faire critiquer au sujet de votre apparence communs
physique et de sentir que vous devez changer Oui Non
quelque chose?
• d’avoir à participer à des actes sexuels auxquels
Oui Non
vous ne voulez pas participer?

• d’avoir parfois, ou souvent, peur de votre


Oui Non
partenaire?

• de vous faire bousculer ou frapper par votre


Oui Non
partenaire?
Si vous avez répondu OUI à une de ces questions, il se peut
que vous soyez dans une relation malsaine ou violente.
Communiquez avec la ligne d’écoute et de soutien Fem’aide
au 1 877 336-2433 pour du soutien et plus information.

Quelques définitions
Violence conjugale ou violence domestique? Agression sexuelle
On parle de violence conjugale lorsqu’une personne Ce terme désigne tout acte à caractère sexuel commis
dans une relation blesse, par des mots ou des envers une personne, contre son désir ou sans son
actions, l’autre personne. La violence « domestique » consentement. La violence sexuelle, c’est insister,
est un anglicisme du terme violence conjugale. intimider ou utiliser la force physique pour avoir un
contact sexuel. Le non-consentement est l’élément
La violence conjugale se passe dans un couple. Ce
principal de l’agression sexuelle.
couple peut être composé de personnes amoureuses
qui habitent ensemble, qui sont mariées ou non, qui Les actes d'agressions sexuelles peuvent être commis
sont séparées ou divorcées. Le couple peut être par un groupe ou par une personne : un conjoint, une
composé d’un homme et d’une femme ou de connaissance, un collègue, un professionnel. Ces actes
personnes du même sexe. peuvent aussi être accompagnés de violence
psychologique et physique.

Abus de pouvoir : L’abus de pouvoir se produit lorsque qu’une personne, en position d’autorité, profite de son
pouvoir pour obtenir des faveurs, pour agresser, intimider ou harceler l’autre.

2 Ensemble www.centrevictoria.ca
Formes de violence dans un couple
Il existe plusieurs formes de violence. Voici les formes La violence sexuelle
les plus courantes. Dans une relation, il peut exister existe lorsqu’un conjoint contrôle la vie sexuelle du
une ou plusieurs de ces violences. couple. Cette violence s’exerce souvent dans un
La violence psychologique et l’abus verbal contexte d'intimidation, de manipulation, de
chantage, de menace ou d'utilisation de la force.
existe lorsqu’un conjoint nuit et cherche à détruire
l’estime de soi de sa partenaire et à limiter sa liberté. La violence spirituelle et culturelle
C’est lorsqu’un conjoint se sert des mots pour existe lorsqu’un conjoint empêche sa conjointe
humilier l’autre ou pour créer chez elle un sentiment d’exprimer ses croyances religieuses ou spirituelles,
d’insécurité et de peur. Cette forme de violence est de fréquenter un lieu de culte, la critique ou la
beaucoup plus fréquente qu’on ne le pense. ridiculise pour ses croyances religieuses, ses
La violence physique traditions. C’est aussi lorsqu’il interdit à sa partenaire
de parler sa langue maternelle sous prétexte qu’il ne
existe lorsqu’un conjoint utilise la force physique pour
comprend pas.
imposer son pouvoir à sa partenaire.
La négligence
La violence financière
existe lorsqu’une personne dépendante d’une autre
existe lorsqu’un conjoint contrôle la femme au moyen
est abandonnée ou n’obtient pas les soins de santé
de l’argent, le partenaire prend toutes les décisions
physique, psychologique requis.
financières et elle n’a pas d’autonomie financière; par
— Adaptation de la Campagne Aimer sans violence
exemple, elle doit justifier toutes les dépenses. et la Campagne VAF

Formes d’agression sexuelle


Agression d’une jeune fille
Au Canada, 1 fille sur 3 vivra une forme de violence
Selon le Code criminel canadien, une personne de sexuelle avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans
— Adaptation de National Advisory Council of Women
moins de 14 ans ne peut pas consentir à aucune
relation sexuelle avec un adulte. Toute activité
sexuelle avec un adulte, désirée ou non, est une Viol ou tentative de viol
agression.
Il y a viol lorsque la femme est forcée d'avoir une
Inceste relation sexuelle contre son gré (pénétration avec le
Il y a inceste lorsqu’il y a un acte sexuel entre deux pénis ou un objet).
personnes ayant un lien de parenté. Harcèlement sexuel
Agression sexuelle par un conjoint La victime est soumise, de façon répétée, à des
Il est illégal de forcer sa conjointe à participer ou à propos visant à la réduire à un objet sexuel. Par
subir des actes sexuels contre sa volonté. exemple, « Viens icitte bébé, j’te ferai pas mal! »
Attouchements

On estime que jusqu’à 75 % des filles autochtones ont On parle d’attouchements lorsque la femme se fait
été victimes d’agressions sexuelles. toucher, caresser, embrasser contre sa volonté.
— Centre national d’info. sur la violence dans la famille

www.centrevictoria.ca Ensemble 3
Pourquoi reste-t-elle?
Ce qui suit est un exemple qui explique comment la femme, qui est victime de violence dans son
couple, devient de plus en plus tolérante envers la violence qui lui est faite.

Pourtant, il peut La 8e fois, elle a besoin


être si gentil de soins médicaux.
La 6e fois, il la bat
Il menace de la tuer alors
sévèrement. Elle le
elle ne le quitte plus.
quitte.
La 3e fois, il la traite d’un Il menace de se suicider.
nom, mais elle n’en fait Elle revient.
La 1re fois, il lui dit pas de cas, car ça aurait
qu’elle n’est bonne à pu être pire.
rien, elle est blessée. Il Il aurait pu la pousser.
fait des excuses pour
qu’elle ne le quitte pas. Je n’ai pas
Elle lui pardonne. de choix!
Ça doit être de
C’est vrai que ma faute.
je suis bonne
à rien.
— Adaptation de Béchard-Fischer dans
une publication de l’ADFO.

Avec le temps, la victime devient, malheureusement, habituée à la violence qu’elle subit et elle ne quitte pas,
ou ne quitte plus, son conjoint violent. La victime reste dans cette relation pour des raisons psychologiques ou
pratiques. De plus, la violence est cyclique — il y a des périodes de tension, de violence et d’affection.

1re phase : Climat de tension 2e phase : Crise


Tension de l’homme : Par ses Agression de l’homme : N’ayant
paroles et attitudes, il installe un pas obtenu les résultats qu’il voulait,
climat de tension. Il dit à sa femme il commet un acte de violence.
qu’elle n’est bonne à rien. Colère et tristesse de la femme :
Peur de la femme : Elle doute Elle se sent humiliée, désespérée,
d’elle-même. Elle a peur de déplaire démolie et sous le choc.
et de faire des erreurs. Elle est très
anxieuse. Cycle de la violence
3e phase : Justification
Déresponsabilisation de
l’homme: Il mini m ise son
comportement. Il se déresponsabilise
4e phase : Lune de miel
et accuse sa conjointe : « J’étais
Rémission de l’homme : Il
stressé.», « Si tu m’avais écouté!»
exprime des regrets et promet de ne
Responsabilisation de la
pas recommencer. Il devient
affectueux et attentionné. femme : Elle se sent responsable de
la violence. Elle pense que si elle
Espoir de la femme : Elle croit que
change, la violence arrêtera. Plus le
l’homme changera, il est désormais
cycle se répète, plus la femme se
gentil… jusqu’à ce que le climat de Source :- Graphique : Service d'aide aux hommes agresseurs
perçoit comme incompétente et se
tension revienne. de la rive-sud
Définitions : SOS Violences Conjugales Brunehaut sent responsable de la violence.

4 Ensemble www.centrevictoria.ca
Quels sont les signes avertisseurs?
Il existe plusieurs signes, certains subtils et d’autres plus évidents. Il est
essentiel de les reconnaître. Les recherches démontrent que
généralement les partenaires violents présentent ce genre de
comportements :
• Il rabaisse, dénigre et humilie sa partenaire. La colère est évidente
dans ses mots et son ton. Ou encore, il le fera en riant « C’est
juste une farce ».

« T’es ben niaiseuse. • Il claque la porte ou s’emporte violemment pour des riens.
Tu ferais dur si je • Le partenaire violent isole sa partenaire en l’empêchant de voir sa
n’étais pas là. » famille, ses ami-es.

• Il l’accuse d’avoir des amants.


Que faire?
• Il la surveille tout le temps, même au travail.
Selon la campagne de sensibilisation « Voisin-es, ami-es
• Il ment en rejetant le blâme sur elle.
et familles », les proches, qu’il s’agisse de membres de
• Il agit comme si elle était sa chose, son bien, son
la famille, d’ami-es intimes, de collègues de travail ou
esclave.
de professionnel-les, doivent d’abord être en mesure
La partenaire est bouleversée, l’homme qu’elle aime lui de reconnaître les signes avertisseurs.
fait mal. Elle cherche d’abord à l’excuser, à trouver des Dès qu’ils remarquent un des signes, les proches
justifications : « Il était fatigué. » Elle vit sous tension devraient, en tête à tête, vérifier auprès de la victime.
et dans la peur : « J’ai remarqué que Marc a crié après toi hier soir.
• Elle a tellement peur de dire la mauvaise chose
Ça m’inquiète. »
qui provoquerait sa colère qu’elle ne parle pas
beaucoup quand il est là. Elle est mal à l’aise. Attention!
• Elle s’absente souvent du travail ou de l’école. L’intervention ne doit pas vous mettre
• Elle évite peut-être les réunions de famille ou ou mettre en danger la victime.
d’ami-es, de collègues.
Les proches de l’homme peuvent aussi, à un moment
• Elle semble triste, songeuse, repliée sur elle-
propice à la discussion, signifier que le comportement
même.
observé est inquiétant et inacceptable.
• Elle consomme peut-être plus qu’à l’habitude.
• Et, si elle vit aussi de la violence physique, La victime a besoin de savoir que ses proches

elle cherche à masquer ses blessures. l’appuient sans réserve.

Les proches peuvent fournir des renseignements à la

MISE EN GARDE – C’est au victime et lui aider à élaborer un plan de sécurité en


moment où la relation prend fin prévision d’un départ éventuel.
que le risque de violence Pour obtenir plus de renseignements,
mortelle est le plus élevé pour les téléphonez à la ligne d’écoute et de
femmes victimes de violence. soutien Fem’aide au 1 877 336-2433.

www.centrevictoria.ca Ensemble 5
Groupes à risque
Toutes les femmes risquent de vivre une forme ou l’autre de violence. Pour certaines, le risque est plus élevé,
les obstacles à surmonter encore plus grands. Elles sont généralement plus vulnérables, font face à de la
discrimination et sont moins bien outillées pour s’affirmer.

La loi qui, en principe, protège les citoyen-nes peut créer une occasion d’opprimer, d’écraser des femmes.

Loi sur les Indiens est discriminatoire à l’égard de la femme autochtone de plusieurs
façons. Par exemple, en cas de divorce ou de séparation, rien n’est prévu pour que la
femme vivant sur une réserve obtienne sa part. Selon l’Enquête générale sociale 2004
de Statistique Canada, la femme autochtone est beaucoup plus exposée au risque de
mort violente, à des actes graves de violence, de viol et de violence familiale, que les
autres Canadiennes.

La femme nouvellement arrivée au pays est à la merci de son « parrain » ou de son


employeur. Ceci la rend souvent vulnérable à la violence. Abusée, elle hésite à demander
de l’aide ou à quitter la relation pour plusieurs raisons. Elle a de la difficulté à
communiquer dans l’une ou l’autre des langues officielles pour accéder aux services. Elle
craint d’être rejetée par sa communauté. Elle craint la police. Elle a peur d’être déportée.

La femme lesbienne, victime de violence dans son couple, souffre en silence. Le


sujet est encore plus tabou chez un couple homosexuel que chez un couple
hétérosexuel. Son entourage n’est peut-être pas au courant de son orientation
sexuelle, réduisant son réseau de soutien. Les préjugés et la discrimination étant
encore bien présents dans notre société, elle hésitera à accéder aux services, de
peur d’en être victime.

L’adolescente est particulièrement à risque. Plusieurs facteurs la rendent plus vulnérable:


son expérience limitée de vie et des relations de couple, une estime de soi moins
développée, la pression de ses pairs, vouloir être « comme les autres ». Pour toutes ces
raisons, elle éprouvera peut-être plus de difficulté à identifier les signes et à mettre fin à une
relation malsaine.

La femme aînée ou la femme ayant un handicap physique


ou intellectuel qui dépend d’un aidant dans son quotidien est à
la merci de cette personne. La relation de pouvoir a le potentiel
de devenir un abus de pouvoir. Elle est très à risque pour : la
fraude, la négligence, l’abus physique et psychologique ainsi
qu’aux attouchements sexuels. La prévention est essentielle.

6 Ensemble www.centrevictoria.ca
Conséquences de la violence chez la femme
La violence a des conséquences physiques qui Elle peut aussi entraîner de graves
peuvent être graves : conséquences d’ordre psychologique :
• problèmes de santé dûs aux blessures infligées • dépression • anxiété
(bleus, fractures, coupures, brûlures, mort);
• manque d’estime de soi • crainte pour les enfants;
• cauchemars, insomnies, mauvaise digestion,
maux de tête persistants, etc.; • peur du conjoint • peur de la solitude

• besoins d’hospitalisations ou de soins médicaux; • crainte pour sa vie • isolement


• interruption des activités quotidiennes ou du
• abus d’alcool ou • tentatives de suicide
travail; de drogues

La violence entraîne plusieurs conséquences.


LE SOUTIEN EST LA CLÉ POUR GUÉRIR.

Les enfants et les jeunes exposés à la violence conjugale


Ils peuvent apprendre des messages
totalement faux, tels que...
• la violence et les menaces permettent d'obtenir
ce que vous voulez;
• une personne a deux choix - être l'agresseur ou la
victime;
• la victime est à blâmer;
• quand les gens font mal à d'autres, il n’y a pas de
conséquences;
Les enfants sont exposés à la violence • la colère ou l'alcool provoque la violence;
faite aux femmes lorsqu’ils : • une personne peut vous aimer et vous faire mal
• voient leur mère se faire maltraiter ou humilier; en même temps;
• entendent une dispute et de la violence • la colère est incontrôlable;
bruyantes; • la violence est normale dans un couple;
• voient les répercussions (p. ex., blessures); • les hommes sont supérieurs aux femmes; et
• apprennent ce qui est arrivé à leur mère;
• on a pas besoin de respecter les femmes.
• font partie des méthodes de violence du parent
— Adaptation de Baker & Cunningham
agresseur;
• voient leur père maltraiter sa nouvelle partenaire
lorsqu’ils passent la fin de semaine chez lui; et Un enfant exposé à la violence risque d’être violent
• ils sont privés de la pension alimentaire à laquelle ou victime dans ses relations futures.
ils ont droit.

Aider un enfant, quelques pistes


• permettre à l’enfant de s’exprimer au sujet de ce qu’il a vu et entendu;
• aider l’enfant à comprendre ses émotions et ses réactions face à la violence;
• démontrer et parler de modèles de comportements positifs, non-violents et non-sexistes; et
• soutenir la famille à se recréer un environnement sécuritaire, stable et chaleureux.
— Adaptation d‘Action ontarienne C.V.F.

www.centrevictoria.ca Ensemble 7
Planifier la sécurité
Qu’est-ce qu’un plan de sécurité? Les numéros de téléphone que
Un plan de sécurité est un plan qui vous aide à je dois savoir :
réduire les risques auxquels vous et vos enfants êtes Police : ____________________
exposés. Il n'y a pas de bonne ni de mauvaise façon
Voisin-e ____________________
de faire un plan de sécurité. Faites votre propre plan.
Travailleuse sociale : ____________________
Revoyez-le souvent. Faites des changements au
besoin. Maison d'hébergement : ____________________
Fem'aide : 1 877 336-2433
Un plan de sécurité vous aidera à être le plus en
Avocat-e : ____________________
sécurité possible contre de futures agressions. Un tel
plan est utilisé par les femmes qui veulent partir; Travail : ____________________
celles qui ne sont pas certaines si elles doivent partir, Domicile du superviseur-e : ____________________
mais qui ont besoin d'aide si l'agresseur devient Garderie / École ____________________
violent; celles qui sont parties et pour qui la menace Autre : ____________________
de violence est toujours présente. ____________________
Un plan de sécurité peut vous aider : ____________________
• à obtenir de l'aide en cas d'urgence;
Pour avoir du soutien ou des conseils concernant le
• à planifier de le quitter de façon plus
plan de sécurité, contactez la ligne Fem’aide ou une
sécuritaire;
maison d’hébergement près de chez-vous.
• à augmenter la sécurité des enfants;
• à diminuer le risque de confrontation sévère
— Adaptation du Territoires du Nord-Ouest — Santé et Services sociaux
avec l’agresseur.

Choses à prendre quand vous planifierez de quitter


 vos pièces d'identité et celles de vos enfants  déclaration d’impôt
 documents d'ordonnance de protection  bail, hypothèque, assurances
 carte d'assurance sociale  clés de la maison, du véhicule, du bureau
 dossiers scolaires et de vaccination  argent
 carnets et cartes bancaires  cartes de crédit
 permis de conduire et immatriculation  passeport
 dossiers médicaux  médicaments
 documents de divorce ou de la séparation  carnet d'adresses
 photographies de votre conjoint  papiers d'immigration
 couvertures et jouets favoris des enfants  objets de valeur sentimentale
 bijoux  petits objets pouvant être vendus

Pour plus d’informations au sujet du plan de sécurité, consultez le site web de Peel Committee Against Woman Abuse.
L’élaboration d’un plan de sécurité : http://www.pcawa.org/Files/French-Safety%20Plan-Revised%202005.pdf

8 Ensemble www.centrevictoria.ca
Comment s’organiser pour changer?
Vous voulez prévenir la violence. Par où commencer?
La trousse d'action communautaire de prévention de la violence faite aux femmes décrit comment :
• mettre sur pied une activité de sensibilisation communautaire;
• organiser une campagne;
• préparer, structurer et animer des réunions;
• traiter des questions difficiles et surmonter les hésitations;
• mettre sur pied des activités éducatives; et
• communiquer avec les médias, adopter une entreprise, appuyer
les programmes locaux de lutte à la violence.

www.voisinsamisetfamilles.on.ca/documents/trousse_communautaire_finale.pdf

À partir du site Web de Voisin-es, ami-es et familles (VAF), Mythes


vous pouvez commander gratuitement des affiches, des ♦ Ça prend du financement pour faire ça. FAUX
dépliants, signets et cartes, obtenir une trousse d'action
♦ Ça prend des experts. FAUX
communautaire et un CD comprenant une vidéo et deux
annonces d'intérêt public. Tout est gratuit. Tout est là. En ♦ C'est trop gros pour moi. FAUX
plus, l'agente VAF de votre région se fera un plaisir de ♦ Ça ne changera rien. FAUX
partager avec vous son expertise.
Alors, vous voulez prévenir la violence?

Coordonnatrice provinciale (Toronto) :


Tél : 416 849-1813
campagnevaf@bellnet.ca

Cochrane -Témiskamingue :
Tél : 705 360-5657
agentevaf@centrepasserelle.ca

District de Sudbury, Algoma, Nipissing et


Nord-Ouest de l'Ontario :
Tél : 705 670-2517 Que pouvez-vous faire?
info@centrevictoria.ca
1. Apprenez à reconnaître les signes de violence;
Barrie-Midland :
2. Sachez comment aider et où obtenir de l'aide;
Tél : 705 797-2060
admin@centrecolibri.ca 3. Partagez vos connaissances avec vos proches;
4. Embarquez vos proches dans la lutte;
Prescott-Russell et les comtés de SDG :
Tél : 613 764-5700 5. Ciblez l'action; et
administration@centrenovas.ca
6. Allez-y !
London :
Tél : 519 858-0954
bienvenue@carrefourfemmes.on.ca
www.voisinsamisetfamilles.on.ca
www.centrevictoria.ca Ensemble 9
Soutien pour les victimes
CALACS, maisons d’hébergement et ligne d’écoute
Qu’est-ce qu’un Centre d’aide et de lutte contre Qu’est-ce qu’une maison d’hébergement?
les agressions à caractère sexuel (CALACS)? Quels services offre-elle?
Quels services offre-t-il? Une maison d’hébergement est un endroit sécuritaire
Un CALACS est un centre qui fournit des services aux où une femme victime de violence, avec ou sans
femmes qui ont vécu une agression sexuelle. Les enfant, peut se rendre lorsqu’elle quitte une relation
intervenantes les aident à identifier les formes de violente. Elle sera nourrie et logée, sans frais. Elle
violences vécues, offrent du soutien et de l’information bénéficiera du soutien d’intervenantes pendant sa
pour les aider à guérir et à s’épanouir. transition vers une vie sans violence.

Quels sont les services offerts par une ligne d’écoute?


C’est un numéro où téléphoner si vous vivez, ou avez vécu de la violence, de l’abus, ou une agression sexuelle
et vous sentez le besoin d’en parler. Les intervenantes formées pour écouter, pourront répondre à vos
questions, offrir du soutien, de l’information et des références aux services disponibles dans votre région.
Le service est gratuit, anonyme et confidentiel.

Témoignages
Une réponse
J'ai été violée par mon ex-copain qui ne voulait pas
admettre notre séparation. Pour lui, notre relation n'avait
pas changé. Lorsqu'il m'a violée, il pensait qu’on faisait
l’amour, que je le voulais, même si je lui disais « non ».
Aujourd'hui, je suis mariée, j'ai 2 adorables garçons. Donc
oui, revivre après un viol, c'est possible.
~ Annaïse

Différence de rôles au Canada


Le courage de partir
Dans mon pays d’origine, les rôles sont bien définis
dans le couple : le mari est le pourvoyeur et la femme Je me sens chanceuse aujourd'hui d'avoir eu le
s’occupe des tâches ménagères, prend soin des enfants et courage de partir…. Une nuit, j'ai pris mes affaires et
de son mari. Ici, les rapports entre les hommes et les je suis partie. Pourquoi cette nuit-là? Je ne sais pas,
femmes sont différents, la notion de couple aussi. La une claque de trop sans doute. Plusieurs années
séparation a été difficile. Je ne connaissais personne et il d’abus physique et mental font que l'anormal pour
fallait que je trouve un moyen de gagner ma vie. les autres devient notre quotidien et
Aujourd’hui, je travaille dans une maison normal pour nous.
d’hébergement et je soutiens d’autres femmes. ~ Valérie
~ Adèle

De secret à soutien
J’ai passé deux ans avec mon chum. Y’était jaloux à planche et je pouvais pu voir mes ami-es. Je l’ai finalament
dompé après avoir parlé à la travailleuse sociale de mon école. Asteure, j’ai recommencé à voir mes amies et ça va
ben mieux. J’ai pris la bonne décision. ~ Karley, 17 ans

10 Ensemble www.centrevictoria.ca
Liste de ressources, CALACS et de maisons d’hébergement
francophones en Ontario

Ligne provinciale de soutien

Fem’aide
Ligne de soutien pour femmes
touchées par la violence
Tél : 1 877 336-2433
ATS : 1 866 860-7082
24 heures par jour, 7 jours par semaine

CALACS francophones
Centre Victoria pour femmes Centre Passerelle pour femmes
Sudbury : 705 670-2517 Timmins : 705 360-5657
Site Web : www.centrepasserelle.ca
Elliot Lake : 705 461-6120
Sault Ste-Marie : 705 253-0049 Centre des Femmes Francophones
Wawa : 705 856-0065 du Nord-Ouest de l’Ontario
Thunder Bay : 807 684-1955
Site Web : www.centrevictoria.ca
Geraldton : 807 854-9001
Site Web : www.cffnoo.com

Colibri - Centre des femmes Carrefour des femmes du Sud-Ouest CALACS francophone d’Ottawa
Barrie : 705 797-2060 de l'Ontario Ottawa : 613 789-9117
Site Web : www.centrecolibri.ca London : 519 858-0954 Site Web : www.calacs.ca
Site Web : www.carrefourfemmes.on.ca

Oasis - Centre des femmes Centre Novas


Toronto : 416 591-6565 Casselman : 613 764-5700
Site Web : www.oasisfemmes.org Site Web : www.centrenovas.ca

Maisons d’hébergement francophones

Habitat Interlude Villa RenouvEllement


Kapuskasing Timmins
Tél : 705 337-1122 Tél : 705 264-8452

Maison d’amitié Centre de ressources familiales


Ottawa Sturgeon Falls
Tél : 613 747 0020 Tél : 705 753-1154
ATS : 613 747-9116

Pour une liste complète de toutes La Présence Maison Interlude


les maisons d’hébergement Ottawa Hawkesbury
en Ontario et au Canada, consultez Tél : 613 241 8297 Tél : 613 632-1591
le site www.shelternet.ca/fr

N’hésitez pas à téléphoner à Fem’aide au 1 877 336-2433 pour une référence.

www.centrevictoria.ca Ensemble 11
Depuis 1995, Le Centre Victoria pour femmes développe et offre
toute une gamme de services et de programmes.

La prévention, la sensibilisation et l’éducation sont au cœur de


l’intervention et sont intégrées à l’ensemble des moyens entrepris pour
prévenir et abolir la violence contre les femmes.

Ces services sont confidentiels et sans frais. Ils sont offerts à


Sudbury, Elliot Lake, Sault Ste-Marie et Wawa.
C.P. 308 Sudbury ON P3E 4P2
Téléphone : 705 670-2517
Télécopieur : 705 670-2645
Services offerts
www.centrevictoria.ca
L’intervention individuelle

Programmes et ateliers thématiques Consultations et soutien pour les femmes en transition


vers une situation de non violence.
Groupe de soutien pour les femmes âgées de 50
ans et plus est un programme qui s'adresse à toutes L’intervention de groupe
les femmes âgées de 50 ans et plus, à mi-chemin Ateliers de développement personnel adaptés, offerts
entre l'activité de sensibilisation dans la communauté aux usagères. Démarches variées par le biais de
et le soutien pour les femmes victimes de violence. groupes et adaptées aux besoins des femmes.
Programme « INSTINCTS » est un programme qui L’aiguillage (références)
enseigne des techniques d’auto-défense et des
Selon le besoin, référence à d’autres services
connaissances en matière de sécurité personnelle. Ce
spécialisés.
programme est offert aux filles et aux femmes.
L’éducation et la sensibilisation
Programme « Filles fantastiques » s’adresse aux
filles âgées de 13 à 19 ans. Il met l’accent sur Présentations, ateliers, activités communautaires et
l’identité, la communication et l’affirmation, les interventions médiatiques.
relations saines, l’image corporelle et la santé, et le L’accompagnement
bien-être.
Soutien confidentiel et personnalisé lors de rendez-
Pour en savoir plus au sujet des services et vous auprès des services policiers, médicaux, judicaires
programmes offerts ou prendre un rendez-vous, et autres.
contactez le Centre Victoria pour femmes.

ENSEMBLE
est une publication du Centre Victoria pour femmes destinée au public franco-ontarien
pour lutter contre la violence faite aux femmes.
2010
Rédaction, mise en page et conception graphique : Annie Brunet, Conception Libellule.
Cette publication a été rendue possible grâce à une subvention
de l’Office des affaires francophones de l’Ontario.

Le texte a été féminisé pour alléger la lecture, les hommes comme les femmes peuvent être victimes de violence.
Les renseignements fournis s’appliquent aussi aux relations entre personnes de même sexe.
La reproduction des textes du cahier est permise en indiquant la source.