Vous êtes sur la page 1sur 83

Université Cadi Ayyad

Ecole Nationale des Sciences Appliquées de


Marrakech

Projet de Fin d’étude


Pour l’obtention du diplôme :

D’ingénieur d’état en génie électrique


Filière : Ingénierie des systèmes Electroniques Embarqués et commande numérique

Etude, Automatisation et Supervision de l’unité chaudière de


l’usine de production d’acide sulfurique
Réalisé par :

EL HAJJI Moine
Au sein de :
CTT / Guemassa du groupe MANAGEM

Soutenu le :
/06/2016

Membres du Jury :
Président : M. ELBACHA Abdelhadi ENSA Marrakech
Examinateur : M. BOULGHASOUL Zakaria ENSA Marrakech
Encadrant : M. TAJER Abdelouahed ENSA Marrakech
Encadrant : M. RAJI Abderrahim MANAGEM
Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Rapport du Projet de Fin d’étude 1


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Rapport du Projet de Fin d’étude 2


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Dédicace
Au dieu le tout puissant notre créateur.
A ma chère mère et mon cher père, en témoignage de leur affectation, leurs sacrifices qu’ils
ont consentis pour moi, leur patience et leurs précieux conseils qu’ils m’ont conduits à la
réussite dans mes études ;
A mes frères, en leur souhaitant la réussite dans leurs études et leurs vies.
A mes professeurs à l’ENSA de Marrakech, mon encadrant de stage et toute l’équipe du site
CTT MANAGEM, pour leur aide et leur soutien.
A tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin, qui ont participé au déroulement de ce stage
de fin d’étude.
Je dédie ce travail.

Rapport du Projet de Fin d’étude 3


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Remerciement
Avant d’entamer la rédaction de ce rapport, il est clair que rien ne se fait tout seul et que
personne ne suffit à elle seule, c’est pour cela toutes les efforts que nous faisons, leurs fruits
repose sur l’encourage, l’aide et l’accompagnement des autres personnes.
Avant tout, on remercie DIEU le tout-puissant de nous avoir donné le courage, la volonté, la
patience et la santé durant ce stage et que grâce à lui ce travail a pu être réalisé.
Je tiens à exprimer ma profonde gratitude et reconnaissance à M. Raji Aberrahim
(Automaticien, Chef de service automatisme de l’unité hydrométallurgie), mon encadrant
durant la période de ce stage au sein du site CTT (Compagnie de Tifnout Tiranimine), pour sa
gentillesse, sa disponibilité, ses directives précieuses et ses conseils judicieux qui vont m’aider
tout le long de ma vie professionnelle.
Mes chers remerciements sont destinés également à M. Braqs Mohamed, M. Haddouchi
Samir, et M. Akarfa Abdelaziz, pour leur patience et leur encadrement direct et amical de ce
stage.
Je tiens aussi à adresser mes vifs remerciements à mon professeur encadrant M. Tajer
Abdelouahed, pour son soutien continu, ses efforts et ses remarques précieuses. Les
discussions que nous avons partagées ont permis d’orienter ce travail d’une manière pertinente.
Je le remercie aussi pour son acceptation et sa disponibilité à encadrer ce travail à travers ses
critiques constructives et ses propositions d’amélioration.
Sans oublier tous les employés de l’usine de production d’acide sulfurique, et surtout ceux qui
supervisent l’unité chaudière, et qui ont joué un rôle important dans la réalisation de ce projet.
Finalement, je tiens à remercier profondément l’ensemble du corps professoral qui a
contribué à notre formation au sein de l’ENSA Marrakech, et a veillé au bon déroulement des
études dans des conditions favorables permettant une formation d’ingénieur de haut niveau.
Comme je tiens à remercier toutes les personnes que j’ai rencontré durant ce stage au sein de
l’atelier central, le service automatisme, et l’usine d’acide auprès desquelles j’ai trouvé l’accueil
chaleureux, l’aide et l’assistance.

Rapport du Projet de Fin d’étude 4


‫‪Etude, Automatisation et Supervision de l’unité‬‬
‫‪chaudière de l’usine d’acide sulfurique‬‬

‫ملخص‬
‫حامض الكبريتيك هو منتج الصناعي من أهمية أساسية‪ ،‬يجد العديد من التطبيقات‪ ،‬خاصة في البطاريات‪،‬‬
‫تجهيز المعادن‪ ،‬وتكرير النفط‪ ،‬معالجة مياه الصرف الصحي ‪ ...‬الخ‪.‬‬
‫تلتزم المجموعة مناجم لسياسة إعادة التدوير ومعالجة النفايات النباتية المؤلفة التي تهدف إلنتاج حامض‬
‫الكبريتيك وأكسيد الحديد من پيروتين العالج الواردة في النشرات األلغام وبدأ المشروع في عام ‪.2013‬‬
‫هذا التجسيد هو مثال على خبرة المجموعة في مجال تقييم النفايات ويمثل أفضل الممارسات ألنه يمكن‬
‫من توفير شراء حامض الكبريتيك‪ ،‬مادة أساسية في عمليات التعدين؛ تحييد النفايات؛ ويساعد على الحد‬
‫من انبعاثات الكربون من مناجم بتجنب اللوجستية لالستيراد من هذا الحمض‪.‬‬
‫من أجل تجنب تعطل الذي يولد ارتفاع التكاليف على نحو متزايد للشركة وتحسين جودة منتجاتها‬
‫وخدماتها وتطوير المهارات األساسية التي من شأنها أن تعزز من مستوى الصيانة‪.‬‬
‫وتسعى موقع ستت (شركة تيفنووت تيرانيميني) لترميم جميع المحطات القديمة ألن وحدات التحكم‬
‫المستخدمة قديمة وصعبة للتغيير‪.‬‬
‫ضمان استمرارية الخدمات التي يجب أن تعمل ‪ ،24/24‬لتحقيق أقصى قدر من فترة تشغيل خط إنتاج هي‬
‫التحديات التي تواجه مصنع االبتكار‪ .‬ألنه يجنب انقطاع العمل واإلشراف عليها‪ ،‬ويضمن استمرارية‬
‫إنتاجية جيدة من أجل الحفاظ على مصداقيتها‪.‬‬
‫في هذا السياق الذي يناسب بالطبع الموضوع بعنوان "تصميم والتشغيل اآللي واإلشراف على وحدة‬
‫المرجل من إنتاج المصنع من حمض الكبريتيك"‪.‬‬

‫‪Rapport du Projet de Fin d’étude‬‬ ‫‪5‬‬


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Résumé
L’acide sulfurique est un produit industriel de première importance, qui trouve de très
nombreuses applications, notamment dans les batteries, le traitement des minerais, le
raffinage du pétrole, le traitement des eaux usées … etc.
Le Groupe Managem s’est engagé dans une politique de recyclage et de traitement des rejets
de l’usine polymétallique qui a pour objectif la production de l’acide sulfurique et l’oxyde de
Fer à partir du traitement de la Pyrrhotine contenue dans les rejets de la mine de Guemassa.
Le projet a vu le jour en 2013.
Cette réalisation est un exemple de l’expertise du Groupe en termes de valorisations des
déchets et représente un best-practice, car il permet une économie d’échelle en achat d’acide
sulfurique, substance incontournable dans les procédés miniers ; neutralise les déchets ; et
contribue à la réduction de l’empreinte carbone de Managem en évitant la logistique
nécessaire à l’importation de cet acide.
Afin d’éviter toute panne de l’usine qui engendre des coûts de plus en plus élevés pour
l’entreprise et afin d’améliorer la qualité de leurs produits et de leurs services et de développer
des compétences clés ce qui va renforcer leur niveau de maintenance.
Le site CTT (compagnie de Tifnout Tiranimine) cherche à rénover toutes les anciennes
installations puisque les automates utilisés sont devenus obsolètes et difficile à rechanger.
Garantir la continuité des services qui doivent fonctionner 24h/24, maximiser la durée de
fonctionnement d’une chaîne de production sont les enjeux de l’innovation de l’usine.
Puisqu’elle évite les ruptures des travaux et de supervision, et elle veille sur la bonne continuité
de sa productivité afin de garder sa crédibilité.
C’est dans ce cadre que s’inscrit ce sujet de stage intitulé : « Etude, Automatisation, et
Supervision de l’unité chaudière de l’usine de production d’acide sulfurique ».

Rapport du Projet de Fin d’étude 6


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Abstract
Sulphuric acid is an industrial product of prime importance that finds numerous applications,
including batteries, mineral processing, oil refining, wastewater treatment … etc.
Managem Group is committed to a policy of recycling and waste treatment of polymetallic
plant that aims the production of sulfuric acid and iron oxide from the pyrrhotite of treatment
contained in the releases mine Guemassa. The project was launched in 2013.
This achievement is an example of the Group's expertise in terms of valuations waste and
represents a best practice because it enables a sulfuric acid purchase in economy of scale,
essential substance in mining processes; neutralizes waste; and helps reduce the carbon
footprint of Managem avoiding the logistics of the import of this acid.
To prevent failure of the plant that generates costs increasingly high for the company and to
improve the quality of their products and their services and develop key skills which will
enhance their level of maintenance.
CTT plant (company Tifnout Tiranimine) seeks to renovate all the old plants because the
controllers used are obsolete and difficult to change back.
Ensure continuity of services that must run 24/24, to maximize the operating time of a
production line are the challenges of innovation factory. Since it avoids disruptions of work and
supervision, and ensures the continuity of good productivity in order to maintain its credibility.
It is in this context that fits the subject course entitled: « Study, Automation and Supervision
of the boiler unit of the plant's production of sulfuric acid ».

Rapport du Projet de Fin d’étude 7


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Sommaire

Dédicace .................................................................................................................................................. 3
Remerciement......................................................................................................................................... 4
‫ ملخص‬........................................................................................................................................................ 5
Résumé.................................................................................................................................................... 6
Abstract ................................................................................................................................................... 7
Liste des Figures .................................................................................................................................... 11
Liste des Tableaux ................................................................................................................................. 12
Introduction .......................................................................................................................................... 13
Chapitre 1 : Présentation de l’organisme d’accueil ............................................................................. 16
1.1. Introduction ........................................................................................................................... 17
1.2. Présentation du groupe MANAGEM ..................................................................................... 17
1.2.1. Organisation .................................................................................................................. 17
1.2.2. Historique ...................................................................................................................... 17
1.2.3. Stratégie & Perspectives................................................................................................ 19
1.1.3. Implantation .................................................................................................................. 20
1.1.4. Les filiales et services du Groupe MANAGEM ............................................................... 21
1.1.5. Les opérations et les projets nationales et internationales .......................................... 22
1.1.6. Chaine de valeur Managem........................................................................................... 30
1.1.7. Prix et certifications : ..................................................................................................... 30
1.3. Présentation de la compagnie d’accueil................................................................................ 31
1.3.1. Les métiers de la CTT ..................................................................................................... 31
1.3.2. Usine Oxyde Cobalt : ..................................................................................................... 32
1.3.3. Hydro 2 : ........................................................................................................................ 32
1.3.4. L’unité cuivre sommitale : ............................................................................................. 32
1.3.5. L’unité calamine : .......................................................................................................... 32
1.3.6. L’unité de grillage : ........................................................................................................ 32
1.3.7. L’unité acide sulfurique : ............................................................................................... 32
1.4. Présentation de l’usine d’accueil........................................................................................... 32
1.4.1. Description générale de l’installation :.......................................................................... 34
1.5. Conclusion ............................................................................................................................. 38
Chapitre 2 : Présentation du projet ..................................................................................................... 39
2.1. Introduction ................................................................................................................................ 40

Rapport du Projet de Fin d’étude 8


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

2.2. Analyse Fonctionnelle ................................................................................................................ 40


2.2.1. Description générale du fonctionnement de la chaudière ................................................. 40
2.2.2. Fonctionnement des équipements et les paramètres ........................................................ 41
2.2.3. Les équipements à automatisés .......................................................................................... 42
2.3. Condition de sécurité et de réglage ........................................................................................... 46
2.3.1. Séquence d’arrêt de l’installation ....................................................................................... 46
2.3.2. Séquence de démarrage de l’installation ............................................................................ 47
2.4. Schéma P&ID .............................................................................................................................. 48
2.5. Liste des équipements ................................................................................................................ 48
2.6. Conclusion .................................................................................................................................. 50
Chapitre 3 : Etude sur la configuration matérielle .............................................................................. 51
3.1. Introduction ................................................................................................................................ 52
3.2. La liste des entrées et sorties ..................................................................................................... 52
3.2.1. Moteur à variateur de vitesse ............................................................................................. 52
3.2.2. Moteur simple ..................................................................................................................... 53
3.2.3. Vanne modulante ................................................................................................................ 55
3.2.4. Les capteurs : ....................................................................................................................... 56
3.3. Le choix de la technologie automate ......................................................................................... 57
3.4. Le choix de la gamme ................................................................................................................. 57
3.5. La configuration matérielle ........................................................................................................ 58
3.6. Conclusion .................................................................................................................................. 60
Chapitre 4 : Programmation de la station ........................................................................................... 61
4.1. Introduction ................................................................................................................................ 62
4.2. L’adressage des entrées et sorties ............................................................................................. 62
4.3. La création des FBs ..................................................................................................................... 62
4.3.1. Moteur simple ..................................................................................................................... 62
4.3.2. Moteur à variateur de vitesse ............................................................................................. 69
4.3.3. Vanne modulante ................................................................................................................ 69
4.4. La création des FCs ..................................................................................................................... 69
4.4.1. Moteur simple ..................................................................................................................... 69
4.4.2. Moteur à variateur de vitesse ............................................................................................. 71
4.4.3. Traitement de la consigne du capteur ................................................................................ 72
4.4.4. La régulation PID ................................................................................................................. 73
4.5. Configuration de la station pc .................................................................................................... 74
4.5.1. Les différentes vues ............................................................................................................. 75
4.5.2. Simulation............................................................................................................................ 79

Rapport du Projet de Fin d’étude 9


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.6. Amélioration du système ........................................................................................................... 79


4.7. Chiffrage ..................................................................................................................................... 79
4.8. Conclusion .................................................................................................................................. 80
Conclusion générale.............................................................................................................................. 81
Annexes ................................................................................................................................................. 82

Rapport du Projet de Fin d’étude 10


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Liste des Figures


Figure 1: Carte d'implantation du Groupe MANGEM dans le monde................................................... 20
Figure 2: Mine d'EL HAMMAM. ............................................................................................................. 23
Figure 3: CMG (Compagnie minière de Guemassa). ............................................................................. 24
Figure 4: Mine de Bou-Azzer. ................................................................................................................ 25
Figure 5: Mine d'Imiter. ......................................................................................................................... 26
Figure 6: Mine d'Akka. ........................................................................................................................... 27
Figure 7:Mine de Bakoudou. ................................................................................................................. 28
Figure 8: Complexe hydrométallurgique de Guemassa. ....................................................................... 28
Figure 9: Chaine de valeur MANAGEM ................................................................................................. 30
Figure 10: Usine d'acide sulfurique. ...................................................................................................... 33
Figure 11: Principe du Cyclone. ............................................................................................................. 36
Figure 12: Schéma explicite du fonctionnement de la chaudière. ........................................................ 40
Figure 13:Supervision actuelle de l'unité chaudière. ............................................................................ 49
Figure 14:S7 315-2 PN/DP, 6ES7315-2EH14-0AB0. ............................................................................... 58
Figure 15: Configuration matérielle de la station. ................................................................................ 59
Figure 16: Les liaisons avec l'automate. ................................................................................................ 60
Figure 17: Le schéma électrique de la commande locale et distance. .................................................. 63
Figure 18: La liaison Ethernet entre la station pc et l'automate. .......................................................... 74
Figure 19: La vue principale (HOME). .................................................................................................... 75
Figure 20: L'interface de commande des moteurs simples et à variateur de vitesse. .......................... 76
Figure 21: L'interface de commande de la vanne. ................................................................................ 76
Figure 22: La vue secondaire (Acétylène). ............................................................................................ 76
Figure 23: La vue secondaire (Mot/Van). .............................................................................................. 77
Figure 24: La vue secondaire(Courbes). ................................................................................................ 77
Figure 25: Navigation dans la vue des courbes. .................................................................................... 78
Figure 26: L'historique des alarmes....................................................................................................... 78
Figure 27: Accès administrateur............................................................................................................ 78
Figure 28: Bouton acquitter. ................................................................................................................. 78
Figure 29: Simulation du pupitre. .......................................................................................................... 79

Rapport du Projet de Fin d’étude 11


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Liste des Tableaux


Tableau 1:Prix et Certifications en 2014. ............................................................................................. 31
Tableau 2: La liste des capteurs de pressions de l’unité chaudière. ..................................................... 43
Tableau 3: La liste des capteurs de températures de l'unité chaudière. .............................................. 43
Tableau 4: La liste des capteurs de niveaux de l'unité chaudière. ........................................................ 43
Tableau 5: La liste des capteurs d'oxygène de l'unité chaudière. ......................................................... 44
Tableau 6: La liste des moteurs simples de l'unité chaudière............................................................... 45
Tableau 7:La liste des moteurs à variateur de vitesse de l'unité chaudière. ........................................ 45
Tableau 8:La liste des vannes modulantes de l'unité chaudière. .......................................................... 46
Tableau 9:La liste des équipements à automatisée. ............................................................................. 50
Tableau 10:La liste des entrées et sorties de chaque moteur à variateur de vitesse. .......................... 53
Tableau 11:La liste des entrées et sorties de chaque moteur simple. .................................................. 55
Tableau 12:La liste des entrées et sorties de chaque vanne modulante. ............................................. 56
Tableau 13:La liste des entrées et sorties de chaque capteur. ............................................................. 57
Tableau 14: Nombre de cartes E/S TOR et Analogiques. ...................................................................... 59
Tableau 15: Ajustement des paramètres du régulateur PID. ................................................................ 73
Tableau 16: Chiffrage des besoins pour le changement de l'automate obsolète de l'unité chaudière.
............................................................................................................................................................... 80

Rapport du Projet de Fin d’étude 12


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Introduction
La digue de la mine de CMG (Compagnie Minière de Guemassa), qui cumule des rejets miniers
depuis 1992, est aujourd’hui la ressource qui alimente l’unité d’acide sulfurique. Afin de
transformer le rejet solide à base de soufre et de fer en produits de valeur : l’acide sulfurique
et l’oxyde de fer.
Cette activité a des répercussions économiques et environnementales de taille avec en prime,
la production des besoins énergétiques du site, et la production de la vapeur utilisée pour
chauffer les réacteurs dans les usines de CTT (Compagnie Tifnout Tiranimine).
Ce projet a des retombées positives sur l’environnement à travers le recyclage de déchets
miniers, la production d’énergie propre pour l’alimentation du site en énergie.
L’acide sulfurique est le produit chimique fabriqué en plus grande quantité au monde (200
millions de tonnes par an). Puisque c’est un composé chimique demandé dans différents
traitements des matériaux. La compétitivité est devenue la principale préoccupation des
entreprises nationales et internationales.
Différents facteurs à savoir la compétitivité, et les nouvelles exigences en termes de durabilité
des équipements de l’usine ont poussé l’entreprise à s’engager pour changer tout système
obsolète qui constitue l’origine de nombreux problèmes, tel que l’indisponibilité du matériel
de rechange sur le marché, le manque d’informations affiché sur la supervision, et le manque
du support technique SIEMENS.
Pour contrarier ces inconvénients, le système d’automatisation et de supervision de l’unité
chaudière doit être rénové. Car, cette dernière représente le cœur de l’usine d’acide. Vu son
rôle primordial qu’elle joue au niveau de la purification sèche, d’alimentation de la vapeur vers
la turbine, et vers CTT.
C’est dans ce cadre que s’instaure ce projet de 5ème année qui a pour objectif, l’étude,
l’automatisation, et la supervision de l’unité chaudière de l’usine d’acide sulfurique.
Pour mener à bien ce travail, nous avons fixé un plan d’actions qui consiste à subdiviser le
projet en 4 chapitres :
Le premier chapitre est spécialement consacré pour la description de l’entreprise d’accueil et
du groupe Managem, la seconde partie de ce chapitre présente d’une manière générale le
fonctionnement de l’usine et décrit la méthodologie suivie pour la production de l’acide
sulfurique ainsi qu’une analyse complète des différents automates existant.
Ensuite, nous allons entamer le deuxième chapitre qui va inclure l’analyse fonctionnelle de la
partie chaudière avec un schéma P&ID qui illustre tous le processus, en faisant un inventaire
de tous les équipements présents dans cette dernière avec les repères. La seconde partie
contiendra une liste détaillée des différents équipements automatisé et à automatisé.
Le troisième chapitre fait l’objet d’une étude approfondi sur le choix de la technologie
automate ainsi que la gamme en se basant sur la liste des Entrée et Sorties. Nous présenterons
aussi la configuration matérielle utilisée.
Rapport du Projet de Fin d’étude 13
Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Pour le quatrième et dernier chapitre nous présenterons l’adressage des entrées et sorties,
puis nous décrirons les étapes suivies pour programmer l’automate en commençant par la
création des blocs FBs et des FCs ainsi que la supervision et la configuration de la station pc. Et
nous clôturerons ce chapitre sur une simulation et un test du projet. Et nous achèverons par
des perspectives pour améliorer le système, et nous finaliserons cette partie par un chiffrage
complet du projet. Et nous terminerons notre travail par une conclusion générale.

Rapport du Projet de Fin d’étude 14


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Diagramme de gant

Rapport du Projet de Fin d’étude 15


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Chapitre 1 :
Présentation de l’organisme d’accueil

1.1. Introduction
1.2. Présentation du groupe MANAGEM
1.3. Présentation de la compagnie d’accueil CTT
1.4. Présentation de l’usine d’accueil de production d’acide sulfurique
1.5. Conclusion

Rapport du Projet de Fin d’étude 16


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

1.1. Introduction
Le Groupe MANAGEM est un acteur marocain dans le secteur des mines et de
l’hydrométallurgie. Il opère depuis 85 ans dans l’extraction, la valorisation et la
commercialisation des métaux de base, des métaux précieux, du cobalt et d’autre minerais, au
Maroc et en Afrique.
Le Groupe a su diversifier ses activités grâce à l’innovation et au développement durable.
Dans ce premier chapitre nous allons le consacrer pour décrire l’entreprise d’accueil et le
groupe Managem en général, la seconde partie de ce chapitre va être dédier pour le
fonctionnement de l’usine d’acide sulfurique en décrivant la méthodologie suivie pour la
production de l’acide ainsi qu’une analyse complète des différents automates existant.

1.2. Présentation du groupe MANAGEM


1.2.1. Organisation
Managem est un groupe totalement intégré créé en 1930, qui gère ses activités depuis
l’exploration et la découverte de nouveaux gisements jusqu’à la commercialisation en passant
par la recherche et le développement, le traitement et la valorisation, l’exploitation minière, et
ce dans le total respect des exigences environnementales.
Le groupe est 7 fois certifié ISO 9001, compte 21 unités industrielles. Et commercialise jusqu’à
15 produits.
A travers chacune de ses activités, Managem érige la qualité, la sécurité, l’environnement et la
responsabilité sociale au cœur de ses priorités.
1.2.2. Historique

Rapport du Projet de Fin d’étude 17


Années 2000
1928 - 1930 Développement à
Démarrage de l’activité
Années 1980 l’international

18
minière • Développement de projets en Afrique (Guinée,
Structuration et Niger, Burkina Faso, Gabon, RDC, …)
• Découverte du gisement de Cobalt de • Démarrage de l’activité aurifère à Akka
Bou-Azzer (1928) modernisation de • Introduction en bourse de Managem
• Démarrage de l a première mine du
Groupe, spécialisée dans la production de l’activité minière Années 2010
concentré de cobalt (1930)
• Mise en place de structures
d’ingénierie, de sondages et de travaux Accélération
sous-terrains pour appuyer les activités
opérationnelles de Managem
du développement
du groupe
Etude, Automatisation et Supervision de l’unité

• Démarrage de l’activité R&D au


sein du Groupe
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

• Démarrage du projet de cuivre de la

2010
2011
2012
2013
2014
mine de Bleida, entièrement conçu et
réalisé par les équipes du Groupe
• Démarrage de la production de cuivre dans le projet
1932 -1980 Oumejrane
Années 1990 • Avancement dans la réalisation des études de
Diversification dans faisabilité des projets de Bouskour et Pumpi
Développement de • Démarrage de la production de cuivre à Jbel Laassal
d’autres substances et d’argent dans le projet d’extension d’Imiter
projets d’envergure et • Lancement de l’usine de production d’acide sulfurique à
minières au Maroc partir des rejets miniers à Guemassa
intégration en aval • Formalisation des engagements envers les communautés

Rapport du Projet de Fin d’étude


• Développement des projets miniers de
à travers le programme Managem Solidaires
manganèse à Aoulouz (1932)
• Démarrage des travaux de prospection de fer à
dans la chaîne Lancement de la production d’or à Bakoudou au Gabon
Tanguerfa (1932) de valeur • Avancement conforme des travaux de construction du site aurifère
• Lancement de l’exploitation du manganèse de
de Bakoudou au Gabon pour un démarrage de production le dernier
Tiouine (1942) • Démarrage de la mine de Guemassa, la
trimestre de l’année 2011.
• Création de la Société des Mines de plus importante mine polymétallique au
• Continuité des travaux d’exploration Or à
Bouskour pour l’exploitation d’un gisement de Maroc avec un investissement de
l’international : Etéké au Gabon et Les Saras au
cuivre situé dans la région de Ouarzazate 1 milliard de DH
Congo-Brazzaville
(1949) • Lancement de la production des cathodes
• Prise de participation dans une société de cobalt à haute pureté à partir de
la valorisation hydrométallurgique des • Signature de la
exploitant du plomb à Kasbat Tadla (1954)
convention minière avec
• Création de la société de Fluorine haldes et des concentrés de la mine
l’état Gabonais.
SAMINE (1961) de Bou-Azzer
• Création de la société Managem International For Mining Company Ltd
• Création de la société SMI et démarrage de • Acquisition de la Société
détenant le permis d’exploitation d’or au Soudan
la valorisation des haldes argentifères Métallurgique d’Imiter
d’Imiter (1969) • Regroupement des participations
• Développement du gisement de cuivre de minières au sein du holding
Bleida (1976)
Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

1.2.3. Stratégie & Perspectives


La stratégie de développement du groupe s’appuie sur quatre des axes prioritaires, on
distingue :
- Continuer de développer le portefeuille des ressources minières pour atteindre
une taille critique dans chacune des activités.
- Investir dans de nouveaux projets résultant des efforts de Recherche &
Développement et présentant une forte valeur ajoutée.
-Saisir de manière sélective, les opportunités qui permettent à Managem de tirer
profit de son expérience et de don savoir-faire.
-Agir de manière responsable vis-à-vis des actionnaires, clients, salariés,
fournisseurs et communautés.
De par sa dimension internationale, la qualité de ses actifs et l’engagements de ses équipes, le
groupe Managem conforte sa vision et ses perspectives qui laissent envisager d’importants
espaces de développement.
Le Groupe met en œuvre un programme d’investissement à long terme qui a pour objectifs
d’améliorer significativement ses capacités de production, de réduire ses coûts, d’investir dans
la Recherche & Développement pour développer de nouvelles technologies et d’affirmer son
envergure internationale.

Rapport du Projet de Fin d’étude 19


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

1.1.3. Implantation

Managem International (holding)


Manatrade Manadist

Siège Managem Mine d’El Hammam


Mine de Draa Sfar Mine d’Oumejrane
Complexe Hydrométallurgie Projet Bouskour
Mine de Bleida
Geumassa Mine de Bou-Azzer Tradist
Mine d’Imiter
Mine de Akka Managold

E.A.U.

Soudan

Burkina
Guinée Faso Soudan
Ethiopie
du Sud

RDC
Gabon

Figure 1: Carte d'implantation du Groupe MANGEM dans le monde.

Maroc : Mine d’EL Hammam. RDC : Projet de Pumpi.


Mine de Draâ Sfar. Projet de Kamassani.

Projet de Kamassani. Projet de Lamilu (13 permis).

Complexe hydrométallurgique de Guemassa. Projet de TMC (8 permis).

Mine d’Imiter. Gabon : Projet d’Etéké.


Mine d’Oumejrane. Mine de Bakoudou.
Projet Bouskour. Burikna Faso : Projet Kouloko.
Mine de Bou-Azzer. Guinée : Projet de Dinguiraye.
Mine bleida. Projet de Beyla.

Rapport du Projet de Fin d’étude 20


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Mine d’Akka. Filiales de services :


Ethiopie : Projet Metekel. Managem International (Holding).
Projet Assosa. Managold.
Soudan : Projet Bloc 15. Manadist.
Projet Bloc 9. Tradist.
Projet Bloc 24. Manatrade.

1.1.4. Les filiales et services du Groupe MANAGEM

I/N F/S Les Filiales et les Services Description


Compagnie Tifnout Tiranimine Détenue à 100% par Marrakech, implanté à 120
Km au sud de la ville d’Ouarzazate, et à 30 Km de
Marrakech. Sa longue expérience lui permet de
bénéficier d’une compétence reconnue dans la
recherche, l’exploitation, et le traitement du cobalt,
les dérivées du zinc, l’oxyde du souffre, …etc

Compagnie Minière de Guemassa Détenue à 74% par MANAGEM. Créée en 1988 et


située à 30 Km de Marrakech, CMG exploite le
gisement polymétallique de mine Hajjar, et produit
depuis 1992 des concentrés de zinc, de plomb, et
de cuivre.
Société Anonyme d’Entreprise Détenue à 100% par MANAGEM. Créée en 1974,
Minières SAMINE exploite le gisement d’EL HAMMAM situé
à 80 Km de Meknès. Elle se positionne parmi les
National

Filiales

premières entreprises productrices de la fluorine


dans le monde.
AKKA GOLD Mining Détenue à 70% par MANAGEM, située à 280 Km
au Sud – Est d’Agadir. Elle extrait de l’Or métal du
gisement aurifère d’Iourirn depuis 2001.

Société Métallurgique d’Imiter Crée en 1069 et situé à 150 kilomètres à l’Est


d’Ouarzazate SMI exploite le gisement métallique
d’argent d’Imiter. Elle produit des lingots d’argent
métal d’une pureté de 99.5%.
Compagnie Minière de Saghro Situé à Twin Center. La société travaille sur
l’exploitation des produits miniers et l’obtention de
toutes concessions minières. L’acquisition,
l’exploitation, la location de tous autres biens ou
droits immobiliers et leur revente. La prise de
participation, directe ou indirecte, dans toutes
opérations par voie de création de sociétés.

Rapport du Projet de Fin d’étude 21


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Centre de Recherche Reminex Reminex valorisation et R&D : regroupe une équipe


scientifique ayant pour objectif de développer la
R&D, des essais pilotes, l’optimisation, et la
conception du procédé de valorisation.
Reminex Ingénierie : Concepteur de projets, en
commençant par l’étude, par la faisabilité, jusqu’à
phase de la construction et maitrise d’œuvre.
Reminex Exploitation : dispose d’une équipe de
géologues qui assure l’exploitation géologique
Amont et se charge du développement du groupe
et de la recherche de nouveaux projets.
Techsub Fondée en 1992, Techsub est une société de
Services

services organisée autour de trois pôles d’activités


qui constituent son cœur de métier :
-Les sondages et soutènements.
-Les travaux souterrains.
-Les travaux de terrassement et d’exploitation à ciel
ouvert.
MANATRADE - MANADIST Créée en 2005. MANATRADE est basé en suisse et
spécialisé dans le négoce, la distribution, et le
trading des matières premières produits par
Managem.

Créée en 1995, SAGAX Maghreb S.A est une


SAGAX société de services en géophysique appliquée et en
arpentage par GPS.
REG Ressources Golden Gram Située au Gabon.
Gabon
International

COMISA Compagnie minière les SARAS

LAMIKAL La minière de kalukundi.


Filiales

MCM Co Ltd Située au Soudan.

LUAMBO Mining

1.1.5. Les opérations et les projets nationales et internationales


MANAGEM, axe son activité autour de deux métiers : la mine et l’hydrométallurgie. Pour
assurer les performances et le développement de ces deux métiers, MANAGEM s’appuie sur
ses entreprises de services spécialisées dans l’exploration, la recherche & développement,
l’ingénierie, les sondages et les travaux miniers.

Rapport du Projet de Fin d’étude 22


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Exploitation minière :

Dans le domaine de la mine, MANAGEM exploite plusieurs gisements. Il produit des


concentrés aussi variées que le cobalt, zinc, plomb, cuivre, et fluorine, et des métaux précieux
à savoir l’or et l’argent.
Hydrométallurgie :

Dans le domaine de l’hydrométallurgie, MANAGEM s’est spécialisé dans le traitement de


matières complexes et dans la production de cathodes de cobalt et de spécialités chimiques à
forte valeur ajoutée comme l’oxyde de zinc, le sulfate de cuivre, le sulfate de nickel, le trioxyde
d’arsenic, et l’acide sulfurique.
On distingue les différents sites du groupe MANAGEM, qui sont :
1.1.5.1. Mine d’El Hammam
Situé à 63 km de Meknès, le gisement d’El Hammam est exploité depuis 1974 par la Société
Anonyme d’Entreprises Minières (SAMINE). Plusieurs gisements ont été découverts et mis en
exploitation au cours de la dernière décennie, notamment K Est en 2004, Bergamou en 2007
et Achemach à partir de 2009. Certifiée selon les normes ISO 9001 et ISO 26000, la mine d’El
Hammam est dotée d’un système de management de la qualité qui lui permet de répondre
efficacement aux besoins de ses clients et se hisser au rang des premières entreprises minières
productrices de fluorine dans le monde.
Opérateur : SAMINE.
Produit : Fluorine CaF2 – Acid Grade.
Capacité annuelle : 100 000 tonnes de concentrés de fluorine.
Applications de la fluorine : Industrie de l'aluminium, chimie.

Figure 2: Mine d'EL HAMMAM.

Rapport du Projet de Fin d’étude 23


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

La méthode d’exploitation utilisée est celle des tranches montantes remblayées dans des
tailles de 150 mètres en moyenne, tandis que le découpage des gisements est sur des niveaux
de 50 mètres.

Chaque gisement possède des cheminées collectrices. Le minerai déversé dans ces cheminées
est repris par un locotracteur électrique, tractant des wagons vers le concassage situé à un
niveau inférieur de la mine. Équipée d’une bande transporteuse, la descenderie de 3 000
mètres de long sert à l’extraction du minerai ou du stérile à un rythme de 100 tonnes par heure.
Cette descenderie est le principal accès du personnel et des engins miniers. Enfin, des travers-
bancs relient la descenderie à la caisse minéralisée. La roche extraite est alors traitée par
flottation.

1.1.5.2. Mines polymétalliques de Hajar, Draa Sfar et Tighardine


Dans la région des Jbilet près de Marrakech, le groupe Managem opère, via sa filiale CMG,
trois gisements polymétalliques, à savoir Hajjar, Draâ Sfar et le plus récent, Tighardine,
produisant des concentrés de zinc, de plomb et de cuivre.

Figure 3: CMG (Compagnie minière de Guemassa).

Opérateur : CMG.
Produits : Concentrés de Zinc & Oxyde de Zinc, Concentrés de Plomb et de Cuivre.
Capacité Annuelle : 85 000 tonnes de Concentrés de Zinc, 20 000 tonnes de Concentrés de
Plomb, 15 000 tonnes de Concentrés de Cuivre.
Applications du cuivre : électricité, construction, transport, biens de consommation,
équipements industriels…
Applications du plomb : batteries, alliages, armement…
Applications du zinc : galvanisation, automobile, chimie…
Le gisement polymétallique caché de Hajar est de type volcano-sédimentaire hydrothermal,
localisé dans la partie Est du Massif des Guemassa. Il est encaissé dans les formations du viséen
supérieur, correspondant à la continuité Sud du Massif des Jbilet où des gisements et indices
sont déjà exploités.

Rapport du Projet de Fin d’étude 24


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Le site de Draa Sfar est situé à 13 km au nord-ouest de Marrakech, à cheval sur la bordure nord
du Haouz, à la limite sud du Massif des Jbilet Central. Il possède un potentiel important en
minerai polymétallique. De plus d’un kilomètre de profondeur, le projet Aval Draâ Sfar est la
mine la plus profonde de l’Afrique du Nord.

Le gisement de Tighardine est situé à 70 km au Sud Est de la mine de Hajar, sur la faille
topographique d’Amezmiz.

Les méthodes d’exploitation utilisées sont principalement les tranches montantes remblayées
(TMR) et les sous-niveaux abattus, qui sont les mieux adaptées à la morphologie et aux
caractéristiques mécaniques des gisements de CMG. Les opérations d’exploitation sont
hautement mécanisées.
1.1.5.3. Mine de Bou-Azzer
Implantée à 120 km au sud de la ville de Ouarzazate, Bou-Azzer est l’une des plus anciennes
mines de Managem. Gérée par la compagnie de Tifnout Tighanimine, la mine de Bou-Azzer est
dédiée à la recherche, l’exploitation et le traitement du cobalt primaire.

Figure 4: Mine de Bou-Azzer.

Opérateur : CTT.
Produits : Cobalt
Capacité Annuelle : 2 000 tonnes de Cobalt
Les applications du cobalt : batteries, métallurgie et aéronautique, catalyse pour l’industrie de
la pétrochimie, pigments, …
La boutonnière de Bou-Azzer correspond aux affleurements de terrains du précambrien I et II
sous une couverture infracambrienne. La série ophiolitique qui caractérise cette boutonnière
encaisse des minéralisations exploitables de cobalt. Les gisements de cobalt sont associés
spatialement et génétiquement au Massif des Serpentines et sont de type « filoniens
hydrothermaux ». La minéralisation cobaltifère est à arséniures de cobalt, auxquelles
s’associent dans des proportions moindres les sulfoarséniures et les sulfures.

Rapport du Projet de Fin d’étude 25


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

1.1.5.4. Mine d’Imiter


Situé à 150 km à l’est de Ouarzazate, le gisement métallique d’argent d’Imiter est géré par la
Société Métallurgique d’Imiter (SMI). La mine produit des anodes d’argent métal d’une pureté
de 99,5%. En 2013, SMI a lancé un projet d’extension qui a permis de porter le niveau de
production à 300 tonnes d’argent métal par an.

Figure 5: Mine d'Imiter.

Opérateur : SMI.
Produit : Anodes d’argent.
Capacité Annuelle : 7,7 Moz/an d’argent métal.
Applications de l’argent : industrie, joaillerie et argenterie, photographie, ETF et
investissements, pièces et médailles.
La mine d’Imiter se distingue principalement par la qualité de son minerai, notamment parce
que l’argent est le métal principal, c’est-à-dire non-associé à d’autres minerais tels que le zinc,
le plomb et le cuivre.
1.1.5.5. Mine d’Akka
Le site de Akka est situé à 280 km au sud-est d’Agadir. La société Akka Gold Mining (AGM)
extrait de l’or métal du gisement aurifère d’Iourirn depuis 2001 et produit depuis 2007 du
concentré de cuivre.

Rapport du Projet de Fin d’étude 26


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 6: Mine d'Akka.

Opérateur : Akka Gold Mining.


Produits : Lingots d’or, Concentrés de Cuivre.
Capacité Annuelle : Or : 22 500 oz, Cuivre : 9.5 millions TTV.

La boutonnière précambrienne de Tagragra d’Akka est située dans l’Anti-Atlas Occidental au


sud de la boutonnière de Kerdous, à environ 280 km au sud-est d’Agadir.

D’un point de vue topographique, la zone est relativement plate (l’altitude moyenne est de
1000 mètres) et la plaine schisteuse est entaillée par des oueds de direction générale nord-sud
empruntant des zones de failles. Après la découverte de nouvelles ressources cuprifères dans
les régions d’Agoujgal, de Tazalakht et de Ouansimi, voisines de la mine d’Akka, Managem a
décidé de lancer en 2007, parallèlement à l’or, l’exploitation et le traitement du cuivre.

1.1.5.6. Mine de Bakoudou


Le projet de Bakoudou concerne la mise en exploitation par REG d’une mine d’or à ciel ouvert
au Gabon. Avec une capacité de production estimée à 45000 oz d’or/an, le projet a nécessité
une enveloppe d’investissement de 40MUS$. La construction du projet étant achevée, le
démarrage de la production est effectif depuis fin 2011.

Rapport du Projet de Fin d’étude 27


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 7:Mine de Bakoudou.

Opérateur : REG.
Localisation : À 600 km de Libreville et à plus de 90 km de Mouanda.
Capacité de production : 45 000 oz d’or par an.

Le gisement de Bakoudou est localisé dans la bordure Est du granite et Gneiss d’âge Archéen,
près des sédiments protérozoïques du bassin de Franceville. La caractéristique lithologique
majeure est la présence de la diorite de magma située sur le permis de Magnima.

La minéralisation est associée essentiellement à 3 veines de quartz subparallèles lenticulaires


qui suivent une direction nord-ouest avec un pendage de 20 degrés vers le nord-est et recoupe
le Granite et le Gneiss. Les formations géologiques sont affectées par une altération latéritique
jusqu’à une profondeur de 90m.

1.1.5.7. Complexe hydrométallurgique de Guemassa


Sur le site de Guemassa, CTT procède, depuis 1996 et grâce aux efforts de R&D, à la
valorisation de certains minerais par voie hydrométallurgique, obtenant des produits à forte
valeur constituant les produits de niche du Groupe, à savoir, les cathodes de cobalt, l'oxyde de
cobalt, le sulfate de cuivre, l’oxyde de zinc, l’arsenic, les dérivés de nickel, …

Figure 8: Complexe hydrométallurgique de Guemassa.

Rapport du Projet de Fin d’étude 28


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Opérateur : CTT.
Localisation : à 30 km de Marrakech.
Produits : Cathodes de Cobalt d'une pureté de 99.3%, Oxyde de cobalt, Oxyde de Zinc, Sulfate
de sodium, …
Applications du cobalt : batteries, métallurgie, aéronautique, catalyse pour l’industrie de la
pétrochimie, pigments, ...
Parmi ses projets phares au Maroc, le Groupe comptent :

1.1.5.8. Projet Bouskour (Cuivre)


Situé dans la région de Skoura, le projet Bouskour est un ambitieux projet cuprifère du Groupe
Managem. L'année 2014 a connu l'avancement des travaux de finalisation de l'étude de
faisabilité du projet (EDF).

1.1.5.9. Projets Tizert (Cuivre)


Le projet Tizert est un projet Cuivre au Maroc, dont les ressources géologiques sont estimées
à environ 238 KTM. L’année 2014 a connu l’avancement dans les travaux de certification des
ressources et l’élaboration de l’étude de faisabilité du projet.

Managem développe aujourd’hui plusieurs projets en Afrique, notamment :

1.1.5.10. Projet d’Or Etéké au Gabon


Les gisements aurifères d’Etéké sont situés près de la ville de Mouila dans la province de
Ngounié au Gabon. Les ressources géologiques du projet Etéké ont atteint 513 000 onces d’or.

L’année 2015 a été marquée par l’achèvement du programme de délimitation des gisements
de Dango et Dondo Mobi et la poursuite de la recherche sur les zones prometteuses.

1.1.5.11. Projets d'Or au Soudan


Les permis sont situés au nord-est du Soudan, pays émergent pour la production d'or avec un
potentiel aurifère considérable, où Managem détient trois blocs d'exploration prometteurs, en
plus d'une unité de production pilote au bloc 15.

L'année 2015 a connu :

 La production de 16 000 onces d’or dans l’unité pilote au bloc 15.


 La réalisation de sondages additionnels dans le bloc 15 pour renforcer le niveau de
confidence dans les réserves du projet aurifère de Gabgaba.
 La poursuite des travaux d’exploration sur les autres Blocs : 9 et 24.
1.1.5.12. Projets de Cuivre et Cobalt Pumpi en RDC
Le projet Pumpi se situe près de la ville de Kolwezi, dans la province du Katanga en République
Démocratique de Congo. Les ressources géologiques du projet Pumpi dépassent 800 000
tonnes de cuivre et 100 000 tonnes de cobalt avec des teneurs intéressantes.

L’année 2015 a été marquée par la poursuite des travaux de l’étude de faisabilité.

Rapport du Projet de Fin d’étude 29


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

1.1.5.13. Autres projets en Afrique


Le Groupe Managem dispose d'autres permis en Afrique, actuellement en phase d'exploration,
en Ethiopie, au Burkina Faso, en Guinée et au Mali.

1.1.6. Chaine de valeur Managem

Explorer Explorer Pérenniser Extraire Valoriser

• Explorer • Assurer des • Pérenniser les • Cultiver la • Optimiser la


de manière investissements Relations avec Performance. Production.
responsable rentables les parties prenantes. • Protéger nos • Générer de la
et l’exécution • Créer un Collaborateurs. valeur en traitant
efficace des projets. environnement les métaux.
durable autour des
communautés
riveraines.

Commercialiser Recycler

• Effectuer un transport • Minimiser les


efficace et efficient Flux sortants.
de nos produits. • Valoriser les
• Ecouter nos clients Déchets industriels
et répondre à leurs miniers.
besoins.

Figure 9: Chaine de valeur MANAGEM

1.1.7. Prix et certifications :


Managem s’est vu décerner le label « Top Performer de la RSE ». Le groupe a obtenu le prix
de la meilleure performance dans la catégorie « cohérence et tangibilité de la stratégie
environnementale ; contribution au développement économique et social des territoires
d’activité ».
Toute les filiales du Groupe cherche à se distinguer pour obtenir des prix et des
reconnaissances au niveau de la qualité des matériaux, la qualité des relations professionnelles,
l’engagement avec les parties prenantes, la qualité du dialogue avec les associations et les
autorités locales en faveur du développement humain, et surtout les certification ISO.
On distingue :
Certification ISO 9001, version 2008 : pour toutes les activités support du siège social,
renouvellement réussi pour 8 filiales.
Certification sécurité OHSAS 18001, version 2007 : pour AGM, SAMINE, Techsub, REG Gabon en
2014.
Certification ISO 14 001, version 2004 : pour SAMINE et REG Gabon, le processus est engagé
pour les sites restants.

Rapport du Projet de Fin d’étude 30


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Label RSE et attestation de maturité ISO 26 00 : pour CTT Bou-Azzer, SAMINE, Techsub et REG
Gabon en 2014.

Tableau 1:Prix et Certifications en 2014.

1.3. Présentation de la compagnie d’accueil


La compagnie CTT (Compagnie Tifnoute Tiranimine) gère son complexe hydrométallurgie, qui
est devenur son deuxième grand métier. Située dans la région de Guemassa, à 35 Km au sud-
ouest de Marrakech.
1.3.1. Les métiers de la CTT

Rapport du Projet de Fin d’étude 31


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

CTT Guemassa

Filière métaux
Filière Métal
spéciaux

Usine cathode
Usine d'or Usine grillage
de Cobalt

Usine d'oxyde usine oxyde de Usine Cuivre


de zinc cobalt sommital

Usine Solfate
de Sodium

Usine d'acide
Sulfurique

1.3.2. Usine Oxyde Cobalt :


Première unité d’hydrométallurgie de Managem, elle produit des cathodes de cobalt de
haute pureté, à partir des rejets de la mine de Bouazzer. Ces cathodes trouvent des applications
dans plusieurs domaine : superalliages, batteries, pigement, chimie…
1.3.3. Hydro 2 :
Ce complexe permet de traiter le concentré de cobalt de la mine de Bouazzer pour le
transformer en cathode de haute pureté.
1.3.4. L’unité cuivre sommitale :
Produit depuis 2000, des cristaux de sulfate de cuivre à partir d’un minerai riche en
cuivre de la mine de Hajjar, située sur le site de Guemassa.
1.3.5. L’unité calamine :
Démarrée en 2002, à travers laquelle MANAGEM produit de l’oxyde de zinc de très
haute pureté à partir de concentrés riches en zinc acheminés depuis des carrières situées dans
la région d’Errachidia.
1.3.6. L’unité de grillage :
Démarrée en 1999 et produit aujourd’hui le trioxyde d’arsenic qui est utile dans les
industries de traitement du bois, verrerie, et le concentré de cobalt grillé qui aliment l’usine
Hydro.
1.3.7. L’unité acide sulfurique :
Démarrée en 2013 et produit l’acide sulfurique et l’oxyde de fer.

1.4. Présentation de l’usine d’accueil


J’ai effectué mon stage au sein de l’usine de production d’acide sulfurique, qui dépend de la
filiale CTT (Compagnie Tifnoute Tiranimine).

Rapport du Projet de Fin d’étude 32


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

L’existence débordante de la pyrrhotine a encouragé la création de la station d’acide. Cette


dernière, riche en souffre et oxyde de fer, constitue la matière première principale.

Figure 10: Usine d'acide sulfurique.

L’usine d’acide a été construite depuis l’année 2013. Cette dernière est un exemple de
l’expertise du Groupe en termes de valorisations des déchets, de recyclage, car il permet une
économie d’échelle en achat d’acide sulfurique, substance incontournable dans les procédés
miniers ; neutralise les déchets ; et contribue à la réduction de l’empreinte carbone de
Managem en évitant la logistique nécessaire à l’importation de cet acide.
L’usine d’acide permet de produire environ 360 tonnes en moyenne d’acide sulfurique par
jour, l’oxyde de Fer, l’électricité, et la vapeur. D’où son utilité primordiale pour économiser la
consommation d’électricité d’une part et alimenter d’autre usine de la compagnie CTT avec de
la vapeur pour chauffer les réacteurs. Pour cela on doit garantir un cycle de production bien
organisé et bien piloté à travers une supervision 24/24h.
Le cycle de production est représenté dans la figure suivante :

Rapport du Projet de Fin d’étude 33


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Gaz SO2 + Turbine L’énergie


Four poussière Vapeur électrique

Chaudière Purification Purification


sèche du gaz SO2 humide du gaz SO2

Refroidisseur 1 Séchage du gaz SO2


Pyrrhotine L’oxyde de Fer
Conversion du
Refroidisseur 2

Cheminée
Ventilateur SO2 vers le SO3

Convoyeur à L’absorption
chaine

L’acide sulfurique
Stockage H2SO4
1.4.1. Description générale de l’installation :
Chaque partie de l’usine sera décrite en détail ci-dessous :
i. La matière première :
La matière première est la Pyrrhotine (Fe7S8) qui provient depuis les déchets des usines à
savoir les déchets du CMG (compagnie minière de Guemassa) stocké dans une digue depuis
1992.
Une fois la matière première arrivée dans le hangar. Des échantillons sont prélevés et envoyés
vers l’usine pilote pour faire des traitements et des analyses dessus. Afin, de s’assurer d’avoir
la bonne qualité souhaitée. La Pyrrhotine est conduite vers une trémie à l’aide d’un grappin.
Par la suite, elle est conduite vers le concasseur et les cribleurs pour arriver à la granulométrie
souhaitée. Puis, elle est conduite vers le four à l’aide des convoyeurs.
ii. Le four :
La matière première est conduite à travers une bande vers le four à lit fluidisé, avec une
température entre 800°C et 900°C. Ce dernier est équipé d’un ventilateur qui permet de fournir
de l’oxygène. Dans le but de respecter la relation suivante :
4Fe7S8(s) + 53O2→14Fe2O3 + 43SO2
La combustion permet de produire :
- Le dioxyde de Fer SO2 avec de la poussière (l’oxyde de Fer avec de molécule, qui est
la base de la production de l’acide sulfurique (H2SO4).
- L’oxyde de Fer (Fe2O3) récupéré et refroidit. Puis, stocké et vendu à d’autres usines.

Rapport du Projet de Fin d’étude 34


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

iii. La chaudière :
Le gaz SO2 ainsi que la poussière sont conduits vers l’entrée de la chaudière avec une
température de 800° C en moyenne. Elle est équipée d’un grand nombre de tube à l’intérieur.
L’échange de la chaleur entre le SO2 chaud et l’eau circulé dans les tubes permet de vaporiser
cette eau. Cette vapeur va permettre d’alimenter la turbine pour produire de l’électricité et
l’exploiter pour chauffer les réacteurs dans d’autre usine. La poussière se colle dessus. Une fois
la température augmente à l’intérieur de la chaudière, on doit impérativement bombarder avec
du gaz acétylène (C2H2). Afin d’enlever la poussière collée sur les tubes qui tombe directement
vers 4 sas qui vont alimenter par la suite le refroidisseur. Le gaz SO2 qui sort est refroidi avec
une différence de température entre l’entrée et la sortie de la chaudière aux alentours de 300°C.
Donc la chaudière permet de :
- Refroidir le gaz SO2.
- Eliminer une partie de la poussière qui accompagne le SO2 puis la conduire vers le
refroidisseur.
- Vaporiser l’eau pour produire de l’électricité.
L’automate utilisé est un S7 200 (CPU 214-2BD23-0XB8). Ce dernier utilise une communication
MPI très lente avec un risque de perte de données, et un nombre limité d’entrées et sorties ce
qui rend l’ajout impossible.
Pour contrôler l’opération d’acétylène, on utilise un automate S7 200 (CPU 214-1BD23-0XB8)
avec un écran panel pour superviser le fonctionnement.
iv. La purification sèche du gaz SO2 (Cyclone et Electrofiltre Sec)
Le gaz SO2 termine son chemin vers la purification sèche du gaz S02, on distingue 2 parties :
Le cyclone :
Les séparateurs cycloniques sont toujours parmi les dispositifs industriels les plus répondus
pour le nettoyage du gaz. Leur principe est simple : un gaz entre tangentiellement près du
dessus du cyclone, l’écoulement du gaz est obligatoirement spiral du haut en bas à cause de la
forme et de l’entrée tangentielle du cyclone. Lors du mouvement spiral du gaz et à cause des
forces d’inertie et centrifuge les particules heurtent le mur, puis glissent en bas près du fond
du cyclone. Le gaz renverse sa spirale du bas en haut. Le gaz nettoyé sort à partir du Vortex. Et
les particules sortent du fond du cyclone à travers un sas.

Rapport du Projet de Fin d’étude 35


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 11: Principe du Cyclone.

L’électrofiltre Sec :
L’électrofiltre est un dépoussiéreur complémentaire qui utilise les forces électrostatiques pour
séparer les particules du courant gazeux. La charge des particules résulte d’un phénomène
appelé « effet couronne » qui apparait lorsqu’on applique une différence de potentiel entre
deux conducteurs aux configurations géométriques appropriées. L'électrofiltre se présente
sous la forme de plusieurs chambres en tôles, compartimentées par des plaques (mises à la
terre) entre lesquelles s'écoulent les fumées. Entre chaque plaque, des électrodes ionisantes
sont portées à haute tension (généralement négative). Il y a création de champs
électrostatiques. Ce dernier, emprisonne la poussière sur les plaques. Puis, arrive le rôle des
marteaux frappeurs qui sont commandés à travers 10 machines asynchrones pour faire
retomber la poussière sur les plaques. La poussière passe par la suite vers un convoyeur qui
sera conduit vers le refroidisseur.
Grâce à la purification sèche, on arrive à capter jusqu'à 99 % de la masse de poussières, en ne
laissant passer que les particules les plus fines.
L’automate utilisé pour contrôler cette partie est un S7 200 (CPU 216-2BD23-0XB8).
v. Les Refroidisseurs
On dispose de 2 refroidisseurs. Ils ont pour rôle de refroidir l’oxyde de fer avant le stockage.
Le premier refroidisseur permet de collectionner l’oxyde de fer depuis les 4 sas, le cyclone, et
l’électrofiltre sec. Puis, la sortie du four et le premier refroidisseur alimentent un deuxième
refroidisseur qui va lui-même alimenter un convoyeur à chaine pour stocker l’oxyde de fer dans
le hangar.
vi. La purification humide du gaz
Le dioxyde de soufre SO2 provenant de l’électrofiltre sec alimente trois purificateurs pour laver
le gaz des impuretés, la solution ainsi humide ne peut alimenter qu’un électrofiltre humide, ce
type d’électrofiltre est similaire à un électrofiltre classique comme le précédent. Les électrodes
collectrices sont arrosées de manière continue ou périodique. Cet écoulement du liquide le
long des parois entraîne les poussières déposées sous forme de couche sur les électrodes

Rapport du Projet de Fin d’étude 36


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

réceptrices. Les particules sont cependant captées dans un liquide, ce qui nécessite un
traitement en aval.
Donc la purification humide permet d’éliminer les impuretés du gaz SO2. Cependant, ce gaz
devient plus riche en oxygène O2. D’où la nécessité de sécher le gaz.
vii. Le séchage du gaz SO2
Une fois la purification humide est terminée. Le gaz SO2 est riche en H2O. Donc, on doit
impérativement le sécher. Pour cela, une colonne de séchage est utilisée qui contient une
concentration de 93% d’acide sulfurique qui va nous permettre de sécher le gaz. Puisque ce
dernier est connu par son caractère hydrophile, il absorbe entièrement l’eau qui accompagne
le dioxyde du souffre SO2.
viii. La conversion de SO2 en SO3
La conversion se fait suivant la relation suivante :
1
SO2+2O2→ SO3

Cette réaction exige la présence d’un catalyseur : Vanadium V2O5, ce catalyseur n’est activé
qu’à une température entre 380˚C et 620˚C et son fonctionnement optimal est à 420˚C. Il
permet d’accélérer la réaction citée ci-dessus.
ix. L’absorption
Après avoir converti le gaz SO2 en SO3, ce dernier est versé dans deux colonnes d’absorption.
Les colonnes d’absorption contiennent en premier lieu une solution d’une concentration de
98% d’acide sulfurique, lorsqu’on verse SO3 dans les colonnes la réaction suivante se produit :
SO3+ H2O →H2SO4
Lorsque SO3 réagit avec l’eau dans la colonne, la concentration d’acide sulfurique tend à
augmenter, pour garder la concentration fixe à 98% on dilue avec de l’eau, le volume de la
solution dans la colonne augmente par conséquent.
x. Turbine
Le cycle thermodynamique des turbines à vapeur est basé sur le cycle de Rankine. A l’aide de
la chaleur dégagée par la combustion de la pyrrhotine, on produit de la vapeur à haute pression
dans la chaudière. Cette vapeur est ensuite dirigée vers la turbine, où en se détendant, entraine
la turbine. Sortie de la turbine, la vapeur est condensée et ramenée à la chaudière, où ce cycle
recommence.
Dans ce cycle, la combustion est externe : c'est-à-dire qu’il n’y a pas de contact direct entre le
fluide processus (vapeur) et le foyer.
L’automate utilisé comme outils de synchronisation électrique est un automate S7 300 (CP315-
2 PN/DP 315-2EH14-0AB0). Il se charge du changement de la source d’énergie, cette dernière
est utilisée pour alimenter l’usine de l’acide sulfurique et l’usine du grillage, parfois même
diffusé dans le réseau électrique de la CTT.

Rapport du Projet de Fin d’étude 37


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

1.5. Conclusion

Les technologies utilisées dans l’usine de l’acide sulfurique sont : DCS et Siemens. Il y a 7
automates Siemens S7 200, un automate S7 300, et deux autres automates DCS.
Les programmes sources de toute les CPU S7 – 200 CN qui pilotent les ateliers chaudières,
système acétylène, Electrofiltre Sec sont protégés par un mot de passe et sont inaccessibles
pour effectuer un diagnostic, une analyse ou une éventuelle modification. D’où la non
sauvegarde des informations des équipements.
Parmi les interprétations soulevées sur les risques, on distingue :
- La défaillance d’un composant du système S7-200 CN sur l’un des ateliers de l’unité
acide sulfurique perturbera le fonctionnement normal de l’installation.
- Les pièces de rechange ne peuvent pas être acheté qu’en Chine.
- Les CPU et modules d’entrée sorties S7-200 disponibles au Maroc ne peuvent pas
être utilisées comme pièces de rechange.
- La perte d’une CPU existante nécessitera l’achat de chez le fournisseur Chinois de
l’usine d’une SPU avec programme chargé.
- La défaillance du PC de supervision de la chaudière obligera l’opérateur à la conduite
et suivis en mode manuel forcé avec des boutons marche arrêt et voyant local sans
suivi ni historiques d’alarmes des tendances et événements.
- La plus simple des interventions de maintenance curative, extension matérielle ou
sur logiciel est impossible sans l’intervention du fournisseur Chinois.
En se basant sur l’analyse et l’évaluation ci-dessus, la compagnie CTT a repéré la criticité de la
situation actuelle de l’unité acide sulfurique et sur les risques éventuels qu’encourt cette
dernière. C’est dans ce cadre que s’inscrit mon sujet de stage : « Etude, automatisation, et
supervision de l’unité chaudière de l’usine d’acide sulfurique ».

Rapport du Projet de Fin d’étude 38


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Chapitre 2 :
Présentation du projet

2.1. Introduction.
2.2. Analyse fonctionnelle.
2.3. Condition de sécurité et de démarrage.
2.4. Schéma P&ID.
2.5. Liste des équipements
2.6. Conclusion.

Rapport du Projet de Fin d’étude 39


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

2.1. Introduction
Comme tout processus industriel continu, l’usine de fabrication d’acide sulfurique nécessite la
mise en place de moyens permettant de contrôler et commander le processus physique pour
respecter différents paramètres.
En effet, l’usine a fondé une architecture contrôle-commande pour surveiller le procédé
physique associé sur les lignes de fabrication. Dans ce chapitre nous décrirons le conteste
général du projet, en commençant par la présentation du sujet. Ensuite nous présenterons les
outils et les concepts nécessaires au bon déroulement du travail de la chaudière à travers une
analyse fonctionnelle, un schéma P&ID, et en détaillant la liste des équipements automatisés à
automatisés.

2.2. Analyse Fonctionnelle


2.2.1. Description générale du fonctionnement de la chaudière
Les composants les plus important dans l’unité chaudière sont les suivants :

L’eau L’eau
1 déminéralisé 2 déminéralisé 3 Vapeur 4

L'OSMOS Ballon Ballon Surchauffeur


séparateur Principal
2 pompes 2 pompes
7.5 Kw 90 Kw
L'eau Vapeur
Eau + Vapeur déminéralisé

Eau + Vapeur
9
6 5
Désurchauffeur
Chaudière Collécteurs

L'eau Vapeur
déminéralisé

Turbine

Figure 12: Schéma explicite du fonctionnement de la chaudière.

Le Ballon Séparateur : est alimenté avec de l’eau déminéralisé depuis l’OSMOS (cette unité
permet de déminéraliser l’eau provenant du barrage pour que sa minimiser sa conductivité) à
l’aide d’une pompe (7.5 KW) et son standby, il est équipé de 2 capteurs de niveaux (visuelle, à
pression), de pression et de température. Le flux de l’eau pompé est contrôlé à travers une
vanne automatique avec son bypass.

Rapport du Projet de Fin d’étude 40


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Le Ballon Principal : est alimenté à travers le ballon séparateur à l’aide d’une pompe HP (90 KW)
et son standby avec des clapets anti retour, il est équipé d’un capteur de niveau, pression,
température. Son niveau doit être dans un intervalle [50% - 60%]. Le flux de l’eau pompé et
contrôlé grâce à une régulation PID appliquée sur la variation de vitesse de la pompe HP et sur
la consigne d’ouverture d’une vanne automatique.
La chaudière : est équipée de plusieurs tubes à l’intérieur qui sont alimentés avec de l’eau
depuis le ballon principal, une fois l’eau est chauffée, on obtient de la vapeur qui sera reconduit
vers le ballon principal à travers des collecteurs.
Le surchauffeur : la vapeur passe par le ballon principal vers le surchauffeur. Afin d’augmenter
sa température.
Le désurchauffeur : la vapeur passe par le surchauffeur vers le désurchauffeur. Afin de refroidir
à travers de l’eau déminéralisé, au cas où la température ou la pression ont dépassé
respectivement le niveau maximum (420°C, 32 bar). Puis, par la suite la vapeur poursuit son
chemin vers la turbine pour générer de l’énergie électrique.
2.2.2. Fonctionnement des équipements et les paramètres
Le Ballon Principal : possède 2 entrées (l’eau déminéralisé pompé à travers deux pompes 90
KW, la vapeur provenant des collecteurs) et 4 sorties (l’eau vers les économiseurs, la vapeur
vers le surchauffeur, purge, l’eau vers les collecteurs). Le niveau d’eau doit être dans un
intervalle entre 50% et 60%. Avec une température entre 280° C et 290° C. Si la pression atteint
3.5 Mpa alors, on doit purger pour qu’elle redevienne normale à travers une vanne modulante.
Le Ballon Séparateur : possède 6 entrées (l’eau déminéralisé provenant du l’OSMOS, l’eau
provenant du condenser, retour de la vapeur de la turbine, réservoir 1m3, le détendeur, Na3Po4)
et 2 sorties (vers la pompe 90Kw, purge). Le niveau d’eau doit etre dans un intervalle entre 70%
et 90%, et une température entre 80°C et 100°C.
Les deux Pompes 90 KW (216a et 216b): sont commandé des variateurs de vitesse. Elles
pompent l’eau vers le ballon principal. Elles sont munies d’une régulation PID selon le niveau
d’eau (50% -> 100% / 60% -> 0 %). En cas de défauts d’une pompe, son standby doit fonctionner.
Une vanne automatique contrôle aussi le flux d’eau pompé à travers une régulation PID selon
le niveau du ballon principal.
La chaudière : on doit contrôler sa température, si elle dépasse 550°C alors on est dans
l’obligation de bombarder avec du gaz acétylène (C2H2). Pour enlever la poussière collée sur les
tubes. La température de l’entrée du gaz dans la chaudière doit être entre 480°C et 550°C. La
température de la sortie du gaz doit être entre 400°C et 450°C.
Surchauffeur & désurchauffeur : La température de la vapeur du ballon principal passe par le
surchauffeur puis vers le désurchauffeur qui doit être entre 380°C et 450° C (maximum) et avec
une pression entre 3.0 et 3.5 MPa. Si on ne satisfait pas ces paramètres, alors on doit ouvrir la
vanne automatique pour refroidir le désurchauffeur. On doit aussi contrôler le flux de la vapeur
qui va vers la turbine à travers la vanne automatique.

Rapport du Projet de Fin d’étude 41


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Vapeur vers CTT : La pression de la vapeur qui continue son chemin vers la compagnie CTT
doit être entre 5.0 et 7.0 MPa.
Convoyeur à chaine (212) : Le courant du convoyeur doit être entre 7.0 et 9.0 A (si c’est
supérieur. Alors il s’agit d’une surcharge).
Refroidisseur bas (211) : Le courant du refroidisseur 2 doit être entre 20 et 22 A.
Refroidisseur haut (210) : Le courant du refroidisseur 1 doit être entre 14 et 17 A.
Les moteurs simples (7.5 KW) (pos1 et pos2): alimentent le ballon séparateur avec de l’eau
selon le niveau de ce dernier à travers une régulation PID. En cas de défauts d’une pompe, son
standby doit fonctionner. Une vanne automatique contrôle aussi le flux d’eau pompé.
Le détendeur : On fait appel au détendeur pour augmenter la température et la pression du
ballon séparateur.
La vanne silencieuse : c’est une vanne modulante qui a pour rôle de purger le surchauffeur.
Ventilateur (220) : utilisé comme un outil de dépoussiérage pour aspirer la poussière qui
provient depuis le refroidisseur du bas et le convoyeur à chaine.
Pompe (213a) : c’est une pompe à boue de lavage du gaz S02 qui a pour but d’arroser ce
dernier. Afin d’enlever la poussière.
Pompe d’arrosage du hangar (pos3) : utilisée comme un outil de dépoussiérage pour arroser
le hangar. Afin, d’éviter la projection de la poussière.
Les deux pompes (214a et 214b) : sont utilisées pour pomper l’eau une tour de refroidissement.
Par la suite, une fois l’eau et refroidit. Elle continue son chemin par gravité vers les
refroidisseurs
Les 4 moteurs (SS205A – SS205B – SS205C – SS205D) : fonctionnent constamment pour vider les 4 sas.

En ce qui concerne l’acétylène. On dispose de :


Ventilateur (218) : c’est un ventilateur à air. Utilisé pour fournir de l’oxygène. Afin de le
mélanger avec l’acétylène dans un mélangeur.
2.2.3. Les équipements à automatisés
2.2.3.1. Capteur de pression
Une sonde de pression est un dispositif destiné à convertir les variations de pression en
variations de courant électrique (4-20 mA) à travers un convertisseur. Lorsque la sonde est
reliée à un système numérique, les variations analogiques sont d’abord converties en signaux
numériques par un convertisseur analogique-numérique. Ci-dessous les différents capteurs de
pression de l’unité chaudière qu’on doit superviser :

Repaire Marque Marge de mesure Alim Signal Emplacement


PT207 0-50MPa 4-20mA Sortie vapeur vers la turbine
PT208 DL-KSE 0-50MPa 24VDC 4-20mA Ballon principal
PT209 ROSEMOUNT 0-3MPa 10,5-55VDC 4-20mA Entrée vapeur vers détendeur

Rapport du Projet de Fin d’étude 42


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

PT204 AMRZ -3-0KPa 10,5-42VDC 4-20mA Sortie vapeur détendeur


PT220 0-50MPa 24VDC 4-20mA Sortie vapeur vers CTT
Tableau 2: La liste des capteurs de pressions de l’unité chaudière.

2.2.3.2. Capteur de température


Lorsque deux fils composés de métaux différents sont raccordés à leurs extrémités et que
l’une d’elles est chauffée, il se produit une circulation de courant continu dans le circuit.
C’est l’effet thermoélectrique. Puis elle est liée vers un convertisseurs pour fournir un courant
(4-20 mA). Ci-dessous les différents capteurs de température de l’unité chaudière qu’on doit
superviser :

Repaire Marque Type Marge de mesure Longueur Emplacement


TE213 WRN-230B Thermocouple K 0-1200°C 600 Entrée de la chaudière
TE214 WRN-230B Thermocouple K 0-1200°C 600 Sortie de la chaudière
TE215 WRN-230B Thermocouple K 0-600°C 600 Ballon séparateur
TE216 WRN-230B Thermocouple K 0-600°C 600 Ballon principal
TE217 WRN-230B Thermocouple K 0-600°C 600 Sortie vapeur vers la turbine
TE218 WRN-230B Thermocouple K 0-1200°C 600 Sortie vapeur vers surchauffeur
TE219 WRN-230B Thermocouple K 0-1200°C 600 Intérieur de la chaudière
TE220 WZP-230 Pt100 -200-500°C 600 Détente avant
TE221 WZP-230 Pt100 -200-450°C 600 Détente après
Tableau 3: La liste des capteurs de températures de l'unité chaudière.

2.2.3.3. Capteur de niveau


Le capteur de niveau est utilisé dans de nombreux et divers domaines, afin de connaître l’état
de remplissage des deux ballons. Puisqu’il s’agit d’un évènement critique, on possède deux
transmetteurs de niveaux pour chaque ballon. Ci-dessous les différents capteurs de nivaux de
l’unité chaudière qu’on doit superviser :
MNP: Mesure de niveau par pression.
MNE: Mesure de niveau à électrode.

Repaire Désignation Lieu Marque Type Alim. Signal Emplacement

LSA203 Transmetteur de niveau MCC1


Ballon Séparateur
LE203 Capteur de niveau Chaudière XMZ
MNE
LSA204 Transmetteur de niveau MCC1
Ballon Principal
LE204 Capteur de niveau Chaudière XMZ

LE210 Transmetteur de niveau Chaudière FMC8002 24VDC 4-20mA Ballon Principal


MNP
LE211 Capteur de niveau Chaudière FMC8003 24VDC 4-20mA Ballon séparateur
Tableau 4: La liste des capteurs de niveaux de l'unité chaudière.

2.2.3.3. Capteur d’oxygène


Le capteur d’oxygène est un analyseur qui permet de calculer le taux d’oxygène (O2) à
l’intérieur de la chaudière.
Rapport du Projet de Fin d’étude 43
Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Marge de
Repaire Désignation Marque Signal Emplacement
mesure
AIT201 Transmetteur d'analyseur d'oxygène YHG-101C 0-5%O2 4-20 mA
Intérieur de la chaudière
AE201 Détecteur d'analyse d'oxygène 0-5%O2
Tableau 5: La liste des capteurs d'oxygène de l'unité chaudière.

2.2.3.4. Moteur simple


Les moteurs simples sont des moteurs asynchrones qui ont pour rôle de transformer l’énergie
électrique apportée par le courant alternatif en énergie mécanique de rotation. Ci-dessous les
différents moteurs simples de l’unité chaudière qu’on doit superviser :

TAG Equipement Marque Type/Model KW A V n° Série Vitesse Cellule Départ

Convoyeur à
212 11 380 1500 AA27 D1
chaine

Pompe a boue
213a lavage des gaz HB Y2-132S1-2 7.5 11.1 380 1109336 2900
RF

Ventilateur
Changyao
220 lavage des gaz Y132M-4 45 15.4 380 010559 1470 AA27 D2
electrical
RF

Pompe eau
214a refroidissement SBL Y2-160L-4 11 21.2 380 YK3582 3000 AA28 D4
tambour

Pompe eau
214b refroidissement SBL Y2-160L-4 11 21.2 380 YK3583 3000 A27 D4
tambour

Ventilateur
218 XPC-1100 1.1 2.8 380 2800
acétylène
Moteur
219 distributeur YS6314 0.12 0.76/0.44 220/380 1400
acétylène
Sas de
SS205D décharge 4 SN Y100L2-4 3 6.8 380 01214 1430 AA28 D4
chaudière

Pompe sortie
pos1 380 2900
bassin
7.5 15

Pompe sortie
pos2 380 2900
bassin
7.5 15
Moteur
210M refroidisseur 15 34.8 380 AA26 D3
bas 970

Rapport du Projet de Fin d’étude 44


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Moteur
211M refroidisseur 30 59.3 380 AA26 D4
haut 980
Pompe
pos3 arrosage
hangar
Tableau 6: La liste des moteurs simples de l'unité chaudière.

2.2.3.5. Moteur à variateur de vitesse


Les moteurs à variateurs de vitesse fonctionnent selon la consigne fournie à travers un
variateur qui agit sur la fréquence. Ci-dessous les différents moteurs à variateur de vitesse de
l’unité chaudière qu’on doit superviser :


TAG Equipement Marque Type/Model KW A V Vitesse Cellule Départ
Série
Pompe de
216a recyclage 90 ZHONGAI Y280M-2 90 167 380 0056 2970
kW
Pompe de
216b recyclage 90 ZHONGAI Y280M-2 90 167 380 0055 2970
kW
Sas de
SS205A décharge 1 SN Y100L2-4 3 6.8 380 11288 1430 AA28 D3
chaudière
Sas de
SS205B décharge 2 SN Y100L2-4 3 6.8 380 11292 1430 AA25 D5
chaudière
Sas de
SS205C décharge 3 SN Y100L2-4 3 6.8 380 01211 1430 AA25 D2
chaudière
Tableau 7:La liste des moteurs à variateur de vitesse de l'unité chaudière.

2.2.3.6. Ventilateur
C’est un appareil qui reçoit une énergie électrique par le moteur et qui la transmet au gaz au
moyen d’un mouvement. Son but c’est d’aspirer le gaz SO2, ou d’aspirer de l’oxygène.
2.2.3.7. Vanne modulante
C’est un actionneur qui permet de contrôler, à partir d’un courant électrique, le débit d’un
liquide ou d’un gaz. On l’utilise pour contrôler le flux pompé d’eau, et pour commander le débit
de la vapeur.

Repaire Désignation Type DN Pression Force Alim Emplacement


Vanne
Hy 201 d'alimentation ZDLP 40 16MPa 2000N 220V Alimentation d'eau OSMOS
d'eau T,E
Vanne sortie
Hy 202 ZDLP 65 16MPa 5000N 220V Sortie vapeur détendeur
détente
Sortie pompe Contrôle débit d'eau vers
Hy 203 ZDLP 40 64MPa 2000N 220V
90KW ballon principal
Rapport du Projet de Fin d’étude 45
Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Vanne de purge DZW 10-24 100N/m 380V


Hy 204 Purge Ballon Principal
Corps de vanne 50
Vanne de vapeur
DZW 90-24 900N/m 380V
Hy 205 turbine Vapeur vers turbine
Corps de vanne Z941Y-100 200
Hy 206 Vanne silencieuse DZW 30-18 300N/m 380V
Silencieuse (Surchauffeur)
Corps de vanne Z941Y-100 100
Sortie pompe
Hy 207 ZDLP 25 64MPa 2000N 220V Arrosage désurchauffeur
90KW
Vanne entrée
SKZ-410Z 6400N 220V Entrée vapeur vers
Hy 208 vapeur
détendeur
Corps de vanne WYS945H 100 10MPa
Vanne entrée eau SKZ-310Z 4000N 220V Refroidissement de la
Hy 209
Corps de vanne 96iy-100 20 1MPa vanne Hy208
Tableau 8:La liste des vannes modulantes de l'unité chaudière.

2.3. Condition de sécurité et de réglage


Pour garantir la sécurité des employés qui travaillent sur le chantier, on doit suivre en détails
les séquences de démarrages ainsi que les séquences d’arrêts. Sans oublier les conditions de
réglage à travers les paramètres configurés dans la supervision de contrôle.
2.3.1. Séquence d’arrêt de l’installation
L’arrêt de la chaudière est programmé selon les conditions suivantes :
 Coupure électrique.
 Coupure de production.
 Coupure d’eau sur l’unité chaudière.
 Coupure d’eau sur les tours de lavages.
 Coupure électrique sur l’électrofiltre humide.
 Coupure électrique sur l’extracteur SO2.
 Panne aux 3 champs électriques d’électrofiltre sec.
 Panne dans la centrale hydraulique d’extracteur.
 Panne de la pompe d’acide.
 Panne du refroidisseur.
 Fuite d’eau sur l’économiseur.
 Fuite d’acide sur la tour de séchage et d’absorption.
On remarque que l’arrêt de la partie chaudière dépend des autres unités. D’où la nécessité
d’avoir une connexion entre automates. Par contre, si on est dans l’incapacité de réaliser cette
dernière. Alors, on doit forcer l’arrêt du fonctionnement de la chaudière à travers la supervision
avec un accès administrateur.

On distingue 3 différents arrêts :


2.3.1.1. Arrêt d'urgence :
Après la réception d’arrêt, on informe le responsable de la génération d’arrêter la vapeur.
Avant l’arrêt de l’alimentation du four et celui du chauffage de la chaudière, on doit
impérativement fermer la vanne automatique pour stopper le dégagement de la vapeur
principale depuis la sortie du surchauffeur et ouvrir progressivement la vanne silencieuse de

Rapport du Projet de Fin d’étude 46


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

vidange pour protéger le surchauffeur. On doit aussi maintenir l’alimentation d’eau pour garder
le niveau d’eau du ballon principal entre 50% et 60%. Par la suite, on doit fermer les vannes de
prélèvement, d’évacuation, d’ajout des réactifs, et le désurchauffeur du jet d’eau.
2.3.1.2. Arrêt court :
On ferme les vannes de prélèvement et d'évacuation, et on arrête l'ajout des réactifs.
On informe le responsable de la génération d'arrêter la vapeur. Après l'arrêt du four, on ferme
la vanne de vapeur principale du surchauffeur et on ouvre un peu la vanne de vidange pour
protéger le surchauffeur. Tant que la température du surchauffeur ne dépasse pas la limite, on
diminue la vidange de la vapeur et on maintient la pression du ballon à 2.0 MPa pour éviter la
corrosion à basse température. Arrêter le désurchauffeur du jet d'eau. Le ballon principal est
alimenté avec de l'eau par le by-pass. On garde le niveau d'eau du ballon à 20% et on surveille
le niveau d'eau.
2.3.1.3. Arrêt normal :
Après la réception d'arrêt, on informe le responsable de la génération d'arrêter la
vapeur. Avant l'arrêt de l'alimentation du four, on ferme successivement les vannes
d'évacuation, d'ajout des réactifs, et de prélèvement. Après l'arrêt du four, on ferme la vanne
de la vapeur principale et on ouvre un peu la vanne de vidange de la sortie du surchauffeur
pour maintenir un débit de vapeur nécessaire au refroidissement du surchauffeur
(Température du surchauffeur non supérieure à 450°C). Utiliser le désurchauffeur du jet d'eau
pour baisser la pression de la chaudière et contrôler la vitesse de la tombée de pression du
ballon entre 0.3—0.5MPa/h par la vanne automatique de vidange. Lors de la baisse de la
pression de la chaudière, on doit contrôler le niveau d'eau du ballon pour qu'il ne soit pas en-
dessous du niveau le plus bas. La chaudière est alimentée par l'eau depuis la vanne de by-pass
d'une manière discontinue pour maintenir le niveau d'eau. Si la pression du ballon baisse en-
dessous de celle de l'atmosphère et la température du four moins de 250°C, on arrête la pompe
d'alimentation.
2.3.2. Séquence de démarrage de l’installation
 Avant le démarrage, on doit s'assurer de la propreté, le bon état, et la sécurité de la
chaudière. Tous les instruments à savoir les vannes devront être calibrés. Les
équipements devront être en parfaite état. Ouvrir la vanne de vidange de la vapeur
saturé et fermer toutes les vannes d'évacuation et de prélèvement. Les passages
d'opération sont accessibles et les installations d'éclairage sont en bon état. Après ces
vérifications, démarrer la pompe d'eau et alimenter de l'eau depuis le by-pass de la
chaudière (débit dans la limite). Observer le niveau d'eau du ballon.
 Après la montée de la température du four, la température et la pression de la
chaudière augmentent. On sera dans l’obligation de fermer la vanne de vidange si une
grande quantité de vapeur saturée est évacuée.
 La vitesse de la montée de la pression du ballon doit être contrôlée par la vanne de
vidange du surchauffeur.
 1 heure pour(0.3-0.5 )MPa. À 0.5MPa, toutes les vannes d'évacuation et de vidange
devront vider l'eau pendant une minute.
 À (0.5-4.3) MPa, la montée de la pression par heure ne doit pas être supérieure à
0.5MPa.

Rapport du Projet de Fin d’étude 47


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

 La vapeur produite est insuffisante pour assurer le refroidissement du surchauffeur.


Pour éviter la brûlure de ce dernier, la pression de la vapeur du ballon doit s'accroître
progressivement.
 Au cours de la montée de la pression, il faut surveiller les variations du niveau d'eau et
de la pression du ballon, ainsi que la pression et la température du surchauffeur, et la
température du gaz de la chaudière.
 Lorsque la température de la vapeur est proche de 400°C, on démarre l'eau
désurchauffée pour contrôler cette température. Lorsque la pression du ballon de la
chaudière reste à 4.0MPa et la température de la vapeur à 450°C, on envoie la vapeur.
Cependant, on doit s’assurer que les conduites sont chauffées.
 Ouvrir la vanne de réglage d'alimentation d'eau, fermer la vanne de by-pass
d'alimentation et mettre en état de réglage automatique. Analyser la qualité de l'eau
de la chaudière. Selon les résultats de l'analyse, déterminer le dosage des réactifs du
ballon et la quantité de l'évacuation.
 Après la vérification, la soupape de sureté sera verrouillée ou plombée. Pour éviter le
collage entre le noyau et le socle de la vanne, il faut effectuer régulièrement des tests
manuels d'évacuation de la vapeur et de l'eau.

2.4. Schéma P&ID


Pour bien comprendre le système de l’unité de la chaudière. On est dans l’obligation de
détailler tous les composants dans un schéma P&ID (Piping and Instrumentation Diagram).
Vous trouverez ce dernier dans l’annexe pour plus de détails.

2.5. Liste des équipements


La supervision dont dispose l’usine dans l’unité chaudière ne contient que quelques
équipements à savoir :
- Les deux pompes (90 Kw).
- Les deux pompes (7.5 Kw).
- Les vannes HY207, HY203, HY201, HY205.
- Les capteurs de niveau, température, pression du ballon principal et du ballon
séparateur.
- Les capteurs de températures de l’entrée, l’intérieur, la sortie de la chaudière.
- Les capteurs de température, de pression de la sortie vapeur vers la turbine.

Rapport du Projet de Fin d’étude 48


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 13:Supervision actuelle de l'unité chaudière.

Les superviseurs ignorent complétements l’affichage des valeurs des autres équipements des
4 sas, des deux refroidisseurs, détendeur, et la commande d’acétylène. Pour mener à bien
notre travail, on va procéder comme suivant :
- Utiliser qu’un seul automate pour commander à la fois l’unité chaudière et le
bombardement acétylène.
- Automatiser des équipements pour que les superviseurs connaissant le
déroulement en temps réel sans se déplacer.

Moteur
Convoyeur Vanne simple Vanne modulante Capteur Analogique Capteur TOR
Simple à VV
SS205D 216a 212 Hy 202 TE213
219 216b Hy 203 TE214
220 SS205A Hy 205 TE215
218 SS205B Hy 206 TE216
213a SS205C Hy 207 TE217
214a Hy 208 TE218
214b Hy 209 TE219
217b Hy 210 TE220
pos1 TE221
pos2 PT207
210M PT208
211M PT209
pos3 PT210
PT211
PT204
LE203
LE204
AIT 201
TC210
TC211
TC212

Rapport du Projet de Fin d’étude 49


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

PT220
LE210
LE211
Tableau 9:La liste des équipements à automatisée.

2.6. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons commencé par décrire en détails le fonctionnement de la
chaudière à travers une analyse fonctionnelle qui traite les conditions de sécurité des arrêts et
de démarrage, ainsi que les paramètres à respecter.
Puis on a terminé ce chapitre par élaborer une liste des équipements selon les caractéristiques
techniques. Ce qui va nous aider à effectuer une liste entière des entrées et sorties. Afin, de
réaliser une étude complète sur le choix de l’automate.

Rapport du Projet de Fin d’étude 50


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Chapitre 3 :
Etude sur la configuration matérielle

3.1. Introduction.
3.2. La liste des entrées et sorties.
3.3. Le choix de la technologie automate.
3.4. Le choix de la gamme.
3.5. La configuration matérielle.
3.6. Conclusion.

Rapport du Projet de Fin d’étude 51


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

3.1. Introduction
Après avoir cité les équipements du procédé de l’unité chaudière, leurs séquences
d’appartenances et leur condition de démarrage et d’arrêt, ainsi la partie commande de chaque
équipement étudié, nous allons consacrer la totalité de ce chapitre à faire une étude détaillée
sur le choix de la technologie automate en se basant sur la liste d’entrées et sorties.

3.2. La liste des entrées et sorties


Dans cette partie, on traite les entrées et sorties physiques de chaque équipement selon leur
appartenance, on distingue :
3.2.1. Moteur à variateur de vitesse
L’automate reçoit un ensemble d’entrées et sorties TOR et analogiques provenant du moteur
à variateur de vitesse, on distingue :
4 entrées TOR (tout ou rien) :
- Retour de marche.
- Arrêt d’urgence.
- Défaut électrique.
- Défaut variateur.
1 sortie TOR (tout ou rien) :
- Ordre de marche.

1 entrée Analogique :

- Recopie de vitesse.

1 sortie Analogique :

- Consigne de vitesse.

Ci-dessous la liste entière des entrées et sorties avec leur tag de tous les moteurs à variateur
de vitesse :
Entrées Sorties Entrées Sorties
TAG Equipements TAG TAG TAG TAG
TORs TORs Analogiques Analogiques
Ordre
Retour de Recopie de Consigne de
RM_216a de OM_216a SI_216a SY_216a
Marche vitesse Vitesse
marche
Pompe de Arrêt
AU_216a
216a recyclage 90 d'Urgence
kW Défaut
DE_216a
électrique
Défaut
DV_216a
variateur
Ordre
Retour de Recopie de Consigne de
Pompe de RM_216b de OM_216b SI_216b SY_216b
Marche vitesse Vitesse
216b recyclage 90 marche
kW Arrêt
AU_216b
d'Urgence

Rapport du Projet de Fin d’étude 52


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Défaut
DE_216b
électrique
Défaut
DV_216b
variateur
Ordre
Retour de Recopie de Consigne de
RM_SS205A de OM_SS205A SI_SS205A SY_SS205A
Marche vitesse Vitesse
marche
Sas de Arrêt
AU_SS205A
SS205A décharge 1 d'Urgence
chaudière Défaut
DE_SS205A
électrique
Défaut
DV_SS205A
variateur
Ordre
Retour de Recopie de Consigne de
RM_SS205B de OM_SS205B SI_SS205B SY_SS205B
Marche vitesse Vitesse
marche
Sas de Arrêt
AU_SS205B
SS205B décharge 2 d'Urgence
chaudière Défaut
DE_SS205B
électrique
Défaut
DV_SS205B
variateur
Ordre
Retour de Recopie de Consigne de
RM_SS205C de OM_SS205C SI_SS205C SY_SS205C
Marche vitesse Vitesse
marche
Sas de Arrêt
AU_SS205C
SS205C décharge 3 d'Urgence
chaudière Défaut
DE_SS205C
électrique
Défaut
DV_SS205C
variateur
Tableau 10:La liste des entrées et sorties de chaque moteur à variateur de vitesse.

3.2.2. Moteur simple


L’automate reçoit un ensemble d’entrées et sorties TOR provenant du moteur simple, on
distingue :
3 entrées TOR (tout ou rien) :
- Retour de marche.
- Arrêt d’urgence.
- Défaut électrique.
1 sortie TOR (tout ou rien) :
- Ordre de marche.

Ci-dessous la liste entière des entrées et sorties avec leur tag de tous les moteurs simples :

TAG Type Equipements Entrées TORs TAG Sorties TORs TAG


Moteur Retour de Ordre de
213a RM_213a OM_213a
simple Marche Marche

Rapport du Projet de Fin d’étude 53


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Pompe a boue Arrêt d'urgence AU_213a


lavage des gaz Défaut
DE_213a
RF électrique
Retour de Ordre de
RM_220 OM_220
Ventilateur Marche Marche
Moteur
220 lavage des gaz Arrêt d'urgence AU_220
simple
RF Défaut
DE_220
électrique
Retour de Ordre de
RM_214a OM_214a
Pompe eau Marche Marche
Moteur
214a refroidissement Arrêt d'urgence AU_214a
simple
tambour Défaut
DE_214a
électrique
Retour de Ordre de
RM_214b OM_214b
Pompe eau Marche Marche
Moteur
214b refroidissement Arrêt d'urgence AU_214b
simple
tambour Défaut
DE_214b
électrique
Retour de Ordre de
RM_218 OM_218
Marche Marche
Moteur Ventilateur
218 Arrêt d'urgence AU_218
simple acétylène
Défaut
DE_218
électrique
Retour de Ordre de
RM_219 OM_219
Moteur Marche Marche
Moteur
219 distributeur Arrêt d'urgence AU_219
simple
acétylène Défaut
DE_219
électrique
Retour de Ordre de
RM_SS205D OM_SS205D
Sas de Marche Marche
Moteur
SS205D décharge 4 Arrêt d'urgence AU_SS205D
simple
chaudière Défaut
DE_SS205D
électrique
Retour de
Marche RM_212
Arrêt d'Urgence AU_212
Convoyeur à Défaut
212 Convoyeur
chaine électrique DE_212
Contrôle
rotation CR_212
Départ Bande DB_212
Retour de Ordre de
RM_pos1 OM_pos1
Marche Marche
Moteur Pompe 1 Sortie
pos1 Arrêt d'urgence AU_pos1
simple Bassin OSMOS
Défaut
DE_pos1
électrique
Moteur Pompe 2 Sortie Retour de Ordre de
pos2 RM_pos2 OM_pos2
simple Bassin OSMOS Marche Marche

Rapport du Projet de Fin d’étude 54


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Arrêt d'urgence AU_pos2


Défaut
DE_pos2
électrique
Retour de Ordre de
RM_210 OM_210
Moteur Marche Marche
Moteur
210 refroidisseur Arrêt d'urgence AU_210
simple
bas Défaut
électrique DE_210
Retour de Ordre de
RM_211 OM_211
Moteur Marche Marche
Moteur
211 refroidisseur Arrêt d'urgence AU_211
simple
haut Défaut
électrique DE_211
Retour de Ordre de
RM_pos3 OM_pos3
Pompe Marche Marche
Moteur
pos3 d'arrosage du Arrêt d'urgence AU_pos3 Distance Locale DL_pos3
simple
Hangar Défaut
électrique DE_pos3
Tableau 11:La liste des entrées et sorties de chaque moteur simple.

Il faut bien préciser que le moteur distributeur d’acétylène a de plus 3 autres entrées TOR vers
l’automate. C’est un servomoteur (moteur pas à pas) qui fournit d’autre information : 2
émetteur récepteur, fin de course.
Le rôle de l’émetteur récepteur c’est de fournir comme donnée l’angle sur lequel il est
positionné. Il existe 6 angles (6 conduites de tubes d’acétylène).
Le rôle de la fin de course c’est de réinitialiser le compteur des angles. Pour qu’on puisse
compter de nouveau.
3.2.3. Vanne modulante
L’automate reçoit un ensemble d’entrées et sorties TOR et analogiques provenant de la vanne
modulante, on distingue :
1 sortie TOR (tout ou rien) :
- Ordre d’ouverture.

1 entrée Analogique :

- Recopie de la mesure.

1 sortie Analogique :

- Consigne d’ouverture.

Ci-dessous la liste entière des entrées et sorties avec leur tag des vannes modulantes :
Sorties Entrées Sorties
TAG TAG TAG TAG Emplacement
TORs Analogiques Analogiques
Ordre Recopie de la Consigne
Hy 204
d'ouverture OV_HY204 mesure SI_HY204 d'ouverture SY_HY204 Purge BP

Rapport du Projet de Fin d’étude 55


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Ordre Recopie de la Consigne


Hy 205
d'ouverture OV_HY205 mesure SI_HY205 d'ouverture SY_HY205 Vapeur vers turbine
Ordre Recopie de la Consigne Silencieuse
Hy 206
d'ouverture OV_HY206 mesure SI_HY206 d'ouverture SY_HY206 (Surchauffeur)
Ordre Recopie de la Consigne Arrosage
Hy 207
d'ouverture OV_HY207 mesure SI_HY207 d'ouverture SY_HY207 désurchauffeur
Ordre Recopie de la Consigne Entrée vapeur vers
Hy 208
d'ouverture OV_HY208 mesure SI_HY208 d'ouverture SY_HY208 détendeur
Ordre Recopie de la Consigne Refroidissement de la
Hy 209
d'ouverture OV_HY209 mesure SI_HY209 d'ouverture SY_HY209 vanne Hy 208
Ordre Recopie de la Consigne Alimentation d'eau
Hy 201
d'ouverture OV_HY201 mesure SI_HY201 d'ouverture SY_HY201 OSMOS
Ordre Recopie de la Consigne Sortie vapeur
Hy 202
d'ouverture OV_HY202 mesure SI_HY202 d'ouverture SY_HY202 détendeur
Ordre Recopie de la Consigne Contrôle débit d'eau
Hy 203
d'ouverture OV_HY203 mesure SI_HY203 d'ouverture SY_HY203 vers ballon principal
Tableau 12:La liste des entrées et sorties de chaque vanne modulante.

3.2.4. Les capteurs :


L’automate reçoit un ensemble qu’une entrée analogique provenant de chaque capteur :
1 entrée Analogique :

- La mesure.

Ci-dessous la liste entière des entrées avec leur tag des vannes modulantes :
Entrées
TAG Type Equipements TAG Emplacement
Analogiques
Capteur de
TE213
température La mesure TE213 Entrée de la chaudière
Capteur de
TE214
température La mesure TE214 Sortie de la chaudière
Capteur de
Thermocouple K

TE215
température La mesure TE215 Ballon Séparateur
Capteur de
TE216
température La mesure TE216 Ballon principal
Capteur de
TE217
température La mesure TE217 Sortie vapeur vers la turbine
Capteur de Sortie vapeur après
TE218
température La mesure TE218 surchauffeur
Capteur de
TE219
température La mesure TE219 Intérieur de la chaudière
Capteur de
TE220
température La mesure TE220 Détente avant
Pt100
Capteur de
TE221
température La mesure TE221 Détente après
PT207 Capteur de pression La mesure PT207 Sortie vapeur vers la turbine
PT208 Capteur de pression La mesure PT208 Ballon principal
PT209 Capteur de pression La mesure PT209 Entrée vapeur vers détendeur
PT204 Capteur de pression La mesure PT204 Sortie vapeur détendeur

Rapport du Projet de Fin d’étude 56


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

LE211 MNP Capteur de niveau La mesure LE211 Ballon séparateur


LE210 MNP Capteur de niveau La mesure LE210 Ballon principal
AIT 201 Analyseur Capteur d'oxygène La mesure M_AIT201 Intérieur de la chaudière
LE 203 MNE Capteur de niveau La mesure LE 203 Ballon séparateur
LE 204 MNE Capteur de niveau La mesure LE 204 Ballon principal
PT220 Capteur de pression La mesure PT220 Sortie vapeur vers CTT
TC212 Capteur de courant La mesure TC212 Courant du convoyeur à chaine
Courant du moteur
TC210
Capteur de courant La mesure TC210 refroidisseur bas
TC211 Capteur de courant La mesure TC211 Courant du refroidisseur haut
Tableau 13:La liste des entrées et sorties de chaque capteur.

3.3. Le choix de la technologie automate


Plusieurs critères interviennent pour le choix de la technologie à savoir :
- La maitrise de la technologie par l’automaticien.
- La disponibilité au marché.
- La robustesse.
- Le prix.
- La gestion des pièces de rechanges.
- Le relationnel avec les fournisseurs.
L’usine d’acide contient 8 automates siemens. Donc la question de compatibilité entre dans
l’enjeux du choix de la technologie.
Le site CTT a de bonne relation avec les fournisseurs SIEMENS. Ils sont toujours à leur
disposition pour aider, conseiller, et fournir les pièces de rechange.
Les automates SIEMENS sont connus par leur robustesse. Puisqu’ils peuvent résister à la
température, et à un milieu poussiéreux tel que la poussière de l’oxyde de fer.
Tous ces enjeux, nous poussent à choisir Siemens comme technologie.

3.4. Le choix de la gamme


Le choix de l’automate est exigé par :
- La vitesse du processeur.
- La mémoire de travail.
- Nombres d’entrée et sortie Physique.
- Nombres de variables internes.
- Nombres de modules et de Rack supportés.
- Les ports intégrés de communication.
- Le prix.
Répondant à l’engagement de SIMATIC pour la TIA (Totaly integrated Automation), la gamme
de produit S7 315-2 PN/DP, 6ES7315-2EH14-0AB0 et le logiciel de programmation step 7, le
logiciel WinCC fournissent des outils qui nous permettent de créer des applications

Rapport du Projet de Fin d’étude 57


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

d’automatisation fort. Sa forme compacte, ses caractéristiques performantes qui satisfait les
besoins font de cet automate la solution idéale pour la commande de notre système.
Les caractéristiques de cet automate sont :
- Mémoire de travail 384 Ko; 0,05ms/kinst; port PROFINET; communication S7 (FB/FC
chargeables); PROFINET IO-Controller; accepte RT/IRT; interface PROFINET et 2
ports; PROFINET CBA; PROFINET CBA-Proxy; protocole de transport TCP/IP; port
MPI/DP combiné (MPI ou maître ou esclave DP); configuration multi rangée jusqu'à
32 modules; cycle de bus DP équidistant; routage; firmware V3.1.
- Nombre maximal de blocs chargeables (DB, FC, FB) est : 1024.
- 50 temporisateurs.
- 10 compteurs.
- Nombre maximum de chassis d’extension : 3.
- Nombre d’interfaces Industrial Ethernet : 1 ; 2 ports (commutateur) RJ45.
- Nombre d’interfaces RS 485 : 1 ; MPI/ Profibus DP combinés.
- Interface RS 485 intégrée avec une fonctionnalité (MPI, Maitre Profibus DP, Esclave
Profibus DP).
- Serveur web supporté avec un nombre de clients http qui peut atteindre jusqu’à 5.

Figure 14:S7 315-2 PN/DP, 6ES7315-2EH14-0AB0.

3.5. La configuration matérielle


La gamme S7 315 offre divers modules et cartes enfichables pour accroitre les capacités de la
CPU des E/S supplémentaire ou d’autres protocoles de communication.
On a procédé comme suivant :

Rapport du Projet de Fin d’étude 58


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Equipements Entrées TORs Sorties TORs Entrées Analogiques Sorties Analogiques


Total 46 61 27 36 14
30% 18,3 8,1 10,8 4,2
Total des E/S
+ 30% 79,3 35,1 46,8 18,2
nb. de cartes
/ E-S 2,478125 1,096875 5,85 2,275
Configuration 3 2 6 3
Tableau 14: Nombre de cartes E/S TOR et Analogiques.

Après avoir calculé le nombre des entrées et sorties physiques. On rajoute de plus un
pourcentage de 30% selon l’environnement de travail. Puisque ce dernier peut varier au cas où
on ajoute d’autres équipements ou d’autres instruments de mesures.
On a obtenu comme résultat :
-3 blocs d’entrées TORs (Module de 32 entrées digitales).
-2 blocs de sorties TORs (Module de 32 sorties digitales).
-6 blocs d’entrées Analogiques (Module de 8 entrées analogiques).
-3 blocs de sortie Analogiques (Modules de 8 sorties analogiques).
Dans notre cas, on a utilisé une configuration qui est la suivante :
3 racks avec une communication ET 200M :
- Un rack principal (maitre) : contient l’automate S7 315-2PN/DP.
- Un rack secondaire (esclave) : contient 3 x DI32, 2 x DO32, 3 x AI8.
- Un rack secondaire (esclave) : contient 3 x DI32, 3 x AO8.

Figure 15: Configuration matérielle de la station.

Rapport du Projet de Fin d’étude 59


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 16: Les liaisons avec l'automate.

3.6. Conclusion
Après avoir effectué une étude en passant par le choix de la technologie automate ainsi que
la gamme. On a pu configurer le matérielle qu’on aura besoin pour programmer notre station.
Nous avons aussi présenté le logiciel utilisé, à savoir le logiciel de programmation step 7 et le
logiciel de supervision WinCC flexible.
Dans le chapitre suivant, nous allons réaliser le programme de pilotage et son système de
supervision afin commander le contrôler l’installation.

Rapport du Projet de Fin d’étude 60


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Chapitre 4 :
Programmation de la station

4.1. Introduction.
4.2. L’adressage des entrées et sorties.
4.3. La création des FBs.
4.4. La création des FCs.
4.5. Configuration de la station pc.
4.6. Amélioration du système.
4.7. Chiffrage.
4.8. Conclusion.

Rapport du Projet de Fin d’étude 61


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.1. Introduction
Nous allons consacrer la totalité de ce chapitre à une description détaillé des étapes, que nous
avons suivi pour réaliser le programme de pilotage de l’unité chaudière. Pour ce faire, on va
commencer par la création des Fbs, et des Fcs. Puis, par la suite on terminera par la régulation
PID (Proportionnel Intégrateur Dérivée) indispensable pour réguler quelques équipements
selon le niveau.

4.2. L’adressage des entrées et sorties


Dans un premier temps, on a commencé par affecter les adresses de chaque entrée et sortie
physique.
Vous trouverez la liste des entrées et sorties dans l’annexe.

4.3. La création des FBs


Dans cette partie, on va détailler la création des blocs FBs. On distingue les blocs fonctionnels
du moteur simple, moteur à variateur de vitesse, convoyeur, vanne modulante :
4.3.1. Moteur simple
Pour le moteur simple, on a comme entrée physique vers l’automate : le défaut électrique,
l’arrêt d’urgence, le retour marche. Et comme sortie physique : l’ordre marche.
Grâce à ces entrées et sorties physiques, on peut avoir d’autre information à savoir : le défaut
discordance. Ce dernier nous permet de nous indiquer s’il s’agit d’une anomalie de la logique
de traitement du moteur à savoir :
Ordre marche =1, retour marche=0
Ordre marche=0, retour marche=1
Cependant, le cas où l’ordre marche n’est pas activé et le retour marche est activé. Il s’agit
certainement d’une commande locale et non pas à distance. C’est pour cette raison qu’on
ajoute la notion de distance et locale à travers une variable interne qui sera détaillé par la suite.
Pour programmer le bloc fonctionnel. On a déclaré une liste de variable d’entrée et de sortie
à l’intérieur du bloc (pour plus d’information la liste sera détaillé dans l’annexe).
On commence par :
- La confirmation automatique/manuelle :
Cette confirmation nous sera utile dans la supervision. Pour savoir si on manipule le moteur
automatiquement ou manuellement.

- La confirmation distance locale :

Rapport du Projet de Fin d’étude 62


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Cette confirmation nous sera utile dans la supervision. Pour savoir si la commande est
distance ou locale.

- La logique d’ordre distance locale :


On distingue deux commandes de moteur :
Une commande locale : consiste à commander le moteur localement dans le chantier à
l’aide des boutons poussoirs (Marche, arrêt, arrêt d’urgence).
Une commande distance : consiste à commander le moteur à distance depuis la salle
de contrôle (Supervision).

Locale 13

3 03 API

Marche KM 14

4 04

0
Di_Lo
1
A1

KM

A2

Figure 17: Le schéma électrique de la commande locale et distance.

Pour pouvoir commander le moteur en évitant les anomalies, on doit respecter des
temporisations. Pour passer de la commande à distance vers la commande locale, on doit
retarder ce passage de 2s (puisqu’il faut attendre que la bobine se désexcite pour pouvoir la
commander localement). Par contre, pour le cas inverse c’est immédiat.
Pour pouvoir programmer cette partie, on procède comme suivant :

Rapport du Projet de Fin d’étude 63


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

A l’intérieur du bloc, on a évité de faire appel à un temporisateur parmi les SFB. Afin de
minimiser la taille de la mémoire et de na pas consommer l’ensembles des temporisateurs dont
on dispose dans l’automate.
- Le traitement du défaut d’arrêt d’urgence :
L’entrée physique de l’arrêt d’urgence est un interrupteur fermé par défaut AU=1 (pas de
défaut), AU=0 (il existe un défaut arrêt d’urgence). De ce fait, on a fait appel à une variable de
recopie de donnée (Rau=0 pas de défaut) Rau=1 (il existe un défaut d’arrêt d’urgence).
L’acquittement du défaut est indispensable pour éviter les problèmes fugitifs.

Rapport du Projet de Fin d’étude 64


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

- Le traitement du défaut électrique :


C’est le même concept que le traitement ci-dessus.

- Le traitement du défaut discordance :


C’est un défaut qui est déclenché lorsqu’il s’agit d’une anomalie d’information. On cite le cas
suivant : Le retour marche RM=0 et l’ordre marche OM=1. Sauf qu’il faut accorder un retard de
2s pour que le moteur réceptionne l’ordre marche.

Rapport du Projet de Fin d’étude 65


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

- La logique d’ordre de marche :


L’ordre de marche n’est activé que si on satisfait plusieurs critères à savoir :
-le système doit être asservi.
-Ne pas avoir de défauts.

- Calcul du temps de marche :


Le temps de marche du moteur est indispensable pour fournir un rapport complet sur les
différents équipements depuis la station pc.
On a décidé de calculer le temps de marche en minute, on a procédé comme suivant :

Rapport du Projet de Fin d’étude 66


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

- L’état du moteur :
Pour connaitre l’état du moteur depuis la station pc. On a choisi une variable interne ANI
(animation). Elle nous sera très utile pour nous indiquer le mode de fonctionnement, on
distingue :
-ANI=1 : (couleur verte) Moteur en mode marche

Rapport du Projet de Fin d’étude 67


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

-ANI=2 : (couleur rouge) Moteur disponible en arrêt

-ANI=3 : (couleur jaune) Moteur en défaut

-ANI=4 (couleur grise) Moteur en arrêt en manque d’asservissement

Rapport du Projet de Fin d’étude 68


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.3.2. Moteur à variateur de vitesse


C’est le même principe du moteur simple. Sauf qu’on ajoute le traitement du défaut variateur
de vitesse :

4.3.3. Vanne modulante


En ce qui concerne la vanne modulante. Il n’y a que la logique d’ordre ouverture, le calcul du
temps d’ouverture, le traitement du défaut discordance au cas où la consigne d’ouverture n’est
pas similaire que celle de la recopie d’ouverture, et les animations.

4.4. La création des FCs


Après avoir déclaré les blocs fonctionnels. On va déclarer des variables internes pour pouvoir
les utilisées après. Par la suite, on va faire appel aux FCs. On a au total 78 Fcs. On les distingue
selon leur appartenance :
4.4.1. Moteur simple
On fait appel au bloc Fb moteur simple, et on affecte chaque entrée et sortie selon leur
correspondance :

Rapport du Projet de Fin d’étude 69


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Rapport du Projet de Fin d’étude 70


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.4.2. Moteur à variateur de vitesse


Dans ce cas, on fait appel au bloc variateur de vitesse. Et on ajoute le bloc unscale pour
convertir une donnée réelle en un signal 4-20 mA.

Rapport du Projet de Fin d’étude 71


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.4.3. Traitement de la consigne du capteur


Pour le traitement des données fournies par les capteurs. On utilise le bloc scale pour
convertir le signal 4-20 mA en une donnée réelle.

On a aussi ajouté deux autres indicateurs. Ces derniers vont déclencher une alarme une fois
on atteint les extrémités (très haut, très bas).

Rapport du Projet de Fin d’étude 72


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.4.4. La régulation PID


La régulation PID est indispensable pour notre système pour pouvoir réguler la consigne
d’ouverture de la vanne modulante et la consigne de vitesse de pompage d’eau selon le niveau
des ballons.
On a utilisé une méthode empirique pour ajuster les valeurs du gain K, Ti, Td. Ces paramètres
sont calculés à partir des essais expérimentaux sur le procédé (relevé de la réponse indicielle).
Et puisqu’on est dans un domaine industriel, cette méthode reste largement suffisante.

Temps Temps Erreur


de Dépassement de statique Stabilité
montée réponse
K Diminue Augmente Augmente Diminue Se dégrade
légèrement
Ti Diminue Augmente Augmente Forte Se dégrade
légèrement diminution
Td Diminue Diminue Diminue Changement S’améliore
légèrement minimal
Tableau 15: Ajustement des paramètres du régulateur PID.

On a fait appel à un bloc Cont_C réservé pour un contrôleur continue.

Rapport du Projet de Fin d’étude 73


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.5. Configuration de la station pc


Après avoir importé la liste des variables internes sur le projet WinCC depuis l’automate à
travers la liaison Ethernet. On a commencé par programmer la station de supervision avec un
écran de taille : 1280 x 1024.

Figure 18: La liaison Ethernet entre la station pc et l'automate.

Rapport du Projet de Fin d’étude 74


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.5.1. Les différentes vues


La partie de supervision se décompose principalement sur 4 vues :
-La vue principale appelée HOME permet de visionner et piloter le système entier de
l’unité chaudière avec tous les équipements.

Figure 19: La vue principale (HOME).

Chaque équipement avec des couleurs spécifique, on distingue :


- Vert : En mode marche.
- Rouge : En arrêt.
- Gris : En manque d’asservissement.
- Jaune : En défaut.
Grace à la méthode de visibilité, on a aussi la possibilité de commander chaque équipement en
cliquant dessus à l’aide d’une interface :

Rapport du Projet de Fin d’étude 75


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 20: L'interface de commande des moteurs simples et à variateur de vitesse.

Figure 21: L'interface de commande de la vanne.

-La vue secondaire appelée Acétylène a pour rôle de piloter le bombardement acétylène.

Figure 22: La vue secondaire (Acétylène).

-La vue secondaire appelée Mot/Vanne permet d’afficher l’état actuel ainsi que le temps
de marche de chaque moteur et le temps d’ouverture de chaque vanne.

Rapport du Projet de Fin d’étude 76


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 23: La vue secondaire (Mot/Van).

-La vue secondaire appelée Courbes permet d’afficher l’historique de chaque capteur
sous forme de courbe.

Figure 24: La vue secondaire(Courbes).

Rapport du Projet de Fin d’étude 77


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Figure 25: Navigation dans la vue des courbes.

Il y a aussi une barre d’affichage en commun en dessous de chaque vue. Pour que le
superviseur puisse naviguer dans les pages en ayant une vision globale sur les alarmes.

1
3
4 2
5
Figure 26: L'historique des alarmes.

1- La navigation des différentes vues.


2- La sortie de la supervision.
3- Impression de la vue activée.
4- Génération du journal des alarmes et de tous les défauts. Avec accès seulement aux
administrateurs :

Figure 27: Accès administrateur.

5- L’affichage de toutes les alarmes.


Le bouton acquitter : est utilisé pour acquitter chaque problème réceptionné

Figure 28: Bouton acquitter.

Rapport du Projet de Fin d’étude 78


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

4.5.2. Simulation
Après avoir programmé la station pc. On a procédé à la phase de test de chaque équipement
en forçant les entrées physiques des défauts ainsi que le retour de marche.
On a aussi simulé le fonctionnement du pupitre qui se situe dans la salle de contrôle contenant
que des boutons poussoirs et des voyants.

Figure 29: Simulation du pupitre.

4.6. Amélioration du système


Parmi les pannes les plus fréquentes dans l’unité chaudière :
- Les fuites de vapeur au niveau des joints.
- Le bouchage des sas.
Pour y remédier l’équipe profite d’un arrêt court programmé pour changer les joints.
Par contre concernant le bouchage des sas. L’intervention est manuelle. Donc, pour cela on a
décidé de prévoir le bouchage avant que cela ne puisse bloquer les machines en ajoutant des
capteurs de courant (Tcs) et en suivant l’évolution des capteurs.

4.7. Chiffrage

Prix
Articles Quantité Prix total
unitaire
Articles réservés pour la supervision
Ordinateur : PC bureau (4 GO RAM, i5, 500 Go stockage, avec
1 9 360 9 360
licence Windows 7) / Ecran (24 p, 1280x1024)
Step 7 version 5.5 1 20 600 20 600
WinCC flexible RT 1 13 900 13 900
Cable Ethernet RJ45 1 300 300
Articles réservés pour les équipements des automates
Rack S7 châssis de base 1 450 450
S7 300 CPU 315 1 19 000 19 000
Power Supply PS 307 3 470 1 410

Rapport du Projet de Fin d’étude 79


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Carte mémoire 512 Ko 1 1 785 1 785


Rack d’extension S7 2 450 900
Carte entrée TOR (32 bits) 3 3 200 9 600
Carte sortie TOR (32 bits) 2 4 400 8 800
Carte 8EANA (technique 4 fils) 6 5 600 33 600
Carte 8EANA (technique 2 fils) 3 7 200 21 600
Carte 8SANA 3 4 700 14 100
Connecteur Automate Profibus 3 465 1 395
Alimentation Sitop Power 10 A 1 2 670 2 670
Coupleur pour ET 200M 2 2 619 5 238
Relais 64 88 5 632
Cable Profibus
Armoire Automate
Armoire 1 10 140 10 140
Jeu de panneaux latéraux 1 1 000 1 000
Ventilateur de toit 1 1 600 1 600
Filtre + Thermostat 1 417 417
Barre de cuivre pour mise à la terre 1 510 510
C60N 1P 2A 220VAC 12 70 840
C60N 2P 2A 220VAC 2 170 340
C60N 2P 10A 220VAC 1 300 300
Répartiteur 220VAC 32A 2 84 168
Montant total 185 655
Tableau 16: Chiffrage des besoins pour le changement de l'automate obsolète de l'unité chaudière.

4.8. Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons décrit la programmation de l’unité chaudière, et la conception
de l’interface de commande et de supervision, cette dernière partie que nous avons enrichie
par des vues, qui permettent aux opérateurs de commander et contrôler l’état de chaque
équipement et l’installation de la chaudière, l’archivage des données pour un traitement
ultérieur, le contrôle d’accès aux données, la gestion des alarmes et la gestion de maintenance.
Finalement, nous avons fait une étude économique, qui détaille le coût d’investissement de
notre projet, ainsi que le gain qui sera apporté à la compagnie CTT.

Rapport du Projet de Fin d’étude 80


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Conclusion générale
Dans ce rapport, on a fait le point sur les travaux réalisés dans le cadre de notre projet de fin
d’étude. Il consiste à réaliser une étude, une automatisation, et une supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique au sein de la compagnie CTT (Compagnie de Tifnout
Tiranimine). Ce stage s’inscrit dans le souci de l’amélioration continue adopté par le groupe
MANAGEM, pour avoir une bonne gestion en temps réel et améliorer la fiabilité du système de
supervision de la chaudière.
La première partie du travail a été consacrée à l’étude critique de l’installation actuelle, ce qui
a permis d’identifier des problèmes rencontrés et de déterminer le besoin du système à
automatiser et à superviser.
La deuxième partie a été réservé à la présentation du projet à travers la description détaillée
de l’analyse fonctionnelle, la réalisation du schéma P&ID.
Enfin, après avoir déclaré la liste entière des équipements automatisés et à automatisés ainsi
que la liste des entrées et sorties de l’automate. On a commencé par programmer les blocs
fonctionnels qui nous serons très utile pour réaliser les blocs FCs. Par la suite, on a finalisé notre
travail par une nouvelle supervision détaillée ainsi que des propositions d’améliorations et un
chiffrage complet sur la nouvelle installation. Et nous avons achevé notre travail par une
simulation détaillé de chaque équipement.
Les perspectives de ce projet consistent à terminer le test dans un champ réel et valider les
résultats souhaités tout en espérant que la nouvelle installation sera d’une grande utilité.
Pour conclure, ce stage de projet de fin d’études au sein de la compagnie CTT, nous a été
d’une grande utilité tant sur le plan scientifique et technique que sur le plan relationnel. Par
conséquent, il consiste pour nous une étape importante dans le processus de formation
d’ingénieur en tant qu’un vrai tremplin vers la vie professionnelle.

Rapport du Projet de Fin d’étude 81


Etude, Automatisation et Supervision de l’unité
chaudière de l’usine d’acide sulfurique

Annexes
Grafcet.
Schéma P&ID.

Rapport du Projet de Fin d’étude 82