Vous êtes sur la page 1sur 54

- ----

SAIDA SAVITRI

IJJ
~
....
CIJ
....:1
:$
~ 1
L'ISLAM DEVANT LE
....:1

~ NATIONAL SOCIALISME
~
z
IJJ
....:1

~
~
IJJ
Cl

~
....:1
,...
CIJ
';...J
-~---

SAIDA SAVITRI

flUAM
DEVANT LE
NATIONAL-SOCIALISME

L'HOMME LIBRE
.~-

PREfACE

ous ne connaissons finalement que peu de chose


concernant Saïda SAVITRI, qu'il convient de ne pas
confondre avec Savitri Devi, plus connue sous le quali-
ficatif de « Prêtresse de Hitler».
Saïda Savitri est l'auteur d'un ouvrage « L'Islam et les Temps
modernes », qui se propose d'analyser « les causes profondes de
la décadence» du monde musulman, et d'un court essai intitulé
« L'Islam devant le National-socialisme ».
Ce texte se présente comme une mise en parallèle de certains
versets du Coran et de citations d'Adolf Hitler, dans le but de
mettre en évidence une convergence idéologique. Car à y bien
réfléchir, c'est bien plus d'idéologie que de spiritualité dont il
s'agit.
Saïda Savitri expose d'ailleurs clairement, dès les premières
pages, ses intentions:
« Les principes immuables du Coran seront notre base. Ceux de
DÉPÔT LÉGAL 2006.
notre organisation devront être inspirés par l'Occident, puisque
ISBN: 2-912104-49-l.
notre long sommeil nous rejette à plusieurs siècles en arrière.
26 RUE DES RIGOLES 75020 PARIS.
Nous n'avons pas, et je ne le répéterai jamais assez, à faire table
CATALOGUE DISPONIBLE SUR DEMANDE
rase de notre génie héréditaire et à copier servilement telle ou telle

l
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

nation, mais simplement à accorder notre rythme régénéré au 'Abduh, alors son disciple, à la publication de périodiques isla-
rythme moderne. » (L'Islam devant le National-Socialisme miques réformistes. Son rôle est considérable dans l'éveil des
page II). élites musulmanes en faveur de la nécessité des réformes.
Un tel point de vue se situe aux antipodes de l'Islam tradi-
tionnel mais s'inscrit pleinement dans la logique du mouve- L'ISLAMISME REVOLUTIONNAIRE « FONDAMENTALISTE»
ment de la renaissance islamique (Nahdah), qui fit son appari-
tion au XIX e siècle, à la suite de la rencontre du monde L'année 1929 voit le passage du « réformisme islamique » à
musulman avec l'Occident colonisateur. 1'« islamisme révolntionnaire » appelé à tort par les
Occidentaux « fondamentalisme », terme créé initialement
LE MOUVEMENT DE LA RENAISSANCE ISLAMIQUE pour caractériser la tendance conservatrice de certains milieux
protestants, notamment aux Etats-Unis, qui prônaient une
Face à la volonté clairement affirmée par les puissances occi- interprétation strictement littérale de l'Ecriture.
dentales chrétiennes de soumettre totalement le monde musul- Cette année 1929 voit donc la fondation, en Egypte par
man, la résistance à la colonisation est principalement structu- Hassan al-Bannâ, du mouvement des Frères musulmans (al-
rée par les confréries soufies. (L'Emir Abd al-Kader en Algérie, Ikwân al-Muslimûn). Très rapidement cette organisation
Chamil dans le Caucase). Les colonisateurs ont alors recours à compte plus de 2 millions de membres.
une politique de terreur pour en venir à bout. De fait, tout croyant, qui entend respecter le plus scrupnleu-
Les Etats constitués, eux, ne mènent que des combats d'ar- seme nt possible sa tradition, pourrait être considéré comme
rière-garde, sans grande conviction, et concluent à la nécessité fondamentaliste, dans le sens où il en préserve les fondements
d'entreprendre de profondes réformes. doctrinaux.
Dans un premier temps, il ne s'agit que d'importer des Mais le phénomène contemporain baptisé de ce nom est loin
« techniques» tont en préservant le caractère islamique de la de n'être qu'un simple retour, an demeurant illusoire, à l'Islam
société. Mais cela se révèle rapidement insuffisant. des « pieux ancêtres » en tant que tel. Ce que l'on nomme
Le projet des réformateurs reprend alors le discours civilisa- improprement « fondamentalisme» n'est pas un Islam qui
teur européen et affirme la nécessité de rattraper l'Europe. aurait été familier à al-Ghazâlî (1058-1111) ou à AM Hanifah
Prenant pour modèle la Réforme protestante, ils entreprennent (700-767), ni même à Ibn Taymiyyah (1263-1328), pourtant
un gigantesque travail d'assimilation destiné à concilier considéré comme un modèle par de nombreux « fondamenta-
Tradition et Modernité. Les grands noms de ce mouvement sont listes» .
Muhammad 'Abduh (1849-1905) qui s'attache à réformer Le terme utilisé en arabe pour désigner ce courant n'est
l'Islam et à le corriger par la raison, et Jamâl ad -Dîn al-Afghâni d'ailleurs pas« fondamentalisme» mais « extrémisme» (mutat
(1838-1897) né en Iran, agitateur politiqne, réformiste et moder- arifîn).
niste, qui combat l'impérialisme britannique en Inde et en La politique s'est souvent abritée derrière une façade reli-
Egypte. Ce dernier collabore un certain temps avec Muhammad gieuse, dans le monde musulman comme ailleurs, et des chefs

9
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

ambitieux ont su instrumentaliser la religion pour asseoir les truction sous la forme d'une utopie politique sans dimension
bases de leur pouvoir. spirituelle.
Deux comportements sont tout à fait caractéristiques des Il semble être avant tout une réaction de défense à ce qui est
mouvements islamistes révolutionnaires « fondamenta- perçu comme une agression venant de l'étranger, en l'occur-
listes » : suivant les préceptes du réformateur moderne Sayyid rence du colonialisme européen.
Abû-l'Ala Mawdoudi (1903-1979), ils sont farouchement
partisans du port du voile par toutes les femmes, ce qui prend Ce qui caractérise sans doute le plus l'Islamisme révolution-
souvent un caractère obsessionnel, tout en pouvant être naire « fondamentaliste », c'est sa volonté de concilier le
beaucoup plus laxistes sur d'autres aspects de l'authentique modernisme, avec ses tendances matérialistes et laïques, avec
Tradition musulmane, ils stigmatisent tous ceux qui ne par- un conservatisme religieux coupé de la Tradition islamique et
tagent pas leurs points de vue, les considérant comme des de tout processus organique.
impies ou comme des incroyants, ce qui les autorise à les atta- Ses fondateurs n'appartiennent d'ailleurs pas à une catégorie
quer, les armes à la main, souvent pour le pillage, et de de penseurs homogène, en accord sur une doctrine commune.
contourner ainsi l'interdiction théologique de la guerre entre Ils sont plutôt l'expression de forces composites et contradic-
musulmans. Cette tendance s'est non seulement poursuivie toires.
jusqu'à nos jours, mais s'est amplifiée jusqu'à déclarer la Ils se réfèrent bien sûr aux précurseurs du réformisme
« guerre sainte» dans des circonstances où celle-ci est impos- musulman, Sayyid Ahmad Khan (1817-1898) en Inde, Jamâl
sible du point de vue du droit islamique, mais ce qui permet ad-din al-Afghani (1838-1897), et Muhammad 'Abduh (1849-
de justifier n'importe quelle agression, au mépris des lois isla- 1905).
miques de la guerre. Ils ont pour noms Hasan al-Bannâ (1906-1949) en Egypte,
Tous ces mouvements avaient initialement un fort contenu fondateur des Frères musulmans, Muhammad Iqbal (1873-
religieux. Ce qui n'est plus vraiment le cas pour le « fondamen- 1938), philosophe pakistanais qui combinait certains aspects de
talisme » islamiste que nous connaissons aujourd'hui. la philosophie moderne européenne, entièrement laïque et
L'Islam, en tant que tradition spirituelle, s'est trouvé rem- humaniste, avec sa vision du monde et de l'Islam, et Sayyid
placé par 1'« islam-idéologie », une véritable parodie de l'Islam Abû-l-'Ala Mawdoudi (1903-1979), penseur pakistanais qui
traditionnel. exerça une influence considérable, partisan d'un conservatisme
Ce phénomène peut prendre parfois la forme d'une « démo- autoritaire couplé avec un dynamisme moderne.
cratie de base» mais aussi celle d'un pouvoir confisqué par une Enfin, le Wahhabisme, cette secte hétérodoxe politico-reli-
catégorie de faux savants revendiquant l'autorité religieuse, ou gieuse' fondée au XVIIIe siècle en Arabie et qui passa en 1744 un
encore celle d'un islam proposant des perspectives écono- pacte avec la famille des Âl-Sa'ûd, joua un rôle particulièrement
miques au demeurant peu claires. important dans la formation de l'idéologie « fondamentaliste »
Ce « fondamentalisme» islamiste s'est implanté principale- ou « islamiste », principalement après l'arrivée au pouvoir des
ment dans les masses populaires les plus pauvres et sans ins- Âl-Sa'ûd en 1932, avec l'appui des anglos-saxons.

10 11
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

La nature hétéroclite de l'Islamisme révolutionnaire « fon- Charles-André GlUS, dans un essai intitulé L'intégrité isla-
damentaliste » se manifeste très clairement à la lecture de la des- mique. Ni intégrisme, ni intégration, paru aux Editions Albouraq
cription des Frères Musulmans qu'en fait Hasan al-Bannâ: en 2004, fait justement remarquer:
« Un mouvement sunnite (orthodoxe) de Salafîyyah (partie « Pour commencer, la conquête du pouvoir implique de nos

prenante du mouvement de restauration réformiste né un siècle jours que l'on s'organise en parti et que l'on adopte les méthodes
auparavant et tendant à ce qui était faussement perçu comme profanes de la vie partisane, qui sont aux antipodes de l'universa-
l'Islam des origines, des pieux ancêtres), une vérité soufie (c'est-à- lité islamique. En cas de victoire, c'est pire encore. Comment pré-
dire une voie ésotérique, on croit rêver en lisant cela), une organi- server l'intégrité de l'Islam dans la gestion d'un Etat moderne,
sation politique, un groupe d'athlètes aguerris, une union cultu- qu'il se proclame lui-même islamique ou non? En tous domaines,
relle et éducationnelle, une société économique et un idéal social. » c'est l'impasse et les contradictions. Tout d'abord, il n'y a pas
Il est clair, au vu de cet inventaire disparate que le principe d'Etat sans territoire. Un des dogmes du modernisme politique est
directeur de l'Islamisme révolutionnaire « fondamentaliste » ne le maintien de l'intégrité territoriale génératrice d'innombrables
peut être que la prise du pouvoir, sanctifiée par la vertu et la conflits, aussi puérils que dangereux. Ce ne sont plus les « Droits
religion, y compris par le recours au terrorisme. du Ciel» qu'il faut préserver, ni même ceux de la Terre, mais ceux
Une telle perspective, qui s'apparente à celle exprimée par qui découlent de divisions territoriales absurdes et arbitraires, ce
Saïda SAVRITI, est, en réalité, tout à fait étrangère à l'Islam tra- qui est particulièrement flagrant quand celles-ci ont été établies
ditionnel. par la colonisation. Un Etat islamique est, par essence, un Etat
De fait, l'Islamisme révolutionnaire « fondamentaliste » universel, c'est-à-dire un Etat sans frontières. A l'inverse, un Etat
n'est qu'un vecteur d'illusions, qui ne s'oppose au monde dont le territoire est défini par des frontières ne peut prétendre être
moderne qu'en apparence. un Etat islamique. Que dire, en outre, de l'idée de nation qui, par
Partant du principe que la communauté islamique ne peut les séparations et les passions qu'elle engendre, demeure un des
être dirigée que par des musulmans, il cherche à s'emparer du pires instruments de la subversion contemporaine. »
pouvoir par des moyens politiques. Les partisans de cette idéo- Après avoir examiné les domaines économiques (question
logie espèrent ainsi assurer la pratique de l'Islam dans les pays du prêt à intérêt), militaires (question des rapports de forces
qu'ils contrôlent et établir des têtes de pont dans le monde dans internationaux défavorables au monde musulman) et culturel
le but de défendre les intérêts des musulmans où qu'ils se trou- (la transformation de l'art en pseudo-religion), il en conclut:
vent et préparer ainsi une expansion progressive de l'Islam. A y « Ces quelques exemples montrent l'impossibilité de gouverner
bien regarder, ceci relève de l'illusion pure et simple. un Etat moderne de manière traditionnelle. Les intégristes qui
En effet, pour que l'Islamisme révolutionnaire et « fonda- acceptent des compromis dans tous ces domaines ne sont pas qua-
mentaliste » atteigne le but qu'il s'est fixé, il faudrait que ses lifiés pour représenter l'intégrité islamique. En définitive, les posi-
adeptes ne soient pas eux-mêmes, consciemment ou incons- tions apparemment incompatibles de l'intégration et de l'inté-
ciemment, corrompus par les conceptions an ti-traditionnelles grisme sont plus proches qu'il n'y paraît: la première accepte la
du monde moderne. domination du monde moderne de manière directe, la seconde de

12 13
L'ISLAM DEVANT LE NATlONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

manière indirecte, c'est-à-dire par l'intermédiaire de musulmans ner, malgré tout, au lecteur du texte de Saïda Savriti quelques
dont la mentalité est affectée par le modernisme et qui, contraire- points de repères. Nous avons d'ailleurs mis en annexe, à cet
ment à ce qu'ils prétendent, ne peuvent parler au nom de l'Islam. effet, la traduction de trois documents extraits du livre de
L'instauration d'un ordre traditionnel inspiré par l'intégrité Carlos Cabalero Jurando: La Espeda del Islam, Volontarios
islamique implique nécessairement le rétablissement du califat arabes en la Wehrmacht, Editions Garcia Hispan Editor,
extérieur; c'est d'ailleurs pourquoi le Madhî est appelé « le dernier deuxième édition, 1999.
des califes ». Son investiture, on ne le soulignera jamais assez, ne La première constatation, qu'il est possible de faire au vu de
sera pas le résultat d'une politique humaine, mais bien d'une différents témoignages, notamment ceux de Léon Degrelle et
intervention et d'une élection divines ». des Bormann-Vermerke, est celle des appréciations très favo-
Or comme toute tradition spirituelle authentique, l'Islam a rables d'Adolf Hitler à l'égard de l'Islam. (Annexe n° 1: Le
en horreur les révolutions qui sont autant de révoltes contre Führer et l'Islam. Idéologie et stratégie.)
tout ordre traditionnel. La seconde, dans le droit fil de l'attitude « islamophile »
Les théoriciens de l'Islamisme révolutionnaire « fondamen- d'Adolf Hitler, a trait au mouvement de sympathie que mani-
taliste » ignorent tout des grands principes de la métaphysique, festèrent les milieux nationaux-socialistes à l'égard de l'Islam et,
notamment ceux qui concernent les lois cycliques. Ils sont qui se traduisit, dans les années trente, par de nombreuses
aveuglés pal' l'illusion de pouvoir bloquer la marche normale conversions d'Allemands.
du cycle en cours, qui doit aller à sa fin, avec pour corollaire la En novembre 1938, un journal français, L'Univers, faisant
manifestation des tendances les plus inférieures et à propre- référence à un article paru dans Der Arbeitsmann, écrit:
ment parler infernales de la Possibilité U niverselle 1• « L'essentiel de l'article consiste à faire l'éloge du concept islamique
de fatum, comme conception exemplaire de l'idée du destin, et
LES MUSULMANS DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME' dans l'opposition d'une telle conception au christianisme craintif
et efféminé »,
Traiter, de la façon la plus exhaustive possible, des rapports Citant l'hebdomadaire berlinois Fridéricus, la revue française
du monde musulman et du Ille Reich demanderait un travail note que « le nombre de conversions à L'islam ne cesse d'augmen-
approfondi à partir des sources pouvant être désormais à notre ter en Allemagne ».
disposition. Dans le cadre, forcément limité de cette préface, Fridéricus attribue ce succès de l'Islam dans le Troisième
nous nous contenterons de survoler cette question afin de don- Reich au fait que l'Islam « proclame des principes vitaux d'une
éthique assez élevée, à laquelle il est très possible de se conformer ».
1.-- Lire à ce sujet: René Guenon, La crise du monde moderne, Folio-
Harmonisant les idées de justice et de miséricorde, poursuit
Essais n° 250, avril 1994 et Julius Evola, Révolte contre le monde moderne,
Bibliothèque de l'âge d'homme, 1991. Fridéricus, l'Islam s'impose comme une religion active, supé-
2.- Nous avons notamment utilisé, pour la rédaction de cette partie, la rieure au Christianisme et à sa « charité ", raison pour laquelle
brochure écrite par Claudio Mutti, Le Nazisme et l'Islam, Editions Ars c' « est surtout l'homme nordique qui se sent attiré vers cette foi
Magna, avril 2004. libératrice et vers cette idée ».

l 14 15
-p
r L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Et L'Univers de conclure ainsi son article: « Les Autrichiens Pour Saïda Savriti, l'Allemagne nationale-socialiste est la
rendus au Reich doivent apprendre que dans leur nouvelle capi- seule nation dont le monde musulman n'a à craindre ni cor-
tale, les sphères dirigeantes préfèrent la religion de Mahomet au ruptions, ni contaminations.
christianisme et que cette religion voit croître le nombre de ses Elle considère enfin que les théories nationales-socialistes
adhérents dans les registres officiels, tandis que la propagande en présentent une série de points communs avec la doctrine isla-
faveur de l'abandon des églises chrétiennes s'étend toujours plus! ». mique. En ce qui concerne le refus de l'athéisme, du matéria-
n est incontestable que le monde musulman éprouva de la lisme, du marxisme et de la démocratie par exemple, cela ne fait
sympathie pour l'Allemagne nationale-socialiste et ceci princi- aucun doute. Mais des concepts, tels que ceux du racisme
palement en fonction d'une communauté d'intérêts (nationa- « zoologique », étroitement biologique, dans le droit fil des
lisme albanais et bosniaque dans les Balkans, menace que faisait théories de Darwin, de nation dans le sens moderne du terme,
peser sur la Palestine la politique sioniste d'immigration sau- a fortiori de nationalisme, sont parfaitement incompatibles
vage" montée en puissance du nationalisme, volonté de se libé- avec l'Islam ainsi qu'avec toute doctrine traditionnelle. Parler
rer du joug de la colonisation en Inde, au Moyen-orient et au de « race musulmane », « d'ensemble philosophique, déiste et
Maghreb), cependant non dénuées d'ambiguïtés de la part de social créé par Mahomet » ou écrire que « ces deux révolutions
l'Allemagne qui, dans un premier temps, chercha à ménager les (nationale-socialiste et islamique!) se fondèrent sur un socia-
puissances coloniales qui étaient la France et l'Angleterre. lisme résolu ... » n'est guère sérieux et ne témoignent pas en
(Annexe nO 2: Les Musulmans devant le Nazisme.) faveur d'une grande connaissance de l'Islam traditionnel de la
L'essai « L'Islam devant le national-socialisme » de Saïda part de leur auteur.
Savriti constitue un témoignage de cette confiance qu'une par- La personnalité musulmane, qui s'engage le plus résolument
tie du monde musulman accorda à l'Allemagne nationale- aux côtés des forces de l'Axe, est incontestablement le Grand
socialiste et à son combat. Mufti de Jérusalem al-Hâj Muhammad Amin al-Hussaynî.
L'auteur considère le me Reich comme un instrument de la Né en 1897, à Jérusalem, issu d'une famille descendant du
Volonté divine, destiné à abattre la civilisation matérialiste et Prophète qui aurait occupé depuis deux siècles la charge de Mufti
encourage pour cela les musulmans à ne pas laisser échapper dans la troisième ville sainte de l'Islam, Hadj Amin al-Hussayni
pareille occasion. fait d'abord ses études en Palestine avant d'intégrer, à l'âge de 17
ans, la prestigieuse université islamique al-Azhar au Caire.
3.- L'article de L'Univers, intitulé « Les adorateurs de l'Islam », est paru
En Egypte, il fréquente le mouvement anti-britannique dont
dans le numéro de novembre 1938. On le trouve cité dans Marie-France James,
il devient un animateur et un organisateur. A la fin de la pre-
Esotérisme et Christianisme autour de René Guenon, Paris, 1981, p. 383.
mière guerre mondiale, il s'affirme comme l'inspirateur de la
4.- Entre 1933 et 1936, 164267 immigrants juifs arrivèrent en Palestine,
dont 61854 au cours de la seule année 1935. La minorité juive se développa lutte des Palestiniens contre l'invasion sioniste et l'occupation
jusqu'à passer d'une proportion de 18 % de la population en 1931, à 29,9 % anglaise.
en décembre 1935, de sorte que les sionistes purent envisager qu'ils consti- Pourchassé par la police militaire britannique, il se réfugie
tueraient la majorité de la population dans un futur assez proche. en Transjordanie, où, condamné par contumace à dix ans de

16 17
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

prison, il poursuit son action en organisant l'approvisionne- Hussaynî, des milliers de volontaires syriens, transjordaniens et
ment en armes des Palestiniens. palestiniens se joignent à leurs frères irakiens.
Devenu Grand Mufti de Jérusalem et Président du Conseil Malgré leur courage, les combattants arabes, appuyés par
suprême musulman, Hadj Amin Hussayni organise les soulève- l'aviation allemande et italienne, ne peuvent repousser les
ments de 1929 et de 1936 où les Palestiniens affrontent les occu- agresseurs britanniques qui disposent d'une supériorité maté-
pants anglo-sionistes. Son activité se déplace ensuite en Syrie rielle écrasante.
sous occupation française puis, en 1939, il gagne l'Irak où la Le grand Mufti Hadj Amîn al-Hussaynî, Rashîd al-Gailânî et
population lui réserve un accueil triomphal. ses ministres décident de se réfugier en Iran. Mais l'intervention
En Irak, le sentiment de sympathie pour l'Allemagne natio- anglo-soviétique du mois d'août, qui place sur le trône d'Iran
nale-socialiste est très vif. Des groupes militants sont très actifs. Muhammad Rezâ Shâh, les contraint à chercher refuge en
L'organisation al-Futuwwab envoie une délégation de 17 de ses Europe.
membres au Congrès de Nuremberg et son chef, Mahmûd Hadj Amîn al-Hussaynî, après avoir traversé le Proche-
Fadhil al-Janabi est reçu par Hitler. Orient et les Balkans atteint l'Italie. De Rome, il appelle les
Le 21 mars 1940, suite à un coup d'Etat auquel participe peuples musulmans à soutenir l'Axe. Il rejoint enfin
Khayrallah Toufah, oncle et père adoptif de Saddam Hussein, l'Allemagne où il est reçu le 20 novembre 1941 par le Ministre
un nouveau gouvernement présidé par Rashîd al-Gailânî s'ins- allemand des Affaires étrangères, Joachim von Ribbentrop. Le
talle à Damas et manifeste son souhait de rester neutre dans le 28 novembre 1941, il rencontre Adolf Hitler, que Rashîd al-
conflit qui vient d'éclater en Europe. Londres somme le gou- Gailânî avait déjà rencontré en mars 1941. (Annexe na 3:
vernement irakien de rompre ses relations diplomatiques avec Procès-verbal de la rencontre Hitler/al-Hussaynî).
Rome et Berlin, mais appuyé par Hadj Amîn al-Hussaynî, Il intervient sur les ondes de la Deutscher Rundkunft qui
Rashid al-Gailânî refuse. émet en lange arabe. Il y déclare que la victoire de l'Allemagne
En janvier 1941, Hadj Amin al-Hussaynî écrit à Hitler: « Les ne signifierait pas seulement la libération de la Palestine, mais
chaleureuses sympathies que les Arabes nourrissent à l'égard de de tout le monde arabe, jusqu'au Maroc.
l'Axe sont et seront déterminantes. » Le Führer lui répond: Sur cette base, la politique étrangère allemande, qui jusque-
« L'Allemagne nationale-socialiste reconnaît la totale indépen- là tenait compte de la présence coloniale française en Afrique,
dance des nations arabes et pour celles qui ne l'ont pas obtenue, va se réorienter.
reconnaît le plein droit à l'obtenir. Les Allemands et les Arabes ont A l'occasion de la Fête de l'Aïd al-Kabîr, Hadj Amin al-
comme ennemis communs les Anglais et les Juifs. » H ussaynî déclare dans un discours à la Radio allemande:
En avril et mai 1941, les Anglais attaquent l'Irak qui se mobi-
lise pour repousser l'agression. Les organisations soufies sont « Aujourd'hui le monde musulman se trouve davantage devant
au premier rang de la résistance. Naqshbandiyya et Qâdiriyya le problème de la lutte pour l'indépendance. Seul un effort sans
donnent l'exemple et entraînent derrière elles de larges secteurs limites et un sacrifice généreux justifient la liberté de l'existence.
de la population. A l'appel du Grand Mufti Hadj Amîn al- Aux ennemis qui ont tout fait pour humilier les Arabes et assujet-

l 18 19
L'ISLAM DEVANT LE NATIONALaSOCIALISME SAIDA SAVITRI

tir l'Islam, il faut opposer le maximum de résistance. Parmi les Durant tout le cours de la seconde guerre mondiale, l'activité
éternels ennemis de l'Islam et des Arabes il y a, en premier lieu, les du Grand Mufti Hadj AmÎn al-Hussaynî est très importante.
JUifS; ceux-ci s'opposent à l'Islam depuis ses débuts et afin de réa- Sans cesse, il appelle les peuples arabes à soutenir de toutes
liser leur dessein d'hégémonie mondiale, ils ont déchaîné contre les leurs forces l'effort de guerre de l'axe contre leurs ennemis
peuples une guerre' qui décidera de leur existence même. Les Juifs communs. Il exhorte aussi les musulmans du sous-continent
veulent, en outre, contraindre le peuple arabe à affronter cette indien à se dresser contre l'impérialisme britannique. C'est lui
lutte pour son existence, tentant, avec tous les moyens suggérés qui suggère à Subhas Chandra Bose d'organiser une Légion
chez eux par la haine de notre peuple, d'expulser et d'exterminer indienne pour combattre aux côtés de l'Axe. Ayant obtenu la
la population arabe de Palestine, qui est aussi la Terre Sainte pour libération de nombreux Arabes, capturés sous l'uniforme
l'Islam. anglo-français, il les pousse à s'engager dans la Légion arabe
Déjà, jadis, le chef sioniste Chaim Weissmamm a déclaré libre, qui participe aux combats sur le front oriental.
qu'un jour l'Afrique du Nord serait un pont entre les deux prin- En avril 1943, Hadj Amîn al-Hussaynî se rend en Croatie
cipaux centres juifs: New York et Jérusalem. Les Etats-Unis et la pour y inciter les musulmans à s'engager dans les rangs de la
Grande-Bretagne appuient de toutes leurs forces les desseins juifs, Kroatische SS-Freiwilligen-Division, créée au mois de février. La
étouffant par la terreur, par le sang et le feu, toutes les protesta- division, forte d'environ 20000 Bosniaques renforcés par
tions des Arabes et des Musulmans. D'une extrémité à l'autre du quelques centaines d'Albanais, effectue sa période d'entraîne-
monde islamique 400 millions de musulmans subissent la domi- ment en France, près du Puy-en-Velay, en Auvergne, sous les
nation des puissances alliées, auxquelles s'unit d'ailleurs le bol- ordres du SS-Obersturmbannführer Husein-Beg Biscevic.
chevisme athée et destructeur, lequel opprime cruellement 40 mil- Le 6 août 1943, Adolf Hitler promulgue les dispositions sui-
lions de musulmans. Lieux de prière et mosquées ont été détruits, vantes:
des personnalités ont été sauvagement assassinées. Ainsi, la poli-
« On doit garantir à tous les membres musulmans de la Waffen-
tique anglo-saxonne a fait de nombreuses victimes parmi les
SS et de la police, le droit indiscutable, prévu par leur religion, de
Musulmans: hommes, femmes, enfants. Tous ces frères, éliminés
ne pas manger de la viande de porc et de ne pas boire de boissons
dans l'intérêt du capitalisme judaïque en Palestine, en
alcoolisées. Il faudra leur garantir des menus équivalents. [. .. ] Je
Hadramout, en Irak, en Egypte et en Union Soviétique, ne seront
ne veux pas que, par la stupidité et l'étroitesse d'esprit de quelques
jamais oubliés, ni par les Arabes, ni pas les Musulmans. La guerre
individus isolés, un seul de ces héroïques volontaires ait à ressentir
actuelle déchaînée par les Juifs est l'occasion qui se présente aux
une gêne et à se croire privé des droits qui leur ont été assurés. [ ... ]
Musulmam pour se libérer de la persécution et de la terreur qui
J'ordonne que chaque infraction à ces dispositions soit punie sans la
plane continuellement sur la terre de leurs ancêtres. Que l'Aïd al-
moindre hésitation et qu'on m'en rende compte. 5 »
Kabîr rappelle à chacun de vous qu'il faut combattre dans cette
lutte pour la liberté avec un esprit de sacrifice toujours plus 5.- Roger James Bender et Hugh Page Taylor, Ulliform, Organisation
grand. »
and History of the Wa[[en-SS, Bender pub!., Mountain View, Ca1ifornia
1969-1971, pp.144-145.

20 21
- ....
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Son entraînement achevé, la division est transférée en civilisation où le monde patriarcal et tribal albanais ne pouvait
novembre 1943 en Silésie puis en Autriche. En février 1944, elle que s'opposer au front plouto-marxiste.
se trouve dans le nord de la Bosnie. Le nombre des volontaires Suite à la chute du fascisme et à la signature de l'armistice le
est si important qu'il faut créer une seconde division croate. 8 septembre 1943, les Albanais proclament leur indépendance
La première division reçoit, le 15 mai 1944, sa dénomination et se rangent aux côtés des troupes du Reich.
définitive de]3e Waffen-Gebirgs-Division der 55 « Handschar » Aux troupes régulières albanaises se joignent les volontaires
[/croatische n° 1]. du Kosovo, de nombreux nationalistes du Balli Kombetar, des
La seconde division est, quant à elle, la 23 e Waffen-Gebirgs- monarchistes du mouvement Legaliteli, diverses formations de
Division der 55 [kroatische n° 2J qui sera ensuite appelée « Kama ». guérilleros, des bataillons de fascistes albanais, les 7 000 Waffen-
En septembre, ces deux divisions croates sont regroupées 55 de la Division Skanderbeg sous le commandement de
dans le IXe Waffen-Gebirgs-Korps der 55, tandis que les éléments Mustafa Bey Frashëri. Au total près de 40000 combattants dont
albanais constituent alors la 21' Waffen-Gebirgs-Division der 55 probablement les deux tiers de musulmans.
« Skanderbeg » [albanishe n° 1]. Au Moyen-Orient, les sympathies des musulmans pour le
Mi-octobre 1944 est formé un régiment: le Rgt. Gr. ]3e 55- combat mené par l'Axe ne sont pas moindres.
Gebirgs-Division Handschar qui affronte les troupes soviétiques. Au Liban, apparaît en 1937 le PNSS7 qui préconise la consti-
La fin du mois de mars 1945 voit la rupture de la tution d'une « Grande Syrie» du Taurus à Suez et de la
Margarethe-Stellung entre la Drave et le Belaton. Les restes de la Méditerranée au désert. Ce parti, dont le fondateur est un chré-
Handschar continuent de combattre en Autriche jusqu'au 7 mai tien orthodoxe, Antûn Sa'âdah, adopte les signes extérieurs du
1945. Capturés par les Anglais, ils sont livrés aux partisans com- National-socialisme mais, bien que la majorité de ses militants
munistes de Tito et massacrés à Maribor, sur la Drave, au sud soit musulmane, prône la séparation de la religion et de l'Etat.
de la frontière autrichienne. Lors de l'invasion de la Syrie, en juin 1941, par les troupes
En Albanie, les raisons qui amènent les musulmans, après alliées, appuyées par des éléments sionistes, les forces du gou-
l'annexion de leur pays par l'Italie en 1939, à combattre aux vernement légal de Vichy comprennent en plus des troupes
côtés de l'Axe sont multiples 6 • françaises, huit bataillons syriens et trois bataillons libanais.
Les autorités fascistes italiennes avaient dû renoncer à leur e' est également en 1941 que le grec orthodoxe, Michel Aflak,
politique de latinisation et concéder aux Albanais une large diplômé d'histoire à la Sorbonne, fonde le « Comité syrien
autonomie culturelle et administrative, la campagne de d'aide à l'Irak libérée », noyau dur du futur parti « Baath », qui
Yougoslavie avait permis l'annexion du Kosovo par l'Albanie et luttera contre la présence française sur le sol arabe.
enfin la guerre prenait de plus en plus l'aspect d'un conflit de En Egypte, le puissant Parti Nationaliste Arabe constitue un
front anti-britannique avec les Frères musulmans et une grande

6.- Lire à ce sujet j'étude de Laurent Latruwe et Gordana Kostic, La 7.- Al-hizb as-sûri al-qawmi al-ijtimâ, dénomination traduite par Parti
Division Skanderbeg, Editions Godefroy de Bouillon, décembre 2004. national social syrien ou Parti populaire syrien.

22 21
F
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

partie des cadres de l'armée. Confiante dans l'avance des seignement et de sabotage. On trouve parmi eux Muhammad
troupes italo-allemandes, l'armée égyptienne n'intervient pas Sa'îd qui sera plus tard un des chefs militaires du FLN et
dans le conflit alors que dans tout le pays ont lieu de grandes ministre de l'Algérie indépendante.
manifestations populaires en faveur de Rommel. Les peuples musulmans de l'URSS fournissent eux aussi des
Les Anglais, qui occupent le pays, réagissent, imposent au troupes à la Waffen-S5: Tartares de Crimée, Caucasiens,
Roi Farouk un premier ministre pro-britannique et emprison- Kirghizes, Ouzbeks et autres groupes ethniques turco-orientaux,
nent près de 6000 Egyptiens suspectés de sympathies pour au total environ 50000 volontaires qui se trouvent incorporés
l'Axe. Cette répression n'empêche pas les « Chemises vertes » dans diverses unités: la « Hârûn al-Rashid », la « Turkestan» etc.
d'agir durant toute la durée du conflit en faveur du Reich. En Pendant l'été 1944, les unités, qui opèrent aux côtés des
1945, les Frères musulmans assassinent une haute personnalité troupes allemandes dans la plaine du Pô contre les partisans de
égyptienne qui s'était déclarée favorable de l'entrée en guerre de l'Emilie, sont composées de Turcs orientaux, surnommés les
l'Egypte contre l'Allemagne. « Mongols ».
En Afrique du Nord s, colonisée par les Français, fin 1942, Le 23 septembre 1943, avec l'approbation de Hadj Amîn al-
3000 volontaires majoritairement tunisiens forment les Hussaynî, Chandra Bose créé la « Légion indienne », qui
« Deutsche-Arabische Truppen ». On trouve de même: 300 regroupe 5 000 hommes, hindous, musulmans et sikhs.
musulmans et colons français regroupés dans la « Phalange afri- La « Indische Legion » constitue le premier noyau de l'Armée
caine », rattachée à la 334' division d'Infanterie de la nationale indienne, qui accueillera dans ses rangs en Asie,
Wehrmacht et un nombre indéterminé de volontaires agrégés à 30000 volontaires. La « Légion indienne» est intégrée ultérieu-
la MVSN italienne. rement dans la Waffen-SS sous le nom de « Freies Indien ».
Parmi les ressortissants originaires d'Algérie, environ 180 D'autres Indiens, hindous et musulmans combattent dans
volontaires sont regroupés dans une « Brigade nord-africaine » les rangs de la 18' SS Freiwilligen Panzer Grenadierdivision
qui est engagée dans le Sud-Ouest de la France contre les parti- « Horst Wessel ».
sans. En Asie musulmane, la sympathie pour l'Axe est là aussi
Un certain nombre de volontaires nord-africains combat- importante. D'autant plus que le ) apon impérial témoigne d'un
tent sur le Front de l'Est. D'autres continuent, après l'occupa- grand respect pour l'Islam, que ce soit en Malaisie où en
tion de l'Algérie par les gaullistes, de mener des actions de ren-
Indonésie.
Les Indonésiens accueillent d'ailleurs les Japonais comme
8.- Le Reich soutient en Algérie, le CARNA, Comité d'action révolu-
des libérateurs. Les dirigeants du Sarek Islam et des mouve-
tionnaire nord-africain de Yassine Abdel Rahmane, en contact avec le
ments nationalistes, emprisonnés par les Hollandais, sont libé-
consul allemand Pfeifer, au lVlaroc, l'Abwehr finance les mouvements
nationalistes d'Abdel Khaleq Torrès (Palii national des réformes) et de rés et collaborent avec l'Empire du Soleil Levant dans la pers-
Brahim el-Ouazzani (Istiqlal), en Tunisie, Rudolf Rahn ct le commandant pective de la « Grande Asie Orientale ».
Beisner soutiennent le mouvement de jeunesse destouriennc de Farid A Java, à Sumatra et à Boméo, une armée de volontaires musulmans,
Bourguiba. rassemblés au sein de la ligue « Masjumi », dont dépend l'organisation

24 25
r
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

paramilitaire « Hizbullâh », se prépare à repousser, aux côtés des avec l'Allemagne. En novembre, le secrétaire du roi sollicite
Japonais, toute tentative d'invasion alliée. l'établissement de relations diplomatiques auprès de l'ambassa-
Après la défaite du Japon, ce sont ces forces armées musul- deur allemand en Irak, Fritz Grobba. Ce dernier est accrédité en
manes qui rendront possible l'indépendance de leurs pays. septembre 1938 auprès de la cour saoudienne. Le roi Ibn Sa'ûd
L'Arabie Saoudite elle-même est tentée par un rapproche- souhaite que l'Allemagne l'aide à acquérir une indépendance
ment avec l'Allemagne. totale. Il demande discrètement au Reich son soutien, son ami-
De 1913 à 1924 un obscur chef de tribu du centre de tié et des armes en échange d'une neutralité bienveillante an cas
l'Arabie, le Najd, Ibn Sa'ûd, allié à la secte hétérodoxe et « fon- de conflit.
damentaliste » des Wahhabites, lance ses troupes à la conquête La guerre approchant, l'Allemagne cède aux demandes saou-
de la péninsule arabique. Bénéficiant de l'appui des Anglais, qui diennes. En juin 1939, Adolf Hitler et Joachim von Ribbentrop
souhaitent s'assurer le contrôle des champs pétrolifères, il assure l'ambassadeur extraordinaire saoudien de leur soutien.
devient roi du Hedjaz en 1927, et d'Arabie saoudite en 1932. Un crédit de 6 millions de Reichsmark est accordé au gouver-
Le partage, tout à fait artificiel, du Proche-Orient en une nement saoudien pour lui permettre l'acquisition d'une petite
douzaine d'Etats arabes concurrents par les Britanniques, qui usine à munitions, de la DCA, des chars légers et 4 000 fusils.
souhaitent ainsi asseoir leur domination, se fait au détriment Mais la guerre déclarée, ce programme est abandonné.
du roi légitime du Hedjaz, un Hachémite. Ce dernier reçoit en L'Arabie saoudite ne saurait s'opposer aux Anglo-Saxons, ceux-
compensation la Transjordanie et l'Irak. Le roi Ibn Sa'ûd est là mêmes qui ont porté au pouvoir le roi Ibn Sa'ûd. Elle rompt
alors particulièrement mécontent de voir le port d'Aqaba, sur la ses relations diplomatiques avec Berlin. Il est vrai qu'entre-
Mer rouge, rattaché à la Transjordanie, alors occupée par les temps du pétrole a été découvert, en 1938, à Dharan, et que le
Anglais. roi Ibn Sa'ûd en a concédé l'exploitation à la Standard Oil of
En Palestine, la politique britannique scandalise les Arabes. California! Ceci pouvant contribuer à expliquer cela.
Le rapport Peel, qui prévoit le partage du pays en trois zones L'Islam, en tant que religion, exerça incontestablement une
(arabe, juive, britannique), est jugé inacceptable. certaine influence sur des représentants de premier plan des
Le 1er juin 1937, un télégramme allemand, émanant du milieux politiques et culturels du me Reich.
Ministère des Affaires Etrangères du Reich, et destiné aux Deux exemples en sont une illustration.
diplomates allemands en poste dans la région, condamne le Le premier est fourni par la conversion de Ludwig Ferdinand
projet: Clauss (1891-1974). Ce chercheur en linguistique indo-euro-
« L'Allemagne ne soutiendrait jamais la création d'un Etat juif péenne et en philologie germanique élabora dans le domaine
dans la région (. .. J. Il servirait à doter le judaïsme international - racial une théorie « psycho-anthropologique » qui constitue
comme dans le cas du Vatican et du catholicisme - d'une base de une alternative à la conception étroitement biologique du
pouvoir sanctionnée par le droit international ». racisme moderne qui était celui du National-socialisme.
Au lendemain de la présentation du rapport Peel à la Société Clauss vécut de nombreuses années au milieu des popula-
des Nations, le roi Ibn Sa'ûd entreprend un rapprochement tions musulmanes du Moyen-Orient. Il publia une série d'ou-

26 27
,...
r
--

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

vrages destinés à faire connaître au public allemand, leur vie et Franz Barte! (Al-Hossein), adjoint au chef de la Gestapo de
leurs coutumes: Ais Beduine unter Beduinen (1931), Semiten der Kattowitce; en 1959, collabore à la Section juive du Ministère
Wüste unter sich (1937) et Araber des Ostens (1943). Egyptien de l'Information.
A la fin de la seconde guerre mondiale de nombreux mili- Wilhem Berner (Alî ben Keshir) , SS-Untersturmführer,
tants nationaux-socialistes embrassèrent l'Islam et exercèrent dépend du Ministère de l'Intérieur Egyptien, instructeur mili-
des responsabilités auprès de certains gouvernements arabes, en taire du Front de Libération de la Palestine.
Irak, en Syrie et particulièrement en Egypte. Wilhem Boeckler (Abd al-Karim), SS-Untersturmführer; en
Le second exemple est celui de Johann von Leers. Dirigeant du Egypte depuis 1949, collabore au Département Israël du
Parti national-socialiste fin 1929, colonel SS, rédacteur de Der Ministère Egyptien de l'Information.
Angriff, auteur de nombreuses études d'anthropologie, ce profes- Aloïs Brunner (Alî Muhammad), membre du Sicherdienst;
seur d'université fut un proche collaborateur du Dr Joseph installé à Damas,
Goebbels, Ministre de la Propagande et de l'Information du Conseiller des Services spéciaux de la République Arabe
Reich, qui lui confia la direction du Nordische Welt, organe de la Unie puis des Services spéciaux syriens.
Société pour la préhistoire et la protohistoire germanique. Friedrich Bubel (Ben Amman), SS-Obergruppenführer,
Interné 18 mois dans un camp anglo-américain, il réussit à dirige le Département égyptien des relations publiques,
fuir en Argentine, où il dirigea un journal en langue allemande. conseiller de la Police égyptienne en 1952.
A la chute de Péron, il trouva refuge en Egypte. Il entra en Islam Joachim Daumling (Ibrahim Mustapha), ancien chef de la
sous le nom de Omar Amin. Gestapo de Düsseldorf, réorganise les forces de police en
Johann von Leers organisa alors au Caire l'Institut de Egypte.
recherche sur le sionisme, produit des émissions radiophoniques Leopold Gleim (An-Nasîr), chef du Sicherdienst à Varsovie,
écoutées dans tout le monde arabe et mit en place une impor- commandant de la garde rapprochée du Führer; chargé de la
tante collection de textes islamiques à destination du public formation des cadres des Services de sécurité égyptiens.
allemand. Il fut aussi à l'origine de diverses initiatives édito- Ludwig Heiden (Al-Hadj), membre de l'Office central de
riales et de propagande. sécurité du Reich, journaliste au Weltdienst; traducteur de Mein
De 1948 à 1951, des centaines de nationaux-socialistes Kampf en arabe.
gagnèrent l'Egypte. Parmi ceux qui embrassèrent l'Islam et Aloïs Moser (Hasan Sulaymân), SS-Gruppenführer; instruc-
exercèrent des responsabilités importantes dans l'appareil teur des mouvements paramilitaires de jeunesse au Caire.
d'Etat égyptien, nous pouvons citer: Gerd von Nimzek (Ben Alî).
Erich Altern (Ali Bella), chef régional du Sicherdienst; ins- Achim Dieter Pelschnik (Al-Sa'îd).
tructeur militaire de la Résistance palestinienne. Heinrich Sellmann (Muhammad Sulaymân), chef de la
Hans Appler (Salah Shaffar), collaborateur de Joseph Goebbels Gestapo à Ulm; collabore avec le Ministère Egyptien de
au Ministère de la Propagande et de l'Information du Reich; en l'Information.
1956, collaborateur au Ministère Egyptien de l'Information. - Albert Thiemann (Amman Kader).

28 29
r
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

A quelques semaines de l'effondrement du Reich, Adolf bougres, qu'il avait payés ou terrorisés. Il y avait une grande poli-
Hitler procède à une sévère critique de la politique menée par tique à faire à l'égard de l'Islam. C'est raté - comme tant d'autres
l'Allemagne nationale-socialiste à]' égard du monde musulman choses que nous avons ratées par fidélité à l'alliance italienne!
et persiste dans la confiance qu'il avait placée dans l'Islam. Les Italiens, sur ce théâtre d'opérations, nous ont donc empêché
Nous pouvons ainsi lire dans la transcription faite par de jouer l'une de nos meilleures cartes: qui consistait à émanciper
Martin Bormann des derniers propos tenus par le Führer (dix- tous les protégés français et à soulever les pays opprimés par les
huit notes dont dix-sept s'échelonnent du 4 février au 26 février Britanniques. Cette politique aurait suscité l'enthousiasme dans
1945, la dix-huitième étant datée du 2 avril 1945) et publiés tout l'Islam. C'est en effet une particularité du monde musulman
après guerre sous le titre Le Testament politique d'Adolf Hitler: que tout ce qui touche les uns, en bien ou en mal, y est ressenti par
tous les autres, des rives de l'Atlantique à celles du Pacifique. »
Quartier Général du Führer, 17 février 1945.
« L'allié italien nous a gênés presque partout. C'est ce qui nous Quartier Général du Führer, 2 avril 1945.
a empêchés, en Afrique du Nord, par exemple, de faire une poli- « Si l'on ne peut, en ce qui concerne l'étranger, se tenir à des
tique révolutionnaire. Par la force des choses, cet espace devenait principes rigides, car il y a toujours lieu de s'adapter aux circons-
une exclusivité italienne, et c'est bien à ce titre qu'il fut revendiqué tances, il est en tout cas certain que l'Allemagne recrutera toujours
par le Duce. Seuls, nous aurions pu émanciper les musulmans ses amis les plus sûrs parmi les peuples foncièrement résistants à la
dominés par la France. Cela aurait eu un retentissement énorme contagion juive. Je suis persuadé que les Japonais, les Chinois et les
en Egypte et dans le Proche-Orient asservis par les Anglais. peuples régis par l'Islam seront toujours plus proches de nous que
D'avoir notre sort lié à celui des Italiens, cela rendait une telle poli- la France, par exemple, en dépit de la parenté du sang qui coule
tique impossible. Tout l'Islam vibrait à l'annonce de nos victoires. dans nos veines. 9 »
Les Egyptiens, les Irakiens et le Proche-Orient tout entier étaient
prêts à se soulever. Que pouvions-nous faire pour les aider, pour
les pousser même, comme c'eût été notre intérêt et notre devoir. La Marcel Vergheas
présence à nos côtés des Italiens nous paralysait, et elle créait un 2 février 2006
malaise chez nos amis de l'Islam, car ils voyaient en nous des com-
plices, volontaires ou non, de leurs oppresseurs. Or les Italiens,
dans ces régions, sont encore plus haïs que les Anglais et les
Français. Le souvenir des barbares représailles exercées contre les
Senoussis y est toujours vivant. Et d'autre part la ridicule préten-
tion du Duce d'être considéré comme le Glaive de l'Islam entre-
tient encore le long ricanement qu'elle suscita avant la guerre. Ce
titre qui convient à Mahomet et à un grand conquérant comme
Omar, Mussolini se l'était fait donner par quelques pauvres 9.--H.R. Trevor-Roper, Le Testament palitique de Hitler, Paris, 1959, p. 61.

30 31
r
-------------------------------------------

,1

BUTS DE CE LIVRE

A mon grand regret, l'Islam a fait verser trop d'encre en


Occident Déformé par l'imagination d'écrivains bien inten-
tionnés mais romanesques, ou dépeint avec hostilité, il a été,
sauf de trop rares exceptions, mai compris, analysé sans clarté.
Le devoir des écrivains musulmans de langue occidentale est
incontestablement de rectifier ces erreurs en un langage sans
passion, mais sincère et direct
Mon premier livre « L'islam et les Temps modernes»
résume l'exposé du dynamisme spirituel et social de la philo-
sophie islamique. A cette époque, mai 1938, je ne pouvais envi-
sager mon contact avec l'Occident sous un angle politique,
même vague. Aujourd'hui, tout est transformé. Chacun peut et
doit prouver sa valeur. Aussi, je cherche à situer la place qu'oc-
cuperont les États musulmans dans l'évolution actuelle.
Mon premier contact avec l'Allemagne nouvelle fut
méfiant Pourtant, comme je viens de le faire pressentir, les for-
mules politiques et sociales des autres peuples occidentaux ne
m'attiraient guère. Mon amour de l'Islam est trop exclusif pour
que j'ose lui conseiller une voie où il risquerait de perdre la per-
sonnalité indispensable à sa grandeur et à sa vitalité.

13
'""" -- ---

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Après analyse de la sociologie et de l'idéal hitlériens, ma envers le Créateur. Du jour où nous cessâmes de constTUire, où
méfiance fit place à un abandon, excusez la bizarrerie du terme, la paresse de notre race reprit le dessus, nous ne fûmes plus de
affectueux, vrais Musulmans. Notre civilisation était belle parce qu'équili-
Je m'efforcerai en ces pages d'atteindre deux buts: brée entre l'effort matériel et la mystique spirituelle. Dujour où
l'élan constructif se ralentit, elle dut disparaître et céder sa place
1 Proposer aux Allemands et à tous ceux qui veulent les
0
aux conquêtes matérialistes.
suivre dans la construction d'un monde nouveau de donner aux Notre seul rachat devant cette faiblesse fut de sauvegarder
Musulmans un rôle à jouer en les laissant agir et penser en en nos âmes notre idéal intact. Il va nous permettre un nouveau
Mnsulmans; départ, qu'il faut proche. Tous les peuples guidés par une mys-
2° Inspirer l'admiration confiante de mes frères envers ce tique saine et forte vont pouvoir vivre et s'imposer.
pays occidental dont la force et la grandeur sont dues à une Les civilisations matérialistes s'écrouleront les unes après les
mystique comparable à celle qui poussa « les cavaliers du autres et toutes vont disparaître. Ce n'est pas seulement sur leurs
désert » à la conquête du monde. ceinturons que les soldats du grand mystique Hitler portent la
Je vais m'efforcer de chercher entre les deux civilisations les devise: « Gott mit uns », elle est gravée dans leur âme de héros.
points de sympathie possibles. Je pense y arriver sans deman- Ils avancent, avancent toujours pour abattre les superstitions et
der de concessions ni aux Allemands, ni aux miens. Pourtant, à le matérialisme. Ces victoires répétées ne peuvent se faire sans
vous, mes frères, je suis obligée de dire: « Redevenez de la permission de Dieu.
grands et vrais Musulmans. Songez que la sociologie islamique Musulmans, pionniers du socialisme racial, baisserons-nous
a su et peut encore vous donner la puissance et le bonheur. le front comme des peuples sans idéal? Non, d'un bond rapide
Mais il ne suffit pas de conquérir ce bonheur et cette puissance, et volontaire, mettons-nous au diapason du monde nouveau.
il fallait les conserver par une constante fidélité, par mille soins. Nos traditions, notre passé doivent nous projeter en avant.
L'Islam moderne serait aujourd'hui une des grandes civilisa- Ecrasons dans notre essor les préjugés que nous nous sommes
tions mondiales si les Musulmans n'avaient pas démérité de forgés au cours de notre long sommeil.
leur titre si beau. » Notre réveil se dessine déjà, ô mes frères, ô mon sang, et
Considérer l'Islam comme une religion qui apporte avec elle j'espère en vous.
uniquement des principes moraux et déistes, serait une erreur La conquête que nous devons tenter aujourd'hui ne s'ac-
ou plutôt une analyse incomplète du sujet. Dépassant le simple complira pas en foulant la terre étrangère. Non, nous devons
cadre mystique, Mahomet a résolu un problème humain et ter- nous conquérir nous-mêmes.
restre très net. Il a formé un Etat, un ordre social, une véritable Aucune intrigue de politique mondiale n'a pu réellement
nation avec son patriotisme original. rompre les liens qui nous unissent. Un cœur musulman bat tou-
jours plus vite quand il sait un de ses frères à ses côtés. Nous
Jouir de tous les trésors naturels que Dieu mit à notre dispo- n'aimons pas isolément Dieu, nous l'aimons d'un seul cœur, le
sition n'est pas un péché, mais un devoir de reconnaissance cœur de l'Islam. Notre réveil tient à si peu de chose!

34 35
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Grâce à l'Allemagne, nos pires ennemis sont réduits à l'im- Ce fameux « glaive de l'islam », que l'on ne cesse de nous
puissance, lis ne pourront bientôt plus nous entraver de nouveau, reprocher, protégea de son ombre les universités célèbres de
Si nous laissions passer ce moment unique dans l' histoire l'empire de Cordoue.
mondiale moderne, nous commettrions un acte de véritable Si Mahomet devint un guerrier et sut nous donner l'esprit
félonie envers Dieu, qui nous confia une mission d'équilibre et guerrier, il fut avant tout un chef d'Etat. Notre mémoire ne doit
de civilisation. jamais négliger cette considération.
Formés par une philosophie religieuse très particulière, L'Islam n'est pas seulement un guide pieux, mais surtout un
assujettis à une forme d'Etat, à un ensemble de lois sociales et Etat, un ordre social.
non à un clergé, nous formons une humanité à part. Nous Qu'avons-nous fait pour lui conserver cette originalité?
devons toujours, si nous voulons rester grands, demeurer une Un empire se crée par les grands remous historiques. Il ne
humanité à part. subsiste que par la diversité et la qualité des efforts de chacun
Ah! je vous en conjure, redevenons nous-mêmes et restons- de ses membres.
le à tout jamais Le premier volume « L'Islam et les Temps Modernes » a
"Posséder une personnalité nette ne veut pas dire être hostile à déjà analysé les causes profondes de notre décadence. Un faux
tout ce qui n'est pas soi. Un caractère fort et conscient n'ajamais clergé s' inctusta dans notre société. Malgré les pressantes
été le fait d'un être dédaigneux qui fuit la sympathie d'auttui. recommandations du Prophète en faveur du progrès et de la cul-
Nous devons à chaque peuple un effort d'étude afin de le ture, si nécessaîres à la grandeur d'une nation, il détourna les
comprendre et peut-être de l'aimer. Ce courant de sympathie et esprits de ce progrès et de cette culture. Afin de mieux dominer
d'entente n'entraîne nullement la fusion et l'imitation imper- et de se rendre indispensable, ce faux clergé usurpateur borna
sonnelle. l'effort intellectuel aux commentaires du Coran. L'esprit
Notre Prophète et premier chef d'Etat avait la main ferme musulman, perdant son objectivité, son éclectisme, son enver-
d'un Nordique. En moins de dix ans, il réunissait en un Etat dis- gure, se désintéressa de sa mission réelle sur terre: le progrès et
cipliné des citadins nonchalants et jouisseurs, des tribus sau- la civilisation.
vages et ennemies. Il organisa l'urbanisme, établit toutes les Quand un peuple se détourne de son but consttuctif, il est
lois sociales, imposa l'ordre civique. L'armée cessa d'être un voué à la décadence. C'est l'effet d'une justice immanente.
groupe de guerriers. Corps et esprits disciplinés ne formèrent L'Islam a grandi dans l'activité intellectuelle, militaire et
plus qu'une volonté, celle du Chef. Et cette poignée d'hommes, sociale et ne peut rester grand qu'à ce prix.
convaincus de la grandeur de leur idéal, mit en déroute un. L'abandon de la vie tude qui seule convient aux nations
adversaire puissant en nombre et en richesses. fortes a précipité sa chute. Le goût du luxe et de la richesse avi-
Ce peuple, uni dans l'ordre nouveau, devait, un siècle plus lit non seulement un individu mais un peuple entier.
tard, s'étendre jusqu'en Europe. En soumettant ces vastes terri- Un être qui ne peut se priver des plaisirs matériels est mûr
toires, l'islam apporta les bienfaîts de ses lois sociales et de sa pour toutes les bassesses. Le peuple jouisseur est prêt à tous les
SCience. esclavages et le mérite.

36 37

1
F
1

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIAUSME

Mahomet était grand, puissant et pauvre. Nos premiers


califes également. Et que leur joie était pure et belle! Combien
la misère est révoltante, combien l'extrême richesse l'est aussi!
La mollesse de nos chefs, oublieux de la pauvreté sainte, et
l'ignorance de chacun ont engourdi le grand Islam. Eduquons
la génération nouvelle afin qu'elle rende à l'humanité une de
ses plus belles philosophies.

CHOIX DE NOTRE GUIDE MODERNE

es principes immuables du Coran seront notTe base. Ceux

L de notre organisation devront être inspirés par l'Occident,


puisque notre long sommeil nous rejette à plusieurs
siècles en arrière.
Nous n'avons pas, et je ne le répéterai jamais assez, à faire
table rase de notre génie héréditaire et à copier servilement telle
ou telle nation, mais simplement à accorder notre rythme régé-
néré au rythme moderne.
L'Allemagne hitlérienne est le seul peuple occidental dont le
contact ne risque pas de nous déformer. Elle est notre sœur par
son « fanatisme ». (J'emploie à dessein ce mot dont on nous
gratifie l'un et l'autre.) Je nommerai, quant à moi, cette dispo-
sition d'esprit: « Idéal»
Je nommerai plus volontiers « fanatisme» le prosélytisme
acharné de certaines confessions religieuses et même du com-
munisme, qui cherchent par tous les moyens à entraîner vers
eux les adeptes d'une autre conception philosophique.
Donc, le mot « fanatisme » me parait mal approprié à
l'Allemagne et à l'Islam. Ils se contentent de rester eux-mêmes,
de ne subir aucune influence pouvant transformer la mentalité

39

l
..... ----------------------

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

de leur peuple et de prendre dans le monde la place qui leur est laquelle nous serons appelés à vivre. L'histoire des premiers
due. siècles de l'islam confirme d'ailleurs cette forme d'esprit.
«Point de contrainte en religion» (Coran: sourate n° 2, ver- Nous devons donc évoluer, encadrés par la pensée de notre
set 256). Et si des exécutions ont eu lieu dans les pays conquis premier chef d'Etat, de notre génial Prophète.
par J'Islam, leur objet fut toujours la sauvegarde de l'Etat. Efforçons-nous d'imaginer comment, vivant de nos jours, il
En effet, nulle contrainte ne peut rendre Musulman. Il ne réagirait devant la transformation actuelle. La réponse est
suffit pas d'accepter la foi, il faut faire partie intégrante d'une facile. Sa vie fut un exemple de dévouement et de simplicité.
communauté. C'est un don total de son âme, de son sang et de Sa haine de l'or et des hiérarchies, autres que celles du mérite
sa vie. On n'est pas Musulman, on est de race musulmane. Les personnel, est indéniable, il ne pourrait donc pactiser avec les
anciens comprenaient si bien l'orgueil d'appartenir à notre nations conservatrices des hégémonies d'argent.
communauté, qu'ils ne permettaient pas aux sujets non- « Ô vous qui avez la foi, ne mangez pas du produit de
Mulsulmans de combattre dans l'armée pour la défense de la l'usure en redoublant les bénéfices usuraires [précédents] et
terre d'Islam. On leur faisait seulement payer un impôt de sachez vous garder de Dieu; sans doute réussirez-vous! »
guerre. (Coran: sourate n° 3, verset 130).
On lit dans le Coran, sourate 8, verset 75 : « (pour les com- « ... annonce un châtiment douloureux à ceux qui thésauri-
pagnons d'armes et de la communauté des croyants) ... enfin sent l'or et l'argent sans les dépenser pour la cause de Dieu ... »
ceux qui sont liés par le sang sont plus proches les uns des (Coran: sourate n° 9, verset 34)
autres au regard du Livre de Dieu ». « Quand Nous voulons anéantir une cité, Nous en multi-
Le monde musulman actuel se sépare en deux clans: les ins- plions le nombre des gens aisés qui se livrent à la corruption et
tinctifs qui se cramponnent, plein de bonne volonté et d'illo-, méritent alors un châtiment, puis Nous la détruisons de fond en
gisme, à des coutumes, et non à une philosophie. Ils station- comble. » (Coran: sourate nO 17, verset 17).
nent , arrêtent la marche de l'évolution naturelle et nécessaire de Aujourd'hui trois solutions nous sont offertes:
0
crainte de manquer de fidélité à leur foi. 1 Nous isoler, drapés à l'écart dans nos burnous et rester
L'autre partie, confondant avec le même illogisme coutumes indifférents à l'égard de ceux qui gèrent les richesses de notre
et philosophie, s'occidentalise, gonflée d'orgueil. Ces hommes sol. Ils en profitent en principe avec nous, en réalité par nous.
croient doter leur patrie d'un progrès en singeant des races fort 2° S'appuyer et collaborer avec les peuples qui ont le même
éloignées de leur âme. désir de conservation raciale mais qui ont su le concrétiser:
Ces deux clans sont ennemis et s'accusent sévèrement. Allemagne, Japon, etc.
Pourtant tous deux ont tort et nuisent à la grandeur et au salut 3° Espérer dans les démocraties, en vertu de la légendaire
de J'Islam moderne. « liberté humaine ».
Mahomet n'a jamais nié l'évolution des siècles à venir. Ill' a Pour ma part, j'estime, à tort ou à raison, mais du moins
même prévue. Il nous a conseillé de toujours tenir compte, dans avec une sincérité profonde, que la première solution risque de
l'adaptation de nos lois, de l'époque et de la contrée dans nous diminuer de plus en plus. Notre rôle sera réduit à celui

40 41
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME

d'un peuple inférieur, malgré toute l'élévation morale dont


nous pourrions bénéficier.
La perte de nos belles races saines et nobles entraînerait
celle, encore plus grave, de notre inégalable philosophie cora-
mque.
l'écarte comme périmée la troisième solution. Ces peuples,
eux-mêmes, changeront de principes ou périront. Mais cela
n'est pas du ressort de mon petit livre. Je m'écarterais de ma
seule préoccupation: la grandeur de l'Islam.
Reste, à mon sens, la deuxième solution, seule opportune et
raisonnable. Je vais l'examiner avec vous. POINTS COMMUNS

première vue, sans analyse de détails, on se trouve, à


treize siècles de distance, devant deux révolutions
sociales presque identiques:
1° Réconciliation des différentes classes sociales, non pas
dans un nivellement impossible débutant dans la guerre civile
et la haine, mais appuyé sur une mystique. Le devoir et la place
de chacun clairement désignés créent une société harmonieuse.
~ « Les cinq doigts de la main sont frères mais ne sont pas
égaux», dit le proverbe arabe.
2° Cette société est constituée et protégée par une forte
armée et une discipline intérieure stricte.
3° Le chef unique est au service de cette mystique, de cette
discipline, de cette société.
4 ° Le mérite personnel tient lieu de noblesse et le travail de
capital.
5° En dépit des accusations historiques multiples dont
l'Islam et l'Allemagne furent victimes, la guerre, si elle exista
chez nous, fut en général défensive, malgré certaines appa-
rences. Nous devions, l'un comme l'autre, nous étendre ou
périr. Et ces guerres, quoique regrettables, comme le sont tous

43

1
les massacres d'hommes, amenèrent avec elles une civilisation
et un progrès social.
6° Effort identique en vue de créer des lois conformes à
celles de la nature, applicables à l'ensemble des êtres, et d'avoir
toujours recours à la nature comme enseignement et comme
exemple.

PHRASES A MÉDITER DANS


L'ŒUVRE DE HiTlER

oici, en résumé, une œuvre comparative que je voudrais


voir entreprendre en détail. Elle servirait de base à une
compréhension réciproque.
« La crise politique, la crise morale ne sont que très rarement
ressenties par l'individu. L'homme moyen ne voit pas dans son
époque ce qui affecte la collectivité et n'aperçoit le plus sou-
vent que ce qui le frappe personnellement. Aussi les contem-
porains n'ont-ils que très rarement un aperçu de la décadence
politique ou morale qui s'accomplit devant eux, tant que cette
décadence ne s'étend point, par quelque manière, au domaine
économique. » (Hitler, Principes d'action, page 12.)
Ces paroles nettes et sans fard prouvent la nécessité d'un
chef responsable devant Dieu et devant les hommes, non choisi
par raison d' hérédité mais poussé par une vocation irrésistible.
La masse est formée d'individus disparates, tous nécessaires
à une société qui n'existe que par sa diversité. Ils ne peuvent,
pour la plupart, concevoir logiquement l'envergure d'un pro-
blème politique au social. Ce n'est pas à eux qu'incombe la
solution de ces problèmes complexes. Mais si ces hommes ont

45
r-" ,-

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME


r- SAlDA SAVITRI

subi l'éducation de la mystique propre à leur race, ils sauront « ••• Il y a longtemps qu'en Occident sont inconnus la
reconnaître celui qui sert le plus opiniâtrement cette mystique dignité consciente et le parfait naturel avec lequel, en Orient,
et cette race, Il n'en faut pas davantage pour qu'un peuple les petites gens s'adressent d'égal à égal aux puissants de ce
devienne et demeure grand. monde .. .
« L'évolution consiste seulement en ce que l'esprit s'élève, « ... Les mendiants eux-mêmes ont le sentiment de la
comme toujours dans la vie humaine, au-dessus des forces élé- dignité humaine et on leur reconnaît leur place incontestée au
mentaires. Mais cet esprit n'a nullement été chez nous un pri- soleil d'Allah. Un Dieu, un peuple, un Prophète, un souverain,
vilège de la naissance; nous le trouvons, au contraire, dans un empire, un peuple de croyants ...
toutes les couches de notre société, dans toutes les situations de « ... La somme des individus formait le peuple, tout comme
notre vie collective. » (Hitler, Principes d'action, page 16.) la somme des montagnes et des plaines, des fleuves et des mers
Voilà encore un point commun avec l'Islam. Combien qui appartenaient au Sultan constituaient l'Empire. C'était de la
d'exemples historiques pourrais-je vous citer? Mais j'aime démocratie poussée à l'extrême limite, le prototype du centra-
mieux laisser parler à ma place l'écrivain allemand Norbert von lisme absolu ...
Bischoff. «Sous l'égide de l'Islam, le Turc s'élève ainsi des bas-fonds
Dans son remarquable ouvrage: « La Turquie dans le et de la conscience collective de la tribu, jusqu'aux hauteurs de
monde », il a analysé avec beaucoup de finesse la mentalité la dignité morale personnelle et de la responsabilité personnelle
islamique dans l'ancien empire ottoman. devant Dieu ... »
« Richesse et pauvreté, puissance ou absence d'influence Puis, après l'analyse de la décadence islamique en Turquie,
n'étaient pas regardées en Turquie comme des facteurs consti- l'auteur conclut: « Pour le malheur de l'empire ottoman, vie et
tutifs de la structure sociale, mais plutôt comme des phéno- religion se corrompirent mutuellement et de concert parce que
mènes temporaires heureux ou malheureux, comme des pro- ses dirigeants avaient cessé de respecter cette parole du Coran:
duits du hasard, du destin. Le fils du pâtre pouvait, quelque « Dieu veut alléger vos difficultés, mais l'homme a été créé
jour, commander des armées et des provinces du Sultan et le tout de faiblesse ». (Coran: sourate n° 4, verset 28).
fils d'un vizir qui avait perdu la faveur de son maître pouvait
prendre sa place sous la tente. Aucune barrière résultant de la « La folie de la pensée individuelle aboutit à la folie de la
situation sociale ou d'un privilège ne pouvait gêner ou empê- pensée collective et finit par détruire un élément dont l'écrou-
cher ces changements brutaux. Au fond, aux yeux des Turcs, lement cause à la communauté elle-même le préjudice le plus
tous les hommes avaient la même valeur et les mêmes droits, grave. » (Hitler, Principes d'action, page 26.)
tous étaient les fils de Dieu et les serviteurs du Sultan ... Je m'excuse d'avoir à me citer moi-même. Mais il est inté-
« Nulle part on n'a plus naturellement et plus profondément ressant de rappeler les lignes qui vont suivre, tracées bien avant
le sentiment de l'égalité fondamentale des hommes qu'en Orient mon contact avec la pensée hitlérienne. A ce moment je ne pou-
(Islam), nulle part on n'est plus intimement persuadé que tous vais, par ignorance, supposer une telle communion de senti-
sont les enfants d'un même père, que tous sont frères ... ment entre l'esprit allemand et mon cœur musulman.

46 47
L'ISLAM DEVANT LE NATIONALaSOCIAUSME SAIDA SAVITRI

« Nous sommes tous contagieux, si j'ose m'exprimer ainsi, fameux « Droits de l'homme» et de cette prétendue liberté qui
C'est pourquoi j'insiste tellement sur le devoir d'être heureux, n'est qu'illusion.
de s'adapter à la vie ... » «< L'Islam et les Temps modernes »). La liberté de tout faire ne laisse pas un parfait essor à une
personnalité forte. Il est inexact de le croire. Le caprice n'a
Je n'insisterai jamais assez sur la responsabilité individuelle jamais créé que des pantins. L'intérêt communautaire doit tou-
qui doit pousser tout Musulman à discipliner sa pensée afin de jours se placer au-dessus de l'intérêt individuel. La véritable
servir la pensée musulmane. liberté consiste à se libérer soi-même. L'homme au service
L'élite a l'obligation d'être « contagieuse », d'entraîner la d'un idéal, sans entraves égoïstes, est le seul vraiment libre et
masse vers la pensée et l'effort musulman. possédant une personnalité. Il saura s'imposer à son entourage
et même à la masse. Il développera au maximum ses capacités
« Il doit se constituer un gouvernement qui représente une et les mettra au service de sa race. Il sera heureux par son équi-
aut0l1té qui ne dépende point d'une classe sociale quelconque. » libre et sa force.
(Hitler, Principes d'action, page 30.) L'esclave de son intérêt et de ses caprices personnels est
A cela, je suis forcée de répondre par un exposé écrit, bien l'être le plus malheureux et le plus mécontent. Il implore la
avant l'avènement de Hitler, par le prince Saïd Halim et déjà liberté, mais il est captif de l'indigence de son âme.
cité dans « L'Islam et les Temps modernes»: Un peuple formé de telles épaves peut régner d'une façon
« Comme on voit, le principe de la souveraineté du sharî' a éphémère s'il possède la puissance matérielle. Il s'écroulera
est la reconnaissance de la vérité fondamentale que toute exis- automatiquement devant celui qui alliera la même puissance
tence de quelque nature se trouve soumise aux lois naturelles matérielle à celle, cent fois plus agissante, d'une forte mys-
qui lui sont particulières et, par conséquent, l'existence sociale tique.
des hommes se trouve soumise aux lois naturelles comme leur Musulmans, vous possédez déjà cette mystique. Ouvrez vos
existence physique l'est aux lois physiques naturelles. C'est cerveaux, bandez vos muscles. La conquête des biens naturels
ainsi que l'islamisme est arrivé à établir le principe que donnés par Dieu, la découverte de leurs secrets, empêcheront
l'homme n'est nullement astreint à subir la loi de ses sem- vos enfants de porter le poids d'un joug.
blables, fût-elle le fmt du groupement le plus nombreux, l'arbi-
traire devant fatalement s'y mêler à un certain degré, et qu'il ne « Je n'aimerais pas me faire imprimer des cartes de visite
doit obéissance qu'à la volonté de son Créateur se manifestant avec des titres si pompeusement décernés en ce bas monde. Je
par les lois naturelles. » ne voudrais rien voir signer sur ma tombe hormis mon seul
nom. » (Hitler, Principes d'action, page 39.)
« Qu'on ne se borne pas à parler de droits, mais qu'on parle Quelle âme vraiment musulmane peut s'empêcher d'être
aussi de devoirs ... » (Hitler, Principes d'action, p. 36.) saisie d'émotion et de sympathie devant ce noble effacement?
Ah! que les Musulmans méditent cette phrase admirable, Hitler prouve qu'un être humain, quel qu'il soit, n'est rien,
qu'ils ne se laissent à aucun prix gagner par la contagion des seule sa mission est grande.

48 49
-...."...---

L'ISLAM OEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Ici, j'ouvre une parenthèse sur la modestie de Mahomet. le meilleur de ma conviction. Malgré nos différences de tem-
C'est l'un des points les plus caractéristiques de ce prophète et péraments, nous devons nous comprendre. Allemands et
une preuve indéniable de sa sincérité envers la grandeur de Musulmans sont capables de persévérance dans la conservation
Dieu. Son œuvre philosophique, sociale et raciale était de leur caractère racial défini. Ils sont tolérants envers ceux qui
immense. La reconnaissance des êtres sauvés, groupés, régéné- pensent différemment, à la condition, toutefois, que ces der-
rés par lui l'aurait déifié avec une grande facilité. Rien ne lui niers ne les attaquent ni ouvertement, ni sournoisement.
parut plus inadmissible. Il lutta contre cette tendance de toutes
ses forces et parvint à s'effacer, à rester à nos yeux un simple « L'homme qui, pour le seul contentement et l'entière satis-
homme. Il accomplit vraiment sa mission sur terre. Il vécut faction de sa vie, n'a besoin que de manger et de boire, n'a
pour elle et non par elle. Il s'effaça devant Dieu d'une façon jamais compris celui qui préfère rationner son pain quotidien
totale. L'homme le plus grand, s'il a vraiment conscience de pour assouvir la soif de son âme et la faim de son esprit. »
son état d'homme, sait qu'il n'est rien au regard de la Divinité. (Hitler, Principes d'action, page 64.)

« Dis-leur: Glorifié soit mon Seigneur! suis-je autre chose Cet abîme qui sépare les êtres de mentalités différentes ne se
qu'un homme et qu'un envoyé? »(Coran: sourate nO l7, ver- comblera en partie qu'à l'école unique, par l'éducation raciale
set 93). de la masse; appuyant toute action humaine sur un idéal conçu
« Je ne suis pas un innovateur au sein des prophètes et d'après les besoins ethniques de chaque peuple, les individus
j'ignore ce qu'il sera fait de moi comme de vous. Je ne fais que formant ces peuples se fondront dans l'effort communautaire.
me conformer à ce qui m'est inspiré et je suis [uniquement Et cette communauté saura tirer parti de chaque personnalité
chargé de vous adresser] une claire mise en garde. » (Coran: sans en étouffer aucune. C'est pourquoi je me joins au docteur
sourate n046, verset 9). Huard pour espérer l'entente des peuples, non en une humani-
sation généralisée de l'enseignement supérieur international sur
« Il est facile de changer l'infériorité d'un régime en com- un plan irréel, mais, au contraire, par l'éducation ethnique et
plexe d'infériorité d'un peuple. » (Hitler, Principes d'action, politique de chaque race. Et, je le répète, c'est en se créant une
page 46.) personnalité nettement définie que l'on devient capable de res-
Je laisse cette phrase à votre méditation, ô puissants de pecter et d'apprécier celle des autres.
l'Islam. « Il faut de même que l'image culturelle d'un peuple soit
« Une idéologie qui pour un peuple est par naissance son formée d'après ses meilleurs éléments et grâce aux propaga-
expression vitale la plus naturelle, peut signifier pour un autre, teurs de sa culture, nés à cette seule fin. Mais ce qui manque en
de caractère étranger, une lourde menace et même sa fin. » compréhension profonde à ceux qui ne sont pas nés à cette fin,
(Hitler, Principes d'action, page 61.) ce qu'ils ne sauront jamais comprendre en leur âme et
Voici une phrase qui prouve à elle seule toute l'objectivité conscience, on doit, par une éducation appropriée, leur en ins-
dont est capable ce grand esprit. C'est en ces mots que je puise pirer le respect. » (Hitler.)

50 51
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Voici une des vérités fondamentales de la psychologie Je n'ai pas à me faire l'avocat de la cause hitlérienne. Ceux
nécessaire à l'orientation d'un peuple homogène et fort qui n'ont pas encore compris la grandeur de cet idéal sont incu-
Tous ceux qui sont susceptibles, dans les domaines cultu- rables et ne m'intéressent pas. Je cite seulement ce passage de
rels, d'être une source de progrès, seront sélectionnés dès leur « Ma Doctrine » :
adolescence, Ils seront dirigés vers la mystique propre à leur « Quand on recherche les causes profondes des guerres, on
race, animés du seul désir de la servir et d'encadrer les moins s'aperçoit que les vrais coupables sont souvent ceux qui se
doués, recommandent de l'esprit le plus pacifique ... »
Nous reviendrons sur cette question qui me tient particuliè- « ... Nous ne sommes pas des querelleurs. Si le reste du
rement à cœur. Je ne veux rien souffrir de médiocre en l'âme monde méconnaît notre discipline, qu'y pouvons-nous? De
musulmane. Il est d'autre part certain que l'on ne peut donner notre discipline naîtront moins de guerres que du chaos
cette foi et demander ce sacerdoce à l'ensemble d'une popula- démocratique et parlementaire. Nous irons notre propre che-
tion. Il est donc absolument juste d'imposer le respect de cette min et nous ne voulons pas empiéter sur celui des autres. Que
foi à ceux qui ne peuvent la servir et la comprendre dans ses les autres nous laissent également la tranquillité sur notre
détails. route. Voilà l'unique condition de notre amour de la paix que
nous sommes forcés de poser. Ne faire de mal à personne,
« Qu'importe si les autres peuples ne nous comprennent n'en tolérer de personne. » (Hitler, Principes d'action,
pas! Ce que la plupart des gens ne comprennent pas n'a jamais page 107.)
été plus mauvais pour cela, au contraire. » (Hitler, Principe Voilà les principes de la bonté énergique, seule efficace. Les
d'action, page 106.) Musulmans les aimeront, car ils sont leurs.
Indifférence toute islamique: « Point de contrainte en reli- « Jamais nous n'oublierons que l'amitié n'est méritée et
gion! Désormais la Vérité est distincte de l'égarement » accordée que par celui qui est fort Aussi voulons-nous être
(Coran: sourate n° 2, verset 256). forts, telle sera notre devise. » (Hitler.)
Quand un individu transforme les points essentiels de sa
nature afin de plaire à son entourage, il annihile sa personnalité « ... Ils ne se sont pas laissés abattre, pas plus qu'ils n'ont
et les possibilités d'évolution inhérentes à sa polarisation. donné de signes de faiblesse ni capitulé du fait de ce qu'ils
Egalement, quand un peuple a trouvé la formule de sa puis- avaient subi pour la cause de Dieu. Dieu aime ceux qui font
sance, puisée dans l'originalité de son atavisme, il perdra auto- preuve de constance. » (Coran: sourate n° 3, verset 146).
matiquement cette puissance dès qu'il voudra s'assimiler à une « Dieu aime ceux qui combattent pour Sa cause en rangs ser-
autre culture, à une autre forme de civilisation impropre à sa rés tels un édifice solidement cimenté. » (Coran: sourate n° 61,
culture initiale. verset 4).
Il courra d'ailleurs le même danger en se laissant pénétrer
par des minorités étrangères incompatibles avec son génie « J'entends souvent exprimer par les peuples anglo-saxons
héréditaire. le regret que l'Allemagne se soit précisément écartée des prin-

52 53
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

cipes démocratiques que ces pays considèrent comme particu- « La doctrine juive du marxisme rejette le principe aristo-
lièrement sacrés. Cette opinion repose sur une grave erreur. cratique observé par la nature et remplace le privilège éternel
L'Allemagne, elle aussi, a une constitution démocratique ... » de la force et de l'énergie par la domination du nombre. »
(Hitler.) (Hitler, Ma Doctrine, page 36.)
« ... Le peuple allemand, lui, a élu, par 38 millions de voix, L'Islam, en établissant le principe de l'égalité des hommes,
un seul député pour le représenter. » (Id., Discours du 21 mai ne détruisit pas le prestige de l'élite. Il lui créa simplement des
1935.) devoirs plus impérieux.
C'est le principe du califat pur et primitif. Un seul chef, éli- Il se forma donc dans la société islamique une aristocratie
gible et révocable par le peuple, mais libre de ses actes et seul non héréditaire, mais de pensée et de puissance, respectée sans
responsable devant le monde et la nature. servilité par la masse.

« Mais plus les décisions sont graves, plus je souhaite les « Tous les mouvements engendrés par des tendances spiri-
mettre d'accord avec ma conscience vis-à-vis de Dieu et du tuelles, qu'ils soient fondés sur la vérité ou sur l'erreur, ne peu-
peuple qu'il m'a chargé de servir. » (Hitler.) vent plus, à partir d'un moment déterminé, être anéantis par la
Pour un Musulman cette plu'ase n'a pas besoin de commen- force matérielle qu'à une condition: il faut que cette force
taires. On croirait entendre parler nos premiers califes. matérielle soit au service d'une idée ou théorie philosophique
nouvelle allumant un nouveau flambeau ... » (Hitler, Ma
« Le national-socialisme n'attribue aucune valeur à aucune Doctrine, page 41.)
suprématie purement théorique de la classe laborieuse; en « ... En effet, une persécution qui n'a point de fondement
revanche, il attribue d'autant plus de prix à l'amélioration pra- spirituel semble moralement injuste. Elle agit comme un coup
tique des conditions de vie et de niveau d'existence de cette de fouet sur les meilleurs éléments d'un peuple et les attache
classe. » (Hitler.) davantage à la tendance Spirituelle persécutée. Chez de nom-
Principes coraniques de l'utilité de chaque classe sociale, de breux individus, cette protestation traduit simplement leur
chaque individu dans la grande communauté. Aucune classe ne répulsion à voir la force brutale essayer d'écraser une idée. »
doit posséder des privilèges particuliers. Toutes ont leurs (Ma Doctrine, page 41.)
devoirs et leur utilité. Suit une analyse prouvant que, même par un régime de terreur,
on ne détruit pas une idée, mais seulement l'élite d'un peuple.
« En tant que nationaux-socialistes, nous sommes remplis
d'admiration et d'estime pour les grandes réalisations du passé, «Une violence qui n'est pas née d'une solide croyance spi-
non seulement au sein de notre peuple, mais encore par delà les rituelle précise sera tâtonnante et mal assurée. » (Ma Doctrine,
frontières. » (Hitler.) page 41.)
Citons ces paroles uniquement pour prouver l'esprit objectif « A qui s'adresse la propagande, aux intellectuels ou à la
de Hitler. masse non instruite?

54 55

l
.. T
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _-"SAc:':.:DA SAVIT:~':.:'_ _ _ _ _ _ _ _ __

« Elle doit toujours et uniquement s'adresser à la masse. « Mais nos opinions et nos actes ne doivent pas être com-
Aux Intellectuels, ou tout au moins à ceux que l'on nomme mandés par le désir d'être approuvé ou désapprouvé par notre
ainsi, est destinée, non la propagande mais l'explication scien- époque, mais résulter de l'obligation impérieuse de servir la
tifique. » (Ma Doctrine, page 56.) vérité dont nous avons conscience. » (Hit1er.)
J'admire surtout dans l' œuvre de Hitler sa compréhension Les deux petites phrases qui suivent condensent à elles
courageuse et précise de l'âme humaine. Il est, à l'instar de seules toute la philosophie déiste coranique:
Mahomet, un idéaliste positif. Il ne hausse pas la morale à des
cimes inaccessibles à la masse, engendrant ainsi l'hypocrisie, « •.. Pour l'humanité qui, avec son habituelle modestie, se
défense des médiocres. Ce phénomène regrettable se produit plaît à se croire faite à l'image de Dieu... (Hitler, Ma
chaque fois qu'une exigence morale s'écarte des lois naturelles. Doctrine, page 158.)
D'un désir de bien, de beau, créé par une sensibilité non rai- « Cher petit singe du Père Eternel... » (Id., page 162.)
sonnée, on obtient l'effet contraire. Par un idéal d'apparence « Dieu est insaisissable et ne ressemble pas à l'homme.
moins élevée peut-être, mais d'application pratique, étudié et Maudits soient ceux qui lui attribuent quoi que ce soit d'hu-
d'accord avec les principes de la nature, on établit l'ordre et la main! Le propre de Dieu est au-dessus de l'humanité. »
paix des consciences même primitives. Il faut compter sur elles (Mahomet.)
pour former un Etat, une race, un peuple. Le sentiment de la petitesse de l'homme devant Dieu rap-
proche d'une manière touchante la philosophie islamique et hit-
« Dieu veut alléger vos difficultés, mais l'honune a été créé lérienne. Et c'est la pensée profonde du Führer qui m'a, moi,
tout de faiblesse. » (Coran: sourate n° 4, verset 28). musulmane, conquise et même acquise.
Cettec-pureté de l'appel vers Dieu Unique fuse dans chacun
« De nos facultés (intellectuelles) une partie sera toujours de ses discours et chacune de ses œuvres. Malgré les préven-
destinée à l'entretien de la vie physique, une autre partie à tions du mîlieu oùje vivais, à chaque ligne que je lisais dans les
l'épanouissement des progrès intellectuels. » (Hitler.) journaux hostiles de l'époque, un battement de cœur plus pré-
Nous retrouvons encore ici cet amour de l'équilibre, fondé sur cipité me disait: « Etudie, essaye de comprendre. »
les lois naturelles si chères à Mahomet. L'éloignement de tout C'est pourquoi ce petit livre est pour moi un devoir et un
ascétisme et de tout abus de cérébralité donne naissance à l'har- acte de foi.
monie complète. L'homme normal, moitié corps, moitié esprit, L' œuvre de Hitler suscite invinciblement la sympathie
est sain et joyeux de vivre. L'inutile dualité du cérébral et du admirative d'un esprit vraiment musulman. L'évolution à la
physique a fait couler trop d'encre dans la littérature occidentale. fois physique, morale et spirituelle d'un peuple retombe dans la
Le bonheur et la santé sont nécessaires à la paix de l'âme comme norme des principes coraniques, amis de l'équilibre entre la
la paix de l'âme est nécessaire à l'équilibre physique. mystique et le sens pratique.
Et voici une phrase admirable qui se passe de tout commen- L'horreur que manifeste Hitler pour les gémissants, les
taire. Seul le respect s'impose: rabougris, les éphèbes à l'intellectualité morbide, m'attire par-

1
56 57

l
.....---- ---- --------------- ~-----1

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIAUSME


T ,

ticulièrement. Au sujet de l'éducation des enfants, nous retrou-


vons la conception primitive de l'Islam: développement de la
volonté, du courage, de l'esprit communautaire et social, éga-
lité des classes dans l'éducation et l'instruction,
Il est indéniable que l'Allemand ou le Musulman considè-
rent comme une sorte de privilège d'être Allemand ou
Musulman, Hitler, à l'instar de l'Islam, est trop franc pour le
contester. La plupart des peuples possédant un passé culturel
éprouvent le même sentiment. Nous avons seulement la naïveté
d'avouer tout haut ce que les autres pensent tout bas,
L'armée est jugée nécessaire au maintien du sentiment viril PETIT APERÇU DE LA CONCEPTION
d'une race, en dehors de toute considération guenière, CULTURELLE ET SOCIALE ALLEMANDE
En effet, je ne conçois pas d'Etat musulman sans une disci-
pline mâle, La force n'a nullement besoin d'être agressive,
Mais la force est un devoir humain, social et patriotique. La oici quelques citations puisées dans « Le Socialisme
force est le soutien de la bonté, qui, privée d'elle, reste sans
effet et sans utilité. V allemand », de W. Sombart: «J'entends par esprit mer-
cantile la conception du monde qui pose à la vie la ques-
tion suivante: « Que peux-tu me donner, Vie? » Qui, par
conséquent, considère toute existence tenestre de l'individu
comme un total d'affaires commerciales, affaires que chacun
conclut à son profit avec la destinée et le bon Dieu (car les reli-
gions sont également pénétrées de l' esprit mercantile), mais ni
avec ses prochains pris isolément, ni dans l'ensemble (c'est-à-
dire avec l'Etat). Le « bonheur », but suprême de l'effort
humain. Le plus grand bonheur du plus grand nombre, ainsi
que l'on a défini cet « idéal ». En quoi consiste le « bonheur »
de l'individu, pour la réalisation duquel a dû être mis en mou-
vement l'appareil compliqué et énorme du monde entier? Les
individus l'ont naturellement défini chacun suivant ses disposi-
tions personnelles; cependant, ici, aussi, on peut établir une
sorte d'opinion moyenne. Le « bonheur », c'est le bien-être
dans 1'bonnêteté. Les « vertus» que l'on doit chérir sont celles
qui assurent le pacifique côte à côte des commerçants. Ce sont

59
L'ISLAM OEVANT LE NATIONAL-SOCIALI SME SAIDA SAVITRI

toutes des vertus négatives , parce qu ' elles ont toutes en vue de « Donc, pour nous débarrasser de l'esprit juif, qui est consi-
ne pas professer les vertus auxquelles notre instinct nous pous- déré comme une tâche principale du peuple allemand et avant
serait volontiers: la modération , le contentement, l'application, tout du socialisme, il ne suffira pas d' expulser les Juifs , il ne
la loyauté, la continence en toutes choses, l'humilité, la suffira pas non plus de cultiver une mentalité non juive, il
patience et ainsi de suite. convient bien plutôt de transformer la nature de ces institutions
« Une mentalité héroïque considère, au contraire, la vie de façon qu 'elles ne puissent plus servir de rempart à l' esprit
comme une tâche qui se décompose en mille tâches quotidielmes. juif. »
La vie est une tâche pour autant que la vie nous est donnée par une ..,-
puissance supérieure. Mais en épuisant le contenu de la vie, nous « ... Bien qu 'ayant établi que l'existence des hommes est
nous abandonnons dans nos œuvres , et cet abandon de notre conditionnée par la nation, et que toute unité nationale revêt
propre moi nous donne la seule satisfaction profonde que puisse ainsi un caractère limité, il faut reconnaître que seul l'ensemble
offrir l' existence terrestre, nous donne la paix de l'âme, nous per- de toutes les nations "réalisera le vêtement vivant de la
met de nous unir au Divin, et le plus grand malheur, la plus grande Divinité", que la vérité ne peut être trouvée par un seul peuple,
douleur sur terre, c'est d'être séparé, arraché du Divin, mais seulement par l'ensemble de l'humanité divi sée en
« La Gründlichkeit de l'Allemand s'exprime du fait qu'il peuples » ; que « les nations constituent les seules individuali-
prend au sérieux toutes choses, lui et le monde, que ce soit dans tés spirituelles dont la collaboration puisse atteindre la perfec-
le domaine de la pensée, du sentiment ou de l'action. tion. » (von Humboldt.)
« Etre Allemand, c'est vouloir faire une chose pour elle- ... L'idée de conducteur que nous professons s'exprime par
même. » (Richard Wagner.) la soumission à la volonté suprême d' un « guide », qui reçoit
« L'Allemand aime à obéir, à entendre un ordre clair et tran- ses directives non plus comme un subordonné de ses supé-
chant. Il suit volontiers un chef, mais pour autant qu ' il voit en rieurs , mais qui ne les reçoit que de Dieu, considéré comme
lui l' incarnation d' une idée; il ne se soumet pas à la personne, guide du monde 1•
mais à la chose qu'elle représente l ... Où il y a égalité, il y a toujours injustice ...
.. . Toutes les véritables communautés, toutes celles aux-
« ...On ne peut scientifiquement prouver qu ' un seul esprit quelles aspire notre temps , sont des communautés d' amour.
peut habiter une race déterminée, ni qu ' un esprit déterminé ne Quoi qu ' il en soit, c' est ce sens que nous allons donner au mot.
peut plonger ses racines dans une seule race . L ' esprit allemand Pour bien comprendre la communauté, nous devons tout
chez un nègre est aussi admissible que l'esprit nègre chez un d'abord être bien persuadés qu 'il n' y a pas d'amour en dehors
Allemand. Tout ce que l' on peut prouver, c'est que les per- de Dieu, tout amour se fond en Dieu .. .
sonnes d'esprit allemand sont infiniment plus nombreuses dans ... Celui qui n' a pas ressenti la signification de l'amour
le peuple allemand que dans une tribu nègre et vice-versa. céleste, diamétralement opposé à tous les sentiments de sym-

].~ Similitude avec le sharî'a . 1.- Idée Islamique de Kalifat.

60 61
---------------------
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME

pathie à l'égard des créatures, restera fermé à la compréhension


de ce que nous avons appelé la communauté d'amour ...
Le destin de l'homme moderne est d'avoir été arraché à ces
communautés d'amour naturelles et d'être solitaire ...
... Car il n'y a guère de fraternité qu 'en esprit, et parce que
nous sommes enfants de Dieu ...

DIFFÉRENCE DE CLIMAT ET DE RACE,


ANALOGIE PHILOSOPHIQUE

e national-socialisme s' est installé chez des peuples pos-

L sédant depuis des siècles un passé culturel avancé, une


civilisation acquise et deux formes religieuses. Il respecta
ces dernières, malgré tout ce que l'on a sournoisement essayé
d' insinuer: «Il n'y a pas une religion », dit Hitler.
L'Islam est forcément différent dès son principe. Il a dû
apporter et la reli gion et l'ordre socia l. Donc l' Islam a bâti son
Etat sur un terrain abso lument inculte.
Nous sommes entièrement modelés par l'Islam; nous
n'existons, en tant qu'êtres sensibles et civilisés, qu'à partir de
l'Hégire. Notre conscience est née à cette époque et notre âme
s' y est forgée pour tous les siècles à venir.
Un peuple musulman qui s' écarte de cet ensemble philoso-
phique, déiste et social créé par Mahomet, quitte immédiate-
ment la communauté islamique pour un avenir isolé. Il perd son
âme, notre âme. Et jamais je ne crierai assez haut et assez sou-
vent: « Point n'est besoin pour nou s de singer telle ou telle
conception politique. Restons musulmans, soumettons-nou s à
une forme d'Etat musulman en l' adaptant à notre époque. » Il

63
r -11
.~~-----------------------

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI


--------------- ---------------

n'est nnllement nécessaire de modifier l'islam pour com- pourront nous entraîner qu'à une trahison envers notre grand
prendre une conception noble de la vie sociale telles que l'a passé.
conçue le génial Hitler et se solidariser avec elle, En face du national-socialisme, nous restons nous-mêmes.
Dans mes écrits vous verrez souvent: « Telles coutumes, «Le national-socialisme n'est pas un article d'exportation »,
telles mœurs ne sont pas inspirées par le Coran, mais simple- disent les Allemands, et ils ont raison. Ils ne veulent pas l'im-
ment par le folklore. Donc on ne doit leur attribuer qu'une poser aux autres peuples, l'Islam non plus. Tous deux se rejoi-
importance limitée à leurs bons ou mauvais effets. » gnent tout en restant nettement définis. Ils se rejoignent dans le
Vous le savez, mes frères cultivés, et vous vous joindrez à socialisme rationnel, dans leur désir de conservation et leur
moi pour le bon combat. tolérance envers les autres idéaux. Ils les admettent, mais ne se
D'ailleurs, dans tous les pays musulmans, des hommes et laissent jamais pénétrer par eux.
des femmes luttent pour le retour au Coran et au shad' a purs. Il Nous sommes indépendants, mais prêts à nous sacrifier pour
faut débarrasser au plus vite la masse du fatras des superstitions un idéal commun. Nous sommes rêveurs, tous un peu poètes,
vraiment indignes de cœurs musulmans. capables de grands héroïsmes et d'exaltation collective.
De grandes nations islamiques ont déjà épuré leur philoso- L'enthousiasme, sans cesse renouvelé en nos cœurs, nous
phie et reprennent leur place culturelle dans le monde. transporte, nous entraîne. Il peut même nous rendre capable de
Mais il faut encore un très gros effort de réorganisation et de discipline suivie. Avec un peuple d'un tel caractère, la respon-
discipline. Le contact avec l'élite allemande sera pour nous très sabilité des chefs est énorme. Eux seuls peuvent créer et
salutaire. Je souhaite vivement un prompt courant de sympathie conserver cette atmosphère d'enthousiasme au bénéfice du
et de mutuelle compréhension. grand Islam. Ils risquent également de commettre le crime de
Les peuples si différents qu'unit Mahomet sous le même détourner cet enthousiasme pour les besoins de leurs intérêts
drapeau vert, pris isolément, se rallieraient avec lenteur et dif- personnels. Abus qu'il faut à tout prix éviter en éliminant,
ficulté à l'esprit de l'Allemagne hitlérienne. Grâce à l'Islam, même par la violence, les mauvais bergers.
leurs deux révolutions sociales peuvent se tendre la main à tra- Mahomet avait conçu une communauté de croyants où la
vers treize siècles d'écart. En cherchant les points d'entente en culture, la science, la philosophie et le commerce s'équili-
dehors du national-socialisme et de l'Islam, on se heurterait à braient d'après les facultés de chacun. Il a régi, une fois pour
un échec tout au moins partiel. toutes, les rapports des hommes entre eux. Personne ne fut lésé,
Nos défauts de peuples méditerranéens ne peuvent être aucune valeur humaine rabaissée, mais chacun mis à sa place
modifiés que par l'Islam. Sa magie unit dans la même émo- naturelle pour le bien de la communauté.
tion, la même forme culturelle, artistique, politique et Phénomène social et historique, renouvelé dans des circons-
sociale, Afrique, Asie, ainsi qu'une minorité d'Europe. Et, je tances différentes par Hitler.
le répète, c'est à travers la philosophie musulmane que je Ces deux révolutions se fondèrent sur un socialisme résolu
veux expliquer le national-socialisme aux Musulmans. pour l'ensemble d'une société et non au bénéfice d'une seule
Toutes les autres formes occidentales de gouvernement ne classe sociale.

64 65
....- - -------------------------

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Un véritable Musulman ne peut avoir d'attirance pour les Et cette attitude, pourtant, résume en elle-même toute la philo-
revendications et les criailleries sociales. La base de sa philo- sophie islamique.
sophie est le contentement de son sort. Il sait que ni les charges, En effet, on trouve dans le Coran la solution de tous les pro-
ni la fortune ne mesurent l'égalité des êtres. Seule, l'attitude blèmes d'une vie facile, heureuse:
des âmes envers la vie en est la norme et le témoin. « Et empressez-vous d'obtenir le pardon de votre Seigneur
Le problème social de notre race est tranché, une fois pour et de gagner un Paradis vaste comme les cieux et la terre, pré-
toutes, par Mahomet. Il nous reste seulement à vérifier si nos paré à l'intention de ceux qui se sont prémunis [du châti-
chefs appliquent bien ou mal la loi coranique. ment] ... » (Coran: sourate n° 3, verset 133).
Quant à nos rapports avec les peuples occidentaux, nous L'existence n'est nullement considérée comme une puni-
devons, préférer ceux qui ne montrent aucune hostilité à l'égard tion, nous devons l'organiser dans le bonheur. Et pourtant, nous
de notre forme sociale philosophique et religieuse et n'usent ne sommes guère attachés à cette vie. Sans la dédaigner le
chez nous d'aucun prosélytisme pour nous en faire changer. moins du monde, nous la savons très éphémère. Nous pouvons
J'espère, du fond du cœur, que l'Allemagne nous compren- en jouir et ne point lui donner une importance décevante.
dra et que nous saurons nous montrer dignes de cette compré-
hension. Au jour de notre mort, nous la quittons sans regret. Les
Je reprends les citations du livre de Bischoff « La Turquie grands mystiques des religions pessimistes dédaignent la vie et
dans le monde» : notre enveloppe charnelle. Notre indifférence n'a pas la même
« De là le calme avec lequel le Turc accepte les vicissitudes origine. Elle ne s'adresse pas à la vie, mais à notre vie person-
du sort, la tranquille dignité et l'assurance qu'il a dans les rap- nelle. Nous aimons et respectons l'existence terrestre en géné-
ports avec le monde extérieur, l'impassibilité confinant à la ral. Elle ne personnifie pas seulement le bonheur d'un petit
vraie sagesse avec laquelle il regarde couler le flot des événe- groupe d'individus. Elle est celui de multiples générations de
ments terrestres, la liberté intérieure, dont rien ni personne ne Musulmans. Et la vie, pour nous, c'est cette grande et mer-
peuvent le priver, et enfin la noblesse de son attitude mentale, veilleuse chaîne d'âmes fraternelles.
qui frappe tellement l'Occidental.. .
« ... Ces traits de caractère, si étrangers à l'esprit inquiet des « ... Dieu veut vous faciliter [la tâche], Il ne veut pas vous la
Occidentaux, devaient nécessairement les fourvoyer et les por- rendre pénible ». (Coran: sourate n° 2, verset 185).
ter à considérer comme la soumission d'êtres sans volonté aux On peut aîmer un bien éphémère, l'aimer même passionné-
décrets de la Providence, comme une humble résignation aux ment tout en ayant la sagesse de ne point lui donner le sens
arrêts de l'implacable "Kismett", ce qui, en réalité, est le fait absolu dédié à la seule Divinité.
d'hommes dégagés de la servitude des choses. » L'attitude musulmane ne comporte aucun dédaîn de la vie,
Ce mélange de tranquille jouissance des biens terrestres, mais de la clairvoyance.
sans la hantise du péché et le détachement aussi tTanquille des Tout ce que nous possédons ici-bas restera ici-bas. Alors,
mêmes biens est, je l'avoue, déroutant pour un esprit étranger. pourquoi lutter âprement pour des trésors passagers? Ne vaut-

66 67
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

il pas mieux, quand ils nous échoient, en jouir sans passion et réalité lui enseigne que les formes terrestres sont d'égales
les quitter de même? valeurs, qu'elles ne présentent pas de différence et, par consé-
Ce n'est pas cette indifférence envers la forme de notre des- quent, sont indifférentes. Aussi est-il leur maître et non leur
tin qui nous a conduits à la décadence, comme on a souvent esclave.
essayé de le démontrer. Cette philosophie existait aux premiers « Il lui semble insensé de vouloir rendre durable ce qui doit
jours de l'Islam. Elle n'a point paralysé notre essor miraculeux, forcément avoir une fin. Il lui paraît superflu d'entretenir une
nos conquêtes et l'épanouissement de notre culture. mosquée, une maison dont les jours sont comptés. Quand elles
L'islam laisse à l'esprit la plus grande indépendance et n'en seront devenues inutilisables on construira à leur place une
condamne jamais la curiosité. autre maison, une autre mosquée. Et l'Occidental qui, du haut
de sa culture historique, parle avec mépris de l'incurie barbare
« De même, devant l'antinomie obsédante entre la Toute- et de la décadence des pays d'Orient, ferait bien de penser à la
Puissance et la Bonté divines et le libre arbitre humain, le sagesse profonde que cette incurie pourrait lui révéler.
Musulman n'a pas réagi autrement que le chrétien. La seule dif- « Le Turc considère qu'il ne convient pas de se plaindre des
férence, c'est que le monde islamique s'est posé la question malheurs et des pertes, car la vie n'en poursuit pas moins son
avant le monde chrétien d'Occident, les Arabes ayant de remar- cours et n'aboutira pas moins au trépas. Devant la calme rési-
quables dispositions pour les spéculations de l'esprit. Dès le gnation avec laquelle le peuple turc accepte des évéuements
deuxième siècle après l'Hégire, Kédarites et Djabarites firent que nous qualifierions de catastrophes, l'Occidental, si émotif,
usage, dans des discussions acharnées, des mêmes arguments devrait essayer de comprendre quelle énorme réserve de force
qu'employèrent au dix-huitième siècle jésuites et jansénites morale cache cette attitude.
pour prouver que l'homme avait ou n'avait pas son libre « L'Oriental estime également très déplacé de donner à sa
arbitre. » (Norbert von Bischoff.) propre vie, qui n'est qu'une forme terrestre comme une autre,
Puis l'auteur reprend longuement son analyse de l'accepta- une valeur exagérée. Pour lui, la mort ne mérite pas qu'on fasse
tion tranquille du destin qui le frappe tellement chez nous: grand bruit autour d'elle. Elle n'a rien d'étrange, rien d'ef-
frayant, elle fait partie du cycle de la vie, dont elle n'est qu'uue
« L'Orient sait que tout ce qui naît mérite de périr. Or, qui banale étape. Et de nouveau l'Occidental, qui s'accroche déses-
sait cela ne peut s'attacher fortement aux formes de ce qui est pérément à la vie et se représente la mort sous les traits d'un
né ou de ce qui naît. .. (Norbert von Bischoff.) affreux squelette grimaçant, pourrait avec fruit comparer cette
« Dans ce domaine (le matériel), on ne rencontre ni cet conception à la sienne. »
aveuglement, ni cette passion chez l'Oriental. Il ne bâtit point Cette tranquille jouissance de la vie, cette indifférence à la
ses idéaux avec des choses qui sont placées sur le chemin qui quitter, ce détachement des biens matériels, faciliteront le
mène de la vie à la mort. Sa religion elle-même le lui interdit, renouveau de notre race. La noblesse de notre âme réveillera
qui flétrit cette façon de faire du nom de« Cherk », c'est-à-dire notre génie constructif. Nous serons à nouveau les peuples des
d'assimilation à Dieu, d'idolâtrie. Et son sens profond de la grands sacrifices et des grandes réussites.

68 69
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIAUSME SAIDA SAVITRI
------ ------------ .~-----------------

Nous n'aimons ni les revendications, ni les gémissements. sociale et l'indépendance de notre conscience, libérée de tout
Le calme suivi des grandes actions où la vie et la mort n'exis- arbitraire clérical. C'est pourquoi, dans les pays à gouverne-
tent plus, où l'idée seule est maîtresse. Voici notre destin passé, ment islamique indépendant, les missions chrétiennes ont tou-
voilà notre destin futur. jours pu s'établir, y avoir des écoles, éduquer des enfants
musulmans.
« L'indifférence dans le domaine des choses naturelles a Nous avons une philosophie trop complète, trop adaptée à
comme pendant, dans le domaine de la religion, la tolérance. notre soif d'indépendance intellectuelle, à notre horreur du sur-
En effet, contrairement à ce que croient les Occidentaux, l'atti- naturel, de la « foi du charbonnier », pour prendre ombrage
tude adoptée de plus en plus en pays islamique, dans le d'une propagande, même habilement conçue, au sein même de
domaine philosophique et de la politique religieuse, à l'égard nos Etats.
des croyances étrangères est, malgré les hésitations et les L'étude des autres religions est excellente pour nous. Elle
éclipses passagères, une attitude très nette de tolérance magna- nous attache à la nôtre. L'Islam est, en effet, la synthèse et la
nime quoique hautaine, qui oscille entre le fanatisme, d'une forme moderne des autres croyances, doublée d'une armature
part, et le sentiment religieux dégagé de toute entrave dogma- sociale virile et positive.
tique, de l'autre. Cette tolérance, qui a fait la gloire impéris-
sable de l'Islam, les peuples occidentaux n'en ont, dans l'en-
semble, jamais pris conscience. Au contraire, durant des
siècles, ils se sont représenté la religion musulmane comme une
religion fanatique. Rien n'est plus faux que cette façon de voir.
Elle ne peut s'expliquer que par le fait que le monde occiden-
tal et le monde islamique ont été constamment séparés par une
rivalité politique qui fut renforcée et légitimée par la différence
de religions. » (Norbert von Bischoff.)
Je suis heureuse que ces mots aient été écrits par un
Occidental. Il sera plus difficile de le taxer de partialité.
Cette tolérance est, je ne le répéterai jamais assez, l'un des
points les plus frappants de l'Islam. Elle est la preuve de sa
grande et impérissable force.
C'est pourquoi nous accueillons sans trop grande impatience
les missions dont l'Occident nous gratifie si généreusement.
Nous donnons à chacun le droit d'expliquer son idéal et à nous
celui de rester strictement fidèles à l'Islam. Nous ne pouvons
oublier que nous lui devons la sérénité de notre âme, la paix

70
lES JUifS

'est une erreur de croire que Hitler ait condamné les


Juifs à travers leur religion. Leur mentalité d'usuriers en
a été la seule cause. Aucun moyen ne les rebute pour
dominer par l'argent et asservir les autres races. Ils assimilent à
eux les peuples plus naïfs en leur donnant l'illusion de s'assi-
miler à eux. En fait, ils s'emparent patiemment des leviers les
plus importants d'influence et d'éducation: enseignement,
théâtre, cinéma, radio. Cette armée pacifique fait plus de
ravages au sein d'une nation qu'une guerre sanglante. Elle s'at-
taque à l'âme même d'une race. Les morts peuvent se rempla-
cer, les esprits faussés font tache d'huile et empoisonnent plu-
sieurs générations à la fois.

Les Juifs aiment leur race. En cela je les approuve, mais ils
manquent d'abnégation et de courage. Ils sont capables, par-
fois, de nier cette race afin de mieux vivre ou de vivre tout sim-
plement. Ils supportent de cohabiter avec ceux qui les haïssent
et qu'ils haïssent, même de les servir et d'endosser leur natio-
nalité. Ils n'attaquent jamais de face et, souvent, sont lâches
devant la mort. Cette dernière particularité est spécialement

73
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

répugnante pour un Musulman. Mourir au service de sa race est « A ceux qui faisaient profession de judaïsme, Nous avions
un sort tellement enviable à nos yeux! interdit ce dont Nous t'avons instruit précédemment et Nous ne
Mahomet, qui essaya, au début, de réunir sous la même ban- les avions pas lésés, mais ce sont eux qui se faisaient du tort à
nière tous « les gens de l'Ecriture », fut obligé de condamner eux-mêmes. » (Coran: sourate nO 16, verset 118).
les Juifs, comme le fit Hitler treize siècles plus tard. Le problème juif n'a jamais existé en terre musulmane, le
dédain de cette race faisait partie de notre atavisme. Les ver-
« Tu trouveras les Juifs plus attachés à la vie que tous les
sets du Coran que j'ai cités plus haut suffisent d'ailleurs à
autres hommes, fussent-ils polythéistes ... » (Coran: sourate
n° 2, verset 96). nous éviter toute compromission avec eux. Nous avons tou-
jours su gouverner les Juifs. Ils ne se sont jamais incorporés
« Pour prix de leur iniquité et pour avoir détourné nombre
de gens de la voie de Dieu, Nous avons interdit aux tenants du dans notre communauté. Ils ont toujours vécu côte à côte avec
Judaïsme d'excellents mets qui leur étaient pourtant tolérés, et nous, non seulement rendus inoffensifs, mais souvent utiles.
pour avoir reçu le prix de l'usure alors que cela était interdit, Pour arriver à ce résultat, seul pratique et définitif, il faut la
pour s'être emparés des biens des gens de manière illicite, Nous main ferme et « barbare » des Arabes. Pour neutraliser les
avons préparé à ceux d'entre eux qui avaient renié un châtiment effets nocifs de cette race, on ne doit avoir ni quartier, ni
douloureux. » (Coran: sourate n° 4, versets 160-161). merci. Le monde entier a parlé de notre sauvagerie à leur
« Pour avoir trahi leur engagement, Nous les avons maudit et égard, c'est pourtant à elle que nous devons la pureté de notre
avons endurci leurs cœurs: ils ont altéré le sens des mots en les sang.
changeant de place et oublié une partie de ce qui leur avait été Le problème juif s'est donc uniquement posé pour nous en
ordonné. Tu ne cesseras de t'apercevoir de leur perfidie et peu même temps que celui de notre colonisation. La France, par ses
feront exception; [cependant] montre-toi indulgent et généreux armes, l'Angleterre, par son commerce et ses combinaisons
car Dieu aime les vertueux. » (Coran: sourate n° 5, verset 13). multiples, nous ont livrés aux Juifs. Non seulement ils nous
« Nous avions pourtant reçu l'engagement des fils d'Isrâ'îl; enlevèrent toute autorité sur eux, mais ils renversèrent les rôles.
chaque fois qu'un envoyé est venu leur apporter une doctrine Le Juif régna sur la terre où il avait été si longtemps esclave et
qui contrecarre leurs passions, ils ont traité les uns de menteurs il se vengea chaque jour. Aujourd'hui, les Américains complè-
et ont assassiné les autres. » (Coran: sourate n° 5, verset 70). tent le cycle et nous donnent encore une fois en pâture à ceux
« Tu t'apercevras que les gens les plus hostiles à ceux qui que nous considérons toujours comme nos inférieurs.
ont la foi sont les Juifs et les associateurs, et tu t'apercevras que Que demain le monde tombe sous l'autorité des nationaux-
ceux qui témoigneraient le plus volontiers leur affection à ceux socialistes et tout sera réglé. Ils laisseront les Musulmans vivre
qui ont la foi sont ceux qui se disent chrétiens. » (Coran: sou- selon leurs lois et le problème juif sera de nouveau réduit, chez
rate n° 5, verset 82). nous, à néant.
« ... annonce un châtiment douloureux à ceux qui thésauri- C'est pourquoi une propagande antijuive nous paraîtrait par-
sent l'or et l'argent sans les dépenser pour la cause de Dieu. » faitement inutile et même risible. Un Musulman n'a pas besoin,
(Coran: sourate n° 9, verset 34). comme un Occidental, d'être éduqué sur la question juive,

74 75

L
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Le danger juif deviendrait un danger national musulman si progresser un principe emprunté. Il donne ainsi l'apparence
plusieurs générations de notre jeunesse tombaient exclusive- d'enrichir le patrimoine culturel de sa patrie d'adoption. Et le
ment aux mains démocratiques et étaient enlevées à l'influence danger vient de cette impression. Il coùte toujours très cher à
familiale. L'éducation, arrachant de notre âme ce qu'elle a de une nation de devoir quelque chose à un Juif.
plus noble, « son fanatisme », pourrait peut-être nous rendre En Provence, en Languedoc, les rabbins enseignèrent
aussi « libéraux » et matérialistes que les démocrates. Mais que d'après les traductions arabes. C'est à travers elles que
de longs efforts il leur faudrait déployer pour ce résultat! l'Occident prit contact avec la culture grecque antique, qui a
L'âme musulmane a une solidité qui tient du miracle. révolutionné la pensée et inspiré la Renaissance.
C'est pourquoi moi, Musulmane, en m'adressant à mes Robert Anchel, archiviste aux Archives Nationales, écrivait
frères, je ne puis prêcher le dégoùt des Juifs. Ce serait une en 1913: « A ce titre, on peut dire que les obscurs savants des
insulte que de les supposer un seul instant vulnérables à un écoles rabbiniques du moyen âge comptent parmi les prépara-
autre sentiment envers cette race. Tant que nous resterons atta- teurs actifs de la grande révolution intellectuelle de la
chés à notre atavisme, il n'y aura jamais chez nous de mélange Renaissance, qui, au dix-septième siècle, devait rénover l'hu-
de sang, ni d'assimilation. Le danger juif, je le répète, n'est pas manité. »
à l'intérieur, mais à l'extérieur. Nous comptons beaucoup sur la A l'époque où Robert Anchel écrivait ces lignes élogieuses
victoire allemande afin de l'éliminer en Occident et nous lais- sur les Juifs, on essayait, par tous les moyens, de convaincre les
ser le droit de vivre chez nous, sous nos lois. Arabes de leur état de peuples inférieurs, qui devaient tout à
A titre documentaire, je dois rappeler que les Occidentaux, leurs colonisateurs. Il aurait été sans doute dangereux d'écrire
au moyen âge, ont profité de la civilisation arabe par l'intermé- la simple vérité: « Les Arabes sont les pères de la Renaissance,
diaire des Juifs émigrés d'Espagne. Il aurait été préférable, les Juifs n'en ont été que les valets. »
pour le progrès rapide et clair de ces peuples, principalement de Par un acte de généreuse libéralité, non fondé sur une ana-
la France, qu'un contact direct se mt établi entre nous et elle. lyse froide du sujet, on cause les plus grandes catastrophes. La
Le Juif, paré des plumes du paon, ne se vanterait pas d'avoir sensibilité humaine est souvent l'instrument le plus néfaste et le
transporté au-delà des Pyrénées les principes de la médecine et plus antisocial qui soit. La France a voulu être généreuse envers
de la pharmacopée. L'intolérance de cette époque envers les les Juifs. Le 27 septembre 1791, elle prit la première l'initiative
Musulmaus empêcha de former des liens culturels entre nous. de leur donner la qualité de citoyen. Elle a sacrifié à ce geste,
Ce fut dommage. Beaucoup de malentendus auraient ainsi été non seulement le repos et la santé morale des vrais Français,
évités. Mais, dès cette époque, on nous préféra les Juifs, d'ap- mais son exemple, suivi, empoisonna tout l'Occident. Devenue
parence plus inoffensifs, parce que rampants et serviles. maîtresse en terre d'Islam, quelques années plus tard, elle livra
Le Juif a toujours emprunté sa culture aux pays où il a vécu. en pâture aux Juifs les nobles races arabes, descendantes de
Il développe cette culture dans l'intérêt de sa race. Il en fait un ceux qui inspirèrent cette merveilleuse Renaissance. Nous
moyen de domination et retourne cette arme contre le peuple aurions sans doute accepté notre défaite, mais pouvions-nous
qui, naïvement, la lui a fournie. Très intelligent, il fait toujours pardonner cette insulte faite à notre fierté raciale?

76 77
--
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Rondet-Saint, de l'Académie Coloniale, souligne combien jours, il vit dans ce doute et cette agitation. L'Aryen, lui, croit,
les Juifs algériens, utilement transformés en collaborateurs par il a soif de croyance. » Et j'ajoutais: « Quant au Musulman, il
la loi Crémieux aidèrent à coloniser les indigènes musulmans. est certain, donc toujours calme ».
En réalité, ils se vengèrent de la discipline que leur avait impo- C'est peut-être la raison pour laquelle nous sommes si sou-
sée le régime musulman, mais ils se heurtèrent à une race vent antipathiques et seulement à ceux qui veulent pénétrer en
exceptionnellement résistante et décidée à se défendre. Le mal notre âme et la transformer. Et c'est aussi, sans doute, pourquoi
ne fut qu'individuel, il ne fut pas racial. Nous restons purs et on nous sacrifia tant de fois aux Juifs.
orgueilleux de nous-mêmes, malgré près de cent ans de traite- Il y a une chose palpable, réelle: c'est qu'entre l'esprit ger-
ments inconcevables. main, c'est-à-dire l'esprit logique, dégagé d'hypocrisie,
sachant que la noblesse de caractère a besoin de la force pour
Instruits et curieux de tous ces problèmes, nous n'ignorons se développer, et l'esprit islamique, il y a des points de rappro-
pas que c'est d'Allemagne que les cris de révolte sont partis chement indéniables. Par contre, une incompatibilité absolue
après la déclaration du 27 septembre 1791. existe avec l'esprit juif, qui ne peut dominer qu'en prenant des
Gœthe se révolta contre les mariages mixtes, Fichte dénonça mines de faux esclave et endosser les nationalités les plus
le danger du judaïsme en Europe, Hegel jugea les Juifs inca- diverses afin de les asservir toutes d'une seule étreinte. L'Islam
pables de s'élever au-dessus du matérialisme, Schopenhauer et depuis toujours, l'Allemagne aujourd'hui ont compris ce dan-
Bismarck s'indignèrent également. ger. C'est pourquoi j'estime qu'une alliance étroite entre ces
deux esprits est urgente, afin de lutter contre un danger com-
Mahomet, qui disait tendrement: « Mon frère Jésus » et ses mun que nous ne pouvons mésestimer.
continuateurs qui honorèrent les patriarches de Bagdad Et je me tourne vers l'Allemagne hitlérienne, rempart de
conquise, parce qu'ils étaient chrétiens, seraient déçus de voir l'Occident.
ces mêmes chrétiens s'allier aux Juifs afin d'affaiblir et même,
si possible, d'anéantir l'Islam. Seulement le Juif est souple, il
se convertit quand il le juge né :essaire, il approuve toujours, il
est « libéral». Et nous sommes un peuple orgueilleux, nous ne
nous assimilons jamais. Le rôle d'esclave, le rôle de subalterne
nous va, je l'avoue, fort mal. Et c'est ce qui nous fait tant d'en-
nemis. Et pourtant quelle erreur! La personnalité ferme d'un
peuple est la plus grande garantie pour la conservation de celle
des autres.
En philosophant un jour sur les caractères raciaux, un de
mes amis, le comte de Bozzi, me disait: « La grande différence
qu'il y a entre un Juif et un Aryen, c'est que le Juif doute tou-

78
LÉGISLATION

a base sera, évidemment, essentiellement coranique. On

L l'adaptera, dans ses détails, à la vie moderne. Si l'on veut


s'inspirer d'un code occidental, on sera obligé, pour ne pas
s'écarter de la logique des lois simples et naturelles chères au
Coran, de se rapprocher des réformes juridiques allemandes
modernes.
Ce sujet mérite d'ailleurs un autre développement que celui
que peut se permettre ma modeste plume, nullement spécialisée
dans ces questions.
En passant, je cite quelques lois allemandes qui m'ont frap-
pée.
L'intérêt particulier cède toujours le pas à l'intérêt commu-
nautaire.
Dans l'institution islamique des bien habous (warfs), l'inté-
rêt particulier s'efface devant l'œuvre communautaire à
laquelle le warf est voué: hôpital, école, etc. Le ou les bénéfi-
ciaires ne sont pas les maîtres du capital, ni même de la totalité
des revenus.
Dans les lois allemandes, il y a obligation de faire prospérer
un bien. La même obligation aussi formelle existe pour les

81
-T-

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

bénéficiaires des warfs. Les propriétaires allemands perdent la La tâche est immense dans tous les domaines. Sachons pro-
qualité de régisseurs des biens en cas d'incompétence ou de fiter de l'exemple et de l'amitié des peuples occidentaux pos-
malhonnêteté. Les Musulmans, pour les mêmes raisons, s'ils sédant un idéal fraternel. Puis, tous nos efforts conjugués vers
sont bénéficiaires des biens habous, cessent d'être « nazirat », notre but islamique, hissons à nouveau le drapeau vert à la
c'est-à-dire régisseurs de ces biens. place qui lui est due.
Un testament antisocial est considéré comme nul en
Allemagne, un warf anti-musulman, c'est-à-dire antisocial, est
considéré comme nul en Islam et ne peut même pas être établi.
Tout acte répréhensible est jugé d'après la logique naturelle,
même s'il ne correspond pas à un article précis du code. Il suf-
fit que cet acte jette la perturbation dans la société.
Même raisonnement dans la législation primitive de l'Islam.
Les décrets coraniques ont toujours tenté de réglementer les
rapports des êtres humains d'après la logique des lois naturelles.
La simplicité et le bon sens qui en découlent sont de rigueur.
En plus, ils ont essayé loyalement d'amener les individus à
ne pas borner leur devoir financier à leur seule famille en leur
conseillant d'instituer des warfs, en leur créant des impôts
pieux (sékats, etc.), en les obligeant à recueillir, à élever des
orphelins.
A cette époque, où une classe sociale se laissait, sans murmu-
rer, traiter en esclave par les privilégiés, Mahomet fit un véritable
miracle en amenant les esprits à la conception socialiste de la
société. Aucune revendication ouverte, aucune plainte, aucune
révolte ne l'avaient aidé dans sa tâche de réfOlmateur et de révo-
lutionnaire. Il donna à son peuple un bonheur, un équilibre au
delà de tout ce que l'imagination pouvait alors concevoir.
Dans cette voie, sans se départir de l'esprit initial formé par
Mahomet, les peuples musulmans modernes peuvent affronter
sans hésiter les problèmes sociaux les plus épineux.
C'est aux légistes musulmans sincères recréer un socialisme
islamique tel que notre Prophète, vivant de nos jours, ne le
désavouerait pas.

82
LE ROLlE. DES FEMMES

ans vouloir refuser aux femmes de reprendre progressi-

S vement la place sociale qu'elles occupaient dans l'ancien


empire de Cordoue, je leur conseillerais, comme action
immédiate, d'être les inspiratrices du renouveau moral.
L'influence de l'école, dirigée d'après nos vues, sera dou-
blée si elle est soutenue par une éducation familiale du même
ton. Aussi apportons-nous nos soins à la formation des jeunes
filles de l'Islam.
Présentons-leur le devoir maternel, non sous un aspect aus-
tère et maussade, mais comme une tâcbe joyeuse.
La culture féminine ne doit pas être négligée. L'indigence
intellectuelle des mères entraîne celle des enfants. De généra-
tion à génération, le niveau intellectuel d'une race s'abaisse par
rapport à celui des femmes.
Je sais que j'aurai là, dans certaines contrées, une forte
opposition masculine. Leur jalousie raciale, plus instinctive que
raisonnée, voit dans la femme un être uniquement créé pour
eux. Ils ne saisissent pas les conséquences sociales de l'indi-
gence intellectuelle des mères.
Leur entêtement sera tenace, je le sais.

85
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME

C'est en vous, mes sœurs, que j'espère. Par votre tact et


votre mesure, vous saurez vous imposer. Vous prouverez aux
hommes que la liberté culturelle n'entraîne pas forcément celle
des mœurs.
Le Coran vous protégera si vous savez l'étudier intelligem-
ment. Vous redeviendrez les grandes Musulmanes qui illustre-
ront l'histoire de notre philosophie, de notre littérature, de nos
arts et même de notre science.
Mais je ne m'étendrai pas davantage. « L'Islam et Les
Temps modernes» ont suffisamment développé la question du
féruînisme musulman. LES ENFANTS MUSULMANS

'avenir de notre race tient dans les petites mains des

L jeunes générations. Les pionniers et les sacrifiés des évé-


nements mondiaux actuels sont incontestablement ceux
qui ont de vingt à cinquante ans. Victorieux ou tragique, leur
destin est marqué davantage par la lutte que par la réalisation.
La société apaisée, organisée, sera celle de nos enfants.
C'est pourquoi, parents, formez des âmes vraiment musul-
manes. Oubliez vos désirs, vos ambitions personnelles. Dirigez
vos enfants vers l'épanouissement total de leurs facultés, mises
au service du plus grand Islmn.
Elevez-les d'après leurs aptitudes et non d'après un plan
conçu avant le développement de leur personnalité et destiné à
servir la seule ambition familiale.
Développez ces aptitudes dans l'unique dessein de fournir à
la communauté islamique un apport quelconque, enrichissant
une des diverses branches de l'activité sociale.
Un bon artisan apporte souvent un élément de progrès plus
utile à un peuple qu'un intellectuel morbide.
On apprendra à l'enfant la place et le devoir qu'il aura à
remplir auprès de la société islamique. Il saura qu'aucun de ses

87
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

actes ne lui appartient en propre et qu'aucun de ses gestes n'est L'Islam sert aux mauvais pédagogues de « loup-garou ».
sans conséquences envers ses frères de sang. Certaines natures passent de révoltes en révoltes envers la plus
Pour obtenir ce résultat, il faut non seulement que nos tolérante, la plus humaine et la plus logique des croyances.
femmes soient conscientes de leur rôle de mères, mais que l'en- Comment nommer cette calomnie d'un genre spécial? Elle
seignement soit dirigé par des Musulmans évolués et sincères. risque d'arracher à la communauté islamique les sujets les plus
o intellectuels de notre race, ô privilégiés du sort, si Dieu doués, à l'esprit indépendant, prêts à devenir des chefs, des élé-
vous a soulagés des soucis matériels, ce n'est point afin que vous ments sûrs et sains de progrès racial. Ce système dangereux ne
gâchiez votre vie en vains plaisirs. Vous devez cette existence conserve béats que les moutons, les neutres, les incolores et les
entière au service du Tout-Puissant et à l'évolution de vos frères. incapables.
Les groupements de jeunes, loisirs organisés, ceutres cultu- Les enfants qui se révoltent devant l'illogisme, les choses
rels et de propagande, doivent être aménagés par vos soins. inexpliquées et inexplicables sont, en général, ceux qui, plus
Unissons-nous tous pour la grande œuvre de renaissance tard, sont capables de tout sacrifier à une idée adoptée par rai-
islamique. Entourons de tout notre amour les jeunes, ayons sonnement.
souci de leur santé physique et morale. Chassés de l'intimité communautaire de l'Islam, ils s'occi-
La moindre parcelle d'intelligence et d'énergie musulmane dentalisent sans mesure. Ils perdent leur équilibre naturel et se
perdue est un crime envers l'Islam. Peu importe que telle ou dérobent involontairement leur devoir sacré de Musulman.
telle vocation dérange l'égoïsme des parents. Cette préoccupa- Ils ne sont pas responsables de cette erreur. Il nous incombe
tion ne doit pas peser dans la balance au moment où l'on décide de les ramener vers leUl' atavisme et le génie héréditaire de
de l'avenir d'un enfant. notre race. Il suffira de leUl' fournir les éléments de comparai-
Il est révoltant de penser que des chefs de famille ont, au son, d'appréciation nécessaires.
nom de l'Islam, abmti leurs femmes et leurs enfants. A quand les commentaires, pourtant si faciles, du moder-
Dans les premières années de ma vie, j'ai parfois considéré nisme coranique.
comme un malheur d'être née musulmane. L'image que l'on me
faisait de ma future existence de femme était révoltante. Toute
jeune,j'avais en moi le besoin de dévouement et d'action. On me
proposait la vie d'une poupée sans âme. Je dois à une mère d'une
exceptionnelle culture islamique d'être restée si intimement liée
à ma foi. Et non seulement j'ai appris à lui demeurer fidèle, mais
j'ai su y puiser tout le bonheur et l'équilibre de ma vie.

« Et ne dites pas, suite aux mensonges qu'ont proféré vos


bouches: Ceci est licite et ccla ne l'est pas, mentant ainsi sUl' le
compte de Dieu. » (Coran: sourate n° 16, verset 116).

88
PLAN D'ÉTUDES

a loi coranique est si simple et si complète à la fois, qu'il

L est aisé de l'incorporer à toutes les brancbes de l'ensei-


gnement.
Le plan d'études général, au début de notre renaissance, res-
tera, malgré cette nuance, copié sur les programmes scolaires
occidentaux. La culture la plus étendue est coranique. Rien
dans notre Livre, commenté sincèrement, ne limite l'effort
intellectuel. Aucune règle, aucun contrôle ne peuvent lui être
imposés, le clergé et l'autorité spirituelle d'un homme sur un
autre étant essentiellement anticoraniques.
Les sports, l'hygiène sont coraniques. Notre foi ne nous
enseigne pas le dédain du corps. L'âme est un prêt de Dieu, le
corps son écrin terrestre. Nous devons donner à cette âme un
écrin digne d'elle.
« Puis Il lui a donné [à l'homme] une forme harmo-
nieuse ... » (Coran: sourate n° 32, verset 9). Mahomet était fier
de sa mâle beauté et de sa force. Il était de taille moyenne, mais
harmonieusement musclé. Quand il aidait ses soldats à des tra-
vaux militaires, il montrait à nu un torse d'athlète. Il aimait les
hommes sobres, actifs et soignés.

91
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

Les robustes et saines races de l'Islam offrent des athlètes L'école unique rejoint le système de l'école coranique qui
naturels. Entraînés avec méthode, ils porteraient loin dans le obtient, elle aussi, dès le bas âge, la fusion des classes.
monde nos couleurs. La philosophie islamique fournit à nos esprits assez d'idéal
Dans quel domaine, d'ailleurs, sommes-nous, à instruction et de rêves.
égale, inférieurs? L'enseignement pratique, dégagé d'excès de cérébralité, est
En très peu de temps, l'Islam peut reprendre automatique- celui qui nous con vient.
ment sa place dans le monde. Jamais un enfant musulman, mis L'intellectualité à outrance risque, en s'éloignant des lois de
en compétition dans les écoles avec ceux des autres races, ne se la nature, d'isoler l'homme de l'homme. Perdu en des pensées
montre en aucune manière inférieur à ses petits camarades. Il inapplicables au sens pratique, un grand esprit se transforme
est en général studieux, vif et souvent à la tête de sa classe. facilement, dans sa tour d'ivoire, en membre inutile à la com-
L'enfant musulman doit recevoir une première éducation munauté.
exclusivement raciale. Puis les sujets les plus doués prendront L'enseignement, en Allemagne nouvelle, vise à développer
contact avec l'Occident. la volonté et l'énergie au même degré que l'intellectualité.
Les Allemands contemporains sont guidés, transportés par Le principe constant d'équilibre entre les facultés culturelles
la voix et le regard de leur Chef-Prophète. Ce peuple a puisé sa et physiques de l'homme est, à mon sens, parfait. C'est à ce
grandeur présente dans des difficultés tenibles, des privations prix seul que naît une race harmonieuse. « Le caractère n'est
sans nombre, des sacrifices de chaque instant. Le rude peuple pas le résultat de la culture, mais de la santé morale », disait le
arabe a surgi du stérile désert à la voix de Mahomet. D'un bond docteur Huard, dans une conférence à l'Institut allemand de
étonnant, il transporta jusqu'en Occident sa culture et sa civili- Paris. Et il ajoutait: « Le principe de la sélection ne doit pas
sation toutes neuves. découler du hasard, mais d'un système. Il faut empêcher les fils
Nous sommes, l'un et l'autre, des enfants de la douleur, des à papa incapables de se faufiler dans des professions qu'ils
enfants d'une foi totale, animés d'un grand désir de bonheur encombrent au lieu de servir.
sain et de justice sociale. On nous traite, tous deux, de peuples
fanatisés et de guerriers sanguinaires. L'histoire insiste sur nos «L'éducation ne se contentera pas de former une élite, mais
victoires militaires et passe rapidement sur celles du domaine un peuple entier, en plaçant chacun, selon ses capacités et non
culturel. Elles sont pourtant plus nombreuses et de consé- d'après sa naissance. Elle respectera l'évolution particulière du
quences mondiales. plus doué au moins doué avec autant de sollicitude. Tous sont
Associés à travers l' histoire par les mêmes calomnies, Dieu utiles à l'ensemble d'une société. En matière éducative, on
veuille que nous nous unissions pour la grandeur de nos idéaux retournera aux principes immuables de la nature, qui sélec-
fraternels! tionne les êtres avec sévérité mais sagesse.
L'orientation culturelle de la nouvelle Allemagne convien- « On bannira tout chauvinisme ou aveuglement patriotique.
dra aux cerveaux de nos enfants, que je veux conserver « fana- La haine doit être exclue de tous les raisonnements et idéaux.
tisés ». Mais on développera, par contre, au maximum l'amour et la

92 93
-~

L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME SAIDA SAVITRI

fidélité envers la race, sans dévaloriser en aucune façon les d'idéologies contradictoires, les unes la servant, les autres
autres. En supprimant l'originalité d'une race, on détruit l'en- essayant en vain de la combattre. L'incohérence atteignit son
semble communautaire d'une ou de plusieurs nations. Il faut comble. Le marxisme lutta prétendument contre le capital, mais
raffermir la personnalité de chacun. » il ne détruisit pas l'âme démoniaque de la matière. Pire, il la
Dans tout l'exposé du docteur Huard, rien ne peut choquer sacra reine. Le national-socialisme maîtrisa cette matière
la mentalité musulmane. Au contraire, un enfant élevé d'après déchaînée et la mit à son service. A présent, elle n'est plus dan-
ces principes demeurera un bon musulman quand il sera rendu gereuse, elle a acquis une âme bienfaisante. Elle servira à l'hu-
à sa patrie. manité et ne l'entraînera plus dans une ronde infernale, surtout
Donc, le contact avec la culture allemande est celui qui, après la victoire définitive des armées du Reich.
incontestablement, risque le moins de transformer l'âme d'un L'Islam ouvre ses yeux au modernisme à l'époque où le
enfant musulman. Le national-socialisme et l'Islam n'ont, ni danger est passé. Devons-nous regretter d'avoir perdu quelques
l'un ni l'autre, la triste manie du prosélytisme. Leurs idéanx, siècles?
bien à eux et tolérants, ne peuvent être une raison de dissenti-
ments entre eux. Mieux, je suis certaine qu'ils seront leur ter-
rain d'entente et leur lien futur.
Il faudrait pour les rendre ennemis un malentendu créé par
une interprétation arbitraire de leurs principes, ou, chose plus
dangereuse, des intérêts économiques différents. Mais, pour le
moment, l'Occident a besoin de nos richesses et nous de sa
technique.
Comme toute chose en ce monde a des raisons cachées, qui
souvent échappent à la compréhension humaine, je me
demande parfois si notre loug sommeil, loin du tourbillon
mécanique du siècle dernier, n'a pas été un effet de la bonté
divine. Les richesses matérielles de la nature devaient, logique-
ment, être exploitées au bénéfice de notre esprit, de notre spiri-
tualité. En réalité, à mesure que les inventions scientifiques se
multipliaient, l'élévation de l'âme s'abaissait au contact de la
vie trop facile et du confort. Au lieu d'engendrer le bien-être,
ce progrès avait créé la jouissance sans idéal. Cette technique,
cessant d'être notre esclave, prenait une âme démoniaque et
nous asservissait au moyen de son valet, l'or. Le monde entrait
dans un cycle de folle. De cette folie naquirent une quantité

94
SYSTÈME CULTUREL

SCIENCE: Envoyer dans les Universités occidentales tout


sujet doué pour une branche scientifique. Le choix sera fait par
les groupes d'orientation professionnelle, dès les études secon-
daires achevées.
Ce centre d'orientation sera composé de pédagogues, méde-
cins, psychiâtres, voire de graphologues; en un mot, on y
emploiera tous ceux qui, honnêtement et scientifiquement,
seront aptes à juger impartialement la nature d'un sujet.
On empêchera les parents fortunés de décider de l'avenir
d'un enfant suivant leur caprice. On rendra leur influence nulle
dans ce sens.
Un enfant mal orienté perd toute sa vie future. Pire, il n'est
plus, dans la société, qu'un élément nuisible et parasitaire.
Les parents fortunés seront tenus de pourvoir aux études de
leur enfant dans le sens de sa vocation.
Les enfants de parents pauvres seront éduqués aux frais des
warfs, de tout autre système d'impôt religieux et à la charge
également des célibataires fortunés et des couples sans enfants
ou n'en ayant qu'un seul.
L'étudiant, quel qu'il soit, sera tenu de revenir à son lieu
d'origine pour l'exercice de ses facultés dès son diplôme obtenu.

97
L'ISLAM DEVANT LE NATIONALaSOCIALISME SAIDA SAVITRI

On remplacera ainsi, peu à peu, les apports étrangers aux- Loin de moi la pensée de condamner les œuvres de folklore
quels on sera forcé de faire appel au début de notre réorganisa- transmises sans méthode de génération à génération. Elles ont
tion dans les usines, laboratoires, hôpitaux, etc. un grand charme et en les prenant comme base on pourrait
Tous les Musulmans qui se distingueront dans une profes- recréer une discipline musicale. Cette discipline, nécessaire à
sion vouée au progrès islamique bénéficieront de récompenses toute évolution, même artistique, développera le champ des
et d'honneurs. émotions engendrées par la musique, agrandira notre patri-
Avec les meilleurs éléments, on réorganisera les Universités moine culturel.
locales, on en créera de nouvelles, lentement, sans hâte, afin de
bâtir solidement la société de demain. THEATRE: On ne peut l'exclure de nos mœurs modernisées.
Cet entêtement laisserait le champ libre aux minorités non
DOMAINE LITTERAIRE: La grande aptitude de nos races
musulmanes vivant sur nos terres. Elles exploiteraient à leur
pour les études philosophiques et poétiques servira à enrichir et
profit ce merveilleux instrument de propagande et d'éducation
à moderniser l'immense patrimoine littéraire qui a fait la gloire
populaire. Notre désintéressement envers certaines branches de
du peuple arabe.
l'activité sociale est très nuisible, ses conséquences plus graves
On encouragera, par tous les moyens, les œuvres originales
empreintes du génie musulman. On écartera sans faiblesse que l'on ne pourrait se l'imaginer de prime abord. Rien n'est à
toute œuvre nuisant au but racial, ne lui apportant aucun élé- négliger autour de nous, si nous voulons sauvegarder l'avenir
ment nouveau et solide. On ne tombera pas dans l'erreur de la et la grandeur de notre peuple.
fameuse« liberté de pensée ». Si les lois nous interdisent l'em- On ne doit pas abandonner aux mains étrangères le théâtre
poisonnement chimique de nos semblables, je ne vois pas com- capable d'éveiller l'émotion de la masse. On doit, au contraire,
ment on peut admettre celui, encore plus criminel, des âmes et le confier à des esprits sûrs et dévoués afin de posséder et de
des consciences. diriger cette émotion.
Les races islamiques sont profondément sensibles à la
beauté du verbe et de la musique. La poésie et la musique Le CINEMA, lui aussi, doit attirer tous nos soins pour les
seront nos meilleurs agents de propagande. mêmes raisons éducatives. Nous devons faire revivre sur
l'écran les innombrables et belles pages de notre histoire. Elles
MUSIQUE: Par tous nos efforts, nous devons recréer une exalteront les jeunes imaginations et les entraîneront vers uu
musique classique arabe digne de celle que nous possédions en renouveau glorieux. Nos héros, aux touchantes figures de puis-
Andalousie. Malheureusement, les notations de cette époque sance mêlée d'humaine bonté, revivant par nos soins, iraient
n'ont pu être déchiffrées. Moustafa Sfar, l'ex-gouverneur porter à travers le monde l'image de notre gloire et de notre
défunt de Tunis, avait fait de louables efforts dans ce sens. Il civilisation.
faudrait multiplier les offres de primes et de concours, afin de
trouver ceux qui déchiffreront enfin les manusClits sauvés de CHOREGRAPHIE: Ici aussi, tout est à recréer sur des bases
l'exode d'Espagne. régénérées. Cet art doit être représentatif de l'âme pure, roma-

98 99
L'ISLAM DEVANT LE NATIONALaSOCIALISME SAIDA SAVITRI

nesque et tendre de nos Musulmanes. Condamnons définitive- On ne peut arracher l'instinct des cœurs humains et l'art en
ment les contorsions obscènes et d'origine hébraïque, que nous est la forme sublime. On ne peut l'arracher, mais on a le devoir
montrons, hélas! avec une complaisance hideuse à nos hôtes de le guider, d'en faire un levier de puissance et de beauté.
occidentaux. C'est aux dirigeants à tirer le maximum de l'émotivité artis-
Avons-nous oublié que la danse espagnole et même l'art tique d'un peuple.
classique nous doivent beaucoup de figures?
Musique et danses régénérées, tout en gardant leur origina- « C'est un raté, parce que la vocation donnée par le Tout-
lité, pourront rivaliser avec les arts similaires des autres Puissant et aussi la distinction naturelle lui ont fait défaut. »
peuples. Un peu moins de préjugés et plus de fierté intelligente (Hitler, Principes d'action, page 73.)
transformeront notre culture. « Qui a été choisi par la Providence pour dévoiler aux
contemporains l'âme d'un peuple, la faire raisonner, en faire
CHANT: Dans ce domaine aussi, le progrès est possible, tout parler les pierres, subira la loi toute-puissante qui le domine, il
en conservant l'émission vocale propre à notre race. Discipliné parlera sa propre langue, même si les contemporains ne la com-
avec méthode, cet art peut progresser également tout en conser- prennent pas ou ne veulent pas la comprendre. Il subira plutôt
vant l'âme de notre sensibilité raciale. toutes les misères que de devenir une seule fois infidèle à
Et, je le répète, aucun détail n'est à négliger dans le renou- l'étoile qui le guide. » (Id., page 73.)
veau de l'Islam. Il suffit de mettre chacun à sa place et d'exi- « ... L'Art ne représente pas dans la vie un phénomène que
ger le maximum de rendement dans tous les domaines. l'on puisse appeler, congédier, mettre eu veilleuse. » (Id.,
L'art est un moyen étonnant de propagande et d'éducation. page 81.)
Je retourne, pour terminer, aux citations puisées dans « ... Je suis, au contraire, convaincu que l'Art, précisément
l' œuvre de Hitler. parce qu'il est l'émanation la plus directe et la plus fidèle de
«On ne doit jamais séparer l'art de l'homme. Le slogan que l'âme d'un peuple, constitue la force qui modèle inconsciem-
l'art doit être surtout international est vide de sens et bête. Si les ment de la façon la plus active la masse du peuple. » (fd.,
peuples imitent un art étranger à leur race, cela ne constitue page 85.)
nullement la preuve qu'il soit international, mais seulement « ... L'Art, pour atteindre son but, doit être réellement l'in-
qu'il est possible de copier une chose instinctivement vécue ou terprète du grand, du beau, l'expression de tout ce qui est natu-
créée. » (Hitler, Principes d'action, page 65, discours sur la rel et sain. » (Id., page 91.)
race et la culture.) « L'Art n'a pas pour mission de fouiller dans l'ordure par
Et j'ajouterai: Cette imitation provient, en général, des races amour de l'ordure, de ne peindre l'homme que lorsqu'il est
parasitaires et inférieures. Le jour où les Musulmans se met- dégénéré, de représenter des femmes atteintes de crétinisme et
tront à copier l'art occidental au lieu de régénérer le nôtre, ils d'en faire un symbole de la maternité, ou des idiots contrefaits
resteront des peuples inférieurs et voués à leur perte. Ce mou- et d'en faire un exemple d'énergie. » (Id., page 94.11
vement d'imitation commence d'ailleurs à se dessiner dange- « ... Qu'on ne vienne donc pas parier ici d'une menace à la
reusement. Il n'est que temps de l'arrêter. liberté de l'Art! Pas plus que l'on ne peut donner à un assassin

100 101
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL~SOCIALISME

le droit de tuer son prochain, sous prétexte qu'i! ne faut pas


attenter à sa liberté, pas plus on ne peut donner à quiconque le
droit de tuer l'âme d'un peuple sous prétexte qu'il faut laisser
libre cours à la fantaisie malpropre et au dérèglement de cet
individu. » (Id., page 94.)
« ••• EN EFFET, LA SEULE RÉALISATION IMPÉRISSABLE DU TRA-
VAIL ET DE L'ÉNERGIE HUMAINE, C'EST L'ART. (HITLER.)

BIBLIOGRAPHIE

ADOLF HITLER: Ma doctrine (traduction d'extraits de Mein

Kampf et de discours).

Principes d'action (traduction de discours).

WALTER SOMBART: Socialisme allemand.

NORBERT VON BISCHOFF: La Turquie dans le monde.

PRINCE SAID HALIN: Articles (parus dans la revue "Orient

et Occident").

10l
LES VOLONTAIRES MUSULMANS DANS
LA WAffEN-SS

ALBANAIS
Après accord avec le gouvernement albanais de Mehdi
Frasheri et Mitrovica, la SS peut lancer une campagne de
recrutement dans la population musulmane, avec l'appui
de la Ligue de Prizren de Xafer Deva.
15000 Albanais s'engagent et vont constituer la 21 e
Waffen-Gebirgsdivision der SS ii Skanderbeg Il.
BOSNIAQUES
Plus de 30000 hommes s'engagent dans la Waffen-SS et
y forment deux divisions de montagne: la ]3e Waffen-
Gebirgsdivision der SS ii Handschar Il et la 23 e Waffen-
Gebirgsdivision der SS ii Kama Il, regroupées ultérieurement
dans le lX" Corps SS de montagne.
CAUCASIENS MUSULMANS
Les troupes de volontaires musulmans étant tenues
comme parfaitement sûres, un effort important de recrute-
ment fut fait à la fois dans les camps de prisonniers de

105
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME SAIDA SAVITRI

guerre et dans les régions du Caucase pendant la période Environ 3000 Waffen-SS indiens (hindous, musulmans
d'occupation allemande (août 1942-janvier 1943). Des et sikhs) portèrent le turban, l'insigne du Tigre en hom-
dizaines de milliers de musulmans et leurs familles suivi- mage à Bose, ii le Tigre du Bengale Il et l'insigne
rent la Wehrmacht dans sa retraite vers l'Ouest. ii Freieindie Il.

Près de 40000 Caucasiens musulmans rejoignirent les KIRGIZS


Osttruppen, ou directement la Waffen-SS. Les unités de la
Wehrmacht furent transférées à la Waffen-SS, après le Recrutés exclusivement dans les rangs es prisonniers de
guerre. Ils font partie de l'Osttürkischer Waffenverband der
20 juillet 1944.
SS, aussi dénommés formations ii Haroun al-Rachid Il.
10 Bataillons d'Azerbaïdjanais.
4000 volontaires (4 bataillons et 2 escadrons de cavale-
17 Bataillons du Kaukasicher Waffenverband der SS (uni-
rie).
tés ii Haroun al-Rachid », du nom de leur chef, ex-officier
autrichien converti à l'Islam, ancien aide de camp du KALMOUKS
Grand Mufti de Jérusalem Hadj AmÎn al-HussaynÎ à Ils font eux aussi partie de l'Osttürkischer Waffenverband
Berlin) der SS, où ils constituent une force de cavalerie de 29 esca-
INDIENS drons (5000 volontaires), recrutés, le plus souvent, pendant
l'occupation d'Elista, leur capitale.
L'ancien adversaire de Gandhi au sein du Parti du
Congrès, Subba Chandra Bose, avait formé le ii Forward MAGHREBINS
Block » pour lutter plus efficacement contre les Anglais. Il Les Maghrébins ne constituèrent pas, en tant que tels,
avait été proche des communistes, mais il pensait que seuls d'unités dans la Waffen-SS mais tout donne à penser que de
les Etats fascistes pouvaient libérer l'Inde. Son parti fut nombreux Nord-Africains servirent au sein de la
interdit comme « fasciste» en 1940. Un peu plus tard Bose Wehrmacht, les archives de la Sécurité militaire française
s'enfuit et parvint à gagner l'Allemagne, où il rejoignit cer- l'attestent sans donner de chiffres ni détails précis:
tains Indiens qui se trouvaient déjà à Berlin. Avant de Dans la Phalange Africaine (environ 300 volontaires)
gagner Singapour aux mains des Japonais, pour y former le Dans la Brigade Nord-africaine (environ 180 volontaires
ii Gouvernement de l'Inde libre Il et l'ii Armée Nationale algériens qui ne laisseront en France que le souvenir
Indienne », Bose recruta dans les camps de prisonniers. Les d ' exactions).
volontaires constituent en 1943, le 950 e PZ Gren. Rgt de la dans la Deutsche-Arabische Legion qui devient la
Wehrmacht et stationnent au sud de Bordeaux dans le Deutsche-Arabischer Lehrverband puis le 845. Bataillon der
cadre de la 1re Armée. Après la retraite de l'été 1944, les Wehrmacht sous le commandement de l'Oberleutnant
survivants forment une Légion SS, envoyée en Italie. Elle Meyer-Ricks.
n'y fera pas merveille et paraît avoir été dissoute début Dans les Sonderverband 287 et 288 qui relevaient davan-
avril 1944 à la demande du Führer. tage du Service Action de l'Abwehr. La bonne tenue au feu

106 107
L'ISLAM DEVANT LE NATIONAL-SOCIALISME

du Sonderverband 288, qui n'aurait servi qu'en Tunisie, lui


valu le privilège d'être intégré dans la Wehrmacht en qua-
lité de Panzergrenadier Régiment (mot.) « Afika », sous le
commandement de l'Oberst Menton, au sein de la 90. Leieht
Division.
TATARS DE CRlMEE
9 bataillons Waffen-SS constituent la 58e Brigade indé-
pendante de la Wajfen-SS, sous le commandement du SS-
Standartenführer Osman Refaat: 9000 volontaires regrou-
pés sous l'autorité d'Ahmed Ozenbaskly). SOMMAIRE
TURl(MENES préface ........................................... 7
Les Turkmènes ressortissaient de différents services, buts de ce livre ...................................33
mais à partir de 1944, ils sont tous membres de la Waffen- choix de notre guide moderne ..................... .39
SS, même s'ils font partie d'unités de la Wehrmacbt. points communs ................................. .43
162e Infanterie-Division
15000 Turkmènes y sont affectés et se battent remar- phrases à méditer dans l'œuvre d'hitler ............. .45
quablement sur le front italien. petit aperçu de la conception sociale et culturelle allemande
Osttruppen ................................................ 59
Légion turkmène: 20 bataillons d'infanterie, 2 bataillons différences de climat et de race, analogie philosophique .63
de sûreté, 2 bataillons du train, 5 bataillons de pionniers et
le 3 e Infanterie-Régiment: environ 35000 hommes. les juifs ......................................... 73
Le premier bataillon, le 450 e, fut levé par le commandant législation ....................................... 81
Meyer-Mader, tombé en Bielorussie en avril 1944. le rôle des femmes ................................ 85
Osttürkiseher Waffenverband der SS les enfants musulmans ............................. 87
4 bataillons, renforcés ensuite par toutes les unités
d'Ostruppen. 5000 Waffen-SS avant 1944. plan d'études .................................... 91
Total des Turkmènes: environ 55000 hommes. système culturel .................................. 97
UZBEKS bibliographie .................................... 103
les volontaires musulmans dans la waffen-ss .........105
4000 hommes, ressortissant de Osttürkiseher Waffenver-
band der SS, où ils constituaient 2 bataillons et 5 escadrons.

108