Vous êtes sur la page 1sur 95

Table des matières

Cadre réglementaire et institutionnel des risques en général...............................................................5


1Dispositions générales...................................................................................................................5
1.1Aménagement........................................................................................................................5
1.1.1Outils de l’urbanisme réglementaire prenant en compte les risques majeurs................5
1.1.1.aLes documents de planification..............................................................................5
1.1.1.bLe Règlement National d'Urbanisme......................................................................5
1.1.1.cLes autorisations d'occuper le sol...........................................................................6
1.1.1.dLe Porté à Connaissance (PAC)..............................................................................6
1.1.1.eLe Projet d’Intérêt Général (PIG)...........................................................................6
1.1.2La traduction des aléas en zonage réglementaire du ppr................................................6
1.1.2.aLes risques naturels (et miniers).............................................................................7
1.1.2.bCarte aléa mouvement de terrain............................................................................7
1.1.2.cCarte aléa inondabilité............................................................................................8
1.1.2.dCarte des enjeux......................................................................................................9
1.1.2.eTraduction des cartes d'aléa en zonage reglementaire............................................9
1.1.2.fPPR........................................................................................................................11
1.1.3GEMAPI.......................................................................................................................11
1.2Information et concertation..................................................................................................11
1.2.1 DGi1 – Information préventive des populations.........................................................11
1.3Vigilance, alertes secours.....................................................................................................11
2Les acteurs institutionnels et enjeux de la sécurité et de la prévention des risques.....................11
2.1.1Les PPR........................................................................................................................13
3Cadre réglementaire et institutionnel des inondations.................................................................14
3.1Les outils..............................................................................................................................14
3.1.1Les PPRI.......................................................................................................................14
3.1.2Les PAPI.......................................................................................................................14
3.1.2.aLes PAPI "1ère génération"...................................................................................15
3.1.2.bLes PAPI rénové...................................................................................................15
3.1.3Actualités (GEMAPI etc ...).........................................................................................15
4Autorité de police, pouvoirs et obligation de mise en œuvre......................................................16
4.1L’identification des autorités de police administrative........................................................16
4.1.1Les autorités nationales de police.................................................................................16
4.1.2Les autorités locales de police......................................................................................16
4.2La mise en œuvre des pouvoirs de police............................................................................18
4.2.1La combinaison des pouvoirs de police.......................................................................18
4.2.2Le concours des pouvoirs de police.............................................................................18
4.2.3Les moyens : la police municipale...............................................................................19
Connaissance du territoire : inventaire des risques naturels et technologiques, implication des
différents services...............................................................................................................................20
1RN 1 - Tempêtes, cyclones, tornades et orages...........................................................................20
1.1Définition raccourcie............................................................................................................20
2RN2 – Inondations.......................................................................................................................20
2.1Nature, causes, et effets........................................................................................................21
2.2Mesures de prévention.........................................................................................................22
2.3La surveillance, la prévision, la vigilance, et l’alerte...........................................................23
2.4L’éducation et l’information préventive...............................................................................24
3RN 3 – Mouvements de terrain....................................................................................................24
3.1Définitions............................................................................................................................24
3.1.1Les mouvements lents..................................................................................................25
3.2Les mouvements rapides......................................................................................................25
3.3Nature, causes et effets.........................................................................................................26
3.3.1Les effondrements et affaissements..............................................................................26
3.3.2Les tassements par retrait-gonflement..........................................................................26
3.3.3Les écroulements, les éboulements, les chutes de blocs et de pierres..........................26
3.3.4Les glissements, coulées de boue associées et fluages.................................................27
3.4Les effets de ces différents phénomènes sur les enjeux.......................................................28
3.4.1Et le changement climatique ?......................................................................................29
3.5Mesures de prévention des mouvements de terrain.............................................................29
3.6La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux..................................................29
3.6.1La surveillance, la prévision et l’alerte........................................................................30
3.6.2L’éducation et l’information préventive.......................................................................31
3.6.3La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme...........................31
3.6.4La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux.................................................31
3.6.5Les dispositifs de protection collective........................................................................32
3.6.6La préparation aux situations de crise..........................................................................33
4RN 4 – Risques littoraux..............................................................................................................33
4.1Définitions............................................................................................................................33
4.1.1Le recul du trait de côte................................................................................................33
4.1.2La submersion marine..................................................................................................34
4.1.3Les avancées dunaires..................................................................................................34
4.2Nature, causes et effets.........................................................................................................34
4.2.1Le recul du trait de côte................................................................................................34
4.2.2Les submersions marines..............................................................................................35
4.2.3Les avancées dunaires..................................................................................................36
4.2.4Les effets de ces phénomènes sur les enjeux................................................................37
4.2.5Le changement climatique............................................................................................37
4.3Mesures de prévention des recul du trait de côte, submersion marine et avancée dunaire..38
4.3.1La connaissance du phénomène, de l’aléa et des enjeux..............................................39
4.3.1.aLe recul du trait de côte........................................................................................39
4.3.1.bLa submersion marine...........................................................................................40
4.3.1.cL’aléa de référence est modifié et complété par l’aléa 2100.................................40
4.3.2La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte....................................................41
4.3.3L’éducation et l’information préventive.......................................................................42
4.3.4La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme...........................42
4.3.5La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux.................................................43
4.3.6Les dispositifs de protection collective........................................................................44
4.3.7La préparation aux situations de crise..........................................................................45
5RN 5 - Neige, avalanches et risques glaciaires............................................................................45
5.1Définitions............................................................................................................................45
5.2Nature, causes et effets.........................................................................................................45
5.2.1Neige............................................................................................................................46
5.2.2Avalanches....................................................................................................................46
5.2.3Risques glaciaires.........................................................................................................47
5.2.4Et le changement climatique ?......................................................................................48
5.3Mesures de prévention des chutes de neige, avalanches et risques glaciaires.....................49
5.3.1La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux..........................................50
5.3.2La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte....................................................51
5.3.3L’éducation et l’information préventive.......................................................................53
5.3.4La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme...........................53
5.3.5La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux.................................................54
5.3.6Les dispositifs de protection collective........................................................................55
5.3.7La préparation aux situations critiques.........................................................................57
6RN 6 – Séismes et Tsunamis........................................................................................................58
6.1Définitions............................................................................................................................58
6.1.1Le séisme......................................................................................................................58
6.1.2Le tsunami....................................................................................................................58
6.2Nature, causes et effets.........................................................................................................58
6.2.1Les séismes...................................................................................................................58
6.2.2Les effets induits par les séismes..................................................................................60
6.2.3Les effets de site...........................................................................................................61
6.2.4Les effets des séismes sur les enjeux............................................................................61
6.2.5Les tsunamis.................................................................................................................62
6.2.6Les effets des tsunamis.................................................................................................63
6.3Mesures de préventions des séismes et tsunamis.................................................................63
6.3.1Le Plan séisme national................................................................................................63
6.3.2Le Plan séisme Antilles................................................................................................64
6.3.3La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux..........................................64
6.3.3.aLes séismes...........................................................................................................64
6.3.3.bLa sismicité en Métropole....................................................................................64
6.3.3.cLa sismicité en outre-mer......................................................................................65
6.3.4La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte....................................................65
6.3.4.aLes séismes...........................................................................................................65
6.3.4.bLes réseaux sismologiques...................................................................................66
6.3.4.cLes tsunamis..........................................................................................................66
6.3.5L’éducation et l’information préventive.......................................................................67
6.3.6La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme...........................68
6.3.6.aLes séismes...........................................................................................................68
6.3.6.bLes tsunamis.........................................................................................................68
6.3.7La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux.................................................69
6.3.8Les dispositifs de protection.........................................................................................71
6.3.9La préparation aux situations critiques.........................................................................71
7RN 7 – Eruptions volcaniques ....................................................................................................71
7.1Définitions............................................................................................................................71
7.2Nature, causes et effets.........................................................................................................71
7.2.1Les différents types de volcanisme...............................................................................72
7.2.2L’activité volcanique....................................................................................................73
7.2.3Les manifestations du volcanisme................................................................................73
7.2.4Les phénomènes induits...............................................................................................73
7.3Mesures de prévention des phénomènes..............................................................................74
7.3.1Connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux..............................................74
7.3.1.aLes préjudices humains.........................................................................................74
7.3.1.bLes préjudices matériels.......................................................................................74
7.3.1.cLe volcanisme en France......................................................................................74
7.3.2Surveillance, prévision, vigilance et alerte...................................................................76
7.3.3Éducation et information préventive............................................................................77
7.3.4Prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme................................77
7.3.5La réduction de la vulnérabilité....................................................................................77
7.3.6Dispositifs de protection préparation aux situations critiques......................................78
8RN 8 – Incendies de forêt............................................................................................................78
8.1Définitions............................................................................................................................78
8.2Nature, causes et effets.........................................................................................................79
8.2.1Les différents types de feux de forêt............................................................................80
8.2.2Les facteurs favorisant le risque de feux de forêt.........................................................81
8.2.3Les causes des feux de forêt.........................................................................................82
8.2.4Les effets des feux de forêt...........................................................................................83
8.2.5Et le changement climatique ?......................................................................................84
8.3Mesures de prévention des incendies de forêt......................................................................85
8.3.1La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux..........................................87
8.3.2La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte....................................................87
8.3.3L’éducation et l’information préventive.......................................................................88
8.3.4La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme...........................89
8.3.5La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux.................................................89
8.3.6Les dispositifs de protection collective........................................................................90
8.3.7La préparation aux situations critiques.........................................................................91
Ingénierie du risque............................................................................................................................93
1Méthodes d'évaluation, d'analyse et de traitement du risque.......................................................93
Organisation, gestion de service, administratif..................................................................................93
1.1Collectivités territoriales......................................................................................................93
1.2Notions de marché public....................................................................................................94
1.3Gestion de services et encadrement.....................................................................................94
1.4Conduite de dossier..............................................................................................................94
Sécurité et prévention des risques
Cadre réglementaire et institutionnel des risques en
général
1 Dispositions générales

1.1 Aménagement
1.1.1 Outils de l’urbanisme réglementaire prenant en compte les risques majeurs
http://www.mementodumaire.net/dispositions-generales-2/amenagement-durable-du-
territoire/outils-de-lurbanisme-reglementaire-prenant-en-compte-les-risques-majeurs/

1.1.1.a Les documents de planification


Le Code de l’urbanisme (CU) prévoit que les documents d’aménagement fixent notamment les
conditions de prise en compte de la prévention des risques.
• Les directives territoriales d’aménagement (DTA), documents à caractère synthétique
expriment les orientations fondamentales et les objectifs principaux de l’Etat dans les
différents domaines de portée générale. Les DTA sont réservées aux parties du territoire
présentant des enjeux particulièrement importants.
• Les schémas de cohérence territoriale ( SCoT), fixent les orientations générales de
l’organisation de l’espace et déterminent les grands équilibres entre les espaces urbains à
urbaniser et les espaces naturels et/ou forestiers relatifs à la prévention des risques. Dans un
SCoT, les élus définissent ensemble (avec les services de l’Etat) les orientations permettant
l’évolution du territoire dans le respect des objectifs d’un développement durable
notamment en matière d’habitat, de commerce, de zones d’activité, de transports.
• Les plans locaux d’urbanisme (PLU), fixent les règles générales et les servitudes
d’utilisation des sols permettant la prévention des risques à l'échelle communale. Ils font
l’objet d’une concertation avec la population pendant leur élaboration et sont soumis à
enquête publique avant leur approbation par le conseil municipal. Doit être compatible avec
d'éventuel SCoT et SDAGE. Les documents graphiques du règlement des PLU font
apparaître s’il y a lieu, les secteurs où l’existence de risques naturels tels qu’inondation,
incendies de forêt, érosion, affaissements, éboulements, avalanches, ou de risques
technologiques justifient que soient interdites ou soumises à des conditions spéciales les
constructions et installations de toute nature, permanentes ou non, les plantations, dépôts,
affouillements, forages et exhaussement des sols.

1.1.1.b Le Règlement National d'Urbanisme


Ce sont les règles générales qui s’appliquent en matière d’utilisation du sol, et qui concernent la
localisation, la desserte, l’implantation des constructions, leur aspect extérieur et leur architecture,
les équipements et réseaux, la prise en compte des risques et nuisances et la protection des lieux
avoisinants.

1.1.1.c Les autorisations d'occuper le sol


Les autorisations d’urbanisme sont des formalités préalables à la réalisation des travaux de
construction nouvelle, des travaux sur construction existante, des changements de destination et des
travaux d’aménagement (division de terrains, lotissements, aires de stationnement, installations de
caravanes etc.). Elles doivent être conformes aux règles prescrites par les PLU, POS, carte
communale, et en l’absence de ces documents au règlement national d’urbanisme (RNU).
Les principales procédures sont les suivantes :
• permis de construire,

• permis d’aménager,

• permis de démolir,

• déclaration préalable.

1.1.1.d Le Porté à Connaissance (PAC)


Le préfet a obligation d’informer les collectivités locales de certains éléments d’appréciation sur les
risques technologiques et naturels dont il a connaissance, pour que ces dernières puissent prendre
ces éléments en compte dans leurs documents d’urbanisme et d’aménagement, pour la planification
et décision dans les domaines relevant de leur responsabilité (permis de construire, zone
d’aménagement concerté (ZAC), assainissement, construction de réseaux de transports, de
distribution d’eau ou d’énergie, etc.).
La connaissance de l’existence d’un risque avéré, découvert ou non par une étude, non sanctionné
par un acte réglementaire doit donc être « portée à connaissance ».

Si les éléments connus ne sont pas suffisants pour caractériser l’aléa avec assez de précision, le
préfet peut susciter des études (quel qu’en soit le maître d’ouvrage) dont il doit faire état dans le
porté à connaissance. Dès que les résultats de ces études sont disponibles, le préfet procède à une
information complémentaire, qui sera d’autant mieux reçue par les élus qu’ils auront été
régulièrement informés de l’avancement des études.

1.1.1.e Le Projet d’Intérêt Général (PIG)


Le PIG constitue depuis les lois de décentralisation l’un des outils dont dispose l’Etat pour garantir
la réalisation de projets présentant un caractère d’utilité publique et relevant d’intérêts dépassant le
cadre communal voire intercommunal. Le projet doit avoir pour objet la réalisation d’ouvrage, de
travaux ou de protection, et l'objet de ces travaux peut être la prévention des risques. Le projet est
qualifié de projet d’intérêt général par arrêté préfectoral en vue de sa prise en compte dans un
document d’urbanisme.

1.1.2 La traduction des aléas en zonage réglementaire du ppr


http://www.mementodumaire.net/dispositions-generales-2/amenagement-durable-du-territoire/dga2-
la-traduction-des-aleas-en-zonage-reglementaire/#a2

1.1.2.a Les risques naturels (et miniers)


L'étude des phénomènes naturelles est une démarche dire d'experts. Différence entre les
phénomènes répétitifs (ex inondations) et non répétitifs (ex glissements de terrain)

1.1.2.b Carte aléa mouvement de terrain


Les mouvements de terrain comprennent les glissements, les chutes de blocs, les effondrements. Ils
sont tous liés, en premier lieu, à la nature géologique des terrains. La carte géologique est donc le
premier outil utilisé par l’expert. Ses connaissances et son expérience de terrain lui permettent, à
partir de la lecture de la carte, de savoir quels sont les types de formation qu’il va rencontrer et en
déduire les aléas à redouter, ex. :
• roches dures : chutes de blocs, éboulements ;
• roches tendres comme les marnes (teneur élevée en argile) : glissements.

A partir des mouvements du passé dont il va étudier les facteurs déclenchants, qu’ils soient naturels
(phénomène météorologique, séisme) ou liés à des travaux (surcharge, terrassement…), et de ses
observations de terrain, il constitue une compilation d’indices significatifs (nature géologique,
pente, présence d’eau, déformation des terrains, désordres aux aménagements…).
Ainsi, de proche en proche, il délimite des secteurs sensibles déjà instables, où les mouvements sont
observables et des secteurs stables au moment de l’étude mais prédisposés aux mouvements en
raison de leurs caractéristiques (des grilles de caractérisation qualitative de ces aléas sont présentées
dans les guides PPR) ; il peut s’appuyer également sur des modélisations : par exemple pour les
chutes de blocs, calculs trajectographiques permettant de déterminer la probabilité d’atteinte d’un
terrain selon sa situation. L’expert réalise ainsi une carte des aléas mouvements de terrains qualifiés
en termes d’intensité à plusieurs niveaux.
Compte tenu de la diversité des mouvements de terrains, il est difficile de traduire directement
leurs caractéristiques physiques en termes d’intensité, sauf à définir autant de classe d’aléas que de
types de mouvements, ce qui rendrait le zonage difficilement lisible. Il faut donc recourir à des
critères plus globaux permettant sinon de les comparer du moins de leur assigner un objectif
commun : la détermination de l’importance des mesures de prévention contre ces aléas.
Le tableau suivant présente un exemple de la relation entre les niveaux d’aléas et les types de
mesures.

Niveau Exemples de mesures de


Niveau d’importance des parades
d’intensité prévention
Purge de quelques blocs instables
Supportables financièrement par un
Faible en falaise, confortement d’une
propriétaire individuel
petite galerie par pilier maçonné
Supportable financièrement par un groupe Comblement d’une cavité
Moyenne restreint de propriétaires (immeubles souterraine, drainage d’une zone
collectifs, petits lotissements) instable
Forte Intéressant une aire géographique débordant Stabilisation d’un glissement de
largement le cadre parcellaire et/ou d’un
terrain important, confortement
coût très important et/ou techniquement
d’un pan de falaise instable
difficile
Phénomène de grande ampleur tel
Majeure Pas de parade technique que Séchilienne (38) ou la
Clapière (05)
Source : extrait du guide P.P.R. mouvements de terrain

Les difficultés à caractériser les aléas mouvements de terrains et les marges d’incertitude qui en
découlent, peuvent donc être en partie contournées par la prise en compte de l’importance des
mesures de prévention dans la prospective d’aménagement.
Pour les phénomènes dangereux, du fait par exemple de leurs caractéristiques physiques ou de leur
soudaineté, comme c’est le cas par exemple pour les chutes de blocs – et d’une façon plus générale
pour beaucoup des risques de type montagne ou à l’aval immédiat d’un ouvrage de protection -,
cette première caractérisation en terme d’intensité doit être complétée par l’examen de la gravité du
phénomène vis-à-vis des personnes.
Le tableau suivant présente un exemple d’échelle conventionnelle de gravité au plan humain.

Gravité Préjudices humains Exemples de phénomènes

Très faible G1 Retrait par dessiccation, tassement,


Pas d’accident
fluage, glissement lent (< 1m/h).

Moyenne G2 Glissement à paroxysme


Accident isolé exceptionnellement rapide (> quelques
dam/h), chutes de pierres.

Forte G3 Quelques victimes Chute de blocs, lave torrentielle, fontis.

Majeure G4 Eboulement, écroulement,


Quelques dizaines de victimes
effondrement généralisé de carrière.

Source : extrait du guide P.P.R. mouvements de terrain

1.1.2.c Carte aléa inondabilité


Les différentes méthodes de calcul élaborées par des hydrologues sont en principe cohérentes avec
les différents types de bassin hydrologique où la nature du ruissellement est prise en compte. Une
fois les débits décennaux et centennaux obtenus, l’expert calcule à partir de la topographie du
bassin, les hauteurs et parfois les vitesses en relation avec chaque débit. Il peut avoir recours à des
modélisations qui sont des simulations numériques de scénarios calés sur les évènements du passé.
Mais le résultat dépend de la pertinence du choix du logiciel, des données initiales et de la
signification de ces dernières avec la réalité du terrain. Il ajoute l’étude du transport solide pour les
cours d’eau torrentiels, car les résultats des calculs hydrauliques peuvent être remis en cause par
l’affouillement des berges, les dépôts de sédiments et les embâcles. Il étudie également le parcours à
moindres dommages. De nombreux documents ou études existent dont l’appropriation critique
préalable doit lui permettre de mieux orienter sa démarche (SDAGE, SAGE, Charte de parcs
naturels, atlas des zones inondables, etc.)
L’utilisation à bon escient de tous ces outils doit amener l’expert à réduire le plus possible les
marges d’incertitude inhérentes à toute étude de phénomènes naturels, difficultés aggravées par les
incertitudes liées à l’impact du changement climatique sur les phénomènes naturels.
L’ensemble de ces éléments conduit à la carte de l’aléa inondabilité.

1.1.2.d Carte des enjeux


Ce document recense et affiche tous les types d’aménagements structurels et fonctionnels existants
ou prévus sur la commune et mentionnés dans le document d’urbanisme (POS ou PLU) mais aussi
les activités telles : touristiques et de loisirs, les exploitations agricoles, forestières, industrielles,
etc.
La réflexion sur le développement futur doit également porter sur les espaces non directement
exposés mais où des aménagements pourraient aggraver des risques ou en provoquer de nouveaux
ainsi que sur ceux qui pourraient présenter des solutions alternatives d’aménagement.
On procède ensuite à une analyse de ces enjeux en termes de sécurité et d’aménagement, de
manière à prescrire dans le zonage réglementaire et dans règlement du PPR, les mesures de
protection ou de réduction de la vulnérabilité à réaliser tant pour les projets que pour l’existant.
Cette phase d’appréciation des enjeux et de leur vulnérabilité (sous leurs 2 volets, endommagement
des biens et sécurité des personnes) nécessite une forte concertation entre les collectivités locales,
les acteurs économiques, etc. et les services de l’Etat afin de parvenir à un constat partagé. En effet,
la superposition de la carte des aléas et de celle des enjeux conduira à l’élaboration du zonage
réglementaire et du règlement du PPR.

1.1.2.e Traduction des cartes d'aléa en zonage reglementaire


Alors que les phases précédentes relevaient pour l’essentiel du domaine de l’expertise, celle du
zonage règlementaire traduit la décision de l’autorité administrative, en l’occurrence le préfet au
nom de l’Etat. C’est une étape très importante pour la concertation avec tous les acteurs et, en
premier lieu, avec les élus.
Le zonage réglementaire élaboré sous la responsabilité des services de l’Etat est présenté dans le
tableau ci-après, suivant une base de réflexion à engager avec des partenaires locaux en fonction des
particularités du terrain et la nature du phénomène, sur la base de la constructibilité. Le critère de
gravité vis-à-vis des personnes est également à considérer.

Aléa de Mesures de Espaces non Espaces urbanisés Espaces urbanisés


référence prévention urbanisés non protégés protégés
Majeur Impossibles Inconstructible Inconstructible Inconstructible
techniquement
Fort Difficiles Inconstructible Inconstructible Inconstructible
techniquement (exceptionnellement
ou très coûteuses constructible sous
dépassant conditions strictes)
largement le
cadre de la
parcelle
Moyen Dépassant le Inconstructible Inconstructible Constructible sous
cadre de la (exceptionnellement condition d’entretien
parcelle constructible sous des ouvrages de
(généralement à condition de prise en protection
maîtrise compte des mesures ou
d’ouvrage après mise en œuvre et
collective) ou révision du PPR)
coûteuse
Faible Ne dépassant Constructible Constructible sous Constructible sous
pas le cadre de sous condition condition de prise en condition d’entretien
la parcelle de prise en compte des mesures de des ouvrages de
cadastrale compte des prévention protection
(généralement à mesures de
maîtrise prévention ;
d’ouvrage inconstructible
individuelle) ou en cas de danger
d’un coût humain
modéré
Source : extrait du guide P.P.R. mouvements de terrain
Des considérations autres que le critère aléa peuvent s’imposer dans la détermination de
l’autorisation ou l’interdiction de construire, par exemples la préservation des zones d’expansion
des crues ou de celles concourant à la rétention des eaux pluviales, la réservation d’emprises pour
permettre la réalisation ultérieure d’ouvrages de protection, etc.
Dans un PPR, les zones d’aléa fort et, le plus souvent, d’aléa moyen, sont traduites (sauf
exceptions et sous conditions, comme en cas de « dents creuses ») en zones inconstructibles (zones
d’interdiction de construire). De nombreux PPR présentent ces zones en rouge.
Les zones d’aléa faible sont traduites en zones constructibles assorties de faibles contraintes (zones
de prescriptions) dont le respect concerne les particuliers (règles d’urbanisme, règles de
construction). Elles sont souvent traduites en bleu.
Si les zones d’aléa moyen d’un PPR ne correspondent à aucune zone constructible du POS ou du
PLU de la commune considérée, elles sont traduites en zones interdites. Dans le cas contraire, elles
peuvent être traduites en zones de concertation (parfois représentées en violet) où la collectivité
publique ou privée doit généralement mener des études complémentaires pour examiner la
faisabilité de l’opération, voire réaliser les travaux de protection définis par les études existantes.
En fait, pour éviter le principe de constructibilité conditionnelle qui n’est pas autorisé dans le
règlement d’un PPR, deux types de zones « violettes » semblent pouvoir être différenciés :
• une zone violette (éventuellement admissible), inconstructible en l’état, mais pouvant
devenir constructible après études et travaux et sous réserve que les études n’infirment pas
cette possibilité. L’ouverture à la constructibilité nécessitera la révision du PPR ;
• une zone « violette » (admise), où le principe et les dimensions des travaux, sous maîtrise
d’ouvrage collective, sont connus et portés en annexe au PPR : l’ouverture à l’urbanisation
est conditionnée à la réalisation effective des travaux, à la vérification de leur conformité par
le service commanditaire et à la mise en œuvre de la procédure administrative associée
(modification ; à défaut, révision).
Le zonage réglementaire présente ainsi l’avantage d’afficher en fonction de la couleur le domaine
de responsabilité de chacun :
• « rouge » : l’Etat impose l’interdiction,
• « violet » : les collectivités locales peuvent éventuellement envisager des aménagements,
mais l’Etat doit en valider des modalités ; c’est le domaine de la concertation,
• « bleu » : les particuliers doivent prendre en compte les règles d’urbanisme et les règles de
construction.

1.1.2.f PPR
Le PPR est un document réalisé par l'état qui réglemente l'occupation des sols à l'échelle
communale afin de prévenir les risques. Ce PPR définit des zones réglementaires qui permettent de
contraindre l'occupation des sols.
Les documents d'urbanisme Scot et PLU doivent être rendu compatibles

1.1.3 GEMAPI

1.2 Information et concertation


1.2.1 DGi1 – Information préventive des populations
http://www.mementodumaire.net/dispositions-generales-2/information-et-concertation/dgi1-
information-preventive-des-populations/

1.3 Vigilance, alertes secours

2 Les acteurs institutionnels et enjeux de la sécurité et de la prévention des


risques
Le citoyen, acteur de la prévention :
• se tient informé des risques (Mairie, Préfecture...),
• limite la vulnérabilité de ses biens et de ses proches en prenant les précautions nécessaires
• sait réagir en situation de crise...

Les propriétaires
• Les propriétaires (Loi Risque : 2003) sont responsables de l'information des acquéreurs et
des locataires (IAL) concernant les risques auxquels sont soumis leurs biens.
• Les propriétaires de bâtiments situés dans des zones exposées à un risque naturel ont parfois
l'obligation d'entreprendre certains travaux afin de respecter les prescriptions édictées
par les différents PPR (inondation, mouvement de terrain...) ou le zonage réglementaire
relatif au risque sismique.
• En matière d'inondation, les propriétaires riverains sont en charge de l'entretien du cours
d'eau et de la réalisation d'aménagements de prévention ou de protection. Note: Il arrive
que les communes ou leurs groupements se substituent aux propriétaires riverains dans un
cadre prévu par la loi.
• Concernant le risque d'incendie de forêt, les propriétaires doivent respecter les modalités de
débroussaillement réglementaire sur leur propriété.
• Certains acteurs de la société civile (associations, écoles...) jouent un rôle important en
tant que relais de l'information ou soutien à la population en cas de crise (réserves
communales de secours).
L'Etat a en charge de :
• L'élaboration des règles générales en matière de prévention des risques naturels,
d'urbanisme, d'information du public, de sécurité civile et d'indemnisation
• L'acquisition de connaissances et le suivi des phénomènes (Atlas des Zones Inondables...)
• La mise en œuvre de mesures réglementaires de prévention et de contrôle (élaboration des
PPR...)
• La sécurité des citoyens pour les mesures dont le champ d'application dépasse le territoire
communal (Plans ORSEC).
• L'information des populations et des élus concernant les risques naturels

1. Il «porte à connaissance» l'information sur les risques auprès des collectivités chargées des
documents d'urbanisme
2. Il élabore les documents d'information préventive sur les risques naturels au niveau
départemental (DDRM).
3. Il arrête la liste des communes dans lesquelles s'applique l'information relative à l'état des
risques pour l'acquéreur et le locataire (IAL)
• Le financement d'actions en matière de prévention des risques
• Concernant le risque d'inondation, les services de prévision des crues (SPC) de l'Etat
assurent la surveillance des principaux cours et font des prévisions de montée des eaux.
La Commune a en charge :
• L'élaboration du Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la commune, voire du Schéma de
Cohérence Territorial (SCOT) au niveau de groupements intercommunaux, en prenant en
compte les risques naturels existant.
• L'élaboration du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), obligatoire dans les 2 ans pour les
communes concernées par un PPR.
• L'information préventive sur les risque naturels au niveau communal, par le biais des
DICRIM et de réunions d'information.
De plus, les communes et leurs groupements (structures intercommunales) peuvent élaborer des
plans d'actions de prévention ou de protection, et parfois assurer la maîtrise d'ouvrage
d'aménagements, en menant une réflexion à une échelle adaptée en fonction du risque (comme par
exemple au niveau du bassin versant concernant les inondations) et en mutualisant leurs moyens
techniques et financiers.
D'une manière générale, il est de la responsabilité du Maire de veiller à la sécurité des populations
face aux risques naturels sur le territoire communal.
Le Département peut s'impliquer dans la gestion des risques, notamment inondations au travers de
syndicats mixtes de gestion des cours d'eau ou incendie au travers des SDIS. Il peut, de plus,
participer au financement des actions de prévention des risques.
La Région est compétente en matière d'aménagement du territoire et, à ce titre, elle peut avoir une
rôle important en ce qui concerne la prévention des risques naturels dans une optique
d'aménagement «durable» du territoire. De plus, elle peut participer au financement d'actions de
prévention des risques.
L'Union Européenne participe au financement et élabore des Directives devant être transposées en
droit français (dont dernièrement la Directive sur la gestion des risques d'inondation).

2.1.1 Les PPR


En France, un plan de prévention des risques, ou PPR, est une Servitude d'utilité publique de
droit français.
Le PPR est un document réalisé par l’État qui réglemente l'occupation des sols à l'échelle
communale, en fonction des risques auxquels ils sont soumis. Cette réglementation va de
l’interdiction de construire à la possibilité de construire sous certaines conditions en passant par
l'imposition d'aménagement aux constructions existantes.
Les risques à prendre en compte sont naturels (Inondations, mouvements de terrains, incendies de
forêt, avalanches, tempêtes, submersions marines, séismes, éruptions volcaniques, cyclones...) et/ou
anthropiques/ technologiques/ miniers.
Le PPR est un dossier règlementaire de prévention qui fait connaître les zones à risques et définit
les mesures pour réduire les risques courus. Le PPR appartient donc aux mesures de sécurité mises
en place face aux risques majeurs. Il prévoit l’information préventive des citoyens, la protection par
les collectivités et l’État des lieux habités, les plans de secours et d’évacuation. Il règlemente
l’occupation des sols, tient compte de différents risques dans l’aménagement, la construction et la
gestion des territoires.
Le PPRN est le plan de prévention des risques naturels prévisibles.
Le PPRT est le plan de prévention des risques technologiques prévisibles.
Le PPRM est le plan de prévention des risques miniers prévisibles.
Le PPRS est le plan de prévention des risques de submersion marine.
Vis-à-vis des risques pris en compte et s'appliquant notamment pour des habitations, un PPR définit
trois grandes familles de zones réglementaires :
• des zones inconstructibles ;
• des zones constructibles sous conditions établies dans un règlement du PPR. Ces zones
incluent les prescriptions qui peuvent être imposées aux constructions existantes dans le but
de proteger les occupants du risque ;
• des zones constructibles sans conditions spécifiques de prise en compte du risque, objet du
plan de prévention (on parlera la plupart du temps de zones blanches ou non réglementées).

3 Cadre réglementaire et institutionnel des inondations

3.1 Les outils


3.1.1 Les PPRI
Un plan de prévention du risque inondation ou plan de prévention des risques d'inondation
(sigle : « PPRI ») est un document émanant de l'autorité publique, destiné à évaluer les zones
pouvant subir des inondations et proposant des remèdes techniques, juridiques et humains pour y
faire face.
C'est un document stratégique, cartographique et réglementaire. Il définit les règles de
constructibilité dans les secteurs susceptibles d'être inondés. La délimitation des zones est basée sur
les crues de référence, et c'est en ce sens que ces documents sont souvent remis en question,
notamment prospectivement en raison du contexte de dérèglement climatique.
Comme pour chaque plan de prévention des risques naturels, le PPRI s'appuie sur la carte des aléas
et aboutit à la carte de zonage réglementaire. La carte de zonage définit trois zones :
• la « zone rouge » où, d'une manière générale, toute construction est interdite, soit en raison
d'un risque trop fort, soit pour favoriser le laminage de la crue ;
• la « zone bleue » où l'on autorise les constructions sous réserve de respecter certaines
prescriptions, par exemple une cote de plancher à respecter au-dessus du niveau de la crue
de référence ;
• la « zone blanche », zone non réglementée car non inondable pour la crue de référence.

3.1.2 Les PAPI


Créés en 2003, les Programmes d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) visent à réduire les
conséquences des inondations sur les territoires à travers une approche globale du risque, portée par
un partenariat entre les services de l’Etat et les acteurs locaux.
Entre 2003 et 2009, près d’un milliard d’euros a été mobilisé par les pouvoirs publics pour financer
ces programmes. Le cahier des charges est ambitieux, mettant au premier plan la réduction de la
vulnérabilité face au risque inondation, l’analyse coût-bénéfice ou encore l’élaboration d’une
stratégie locale… Ces éléments clés des nouveaux PAPI sont encore relativement nouveaux en
France, et leur mise en œuvre par les acteurs locaux n’est pas toujours aisée. La mise en commun de
bonnes pratiques à travers l’échange entre structures porteuses d’un PAPI sur les difficultés
rencontrées et les solutions apportées, pourrait permettre, à chacun, de gagner en temps et en
efficacité.
3.1.2.a Les PAPI "1ère génération"
Ces programmes visent à traiter le risque inondation de manière globale, à travers des actions
combinant gestion de l’aléa (réhabilitation des zones d’expansion des crues, ralentissement
dynamique, ouvrages de protection…), et réduction de la vulnérabilité des personnes, des
biens et des territoires.
La mise en œuvre de ces programmes repose sur une gouvernance partenariale rassemblant acteurs
locaux et services de l’Etat, réunis autour d’une vision partagée à la fois du risque inondation sur le
territoire et des mesures à prendre localement pour en réduire les conséquences négatives.
L’animation de cette dynamique territoriale est portée par une collectivité locale ou un groupement
(conseil général, communauté d’agglomération, syndicat mixte…) qui constitue la structure pilote
du PAPI. Celle-ci contractualise avec l’Etat et les acteurs locaux dans le cadre d’une convention
pluriannuelle qui fixe les modalités de mise en œuvre du PAPI.

3.1.2.b Les PAPI rénové


Les nouveaux PAPI constituent un dispositif de transition préparant la mise en œuvre de la
Directive inondation et à ce titre, ils porteront sur l’ensemble des types d’inondation (débordement
de cours d’eau, ruissellement, remontées de nappes, submersions marines…).
Pour être labellisés, les projets doivent s’appuyer sur un diagnostic précis du risque sur le territoire,
une stratégie locale explicite, et un programme d’actions équilibrés alliant actions sur l’aléa et
réduction de la vulnérabilité, développement de la culture du risque et préparation à la gestion de
crise. La démarche doit être intégrée aux autres politiques publiques mises en œuvre localement,
comme celles liées à la préservation de l’environnement et à l’aménagement du territoire.

3.1.3 Actualités (GEMAPI etc ...)


En janvier 2014, la loi GEMAPI (sur la gestion des milieux aquatiques et la protection contre les
inondations)3 décentralise une partie de la gestion du risque (gestion des milieux aquatiques, des
risques d’inondation et des « risques littoraux ») au niveau des territoires concernés (par les risques
d’inondation, et de submersion marine) en confiant la maîtrise d’ouvrage (dès 2016), aux
collectivités intercommunales. Pour financer cette « compétence GEMAPI », les collectivités
concernées pourront bénéficier du produit d’une taxe assise sur les prélèvements fonciers.
Le 10 juillet 2014, une première « stratégie nationale de gestion des risques d’inondation » (ou
SNGRI) a été approuvé par le ministre de l’écologie. Cette stratégie insiste sur « l’importance de la
préservation des milieux naturels et notamment le maintien, voire la restauration, des milieux
humides ». Elle inclut un plan d’action sur la gestion des zones d’expansion des crues, en lien avec
le 3e « Plan national d’action en faveur des milieux humides » (validé le 15 juin 2014)2. À cette
date, 95 projets de PAPI et de confortement d'ouvrages de protection étaient labellisés par la
commission mixte inondation (investissements à hauteur de plus d'un milliard d’euros (hors taxes),
dont 400 millions apportés par l' « État » via le fonds de prévention des risques naturels majeurs2.
En mai 2015, le CEREMA a lancé une enquête en ligne visant à « évaluer la préparation des
collectivités vis-à-vis de la future GEMAPI » pour identifier des actions d'accompagnement
nécessaires4.
4 Autorité de police, pouvoirs et obligation de mise en œuvre
L’organisation de la police administrative est relativement simple quand il s’agit d’identifier les
autorités administratives détentrices du pouvoir de police (1). Si l’on fait exception des polices
spéciales, les autorités administratives exerçant un pouvoir de police sont assez peu nombreuses. En
revanche, la coexistence de la police administrative générale avec certaines polices dites spéciales,
ainsi que l’échelonnement de diverses autorités de police sur plusieurs niveaux, rendent plus
obscure la mise en œuvre des pouvoirs de police (2).

4.1 L’identification des autorités de police administrative


Il nous faut distinguer les autorités titulaires du pouvoir de police au niveau national de celles
compétentes au niveau local. Par ailleurs, si notre présentation se limite aux autorités titulaires du
pouvoir de police générale, il est intéressant de noter les pouvoirs de police spéciale du président du
conseil général en ce qui concerne la conservation du domaine public départemental.

4.1.1 Les autorités nationales de police


L’arrêt Labonne du Conseil d’État du 8 août 1919 reconnaissait au président de la République la
qualité d’autorité de police générale. Mais dès la IVe République, le chef de l’État a perdu ses
pouvoirs de police au profit du chef du gouvernement (CE, 30 mai 1952, Dame Kirkwood). Cette
solution sera confirmée sous la Ve République. Par ailleurs, les ministres ne sont pas des autorités
de police générale, mais certains peuvent disposer d’un pouvoir de police spéciale, comme le
ministre de l’Intérieur qui dispose de la police des étrangers ou le ministre de la Culture qui dispose
de la police des cinémas.

4.1.2 Les autorités locales de police


Les autorités de police locale sont au nombre de deux : le préfet du département, en qualité de
représentant de l’État, et le maire. Depuis 2004, les présidents d’EPCI peuvent se voir transférer
certains des pouvoirs de police du maire. De son coté, le président du conseil général dispose d’un
pouvoir de police générale sur les voies départementales.
• Le préfet, autorité de police

Dans le département, le préfet est titulaire de compétences en matière de police spéciale. Mais il
dispose également d’un pouvoir de police générale. Le fondement des pouvoirs de police générale
du préfet serait issu des dispositions de la loi du 22 décembre 1789 et de celle du 8 janvier 1790. En
outre, le célèbre arrêt Labonne (précité), précise que « les autorités départementales », comme les «
autorités municipales » détiennent des compétences de police générale à côté de celles que possède
le chef de l’État. Par ailleurs, les dispositions de la loi de 1884 sur la commune prévoient que les «
pouvoirs de police du maire ne font pas obstacle à ceux du préfet ». Enfin, la loi du 2 mars 1982 qui
organise la décentralisation, dispose d’une part que le préfet conserve ses pouvoirs de substitution,
et d’autre part qu’il exerce au nom de l’État « la charge [...] de l’ordre public ». Ainsi, le préfet peut
prendre, sur le territoire du département, toutes les mesures nécessaires au maintien de l’ordre
public. Ce rôle en matière de police administrative, et plus largement dans le domaine de la sécurité
publique, a été réaffirmé dans le cadre de la réforme de l’administration territoriale de l’Etat,
notamment par le décret du 16 février 2010 précédemment étudié.
• Le maire, autorité de police

Pour ce qui est du champ matériel des compétences du maire en matière de police, il est possible de
se référer à la description déjà réalisée dans les attributions propres du maire. En ce qui concerne le
maire, c’est l’article L. 2212-6 du Code général des collectivités territoriales qui lui confère le
pouvoir de prendre des mesures nécessaires au maintien de l’ordre public sur le territoire de sa
commune. Les pouvoirs que le maire exerce au titre de ses pouvoirs de police sont des pouvoirs
propres. Il les exerce sans intervention du conseil municipal. En second lieu, il les exerce au nom de
la commune et non au nom de l’État. Son pouvoir de police est bien évidemment limité au territoire
de la commune. (Certains pouvoirs de police sont cependant exercés au nom de l’État, mais nous ne
développerons pas cette distinction).
Le maire exerce ses pouvoirs de police par voie d’arrêtés qui ont une portée générale, mais il est
également le chef de la police municipale. Depuis la loi du 15 avril 1999, les agents de police
municipale sont dotés d’un statut législatif qui définit leurs conditions de nomination ainsi que leurs
compétences. L’article 1 de la loi qui modifie l’article L. 2212-6 du Code général des collectivités
territoriales, prévoit qu’ils sont « chargés d’assurer l’exécution des arrêtés de police du maire et de
constater par procès-verbaux les contraventions auxdits arrêtés ». Par ailleurs, la loi prévoit qu’une
convention de coordination doit être conclue entre le maire et le représentant de l’État, en vue de
préciser la nature et le périmètre d’intervention des agents de la police municipale et les modalités
de coopération entre les deux corps de police.
• Le transfert des pouvoirs de police au président de l’EPCI

Alors même que la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales n’est pas
spécialement consacrée à l’intercommunalité, son article 163 – en introduisant un article L. 5211-9-
2 dans le Code général des collectivités territoriales – organise sinon un transfert, du moins une
coopération entre maires et présidents d’EPCI, s’agissant de certains pouvoirs de police.
Tout d’abord, et par dérogation aux dispositions de l’article L. 2212-2 du CGCT, lorsque l’EPCI est
compétent en matière d’assainissement, les maires des communes membres de celui-ci peuvent
transférer au président de cet établissement des attributions lui permettant de réglementer cette
activité. Par ailleurs, et toujours par dérogation au CGCT (art. L. 2212-2 et L. 2224-16), lorsque
l’EPCI est compétent en matière d’élimination des déchets ménagers, les maires des communes
membres peuvent transférer au président de cet établissement des attributions lui permettant de
réglementer cette activité. Il peut par exemple, dans le cadre de ce pouvoir, établir des règlements
de collecte des déchets domestiques. De plus, si l’EPCI est compétent en matière de réalisation
d’aires d’accueil ou de terrains de passage des gens du voyage, les maires des communes membres
de l’établissement peuvent transférer au président des attributions dans le cadre de cette
compétence.
Dans le même esprit, les maires des communes membres d’un EPCI à fiscalité propre peuvent
transférer au président les prérogatives qu’ils détiennent en application de l’article 23 de la loi du 21
janvier 1995 d’orientation et de programmation relative à la sécurité pour assurer la sécurité des
manifestations culturelles et sportives organisées dans des établissements communautaires. Enfin,
par dérogation aux dispositions de l’article L. 2212-2 du CGCT, et lorsque l’EPCI sera compétent
en matière de voirie, les maires des communes membres pourront transférer au président de cet
établissement tout ou partie des prérogatives qu’ils détiennent en matière de circulation et de
stationnement. Avec l’assainissement, c’est assurément l’un des domaines les plus importants
techniquement et juridiquement, mais aussi symboliquement sur le plan politique, qui peut faire
l’objet d’une attribution au président d’un EPCI à fiscalité propre compétent en la matière.
En ce qui concerne les modalités du transfert, elles sont très clairement précisées. Ainsi, c’est sur
proposition d’un ou de plusieurs maires de communes membres que le transfert est décidé par arrêté
du préfet du département concerné. Pour ce faire, il convient d’obtenir l’accord de tous les maires
des communes membres et du président de l’EPCI lui-même pour y procéder valablement. L’article
L. 5211-9-2 du CGCT indique qu’il y est mis fin dans les mêmes conditions juridiques.

4.2 La mise en œuvre des pouvoirs de police


La diversité des pouvoirs de police conduit à des « télescopages », entre les diverses mesures
destinées à maintenir l’ordre public. Aussi, la jurisprudence a aménagé un certain nombre de règles
déterminant la combinaison et le concours des différentes polices.

4.2.1 La combinaison des pouvoirs de police


La superposition de trois niveaux différents de police administrative générale (Premier ministre,
préfet, maire) impose une hiérarchie dans l’usage des pouvoirs de chacune des autorités de police.
Les autorités de police municipale doivent respecter les dispositions réglementaires édictées par les
autorités étatiques. Ainsi, un maire ne peut modifier les dispositions du Code de la route en
modifiant les règles de circulation, qui sont applicables sur l’ensemble du territoire. En revanche, le
maire pourra, dans l’usage de ses pouvoirs de police générale, aggraver les mesures édictées au
niveau national. Il pourra par exemple aggraver dans sa commune les limitations de vitesse, en
réduisant la vitesse maximale à 30 km/h en raison de la proximité d’une école. L’autorité de police
locale n’est donc pas dépossédée de ses compétences. Celle-ci peut, dans les limites de son ressort
territorial, compléter (mais seulement en les aggravant et si les circonstances locales le justifient)
les mesures de police prises par l’autorité supérieure. Par ailleurs, les pouvoirs de police du préfet se
substituent à ceux du maire en cas de défaillance de ce dernier. Le problème de la combinaison des
pouvoirs de police se pose également lorsque deux polices spéciales se superposent. Mais le plus
souvent, c’est la réglementation en vigueur qui organise la répartition des compétences entre les
différentes autorités titulaires du pouvoir de police.

4.2.2 Le concours des pouvoirs de police


Le problème du concours des pouvoirs de police se pose lorsque les pouvoirs des autorités de police
générale rencontrent les pouvoirs d’une autorité de police spéciale. Ce cas de figure se présentera
notamment lorsqu’un maire interviendra dans un domaine où une autorité nationale dispose de
pouvoirs de police spéciale. Les pouvoirs de police spéciale d’un ministre peuvent rencontrer les
pouvoirs de police générale d’un maire. L’existence d’une police spéciale n’empêche pas
l’intervention de l’autorité de police générale chaque fois que les circonstances locales le justifient.
Cependant, l’autorité de police générale ne peut qu’aggraver la mesure de police spéciale. Un maire
peut, par exemple, interdire la projection d’un film dont l’exploitation a été autorisée par le ministre
de la Culture en charge de la police spéciale des cinémas, compétent pour délivrer les visas
d’exploitation (CE, 18 décembre 1959, Sté Les Films Lutetia).
4.2.3 Les moyens : la police municipale
Depuis la loi sur la commune du 5 avril 1884 (aujourd’hui article L. 2212-2 du Code général des
collectivités territoriales), la mission de police administrative confiée au maire vise à assurer le «
bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité ». A dessin, l’article L. 2212-5 du Code général des
collectivités territoriales confère aux polices municipales, des pouvoirs de prévention et de
surveillance ainsi que le soin d’exécuter les arrêtés du maire sur le territoire communal. Le
législateur a pris soin de définir les principes généraux du rôle, de l’organisation et du
fonctionnement des polices municipales, dans les perspectives notamment de leur contrôle et de leur
développement. Ainsi, le cadre d’emploi des agents de Police municipale est défini en 1994 ; le
ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement manifeste, en 1997 son intention de doter les
polices municipales d’un véritable statut. Ce sera chose faite deux années plus tard avec la
promulgation de la loi du 15 avril 1999 qui définit clairement les compétences de la Police
Municipale. Depuis, la police municipale n’a cessé d’évoluer. La loi démocratie de proximité du 27
février 2002 a offert aux EPCI la possibilité d’avoir une police intercommunale. La loi « sécurité
intérieure » du 18 mars 2003 a accru les pouvoirs de la police municipale notamment en matière de
« police de la route ». Des textes sont aujourd’hui en préparation (la « LOPPSI 2 ») et devraient
encore faire évoluer la « troisième force de police française »…
Connaissance du territoire : inventaire des risques
naturels et technologiques, implication des
différents services
http://www.mementodumaire.net/les-risques-naturels/

1 RN 1 - Tempêtes, cyclones, tornades et orages

1.1 Définition raccourcie


La tempête est un phénomène atmosphérique qui se caractérise par des vents violents (voir ci-
après), produits par une dépression barométrique fortement marquée.
Le cyclone est une perturbation atmosphérique de grande échelle qui se développe dans les zones
de basses pressions des régions tropicales et subtropicales (on parle de cyclones tropicaux et
subtropicaux).
La tornade est une colonne d’air tournante très rapide, issue d’un nuage instable qu’elle relie au
sol.
Les orages résultent d’une forte instabilité thermique de l’atmosphère qui entraîne progressivement
des mouvements de convection et la condensation de masses d’eau importantes.

2 RN2 – Inondations
Une inondation est une submersion temporaire par l’eau de terres qui ne sont pas submergées en
temps normal.
Elle peut avoir diverses origines et survenir :
• lorsque se produit une élévation exceptionnelle du niveau de la nappe la plus proche du sol
(appelée nappe phréatique) : selon la topographie, des territoires plus ou moins étendus
peuvent être concernés, et ce parfois sur de longues durées ;
• lorsqu’un cours d’eau déborde de son lit habituel (qualifié de lit mineur pour un fleuve ou
une rivière, de chenal pour un torrent), la montée des eaux étant plus ou moins rapide selon
la taille et la déclivité du bassin versant, la nature des sols, l’état de la couverture végétale,
etc. ; la courbe représentant l’évolution du débit en fonction du temps en un point donné est
appelée hydrogramme de crue : aux crues à montée lente des fleuves et des grandes rivières,
peuvent être opposées les crues à montée rapide des rivières torrentielles et surtout des
torrents qui en outre, du fait de leur forte pente, ont un pouvoir érosif important, arrachant
les matériaux à la montagne avant de les déposer sur leur cône torrentiel ;
• lorsque de l’eau de pluie ou de fonte de neige s’écoule en surface de façon non organisée
avant d’atteindre un émissaire naturel ou artificiel.
A partir de cette approche très sommaire, une première typologie des inondations peut être dressée :
• les inondations lentes :
• les inondations par remontée de nappe,
• les inondations de plaine ;
• les inondations rapides :
• les crues torrentielles des rivières torrentielles et des torrents,
• les inondations par ruissellement pluvial.

Quant aux inondations dues aux eaux pluviales des réseaux d’assainissement, leur inclusion ou non
dans le phénomène général qualifié d’inondation dépend des auteurs, voire des réglementations.
Sur le plan opérationnel de la prévision et de la préparation à la gestion de crise, le ministère en
charge de l’Environnement qualifie de crues soudaines les crues survenant sur des bassins versants
dont le temps de réponse se situe entre 2 heures (délai en deçà duquel seuls des dispositifs locaux
très spécifiques permettent une anticipation) et une demi-douzaine d’heures (délai au-delà duquel
on entre dans le champ de la prévision des crues classiques).
A ces inondations provoquées directement ou indirectement par des précipitations, doit être ajouté
le cas de la submersion marine qui résulte de l’élévation, temporaire ou permanente, du niveau de la
mer ; il est traité dans une fiche spécifique.

2.1 Nature, causes, et effets


e risque inondation est le premier risque naturel en France par :
• le nombre de communes concernées (près de la moitié des communes, à des degrés divers,
dont 300 agglomérations),
• l’étendue des zones inondables (5 % du territoire métropolitain, au vu du rapport sur
l’évaluation préliminaire des risques d’inondation (EPRI) 2011 dont l’objectif est d’évaluer
les risques potentiels d’inondations extrêmes, ce qui induit alors la transparence des
ouvrages hydrauliques),
• et les populations résidant dans ces zones (selon l’Observatoire des territoires, 9 % de la
population en 2006 pour des évènement sensiblement centennaux ; selon l’EPRI 2011, 16,8
millions de résidents permanents en métropole et au moins 9 millions d’emplois),
Il est également le plus fréquent et provoque d’importants dégâts directs et indirects ainsi que, pour
les catastrophes les plus graves, des victimes (morts, blessés) ; c’est d’ailleurs le premier poste
d’indemnisation au titre des catastrophes naturelles (55 % du total, devant la sécheresse 41 %).
Certains évènements météorologiques peuvent avoir des impacts particulièrement lourds ; à titre
d’illustration, sont détaillés dans le rapport ci-après les dommages matériels causés par les crues de
décembre 2003 sur 24 départements du grand quart sud-est de la France ; outre le bilan humain (7
morts ; 27 000 évacuations), il convient d’ajouter à l’estimation initiale de 1, 092 milliard d’euros
les coûts d’intervention, les incidences indirectes, etc.
Ce risque est directement lié aux précipitations : orages d’été qui provoquent des pluies violentes et
localisées ; perturbations orageuses d’automne, notamment sur la façade méditerranéenne, mais
dont les effets peuvent se faire ressentir dans toute la moitié sud du pays ; pluies océaniques qui
occasionnent des crues en hiver et au printemps, surtout dans le nord et l’ouest de la France ; fonte
brutale des neiges au rôle parfois amplificateur, en particulier si des pluies prolongées et intenses
interviennent alors. Les bassins versants, selon leur taille, peuvent y répondre par des crues de
divers types en fonction de l’intensité, de la durée et de la répartition de ces précipitations.
Le risque peut être amplifié selon la pente du bassin versant et sa couverture végétale qui accélèrent
ou ralentissent les écoulements, selon les capacités d’absorption et d’infiltration des sols (ce qui par
ailleurs alimente les nappes souterraines) et surtout selon l’action de l’homme qui modifie les
conditions d’écoulement … ou s’installe sur des zones particulièrement vulnérables.
Des phénomènes particuliers, souvent difficilement prévisibles, peuvent aussi aggraver très
fortement localement le niveau de risque, qu’ils soient naturels (débâcle glaciaire par exemple) ou
anthropiques (rupture de digues, etc.).

2.2 Mesures de prévention


La gouvernance de l’eau a d’abord porté essentiellement sur la résolution des conflits relatifs à
l’usage de l’eau et donc à sa bonne et juste répartition ou à son libre écoulement ; d’autres intérêts
se sont progressivement greffés tels la valeur piscicole des eaux, la protection des populations par
de grands travaux, etc.
La politique de l’eau est ainsi devenue une politique globale, rassemblant de nombreux objectifs
dans le but d’assurer une gestion équilibrée et durable de la ressource (article L.211-1 du Code de
l’environnement) ; pour cela, une structuration de la gouvernance s’est mise en place notamment au
niveau des bassins (avec les agences de l’eau , les schémas directeurs d’aménagement et de gestion
des eaux (SDAGE), les établissements public territoriaux de bassin (EPTB), etc.) et des sous-
bassins hydrographiques (avec les schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE), etc.) afin
d’associer aux décisions les multiples acteurs potentiels et coordonner leurs actions. C’est dans ce
cadre général, de plus en plus défini au niveau européen, que s’inscrit la politique de prévention des
inondations.
Cette dernière est, comme pour la plupart des risques, à base évènementielle et s’est essentiellement
construite sur les retours d’expérience de catastrophes successives, relativement nombreuses au
cours des dernières décennies.
Aujourd’hui, la mise en œuvre de la directive européenne de 2007 relative à l’évaluation et à la
gestion des risques d’inondation est en cours avec pour échéance finale 2015 (articles L.566-1 / 13
du Code de l’environnement) ; par ailleurs, mis au point après une large concertation suite à la
tempête Xynthia du 28/02/2010 (53 morts) et aux inondations du Var du 15/06/2010 (26 morts et
disparus), le plan submersion rapide (PSR) a retenu 4 axes prioritaires d’intervention, à savoir :
maîtriser l’urbanisation dans les zones à risques ; améliorer les systèmes de surveillance, de
prévision et d’alerte ; renforcer la fiabilité des digues ; développer enfin une véritable culture du
risque (à travers notamment les plans communaux de sauvegarde (PCS)).
Par ailleurs, la loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et
d’affirmation des métropoles modifie le contexte institutionnel concernant la gestion des milieux
aquatiques et la prévention des inondations : attribution aux communes et aux établissements
publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre substitués à leurs communes
membres d’une nouvelle compétence en ce domaine ; mise en place d’un financement dédié ;
renforcement du rôle des établissements publics territoriaux de bassin (EPTB) et création
d’établissements publics d’aménagement et de gestion de l’eau (EPAGE). La plupart des
dispositions prévues devraient entrer en vigueur à l’horizon 2016.

2.3 La surveillance, la prévision, la vigilance, et l’alerte


Plusieurs bulletins de vigilance concernant les inondations sont émis à l’attention des préfectures,
des services, des élus et du grand public dans un objectif de protection civile :
• Sur les grands cours d’eau identifiés par voie réglementaire comme surveillés par l’Etat, le
Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI)
élabore la carte de vigilance crues, accompagnée d’un bulletin national d’information ;
chacun des 19 (à partir de la mi-2014) services de prévision des crues (SPC) met en outre à
disposition, avec un bulletin d’information, une carte plus détaillée à partir de laquelle il est
possible d’obtenir notamment des informations précises sur les observations en temps réel et
les références aux diverses stations de mesure. A noter que les SPC ne se limitent pas à
fournir le niveau de vigilance par tronçon de cours d’eau, c’est-à-dire le niveau de risque
d’avoir une crue dans les prochaines 24 heures ; ils mettent également à disposition, lors des
crues, des prévisions sur les évolutions des niveaux au droit de stations de référence.
• La carte de vigilance météorologique couvre la totalité du territoire et attire l’attention sur
la possibilité de survenance par département des phénomènes suivants :
• Inondation, même en l’absence de pluie locale et concernant notamment les
territoires traversés par de grands cours d’eau relevant du dispositif Vigicrues,
• Pluie-inondation, en cas de pluies intenses prévues susceptibles d’apporter sur une
courte durée (d’une heure à une journée) une quantité d’eau très importante,
• Orages, traduisant une situation orageuse généralisée, à même de générer des rafales
de vent, des pluies intenses (donc des crues sur de petits bassins versants) et parfois
des phénomènes de grêle, de trombe ou de tornade (voir fiche RN1 : Tempêtes,
cyclones, tornades).
Ces différentes cartes sont actualisées au moins 2 fois par jour avec, lorsqu’un département est
classé en orange ou en rouge, une procédure de suivi spécifique et la diffusion d’un bulletin de
vigilance décrivant le phénomène et prodiguant, au vu de ses conséquences prévisibles, les conseils
de comportement appropriés.
C’est à partir du niveau orange qu’est mis en œuvre par le préfet de zone ou de département un
dispositif d’alerte destiné aux maires, aux Conseils généraux et aux services opérationnels.
Cette prévision est mal adaptée à la mise en place d’une prévention couvrant les crues des petits
bassins versants : en effet, la vigilance crues ne concerne qu’environ 20 000 km de cours d’eau, soit
seulement une partie des cours d’eau présentant des risques d’inondations et de crues ( le chevelu
total s’étendant sur un linéaire de l’ordre de 500 000 km) ; en l’absence d’un tel dispositif, la
capacité à anticiper une gestion de crise est incertaine, l’utilisation de la carte de vigilance
météorologique étant souvent d’interprétation délicate, voire même inadaptée pour les crues
soudaines. C’est pourquoi un certain nombre de collectivités ont mis en place une prévision locale
du risque, souvent avec l’appui de prestataires extérieurs (gestionnaires du réseau
d’assainissement, etc.) : cette prévision s’appuie notamment sur l’exploitation de données en
provenance de stations de mesure complémentaires (précipitations, débits) et d’images radar en
temps réel.
Aussi, le récent PSR prévoit un renforcement des outils de surveillance, de prévision et d’alerte
par :
• la mise en place progressive par Météo France, avec l’appui du réseau de la prévision des
crues, d’un premier service d’avertissement signalant le caractère exceptionnel des cumuls
de pluies intenses observées à l’échelle infra-départementale (« chaine APIC (avertissement
aux pluies intenses à l’échelle des communes) » permettant avec le réseau radar actuel à plus
de 75 % des communes de métropole d’être abonnées gratuitement à ce service à brève
échéance) ;
• le renouvellement et l’extension, en particulier pour les zones montagneuses qui en étaient
encore dépourvues, des réseaux de radars hydrométéorologiques et de pluviomètres au sol,
pour mieux couvrir, de façon pérenne, les territoires particulièrement concernés par les
ruissellements ou les crues soudaines (le réseau de pluviomètres et de radars de Météo
France est décrit sur le site des Pluies extrêmes à la rubrique « Notre démarche » (voir §
3.1)) ;
• la poursuite de la consolidation et de l’extension du réseau surveillé par l’État au titre de la
prévision des crues ;
• l’appui et la coopération avec les collectivités locales dotées, ou souhaitant se doter, d’un
dispositif spécifique d’avertissement, en cohérence avec les réseaux des SPC ;
• l’analyse de la faisabilité par le réseau SCHAPI-SPC en liaison avec Météo France, puis le
déploiement en partenariat avec les collectivités locales et leurs prestataires éventuels, d’un
service d’avertissement sur la possibilité de crues soudaines, prenant en compte leurs
conséquences hydrologiques.

2.4 L’éducation et l’information préventive


Aux actions générales menées par l’Etat sur une base identique avec les adaptations nécessaires à la
nature du risque, s’ajoutent celles très nombreuses d’organismes notamment de bassin,
d’associations à caractère national ou local. Parmi celles-ci, le Centre européen de prévention du
risque d’inondation (CEPRI) a mis en place un réseau d’échanges et de capitalisation des savoir-
faire à l’attention des collectivités et conduit ou participe à la réalisation d’études méthodologiques
et techniques sur la vulnérabilité des personnes et des biens face au risque d’inondations (lentes) au
niveau d’un territoire.
Par ailleurs, la présence de repères de crues contribue localement à la sensibilisation et à l’entretien
de la mémoire collective : le maire, avec l’appui des services de l’Etat, doit en effet dans les parties
de sa commune exposées au risque d’inondation procéder à l’inventaire des repères de crues
existants, compléter, si nécessaire, ce réseau pour tenir compte des crues historiques et enfin établir
de nouveaux repères suite à toute nouvelle crue exceptionnelle.

3 RN 3 – Mouvements de terrain

3.1 Définitions
Les mouvements de terrain sont les manifestations du déplacement gravitaire de masses de terrain
déstabilisées sous l’effet de sollicitations naturelles (fonte des neiges, pluviométrie anormalement
forte, séisme, etc.) ou anthropiques (terrassement, vibration, déboisement, exploitation de matériaux
ou de nappes aquifères, etc.).
Ils recouvrent des formes très diverses qui résultent de la multiplicité des mécanismes initiateurs
(érosion, dissolution, déformation et rupture sous charge statique ou dynamique), eux-mêmes liés à
la complexité des comportements géotechniques des matériaux sollicités et des conditions de
gisement (structure géologique, géométrie des réseaux de fractures, caractéristiques des nappes
aquifères, etc.).
Selon la vitesse de déplacement, deux ensembles de mouvements de terrain peuvent être
distingués : les mouvements lents, et les mouvements rapides.

3.1.1 Les mouvements lents


Leur déformation est progressive et peut être accompagnée de rupture mais en principe d’aucune
accélération brutale :
• les affaissements consécutifs à l’évolution de cavités souterraines naturelles ou artificielles
(carrières ou mines : voir fiche RM1: Risques miniers), évolution amortie par le
comportement souple des terrains superficiels ;
• les tassements par retrait-gonflement de sols argileux en fonction de leur teneur en eau et
par consolidation de certains terrains compressibles (vases, tourbes) ;
• le fluage de matériaux plastiques sur faible pente ;
• les glissements, qui correspondent au déplacement en masse, le long d’une surface de
rupture plane, courbe ou complexe, de sols cohérents (marnes et argiles).

3.2 Les mouvements rapides


Ils peuvent être scindés en deux groupes, selon le mode de propagation des matériaux, en masse, ou
à l’état remanié.
Le premier groupe (propagation en masse) comprend :
• les effondrements, qui résultent de la rupture brutale de voûtes de cavités souterraines
naturelles ou artificielles, sans atténuation par les terrains de surface ;
• les chutes de pierres ou de blocs provenant de l’évolution mécanique de falaises ou
d’escarpements rocheux très fracturés ;
• les éboulements ou écroulements de pans de falaises ou d’escarpements rocheux selon les
plans de discontinuité préexistants ;
• certains glissements rocheux.

Le second groupe (propagation en état remanié) comprend :


• les laves torrentielles, qui résultent du transport de matériaux en coulées visqueuses ou
fluides dans le lit de torrents, surtout en montagne ; ce phénomène est traité dans la fiche
RN2 : inondations ;
• les coulées boueuses, qui proviennent généralement de l’évolution du front des glissements.
3.3 Nature, causes et effets
3.3.1 Les effondrements et affaissements
Ce sont des mouvements gravitaires particuliers, sans composante horizontale. Ils résultent soit d’un
fléchissement de la surface, sans rupture visible, soit de la rupture brutale du toit d’une cavité
souterraine ancienne ou en cours de développement localisée dans une roche ou dans un sol.
En surface, la descente du sol en direction du vide sous-jacent peut donc être brutale ou non. Le
mouvement commence fréquemment par un fléchissement déterminant une dépression
topographique à grand rayon de courbure, puis suivant l’importance de la cavité sous-jacente, il
peut y avoir rupture et apparition d’une ouverture béante soit unique, on parle alors de fontis, soit
généralisée.
Hormis le cas des cavités d’origine strictement minière (voir fiche RM1 : Risques miniers) et celui
des autres cavités d’origine anthropique (telles que carrières, marnières, galeries, sapes de guerre,
etc. : voir § 3.1), deux causes naturelles peuvent être à l’origine des vides et des mouvements qui en
résultent. Il s’agit de disparition de matière soit par dissolution dans les calcaires et dans les gypses,
c’est le phénomène de karstification (ouverture d’avens…) ; soit par érosion mécanique dans les
sols hétérogènes à granularité étendue comme les alluvions, c’est le phénomène de suffosion.

3.3.2 Les tassements par retrait-gonflement


Le retrait par dessiccation des sols argileux lors d’une sécheresse prononcée et/ou durable produit
des déformations de la surface du sol (tassements différentiels). Il peut être suivi de phénomènes de
gonflement au fur et à mesure du rétablissement des conditions hydrogéologiques initiales ou plus
rarement de phénomènes de fluage avec ramollissement.
La nature du sol est un élément prépondérant : les sols argileux sont a priori sensibles, mais en fait
seuls certains types d’argiles donnent lieu à des variations de volume non négligeables. La présence
d’arbres ou d’arbustes au voisinage de constructions constitue un facteur aggravant en raison de
l’absorption de l’eau du sol par les racines.
Une sécheresse durable, ou simplement la succession de plusieurs années déficitaires en eau, sont
nécessaires pour voir apparaître ces phénomènes.

3.3.3 Les écroulements, les éboulements, les chutes de blocs et de pierres


Les chutes de masses rocheuses sont des mouvements rapides, discontinus et brutaux résultant de
l’action de la pesanteur et affectant des matériaux rigides et fracturés tels que calcaires, grès, roches
cristallines, etc. Ces chutes se produisent par basculement, rupture de pied, glissement banc sur
banc, à partir de falaises, escarpements rocheux, formations meubles à blocs (moraines par
exemple), blocs provisoirement immobilisés dans une pente et déstabilisées par ravinement.
Les blocs peuvent rouler et rebondir, puis se stabiliser dans une zone dite d’épandage. La trajectoire
la plus fréquente suit en général la ligne de plus grande pente, mais on peut observer des trajectoires
très obliques résultant notamment de la forme géométrique de certains blocs (plaque roulant sur la
tranche) ou de petites irrégularités du versant. Les distances parcourues sont fonction de l’énergie
développée, de la taille, de la forme et du volume des blocs éboulés, de la pente du versant, de la
nature du sol, et de la densité de la végétation.
En ce qui concerne les éléments éboulés, on distingue (ces définitions correspondent
approximativement à celles retenues par la norme NF P 95-307) :

• les pierres, d’un volume inférieur à 1 dm3,


• les blocs, d’un volume compris entre 1 dm3 et 1 m3,
• les gros blocs, d’un volume supérieur à 1 m3.

Suivant le volume total éboulé, on distingue (ces définitions correspondent approximativement à


celles retenues par la norme NF P 95-307) :

• les chutes de pierres ou de blocs, d’un volume total inférieur à la centaine de m3,
• les éboulements en masse, d’un volume allant de quelques centaines de m3 à quelques
centaines de milliers de m3,
• les éboulements et écroulements en grande masse, d’un volume supérieur au million de m3.

Certains éboulements de grande ampleur peuvent mobiliser des volumes de matériaux atteignant
plusieurs dizaines de millions de m3 et semblent obéir à des lois de propagation faisant intervenir
des mécanismes complexes. Ces instabilités qui affectent une partie importante du versant peuvent
bouleverser le relief de façon notable. Leurs conséquences socio-économiques sont au moins
régionales.
La densité, l’orientation des discontinuités, fracturation et stratification, la structure du massif
rocheux et la présence de cavités constituent des facteurs de prédisposition à l’instabilité. La phase
de préparation, caractérisée par l’altération et l’endommagement progressifs du matériau, et
accompagnée de petites fractures difficiles à déceler, peut être longue.
Les principaux facteurs naturels déclenchant sont les pressions hydrostatiques dues à la
pluviométrie et à la fonte des neiges, l’alternance gel/dégel, la croissance de la végétation, les
secousses sismiques, l’affouillement ou le sapement du pied de la falaise.

3.3.4 Les glissements, coulées de boue associées et fluages


Le glissement est un déplacement généralement lent (quelques millimètres par an à quelques mètres
par jour) sur une pente, le long d’une surface de rupture appelée « surface de cisaillement »
identifiable, d’une masse de terrain cohérente, de volume et d’épaisseur variables.
Cette surface est généralement courbe (glissement circulaire), mais elle peut aussi se développer à
la faveur d’une discontinuité préexistante telle qu’un joint de stratification (glissement plan). Les
profondeurs des surfaces de glissement sont très variables : de quelques mètres à plusieurs dizaines
de mètres, voire la centaine de mètres pour certains glissements de versant.
Des indices caractéristiques peuvent être observés dans les glissements de terrain actifs : niches
d’arrachement, fissures, bourrelets, arbres basculés, zones de rétention d’eau, etc.
Le fluage est un mouvement lent de matériaux plastiques sur faible pente qui résulte d’une
déformation gravitaire continue d’une masse de terrain non limitée par une surface de rupture
clairement identifiée, mais par une zone de transition avec le massif stable.
La coulée de boue est un mouvement rapide d’une masse de matériaux remaniés, à forte teneur en
eau et de consistance plus ou moins visqueuse. Elle prend fréquemment naissance dans la partie
aval d’un glissement de terrain.
La probabilité de survenance de tels phénomènes sur un site déterminé dépend de divers facteurs, et
en particulier :
• les conditions inhérentes au milieu : la nature et la structure des terrains, la morphologie
du site, la pente topographique. Les matériaux affectés sont très divers et peuvent concerner
soit le substratum rocheux (roche marneuse ou schisteuse, roche extrêmement fracturée,
lentille d’argile dans les formations molassiques…), soit les formations superficielles
(colluvions fines, moraines argileuses, couverture d’altération, produits résiduels argileux,
des marnes et des calcaires marneux…) ;
• les facteurs déclenchant qui peuvent être : d’origine naturelle (fortes pluies, fonte des
neiges qui entraînent une augmentation des pressions interstitielles, affouillement des
berges, effondrement de cavités sous-minant le versant, ou séisme, etc.), ou d’origine
anthropique suite à des travaux (surcharge en tête d’un talus ou d’un versant déjà instable,
décharge en pied supprimant une butée stabilisatrice, rejets d’eau, certaines pratiques
culturales, déboisement, etc.).

3.4 Les effets de ces différents phénomènes sur les enjeux


Les phénomènes brutaux (effondrements, chutes de blocs, éboulements,…) peuvent entraîner la
ruine des constructions et partant, le décès de leurs occupants. En effet, étant donné la rapidité, la
soudaineté et le caractère souvent imprévisible de ces phénomènes, les instabilités rocheuses
constituent des dangers pour les vies humaines, même pour de faibles volumes (chutes de pierres).
Les chutes de blocs, et a fortiori les éboulements, peuvent causer des dommages importants aux
structures pouvant aller jusqu’à leur ruine complète, d’autant plus que l’énergie (fonction de la
masse et de la vitesse) des blocs est grande.
En revanche, les affaissements à grand rayon de courbure, les glissements qui affectent les
constructions et les ouvrages (fissuration), présentent rarement un danger pour l’homme.
L’expérience montre en effet, que les accidents de personnes dus aux glissements et coulées sont
peu fréquents, mais possibles (cas d’un phénomène relativement rapide et/ou survenant de nuit,
comme par exemple à la Salle en Beaumont en Isère en Janvier 1994 : 4 victimes).
Il ne faut pas négliger les désordres provoqués par ces phénomènes aux canalisations enterrées (une
fuite d’eau induit en outre une accélération du processus de déstabilisation).
Dans le cas de vides peu profonds ou de glissements, il est impératif de bien maîtriser toutes les
infiltrations d’eau (eaux usées, eaux pluviales, eaux de drainage), qui peuvent accélérer la
dissolution ou affaiblir la résistance mécanique des matériaux et accélérer le glissement.
La lenteur et la faible amplitude des déformations rendent les tassements sans danger pour
l’homme, mais les dégâts aux constructions individuelles et ouvrages fondés superficiellement
peuvent être très importants en cas de tassements différentiels. Les dommages dus aux tassements
par retrait-gonflement représentent un coût d’indemnités de 4,5 milliards d’€ de 1989 à juin 2010.
3.4.1 Et le changement climatique ?
Le principal facteur de déstabilisation des terrains est l’eau qui, en s’infiltrant dans les roches
fissurées ou poreuses, les soumet à de fortes pressions interstitielles. L’accroissement des
précipitations devrait donc développer ce type d’instabilité.
Par ailleurs, sous l’effet de l’augmentation des températures, et des changements dans la répartition
des précipitations, les observations montrent une dégradation du pergélisol (sol ou roche restant
gelé toute l’année à une certaine profondeur), en particulier dans les topographies complexes
comme les sommets abrupts et les parois rocheuses. Les conséquences en matière notamment de
chutes de blocs et d’éboulements, de glissements, de ravinements, voire de laves torrentielles, sont
encore difficiles à apprécier, compte tenu d’un niveau de connaissance insuffisant tant sur la
répartition spatiale que sur la vitesse d’évolution du phénomène et donc sur les impacts notamment
en terme de vulnérabilité ; les investigations sur ces différents points n’ayant véritablement débuté
que récemment.
Le constat de l’augmentation des chutes de rochers et éboulements en haute altitude corrobore cette
tendance (cf. par exemple, au vu des suivis mis en place et des études menées, les écroulements de
ces dernières décennies dans la face ouest des Drus). En outre, les zones périglaciaires à l’étage
alpin (entre la limite de la forêt et celle des névés et glaces) sont naturellement affectées par divers
phénomènes du type gélifraction, gélifluxion, alternance de gel et dégel dans la couche
superficielle, présence de glaciers rocheux, etc. ; toute variation sensible de l’isotherme zéro est de
nature à y modifier les conditions actuelles de stabilité des terrains, notamment de certains versants.
Quant aux glissements de terrain à plus basse altitude, en particulier les glissements superficiels, ils
pourraient se développer avec l’intensification des précipitations.
La multiplication des contrastes plus élevés entre périodes sèches et périodes humides pourrait
accroître les dégâts aux fondations d’infrastructures réalisées sans un minimum de précautions
géotechniques, notamment sur sols argileux sensibles au retrait-gonflement en période de
sécheresse.

3.5 Mesures de prévention des mouvements de terrain


Compte tenu d’une présence, souvent mal connue , de cavités souterraines d’origine naturelle ou
issues de l’activité humaine dans de nombreuses zones urbanisées ou potentiellement urbanisables,
un plan national d’actions mobilisant l’Etat, les collectivités, les professionnels et le monde
associatif a été mis en place en 2013. Le programme 2013-2015 s’articule autour des 3 axes
suivants : favoriser l’émergence de stratégies locales de prévention du risque ; informer, former et
sensibiliser les différents acteurs concernés ; améliorer le savoir et mieux partager la connaissance.

3.6 La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux


Les mouvements de terrain ne se produisent que dans les secteurs où plusieurs facteurs (géologique,
topographique, météorologique, anthropique…) se conjuguent. Il est donc possible par une étude
secteur par secteur de ces paramètres, de tracer des cartes des zones où ces phénomènes sont
susceptibles de se produire.
Mais du fait de la variété des mécanismes (glissement, éboulements) générateurs eux-mêmes liés à
la complexité de comportements géotechniques des matériaux mobilisés, à la nature géologique des
formations et à la géométrie des fractures, l’expert est démuni devant les nombreux facteurs
spécifiques. Plutôt que de parler d’intensité et de probabilité de survenance comme pour les
inondations de plaine par exemple, et qui ne peuvent être évaluées quantitativement pour les
mouvements de terrain, on préfère utiliser la notion de prédisposition du site à produire un
évènement donné et si possible dans un délai retenu.
C’est l’importance des différents facteurs de prédisposition qui permet de déterminer la carte des
aléas chute de blocs, glissements, etc.
Ceci étant, la cartographie des zones à risques, basée sur une évaluation qualitative des paramètres
qui régissent ces phénomènes, ne peut être absolument exhaustive. Les aléas les plus importants
peuvent être répertoriés mais, lors de conditions météorologiques exceptionnelles on ne peut
exclure que des mouvements de terrain apparaissent dans des zones précédemment non répertoriées
(exemple : glissement de terrain de la Salle-en-Beaumont (38) en janvier 1994).
Pour les mouvements de terrains de grande ampleur identifiés, ne pouvant être traités et présentant
de forts enjeux, une instrumentation permettant de suivre leur évolution peut être mise en place afin
de déterminer des seuils d’alerte et, le cas échéant, déclencher l’évacuation des populations
(exemple : système de surveillance des Ruines de Séchilienne (38)).
Malheureusement dans la plupart des cas, il est difficile de prévoir où et quand se déclenchera le
mouvement rapide et quel en sera le volume.
En 2001, à la demande du ministère en charge de l’Environnement, le Bureau de recherche
géologique et minière (BRGM) a réalisé des cartes d’aléa « sécheresse » pour l’ensemble des
départements de la métropole. Ces cartes, ainsi que de nombreuses informations tant sur le
phénomène que sur la façon de s’en prémunir, sont consultables sur internet.
D’autres bases de données concernant les mouvements de terrain sont également consultables :

Base de données pour l’aléa retrait-gonflement des argiles sur le site argiles.fr
Base de données pour les mouvements de terrains sur le site bdmvt.net
Base de données pour les cavités souterraines sur le site bdcavite.net
Base de données de RTM sur le site rtm-onf.ifn.fr
Base de données pour les événements Cat Nat (sécheresse) sur le site E-risk
Une fois la connaissance de l’aléa considérée comme acquise, sa confrontation avec les enjeux
exposés, donc vulnérables, permet de déterminer le risque et de réaliser le zonage réglementaire
(voir § 3.4).

3.6.1 La surveillance, la prévision et l’alerte


Lorsque des mouvements de terrain répertoriés menacent des enjeux, il est nécessaire de pouvoir
détecter préalablement une éventuelle accélération, en tout cas une évolution brutale pour organiser,
à temps, l’évacuation des populations et la fermeture des voies exposées.
Cette démarche commence par l’étude de la zone instable pour comprendre son fonctionnement
puis par la pose d’instruments de mesures (capteurs de déplacements en surface, dans les fissures,
en profondeur, etc.) pour surveiller son évolution et déterminer les facteurs aggravants et leur
influence (ex : Séchilienne en Isère).
Une fois le diagnostic établi, le suivi du site par un examen périodique permet de déterminer des
seuils dans une optique de sécurité afin de prévoir une situation à risque nécessitant le
déclenchement de l’alerte.
Le signal national d’alerte, émis par une sirène, ne renseigne pas sur la nature du danger. Il est émis
pour toute situation d’urgence. Dans le cas des mouvements de terrain, ce signal ne sera utilisé que
pour les mouvements de versants de grande ampleur, car ils sont surveillés. Dans les autres cas, le
temps dont on dispose avant un évènement est trop court, voire inexistant. En plus des sites
surveillés au plan national et s’inscrivant dans un dispositif ORSEC départemental, il existe des
sites surveillés au niveau local parfois avec des dispositifs sophistiqués (appareils de mesure et
télétransmission) et intégrés dans les plans communaux de sauvegarde (PCS).

3.6.2 L’éducation et l’information préventive


Quel que soit le phénomène considéré, la population doit être informée sur les risques encourus et
sur les consignes de sécurité à respecter, qui sont définis dans le DICRIM (voir fiche DGi1 :
Information préventive des populations)

3.6.3 La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme


L’élaboration de la carte des aléas « mouvements de terrain », comparée aux enjeux exposés
constitue un préalable à l’élaboration d’un plan de prévention des risques naturels prévisibles
(PPRN). En l’absence de réglementation nationale prescrivant des dispositions constructives
particulières à appliquer pour les sols argileux gonflants, seuls les PPR peuvent prescrire ces règles.
La prévention nécessite la connaissance des zones à risques d’où l’obligation de disposer d’une
cartographie de celles-ci, qui permet leur prise en compte non seulement lors de l’élaboration d’un
PPRN mais encore lors de la réalisation d’un PLU (par intégration directe) ou lors de l’instruction
d’un dossier d’urbanisme en l’absence de tout document réglementaire ou en cas de connaissance
de données nouvelles (évènements, expertises).
La connaissance des zones exposées doit permettre de limiter, sinon d’éviter, les facteurs aggravants
des mouvements de terrain tels que:
• l’urbanisation sans tenir compte des écoulements,
• la déprise agricole qui ne permet plus de maîtriser les ruissellements péri-urbains,
• la couverture inappropriée des cours d’eau et leur encombrement par des déchets,
• l’imperméabilisation des sols sans solution compensatoire.

3.6.4 La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux


Si le risque prévisible de mouvements de terrain ou d’affaissements de terrain par une cavité
souterraine ou une marnière n’apparaît pas acceptable vis à vis de la sécurité des personnes, il
convient de recourir aux mesures de délocalisation par voie amiable (hors mines) ou à défaut par
expropriation.
Une bonne connaissance des terrains déterminée par une étude géotechnique de sol, permettant
l’adaptation des projets de construction à leurs caractéristiques mécaniques est la meilleure règle de
bon sens pour éviter les dommages au bâti ou, au moins, en diminuer la vulnérabilité. La maîtrise
des rejets d’eaux (eaux usées, eaux pluviales, etc.) complète la démarche qualité et garantit la
sécurité et la durabilité de l’aménagement projeté.
Pour les mouvements de terrain présentant des enjeux importants, des études approfondies doivent
être faites : recherche des conditions géologiques et hydrogéologiques et des mécanismes avec, si
besoin, des reconnaissances in situ (sondages géophysiques …). On s’efforce ensuite de faire un
pronostic sur l’extension du mouvement dans l’espace et dans le temps, par un suivi :
• des mesures de pression d’eau,
• et des mesures de déplacements en surface et en profondeur.

Pour les chutes de blocs, il existe l’étude trajectographique (simulation numérique des trajectoires)
permettant notamment de connaitre les hauteurs de rebond, les vitesses de propagation et les
énergies des blocs au point d’implantation du projet.
Il n’existe pas à ce jour de guides spécifiques publiés par le ministère en charge de
l’Environnement, sur les dispositions constructives à adopter vis-à-vis des risques de glissements de
terrain et de chutes de blocs et pierres. Aussi, les constructeurs auraient-ils intérêt à se reporter,
même si le contexte technico-réglementaire en ce qui concerne notamment les glissements de
terrain est très diffèrent, au cahier de recommandations mis à disposition des constructeurs, des
assurés et aussi des autorités (suisses) par l’Association des établissements cantonaux d’assurance
incendie suisses (VKF/AEAI) pour leur permettre de se prémunir individuellement, qu’il s’agisse
de bâtiments existants ou à réaliser.
En ce qui concerne par contre le retrait gonflement des argiles, le ministère en charge de
l’Environnement, a publié un guide spécifique. En ce qui concerne les fontis et les affaissements, il
est possible de se référer aux deux guides rédigés par le Centre scientifique et technique du bâtiment
(CSTB) en vue de faire face à des aléas miniers résiduels.

3.6.5 Les dispositifs de protection collective


Il est souvent difficile d’arrêter un mouvement de terrain après son déclenchement. Toutefois, pour
les phénomènes déclarés et peu actifs, il est possible de mettre en œuvre des solutions techniques
afin de limiter le risque, voire parfois de le supprimer. Les actions de protection se répartissent en 3
catégories et varient d’un phénomène à l’autre :
• les protections de défense active qui s’opposent à la manifestation du phénomène :

• pour les chutes de blocs et éboulements, on tentera de stabiliser les masses rocheuses
dans la paroi par divers moyens (clouages, confortement par massif bétonné, béton
projeté, etc.) ;
• pour les affaissements et effondrements, on tentera de s’opposer à la rupture de la
voûte de la cavité préexistante donc de la soutenir ou de la consolider, en réduisant
sa portée par l’aménagement d’appuis intermédiaires (piliers maçonnés, remblayage
de la cavité, etc.), voire de la combler ;
• pour les glissements, on tentera de drainer la zone instable et éventuellement de la
soutenir ;
• pour les coulées boueuses, la revégétalisation des zones ravinées et la correction
torrentielle sont les principes de base de la protection ;
• les protections de défense passive qui ne s’opposent plus au phénomène mais tentent de
maîtriser ses conséquences :
• pour les chutes de blocs et éboulements, le principe consiste à disposer un écran
destiné à interrompre ou à modifier les trajectoires des blocs avant qu’ils atteignent la
zone à protéger (filets, merlons, et gestion de la végétation forestière, etc.) ;
• pour les affaissements et effondrements : renforcement de la structure des fondations,
fondations profondes, conception des réseaux) ;
• pour les retraits-gonflements des sols : reprise en sous-œuvre des bâtiments,
éloignement des rejets et des arbres des habitations ;
• défense temporaire : il s ‘agit d’une stratégie provisoire qu’il est nécessaire de renouveler
périodiquement (purge des parois rocheuse, évacuation des populations exposées, fermeture
de routes, etc.).
Le projet INTERREG III A – ALCOTRA – 2004-2006 sur les risques hydro-géologiques en
montagne (RISKYDROGEO ) a permis de discuter, d’évaluer et de valider les méthodes
d’investigation du sous-sol, les types de parade, les équipements de surveillance et les modes de
prise en compte du risque, telles que pratiquées par les collectivités territoriales dans les Alpes du
Nord françaises, le canton du Valais (Confédération Helvétique) et la vallée d’Aoste (Italie) : un
guide pratique portant notamment sur les systèmes de surveillance, les systèmes d’instrumentation
et les systèmes de parade a pu ainsi être élaboré.

3.6.6 La préparation aux situations de crise


Pour les mouvements de terrain avérés menaçant un enjeu important, il est nécessaire de
comprendre son fonctionnement pour déterminer une éventuelle aggravation des instabilités. Un
suivi par examens périodiques du site au cours desquels le versant est « ausculté » même
sommairement, permet de connaître son évolution.
Si nécessaire, un véritable système de surveillance peut être mis en place. La valorisation des
données transmises en temps réel permet de caractériser préalablement une éventuelle situation de
crise et de s’y préparer, notamment au travers du plan communal de sauvegarde (PCS).

4 RN 4 – Risques littoraux

4.1 Définitions
4.1.1 Le recul du trait de côte
Il se traduit par le déplacement, vers l’intérieur des terres, de la limite cartographique entre le
domaine marin et le domaine continental. Le trait de côte est situé à l’interface terre/mer et
correspond à la laisse des plus hautes mers lors d’une marée astronomique exceptionnelle.
4.1.2 La submersion marine
La submersion marine est une inondation temporaire de la zone côtière par la mer dans des
conditions météorologiques et/ou marégraphiques défavorables (forte dépression, vent de mer,
tempêtes d’équinoxe, coefficient de marée élevé) provoquant des ondes de tempête. Les
submersions marines peuvent aussi se produire lors de tsunamis ou encore lors de ruptures
d’ouvrages.

4.1.3 Les avancées dunaires


Par avancée dunaire, on entend la progression d’un front de dune vers l’intérieur des terres. Ce
phénomène résulte du déplacement du sable sous l’effet du vent. Il s’observe en milieu côtier où des
stocks sédimentaires sont disponibles.

4.2 Nature, causes et effets


4.2.1 Le recul du trait de côte
La mobilité du trait de côte est naturelle. Elle résulte de l’action des éléments naturels (fluctuations
du niveau des eaux, vents, courants et agitations, etc.) sur les structures littorales. Les effets peuvent
être renforcés par des actions humaines, en particulier le long des côtes sableuses. La
surfréquentation des cordons dunaires près des plages détruit la végétation ou empêche son
développement et expose ainsi le sable à l’action érosive du vent. Mais les ouvrages côtiers et les
extractions de matériaux interviennent aussi en modifiant les échanges sédimentaires. La tendance
généralisée au recul du trait de côte est observée sur de nombreux littoraux et a pour conséquence
de générer des risques dans les zones à enjeux.
Il convient de distinguer les différents types d’érosion qui conduisent au recul des zones basses
meubles et à celui des falaises.
Dans le cas des côtes basses, l’érosion marine résulte d’un déficit chronique et généralisé du bilan
sédimentaire depuis la période historique, comme en témoigne le recul de la côte aquitaine, connu
depuis l’époque gallo-romaine. Il est évalué localement à plus de 2 m/an en moyenne et beaucoup
plus lors des tempêtes et les zones de recul les plus importantes depuis les relevés de 1825 laissent
apparaître des déplacements pouvant atteindre entre 100 et 150 mètres sur cent cinquante ans.
Phénomène discontinu, le recul du trait de côte, résulte des actions combinées et intermittentes du
niveau statique du plan d’eau (niveau marégraphique), d’une élévation temporaire de ce niveau
(surcote) et de l’effet des vagues déferlantes mais aussi de la fréquence des tempêtes.
Dans le cas des côtes à falaises, l’évolution est plus complexe car les influences continentales
peuvent s’ajouter aux actions de la mer. On distingue deux types de recul selon les conditions
géologiques et hydrogéologiques :
• un recul par effondrement d’un pan de falaise surplombant dont le pied a été sapé par les
vagues. Si cette érosion est négligeable pour les falaises granitiques, en revanche, le recul est
rapidement dommageable pour les falaises calcaires, en particulier crayeuses qui peuvent
régresser, comme au pays de Caux, de 0,30 m en moyenne par an. Ces dernières subissent
aussi une érosion par dissolution, l’eau de mer creusant des alvéoles ou même des taffonis
(cavités profondes). De plus, l’action biologique peut parfois être intense : les mollusques
lithophages, les oursins, certains spongiaires et certaines algues percent, creusent et
découpent la falaise et la roche finit par se fragmenter ;
• un recul par glissement, dû à la nature argileuse des roches telles que les marnes, ou
résultant de leur structure (pendage des couches vers le vide et fracturation). Mais les eaux
continentales (eaux pluviales et usées dont les rejets ne sont pas maîtrisés) ont souvent un
rôle déterminant dans le déclenchement des mouvements.
Enfin, lors des grandes tempêtes, les déferlantes projetée sur les falaises, injectant de l’eau sous
forte pression et les bombardant avec les silex fournis par la craie, activent leur déstabilisation.
Selon les chiffres clés publiés par le ministère en charge de l’Environnement, un quart environ des
côtes en métropole recule du fait de l’érosion marine et, pour les deux tiers, cela concerne des côtes
sableuses (soit près de la moitié de ces dernières) ; à l’inverse, un dixième progresse par
sédimentation (dont bon nombre de côtes vaseuses, telles que baies, estuaires, marais littoraux).
A noter que, compte tenu de son grand découpage, la longueur du littoral français peut varier très
sensiblement selon les sources : 7500 km de côtes par exemple (5853 km pour la métropole et 1647
pour les DOM) selon l’estimation de ce même ministère dans son récent guide PPRL (décembre
2013).

4.2.2 Les submersions marines


Elles envahissent les terrains situés en-dessous du niveau des plus hautes mers mais aussi parfois les
terrains « protégés » par les digues si les projections d’eaux marines franchissent les ouvrages de
protection, a fortiori lors des tempêtes. Elles apparaissent à la suite de la rupture ou de la destruction
d’un cordon dunaire, mais aussi du débordement ou de la rupture d’ouvrages de protection (digues).
Exceptionnellement, des vagues de forte amplitude (tsunamis) peuvent envahir le littoral lors de
glissements sous-marins ou de séismes (voir fiche RN6 : Séismes et tsunami).
L’inondation résultante est en principe de courte durée : de quelques heures à quelques dizaines
d’heures selon la perméabilité du sol et si le retrait naturel des eaux est possible ; dans le cas
contraire, l’inondation, comme celle résultant de la tempête Xynthia, peut durer plusieurs jours. Elle
se traduit également par l’invasion de biens bâtis et de terrains agricoles par des eaux salées
particulièrement agressives. De plus, lorsque la submersion résulte de la rupture du cordon dunaire,
les eaux marines peuvent véhiculer d’importantes quantités de sédiments qui se déposent en
épandage de tempête, par exemple sur des terres agricoles qui deviennent temporairement
inexploitables. Enfin, en cas de franchissement d’ouvrages de protection, les paquets de mer
projettent des sables et des galets aux effets dommageables sur les fronts de mer urbanisés.
En outre mer, les cyclones provoquent également des phénomènes maritimes très dangereux :
• une houle longue, générée par le vent et qui se déplace plus rapidement que le cyclone, est
parfois observée jusqu’à 1 000 km à l’avant du cyclone ;
• une surélévation anormale du niveau de la mer, connue sous le nom de « marée de
tempête », le phénomène le plus meurtrier associé aux cyclones.
4.2.3 Les avancées dunaires
Les dunes littorales sont par nature l’objet de constants changements sous l’action de la mer et du
vent. Ce milieu, original et fragile, recèle aussi de nombreux « habitats » d’intérêt communautaire
qu’il s‘agit de préserver. Paysage très attractif, il est soumis à une pression humaine croissante,
notamment touristique.
Celles-ci peuvent être sujettes à une grande mobilité, comme ce fut le cas en particulier durant la
période froide dite du « petit âge glaciaire », vers les années 1500-1800. Après de nombreux essais
de maitrise du phénomène au XVIIIe siècle, c’est sous l’impulsion de l’Etat qu’au XIXe siècle, fut
entreprise la fixation des dunes mobiles : en effet, la majeure partie des dunes littorales atlantiques a
été alors reboisée pour lutter contre l’envahissement des cultures et des villages par les sables, tout
en permettant la mise en valeur de ces terrains par la production de bois de pin maritime et de
résine.
Le cordon dunaire s’organise en bandes plus ou moins parallèles à la côte dont les principales sont
le haut de plage, le cordon mobile, la dune fixée et la dune boisée, chacune pouvant être subdivisée.
Ces espaces sont interdépendants. Tout changement sur la face externe induit une chaîne de
réactions sur la face interne. Par exemple, une tendance à la stabilisation du cordon littoral entraîne
une progression du front forestier pionnier et inversement.
Les dunes bordières non boisées, en plus de leur rôle protecteur de la forêt dunaire, constituent un
écosystème de haute valeur patrimoniale, un stock sableux régulateur du bilan sédimentaire côtier
et un amortisseur de l’érosion marine.
Sur les côtes atlantiques, les vents dominants (marins) ont tendance à transférer le sable de la plage
vers la dune puis de la dune vers l’intérieur des terres. En revanche sur les côtes méditerranéennes,
les vents dominants (vents de terre) engendrent un transfert important de sédiments de la partie
émergée vers la partie immergée.
Les coups de mer qui, sur les autres côtes atlantiques, sont synonymes de démaigrissement de la
plage et de la dune, permettent à l’inverse sur les côtes méditerranéennes l’engraissement de la
haute plage en ramenant sur la partie émergée les matériaux évacués par les vents de terre même si
comme ailleurs, ils contribuent à l’érosion de la basse plage ; dans ce contexte méditerranéen, les
herbiers de posidonies ont un rôle important car ils participent également à cette dynamique littorale
en amortissant les houles et en piégeant les sédiments.
Le littoral se découpe en compartiments ayant un fonctionnement relativement autonome par
rapport aux compartiments voisins. Ce sont les cellules sédimentaires. Entre deux cellules voisines,
les échanges sont faibles voire nuls. Les spécialistes admettent que sous l’action des facteurs
naturels (houle, vent, etc.), le sable reste à l’intérieur de la cellule ou sort définitivement du système
littoral (perte au large, à terre). Pour chaque cellule il est possible d’établir un bilan d’apports, de
fuites et de réserves. Mais le plus souvent, le manque de données quantifiées et fiables ne permet
qu’une évaluation approximative de ce bilan.
La gestion des dunes littorales s’inscrit dans les grands principes de la gestion multifonctionnelle
car il faut concilier les fonctions économiques, écologiques et sociales. Le gestionnaire vise à
répondre de façon conjointe à l’objectif de protection contre le risque d’ensablement et celui de la
conservation d’écosystèmes et de paysages rares et fragiles.
De plus, à l’objectif d’éviter le risque d’ensablement de l’arrière-pays, il faut aussi répondre à celui
de réduire le déficit sédimentaire de la plage, principale cause du recul des côtes.

4.2.4 Les effets de ces phénomènes sur les enjeux


Parmi ces risques naturels, ceux liés aux submersions marines ou à l’érosion côtière sont
aujourd’hui en France grandissants du fait de l’installation croissante des populations en zones
côtières. L’anthropisation du littoral a donc accentué sa vulnérabilité aux phénomènes de
submersion marine survenant lors de tempêtes. Les zones côtières sont caractérisées par une forte
densité de population. Ainsi, pour la France, la densité de population des communes littorales est
deux fois et demi supérieure à la densité moyenne métropolitaine.
La population permanente des communes littorales métropolitaines était de 6,1 millions de
personnes au 1er janvier 2006, soit 9,9 % de la population totale sur environ 4 % du territoire, cette
part étant sensiblement la même depuis le début des années 80. A ce chiffre s’ajoute une population
touristique importante hébergée dans les résidences secondaires, les hôtels et les campings.
Les enjeux en termes de sites écologiques d’intérêt faunistique et floristique (Natura 2000, etc. )
exposés à un risque de submersion marine d’occurrence centennale sont répartis sur environ 380
000 ha pour la seule métropole.
Le ministère en charge de l’Environnement estime que les terrains situés à moins de 250 m des
côtes métropolitaines en érosion sont pour un quart des sols urbanisés et artificialisés, pour un autre
quart des terres agricoles ou arables et pour la moitié restante des zones naturelles, parfois de
grande importance écologique ou/et touristique.

4.2.5 Le changement climatique


Le changement climatique modifiera le niveau moyen de la mer, le régime des tempêtes, la
hauteur des vagues, le régime des surcotes, le régime des précipitations, l’acidification des océans
et la température de surface de l’eau.
Sur la base du 4ème rapport du GIEC (AR4, 2007 – le 5e rapport est prévu pour 2013), des travaux
réalisés dans le cadre du groupe de travail Risques naturels, assurance et changement climatique
(RNACC 2008-2009, cf. rapport interministériel), l’Observatoire national sur les effets du
réchauffement climatique (ONERC) estime qu’à la fin du siècle, entre 2090 et 2099, l’élévation du
niveau de la mer sera comprise entre 40 cm et 100 cm pour toutes les côtes françaises. Dès 40 cm,
un risque de submersion permanente consécutif à la montée du niveau de la mer pèsera sur certains
territoires.
Malgré les incertitudes, confirmées par différentes méthodes de calcul, la tendance globale au recul
du trait de côte, suite à la montée des eaux, par érosion des plages et recul des falaises est prévisible.
Les zones les plus vulnérables sont les deltas comme la Camargue, les zones estuariennes et les
zones de marais. Par ailleurs, compte tenu de l’impact de l’élévation du niveau moyen de la mer sur
les ouvrages maritimes, il faut s’attendre à devoir les adapter pour qu’ils résistent et qu’ils
demeurent efficaces en attachant une attention particulière aux évolutions bathymétriques.
Dans ce contexte de tendance à la remontée du niveau marin, la pénurie sédimentaire sera croissante
et le stock de sable dunaire prendra de plus en plus d’importance stratégique.
Dans son plan national d’adaptation au changement climatique adopté en juillet 2011, le
gouvernement a prévu, entre autres mesures, le renforcement de l’observation des côtes françaises
pour prévenir les risques de submersion.

4.3 Mesures de prévention des recul du trait de côte, submersion


marine et avancée dunaire
Deux ans après le passage de la tempête Xynthia (1) le 28 février 2010 (54 morts) dans les
départements de la Vendée et de la Charente-Maritime, l’Etat a mis en place un certain nombre
d’actions. Elles s’articulent principalement autour de la prévention (plan submersions rapides,
programmes d’action de prévention des inondations, mise en œuvre de la directive inondations,
installation d’une commission mixte inondations, plans de prévention des risques naturels
prévisibles ( PPRN) prioritaires, création d’une nouvelle vigilance météo « vagues-submersions
marines »), de la protection (confortement des ouvrages de protection) et de la culture et la mémoire
du risque (pose de repère de limite de submersion marine et création d’un modèle spécifique
« Xynthia » réalisé en collaboration avec la Monnaie de Paris).
Le plan submersions rapides (PSR), programme national validé en février 2011, vise en priorité
la sécurité des personnes et comprend des mesures de prévention, de prévision, de protection et de
sauvegarde des populations dans les six années à venir : maîtriser l’urbanisation dans les zones à
risques ; améliorer les systèmes de surveillance, de prévision et d’alerte ; renforcer la fiabilité des
digues ; développer enfin une véritable culture du risque (à travers notamment les plans
communaux de sauvegardes – PCS).
Un programme spécifique au littoral propose une gestion intégrée des risques littoraux (submersions
marines et estuariennes, érosion…) qui s’articulera avec le plan national d’adaptation au
changement climatique, avec la stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et
de la défense contre la mer et avec la gestion particulière des estuaires et des zones lagunaires ou
poldérisées. L’objectif du PSR est d’inciter les différents territoires à bâtir des projets de prévention
des risques liés aux submersions marines, aux inondations par ruissellement ou crues soudaines et
aux ruptures de digues fluviales ou maritimes, par une démarche pragmatique, partant de projets
ponctuels ou plus globaux mais sur des zones cohérentes vis-à-vis du risque. Ce plan anticipe la
mise en œuvre de la future stratégie nationale de gestion des risques d’inondation, cadre général
défini en application de la loi portant engagement national pour l’environnement (LENE).
Le plan est aujourd’hui opérationnel, avec des avancées concrètes sur chacun de ses axes. Les
préfets ont identifié les communes pour lesquelles un plan de prévention des risques littoraux
prévisibles (PPRL) devait être établi en priorité. Fin 2012, ceux-ci étaient en cours de réalisation sur
ces 303 communes. Ils bénéficient des données de topographie fine acquises dans le cadre d’une
convention passée entre le ministère en charge de l’Environnement et l’Institut national de
l’information géographique et forestière (IGN).
Dans le cadre du PSR, l’Etat a également lancé un programme global d’état des lieux des
ouvrages et des systèmes de protection maritimes pour contrôler leur fiabilité et engager leur
renforcement , en partenariat avec les collectivités territoriales et les maîtres d’ouvrages (voir fiche
DGa8 : Les ouvrages de protection collective contre les risques naturels) ; ainsi, 190 chantiers de
travaux en urgence puis 88 travaux de renforcement ont été réalisés en 2010 dans les départements
de Charente-Maritime et de Vendée.
A noter que la loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et
d’affirmation des métropoles modifie le contexte institutionnel concernant la gestion des milieux
aquatiques et la prévention des inondations : attribution aux communes et aux établissements
publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre substitués à leurs communes
membres d’une nouvelle compétence en ce domaine ; mise en place d’un financement dédié ;
renforcement du rôle des établissements publics territoriaux de bassin (EPTB) et création
d’établissements publics d’aménagement et de gestion de l’eau (EPAGE). La plupart des
dispositions prévues devraient entrer en vigueur à l’horizon 2016.
Par ailleurs, suite aux tempêtes de fin décembre 2013-début janvier 2014 ayant affecté les côtes
métropolitaines, la nécessité d’une gestion intégrée des risques littoraux (inondations, submersions
marines et estuariennes, érosion) a été rappelée à nouveau par les ministres en charge de
l’Environnement et de la Mer. A également été annoncée la production fin 2014 d’une première
cartographie à l’échelle nationale de l’aléa d’érosion côtière, devant permettre une bonne
connaissance des aléas et du fonctionnement des écosystèmes côtiers dans leur état actuel, avec une
prévision de leur évolution à 10, 40 et 90 ans.

4.3.1 La connaissance du phénomène, de l’aléa et des enjeux


La connaissance des risques littoraux doit être envisagée d’un point de vue naturaliste, à l’échelle
d’une entité géographique, habituellement désignée par le terme de bassin, qui présente des critères
géologiques, morphologiques et hydrodynamiques homogènes, combinés aux spécificités de
l’occupation des sols. Sa délimitation dépend aussi de la nature et des caractéristiques des enjeux.
Ces différents systèmes côtiers sont interdépendants et très mobiles, ils évoluent en fonction des
agents géologiques (héritage des périodes glaciaires récentes, variations du niveau marin…),
dynamiques (houle, vent, marée) et anthropiques (urbanisation…).
Cette évolution a souvent été traitée à des échelles variées, la plupart du temps sur de courtes
périodes et par divers acteurs, ce qui rendait certaines des données acquises peu accessibles, voire
ignorées. L’aménagement et la gestion à long terme de vastes secteurs du littoral français dépendant
d’une meilleure connaissance et d’une meilleure prévision de l’évolution des côtes, une base
nationale d’informations sur l’évolution du trait de côte et la lutte contre l’érosion littorale a été
constituée et mise à disposition des utilisateurs (services opérationnels, bureaux d’études,
chercheurs, etc.), ceux-ci contribuant par ailleurs à son enrichissement.
Sur les parties les plus sensibles du littoral, des observatoires ont généralement été constitués afin
d’assurer un suivi de l’évolution physique des côtes et mettre à disposition de tous les acteurs
concernés un outil d’aide à la décision et à la gestion, par exemple celui constitué en Aquitaine dans
le cadre d’un large partenariat régional.

4.3.1.a Le recul du trait de côte


Pour les côtes basses, la limite du bassin résulte de l’évolution de l’unité ou cellule
hydrosédimentaire (voir § 2.3 ci-avant) déterminée par les conditions de circulation des sédiments.
Pour les côtes à falaises dont l’évolution est commandée à la fois par des facteurs continentaux et
par l’attaque de la mer, elle s’appuie sur des composantes morphologiques, géologiques et
hydrogéologiques.
Dans le cas de l’élaboration d’une carte d’aléas en vue d’un PPR, l’analyse du recul du trait de côte
par effondrement vise à évaluer la bande de terrain potentiellement érodable à l’échéance de 100
ans. Pour les versants littoraux dont l’évolution procède par glissements localisés, il convient
d’analyser le rôle des caractéristiques intrinsèques du versant (nature, spécificités géomécaniques
des terrains), des facteurs externes (apport d’eau par précipitations ou défaut de maîtrise des eaux
superficielles et des rejets, surcharges, séismes etc.) et de la mer qui remet perpétuellement en cause
la recherche d’équilibre du versant par son action érosive, s’opposant à la constitution d’une butée
de pied naturelle.
Enfin, le recul des côtes à falaises peut engendrer des dangers pour les personnes, aussi bien sur la
corniche qu’en pied de falaise exposé aux chutes de blocs, aux coulées boueuses et aux glissements.

4.3.1.b La submersion marine


L’évaluation de l’aléa submersion marine consiste à étudier la zone submergée par la mer pour le
niveau d’eau atteint lors d’une occurrence centennale. Elle inclut les paramètres météorologiques et
marégraphiques. Hors phénomènes exceptionnels (tsunamis), l’expérience montre que les hauteurs
d’eau sont relativement faibles dans la majorité des cas, inférieures à un mètre, compte tenu des
mécanismes de submersion (durée de la marée haute, taille des brèches). En revanche, la vitesse du
courant est élevée. Comme pour les cours d’eau, le courant peut être très érosif à l’arrière d’une
brèche dans un cordon littoral ou dans un ouvrage de protection.

4.3.1.c L’aléa de référence est modifié et complété par l’aléa 2100


Les inondations consécutives à la tempête Xynthia ont mis en évidence les limites du cadre
méthodologiques datant de 1997 (circulaire et guide méthodologique). Dans l’attente de la
publication du guide réactualisé, la circulaire du 27 juillet 2011, relative à la prise en compte du
risque de submersion marine dans les plans de prévention des risques littoraux prévisibles (PPRL),
en a fixé les grands principes, en particulier ceux qui définissent le périmètre du PPRL, l’aléa de
submersion marine et l’incidence des ouvrages de protection.
Désormais, le zonage réglementaire du PPRL doit être élaboré sur la base de deux aléas (cf. schéma
ci-dessous) :
• un « aléa de référence » évalué sur la base d’un niveau marin calculé en prenant le plus haut
niveau entre l’évènement historique le plus fort connu et l’évènement centennal calculé à la
côte, à laquelle on rajoute la surcote liée à la houle et, le cas échéant, la surcote liée aux
phénomènes locaux. A cet « aléa météorologique » sera ajoutée une marge de 20 cm
constituant la première étape de prise en compte du changement climatique.
• un « aléa 2100 » : l’hypothèse retenue est l’hypothèse pessimiste de l’ONERC, qui
correspond à une augmentation de 60 cm du niveau marin à l’horizon 2100. L’aléa 2100
correspond donc à l’ « aléa météorologique » auquel on rajoute 60 cm.
L’ « aléa 2100 », qui n’aura pas d’impact sur la constructibilité des zones urbanisées, permettra, via
les prescriptions sur les nouvelles habitations, de prendre dès maintenant les mesures nécessaires
pour limiter la vulnérabilité future des territoires au risque de submersion marine face à
l’augmentation prévisible du niveau marin sur le littoral français.
La publication fin 2013 d’un nouveau guide méthodologique relatif aux PPRL est venu compléter et
préciser le cadre méthodologique initié par la circulaire du 27 juillet 2011.

Source : Circulaire du 27 juillet 2011 relative à la prise en compte du risque de submersion marine
dans les plans de prévention des risques naturels littoraux, MEDDTL
Dans le but de cartographier de manière continue la bande côtière terrestre et son prolongement
marin immédiat, suite aux orientations du Comité interministériel de la mer (CIMer) de 2003, l’IGN
et le Service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) se sont rapprochés pour
modéliser le cœur géographique du futur référentiel géographique du littoral (RGL) dans le cadre
d’un projet commun baptisé Litto3D®.
A partir des informations déjà disponibles (et néanmoins trop incomplètes ou imprécises), une base
de données historiques, baptisée « Histolitt » est constituée : elle rassemble les données existantes
pour fournir une première contribution à l’inventaire du littoral.
Afin de constituer un référentiel décrivant en continu la surface du sol émergé, l’estran (portion de
la zone littorale située entre les hautes et les basses mers) et le fond de mer avec une précision
altimétrique de l’ordre de 30 cm et une résolution planimétrique d’environ 1 m, l’IGN s’est lancé
dans l’étude d’une méthode de levés par laser aéroporté (LIDAR).
A partir de deux expérimentations en relief contrasté (Golfe du Morbihan en 2005 et Toulon en
2007), l’IGN et le SHOM ont mis au point une méthode applicable à l’ensemble des côtes. Ce
nouveau modèle numérique altimétrique continu de la mer et de la terre, de précision décimétrique,
contribue à la gestion des problèmes liés à l’érosion littorale mais aussi à son invasion (tsunamis).

4.3.2 La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte


En octobre 2011, Météo France a mis en place une nouvelle vigilance météorologique intitulée
« vagues-submersion » afin d’anticiper au mieux les montées extrêmes du niveau de la mer et de
renforcer la protection des populations face aux inondations, aux risques d’embarcations projetées
sur le rivage ou encore de noyades.
En cas de vigilance orange ou rouge, actualisée au moins deux fois par 24h (6h et 16h) liée à un
phénomène de « vagues-submersion« , Météo France dispense en ligne toute une série de conseils
de comportements à l’adresse des habitants du bord de mer (ou du long d’un estuaire), des
plaisanciers (des baigneurs, des plongeurs, des promeneurs) et des professionnels de la mer (des
pêcheurs,…).
De même, des systèmes d’alerte au tsunami sont construits ou en cours de construction, sous
l’impulsion de l’UNESCO, et auxquels la France participe.

4.3.3 L’éducation et l’information préventive


La protection des populations saisonnières vis-à-vis des risques naturels présents ou émergents
passe par une meilleure information sur la nature des dangers auxquels elles sont susceptibles d’être
exposées et sur les comportements à tenir en cas d’évènement. Ces populations développent une
vulnérabilité spécifique. Leur moindre connaissance du territoire et de la nature des risques
(ampleur, fréquence, localisation…) peut induire pour les touristes une autoprotection inadaptée,
une ignorance des outils de vigilance et d’alerte, voire de mauvais réflexes, en cas de crise. Parmi
les touristes, les étrangers accèdent encore plus difficilement à l’information, du fait des barrières
linguistiques mais aussi de leur méconnaissance des structures et des organisations françaises. Une
enquête a montré que les étrangers identifient moins bien que les Français les périodes à risques et
les conséquences potentielles de ces risques et près de trois étrangers sur quatre ignorent les cartes
de Météo France.
Les résidents permanents, en revanche, bénéficient souvent d’une expérience, d’une culture locale
du risque et de moyens classiques d’information : bulletin municipal, enquêtes publiques pour les
documents spécifiques risques ou d’urbanisme intégrant les risques, réunions publiques organisées
par le maire qui doit également définir les lieux d’installation d’affiches préventives, en particulier
dans les établissements recevant du public comme les établissements hôteliers, etc.
Par ailleurs, dans les campings, le gestionnaire doit informer les occupants des consignes de sécurité
et des mesures de sauvegarde à observer, afficher les informations sur les consignes de sécurité, et
tenir à disposition un exemplaire du cahier des prescriptions de sécurité (article R125-15 du Code
de l’environnement ; voir fiche R5 : Sécurité des terrains de camping et de caravanage). En
complément, il est de l’initiative locale de développer une communication plus spécifique. Il pourra
s’agir de diffuser des brochures dans d’autres langues, d’adapter les modes, les lieux et surtout les
dates de diffusion d’information. L’affichage des consignes de sécurité par des pictogrammes est un
moyen aussi efficace de diffuser cette information sans avoir à s’inquiéter de la langue.
Plus récemment, les nouvelles obligations d’information des locataires, en cas d’existence d’un
PPRN, s’appliquent pour les locations saisonnières et visent à sensibiliser les touristes dès la
signature du bail (voir fiches DGi1 : Information préventive des populations, et DGi4 : Information
des acquéreurs et des locataires d’un bien immobilier).

4.3.4 La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme


Depuis des décennies, des pans entiers de l’économie nationale reposent sur la « fixité » du trait de
côte. Mais l’idée que l’on peut le fixer partout, devenue illusoire, est abandonnée. Il est désormais
admis que le recul stratégique est une réponse pour lutter contre les conséquences du changement
climatique, en particulier l’aléa submersion marine.
La notion d’espace de liberté redonné aux phénomènes naturels a été redécouverte il y a un peu plus
d’une vingtaine d’années pour les cours d’eau, rivières de plaine en particulier. Elle s’applique
également au littoral qui devra présenter une flexibilité envers l’accroissement du niveau de la mer
et non plus en fonction des aménagements grignotant le domaine maritime.
Différents outils permettent une prise en compte du risque dans le développement des territoires
littoraux : la loi littoral, les schémas de mise en valeur de la mer, les schémas directeurs
d’aménagement et de gestion des eaux, les directives territoriales d’aménagement (DTA) et les
schémas de cohérence territoriale (SCoT).
L’un des objectifs de la révision de la doctrine relative à l’élaboration des PPRL est de rapprocher
les règles de constructibilité de celles appliquées par les « PPRN inondation-débordement de cours
d’eau » – en matière de grille d’aléa, de typologie des enjeux, de règles de constructibilité dans les
zones submersibles – sous réserve de la prise en compte des spécificités de l’aléa submersion
marine (phénomène violent, marnage, érosion associée…).
Le PPRL doit être réalisé à une échelle géographique présentant une cohérence hydrosédimentaire
(voir § 2.3 ci-avant). Il doit, dans la mesure du possible, traiter simultanément tous les aléas qui
impactent le bassin de risque considéré : submersion marine, érosion du trait de côte et migration
dunaire, voire le cas échéant les autres phénomènes d’inondation concomitants (débordement de
cours d’eau pour les zones estuariennes, mascaret, ruissellement, aggravation d’inondation fluviale
par barrage des écoulements dû à la surcote marine).
La maîtrise de l’urbanisation dans les zones à fort risque, et en particulier l’arrêt de l’ouverture à
l’urbanisation de zones basses aujourd’hui non urbanisées, est posée comme un des fondamentaux
du plan.
En cas de menace pour la vie humaine, des mesures immédiates devront être prises pour interdire
tout accroissement de population dans les zones à risque fort. Il sera rappelé que, en l’attente de
l’élaboration d’un PPRN, l’article R111-2 du Code de l’urbanisme permet de refuser ou d’assortir
de prescriptions un permis de construire ou d’aménager qui comporterait un risque pour la sécurité
publique.
Ceci concerne aussi bien des zones inondables ou submersibles, que des zones endiguées pour
lesquelles le gestionnaire de l’ouvrage n’a pas démontré la sécurité intrinsèque de son ouvrage ou
l’adéquation du niveau de protection avec les enjeux de la zone protégée.

4.3.5 La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux


Sur un certain nombre de fronts urbains qui sont actuellement menacés par le recul des côtes et pour
lesquels le coût de la défense – nettement supérieur à la valeur des biens défendus – ne sera plus
supportable par la collectivité, il faudra envisager l’expropriation. Il est possible que soit effectué à
moyen terme un choix de réalignement stratégique.
De même, si le risque prévisible de submersion marine n’apparaît pas acceptable vis à vis de la
sécurité des personnes, il convient de recourir aux mesures de délocalisation par voie amiable ou à
défaut par expropriation.
Le fonds Barnier (FPRNM) peut soutenir les phases d’étude de stratégies de réduction des risques.
Il est envisagé, si les conditions d’éligibilité sont remplies par ailleurs, de travailler sur des
opérations programmées de l’amélioration de l’habitat (OPAH) résilient, c’est-à-dire ayant pour
vocation de réhabiliter des logements permettant de mettre en sûreté les résidents permanents de
zones de danger.

4.3.6 Les dispositifs de protection collective


On peut constater que l’accélération de l’érosion côtière (marine et géologique) est parfois
provoquée par des altérations d’origine humaine (digues et ouvrages de protection inappropriés,
nettoyage excessif de plages, prélèvements de matériaux sableux, accentuation de
l’imperméabilisation des sols et donc des écoulements hydrauliques, fréquentation touristique
massive non maîtrisée, etc.).
Les limites physiques maintenant mieux connues des ouvrages de défense contre la mer et la
meilleure connaissance des milieux et de leurs interactions, conduisent à faire évoluer les méthodes
de gestion du trait de côte dans une perspective de développement durable. Il est illusoire de vouloir
lutter à tout prix contre un phénomène naturel – l’érosion – quand il n’y a pas d’enjeu notable sur
les activités humaines ou économiques (comparaison avec les rivières).
La stratégie de protection repose sur des mesures qui peuvent être complémentaires associant par
exemple défense temporaire et défense permanente ou génie civil et génie biologique
La défense temporaire consiste à mettre à l’abri la population exposée dans des lieux sécurisés,
préalablement définis dans le plan communal de sauvegarde, soit sur place (ex. : étage) soit distants
et aménagés à cet effet (ex. : gymnase). Des restrictions de stationner, voire de circuler, sur le
littoral menacé complètent cet ensemble de mesures.
Sur les côtes basses meubles, dans les zones à forts enjeux, des travaux de génie civil tels
construction d’épis, de brise-lames ou le rechargement des plages en matériaux d’apport sont
réalisés pour limiter le pouvoir érosif des houles et favoriser ainsi la sédimentation en avant du trait
de côte. La réparation, et/ou le rehaussement de digues peuvent aussi être envisagés. Dans les zones
à faibles enjeux, des techniques plus douces, visant à utiliser, par des opérations de génie
écologique, les éléments naturels (vent, etc.) pour piéger le sable au maximum près de sa source et
intégrant l’aménagement de cheminements piétonniers canalisés par des palissades, sont utilisées au
niveau des cordons dunaires.
Pour les côtes à falaises, le recours aux techniques classiques de prévention des mouvements de
terrain est la règle (confortement de parois, collecte des eaux de surface, etc. (voir fiche RN3 :
Mouvements de terrain).
La solution dite du « repli stratégique » qui consiste à accepter un recul limité et à concentrer les
actions de prévention en arrière du trait de côte, intéressante sur les plans économique et
environnemental, est plus délicate à mettre en œuvre sur le plan social.
4.3.7 La préparation aux situations de crise
En ce qui concerne les communes susceptibles d’avoir à gérer une situation de crise, il ne peut être
que recommandé aux maires concernés d’établir et de faire vivre un plan communal de sauvegarde
(PCS – voir fiche R8 : Plan communal de sauvegarde), même s’il n’est pas obligatoire, car la
gestion de crise se prépare hors période de crise afin d’être apte à répondre à tous les aspects d’un
tel épisode et dans toutes ses phases.
Il faut signaler l’organisation au sein des directions départementales des territoires et de la mer
(DDTM) d’une mission de référent départemental pour l’appui technique à la gestion des crises
d’inondation, qui aidera le préfet, la cellule de crise et leurs correspondants à cibler les enjeux
locaux et les dispositions adaptées en fonction des prévisions et vigilances.
Les dispositifs de prévision, de vigilance et d’avertissement ne trouvent leur sens que dans la
mesure où ils sont exploités dans les plans ORSEC de gestion de crise. Ces plans, dont le principe
est la modularité, se déclinent à tous les niveaux, de la famille avec les PFMS (plans familiaux de
mise en sécurité) en passant par les PPMS (plans particuliers de mise en sûreté) pour les écoles,
collèges et lycées, les PCS au niveau communal jusqu’aux dispositifs ORSEC départementaux et
zonaux.

5 RN 5 - Neige, avalanches et risques glaciaires

5.1 Définitions
La neige se forme par des températures très basses dans les nuages ; les conditions qui y règnent
expliquent les diverses variétés de cristaux rencontrés ; lorsque ceux-ci, agglomérés en flocons, sont
suffisamment lourds, ils tombent et, si les températures jusqu’au sol ne dépassent pas +2 à + 4°C,
ils vont s’y déposer et, le cas échéant persister.
Couche après couche, perdant leur individualité et emprisonnant de l’air, ils vont constituer un
manteau neigeux dont les caractéristiques évoluent continuellement. Sur une pente, ce dernier va
être soumis à une lente reptation ; si son épaisseur et la déclivité (généralement au-delà de 25°, hors
cas de neige très mouillée) sont suffisantes, il peut donner naissance à une avalanche, déplacement
gravitaire rapide (plus de 1m/s) provoqué par une rupture d’équilibre en son sein, soit naturelle soit
provoquée (par exemple suite au passage de skieurs, à la chute de corniches ou de rochers, à un tir à
l’explosif).
A partir d’une certaine altitude (vers 3 000 m dans les Alpes), la neige ne va plus fondre d’une
année sur l’autre mais s’accumuler : elle se transforme d’abord en névé puis, à partir d’une certaine
profondeur sous l’effet de la pression, en glace ; la masse que constitue le glacier s’écoule
lentement, subissant des phénomènes d’ablation à l’aval de sa ligne d’équilibre (correspondant à un
bilan de masse nul) ; dans les zones de rupture de pente, se forment des séracs qui constituent des
zones particulièrement instables, constituées de blocs de glace désolidarisés et entrecoupés de
crevasses.

5.2 Nature, causes et effets


Au cours de sa chute, la neige sera soumise surtout à l’action de la température et à celle plus
brutale du vent ; au sol, le manteau neigeux subira les mêmes actions ainsi que celles dues à de
nombreux autres facteurs, tels que : le rayonnement solaire, le rayonnement thermique, l’humidité
de l’air, les précipitations, le flux géothermique, le poids des couches constitutives ; chacune de ces
dernières va évoluer plus ou moins séparément selon sa structure, son épaisseur : les
caractéristiques du multi-feuille et par là les conditions de sa stabilité se modifient progressivement
(on parle d’ailleurs de métamorphose : de faible gradient ou d’isothermie, de moyen à fort gradient
ou constructive, de fonte). En outre, la diversité inhérente à la nature des terrains (rugosité en
particulier), à leur couverture végétale ou forestière ainsi que, du fait du relief, aux variations de
pente et d’exposition s’ajoutent à cette complexité dont la compréhension est pourtant nécessaire
pour évaluer le risque d’avalanche.
Dans la mesure où plusieurs sites internet spécialisés, cités par ailleurs, développent de façon
souvent approfondie ces processus, les différentes typologies du phénomène avalancheux, etc., la
présente fiche se limite à une présentation sommaire des éléments permettant d’appréhender les
fondements de la prévention du risque.

5.2.1 Neige
La neige peut être soit sèche, soit humide et collante, soit mouillée.
Ce sont ces deux dernières catégories qui sont les plus perturbatrices, notamment pour les
infrastructures ou zones urbanisées de vallées ou de plaines, non régulièrement concernées :
perturbations graves au trafic (routier, ferroviaire ou aérien), ruptures de réseaux aériens
(électriques, téléphoniques), dégâts ou chutes d’arbres, effondrement de structures (toits, serres),
etc.
Par ailleurs, la neige plus légère transportée par le vent parfois sur de grandes distances peut
s’accumuler à l’occasion d’accidents du relief provoquant alors de redoutables congères bloquant
toute circulation.

5.2.2 Avalanches
Il existe de nombreux types d’avalanche et différentes classifications selon la qualité de la neige, la
forme de la rupture, le comportement de l’écoulement.
• Pour les pratiquants de la montagne, ce seront surtout les conditions de déclenchement qui
les préoccuperont : en effet, dans 9 cas sur 10, les victimes déclenchent leur propre
avalanche et ce sont les avalanches de plaque, soit de plaque friable soit de plaque dure, qui
sont les plus fréquentes (9 cas sur 10) car les plus difficiles à localiser et à prévoir, à la
différence des avalanches de fonte, du fait notamment des effets de vents aux directions
variées, parfois tourbillonnaires, de la multiplicité des reliefs secondaires, etc.
• Plus qu’aux conditions de départ qui requièrent toute l’attention des responsables
communaux de la sécurité et des gestionnaires des domaines skiables ou des routes, les
aménageurs et les constructeurs s’intéresseront aux conditions de l’écoulement(distances
d’arrêt, hauteurs et pressions, etc.) ; c’est ainsi que sont distinguées :
• les avalanches de neige dense ou avalanches coulantes : celles-ci s’écoulent sur un
versant ou dans un couloir en suivant le relief et donc en intégrant toute éventuelle
modification de celui-ci (comme par exemple le dépôt encore en place d’une
avalanche récente), avec des vitesses dépassant rarement 120 km/h ; elles peuvent
être constituées de neige sèche ou de neige humide et exercent des pressions
dynamiques élevées à même de détruire des bâtiments ; par ailleurs, elles entrainent
souvent, notamment les avalanches de fond, des blocs rocheux, des arbres, etc. à effet
de bélier potentiellement redoutable ;
• les avalanches aérosol ou avalanches de neige poudreuse : demandant des épaisseurs
de neige sèche et froide conséquentes ainsi que des pentes raides et suffisamment
longues pour permettre la formation d’un nuage constitué d’air et de cristaux de
neige, s’autoalimentant le long de leur parcours et précédées ou non par une onde de
surpression (le souffle), elles se développent sur des hauteurs bien supérieures aux
avalanches coulantes (de 10 mètres à une centaine ou plus contre 1 mètre à une
dizaine pour ces dernières), dévalent les pentes à des vitesses pouvant atteindre au
front 300 km/h, s’affranchissent du relief et peuvent causer des dommages sur de
vastes périmètres, y compris sur les versants opposés ; si la pression du souffle est
faible mais susceptible néanmoins de causer des dégâts (arbres), c’est la violence,
l’étendue et aussi la hauteur de l’aérosol (et notamment de sa partie la plus dense) qui
expliquent leur effet destructeur. En outre, leur rareté surprend toujours ….
• les avalanches mixtes, plus fréquentes que les poudreuses pures sous nos conditions
climatiques.
A ces phénomènes, est rattaché celui du glissement de la neige sur talus qui peut également exercer
des pressions importantes sur tout obstacle situé en pied.

5.2.3 Risques glaciaires


Les glaciers peuvent présenter divers aspects en surface (glacier blanc, glacier noir, glacier rocheux,
ce dernier type traduisant la présence actuelle ou passée d’un pergélisol) et occuper des
emplacements variés (calotte glaciaire, glacier de cirque, glacier de vallée, glacier de versant,
glacier suspendu, etc.).
Les principaux risques, hors la chute en crevasse pour l’amateur de cimes et d’abymes, sont liés à la
possibilité de :
• survenance de crues glaciaires et de décrues, dont certaines ont eu, par le passé, des impacts
catastrophiques sur les habitats et les activités ;
• chute de séracs ou de glace, imprévisible, susceptible de déclencher à l’aval une avalanche
de neige (cas par exemple des séracs dominant Taconnaz (74)) ;
• débordement de lacs glaciaires (par exemple suite à une avalanche de glace ou à un
mouvement de terrain), voire rupture de leur barrage naturel avec possibilité de crues ou/et
de laves torrentielles à l’aval ; ces lacs peuvent être de différents types : lacs de
surcreusement les moins dangereux, lacs barrés par une langue glaciaire aux débâcles
souvent violentes, lacs de barrage morainique (ou lacs proglaciaires) et lacs supraglaciaires
relativement faciles à surveiller et à ausculter ;
• vidange brusque de poches d’eau soit intra-glaciaires soit sous-glaciaires, à la détection
difficile et au comportement mal connu.
5.2.4 Et le changement climatique ?
A titre indicatif et d’une façon très approximative, il est possible d’assimiler une hausse de 1°C de
la température moyenne à une translation du climat de l’ordre de 150 km vers le nord ou à une
remontée en altitude de 150 m.
Les modélisations, notamment celles réalisées dans le cadre du Groupe d’experts
intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ne permettent pas aujourd’hui de prendre en
compte la diversité des phénomènes locaux liés à la topographie, aux effets de vallée, à l’altitude,
etc. et encore moins les phénomènes rares ou extrêmes qui sont à la base de la gestion des risques.
En matière d’enneigement, les chercheurs s’accordent sur une diminution significative de la
couverture neigeuse en dessous de 2 000 mètres d’altitude dès les prochaines décennies (cf. projet
SCAMPEI (Scénarios climatiques adaptés aux zones de montagne : phénomènes extrêmes,
enneigement et incertitudes) coordonné par Météo France).
En matière d’avalanches, il faut vraisemblablement s’attendre à une modification des types,
fréquences et répartitions des phénomènes en relation avec l’évolution des conditions nivo-
météorologiques et notamment de leurs particularités, s’inscrivant dans celle plus générale du
climat (augmentation possible par exemple des cas de chutes de neige importantes sur sol non gelé
favorisant les « gueules de baleine » et pouvant évoluer, à l’occasion de redoux hivernaux, en
grosses avalanches de glissement). Les ingénieurs-chercheurs de l’Institut national de recherche en
sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea, ex Cemagref) ont ainsi pu
mettre par exemple en évidence une augmentation du nombre d’avalanches humides, parcourant de
moindres distances, au cours des 40 dernières années. Néanmoins, avec ceux du Centre d’étude de
la neige (CEN) – Météo France – et du Pôle alpin d’études et de recherche pour la prévention des
risques naturels (PARN), ils n’excluent pas pour autant la possibilité de survenance d’évènements
extrêmes pouvant atteindre ou même dépasser les plus forts connus à ce jour.
Pour tenter de quantifier l’évolution à venir de l’activité avalancheuse dans les Alpes françaises, le
ministère en charge de l’Environnement a confié à Irstea et au CEN le projet ECANA (étude
climatologique de l’activité avalancheuse naturelle) : à partir d’une modélisation du lien avalanche-
climat à l’échelle annuelle et de l’analyse d’épisodes d’activité intense, les équipes doivent évaluer
l’impact du changement climatique futur sur l’activité avalancheuse, pour les périodes 2021-2050 et
2071-2100 et sous 3 scénarios de réchauffement climatique.
Quant aux glaciers, considérés comme de bons indicateurs de l’évolution du climat (par étude de
l’évolution de leur bilan de masse), ils vont poursuivre leur recul et, pour ceux dont les bassins
d’alimentation sont situés en-dessous de leur ligne d’équilibre (qui va remonter malgré des
précipitations hivernales vraisemblablement en hausse) disparaitre à terme. Une plus grande
disponibilité de matériaux non figés de ce fait ainsi qu’un dégel superficiel du pergélisol sont de
nature à accroitre en altitude le transport solide par les torrents, voire à provoquer des mouvements
de terrain. Par ailleurs, un certain nombre de glaciers froids (situés aujourd’hui au-dessus de 4 000
m environ) et de ce fait adhérents à la roche risquent d’évoluer en glaciers tempérés soumis à la
fonte estivale, avec éventualité selon la topographie d’effondrement en masse. En ce qui concerne
les autres phénomènes d’origine glaciaire, les chercheurs (Irstea, Laboratoire de glaciologie et
géophysique de l’environnement (LGGE), PARN) s’attendent à une certaine multiplication de leur
manifestation (comme par exemple l’apparition de nouveaux lacs pro-glaciaires) sous l’effet de
l’augmentation des températures moyennes prévue.

5.3 Mesures de prévention des chutes de neige, avalanches et risques


glaciaires
La prévention contre les avalanches apparait, de même que pour la plupart des risques, comme une
politique évènementielle qui se construit sur les retours d’expérience de catastrophes successives,
heureusement relativement rares en ce domaine.
C’est la destruction de l’hôpital militaire de Barèges (65) en 1860 qui est à l’origine des premières
mesures de protection : pose de plus de 5 000 pieux en fonte reproduisant une forêt artificielle et
construction de barrages en pierre par le génie. La politique de Restauration des terrains en
montagne (lois de 1860, 1864 et 1882) permettra le traitement, essentiellement par le reboisement,
d’une centaine de sites avalancheux particulièrement menaçant.
L’avalanche de l’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA) à Val d’Isère (73) en 1970
– 39 morts et 40 blessés – ainsi que le même hiver la catastrophe du sanatorium pour enfants le Roc
des Fiz au plateau d’Assy (74) – 71 victimes – du fait de coulées boueuses suite à un important
glissement amenèrent le gouvernement à mettre en œuvre les conclusions du rapport Saunier ;
parmi les 7 mesures préconisées, découlent notamment la création de l’Association nationale pour
l’étude de la neige et des avalanches (ANENA), la réalisation d’une carte inventaire des sites
d’avalanche devenue la carte de localisation des phénomènes d’avalanche (CLPA), la pratique du
zonage réglementaire (plans des zones exposées aux avalanches (PZEA), plans des zones exposées
aux risques naturels (PZERN)), la mise en place d’un service nivo-météorologique, la
reconfiguration des services de Restauration des terrains en montagne (RTM), etc.
L’avalanche de Montroc à Chamonix (74) en 1999 – 12 victimes et 14 chalets détruits – entraina,
outre la révision du PPR communal, la rénovation du dispositif d’observation des avalanches
(devenu orphelin suite à la création d’un ministère en charge de l’Environnement), la rédaction de
guides méthodologiques, etc.
Enfin, le retour d’expérience sur la gestion de la crise avalancheuse de l’hiver 2008-2009 dans les
Alpes du Sud a été l’occasion de dresser un bilan d’étape sur l’efficacité des mesures prises suite à
Montroc et sur les améliorations encore souhaitables.
La réalité du risque glaciaire en France a été rappelée en particulier par les interventions qui ont dû
être réalisées en extrême urgence en 1985 sur le lac proglaciaire de Arsine (05), en 2004 sur le lac
supraglaciaire de Rochemelon (73) ainsi que depuis 2010 sur la poche d’eau de Tête Rousse (74)
pour éviter à l’aval toute situation catastrophique, du fait d’une probable vidange brutale des eaux
ainsi accumulées et des phénomènes érosifs associés (cf. la rupture, dans la nuit du 11 au 12 juillet
1892, de la poche d’eau du glacier de Tête Rousse qui a provoqué une lave torrentielle ayant fait au
moins 175 victimes à Saint-Gervais, en particulier aux thermes du Fayet).
Aussi, le ministère en charge de l’Environnement, par sa Direction générale de la prévention des
risques (DGPR), a chargé le PARN d’organiser un séminaire technique sur la gestion des risques
d’origine glaciaire et périglaciaire dans le but de faire un état des lieux préparatoire à la mise en
place d’un programme d’actions. Scientifiques, experts et services opérationnels (y compris italiens
et suisses) ont d’abord traité des problématiques de la détection des situations à risques, de la
caractérisation de l’aléa et de la gestion des sites exposés ; après avoir discuté des actions à
promouvoir pour améliorer la prévention et la gestion de ces risques qui présentent une grande
diversité dans un milieu difficile et dans un contexte à forte incertitude technique et scientifique, ils
se sont enfin interrogés sur la possibilité d’évoluer de la gestion de l’urgence vers l’anticipation.

5.3.1 La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux


La carte de localisation des phénomènes d’avalanche (CLPA), l’enquête permanente sur les
avalanches (EPA) et le dispositif sites sensibles aux avalanches (SSA) sont les composants
essentiels du système d’information consacré aux avalanches, mis à disposition de tous par le
ministère en charge de l’Environnement sur un site spécifique internet ; outre les donnée collectées
par l’Office national des forêts (ONF) (agences et RTM) et Irstea (ex-Cemagref), régulièrement
actualisées, il donne également accès à toute la documentation associée : méthodologies,
précautions d’emploi, fiches signalétiques, etc.
• La carte de localisation des phénomènes d’avalanche (CLPA) :

Cette cartographie des limites extrêmes d’évènements connus, couvrant environ 850 000 ha dans les
massifs alpin et pyrénéen, fait l’objet d’une actualisation annuelle, avec report d’éventuels
évènements nouveaux, et de révisions périodiques. Ce n’est en aucun cas une cartographie d’aléas
ou de risques ; c’est par contre un document de référence à prendre en compte préalablement à tout
aménagement ou dans un objectif de gestion de crise.
Elle est également accessible sur le Géoportail (ainsi que sur Cartorisque), permettant ainsi une
visualisation très rapide des avalanches connues sur un site ou un secteur déterminé, sous réserve
qu’il soit effectivement couvert par une CLPA ; ne peuvent cependant être directement consultés les
documents associés et la mise à jour des emprises n’est pas effectuée actuellement aussi
régulièrement que sur le site Observation des avalanches.
• L’enquête permanente sur les avalanches (EPA) :

C’est une chronique descriptive d’événements d’avalanches sur des sites sélectionnés, menée depuis
1900 sur les Savoies puis étendue en 1920 aux autres départements alpins et en 1963 aux
départements pyrénéens par l’administration forestière puis par l’ONF avec le concours du
CTGREF devenu ensuite Cemagref et enfin Irstea.
Ses données (plus de 70 000) sont utilisées à diverses fins : prévention locale, études à base
statistique pour mieux cerner la variabilité des phénomènes, pour évaluer l’impact éventuel du
changement climatique ou pour développer des modèles probabilistes en vue d’une gestion intégrée
à long terme du risque d’avalanche (cf. projet MOPERA (modélisation probabiliste pour l’étude du
risque d’avalanche)et projet ECANA).
Une importante opération de rénovation a été menée entre 2002 et 2006, conduisant à redéfinir les
sites à observer, les conditions d’observation et les modalités de collecte des données. Environ 4
000 sites font actuellement l’objet d’observations de toutes les avalanches qui s’y produisent au-
delà de seuils prédéfinis.
• Le dispositif sites sensibles aux avalanches (SSA) :

Suite au rapport Inspection générale de l’environnement (IGE) – Conseil général des ponts et
chaussées (CGPC) sur l’avalanche de Montroc et à la demande du ministère en charge de
l’Environnement, les services (inter)départementaux RTM de l’ONF ont établi en 2003 une liste des
sites d’avalanches concernant des enjeux de bâtiment et de communication dans les 13
départements les plus concernés (soit 3 191 sites dont 1 276 concernant des bâtiments, domaines
skiables et domaines de montagne non aménagés exclus).
A partir d’une méthodologie développée par le Cemagref (aujourd’hui Irstea) et avec l’appui de ce
dernier, les services RTM ont ensuite identifié pour l’ensemble des départements français soumis au
risque d’avalanche les sites les plus sensibles (bâtiments habités et accessibles par une voie ouverte
à la circulation hivernale) avec indication de leur degré de vulnérabilité : ces sites relèvent seuls de
l’appellation SSA.
En ce qui concerne les risques glaciaires, une base de données européenne d’événements d’origine
glaciaire a été constituée en 2004 dans le cadre du projet GlacioRisk ; un nouveau projet Interreg
Alcotra (Alpes latines coopération transfrontalière) a été mené sur la période 2010-2013 pour
apporter des réponses aux risques induits par le retrait glaciaire : GlaRiskAlp. Au niveau national
français, il n’existe pas actuellement de dispositif véritablement coordonné s’appuyant sur les divers
systèmes d’observation, voire de surveillance, existants (LGGE, Parcs nationaux, RTM/ONF, Irstea,
Association Moraine) ou s’avérant prometteurs (observations satellitaires par exemple).

5.3.2 La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte


Météo France établit et diffuse deux types d’information selon le public concerné :
• A l’attention des pratiquants de la montagne enneigée (ski hors domaines sécurisés des
stations : ski hors-piste en station, ski-alpinisme, randonnée à raquettes, etc.), des bulletins
d’estimation du risque d’avalanche (BRA) sont émis chaque jour ou au moins 2 fois par
semaine selon la période d’observation (hiver- printemps) pour chacun des différents massifs
constitutifs des Alpes, des Pyrénées et de la Corse.
Cette prévision s’appuie sur un réseau de stations automatiques de haute montagne mesurant en
temps réel hauteurs de neige, température et vent (balises nivôses) et sur un réseau d’observateurs
nivo-météorologiques (pour l’essentiel, pisteurs-secouristes des stations de ski) effectuant des
mesures de terrain. Ces données servent ensuite d’entrées à diverses modélisations, en particulier
celles de la chaine SAFRAN (qui fournit toutes les variables météorologiques de surface à l’échelle
spatiale du massif étudié et de ses principaux versants), CROCUS ( qui simule et prévoit l’évolution
temporelle des principales variables du manteau neigeux dont les phénomènes de métamorphose
des grains) et MEPRA (qui complète les résultats précédents par une estimation des principaux
paramètres mécaniques de chaque couche pour évaluer la stabilité du manteau).

Le niveau de risque d’avalanche peut alors être


explicité au niveau de chaque massif, traduit sous forme de degré sur une échelle européenne à cinq
niveaux (décrite dans le guide avalanche de Météo France référencé ci-dessous) et mis à disposition
du public. Il est également matérialisé dans les stations, le cas échéant après adaptation locale, au
travers du drapeau d’avalanche (avec 3 types distincts) pour attirer l’attention du public sur les
conditions régnant hors du domaine sécurisé de la station.
• A l’attention des préfectures, des services, des élus et du grand public, la carte de vigilance
météorologique concernant par département d’une part le risque d’avalanche, d’autre part
le risque neige-verglas est mise à disposition, comme pour les autres risques suivis, au
moins 2 fois par jour dans un objectif de protection civile avec, lorsqu’un département est
classé en orange ou en rouge, une procédure de suivi spécifique et la diffusion d’un bulletin
de vigilance décrivant le phénomène et prodiguant, au vu de ses conséquences prévisibles,
les conseils de comportement appropriés.
C’est à partir du niveau orange qu’est mis en œuvre par le préfet de zone ou de département un
dispositif d’alerte destiné aux maires, aux Conseils généraux et aux services opérationnels.
Compte tenu d’objectifs et d’enjeux différents, l’échelle de risque du BRA (qui donne une place
importante au risque accidentel) ne développe que les niveaux inférieurs du bulletin de vigilance
avalanches : c’est ainsi qu’en première approximation on peut considérer que le drapeau jaune
correspond au niveau vert, le drapeau à damiers au niveau jaune et le drapeau noir aux niveaux
orange et rouge du bulletin de vigilance.
Au niveau local, une prévision complémentaire, plus fine, est bien souvent nécessaire : c’est ce que
font depuis longtemps les services des pistes des stations pour sécuriser leur domaine skiable ainsi
que plus récemment les gestionnaires de réseaux routiers et certaines communes particulièrement
menacées, par passation de conventions sur la saison soit avec des services assurant déjà cette
mission de prévision locale du risque d’avalanche (PLRA) à proximité immédiate (comme les
services des pistes) soit avec des experts spécialisés. La prédiction est un exercice délicat qui
nécessite une compétence élevée de la part de l’expert ; l’intervention de celui-ci doit s’étendre sur
toute la période hivernale (et pas seulement à l’occasion d’une situation de pré-crise ou lors de
celle-ci) : il convient en effet de bien maitriser l’historique des sites, de connaitre l’évolution des
conditions nivo-météorologiques au cours de la saison et les avalanches déjà survenues, d’assurer
un suivi régulier des conditions d’enneigement et de l’évolution du manteau neigeux, de définir des
seuils d’alerte, etc..
Le tableau ci-après dresse une comparaison sommaire et purement indicative entre ces trois
approches vis-à-vis du risque d’avalanche :
5.3.3 L’éducation et l’information préventive
Aux actions générales menées par l’Etat sur une base identique avec les adaptations nécessaires à la
nature du risque, s’ajoutent celles très spécifiques conduites par l’ANENA, les différents clubs
(Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM), Fédération française de la
montagne et de l’escalade (FFME), etc.) et les professionnels de la montagne (notamment guides,
accompagnateurs, pisteurs-secouristes).
La création de l’ANENA, suite au rapport Saunier, répondait à un besoin à la fois de coordonner et
susciter actions ou recherches dans les domaines de la neige et des avalanches, de favoriser la
concertation entre spécialistes et de diffuser les informations permettant une meilleure prise en
compte du risque par les usagers. Aujourd’hui, ses actions sont surtout orientées vers la formation
du personnel des stations de ski (notamment pisteurs-secouristes en charge du déclenchement
préventif des avalanches et maitres-chiens) et vers la formation/information préventive des
randonneurs (à ski, à raquettes, …) et des pratiquants de ski hors-piste.

5.3.4 La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme


C’est véritablement suite au rapport Saunier qu’une méthodologie s’est développée en France sur
les modalités pratiques de la prise en compte du risque dans l’aménagement, d’autant qu’en
montagne le développement des stations (Plan neige) concernait souvent des sites vierges et peu ou
pas étudiés. Le CTGREF (aujourd’hui Irstea) et les directions départementales de l’agriculture et de
la forêt (DDAF), appuyés par les services RTM alors placés sous leur autorité, développèrent, en
coordination avec les directions départementales de l’équipement (DDE), des savoir-faire
particuliers au travers des PZEA et PZERN (documents informatifs, constitués d’un zonage et d’un
règlement – contenant alors des dispositions d’urbanisme et souvent aussi des dispositions
constructives – et devenant opposables soit par intégration dans un plan d’occupation des sols
(POS), soit via la procédure du R111-3 du Code de l’urbanisme).
L’expérience ainsi acquise dans le domaine des avalanches, comme parallèlement en matière
d’instabilités de terrain et d’inondations, fut à la base ensuite de la conception des plans
d’exposition aux risques naturels prévisibles (PER) puis des plans de prévention des risques
naturels prévisibles (PPRN).
Le zonage de l’aléa se fait à dire d’expert, avec de plus en plus en complément le recours à des
modélisations ; toutefois, celles-ci ne font pas à ce jour de cadrage national permettant une prise en
compte homogène du risque (concernant par exemple les conditions de départ ou la nature de la
pression dynamique à retenir comme critère d’intensité).
Dans les zones à risque acceptable, l’urbanisation (regroupement, forme des bâtiments) doit être
conçue en conséquence et prendre en compte les sollicitations exercées par de possibles avalanches.
La consultation du guide construire (voir § 3.5) peut déjà guider la réflexion à l’occasion de
l’élaboration d’un PPRN ou, par intégration directe de l’aléa, d’un plan local d’urbanisme (PLU)
ainsi que lors de l’instruction d’un dossier d’urbanisme en l’absence de tout document
réglementaire ou en cas de connaissance de données nouvelles (évènements, expertises).
La mise à disposition d’un guide méthodologique spécifique PPR avalanches est toujours à la peine
compte tenu notamment de la difficulté de prendre en compte les évènements exceptionnels
(problématique par ailleurs beaucoup plus générale et non spécifique au seul risque d’avalanche) et
des craintes de mise en cause judiciaire exprimées par de nombreux élus, experts, fonctionnaires et
responsables de collectivités territoriales, que ce soit du fait du zonage ou lors de la gestion de crise.
D’une façon très générale, toute décision dans le domaine des risques doit tenir compte de la notion
d’incertitude ; celle-ci est particulièrement élevée en ce qui concerne le risque avalancheux (par
exemple pour l’appréciation des périodes de retour et de la détermination de l’avalanche ou des
avalanches de référence, l’interaction écoulement/obstacle, les conditions de déclenchement) :
l’amélioration des connaissances est aujourd’hui recherchée surtout au travers de programmes
européens, tels Interreg Alcotra, qui par la coordination des équipes de chercheurs permettent une
meilleure valorisation des expérimentations de laboratoire ainsi que des mesures de terrain dont
celles effectuées sur des sites pilotes spécialement équipés (tels que Lautaret (05) ou Taconnaz (74)
en France, La Sionne en Suisse, Mount Pizzac et Punta Seehore en Italie, etc.).

5.3.5 La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux


Si le risque prévisible d’avalanche n’apparait pas acceptable vis-à-vis de la sécurité des personnes,
il convient de recourir aux mesures de délocalisation par voie amiable ou à défaut par expropriation.
Pour tout projet en zone de risque acceptable, les constructeurs auraient intérêt à se reporter au
guide ministériel diffusé en 2004 ; ils pourront aussi utilement compléter leur documentation,
notamment pour dimensionner les structures, par la lecture du cahier de recommandations mis à
disposition des constructeurs, des assurés et aussi des autorités (suisses) par l’Association des
établissements cantonaux d’assurance incendie suisses (VKF/AEAI) pour leur permettre de se
prémunir individuellement, qu’il s’agisse de bâtiments existants ou à réaliser.
En matière de neige, c’est l’Eurocode 1 qui s’applique désormais, avec ses annexes nationales (en
substitution aux règles antérieures neige et vent) en matière de dispositions constructives, mais ici
encore le cahier correspondant VKF/AEAI peut apporter des précisions techniques
complémentaires.

5.3.6 Les dispositifs de protection collective

Le choix d’un dispositif de protection collective peut


s’avérer délicat, compte tenu de diverses contraintes, telles celles inhérentes au site d’implantation,
au phénomène avalancheux, aux enjeux et aux objectifs de protection, à la réglementation, au
financement, etc. Par ailleurs, au vu de l’évolution des connaissances ou de la réglementation, de
l’expérience acquise, etc., une révision périodique du dispositif ne peut jamais être exclue.
Les mesures mises en œuvre peuvent être complémentaires associant par exemple défense
temporaire et défense permanente ou génie civil et génie biologique :
Défense temporaire :
• sur le domaine skiable, c’est le damage des pistes (ce qui accroit la cohésion au sein
et entre les différentes couches du manteau neigeux) ;
• ce peut être le recours au déclenchement préventif des avalanches, effectué toujours
sous la responsabilité du maire et selon des règles de sécurité strictes définies par le
plan d’intervention pour le déclenchement des avalanches (PIDA) pour assurer la
protection du domaine skiable ou de routes (quel que soit leur statut) ; et, si
nécessaire, leur fermeture ;
• ce peut être aussi l’évacuation préventive ou des restrictions dans les déplacements
en ce qui concerne les lieux habités et leurs abords.
• Défense permanente :
• protection active dans les zones de départ (secteurs de déclivité comprise entre 30 et
50° en général, zones de décrochement) par modification de la rugosité du sol
(banquettes étroites, drainage), par reboisement, par mise en place d’ouvrages de
génie civil pour fixer le manteau neigeux (râteliers, claies, filets) ou pour utiliser
l’action du vent (barrières à neige, vire-vents, toits-buses) ;
• protection passive à proximité des enjeux par déviation (galerie, tremplin, tourne,
digue, étrave), par freinage (tas, dent, etc.), par arrêt (digue, mur) ou par signalisation
(détecteur routier d’avalanche par exemple).

Vis-à-vis de la neige (et du verglas), la défense temporaire se trouve privilégiée : salage,


déneigement, gestion de la végétation à proximité des constructions et des infrastructures sensibles,
notamment linéaires (lignes électriques par exemple à défaut de leur enfouissement). Dans le cas
particulier de lutte contre les congères, les actions porteront essentiellement sur le contrôle et
l’utilisation du vent (reboisement ; barrières et filets à neige) ainsi que sur le remodelage, si
nécessaire, des terrains au droit ou à proximité de l’enjeu (cas par exemple de routes encaissées ou
pourvues d’accotements inadaptés).
Pour sécuriser les lacs glaciaires, les techniques utilisées consistent à conforter les déversoirs
naturels ou à abaisser leur niveau, à recourir au pompage ou à mettre en place un système de
vidange permanente (galerie par exemple), à installer un dispositif de vigilance et d’alerte associé à
des mesures d’évacuation, avec prise en compte dans le plan communal de sauvegarde (PCS).
Tout dispositif de protection doit enfin pour rester opérationnel faire l’objet d’une surveillance
régulière attentive et ensuite, si nécessaire, des entretiens préconisés ; une attention particulière doit
être portée à la forêt dans les zones de départ (prise en compte d’une éventuelle perte d’efficience,
modalités d’exploitation adaptées, protection en cas d’avalanches se déclenchant également en
amont,).
5.3.7 La préparation aux situations critiques
Sur le domaine skiable, le maire est responsable de la sécurité et des secours dans le cadre de son
pouvoir de police générale : il établit notamment le plan communal d’organisation des secours et
confie par convention au service des pistes les diverses missions de sécurisation des pistes,
d’information des pratiquants, d’organisation des secours, etc. Le domaine skiable d’une station
correspond au territoire accessible par gravité depuis le sommet des remontée mécanique et
comporte donc aussi bien les pistes sécurisées, balisées, ouvertes et fermées par le service des pistes
que le domaine hors-piste ni sécurisé ni balisé, fréquenté sous la responsabilité des skieurs qui
doivent s’équiper en conséquence ; ce domaine hors-piste peut être interdit partiellement, dans
l’espace et dans le temps, par le maire en s’appuyant sur l’existence de risques majeurs.
Hors du domaine skiable, la responsabilité des pratiquants est entière : pour minimiser la prise de
risques, ils doivent préparer avec soin leur sortie en tenant compte de la composition de leur groupe
et en s’appuyant sur divers outils d’aide à la décision dont en particulier le BRA ; selon les
conditions rencontrées sur le terrain, ils pourront être amenés à modifier leur itinéraire, à limiter
leurs ambitions, voire à renoncer ; ils doivent enfin être correctement équipés (vêtements chauds,
couverture de survie, trousse de secours, etc.) et se munir au minimum de l’ensemble détecteur de
victime d’avalanche( DVA) + sonde + pelle – et savoir l’utiliser – car l’auto-sauvetage est
primordial, les chances de survie étant importantes en cas de dégagement dans le premier quart
d’heure et diminuant fortement ensuite, surtout après une heure d’ensevelissement.
Dans la mesure où sur ce domaine « montagne », les moyens nécessaires à la recherche, à
l’appareillage et au transport des accidentés (généralement suite à des activités sportives ou de
loisirs) nécessitent des ressources humaines et des moyens dépassant les capacités d’une commune,
c’est l’Etat qui assure les secours : aussi, le préfet élabore et met en œuvre le plan départemental de
secours en montagne dans le cadre du dispositif ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité
civile), en faisant appel notamment aux unités spécialisées de la gendarmerie, des compagnies
républicaines de sécurité (CRS) et, le cas échéant, du service départemental d’incendie et de secours
(SDIS).
Pour les communes susceptibles d’avoir à gérer une situation de crise avalancheuse susceptible de
menacer des habitations, isolées ou non, ou des voies d’accès, il ne peut être que recommandé aux
maires concernés d’établir et de faire vivre un plan communal de sauvegarde (PCS), que celui-ci
soit obligatoire ou non : en effet, la gestion de crise se prépare hors période de crise, au travers
notamment d’exercices de simulation, afin d’être apte à répondre le moment venu à tous les aspects
d’un tel épisode et dans toutes ses phases. Pour aider les maires et leurs services à faire face à de
telles situations, l’ANENA a mis à disposition un guide pratique sur la préparation et la gestion
d’une crise avalanche.
Indépendamment du recours éventuel à un prestataire chargé de la prévision locale du risque, le
maire peut constituer, si elle n’existe pas, une commission locale de sécurité (ou une section
spécialisée de la réserve communale de sécurité civile (RCSC)) et lui confier diverses missions
telles que : en début de saison s’assurer que toutes les dispositions prévues sont bien
opérationnelles, observer, servir de relais d’information et, en situation de pré-crise ou de crise
participer à l’analyse des données recueillies, évaluer la situation, conseiller, etc.
6 RN 6 – Séismes et Tsunamis

6.1 Définitions
6.1.1 Le séisme
Le séisme ou tremblement de terre est un mouvement vibratoire du sol, brutal et de courte durée,
provoqué par le « rejeu » soudain d’une faille.

6.1.2 Le tsunami
Le tsunami est une onde océanique qui se propage dans toutes les directions à partir d’un foyer
lorsqu’une grande masse d’eau a été déplacée brutalement. Le foyer peut résulter d’un séisme
provoqué par la rupture d’une faille (voir ci-avant), d’un glissement de terrain sous-marin ou d’une
éruption volcanique.

6.2 Nature, causes et effets


6.2.1 Les séismes
L’anneau constitué par les cents premiers kilomètres de profondeur du globe terrestre correspond à
la lithosphère (dont la croûte terrestre). Cette partie rigide est découpée en plaques épaisses (plaques
tectoniques) reposant sur une zone visqueuse, donc plus déformable, appelée l’asthénosphère. Ces
plaques se déplacent horizontalement, très lentement les unes par rapport aux autres. Chaque plaque
possède son mouvement horizontal propre, ce qui conduit, aux frontières entre deux plaques, à des
mouvements relatifs d’éloignement ou de rapprochement et d’affrontement (on parle de subduction
lorsque dans une zone d’affrontement, une plaque s’enfonce sous l’autre). Ainsi, la plaque africaine
se rapprochant de 1 cm/an de la plaque eurasiatique, a provoqué et continue à provoquer le
soulèvement des Alpes (0,1 cm par an). Ces poussées de plaques les unes par rapport aux autres
provoquent des contraintes énormes dans les roches. Au sein de ces plaques existent des secteurs
plus fragiles qui comportent des fractures appelées failles.
Sous l’effet du mouvement des plaques, ces failles se déforment progressivement puis à un moment
donné, cèdent soudainement. Les deux bords de la faille coulissent alors l’un par rapport à l’autre,
libérant l’énergie emmagasinée sous forme élastique (comme un ressort qui se tend progressivement
puis se détend brusquement). Cette rupture brutale engendre des vibrations qui se propagent dans le
milieu environnant et constituent la manifestation du séisme, en provoquant, suivant la nature des
terrains traversés par les ondes et leur amplitude, des dégâts jusqu’à des distances pouvant être
importantes (en 1985, l’épicentre du séisme qui fit d’énormes dégâts à Mexico était situé à 360 km
de la ville).
Il est important de savoir qu’un séisme est souvent suivi de répliques. On doit donc s’y attendre.
Les répliques sont en général de magnitude plus faible que le séisme initial.
Les principales caractéristiques d’un séisme sont données dans le schéma suivant :
On se rend compte que l’importance des secousses perçues, donc des dégâts, sera principalement
fonction de la distance par rapport à l’épicentre et de la profondeur du foyer mais aussi de la
vulnérabilité des constructions.
Pour définir quantitativement un séisme, on a défini une grandeur appelée « magnitude » calculée à
partir de l’amplitude du mouvement du sol mesurée par les enregistrements des sismographes. Elle
caractérise l’énergie libérée par le séisme et permet donc de comparer les séismes entre eux. La
magnitude est donnée en degrés dans une échelle dite « Echelle de Richter » (lorsqu’on passe d’un
degré au degré supérieur suivant, l’énergie libérée est multipliée par 30). A ce jour, la magnitude la
plus importante calculée est celle du séisme du Chili de 1960 (9,5). Le séisme de Fukushima (11
mars 2011) a atteint la magnitude 9.

Ordre de grandeur des caractéristiques de la faille en jeu


Source : MEEDDE
De manière pratique, ce qui importe le plus dans un séisme, ce sont les dégâts qu’il produit et les
effets ressentis en différents points à la surface du sol. Pour caractériser la gravité d’un séisme en
surface, on a établi une échelle d’intensité. Cette échelle possède plusieurs niveaux, chacun étant
défini par l’observation des effets. En Europe, l’échelle d’intensité utilisée est « l’Echelle EMS
1998″ (European Macrosismic Scale) de degré maximal XII.
6.2.2 Les effets induits par les séismes
Les vibrations subies par les versants et les vallées, lors d’un tremblement de terre, induisent de
nombreux phénomènes de mouvements de terrain tels que glissements, éboulements, tassements et
liquéfaction de certains sols sableux. Les vibrations provoquent aussi le déclenchement
d’avalanches de neige.
La déstabilisation résulte de la sollicitation dynamique du versant par les ondes sismiques. Cette
sollicitation peut, même si elle est limitée, produire seulement des modifications dans les
écoulements naturels souterrains, dont l’effet est différé. Les chenaux peuvent en effet se trouver
obstrués et induire une augmentation progressive des pressions interstitielles, qui provoquera
ultérieurement des glissements de terrain ou aggravera des glissements existants.
Ces phénomènes induits peuvent se produire en chaîne et revêtir un caractère catastrophique comme
le cas d’un glissement de terrain dans la retenue d’un barrage, consécutif à un séisme et qui, sans
briser le barrage, provoque une onde de submersion dévastatrice à l’aval de l’ouvrage.
Par ailleurs, certains sols soumis aux vibrations sismiques cycliques, en particulier les sols sableux
saturés, subissent un tassement qui s’accompagne d’une augmentation de la pression interstitielle
d’eau dans les pores. Cette surpression diminue la résistance au cisaillement du sol et peut détruire
totalement sa cohésion, à tel point qu’il devient fluide. Ce phénomène appelé « liquéfaction des
sols », peut être très important dans les lits fluviaux et les bords de mer ou de lac.
6.2.3 Les effets de site

Les sismologues parlent d’effets de site, lorsque le


signal vibratoire initial se trouve fortement modifié par les caractéristiques géométriques (effet de
site topographique) ou mécaniques locales du sol (effet de site lithologique), qui peuvent amplifier
ou atténuer les ondes provenant de la source sismique (rocher).
Pour un séisme de magnitude donnée, le mouvement du sol est généralement maximal à l’aplomb
de la faille puis décroît avec la distance. Cependant, dans certains sols comme les alluvions
accumulées sur de grandes épaisseurs dans un lit rocheux (vallées alpines par exemple), les ondes
sont réverbérées entre la surface des alluvions et le fond rocheux et ses parois. Il en résulte un
phénomène de résonance qui augmente la durée de l’ébranlement et engendre une possible
amplification des ondes.

6.2.4 Les effets des séismes sur les enjeux


• Les enjeux humains : le séisme est l’un des phénomènes naturels parmi les plus meurtriers,
tant par ses effets directs (chutes d’objets, effondrements de bâtiments) que par les effets
induits (mouvements de terrain, tsunamis, etc.). De plus, outre les victimes possibles, un très
grand nombre de personnes peuvent se retrouver blessées, déplacées ou sans abri.
Aux Antilles, outre l’aléa sismique de fort niveau, la vulnérabilité des constructions est aussi plus
élevée qu’en métropole : cette région présente donc un risque sismique très important. La survenue
d’un séisme de grande ampleur détruirait la majeure partie du bâti existant. Seuls les bâtiments les
plus récents, a priori construits dans les règles de l’art et ayant fait l’objet de précautions
parasismiques, seraient susceptibles d’assurer la protection des personnes. De tels bâtiments sont
cependant très peu nombreux, l’auto-construction, pratiquée sans permis de construire et sans tenir
compte des règles parasismiques est en effet très répandue.
• Les enjeux économiques: si les impacts sociaux, psychologiques et politiques d’une
possible catastrophe sismique en France sont difficilement quantifiables, les enjeux
économiques, locaux et nationaux, peuvent, en revanche, être appréhendés quantitativement.
Un séisme et ses éventuels phénomènes annexes peuvent engendrer la destruction, la
détérioration ou l’endommagement des habitations, des usines, des ouvrages (ponts, routes,
voies ferrées, etc.), ainsi que la rupture des conduites de gaz qui peut provoquer des
incendies ou des explosions. Ces phénomènes comptent parmi les plus graves conséquences
indirectes d’un séisme.
• Les enjeux environnementaux : un séisme peut provoquer des accidents industriels qui
peuvent avoir un impact environnemental important. Il peut, en outre, se traduire en surface
par des modifications du paysage (tarissement ou apparition de sources d’eau, détournement
de lits de rivières, …), généralement modérées, mais qui peuvent dans les cas extrêmes
occasionner un bouleversement total.

6.2.5 Les tsunamis


Lorsque l’onde marine atteint le littoral, elle peut avoir des manifestations variables. Ainsi, plus le
volume d’eau déplacé est grand, plus la distance parcourue par les tsunamis sera longue, plus le
nombre de pays concernés sera élevé et plus les dégâts risquent d’être importants. Les scientifiques
distinguent trois types de tsunamis :
• les tsunamis locaux, observables jusqu’à une centaine de kilomètres, sont provoqués par des
séismes (d’une magnitude de 6,5 et 7,5), des glissements de terrain ou des éruptions
volcaniques ;
• les tsunamis régionaux qui se propagent sur une distance comprise entre 100 et 1000 km et
sont générés presque uniquement par des séismes de subduction (voir ci-avant) ;
• les télétsunamis, capables de détruire les côtes à des milliers de kilomètres de la source.

La vitesse de propagation des vagues est très élevée, elle peut dépasser 900 km/h. La longueur
d’onde de crête à crête varie de quelques dizaines de mètres à quelques centaines de kilomètres
tandis que leur « hauteur » n’est que de quelques centimètres en pleine mer (eau profonde), si bien
qu’elles sont imperceptibles à bord des bateaux. Lorsqu’elles s’approchent du littoral (eau peu
profonde), elles sont freinées (ex. : 36 km/h pour une profondeur de 10 m environ), mais
l’ondulation devient un véritable mur d’eau qui se dresse et se transforme peu à peu en vague
déferlante de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres de hauteur.
Si le déplacement brutal de la masse d’eau est un affaissement, la première manifestation dans la
zone littorale est un retrait spectaculaire de la mer, suivi du retour en force des vagues déferlantes
successives, à un intervalle de 10 à 20 minutes, accompagnées de courants violents, destructeurs et
chargés de débris arrachés à la côte. Selon le relief du littoral, l’effet de la vague peut être amplifié,
en particulier dans les fjords. De même, dans les ports et les baies qui constituent un espace fermé,
les vagues vont se succéder les unes après les autres, avec des courants importants et des
tourbillons.
Enfin, dans les situations extrêmes, le tsunami se manifeste par une série de vagues géantes pouvant
atteindre plusieurs dizaines de mètres de haut espacées dans le temps (entre 20 et 40 minutes).
6.2.6 Les effets des tsunamis

La plupart des conséquences citées ci-avant ne sont pas réservées aux seuls séismes. L’agent
destructeur : les vagues déferlantes successives causent des victimes, des dégâts importants, des
destructions de bâtiments, de voies de communication, de conduites de fluides à l’origine
d’incendie s’il s’agit de gaz. Parfois, certaines régions peuvent être d’abord endommagées par un
séisme puis être ravagées par un tsunami.
Le risque de tsunami concerne surtout les zones littorales des DOM TOM, mais le littoral
métropolitain n’en est pas à l’abri, en particulier les rivages de la Méditerranée.

6.3 Mesures de préventions des séismes et tsunamis


6.3.1 Le Plan séisme national
Depuis 2005, la France a engagé un programme d’actions opérationnelles de réduction de la
vulnérabilité aux risques sismiques, dans le cadre d’un plan séisme national mis en œuvre sur la
période 2005-2010. Ce plan a permis d’améliorer la prévention du risque sismique en France,
notamment en termes d’information du public, de formation des professionnels aux règles de
constructions parasismiques, de respect de ces règles obligatoires (contrôle), de connaissance
scientifique du risque sismique en Métropole, de mise à jour du corpus réglementaire parasismique
(nouveau zonage et règles de construction Eurocode 8) et de gouvernance de la politique de
prévention de ce risque.
Le Conseil d’orientation pour la prévention des risques naturels majeurs (COPRNM), pilote et
auteur du bilan du plan séisme, note que malgré ces avancées, il est nécessaire de renforcer la
sensibilisation et la mobilisation des autres acteurs de la prévention : collectivités territoriales,
professionnels du bâtiment et citoyens. De nouveaux modes d’association et de mobilisation des
acteurs de la prévention du risque sismique, tout particulièrement pour les collectivités territoriales,
doivent être envisagés, certainement à une échelle plus territorialisée.
A partir de ce constat, un nouveau cadre d’actions a été établi et soumis à consultation publique en
2013.
6.3.2 Le Plan séisme Antilles
En janvier 2007, compte tenu du risque plus élevé aux Antilles, où se sont produits les deux plus
importants séismes connus en France (Martinique en 1839 et Guadeloupe en 1843), le
Gouvernement a décidé de compléter le programme national par un volet spécifique, le plan séisme
Antilles (PSA). Ce plan met en oeuvre, de 2007 à 2013, des opérations de renforcement ou de
reconstruction pour six catégories de bâtiments : les bâtiments nécessaires à la gestion de la crise,
les bâtiments scolaires, les infrastructures de transport, les infrastructures de communication, les
établissements de santé et le logement social.
Le plan séisme a été marqué par de nombreuses avancées, sur tous les champs de la prévention. Il a
permis de produire de nombreux supports de communication et de sensibilisation à destination de
tous les publics (kits pédagogiques, plaquettes d’information, expositions, guides méthodologiques)
et de mettre en place un réseau d’acteurs au sein des services de l’État. La majorité des productions
« écrites » du plan séisme est mise à disposition des professionnels, des décideurs et du public via le
site internet Plan Séisme.
Le COPRNM ajoute enfin, que le plan séisme a permis de créer une dynamique concernant la
prévention du risque tsunami. Ce risque présente des spécificités par rapport au risque sismique qui
doivent amener des réponses adaptées.

6.3.3 La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux

6.3.3.a Les séismes


Le 21 novembre 2005, à l’occasion du lancement du plan séisme, le ministère en charge de
l’Environnement a présenté la nouvelle carte d’aléa sismique pour la France métropolitaine et les
Communautés d’Outre-mer.
La nouvelle carte découpe le territoire en cinq zones de sismicité : très faible, faible, modérée,
moyenne et forte. Elle représente la capacité d’un séisme à se produire sur un temps donné et pour
un territoire spécifique.

6.3.3.b La sismicité en Métropole


Le territoire métropolitain connaît globalement une sismicité modérée comme l’Auvergne, la vallée
du Rhône, le Grand Ouest (massif armoricain) et le Nord. Mais certaines régions comme les Alpes,
les Pyrénées, la Provence, l’arrière-pays niçois ou l’Alsace ont une activité sismique plus élevée.
Des scénarios théoriques, confirmés par les retours d’expérience, montrent qu’avec la progression
de l’urbanisation et la perte de mémoire du risque, les séismes passés pourraient être beaucoup plus
catastrophiques aujourd’hui. Par ailleurs, si en France la grande majorité des chantiers actuels des
bâtiments de grandes dimensions respectent bien les règles générales de la construction et
particulièrement les règles parasismiques, il reste encore beaucoup de chantiers pour les bâtiments
courants pour lesquels ce n’est pas le cas. Il est bon de se rappeler que : « Ce n’est pas le séisme
qui tue, ce sont les constructions ».
6.3.3.c La sismicité en outre-mer
Les Petites Antilles (Martinique, Guadeloupe) sont situées sur un arc insulaire (zone de subduction
entre deux plaques océaniques). Les séismes sont fréquents dans cette région. Le dernier séisme
important, d’une magnitude 6,3, remonte au 21 novembre 2004 : l’épicentre était situé près des Iles
des Saintes, au sud de la Guadeloupe. La secousse a fait une victime en Guadeloupe et provoqué
des dégâts importants à plusieurs dizaines d’habitations. Toujours en Guadeloupe, un des plus forts
séismes historiques connus sur l’île est celui du 8 février 1843 qui a fortement touché Pointe-à-
Pitre. En Martinique aussi, d’importants tremblements de terre sont connus. Au cours de trois
derniers siècles, une vingtaine de séismes d’intensité VI à VIII a été répertoriée. Parmi les séismes
les plus violents qu’a connu la Martinique (1727, 1837, 1839 et 1946), celui de 11 janvier 1839 fut
de loin le plus meurtrier. Occasionnant la destruction quasi totale des habitations, il a causé la mort
de plusieurs centaines de personnes à Fort-de-France (alors appelée Fort-Royal).
Martinique et Guadeloupe sont donc les départements français où la sismicité est la plus forte. Dans
les autres départements et territoires d’Outre-mer (Guyane, Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon), la
sismicité est plus faible.
La Polynésie est située dans une zone intraplaque et connaît une sismicité faible à modérée.
La Nouvelle-Calédonie se trouve au voisinage de la zone de subduction des Nouvelles-Hébrides (la
plaque Australie plonge sous le bassin Nord Fidjien), où règne une activité sismique intense. Les
différentes îles composant ce TOM subissent un aléa sismique hétérogène dépendant de leur
position par rapport à la zone de subduction génératrice de grands séismes. Grande-Terre, l’île
principale est située à quelques centaines de kilomètres de ce front de subduction et subit par
ailleurs quelques séismes locaux modérés.
Enfin, les îles de Wallis et Futuna sont localisées à proximité de la zone de subduction des Tonga et
du Bassin de Lau où règne une sismicité importante. L’île de Futuna, la plus proche des régions
sismogènes, connaît la sismicité la plus élevée.

6.3.4 La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte

6.3.4.a Les séismes


Il ne faut pas confondre la possibilité de prévoir la capacité ou non d’apparition d’un séisme sur un
territoire donné et la prédiction de sa date et de sa magnitude. Le risque sismique est l’un des
risques majeurs pour lequel on ne peut pas agir sur l’aléa (on ne peut pas empêcher un séisme de se
produire, ni contrôler sa puissance).
Une manière de diminuer le risque est d’essayer de déterminer les zones sismiques puis de tenter de
prévoir les séismes, en particulier, une prévision à court terme qui permettrait de connaître à
l’avance la date, le lieu et la magnitude d’un séisme, mais la science ne le permet toujours pas.
La prévision à long terme : l’analyse de la sismicité historique (récurrence des séismes), de la
sismicité instrumentale et l’identification des failles actives permettent d’évaluer l’aléa sismique
d’une région, c’est-à-dire la probabilité qu’un séisme survienne dans une région donnée sur une
période donnée (50 ans, 500 ans, etc.).
Actuellement de vastes programmes de recherche sont menés dans des pays comme le Japon, les
Etats-Unis, la Chine, Taiwan, pour capter et mesurer les petites déformations du sol, au voisinage
des failles, et d’autres paramètres physiques (anomalies magnétiques, chimiques, électriques).

6.3.4.b Les réseaux sismologiques


Le suivi de la sismicité en temps réel (localisation du foyer, détermination de la magnitude et
éventuellement alerte) est désormais assuré par le Laboratoire de détection géophysique (LDG), qui
dépend du CEA et qui dispose d’un réseau métropolitain destiné initialement à la détection des
explosions nucléaires. En cas d’alerte sismique, le LDG envoie aux services de l’Etat concernés un
avis de localisation précisant les coordonnées épicentrales et la magnitude. L’ancien Réseau
national de surveillance sismique (RéNaSS) qui était géré par l’Ecole et l’observatoire des sciences
de la Terre (EOST) à Strasbourg, et qui fédérait des réseaux régionaux de sismomètres, subit
actuellement une refonte complète de son appareillage et de sa géométrie de stations, dans le cadre
de Résif (Réseau sismologique et géodésique français). Cette réorganisation est placée sous la
responsabilité scientifique et opérationnelle des observatoires régionaux de l’Institut des sciences de
l’Univers (Insu) et des universités partenaires. Développé par le ministère chargé de
l’Environnement, sous la direction technique de l’Institut des sciences de la Terre (ISTerre) de
Grenoble, le réseau accélérométrique permanent (Rap), qui regroupe différents sous-réseaux
régionaux, est destiné à enregistrer les mouvements sismiques dans les bassins sédimentaires et en
ville.

6.3.4.c Les tsunamis


La France est présente dans tous les bassins pouvant connaître des risques de tsunamis. La
perception de ce risque a été renforcée depuis le tsunami de l’océan indien de décembre 2004 et la
France est partie prenante des différents systèmes d’alerte internationaux
Il existe quatre systèmes de surveillance et d’alerte aux tsunamis pour les côtes françaises. Les
systèmes d’alerte tsunami par bassin :
• Pacifique : le système de surveillance est opérationnel et le CEA est le point focal français ;
• Océan indien : un dispositif existe et la France y contribue, Météo France est le point focal ;
• Atlantique nord-est et Méditerranée occidentale : les ministères chargés respectivement de
la Sécurité civile et de l’Environnement ont commandé au CEA la mise en place (courant
2012) d’un centre qui a vocation de servir de base à un centre international ;
• Caraïbes : un centre coordonnateur pourrait être situé à Porto Rico. La contribution française
consisterait à fournir des sismographes et des marégraphes (en cours de discussion).
Au-delà de la diffusion de l’alerte, se pose ensuite la question de son utilisation par exemple en
terme d’évacuation. Bien rodée dans le Pacifique, elle est d’application plus délicate en
Méditerranée avec des tsunamis peu fréquents mais qui peuvent arriver très vite compte tenu de la
relative étroitesse du bassin.
Le tsunami provoqué par le séisme de mars 2011 au Japon a conduit des autorités françaises à se
préoccuper du risque potentiel de tsunami en Méditerranée et dans l’Atlantique nord-est. Ainsi, le
Centre d’alerte aux tsunamis (CENALT) a été créé en 2012. Basé au CEA, il est opérationnel depuis
le 1er juillet.
En cas de séisme susceptible de générer un tsunami en Méditerranée occidentale, le CENALT
enverra un message d’alerte en moins de 15 minutes suite à l’évènement sismique au centre
opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) du ministère de l’Intérieur /
DGSCGC ainsi qu’aux pays étrangers qui en feront la demande.
Cette mise en place devrait également s’accompagner d’une sensibilisation des populations
littorales.

6.3.5 L’éducation et l’information préventive


Le droit à l’information générale sur les risques majeurs s’applique. Chaque citoyen doit prendre
conscience de sa propre vulnérabilité face aux risques, pouvoir l’évaluer pour la réduire et devenir
l’acteur de sa propre sécurité. Pour cela, il est primordial qu’il se tienne informé sur la nature des
risques qui le menace, ainsi que sur les consignes de comportement à adopter pendant un
événement et les actions à conduire, mais aussi avant et après (voir fiche DGi2 : Consignes de
sécurité).
Le cadre de l’information préventive des populations et de l’information des acquéreurs et des
locataires sur les risques majeurs, se trouve élargi compte tenu de la nouvelle délimitation des zones
de sismicité du territoire français entrée en vigueur le 1er mai 2011 (article D.563-8-1 du Code de
l’environnement).
Pour cela, au titre de l’information préventive des populations, les préfets de département ont révisé
l’arrêté préfectoral fixant la liste des communes où s’applique l’obligation d’information de la
population sur les risques majeurs et procédé à l’actualisation du dossier départemental sur les
risques majeurs (DDRM).
Cette nouvelle réglementation, qui répond par ailleurs au nouveau code européen de construction
parasismique (Eurocode 8), améliore la prévention du risque sismique pour un plus grand nombre
de personnes : 21 000 communes environ étant concernées contre un peu plus de 5 000 par la
réglementation précédente.

Circulaire du 2 mars 2011 relative aux modalités de mise en œuvre des décrets n°2010-1254
et n°2010-1255 du 22 octobre 2010 relatifs à la prévention du risque sismique et aux zones de
sismicité qui modifient le cadre de l’information préventive des populations et de l’information
des acquéreurs et des locataires sur les risques majeurs, mars 2011, 6p. Téléchargeable ici en pdf
et sur le site prim.net

En Guadeloupe, pour la 4e fois en novembre 2011, la semaine « SISMIK » a été organisée. Elle a
pour objectif d’instaurer et de pérenniser une culture du risque sismique. Le but est de maintenir les
bonnes pratiques avant, pendant et après le tremblement de terre pour harmoniser le degré de
connaissance de tous et porter l’information au plus près des populations les plus vulnérables.
Le bilan du plan séisme propose, entre autres, de s’impliquer dans l’information préventive,
notamment la sensibilisation du public, la formation professionnelle, notamment continue des
personnels territoriaux.
Le risque tsunami est désormais traité indépendamment. Il est à présent nécessaire de finaliser et de
pérenniser les différents centres d’alerte au tsunami, de poursuivre un effort constant en matière
d’information et de sensibilisation des populations (comportement de mise en sécurité pouvant
sauver de nombreuses vies) et de mettre en place les structures indispensables à cette mise en
sécurité des populations (plate-forme surélevée hors d’eau en cas de tsunami par exemple).

6.3.6 La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme

6.3.6.a Les séismes


La propagation des ondes dépend essentiellement de la nature des sols qu’elles traversent.
L’hétérogénéité des sols sur le territoire français, a conduit à définir des « régions » de sismicité
suffisamment homogène pour être regroupées. Pour des commodités d’application de la
réglementation, l’unité de référence pour les règles parasismiques est une unité administrative : la
commune.
La mise en place d’un nouveau zonage sismique et d’une nouvelle réglementation s’inscrit dans
cette ambition avec pour objectif une harmonisation européenne en la matière. La nouvelle
réglementation concerne plus de communes que l’ancienne en raison de la meilleure connaissance
de l’aléa sismique par les différents systèmes d’études et de mesures développés depuis deux
décennies. L’étendue des zones exposées a donc été réévaluée.
Selon les articles R.562-1 à R.562-12 du Code de l’environnement (CE), le préfet peut prescrire
l’établissement d’un plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPRN) en précisant le
périmètre d’étude et la nature des risques naturels pris en compte. Ce PPRN peut comprendre un
volet dédié au risque sismique.
Dans ce cas, d’après l’article R.563-8 du CE, le règlement d’un PPRN peut imposer des règles de
construction plus adaptées (article L.563-1 du CE) que celles prévues par la réglementation
nationale (zones de sismicité), sous réserve toutefois qu’elles garantissent une protection au moins
égale à celle qui résulterait de l’application des règles nationales.
Il peut également, comme tout PPRN, imposer des prescriptions techniques visant à l’adaptation ou
au renforcement de bâtiments existants (article L.562-1 du CE), mais impliquant uniquement des
aménagements limités : le coût des travaux imposés ne pouvant dépasser 10% de la valeur de la
construction (article R.562-5 du CE).
Le PPRN peut donc proposer des niveaux de protection différents des niveaux forfaitaires définis à
l’échelle nationale. Ces niveaux font suite à une étude technique appelée « microzonage sismique »
menée à l’échelle communale et peuvent être éventuellement considérés comme mieux adaptés au
contexte sismique local. Ils se substituent à la réglementation nationale.
Enfin, le plan séisme incite les collectivités territoriales à intégrer le risque sismique dans leurs
décisions d’urbanisme, de construction et d’aménagement et à renforcer le contrôle du bâti et
l’application des normes.

6.3.6.b Les tsunamis


Toutes les zones littorales exposées à tsunamis ont une occupation du sol très dense, qu’il s’agisse
des zones touristiques ou de simples zones d’habitation. Il paraît difficile de modifier leur
aménagement et de définir d’éventuelles dispositions constructives quand on voit avec quelle force
la vague destructrice envahie la côte. En revanche, seuls des systèmes d’alerte et d’évacuation
permettront de sauver des vies (voir § 3.2).

6.3.7 La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux


Le séisme étant un risque majeur contre lequel l’homme ne peut agir directement, sa protection ne
peut être que passive. On ne peut en effet empêcher un séisme d’avoir lieu, mais on peut en
revanche prendre des dispositions pour minimiser ses conséquences. La réduction du nombre de
victimes lors d’un séisme passe d’abord par l’adaptation des structures des bâtiments et des autres
ouvrages d’art aux sollicitations dynamiques.
La transmission des ondes sismiques du sol aux bâtiments nécessite de connaître et de quantifier les
mouvements sismiques pour déterminer un mouvement de référence d’une part, d’autre part de
construire des bâtiments qui puissent résister aux vibrations transmises. Il faut minimiser les effets
d’un séisme sur les aménagements par l’application de certaines mesures dont les règles de la
construction parasismique. L’objectif principal de la réglementation parasismique est la sauvegarde
d’un maximum de vies humaines pour une secousse dont le niveau d’agression est fixé pour chaque
zone de sismicité. La construction peut alors subir des dommages importants, voire irréparables,
mais elle ne doit pas s’effondrer sur ses occupants. En cas de secousse plus modérée, l’application
de ces règles doit aussi permettre de limiter les destructions et donc les pertes économiques. Une
attention particulière doit être apportée au liaisonnement des éléments non structurants (cheminées,
balcons) dont l’écroulement peut causer des victimes.
Au travers de sa transposition française, l’Eurocode 8 est désormais applicable pour les bâtiments
de la classe dite « à risque normal (1) » depuis le 1er mai 2011, qu’ils soient neufs ou existants,
avec possibilité de déroger dans certains cas simples (maisons individuelles en particulier).
Toutefois, une période transitoire d’autorisation d’utiliser les anciennes règles PS92 a été ouverte
jusqu’au 31 octobre 2012 puis prolongée jusqu’au 1er janvier 2014, sous certaines conditions.

Dans le cas particulier des Antilles, un guide pédagogique a été rédigé par l’Association Française
de Génie Parasismique (AFPS) à l’attention des acteurs impliqués dans la construction de maisons
individuelles et petits bâtiments ; il doit alors être considéré comme l’ouvrage de référence
permettant de déroger à l’Eurocode 8. Il couvre les différents aspects de la construction
parasismique, depuis le choix du site et la prise en compte de la nature du sol jusqu’à la bonne
qualité d’exécution. Les annexes regroupent sur le contexte sismique des Antilles, des
renseignements utiles ainsi que des tableaux d’aide aux choix des aciers et des matériaux.
La nouvelle réglementation parasismique (articles R.563-1 à D.563-8-1 du CE) est complétée par
des arrêtés d’application (dont certains restent à paraître, concernant par exemple des installations à
risque spécial (2), tels les barrages).
Elle fait l’objet d’un accompagnement auprès des professionnels du bâtiment, des collectivités
territoriales et des citoyens, tout particulièrement pour les zones jusqu’alors non concernées par la
réglementation précédente de 1992 (PS92) mais qui sont concernées par la nouvelle réglementation,
principalement en zones de sismicité faible et modérée du nouveau zonage réglementaire (grand
Ouest, Nord-Pas-de-Calais).

Tableau synthétique de la réglementation, Source : MEDDE


Pour s’assurer du respect des dispositions constructives concernant certains types de bâtiment (en
particulier : les établissements recevant du public, les immeubles de grande hauteur, les bâtiments
comportant des éléments en porte à faux, les bâtiments comportant des fondations profondes,
bâtiments de santé, etc. – article R.111-38 du Code de la construction et de l’habitation), le maître
d’ouvrage de la construction doit, depuis le 1er octobre 2007, remettre à l’autorité compétente
(maire, EPCI, préfet) :
• l’attestation du contrôleur technique établissant qu’il lui a fait connaître son avis sur la prise
en compte au stade de la conception des règles parasismiques (à joindre à la demande de
permis de construire en application du b de l’article R.431-16 du Code de l’urbanisme) ;
• puis l’attestation du contrôleur technique justifiant de la prise en compte de ses avis sur le
respect des règles de construction parasismique relevant des 4° et 5° du CCH R.111-38 déjà
cité (à joindre à la déclaration d’achèvement et de conformité des travaux en application de
l’article R.462-4 du Code de l’urbanisme).

A noter par ailleurs que l’article R.431-16 c) du Code de l’urbanisme


prévoit également la remise lors de la demande de permis de construire : « Lorsque la construction
projetée est subordonnée par un plan de prévention des risques naturels prévisibles approuvé, ou
rendu immédiatement opposable, … à la réalisation d’une étude préalable permettant d’en
déterminer les conditions de réalisation, d’utilisation ou d’exploitation, (d’)une attestation établie
par l’architecte du projet ou par un expert agréé certifiant la réalisation de cette étude et
constatant que le projet prend en compte ces conditions au stade de la conception ».
Enfin, en regard du risque de tsunami, la question de la vulnérabilité du bâti, des ports, des usines
en bord de mer mérite une réflexion approfondie et pose, particulièrement pour la métropole, la
question du risque très peu fréquent mais d’impact potentiellement plus important que celui des
tempêtes comme Xynthia.

6.3.8 Les dispositifs de protection


Il n’existe pas de dispositifs de protection au sens travaux collectifs contre les séismes. Quant aux
tsunamis, des digues ou des plate-formes surélevées contre le risque de submersion peuvent à la
rigueur être efficaces contre les vagues de faible ampleur, comme ce fut le cas pour le second
séisme de Fukushima (août 2011) qui a déclenché une mise en garde contre un risque de tsunami de
50 cm de hauteur.
Dans les cas de péril imminent et dans la mesure où le maire s’est organisé (PCS), il peut avoir
recours à une mesure de protection temporaire : l’évacuation des personnes menacées.

6.3.9 La préparation aux situations critiques


Il est recommandé aux maires susceptibles d’avoir à gérer une situation de crise, de mettre en place
un PCS, de le tester en vraie grandeur par des exercices, de le faire vivre, même si ce dernier n’est
pas obligatoire (la commune ne disposant pas d’un PPR approuvé par exemple). Les situations de
crise ne sont pas réservées aux communes où le PCS est obligatoire !
L’organisation des secours est d’autant plus importante que la majorité des constructions existantes
n’est pas parasismique en métropole comme en outre mer.

7 RN 7 – Eruptions volcaniques

7.1 Définitions
Un volcan est un relief terrestre ou sous-marin formé par l’éjection et l’empilement de
matériaux issus de la montée d’un magma sous forme de lave et de téphras tels que les
cendres. On compte environ 1 500 volcans terrestres actifs, dont une soixantaine en éruption
par an. Les volcans sous-marins sont les plus nombreux.
On distingue deux grands types d’éruption magmatique en fonction de la composition chimique du
magma et de sa teneur en gaz dissous : les éruptions effusives caractérisées par des épanchements
de laves et les éruptions explosives caractérisées par la projection de bombes et de cendres
(tephra).

7.2 Nature, causes et effets


Lorsque le magma arrive à proximité de la surface terrestre, il dégaze et se transforme en plusieurs
produits Les produits d’une éruption sont des gaz, des liquides et des solides:
Les gaz : les trois principaux gaz émis par les édifices volcaniques sont, par ordre d’importance, la
vapeur d’eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2) et l’anhydride sulfureux (SO2). En quantité bien
moindre, mais avec des conséquences loin d’être négligeables, on retrouve également le monoxyde
de carbone (CO), l’acide chlorhydrique (HCl), l’hydrogène (H2), l’hydrogène sulfuré (H2S) et le
soufre (S2). Exceptée la vapeur d ‘eau, tous les autres gaz sont toxiques ;
Les liquides : le magma, une fois dégazé, peut être émis sous forme de lave et s’épandre en
coulées. Les coulées de lave, dont la température moyenne est de 1 000 °C, s’écoulent à des vitesses
relativement faibles (de l’ordre de quelques centaines de mètres par heure). Cette vitesse diminue au
fur et à mesure que la lave s’éloigne du lieu d’émission du fait de la chute de sa température ;
Les solides : on distingue trois familles en fonction de la taille de l’élément : les bombes (plus de
64 mm), les lapillis (de 2 à 64 mm) et les cendres (moins de 2 mm). Ils sont projetés dans
l’atmosphère, d’autant plus loin qu’ils sont légers. Les cendres peuvent être projetées parfois
jusqu’à 30 km d’altitude (stratosphère), et ainsi être dispersées très loin du point d’émission. Aux
abords des volcans les couches de cendres peuvent atteindre plusieurs mètres d’épaisseur.

7.2.1 Les différents types de volcanisme


L’activité volcanique est liée à la tectonique des plaques (voir fiche RN6, Séismes et tsunami §2-1),
la plupart des volcans sont donc situés dans les zones de contact (convergence ou divergence) entre
plaques.
On note différents types de volcanisme :
• le volcanisme des dorsales océaniques qui se situe dans les zones de divergence de plaques
et conduit à la formation de nouvelle croûte océanique à chaque épanchement de magma le
long des failles (rift). Ce type de volcanisme ne concerne pas le territoire français ;
• le volcanisme des zones de subduction (convergence des plaques) : le volume de la Terre
reste constant, les zones de subduction permettent de compenser l’apport de matière crustale
des zones de dorsales. La subduction s’accompagne généralement d’une fusion partielle de
la croûte plongeante ou du manteau alentour, ce qui peut donner lieu à un volcanisme en
arrière de la zone de subduction. Lorsque ce sont deux plaques océaniques qui convergent,
un arc insulaire volcanique se forme. Les îles de la Martinique et de la Guadeloupe
appartiennent à l’arc insulaire des Petites Antilles ;
• le volcanisme intra-plaque : il existe cependant un troisième type de volcanisme, différent du
volcanisme de convergence ou divergence des plaques, appelé volcanisme de point chaud. Il
se caractérise par une remontée de magma depuis des zones beaucoup plus profondes,
vraisemblablement depuis l’interface noyau-manteau, à près de trois mille kilomètres de
profondeur. Ces zones de remontées sont fixes par rapport aux plaques lithosphériques en
mouvement. En surface, un alignement de volcans se forme alors au fur et à mesure du
déplacement relatif de la plaque par rapport à la source de magma. Cette succession de
volcans (le plus ancien étant le plus éloigné du point chaud) permet de déterminer la vitesse
et la direction de déplacement de la plaque. En France, l’île de la Réunion, la Polynésie
française et l’Auvergne appartiennent à ce type de volcanisme.
7.2.2 L’activité volcanique
Un volcan actif peut être en activité ou en sommeil ; une période de sommeil prolongée peut laisser
à penser que le volcan est éteint, alors qu’une nouvelle éruption est possible à tout moment. On
considère qu’un volcan est éteint si le temps écoulé depuis sa dernière éruption est largement
supérieur à la moyenne des périodes de sommeil passées.
L’énergie dégagée lors d’une éruption, peut atteindre voire dépasser, pour des événements
cataclysmaux, 1020 joules, soit 10 millions de fois la puissance de la bombe lâchée sur Hiroshima
en 1945.

7.2.3 Les manifestations du volcanisme


• Les nuées ardentes : Une nuée ardente est une émission brutale et dirigée d’un mélange
constitué de gaz brûlants et de tephra. La nuée, dont la température atteint 500 °C, dévale les
flancs du volcan à des vitesses de 200 à 500 km/h. Comme une avalanche de neige
poudreuse, une nuée ardente peut se propager à contre-pente. Ce phénomène est souvent
associé à l’édification d’un dôme ou d’une aiguille au sommet du volcan.
• Les éruptions phréatomagnatiques : Au cours de sa remontée vers la surface, le magma
peut entrer en contact avec une nappe souterraine ou une eau superficielle (lac, cours d’eau,
etc.). La vaporisation brutale de cette eau produit de fortes explosions, qui peuvent
provoquer l’éjection de matériaux de toute taille. On parle alors d’éruption
phréatomagmatique quand le magma sort en même temps que l’eau, et d’éruption phréatique
lorsque ces explosions sont isolées ou suivies d’éruptions magmatiques. Ce type de
phénomène est particulièrement destructeur et dangereux.

7.2.4 Les phénomènes induits


Les coulées de boue, également appelées lahars, résultent du mélange de deux composants, les
cendres et l’eau. Un lahar progresse à une vitesse de plusieurs dizaines de kilomètres par heure, et
ne laisse, en général, pas le temps aux populations menacées d’évacuer les lieux à temps. Les
départs de lahars peuvent se produire plusieurs années après l’éruption qui a engendré le dépôt de
cendres.
Sur les flancs des volcans, au sein des dépôts non stabilisés, des glissements de terrain peuvent se
produire soit en raison de l’activité sismique inhérente au volcanisme soit suite à de fortes
précipitations. De plus, lorsqu’ils concernent un très gros volume de matériaux et qu’ils ont lieu
près de la côte ou sous la mer, ils peuvent engendrer des tsunamis (voir fiche RN6, Séismes et
tsunami)
Des tsunamis peuvent résulter d’éruptions volcaniques (terrestres en bordure de côtes ou sous-
marines)
Les remontées de gaz à la surface d’un lac: Il peut arriver que le gaz carbonique émis par le
volcanisme soit stocké au fond des lacs de cratères (maars). Ces eaux profondes peuvent remonter à
la surface et dégager brutalement une grande quantité de gaz. L’arrivée massive de gaz peut alors
entraîner l’asphyxie des hommes et des animaux. C’est ce qui s’est probablement passé au lac Nyos
(Cameroun) en 1986.
Haut de page

7.3 Mesures de prévention des phénomènes


7.3.1 Connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux
En raison de la diversité des phénomènes liés au volcanisme, les conséquences d’une activité
volcanique peuvent être nombreuses, aussi bien pour la vie humaine que pour les biens ou
l’environnement.

7.3.1.a Les préjudices humains


Les coulées sont généralement peu meurtrières, puisque les populations ont le temps de fuir les
zones menacées. Elles sont par contre très difficiles à arrêter ou même à dévier. Elles peuvent donc
causer d’importants dégâts matériels. Cependant, les cendres les plus fines peuvent être inhalées par
les hommes et les animaux et mettre leur vie en danger.
Les principales menaces liées au volcanisme sont les nuées ardentes, appelées lahars,
particulièrement meurtrières, et qui peuvent recouvrir rapidement les terrains sous un mètre de boue
et les tsunamis, notamment parce qu’ils peuvent surprendre des populations situées sur un littoral,
loin des zones volcaniques, donc non préparées à ce risque.
Dans une moindre mesure, les autres manifestations du volcanisme sont également dangereuses
pour l’homme : chutes de tephra, glissements de terrains, émanations de gaz toxiques et coulées de
laves.
Autrefois, les éruptions volcaniques pouvaient être la cause de grandes famines. En effet, lorsque
les cultures étaient détruites par les coulées ou les cendres, et que le bétail était décimé par les gaz et
autres éléments mortels produits par le volcan, l’absence de secours condamnaient les populations
concernées à une mort certaine. Aujourd’hui, les aides extérieures, nationales ou internationales,
permettent de limiter ces effets secondaires.
Les volcans ont également des aspects positifs, puisqu’ils sont une formidable source de minéraux
divers (soufre, cuivre, or, argent), d’énergie (géothermie) et de terrains agricoles fertilisés par les
cendres.

7.3.1.b Les préjudices matériels


Les coulées de laves et de boue peuvent recouvrir, lentement pour la première, plus rapidement pour
la seconde, des villes entières. Les nuées ardentes détruisent tout sur leur passage en raison de leur
température et de leur vitesse. Les chutes de cendres peuvent se déposer sur plusieurs mètres
d’épaisseur et ainsi causer l’effondrement des bâtiments. Les glissements de terrain, selon leur
ampleur, peuvent frapper un village, un quartier ou une toute une ville ; sans compter les dégâts
causés par les tsunamis. De plus, l’évacuation des populations peut engendrer des pertes de
production et ainsi affecter l’économie locale.

7.3.1.c Le volcanisme en France


La Guadeloupe
La Guadeloupe fait partie de l’arc insulaire des Petites Antilles. Son volcan, la Soufrière, est en
activité depuis 200 000 ans environ. Bien que de type explosif, la Soufrière a déjà connu des
éruptions phréatomagmatiques. Celle survenue il y a environ 3 100 ans a provoqué l’effondrement
du flanc sud et des dépôts sur plus de 28 km2 dans la région de Saint-Claude, avec localement une
épaisseur de cent mètres.
Quatre ou cinq événements de ce type sont recensés dans l’histoire de ce volcan. En effet, la
fracturation et l’altération hydrothermale dans la partie sommitale favorisent des écroulements en
cas d’éruption, même sans apport en surface de magma juvénile. Les dernières éruptions, de type
phréatique, datent de 1956 et 1976.
De 50 000 à 70 000 personnes sont menacées par la Soufrière de Guadeloupe.
La Martinique
La Martinique, comme la Guadeloupe fait partie de l’arc insulaire des Petites Antilles. Le volcan
actif de la Martinique est la montagne Pelée, située dans la partie nord de l’île. Ce volcan s’est
édifié progressivement il y a 300 000 ans environ. Depuis 13 500 ans, les éruptions sont de type
explosif, accompagnées notamment de nuées ardentes.
Depuis 6 000 ans, vingt-cinq éruptions ont été recensées. La plus dramatique est celle de 1902.
Deux nuées ardentes ont détruit complètement les villes de Saint-Pierre et de Morne-Rouge, faisant
29 000 victimes. L’éruption s’est prolongée jusqu’en 1905.
La Réunion
L’île de la Réunion est formée de deux cônes issus d’un volcanisme de type point chaud.
Le plus ancien édifice, le piton des Neiges, occupe la partie nord-ouest de l’île. Son activité a
débuté il y a plus de deux millions d’années, et la dernière éruption date de 22 000 ans. Les experts
pensent que ce volcan est aujourd’hui éteint. Les éruptions qui s’y sont succédées étaient
essentiellement effusives, mais parfois aussi explosives.
Le second cône volcanique est le fameux piton de la Fournaise, qui est situé dans la partie sud-est
de l’île. Son activité est plus récente puisqu’elle a débuté il y a environ 500 000 ans. Elle est de type
effusif. L’activité récente se concentre au sommet dans une grand dépression de 9 km de diamètre,
ouverte en « fer à cheval » vers le sud- ouest, appelée l’enclos Fouqué. Certaines éruptions peuvent
cependant avoir lieu le long de grandes failles en dehors de cet enclos et provoquer des dégâts
matériels. L’enclos Fouqué s’est formé il y a 3 000 ans lors d’un grand glissement de 20 à 30 km3.
Ce type de phénomène peut se reproduire aujourd’hui. Depuis plus de soixante-dix ans, l’activité du
piton de la Fournaise est continue, avec en moyenne une éruption par an. C’est l’un des volcans les
plus actifs au monde.
La Polynésie Française
Les nombreuses îles qui forment les archipels de la Polynésie française sont réparties selon quatre
alignements résultant de l’activité d’autant de points chauds : les Marquises, les Tuamotu-Gambier,
la Société et les Australes. On dénombre également un grand nombre de volcans sous-marins, dont
le Macdonald, qui n’est plus qu’à quelques dizaines de mètres de profondeur et qui formera une
nouvelle île dans un futur proche.
Le volcanisme semble être éteint sur ces quatre archipels. Cependant, la réactivation d’une ancienne
chambre magmatique liée à un point chaud a été observée après une période d’inactivité de plus
d’un million d’années. Ces îles ne sont donc pas à l’abri de nouveaux épisodes volcaniques.
La Métropole
La seule région de France métropolitaine concernée par le risque volcanique est le Massif Central
(en considérant qu’il s’étend jusqu’au cap d’Agde). Plusieurs massifs volcaniques coexistent,
différents en superficie, en âge et en dynamisme éruptif. Tous ont cependant été construits par un
point chaud associé à un phénomène d’extension de la croûte continentale.
Le plus ancien est le Cantal qui est, avec l’Etna, le plus grand volcan d’Europe. Son activité a
débuté il y a treize millions d’années, et a duré une dizaine de millions d’années. Il est par
conséquent considéré aujourd’hui comme éteint. Il a connu au cours de son histoire des successions
de phases éruptives et effusives.
Plus au nord, on trouve trois alignements volcaniques : le Cézallier, dont l’activité a débuté il y a
huit millions d’années et qui est aujourd’hui éteint, le mont Dore, actif entre 5,5 millions et 230 000
années, et la chaîne des Puys, composée d’une centaine de volcans (cônes, dômes et maars), dont
l’activité a débuté il y a 95 000 ans et s’est terminée il y a 6 000 ans. Ce complexe volcanique n’est
donc probablement qu’en sommeil, ce qui justifie sa surveillance au moyen de stations sismiques.
Le réveil de la chaîne des Puys, s’il a lieu, donnera vraisemblablement naissance à un nouveau
volcan, et ne se produira donc à priori pas dans un volcan préexistant. Au sud se succèdent
l’Aubrac, le volcanisme dispersé des Causses, l’Escandorgue et le cap d’Agde (daté de 800 000
ans).
Enfin, au sud-est s’étendent le Devès, le Velay, le Vivarais (dernière activité datée de 30 000 ans) et
les Coirons.
Les enjeux concernés par un réveil d’un de ces complexes sont importants, ces régions étant partiel-
lement urbanisées, avec quelques grandes villes comme Clermont-Ferrand (250 000 habitants).

7.3.2 Surveillance, prévision, vigilance et alerte


La prévision des éruptions est la première étape de la prévention. Comme pour tout phénomène
naturel, l’étude des événements antérieurs permet de comprendre le fonctionnement du volcan et de
tenter de prévoir les éruptions futures. En d’autres termes, le passé est la clé du futur.
Cette étude des anciennes éruptions a un double but : déterminer le type d’éruption prévisible et
délimiter les zones atteintes par le passé. Ce travail doit aboutir à la réalisation de cartes des zones
menacées, et ainsi préparer l’évacuation des populations.
L’étude de l’activité actuelle du volcan est également primordiale, puisqu’elle doit permettre de
prévenir l’imminence d’une éruption. La surveillance volcanique se fait à partir d’observatoires ou
de stations d’alerte qui préviennent de l’évolution d’un volcan en étudiant les variations de
différents paramètres liés à l’activité volcanique.
On distingue quatre familles de paramètres : l’activité sismique, les paramètres géophysiques, la
déformation du volcan et les changements dans la composition des gaz volcaniques.
Une éruption volcanique est toujours précédée d’une activité sismique qui traduit la montée d’un
magma juvénile. La mise en place autour d’un volcan d’un réseau de stations sismiques est le
moyen de détection des éruptions le plus efficace. La modification d’autres paramètres
géophysiques (magnétique, gravimétrique, électrique, etc.) permet également de caractériser une
évolution dans l’activité volcanique.
Lorsqu’un magma arrive sous un volcan, il doit se faire de la place, ce qui se traduit par une
déformation en surface, généralement un gonflement. Cette déformation peut être mesurée par des
appareils installés sur place (extensomètre par exemple) ou par des images satellitaires.
Enfin, l’arrivée d’un magma juvénile peut être mise en évidence par des changements dans la
température et la composition géochimique des gaz qui accompagnent le volcanisme.
Afin de déterminer à partir de quel niveau un changement dans l’un de ces paramètres est révélateur
de l’imminence d’une éruption, il convient de connaître les variations indépendantes de toute
activité volcanique, mais liées à des cycles naturels tels que la température ou les précipitations. Il
est nécessaire de différencier la variation significative du « bruit de fond ».
Ces observations et mesures doivent également être faites au cours d’une éruption afin d’en
prévenir l’évolution à court terme.
En France, ce travail est confié à l’Institut de physique du globe de Paris, qui surveille ainsi les trois
volcans actifs de notre territoire. Les moyens humains et financiers étant suffisants dans notre pays
par rapport au nombre de volcans à surveiller, trois observatoires permanents ont été installés à
proximité de la montagne Pelée en 1903, de la Soufrière de Guadeloupe en 1950 et du piton de la
Fournaise en 1979. Une soixantaine de personnes sont impliquées, à temps plein ou partiel, dans le
fonctionnement de ces observatoires. Les observatoires volcanologiques et sismologiques des
Antilles et de la Réunion travaillent en association avec les universités locales et les autorités
régionales et départementales.
L’activité sismo-volcanique de l’Auvergne fait l’objet d’une surveillance permanente. Ce dispositif
est en mesure d’annoncer l’éminence d’une éruption volcanique avec un préavis de plusieurs mois.
Ce délai est suffisant pour organiser l’évacuation des zones à risque et ainsi assurer la sécurité de la
population.

7.3.3 Éducation et information préventive


Le champ d’application des mesures d’information préventive est fixé à l’article D. 563-9 du code
de l’environnement. Il s’agit des communes de Guadeloupe, de Martinique et de la Réunion, qui
sont particulièrement exposées à un risque d’éruption volcanique.
La gestion du risque repose en grande partie sur la détection de l’imminence d’une activité
volcanique pour organiser, à temps, l’évacuation des populations menacées.

7.3.4 Prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme


Il existe des PPR en Guadeloupe et en Martinique.

7.3.5 La réduction de la vulnérabilité


Quelle que soit la nature des émissions volcaniques (laves, nuées ardentes, projections de cendres,
etc.), il n’existe peu de méthodes de réduction de la vulnérabilité. Au plus peut-on réaliser des
travaux de génie civil pour dévier des coulées de lave.
La vulnérabilité de l’infrastructure est le bâti est liée au mécanisme destructeur du phénomène
volcanique (tephra , nuées ardentes, lahars). Les mesures de mitigation ou de réduction de la
vulnérabilité dépendent donc du type d’aléa et dans certains cas, ceux-ci peuvent être
incompatibles. Par exemple, fortifier un toit réduira la vulnérabilité du bâtiment en cas de « Tephra
fall » mais pourrait augmenter sa vulnérabilité vis-à-vis du risque sismique. Le document
« Handbook for volcanic risque management », (en anglais) élaboré dans le cadre d’un projet
européen Miavita, décrit en détail les diffèrent mesures de mitigation pour le bâti et certain types
d’infrastructure en précisant leur limitations et incompatibilités potentiels.

7.3.6 Dispositifs de protection préparation aux situations critiques


Les Plans de Secours Spécialisé (P.S.S.) ont été mis en place par la loi n° 87-565 du 22 juillet 1987
abrogée et remplacée par la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 relative à la modernisation de la
sécurité civile
l s’agit d’un document établi par préfet (service interministériel de défense et de protection civile).
Il a pour objectif de prévoir les mesures de protection des populations à mettre en œuvre en cas
d’activité volcanique dangereuse. Il prévoit une phase de vigilance, de pré-alerte, d’alerte et
d’évacuation. A titre exemple, il existe actuellement un P.S.S. pour la Soufrière en Guadeloupe, qui
a remplacé en 1999 le plan O.R.S.E.C. Éruption datant de mars 1976, ainsi qu’un P.S.S. pour le
Piton de la Fournaise à la Réunion. Ces plans complètent les dispositions générales figurant dans les
plans O.R.S.E.C.

8 RN 8 – Incendies de forêt

8.1 Définitions
Les incendies ou feux de végétation sont des sinistres qui se déclarent dans une formation végétale,
qui peut être de type forestière (forêts de feuillus, de conifères ou mixtes), subforestière (maquis,
garrigues ou landes) ou encore de type herbacée (prairies, pelouses…).
On appelle incendies ou feux de forêt ceux qui se déclarent et/ou se propagent dans des formations
forestières ou subforestières. Compte tenu qu’il n’y a pas de définition juridique de ces termes, on
se reporte à l’état physique des terrains concernés et non à leur classement administratif (tel celui du
cadastre) ; quant aux définitions techniques, les divergences s’estompent sous l’effet d’une volonté
d’harmonisation internationale.
Ainsi, la base de données sur les incendies de forêt en France (BDIFF – voir § 3.1 ci-après) appelle
incendie de forêt un incendie concernant soit une forêt (couverture par des arbres supérieure à 10
%) soit d’autres terres boisées (couverture par des arbres comprise entre 5 et 10 % ou couverture
par d’autres végétaux ligneux supérieure à 10 %), à condition que ces deux types de formations
aient une surface minimale d’un demi-hectare et s’étendent sur une largeur supérieure à 20 mètres.
La base Prométhée, de conception antérieure et concernant uniquement la région méditerranéenne
française (voir § 2.3 ci-après), distingue d’une part les feux de forêts, garrigues, maquis et landes (si
ces formations s’étendent sur au moins un hectare d’un seul tenant) et d’autre part les feux de
l’espace rural et périurbain (pour tous les autres cas).
Le Code forestier, en son article L.111-2, spécifie que toutes les dispositions (y compris pénales)
concernant la défense et la lutte contre les incendies de forêt s’appliquent non seulement aux bois et
forêts indépendamment de leur régime de propriété mais encore aux landes, maquis et garrigues ; il
précise également que doivent être considérés comme des bois et forêts au titre de ce Code les
plantations d’essences forestières et les reboisements ainsi que les terrains à boiser du fait d’une
obligation légale ou conventionnelle.
Pour apparaître et se propager, un feu de forêt a besoin de trois éléments :

• un combustible : la végétation forestière et subforestière. La forêt sera d’autant plus


combustible que les constituants du milieu (litière, strate herbacée, strate arbustive, strate
des ligneux hauts) auront une teneur en eau faible (variable avec le niveau de sécheresse, le
stade végétatif, la présence d’arbres secs suite à des chablis ou à des maladies, etc.), que ses
strates seront riches en essences volatiles ou en résines ;
• un comburant : l’oxygène de l’air. L’évolution du feu (intensité et direction) dépend très
largement des caractéristiques locales du vent, elles-mêmes modifiées par le relief, voire par
le feu lui-même (qui crée son propre vent) ;
• une source externe d’énergie : une flamme, une étincelle, un brandon. Le combustible,
pour s’enflammer, doit être porté à une température suffisante pour activer la réaction
chimique de combustion : il y a d’abord évaporation de l’eau contenue dans le combustible
(au-delà de 100°), puis émission de gaz inflammable par pyrolyse et enfin inflammation
(vers 225-275°).

8.2 Nature, causes et effets


Une documentation abondante traite de cette problématique. Le guide méthodologique plan de
prévention des risques d’incendies de forêt (PPRIF – voir § 3.4 ci-après) en offre par exemple une
vision synthétique en particulier dans son chapitre intitulé « Description du phénomène et des
risques d’incendies de forêt » qui décrit les facteurs de prédisposition, d’éclosion et de propagation
des incendies de forêts ainsi que leurs conséquences.
8.2.1 Les différents types de feux de forêt

Une fois éclos, un feu se propage par un mécanisme impliquant successivement


la combustion du matériel végétal avec émission de chaleur, puis le transfert de la chaleur émise
vers le combustible en avant du front de flammes, l’absorption de la chaleur par le végétal en avant
du front de flammes et enfin l’inflammation.
Le feu peut prendre différentes formes, chacune étant conditionnée par les caractéristiques de la
végétation et les conditions climatiques (vent, taux d’humidité de l’air, précipitations récentes ou
non, etc.). Ainsi on distingue trois types de feu, qui peuvent se produire simultanément sur une
même zone :

• les feux de sol : Ils brûlent la matière organique contenue dans la litière, l’humus ou les
tourbières. Peu virulents, leur vitesse de propagation est faible. Toutefois, ce type de feu est
très destructeur car il attaque les systèmes souterrains. Il peut couver longtemps en
profondeur, ce qui rend plus difficile son extinction complète.
• les feux de surface : Ils brûlent les strates basses de la végétation, c’est-à-dire la partie
supérieure de la litière, la strate herbacée et la strate arbustive. La propagation de ce type de
feu peut être rapide lorsqu’il se développe librement, et si les conditions sont favorables à la
propagation (vent, relief).
• les feux de cimes : Ils brûlent la partie supérieure des arbres et forment une couronne de feu.
Ils libèrent en général de grandes quantités d’énergie et leur vitesse de propagation est très
élevée. Ils sont d’autant plus intenses et difficiles à contrôler que le vent est fort et le
combustible sec.

8.2.2 Les facteurs favorisant le risque de feux de forêt


La structure et la composition de la végétation, les conditions météorologiques et le relief, les
activités humaines enfin peuvent plus ou moins favoriser l’éclosion et la propagation des feux de
forêt.
• La structure et la composition de la végétation :

Certaines formations végétales sont plus sensibles au feu que d’autres ; leur vulnérabilité ou leur
résistance dépend de nombreux facteurs, tels que la structure du peuplement forestier (qui évolue
avec l’âge), son aptitude à couvrir le sol (très variable selon les essences forestières), les vitesses de
croissance des espèces constitutives, leur inflammabilité, leur résistance au passage du feu, leur
aptitude de reconquête après incendie. Ces rapports sont très complexes et à même d’engendrer un
certain nombre d’idées fausses, d’où l’importance des observations de terrain et des mesures de
laboratoire.
Ainsi, la structure du peuplement est aussi importante, si ce n’est davantage, que le type de
végétation. Enfin, c’est la continuité du couvert végétal, horizontale et verticale, qui va
majoritairement jouer sur la sensibilité au feu du peuplement, en favorisant ou non la propagation
de l’incendie.
• Les conditions météorologiques et le relief :

Les conditions météorologiques telles que la température, le degré d’humidité de l’air, l’historique
des précipitations et le vent influencent fortement la sensibilité de la végétation au feu. En effet, des
températures élevées, des vents violents et un déficit hydrique de la végétation constituent un terrain
extrêmement favorable à l’éclosion et à la propagation des feux de forêt. Certaines régions se
trouvent de ce fait prédisposées à ce risque, comme le pourtour méditerranéen.
Les conditions stationnelles telles que la topographie (pente, cuvette…), l’orientation des versants
(ubac/adret) doivent également être prises en compte dans l’appréciation de l’aléa.
• Les facteurs humains :
L’évolution de l’occupation du sol, qui conduit, depuis
plusieurs décennies, à l’augmentation de l’interface habitat/forêt, accroît considérablement le risque
d’incendies de forêt. En effet, les zones de contact entre nature et société sont plus nombreuses du
fait de l’extension de l’urbanisation, de l’interpénétration des espaces végétalisés et urbanisés
(phénomène de mitage urbain) et souvent du manque d’entretien des coupures naturelles de
combustibles (déprise agricole).
Les nombreuses activités humaines telles que les travaux agricoles ou forestiers, les transports, les
loisirs, en contact avec ces espaces naturels, contribuent au déclenchement des incendies de forêt.
Ainsi, les interfaces habitat/forêt peuvent être perçues à la fois comme vulnérables au feu et comme
sources d’aléa.

8.2.3 Les causes des feux de forêt


Les feux de végétation font l’objet de la part des services départementaux d’incendie et de secours
(SDIS) d’enregistrements qui sont généralement complétés par les informations et constats que
peuvent effectuer d’autres intervenants tels que les météorologues, les forestiers, les gendarmes, les
policiers.
D’une façon générale, la cause principale des incendies de forêt en France, lorsqu’elle est connue,
est d’origine humaine et involontaire (travaux, imprudences) ; la foudre, facteur naturel, représente
une part beaucoup plus faible mais néanmoins variable selon les régions et les années, comme c’est
aussi le cas pour les autres causes (incendies volontaires notamment).
Par exemple, pour les 15 départements du Sud-Est reconnus comme très sensibles aux incendies de
forêt, toutes les données sont rassemblées depuis 1973 dans la base de données Prométhée qui
fournit ainsi différentes synthèses par année, département, voire commune sous forme de cartes, de
bilans, de tableaux et graphiques divers. Son exploitation permet également de déterminer pour ce
secteur méditerranéen les causes des départs de feux, même si les résultats doivent être interprétés
avec prudence ; celles-ci peuvent être regroupées en 5 catégories :
• cause inconnue : environ la moitié des feux ;
• cause naturelle (moins de 10 % des feux connus, mais avec des variations sensibles selon les
années) : foudre, à l’origine souvent de multiples déclenchements simultanés ;
• cause accidentelle (10 % environ des feux connus) : lignes électriques, chemins de fer,
véhicules, dépôts d’ordures ;
• cause humaine involontaire (40 à 50 % des feux connus) : travaux (agricoles et notamment
écobuage, forestiers, industriels ou publics), imprudences (travaux des particuliers, loisirs,
jet d’objets incandescents) ;
• cause humaine volontaire (30 à 40 % des feux connus) : pyromanie, intérêt politique ou
foncier, conflit.
Par ailleurs, en zone méditerranéenne, des équipes pluridisciplinaires (forestier, sapeur-pompier et
officier de police judiciaire) ont été mises en place par plusieurs préfets pour effectuer une
recherche systématique des causes des incendies et, le cas échéant, poursuivre leurs auteurs.

8.2.4 Les effets des feux de forêt


Les incendies de forêt ont des conséquences à la fois humaines, économiques, écologiques et
sanitaires. Plus de 20 000 ha brûlent encore en moyenne en France métropolitaine chaque année
(22 400 ha pour la décennie 1999-2009 contre 45 000 ha pour la décennie 1979-1989).
• Impact sur les hommes, les biens et les activités :

Ce sont les sapeurs-pompiers qui paient le plus lourd tribut, très souvent lors d’incendies à caractère
exceptionnel. Les habitations, les zones d’activité, etc. sont particulièrement vulnérables si elles
n’ont pas fait l’objet d’une protection particulière, soit lors de leur construction, soit par la maîtrise
de la végétation environnante. Les équipements, notamment linéaires, se trouvent également
touchés.
Outre les traumatismes psychologiques, les grands incendies peuvent causer de graves perturbations
à l’activité économique. C’est en particulier le cas dans les régions où la forêt représente une
richesse et une source d’emplois importante, comme dans les Landes.
La lutte enfin est d’un coût élevé pour la collectivité nationale par la mobilisation des moyens
qu’elle implique : la Mission interministérielle de 2010 (voir son rapport au § 2.5 ci-après) a ainsi
évalué à plus d’un demi-milliard d’euros la somme consacrée annuellement par l’Union
Européenne, l’Etat et ses établissements publics, les collectivités territoriales et les propriétaires
forestiers aux politiques de prévention (1/3) et de lutte contre les feux de forêts (2/3), avec une
augmentation des dépenses en termes réels de 1988 à 2008 de plus de 50 %.
• Impact sur le milieu naturel et sur la survenance possible d’autres aléas naturels :

Même si l’emploi du feu a été (et est encore dans certaines conditions) un auxiliaire de l’homme
pour la chasse, la mise en valeur pastorale, la culture sur brulis ou le brûlage dirigé, ses
conséquences peuvent être très préjudiciables selon l’intensité et surtout la répétitivité des incendies
et selon la richesse biologique initiale des milieux.
Un incendie a des conséquences immédiates, telles que la dégradation des paysages, la disparition
d’animaux ou de végétaux pouvant appartenir à des espèces rares, l’émission de CO2 ainsi que de
poussières et de gaz nocifs (dont des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)
cancérigènes) qui polluent l’atmosphère. La survie des communautés végétales et de la faune est
variable selon les types d’incendies, les espèces concernées, leur âge, etc. ; en général, les
couvertures arbustive et arborée se reconstituent assez rapidement, par production de rejets ou par
dissémination de graines ; certaines espèces peuvent être favorisées (le feu peut en effet faciliter la
levée de dormance de certaines graines, telles celles des cistes ou celles des pins d’Alep) ; toutefois,
la dynamique végétale, surtout après une série d’incendies successifs, reste encore mal connue.
En outre, les sols s’appauvrissent et demandent en général plusieurs décennies pour retrouver leur
richesse biologique ; ils peuvent même disparaître en cas d’incendies répétés, en particulier sur les
pentes sous l’effet du ruissellement et du ravinement, provoquant de nouveaux risques en aval ou
les accroissant.
Les risques de chutes de pierres augmentent aussi en général, notamment sur pentes calcaires,
compte tenu notamment de la disparition de la végétation basse (buis, etc.,) qui les maintenait en
place ou amortissait leur rebond ; de petits ensembles rocheux peuvent même être déstabilisés sous
l’effet de la chaleur ou de la calcination de l’humus.

8.2.5 Et le changement climatique ?


A titre indicatif et d’une façon très approximative, il est possible d’assimiler une hausse de 1°C de
la température moyenne à une translation du climat de l’ordre de 150 km vers le nord ou à une
remontée en altitude de 150 m. On constate déjà que le climat méditerranéen remonte vers le nord et
que les étages de végétation gagnent en altitude (par exemple dans les Alpes) : les espèces animales
et végétales en témoignent ; toutefois, la rapidité de l’évolution prévue laisse craindre que la plupart
des essences forestières n’auront pas le temps de coloniser d’elles-mêmes les nouvelles aires
favorables, notamment en plaine. Par ailleurs, l’augmentation prévisible de la fréquence et de
l’intensité des sécheresses estivales, corollaire à celle des températures, est de nature à accroître les
dépérissements forestiers, en perturbant et en affaiblissement durablement les arbres, ouvrant ainsi
la voie aux attaques parasitaires ; la question de l’augmentation ou non du risque tempête, du fait du
changement climatique, se trouve également posée. Un tel contexte induit donc des risques
nouveaux d’incendies de forêt en périodes de canicule et/ou de longs épisodes de sécheresse ; on l’a
déjà observé en 2003.
La Mission interministérielle désignée pour analyser les conséquences du changement climatique
dans les décennies à venir (2030-2050) sur l’aléa feux de forêt, l’extension probable des zones
sensibles sur le territoire métropolitain et faire les propositions nécessaires pour permettre au
gouvernement de préparer ces échéances sur ce thème a remis en 2010 son rapport.
Pour l’établir, elle s’est livrée, sur la base des 3 scénarios du Groupe d’experts intergouvernemental
sur l’évolution du climat (GIEC) avec l’appui d’experts spécialisés notamment de Météo France, de
l’Office national des forêts (ONF) et de l’Inventaire forestier national (IFN, aujourd’hui IGN
(Institut national de l’information géographique et forestière), à diverses simulations : celles-ci
prennent en compte notamment l’évolution prévisible de l’indice forêt météo (IFM), dépendant des
seules conditions météorologiques, et celle de la sensibilité de la végétation, évaluée à dire d’expert,
en supposant que sa composition n’aura pas significativement évolué d’ici 2040 à moins de
dépérissements généralisés peu prévisibles ; au-delà de 2050, la Mission a considéré que
l’hypothèse d’alimentation hydrique, retenue comme discriminante entre des situations actuellement
semblables, n’était plus utilisable et n’ a donc pas produit de carte d’aléas pour les périodes au-delà
de cette échéance.
Elle estime que les surfaces sensibles, qui représentent actuellement environ 1/3 des surfaces
forestières métropolitaines, pourraient augmenter de 30 % à l’échéance 2040 ; elle considère en
outre que, compte tenu de l’orientation à la hausse très marquée à l’échéance 2060, qu’à l’échéance
2050, c’est près de la moitié de la surface des landes et forêts métropolitaines qui pourrait être
concernée par un niveau élevé de l’aléa feux de forêts.
La mission indique des voies d’optimisation des moyens de lutte existants grâce à une
modernisation accrue des moyens de détection, à un renforcement de la prévision ainsi qu’à un
renforcement des moyens aériens sur les zones Sud-Ouest et Ouest (sous réserve d’assurer le
maintien à niveau des moyens aériens consacrés actuellement au Sud-Est) ; elle estime que cette
augmentation de 30 % des surfaces sensibles se traduira par une augmentation des coûts d’au moins
20 % d’ici 2040 (en euro constant). La mission émet enfin une série de recommandations adaptées à
cette nouvelle situation prévisible concernant les différents volets de la politique de prévention,
indique les limites de sa démarche et souligne tout l’intérêt de développer des outils d’analyse de la
sensibilité de la végétation (carte des peuplements, conditions stationnelles) ainsi qu’une
méthodologie d’analyse adaptée en s’appuyant notamment sur Météo France, l’ONF et l’IFN.
Certaines des mesures préconisées figurent dans le plan national d’adaptation au changement
climatique (2011). Par ailleurs, faisant suite au livre vert de la Commission sur l’impact du
changement climatique, le Parlement européen a recommandé également en 2011 l’adoption d’une
réglementation européenne pour mieux protéger les forêts contre les incendies.

8.3 Mesures de prévention des incendies de forêt


La politique nationale de prévention et de lutte contre les incendies de forêt garde un certain nombre
de spécificités à mettre en relation avec les conditions naturelles, l’histoire, etc., comme par
exemple les conditions climatiques, les potentialités des sols, les possibilités de valorisation
économique (forestière, sylvo-pastorale, réserve foncière en attente de construction), le mode
d’appropriation (Etat, communes, particuliers), le morcellement foncier.

Ainsi, les propriétaires forestiers du massif landais ont mis en place au XIXème siècle une
organisation sur la base d’associations syndicales (AS) de défense des forêts contre l’incendie
(DFCI) assurant non seulement la prévention mais aussi la lutte directe contre les feux de forêt ; ces
associations de DFCI ont été rendues obligatoires en 1945 dans tout le périmètre des Landes de
Gascogne. Après les grands incendies de la période 1937-1947 (environ 400 000 ha brûlés) et de
1949 (le 20/09, 82 morts à Cestas (33) ; 140 000 ha détruits), devant l’urgence et l’importance des
efforts à fournir pour remettre en état et reconstituer les forêts détruites, les associations syndicales
autorisées (ASA) de DFCI ont pris en charge les travaux de prévention et la mise en valeur du
territoire et les corps de sapeurs-pompiers forestiers professionnels la lutte active. Après la tempête
Martin du 27/12/1999, la tempête Klaus du 24/01/2009, en affectant 600 000 ha du massif landais
(soit près des deux tiers du massif), a gravement fragilisé un équilibre économique déjà contraint et
accru au moins provisoirement le niveau de risque, ce qui a amené l’Etat à adapter son dispositif
d’intervention, jusqu’alors essentiellement centré sur le Sud-Est.
Sur le pourtour méditerranéen, la situation est différente : sensibilité forte aussi aux incendies
mais rentabilité économique de la forêt souvent nulle ou très faible, déprise agricole et
recolonisation végétale (avec quasi doublement des surfaces boisées en un siècle), implication de
l’Etat et des communes au titre de propriétaires forestiers, accroissement préoccupant de la
vulnérabilité par mitage périurbain au cours des dernières décennies. C’est l’Etat qui, dans ces
conditions, s’est trouvé moteur et c’est très souvent à partir des pratiques et des savoir-faire qui y
ont été développés que s’est mise en place une politique nationale de lutte et de prévention.
Les retours d’expérience après les grands incendies, comme par exemple ceux d’Aquitaine déjà
évoqués, ceux de 1986 (cf. massif du Tanneron (13), les 23 et 24/08 : 1 mort, 200 blessés ou
intoxiqués, 7 000 ha détruits), de 1997 (cf. Marseille (13), du 25 au 28/07 : 4 650 ha brulés ;
Septèmes les Vallons (13), le 25/07 : 3 450 ha brulés), de 2000 (cf. Vivario (28), le 24/08 : 3 900 ha
brulés) ou de 2003 (10 morts, dont 4 pompiers, plusieurs centaines de pompiers blessés ; 73 000 ha
brulés en France métropolitaine, dont 62 000 ha pour la seule zone méditerranéenne, bilan voisin de
celui des années 1976, 1989 et 1990) ont ainsi contribué à façonner la législation et à mieux
organiser les moyens.
Les départements et territoires d’outre-mer peuvent également être concernés : cf. les graves
incendies dits du Maïdo, à la Réunion, de 2010 et surtout de 2011 où près de 2 800 ha de forêt ont
été ravagés sur un territoire classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
La politique de prévention des incendies de forêt est mise en œuvre par le ministère en charge des
Forêts, en s’appuyant sur ses établissements publics (ONF, IGN, Centre national de la propriété
forestière (CNPF)) et en liaison avec le ministère en charge de la Sécurité civile, le ministère en
charge de l’Environnement, les collectivités territoriales et les propriétaires forestiers. Elle vise à
prévoir le risque et à traiter les causes ; à surveiller les forêts pour détecter les départs de feux et
pouvoir intervenir rapidement ; à équiper, à aménager et à entretenir l’espace rural dont l’espace
forestier ; et enfin à informer le public et à former les professionnels.
Des dispositions législatives et réglementaires spécifiques sont prévues pour les « bois et forêts
réputés particulièrement exposés au risque d’incendie » situés dans les régions Aquitaine, Corse,
Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans les
départements de l’Ardèche et de la Drôme (soit 32 départements considérés comme à risque élevé).
Celles-ci peuvent être étendues par l’autorité administrative compétente de l’Etat (après avis des
conseils municipaux intéressés et du Conseil général) aux « bois et forêts classés à risque d’incendie
» dans d’autres départements que l’on peut alors considérés comme à risque moyen.
Pour coordonner les actions de prévention dans ces départements et ainsi améliorer l’efficacité
globale du dispositif, l’Etat et les principaux autres acteurs ont mis en place une organisation
particulière, différenciée toutefois selon l’espace géographique concerné (région méditerranéenne
d’une part, Sud-Ouest d’autre part).
Quant à la lutte, elle repose d’abord sur les SDIS. Leur action peut être renforcée par des moyens
spécifiques (avions bombardiers d’eau, unités de Sécurité civile, unités militaires de renfort,
colonnes de renfort de sapeurs-pompiers) mis en œuvre par le ministère en charge de la Sécurité
civile, sous la coordination de la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises
(DGSCGC) et des préfets de Zone de défense et de sécurité.
8.3.1 La connaissance des phénomènes, des aléas et des enjeux
La BDIFF, établie sur la base d’un socle commun minimum d’informations défini au niveau
européen, rassemble toutes les données relatives aux incendies de forêt survenus en France
métropolitaine depuis 1992 ; celles-ci portent sur l’intervention des services de secours, l’évaluation
des dégâts sur l’écosystème et la détermination des causes. Les pages d’accueil du site apportent
toutes les précisions nécessaires à ce sujet ainsi que sur les acteurs, les objectifs, les modalités de
mise à disposition des résultats, etc.
Après incendie, une cartographie détaillée est établie sous la responsabilité des principaux acteurs et
selon la répartition de leurs missions, afin d’estimer les dégâts subis par le milieu naturel et
déterminer les actions à entreprendre (mobilisation de bois récoltables, potentiel de reconstitution,
risques induits en particulier d’érosion, etc.).
Par ailleurs, des atlas du risque d’incendies de forêt, avec cartographie des massifs selon leur niveau
de sensibilité et des territoires générateurs de risque, sont établis dans les départements sensibles, en
particulier à l’appui des plans de protection des forêts contre l’incendie (PPFCI), par les services
forestiers (direction départementale des territoires (et de la mer) (DDT(M)), ONF, CNPF), en
liaison avec les SDIS.

8.3.2 La surveillance, la prévision, la vigilance et l’alerte


Il n’existe pas à ce jour de bulletin de vigilance incendie de forêt diffusé au niveau départemental
comme c’est le cas pour les autres risques climatiques.
Néanmoins, les préfectures des départements considérés comme à risque élevé diffusent à
l’attention du public diverses informations telles que les niveaux de danger synthétiques par
territoire, les consignes de prudence associées ainsi que les limitations réglementaires apportées aux
activités, en particulier en ce qui concerne l’accès aux massifs forestiers et l’usage du feu. Ces
mesures peuvent en outre être durcies selon les conditions locales par les maires en vertu de leur
pouvoir de police.
L’indice forêt météo (IFM) permet de quantifier quotidiennement la propension à l’éclosion et à la
propagation initiale des feux en fonction des seuls paramètres météo. Il peut donc être déduit des
prévisions météorologiques pour le lendemain et les jours à venir : d’un calcul relativement
complexe, cet indice prend notamment en compte les précipitations, l’humidité relative de l’air, la
température et la vitesse du vent ainsi que la réserve en eau du sol.
Calculé par Météo France pour le compte de la DGSCGC , il est utilisé dans les états-majors des
zones de défense et de sécurité en tant qu’élément d’aide à la décision pour le pré-positionnement
des moyens de l’Etat ainsi que pour la conduite de la lutte lorsque des incendies sont en cours ; il est
porté à la connaissance des préfectures et des SDIS.
D’autres paramètres météorologiques, relevant de l’expertise locale, sont nécessaires pour apprécier
quotidiennement le risque et adapter la stratégie de lutte. C’est le cas par exemple du vent (y
compris celui que génère l’incendie selon l’orographie et d’éventuels effets de brise de vallée ou de
mer qui, selon les lieux et les heures, sont favorables ou défavorables à son extension) pour ce qui
concerne la vitesse de propagation du front.
Pendant la période estivale en région méditerranéenne, un réseau piloté par l’ONF avec l’appui
scientifique de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) effectue des mesures, une ou
deux fois par semaine selon le degré de risque, sur la teneur en eau des végétaux (2 points par
département) ; le Centre d’essais et de recherche de l’Entente pour la forêt méditerranéenne
(CEREN) les complète par des mesures de l’inflammabilité du chêne kermès et du romarin.
Durant les périodes les plus critiques de l’année (période estivale, en particulier), l’état-major
interministériel de zone Sud (EMIZ Sud), situé à Valabre (13), établit quotidiennement des cartes
d’indice de risque à 6 niveaux pour la région méditerranéenne (120 secteurs pris en compte) : ces
cartes sont élaborées par une cellule météo à partir des observations et des prévisions portant à la
fois sur les conditions hydrométéorologiques (IFM) et sur l’état de la végétation (teneur en eau,
inflammabilité). Météo France apporte également son assistance à l’EMIZ Sud-Ouest, situé à
Bordeaux (33) pour l’établissement d’une cartographie du risque (143 secteurs pris en compte).
Dans les départements considérés comme à risque moyen, les SDIS établissent, le cas échéant, des
cartes de risques locales au vu de l’IFM et de la sensibilité estimée des principaux massifs au risque
d’incendie.
Cette évaluation quotidienne du risque permet donc selon le niveau estimé, d’une part la
mobilisation préventive des moyens locaux, voire nationaux, afin de réduire au maximum les délais
d’intervention sur départs de feux, d’autre part après interprétation au niveau départemental,
l’information du public, la mise en œuvre de mesures de police adaptées, la mise en alerte, etc.
Pendant les périodes sensibles, des dispositifs spécifiques de surveillance sont mis en place ; ils
sont adaptés aux caractéristiques générales des massifs forestiers (topographie en particulier) et plus
ou moins renforcés selon les conditions météorologiques du jour : vigies, tours de guet, patrouilles,
guet aérien (généralement armé) en période critique ; des véhicules d’intervention sont par ailleurs
pré-positionnés, d’autres patrouillent pour intervenir sur feux naissants.
Compte tenu des progrès technologiques, ce domaine de la prévision et de la surveillance est en
constante évolution (après celui notamment des télécommunications ayant par exemple favorisé la
coordination inter-services), ce qui devrait permettre de raccourcir encore les délais d’intervention
des secours et de limiter ainsi le risque de développement de grands incendies difficilement
maitrisables.

8.3.3 L’éducation et l’information préventive


Aux actions générales menées par l’Etat sur une base identique avec les adaptations nécessaires à la
nature du risque, s’ajoutent celles particulièrement développées au niveau local dans les
départements sensibles par les différents acteurs de la prévention et de la lutte. En période de risque
élevé, ces actions sont renforcées sur le terrain auprès des résidents saisonniers, des promeneurs et
des usagers de la forêt. C’est ainsi qu’en partenariat avec le Conservatoire de la forêt
méditerranéenne, l’Office de l’environnement de la Corse, la région Languedoc-Roussillon et la
région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Entente pour la forêt méditerranéenne mène chaque année
une campagne de prévention spécifique à l’intention des touristes et des résidents, par diffusion
notamment de dossiers et de guides spécifiques.
Par ailleurs, compte tenu que l’état des risques naturels et technologiques ne prend en compte les
incendies de forêt qu’au travers d’un PPRIF (prescrit, appliqué par anticipation ou approuvé), le
Code forestier (dans sa dernière version) instaure qu’en cas de mutation, conclusion ou
renouvellement de bail, une obligation d’information incombe au cédant ou au bailleur concernant
l’obligation de débroussailler ou de maintenir en état débroussaillé ainsi que l’existence
d’éventuelles servitudes concernant les territoires, bois et forêts exposés aux risques d’incendie
(article L.134-16 du Code forestier).

8.3.4 La prise en compte des risques dans l’aménagement et l’urbanisme


La prise en compte du risque incendie de forêt nécessite de conduire les études, au moins
préliminaires, au niveau du bassin de risque.
Le guide méthodologique spécialisé PPRIF permet de comprendre notamment comment
cartographier l’aléa en fonction de ses différentes composantes (végétation, climat, topographie,
activité humaine), de son intensité et de son occurrence, évaluer les enjeux, prendre en compte les
zones défendables au vu de leur niveau d’équipement de protection et d’accessibilité.
La maîtrise de l’interface habitat-forêt et l’interdiction, sauf exceptions, de constructions isolées qui
peuvent être à l’origine de départs de feu, sont en outre difficiles à protéger en cas d’incendie et
monopolisent les secours, méritent une attention particulière lors de l’élaboration d’un PPRIF. Il
doit en être de même lors de la réalisation, par intégration directe d’une carte d’aléa, d’un plan local
d’urbanisme (PLU) ou lors de l’instruction d’un dossier d’urbanisme en l’absence de tout document
réglementaire ou en cas de connaissance de données nouvelles (évènements, expertises) ; les
conditions d’accessibilité des véhicules d’intervention constituent également un facteur important à
prendre en compte (cf. article R.111-5 du Code de l’urbanisme).
Lorsque des terrains sont concernés par une obligation de débroussaillement ou de maintien en état
débroussaillé à caractère permanent, résultant soit d’un PPRIF soit des dispositions prévues pour
certaines catégories de terrains situés à moins de 200 mètres de « bois et forêts classés à risque
d’incendie » par l’autorité administrative compétente de l’Etat, en application de l’article L.132-1
du Code forestier (départements considérés comme à risque moyen) ou de « bois et forêts réputés
particulièrement exposés au risque d’incendie » figurant à l’article L.133-1 (32 départements
considérés comme à risque élevé), cette obligation doit être annexée au PLU ou au document
d’urbanisme en tenant lieu (articles L.134-15 et R.134-6 du Code forestier).

8.3.5 La réduction de la vulnérabilité au niveau des enjeux


La réduction de la vulnérabilité du bâti passe par le débroussaillement régulier des abords, par la
capacité de la construction (ainsi que des installations annexes) à résister au feu, par un stockage
précautionneux des produits inflammables, par la mise en place, le cas échéant, d’équipements
spécifiques (par exemple stockage d’eau ou piscine avec dispositif de pompage autonome), par un
comportement adapté des occupants en cas de sinistre. Une bonne accessibilité est enfin un gage
de sécurité (évacuation préventive si nécessaire, intervention des véhicules DFCI).
En particulier, dans les communes où se trouvent des « bois et forêts classés à risque d’incendie »
par l’autorité administrative compétente de l’Etat en application de l’article L.132-1 du Code
forestier (départements considérés comme à risque moyen) ou des « bois et forêts réputés
particulièrement exposés au risque d’incendie » conformément à l’article L.133-1 (32 départements
considérés comme à risque élevé), des obligations en matière de débroussaillement et de maintien
en état débroussaillé incombent aux propriétaires de terrains (en particulier en zone urbaine), de
constructions, chantiers ou installations de toute nature ainsi qu’aux propriétaires et gestionnaires
d’infrastructures linéaires (voies ouvertes à la circulation publique, lignes électriques, voies ferrées),
dans les zones situées à moins de 200 mètres des bois et forêts.
Les propriétaires ont la possibilité de confier ces travaux de débroussaillement et de maintien en
état débroussaillé à une association syndicale (AS) de propriétaires ; les communes, leurs
groupements et les syndicats mixtes peuvent également effectuer ou faire effectuer, à la demande et
aux frais des propriétaires, de tels travaux.
Le maire a la responsabilité d’assurer sur le territoire communal le contrôle de la bonne exécution
des travaux de débroussaillement destinés à protéger les constructions et, le cas échéant, de les faire
exécuter d’office par la commune aux frais des intéressés.
Par ailleurs, hors des territoires définis aux articles L.132-1 et L.133-1 du Code forestier, le préfet
peut, indépendamment des pouvoirs du maire, décider le débroussaillement d’office aux frais du
propriétaire, faute pour ce dernier ou pour les occupants d’avoir convenablement effectué les
travaux dans des zones particulièrement exposées aux incendies.
Enfin d’une façon beaucoup plus générale, le préfet peut édicter toutes mesures de nature à assurer
la prévention des incendies de forêt, à faciliter la lutte contre ces incendies et à en limiter les
conséquences, comme par exemple la restriction dans l’usage du feu, la limitation de la
circulation, etc.
L’ensemble de ces dispositions figure aux livre I-titre III (partie législative et partie réglementaire)
du Code forestier, et plus précisément aux articles L.131.6 / 18, L.134-5 / 18 et L.135-1 / 2 ainsi que
R.131-2 / 6, R.131-13 / 17 et R.134-4 / 6.
Enfin, la nature des constructions, les types de matériaux utilisés et la mise en place d’équipements
spécifiques peuvent modifier sensiblement l’importance des endommagements et les possibilités de
protection des habitants en cas de mise à l’abri. Une attention particulière doit être portée au moins
à la peau extérieure des bâtiments, aux toitures et à toutes les ouvertures ; certains matériaux
représentent un grand danger compte tenu d’une chute très rapide de leur résistance à la chaleur,
conduisant à une destruction subite et de nature à favoriser les courants d’air et par là la pénétration
des flammes (cas, par exemple, des menuiseries PVC, particulièrement vulnérables) ; il en est de
même quant au choix des végétaux plantés à proximité (haies, etc.).
Il n’existe pas à ce jour de guide publié par le ministère en charge de l’Environnement sur ce thème,
comme ce peut être le cas pour un certain nombre d’autres dangers naturels. Toutefois, une rubrique
du site Risques majeurs aborde ce sujet.

8.3.6 Les dispositifs de protection collective


Pour les 32 départements considérés comme à risque élevé, l’Etat établit un plan départemental ou
interdépartemental de protection des forêts contre les incendies (PPFCI), qui est soumis pour avis
aux collectivités territoriales concernées et à leurs groupements (articles L.133-2 et R.133-1 /11 du
Code forestier). Il définit notamment par massif, après diagnostic des territoires, les objectifs
prioritaires (limitation des causes principales de feux ; amélioration des systèmes de prévention, de
surveillance et de lutte), les actions à mener, les caractéristiques des opérations de
débroussaillement, les priorités en matière de PPRIF, les structures et organismes associés à la mise
en œuvre des actions avec les modalités de leur coordination.
Dans ces massifs, les travaux d’aménagement et d’équipement à des fins de protection et de
reconstitution de la forêt, y compris ceux contribuant au cloisonnement des massifs par une
utilisation agricole des sols (à l’exclusion de la mise en culture proprement dite) peuvent être
déclarés d’utilité publique à la demande de l’Etat, d’une collectivité territoriale ou d’un groupement
de collectivités territoriales ; sur certaines zones de ces périmètres, une mise en valeur agricole ou
pastorale peut être imposée aux propriétaires et, le cas échéant, aux titulaires du droit d’exploitation
de fonds boisés ou couverts d’une végétation arbustive (articles L.133-3 / 11 et R.133-12 / 19 du
Code forestier).
Dans les départements à risque moyen où se trouvent des « bois et forêts classés à risque
d’incendie » en application de l’article L.132-1 du Code forestier, l’établissement d’un PPFCI n’est
pas obligatoire mais est recommandé ; il ouvre par ailleurs droit aux aides, notamment européennes.
Les équipements DFCI vont consister en création de routes et pistes (qui, dans les départements
précités, peuvent faire l’objet de servitudes dans les conditions des articles L.134-1 / 3 et R.134-2 /
3 du Code forestier), de fossés d’assainissement, de points d’eau, de coupures stratégiques
forestières et agricoles de combustible. Ces dernières doivent faire l’objet d’entretiens périodiques
pour garder leur efficacité et à ce titre le recours au pastoralisme apparait bien adapté sous réserve
notamment de réalisation préalable d’aménagements spécifiques et de passation de conventions
pluriannuelles fixant les objectifs d’entretien et les modalités de rémunération du service rendu.
En outre, en cas de risque exceptionnel d’incendies quel que soit le département, le maire ou le
préfet (selon le lieu de situation du massif forestier) peut exiger le nettoiement des parcelles
forestières, après exploitation forestière (suppression des rémanents et branchages) ou après un
chablis et au besoin exécuter d’office les travaux (articles L.134-4, L.131-7 et R.131-5 / 6 du Code
forestier).
Par ailleurs, les travaux de prévention peuvent également comprendre des incinérations et des
brûlages dirigés, à effectuer toutefois selon des modalités strictement encadrées (articles L.131-9,
L.133-6 et R.131-7 / 11 du Code forestier).
Enfin, le recours à l’évacuation est une mesure temporaire possible mais nécessite à la fois une
bonne préparation en période hors crise et une bonne anticipation lors de celle-ci. Cette mesure, qui
peut être délicate à mettre en œuvre si elle concerne un vaste périmètre, est par contre bien adaptée
aux installations très sensibles comme les terrains de camping (d’autant qu’ils sont soumis à des
prescriptions d’information, d’alerte et d’évacuation).

8.3.7 La préparation aux situations critiques


En ce qui concerne les communes susceptibles d’avoir à gérer une situation de crise, il ne peut être
que recommandé aux maires concernés d’établir et de faire vivre un plan communal de sauvegarde
(PCS), que celui-ci soit obligatoire ou non : en effet, la gestion de crise se prépare hors période de
crise, au travers notamment d’exercices de simulation, afin d’être apte à répondre le moment venu à
tous les aspects d’un tel épisode et dans toutes ses phases.
Face au risque d’incendies de forêt, le maire a en outre des responsabilités particulières notamment
en matière de police préventive, qu’il s’agisse du contrôle du respect des obligations réglementaires
(débroussaillement, usage du feu, circulation, etc.), de la mise en œuvre de certaines dispositions lui
incombant (en particulier, débroussaillement d’office, mesures de nettoiement de parcelles
forestières, danger lié à une décharge) ou de l’information préventive, par exemple en période de
risque élevé. Pour cela, il peut notamment s’appuyer sur des bénévoles locaux en constituant puis
en gérant un comité communal feux de forêts (CCFF) ou une réserve communale de sécurité civile
dont il aura défini précisément les missions, les responsabilités et les moyens.
Ingénierie du risque
1 Méthodes d'évaluation, d'analyse et de traitement du risque
Approche systémique du risque : http://www.emse.fr/site/Xrisk/co/Module_Xrisk.html
Méthode d'analyse et de traitement du risque (risque nat et technologiques) → analyse du risque
d'inondation et ssp
Méthodes d'évaluation grilles d'acceptabilité what ????
http://www.emse.fr/site/Xrisk/co/Module_Xrisk.html

Documents de référence : étude d'impact, plan d'intervention, documents d'information et


communidcation sur les risques. Que contient une étude d'impact ? (exemple inondations, SSP),
plans d'intervention en inondations ?
Mobilisation des acteurs externes internes prévu par la réglementation→ quels acteurs mobilisés en
ssp et innondations.
Normes applicables aux équipements produits et activités des secteurs publics et privés ?
Documentation juridique et technique ?

Organisation, gestion de service, administratif


1.1 Collectivités territoriales
Compétences de EPCI a fiscalité propre
1.2 Notions de marché public

1.3 Gestion de services et encadrement

1.4 Conduite de dossier


http://www.wikiterritorial.cnfpt.fr/xwiki/wiki/econnaissances/view/Notions-Cles/Index?
theme=Themes.Sapeurs-pompiersrisquesmajeurs

Centres d'intérêt liés