Vous êtes sur la page 1sur 8

ACIER : OUVERTURE D’UNE ENQUÊTE

BREAKING NEWS
ECONOMIE

FINANCES
∠ ELECTRICITÉ : UNE HAUSSE DE 5,8% DE LA...
MANAGEMENT DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE SOCIÉTÉ
RÉSERVES INTERNATIONALES NETTES : UNE HAUSSE DE 11,8%...
AUTOROUTES DU MAROC OUVRE À LA CIRCULATION LE...

Accueil ∠ Economie ∠ Nouvelles technologies : L’hémorragie des ressources humaines menace la pérenni

ECONOMIE NATIONAL

NOUVELLES TECHNOLOGIES : L’HÉMORRAGIE DES


RESSOURCES HUMAINES MENACE LA PÉRENNITÉ DU SEC
1 août 2018

Le secteur des nouvelles technologies souffre depuis plus d


d’une fuite de ses ressources humaines vers l’étrang
présidente de l’APEBI revient à la charge et décline mêm
leviers pour lutter contre cette hémorragie qui menace le s
et ses entreprises.
C’est un phénomène préoccupant qui avait démarré, il y a un an de cela et il s’est accentué en 2018 ! Il s’agit d’

ressources humaines qualifiées qui menace sérieusement le secteur des nouvelles technologies au Maroc.

développeur, du chef de projet, au responsable sécurité… tout ce qui touche au digital. Et pour cause, a

d’Emmanuel Macron et sa politique de transformer digitalement le France, cela se traduit par beaucoup de

besoins en ressources humaines en France spécialement.

Les conséquences s’en font sentir au Maroc. « Ça attire les jeunes recrus ainsi que les personnes expérimentées

les jeunes ont envie de découvrir d’autres pays et les expérimentés parce qu’il n’y a pas encore de projets très int

le Maroc. Et puis il y a l’environnement extérieur. Quand vous discutez avec eux, ils avancent que la différence
n’est pas très importante mais quand on prend le coût de vie, à l’étranger il y a un meilleur système de santé, u

école publique et tout est gratuit. Ici, vous avez beau augmenté les ingénieurs mais les frais auxquels ils doive

notamment la scolarité des enfants et la santé dans le système privé pèsent lourds sur leur qualité de vie au Ma

Saloua Karkri-Belkeziz, Présidente de l’Apebi.

Créez votre site internet


Offrez à votre business le site web qu
mérite
Annonce mediazain.com

En savoir plus

D’ailleurs l’association qui regroupe toutes les sociétés du secteur a mené une réflexion en interne avant

autorités publiques sur cette fuite des compétences vers l’étranger. Une hémorragie qui menace le secteur, mote

Plan Maroc Numérique 2020. Un opérateur du secteur livre un chiffre révélateur de la situation : « On cherche à r

on ne trouve pas de profil à embaucher. En signant la paie ce mois-ci, j’ai constaté qu’il y a eu quatre recrutem

départs… on n’arrive pas à remplacer les départs et c’est très mauvais pour la destination Maroc et pour le secteu

L’Apebi ne baisse pas pour autant les bras et étudie ce phénomène sur le volet social mais aussi dégage des

inverser la situation. « Nous savons pertinemment que l’on ne peut pas retenir les gens contre leur gré puisque n

sur un marché ouvert et dans un contexte mondial globalisé de libre circulation des gens et des biens »,

Présidente de l’APEBI. Mais elle propose néanmoins trois leviers susceptibles de limiter les effets de cette fuite

vers l’étranger sur les entreprises du secteur.

Le premier est à actionner au niveau interne. Dans ce sens, il est utile de souligner dans ce sens qu’un travail

sein de l’APEBI sur les politiques de gestion de ressources humaines et de la responsabilité sociale et environne

entreprises du secteur. L’idée est de proposer aux ressources humaines un environnement de travail meilleur.

Le deuxième levier, cette fois-ci externe, consiste au développement des compétences dans les régions. «

universités au Maroc qui forment chaque année des promotions de qualité que nous recrutons, que ce soit de Tan

ou d’ailleurs. Il faut arriver à les retenir au niveau des régions, en développant des projets importants sur place.

entreprises gagnent à se déployer également en région puisque nous avions élaboré une étude comparative entr

de Casablanca et de Fès et il en ressort une diminution de 35 à 40% du coût », soutient Saloua Karkri-Belkeziz.

Une tendance naissante mais pas assez sachant tout le gain en compétitivité commerciale qu’elle procure po

investissements IT étrangers directement vers les régions. Même les grandes entreprises installées sur
gagneraient à se déployer vers les régions. « Cela se traduira par un gain certain en compétitivité, car recruter

Casablanca revient plus cher que de le recruter sur Fès ou Oujda. En prime, cela permet également le dé

économiquement cette région », assure la Présidente de l’Apebi.

Créez votre site internet


Offrez à votre business le site web qu
mérite
Annonce mediazain.com

En savoir plus

Le troisième levier est de former davantage de profils pour ce secteur. Juste pour avoir un ordre de grandeur, le

8.000 informaticiens par an alors qu’un pays comme la Pologne en forme 80.000 ! Le constat est sans appel !

« Vous me direz qu’il faut attendre trois à cinq ans la durée de formation d’une promotion, je vous dirais que non

l’avantage de ce secteur est que l’on peut effectuer des formations-reconversions et nous l’avions déjà fait

formant en six mois des licenciés d’autres branche au développement informatique », relève-t-elle. Il s’agit d

accélérées qui ont déjà fait leur preuve. Dans ce sens, l’APEBI a signé avec le ministère de l’Industrie et la CDG

d’accord pour démarrer ces formations à partir de septembre prochain mais uniquement sur un échantillon d

candidats avec un engagement écrit signés par cinq entreprises membres de l’Apebi pour les recruter une fois l

reconversion terminée. « Il s’agit pour nous de donner l’exemple et de montrer que c’est une action porteu

généraliser à des milliers de candidats. Et le marché est preneur ! », s’exclame S. Karkri-Belkeziz

Aujourd’hui des solutions existent, il suffit juste d’en accélérer la mise en œuvre pour atténuer l’effet de cette h

la matière grise dont souffre ce secteur et qui n’est pas prête de s’arrêter. Les professionnels sont confiants face à

réceptif et qui a demandé qu’on lui soumette des propositions dans ce sens. Par contre, il devra mobilise

départements ministériels concernés, notamment celui de l’enseignement supérieur et les autres acteurs du

l’emploi comme l’ANAPEC… D’autant plus que le gouvernement est engagé dans le plan national de promotion d

les besoins du secteur des nouvelles technologies constituent justement un gisement d’emplois.

Le sujet s’invitera également aux débats lors de l’Aitex, prévu en octobre à Rabat. L’évènement organisé par l’Ape

la participation de Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat français en charge du numérique qui a confirmé

L’occasion de voir avec la France cette problématique et faire en sorte que le développement d’un pays ne se

détriment, et par les ressources humaines, d’un autre !


Hôtel Taggât
960 Dhs
‫ﺿﻣﺎن أﻓﺿل ﺳﻌر‬

Annonce Booking.com

# 0 commentaire 0♥

<< Précédant
PME ET TPE : IL EST TEMPS DE CHANGER BILLET DE LA RÉDACTION / DÉCHÉA
D’APPROCHE

VOUS POUVEZ ÉGALEMENT AIMER

BILLET DE LA RÉDACTION / CENTRALE DANONE ENTAME PME ET TPE : IL EST


DÉCHÉANCE D’UN... AUJOURD’HUI À MARRAKECH 1 août 2018
SA...
1 août 2018
1 août 2018

LAISSER UN COMMENTAIRE
Votre commentaire

Nom & Prénom* Email* Site web

SAISISSEZ VOTRE RÉPONSE EN CHIFFRES

2 × quatre =

ENVOYER
QUI SOMMES-NOUS? SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ SUR

CONTACT
% FACEBOOK & TWITTER

CHARTE DE REDACTION
+ GOOGLE + ( LINKEDIN

LIGNE EDITORIALE
) YOUTUBE

MENTIONS LÉGALES

PLAN DU SITE

ILS médias société éditrice de EcoActu et Le Ma


HAUT DE PAGE