Vous êtes sur la page 1sur 4

Terminale S Chimie – Chapitre 8 : Les piles – Page 1 sur 4

Chap 8 : Les piles – Exercices


Exercice n°3 p235
COM V
V

Pont salin
Ni Sn

Ni2+ Sn2+
1.
2. L’électrode d’étain est l’électrode positive de la pile : (–) Ni / Ni2+ // Sn2+ / Sn (+)
Puisque l’électrode d’étain est l’électrode positive de la pile, cela signifie qu’elle attire les électrons ainsi :
Sn2+ + 2 e– = Sn : cette électrode est le siège d’une réduCtion : il s’agit donc d’une Cathode !
Ni = Ni2+ + 2 e– : cette électrode est le siège d’une oxydAtion : il s’agit donc d’une Anode !
3. Lorsque ce générateur débite un courant, il transforme de l’énergie chimique en énergie électrique et en partie en
énergie thermique (car tout générateur électrochimique possède une résistance interne !).
Exercice n°4 p235
1. Les bonnes réponses sont b. et c. La réponse a. n’est pas acceptable car le transfert n’est pas direct !
2. Les bonnes réponses sont a. et d.
3. Toutes les réponses sont correctes !
Exercice n°5 p235
1. À l’extérieur de la pile le courant circule du pôle positif, vers le pôle négatif, donc de l’électrode de plomb vers
l’électrode de zinc.
2. L’électrode de plomb attire donc les électrons : Pb –
aq + 2 e = Pb(s) : c’est une réduCtion (Cathode)
L’électrode de zinc fournit des électrons : Zn(s) = Zn –
aq + 2 e : c’est une oxydAtion (Anode).
3. Pb 
aq + Zn(s) = Pb(s) + = Znaq. Le sens d’évolution spontanée de cette pile est le sens direct de l’équation de la
réaction écrite précédemment.
Exercice n°8 p236
1. L’espèce à l’origine de la couleur bleue est l’ion cuivre II hydraté (en solution aqueuse).
2. La coloration observée dans le pont est due à des ions cuivre II qui se sont déplacées de la solution vers le pont salin
lorsque la pile est en fonctionnement. Les ions positifs (cations) se déplacent donc, dans la pile, de l’électrode de
cuivre vers l’électrode d’argent. Pour les ions négatifs (anions), ils se déplacent en sens contraire, c'est-à-dire de
l’électrode d’argent vers l’électrode de cuire, à l’intérieur de la pile.
3. a. Le sens du courant, dans la pile, est celui des cations, c'est-à-dire de l’électrode de cuivre vers l’électrode d’argent.
b. À l’extérieur de la pile le courant circule de l’électrode d’argent vers l’électrode de cuivre.
4. a. À l’électrode de cuivre la réaction est : Cu(s) = Cu –
aq + 2 e (on produit des ions cuivre !), c’est une oxydation.
b. À l’électrode d’argent, la réaction est : Agaq + e– = Ag(s) (on produit de l’argent métal) : c’est une réduction.
5. L’équation de fonctionnement de la pile est donc : 2 Agaq + Cu(s) = 2 Ag(s) + Cu
aq.

Exercice n°10 p236


1. La quantité d’électricité Q que fait circuler la pile est Q = néch(e–).F. Or lorsque l’électrode de zinc est consommée,
l’équation à l’électrode de zinc est : Zn(s) = Zn –
aq + 2 e .
Soit x l’avancement à l’instant t considéré : la quantité de matière de zinc consommée est ncons(Zn) = x (n(Zn) = –x).
La quantité d’électrons échangés est, dans les mêmes conditions : n(e–) = 2.x.
Par conséquent : n(e–) = 2.ncons(Zn) (ou n(e–) = – 2.n(Zn)).
Par suite : Q = n(e–).F = 2.ncons(Zn).F = 2.mconsZn.F.
MZn
Terminale S Chimie – Chapitre 8 : Les piles – Page 2 sur 4
, – m(Zn
A.N. : Q = 2× ×9,65.104 = 3,8.102 C (ou Q = 2. avec m négatif puisque la variation de masse est
, MZn
négative : la masse diminue, donc – m est positif !)
2. Nous savons que par ailleurs Q = I.t, donc I = Q = ,. = 80 mA (Avec la valeur de Q non arrondie !)
t ××
Exercice n°12 p236
1. La quantité d’électricité Q que fait circuler la pile est Q = n(e–).F = I.t.
Le nombre d’électron échangé est lié à la variation de masse de l’électrode de nickel.
À l’électrode de nickel : Ni(s) = Ni – –
aq + 2 e : ncons(Ni) = x et n(e ) = 2.x.

Ainsi : n(e–) = 2.ncons(Ni) = 2.mconsNi.


MNi
–
Par suite : 2.mconsNi. F = I.t et donc mcons(Ni) = I.t.MNi = . ×,××, = 33 mg.
MNi .F ×,.
2. A l’électrode d’argent : Agaq + e– = Ag(s) : ncons(Agaq) = x et néch(e–) = x. Ainsi : ncons(Agaq) = néch(e–) = I.t
F
nconsAgaq I.t .–×,×
Et donc [Agaq]cons = = = = 22 mmol.L–1.
V F.V ,.×.–
La concentration en ion argent diminue de 22 mmol.L–1 dans le bécher contenant le nitrate d’argent.
Exercice n°14 p237
1. a. À l’extérieur de la pile les porteurs de charges sont les électrons.
b. Le sens conventionnel du courant électrique est du pôle positif vers le pôle négatif, à l’extérieur. Les porteurs de
charges (électrons) circulent quant à eux du pôle négatif vers le pôle positif à l’extérieur de la pile.
2. a. À l’électrode négative : H2(g) = 2 Haq + 2 e– (oxydAtion : il s’agit de l’Anode).
À l’électrode positive : O2(g) + 4 Haq + 4 e– = 2 H2O(l) (réduCtion : il s’agit de la Cathode).
b. L’équation de la réaction modélisant la transformation est : O2(g) + 2 H2(g) = 2 H2O(l)
3. a. Le réactif qui est oxydé est un réducteur (il subit une oxydation) : il s’agit donc du dihydrogène : c’est le
combustible.
b. L’électrode où se produit la réduction consomme des électrons, elle les attire donc ! C’est l’électrode positive !

4. a. n(H2) = mH = ,. = 7,5.102 mol. Ce qui représente un volume V(H2) = n(H2).Vm = 7,5.102×24 = 18 m3.
MH ,
b. Le volume est très conséquent, ce qui pose des problèmes de stockage !
c. Le gaz doit être mis sous pression.
5. a. Q = I.t = 200×24×3600 = 17,3.106 C.
b. Q = nP.F, donc nP = I.t = I.t = ,. = 179 mol.
F NA.e ,.–×,.
D’après la demi-équation à l’anode : la quantité de matière d’électrons échangés est : n(e–) = 2.xf = nP
Et la quantité de matière de dihydrogène consommé est : n(H2) = xf. Par conséquent : n(H2) = nP = 90 mol.

Exercice n°15 p237
1. Le terme pile provient d’empilement.
2. Le terme « humeur » signifie solution ionique.
3. L’eau simple contient peu d’ions, l’eau salée contient des ions en plus grande quantité (Naaq et Cl–aq).
4. Ce sont deux métaux en contact : les porteurs de charges sont des électrons.
5. Dans un disque de carton imbibé d’eau salée, ce sont les ions qui assurent le passage du courant électrique.
6. a. Il y a des réactions d’oxydation ou de réduction qui s’effectue en fonction de la nature du métal.
b. Zn = Zn2+ + 2e– : c’est une oxydAtion qui a lieu à l’Anode ! (pôle négatif, puisqu’il y a production d’électrons).
et 2 H2O(l) + 2 e– = H2(g) + 2 HO– c’est une réduCtion (Cathode, pôle positif)
Exercice n°16 p238
1. La f.é.m. de cette pile est E = U2,1 = 0,03 V.
2. Le potentiel de l’électrode 2 est supérieur à celui de l’électrode 1, c’est donc le pôle positif, et il y a consommation
d’électrons : Cu2+ + 2 e– = Cu(s).
Par conséquent à l’électrode 1 : Cu(s) = Cu2+ + 2 e– : il y a production d’électrons au pôle négatif !
3. a. La pile réalisée n’est pas à l’équilibre, puisqu’il existe une différence de potentiel entre les deux bornes de la pile.
Cette différence de potentiel est due à la différence de concentration.
Terminale S Chimie – Chapitre 8 : Les piles – Page 3 sur 4
b. La pile va évoluer vers un état d’équilibre.
c. L’équation de la réaction modélisant la transformation chimique qui se produit dans cette pile est :
Cu2+ + Cu = Cu2+ + Cu
[Cu]
L’expression du quotient de réaction associée à l’équation écrite ci-dessus est Qr = .
[Cu]
Lorsque la pile ne débite plus de courant Qr = K = 1 (car à l’équilibre [Cu2+] = [Cu2+]) !
Exercice n°18 p239
A. Réalisation de la pile
+ –
Pont salin
Électrode Électrode
de Ni de Zn

Solution Solution
contenant des contenant des
ions Ni2+ ions Zn2+
1.
2. a. À l’électrode positive : Ni2+ + 2 e– = Ni À l’électrode négative : Zn = Zn2+ + 2 e–
b. Pour l’électrode de nickel, positive, il s’agit d’une réduction.
Pour l’électrode de zinc, négative, il s’agit d’une oxydation.
c. Ni2+ + Zn = Ni + Zn2+

d. Qr,i = .[Zn ] = ,.– = 1.
[Ni]. ,.–
Le quotient de réaction initial est très inférieur à K : Qr,i < K. Par conséquent, le système évolue dans le sens direct.
Ceci est donc en accord avec la polarité proposé pour cette pile, car le courant circulera bien de l’électrode de
nickel à l’électrode de zinc.
B. Étude de la pile
I e–

+ –
Pont salin
Électrode Électrode
de Ni de Zn

Solution Solution
contenant des contenant des
ions Ni2+ ions Zn2+
1.
2. La concentration en ion nickel Ni2+ diminue, puisqu’ils sont consommés d’après l’équation de la réaction (1.c.).
La concentration en ion zinc Zn2+ augmente, puisqu’ils sont produits d’après l’équation de la réaction (1.c.).
Le quotient de réaction Qr augmente donc au cours de la transformation.
3. La pile arrêtera de débiter lorsque la quasi-totalité des ions nickel aura été consommée, on a alors Qr = K.
4. Tableau d’avancement :
équation de la réaction Ni2+ + Zn = Ni + Zn2+
2+
état du système avancement n(Ni ) n(Zn) n(Ni) n(Zn2+)
état initial 0 C.V excès excès C.V
état intermédiaire x C.V – x excès excès C.V + x
état final xmax C.V – xmax = 0 excès excès C.V + xmax
Ainsi puisque les ions nickel sont le réactif limitant : C.V – xmax = 0.
Donc xmax = C.V = 5,0.10–2×100.10–3 = 5,0.10–3 mol
5. a. À l’électrode positive : Ni2+ + 2 e– = Ni.
Ainsi la quantité d’électrons échangé est n(e–) = 2.xmax = 1,0.10–2 mol.
b. Q = n(e–).F = 1,0.10–2×9,65.104 = 9,65.102 C.
Terminale S Chimie – Chapitre 8 : Les piles – Page 4 sur 4

C. Décharge partielle de la pile


1. a. L’augmentation de masse de l’électrode de nickel correspond à une quantité de matière en nickel n(Ni) = mNi .
MNi
–
Ainsi la quantité de matière d’ions nickel ayant disparu est : ndisp(Ni ) =
2+ mNi = . –3
= 1,70.10 mol.
MNi ,
ne–
b. D’après l’équation de la réaction à l’électrode de nickel : ndisp(Ni2+) = . Ainsi n(e–) = 2.ndisp(Ni2+)

Ainsi : Q = n(e–).F = 2.ndisp(Ni2+).F = 2×1,70.10–3×9,65.104 = 328 C.
c. Q = I.t, par conséquent : I = Q =  = 91 mA.
t 
1,2
A

0,8

0,6

0,4

0,2

C (mol.L-1)
0
0 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05 0,06
2. -0,2
3. a. [Ni2+] = 0,033 mol.L–1.
b. ndisp(Ni2+) = ni(Ni2+) – nf(Ni2+) = C.V – [Ni2+].V = 5,0.10–3 – 3,3.10–3 = 1,7.10–3 mol. Résultat conforme.

Vous aimerez peut-être aussi