Vous êtes sur la page 1sur 23

Gestion des fonds propres

Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2

Réunion du 17 novembre 2008


Sommaire
A – Rappel des fondamentaux

B – Portefeuilles de crédit et référentiel client

C – Les paramètres d’estimation du risque

D – Mécanique de calcul des fonds propres

E – La calculette

F – Mise en oeuvre

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 2


Rappel des fondamentaux : les trois piliers
Pilier 1 : les méthodes proposées par Bâle

TOTAL DES FONDS PROPRES (*)

≥ 8%
Risques de crédit + Risques de marché (*) + Risques opérationnels

3 méthodes de calcul possibles 2 méthodes de calcul possibles 3 méthodes de calcul possibles


• Méthode Standard • Méthode standard • Approche indicateur de base
• Méthode IRB Fondation (IRBF) • Méthode des modèles internes • Approche standardisée
• Méthode IRB Avancée (IRBA) • Approche Mesures Avancées
(AMA)

(*) définition des fonds propres inchangée par rapport au dispositif actuel

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 3


Sommaire
A – Rappel des fondamentaux

B – Portefeuilles de crédit et référentiel client

C – Les paramètres d’estimation du risque

D – Mécanique de calcul des fonds propres

E – La calculette

F – Mise en oeuvre

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 4


Méthodes IRB : les portefeuilles bâlois
Correspondance Portefeuilles bâlois – CTR à la SG

 Au moment de la création de la relation commerciale, il convient d’immatriculer le client


convenablement dans le référentiel en utilisant la Catégorie Tiers Réglementaire (25 classes au
total de CTR) adéquate, qui contribue à affecter les encours dans les portefeuilles bâlois
pertinents.

Segmentation interne
CTR Segmentation Bâle II

CTR 1 : Etats et Part & Pro


administrations publiques

Entreprises
CTR 6 : banques centrales

Banques
CTR 10 : banques et
établissements de crédit
Souverains
CTR 15 : sociétés
commerciales & industrielles
Actions

…. Critères d’affectation
Titrisation
automatique (CTR par exemple)
CTR 25 : entrepreneurs Mobilisation de
individuels et/ ou manuelle créances

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 5


Sommaire
A – Rappel des fondamentaux

B – Portefeuilles de crédit et référentiel client

C – Les paramètres d’estimation du risque

D – Mécanique de calcul des fonds propres

E – La calculette

F – Mise en oeuvre

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 6


Méthodes IRB : les paramètres d’estimation du risque
Concepts : PD, LGD, M & EAD

 L’estimation interne du risque de contrepartie se fonde sur les


quatre paramètres bâlois :

1 La probabilité de défaut – PD

2 Le taux de perte en cas de défaut – LGD

3 La maturité – M

4 L'exposition au moment du défaut – EAD

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 7


Méthodes IRB : les paramètres d’estimation du risque
Illustration : l’articulation des 4 paramètres

Garants Maturité

Substitution

M
Exposure At
Probabilité de
Défaut interne
PD Risque EAD the time of
Default
LGD

Sûretés réelles

Réduction après
Loss Given décote ou application
Default d’un taux LGD
forfaitaire

NB. En méthode IRBF, les trois paramètres en rouge sur ce slide sont donnés par le régulateur.

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 8


IRB : les paramètres d’estimation du risque
Echelle notation SG – correspondance PD

M
Probabilité de défaut
PD Risque EAD
à horizon d'un an
LGD
Échelle SG Note S&P Intervalle Moyenne
1 AAA [0,0000%;0,0112%] 0,0090%
2+ AA+ [0,0112%;0,0165%] 0,0140%
2 AA [0,0165%; 0,0225%] 0,0195%
2- AA- [0,0225%;0,0287%] 0,0259%
« Investment 3+ A+ [0,0287%;0,0339%] 0,0317% Il convient de préciser
grade » 3 A [0,034%; 0,0472%] 0,0363% que cette échelle est
(notes de 3- A- [0,0472%;0,0894%] 0,0614% exponentielle.
bonne qualité) 4+ BBB+ [0,0894%;0,1827%] 0,1300%
4 BBB [0,1827%;0,3589%] 0,2568% La dégradation d’un
4- BBB- [0,3589%;0,7427%] 0,5015% cran (« notch »)
5+ BB+ [0,7427%;1,5288%] 1,1000% implique une
« Below 5 BB [1,5288%;2,6317%] 2,1248% multiplication de la PD
investment 5- BB- [2,6317%;3,8774% 3,2596% de l’ordre de 1,5
grade » 6+ B+ [3,8774%;5,9829%]] 4,6123%
(Pn+1= 1,5 * Pn)
6 B [5,9829%;9,4143%] 7,7608%
(notes de
moindre 6- B- [9,4143%;12,7916%] 11,4202%
qualité) 7+ CCC+ [12,7916%;17,1134%] 14,3278%
7 CCC [17,1134%;23,5996%] 20,4405%
Investissement
7- CCC- [23,5996%; --- ] 27,2469%
spéculatif
8 Quelle que soit la note
9 D 100% 100% 8, 9 ou 10 la PD
10 associée est de 100%.

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 9


IRB : les paramètres d’estimation du risque
Le taux de LGD unsecured
M
 On distingue : Risque
PD EAD
 La LGD « unsecured » pour les transactions ne bénéficiant LGD
pas de collatéraux
de
 La LGD où le collatéral est pris directement en compte dans le calcul .
 La LGD « unsecured » est définie en fonction de la catégorie à laquelle
appartient la contrepartie ; plusieurs catégories ont été retenues par le collège
d’experts :

Portefeuilles bâlois Catégories Transactions «unsecured»

P1 Souverains Souverains hors entités - 0% : SUIG*


publiques et collectivités - 20% : non SUIG dont le rating est ≥ 4-
territoriales - 37% : non SUIG non PPTE** dont le rating est ≤ 4-
- 85% : PPTE

P2 Banques Institutions financières Taux spécifique


LGD P3 Collectivités Collectivités territoriales - 5% : SUIG
locales et - 25% : non SUIG dont le rating est ≥ 4-
Public Sector Entities - 42% : non SUIG non PPTE dont le rating est ≤ 4-
- 90% : PPTE

P4 Grandes Grandes Entreprises - 38% (35% en 12/08)


entreprises
P5 PME PME - 42%

* SUIG : Sovereing Upper Investment Grade (cas de la France)


**PPTE : Pays Pauvre Très Endetté
17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 10
Les taux de LGD (novembre 2008)
M

i ée PD Risque EAD

l if LGD
p
si m
l e LGD PME GE
G ri l
unsecured 42 38

Hypotèque 32 30
immobilière
Matériel équipement 40 35

Cyclea Dailly 25 NA

Fonds de 40 35
commerce
Matières premières 40 35

Titres cotés 25 NA

Des taux différenciés à l’étranger …


17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 11
IRB : les paramètres d’estimation du risque
M : impact de l’exigence en FP

 A PD et LGD données, l’exigence en fonds propres PD Risque EAD

LGD
augmente linéairement avec la maturité
 Cette augmentation est plus forte pour les PD faibles que pour les PD élevées :
 en effet, les contreparties de bonne qualité ont un «potentiel de dégradation» plus élevé que
les contreparties médiocres
Exigence FP Corporate par Maturité (Hypothèse commune LGD = 45%)
12% PD=75%
11%
10%
Consommation de FP

9% PD=1%
8%
7%
6% PD = 1%
5% PD = 75%
4%
3%
2%
1%
0%
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0
Maturité (années)
17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 12
IRB : les paramètres d’estimation du risque
EAD : définition et formule de calcul
M

PD Risque EAD

 L’exposition au défaut donne, pour chaque LGD

Détails contrat porteur de risque de crédit, l’encours probable en cas de


EAD déclassement en défaut du client contractant
 Pour le hors bilan, le calcul de l’EAD consiste à convertir, au moyen de
facteurs de conversion équivalent-crédit internes (CCF – Credit
Conversion Factor), l’ensemble des engagements hors bilan de la
banque à l’égard de sa clientèle en équivalent bilan

EAD = (100% X Part tirée) + (CCF X Part non tirée)

 A titre d'exemple, en méthode IRB Fondation, pour la partie non utilisée


des crédits, le comité de Bâle propose un facteur de conversion (CCF)
de 75 % (hors crédit revolving)
 En IRB Avancée, la banque doit fournir ses propres estimations de CCF
modélisés à partir de données internes

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 13


IRB : les paramètres d’estimation du risque
EAD : illustration
M

PD Risque EAD
Exemples par type de produit LGD

Prêt amortissable Revolving


Calcul des FP
€ €
Autorisation
Calcul des FP confirmée
montant au hors-bilan
Auto. conf. (auto. conf. non-utilisée)
non-utilisée X CCF
Utilisation + = EAD
montant au bilan
= EAD
montant au bilan
Utilisation (utilisation)
temps
temps

Découvert Calcul des FP Engagement par signature



Autorisation
confirmée
montant au hors-bilan € Calcul des FP
Auto. conf. (auto. conf. Non-utilisée)
non-utilisée Montant émis
X CCF
=
+ EAD
Autorisation montant au hors-bilan
montant au bilan confirmée (auto. conf. Non-utilisée)
(utilisation) non-utilisée X CCF
Utilisation
= EAD
temps
temps

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 14


IRB : les paramètres d’estimation du risque
EAD : illustration
Engagements hors bilan (sauf ouvertures de
crédit)
 Le principe
EAD = montant de l’engagement converti en équivalent risque de crédit (ERC) en
appliquant un facteur de conversion évalué par la banque à partir de ses modèles
internes + commissions courues, bruts de provisions.

 Son exception en période transitoire


La banque utilise les facteurs de conversion réglementaire
• EAD = montant de l’engagement converti en équivalent risque de crédit (ERC)
en appliquant le même facteur de conversion que dans la méthode Cooke +
commissions courues non échues, nets de provisions

 Instruments dont le FC est de 100 % : garantie de paiement à première demande de


nature financière
 Instruments dont le FC est de 50 % :
Garanties à première demande de nature « technique » (performance standby letter of credit). Font notamment partie de cette
catégorie les garanties à première demande de bonne fin ou d’achèvement, de bonne exécution de contrats, de restitution
d’acomptes, de soumission, de retenues de garanties.
Cautions, avals et autres garanties (autres qu’à première demande et que les garanties de remboursement, c'est-à-dire ne constituant
pas directement des substituts de crédits), dont notamment les garanties de restitution d'acomptes et les garanties de
financement aux entreprises sous-traitantes.
Ouvertures de crédits documentaires et confirmations de crédits documentaires ouverts par un établissement de crédit, lorsque les
marchandises ne servent pas de garantie.

 Maturité : retenir 2,5 ans pour une estimation du RWA

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 15


Sommaire
A – Rappel des fondamentaux

B – Portefeuilles de crédit et référentiel client

C – Les paramètres d’estimation du risque

D – Mécanique de calcul des fonds propres

E – La calculette

F – Mise en oeuvre

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 16


Principes de calcul des FPR
Notions fondamentales : EL, UL et fonds propres

Distribution de pertes

Les fonds propres traduisent la mesure des risques


d’une activité bancaire, ils permettent d’absorber les
Probabilité
pertes inattendues résultant de la quantification et de
de perte
la combinaison des risques

Intervalle de Confiance
lié au rating de la banque

BBB A A AA AAA
99.75 99.90
99,9 99.95 99.97

0,10%
Provisions

Pertes
Perte EL UL
Zéro Perte Attendue Pertes Inattendues potentielles pour Pertes exceptionnelles
lesquelles il convient de détenir des et non-couvertes
Fonds Propres

Pertes Couvertes (provisions ou fonds propres) Faillite potentielle

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 17


Principes de calcul des FPR
Des paramètres au calcul des fonds propres

Actifs pondérés (RWA)


Les actifs pondérés (figurant au dénominateur du ratio de solvabilité) sont obtenus en
multipliant l'exposition en risque (EAD) par le coefficient de pondération obtenu avec les
courbes de pondération fixées par le régulateur, ces dernières étant les mêmes pour tous les
établissements (voir schéma ci-dessous)

3
Coefficient de pondération Actifs pondérés
EAD X (Risk Weight) en % (RWA) €
4
X
1 8%*
(inchangé/Cooke)
Système de
Notation interne

Exigence minimale
en Fonds Propres

F(PD)
LGD * 6% dans le calcul effectué
au sein de chaque pôle
M 2
17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 18
Mécanique de calcul des fonds propres
Synthèse des points clés

 Le calcul de l’exigence en fonds propres se base sur les 4 paramètres


d’estimation du risque (PD, LGD, M et EAD)

 L’exigence minimale en fonds propres réglementaires est sensible aux 4


paramètres bâlois PD, LGD, M, EAD (rappel : en IRBA, les 4 sont calculés
par la banque) :
 A chaque client Entreprise, on associe un rating et donc une PD
 En présence d’un garantie (sûreté personnelle) la PD du garant se substitue à la PD
de la contrepartie
 Le taux de LGD correspond à un couple produit-garantie/ collatéral

 L’impact du rating/ de la notation (de la PD) sur l’exigence minimale en


FPR :
 L’exigence minimale en fonds propres réglementaires est moins élevée pour les
clients mieux notés.

 L’impact des collatéraux (sur la LGD) sur l’exigence minimale en FPR :


 L’exigence minimale en fonds propres réglementaires est moins élevée si le client
apporte un collatéral.

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 19


Sommaire
A – Rappel des fondamentaux

B – Portefeuilles de crédit et référentiel client

C – Les paramètres d’estimation du risque

D – Mécanique de calcul des fonds propres

E – La calculette

F – Mise en oeuvre

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 20


Principes de calcul des FPR
Impacts estimés – la calculette (exemples)

GE : calcul du taux de pondération (RW), des encours pondérés (RWA) et des fonds
propres normatifs

Note SG PD à 1 an
1 0.030%
2+ 0.030%
VALEUR A SAISIR (PARAMETRES BALOIS)
2 0.030%
2- 0.030%
3+ 0.032% •Montant du crédit (EAD)
3 0.036%
•PD en %
3- 0.061%
•Maturité effective du crédit en années
4+ 0.130%
•LGD en %
4 0.257%
4- 0.501%
5+ 1.100%
5 2.125%
5- 3.260%
6+ 4.612%
6 7.761%
6- 11.420%
7+ 14.328%
7 20.441%
7- 27.247%
17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 21
Simulation des fonds propres à l’octroi du crédit

FONDS PROPRES CONSOMMES (6 % du RWA) en M€

Note\Durée 1 2 3 4 5
1 , 2+, 2, 2- 0,40 0,64 0,87 1,11 1,35
3+ 0,41 0,66 0,90 1,15 1,39
3 0,46 0,72 0,98 1,24 1,49
3- 0,68 1,00 1,32 1,64 1,96 • Corporate (GE dont
CA>50M€)
4+ 1,17 1,60 2,02 2,44 2,86
• Crédit de 100 M€
4 1,84 2,36 2,88 3,40 3,93
bullet – 100 % tiré
4- 2,73 3,34 3,95 4,56 5,17
5+ 3,99 4,66 5,33 5,99 6,66 • LGD 37%
5 5,11 5,78 6,44 7,10 7,77
5- 5,91 6,55 7,20 7,84 8,49
6+ 6,69 7,32 7,95 8,60 9,20
7 11,72 12,25 12,78 13,31 13,83

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 22


Sommaire
A – Rappel des fondamentaux

B – Portefeuilles de crédit et référentiel client

C – Les paramètres d’estimation du risque

D – Mécanique de calcul des fonds propres

E – La calculette

F – Mise en oeuvre

17/11/2008 Le risque pondéré en Cooke et Bâle 2 23