Vous êtes sur la page 1sur 78

Département du Lot et Garonne (47)

Syndicat des eaux du Nord du Lot

Station de traitement d’eau potable de


PINEL HAUTERIVE

Partie I

Descriptif de l’installation

TABLE DES MATIÈRES...............................................................................................2

CHAPITRE 1 BASES DE DIMENSIONNEMENT.........................................................5

CHAPITRE 2 EXHAURE / PRÉ TRAITEMENT..........................................................10

CHAPITRE 3 PRÉ OXYDATION................................................................................12

CHAPITRE 4 COAGULATION / FLOCULATION.......................................................15

CHAPITRE 5 DÉCANTATION....................................................................................23

CHAPITRE 6 FILTRATION SUR CAG.......................................................................29

CHAPITRE 5 FILTRATION SUR MEMBRANE..........................................................41

CHAPITRE 6 REMISE À L’ÉQUILIBRE / DÉSINFECTION / REPRISES.................57

CHAPITRE 7 TRAITEMENT DES BOUES................................................................64

CHAPITRE 8 SERVICES............................................................................................71

Chapitre 9 Rappel sur les équilibres calco-carboniques.............................................72

NOTICE D’EXPLOITATION PROCESS


TOUS DROITS RESERVES POUR TOUS PAYS
1 Rue Antoine Lavoisier - 78064 ST QUENTIN EN YVELINES CEDEX
Partie I

Table des matières

TABLE DES MATIÈRES...............................................................................................2

CHAPITRE 1 BASES DE DIMENSIONNEMENT.........................................................5

1. Caractéristiques de l’eau brute...................................................................................5


1.1. Nature de la ressource............................................................................................5
1.2. Caractéristique de la ressource...............................................................................5
1.3. Paramètres à traiter................................................................................................6
2. Garanties souscrites....................................................................................................7
2.1. Domaine de traitement garanti................................................................................7
2.2. Capacité de traitement............................................................................................7
2.3. Filière eau............................................................................................................... 7
2.4. Filière boues...........................................................................................................8
2.5. Pertes en eau..........................................................................................................8
2.6. Garanties de consommation...................................................................................8
2.7. Bruit........................................................................................................................ 9
CHAPITRE 2 EXHAURE / PRÉ TRAITEMENT..........................................................10

1. Principe....................................................................................................................... 10
2. Descriptif des installations........................................................................................10
2.1. Prise d’eau............................................................................................................ 10
2.2. Analyse de la qualité de l’eau brute.......................................................................11
2.3. Répartition.............................................................................................................11
CHAPITRE 3 PRÉ OXYDATION................................................................................12

1. Principe....................................................................................................................... 12
2. Description................................................................................................................. 12
3. Théorie........................................................................................................................ 13
3.2. Elimination du manganèse par oxydation physico-chimique.................................13
CHAPITRE 4 COAGULATION / FLOCULATION.......................................................15

1. Principe....................................................................................................................... 15
2. Descriptif des installations........................................................................................16
2.1. Coagulation........................................................................................................... 16
2.2. Floculation............................................................................................................ 17
3. Bases théoriques.......................................................................................................18
3.1. Notion de colloïdes...............................................................................................18
3.2. Coagulation floculation..........................................................................................19
3.3. pH Optimum de coagulation floculation.................................................................20
3.4. Rappel sur les bases de l’équilibre calco-carbonique............................................20
CHAPITRE 5 DÉCANTATION....................................................................................23

1. Principe....................................................................................................................... 23
2. Descriptif de l’installation..........................................................................................24

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 2/78


Partie I

2.1. Décanteur lamellaire.............................................................................................24


2.2. Récupération des boues Aspirateur à boues.........................................................25
3. Théorie........................................................................................................................ 27
3.1. Principes............................................................................................................... 27
CHAPITRE 6 FILTRATION SUR CAG.......................................................................29

1. Principe....................................................................................................................... 29
2. Descriptif des installations........................................................................................30
2.1. Filtre à CAG.......................................................................................................... 30
2.2. Recirculation......................................................................................................... 32
2.3. Equipements de lavage.........................................................................................32
2.4. Eaux sales............................................................................................................ 33
3. Théorie........................................................................................................................ 34
3.1. Régulation............................................................................................................. 34
3.2. Evolution des pertes de charges...........................................................................34
3.3. Caractéristiques du charbon actif en grain............................................................35
3.4. Propriétés adsorbantes du charbon......................................................................36
3.5. Evolution de la turbidité en sortie de filtre..............................................................38
3.6. Paramètre de dimensionnement...........................................................................39
CHAPITRE 5 FILTRATION SUR MEMBRANE..........................................................41

1. Principe....................................................................................................................... 41
2. Description................................................................................................................. 42
2.1. Alimentation.......................................................................................................... 42
2.2. Pré traitement de l’eau..........................................................................................42
2.3. Modules membranaires.........................................................................................42
2.4. Principe de fonctionnement – filtration frontale.....................................................45
2.5. Contrelavage.........................................................................................................46
2.6. Lavage chimique...................................................................................................46
2.7. Eaux sales............................................................................................................ 49
2.8. Neutralisation des eaux sales...............................................................................50
3. Théorie........................................................................................................................ 51
3.1. Ultrafiltration.......................................................................................................... 51
3.2. Type de filtration....................................................................................................52
3.3. Notion de flux transmembranaire..........................................................................52
3.4. Notion de colmatage.............................................................................................53
3.5. Contrelavage à l’eau et lavage chimique...............................................................54
CHAPITRE 6 REMISE À L’ÉQUILIBRE / DÉSINFECTION / REPRISES.................57

1. Principe....................................................................................................................... 57
2. Descriptif des équipements......................................................................................58
2.1. Remise à l’équilibre...............................................................................................58
2.2. Injection de chlore gazeux....................................................................................58
2.3. Pompes de reprise................................................................................................58
3. Théorie (pour le chlore).............................................................................................59
3.1. Choix d’un désinfectant.........................................................................................59
3.2. Les différentes formes du chlore dans l’eau..........................................................59
3.3. Réaction du chlore avec l’ammoniac.....................................................................60
3.4. Principe de l’injection de chlore gazeux................................................................61
3.5. Neutralisation des fuites de chlore gazeux............................................................62
3.6. Principe d’action du bioxyde de chlore..................................................................62

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 3/78


Partie I

CHAPITRE 7 TRAITEMENT DES BOUES................................................................64

1. Principe....................................................................................................................... 64
2. Description................................................................................................................. 65
2.1. Epaississeur..........................................................................................................65
2.3. Alimentation de la déshydratation.........................................................................66
2.4. Déshydratation par centrifugeuse.........................................................................66
2.5. Polymère............................................................................................................... 67
2.6. Chaulage.............................................................................................................. 68
2.7. Transport et stockage en bennes..........................................................................68
2.8. Stockage des boues déshydratées.......................................................................69
3. Bases théoriques.......................................................................................................69
3.1. Epaississeur..........................................................................................................69
3.2. Centrifugeuse........................................................................................................69
3.3. Polymère............................................................................................................... 70
CHAPITRE 8 SERVICES............................................................................................71

1. Air comprimé.............................................................................................................. 71
CHAPITRE 9 RAPPEL SUR LES ÉQUILIBRES CALCO-CARBONIQUES.............72

1. Les bases de l’équilibre calco-carbonique..............................................................72


2. Mesure des espèces carbonées minérales..............................................................73
3. Neutralisation du CO2 agressif..................................................................................74
4. Utilisation du graphique carbonique........................................................................74
4.1. Positionnement d’un point caractéristique de l’eau sur le graphique.....................76
4.2. Utilisation du graphique calco-carbonique pour le traitement de l’eau...................77

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 4/78


Partie I

Chapitre 1
Bases de dimensionnement

1. Caractéristiques de l’eau brute

1.1. Nature de la ressource

L’eau brute est captée entre 4 et 8 m sous le niveau moyen du Lot.

1.2. Caractéristique de la ressource

Les principales caractéristiques de l’eau brute ressortant des analyses de la DDASS de juin
1998 à septembre 2004 sont indiquées dans le tableau suivant :

PARAMÈTRES VALEURS MOYENNES VALEURS MINI VALEUR MAXI


Turbidité (NTU) 20,5 2 200
pH 7,58 6,44 8,03
Conductivité (µS/cm) 245 188 300
Oxydabilité (mg/l) 3,04 1,6 7
TAC (°F) 9,1 1,5 12
Ammonium (mg/l) 0,08 - 0,34
Nitrites (mg/l) 0,02 - 0,09
Nitrates (mg/l) 5,2 3,1 11,9
Aluminium (mg/l) 5,25 0,23 78,4
Fer (mg/l) 167,5 16 570
Manganèse (mg/l) 33,4 4 78

Concernant le paramètre MES, les analyses d’autocontrôle effectuées par l’Exploitant sur la
période 2000-2004 sont les suivantes :

Valeur moyenne : 13 mg/l


Valeur mini : 2 mg/l
Valeur maxi : 55 mg/l

Par ailleurs, le DCE relève :

Des traces ponctuelles d’hydrocarbures polycycliques aromatiques, concentration 0,25 à 0,5


µg/l (pour une norme de 1 µg/l maxi).

Des traces assez fréquentes de pesticides de la famille des triazines – concentration < 0,05
µg/l – et même de la famille des organochlorés en quantité infimes.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 5/78


Partie I Chapitre 1 : Bases de dimensionnement

De ces analyses on peut remarquer les points suivants :

L’eau brute présente la majeure partie du temps une turbidité assez faible et de faible
variabilité (3 à 7 NTU). Des pointes accidentelles et ponctuelles, supérieures à 50 NTU, voir
200 NTU, témoignent d’une grande sensibilité aux crues (la station est située entre deux
barrages écréteurs de crue).

Les valeurs de pH comprises entre 7,3 et 8 révèlent un caractère légèrement basique.

L’eau brute est quasiment à l’équilibre (TAC de 9°F environ).

L’eau a une faible teneur en matières organiques (oxydabilité comprise entre 2 et 4 mg/l O2).

Les teneurs en NH4, NO2 sont insignifiantes et faibles en NO 3 (5 mg/l en moyenne – 12 mg/l
maxi).

Des faibles teneurs en fer et en manganèse sont généralement observées, augmentant


toutefois durant les périodes accidentelles de forte turbidité.

La température de l’eau brute (8 à 25°C) présente de larges variations selon la saison.


Certaines valeurs observées se situent au niveau du seuil limite de qualité des eaux brutes
(25°C).

Les analyses bactériologiques effectuées par l’Exploitant dans le cadre de l’autocontrôle


démontrent une contamination occasionnelle moyenne, avec des variations significatives (0
à 8.103 coliformes totaux dans 100 ml).

Les teneurs en pesticides sont insignifiantes à faibles, mais leur présence est fréquente,
rappelant ainsi le caractère sensible du Lot sur ce paramètre.

1.3. Paramètres à traiter

Il ressort de cet examen que pour produire une eau conforme en tous points à la
réglementation en vigueur, la filière de traitement adaptée doit permettre de réduire en
particulier les valeurs des paramètres suivants :

 Turbidité
 Pesticides
 Micro organismes pathogènes

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 6/78


Partie I Chapitre 1 : Bases de dimensionnement

2. Garanties souscrites

2.1. Domaine de traitement garanti

L’eau traitée doit être conforme à la directive européenne 98/83/CE, transposée en droit
français par le décret 2001/1220.

Elle doit, en outre, avoir les caractéristiques suivantes :

 Oxydabilité au permanganate de potassium............< 3 mg/l O2


 Turbidité...............................................................< 0,5 NTU

La filière de traitement que nous proposons inclut une étape d’ultrafiltration membranaire qui
permettra d’obtenir de meilleures performances sur la turbidité (turbidité moyenne < 0,1
NTU) et d’abattre les microorganismes et les virus.

2.2. Capacité de traitement

L’usine sera capable de traiter 500 m3/h d’eau brute 20 heures par jour.

2.3. Filière eau

Dans la mesure où la qualité des eaux brutes est conforme au domaine de traitement
garanti, et que le débit traité au plus égal au débit nominal de l’installation pour des appareils
fonctionnant au régime établi, et pour des taux de traitement en réactifs et des conditions
d’exploitation conformes aux recommandations de l’entreprise titulaire du Marché, la qualité
de l’eau issue de l’usine de traitement est garantie conforme au décret 2001/1220 du 20
décembre 2001, pour les paramètres autres que ceux-ci cités ci-dessous.

La filière proposée permet de respecter les exigences de la directive 98/83/CE du novembre


1998, en particulier sur les paramètres suivants:

La quasi absence de micro-organismes enkystés pathogènes (Cryptosporidium, ou Giardia


pour un traitement d’eaux superficielles ou influencées par elles).

La limitation des sous-produits de désinfection sans altérer la performance de la


désinfection.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 7/78


Partie I Chapitre 1 : Bases de dimensionnement

2.4. Filière boues

PARAMETRES VALEUR
Siccité boues centrifugées % 15
Siccité boues chaulées % 30

2.5. Pertes en eau

Pour les nouvelles installations, les pertes en eau sont ≤ 1150 m3/j pour un débit traité de
10 000 m3/j. Une estimation par ouvrage est fournie ci-dessous.

Paramètre Valeurs
3
Décantation m /j 180
Filtration CAG m3/j 320
Filtration membranes m3/j 650

2.6. Garanties de consommation

Le bilan d'exploitation des nouvelles installations est établi sur les bases d'une production
d'eau traitée de 2 190 000 m3/an, soit 6 000 m3/j pendant 365 jours.

Consommation en réactifs

Les consommations de réactifs prévues pour 2 502 857 m3/an sont les suivantes :

Réactifs Dose en g/m3 Quantité annuelle (t/an)


Permanganate de
0,5 1251
potassium

Coagulant 60 150,2

Polymère 0,2 502

Chlore 0,5 1095

Soude eau traitée // 2490

Soude L. chimique // 2148

Eau de javel // 2308

Acide chlorhydrique // 3895

Bisulfite de sodium // 969

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 8/78


Partie I Chapitre 1 : Bases de dimensionnement

Les consommations de réactifs prévues pour 73 T MS/an sont les suivantes :

Réactifs Dose en kg/TMS Quantité annuelle (t/an)


Polymères boues 7 511

Chaux 800 58,4

Consommation d’énergie

La consommation des ouvrages fonctionnels de traitement des eaux précisée dans le bilan
d'exploitation prévisionnel, est de 2 069 600 kWh/an (y compris traitement des boues) pour
une mise en distribution de 2 190 000 m3/an. (soit 0,945 kW/m3 d’eau traitée).

2.7. Bruit

La Station n'entrant pas dans la rubrique "installations classées pour la protection de


l'environnement" il convient de se référer au décret n° 95-408 du 18 Avril 1995 relatif à la
lutte contre les bruits de voisinage.

unités Emergence Maximum


En limite de propriété 7 h – 22 h dB(A) 5
22 h – 7 h et WE dB(A) 3

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 9/78


Partie I

Chapitre 2
Exhaure / Pré traitement

1. Principe

L’eau brute est captée à environ 4 m et 8 m sous le niveau moyen du Lot.

2. Descriptif des installations

2.1. Prise d’eau

Le dispositif de captage est une prise d’eau flottante.

Le captage en permanence, des eaux proches de la surface offre une meilleure qualité,
quelque soit l’amplitude du marnage du Lot.

La coupole flottante assure la prise d’eau de forme hydro dynamique et peut être nettoyée
par un décolmatage pneumatique à l’arrêt des pompes sans intervention.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 10/78


Partie I Chapitre 2 : Exhaure / Prétraitement

Caractéristiques de la nouvelle pompe d’exhaure

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1 VV
Type de pompe Multi étage, immergée
Débit unitaire m3/h 500
HMT m CE 20

2.2. Analyse de la qualité de l’eau brute

A l’arrivée de la station, un certain nombre de mesures sont réalisées pour suivre la qualité
de l’eau arrivant sur la station. Il s’agit des paramètres suivants :

 Débit (mesure de type électromagnétique)


 Turbidité

2.3. Répartition

Un répartiteur permet l’équilibre de débit entre les 2 files de traitements.


Un jeu de batardeaux permet d’isoler une file.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 11/78


Partie I

Chapitre 3
Pré Oxydation

1. Principe

En cas de fortes teneurs en fer et manganèse dans l’eau brute, ces éléments pourront être
éliminés par traitement physico-chimique.

Leur élimination repose sur l’oxydation de ces composés pour les rendre insolubles et
pouvoir les piéger sur la suite du traitement. Le fer et le manganèse sont oxydés au
permanganate de potassium.

La sanitarisation des ouvrages est aussi effectuée par l’injection de permanganate de


potassium (KMnO4), à des doses réduites.

Son action est tout aussi efficace que l’ozone voire mieux ciblées : il oxyde la matière
organique sans former de Carbone Organique Biodégradable dont la présence favorise la
reviviscence bactérienne, il inactive les cellules algales ce qui permet de les éliminer
facilement avec la coagulation-décantation – sans les tuer, ce qui entraîne le relargage de
leurs toxines – dont la microcystine toxique pour l’homme.

Le KMnO4 en pré-oxydation permet d’éviter tout risque de formation de sous produits


d’oxydation. C’est un oxydant minéral qui ne contient bien évidemment pas de chlore : il n’y
a donc aucun risque de former des THM (trihalométhane) et plus généralement des
composés organohallogénés par réaction du chlore sur la matière organique de l’eau.

Le mécanisme d’action du permanganate est exclusivement moléculaire à la différence de


l’ozone qui peut générer des sous produits d’oxydation radicalaire dans certaines conditions
de pH.

En cas de surdosage accidentel de permanganate l’eau décantée pourrait prendre une


légère coloration violette qui disparaît instantanément après passage sur charbon actif grâce
aux conditions réductrices du lit de charbon.

2. Description

Le permanganate est un réactif pulvérulent. Il est préparé sous forme soluble dans des bacs
prévus à cet effet.

Caractéristiques du stockage de permanganate de potassium

Unité Caractéristiques
Volume de stockage l 1000
Puissance agitateur kW 1,1

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 12/78


Partie I Chapitre 3 : Préoxydation

Le permanganate de potassium est injecté sous forme liquide par des pompes doseuses.

Caractéristiques de l’injection de permanganate en pré oxydation

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1 + 1S
Type de pompe Doseuse membrane
Débit unitaire l/h 50
Dose de traitement g KMnO4/ m3 0 à 0,5

Schéma de principe du stockage et de l’injection de permanganate

3. Théorie

3.2. Elimination du manganèse par oxydation physico-chimique

Origines du manganèse

Le manganèse est fréquemment rencontré dans les eaux à caractère réducteur :

 les eaux souterraines où les concentrations pouvant atteindre plusieurs mg/l


 les eaux de retenues si l'eutrophisation entraîne l'annulation de l'oxygène dissous à
certaines profondeurs.

Réaction d’oxydation du manganèse

Le manganèse est oxydé à l’aide du permanganate de potassium. Dans l’eau brute, le


manganèse est présent sous la forme réduite Mn2+ qui est soluble. Pour le piéger, il faut le

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 13/78


Partie I Chapitre 3 : Préoxydation

rendre insoluble en le passant sous la forme oxydée Mn 4+. Il précipite sous forme d’oxyde de
manganèse (MnO2) :

3 Mn 2+ + 2 MnO -4 + 2 H 2 O  5 MnO 2 + 4 H +

La stœchiométrie de la réaction donne la quantité de réactif à utiliser : 1,92mg de


permanganate de potassium par mg de manganèse.

En pratique, la dose de permanganate varie beaucoup avec le pH et la composition de l'eau :

 la cinétique d'oxydation est croissante avec le pH.


 le permanganate participe également à l'oxydation de certains composés organiques
réducteu

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 14/78


Partie I

Chapitre 4
Coagulation / Floculation

1. Principe

La clarification est une étape importante du traitement pour effectuer une extraction des
matières en suspension, des colloïdes, de la matière organique ainsi que des métaux.

Le principe de coagulation / floculation permet de produire des flocs qui permettront une
bonne décantation. Cette étape s’effectue sur deux files indépendantes de 250 m 3/h
chacune.

La coagulation est effectuée, comme actuellement, par ajout de sels d’aluminium pré
polymérisés (WAC HB).

La floculation est réalisée par ajout de polymère dans un ouvrage offrant un temps de
contact de 16 minutes.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 15/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

2. Descriptif des installations

2.1. Coagulation

Réacteur

Le rôle de la coagulation est de favoriser la formation de floc par action d’un réactif sur les
fines particules présentes dans l’eau brute pour faciliter leur séparation lors de l’étape
suivante du traitement.

La coagulation nécessite l’utilisation d’un réactif de coagulation.

Une agitation rapide permet de disperser rapidement les réactifs dans l’eau à traiter et
assurer un contact intime entre ces mêmes réactifs et les produits à coaguler.

Caractéristique du coagulateur

Unité Caractéristiques
Nombre de réacteur 2
Volume unitaire m3 13
Temps de contact Min 3,1
Gradient vitesse s-1 250

Coagulant

Le coagulant utilisé est un produit sous forme liquide stockée en cuve sur l’usine. Il est
injecté dans les réacteurs à l’aide de pompes doseuses.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 16/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

Caractéristiques du stockage du coagulant

Unité Caractéristiques
Nature du réactif WAC
3
Volume de stockage m 30

Caractéristiques de l’injection du coagulant

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 2
Type de pompe Doseuse à membrane
Débit unitaire l/h 25

La dose optimum de réactif est déterminée par des essais Jartest.

2.2. Floculation

Réacteur

Le rôle de la floculation est de favoriser l’agglomération des flocs formés lors de l’étape de
coagulation afin de faciliter leur séparation de l’eau dans l’étape suivante de traitement.

La floculation nécessite l’utilisation d’un réactif de floculation.


Une agitation rapide permet de mettre en contact les différents flocs formés entre eux et
avec le floculant injecté. L’agitation est cependant nettement moins énergétique qu’en
coagulation afin de limiter les risques de recasser le floc déjà formé.

Caractéristique du floculateur

Unité Caractéristiques
Nombre de réacteur 2
Volume unitaire m3 67
Temps de contact Min 16
Gradiant vitesse s-1 20 à 50

Préparation de polymère

Le poste de préparation assure la mise en solution et la maturation du polymère.

Il existe une concentration maximale à ne pas dépasser propre à chaque polymère, car la
solution devient trop visqueuse au-delà. La concentration est établie par l’ajout d’eau de
préparation.

La mise en solution est assurée par :

o une arrivée du produit dans un système de mélange avec l’eau de préparation


o et l’homogénéisation dans une cuve de mise en solution agitée

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 17/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

Caractéristiques de la préparation de polymère

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre de préparation U 1
Nombre de compartiments 2
Volume préparation l 400
Capacité de la centrale g/h 250
Concentration préparation g/l 1,5

Caractéristiques des pompes doseuses de polymère

Caractéristiques Valeur
Nombre de pompe / file U 2 (+1S)
Type de pompe Volumétrique
Débit unitaire l/h 80
Dose maxi (en produit pur) g/m3 0,5
Dose moyenne (en produit pur) g/m3 0,15

La dose optimum de floculant est déterminée lors des essais Jartest.

3. Bases théoriques

3.1. Notion de colloïdes

Les colloïdes sont donc des particules impossibles à séparer par simple décantation. Le rôle
de la coagulation floculation sera de favoriser l’agglomération de ces colloïdes pour donner
naissance à un floc plus gros et séparable par voie gravitaire.

La stabilité des colloïdes est liée à la présence de charges négatives à leur surface ce qui
entraîne des phénomènes de répulsion. Pour casser cet effet de répulsion, il est alors
nécessaire d’ajouter des réactifs chimiques.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 18/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

Les colloïdes confèrent à l’eau des propriétés indésirables qui justifient les efforts réalisés
pour leur élimination :

Turbidité

Elle est le plus souvent occasionnée par des minéraux argileux sur lesquels de la matière
organique peut être fixée.

Coloration

La coloration vraie des eaux naturelles est causée par la matière organique. Ce sont souvent
des composés polaires, hydrophiles, de petites dimensions.

3.2. Coagulation floculation

Généralités

La coagulation floculation se déroule en trois temps :

 Hydrolyse du réactif ajouté, étape initiale indispensable pour que le réactif puisse
entrer au contact des colloïdes présents dans l’eau

 Coagulation : mécanisme électrostatique de déstabilisation des particules colloïdales,


Les charges négatives l'entourant sont saturées par des particules de charges
opposées grâce à l'ajout de réactifs chimiques réduisant ainsi les forces de répulsions.

 Floculation : phénomène d'agglomération des particules insolubles de taille


suffisamment importante, ce que l'on appelle le floc, après une étape de coagulation.

De nombreux composants seront touchés par cette étape, sans être pour autant forcément
éliminés en totalité de l'eau. La séparation du floc formé et de l’eau se fera lors de l’étape
suivante du traitement.

Principe de la coagulation floculation

COAGULATION FLOCULATION
OH-
OH-
+
OH- +
Al +
OH- +
+ Al +
OH- Colloïde
+
C
Colloïde
A
Colloïde
A
Vacuoles d’eau

Colloïde
Colloïde C
A
Colloïde B
 Al  OH  
3 x
x n
A
Colloïde
D

Agitation rapide Agitation lente


disperstion des ions Al3+ choc entre les colloïdes déstabilisés
et agglomération

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 19/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

Conception

Les paramètres de conception des réacteurs de coagulation et de floculation sont le temps


de séjour et le gradient de vitesse.

t  mn 
V m3  
 60
Le temps de séjour se calcule comme suit :

Q m3 / h 
Le gradient de vitesse est un paramètre de conception représentant la quantité d’énergie
dissipée dans une unité de volume. Il s’exprime en s-1. Plus il est important, plus l’agitation
est élevée.

3.3. pH Optimum de coagulation floculation

La théorie de la coagulation / floculation montre qu’il existe un pH optimum de coagulation


floculation. Il correspond au meilleur compromis suivant :

 être au niveau de solubilité minimum du réactif utilisé en coagulation pour éviter de


retrouver dans l’eau traitée une partie de ces composés (Aluminium, fer)

 obtention des meilleures performances possibles sur l’abattement des matières en


suspension, de la matière organique et de la couleur.

La détermination du pH optimum de coagulation floculation se fait lors des essais Jartest.

3.4. Rappel sur les bases de l’équilibre calco-carbonique

L’équilibre calco-carbonique régit l’équilibre entre :

 le gaz carbonique présent dans l’eau car il est très soluble dans l’eau
 la précipitation des carbonates de calcium ou de magnésium.

A l'interface eau/atmosphère, il y a échange entre le gaz carbonique atmosphérique (CO 2 g)


et le gaz carbonique dissous dans l'eau (CO2 aq).
Les autres réactions se déroulent en phase liquide où se mettent en équilibre le gaz
carbonique dissous, l'anhydride carbonique (H2CO3) le bicarbonate (HCO3-) et le carbonate
(CO32-).

Les carbonates (CO32-) sont en équilibre avec les carbonates de calcium ou de magnésium
en phase solide.

En présence d'un excès de carbonate (CO32-), l'eau aura tendance s'il y a du calcium à
former un précipité de carbonate de calcium : on parle d'une eau incrustante. A l'inverse, une
eau ayant une concentration très faible en carbonate, aura tendance à dissoudre du
carbonate de calcium pour se remettre à l'équilibre : on parle alors d'une eau agressive

Schéma de principe de l’'équilibre calco-carbonique

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 20/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

CO2g


CO2aq  H2O

2 
3s H
CaCO 3aq
2CO aq 
Ca 2HCO
3aq

Titre hydrotimétrique et dureté

La dureté de l’eau est mesurée par des titres. On distingue principalement :

 le titre hydrotimétrique total (TH) ou dureté totale : c’est la teneur global en sel de
calcium et de magnésium
 le titre temporaire : c’est la teneur en hydrogénocarbonate de calcium et de
magnésium
 le titre permanent, qui indique la teneur en sulfates et chlorure de calcium et
magnésium

Classes d’eau Douce Moyennement douce Assez dure Dure


TH < 14°F 14°F à 20 °F 20°F à 30 °F > 30 °F

Titre alcalimétrique complet

Le titre alcalimétrique en carbonate, hydrogénocarbonates et bases libres de calcium,


magnésium et sodium.

Gaz carbonique

Le gaz carbonique dissous dans l’eau est aussi appelé gaz carbonique libre. On le sépare en
deux fractions :

Gaz carbonique agressif : CO2 qui est susceptible de réagir avec le carbonate de
calcium

Gaz carbonique équilibrant : CO2 dissous à l'équilibre

pH d’équilibre

Pour une eau donnée, il existe des conditions précises de pH et de TAC pour laquelle l’eau
est à l’équilibre qui dépendent des éléments contenus dans l’eau et de la température.

Lorsqu’on est au-dessus de ce point d’équilibre, l’eau est entartrante : des dépôts de
carbonate se forment naturellement jusqu’à ce que l’eau revienne à l’équilibre. Cela peut
conduire à la formation de dépôts dans les réservoirs, et parfois même au colmatage des
canalisations de distributions si l’eau est très entartrante.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 21/78


Partie I Chapitre 4 : Coagulation - Floculation

Lorsqu’on est au dessous de ce point d’équilibre, l’eau est entartrante. Elle contient du CO 2
agressif qui peut dissoudre des dépôts formés précédemment contenant du calcium et
confère à l’eau un caractère corrosif.

Expression des concentrations

Lorsque l’on parle de l’équilibre calcocarbonique, il est d’usage d’exprimer les concentrations
des différents éléments en Degré Français (°F).

1 degré français correspond à 10 mg/l CaCO3 – carbonate de calcium


4 mg/l de Ca2+ - calcium
5,6 mg/l de CaO – chaux vive
7,4 mg /l de Ca(OH)2 – chaux éteinte
4,4 mg/l de CO2 - gaz carbonique

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 22/78


Partie I

Chapitre 5
Décantation

1. Principe

Fond plat

Les décanteurs lamellaires permettent de séparer les particules présentes dans l’eau sous
l’action de la gravité. Les particules retenues sont celles dont la densité est supérieure à
celles de l’eau (matières décantables) : leur vitesse de décantation ou de chute est
supérieure à la vitesse ascensionnelle de l’eau.

Le principe de la décantation lamellaire repose sur le principe suivant : une particule est
considérée comme piégée lorsqu’elle s’immobilise au contact d’une paroi.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 23/78


Partie I Chapitre 5 : Décantation

La présence des lamelles :

 permet d’augmenter la surface de décantation en créant une multitude de petits


décanteurs par juxtaposition de plaques équidistantes à l’intérieur desquels l’eau à
traiter circule.
 réduit la distance de décantation : elle correspond à la distance entre plaques.

Les boues piégées en fond d’ouvrage sont extraites vers la filière de traitement des boues.

2. Descriptif de l’installation

2.1. Décanteur lamellaire

Un décanteur lamellaire est un ouvrage béton de forme parallélépipédique, forme la mieux


adapté à la mise en place du système de lamelles, aux problèmes d’équipartition.

Chaque ouvrage comprend :

 une zone d’admission de l’eau brute en entrée d’ouvrage qui conduit l’eau en
partie inférieure de l’ouvrage

 une zone intermédiaire de décantation et de séparation des particules denses


(sous les lamelles)

 une zone de lamelle au-dessus pour la rétention des fines particules dans
laquelle l’eau circule du bas vers le haut et les flocs déposés du haut vers le bas
sous l’effet de la pesanteur et de la pente des plaques

 une zone de récupération des eaux décantées en surface avec les goulottes à
déversoir qui assurent l’équipartition aval sur toute la surface de l’ouvrage

 une zone d’accumulation des boues en partie basse d’ouvrage

Schéma de principe d’un décanteur lamellaire

Arrivée d’eau
Eau décantée

Vidange rapide
Bâche à boues

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 24/78


Partie I Chapitre 5 : Décantation

Lamelles

Les éléments tubulaires produits par STEREAU, le Lamel-R, sont constitués de plaques
polystyrène noir thermoformé. Elles sont de formes trapézoïdales, et juxtaposées de façon à
former des conduits de section hexagonale. Leur pente est de 60°. Elles sont assemblées
par des rivets plastiques. Les plaques reposent sur une charpente en matériau composite
fixée elle-même sur des rails inox noyés dans les parois de l’ouvrage.

Les flocs déposés sur le fond de l’ouvrage sont récupérés par l’intermédiaire d’un aspirateur
à boues.

Les particules flottantes qui ne sont pas retenues au niveau du prétraitement sont piégées
dans la zone d’admission, avant d’entrer dans les lamelles. Elles sont ensuite évacuées par
une goulotte équipée d’une vanne et dirigée vers la bâche à boue.

Caractéristiques des décanteurs lamellaires

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre de bassins U 2
Longueur totale M 10,9
Largeur totale M 3,6
Surface horizontale totale m2 35,2
Surface développée par les lamelles m2 /m2 8,9
Surface totale projetée m2 313
Vitesse au miroir m/h 7,1
Vitesse de Hazen m/h 0,8

2.2. Récupération des boues Aspirateur à boues

L’aspirateur à boue est un appareil destiné à l’extraction des boues déposées sur le radier du
décanteur lamellaire de décantation. Il s’agit d’un appareil à succion mobile se déplaçant
grâce à des vérins pneumatiques, commandés depuis la surface.

Schéma de principe de l’aspirateur à boue

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 25/78


Partie I Chapitre 5 : Décantation

L’aspiration des boues se grâce à la simple pression hydrostatique. Un portique de


manutention permet de le remonter en surface pour les opérations de maintenance sans
avoir à vidanger l’ouvrage.

Caractéristique de l’aspirateur à boues

Caractéristique Neuf
Nombre aspirateur / file U 1
Type aspiration Gravitaire
Débit par tête m3/h 40

Les boues aspirées tombent directement dans une bâche à boue. Un agitateur permet de
maintenir les boues homogènes.
Cette bâche récupère également les premières eaux de lavage des filtres à charbon.

Caractéristiques de la bâche d’eaux sales CAG

Caractéristiques Unité Valeur


Volume m3 200

Caractéristiques pompage de la bâche d’eaux sales CAG

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre 2
Type m immergé
Capacité pompage m3/h 70

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 26/78


Partie I Chapitre 5 : Décantation

3. Théorie

3.1. Principes

Nous prendrons l'exemple des décanteurs lamellaires à contre-courant : la décantation des


particules (vers le bas) se fait à contre courant par rapport à la vitesse de circulation de l'eau
(vers le haut).

L longueur des lamelles Principe de la décantation lamellaire


L largeur des lamelles
S surface des lamelles
S = l.L
Ve
h espace entre les lamelles
 angle d'inclinaison des lamelles

L
Vs
d projection de h sur l'horizontale
h = d.sin()
h' projection de h sur la verticale
h’
h'= d.tg()
h
Ve vitesse de circulation de l'eau

Vs vitesse de sédimentation
d
V vitesse de déplacement des particules
V = Ve + Vs

Une particule sera retenue si le temps t1 nécessaire pour qu'elle atteigne la lamelle est
inférieur au temps t2 mis par l'eau pour traverser l'espace inter-lamellaire. En posant Q le
débit d’eau dans l'ouvrage, et Qi celui passant entre deux lamelles :

h' d .tg ( ) l.L.h l.L.d . sin( )


t1 = t2 = 
Vs Vs Qi Qi
Q Qi L h' d .tg ( )
Ve = i = = Vs  
h.l d.l.sin( ) t 2 t1 t1

Pour respecter la condition t 1 < t 2 , il faut que d.L.l.sin( )/Q1 > d.tg( )/Vs , soit :

Q1
Vs >
S . cos( )

La vitesse de Hazen prend en compte la totalité des éléments tubulaires :

Q
Vh =
n.S.cos(  )

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 27/78


Partie I Chapitre 5 : Décantation

La vitesse ascensionnelle prend-elle en compte la capacité du décanteur à retenir les fines


particules du floc qui s’échappent dans les lamelles.

Q ( m 3 / h)
Vasc ( m / h) 
S miroir ( m 2 )

Paramètres de conception

Le principal paramètre de conception est la vitesse ascensionnelle qui mesure l’aptitude de


l’ouvrage à séparer le floc de la boue.

Q ( m 3 / h)
Vasc ( m / h) 
S miroir ( m 2 )

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 28/78


Partie I

Chapitre 6
Filtration sur CAG

1. Principe

La filtration sur charbon actif en grain (CAG) est définie comme le passage d'un fluide à
travers une masse poreuse.

Le CAG est utilisé comme matériau de filtration en raison de ses multiples propriétés :

 Adsorption des micros polluants (pesticides, détergents, …)


 L’élimination des problèmes de goût, d’odeurs ou de coloration
 Elimination du carbone organique dissous par activité biologique
 …

La capacité de rétention en MES d’un filtre à CAG est par contre relativement faible. De plus,
c’est un produit plus friable que le sable, et il faut limiter dans la mesure du possible la
fréquence des lavages.

Le CAG est posé sur un plancher, qui laisse passer les eaux filtrées. Les filtres sont
alimentés en partie haute à l'aide d'un dispositif adapté. L'eau traverse le filtre de haut en
bas, traverse le plancher filtrant.

Au cours de la filtration, la quantité de matières en suspension retenue augmente


progressivement. Le filtre se colmate, et la vitesse d'écoulement de l'eau diminue. Pour
maintenir une vitesse de filtration constante tout au long du cycle de filtration, un dispositif de
régulation est installé à l'aval du filtre.

Une fois le filtre colmaté, il faut procéder à son lavage. Il se fait à contre-courant (du bas vers
le haut), en utilisant conjointement de l'eau et de l'air.

Schéma de principe d’un filtre

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 29/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

2. Descriptif des installations

2.1. Filtre à CAG

La station comprend 4 filtres à charbon en parallèle.

Alimentation des filtres

L’admission d’eau à filtrer sur chacun des filtres se fait par l’intermédiaire d’orifices noyés
obturables par une vanne murale.

Filtre à CAG

La masse filtrante est soutenue par un plancher béton perforé et équipé de buselures de
drainage.

Le plancher est constitué de dalles de béton jointoyées pour assurer une étanchéité
interdalle, fixées sur une poutraison transversale clavetée sur les parois longitudinales du
filtre.

Chaque filtre est équipé d’un trou d’homme, d’une vidange et d’une mesure de colmatage
(capteur de pression à l’aval du filtre); de tuyauteries de sortie d’eau filtrée, d’admission
d’eau et d’air de lavage et évacuation d’eau de lavage, munies chacune d’une vanne papillon
à commande pneumatique.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 30/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

Caractéristiques principales des filtres à CAG

Unité Caractéristiques
Nombre de filtre U 4
Longueur M 4,74
Largeur M 4
Surface m2 19
Hauteur matériaux M 1.2
Débit de filtration m3/h 125
Vitesse de filtration m/h 6,6

Matériau filtrant

Les caractéristiques physiques du matériau filtrant sont primordiales pour le bon


fonctionnement du filtre: pour qu’il soit efficace, les matières doivent être retenues à la fois
en surface du filtre et en profondeur.

Les caractéristiques les plus importantes sont les suivantes :

 La granulométrie
Elle est caractérisée par une courbe représentative des pourcentages en masse des
grains passant à travers les mailles d'une succession de tamis normalisés.

 La taille effective (TE)


Elle correspond au pourcentage 10 % de la courbe précédente : 90 % en masse des
grains du matériau ont une dimension supérieure à la taille effective.

Le risque de colmatage du filtre augmente en présence de particules fines. Au moment du


lavage, les fines se placent entre les éléments plus gros, colmatant les espaces
disponibles à la circulation de l’eau.

 Le coefficient d'uniformité (CU)


Il est égal au rapport des tailles correspondant au pourcentage 60 et 10 de la courbe
granulométrique.

Caractéristiques du matériau filtrant

Unité Filtration
Nature du matériau U Charbon de houille
Granulométrie Mm 0.9 à 1.1
Hauteur de matériau M 1.1
Hauteur d’eau au- dessus matériau M 1

Régulation de débit sur les filtres

Vanne automatique de régulation

Afin d'assurer une vitesse de filtration constante, une vanne de régulation en sortie de filtre
crée une perte de charge artificielle. Le niveau d'eau au-dessus du sable est maintenu
constant grâce à une régulation.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 31/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

2.2. Recirculation

A l’arrêt de filtration, il est nécessaire de maintenir une circulation d’eau minimum sur les
filtres et éviter la stagnation d’eau dans la masse de charbon.

Recirculation par pompe

Les pompes de recirculation sont placées dans la bâche d’eau filtrée CAG. Elle ramène l’eau
en entrée de CAG pendant les périodes d’arrêt de la filtration.
Ces pompes servent également de pompes d’eau de lavage.

Caractéristiques des pompes de recirculation

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1
Débit unitaire m3/h 250
HMT M 10

2.3. Equipements de lavage

Une fois que le filtre est colmaté, il est nécessaire de le laver.

Le lavage se fait en deux temps : brassage à l’air puis rinçage à l’eau.

Le brassage à l’air soumet le matériau à une vibration produite par le passage de


nombreuses bulles d'air et provoque le décollement des impuretés. Elles sont ensuite
entraînées par le rinçage à l’eau.

Air de lavage

Les surpresseurs d’air assurent le détassage en début de lavage d’un filtre.

Caractéristiques des surpresseurs

Unité Caractéristiques
Nombre U 2 (1 + 1S)
Vitesse de détassage m/h 35
Débit unitaire Nm3/h 660
Pression de refoulement Mb 350

Eau de lavage

L’eau de lavage est de l’eau filtrée. Elle provient :

 De la bâche située en sortie des filtres à CAG.

Descriptif de la bâche de lavage

Unité Caractéristiques
Volume m3 180
Hauteur de surverse M 2,4

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 32/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

Descriptif des pompes de lavage

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 2
Débit unitaire m3/h 480
HMT mCE 9

NOTA : Le débit d’eau de lavage peut être ajusté à l’aide d’une vanne de régulation.

2.4. Eaux sales

Les eaux sales sont récupérées par surverse dans la goulotte des eaux de lavages située en
partie supérieure du filtre.

Les eaux sont dirigées vers la bâche d’eaux sales.

En début de lavage, les eaux de lavage étant riches en matières en suspension, elles sont
renvoyées dans la bâche d’eaux sales.

Caractéristiques de la bâche d’eaux sales CAG

Caractéristiques Unité Valeur


Volume m3 200

Caractéristiques pompage de la bâche d’eaux sales CAG

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre 2
Type m immergé
Capacité pompage m3/h 70

En fin de lavage, les eaux de lavage étant claires, elles sont renvoyées directement dans le
milieu naturel.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 33/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

3. Théorie

3.1. Régulation

La différence de hauteur entre le niveau de l'eau sur le filtre (niveau amont) et le niveau de
restitution (niveau aval) de l'eau filtrée de l'ordre de 1,5 à 2,0 m fournit la perte de charge
disponible. Un système de régulation du débit impose alors une perte de charge maximale
en début de cycle qui diminue au fur et à mesure que le filtre se colmate. (voir régulation des
filtres)

Perte de charge dans un filtre ouvert

Niveau d’eau
h1

Charbon H
SABLE h2
Régulation

Bâche de restitution

La hauteur H correspond à la différence entre le niveau d'eau sur filtre et le niveau de


restitution (perte de charge admissible pour le fonctionnement du filtre).

La perte de charge du filtre propre (sable + plancher + canalisation) est h1.

La perte de charge liée à l’encrassement du filtre est h 2. Nulle au début, elle augmente
régulièrement tout au long du cycle de filtration.

Le système de régulation R (siphon, vanne régulée), crée une perte de charge hi égale à h 2
en début de cycle. Elle diminue ensuite au fur et à mesure que le filtre se colmate et que hi
augmente. La relation H = h1+h2 est toujours respectée.

3.2. Evolution des pertes de charges

En disposant de prises pour la mesure des pressions sur la hauteur d'un filtre, on peut
construire un diagramme donnant la pression en fonction de la profondeur sous le niveau
d'eau, à plusieurs moments de la filtration.

Perte de charge au repos

Au repos, la pression est proportionnelle à la hauteur du filtre : à 1 m de hauteur d'eau


correspond une pression de 1 m de colonne d'eau.

Perte de charge au démarrage :

Au démarrage de l'écoulement, le filtre est propre. En l'absence de dépôts, l'augmentation de


pression avec la profondeur forme donc une droite. Par rapport à la situation au repos, il y a
une baisse de pression due à la perte de charge créée par la vitesse de circulation de l'eau à
travers le filtre.
STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 34/78
Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

Evolution de la pression dans un filtre

Zone en dépression : Perte de charge propotionnelle à la


risque d’embolie gazeuse. hauteur du massif filtrant.

Busette Echelle des pressions

Perte de charge en cours de filtration

Au cours de la filtration, cette linéarité ne se maintient pas en raison d'un colmatage non
uniforme dans le filtre. La perte de charge s'accentue dans la partie haute du massif.

Au bout d'un certain temps de filtration (T3), la pression en un point du filtre atteint la
pression atmosphérique. Il est alors préférable d'arrêter la filtration.

En continuant, le filtre se met en dépression (T4) et il y a risque de dégazage. Ce


phénomène appelé embolie gazeuse, conduit à la formation de bulles d'air dans les pores
qui gênent l'écoulement. L'eau est alors détournée vers les pores voisins produisant une
augmentation locale du débit et un arrachement des dépôts pouvant conduire à une
détérioration de la qualité de l'eau filtrée.

La perte de charge utile d'un filtre est égale à la différence entre la perte de charge limite
imposée par la construction (H) et la perte de charge au démarrage (Ho).

La charge disponible (H) sur le filtre dépend de la hauteur d'eau au- dessus du massif filtrant.
En l'augmentant, cela permet d'augmenter la durée du cycle de filtration, et de limiter les
risques de dégazages.

3.3. Caractéristiques du charbon actif en grain

Le charbon actif est un terme très général regroupant une très large gamme de substances
carbonées présentant une porosité et une surface développée très importantes (500 à
1 500 m2/g)

La fabrication du charbon comprend généralement trois étapes :

- le séchage de la matière première


- la carbonisation sous atmosphère contrôlée (absence d’air) à une température de l ‘ordre
de 400 à 600° C (élimination des matières organiques volatiles)
- l’activation par oxydation ménagée, qui permet de développer la surface interne du
matériau carbonisé en éliminant les résidus de pyrolyse responsables du colmatage des
pores

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 35/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

On distingue habituellement 3 types de porosité :

 les macro pores (les plus grosses - > 500 A°) qui ne jouent pas de rôle important sir
les capacités d’adsorption
 les micro pores (les plus petites - < 20 A°) qui représentent 95 % de la surface
développée par le charbon
 les mésopores (taille intermédiaire)

Les propriétés de surface du charbon jouent un rôle essentiel dans sa capacité d’adsorption.

Il existe deux grandes familles de CAG selon qu’ils sont ou non réutilisables :

- le charbon actif non régénérable ou non réactivable qui, une fois sa capacité de
traitement épuisée, doit être purement et simplement remplacé par du charbon neuf.

- le charbon actif régénérable ou réactivable auquel il est possible, par un traitement


approprié, de restituer ses propriétés d’origine et qui, de ce fait, est réutilisable.

La régénération (ou réactivation) du charbon actif épuisé est réalisée à l’extérieur des filtres
dans lesquels il est mis en œuvre, selon un processus dont les conditions sont analogues à
celles de son activation initiale.

Il est à noter que l’action du charbon actif, ainsi que sa durée de vie, sont accrues par une
forte oxydation à l’ozone en amont, notamment :

- en restituant la surface oxydante du charbon lors de la destruction des composés


chlorés de l’azote ammoniacal
- en oxydant les micros polluants organiques
- en renforçant l’activité biologique sur le charbon

3.4. Propriétés adsorbantes du charbon

Nature de l’adsorption

L’adsorption est un phénomène de surface ; des molécules présentes à la surface du


charbon actif exercent une force d’attraction sur les molécules du liquide avec lequel elles
sont mises en contact.

Il existe deux types d’adsorption :

- une adsorption irréversible due à des liaisons chimiques fortes entre des radicaux
du charbon actif et les molécules
- une adsorption réversible (majoritaire) mettant en jeu des forces faibles entre les
radicaux du charbon et les molécules. Dans ce cas, les molécules adsorbées
peuvent être relarguées. Au bout d’un certain temps, un équilibre finit par s’établir
entre les molécules qui se fixent et celles qui partent.

Détermination des capacités d’adsorption

La capacité d’adsorption d’un charbon est étudiée en laboratoire. Des isothermes


d’adsorption sont établies. Elles permettent d’étudier les performances d’un charbon précis
face à un polluant donné.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 36/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

Les résultats obtenus sont interprétés avec l'équation empirique de Freundlich qui établit la
relation entre la masse de polluant retenue par l’unité de charbon et la concentration du
polluant à l’équilibre avec le charbon.

x x quantité d'impuretés adsorbées (kg)


= k.Ce1/n
m m masse de charbon adsorbant (m3)
et x/m concentration du polluant dans la phase solide (kg.m3)
x 1
Ce concentration du polluant dans la phase liquide à
Ln  Ln k  Ln C l'équilibre
m n k et n constantes d'adsorption définie pour une température
donnée

Exemple de courbe d’isotherme d’adsorption

Les capacités d'adsorption d'un charbon actif varient en fonction :

 Des propriétés physico-chimiques du charbon actif (surface spécifique, porosité,


granulométrie, fonctions superficielles,…)

 Des propriétés physico-chimiques du polluant (solubilité, masse molaire, polarité,...)

 Des propriétés physico-chimiques de l’eau (température, pH, force ionique,….)

En présence de plusieurs composés, il peut y avoir des phénomènes d’adsorption


compétitifs. Cela peut conduire dans certains cas à un lessivage pur et simple d’un composé
préalablement adsorbé.

Evolution de la capacité d’adsorption

L'évolution de la rétention d'un polluant sur le charbon actif évolue en fonction du volume
cumulé d'eau filtrée. Pour une substance particulière, la rétention est totale au début, puis
s’arrête d’un seul coup une fois le filtre saturé.

Si l’on regarde l’évolution du COT, l’évolution est différente : la capacité de rétention est
maximale lorsque le charbon est neuf, puis dans un premier temps rapidement avant de se
stabiliser.

Suivi du comportement d’un filtre à CAG vis à vis du COT au cours du temps

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 37/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

L'élimination du COT en fonction du volume d'eau filtrée par volume de CAG (V/V en m 3/m3)
n'est plus que de 15 à 30 % pour un rapport volume d'eau filtrée / volume de CAG de l'ordre
de 25.000 V/V. Au-delà, le rendement d'élimination continue à décroître très lentement.

3.5. Evolution de la turbidité en sortie de filtre

Effet de lavage :

La turbidité est importante avec des variations pendant les 10 premières minutes liées à la
présence d'eau de lavage restant dans le filtre (cas d'un lavage insuffisant).

Maturation :

La turbidité diminue, le filtre se met en équilibre, le potentiel zéta des grains, négatifs après
le lavage, tend à s'annuler. Cette séquence dure une dizaine de minutes.

Filtration :

La turbidité reste faible et stable pendant plusieurs heures : la durée du cycle est liée à la
quantité de matières à retenir.

Crevaison :

La capacité maximale de rétention du filtre est atteinte, la turbidité se met à augmenter. Il


faut alors laver le filtre pour pouvoir démarrer un nouveau cycle.

Suivi de la turbidité pendant un cycle de filtration

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 38/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

1. Eau de lavage sous le plancher du filtre


Effet du
T 2. Eau de lavage du massif filtrant
u 3. Eau de lavage au dessus du filtre lavage
r 4. Maturation
b 5 Crevaison
i
d
i
t
é 5
1 2 3 4
20 mn 24 h
Temps de filtration

3.6. Paramètre de dimensionnement

Vitesse de filtration

La vitesse de filtration se calcul de la manière suivante :

Q ( m 3 / h) Q débit d’eau en entrée de la batterie de filtres


Vasc (m / h) 
n filtre  S filtre (m 2 ) nfiltre
nombre de filtres en filtration
Sfiltre surface unitaire des filtres

La valeur de la vitesse de filtration est déterminée en fonction :

- de la qualité de l’eau brute (MES,…)


- des objectifs de traitement (nitrification, …)
- des durées de cycles

Temps de contact

Le temps de contact se calcul de la manière suivante :

n filtre  S filtre ( m 2 )  H mat (m) Q débit d’eau en entrée batterie de filtres


Tc ( mn)   60 nfiltre nombre de filtres en filtration
Q ( m 3 / h) Sfiltre surface unitaire des filtres
Hmat hauteur de matériaux

Le temps de contact est déterminé en fonction des objectifs de traitement (activité biologique
– rétention de pesticides – élimination des goûts,…).

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 39/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur CAG

Caractéristiques de fonctionnement des filtres à CAG

Unité Global
Débit unitaire m3/h 500
Surface unitaire des filtres m2 19
Vitesse de filtration avec
m/h 6,6
tous les filtres en service
Vitesse de filtration avec un
m/h 8.8
filtre en lavage
Temps de contact avec tous
Mn 11
les filtres en service
Temps de contact avec un
Mn 8,2
filtre en lavage

Durée de vie du charbon

La durée de vie d’un charbon dépend de sa capacité d’adsorption. Il ne faut jamais atteindre
la capacité maximale d’adsorption du charbon car il y a un risque de relargage du charbon.

Sur l’installation, la durée de vie du charbon est estimée à 12 à 24 mois.

Une fois cette durée de vie atteinte, il est nécessaire de régénérer / changer le charbon.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 40/78


Partie I

Chapitre 5
Filtration sur membrane

1. Principe

Ce procédé de filtration consiste à faire passer l’eau à travers un milieu poreux, et élimine
toutes les matières en suspension : MeS, colloïdes, bactéries, virus.

Grâce au faible pouvoir de coupure des membranes, toute particule de taille supérieure au
seuil de coupure est retenue sur la membrane.

Au fur et à mesure, la résistance à l’écoulement à travers la membrane augmente, ce


qu’indique l’augmentation de la pression transmembranaire. Il faut alors réaliser un
rétrolavage à contre courant avec de l'eau filtrée qui évacue les particules agglomérées sur
la membrane pendant le cycle de filtration.

Pour prévenir un colmatage irréversible (adsorption de la matière organique dissoute sur la


membrane, développement bactérien, …), le simple rétrolavage n’est pas suffisant et il faut
pratiquer des lavages chimiques de routine. La solution chimique est injectée dans l'eau de
rétrolavage.

Schéma de principe

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 41/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

2. Description

2.1. Alimentation

L’eau en provenance des filtres à charbon est stockée dans l’ancienne tour de post
ozonation d’où elle est reprise par des pompes qui alimentent les réacteurs à membrane.

Caractéristiques de la bâche de reprise

Unité Valeur
Hauteur m 2,4
Volume utile m3 150

Caractéristiques des pompes de reprises

Unité Valeur
Nombre de pompes U 3 VV (dont 1 secours)
Type de pompes - Pompe centrifuge
Débit unitaire m3/h 290
HMT mCE 28
Puissance kW 30

2.2. Pré traitement de l’eau

La pré filtration sur filtre mécanique de l’eau brute à filtrer assure la protection des têtes de
modules par l’élimination des particules grossières.

Le nettoyage des pré-filtres est réalisé régulièrement avec l’eau à filtrer par ouverture de
vanne intégrée au pré-filtre.

Caractéristiques du pré filtre

Unité Valeur
Nombre U 2
Taille de maille µm 200
Mode de nettoyage Automatique

2.3. Modules membranaires

Les membranes utilisées sont des fibres creuses. La fibre est un tube dont les parois sont
constituées de pores 10 000 fois plus petits que ceux de la peau humaine. L’eau à traiter
traverse la paroi de l’intérieur vers l’extérieur. La taille des pores ou seuil de coupure
détermine la taille des molécules qui seront retenus.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 42/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Ces fibres sont assemblées en faisceaux constituant un module. Ils sont maintenus
solidaires grâce à un empotage par résine assurant une étanchéité parfaite et permanente
du module. Le nombre de fibres détermine la surface membranaire de filtration du module.

Vue éclatée d’un module membranaire

Enveloppe du module

Fibres creuses

Collecteur eau filtrée

Passage eau brute (bypass


vers le module suivant)

Caractéristiques des membranes

Unité Valeur
Nature de la fibre Polyéther Sulfone
Diamètre de la fibre mm 0,8
Seuil de coupure µm 0,02
Diamètre d’un module m 0,200
Longueur d’un module m 1,5257
Nombre de fibre par module U 10 000
Surface de filtration d’un module m2 40

Plusieurs modules sont installés bout à bout dans un même corps de pression.

Caractéristiques d’un corps de pression

Unité Valeur
Nombre de module par corps U 4
Longueur du corps m 6,3

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 43/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Vue éclatée d’un corps de pression (module Norit)

Corps de pression en inox

Module membranaire

Vue éclatée d’un corps de pression (module STEREAU)

Corps de pression en inox

Module membranaire

Les différents corps de pression sont eux même regroupés par skid. Un skid comprend tous
les équipements de commandes (vannes – débitmètres) permettant de faire fonctionner les
modules membranaires.

Caractéristiques des skids

Unité Valeur
Nombre total de skid 2
Nombre de corps de pression par skid 16
Surface développée d’un skid m2 16 x 4 x 40 = 2560

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 44/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

2.4. Principe de fonctionnement – filtration frontale

Schéma de principe d’un skid

Eau Eau
sale de
lavage

P M M P
Traitement
des eaux
sales M M
P P

Corps pression
Membranes UF
Bâche Membrane UF
Eau sale

F
Membrane UF Réactifs
Membrane UF
M M

M M

Sortie
Entrée F Eau
Eau (skid) filtrée
F

brute

Bâche
d’eau
Exhaure filtrée

En raison de la faible turbidité de l’eau à traiter, les membranes fonctionnent en filtration


frontale.

En fonctionnement, l’eau à traiter est pompée dans la bâche d’alimentation pour alimenter
les différents corps de pression.

En contrelavage, l’alimentation en eau à traiter est interrompue. De l’eau traitée est renvoyée
à contre courant par la pompe d’eau de lavage. L’eau passant à contre courant à travers les
membranes est renvoyée vers la bâche sous épaississeur.

En lavage chimique, l’alimentation en eau à traiter est aussi interrompue. De l’eau traitée et
des réactifs sont renvoyés à contre courant par la pompe d’eau de lavage et les pompes de
réactifs. L’eau passant à contre courant à travers les membranes est renvoyée dans la
bâche d’eau sale.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 45/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

2.5. Contrelavage

Pour retrouver la capacité de filtration de la membrane qui tend à décroître dans le temps,
des contrelavages sont réalisés régulièrement. Le contrelavage concerne un skid entier.

Des pompes de contrelavage sont installées dans la bâche d’eau traitée. Elles renvoient de
l’eau à contre courant dans les membranes.

Caractéristiques de la bâche de contrelavage

Unité Valeur
Hauteur utile m 2,2
Volume m3 80

Caractéristiques des pompes de contrelavage

Unité Valeur
Nombre de pompes U 2 VV dont 1 S
Type de pompes - En fosse sèche
Débit unitaire m3/h 640
HMT mCE 40
Puissance kW 75

L’eau traversant les membranes à contre courant est renvoyée vers la bâche d’eaux.
Le débit de contrelavage est régulé, le débitmètre est installé dans la salle de pompage à
côté des pompes.

Un préfiltre de sécurité de 200 µm est installé au refoulement des pompes de lavage. Il ne


dispose pas de nettoyage automatique.

2.6. Lavage chimique

Les réactifs utilisés sur l’usine sont :

 La soude
 L’acide chlorhydrique
 La javel
 Le bisulfite

Le réactif injecté se mélange à l’eau de contrelavage dans un mélangeur statique. Sur


chaque circuit réactif, une vanne TOR est installée à l’entrée du mélangeur.

Soude

La soude est utilisée pour sa capacité à éliminer les dépôts organiques

Caractéristiques du stockage de soude

Unité Caractéristiques
Concentration du réactif 30 % - d : 1,33 – 368 g/l
Volume de stockage M3 1
Localisation injection Mélangeur statique

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 46/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Caractéristiques de l’injection de soude

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1+1S
Type de pompe Piston à membrane
Pression max bar 5
Débit unitaire l/h 500

Acide Chlorhydrique

L’acide chlorhydrique est utilisé pour sa capacité à éliminer les dépôts métalliques

Caractéristiques du stockage d’acide chlorhydrique

Unité Caractéristiques
Concentration du réactif 33 % - d : 1,17 – 386 g/l
Volume de stockage M3 1
Localisation injection Mélangeur statique

Caractéristiques de l’injection d’acide chlorhydrique

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1+1S
Type de pompe Piston à membrane
Pression max bar 5
Débit unitaire l/h 500

Lors des dépotages, il faut vérifier que les laveurs d gaz sont bien en
fonctionnement (electrovanne d’eau ouverte (débit de 300l/h). Il faut vider après
le dépotage l’eau présente dans le bas du laveur. FAIRE ATTENTION AU pH.

Javel

La javel est utilisée pour sa capacité à éliminer les dépôts organiques et son action
désinfectante.

Caractéristiques du stockage de javel

Unité Caractéristiques
Concentration du réactif 33 % - d : 1,17 – 386 g/l
Volume de stockage M3 1
Localisation injection Mélangeur statique

Caractéristiques de l’injection de javel

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1+1S
Type de pompe Piston à membrane
Pression max bar 5
Débit unitaire l/h 500

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 47/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Bisulfite

Le bisulfite est utilisé pour sa capacité à éliminer les dépôts métalliques.

Caractéristiques du stockage du bisulfite

Unité Caractéristiques
Concentration du réactif 30 %
Volume de stockage L 1000
Localisation injection Mélangeur statique

Caractéristiques de l’injection du bisulfite

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1
Débit unitaire l/h 2000

Lors des dépotages, il faut vérifier que les laveurs d gaz sont bien en
fonctionnement (electrovanne d’eau ouverte (débit de 300l/h). Il faut vider après
le dépotage l’eau présente dans le bas du laveur. FAIRE ATTENTION AU pH.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 48/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

2.7. Eaux sales

Les eaux de lavages sont envoyées vers la bâche d’eaux sales puis vers les épaississeurs.
Ces derniers permettent de retenir les matières en suspension.
Un trop plein renvoie les eaux sales directement vers le Lot.

Lors de lavage chimique uniquement à la javel, les eaux sont neutralisées avec
du bisulfite en ligne. Elles sont directement envoyées dans la bâche d’eau sale.

Caractéristiques de la bâche d’eaux sales

Unité Valeur
Hauteur utile m 2.20
Volume m3 40

Caractéristiques des pompes d’eaux sales

Unité Valeur
Nombre de pompes U 2
Type de pompes - à vitesse fixe
Débit unitaire m3/h 70
HMT mCE 5
Puissance kW 2,2

Schéma de principe des eaux sales

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 49/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

2.8. Neutralisation des eaux sales

Les eaux de lavages chimiques sont envoyées vers une bâche de neutralisation. La
neutralisation de la solution est assurée par des injections de soude ou d’acide sur une
boucle de recirculation alimentée par les pompes de transfert.

Le bisulfite est utilisé suite à un lavage chimique à la javel pour la neutralisation du chlore.
2,83 ml à 520 g/l pour 1 g de chlore. La neutralisation se fait en ligne.

Une fois la neutralisation obtenue, les eaux sales sont envoyées vers le traitement des
boues. Les pompes de neutralisation peuvent être utilisées en secours manuel pour les
lavages chimiques.

Lors de lavage chimique avec trempage soude + javel, les eaux sont
neutralisées avec du bisulfite en ligne. Elles sont ensuite envoyées dans la
bâche de neutralisation pour abaisser le pH si nécessaire.

Caractéristiques de l’injection de soude boucle bâche neutralisation

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1+ 1S
Type de pompe Membrane
Débit unitaire l/h 500

Caractéristiques de l’injection d’acide boucle bâche neutralisation

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 1+ 1S
Type de pompe Membrane
Débit unitaire l/h 500

Caractéristiques de l’injection de bisulfite

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 2
Type de pompe Membrane
Débit unitaire l/h 500

Caractéristiques de la bâche de neutralisation

Unité Valeur
Hauteur utile m 2.20
Volume m3 60

Caractéristiques des pompes de neutralisation

Unité Valeur
Nombre de pompes U 2
Type de pompes - à vitesse fixe
Débit unitaire m3/h 40
HMT mCE 5
Puissance kW 2,2

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 50/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

3. Théorie

3.1. Ultrafiltration

Principe de fonctionnement d’une membrane

L’ultra filtration est un procédé Membrane


de filtration physique
consistant à faire passer l’eau Rétentat
à travers un milieu poreux et ou concentra
qui élimine les matières
supérieures au seuil de
coupure de la membrane.
Filtrat ou perméat
En ultrafiltration, la sélectivité de la
membrane ou son seuil de
coupure correspond à la masse Sélectivité d’une membrane
moléculaire au delà de laquelle
toutes les molécules sont
retenues. En raison de leur
plasticité, de leur dispersion, de
leur dimension, la gamme de
masses molaires dans laquelle les
molécules sont partiellement
retenues, couvre une zone plus ou
moins large appelée zone de
coupure.

Seuil de coupure des membranes en fonction de la taille des molécules

S e u il d e c o u p u re d e s m e m b r a n e s S A U R

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 51/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

3.2. Type de filtration

On différencie deux grands modes de filtration :

La filtration frontale

Où l’eau arrive perpendiculairement à la membrane. Toute l’eau arrivant passe à travers la


membrane. Ce mode de filtration est réservé à des eaux peu chargées en MES ou en
turbidité

La filtration tangentielle

Où l’eau balaie la membrane ce qui permet de balayer les dépôts s’accumulant à sa surface.
Seule une fraction de l’eau traverse la membrane ce qui nécessite une boucle de
recirculation.

Les principaux types de filtration

3.3. Notion de flux transmembranaire

La capacité hydraulique d’une membrane est caractérisée par le débit ou flux


transmembranaire. C’est le débit de fluide s'écoulant à travers la membrane, ramené à la
surface de cette membrane. Elle peut s'exprimer par la relation suivante :

Q
J= 1000
S

avec J débit transmembranaire (l/h.m2)


Q débit instantané de perméat (m3/h)
S surface totale de la membrane (m2)

Le débit transmembranaire dépend fortement de la pression transmembranaire, différence


de pression de part et d’autre de la membrane et des caractéristiques propres de la
membrane.

J = K mem  dP

dP différence de pression de part et d'autre de la membrane


ou pression transmembranaire
Kmem coefficient caractéristique de la membrane

Plus la pression appliquée sur la membrane est importante, plus le débit transmembranaire
est élevé.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 52/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Dans la réalité, à basse pression, le débit transmembranaire varie linéairement avec la


pression transmembranaire. Au delà d’une valeur maximale dépendant de la qualité de l’eau,
des caractéristiques de la membrane,…, le débit reste constant malgré l’augmentation de la
pression transmembranaire.

Les composés retenus s'accumulent à la surface de la membrane pour atteindre une


concentration limite au voisinage de la membrane qui bloque l’écoulement de l’eau.

Il ne sert donc à rien de dépasser, pour une membrane donnée, un débit transmembranaire.

Evolution du débit transmembranaire en fonction de la pression

Perméabilité à
F lu x

l’eau

sensible à la insensible à la
pression pression

Pression

La perméabilité du skid est égale au rapport entre le débit transmembranaire et la pression


transmembranaire. Elle est ramenée à la température de 20°C ce qui permet d’analyser le
comportement de la membrane quelque soit la température et la pression transmembranaire.


Lp RackX l/m 2 .h.bar  
FFil RackX l/m 2 .h 
 1 / Kt
PTM  bar 

Avec :
 (T )  1,855  0,05596  T  0.6533.10 3  T ²
 20C 0,99712
K (T C )  
 T C  T C

Elle s’exprime en l/h.m2.bar à la température de référence de 20° C.

3.4. Notion de colmatage

Pour une suivre une installation d’ultrafiltration, il est alors important de suivre la perméabilité
de la membrane qui est égal au rapport entre le débit transmembranaire et la pression
transmembranaire.

Le suivi des installations industrielles montre que :

 si l’on travaille à débit transmembranaire constant, la pression transmembranaire


augmente
 si l’on travaille à pression transmembranaire constante, le débit transmembranaire
diminue

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 53/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Pour expliquer cette diminution de perméabilité dans le temps, on parle alors de colmatage.
Plusieurs phénomènes interviennent dans l’apparition de ce colmatage

 dépôts de particules à la surface de la membrane


Assimilables à un milieu poreux caractérisé par une résistance hydraulique.

 blocage mécanique des pores


Dépendant de la taille relative des pores de la membrane et des particules
circulant dans le liquide, de la densité de ces particules et des conditions
hydrodynamiques. S'il n'y a pas recouvrement du spectre de répartition des
pores de la membrane et de celui de la taille des particules, on évite les
phénomènes d'obstruction.

 adsorption
De particules, macromolécules, ions, micro-organismes à la surface ou à
l'intérieur des pores de la membrane.

3.5. Contrelavage à l’eau et lavage chimique

Dans une installation industrielle, on travaille à débit constant. La pression transmembranaire


augmente donc dans le temps. Pour réduire la pression transmembranaire, on procède alors
à des contrelavages à l’eau et des lavages chimiques.

Contrelavage

Le contrelavage consiste à renvoyer de l’eau à contre courant dans la membrane. Il favorise


le débouchage des pores et le décollement des dépôts qui peuvent se former au cours du
cycle de filtration : il s'agit essentiellement d'une action au niveau du colmatage physique.
Effectué périodiquement, pendant un temps très court et à forte pression, le décolmatage à
contre-courant permet d'améliorer la perméabilité sans obtenir une stabilisation complète de
celle-ci.

La fréquence et la durée du contrelavage dépendent énormément de la qualité de l'eau à


traiter.

Nettoyage chimique

Le nettoyage chimique vise la dégradation de la souillure et/ou sa modification physique pour


rendre à la membrane ses performances hydrauliques.

Le choix du réactif du réactif chimique utilisé dans le lavage dépend de la nature du


colmatage.

Pour des dépôts organiques, on utilisera plutôt de la soude.

Pour des dépôts chimiques, on prendra plutôt un acide.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 54/78


Partie I Chapitre 6 : Filtration sur membrane

Rôle du contrelavage à l’eau et du lavage chimique

P.T.M. Pression maximale autorisée

0,7 bar L'écart se


caractérise par la
perméabilité à Pression à la fin
l'origine d’un cycle de
filtration
0,5 bar

0,3 bar Pression à


début d’un
cycle de
filtration
Fréquence
du rétrolavage
1 à 3 f/h
Fréquence du lavage chimique

Temps

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 55/78


Partie I

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 56/78


Partie I

Chapitre 6
Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

1. Principe

Une eau potable est une eau qui ne doit faire courir aucun risque pour la santé du
consommateur. Le risque microbiologique est essentiellement un risque à court terme. Un
seul verre d'eau contenant des germes pathogènes peut être à l'origine d'une maladie.

L'eau désinfectée est exempte de germes témoins mais pas pour autant stérile (présence de
bactéries hétérotrophes banales de l'environnement, éventuellement levures, moisissures).

La désinfection se fait entre la bâche d’eau de lavage et la bâche d’eau traitée (Le poste de
dioxyde de chlore existant est conservé).

Le désinfectant utilisé sur l’usine est du bioxyde de chlore et peut être secouru par de la
javel.

La remise à l’équilibre permet quand à elle de garantir que l’eau distribuée est à l’équilibre
calco-carbonique.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 57/78


Partie I Chapitre 6 : Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

2. Descriptif des équipements

2.1. Remise à l’équilibre

La remise à l’équilibre final se fait par injection de soude à l’entrée de la bâche d’eau traitée.

Caractéristiques du stockage

Unité Caractéristiques
Nature du réactif Soude
Volume de stockage m3 20

Caractéristiques de l’injection

Unité Caractéristiques
Nombre de pompe U 2
Type de pompe A membranes
Débit unitaire l/h 25
Dose maxi (produit pur) g/m3 5
Dose moyenne (produit pur) g/m3 4

L’injection est asservie au débit sorti de l’ultrafiltration.

2.2. Injection de chlore gazeux

Le chlore gazeux est commercialisé sous forme liquéfiée en bouteilles sous pression. Il est
introduit par un chlorométre à dépression servant à soutirer le gaz des bouteilles.

Caractéristique du stockage de Chlore

Unité Caractéristiques
Nature du conditionnement - Bouteille
Nombre de bouteilles U 2
Capacité unitaire bouteilles Kg Cl2 50
Capacité chloromètre gCl2/h 500

Pour produire de l’eau chlorée, le gaz est ensuite dissous dans une canalisation d’eau sous
pression au moyen d’un hydroéjecteur. La concentration maximale de l'eau en chlore est
limitée par la solubilité (4 g/l).

L’eau sous pression alimentant l’hydroéjecteur provient :

 De la canalisation de refoulement des eaux produites avec la possibilité de régler le


débit et/ou la pression.

2.3. Pompes de reprise

Les pompes de reprises sont existantes. Elles alimentent les réseaux existant et leur
démarrage est commandé par les niveaux dans les châteaux d’eau.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 58/78


Partie I Chapitre 6 : Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

Caractéristiques des pompes de reprise

Unité Station Station Station Station


Pinel Sainte
Nombre de pompe U Monclar Cancon
Livrade
Multicellulai Multicellulai Multicellulai
Type de pompe re verticale re verticale re verticale
de surface de surface de surface
Débit unitaire m3/h 300 300 360
Puissance kW 90 90 110
HMT m CE 80 78 80

Caractéristiques de la bâche d’eau traitée

Unité Valeur
Hauteur utile m
Volume m3

3. Théorie (pour le chlore)

3.1. Choix d’un désinfectant

Le pouvoir désinfectant d'un réactif dépend de la dose de traitement (c) et du temps de


contact (t). L'élimination des germes par un agent chimique répond généralement à une loi
faisant intervenir c et t :

Nt = No. e .- . c. t

avec Nt nombre d'organismes survivants à l'instant t


No quantité initiale d'organismes vivants
C concentration initiale de l'agent chimique
t durée de la désinfection

En France, quatre techniques de désinfection sont utilisées : le chlore, le bioxyde de chlore,


l'ozone, les ultra violets.

Pour les réactifs chimiques, on préfère généralement utiliser la notion de résiduel au bout
d’un temps de contact donné. En effet, une partie de la dose injectée est consommée par
d’autres oxydants. Pour s’assurer que la désinfection ait bien eu lieu, il faut qu’au bout du
temps de contact il y ait un résiduel de réactif.

Caractéristique de la bâche de désinfection

Unité Caractéristiques
Temps de séjour mn
Résiduel de chlore en sortie mg Cl2/l 0.35

3.2. Les différentes formes du chlore dans l’eau

On distingue les deux formes suivantes :


STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 59/78
Partie I Chapitre 6 : Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

Chlore libre :...........somme des espèces oxydantes sous lesquelles se trouve le chlore
dans l’eau Cl2 + HOCl + ClO-, exprimée en mg.l-1
Chlore total :...........somme des espèces oxydantes (chlore libre), et des autres formes
du chlore (chloramines et du chlore organique)

3.3. Réaction du chlore avec l’ammoniac

Le chlore a la capacité de réduire la plupart des composés organiques de l’eau. Pour obtenir
un résiduel de désinfectant, il faudra avoir au préalable oxydé tous ces composés.

L’ammoniac est le composé organique le plus gourmant en chlore. Quand on met du chlore
dans de l’eau, il va réagir avec l’ammoniac en formant dans un premier temps de nouvelles
molécules, les chloramines, avant, dans un second temps, d’oxyder complètement
l’ammoniac.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 60/78


Partie I Chapitre 6 : Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

La courbe ci-dessous, dite courbe au point de rupture, présente cette évolution du chlore.

Chlore résiduel ppm

Ammonaque N ppm
Dose de chlore ppm

Dans un premier temps, la concentration en chlore totale augmente, alors que celle en
chlore libre reste nulle : le chlore mesuré est sous forme de chloramine.

Quand la dose de chlore augmente, la concentration diminue et passe par un minimum dit
point de rupture. A cet endroit, l’ammoniac a été totalement oxydé.

Si la dose de chlore est plus importante, le chlore libre et le chlore totale continuent à
augmenter : il n’y a plus de composés réducteur dans l’eau réagissant avec l’ammoniac.

Pour calculer le taux de traitement, on doit tenir compte de cette demande en chlore de l'eau
à laquelle on ajoute 0,3 à 0,5 mg/l pour la désinfection.

3.4. Principe de l’injection de chlore gazeux

Le chlore gazeux est commercialisé sous forme liquéfiée en bouteilles sous pression. Il est
introduit par un chloromètre à dépression servant à soutirer le gaz des bouteilles. Pour
produire de l’eau chlorée, le gaz est ensuite dissous dans une canalisation d’eau sous
pression au moyen d’un hydroejecteur. La concentration maximale de l'eau en chlore est
limitée par la solubilité (4 g/l

1. Bouteille de chlore
2. Filtre
3. Soupape d’entrée de chlore
4. Détendeur
5. Pointeau de réglage
6. Débitmètre
7. Hydro-éjecteur

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 61/78


Partie I Chapitre 6 : Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

Quand il y a plusieurs bouteilles de chlore, un inverseur automatique est inséré dans le


circuit au niveau du détendeur permettant de basculer de la bouteille vide vers la bouteille
pleine.

3.5. Neutralisation des fuites de chlore gazeux

La neutralisation du chlore gazeux en cas de fuite se fait à l’aide d’une solution de


neutralisation contenant :

 De la soude pour dissoudre le chlore et le transformer en eau de javel


 Du thiosulfate pour réduire le chlore solubilisé par la javel

La réaction de dissolution en présence de soude est la suivante :

2 NaOH  Cl 2 
 NaOCl  NaCl H 2 O n
Il faut 1,13 kg de NaOH pour neutraliser 1 kg de chlore

La réaction de neutralisation est la suivante :

4 Cl 2  Na 2 S 2 O 3 ,5 H 2 0  10 NaCl 
 2 Na 2 SO 4  8 NaCl  10 H 2 O
Il faut 1,1 kg d’hyposulfite de sodium (ou thiosulfate) pour neutraliser 1 kg de chlore

La réaction de neutralisation est une réaction exothermique.

3.6. Principe d’action du bioxyde de chlore

Les activités bactéricides, virulicides et sporicides du bioxyde sont similaires à celles du


chlore. L'action est moins sensible au pH, ce qui permet une gamme plus large de
fonctionnement.

On a peu d'informations sur le mode d'action du bioxyde.

A pH 7, le bioxyde de chlore est aussi efficace que l'acide hypochloreux vis à vis des
entérobactéries. Le pH n'a que peu d'influence entre 6 et 9,5. En milieu acide, le chlore sera
plus actif, en milieu alcalin le bioxyde. Le bioxyde est aussi très efficace sur les virus.

Le bioxyde est un composé très volatil. Les pertes varient de 9 à 30 % en heure selon la
température de l'eau.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 62/78


Partie I Chapitre 6 : Remise à l’équilibre / Désinfection / Reprises

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 63/78


Partie I

Chapitre 7
Traitement des boues

1. Principe

L’atelier de déshydratation des boues comprend :

 Une bâche à boue


 Un épaississeur
 Une centrifugeuse

Bâche eaux sales

Les bâches d’eaux sales reçoivent toutes les eaux provenant des purges du décanteur, du
lavage des filtres à CAG et de l’ultrafiltration.

Elles sont ensuite envoyées vers l’épaississeur.

Epaississeurs

Deux épaississeurs servent à concentrer les boues à traiter sous l’action de la décantation.
Les boues se concentrent en fond d’ouvrage alors que l’eau interstitielle est récupérée en
surface, à la périphérie de l’ouvrage.

La surverse de l’épaississeur est dirigée vers le Lot.

Poste de polymère
Le poste de polymère permet de préparer les polyélectrolytes à des concentrations définies.
Le polymère permet d’accroître la qualité de séparation entre la boue et l’eau sur l’étage de
déshydratation.

Centrifugeuse
La centrifugation permet à partir de boues, de récupérer en sortie deux produits distincts à
savoir, les centrats et les boues déshydratées.
Les centrats sont retournés vers la bâche d’eaux sales, tandis que les boues déshydratées
sont envoyées vers les bennes de stockage.

Chaulage
Le chaulage permet d’augmenter la siccité de la boue par ajout de chaux vive. Ce procédé
permet également de réduire les odeurs en stabilisant la boue.

Stockage
Les boues ainsi traitées sont dirigées vers un stockage en bennes.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 64/78


Partie I Chapitre 7 : Traitement des boues

2. Description

2.1. Epaississeur

Un épaississeur est un ouvrage circulaire. Une goulotte périphérique de surverse assure la


récupération des eaux claires.

Les boues sont admises dans une jupe centrale, le clifford, d'une profondeur d'un mètre
environ. Le fond de l'ouvrage est incliné vers le centre où une fosse permet la récupération
des boues épaissies.

Caractéristiques des épaississeurs

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre d’épaississeur U 2
Diamètre m 10,6
Hauteur de paroi droite m 3,2
Surface totale m2 176
Vitesse ascensionnelle m/h 0,62
Débit d’alimentation m3/h 110

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 65/78


Partie I Chapitre 7 : Traitement des boues

2.3. Alimentation de la déshydratation

Les boues de l’épaississeur sont reprises par pompe volumétrique pour l’alimentation de la
centrifugeuse.

Il est important d’avoir un débit le plus constant possible de manière à bien travailler sur la
centrifugation.

Caractéristiques de la pompe d’alimentation de la centrifugeuse

Caractéristiques Total
Nombre de pompe U 1
Type de pompe Volumétrique à VV
Débit unitaire M3/h
Fréquence mini / maxi Hz
Puissance kW

2.4. Déshydratation par centrifugeuse

Dans une centrifugeuse, la séparation de l’eau et de la boue se fait par une mise en rotation
à grande vitesse par l’action de la force centrifuge.

La centrifugeuse est constituée :

 d’un bol cylindro-conique à axe horizontal tournant à grande vitesse


 d’une vis sans fin hélicoïdale disposée coaxialement qui permet à la boue de
progresser à l’intérieur du bol

La centrifugeuse est alimentée en boues par des pompes de type volumétrique à vis
excentrée.

Les boues sont introduites à l’intérieur du rotor. Elles sont réparties entre le bol de
décantation et la vis convoyeuse de sédiments où elles sont soumises à la force centrifuge.

L’injection de polymère se fait à l’aide des pompes doseuses, dans les canalisations
d’alimentation de la centrifugation.

Le liquide clarifié est entraîné vers des orifices d’évacuation, tandis que le solide décanté
progresse à une vitesse réglée par le différentiel de rotation entre la vis d’extraction et le bol.
Les boues sont évacuées en continu à l’extrémité conique de ce même bol.

Le différentiel de rotation est la différence de vitesse de rotation entre la vitesse du bol et la


vitesse de la vis.

Les centrifugeuses disposent d’un régulateur spécifique assurant la lecture et le contrôle en


continu du couple résistant généré par le produit traité, ainsi que la lecture en continu de la
vitesse relative.
Le contrôle automatique du couple résistant protège ainsi systématiquement et
instantanément la décanteuse des surcharges accidentelles à l’alimentation.

Les centrats (l’eau extraite des boues), sont repris en conduites et dirigés vers la bâche X.
Les boues déshydratées sortant de la centrifugeuse, sont malaxées puis pompées vers le
chaulage.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 66/78


Partie I Chapitre 7 : Traitement des boues

Cette vis sert également à l’évacuation de l’eau en début et fin de cycle de centrifugation.

Caractéristiques de la centrifugation

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre de centrifugeuse U 1
Débit hydraulique unitaire m3/h 7,5
Débit massique unitaire Kg MS/h 90 (à 12 g/l)

2.5. Polymère

Le polymère sert principalement à la centrifugation.


Pour faciliter l’épaississement de la boue, du polymère est injecté en entrée d’épaississeur.

Le polymère poudre est livré en sac.

La mise en solution de ce produit doit être minutieuse et son transfert doit se faire à sec. Elle
se fait dans une centrale polymère qui assure la mise en solution et la maturation du
polymère. La concentration maximale est de 3 g/l car la solution devient trop visqueuse au-
delà.

La poudre stockée dans une trémie est injecté dans le bac de préparation par une vis
doseuse afin d’effectuer un dosage précis de la quantité mise en œuvre. La concentration
est établie par l’ajout d’eau de préparation. Un agitateur rapide favorise la mise en solution
du polymère

Le passage vers chaque cuve s’effectue en continu et par surverse d’un bac à l’autre

Caractéristiques de la centrale de préparation de polymère poudre

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre de préparation U 1
Volume de la trémie L 100
Nombre de compartiments 1
Volume préparation l 1 075
Capacité de la centrale kg/h 20
Concentration préparation g/l 1

L’injection de polymère est assurée par des pompes.

Caractéristiques des pompes d’injection de polymère

Epaississeur et
Caractéristiques Centrifugation
lubrification
Nombre de pompe U 1 + 1S 1 + 1S
Type de pompe Volumétrique à VV Volumétrique à VV
Débit unitaire l/h 25 500
Dose 1.0 g/m3 6 kg/T MS

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 67/78


Partie I Chapitre 7 : Traitement des boues

2.6. Chaulage

L’ajout de chaux vive permet d’obtenir :

 une siccité finale des boues satisfaisante


 de stabiliser les boues afin de pouvoir les intégrer à un plan d’épandage

Le silo de stockage de chaux est implanté en terrasse.


Son fond conique est équipé d’un dévouteur - extracteur - doseur pour le soutirage et le
dosage de la chaux vive.
Un système de vibreur évite le voûtage

La chaux vive est convoyée par un système de vis successives à savoir :

 vis doseuse
 injecteur

L’injecteur est placé sur l’équipement de mélange à savoir la pompe gaveuse.

Caractéristiques des ensembles

Caractéristiques Valeur
3
Capacité silo m 30
Densité chaux 0,9
Débit doseur de chaux kg/h 60 à 130

2.7. Transport et stockage en bennes

Les boues en sortie de centrifugeuse sont mélangées à la chaux éteinte par l’intermédiaire
du dévouteur de la pompe gaveuse qui sert au transfert des boues chaulées vers la zone de
stockage.

La pompe gaveuse est équipée de :


 un dévouteur
 une régulation de niveau

La trémie de la pompe gaveuse est équipée de capteurs de niveau permettant de maintenir


un niveau constant de produit à reprendre. Le fonctionnement de la pompe est asservi à
cette détection de niveau. Ce dispositif permet également d’éviter les fonctionnements à sec.

Les boues sont dirigées vers la benne de stockage.

Caractéristiques des pompes gaveuses

Caractéristiques Valeur
Nombre de pompe U 1
Type de pompe rotor excentré
Débit unitaire m3/h 0.6 à 3
Pression B 12

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 68/78


Partie I Chapitre 7 : Traitement des boues

En fin de remplissage, il est possible d’injecter de l’air dans la canalisation de transfert pour
la vider.

2.8. Stockage des boues déshydratées

 Les boues déshydratées tombent dans une benne de stockage

Caractéristiques du stockage

Caractéristiques Unité Valeur


Nombre U 1
Type de benne Extérieure – couvert
Volume disponible M3 8
Surface disponible M2 8
Nombre de point de dépotage U 1

3. Bases théoriques

3.1. Epaississeur

La conception d’un épaississeur prend en compte la charge massique au radier. Elle


caractérise la capacité de l’épaississeur à séparer les matières en suspension en entrée
d’ouvrage par décantation sur le fond. Au-delà d’une charge massique limite, les boues ne
peuvent plus être séparées et partent dans l’eau décantée.

Le calcul de la charge massique prend en compte la totalité des boues produites sur la
station.

C radier ( kg / m 2 . j ) 
  MES  (g / l)  Q ( m3 / j )
S miroir ( m2 )

Unité Valeurs
Production de boues Kg/j 760
Surface m2 42
Charge massique au radier Kg MS/m2.j 18

3.2. Centrifugeuse

La capacité de la déshydratation a été déterminée en tenant compte des critères suivants :

 Extraction de la production hebdomadaire de boue pendant les 5 jours ouvrables de


la semaine
 Durée hebdomadaire de fonctionnement des équipements compatible avec de
bonnes conditions d’exploitation

Capacité de la centrifugation

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 69/78


Partie I Chapitre 7 : Traitement des boues

Caractéristiques Unité Valeurs


Débit massique unitaire Kg/h 200
Production journalière de boue kg MeS/j 760
Durée hebdomadaire h/sem 40
Durée journalière h/j 8 h/5 j

3.3. Polymère

Les polymères sont des poly électrolytes ou des macromolécules. La dose de réactif est
déterminée par une relation stœchiométrie, tout sur dosage conduisant à une re stabilisation
des boues floculées.

La molécule de polymère se fixe sur un ou plusieurs sites d’adsorption à la surface du floc,


en maintenant libre une autre partie dans la solution. La déstabilisation optimale s’établit
quand une partie seulement des sites d’adsorption disponibles est occupée, les autres
restants disponibles pour une seconde adsorption par pontage. Un excès d’agitation gène la
formation des ponts et favorise l’enrobage simple des colloïdes.

Principe de l’adsorption et pontage inter particulaire

déstabilisation par adsorption floculation par pontage re stabilisation par surdosage

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 70/78


Partie I

Chapitre 8
Services

1. Air comprimé

L’air comprimé utilisé sur l’usine est produit par un compresseur d’air pour la file eau et un
compresseur pour l’ultrafiltration (et décolmatage de la pompe d’eau brute).

Le réseau de production d’air comprimé comprend les équipements suivants :

 Compresseur
 Un ballon d’air comprimé
 Déshumidificateur
 Piège à particule

Caractéristiques production air comprimé file amont

Caractéristiques Valeurs
Type de compresseur Piston
Nombre de compresseur 1
Volume du ballon L
Pression nominale Bar 6

Caractéristiques production air comprimé Ulrafiltration

Caractéristiques Valeurs
Type de compresseur Piston
Nombre de compresseur 1
Volume du ballon L
Pression nominale Bar 6

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 71/78


Partie I

Chapitre 9
Rappel sur les équilibres calco-carboniques

1. Les bases de l’équilibre calco-carbonique

Les éléments fondamentaux sont toujours présents dans une eau naturelle, quelle que soit
son origine en raison de leur abondance à la surface de la terre dans les sols ou
l’atmosphère.

Le gaz carbonique présent dans l’atmosphère se dissout en grande quantité dans l'eau. Les
réactions chimiques qui vont se dérouler font intervenir un ion H +, et influenceront donc le
pH.

L'équilibre calco-carbonique décrit les relations qui relient les éléments fondamentaux entre
eux. Il fait intervenir la dissolution du gaz carbonique dans l'eau, la dissociation de l'eau, et la
précipitation des carbonates.

Dissolution du gaz carbonique

A l'interface eau/atmosphère, il y a échange entre le gaz carbonique atmosphérique (CO 2 g)


et le gaz carbonique dissous dans l'eau (CO2 aq).

Les autres réactions se déroulent en phase liquide où se mettent en équilibre le gaz


carbonique dissous, l'anhydride carbonique (H2CO3) le bicarbonate (HCO3-) et le carbonate
(CO32-). Les réactions d'équilibre sont très rapides. Par simplification, on confond le gaz
carbonique dissous et l'anhydride carbonique.

Les équations d'équilibre sont les suivantes :

Equilibre interface eau/atmosphère CO2 ( g )  H 2 CO3

Première dissociation H 2 CO3 + H 2 O  HCO3- + H 3 O +

Seconde dissociation HCO3- + H 2 O  CO32- + H 3 O +

Précipitation des carbonates

Les carbonates (CO32-) sont en équilibre avec les carbonates de calcium ou de magnésium
en phase solide.

CO32  + Ca 2 +  CaCO3

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 72/78


Partie I Chapitre 9 : Rappel sur les équilibres calco-carboniques

En présence d'un excès de carbonate (CO32-), l'eau aura tendance s'il y a du calcium à
former un précipité de carbonate de calcium : on parle d'une eau incrustante. A l'inverse, une
eau ayant une concentration très faible en carbonate, aura tendance à dissoudre du
carbonate de calcium pour se remettre à l'équilibre : on parle alors d'une eau agressive.

Les réactions de l'équilibre calcocarbonique

CO2g


CO2aq  H2O

2 
3s H
CaCO 3aq
2CO aq 
Ca 2HCO
3aq

Produit ionique de l'eau

H 3 O + + OH -  H 2 O

Les 6 éléments fondamentaux d'une eau sont donc : OH-, H3O+, CO2aq, HCO3-, CO32- et
Ca2+

2. Mesure des espèces carbonées minérales

L'alcalinité d'une eau est sa capacité à accepter des ions H 3O+. Elle est essentiellement due
aux ions HCO3- et CO32-, pour les pH < 8,3, auquel il faut ajouter OH - pour les pH > 8,3.
L'alcalinité s'exprime en mmol.l-1 ou plus souvent chez les traiteurs d'eau en degrés français
(°F).

On distingue :

le titre alcalimétrique simple : TA = [OH-] +.[CO32-] en mmol.l-1


ou TA = [OH-] + 1/2.[CO32-] en °F

le titre alcalimétrique complet : TAC = [OH-] + 2.[CO32-] + [HCO3-] en mmol.l-1


ou TAC = [OH-] + [CO32-] + [HCO3-] en °F

Le degré français est équivalent à 10 mg.l-1 de CaCO3, soit 2 meq.l-1.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 73/78


Partie I Chapitre 9 : Rappel sur les équilibres calco-carboniques

3. Neutralisation du CO2 agressif

Le gaz carbonique agressif correspond à la concentration de CO 2 présent dans l’eau qui est
susceptible de réagir avec le carbonate de calcium

2 CO 2 + Ca(OH) 2  Ca(HCO 3 ) 2

Il faut 1°F de chaux par 1°F de CO2 ; le TH augmente de 1°F.

La chaux introduite réagit sur le CO2 libre pour précipiter en carbonate de calcium. Des
réactions de précipitations parallèles peuvent avoir lieu avec la dureté calcique et
magnésienne, le sel de fer ce qui explique une surconsommation en chaux par rapport à la
simple teneur en CO2.

4. Utilisation du graphique carbonique

Les données sont :

- le pH
- l’alcalinité
- la teneur totale en calcium
- la température

L’alcalinité et la teneur en calcium sont exprimées en CaO (mg/l).


Si les caractéristiques sont données en unité différente, la correspondance des échelles du
graphique permet de faire immédiatement les transformations les plus usuelles.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 74/78


Partie I Chapitre 9 : Rappel sur les équilibres calco-carboniques

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 75/78


Partie I Chapitre 9 : Rappel sur les équilibres calco-carboniques

4.1. Positionnement d’un point caractéristique de l’eau sur le graphique

Détermination du rapport Alc/CaO

Alc correspond à l’alcalinité de l’eau, c’est-à-dire au TAC exprimé le plus souvent en °F.

CaO représente la teneur de l’eau en calcium (dureté calcique) exprimée le plus souvent en
mg de Ca par litre ou en °F. Autrefois, cette dureté était exprimée en mg de chaux CaO par
litre. Il est indispensable d’exprimer Alc et CaO dans la même unité.

Marquer le point sur le diagramme auxiliaire dans l’angle haut à gauche (température,
Alc/CaO)

Tracé de la droite de saturation CO3Ca.

Amener le point 1 du calque sur la droite de référence du graphique en maintenant le


parallélisme des quadrillages du calque et du graphique (par exemple par coïncidence de
deux verticales ou horizontales). Calquer la droite : c’est la droite de saturation de l’eau
étudiée.

Positionnement du point représentatif de l’eau brute

 Placer le point représentatif de l’eau brute (pH, TAC) sur le diagramme principal.

Une eau placée en dessous de la droite de saturation est agressive.

Une eau placée au-dessus de la droite de saturation est entartrante.

Point d’équilibre

Le graphique calco-carbonique permet de déterminer les conditions nécessaires (pH, TAC)


pour que l’eau soit à l’équilibre calco-carbonique.

Le point d’équilibre dépend de la nature du réactif utilisé pour cette mise à l’équilibre. Il existe
deux courbes de références : la courbe chaux et la courbe calcaire. Selon la nature des
réactifs utilisés pour la mise à l’équilibre, il faut utiliser l’une des deux.

L’utilisation de la courbe de référence se fait de la manière suivante :

 Amener le point 2 du calque sur la courbe de référence du graphique en maintenant la


coïncidence des axes Alc du calque et du graphique
 Calquer la courbe : c’est la courbe de neutralisation de l’eau étudiée
 Le point d’équilibre correspond à l’intersection entre la courbe de neutralisation et la
droite de saturation

Calcul de la quantité de CO2 libre

 Placer le calque sur le graphique


 Tracer la droite CO2 libre qui passe par le point 2 (elle est parallèle aux droites obliques
de CO2 du calque
 Lire CO2 libre sur l’échelle à droite.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 76/78


Partie I Chapitre 9 : Rappel sur les équilibres calco-carboniques

On divise quelquefois le CO2 libre en CO2 agressif et CO2 équilibrant. Cette division
demande quelques précisions :

- Le CO2 agressif est la fraction du CO2 libre qui est susceptible d’attaquer le calcaire, c’est-
à-dire de se combiner au calcaire pour le dissoudre sous forme de bicarbonate. Pour une
eau donnée, cette attaque se fait suivant la courbe de neutralisation par le calcaire
jusqu’à l’intersection avec la droite de saturation. Le CO 2 agressif peut donc se lire sur le
graphique : c’est la différence entre le CO 2 libre de l’eau et le CO 2 libre correspondant à
ce point d’intersection.

- Le CO2 équilibrant est le CO2 correspondant au point d’intersection de la courbe de


neutralisation avec la droite de saturation en CaCO3.

4.2. Utilisation du graphique calco-carbonique pour le traitement de l’eau

Courbe de neutralisation « chaux »

Amener le point 2 du calque sur la courbe de référence « chaux » du graphique en


maintenant la coïncidence des axes Alc du calque et du graphique. Calquer la courbe : c’est
la courbe de neutralisation « chaux » de l’eau étudiée.

Courbe de neutralisation « calcaire »

Opérer de la même façon en utilisant la courbe de référence « calcaire » du graphique au


lieu de la courbe « chaux ».

Courbe de neutralisation Magno (CO3Ca MgO)

Amener le point 2 du calque sur la courbe de référence « chaux » en maintenant la


coïncidence de la ligne horizontale pH = 5,125 du calque avec l’axe Alc du graphique.
Calquer la courbe : c’est la courbe de neutralisation Magno (CO3Ca MgO) de l’eau étudiée.

Aération des eaux agressives

Le point remonte sur une verticale.

Coagulation

Le graphique est aussi utilisable pour suivre les modifications de l’équilibre calco-carbonique
lorsque l’on utilise des coagulants. Dans ce cas il faut se déplacer sur la courbe chaux.

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 77/78


Partie I Chapitre 9 : Rappel sur les équilibres calco-carboniques

Le tableau ci dessous précise la relation entre le taux de réactifs utilisé et la quantité de TAC
consommée :

Sulfate d'alumine solide


17% Al2O3 20 g/m3  1°F
Al2(SO4)3,18H2O
Sulfate d'alumine liquide
8% Al2O3 32 ml/m3  1°F
Al2 (SO4)3,18 H2O à 630 g TK/l
WAC 10 % Al2O3 50 ml/m3  1°F
Chlorure ferrique 41 % FeCl3 18,2 ml/m3  1°F
(densité 1,45)
Chloro sulfate ferrique 44 % FeCl3 18,9 ml/m3  1°F
(densité 1,5)

STEREAU PINEL HAUTERIVE (47) - Notice d’exploitation process – Ind 0 78/78