Vous êtes sur la page 1sur 36

ÉDITION 3/2013

magazine UN MONDE DE LOGISTIQUE INTELLIGENTE

UN MONDE EN
JAUNE ET BLEU
LA MARQUE : UNE FAMILLE
DES CHIFFRES QUI COMPTENT

UNE CROISSANCE EXPONENTIELLE


Jamais l’humanité n’a accumulé et stocké autant d’informations sous forme
numérique. 90 pour cent des données disponibles aujourd’hui ont été produites
au cours des trois dernières années seulement.

25 000 000 000 000 000 000


2,5 exaoctets
(un nombre avec 18 zéros) de données sont stockées
chaque jour dans le monde. Cela correspond à 2,5 Mrd
de gigaoctets, 1 gigaoctet équivalant à la quantité
de texte de 30 000 e-mails. (Source : Die Welt)

2 Mio de recherches
sont adressées toutes les minutes
à Google. (Source : Google 2012)

72 heures
d’enregistrement vidéo
sont chargées par minute
sur Youtube.
(Source : Youtube 2012) F 96 367
25 792
2010 2016

Projection de la quantité de données privées échangées sur internet dans


le monde au cours des années 2010 à 2016 (en pétaoctets par mois).
(Source : Cisco Systems)

1 pétaoctet = 1 Mio de gigaoctets =


13,3 années d’enregistrement vidéo TV-HD (Source : dibytch)

02 DACHSER magazine
SOMMAIRE

DOSSIER
L’univers des marques :
un monde en jaune et bleu 04

FORUM
Hommes et marchés : 10
Scellés et sécurité du chargement
Food Chain Management ; Industrie 4.0
Vitesse : Ralentir pour aller plus vite 14

COMPÉTENCES 04
Logistique contractuelle : chez Merck,
du nouveau pour l’emballage 16
Entreprise : Entretien avec Burkhard Eling,
nouveau directeur financier de Dachser 20
Social Business : Communiquer pour piloter 22

RÉSEAU
Compétences réseau :
Nouvelles du monde Dachser 26
Grande Bretagne et Irlande : 16
Bon vent pour les îles Britanniques 28

ESPACE ÉCHANGES
Nature et environnement : Bernhard Simon
rencontre Lars Gorschlüter 32

BONNES NOUVELLES
Motivation : Ce qui rend heureux 35

20

F Vous trouverez de
plus amples informations dans
notre DACHSER eLetter.
Plus de détails sur 28
www.dachser.com

DACHSER magazine
Editeur : Dachser GmbH & Co. KG, Memminger Str. 140, D – 87439 Kempten, Internet : www.dachser.com Directeur de la publication : Andreas Froschmayer Rédaction Géné-
rale : Anne Reiter, tél. : +49 831 5916-1423, fax : +49 831 5916-8-1423, E-Mail : anne.reiter@dachser.com, Theresia Gläser, tél. : +49 831 5916-1421, fax : +49 831 5916-8-1421,
E-Mail : theresia.glaeser@dachser.com Comité de Rédaction : Martin Neft, Christian Weber Production : Burda Creative Group GmbH, Arabellastr. 23, 81925 München,
tél. : +49 89 9250 -1320, fax : +49 89 9250-1680 Direction : Gregor Vogelsang, Dr.-Ing. Christian Fill Chef de projet auprès de Burda Creative Group : Marcus Schick
Conception : Ralph Zimmermann, Kerstin Spörer Crédit photos : photos internes sauf iStockphoto.com (p. 2, 10, 12, 13, 22, 23, 24, 25, 28, 29, 30, 31, 35), panthermedia.net
(p. 10,11), fotolia.com : polygraphus (p. 2) Olena Pantiukh, MO:SES, Vasiliy Koval, bloomua, Samytro Sandratskyi (p. 14), Merck (p. 3, 16, 17, 18, 19), hybridairvehicles.com (p. 12),
Illustration: Ralph Zimmermann (p. 32–34) Imprimerie : AZ Druck und Datentechnik GmbH, 87437 Kempten Tirage : 38 000 ex. / 54ème année Périodicité : trimestrielle Langues :
allemand, anglais, français. Le DACHSER magazine est imprimé sur papier NovaTech, certifié FSC®-Mix, fabriqué à partir de bois issu de forêts gérées durablement.

DACHSER magazine 03
DOSSIER

UN MONDE EN
JAUNE
ET BLEU

Rayonnement d’une marque :


le stand Dachser

04 DACHSER magazine
DOSSIER

Dachser – un nom qui tient ses promesses, celles-ci


étant : qualité, innovation, loyauté, continuité.
Pour faire passer ce message auprès des clients et
des collaborateurs, le logisticien exploite, jour après jour,
toutes les ressources de la gestion de la marque.

On dirait le soleil levant  : un jaune format  », explique Birgit Kastner-Simon,


h rayonnant sur fond bleu vous accueille
dans le hall B6 du salon transport logistic
responsable Corporate Marketing chez
Dachser. Les messages essentiels de l’entre-
2013. Dachser se présente aux clients et aux prise familiale : « one world – one company –
visiteurs sur un stand aux dimensions géné- one network » figuraient déjà sur les invita-
reuses (101/102). En guise de plafond, des tions au salon transport logistic, précise-
cubes bleus paraissent suspendus dans les t-elle. « Cet accord à trois notes nous localise
airs et, sur les côtés, de grands carrés jaunes parfaitement. De plus, le slogan du salon
délimitent l’espace, tout en le laissant ouvert «  here – there – everywhere  », fait écho au
et transparent de toutes parts. Une vague de nôtre et souligne le caractère international
tubes lumineux lui imprime un mouvement de notre marque. »
calme et régulier. Différents écrans ouvrent Que le nom de Dachser soit associé à une
des fenêtres sur un monde divers et plein excellente réputation et qu’il attire sur
de vie. «  Les salons donnent l’occasion à notre stand un afflux constant de visiteurs du
l’entreprise de présenter son identité en grand monde entier est le résultat de nombreuses ‡

DACHSER magazine 05
DOSSIER

Lancement du réseau European Food Network :


présentation des partenaires

années d’une gestion attentive de la marque. du client.  » Jamais un client n’achète un


Birgit Kastner-Simon, responsable marke- produit. Il achète la valeur que ce produit
ting, a placé les quatre «  P  » classiques du lui apporte.
marketing mix au centre de sa stratégie et Si cette approche est facile à comprendre,
de toutes ses actions : « Product, Price, Place elle l’est moins en termes de concrétisation.
and Promotion  ». «  Les produits, les prix À plus forte raison pour une prestation lo-
ainsi que les politiques commerciale et de gistique que l’on ne peut appréhender, à la
communication sont en constante interac- différence d’une belle voiture ou d’un vête-
Un produit se fabrique tion. Nous nous efforçons de respecter cette ment chic, ni d’un coup d’œil ni par «  fee-
en usine mais ce conception globale et systémique de la ling ». « En tant qu’entreprise familiale basée
que le client achète, marque dans tout ce que nous faisons, pré- sur des valeurs, notre mission est de mettre
c’est une marque ; cise-t-elle. Elle nous sert de boussole pour en évidence ce qui fait le cœur de notre
un produit peut être notre approche des marchés et des clients marque à savoir la qualité, l’innovation, la
imité par un con- et nous permet de vérifier que nous restons loyauté et la continuité  », souligne Birgit
current, une marque fidèles à nous-mêmes au regard de notre Kastner-Simon. «  Nous devons constam-
est unique. activité d’entrepreneur en termes de qualité ment nous rappeler d’où nous venons et où
Stephen King
et de souci du service. » nous allons, c’est-à-dire quels sont nos objec-
tifs stratégiques à long terme. Cela implique
Bien plus qu’une promesse que nous sachions aussi évaluer honnêtement
publicitaire nos possibilités et nos limites. » Comprise et
Cette philosophie est fondée sur la convic- vécue ainsi, l’identité Dachser unit tous les
tion que les marques sont plus que de simples éléments de l’entreprise par-delà les frontières
promesses publicitaires. Elles donnent des et constitue la clef de voûte de la marque.
repères, assumant donc aussi une responsa- Pour Birgit Kastner-Simon, cette démarche
bilité sociale. « Si une entreprise veut que sa ouvre des possibilités mais impose aussi des
marque soit accueillie avec bienveillance et limites. «  Dachser ne lance des projets, des
qu’elle soit jugée positivement, il lui faut produits, des innovations ou ne s’engage
aller à la rencontre du consommateur et en- dans un pays que si cela est compatible avec le
trer en contact avec lui, à tous les niveaux de cœur de la marque.  » Interdépendants, les
la communication, pour lui permettre de se quatre « P » du marketing servent, à la marque,
l’approprier.  » Ce précepte du marketing de système de repères pour se positionner.
avait déjà été énoncé au milieu du dernier
siècle par l’économiste américain Peter F. Importance de la qualité
Drucker à l’intention des managers en quête « Qualité élevée et prix avantageux – trouver
de réussite : « Le marketing, cela consiste à entre ces attentes un point d’équilibre judi-
voir toute votre activité à travers les yeux cieux, optimal pour tous les acteurs est un

06 DACHSER magazine
DOSSIER

exercice difficile pour nous logisticiens  »,


commente Birgit Kastner-Simon. Détermi-
ner son offre de services uniquement à partir
du prix en laissant de côté le produit, la dis-
tribution et la communication peut rapide-
ment coûter très cher, à tous. Si l’on tient
compte de tous les paramètres, il faut privi-
légier la qualité et renoncer à proposer les
DIALOGUE
prix les plus avantageux sur le marché. Pour
Birgit Kastner-Simon, cette certitude se tra-
duit par un positionnement très clair quant Changement organique
à la marque Dachser, aussi bien à l’extérieur
Bernd Grossmann (46 ans) a rejoint Dachser il y a 20
de l’entreprise qu’à l’intérieur, pour tous ses
membres, sans distinction. «  Nous sommes ans. Diplômé de gestion d’entreprise, il dirige l’agence de
tous des « vendeurs », c’est pourquoi il faut Karlsruhe depuis 2007. Il a accompagné de près le chan-
que nous sachions tous comprendre, connaî- gement de nom de Dachser SWS.
tre et représenter Dachser. Il faut que chaque
jour nous puissions supporter la comparaison Monsieur Grossmann, qu’avez-vous retenu du rebranding ?
avec nos concurrents et nous affirmer comme Un changement de nom n’est pas une mince affaire. Il demande une grande
les meilleurs.  » Dachser étant présent dans préparation en matière d’organisation, mais aussi sur le plan émotionnel, pour ne
41 pays, les stratèges en marketing sont sou- pas susciter d’angoisse chez les clients et les collaborateurs. L’équipe dirigeante
vent amenés à se demander si ce que l’une ou
se doit alors de faire preuve de responsabilité et d’un fort investissement pour
l’autre des filiales locales propose sur son
informer le personnel et réaliser ainsi un changement organique. A titre d’exem-
propre marché correspond à l’image et au
cœur de la marque. Pour Birgit Kastner- ple, le fait que SWS et Dachser dressent la liste de leurs valeurs communes
Simon, il est clair « qu’une marque doit ins- a été d’une très grande utilité.
pirer confiance aux acteurs du marché, aux
clients, aux collaborateurs, et ce dans le A quoi le projet risquait-il de se heurter ?
monde entier quels que soient les pays ou Dans la région, le nom de « SWS » est traditionnellement perçu de façon très
les cultures. La combinaison de «  Product, positive, notamment dans les PME. Aidés par tout un arsenal de mesures
Price, Place and Promotion » sera toujours ce (prospectus, annonces, fréquents dialogues personnels), nous avons depuis des
qui rend la marque unique en son genre. années préparé les clients à cette nouvelle situation.

Force de l’intégration Comment les clients ont-ils réagi ?


La marque Dachser reflète ainsi le dyna- Très bien. Nous avons pu leur démontrer que rien n’allait changer pour eux,
misme des marchés et favorise l’amélioration
que les prestations et leurs partenaires restaient les mêmes. Ils ont dit apprécier
et le développement de prestations, services
la combinaison de la compétence régionale et des avantages liés à un réseau
et solutions. Elle a aussi son mot à dire sur
la politique des prix. Bernhard Simon, porte- européen unique en son genre couvrant aussi le monde entier. Ils l’associent
parole de la direction de Dachser affirme  : maintenant invariablement au nom Dachser.
«  Seul le nom Dachser garantit la qualité
Dachser ». L’intégration des sociétés reprises Quelle a été la réaction des collaborateurs ?
et le changement de nom d’entreprises aupa- Les collaborateurs de SWS étaient traditionnellement fiers du développement de
ravant indépendantes revêtent chez Dachser l’entreprise et de sa notoriété régionale. C’est sur cette base que s’est dévelop-
une grande importance. On l’a vu dernière- pée tout naturellement ces dernières années une nouvelle fierté, celle d’apparte-
ment lors du rebranding réussi de Dachser nir à la famille Dachser. Elle est reconnaissable à de petites choses comme
SWS Karlsruhe (voir l’entretien p. 7). C’est
le plaisir, lors du rebranding, de porter casquettes et vestes siglées Dachser.
actuellement le cas avec l’intégration de
Transunion sur la péninsule ibérique. Dix Quelles perspectives s’ouvrent aux collaborateurs ?
bonnes années auront été nécessaires, par
Notre entreprise familiale pratique une communication interne ouverte, une
exemple, à Dachser et Graveleau pour faire
coopération qui s’opère par-delà tous les échelons de la hiérarchie, et de plus
naître de leur projet commun une entreprise
performante, Dachser France. Ayant repris offre le cadre d’un réseau mondial. Tous ces éléments apportent, aux collabora-
les couleurs et le nom de l’entreprise-mère, teurs, une garantie de stabilité et de sécurité, ainsi que la certitude d’être humai-
Dachser France propose depuis 2010 les nom- nement à leur place, c’est-à-dire d’être l’homme ou la femme de la situation.
breuses prestations de la marque forte. ‡

DACHSER magazine 07
DOSSIER

Des bâtiments à la flotte automobile en


passant par les postes de travail et les équipe-
ments commerciaux, les 50 agences ont
revêtu les « habits » Dachser. « Nous sommes
les seuls dans notre branche à avoir réalisé ce
genre de performance », souligne Bernhard
Simon. Pour lui, cette démarche est essen-
tielle dans le processus d’intégration : « Don-
ner à l’une de nos sociétés locales le nom
de Dachser, cela équivaut à la certifier digne
de la marque Dachser. »

Rendre la marque visible


Que ce soit lors de la fondation de nouvelles
sociétés locales ou de l’acquisition d’entre-
prises déjà existantes, qui devront être inté-
grées, – en quelque endroit du monde où
Dachser opère, le Corporate Design entre
en action. Sa tâche consiste à revêtir l’entre-
prise concernée des attributs visuels qui
signaleront son appartenance à la marque et
lui conféreront son caractère unique, donc
facilement identifiable. La clé du succès en
la matière réside dans le langage visuel et au-
ditif (qui doit être clair, net et singulier), les
formes, les couleurs, le graphisme, les mani-
festations sonores restant les mêmes partout
dans le monde. C’est absolument indispensa-
ble », affirme Birgit Kastner-Simon. « Le ca-
dre visuel et l’application rigoureuse des règles
intérieures de l’entreprise en termes de cou-
leurs, logos et inscriptions, traduisent l’iden-
tité de l’entreprise, la rendent facilement mé-
morisable et accroissent donc sa notoriété. »
«  La première chose qui apparaît visuelle-
ment, c’est la flotte automobile  », expose la
responsable du marketing. «  Les 8 000 ca-
mions jaune et bleu, leurs remorques et les
caisses mobiles qui sillonnent chaque jour les
routes d’Europe, donnent une image de pro-
preté, de qualité et de mobilité dans la maî-
trise des flux de marchandises. » Le deuxième
élément important du marketing est l’appa-
rence offerte par l’agence : elle est la concré-
tisation directe des promesses de la marque.
«  Nous sommes une référence dans notre
secteur par la modernité de nos installations
et de nos équipements. Le client sent qu’il
peut accorder sa confiance, que ses produits
de valeur et leur transport sont en sécurité,
en bonnes mains. »

Comprendre les clients


Performance en couleurs :
Dans cette perspective, le service au client
la marque Dachser brille constitue une part importante de la promesse
en jaune et bleu de la marque. « You can come up with the best

08 DACHSER magazine
DOSSIER

Les 8 000 camions jaune et bleu, leurs remorques et les caisses mobiles qui sillonnent
hh chaque jour les routes d’Europe, donnent une image de propreté, de qualité et de mobilité
dans la maîtrise des flux de marchandises Birgit Kastner-Simon, responsable Corporate marketing chez Dachser

strategy in the world – the implementation is tation Dachser. C’est une histoire plaisante Dachser a déjà été visionné 73 690 fois sur
90 percent of it – la meilleure stratégie au qui raconte, avec un clin d’œil malicieux, You Tube. Un vrai succès. « Cut » s’adresse à
monde ne sert à rien si sa mise en œuvre ne l’histoire de la logistique globale : sur le tour- l’émotionnel pour donner vie à la logistique.
suit pas. » Cette formule est celle qu’Alfred nage d’un film en Extrême-Orient, les décors Au salon, sa projection a suivie d’un entretien
Brittain, ex-directeur de Bankers Trust, représentant un paysage alpin s’effondrent. entre experts chevronnés et la direction de
adressait aux responsables de la stratégie Furieux, le metteur en scène exige qu’il soit l’entreprise puis de la démonstration de
marketing. En pratique, elle signifie qu’il remplacé par du solide. Un chalet authentique systèmes logistiques innovants. Comme vu à
est indispensable de comprendre le client et est alors acheminé très rapidement d’Autriche travers un kaléidoscope, le monde Dachser
ses attentes pour pouvoir le soutenir et lui jusqu’au pays du Soleil-Levant via le réseau a fait naître nombre d’impressions différen-
proposer des solutions optimales. L’analyse mondial de Dachser et ses processus intégrés. tes et marquantes. Et c’est bien ainsi, car
annuelle de la satisfaction clients est, pour Happy end pour tout le monde grâce à des « aujourd’hui un visiteur ne vient pas au salon
Dachser, un instrument important du mana- solutions intelligentes, dans l’intérêt du client. simplement pour se distraire, constate Birgit
gement de la qualité. Elle contribue à déce- Le message est reçu cinq sur cinq : rien que Kastner-Simon, mais pour connaître le fris-
ler les besoins des clients et les potentiels dans le mois qui a suivi sa première présenta- son d’enthousiasme que suscitent les solu-
d’amélioration des services. Pour Alexandre tion lors du salon transport logistic, le film tions pleines d’idées et d’avenir. » M. Schick
Windhorst, responsable création dans l’une
des plus grandes agences publicitaires
d’Europe dirigées par leurs propriétaires,
«  l’intérêt de la gestion de la marque, c’est
de répercuter les messages de l’entreprise,
de démultiplier son modèle de référence et
de le transposer dans les pays du réseau. Il
est impressionnant de voir avec quelle inten-
sité, quel sérieux et quelle rigueur Dachser
œuvre au développement et à l’expansion
de sa marque. »

Voir, entendre, toucher


Au salon transport logistic la marque ainsi
comprise impressionne par ses couleurs in-
tenses, ses slogans percutants, ses messages
qui accrochent. «  Nous sollicitons tous les
sens pour la perception de la marque. À tous
les points de rencontre, on doit voir, entendre,
ressentir ce qu’est vraiment Dachser », déclare
Birgit Kastner-Simon. C’est la raison pour
INFO
laquelle elle a doté Dachser, il y a longtemps
déjà, du premier logo sonore de la branche.
« Il rend perceptible à l’oreille une prestation Un tout nouveau film de présentation
de service abstraite. On peut l’entendre lors Dachser a réalisé un nouveau film de présentation, prêt
de l’attente au téléphone, sur la bande son de
juste à temps pour le salon transport logistic. Il dépeint,
notre film de présentation, en ouverture ou
avec un clin d’œil malicieux, le monde intégral, ou presque,
conclusion de nos présentations Powerpoint
ou lors de l’arrêt ou du démarrage de nos de la logistique globale. Tout en divertissant, il donne accès à la compré-
ordinateurs », explique-t-elle. Sur le grand hension de solutions complexes. Dachser vous invite à le regarder :
écran central du stand Dachser débute juste- www.dachser.com ou bien sur smartphone par le code QR (ci-dessus).
ment « Cut », le tout nouveau film de présen-

DACHSER magazine 09
FORUM

SÉCURITÉ DU TRANSPORT SOUS


SCELLÉS
De petite taille, peu visibles et pourtant très
efficaces, les scellés protègent les marchandises
de valeur dans leurs voyages. Portrait.

La confiance n’exclut pas le contrôle. La variété des scellés n’en est cependant pas
h C’est à ce principe que répondent les
scellés (appelés aussi plombs) protecteurs,
moins grande : haute sécurité, de sécurité, à
barre ou avec indicateur. Cette dernière caté-
petits par la taille mais d’une grande fiabilité. gorie se contente de signaler si un contenant,
De la façon la plus simple qui soit, ils ré- une lettre ou un extincteur a été ouvert sans
vèlent en effet au destinataire d’une livraison autorisation, car, à la différence des autres,
si celle-ci, pendant son voyage, a été préser- leur plastique ou métal léger les rend faciles
vée de regards et manipulations non autori- à enlever, même sans outil.
sés. Ces petits agents de protection étaient,
tout d’abord (il y a 5 000 ans), en argile puis Combinaison à chiffres
en cire. Aujourd’hui ils sont en métal et plas- Cependant, tout ce qui ne doit pas être ouvert
tique. Protégeant un chargement ou une et déballé sans autorisation est aujourd’hui
livraison d’ouverture et de manipulation frau- dûment scellé. Pour que les scellés ne soient
duleuses, ils sont indispensables à la sécurité pas échangés clandestinement pendant le
du transport. C’est presque un miracle que transport, ils sont numérotés et portent une
la logistique high tech ne les ait pas encore combinaison chiffrée, gravée au laser. Celle-
remplacés par des puces électroniques, bar- ci peut aussi inclure le logo de l’entreprise.
rières laser ou autres dispositifs codés et so- Pour éviter qu’il existe deux exemplaires
phistiqués. d’un même scellé, chaque opérateur dispose

Le mot « scellé » est dérivé


de « sceau », « plomb » du nom du
métal. Dans l’Antiquité et au
Moyen-âge, c’étaient le plus souvent
ou bien le service des impôts (celui
des poids et mesures) ou bien les
corporations, le négociant, ou
encore le fabricant lui-même qui
apposaient les scellés.

10 DACHSER magazine
FORUM

DIALOGUE

Transport en toute sécurité


Dans le commerce transatlantique, le Code de commerce
prescrit l’emploi de scellés de haute sécurité. Entretien avec
Maria Schmid, Foreign Compliance Coordinator, sur la sécurité
dans la chaîne logistique.

Pour quel genre de fret emploie-t-on des scellés haute sécurité et


pourquoi ?
Les scellés haute sécurité sont employés pour le fret maritime et sont obligatoires
pour les transports de conteneurs vers les Etats-Unis. Ils sont destinés à en
empêcher l’ouverture par des personnes non autorisées ainsi qu’à bannir le trafic
de drogues et les attentats terroristes.

Quelle contribution Dachser peut-il apporter au respect de ces standards


de sécurité ?
Dachser, dûment certifié, a adhéré de son propre gré au programme « Customs-
Trade Partnership Against Terrorism » (C-TPAT). La sécurité de la chaîne logistique
est pour nous un objectif majeur.

Dans quelle mesure l’emploi de scellés a-t-il évolué ces dernières années ?
En tant qu’entreprise certifiée C-TPAT, nous sommes tenus de conserver les
scellés sous clef et de nous assurer, par des contrôles, qu’ils sont au complet afin
d’éviter les abus. De plus, les scellés ne peuvent être apposés que sur les conte-
neurs ayant subi, vides, l’inspection de sécurité en sept points destinée à détecter
d’éventuelles dissimulations de marchandises de contrebande. Nous respectons
scrupuleusement les procédures d’apposition et de contrôle des scellés.

Que se passe-t-il quand un scellé se trouve détruit au cours du transport ?


En principe les scellés sont tellement résistants qu’une destruction volontaire
peut être exclue. Si elle devait quand même se produire, nous disposons, en tant
qu’entreprise certifiée C-TPAT, d’un interlocuteur personnel dans les services
des douanes américains. Celui-ci se charge de résoudre le problème et d’organiser
l’importation du conteneur en question aux USA dans les meilleurs délais.

des siens propres. Ils sont le plus souvent de


couleur et constituent un premier avertisse-
ment bien visible à celui qui pourrait être ten-
té  : ouverture ou échange sans autorisation
ne passeront jamais inaperçus.
Dans les transports par conteneurs, ce sont
surtout des scellés haute sécurité qui sont
employés, l’artillerie lourde pour ainsi dire :
de gros boulons emboîtés les uns dans
les autres qui ne peuvent être détruits qu’à
l’aide d’une cisaille. Dans le transport de
conteneurs à l’exportation, les règles du scel-
lage sont définies par le code de commerce.
Celui-ci prévoit que les scellés soient certi-
fiés et répondent aux standards de haute
sécurité. T. Schlosser

DACHSER magazine 11
FORUM : HOMMES ET MARCHÉS

Stratégie high-tech
DES CIGARES
RÉVOLUTION VOLANTS
INDUSTRIELLE 4.0 « Pour réussir, il suffit de vouloir et d’y croire. »
Cette maxime a donné des ailes à l’esprit in-
La « quatrième révolution industrielle » est en marche ventif du comte Ferdinand von Zeppelin, né
avec « l’internet des objets » dans son sillage. il y a 175 ans à Constance, sur les rives du lac
du même nom. Cet ingénieur ne parvint certes
Autrefois, ce furent la machine à vapeur, la production à la chaîne pas à convaincre l’empereur Guillaume II de
et la motorisation qui bouleversèrent de fond en comble les con- la faisabilité de son projet de ballon dirigeable
ditions de vie et de travail. Aujourd’hui, c’est internet. Depuis rigide, mais il n’en resta pas moins fidèle toute
longtemps, la numérisation de la production par « l’internet des
sa vie à son rêve. Celui-ci fut réalisé à partir
objets » a déclenché, dans les industries, une profonde mutation
qualifiée souvent de« quatrième révolution industrielle ». La tech- de 1900 mais tourna plusieurs fois au cauche-
nologie est déjà au point : d’ici peu, chaque produit, chaque com- mar. Des accidents et incendies spectacu-
posant pourra être doté d’une puce qui lui permettra de raconter laires, notamment la catastrophe de Lakehurst
en ligne sa propre histoire. « Les entreprises recueilleront alors une en 1937, où le « Hindenburg » prit feu devant
masse de données, un trésor qui leur permettra d’optimiser leurs les yeux d’un large public, ébranlèrent la
processus, de mieux comprendre leurs clients ou de trouver de
confiance dans les « cigares volants ». Les vols
nouveaux débouchés », prédisait récemment Martina Koederitz,
présidente du directoire d’IBM, dans les colonnes du quotidien furent cependant poursuivis : au début du
Süddeutsche Zeitung. 21ème siècle, le « Cargolifter » a repris l’idée
Ces forts potentiels à exploiter incitent économistes et hommes de von Zeppelin pour le transport de charges
politiques à s’engager en faveur de cette révolution industrielle. Ils lourdes. Après la faillite de l’entreprise, la
la considèrent comme source de produits nouveaux et de chaînes société britannique Hybrid Air Vehicule Ltd. a
de processus intelligents pour le secteur de la production, ouvrant
repris le flambeau. Elle prévoit, qu’à partir de
la voie à des prestations de services de haute technologie et de forte
valeur ajoutée, facteurs d’attractivité pour les clients et les utilisa- 2015, son « Airlander » transportera des char-
teurs. Pour mettre toutes les chances de son côté, l’industrie gements pesant jusqu’à 200
concentre son attention à la fois sur la tonnes. Ces aéronefs présen-
progression de l’automatisation et sur tent l’avantage de ne presque
l’amélioration des processus intelli- EN BREF pas avoir besoin d’infrastruc-
gents de pilotage et d’aide à la prise de
g n e d ’in vestis- tures, un quelconque terrain
sur sa li
décision. Elle s’est fixé pour objectif continue trepôts d
e
Dachser D eu x e n plat leur suffisant pour atter-
de repenser ses modèles d’activité et r l’avenir. ogistics
s em ents pou F o o d L rir. Von Zeppelin le disait
d’exploiter les potentiels d’optimisation ropean
ement Eu im) ont é

considérables qui résident encore dans transbord w e sth e bien : « Il suffit de vouloir. »
au et Korn nnent
la production et la logistique. L’évolution (à Langen ut ao û t. Ils v ie
rvice déb du centre
promet donc d’être intéressante. mis en se aux quais
nou ve
aux rg.
s’ajouter ndenbou
u e de B erlin-Bra
logistiq
12 DACHSER magazine
FORUM : HOMMES ET MARCHÉS

Gestion de la chaîne de produits alimentaires ponibles : quelles sont-elles ? Comment opti-


miser leur utilisation ? Sur quelles cadences de
DU PROCESSUS chargement et déchargement peut-on tabler ?
Comment gérer les contenants vides  ? Pour

AU SERVICE apporter à ces questions des réponses durables,


il faut pousser encore plus loin l’intercon-
nexion des mondes physique et virtuel. C’est
Sécurité des produits alimentaires, microélectronique le défi qui se présente à nous pour l’avenir.
et logistique s’imbriquent pour former une chaîne
En quoi une meilleure synchronisation des
complexe dédiée aux produits alimentaires. Entretien
flux de marchandises et d’information
avec Volker Lange, responsable logistique emballage fait-elle évoluer la logistique ?
et distribution à l’Institut Fraunhofer pour les flux La logistique s’éloigne de plus en plus du
matériels et la logistique, à Dortmund. simple processus physique pour devenir un
ensemble de prestations «  à la demande  »,
combinant transport, planification, organisa-
À l’avenir, pour la logistique des produits transparence totale : en mettant maintenant tion et pilotage associés à une gestion intelli-
alimentaires, l’acheminement pur et simple à notre disposition des informations sur l’ori- gente de l’information et du savoir. Nous de-
des produits frais de A à B suffira-t-il ? gine des produits, elles optimisent la traçabi- vons donc pouvoir recourir à une quantité
Volker Lange : Non. Dans le domaine des lité des marchandises. maximale d’informations. C’est ce qui nous
produits alimentaires, la complexité et la permet d’assurer une gestion efficiente de
dynamique des systèmes logistiques et des Les produits alimentaires sont des biens l’ensemble de la chaîne et d’avoir une meil-
marchés ont considérablement augmenté. sensibles. Comment répondre aux exi- leure visibilité sur l’avenir. Sur cette base,
La fraîcheur des marchandises constitue la gences accrues d’approvisionnement sûr notre planification peut alors se tourner vers
valeur ajoutée essentielle qu’il importe d’as- et sans faille, lors des pics saisonniers par l’optimisation de la création de valeur.
surer, non seulement aux points de départ exemple ?
et d’arrivée, mais aussi pendant tout le trans- La mission de la logistique consiste à syn- Quel rôle la recherche doit-elle jouer pour
port. Les technologies de l’information ont chroniser au mieux les flux de marchandises et continuer à faire progresser la logistique ?
produit de nombreuses innovations qui nous d’information. Ses préoccupations essentielles Avec ses partenaires, la science doit chercher
permettent un contrôle permanent et une tournent autour des capacités de transport dis- et trouver des réponses quant à la manière
d’associer les innovations technologiques,
les technologies de l’information et la gestion
La logistique s’éloigne de plus en plus du simple du savoir pour produire des solutions com-
hh processus physique pour devenir un ensemble de plètes. Si nous réussissons à instaurer une re-
lation intelligente entre les mondes physique
prestations « à la demande » et virtuel, nous serons sur la bonne voie.

En quête d’un mode de propulsion silencieux pour les bateaux


LA PIEUVRE et équipements de sports nautiques, les chercheurs de l’Insti-
tut Fraunhofer pour les techniques de production et d’auto-
ET L’IMPRIMANTE matisation se sont tournés vers la propulsion par réaction
utilisée par les pieuvres. En situation de fuite, ces invertébrés
aspirent de l’eau grâce à leur manteau musculaire, contractent
celui-ci pour former un entonnoir d’où l’eau est violemment
expulsée. « Suivant le même principe, l’eau est aspirée dans
nos actionneurs sous-marins par quatre balles en plastique
souple contenant un mécanisme hydraulique qui assure la
propulsion. C’est parfait pour manœuvrer avec précision des
bateaux de petites dimensions », explique Andreas Fischer,
ingénieur à l’Institut Fraunhofer de Stuttgart. Cerise sur le
gâteau : ce dispositif de propulsion peut être réalisé en une
seule opération par une imprimante 3 D.

DACHSER magazine 13
FORUM : ESSAI

LEVER
LE PIED
Lentement mais sûrement, les hommes et les entreprises découvrent le charme du
ralentissement dans le « vivre ensemble ». D’ailleurs, c’est à peine si nous arrivons à
suivre le rythme de l’évolution du monde et de ses réseaux informatiques.

Sur la vie de Peter Henlein, serrurier et avons du mal à y croire. En revanche, tant que
h horloger, on ne sait pas grand-chose.
Né en 1480, il a vécu à Nuremberg. Si son
nous sommes en vie, nous tenons à ne pas
perdre une minute de notre temps : chaque
nom est passé à la postérité, c’est qu’il a été jour nous écrivons des dizaines d’e-mails,
l’un des premiers à construire une montre consultons notre smartphone toutes les trente
portable de format poche. Sa montre de secondes et prenons tout naturellement
poche ainsi que les montres-bracelets qui l’avion pour participer – au bout du monde –
suivirent ont été, pendant des siècles, signes à une conférence professionnelle.
de richesse et de prestige. Aujourd’hui, réus- Beaucoup diront : « Je suis bien obligé, c’est
sir à se passer de ces instruments de mesure pour mon travail  » et se plaindront amère-
du temps et se libérer de la pression des mul- ment du capitalisme et de son principe de
tiples rendez-vous et sollicitations sont un concurrence qui exclut toute inactivité. Sur
luxe de plus en plus recherché. D’où la vogue le plan économique, la croissance s’impose
des hôtels qui offrent un «  spa  », une oasis comme une nécessité permanente, ce qui
(off-line) de bien-être. inquiète bien des experts. Ainsi, dans les an-
nées soixante-dix déjà, Herman Daly, ex-
L’inactivité fait peur directeur de la Banque mondiale, proposait
Pour le sociologue Hartmut Rosa, le manque de transformer notre système économique
de temps permanent est un véritable pro- en une « économie stationnaire », où le pro-
blème structurel de notre monde moderne. grès technologique n’augmenterait pas la
Il parle même d’une « dictature de l’accéléra- quantité de biens matériels mais diminuerait
tion  » qui nous angoisse et provoque des la consommation de ressources naturelles,
troubles du sommeil chez une personne sur dont les réserves sont limitées.
quatre. Cela semble paradoxal dans la me-
sure où, grâce à toutes nos machines so- Le ralentissement gagnant
phistiquées et à nos vastes réseaux Cette théorie, longtemps considérée comme
d’information et de communication, utopique, commence timidement à trouver
nous devrions constamment gagner des applications concrètes : les entreprises et
du temps. les secteurs de l’économie sont de plus en plus
Peut-être finirions-nous vraiment nombreux à se tourner vers un développe-
par mourir d’ennui si la mort jus- ment durable. Celui de la logistique aussi,
tement ne nous faisait pas aussi bien que soucieux de rapidité. Au lieu de
peur. Certes les religions nous pro- chercher justement à aller toujours plus vite,
mettent toutes une certaine forme les professionnels de la branche s’attachent
d’existence après la mort, mais nous à concevoir des systèmes de groupage intelli-

14 DACHSER magazine
FORUM : ESSAI

les services RH. Ainsi le DRH d’un fabricant


d’articles de sport a rapporté, dans une inter-
view, qu’il coupe le courant la nuit dans les
bureaux pour priver de lumière les incorrigi-
bles bourreaux de travail.
Même sans contraintes extérieures, il n’est pas
gents et se dotent d’une flotte automobile facile de trouver l’équilibre entre travail et loi-
respectueuse du climat. Quant à l’industrie sirs. C’est déjà ce que déplore le philosophe
automobile, elle met sur le marché de plus en Nietzsche à la fin du 19ème siècle : « Le tra-
plus de véhicules hybrides qui récupèrent de vail a de plus en plus la bonne conscience de
l’énergie au freinage précisément. son côté : le penchant à la joie s'appelle déjà
Les dirigeants des entreprises voient aussi « besoin de se rétablir », et commence à avoir « Le temps, c’est de
pour leurs employés la nécessité de ralentir honte de soi-même. » Nietzsche plaide donc l’argent », constatait
le rythme. D’ores et déjà, les maladies liées au pour qu’une oisiveté occasionnelle se goûte Benjamin Franklin
stress coûtent au secteur économique des sans mauvaise conscience. Aujourd’hui, les (1706–1790), entre-
sommes astronomiques. Cela incite les entre- conseillers en tout genre vont aussi dans ce preneur et homme
prises à instaurer des pauses gymnastique, sens en soulignant les dangers des temps de d’État, dans son traité
à encourager les employés de bureau à loisirs « surbookés ». Ils conseillent par exem- « Advice to a Young
pratiquer un sport dans le cadre de l’entre- ple des journées sans achats, des soirées sans Tradesman ». Sa for-
prise. Certaines testent même l’interdiction télévision, des vacances tranquilles avec ba- mule visait à souligner
d’échanges d’e-mails en dehors des heures lades à vélo. Toutefois, ces conseils bien in- qu’un homme oisif,
de bureau. Quand les heures supplémentaires tentionnés ne peuvent pas valoir pour tout le qui passerait une
tendent à devenir habituelles, les syndicats monde : pour bien vivre, chacun a besoin de demi-journée à la
certes réagissent mais également, depuis peu, suivre son propre rythme. S. Ermisch taverne, dépenserait
non seulement le mon-
tant de ses consom-
Les maladies liées au stress coûtent au secteur
hh économique des sommes astronomiques
mations, mais aussi
la part de salaire qu’il
aurait pu gagner pen-
dant ce temps. Le con-
seil de Franklin : « Ne
gaspille ni ton temps,
ni ton argent, mais
tire de l’un et l’autre le
meilleur profit. »

Disponibilité tous azimuts


et temps qui semble toujours
s'écouler plus vite
provoquent du stress

DACHSER magazine 15
COMPÉTENCES : LOGISTIQUE CONTRACTUELLE

16 DACHSER magazine
COMPÉTENCES : LOGISTIQUE CONTRACTUELLE

Le centre de recherche
et développement de la division
Merck Consumer Health Care

UNE LOGISTIQUE
QUI EMBALLE
MERCK
Grâce à un excellent Dans le cadre de la production, les maritimes répartis sur le site. Les différentes

concept axé sur un étroit


h livraisons juste-à-temps sont chose
courante. Pour l’emballage par contre, il est
unités de production venaient s’y approvi-
sionner selon leurs besoins. Le manque de
partenariat avec Dachser, encore rare que la livraison des matériaux soit place obligeait parfois à empiler les palettes
effectuée de cette façon. Cartons, bouteilles de matériaux d’emballage sur les aires de pré-
le groupe pharmaceu- ou fûts sont le plus souvent entreposés dans paration et de stockage intermédiaire. Tout
tique Merck a, pour l’entreprise et occupent beaucoup de place. cela ne manquait pas de générer un certain
Par exemple dans le groupe Merck (produits flottement dans l’inventaire du stock.
ainsi dire, supprimé son pharmaceutiques et chimiques) à Darmstadt, Rien d’étonnant à cela  : sur le seul site de
stock de matériaux les matériaux d’emballage étaient auparavant Darmstadt, l’éventail des différents embal-
stockés dans un entrepôt dédié de 4 500 em- lages en comprend 3 500, de la minuscule
d’emballage. placements-palettes et dans des conteneurs ampoule de quelques millilitres aux fûts ‡

DACHSER magazine 17
COMPÉTENCES : LOGISTIQUE CONTRACTUELLE

INFO
Une commande
Le Prix allemand
de la logistique Thomas Euler,
hh passée l’après-midi
responsable logistique doit être livrée le lendemain
Le Prix allemand de la logistique contractuelle chez

a récompensé en 2012 la société


Dachser à Neu-Isenburg matin, c’est la règle
Merck KGaA pour son projet
« Logistique des matériaux
d’emballage sur le site de vent la passation de commande, Dachser en- Merck. « Autrefois, il fallait des camions et
Darmstadt ». Ce prix est décerné lève les marchandises chez ce fournisseur des camions pour apporter tous les matériaux
et en avise Merck par mail. La plate-forme d’emballage  », se souvient Dieter Held,
chaque année depuis 1984 par
logistique Dachser de Neu-Isemburg, près responsable de la gestion de ces matériaux
la Fédération allemande de la
de Francfort, réceptionne les marchandises chez Merck. Une fois déchargés, ils devaient
logistique. Les lauréats des cinq venant des huit fournisseurs, cinq allemands, être entreposés  : les exigences très strictes
derniers prix sont les sociétés un espagnol, et deux suisses. Elles sont, si de sécurité sanitaire auxquelles sont soumis
Geberit AG, Pfullendorf (2011), nécessaire, dégroupées et regroupées, puis les matériaux d’emballage dans l’industrie
Nord Stream AG, Zug (2010), expédiées et livrées le lendemain matin chez pharmaceutique, chimique et alimentaire im-
Merck. posent un délai de quarantaine et des
Würth-Gruppe, Künzelsau (2009),
«  Les délais sont très courts, c’est un vrai contrôles aléatoires. Ces contraintes peuvent
Deutsche Lufthansa AG
défi pour Dachser », dit Thomas Euler, res- parfois prolonger l’entreposage de plus de
conjointement avec Fraport AG, ponsable logistique contractuelle sur le site quinze jours. Ce n’est qu’ensuite qu’on peut les
Francfort (2008), ainsi que CLAAS Dachser de Neu-Insenburg. «  Une com- utiliser pour emballer les produits. Au-
KGAa mbH, Harsewinkel (2007). mande passée l’après-midi doit être livrée le jourd’hui la période de quarantaine et les
lendemain matin, c’est la règle » et il faut la contrôles sont effectués chez le fournisseur.
respecter car Merck n’a plus aucune réserve
pour remédier à d’éventuelles défaillances de Sans aucune perte de temps
de 1000 litres, en passant par les bouteilles en livraison. Ce défi concerne également les Chez Merck il n’arrive plus que deux ou trois
plastique, les caisses pliables de carton on- fournisseurs  : la production des différents semi-remorques par jour. Les marchandises
dulé, les bouteilles, les bidons, les big bags et articles demandant beaucoup de préparation, qu’ils ont chargées n’ont pas à passer par un
tous les accessoires comme les étiquettes, les on ne la fait tourner que deux ou trois fois par stade d’entreposage intermédiaire. Dès son
cartes de couleur, les blisters et les notices. an. Toutes les quantités produites sont alors arrivée, chaque camion est pris en charge.
Une fois ces marchandises livrées par les entreposées pour être disponibles à tout Guidé par un cariste sur son chariot élévateur,
fabricants, il fallait leur trouver un endroit de moment. C’est un gain de temps pour l’usine il effectue sur le site un parcours de déchar-
stockage, les dégrouper puis les regrouper
pour ensuite les distribuer aux différentes
unités de production. De nombreux collabo- Un emballage typique
rateurs de Merck étaient employés à ces en pharmacie : le blister
tâches. Étant donné qu’un produit peut faire
l’objet de 30 conditionnements différents et
donc nécessiter 30 emballages différents, la
coordination était souvent difficile à assurer.

Livraison juste à temps


Sur le site il n’y a maintenant plus d’entrepôt
pour les matériaux d’emballage ni de conte-
neurs maritimes. Une partie de la logistique
d’emballage a été confiée à Dachser. Depuis,
les matériaux d’emballage sont livrés juste-à-
temps aux unités de production et immédia-
tement utilisés.
Au lieu d’entreposer sur son site les matériaux
et accessoires d’emballage, Merck les com-
mande dorénavant au fabricant en fonction
des besoins. Dans les quatre heures qui sui-

18 DACHSER magazine
COMPÉTENCES : LOGISTIQUE CONTRACTUELLE

Les camions acheminent


les matériaux d’emballage
« juste-à-temps » jusque
dans la production

gement : il s’arrête pour déposer les matériaux


Le siège social de
d’emballage là où on en a besoin. Le charge- Merck, à Darmstadt
ment du camion a été fait chez Dachser
dans un ordre bien précis qui évite toute
perte de temps. Au fur et à mesure des arrêts,
le camion se vide sans aucune attente pour
le conducteur  : 30 à 45 minutes après son
arrivée, il peut déjà repartir. Plus de 30 000
articles d’emballage différents sont ainsi livrés Dès le stade de déve-
chaque jour directement à Merck. L’entre- loppement des procé-
prise peut donc , le jour même, emballer et dés, Merck veille à ce
expédier la totalité de sa production quoti- qu’ils soient le plus
dienne. efficients possibles et
La flexibilité de ce mode de livraison permet EN BREF qu’ils produisent un
à Merck de faire de sérieuses économies. minimum de déchets.
L’entrepôt dédié aux matériaux d’emballage Le groupe Merck Dans le cadre d’un
a été fermé, les conteneurs maritimes et les programme de re-
stockages intermédiaires à proximité des L’entreprise, dont les activités cherche de l’excel-
unités de production appartiennent au passé. couvrent la chimie, la pharmacie lence opérationnelle,
La concentration sur un seul prestataire, et les sciences de la vie, a son différentes équipes
Dachser, a fait baisser tant les coûts de siège à Darmstadt. Elle a été interdisciplinaires tra-
transport que les frais liés à toute la gestion fondée en 1668 et compte vaillent à l’optimisation
des matériaux d’emballage. L’économie étant des processus, leurs
aujourd’hui près de 39 000 colla-
estimée à 75 € par palette, l’avantage finan- objectifs majeurs
cier se chiffre en millions pour 90  000 pa- borateurs dans 66 pays. En 2012, étant de déterminer
lettes par an. C’est ce concept qui a valu cette entreprise, familiale à 70 %, comment utiliser
à Merck en 2012 le Prix allemand de la a généré un chiffre d’affaires total les ressources avec
logistique, l’équivalent d’un oscar dans la de 11,2 milliards d’euros. efficience et réduire
branche de la logistique. A. Heintze les coûts.

DACHSER magazine 19
COMPÉTENCES : GESTION DES FINANCES

LA RÉUSSITE
PAR LA
DIVERSITÉ
Il mise sur un dialogue ouvert :
Burkhard Eling s’entretient
avec Dachser magazine

Depuis le 1er juillet, le directeur Finance, Legal and Tax de Dachser se nomme
Burkhard Eling. À 42 ans, cet ingénieur commercial succède à Dieter Truxius
qui continuera à faire partie de la direction jusqu’à son départ à la retraite en fin
d’année. Entretien sur la prise de fonction dans une entreprise familiale.

Avant de rejoindre Monsieur Eling, vous succédez, au 1er juil- entreprise. Il a agi de la même façon avec
Dachser, Burkhard let, à M. Truxius en tant que directeur moi, ce dont je lui suis très reconnaissant.
Eling a été Chief financier de Dachser. Mettrez-vous vos
Financial Officer (CFO) pas dans les siens ? Qu’avez-vous fait au cours de cette période
au sein des entreprises Burkhard Eling : M. Truxius est une « grande de transition ?
Centennial Contractors pointure », ce ne sera donc pas facile. Mais Pendant les six premiers mois, j’ai découvert
Enterprises (société j’ai l’avantage d’avoir bénéficié d’une phase le réseau avec toutes ses particularités. C’est
américaine de services de transition d’une année au cours de laquelle ainsi que j’ai passé plusieurs semaines dans
en bâtiment) puis j’ai pu apprendre, avec son soutien, à connaî- les agences, participé à la vie d’un locatier,
HSG Zander (Facility tre en détail toutes les facettes de l’entreprise observé le fonctionnement de plusieurs en-
Management), deux et de son réseau. Nous avons très vite constaté trepôts. Il m’importait – et m’importe tou-
sociétés du groupe que nous étions sur la même longueur jours – de savoir où et comment Dachser
Bilfinger. d’ondes. Dans sa jeunesse, M. Truxius a vécu gagne chaque jour son argent. J’éprouve le
une expérience similaire, une autre personne plus profond respect envers chacun de ceux
l’ayant familiarisé avec les rouages d’une qui y contribuent. Au cours des six mois

20 DACHSER magazine
COMPÉTENCES : GESTION DES FINANCES

Il m’importait – et m’importe toujours – lisera sur l’efficacité du capital investi. Pour la


hh de savoir où et comment chaque jour Dachser
mesurer, l’indice ROCE (Return on Capital
Employed) nous donnera des chiffres que
gagne son argent Burkhard Eling nous nous efforcerons de rendre transparents
et lisibles en vue de les communiquer à nos
responsables d’agences comme aide à la
suivants passés au siège de l’entreprise à responsabilités et qui, grâce à ses investisse- prise de décision. Cette démarche nous aidera
Kempten, je me suis consacré à la division ments, connaît une croissance modeste mais à établir une communauté d’action encore
Finance, Legal and Tax. continue. plus solidaire pour poursuivre ensemble la
construction de notre maison Dachser.
Vous avez acquis votre expérience à l’inter- Les services logistiques doivent de plus en
national. Où réside pour vous, en tant que plus souvent répondre à des enjeux com- Avec quelle devise personnelle et profes-
manager, le défi de la mondialisation ? plexes et fournir des prestations partielles sionnelle abordez-vous votre nouvelle
La mondialisation a lieu, que nous le voulions très diverses. Quelle en est la conséquence fonction chez Dachser ?
ou non. Les marchés se rapprochent, les pour le contrôle de gestion ? Ce qui me fascine chez Dachser, c’est que des
informations s’échangent plus rapidement, La clé de la réussite, c’est un contrôle de personnes d’origines complètement diffé-
les relations deviennent plus simples. Son gestion tourné vers l’opérationnel. À tout rentes – Français, Espagnols, Tchèques,
plus grand défi repose à mon avis dans moment nous devons pouvoir présenter à nos Anglais, Américains, Chinois et Allemands –
l’expression « think global – act local ». décideurs un ensemble de chiffres qui, d’une coopèrent dans le réseau pour générer la
Dans une logistique qui englobe le monde part, reflète la complexité des services partiels réussite. De toutes ces prestations, compé-
entier, nous devons, faire preuve d’une vigi- et, d’autre part, fait ressortir les quelques tences et expériences individuelles naît une
lance accrue : avec qui et comment pouvons- indicateurs essentiels pour une prise de déci- dynamique, dont la résultante représente
nous ou voulons-nous travailler localement ? sion. En outre, il est important que le service plus que la somme des différents apports. La
Il s’agit d’appréhender l’environnement cul- de contrôle de gestion connaisse bien tous réussite par la diversité. Ce sera ma devise
turel, les façons de travailler, les structures les aspects des activités opérationnelles. C’est personnelle et professionnelle – un défi que
de formation et de hiérarchie. Tout l’art d’une indispensable pour que nos analyses et re- je me lance à moi-même, un enjeu-plaisir
bonne coopération consiste, pour moi, à trou- commandations puissent vraiment aider les qui agrémentera chaque jour mon travail.
ver une solide base commune. responsables d’agences et de sociétés locales.
Comment pourriez-vous quantifier l’im-
Exercer des fonctions au sein d’une entre- Quels objectifs stratégiques vous êtes-vous portance respective que vous accordez per-
prise familiale, cela comporte-t-il des par- fixés à moyen et long terme ? sonnellement aux aspects vie profession-
ticularités ? Les investissements stratégiques sont décisifs nelle/vie privée ?
Le grand avantage de l’entreprise familiale pour la croissance organique d’une entreprise. (Il rit) 70 – 25 – 5 ! Ce sont les chiffres qui
Dachser, c’est qu’elle peut, à partir d’une base Je voudrais donc poursuivre le renforcement expriment ce qui me tient à cœur : mon tra-
financière stable, adopter la stratégie idoine des systèmes de contrôle de gestion pour sou- vail, ma famille, mon sport. Ma famille, avec
pour une croissance saine. De plus elle dis- tenir ce mouvement de croissance de l’entre- mes trois enfants, constitue pour moi une va-
pose de la flexibilité nécessaire pour opérer à prise. C’est pourquoi notre attention se foca- leur essentielle. Elle est ma source d’énergie.
l’international. Par contre, dans les sociétés
cotées en Bourse, les structures sont rigides,
dictées par le court terme et la recherche
des bénéfices attendus par les actionnaires.

Sur les marchés financiers, ces dernières Prédécesseur et mentor :


Dieter Truxius (à g.) remet la
années ont été très agitées. Dans ce
responsabilité des finances entre
contexte, comment considérez-vous le les mains de Burkhard Eling
ratio de capital propre de Dachser (41 %) ?
Une croissance à long terme et durable ne
peut reposer que sur des bases financières
solides. C’est la position des marchés.
Lorsque Dachser a organisé le financement
de ses acquisitions sur la péninsule ibérique,
dans le cadre d’un emprunt sur titre de
créance, les investisseurs potentiels ont été
nombreux à se présenter. Dachser est consi-
déré comme une entreprise qui gère son
argent raisonnablement avec le sens des

DACHSER magazine 21
COMPÉTENCES : SOCIAL BUSINESS

PUISSANCE DU

RÉSEAU
Les canaux de communication comme internet et les réseaux sociaux
modifient non seulement le quotidien, mais aussi, et de plus en plus,
le monde du travail. Le travail en équipe et sa force d’innovation sont au
cœur du social business de demain.

22 DACHSER magazine
COMPÉTENCES : SOCIAL BUSINESS

Quand les messages, les e-mails et les


h textos pleuvent sans arrêt, le multi-
tasking frise l’agression. C’est du moins l’avis
de Frank Schirrmacher, éditeur et chroni-
queur du quotidien Frankfurter Allgemeine
Zeitung. Dans son livre « Payback », il s’in-
terroge sur notre contrainte, à l’ère de
l’information, de faire ce que nous ne vou-
lons pas faire et sur la manière de reprendre
le contrôle de notre pensée. Selon lui, nous
sommes confrontés à un dilemme de fond :
«  Auparavant, nous partions à la recherche
des informations dont nous avions besoin.
Aujourd’hui, ce sont les informations qui
nous cherchent.  » Quelle signification cela
peut-il avoir à l’ère de la numérisation et
d’un travail toujours plus intégré en
réseau ?
Dans le cadre d’une logistique mondiale,
la clé de la réussite réside depuis longtemps
à la fois dans les réseaux intelligents et dans
une communication sans lacune, par-delà
les continents et fuseaux horaires. « Comme
bien d’autres secteurs d’activité, la logis- ménages dans le monde seront équipés d’un Le social business a
tique, déjà génératrice et consommatrice accès mobile à internet, 51  % disposant le vent en poupe. C’est
d’une multitude de données est appelée à (aussi) d’un accès fixe à haut débit. sous ce terme que des
le devenir encore plus dans le futur  », note entreprises toujours
Andreas Froschmayer, responsable Corpo- Les réseaux sociaux plus nombreuses
rate Development et PR chez Dachser. Il dans le vent regroupent toutes les
considère qu’il est important de concevoir Ce fait explique aussi que le nombre d’utili- activités qui misent sur
des systèmes d’information aussi simples et sateurs des réseaux sociaux soit en constante les logiciels relation-
clairs que possible et organisés de telle sorte augmentation. À la fin du 1er trimestre 2013, nels, les médias et les
que les données les plus importantes soient Facebook annonçait à lui seul 1,1  milliard réseaux sociaux. Leur
disponibles 24 h sur 24 pour tous les acteurs. de membres dans le monde qui ne sont objectif est d’établir
Au niveau informatique, Dachser emploie pas les seuls à considérer la communication des relations plus
plus de 270 personnes à son siège social numérique comme un outil de dialogue efficientes et plus
de Kempten auxquelles s’ajoutent 230 per- évident. utiles entre hommes,
sonnes réparties dans le monde. Dans ce contexte, il va de soi que les diri- informations et res-
Si dans ce domaine de l’économie on s’est geants d’une entreprise doivent aussi dispo- sources – aussi bien
déjà familiarisé avec « Big Data », on a du mal, ser de compétences accrues en termes de à l’intérieur qu’à l’exté-
dans d’autres secteurs, à gérer le flux de don- communication électronique et faire fi de rieur de l’entreprise.
nées qui ne cesse de s’accroître. Au bureau, leur réticence vis-à-vis des réseaux sociaux. Source : BITKOM
avant même d’avoir commencé à travailler, C’est tout du moins ce que leur conseille
la lecture de tous vos e-mails vous a déjà Peter Kruse, professeur de psychologie
pris toute votre énergie. Mais, de l’avis de organisationnelle à l’uni-
Frank Schirrmacher, renoncer à la communi- versité de Brême. Il recom-
cation électronique n’est pas pour autant mande aux managers d’aban-
une alternative. Internet et ses réseaux com- donner les processus classique
plexes se sont déjà trop bien installés dans de prise de décision en mode
notre vie. Pour échanger nos informations, descendant (sur l’échelle ‡
nous avons depuis longtemps, tant dans les
pays industriels qu’émergents, délaissé l’ordi-
nateur pour le smartphone et la tablette.
Les réseaux sociaux créent
Le rapport «  Global Entertainment and des relations entre personnes et,
Media Outlook 2013-2017  » de la société de plus en plus souvent,
de conseil PwC prédit qu’en 2017, 54 % des entre organisations

DACHSER magazine 23
COMPÉTENCES : SOCIAL BUSINESS

« La logistique, déjà génératrice


et consommatrice d’une
multitude de données est
appelée à le devenir encore
plus dans le futur. »

hiérarchique) au profit d’une stratégie de duit, réunir le plus d’acteurs possible  : re-
social business, axée sur la recherche de cherche et développement, production, vente
solution et privilégiant le travail en réseaux. et après-vente, marketing et communication.
Ce n’est pas simple à appliquer mais néces- L’avantage ira aux entreprises qui sauront se
saire. De par leur struc- doter, parmi ces services, d’une structure d’in-
ture, toujours selon Peter formation transversale et sortir du stockage
Kruse, les réseaux échap- « monolithique » du savoir.
pent certes aux calculs mais « Alors que le Web 2.0 a tout d’abord modi-
leurs systèmes de fonction- fié le comportement et le rôle des con-
nement, centrés sur les solu- sommateurs, il influence de plus en plus le
tions, développent une forte monde du travail », constatait récemment Jo-
dynamique propre. Et c’est hann Füller sur son blog pour le « Harvard
justement l’effet recherché, Business Manager ».Spécialiste et professeur
même si les dirigeants y per- en management stratégique à l’université
dent un peu de leur pouvoir : d’Innsbruck, il est convaincu que les façons
«  Le monde extérieur évolue de travailler dans l’entreprise changeront dès
avec un tel dynamisme et vers que la génération de dirigeants ayant grandi
Les processus
une telle complexité, qu’il nous avec internet prendra les commandes. Son
de travail se font de plus
en plus transparents
oblige à constituer des réseaux.  » Les pro- argument : aujourd’hui déjà les groupes qui
blèmes hautement complexes exigent des réussissent, tels que Google et Gore, ressem-
systèmes de solutions non moins complexes. blent plus à des communautés sociales (com-
parables aux online-communities, par exem-
Profiter du savoir de tous ple au système Linux ouvert à tous) qu’à
La marche en avant de la mondialisation se des entreprises de type traditionnel. Pour
poursuit avec une grande détermination et Johann Füller, il est donc clair que «  dans
n’a que faire de services développement qui un avenir proche, la gestion de l’innovation
restent repliés sur eux-mêmes pour «  pon- va devoir changer pour s’adapter aux nou-
dre » des innovations destinées à surprendre velles conditions. »
le reste de l’entreprise et les marchés. Au-
jourd’hui, une gestion de l’innovation sus- Partenaires
ceptible d’affronter la concurrence mondiale Une étude menée à l’université de Hohen-
doit, dès le processus de conception du pro- heim («  Performance de la communication

24 DACHSER magazine
COMPÉTENCES : SOCIAL BUSINESS

Chez Dachser, penser en réseau fait


partie de l’ADN de l’entreprise

interne ») montre que, pour réussir cette mu- comme il le leur demande, doit
tation, il faut miser sur la communication assurer aussi une présence phy- Travailler en
partenaires : c’est
interne : « Elle influe sur le choix des thèmes sique. Et pas seulement de temps
possible avec des
abordés dans l’entreprise, détermine l’état en temps, mais régulièrement. « En hiérarchies horizontales
d’esprit et le comportement des collabora- communication, comme en management,
teurs et contribue ainsi largement à la réussite dit-il, la technique n’est qu’un moyen. C’est
de l’entreprise.  ». D’ailleurs, les auteurs de l’homme qui doit rester au cœur des préoc-
l’étude considèrent que bien des entreprises cupations. » M. Schick
ont encore un grand potentiel d’amélioration
à exploiter si elles adaptent leur communica-
tion interne aux besoins des collaborateurs.
Ceux-ci sont trop souvent vus par l’entreprise
comme des instruments stratégiques à diriger
du haut de la hiérarchie. Par contre, pour
faire d’eux des acteurs de la performance de
l’entreprise qui soient motivés, engagés et
responsables, il faut que la communication
les traite en partenaires et leur propose un vrai
dialogue. Intranet, les newsgroups, les chats,
les forums et les réseaux sociaux seraient des
espaces adéquats.
Il ne faudrait toutefois pas en conclure que
l’on pourrait télécommander une entreprise
ou un service via les canaux numériques.
C’est bien l’avis de Robert T. Heinemann,
conseiller en management à Munich  :
« Diriger, c’est toujours entretenir une rela-
tion d’homme à homme. Les médias numé-
riques, comme les Web-Casts ou les vidéo-
conférences, sont des aides précieuses mais
ne remplaceront jamais intégralement le
contact personnel. Walk to talk a toujours
été et reste l’un des grands principes du
management.  » Le dirigeant qui veut être
considéré comme un exemple et souhaite
voir ses collaborateurs exécuter leur tâche

DACHSER magazine 25
COMPÉTENCES
RÉSEAU

Cargoplus

HEAVY METAL Transport exceptionnel


vers la Scandinavie

Élargissant son éventail de prestations, Cargoplus propose désormais


des transports spécialisés pour la réalisation de projets.

Depuis l’automne dernier, Dachser, via son Norvège où 120 chargements en provenance
service Cargoplus qui offre aux clients des so- de l’Allemagne, la Suède et l’Autriche sont
lutions à la carte pour tous leurs lots complets arrivés en quelques semaines. Une partie
vers les pays européens et leurs transports de ceux-ci était constituée de poutres et de
(lots partiels et complets) vers les Etats de la structures métalliques pouvant atteindre
CEI (notamment la Russie), le Maghreb et la une largeur de 4 m, une longueur de 20 m et
Turquie, relance l’activité « projets ». Sa coo- un poids de 30 tonnes chacune. L’ensemble
pération avec le groupe (495 colis pour un vo-
Bilfinger (ingénierie et lume de 5 500 m3 et un
services industriels) en poids de 1 100 tonnes) a
est une parfaite illustra- été chargé sur un bateau
tion. Actuellement, cette affrété spécialement. Le
entreprise construit un tout a été réceptionné à
pont et un tunnel à Vestnes, en Norvège. Les Vestnes directement par Bilfinger qui s’est
bungalows de chantier, les outils, le matériel aussi chargé de l’acheminer jusqu’au chan-
de coffrage et d’échafaudage, les engins de tier. C’était la troisième fois que Cargoplus
chantier (grues, excavatrices, chargeurs sur effectuait un transport pour Bilfinger dans le
roues et autres) ont été acheminés sur le cadre de ce projet d’aménagement. Une autre
chantier par Cargoplus Memmingen. Ils ont opération de la même envergure est déjà en
été embarqués à Rostock à destination de la préparation.

EN BREF

Bilfinger SE
Fondation : en 1890
Siège social : Mannheim
Activités principales : construction
et prestations de services pour
l’immobilier, les installations indus-
trielles, les centrales électriques
et les infrastructures
Chiffre d’affaires : 8,6 Mrd d’euros
(2012)
Embarquement sur le
port maritime de Rostock : Collaborateurs : 66 800
Peter Mohr, Bilfinger (à g.) ;
Dieter Renninger, Dachser
Memmingen (à dr.)
F www.bilfinger.com

26 DACHSER magazine
RÉSEAU

INFO

Dachser Maroc
Fort de ses 29 ans d’expérience,
Dachser, le plus important prestataire
logistique au Maroc, exploite cinq sites
sur l’ensemble du pays, compte 170
collaborateurs, deux agences de trans-
port (Casablanca et Tanger), un bureau
Air & Sea Logistics ainsi qu’une plate-
forme de 27 000 m2, à Mohammedia,
assurant transport et logistique au
niveau national. L’équipe Dachser de Casablanca

+++ ENVIRONNEMENT IT DACHSER, UNE PREMIÈRE EN AFRIQUE +++ Depuis juin, les agences Dachser de Casablanca
et Nouaceur (aéroport à proximité de la ville) opèrent dans l’environnement informatique Dachser. Ce changement constitue
la première étape du projet « MIIT » (Maghreb Integration IT). Les collaborateurs marocains peuvent désormais accéder à
l’environnement Citrix de Dachser via Lotus, MS Office et Simar, une application tout particulièrement adaptée au système
Domino. Les étapes suivantes consisteront à intégrer le site de Tanger à l’environnement informatique Dachser en octobre
puis celui de Mohammedia en décembre. +++

Maintenant disponible en appli Alfred Miller,


directeur Food

SHIPMENTPOINTER Logistics chez


Dachser

Mobilité pour le Tracking & Tracing grâce à une application


pour smartphone : 3 questions posées à Hubert Reiser,
de la direction IT-Organisation /IT-Marketing de Dachser +++ DACHSER COOPÈRE AVEC
BAKKER LOGISTIEK +++ Dachser
Le service informa- statut de leurs envois à tout moment et Food Logistics franchit un grand pas
tique Dachser s’est en tout lieu. C’est pourquoi, depuis dix ans dans la réalisation de son European
doté d’un nouvel outil pour le suivi des déjà, nous leur proposons une version texto.
Food Network en nouant un partenariat
envois, l’application shipmentpointer. Le nouveau shipmentpointer la remplace
Pour quelles raisons ? par une application smartphone qui apporte stratégique avec l’entreprise familiale
Hubert Reiser : shipmentpointer permet- à nos utilisateurs une réelle valeur ajoutée. Bakker Logistiek (Pays-Bas). « Bakker
tait déjà un accès simple et rapide au Logistiek est, comme Dachser, une en-
statut d’un envoi. Sa nouvelle version ap- Comment bénéficier de cette applica- treprise familiale prospère, soucieuse
portera à nos clients encore plus de sim- tion ? de s’inscrire dans le développement
plicité et de confort. Outre les SSCC, ils Dachser a réalisé son application mobile
durable », explique Alfred Miller, direc-
pourront aussi utiliser, au choix et indif- Track & Trace pour les trois plateformes
féremment, le numéro de la commande, informatiques les plus courantes, Apple teur European Food Logistics chez
du bon de livraison ou du colis pour con- iOS, Android et Blackberry OS. Elle rem- Dachser. « Ceci constitue une excel-
sulter immédiatement les données de plit les mêmes fonctions que shipment- lente base pour assurer la confiance
traçabilité de leur envoi. pointer, est disponible dans les 13 langues réciproque nécessaire à une coopéra-
eLogistics et peut se télécharger et s’installer tion réussie à long terme. » Bakker
La communication mobile est à la gratuitement à partir des différents App-
Logistiek Groep est une entreprise
mode – mais quelle est son utilité pour Stores.
la logistique ? d’envergure mondiale, leader sur son
La mobilité fait partie du travail moderne.
Nos clients veulent pouvoir consulter le
F Pour en savoir plus :
www.dachser.com
marché national pour la logistique à
température dirigée. +++

DACHSER magazine 27
RÉSEAU : GRANDE-BRETAGNE & IRLANDE

BON VENT
POUR LES
ÎLES BRITANNIQUES
Ces dernières années, Dachser a poursuivi l’expansion
de son réseau en Grande-Bretagne et en Irlande, rapprochant
ainsi ces îles encore un peu plus de l’Europe.

En Grande-Bretagne et en Irlande, dissement de 65 %, au bénéfice des presta-


h on a l’habitude de naviguer par gros
temps. Sachant faire route contre vents et
tions de logistique contractuelle et des
services à valeur ajoutée. Cette nouvelle
marée, les gens ont depuis toujours joué un construction joue aussi un rôle clé au sein de
rôle considérable dans l’histoire du monde : la stratégie de développement de Dachser
dans le commerce international, dans la Royaume-Uni (UK). «  Nous souhaitons
conquête du Nouveau Monde, ou dans l’avè- continuer à augmenter nos parts de marché
nement de l’ère l’industrielle. Ce qui leur dans les activités européennes d’importa-
a servi et leur sert encore de boussole, c’est tion et d’exportation ainsi que dans celles
une inébranlable confiance en l’avenir à de logistique contractuelle  », déclare Nick
l’épreuve de toutes les tempêtes. Lowe, à la tête de Dachser UK. Au cours
C’est cette même boussole qui, dans les îles des dernières années, le logisticien a active-
Britanniques, montre le chemin à suivre au ment œuvré à l’extension de son réseau au
secteur transport et logistique. Celui-ci dis- Royaume-Uni et a augmenté son chiffre ‡
pose pour ainsi dire d’un avantage historique,
à savoir son rôle de relais entre le commerce
et l’industrie d’une part et d’interface et
de trait d’union entre les continents
européen et américain d’autre part. C’est
ainsi que Dachser investit actuellement
26 millions d’euros dans de nouvel-
les installations à Northampton, à
100 km environ au nord de Londres.
Cette nouvelle agence (66 000  m2)
disposera de 6 000 m2 de quais, d’un
entrepôt de 10 500 m2 et d’un bâti-
ment administratif de deux éta-
ges. Ce déménagement dans les
nouveaux locaux, dont la mise
en service est prévue début
2014, apportera un agran-

28 DACHSER magazine
RÉSEAU : GRANDE-BRETAGNE & IRLANDE

Le symbole de la fierté britannique :


le Tower Bridge

DACHSER magazine 29
Une passerelle vers
le continent
Ces tensions économiques se répercutent
sur les activités de la branche logistique.
« Comme le marché stagne ou ne croît que
très faiblement, la concurrence fait rage sur
les prix », explique Nick Lowe, directeur gé-
néral de Dachser UK. « Grâce à notre inté-
gration dans le réseau européen Dachser,
nous pouvons cependant maintenir notre po-
Les Cliffs of Moher, falaises
légendaires de la côte irlandaise
sition très favorable sur le marché, constate-
t-il, parce que nous sommes en mesure à
tout moment de jeter des ponts vers l’ensem-
ble du continent. » Il fait par ailleurs obser-
d’affaires de 17 % par an en moyenne. Dans ver que la part de marché de Dachser a régu-
le même temps, le nombre de ses collabo- lièrement augmenté et que la marque a acquis
rateurs a plus que doublé. Une large part un certain renom : « Du fait de l’excellence de
de l’activité de Dachser UK repose sur son service et de la rapidité de sa croissance,
la distribution vers les plus importants mar-
chés européens, assurée en Grande-Bretagne VUES DE L’EXTÉRIEUR
par les agences de Northampton, Dartford,
Rochdale et une antenne commerciale à
« Le Royaume-Uni, c’est pour moi
Reading. Ponte: die Brücke über
le pays des bonnes manières,
den Tejo du tea
in Lissabon

Le gouvernement Croissance même dans time et de l’humour pince-sans-rire.


britannique a inscrit l’adversité Mais c’est aussi le berceau de
la modernisation de Cette croissance est remarquable, a fortiori en l’industrialisation et un pays qui sait
l’infrastructure des ces temps difficiles. Les États européens vendre. Ce rôle majeur du com-
moyens de communi- ploient sous le fardeau de la crise et de la
merce dans l’économie britannique
cation au nombre dette souveraine. L’Irlande, qui a longtemps
fait de la logistique un secteur de
de ses priorités. fait figure d’État modèle parmi les pays en
Il envisage d’investir crise, est récemment retombée en récession. premier plan. »
environ neuf milliards Par le passé son économie tournée vers l’ex- Günter Hirschbeck, responsable de l’agence de
de livres entre portation avait pourtant grandement profité Himberg, Dachser Autriche

2014 et 2019 rien de la mondialisation. Depuis les années 90


« L’Angleterre, cela évoque pour
que dans celle des elle avait le vent en poupe (longue courbe
chemins de fer. fortement ascendante de son indice de crois- moi de magnifiques paysages, des
sance, augmentation rapide et considérable lieux historiques et des marchés
du revenu par habitant, recul marqué du chô- de quartier. C’est aussi un endroit
mage), mais en 2008 elle a été prise dans la riche en possibilités tant en termes
tempête et n’a renoué avec la croissance qu’en de culture et de cuisine que de
2011. Cependant, du fait de la crise mondiale
logistique où se rencontrent d’in-
économique et financière, de son secteur ban-
caire surdimensionné et de la bulle de l’im- nombrables nationalités. »
mobilier et du crédit, elle navigue encore sur Monika Hubenáková, marketing et communication,
Dachser Slovaquie, Bratislava
mer agitée. L’économie de tout le Royaume-
Uni s’efforce cependant de reprendre son
« Le Royaume Uni est à mes yeux
cap sur la croissance. En 2012 elle a enregis-
un pays d’une très grande impor-
tré une très légère hausse de 0,2 % par rapport
à l’année précédente. Le Foreign Office es- tance historique pour bien des pays
time que le déficit budgétaire représentera dans le monde. Une monarchie qui
encore près de 7 % du produit intérieur brut fonctionne encore après des centai-
(PIB) en dépit des mesures de rigueur prises nes d’années, c'est fascinant ! »
par la coalition gouvernementale pour l’exer-
Nicole Lance, gestionnaire administratif RH,
cice 2013/2014. Les experts ne prévoient un Dachser USA
recul de la dette qu’à partir de 2017.

30 DACHSER magazine
RÉSEAU : GRANDE-BRETAGNE & IRLANDE

Tant Dachser UK que

Nick Lowe,
hh Johnson Logistics
Managing Director, veulent, pour l’avenir, maintenir
Dachser UK
leur cap sur la croissance

notre entreprise est en train de se forger une entreprises et attire les industries high-
solide réputation. En outre, nous faisons tout tech, électroniques et de l’information.
notre possible pour renforcer notre attracti- De grandes entreprises de technolo-
vité en tant qu’employeur. Au Royaume- gie de l’information (Oracle, Verizon,
Uni, je dispose d’une équipe dirigeante re- Microsoft) ainsi que l’un des rares
marquable et de collaborateurs très motivés fabricants britanniques de pan-
et d’un grand professionnalisme. » L’agence neaux photovoltaïques (Suntaics)
de Dartfort, au Sud-Ouest de la banlieue ont d’ailleurs choisi d’installer leur
londonienne, tout près de sa périphérie, est siège à Reading. Dachser peut leur
idéalement située pour desservir le Sud du offrir des lignes directes et régulières, assurées
pays. Désormais, si cette petite ville (60 000 par son réseau européen sur presque tout
habitants) du comté de Kent est connue, elle le continent. En Irlande, Dachser coopère
ne le ne devra plus seulement à ses illustres depuis six ans avec Johnson Logistics dans
enfants (les Rolling Stones Mick Jagger et le domaine des tractions. Ce partenaire dis-
Keith Richard). En 2010, dans le but de pose de sites à Dublin, Cork et Limerick.
EN BREF
mieux couvrir le Nord-Ouest de l’Angleterre, Certes, le taux de chômage de 14  % et le
L’économie britannique repose
une région économiquement importante, recul de 10  % de la consommation des
Dachser a repris la société JA Leach Ltd., ménages ont laissé des marques sur la verte surtout sur les services. En 2009,
implantée à Rochdale qui s’est parfaitement Irlande, mais secoués par la rudesse de près de 78 % de la population
intégrée au réseau Dachser en une seule l’épreuve, les secteurs de la production et de active travaillait dans le secteur
année. Sa situation centrale en fait une base la vente ont réussi à trouver en eux-mêmes tertiaire, 21 % dans l’industrie
idéale pour offrir un service de proximité des ressources pour les affronter. Ils ont no- et 1 % seulement dans l’agriculture.
aux nombreuses industries de la région. En tamment réduit les stocks à leur minimum
outre, par l’implantation d’un bureau com- si bien que les envois sont moins volumineux Royaume-Uni
mercial à Reading, stratégiquement bien mais nettement plus nombreux. Face à cette (l’Irlande du Nord comprise)
situé, Dachser a pu accéder au «  corridor situation et grâce à son étroite coopération
Capitale : Londres
M4  ». Cette région économique, située à avec Dachser, Johnson a pu proposer à ses
Superficie : 219 331 km2
l’ouest de Londres et à laquelle l’autoroute clients des solutions personnalisées. En 2012,
a donné son nom, joue un rôle majeur dans l’entreprise a traité 1200 envois par jour en Nombre d’habitants: 62,7 millions
l’économie. Elle accueille de nombreuses moyenne. L’an passé, Johnson Logistics a (2011)
signé un accord avec Dachser, prévoyant que
le partenaire irlandais porterait dorénavant Irlande
Evolution du PIB en Irlande Capitale : Dublin
(en pourcentage, en valeur réelle)
le logo Dachser : ainsi, non seulement le nom
de Dachser a gagné en notoriété en Irlande, Superficie : 84 429 km2
-0,8 1,4 0,9 1,1 2,2 mais le partenaire irlandais a enregistré une Nombre d’habitants : 4,6 millions
2.5 _ hausse de 154 % des envois au cours du pre- (2011)
mier trimestre 2013. Tant Dachser UK que
2_ £ Johnson Logistics veulent, pour l’avenir,
1.5 _
maintenir leur cap sur la croissance. L’entre- ment il se concentre sur son récent investis-
1_ £ £ prise irlandaise de logistique s’est fixé comme sement et souligne : « Notre nouvelle agence
0.5 _ £ objectif une croissance annuelle de 10  %. de Northampton constitue un signe fort
0_
£ Quant à Nick Lowe, il espère une nette de nos projets de croissance au Royaume-Uni
progression du chiffre d’affaires de Dachser et démontre clairement notre engagement
-0.5 _
Royaume-Uni d’ici 2018 d’autant plus que à long terme.  » C’est donc effectivement
-1 _ 2010 2011 2012 2013 2014 son agenda prévoit la création de deux sous un vent favorable que se poursuit le
nouvelles agences, dans Le Nord-Ouest et développement de Dachser dans les îles
Source : Germany Trade & Invest
dans le Sud du Royaume. Mais pour le mo- Britanniques. K. Fink

DACHSER magazine 31
ESPACE ÉCHANGES : DIALOGUE AVEC DACHSER

BERNHARD SIMON RENCONTRE ...


LARS GORSCHLÜTER
Oser le changement : Bernhard Simon s’entretient de
responsabilité et développement durable avec Lars Gorschlüter,
entrepreneur et défenseur de la nature.

Monsieur Simon, en quoi la nature vous Pourquoi ? En quoi cela a-t-il influencé
paraît-elle attirante ? votre avenir professionnel ?
Bernhard Simon : Si nous considérons que B. Simon : Je désirais fortement assumer des
la nature est une part de nous-mêmes et que responsabilités et accomplir une tâche dura-
nous, inversement, sommes une part de la ble. En Amérique du Sud, les gens sont con-
nature, elle peut nous offrir de magnifiques fiants dans leur capacité à s’assumer eux-
possibilités de nous ressourcer. mêmes. Ils se débrouillent pour vivre avec des
Lars Gorschlüter : C’est aussi ma concep- moyens souvent très modestes et en retirent
tion de la nature. Elle m’a conduit, en 2007, une grande satisfaction. Cette confiance et
après une visite au Botswana, à m’engager cette satisfaction, puisées dans une action
activement pour la défense de la nature et de créative et autonome, m’ont intéressé et ont
la biodiversité, puis, en 2010, à créer la fon- déterminé ce qui est encore ma vision de
dation Wildlife Conservation Fund, appelée la réussite d’une entreprise et de ses colla-
SAVE. En association avec des partenaires borateurs.
locaux, nous avons mis sur pied un projet L. Gorschlüter : Ce sont toujours des ex-
de protection des lions dans le Kalahari. Je périences de nature personnelle qui nous
me suis vite rendu compte qu’il ne suffisait aident à observer d’un œil critique notre pro-
pas de s’engager localement pour la protec- pre façon d’agir et à nous interroger quant à
tion des animaux et de la biodiversité. Il notre attitude vis-à-vis de l’environnement,
fallait aussi agir en Europe. C’est ce qui m’a de l’énergie et des ressources naturelles.
incité à créer la fondation.
Monsieur Gorschlüter, vous appréciez le
Ce sont toujours Votre entreprise, GOTEC, produit des revê- philosophe américain Richard Rorty. Celui-
hh des expériences de tements adhésifs de contrecollage caout-
chouc-métal et des traitements de surface
ci a dit : « Pour que l’humanité puisse se
développer de façon positive, elle doit fai-
nature personnelle qui nous pour l’industrie automobile. Quel est le re preuve, non pas d’intelligence, mais de
rapport avec votre engagement en faveur sensibilité envers l’homme et tout ce qui
aident à observer d’un
de la forêt tropicale et des fauves en voie vit. » Notre monde économique, fondé
œil critique notre propre façon de disparition ? sur le rationalisme, est fixé sur l’obtention
L. Gorschlüter : Il n’y a pas directement de de résultats. Nous laisse-t-il la possibilité
d’agir et à nous interroger quant
rapport mais pas non plus d’ «  écoblanchi- d’élargir ainsi notre horizon ?
à notre attitude vis-à-vis de ment  » pour GOTEC. Je me suis simple- L. Gorschlüter : Être sensible à notre mon-
ment demandé comment utiliser le reste du de et réceptif à ses besoins, c’est une compé-
l’environnement, de l’énergie temps dont je dispose pour contribuer per- tence culturelle indispensable. Prenons
et des ressources naturelles sonnellement à la défense d’une bonne cause l’exemple du problème de l’huile de palme,
en lien avec la nature. Je ne m’y connais pas contenue dans nombre de nos produits ali-
Lars Gorschlüter
en biologie mais en revanche je sais organiser mentaires, cosmétiques, industriels et d’en-
et piloter des projets. tretien. Sa fabrication est l’une des causes
principales de la destruction croissante de la
Monsieur Simon, plutôt que d’entrer di- forêt tropicale et de son écosystème. Si nous
rectement après vos études dans l’entre- n’avons pas connaissance de cette relation de
prise, vous avez tout d’abord travaillé un cause à effet, nous ne pouvons pas être sensi-
an au Brésil dans l’aide au développement. bles à l’importance existentielle de la préser-

32 DACHSER magazine
ESPACE ÉCHANGES : DIALOGUE AVEC DACHSER

vation de notre environnement naturel. No-


tre empathie dépend donc de notre connais-
sance des faits. Là aussi, les petits ruisseaux
font les grandes rivières : si l’étiquetage des
produits informe les consommateurs, tous
ceux qui sont soucieux de leur environnement
pourront en tenir compte pour leurs achats.
B. Simon : Le plus souvent, les transforma-
tions importantes ne peuvent être effectuées
que par une évolution progressive et non par
à-coups. Les imposer à long terme contre la
volonté des hommes qu’elles concernent,
contre leurs conventions, leurs cultures loca-
les, ce n’est pas possible. Il faut du temps et
de la patience pour que l’estime et la compré-
hension mutuelles amènent ces hommes à
accepter les nouvelles idées et à les intégrer
dans leur cadre de vie.
L. Gorschlüter : C’est ce qu’a confirmé l’ex-
périence que nous avons faite au Botswana.
On a coutume là-bas de dire : «  Nous aimons
bien les lions – quand ils sont morts ». Que
les fauves, prédateurs, mais faisant partie in-
tégrante d’un vaste écosystème, doivent de
ce fait être protégés, c’est une idée nouvelle
là-bas qui demande d’abord à être comprise.
Au même titre que celle d’une biodiversité
naturelle indispensable à la vie et à l’équilibre
du territoire.
B. Simon : Cet exemple montre aussi que la
protection de l’environnement ne pourra pas
être imposée. Une directive ne fait pas d’un
lion un chat domestique. Tant que la société
n’aura pas compris que la protection de
l’environnement constitue un bien en soi et
demande donc à ce que les espèces menacées
soient protégées, nous n’aurons pas progressé
vers la qualité de vie. Tout dépend donc de
notre capacité à repenser les choses pour
les réorienter.

Dachser soutient en Inde, en Uttar Pra-


desh, un projet humanitaire de l’organisa-
tion terre des hommes. Quel rôle ce genre
de projet joue-t-il dans l’idée qu’une entre-
prise soucieuse de développement dura-
La protection des écosystèmes
ble se fait d’elle-même ?
menacés fait également partie de
B. Simon : Dachser, fondé en 1930, en plei- l’économie durable
ne crise économique, est parti de rien. Il a
fallu beaucoup d’énergie pour assurer la crois-
sance constante de notre entreprise familiale,
cette même énergie dont ont besoin les
sociétés telles que celle de l’Uttar Pradesh
pour assumer seules leur existence et leur
prospérité. Comprendre qu’après une multi-
tude de petits pas, ce qui est petit peut ‡

DACHSER magazine 33
ESPACE ÉCHANGES : DIALOGUE AVEC DACHSER

devenir grand et accéder à un nouvel ordre


de valeur, cela donne du courage. Malgré la DONNÉES
taille impressionnante atteinte aujourd’hui PERSONNELLES
par Dachser, nous n’oublions pas d’où nous
venons. C’est ce qui fait le lien entre l’Uttar Lars Gorschlüter
Pradesh et Dachser. est directeur de l’entreprise
GOTEC Group dont le siège est
La protection de la nature et de l’environ-
à Wülfrath. Elle emploie plus de
nement consiste souvent à mettre en évi-
dence des cycles et à les réguler. Peut-on, 1 000 personnes réparties sur
à ce sujet, tirer profit des expériences huit sites dans le monde. Sous-
faites dans l’aménagement de chaînes traitante de l’industrie automo-
d’approvisionnement et de leurs intercon- bile, elle s’est spécialisée dans
nections d’une grande complexité ?
la production de revêtements
B. Simon : Étant donné que son modèle
adhésifs de pièces caoutchouc-
d’activité prévoit l’optimisation permanente
des processus, l’activité logistique s’inscrit métal et de traitements de
tout naturellement dans le sens d’un dévelop- surface. Depuis 2007, Lars
pement durable. Il reste cependant beaucoup Gorschlüter, 43 ans, s’engage
à faire. Il serait possible en Allemagne de faire dans la protection des grands
l’économie d’un transport de camion sur cinq
fauves. En 2010, il a créé la
Il faut du temps et de si les acteurs des différentes chaînes réfléchis-
hh la patience pour que
saient à des solutions transversales pour créer
des conditionnements ou des emballages
fondation SAVE Wildlife Conser-
vation dont il est président et
l’estime et la compréhension plus intelligents, occupant moins de place. administrateur. Cette fondation
à but non lucratif s’investit
mutuelles amènent Pourquoi est-il si difficile, dans la protec- notamment, en Afrique, dans la
les hommes à accepter les tion de la nature et de l’environnement, de
défense des grands fauves et
mettre en œuvre des modifications qui,
nouvelles idées et à les intégrer manifestement, vont de soi ?
l’aide à l’enfance.
dans leur cadre de vie L. Gorschlüter : Parce que séparément, les
Bernhard Simon,
différents acteurs – de la politique, de la so-
Bernhard Simon
ciété, des entreprises, des distributeurs, des tout comme son interlocuteur,
fabricants – ont les mains liées. Ils ne peuvent se préoccupe personnellement
agir qu’ensemble, main dans la main. Or, trop depuis longtemps du dévelop-
souvent ils ne parviennent pas à trouver une
pement durable. Il s’étonne,
base commune d’accord. Dans le domaine de
à plus forte raison, du manque
la protection de la nature, c’est en fait le con-
sommateur qui détient le plus grand pouvoir de connaissances des faits
– qu’il n’utilise pas pour autant. Je suis ce- avec lequel est mené le débat
pendant convaincu que si les entreprises sont public sur ce sujet. On ignore
soucieuses de durabilité dans leurs achats et par exemple que, depuis des
la fabrication de leurs produits, elles se posi-
années, le niveau de perfection-
tionnent mieux sur le marché.
nement des moteurs de camions
B. Simon : Et c’est bien ce que souhaite
la société. Inscrire nos entreprises dans la correspond à celui d’un véhicule
perspective d’un développement durable ne de tourisme qui ne consomme-
nous apparaîtrait pas aujourd’hui comme un rait que trois litres aux 100 km.
facteur important si, au cours des vingt der- Il n’y a cependant plus guère
nières années, nous n’avions pas procédé à
de progrès technologiques à
une révision de nos points de vue. Il va de
attendre du moteur à explosion.
soi maintenant que notre responsabilité nous
pousse, dans nos décisions, à prendre en Par contre, si chacun « achetait
compte, non seulement l’optimisation des durable », le progrès serait bien
résultats économiques, mais aussi la sauve- plus important.
garde de l’environnement.

34 DACHSER magazine
BONNES NOUVELLES

C’EST LA MOTIVATION
QUI COMPTE
On plaque tout et on y va ? Si l’on en
croit l’indice mondial du bonheur de la
« New Economics Foundation », c’est au
Costa Rica qu’il fait bon vivre. En ce
qui concerne le bien-être personnel, l’es-
pérance de vie et l’empreinte écologique,
la « Suisse de l’Amérique centrale »
occupait en 2012 la première place dans
le classement des 151 pays étudiés.
L’argent ne fait pas le bonheur, des
études scientifiques sur le travail l’ont
confirmé. D’après les résultats de l’une
d’entre elles, menée par la société de
conseil Hay Group, la bonne entente
entre collègues et un travail intéressant
constituent de meilleures motivations
qu’une bonne rémunération. Dans
une entreprise, les collaborateurs motivés
émettent, en moyenne, presque moitié
plus de propositions d’améliorations que
ceux qui ne le sont pas.

DACHSER magazine 35
UN SYSTÈME DE SUIVI DES ENVOIS
TOUJOURS À PORTÉE DE MAIN.
En 13 langues et pour trois plate-formes.

Grâce à la nouvelle appli shipmentpointer, vous pouvez accéder à tout moment, même lorsque
vous êtes en déplacement, au statut concernant votre envoi. La mise en place de cette application
a été l’occasion d’optimiser les performances de shipmentpointer. Des nouveautés techniques ont
été introduites, pour permettre entre autres une recherche élargie en fonction de critères multiples.

www.dachser.fr