Vous êtes sur la page 1sur 42

Les trypanosomoses sont des maladies parasitaires

provoquées par des protozoaires flagellés appartenant


au genre Trypanosoma.
On distingue deux formes de trypanosomoses:
- La trypanosomose humaine africaine appelée aussi
« maladie du sommeil »
- La trypanosomose humaine américaine appelée
« maladie de Chagas »
Classification
Définition:
Infection parasitaire déterminée par la présence
de Trypanosoma brucei. Cette espèce se subdivise
en trois sous espèces:
- T. b. brucei
-T. b. gambiense
-T. b. rhodesiense
-Seules les deux dernières sous espèces sont
pathogènes pour l’homme,
les trypanosomes sont recouverts
Le parasite d’une glycoprotéine de surface
T. b. gambiense et T. b.
variable. Le remplacement d’une
rhodesiense glycoprotéine de surface par une
sont non différentiables autre antigéniquement différente,
morphologiquement. entraîne le phénomène de variation
Des techniques de antigénique.
PCR permettent de
les différencier.
La Glossine ou mouche Tsé-tsé
Famille des Glossinidae
• Les glossines ou mouches Tsé tsé sont des
insectes vivant uniquement en Afrique sub-
saharienne. On connait 31 espèces ou sous-
espèces, toutes regroupées au sein du genre
Glossina. Elles sont responsables de la
transmission de plusieurs espèces de
trypanosomes (Trypanosoma brucei spp.)
parasitant l’homme (la maladie du sommeil) et
certains vertébrés sauvages ou domestiques (la
Nagana). Les mouches des 2 sexes sont
hématophages.
Epidémiologie Les vecteurs et le cycle
Glossina sp.
Mouche tsé-tsé
Vecteur du Trypanosome,
protiste responsable de la
maladie du sommeil
Larves et pupes de glossine
La glossine ou mouche Tsé Tsé est un insecte piqueur
appartenant à l’ordre des diptères et dont l’activité est
diurne.
Leur piqûre est peu douloureuse et peut passer
inaperçue,
Le mâle et la femelle sont hématophage,
- Glossina palpalis est hygrophile et nécessite la
présence d’un cours d’eau. On la retrouve donc dans
les zones forestière humides d’Afrique de l’Ouest et
centrale. Vecteur de T. b. gambiense
- Glossina morsitans est xérophile, elle vit dans les
zones sèches et dans la savane de l’Afrique
Orientale. Vecteur de T. b. rhodesiense
Cycle indirect, parasite hétéroxène
HD : homme pour T. (b) gambiense, HD:
Homme et grands mammifères pour T. (b)
rhodesiense
HI: Diptère Glossina palpalis et G. morsitans
« Mouche Tsé-Tsé » (22 espèces) mâle et
femelle sont hématophages
Incubation
Pour T. b. rhodesiense: 3 jours à 3 semaines
Pour T. b. gambiens: de quelques mois à quelques
années

- Chancre d’inoculation: la piqûre de la glossine


entraine l’apparition d’un chancre d’inoculation
appelé « trypanome », douloureux ou prurigineux, il
peut s’accompagner d’adénopathies satellites.
- Il persiste pendant quelques jours.
- L’évolution de la maladie se fait en deux phases,
Trypanomes

Adénopathies cervicales
1 - phase lymphatico-sanguine: présence du parasite dans le
sang, les ganglions, fièvre irrégulière par poussées,
adénopathies cervicales, splénomégalie souvent discrète,
trypanides (éruption varicelliforme) souvent précoces,
palpitations, syncopes, début de manifestations
neurologiques (hyperesthésie, céphalées)
2 - phase méningo-encéphalitique: traversée de la barrière
méningée par le parasite ==> anomalies du LCR,
hyperesthésie (signe de la clé), crampes, névralgies,
tremblements, convulsions, démarche ébrieuse,
incoordination, irritabilité, dépression, apathie, inversion du
nycthémère (d'où le nom de maladie du sommeil),
impuissance, frigidité, troubles de la régulation thermique,
sans traitement: risque de coma et mort en 2 ans
Rq: évolution généralement accélérée si T (b) rhodesiense,
risque de décès en 6 mois avant apparition des signes
neurologiques
Cycle évolutif:
cycle indirect, parasite hétéroxène
HD : homme, et nombreuses espèces
animales sauvages (opossum,tatou,
chauves souris….) et domestiques (porc,
bétail, chien, chat), hébergeant les
formes trypomastigotes sanguines
Opossum
HI: insecte hémiptère, famille des
Reduviidae, sous famille des
Triatominae (genres Triatoma,
Rhodnius, Panstrongylus), grosse
punaise de 2 à 3 cm, tête allongée,
colorations rouge ou orangée des
élytres, incapables de voler, se
nourrissent sur un hôte au repos

Tatou
Clinique:phase d'incubation 3 à 30 jours
phase aiguë initiale: durée 8 à 10 semaines
touche les sujets neufs, surtout les enfants en zone d'endémie
- signes locaux correspondant à la porte d'entrée: œdème au
niveau des muqueuses (signe de Ramana), chagome (aspect
furonculoïde et adénopathies satellites)
- signes généraux: asthénie, anorexie, fièvre (1 à 2 mois), œdème
généralisé, adénopathies, hépato-splénomégalie, diarrhée etc...
- signes localisés: signes cardiaques (tachycardie, anomalies ECG)
ou neurologiques (convulsions surtout chez les très jeunes enfants)
guérison clinique en 2 mois
phase silencieuse ou indéterminée: le sujet reste porteur du
parasite, asymptomatique, dure 10 à 20 ans, évolue dans 30 % des
cas vers la phase chronique
Signe de Ramana

Méga côlon Cardiomégalie et aneurisme apical