Vous êtes sur la page 1sur 5

10/08/2018 De la misère sexuelle en Occident, par Eva Illouz

M'identifier Je m'abonne

Bibliobs  > Société

De la misère sexuelle en Occident, par Eva


Illouz

Le 23 avril 2018, un jeune homme se réclamant des "Incels" tuait dix


personnes à Toronto par haine des femmes. Au lendemain de cet at‐
tentat, "l’Obs" avait demandé à la sociologue franco-israélienne Eva
Illouz d’analyser le phénomène.

Par Eva Illouz, sociologue


Publié le 04 août 2018 à 16h41

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour vous pro­
SUR LE MÊME SUJET
poser des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En sa­
voir plus et gérer ces paramètres

EN SAVOIR PLUS   OK

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180713.OBS9630/de-la-misere-sexuelle-en-occident-par-eva-illouz.html 1/12
10/08/2018 De la misère sexuelle en Occident, par Eva Illouz

Dans son roman controversé «Soumission» (2015), Michel Houellebecq décrit


M'identifier Je m'abonne
le futur proche où la France aurait choisi comme président de la République un isla-
miste au visage bienveillant. Ce changement collectif est décrit comme une capitula-
tion morale dans la personne de François, un chercheur spécialiste de la littérature du
XIXe siècle. Tout au long du roman, François fait face au choix de se convertir à l’islam
ou de maintenir son mode de vie morose, vaguement hédoniste et sans foi particulière.

Le premier choix impliquerait une promotion professionnelle et l’accès à des femmes


qui seraient au service de ses besoins domestiques et sexuels dans le cadre légitime de
la polygamie. Le deuxième choix signifierait de continuer une vie clairsemée de rela-
tions sexuelles sans attaches, une vie caractérisée par un ennui existentiel continu.Ce
sera la promesse des services (ménagers et sexuels) fournis par une femme soumise
qui le convaincra de se «soumettre» (c’est-à-dire de se convertir à l’islam), ce qui
semble suggérer l’importance cardinale de la sexualité dans cette mutation politique.

> Eva Illouz : "Nous sommes à l'aube d'un Nouveau Régime sexuel"

« Soumission » s’inscrit dans la continuité directe de deux romans précédents de


Houellebecq, «Extension du domaine de la lutte» (1994) et «les Particules élémen-
taires» (1998). Le premier relatait l’histoire d’un homme («notre héros») qui finit par
se suicider car il n’arrive pas à être performant dans un marché sexuel gouverné par
une intense compétition. Il est le laissé-pour-compte de ce nouvel ordre social. Le
deuxième roman décrit la frénésie de l’exploration sexuelle de la génération post-
soixante-huitarde, qui pour la plupart aboutit à l’expérience du vide métaphysique.
Mais sur sa fin, le roman nous offre la vision utopique d’une humanité libérée de la mi-
sère sexuelle à travers le clonage, qui mettrait fin à la nécessité de se reproduire
sexuellement et donc à la tyrannie du désir.

Ces trois romans ont un point en commun fort : ils partagent l’idée que c’est à travers
la sexualité qu’une grande partie de la misère psychique est produite dans les sociétés
Occidentales. La sexualité y est source de désordre existentiel, cause de mécontente-
ment politique et de changement civilisationnel. De la même façon que Henry James,
Balzac ou Zola avaient examiné la grande transition à une société dominée par l’argent,
Houellebecq est le romancier qui a examiné comment la liberté sexuelle imprègne
tout – la consommation, les relations sociales, la politique – et perturbe des aménage-
ments sociaux classiques. Dans l’univers fictif de Houellebecq, l’avenir même (et la dis-
parition) de la civilisation occidentale dépend de la (dé)régulation de la sexualité.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour vous pro­
>poser des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En sa­
Houellebecq : visionnaire ou pervers ?
voir plus et gérer ces paramètres

EN SAVOIR PLUS   OK

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180713.OBS9630/de-la-misere-sexuelle-en-occident-par-eva-illouz.html 2/12
10/08/2018 De la misère sexuelle en Occident, par Eva Illouz

Après le terrorisme religieux ou politique, le terro‐


M'identifier Je m'abonne

risme sexuel

Un événement récent a revêtu un aspect étrangement houellebecquien. En avril 2018,


surgit un nouveau type de terrorisme; après le terrorisme religieux ou politique, le ter-
rorisme sexuel est apparu dans nos sociétés ayant pour cible les femmes en tant que
femmes. Un jeune homme, Alek Minassian, tua plus de dix personnes, des femmes
pour la plupart, dans la ville de Toronto. Dans quelle mesure ce dernier souffrait-il de
troubles mentaux, ce n’est pas encore très clair. Mais il est incontestable qu’il souscri-
vait à l’idéologie violente des Incels, une communauté d’internautes masculins unis
par leur haine envers les femmes qui, selon eux, leur refusent l’attention et le plaisir
sexuels auxquels ils ont un droit naturel.

Tragiquement et ironiquement, la genèse du terme «Incel» fut toute autre. Le mot fut
inventé deux décennies auparavant par une femme nommée Alana qui, en raison de
son célibat involontaire [«Incel» est la contraction de «involontary celibate»], a voulu
créer une communauté de soutien sur Internet pour ceux qui n’arrivent pas à avoir des
relations sexuelles ou romantiques. Le mot fut récupéré par les Incels misogynes qui
divisent le monde en deux camps: d’un côté les Incels, et de l’autre les Chads et les Sta-
cys, des hommes et des femmes non seulement désirables mais se désirant entre eux.

> La domination masculine, plus longue injustice de l’histoire humaine

On peut bien sûr exprimer son indignation face à ce phénomène quelque peu répu-
gnant. Mais il est bien plus utile et intéressant de comprendre les conditions sociales
qui le rendent possible. Sociologiquement, les Incels sont la manifestation la plus trou-
blante de la transformation de la sexualité en hiérarchie sociale. Les Incels se per-
çoivent comme exclus d’un ordre social où la sexualité confère un statut, où elle est sy-
nonyme de la vie bonne et de la masculinité forte. (Trump est un excellent exemple
d’un type de masculinité définie par la performance et la conquête sexuelles qui en tant
que telles confèrent un statut à un homme).

"Les hommes découvrent l’exclusion sociale par la


sexualité"

Les Incels sont eux-mêmes la manifestation (violente) d’un nouvel ordre social dans
lequel la sexualité et l’intimité sont des signes d’appartenance sociale. Être privé de la
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour vous pro­
poser des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En sa­
sexualité et de l’intimité sexuelle,voir plus et gérer ces paramètres
c’est être privé de statut masculin et d’une existence
sociale tout court, parce que la sexualité occupe désormais une place centrale dans
EN SAVOIR PLUS   OK

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180713.OBS9630/de-la-misere-sexuelle-en-occident-par-eva-illouz.html 3/12
10/08/2018 De la misère sexuelle en Occident, par Eva Illouz

l’identité sociale. Pour certains la sexualité est l’arène d’un exercice de liberté, pour
M'identifier Je m'abonne
d’autres elle implique des expériences «involontaires» (et forcées) d’humiliation et
d’exclusion.

Ainsi, les Incels se situent sur la ligne de fracture entre deux plaques tectoniques: la
patriarchie traditionnelle (violente) et le capitalisme technologique et scopique qui
crée des nouvelles formes de classement (les «sexy» et ceux qui n’attirent personne) et
de privilèges. Ces formes de classement transforment les modes anciens de la domina-
tion des femmes: leur sexualité est libre, mais elle doit rester sous le contrôle du regard
et du pouvoir sexuel de l’homme.

> Comment faire l'amour avec philosophie ?

Les hiérarchies sexuelles, comme les hiérarchies sociales et culturelles, sont mainte-
nues à travers un processus de «distinction». Selon Bourdieu, «la distinction» est le
processus mental et social par lequel nous nous distinguons des membres d’autres
groupes, en rejetant leurs goûts tout en revendiquant les nôtres (1). «La distinction
sexuelle» est le mécanisme de la recherche de statut sexuel, qui s’exerce à travers la sé-
duction (désirer et être désiré par d’autres) et le rejet concomitant des autres et/ou par
les autres.

Dans ce sens, la distinction sexuelle diffère de la distinction de classe: l’une concerne


des objets culturels et des pratiques de consommation, tandis que l’autre concerne des
personnes. «Le célibat involontaire» est la manifestation d’une telle distinction
sexuelle qui crée des groupes pour qui le rejet sexuel devient une expérience sociale
routinière, engendrant des expériences de dévaluation de soi. Etre laissé-pour-compte
sur le plan sexuel constitue une nouvelle forme d’expérience d’exclusion sociale, dont
les hommes n’avaient fait que peu l’expérience.

> La bouleversante déclaration d’amour de Laurent Wauquiez à Michel Houellebecq

Les Incels se positionnent ainsi au croisement d’une culture patriarcale violente, dans
laquelle les hommes se réservaient le droit d’avoir accès aux corps des femmes, et une
nouvelle culture où les femmes peuvent exercer librement leur droit de choisir leur
partenaire sexuel. Les équivalents féminins des hommes Incels sont «des femmes au
foyer de la suprématie blanche» (2) qui rejettent à la fois la marchandisation sexuelle
des femmes et leur liberté (sexuelle), et revendiquent les rôles traditionnels genrés ain-
si que les valeurs familiales. Elles jouent un rôle important, quoique moins visible,
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour vous pro­
dans le phénomène de la suprématie blanche.
poser des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En sa­
voir plus et gérer ces paramètres

Erdogan, Poutine, Trump, la Manif pour tous… EN SAVOIR PLUS   OK

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180713.OBS9630/de-la-misere-sexuelle-en-occident-par-eva-illouz.html 4/12
10/08/2018 De la misère sexuelle en Occident, par Eva Illouz

Les blancs américains n’ont pas plus voté pour Donald Trump que pour Mitt Romney
M'identifier Je m'abonne
lors des élections américaines précédentes. Mais le vote déterminant semble avoir été
celui des hommes. Ces hommes-là se sont identifiés à la masculinité représentée par
Trump et considèrent le féminisme comme un mouvement injuste qui donne des avan-
tages non-mérités aux femmes. Le populisme n’est pas seulement un mouvement poli-
tique pour le maintien d’une identité nationale homogène; c’est aussi le choix
d’hommes forts, ceux qui ont prédaté le pouvoir des femmes et les droits des minorités
sexuelles.

Les bouleversements des rapports sexuels sont donc devenus un élément clé du pay-
sage politique. Erdogan, Poutine, Trump, Orban, ou La Manif pour tous, chacun à sa
façon incarne une contestation des révolutions du paysage sexuel. L’égalité croissante
des femmes, la remise en question du pouvoir masculin et des modèles de l’hétéro-
sexualité, sont source de malaise dans notre civilisation, à l’origine de mouvements ré-
actionnaires, voire terroriste comme celui des Incels.

> Naomi Klein : "Donald Trump, c'est le prédateur en chef "

Les femmes seraient bien avisées d’en prendre note et d’espérer que l’expression
«guerre des sexes» ne restera qu’une métaphore.

Eva Illouz

(1) Pierre Bourdieu, “La Distinction. Critique sociale du jugement”, Les éditions de
Minuit, 1979.

(2) Annie Kelly, “The Housewives of White Supremacy”, article publié dans le “New
York Times” du 1er juin 2018.

 Eva Illouz, bio express

Intellectuelle franco­israélienne de renommée mondiale Eva Illouz est sociologue de
la culture et des émotions. Directrice d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences
sociales (EHESS), titulaire de la chaire «Repenser l'histoire du capitalisme», elle sera
l'an prochain chercheuse invitée au prestigieux Institute for Advanced Studies à Prin­
ceton. Auteure de douze livres dont «Oprah Winfrey and the Glamour of Misery», elle
a publié trois de ses best­sellers en français: «les Sentiments du capitalisme» (2006);
«Pourquoi l'amour fait mal» (2012) et «Hard Romance» (2014), aux Editions du
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour vous pro­
Seuil.
poser des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts et vous permettre l'utilisation de boutons de partages sociaux. En sa­
voir plus et gérer ces paramètres

EN SAVOIR PLUS   OK

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180713.OBS9630/de-la-misere-sexuelle-en-occident-par-eva-illouz.html 5/12