Vous êtes sur la page 1sur 12

I-1.

ULTRASTRUCTURE DE LA MEMBRANE PLASMIQUE


Quelle interprétation pouvez-vous faire à
partir des micrographies 1 et 2 de la
planche I
I-1-1. Interprétation des micrographies de la planche 1
Micrographie 1 montre que la membrane plasmique est constituée de trois feuillets,
deux feuillets
osmiophiles, opaques aux électrons, disposés de part et d’autre d’un feuillet
osmiophobe.
Micrographie 2. montre que la membrane plasmique est constituée par un assemblage
d’une double
couche de lipides, des protéines membranaires intrinsèques ou protéines
transmembranaires et des
protéines membranaires extrinsèques ou périphériques.
Quelle conclusion pouvez-vous tirer
I-1-2. Conclusion
La membrane plasmique est une bicouche lipidique. Elle comporte des protéines qui
sont soit disposée
à la périphérie soit intégrées dans la membrane.
Quelle sont les techniques utilisées pour
obtenir les micrographies ?
Decrire succinctement les techniques
I-1-3. Techniques utilisées pour obtenir les micrographies de la planche I
Micrographie 1
Elle est obtenue à partir de techniques cytologiques : fixation chimique, lavage,
déshydratation,
incubation et coupe. Les coupes effectuées tombent dans une solution de sel de
métal lourd (uranyle de
plomb) dans laquelle elles flottent. la fixation des sels lourds sur les coupes
permet de renforcer leur
contraste. Cette coloration est dite positive.
Micrographie 2
La cryofracture consiste à fracturer sous vide, à -100°C avec un couteau,
l’échantillon qui a été
congelé à la température de l’azote liquide (- 160°C) en utilisant une grande
vitesse de refroidissement
(congélation rapide) qui empêche la formation de cristaux de glace. Le plan de
fracture suit
préférentiellement les lignes de moindre résistance et, de ce fait, passe souvent
entre les deux couches
lipidiques des membranes mettant ainsi à nu l’intérieur des membranes cellulaires.
Les surfaces
fractionnées restant épaisses, le matériel organique est éliminé par dissolution
après ombrage, de sorte
que seul subsiste la mince réplique métallique de la surface de l’échantillon. La
réplique est consolidée
par un film de carbone et peut être ainsi placée une grille et observée au MET. Les
répliques sont
parsemées de petites particules intramembranaires qui représentent de grosses
protéines membranaires.
Elle permet de visualiser la distribution de telles protéines dans le plan d’une
membrane.
I-2. CONSTITUANTS CHIMIQUES DE LA MEMBRANAIRE
Citez les principaux constituants de la
membrane plasmique Les constituants chimiques de la membrane plasmique sont : les
lipides, les protéines et les glucides
I-2-1. Les lipides membranaires
Schématiser l’organisation moléculaire de
la bicouche phospholipidique I-2-1-1. Schéma de la bicouche phospholipidique
Qu’est-ce qu’un liposome
I-2-1-2. Définition du liposome
Les liposomes sont de petites sphères artificielles d’un diamètre de 25 nm à 1 m,
constituées d’une
bicouche phospholipidique de même nature que les éléments membranaires et qui se
sont formées en
milieu aqueux emprisonnant une goutte du milieu..
Citez les principaux lipides membranaires
I-2-1-3. Les principaux lipides membranaires
les phospholipides,
Le cholestérol. Dans les cellules eucaryotes il existe une molécule de cholestérol.
Les glycolipides (ou cérébrosides) résultent de l’association d’un sucre,
généralement le galactose,
avec un acide gras de PM élevé et la sphingosine. Ce sont des esters de la
sphingosine ou
sphingoglycolipides qui regroupent les galactosides, des gangliosides, des
glycolipides neutres.
 Les phospholipides (figure 1, Planche II)
Les phospholipides sont les lipides membranaires les plus abondants. Ils résultent
de l’estérification
du glycérol par deux acides gras et par l’acide phosphorique. Ils possèdent une
extrémité polaire
formée par un alcool azoté, de l’acide phosphorique et du glycérol et deux chaînes
carbonées. Les
chaînes carbonées généralement constituées d’acides gras sont de longueur variable.
Elles contiennent normalement 14 à 24 atomes de carbone. L’une d’elles contient
habituellement une ou plusieurs
doubles liaisons ; elle est insaturée contrairement à l’autre qui n’en contient
pas. Chaque double liaison
crée un petit coude dans la queue. Ces différences dans la longueur et la
saturation de la queue sont
importantes car elles ont une influence sur la capacité des molécules de
phospholipide à se serrer les
unes contre les autres et par conséquent sur la fluidité de la membrane.
Donner la formule chimique des
phospholipides
 Formule générale des phospholipides.
R1 =un acide gras
R2 = acide gras
Z = groupement aminé primaire
Observez la figure 1 de la planche II  Les principaux phospholipides membranaires
Citez les différents phospholipides
Phosphatidylcholine -(CH3)3N
+CH2CH2OH-, quand le groupement aminé est la choline
Phosphatidyl-éthanolamine, quand le groupement aminé est l’éthanolamine
Phosphatidyl -inositol, quand le groupement aminé est l’inositol
Phosphatidyl - sérine ... quand le groupement aminé est la sérine
Les sphingomyéline ; sphingosine + acides gras + acide phosphorique + choline
NB : La sphingosine, également appelée sphingénine, est un aminodiol possédant une
double liaison
(éthylénique). Cet alcool gras possède dix-huit atomes de carbone, deux groupements
hydroxyle –OH,
un groupement amine –NH2. C'est sur sa fonction amine que viennent se fixer les
acides gras via une
liaison amide. Les groupements hydroxyle ont leurs propres substitutions.
La sphingosine est à la base de la structure des sphingolipides.
I-2-1-3. Asymétrie de la membrane en fonction de la distribution des lipides
Que constater vous au niveau de la
composition en phospholipides de la
bicouche entre la membrane extracellulaire
et la membrane intracellulaire
La composition des deux moitiés de la double couche est différente. Dans la
membrane extracellulaire,
on note la présence de glycolipides alors qu’elles sont absentes dans la membrane
intracellulaire.
Quelles conséquences cela a sur la taille de
la membrane extracellulaire Cela fait que la membrane extracellulaire est plus
épaisse que la membrane intracellulaire.
Déduire la notion d’asymétrie de la
membrane plasmique
La notion d’asymétrie de la membrane plasmique est due au fait que sur sa surface
extracellulaire se
trouve des glucides associés à des protéines ou des lipides ce qui crée une
asymétrie par rapport au
plan imaginaire passant au milieu du feuillet claire.
I-2-1-4. Fluidité membranaire
Définir la notion de fluidité membranaire La membrane plasmique est une mosaïque
fluide ; elle n’est pas figée. Ces différents constituants sont
en mouvement au sein de la membrane.
Observez les figures 3 et 4 de la planche II  Différents mouvement des lipides
Quelles sont les différents mouvements des
lipides dans la membrane plasmique
Mouvement de rotation
Les phospholipides peuvent tourner sur eux-mêmes sur place.
Mouvement de diffusion latérale
Un phospholipide peut changer de place avec son voisin sur le même feuillet.
Mouvement de Flip-Flop
Un phospholipide peut basculer d’un feuillet membranaire à l’autre, c’est ce que
l’on
appelle le flip flop qui nécessite des flipases.
Citez les facteurs influençant la fluidité de
la membrane plasmique et précisez l’impact
de chacun
 Facteurs influençant la fluidité
La température
La fluidité augmente avec l’augmentation de la température.
La présence de cholestérol
La présence de cholestérol diminue la fluidité de la membrane plasmique.
La nature des acides gras des phospholipides
Plus les chaînes d’acide gras sont courtes plus la fluidité est grande ; et
également plus les chaines
d’acide gras sont insaturés, plus la fluidité est grande.
I-2-2. Les protéines membranaires
I-2-2-1. Structures des protéines
Citez les différentes structures des protéines
La structure primaire
La structure secondaire
Structure tertiaire
Structure quaternaire
Observez la figure 1 de la planche III
Quelles sont les caractéristiques de chaque
structure
 Structure primaire
C’est la structure linéaire de la protéine dont les acides aminés sont liés que par
des liaisons
peptidiques
 Structure secondaire
La protéine peut se plier mettant ainsi les acides aminés en contact les uns avec
les autres. Les
différents acides aminés de la protéine peuvent alors établir entre eux des
liaisons hydrogènes entre les
groupements amide (-NH) et carbonyle (-CO) du squelette peptidique à tous les 4
acides aminés et
donné naissance à des hélices  qui a un aspect spiralé et des feuillets  qui
donne un aspect
d’accordéon. Les hélices  et feuillets  constituent les structures secondaires
 Structure tertiaire
Les hélices  et des feuillets  de la chaîne polypeptidique se replient les unes
sur les autres et forment
une molécule en forme de boule, ou molécule globulaire et donné naissance à une
structure tertiaire. La
structure tertiaire est maintenue par des liaisons (covalentes, hydrogène, pont
disulfure, ionique) entre
des acides aminés souvent très éloignés sur la chaîne primaire.
Cette structure est encore appelé domaine protéique et considéré comme l’unité
structurale de base ou
monomère.
 Structure quaternaire
La structure quaternaire correspond à l’association spécifique de plusieurs chaînes
peptidiques ou
monomères.
I-2-2-2. Différents types de protéines membranaires
Citez les différentes protéines de la
membrane plasmique
Les différentes protéines membranaires sont les glycoprotéines, les lipoprotéines,
les enzymes et les
antigènes ou anticorps membranaires. On peut les regrouper en fonction de leur
localisation et de leur
rapport avec la bicouche lipidique.
Citez les groupes de protéine en fonction de
leur localisation
 En fonction de leurs localisations
On distingue :
- les protéines extrinsèques ou périphériques ;
-les protéines intrinsèques ou intégrées.
Citez les groupes de protéine en fonction de
leur rapport avec la bicouche
 En fonction de leur rapport avec la bicouche lipidique
On distingue :
- les protéines transmembranaires
- les protéines enchâssées qui soit ancrées dans la membrane externe soit ancrées
dans la
membrane interne
Annotez la figure 2 de la planche III
1 = protéine transmembranaire à traversée unique en liaison covalente avec la
monocouche interne
2 = protéine intégrée à traversée multiple avec formation de coude
3 = protéine périphérique en liaison avec la monocouche interne
4 = glycoprotéine extrinsèque en liaison covalente avec la monocouche externe par
un oligosaccharide
5 = protéine transmembranaire à une hélice et à structure quaternaire relier au
cytosquelette
Notez les particularités de la protéine de la
figure 3 planche III
La protéine de la figure 3 (planche III) est une glycoprotéine transmembranaire à
traverser unique
typique dont la chaîne polypeptidique traverse la bicouche sous forme d’une hélice
. La chaîne
oligosaccharidique et les liaisons disulfures sont toutes sur la face non
cystosolique de la membrane.
I-2-2-3. Technique de caractérisation des protéines de la membrane plasmique
Quelles sont les techniques qui permettent
de caractériser les protéines membranaires
Electrophorèse
chromatographie
Décrire les techniques Voir fascicule de TD techniques d’étude de la cellule
I-2-2-4. Technique de localisation des protéines de la membrane plasmique
Quelles sont les techniques qui permettent
de localiser les protéines membranaires
Réaction à ninhydrine
Réaction de Biuret
Réaction xantoprotéique
Réaction immunocytochimie
Autoradiographie
Cryodécapage ou cryofracture
I-2-2-5. Expérience des vésicules retournées
Interprétez les figures 2a et 2b à partir de
l’expérience des vésicules retournées de la
figure 1 de la planche IV
La figure 2a représente une membrane normale car les éléments du cytosquelette sont
orientés dans la
zone cytoplasmique.
La figure 2b, elle représente une membrane retournée.
I-2-2-5. Expérience de Frye et Edidin
 Procédé
Décrire l’expérience de Frye et Edidin On réalise un hétérocaryon à partir d’une
cellule humaine, dont les antigènes sont marqués par des
anticorps anti-homme fluorescents en rouge (rhodamine), et d’une cellule de souris,
dont les antigènes sont marqués par des anticorps anti-souris fluorescent en vert
(fluorescéine). Les protéines de souris et
les protéines humaines sont initialement restreintes à leur propre moitié de la
membrane plasmique de
l’hétérocaryon. Après incubation de l’hétérocaryon l’observation en microscopie à
fluorescence révèle
un redéploiement, avec mélange, des complexes antigènes-anticorps sur toute la
membrane de la
cellule homme-souris.
Quel est son but
 But
Le but de l’expérience de Frye et Edidin est de localiser les protéines
membranaires et d’étudier la
fluidité de la membrane plasmique.
De quelle technique découle cette
expérience C’est une technique d’hybridation somatique et d’immunocytochimie
I-2-3. Les glucides membranaires
Quelles sont les glucides membranaires Les glucides membranaires sont des
polysaccharides et des oligosaccharides.
I-2-3-1. Localisation des glucides membranaire
Situez les glucides membranaires Les glucides membranaires sont localisés à la face
extracellulaire de la membrane plasmique. Ils
forment ainsi un revêtement fibreux.
Quel non donne-t-on au revêtement
membranaire formé ?
Le revêtement membranaire est appelé Cell coast ou glycolèmme.
Que peut-on en déduire quant à l’asymétrie
de la membrane Elles participent de ce fait à l’asymétrie de la membrane plasmique
I-2-3-2. Nature des glucides membranaires
Sous quelle forme les glucides se
présentent-ils ? ou quelle est la nature de
glucide membranaire
Les glucides membranaires sont des polysaccharides et des oligopolysachharides.
A quelle type de molécule sont-ils liés et
comment
Les glucides membranaires sont liés aux protéines et aux lipides membranaires par
des liaisons
covalentes.
I-2-3-3. Technique d’étude des glucides membranaires
Citer les réactions histo ou cytochimiques
qui permettent de les détecter
Les réactions histo ou cytochimique qui permettent de les détecter sont les
réactions de Biuret,
xanthoprotéique et APS (Réaction de l’acide périodique Schiff (APS ou PAS))
I-2-3-4. Rôles des glucides membranaires
 Rôle des glucides membranaires dans la détermination des groupes sanguin du
système
ABO
Annotez la figure 1 de la planche V Voir planche V
Quelle est la nature des glucides impliqués
dans la détermination du groupe sanguin Le N acétyl glucosamine ; le galactose ; le
fucose et le N acétyl galactosamine Les Glycosyltransférases sont des enzymes
permettant le transfert d'arborescences sucrées sur des
protéines. Dans le cas du système ABO, la transférase A transfère le N-
acétylgalactosamine et la
transférase B transfère le galactose par une liaison α 1,3 sur le galactose de la
chaîne osidique H, et
elles induisent respectivement l'appartenance d'un individu au groupe A ou B.
Lorsque les deux
glycosyltransférases sont présentes, l'individu est de groupe AB. Et quand les deux
enzymes sont
absentes, l’individu est du groupe O.
Faites le schéma de la transfusion sanguine
 Schéma
O
SHEMA DE LA TRANSFUSION SANGUINE
Dégagez le rôle spécifique des glucides
après cette étude Les glucides interviennent dans la formation des groupes sanguins
dans le système ABO.
Citez les autres rôles des glucides  Autres rôles des glucides
- Protection mécanique et chimique de la cellule
- Filtre et piège à ions
- Reconnaissance et adhésivité cellulaire
I-3. Modèle membranaire
Annotez et schématisez la figure 2 de la
planche V
Annotation
1= Bicouche phodspholipidique ; 2 = Phospholipide
3= Cholestérol ; 4 = Glycolipide
5 = Glycoprotéine globulaire et transmembranaire ;
6 = Glycoprotéine transmembranaire en hélice  à traversée unique
7 = Glycoprotéine enchâssée ; 8 = Protéine enchâssée
9 = Protéine périphérique ; 10 = Groupements glucidiques
I-4. Spécialisations de la membrane plasmique
Quelles sont les spécialisations de la
membrane plasmique
Les spécialisations de la membrane plasmique sont :
- Les microvillosités
- les invaginations
- les stéreocils
les interdigitations
- espace intercellulaire
- les complexes jonctionnels
 les complexes jonctionnels
Quelles sont les critères de classification
des complexes jonctionnels
Les complexes jonctionnels peuvent être classés selon trois critères :
- en fonction de leur aspect ;
- en fonction de l’épaisseur de l’espace intercellulaire
- en fonction de leur fonction
Expliquez les différents critères de
classification
- en fonction de leur aspect
on distingue :
la Zonula : correspond à une bande qui encercle la cellule ;
la Fascia = c’est une plaque à contour irrégulier
la Macula = c’est une plaque à contour arrondi.
- En fonction de l’épaisseur de l’espace intercellulaire
On distingue les jonctions de type :
Occludens = ce sont les jonctions qui se caractérisent par une soudure de deux
membranes
plasmiques sur leur face extracellulaire. Ces jonctions sont étanches et ne
permettent pas d’échange
entre les deux cellules. (Tight junction) exemple zonula occludens
GAP = elles se caractérisent par une réduction de l’espace intercellulaire qui
passe d’environ 150 Å à
20 Å. On note la présence de particules intramembranaires qui permettent les
échanges entre les deux
cellules. Jonction de type fascia
Adherens = elles sont caractérisées par un élargissement de l’espace
intercellulaire. C’est de type
macula (macula adherens ou desmosome
- Selon leur fonction :
 les jonctions imperméables, elles réunissent les cellules entre elles en
empêchant le transit de
substances dans les espaces intercellulaires qui les séparent ;
 les jonctions de communication, elles contrôlent le passage de petites molécules
d’une cellule à
l’autre ;
 Les jonctions d’adhérence, elles sont mécaniquement résistantes et interviennent
dans la cohésion
des cellules entre elles.
Observez la planche VI
Identifiez les différents types de jonctions
de la figure 1
Quelles sont les techniques qui ont permis
d’obtenir les micrographies 2 et 3 de la
planche VI
Les techniques sont le cryofracture et le cryodécapage plus ombrage coupes mince
I-5. Rôles physiologiques de la membrane plasmique
1-5-1. Propriétés de la membrane plasmiques
Indiquer les propriétés de la membrane
plasmique
- perméabilité sélective
- Les activités physiologiques liées aux particularités de la construction
moléculaire de la
membrane plasmique
1-5-2. Les phénomènes de transports membranaires
Quels sont les deux principaux groupes de
phénomènes de transport membranaire
- Le transport avec mouvement de la membrane plasmique : transport des
macromolécules ;
- Les transports sans mouvement de la membrane plasmique : perméabilité sélective
1-5-2-1. transport avec mouvement de la membrane plasmique
Définir les termes endocytose et exocytose
- L'endocytose est un processus au cours duquel la membrane d'une cellule enveloppe
et absorbe une
particule.
- L'exocytose est le processus au cours duquel les substances contenues dans le
cytoplasme d'une
cellule sont enveloppées par la membrane de cette cellule, pour être ensuite
rejetées vers l'extérieur.
 Endocytose
Quels sont les différents types de
d’endocytose
Les différents types d’endocytose sont :
- La pinocytose : Ingestion, par toutes les cellules, de fluides ou de particules
(liquides & solutés)
de petite taille par formation de vésicules lisses (50 à 150 µm) qui seront
dirigées vers les
endosome ;
- La phagocytose : Endocytose de particules volumineuses (supérieure à 1μm)
(bactéries,
organites) dans une vacuole de phagocytose : phagosome.
- Endocytose par récepteur : vésicule de 100 à 150 nm
Expliquez leur mécanisme
 La pinocytose
La pinocytose se fait par une invagination de la membrane cytoplasmique grâce au
réseau de filament
d'actine, suivit d'une modification de la bicouche P-lipidique. La membrane
plasmique finit par se
refermer en une vésicule lise englobant la substance à capturer.
 La phagocytose
Les particules sont piégées par les molécules mucopolysaccharidiques de la surface
cellulaire. Puis la
membrane plasmique va s’invaginer avec l’aide des protéines du cytosquelette et
former une vésicule
(phagosome) Endocytose par récepteur
La membrane plasmique est tapissée du côté interne par un revêtement fibreux pour
l’essentiel de
clathrine (complexe protéique organisée en une structure à trois branches courbes
ou triskelion) on
parle de puits recouvert qui sont associé à des récepteurs. Les triskelions
s’assemblent en un réseau
sous membranaire qui finit par former une sphère.
Les particules à capturer qui sont associées à des protéines formant un complexe
appelé LDL (low
Density lipoprotéine) vont se fixer sur les récepteurs.
La sphère va finir par se fermer et former une vésicule recouverte qui est
internalisée.
Une fois internalisées, les vésicules perdent leur revêtement de clathrine,
fusionnent pour constituer
des endosomes.
1-5-2-2. transport sans mouvement de la membrane plasmique
Quels sont les types de transport faisant
appel à la seule perméabilité de la
membrane plasmique
Les différents types de transport faisant appel à la seule perméabilité de la
membrane sont :
- le transport passif
- Transport actif
Quel sont les critères distinctifs Le transport actif se fait avec utilisation
d’énergie alors que le transport passif se fait sans apport
énergetique.
 Transport passif
La diffusion simple et la diffusion facilitée sont le déplacement de soluté
Indiquez et expliquez la loi du transport du
solvant puis dites dans quel type de
transport on peut les classer
Le déplacement de l’eau à travers la membrane plasmique est l’osmose
Le transport du solvant se fait du milieu le moins concentré en soluté (milieu
hypotonique) vers le
milieu le plus concentré en soluté (hypertonique).
L’osmose est classée dans le transport passif
Définissez le soluté Le soluté est un corps ou solution qui peut se dissoudre dans
le solvant.
Indiquez la loi de diffusion et expliquez les
différents types de diffusion puis dites dans
quel type de transport on peut les classer
Les solutés se déplacent dans le sens de son gradient de concentration et gradient
électrique du milieu
hypertonique vers le milieu hypotonique.
Les différents types de diffusion sont la diffusion simple et la diffusion
facilitée.
La diffusion simple est le transport des molécules à travers les canaux
membranaires pour les
molécules lipophobes et à travers les phospholipides pour les substances
lipophiles.
La diffusion facilitée se fait grâce à des protéines de transport appelée
perméases.
La diffusion simple et la diffusion facilitée sont des transports passifs.
 Transport actif
Expliquez le fonctionnement de la pompe
L’ATPase ou pompe Na/K transporte les ions Na vers l’extérieur et les ions K vers
l’intérieur d’une
cellule contre leurs gradients électrochimiques grâce à l’hydrolyse de l’ATP à
l’intérieur de la cellule.
Trois ions Na sont pompés contre deux ions de K pour l’hydrolyse d’un ATP.
Après fixation des ions Na et K, l’hydrolyse de l’ATP va favoriser le changement de
conformation de
la protéine de transport. La pompe permet de maintenir le potentiel de membrane.
Définissez les termes d’uniport, symport,
antiport et expliquez le mécanisme par un
schéma
 Notion d’uniport, symport, antiport Uniport =transport d’une et une seule
molécile
Symport = transport de deux molécules
dans le même sens
Antiport = transport de deux molécules
dans les sens opposés
1-5-2-1. Les échanges d’information entre les cellules
Citer les différentes stratégies de
transmission chimique d’information entre
les cellules
Les différentes stratégies de transmission chimique de l’information sont :
- La transmission nerveuse et la transmission humorale
Expliquez ces différentes stratégies
La transmission nerveuse se fait suivant deux voies :
- la conduction neuronique se fait par signaux électriques. le signal (potentiel
d’action) est
transmis par polarisation puis dépolarisation de la membrane plasmique
- et la transmission synaptique qui se fait entre deux cellules. La transmission
synaptique se fait
suivant deux modalités. Par les synapses électriques par un mécanisme de couplage
électrique
au niveau des jonctions de type GAP et par les synapses chimiques avec des
neuromédiateurs
comme signal chimique.
la transmission humorale se fait par libération d’un messager chimique de nature
hormonale qui est
véhiculé jusqu’à la cellule cible par le système circulatoire. Elle nécessite un
second messager qui est
l’AMPc. Une fois que l’hormone atteint la cellule cible, elle se fixe sur un
récepteur membranaire qui
se fixe à son tour sur l’adényl cyclase qui est couplé à un transducteur (de nature
lipidique). La fixation
de l’hormone sur l’adényl cyclase provoque la formation d’un second messager AMPc
par hydrolyse
de l’ATP. L’AMPc transporte alors l’information vers les protéines kinases AMPc
dépendant.
Faites le schéma montrant le mécanisme de
transfert d’information à travers la
membrane plasmique à partir d’une
hormone
Expliquez le mécanisme
II- Hyaloplasme et cytosquelette
II-1. Quelques définitions
Définir le Hyaloplasme Le hyaloplasme ou cytosol est la substance fondamentale du
cytoplasme constituée d'un gel riche en
eau (aspect hyalin), ainsi qu'en substances protéiques et en ions, dans le lequel
baigne les organites.
Donnez la définition du cytoplasme Cytoplasme est l’espace comprise en la membrane
plasmique et le noyau. Il est constitué du cytosol,
des organites cellulaires et du cytosquelette.
Définir la notion du cytosquelette
Le cytosquelette est un réseau complexe de filaments protéiques qui s’étend à
travers le cytoplasme. Il
confère aux cellules eucaryotes leur aptitude à prendre des formes différentes et à
se déplacer. Il est
également appelé cytomusculature car responsable des mouvements amiboïdes, ciliés
et flagellés de la
cellule. Il maintient aussi les différents organites en suspension dans le
cytoplasme.
II-2. Constituants du cytosquelette
Citez les éléments du cytosquelette et Le cytosquelette est constitué de :
donnez leurs caractéristiques structurales :
forme et diamètre
- Microtubules : ce sont des tubes creux de 25 nm de diamètre extérieur ;
- Filaments ou microfilaments d’actine : ce sont des cylindre pleins de 5 à 6 nm de
diamètre ;
- Filaments intermédiaires : ce sont des cylindres pleins de 7 à 11 nm de diamètre.
Identifiez les éléments du cytosquelette sur
les figures 1 et 2 de la planche VIII Voir planche
II-2-1. Les microtubules
 Rôles des microtubules et protéines associées
Citez les rôles des microtubules et des
protéines associées
Les microtubules et leurs protéines associées jouent un rôle :
- dans la division cellulaire par formation de la plaque équatoriale et le
déplacement polaire des
chromosomes pendant la mitose.
- Dans la mobilité cellulaire grâce aux flagelles et la formation de cils et de
pseudopode
- Transport cytoplasmique : Ils servent de route pour le transport intracellulaire
de certains
organites, vésicules et granules de pigments.
- Maintien de la forme cellulaire
 Les poisons des microtubules
Citez deux poisons des microtubules. L’un
d’eux agit sur la cellule en division, les
quel, précisez l’étape de la mitose
- Effet inhibiteur de la polymérisation :
La colchicine (alcaloïde extrait de Colchicum autumnale). En se liant à la tubuline
elle empêche la
polymérisation. L'absence ou l'insuffisance de microtubules lors de la mitose a
pour conséquence de
bloquer la division cellulaire au stade métaphase, ce qui explique son action anti-
tumorale.
Le nocadazole. Il se lie à la tubuline et prévient la polymérisation.
La vinblastine et vincristine (alcaloïde extraits de la pervenche) se lient aux
dimères de tubuline et
forment des agrégats.
- Effet inhibiteur de la dépolymérisation :
Le taxol (extrait de l’écorce d’if) en se fixant sur la tubuline β induit la
formation de microtubules
stables. La persistance du réseau lors de la mitose empêche la cellule de se
diviser car la
dépolymérisation des microtubules (au niveau des kinétochores) qui est une étape
cruciale lors de la
séparation des chromosomes ne peut avoir lieu.
II-2-2. Les microfilaments d’actine
Quelle est la protéine associée à l’actine et
qui permet les mouvements contractiles La protéine associée à l’actine et qui
permet les mouvements contractiles est la myosine
Citez d’autres protéines associées
D’autres protéines sont associées à l’actine, ce sont :
La tropomyosine et la troponine qui assurent la consolidation des filaments
d’actine
La profiline qui empêche la polymérisation de l’actine G.
La gelsoline qui fragmente les filaments d’actine
La fimbrine et la filamine qui jouent un rôle dans la formation de microvillosités
La spectrine qui permet l’ancrage des filaments d’actine à la membrane plasmique
Décrire le mécanisme de la contraction
musculaire  Description du mécanisme de contraction musculaire
Les fibres musculaires du muscle squelettique sont d’énormes cellules dont le
cytoplasme est occupé
par des myofibrilles parallèles dont l’unité structurale est le sarcomère Lors d’un
potentiel d’action induisant la contraction, les têtes des molécules de myosine
(myofilament
épais) grâce à l’énergie produit par l’hydrolyse de l’ATP et Ca vont se fixées sur
les filaments fins
d’actine (myofilament fin) puis les faire glisser l’un vers l’autre. Ce mouvement
se traduit par un
raccourcissement des bandes I et H. c’est la contraction musculaire.
 Inhibiteur de la polymérisation des microfilaments
Citez un inhibiteur de la polymérisation des
microfilaments
La cytochalasine B, D et E
Cytochalasine D : se lie aux extrémités (+) et empêche la polymérisation. Toxine
fongique. L'addition
de cytochalasine à faible concentration gèle instantanément des mouvements comme la
reptation d'un
fibroblaste, montrant l'implication de l'actine dans de tels mouvements1
. Origine = Moisissure
(Helminthosporium Dermatioideum)
 Phalloïdine : se lie aux filaments d'actine et s'oppose à leur dépolymérisation.
Toxine fongique
présente notamment dans l'ammanite phalloïde. Origine = Amanite Phalloïde
 Latrunculine A : se lie au monomère d'actine-G et inhibe la polymérisation en
filaments.
Origine = Eponge de feu ramifiée Latrunculia Magnifica)
 Jasplakinolide : induit une polymérisation amorphe avec une nucléation tous les 3
actine-G :le filament s'en trouve alors désorganisé.
II-2-3. Les filaments intermédiaires
Par quelle technique peut-on mettre en
évidence les filaments intermédiaires Technique immunocytochimique
Quelle est leur caractéristique structurale
Ils sont constitués de protéines fibreuses organisées dans la région centrale en
hélice α de 300 acides
aminés. Deux protéines s’associent pour former une double hélice puis deux doubles
hélices
s’associent en anti parallèle pour former un tétraplex. Le tétraplex est unité
fondamentale des filaments
intermédiaires. Le huit tétraplex s’associent pour former un filament
intermédiaire. De 10 nm de
diamètre.
 Familles et lieux de synthèse des filaments intermédiaires
Citez les quatre familles de filament
intermédiaire et les cellules qui les
fabriquent
Les quatre grandes familles de filaments intermédiaires sont :
Les lamines : noyau
Les kératines : cellules épithéliales
La vimentine : cellules conjonctives
Les neurofilaments : celleules nerveuses