Vous êtes sur la page 1sur 18

1

Introduction
I- La notion d’Institution :

Le mot Institution est un terme commode qui vient de la sociologie. Il désigne
l’organisation des Hommes en communauté. Il permet d’analyser cette organisation et
d’envisager la manière et les procédures de fonctionnement de la communauté humaine.

La vie sociale s’exprime dans de multiples institutions telles que la famille, l’école,
le pénitencier, le parlement. On peut parler également d’institutions internationales et
communautaires.

II-
II- Le mot politique :

Le mot politique associé au mot Institution désigne une catégorie particulière
d’Institution. Une Institution politique désigne d’une manière générale le mode
d’organisation politique dans un Etat.

Toute communauté humaine quelle que soit sa dimension, qu’elle soit une tribu,
une cité, un empire, un Etat, une Union… connaît l’existence d’un pouvoir qui se manifeste
par une division du travail entre des personnes où des autorités qui commandent et qui ont
du pouvoir de contrainte sur d’autres personnes. D’une autre manière, il y a une relation
inégalitaire entre les autorités et le reste de la communauté.

Toute Institution politique est le lieu où s’organise et se déploie l’activité
politique. C’est là où le pouvoir est très recherché parce qu’il procure des privilèges
matériels : ceux qui ont du pouvoir constituent l’élite ayant un statut juridique, social,
économique et politique particulier. Le propre de l’activité politique est justement de faire
apparaître cette élite restreinte.

Remarque :
Une Institution politique a pour fonction de faire naître une décision politique.
Or celle-ci, prise par les autorités, a un effet parfois contraignant sur la manière dont les
hommes vivent en commun. Une décision politique peut en effet modifier le comportement
des agents économiques, voire changer l’organisation sociale d’une communauté. Une
décision fiscale par exemple conditionne certainement le comportement des gestionnaires.

Il existe des institutions qui revêtent d’autres vocations (institution administrative
par exemple), d’où la nécessité de distinguer les institutions politiques des autres institutions,
et plus précisément :

• Les fonctions politiques des fonctions administratives ;
• Les agents politiques des agents administratifs.

Institutions Politiques et Administratives

L’approche juridique : L’approche juridique est une approche normative qui cherche à dégager le sens. l’ordonnancement des textes relatifs aux Institutions politiques. Les chambres de commerce par exemple représentent l’ensemble des commerçants. Elles sont chargées aussi d’élire des conseillers (fonction politique). Par ailleurs. Il sanctionne également les actes qui portent atteinte à l’honnêteté. 1. les chambres professionnelles ont pour fonction d’organiser les activités de la profession. le pouvoir. dans le second exemple c’est une Institution particulière qui se voit se confier une fonction politique. Ils élisent également des conseillers parlementaires. Le droit électoral organise l’ensemble des opérations électorales de façon transparente. Elle favorise donc une analyse interne des textes et elle se focalise sur la structure. les Institutions politiques font l’objet d’une approche juridique qui révèle néanmoins des limites. Une approche institutionnelle est à adopter. • Régissent chaque Institution. 2. l’organisation. 2 Au Maroc. les syndicats des salariés et des fonctionnaires ont pour objet de défendre les intérêts matériels et les conditions morales des membres. C’est un procédé d’organisation du pouvoir qui permet la création d’un ordre politique. la signification et l’interprétation d’une norme (ou d’un texte) juridique.Les limites limites de l’analyse juridique : La faiblesse de l’analyse juridique est le fait qu’elle isole les institutions de leur environnement et leurs contraintes extérieures qui les influencent. principes et procédures qui : • Encadrent le statut de l’Institution (comment elle est organisée) . L’analyse juridique est l’ensemble des règles. Exemple : Le parlement est une Institution codifiée par un ensemble de règles : l’élection. c’est une Institution politique qui assume une fonction politique .L’étude des Institutions politiques : En général. Dans le premier exemple. L’Etat est organisé par un texte spécial dit « Constitution ». l’ensemble des entreprises et l’ensemble des services (fonction administrative). III- III. régulière et sincère. Institutions Politiques et Administratives .

Il y a donc revendication permanente de créer des Etats. Rwanda…) Il y a parfois difficulté de maintenir le statut formel de l’Etat. . Donc. • Certains Etats sont en crise et se sont effondrés (URSS. Cependant. Section 1 : L’originalité et la définition de l’Etat. 3 Chapitre premier : L’Etat. I.L’Etat est une personne morale : Le droit moderne organise une classification entre les personnes physiques et les personnes morales. Certaines communautés (les Palestiniens) souhaitent créer leur propre Etat. Il existe deux catégories d’Etat : • Certains Etats se sont constitués de manière progressive . Il y a plusieurs itinéraires pour constituer un Etat : • La consolidation de l’Etat : Les sociétés humaines sont toutes organisées sous la forme de l’Etat. d’une approche de science politique ou encore d’une approche juridique. c’est l’exemple des Etats européens constitués en général pour sortir du moyen âge. Il existe aussi une notion de personnalité juridique : ce sont les sujets de droit soumis à un régime juridique particulier.La décolonisation française (Afrique noire francophone). Il y a plusieurs approches du traitement de la notion de l’Etat selon le point de vue (économique par exemple). le nombre d’Etats est devenu très important à la fin du 20ème siècle. • Il s’agit des Etats dits nouveaux qui ont été créés en général après : .La décomposition de l’empire ottomane. L’Etat peut faire l’objet d’une analyse historique car l’histoire permet de réfléchir sur le processus très long qui a débouché sur son existence. Yougoslavie. on a affaire à des individus (des personnes physiques) qui représentent l’Etat (une personne morale). Institutions Politiques et Administratives . l’approche historique éclaire certains aspects du fonctionnement actuel de l’Etat qui peut faire l’objet d’un traitement sociologique. Ce sont les Etats du Moyen Orient et quelques Etats de l’Europe de l’Est. anglaise ou issus de l’empire espagnol (Amérique latine). L’Etat n’est pas une personne physique.

Le tribunal pénal international TPI qui siège à la Haye est chargé de sanctionner les responsables des génocides. On parle ainsi de la couronne britannique. l’Etat prévoit un ensemble d’organes : organe législatif. cette contrainte juridique obéit à un formalisme juridique très précis ». L’Etat utilise la contrainte sous une forme juridique. de la monarchie marocaine. Il permet de garantir un minimum de vie sociale et de protéger les personnes et les biens. Après leur publication dans le bulletin officiel. et la célébrité publique. Institutions Politiques et Administratives . Les lois et règlements émanant de l’Etat sont exécutables en général. C’est un droit inégalitaire. Toutefois. La violence légitime est dictée par la défense de l’intérêt général. car il y des cas où la violence physique est allée jusqu’à exterminer une population. Pour maîtriser l’usage de la violence. La violence d’Etat a plus ou moins débouché sur la justice. Au Maroc. 4 Le droit public est composé de règles et de lois ayant pour particularité de s’imposer d’autorité sur les sujets de droit. Ces deux institutions ne se réduisent pas à leur titulaire physique mais comprennent un certain nombre de caractères : le titulaire d’une fonction peut disparaître mais l’institution demeure. La puissance de l’Etat s’exprime dans la formule suivante : « l’Etat est une Institution qui dispose du monopole d’utilisation de la contrainte ou la force publique ». L’ordre public revêt trois fonctions : la tranquillité publique. l’hygiène publique. le tribunal Africain poursuit les personnes impliquées dans les assassinats collectifs. Par ailleurs. organe judiciaire… qui exercent un pouvoir institutionnalisé en son nom. Le fait que des personnes physiques prennent des décisions au nom de l’Etat exprime qu’il y a une distribution des compétences et des responsabilités. elle a donné naissance à l’IER dont l’objectif est de : • Dénoncer les atteintes à la vie et aux droits élémentaires des individus. Le droit international contemporain a élaboré un système de règles pour protéger les citoyens contre les exterminations collectives dont ont souffert plusieurs populations (Soudan…). on peut organiser une succession au pouvoir. Max Weber ajoute une nuance importante : « L’usage de la violence doit être légitime. mais dans la mesure de la gravité des situations. L’Etat peut utiliser les forces de l’ordre pour l’application des règlements ou pour rétablir l’ordre public. il met l’Etat dans une situation juridique supérieure par rapport aux autres sujets de droit (soumission et domination). • Réparer les dommages physiques et moraux des victimes de la coercition. Remarque : Il est à distinguer entre l’organe et la personne physique.

Selon les systèmes élaborés par les Etats contemporains. Institutions Politiques et Administratives . le patrimoine de l’Etat ne se confond pas avec le patrimoine privé. Toutefois. région) et les personnes physiques qui les représentent. L’Etat possède un domaine public distinct (forêts. commune. 2. judiciaire (par le juge). domaines maritimes publics…) qui : • A pour vocation d’être mis à la disposition de tous.Les personnes morales de droit public : Une distinction est introduite entre les personnes morales (Etat. En effet.Les effets de la notion de personne morale : Des conséquences peuvent être déduites de la présence de la notion de personne morale de droit public. et a réformé le code pénal pour : • Interdire la torture dans les lieux de détention . il peut être occupé. avec possibilité de faire usage de la coercition. du budget public qui fait l’objet d’une autorisation budgétaire annuelle par les représentants de la nation. Exemple : les documents administratifs sont signés par des personnes physiques. et ce pour garantir l’intérêt général.Les personnes physiques de droit public : Ils utilisent la notion de puissance. Le Maroc a adhéré aux conventions internationales relatives à l’interdiction de l’usage de la torture. autorité et commandement public. donc pour l’intérêt général. l’IER). citoyen (par les O. B. il peut faire l’objet d’une exploitation .le patrimoine de l’Etat : En principe. Le contrôle de la violence physique peut être politique.L’argent public : C’est la caisse publique. 5 II. à l’intégrité physique des personnes arrêtées d’une manière générale. A. à la vie. parlementaire.G. le trésor public ne se peut se confondre avec la cassette personnelle des personnes physiques qui le gèrent. Il en résulte une distinction entre la propriété privée et le patrimoine de l’Etat qui comporte les biens en nature et l’argent public. On distingue l’argent public (au sens large) qui fait l’objet d’un contrôle politique et judiciaire. • Est inaliénable : il ne peut être vendu. • Pénaliser les auteurs des actes qui portent atteinte à la dignité. le pouvoir n’est pas la propriété personnelle de celui qui l’exerce. 1.N.

les détournements de fonds publics ou toute appropriation privée de l’argent public en dehors des règles de la comptabilité publique. a fait l’objet d’une réforme. la cour spéciale de justice a été créée en 1965 pour traiter des différentes atteintes à l’argent public. Faute d’organisation horizontale ou verticale du pouvoir.N. Les Etats modernes budgétisent – sans débat . les ressources publiques y subissent une distribution clientéliste par les autorités pour se procurer allégeance et loyauté. • La constitution marocaine débute par l’expression « le royaume du Maroc. droit d’enregistrement.des lignes pour le financement de la fonction de chef de l’Etat et des autorités politiques. Une nouvelle notion dite « liste civile » a été introduite. par l’union européenne et par les organismes des droits de l’homme. taxes. 6 La notion du budget : C’est un état des recettes publiques (impôts. Sont sanctionnés : Les malversations. III. En effet.U et soutenue par la banque mondiale.La protection du patrimoine public : Le patrimoine de l’Etat jouit de deux systèmes de protection : a.Deuxième système : La tradition française a élaboré la cour des comptes qui. b. en 1976. Etat souverain ». Cette juridiction a été supprimée et la tâche a été confiée aux tribunaux judiciaires.) et des dépenses publiques. qui sanctionne la corruption et prévoit la création d’un organisme qui doit en traiter les questions.. Le Maroc a signé récemment une convention internationale élaborée dans le cadre de l’O. Institutions Politiques et Administratives . et a été inscrite dans la constitution. A l’origine.. 3. Au Maroc.La qualité de souveraineté de l’Etat. ce concept frais a été pratiqué au Royaume Uni où le parlement anglais votait les dépenses nécessaires à la couronne britannique. Le contrôle des fonds publics est alors un principe constitutionnel.Premier système : L’argent public fait l’objet d’une protection pénale. Les Etats non institutionnalisés où manque une reddition des comptes (accountability) sont appelés Etats patrimoniaux ou néo-patrimoniaux. Au Maroc. la constitution stipule que : « le Roi dispose d’une liste civile ».

On ne peut parler d’Etat dénué de souveraineté. Cependant.La souveraineté interne : A l’intérieur d’un Etat. qui était protégé. reconnaître certains principes.La souveraineté externe : Elle se révèle lors des rapports de l’Etat avec les autres Etats. organiser l’Etat. la réalité de la notion d’indépendance et de souveraineté est plus complexe. étaient appelés les Souverainistes. En matière extérieure. C’est le cas du Maroc entre 1912 et 1956. aménager les institutions. le titulaire du pouvoir suprême peut instaurer un ordre politique donné. les organisations internationales et les groupements régionaux et/ou les ensembles régionaux (exemple : UE). • Le gouvernement libanais est-il maître chez lui ? • Le conseil de sécurité a envoyé un contingent au Sud du Soudan. La souveraineté revêt une dimension externe et une dimension interne. Un Etat souverain est d’abord indépendant. on parlait de souveraineté limitée pour désigner les Etats qui l’entouraient et qui étaient soumis à son contrôle. Les Nations Unies est un ensemble d’Etats souverains. 1. et représenté par la France à l’étranger. Nulle puissance ne peut les lui réduire. et s’il est maître de limiter ses compétences et ses pouvoirs extérieurs. 7 • A l’époque de l’URSS. est-ce que celui-ci est souverain chez lui ? A. • Les gens qui étaient contre les élections pour la constitution européenne. Exemple : Le Maroc a décidé d’octroyer aux provinces du Sahara un statut d’autonomie interne. Celle-ci va-t-elle déboucher sur une atteinte de la souveraineté du Maroc sur ses territoires ? 2.La notion de souveraineté : La souveraineté est un attribut (ou une dimension) incontournable de l’Etat. La société internationale et le droit international ne reconnaissent que les Etats souverains et indépendants qui sont présumés égaux puisque lors de l’assemblée générale des Nations Unies. la qualité de représentant de la nation est renforcée par la notion d’Amir Institutions Politiques et Administratives . chaque Etat a une seule voix. Le titulaire de la souveraineté se voit doté d’un pouvoir supérieur. Au Maroc par exemple. la souveraineté interne permet l’exécution la fonction de l’Etat. on dit que l’Etat est souverain s’il dispose d’une autonomie de prise de décision. Autrement dit.

Généralement. Exemple : la première république Jacobine en France 1973-1795. Pour éviter les pratiques autoritaires dans tout régime politique. dans les Etats modernes. Trois éléments cumulatifs sont alors à retenir : le territoire. maritime et aérien.Les conséquences de la souveraineté : La souveraineté peut justifier un pouvoir arbitraire ou un excès de pouvoir. L’Etat est une population qui occupe un territoire et qui vit sous une autorité politique. Institutions Politiques et Administratives . Autrement dit. • Choisissent par la voie électorale leurs représentants dans les Institutions. I. voie loyale. la souveraineté réside dans l’ensemble de la communauté nationale. Second cas : Une souveraineté basée sur une lecture des textes religieux peut également déboucher sur un autoritarisme.La consistance du territoire : Le territoire est composé de l’espace terrestre. la population et le pouvoir.Le territoire : A. 8 Al mouaminine. il faut respecter un certain dosage. et détient le pouvoir de choisir ses représentants et le régime politique sous lequel il compte vivre. Premier cas : La souveraineté populaire peut déboucher sur un régime dictatorial et des pratiques autoritaires car son titulaire considère qu’il est le seul à représenter tout le peuple. B. il est limité par des frontières qui doivent être reconnues par les Etats voisins et par les Nations Unies. Le peuple (la nation) en est titulaire. nationale et monarchiste doivent coexister pour déboucher sur un régime modéré. Les trois souverainetés : populaire. Section 2 : Les éléments constitutifs de l’Etat. Par ailleurs. le peuple est l’ensemble des les électeurs qui : • Expriment ou non leur unanimité pour la constitution . l’acquisition de La qualité de représentant vient soit de la religion soit de l’élection. En principe. étant une république populaire a débouché sur la terreur.

apparaissent des nomades qui échappent au contrôle administratif de l’Etat.Seconde Seconde raison : Dans le cas de l’envoi par l’ONU des missions militaires sur un Etat donné. Institutions Politiques et Administratives . B. il y a dérogation à cette règle pour deux raisons : 1.La population : La population légale d’un Etat est fixée par une décision du pouvoir par décret au bulletin officiel suite au recensement général de la population. la France a organisé une représentation des français résidants à l’étranger au sénat.Les fonctions du territoire : Les Etats procèdent à l’organisation juridique et administrative du territoire . En cas d’autonomie interne. Ce recensement permet des comparaisons internationales en matière de PNB et de PIB. le territoire continue à relever de l’Etat même si les droits applicables sont différents. préfectures ou de collectivités locales. les opérations électorales nécessitant un domicile fixe. Le Maroc a déjà tenté une expérience similaire qu’il n’a pas renouvelée aux dernières élections parlementaires de 2002. le niveau de vie. La population est composée des nationaux vivant sur le territoire. II. les problèmes démographiques. 2. Le Soudan). La souveraineté de celui-ci se voit affaiblie en conséquence (Exemples : Le Liban. Il permet également de connaître la pyramide des âges de la population. et des étrangers qui y sont rattachés. L’Etat exerce sa souveraineté en général sur l’ensemble de son territoire. Dans ce dernier cas. L’Etat doit faire participer la diaspora dans ses rouages politiques . d’où la répartition des compétences entre l’Etat et ces entités. Cependant.sur lequel ils exercent leur souveraineté – sous forme d’entités territoriales : provinces.Première raison : En cas de guerre civile ou de conflits armés. 9 Le territoire peut ne pas être homogène : c’est le cas de certains pays tels la France. et peut être contigu où certaines frontières ne sont pas territorialement fixées du fait des conditions géographiques. l’Etat n’a aucun pouvoir sur une portion de son territoire. Le Sud du Liban par exemple échappe au gouvernement libanais. l’urbanisation et l’état linguistique.

éprouvent un même sentiment d’appartenance nationale. la noblesse et le tiers Etat.Conception française : La conception française est issue de la révolution française mettant fin à l’ancien régime qui séparait la nation en trois catégories sociales : le clergé (Eglise). qui débouche sur un nationalisme exacerbé. l’allemand.La culture du patriotisme : La « nation » est un concept récent. anglaise ou espagnole qui ont donné naissance à de nouveaux Etats.Conception allemande : Les théoriciens allemands définissent la nation à partir de critères objectifs : la langue. les Etats s’identifient à la nation. sunnite. Institutions Politiques et Administratives . c’est que son histoire est faite tardivement en Europe.La construction de l’Etat national : 1. culturelles et religieuses sans que le sentiment national commun disparaisse. par la culture mais aussi par la vive volonté de vivre en commun. Le Liban est également une société multiconfessionnelle reconnue par la constitution (catholique ou maronite. protestante et communauté juive). Elle considère que la nation est le produit d’un acte de volonté. Le pouvoir est par conséquent distribué suite à un accord entre l’élite libanaise qu’elle soit chrétienne ou musulmane. Il et lié historiquement à l’effondrement de l’empire ottoman et à la décolonisation française. d’une adhésion volontaire de vivre ensemble et de se rattacher à la nation. la culture et la manière de vivre. Les habitants d’un Etat. Il existe deux conceptions de la nation : 1.L’appartenance nationale : La population ne se limite pas à la structure démographique. les druzes et les chiites). B. même ne se connaissant pas. Définition de la nation : La nation est une entité abstraite réunissant la volonté. La théorie française est subjective dans la mesure où elle fait appel au sentiment et à la volonté de vivre en commun. Exemple : sur le territoire de la Suisse règnent quatre langues (le français. l’italien et le romain) et trois principales religions (catholique. 2. En principe. Si l’Allemagne a développé cette théorie. 10 A. les inspirations et le destin d’une communauté. C’est un groupe humain uni par l’histoire. Certains Etats font toutefois coexister plusieurs communautés à leurs différences linguistiques. d’où la naissance des principes de nationalité ET du droit des peuples de disposer d’eux-mêmes.

le vote est devenu accessible aux jeunes. C. sont intégrées dans des régions à régime juridique spécial. Ceci exige des conditions d’âge. s’imposent et se transforment en Etats indépendants à l’image de la Slovaquie. qui permet : • D’acquérir la qualité d’électeur. d’une organisation professionnelle ou d’une association quelconque. b. composé d’éléments humains différents. ensuite au masculin. la Suisse et l’Italie. puis au féminin en plus.Formule institutionnelle : Les populations. et par conséquent le droit de vote à l’occasion des élections locales. Ils se basent sur des mythes fondateurs. il y a égalité devant le suffrage qui était d’abord réservé uniquement aux riches. Certaines ethnies (communautés ou tribus) sont réparties sur plusieurs Etats. Institutions Politiques et Administratives . Récemment. profession.Formule radicale : Les populations. • D’exercer les libertés collectives comme être membre d’un parti politique.).. puisse être bâti. Actuellement. Ainsi. d’un syndicat. La consécration des monuments et l’enseignement de l’histoire renforcent également l’identité nationale. Cette qualité est en principe universelle. cette citoyenneté est un ensemble de rapports et statuts. sous réserve que l’on remplisse les critères requis (âge. et commémorent des cérémonies qui se focalisent sur les expériences passées du pays. de résidence et de profession différente par rapport aux conditions de citoyenneté. L’Espagne a créé l’Etat d’autonomie interne. législatives et référendaires. D’autres par ailleurs connaissent une mosaïque culturelle. ethnique et linguistique. qui partagent les mêmes langage et culture.La constitution de l’Etat l’Etat : Deux scénarios sont envisageables pour qu’un Etat moderne. dont l’identité est très forte. les autorités cultivent l’attachement des individus vis-à-vis de l’Etat. a. Le citoyen peut alors désigner une partie du gouvernement. La solution institutionnelle organise la variété à l’intérieur d’un seul Etat à l’image de la Belgique.. 11 Certaines nations nouvelles n’ont même pas une langue. nationalité Celle-ci permet l’exercice des droits civils et politiques d’une part. Pour consolider le sentiment national.Les conséquences de l’existence de l’Etat national : Les individus sont liés à l’Etat par le lien de nationalité. que le citoyen entretient avec l’Etat. • D’être candidat (éligibilité) à un poste électif. et l’exercice de la citoyenneté d’autre part. 2. c’est le cas des pays de l’Afrique noire.

Or la qualité de celui-ci implique exclusivement son obéissance au pouvoir.Domination personnelle : Dans les sociétés traditionnelles très peu organisées. Il s’agit du pouvoir exercé par l’Etat assorti du monopole de l’usage de la coercition légitime. Donc l’Etat dispose désormais de l’argent.  Constituer une armée professionnelle et permanente composée non pas de mercenaires mais de patriotes. le pouvoir religieux. le pouvoir intellectuel. • Confier le pouvoir à l’Etat .. La domination prend alors des allures personnelles. tel le pouvoir financier..La coercition : pouvoir de la domination : Le mot « pouvoir » est généralement suivi d’un qualificatif pour désigner le champ de sa pratique. I. locale ou nationale qu’elle soit.. on ne peut qualifier de dominant un Etat dépourvu de pouvoir de contrainte. • Mettre en oeuvre le pouvoir. sa puissance sur un autre individu ou groupe. Il existe deux types de domination : A. Institutions Politiques et Administratives . Le pouvoir introduit une relation inégalitaire ou de domination entre deux individus. l’Etat moderne est d’abord une organisation rationnelle. sans distinction aucune. Toutefois. La fondation des Etats modernes s'est adossée sur quatre principes : • Former un pouvoir central et un seul centre de décision . Dire qu’un individu ou groupe ait du pouvoir. 12 Remarques : • La qualité du citoyen au Maroc est en rupture avec le statut du sujet de droit. Section 3 : Le pouvoir. De ce fait. En effet. le pouvoir syndical. ou par peur au chef de tribu ou encore au chérif du coin. la domination se traduisait pour des raisons religieuses lorsqu’une personne obéit au pôle de la zaouïa. • Dessaisir les personnes.. • La qualité de nationalité permet l’accès. le pouvoir médiatique. Elle doit déboucher progressivement sur une relation institutionnelle. du pouvoir . à l’intérieur du territoire. c’est affirmer sa supériorité. à la fonction publique. Et ce moyennant deux actions :  Collecter les ressources fiscales. certains métiers demeurent inaccessibles au féminin.

et élue par une élite généralement peu nombreuse. plus il est légitime auprès de la population y soumise. la domination institutionnelle est exercée par des personnes morales : les institutions.Domination institutionnelle : Mettant en jeu non plus des individus mais des institutions. Les citoyens électeurs choisissent leurs représentants. les pouvoirs sont répartis entre plusieurs organes pour éviter la concentration de puissance. • La seconde chambre ou chambre haute. Institutions Politiques et Administratives .Les expressions institutionnelles du pouvoir : Dans les Etats modernes. dans le but d’intervenir dans le processus de production des lois. Les citoyens obéissent en général au pouvoir car ils considèrent que les titulaires du pouvoir sont faits pour l’exercer. Elle s’exerce à partir les procédures. Le pouvoir législatif. est généralement issue du vote populaire. Plus un régime politique est stable. Les organes subissent également une séparation par le système de nomination. d’autres sont désignés. La production des lois n’incombe pas à une chambre unique. Elle provient du choix des électeurs de ceux qui vont les gouverner.Légitimité moderne : Elle s’appuie sur l’expression souveraine du peuple. • La première chambre ou chambre basse. Mais. 13 B. On peut les regrouper en deux catégories : légitimité traditionnelle et légitimité moderne. Certains d’entre eux sont élus. Le pouvoir est alors issu des urnes. Plusieurs formes de légitimité existent.Légitimité traditionnelle : Elle s’adosse à des relations traditionnelles. les règles et les lois dans toute une organisation à l’intérieur de l’Etat. 1. 2. Les deux regroupent les deux types de dominations pré-citées. à l’image du parlement ou chambre des représentants. Cette institutionnalisation du pouvoir est toujours délicate dans la mesure où les personnes physiques représentant l’Etat font obéir dans une certaine légitimité. Elle est faite suite à l’ensemble des interventions des deux chambres qui constituent le parlement. II. sans avoir recours à la violence. la difficulté réside dans le passage de la domination personnelle à la domination institutionnelle lorsqu’elles coexistent toutes les deux. peut à son tour être divisé. Elle sert de contrepoids de la chambre basse. est créée par méfiance vis-à-vis du vote populaire.

Le reste des matières incombe au pouvoir exécutif. c’est le cas d’un Etat non organisé. il y a séparation des matières et compétences dévolues à un même organe. ou par deux organes qui sont le chef D’Etat et le chef du gouvernement (cas de la France). 14 Par ailleurs. Le principe de la séparation des pouvoirs a donné naissance à la notion du pouvoir public attribué à des organes de l’Etat. Exemples de la constitution : « Le Roi exerce les pouvoirs qui lui sont attribués par la constitution » « Le premier ministre exerce le pouvoir réglementaire » Institutions Politiques et Administratives . C’est le cas du Maroc entre 1960 et 1970 où le Roi était en même temps législateur et chef de l’exécutif. en l’occurrence la matière législative et la matière exécutive. • La confusion des pouvoirs : les pouvoirs ne sont pas distingués. La séparation des pouvoirs revêt deux formes : • La concentration des pouvoirs : les pouvoirs et les matières sont séparés mais exercés à la fois par un seul organe. Le pouvoir exécutif peut être exercé soit par un seul organe (c’est le cas des Etats- Unis d’Amérique et la Grande Bretagne). • La seconde formule donne au parlement une compétence générale pour intervenir dans toutes les matières. Deux formules peuvent se présenter : • La première formule (généralement fréquente) consiste à ce que Les matières législatives soient énumérées pour délimiter le champ d’intervention du pouvoir législatif.

Pour pouvoir participer au suffrage universel direct (S. régulier et sans pression aucune subie par les électeurs. Traditionnellement. le vote était réservé seulement aux riches. l’âge. Les conditions supplémentaires des opérations électorales sont : • L’inscription sur les listes électorales . Une troisième étape est venue donner à la femme ce droit. L’Etat assume un certain nombre de fonctions variées. Celles-ci relèvent essentiellement de l’économie. la profession (un militaire ou un agent public représentant l’Etat doit garder une certaine neutralité) et la capacité judiciaire (les tribunaux peuvent priver un citoyen de son droit de vote). individus qui de par la loi accèdent au droit de vote. En matière politique. les électeurs doivent remplir des conditions énumérées par le droit électoral : la nationalité. elles bénéficient de la légitimité démocratique. l’Etat assume trois fonctions principales : la fonction législative. • Les campagnes électorales . la confection des lois incombe à une institution particulière appelée le parlement. • Le vote proprement dit le jour « J » . Les autorités politiques au sens large sont élues par l’ensemble du corps électoral : ensemble de personnes. Institutions Politiques et Administratives .D). la fonction exécutive et la fonction judiciaire. Au départ. I. Seuls les citoyens actifs en avaient le droit. et à partir du moment où des autorités politiques sont choisies. l’Etat assure un rôle de cohésion sociale. Elle consiste en la production de lois qui font partie du droit. 15 Chapitre 2 : Les fonctions de l’Etat.Les élections : le vote. l’Etat étant un régulateur de l’activité économique. Section 1 : La fonction législative de l’Etat.U. L’origine du pouvoir est donc issue des urnes. • Le dépouillement des bulletins de vote pour proclamer le vainqueur . • Possibilité de contester les résultats électoraux auprès des tribunaux. Ensuite. Généralement. Celui-ci doit être libre. accessible à tous les hommes. il est devenu universel. puis une quatrième étape en faveur des jeunes.

des postes des délégués du personnel dans les administrations et dans les entreprises. quand un parti politique dominant (parti hégémonique) existe. des postes électifs professionnels. l’acte de vote jouit d’une protection juridique. Les élections dans ce cas ne permettent pas de dégager librement une élite politique. on alourdit les peines pour éradiquer sinon réduire les fraudes. le droit électoral est constamment réécrit. le pouvoir exécutif fort. mais plutôt d’exprimer la volonté de l’Etat : c’est le système des candidatures officielles dont l’Etat détermine le nombre. II.et paradoxalement . qui n’est pas issu d’élections. les pays arabes et musulmans souffrent de cette difficulté. • Il contrôle les candidatures. Certains Etats font même du vote une obligation sans que la non inscription sur les listes électorales soit assortie de sanction pécuniaire ou d’atteinte à la liberté.Le parlement : A. complété. En général. Depuis l’empire Ottoman au 19ème siècle. La chambre des représentants offre 325 emplois plus 270 postes électifs de La chambre des conseillers. passant par la Tunisie et l’Egypt. économiques. En effet. l’introduction d’une culture politique moderne a échoué. Le parlement est un marché de postes électifs qui affèrent à la compétition électorale. au meilleur des cas accepte la formation de petits partis.Définition du parlement : L’apparition du parlement a été une révolution très importante dans la construction des Etats. éducatives et sociales. les postes de conseillers communaux. 100 postes électifs de régions. Par ailleurs. notamment la promotion du statut de la femme. Certains penseurs ont réfléchi à la modernisation des structures politiques.dans certains Etats. L’introduction du vote dans ces pays trouve souvent des difficultés à s’implanter. A ajouter à ces postes électifs. coexiste avec un parlement voté et composé de deux chambres. et les choisit . • Il distribue et finance les campagnes électorales . bien qu’il soit toujours confronté à des difficultés pour s’implanter entant qu’institution représentative indépendante. 16 Afin que les suffrages traduisent la volonté de l’ensemble du corps électoral. Pourtant . D’un code à un autre. modifié. Par ailleurs. Toute fois. on multiplie les sanctions. • Il contrôle le dépouillement pour faire sortir l’élite. leur contact avec l’occident et l’impact de la révolution française ont stimulé réflexion. Institutions Politiques et Administratives . le parlement y souffre également de l’existence du parti unique qui.

française et marocaine. • Une chambre de commerce et d’industrie avec les mêmes deux sections. Il peut être composé soit d’une seule chambre élue généralement par suffrage universel direct. les Sunnites. Elle comprend les propriétaires et les khammass. Dans le premier cas. le parlement organise une représentation ethnique par une minorité religieuse ou culturelle. Les salariés de la fonction publique et du secteur privé. commerciale et de services. dit aussi congrès ou diète.D.). le protectorat avait organisé deux représentations professionnelles : • Une chambre d’agriculture avec deux sections. électronique. le Maroc a continué de faire jouer au champ professionnel un rôle important et a adopté le système bicaméral en 1962. Pourtant.). l’artisanat. pour celles qui évoluent ou encore pour celles qui naissent (informatique. un problème de représentation se pose pour les professions qui disparaissent.. La composition des chambres est différente d’une situation à une autre. française et marocaine. En France. Le parlement est généralement composé de deux chambres : une chambre des représentants et une chambre professionnelle (qui représente l’agriculture. la seconde par des collèges électoraux différents : les représentants de syndicats des salariés.U. C’est la Grande Bretagne qui était à l’origine du système bicaméral avec une chambre pour les communes et une autre chambre pour les lords. • La chambre de commerce.. III. sont représentés par des syndicats. CCIS.Le cas marocain : Entre 1900 et 1956. on a affaire à un système monocaméral (monocaméralisme). Après l’indépendance. peut être élu par suffrage direct ou par suffrage indirect.. La première chambre était élue par S. Au Liban. eux. d’industrie et de service (CCIS) regroupe l’ensemble des activités économique. Les critères pour être électeur de cette chambre sont déterminés. ou de deux chambres. des chambres professionnelles et des communes. la pêche. Institutions Politiques et Administratives . le second cas est un système bicaméral. Le système électoral libanais est taillé sur mesure pour représenter les grandes confessions : les Chiites. la deuxième chambre est composée de représentants des collectivités territoriales : les communes.Composition du parlement : Le parlement.. 17 B. Les chambres professionnelles étaient au nombre de quatre : • La chambre d’agriculture qui constitue un collège électoral autonome.

Deux scénarios peuvent se présenter : • Revoir la composition et réserver la deuxième chambre uniquement à la représentation des régions. la première chambre était élue au S. Le débat actuel porte sur la suppression ou non de la deuxième chambre. • La chambre des pêches maritimes.La fonction législative du parlement : Le terme « législatif » contient la notion « loi ».U. la composition des corps électoraux restant sans changement. des communes et des collectivités locales (c’est le cas des pays d’Europe). • Vider la deuxième chambre de la représentation professionnelle et renvoyer celle-ci dans une institution spéciale appelée le conseil économique et social (le système français). Le système bicaméral a été abandonné en 1972. Mais en 1972.D et l’autre au S. il s’agissait d’une seule chambre avec des collèges électoraux différents : une partie des représentants élue au S. le parlement est chargé d’approuver la promulgation des lois dans un Etat. En 1962 et en 1996. puis réhabilité en 1996.D et avait gardé la représentation professionnelle. IV. et d’y contrôler la vie politique par conséquent. En effet.U.U.I. 18 • La chambre d’artisanat. Institutions Politiques et Administratives .