Vous êtes sur la page 1sur 8

La Morphogenese

Vegetale Et
Etablissement Du
Phenotype
La diversité morphologique des végétaux

Introduction

Végétaux : formes très variées.


Forêt : pls Sp végé à 3 niv appelés strates : strate arborescente / state arbustives / strate herbacée

Bourgeon terminal

Bourgeon auxiliaire Pétale }


Pistil } Fleur
Étamine }

Nœud
Entre-nœud
Nœud
Système caulinaire

Feuille {Limbes
{Pétiole

Tige

Surface du sol : Collet


Racines principales Système racinaire
Racines latérales

Appareil végétatif (tiges feuillée aérienne + racines Appareil reproducteur (inflorescence (fleur(s) +
souterraines) organes non floraux))

I. Gènes et morphologie végétale

Même Sp végé : caractère morphologique constants transmis aux générations suivantes


Port végé pr reconnaître les Sp végé :

Port arborescent : Herbacé dressé :

Port buissonnant : Rasant : mousses, lichens, … :

Herbacé en rosettes : Autres procédés pour distinguer les Sp : forme des


feuilles, dispo° des rameaux, …

Croisement /. / 2 Sp  hybride pour le point de vue économique: se base sur l’expression des gènes

II. Environnement et morphologie végétale


Morphologie d’un végé : peut varier en fonction condition climatiques en sélection végé adapté pr ne pas ê éliminés (ex :
épicéas)
Sp issues d’un même plant : même patrimoine géné
Vert d’une plante : chlorophylle
Accommodation : adoption d’une forme non-transmise à la descendance dû à l’environnement
Adaptation : adoption d’une forme transmise à la descendance dû à l’environnement

III. Convergences morphologiques

Convergence : Sp distinctes avec des caractères morphologiques semblables ds même milieu  la réponse des végé à
l’environnement
Sp région sèche  long appareil racinaire important
Sp région sur éboulis instable  appareil racinaire en amonts pr ne pas glisser
Sp région aride : tige est réserve d’eau et épine  peu perte d’eau par évapotranspiration

Conclusion

Morphologie végétal : caractéristiq généq + en f° environnement

Schéma Bilan

Sp différentes avec génome différent  morphologie différente

 Héréditaire = adaptation : action directe de l’environnement


Milieu différent et même Sp  morphologie différente
 Non héréditaire = accommodation : action indirect de l’environnement
(sélect°)

Milieu donné et espèce différentes  même morphologie = convergence morphologique (conséquence)


Mitose et morphogénèse végétal

Introduction

Avec une cellule unique (cellule œuf), une plante pluricellulaire s’édifie en augmentant sa taille, son volume et orga
spécialisé
Dvpt : divis° cellulaire ou mitose  conservation patrimoine génétq

I. La morphogénèse végétale

1. Étude de la croissance d’une plante

La croissance générale d’une plante

AU NIVEAU RACINAIRE
1er processus : croissance en longueur de racine principale
2ème processus : formation secondaire de racines latérales qui s’allongent

AU NIVEAU DE LA TIGE
Organes  fonctionnement bourgeon (terminal identique à celui axillaire) tige et feuilles
Croissance de plante (allongement tige et racine)  croissance nombre de cellule = mérèse / et augmentation de
la taille des cellules = auxèse
Croissance pdt tte vie du végé en dehors des périodes de repos en hivers

Localisation des zones de croissance

AU NIVEAU RACINAIRE
Zone de croissance : croissance subterminale / subapicale, en arrière de son apex (extrémité)
Division cellulaire : au-dessus de la coiffe : dans la zone du méristème : pttes cellules  s’allongent

AU NIVEAU DE LA TIGE
Ébauches de feuilles les plus jeune : à l’apex, près du méristème apicale
Élongation des cellules par méristème apicale  croissance d’entre-nœuds et épanouissement des feuilles
Mise en place de new organes (feuilles, fleurs, tige) se fait au niveau des bourgeons
L’allongement : au niveau des entre-nœuds : croissance intercalaire, important à quelques cm de ce niveau et
faible pour les entre nœuds jeûnes et nulle pour les vieux entre-nœuds

2. Étude de méristème

AU NIVEAU RACINAIRE
1er processus : allongement de la racine  new des cellules produites par méristème apical  allongement des
cellules  ramification des cellules
2ème processus : apparition de racines secondaire par différenciation d’un massif cellulaire du méristème latéral
+ cellules déjà différenciée  zones méristématique où de new cellules produites

AU NIVEAU DE LA TIGE
Méristème apical d’un bourgeon produit des unités répétitives (avec 1 entre-nœuds : portion de tige, ébauche
foliaire, îlot méristématique  bourgeon à l’aisselle des feuilles  ramification possibles  bourgeon apical)
Les plantes croissent pdt tte leur vie car méristème st des structures permanentes

AU NIVEAU CELLULAIRE
Les vaisseaux : cellules vides à gros diamètre et paroi épaisse
Les tubes criblés : cellules à ptt diamètre en alternance avec les vaisseaux
Les cellules de réserves : cellules corticales à gros diamètre et contiennent des grains d’amidon
Anneau de petites cellules : pttes cellules entre les cellules de réserve et tissus conductrices
Poil absorbant : cellules spécialisés filiforme en périphérie : permettent la circulation d’eau et minéraux

Morphogénèse végétale : division et croissance des cellules


Les divisions cellulaires : au niveau des méristèmes (apicaux, collinaires, racinaires)
Les cellules méristématique : cellules indifférenciées (ptte taille, gros noyau et sans organites spécialisés) 
multiplication possible par mitose (pas comme les cellules différenciées)  cellules indifférenciées ( méristèmes
apicaux) + cellules différenciées ( feuilles, tiges ou racines)

II. La mitose : un processus commun à toutes les cellules eucaryotes

Différence entre les cellules eucaryote et procaryotes : présence de noyau ou non, forme du Xsme, taille différent
Point commun : les ribosomes

1. Étude des différentes phases de la mitose

Mitose : division cellulaire gardant l’information génétique


Prophase : Xsmes à 2 Xtdes condensés reliées par un centromère + disparition de l’enveloppe nucléaire (15 à 60
min)
Métaphase : Xsmes à 2 Xtides s’alignent au niveu de l’équateur
Anaphase : Centromères se cassent et Xtides se séparent ds chq Xsmes + migration des Xtides vers les pôles (2
à 3 min)
Télophase : séparation des 2 cellules : même équipement Xsmq dc même info génétq que cellule initiale +
reconstitution de l’enveloppe nucléaire (15 à 60 min)
Interphase : phase /. / 2 s divisions successives : condensation des Xtides

2. évolution de la quantité d’ADN pendant le cycle cellulaire

Mitose  formation de 2 cellules filles avec le même matériel génétique.


Réplication pendant l’interphase : restauration de la quantité initiale d’ADN

3. étude des mécanismes de la réplication de l’ADN

Modèle semi-conservatif

Division cellulaire : transmission de l’info géné tjs fait selon le modèle semi conservatif de l’ADN  assure la
copie conforme de cette info
Schéma de la réplication de l’ADN pendant l’interphase

ADNpol : 1 enzyme
La double hélice d’ADN s’ouvre et des nucléotides s’associent à chaque bruns pour former une new chaîne complémentaire

Conclusion

Intenses mitoses selon le modèle semi conservatiftransmission conforme de l’information génétique  différents
tissues mis en place  résistance des végé
Méristème : zones où croissance (en nombre et épaisseur) des cellules est la plus rapide
Cellules indifférenciées : cellules mère pouvant se multiplier et faire des cellules différenciées
Cellules différenciées : cellules spécialisées en certains domaines
Le contrôle hormonal de la morphogénèse
végétale
Introduction

Augmentation du nombre et de la taille des cellules  croissance végétale


Multiplication des cellules dans tissus particuliers, méristèmes et l’augmentation en taille, à proximité des méristèmes

I. La croissance cellulaire

L’augmentation du volume de la vacuole  augmentation du volume cellulaire grâce à des propriétés plastiques de la paroi
des cellules jeûnes

II. La plasticité de la paroi

Capacité de déformation sous l’influence du volume vacuolaire  facilite croissance / Rigidité  s’oppose à la croissance
Croissance possible par la plasticité et l’élasticité de la paroi jeûne
Croissance  réajustement moléculaire  ramollissement de la paroi  extension de la paroi : croissance possible en
milieu acide grâce à des enzymes

III. La pression de turgescence cellulaire

Vacuole : partie remplie d’eau et d’ions organiques, d’acide organique, de glucides, de protide, tonoplaste (membrane
souple perméable à l’eau) et ions organiques
Cellule végétale : gonflée d’eau par absorption
Paroi squelettique cellulosique : évite éclatement de la cellule, indépendant du contenu
Croissance en longueur  turgescence (gonflement) de la paroi  différent pression  gdissement de la paroi

IV. L’auxine : facteur de croissance

Pointe végé sensible à la lumière  courbure ou non


Courbure : migration d’auxine qui franchit la gélose vers la base de la plante
Angle de courbure déterminé par la quantité d’auxine dans le bloc de gélose
L’auxine : substance hydrosoluble et arrêté par mica ou platine. Fabriquée dans certaines cellules et distribué dans tte la
plante. A 2x10-7 g/ml, action max
Face non éclairée : + d’auxine qui croissent
L’auxine : synthétisé dans l’apex des tiges et dans méristèmes et migre jusque dans les racines

V. Contrôle de la croissance cellulaire par l’auxine

L’auxine : augmente plasticité de la paroi (en l’acidifiant)  apport de new matériaux constructif de la paroi
Intensifie production de certains polypeptides  stimule la fabrication des prot ?
« Dominance apicale » : bourgeon terminal utilise toute l’auxine et bloque le dvpt des bourgeons axillaires

Schéma de l’intervention de l’auxine au niveau cellulaire


VI. Application biotechnologique

Action de l’auxine dépend de sa concentration et est nécessaire à la formation de racines


A forte concentration : formation de cal (massif de cellules indifférenciées) mais pas de racine
Cytokinine : hormone qui, en trop gde qté inhibe formation de racine et croissance en longueur et la tige mais un dvpt de
nombreux bougeons

Conclusion

Augmentation du système vacuolaire pendant une période où la paroi squelettique cellulosique est encore plastique 
croissance des cellules de la tige.
Paroi : micro-fibrilles + glucides associés à des protéines
L’auxine : hormone végétale : facteur de croissance : contrôle la croissance cellulaire dans la tige
A court terme : augmente la plasticité de la paroi
A long terme : stimule l’expression de gènes impliqués dans la synthèse des protéines intervenant dans
l’élongation cellulaire