Vous êtes sur la page 1sur 27

Préambule

Dans le cadre du travail sur l’état de l’art pour le projet


PREDIT INDUIT : Infrastructure Durable Intégrée pour Transport
collectif de surface, ce catalogue a pour vocation de rassembler
l’ensemble des types de dégradations rencontrées au cours des
visites de sites.

Ce travail de relevé de dégradations est un point de départ


nécessaire à la compréhension du phénomène: à savoir, le
comportement du couple système de guidage / revêtement.
Le catalogue est découpé en trois chapitres:
-dégradations des revêtements bitumineux: épaufrures, fissures
longitudinales et transversales, faïençage et orniérage.
-dégradations des revêtements béton: fissures transversales et
épaufrures.
-dégradations des revêtements en éléments modulaires:
déchaussements / flaches, affaissements.

Pour chaque dégradation, sont données des illustrations, les


références du site où elles sont observées, la définition de la
dégradation, les causes probables et l’évolution prévisible.

1
SOMMAIRE

Les dégradations des revêtements bitumineux 3


Les épaufrures 5-6
Les fissures longitudinales 7-8
Les fissures transversales 9-10
Le faïençage 11-12
L’orniérage 13-14

Les dégradations des revêtements béton 15


Les fissures transversales 17-18
Les épaufrures 19-20

Les dégradations des revêtements en éléments modulaires 21


Les déchaussements 23-24
Les affaissements 25-26

Références bibliographiques 27

2
Les dégradations des
revêtements bitumineux

3
Sites comprenant des sections bitumineuses où
des dégradations ont été rencontrées:

- La Rochelle – ligne 19
- Montpellier
- Caen – lignes A et B
- Strasbourg – lignes A et B
- Valence – ligne 1
- Nancy – station Essey/Roosevelt
- Nancy – station Cristallerie
- Nancy – RN 74
- Lille – lignes T1 et T2
- St Etienne – ligne 1

4
Les épaufrures

Illustration 1 : Lille – lignes T1 et T2 Illustration 2 : La Rochelle – ligne 19

Illustration 3 : Montpellier Illustration 4 : St Etienne – ligne 1

Les dégradations des revêtements bitumineux 5


Les épaufrures

Définition:
Effritement du revêtement en bordure du rail. Cette dégradation est
classée dans la famille des arrachements.

Causes probables:
- joints bloqués empêchant la dilatation thermique et créant une
compression en bordure de rail, entraînant leur effritement,
- friction des lèvres des joints générée par les battements de dalles,
- déflexions importantes des rails.

Évolution prévisible:
- départ de matériaux,
- les épaufrures deviennent de plus en plus nombreuses et larges.

Les dégradations des revêtements bitumineux 6


Les fissures longitudinales

Illustration 1 : Valence – ligne 1 Illustration 2 : Lille – lignes T1 et T2

Illustration 3 : Strasbourg – lignes A et B Illustration 4 : St Etienne – ligne 1

Les dégradations des revêtements bitumineux 7


Les fissures longitudinales

Définition:
Famille de dégradations de surface caractérisée par une ligne de
rupture apparaissant à la surface de la chaussée.
Fissure sensiblement parallèle à l’axe de la chaussée.

Causes probables:
- fatigue de la structure par excès de contrainte à la base des
couches traitées ayant pour origine un sous-dimensionnement ou
un décollement entre couches,
- déflexions des rails,
- le joint tire l’enrobé.

Évolution prévisible:
- épaufrures des bords de fissure favorisant la pénétration de l’eau,
- ramification, dédoublement de la fissure avec ouverture des
lèvres liée au départ de matériaux en bord de fissure,
- faïençage à maille fine,
- orniérage à grand rayon et nids de poules lorsque les fissures
sont dues à une résistance insuffisante des matériaux d’assise.

Les dégradations des revêtements bitumineux 8


Les fissures transversales

Illustration 1 : La Rochelle – ligne 19 Illustration 2 : Strasbourg – lignes A et B

Illustration 3 : Strasbourg – lignes A et B Illustration 4 : St Etienne – ligne 1

Les dégradations des revêtements bitumineux 9


Les fissures transversales

Définition:
Fissure sensiblement perpendiculaire à l’axe de la chaussée isolée ou
périodique, d’espacement variable, intéressant tout ou partie de la
largeur de la chaussée.

Causes probables:
- remontée en surface d’une fissure de prise ou de retrait thermique,
- remontée en surface d’un joint transversal de mise en œuvre de
l’assise traitée,
- remontée de joints d’entretoises, dalles flottantes.

Évolution prévisible:
En l’absence de colmatage, le nombre de fissures transversales
augmente:
- épaufrures en bord de fissures, qui augmentent le risque
d’infiltration d’eau,
- décollement entre la couche de surface et l’assise,
- remontées de fines,
- ramification et dédoublement de fissures,
- au stade ultime, la partie haute de l’assise traitée aux liants
hydrauliques se dégrade significativement, ce qui amène des
affaissements et des nids de poules.
Les dégradations des revêtements bitumineux 10
Le faïençage

Illustration 1 : La Rochelle – ligne 19 Illustration 2 : Strasbourg – lignes A et B

Illustration 3 : St Etienne – ligne 1

Les dégradations des revêtements bitumineux 11


Le faïençage

Définition:
Ensemble de fissures entrelacées ou maillées formant une série de
polygones.

Causes probables:
- fatigue excessive de l’assise provoquée par un excès de
contrainte de traction par flexion à la base des couches traitées,
- décollement de la couche de roulement.

Évolution prévisible:
- départ de matériaux, formation de nids de poule ou encore pelade,
- chute de portance due à la pénétration de l’eau dans le corps de
chaussée. Cela est à l’origine de déformations (orniérage à grand
rayon, affaissement de rive et hors rive).
- augmentation des zones faïencées.

Les dégradations des revêtements bitumineux 12


L’orniérage

Illustration 1: Rechargement des ornières à la Illustration 2 : Rechargement des ornières à


résine : Nancy – station Essey/Roosevelt la résine : Nancy – station Cristallerie

Illustration 3 : Rechargement gravillon-


bitume ou résine : Caen – lignes A et B

Les dégradations des revêtements bitumineux 13


L’orniérage

Définition:
Déformation permanente longitudinale créée par le passage des roues
et dont la largeur est inférieure à 80 cm (dégradation observée pour
les bus guidés).

Causes probables:
- inadéquation entre la formulation et la température d’usage,
- trafic lourd important et canalisé,
- rampes : vitesse lente des véhicules,
- zones de freinages, courbes à petit rayon,
- maniabilité élevée de l’enrobé,
- inadéquation entre la formulation et le trafic.

Évolution prévisible:
- approfondissement de l’ornière, accompagné de fissuration
longitudinale et de faïençage,
- ressuage ou indentation dans les bandes de roulement,
- formation de bourrelets longitudinaux.

Les dégradations des revêtements bitumineux 14


Les dégradations des
revêtements béton

15
Sites comprenant des sections de type béton où des
dégradations ont été rencontrées:

- Strasbourg
- Montpellier – ligne 1
- Nantes

16
Les fissures transversales

Illustration 1 : Nantes Illustration 2 : Strasbourg

Les dégradations des revêtements béton 17


Les fissures transversales

Définition:
Fissure sensiblement perpendiculaire à l’axe de la chaussée, isolée
ou périodique, d’espacement variable, intéressant tout ou partie de la
largeur de la chaussée.

Causes probables:
- retrait thermique du béton,
- rupture par fatigue de la chaussée sous l’effet de l’accumulation de
contraintes de traction-flexion excessives,
- dans le cas de dalles béton, mauvais appui de la dalle.

Évolution prévisible:
- ouverture de la fissure et épaufrure des lèvres favorisant
l’infiltration d’eau dans le corps de chaussée. Cette ouverture est
limitée pour le béton armé continu jusqu’à rupture des armatures.
- ramification de la fissure,
- les coins de dalles contigus à la fissure peuvent se casser,
- les battements de dalles provoqués par le trafic lourd entraînent des
rejets de pompage conduisant à l’apparition des vides sous les dalles
aval en bord de fissures puis à une mise en escalier des éléments de
dalles.

Les dégradations des revêtements béton 18


Les épaufrures

Illustration 1 : Montpellier – ligne 1

Les dégradations des revêtements béton 19


Les épaufrures

Définition:
Effritement du revêtement en bordure de rail. Cette dégradation est
classée dans la famille des arrachements.

Causes probables:
- joints bloqués empêchant la dilatation thermique et créant une
compression en bordure de rail, entraînant leur effritement,
- friction des lèvres des joints générée par les battements de dalles.

Évolution prévisible:
- départ de matériaux,
- les épaufrures deviennent de plus en plus nombreuses et larges.

Les dégradations des revêtements béton 20


Les dégradations des
revêtements en éléments
modulaires

21
Sites comprenant des sections en éléments modulaires
où des dégradations ont été rencontrées:

- Sarrebrück – ligne 1
- Valence – ligne 1
- Montpellier – avenue du Mondial 1998
- St Etienne – ligne 1
- Rouen – ligne M

22
Les déchaussements / flaches

Illustration 1 : Sarrebrük – ligne 1 Illustration 2 : Valence – ligne 1

Les dégradations des revêtements en éléments modulaires 23


Les déchaussements / flaches

Définition:
Descellements des éléments modulaires, localisés principalement le
long du rail.
Dépression localisée à la surface de la chaussée.

Causes probables:
- joints dégarnis,
- attrition et entraînement du sable,
- perte de cohésion localisé du support,
- surcharge/trafic lourd,
- mouvement de la voie, des entretoises,
- incompatibilité de l’épaisseur des éléments modulaires et de la
couche d’assise.

Évolution prévisible:
- risque de cassures et départ des éléments modulaires,
- basculement de pavés.

Les dégradations des revêtements en éléments modulaires 24


Les affaissements

Illustration 1 : Montpellier – avenue Illustration 2 : Montpellier

Illustration 3 : St Etienne – ligne 1 Illustration 4 : Rouen – station Léon Blum

Les dégradations des revêtements en éléments modulaires 25


Les affaissements

Définition:
Dépression longitudinale ou transversale des éléments modulaires,
principalement localisé en bordure de rail.

Causes probables:
- insuffisance de blocage des joints souples de part et d’autre du rail.
- mortier de calage insuffisant,
- épaisseur du lit de pose insuffisante,
- différence entre la hauteur de pose et la voie.

Évolution prévisible:
- déchaussement complet des éléments modulaires,
- ce phénomène peut s’accompagner d’un dégarnissage des joints et
conduire à des départs de pavés.

Les dégradations des revêtements en éléments modulaires 26


REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1/ Dictionnaire de l’entretien routier – volumes 1-2-3


Observatoire National de la Route (1996)
2/ Catalogue des dégradations de surface des chaussées
Méthode d’essai N°52 - LCPC (1998)
3/ Catalogue de dégradations de chaussées
Ville de Paris (1986)

Sites visités:
-Caen : visite du T.V.R. le 4 décembre 2003
-Lille : visite du tramway le 28 avril 2004
-Montpellier : visite du tramway le 20 avril 2004
-Nancy : visite du T.V.R. en mars 2004
-Sarrebrück : visite du tramway le 9 juillet 2004
-La Rochelle : visite du tramway le 19 mars 2004
-Strasbourg : visite du tramway en mai 2004
-Valence : visite du tramway le 24 juin 2004
-Bordeaux : visite du tramway le 18 mai 2004
-Gand : visite du tramway le 27 mai 2004
-Nantes : visite du tramway le 7 septembre 2004
-St Etienne : visite du tramway le 12 octobre 2004
27
-Rouen : visite du tramway le 3 décembre 2004