Vous êtes sur la page 1sur 204

CREAM CENTRE DE RECHERCHES, D’ETUDES ET D’APPUI

A L’ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR

MONOGRAPHIE
RÉGION DIANA

CREAM, février 2013


CREAM CENTRE DE RECHERCHES, D’ETUDES ET D’APPUI
A L’ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR

MONOGRAPHIE
RÉGION DIANA

CREAM, février 2013


Monographie de la Région DIANA
Rédaction : CREAM
Photographies : CREAM
Maquette et mise en page : HR Services
Cartes : Multi-Sector Information Service
Monographie téléchargeable depuis http://www.monographiemada.com/

© CREAM, février 2013 - Edition Août 2014

Centre de Recherches, d’Etudes et d’appui à l’Analyse Economique à Madagascar


Lot II A 78 U A - Soavimbahoaka
101 - Antananarivo
Madagascar
www.cream.mg/
Remerciements

Les monographies des 22 régions ont été élaborées en partenariat avec la Direction de la
Modélisation et de la Planification (DMP) du Ministère de l’Économie et de la Planification (MEP),
et l’Institut National de la Statistique (INSTAT). Les travaux de mise en page, d’édition des docu-
ments, le développement des applications informatiques ainsi que leur publication sur mobile et
site web ont été pris en charge financièrement par le Projet de Gouvernance et de Développement
Institutionnel (PGDI). Que nos partenaires trouvent tous ici notre profonde reconnaissance.
Nous adressons nos vifs remerciements au Ministère d’Etat chargé des Infrastructures, de l’Équipe-
ment et de l’Aménagement du Territoire, au Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, pour
leur aide relative à la fourniture des informations pertinentes concernant les régions, et aux services
techniques déconcentrés pour leur participation active aux différents ateliers de validation.
Nous sommes reconnaissants aux responsables des 22 régions qui ont présidé avec succès les
ateliers de validation, et qui ont apporté leur appui administratif lors des collectes des données.
Nous remercions toutes les personnes travaillant dans les communes et les districts au niveau des
22 régions qui ont servi d’unité d’enquête.
Nous présentons nos gratitudes à tous les participants aux différents ateliers de validation tant
régionaux que nationaux.

Le Directeur Général du CREAM et son équipe


Préface

L’effectivité des 22 régions et l’élaboration imminente d’un Plan National de Développement (PND)
suscitent un besoin important d’information au niveau des administrations nationales, régionales,
locales et de tous les acteurs et partenaires de développement.
La connaissance des réalités régionales s’avère indispensable à l’élaboration des politiques
publiques d’où la nécessité d’élaborer la Monographie des 22 régions. La monographie présente
une double fonction :  d’une part (i) elle donne une vision générale de la région, à travers différentes
caractéristiques (conditions et potentialités physiques, économiques, aspect social, etc …) et suivant
des thèmes privilégiés dans l’étude ; et d’autre part (ii) elle constitue un instrument indispensable
aux opérateurs économiques, aux techniciens, aux responsables et décideurs, notamment ceux au
niveau des régions aux fins de l’élaboration d’une stratégie harmonieuse de développement.
C’est dans ce contexte que le CREAM, de par sa mission relative au renforcement des capacités
des institutions chargées de la politique économique a élaboré, en collaboration étroite avec la
Direction Générale de l’Économie du Ministère de l’Économie et de la Planification, la monographie
pour les 22 régions.
Ladite monographie a été réalisée dans le respect des exigences scientifiques :
–– la capitalisation des études déjà effectuées ;
–– l’harmonisation des concepts, thèmes et indicateurs pour une possible comparaison des situa-
tions entre les régions ;
–– la collecte des informations qui ne figurent pas dans les annuaires statistiques des services
publics, ou qui nécessitent un traitement spécifique ,en amont ; et
–– le traitement des données et analyses de ces dernières.
Elle a donc fait l’objet d’une enquête et une approche participative a été privilégiée, impliquant
dans toutes les phases de processus d’élaboration les responsables régionaux et en particulier les
Directions Régionales de l’Économie (DRE).
La disponibilité d’une monographie pour chacune des 22 régions est une première à Madagascar.
Nous possédons ainsi une série de documents synthétiques débouchant sur les potentialités écono-
miques de chaque région. Les monographies ont été validées au niveau des régions avec la parti-
cipation des responsables régionaux et des districts ainsi que des services déconcentrés de l’Etat.
Elles sont accessibles à tous sous divers formats, papier ou fichier électronique. Les monographies
en tant qu’outil de pilotage du développement devront être mises à jour périodiquement d’autant
plus que chaque niveau d’administration (centrale ou régionale) aura à sa disposition les bases de
données y afférentes.
Elles se présentent sous des formes standardisées d’un certain nombre d’informations relatives à
chacune des 22 régions permettant de connaitre leurs atouts et défis de développement, et de les
situer les unes par rapport aux autres.
Les bases sont jetées, nous encourageons ainsi son actualisation au niveau de chaque région car
cela va nous permettre, dans le moyen terme, d’alimenter le système de suivi et évaluation des mises
en œuvre de la PND, et de mesurer les impacts des actions entreprises.
Table des matières

Introduction 19

Chapitre I.  Le cadre physique et administratif 21


I.1.  Cadre physique 23

I.1.1. Localisation géographique 23

I.1.2. Relief 23

I.1.3. Typologie sous-régionale 25

I.1.4. Hydrologie 26

I.1.5. Pédologie 28

I.1.6. Géologie 30

I.1.7. Formation végétale 32

I.1.8. Climatologie 34

I.1.9. Sauvegarde de l’environnement 34

I.2.  Cadre administratif 37

I.2.1. Généralités sur les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD)


et les Services Techniques Déconcentrées (STD) 37

I.2.2. Découpage Administratif 40

I.2.3. Les Services Territoriaux Déconcentrés 40

Chapitre II.  La population 43


II.1.  Etat de la population 45

II.1.1. Population totale 45

II.1.2. Composition et caractéristiques démographiques de la population 46

II.1.3. Caractéristiques de la population 49

II.1.4. Statut de la femme 51

II.2.  Mouvements de la population 53

II.2.1. Migration interne 53


II.2.2. Immigration 54

II.2.3. Emigration 54

II.3. Habitat 55

II.3.1. Type d’habitation 55

II.3.2. Caractéristiques des habitats 55

II.4.  Niveau de vie et pauvreté 58

II.4.1. Possession de bien durable 58

II.4.2. Ratio et intensité de la pauvreté 59

Chapitre III.  Les organisations sociales  et économiques 61


III.1.  Les organisations sociales 63

III.1.1. Caractéristiques et rôles des organisations sociales 63

III.1.2. Religion 64

III.1.3. Disponibilité des infrastructures sportives, culturelles et de loisirs 64

III.1.4. Projets/programmes de développement et Organismes d’appui 66

Chapitre IV.  Les secteurs sociaux 67


IV.1.  La santé 69

IV.1.1. Les infrastructures sanitaires de la région 69

IV.1.2. Accessibilité de la majorité dans les centres de santé 71

IV.1.3. Les personnels soignants 75

IV.1.4. Les services de santé. 77

IV.1.5. Accès aux services de santé 78

IV.2. L’éducation 80

IV.2.1. Les infrastructures scolaires de la région 80

IV.2.2. Accessibilité 84

IV.2.3. Les personnels enseignants 86

IV.2.4. Fréquentation et performance scolaire 88

Chapitre V.  Les activités économiques 93


V.1.  Caractéristiques de la population active 95

V.1.1. Niveau d’instruction 95


V.1.2. Répartition de la population active dans les différents secteurs d’activités 95

V.1.3. Niveau de salaire des femmes comparé à celui gagné par les maris 96

V.2.  Infrastructures économiques 96

V.2.1. Infrastructures routières 96

V.2.2. Réseau électrique 100

V.2.3. Réseau de distribution d’eau 102

V.3.  Secteur primaire 105

V.3.1. Agriculture 105

V.3.2. L’Elevage 108

V.3.3. Pêche et ressources halieutiques 110

V.4.  Secteur secondaire 110

V.4.1. Les activités de transformation 110

V.4.2. Création d’entreprises 111

V.4.3. Activité minière 114

V.5.  Secteur tertiaire 115

V.5.1. Commerce 115

V.5.2. Transport et communication 118

V.5.3. Tourisme et hôtellerie – Artisanat 120

V.5.4. Banques et institutions financières 122

V.5.5. Autres services 123

Chapitre VI.  Les ressources financières  des collectivités de la région 125


VI.1. Transfert de ressources de l’Etat central
et Programme d’Investissement Public dans la région 127

VI.2.  Sources de revenu des communes 128

Chapitre VII.  Les potentialités économiques 131


VII.1.  Les atouts 133

VII.1.1. Potentiel agricole important 133

VII.1.2. Potentiel touristique 133

VII.1.3. Capacité de gestion de la région 134

VII.1.4. Pêche et pisciculture 134


VII.1.5. Présence d’institutions financières 134

VII.1.6. Le capital humain 135

VII.2.  Les contraintes et défis 135

VII.2.1. Développement des infrastructures économiques 135

VII.2.2. Activités économiques 135

VII.2.3. Développement des appuis aux paysans 136

VII.2.4. Environnement 136

VII.2.5. L’accès et la qualité des services sociaux de base 136

ANNEXE.  Résultats d’enquête, enquête monographique, CREAM 2009 137


Annexe 1. Démographie et accessibilité 138
Annexe 2. Marché et réseau électrique 141
Annexe 3. Accès à l’eau courante 144
Annexe 4. Accès à l’eau courante et réseau de télecommunication 147
Annexe 5. Réseaux de télecommunication, accès à l’information et sécurité 150
Annexe 6. Religion 153
Annexe 7. Sports et loisirs 156
Annexe 8. Education - Primaire public 159
Annexe 9. Education - Primaire privée 162
Annexe 10. Education - Secondaire public 165
Annexe 11. Education - Secondaire privé 168
Annexe 12. Education - Lycée public 171
Annexe 13. Education - Lycée privé 174
Annexe 14. Education - Lycée technique public 177
Annexe 15. Education - Lycée technique privé 180
Annexe 16. Santé - Accès aux soins 183
Annexe 17. Santé - Personnel de santé 186
Annexe 18. Santé - Accessibilité maternité sans risque 189
Annexe 19. Santé - Structure sanitaire 192
Annexe 20. Productions agricoles et artisanales 195
Annexe 21. Productions aquacultures 198
Liste des cartes

Carte 1. Localisation géographique de la Région DIANA 22


Carte 2. Carte du relief de la Région DIANA 24
Carte 3. Carte hydrographique de la Région DIANA 27
Carte 4. Carte pédologique de la Région DIANA 29
Carte 5. Carte géologique de la Région DIANA 31
Carte 6. Couverture forestière de la Région DIANA 33
Carte 7. Carte climatologique de la Région DIANA 35
Carte 8. Carte administrative de la région de DIANA 38
Carte 9. Carte du réseau routier dans la Région DIANA 99
Carte 10. Carte des carrés miniers dans la Région DIANA 112
Carte 11. Carte des ressources minières dans la Région DIANA 113

Liste des graphiques

Graphique 1. Organigramme de la Région DIANA 42


Graphique 2. Répartition par genre de la population active (%) 48
Graphique 3. Répartition de la population âgée de 4 ans et plus
selon le niveau d’instruction 49
Liste des tableaux

Tableau 1. Superficie des districts dans la région de DIANA 23


Tableau 2. Superficie de forêt existante, protégée et forêt détruite dans
la région de DIANA 36
Tableau 3. Superficie de terrain en proie au feu de brousse et reboisés -
Zone de conservation 36
Tableau 4. Découpage Administratif et territorial de la région 40
Tableau 5. Structure de la population dans la Région DIANA 45
Tableau 6. Taille moyenne des ménages selon les milieux de résidence 45
Tableau 7. Répartition par milieux de résidence de la population 46
Tableau 8. Rapport de masculinité selon le milieu de résidence 46
Tableau 9. Fécondité des femmes âgées de 15 à 49 ans 47
Tableau 10. Indicateurs de mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans 47
Tableau 11. Age moyen et répartition par tranche d’âge de la population active 48
Tableau 12. Taux d’alphabétisation des individus âgés de 15 ans et plus,
selon le milieu 49
Tableau 13. Etat de santé des enfants 50
Tableau 14. Taux d’activité selon le milieu et selon le genre 50
Tableau 15. Incidence du travail des enfants (âgés de 5 à 17 ans)
selon le milieu de résidence et le genre 51
Tableau 16. Types d’occupation des travailleurs âgés de 15 à 49 ans 51
Tableau 17. Argent gagné par les femmes comparé à l’argent gagné par leurs maris 51
Tableau 18. Contrôle de revenu des femmes par rapport à celui de son mari 52
Tableau 19. Participation des femmes dans la prise des décisions au sein du ménage 53
Tableau 20. Nombre de communes par district selon l’importance de la migration 53
Tableau 21. Nombre de communes selon les provenances des immigrants à DIANA 54
Tableau 22. Nombre de communes selon les causes de l’immigration vers DIANA 54
Tableau 23. Type d’habitations des ménages 55
Tableau 24. Type de matériaux des murs extérieurs des habitations 56
Tableau 25. Type de matériaux des murs extérieurs des habitations 56
Tableau 26. Répartition des ménages selon le principal type de combustible
utilisé pour la cuisine 57
Tableau 27. Taux d’accès à certains biens et services 57
Tableau 28. Taux de possession de certains biens 58
Tableau 29. Répartition de la population par quintile de bien-être économique 59
Tableau 30. Ratio et intensité de pauvreté selon le milieu en 2010 59
Tableau 31. Totaux des écarts aux seuils de pauvreté 60
Tableau 32. Nombre d’édifices culturels d’obédience dans la région de DIANA 64
Tableau 33. Infrastructures culturelles et sportives existantes dans
la région de DIANA 65
Tableau 34. Projets/programmes de développement et Organismes
d’appui de la Région Diana 66
Tableau 35. Répartition des communes par districts selon l’existence
d’infrastructures sanitaires dans les communes 70
Tableau 36. Répartition des communes par districts selon la disposition
des chambres pour accouchement, de possibilité de pratiquer
une césarienne, nombre de lits d’hôpitaux publics et privés 70
Tableau 37. Répartition des communes par district disposant un cabinet
médical privé 71
Tableau 38. Distance pour la majorité de la formation sanitaire la plus proche 72
Tableau 39. Répartition des communes par district suivant le moyen utilisé par les
ménages pour se rendre auprès d’un centre de santé. 73
Tableau 40. Répartition des communes par district suivant la durée
du parcours pour aller à une formation sanitaire (%) 73
Tableau 41. Répartition des communes par district suivant la distance
pour la majorité du service de maternité le plus proche 74
Tableau 42. Répartition des communes suivant les moyens de locomotion
utilisés par les patients pour se rendre auprès d’un service de maternité 74
Tableau 43. Répartition des communes suivant leur accessibilité des maternités 74
Tableau 44. Pourcentage des communes par district selon la durée
du parcours vers les maternités les plus proches 75
Tableau 45. Nombre de médecin publics et le nombre de paramédicaux
servants dans les CSB II 75
Tableau 46. Répartition des communes selon l’existence des médecins dans
une maternité, et le nombre de sages femmes publiques. 76
Tableau 47. Répartition des communes selon le nombre d’aides sanitaires,
Infirmier(e), sages-femmes, médecins généralistes et spécialistes 77
Tableau 48. Répartition des communes selon le nombre de décès maternels
ramené au nombre d’accouchement dans les maternités publiques 78
Tableau 49. Répartition des communes selon le nombre de décès maternels
ramené au nombre d’accouchement dans les maternités privées 78
Tableau 50. Répartition des communes selon le nombre de consultations
dans les centres de soins publics en 2008 79
Tableau 51. Répartition des communes par district selon le nombre
et pourcentage des services de planning familial publics 79
Tableau 52. Répartition des communes par district selon le nombre
et pourcentage des services de planning familial privés 80
Tableau 53. Les infrastructures scolaires publiques en 2008
dans la région de DIANA 82
Tableau 54. Les infrastructures scolaires privées en 2008 dans la région de DIANA 83
Tableau 55. Répartition des communes selon la distance pour la majorité de
la population de l’école primaire la plus proche dans
la région de DIANA 84
Tableau 56. Répartition des communes par district selon la distance
pour la majorité de la population, le collège le plus proche
dans la région de DIANA 85
Tableau 57. Répartition des communes par District selon
la distance pour la majorité de la population le lycée
(public, privé ou confessionnel) le plus proche 85
Tableau 58. Effectifs des enseignants des EPP par district dans la région
de DIANA durant l’année scolaire 2007-2008 86
Tableau 59. Effectifs des enseignants des écoles primaires privées par district
dans la région de DIANA durant l’année scolaire 2007-2008 86
Tableau 60. Effectif des enseignants dans les CEG, par district
dans la région de DIANA 87
Tableau 61. Effectifs des enseignants des collèges privés par district
dans la région de DIANA durant l’année scolaire 2007-2008 87
Tableau 62. Effectif des enseignants dans les lycées publics et privés par district
dans la région de DIANA durant l’année scolaire 2007-2008 88
Tableau 63. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les EPP
par district dans la région de DIANA 89
Tableau 64. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les CEG
par district dans la région de DIANA 89
Tableau 65. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les CEG
par district dans la région de DIANA 90
Tableau 66. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les collèges
privés par district dans la région de DIANA 90
Tableau 67. Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les lycées
publics d’enseignement général par district dans la région de DIANA 91
Tableau 68. Effectif des élèves dans les lycées privés d’enseignement
général dans la région 91
Tableau 69. Effectif des élèves dans les lycées techniques publics dans la région 92
Tableau 70. Effectif des élèves dans les lycées techniques privés
de la Région DIANA 92
Tableau 71. Répartition par niveau d’instruction de la population active 95
Tableau 72. Proportion de femmes occupées dans les différents
secteurs d’activité dans la région de DIANA 95
Tableau 73. Proportion d’hommes occupés dans les différents
secteurs d’activité dans la DIANA 96
Tableau 74. Argent gagné par les femmes comparé à celui gagné par leurs maris 96
Tableau 75. Accessibilité/moyens de transport 98
Tableau 76. Electricité/Données structurelles 100
Tableau 77. Electricité/Données opérationnelles 101
Tableau 78. Eau /Données structurelles 102
Tableau 79. Taux de desserte en eau potable et utilisation de latrines
dans la région de DIANA par milieu en 2011 103
Tableau 80. Eau/Données opérationnelles 104
Tableau 81. Surface cultivable/ cultivée 105
Tableau 82. Méthode culturales/engrais utilisés 106
Tableau 83. Classement des types de techniques utilisées selon leur importance 107
Tableau 84. Répartition des terres cultivées selon les cultures 107
Tableau 85. Cultures pratiquées à des fins commerciales 108
Tableau 86. Part des cheptels porcin, ovin, caprin, volaille et bovin par district 109
Tableau 87. Disponibilité des services aux agriculteurs et aux éleveurs 109
Tableau 88. Proportion des communes pratiquant pêche, rizipisciculture
et pisciculture 110
Tableau 89. Les activités de transformation dans la région 111
Tableau 90. Nombres d’entreprises individuelles et de sociétés
nouvellement créées en 2008, par district 114
Tableau 91. Activités minières dans la région de DIANA 115
Tableau 92. Infrastructures de commercialisation 116
Tableau 93. Collecte de produits agricoles 116
Tableau 94. Circuit commercial du produit phare 117
Tableau 95. Coopératives de transport desservant le district 118
Tableau 96. Réseaux de télécommunication 119
Tableau 97. Accès aux médias 119
Tableau 98. Service postal au niveau des communes 120
Tableau 99. Infrastructures hôtelières/agences de voyage 122
Tableau 100. Agences de Banques et Institutions financières au niveau district 123
Tableau 101. Disponibilité des services de proximité 123
Tableau 102. Evolution du montant du PIP de la Région DIANA
et son taux d’engagement de 2008 à 2010 128
Tableau 103. Montant des budgets primitifs des communes en 2008 128
Tableau 104. Montant des subventions obtenues des communes en 2008 129
Tableau 105. Montant des recettes collectées par les communes en 2008 129
Liste des abréviations et acronymes

BEPC Brevet de fin d’Étude du Premier Cycle


CEG Collège d’Enseignement Général
CEPE Certificat de fin d’Étude Primaire Elémentaire
CHD Centre Hospitalier de District
CHRR Centre Hospitalier de Référence Régionale
CHU Centre Hospitalier Universitaire
CiSco Circonscription Scolaire
CNaPS Caisse Nationale de Prévoyance Sociale
CREAM Centre de Recherche, d’Études et d’Appui à l’Analyse Economique à Madagascar
CSB Centre de Santé de Base
CTD Collectivité Territoriale Décentralisée
DMP Direction de Méthodes et de la Planification
DRE Direction Régionale de l’Economie
DREN Direction Régionale de l’Éducation Nationale
EDS Enquête Démographique et de Santé
EF Éducation Fondamentale
EPM Enquête Permanente auprès des Ménages
EPP École Primaire Public
FM Fréquence Modulation
FRAM Fikambanan’ny Ray Aman-drenin’ny Mpianatra
INSTAT Institut National de Statistique
MD Ministère de la Décentralisation
MI Ministère de l’Intérieur
MEI Ministère de l’Economie et de l’Industrie
MEP Ministère de l’Economie et de la Planification
OMD Objectif du Millénaire pour le Développement
ONE Office National de l’Environnement
ONG Organisation Non Gouvernementale
OSC Organisation de la Société Civile
PAM Programme Alimentaire Mondiale
PIP Programme d’Investissement Public
PRD Plan Régional de Développement
PROSPERER PROgramme de Soutien aux Pôles de micro – Entreprises Rurales .  et aux Économies
Régionales
RIP Route d’Intérêt Provincial
RN Route Nationale
RNA Recensement National Agricole
STD Service Territorial Déconcentré
UNFPA United Nations Fund for Population and Activities
VPDAT Vice-Primature Chargée du Développement et de l’Aménagement du Territoirre
VPEI Vice-Primature Chargée de l’Économie et de l’Industrie
INTRODUCTION

Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le
Développement (OMD), Madagascar a opté pour une approche, misant sur le développement
durable et équilibré, sur toute l’étendue du territoire. Conformément à cette vision, les autorités
ont mis en place un nouveau découpage territorial, appelé « Région » ; afin de mieux définir les
stratégies et bien cerner les populations cibles. C’est ainsi que les 22 régions ont été instituées.
En général, une région est composée de deux ou plusieurs districts avoisinants, ayant des intérêts
économiques et/ou sociaux communs.

Peu après la mise en place effective des 22 régions, des besoins accrus d’informations se font
sentir, surtout dans l’élaboration des plans régionaux de développement. La connaissance des réa-
lités régionales s’avère cruciale, plus particulièrement en vue de l’évaluation des ressources tant
humaines que physiques disponibles ainsi que les contraintes à lever. En effet, il existe très peu
d’informations en cohérence avec les zones nouvellement créées et celles existantes ne coïncident
pas souvent avec le nouveau découpage. C’est pour répondre a ces besoins et pallier à cette lacune
que le CREAM se propose d’élaborer en 2009, des monographies régionales pour chacune des
22  régions et ceci en collaboration étroite avec la Direction des Méthodes et de la Planification
(DMP) du Ministère de l’Économie et de l’Industrie (MEI)1, du Ministère de l’Intérieur (MI)2, du
Ministère de la Décentralisation (MD)** et la Vice-Primature chargée du Développement et de
l’Aménagement du Territoire (VPDAT)3.

Sans être une nouveauté4 , la monographie régionale reste un instrument de prise de décision, en
étant un outil de planification par excellence, notamment dans l’administration du territoire, dans la
gestion économique et sociale, dans les plaidoyers et négociations et dans la mobilisation sociale.
Sans prétendre être exhaustive a toute utilité, elle constitue un bon cadre de référence et une base
de données assez précise où chaque responsable régional puisse exploiter et utiliser a bon escient
les informations nécessaires. A court terme, sinon pour les besoins du quotidien, elle est utile pour
mieux cerner les objectifs, mieux déterminer les priorités, mieux diriger les interventions et mieux
apprécier les impacts socio-économiques des politiques publiques adoptées. A terme, la monogra-
phie régionale va initier les Responsables régionaux dans la logique « Connaître - Mobiliser - Agir »
menant vers une « région entrepreneur » en vue de soutenir une économie à forte croissance et
réduire la pauvreté.

Dans l’élaboration de ce document, le CREAM a adopté une approche participative, itérative et pro-
gressive, impliquant dans toutes les phases du processus les Responsables régionaux et en particu-
lier les Directions Régionales de l’Économie (DRE). A part les travaux de compilation des documents
à caractère monographique régional existants et des consultations réalisées au niveau de quelques

1  Actuellement Ministère de l’Économie et de la Planification (MEP)


2  Actuellement Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation
3  Actuellement Ministère d’Etat chargé des Infrastructures, de l’Équipement et de l’Aménagement du Territoire
4  Différentes études monographiques existent déjà. Elles se différencient entre elles par les thèmes abordés et le sujet
qu’elles étudient, car leur maître d’ouvrage ne sont pas les mêmes. Mais pour presque leur totalité, elles ont été réalisées
avant l’avènement des 22 régions.

19
régions, une opération de collecte de données a été réalisée en 2009, et ceci en concertation avec
la Direction Générale de l’Économie et la Direction Générale de l’INSTAT (Institut National de la
Statistique). L’objectif étant de collecter les données qui ne figurent pas dans les documents exis-
tants ou les annuaires statistiques courantes et celles qui requièrent une mise à jour périodique. La
période de référence de l’enquête a été l’année 2008 et l’unité statistique enquêtée a été les dis-
tricts. L’analyse des données et la rédaction du rapport ont été effectuées par l’équipe du CREAM et
le document est publié après un processus de validation aux niveaux national et régional.

Ce document est subdivisé en sept chapitres, dont le premier présente le cadre physique et admi-
nistratif de la région en question. Viennent ensuite les chapitres 2 et 3 sur la population et les orga-
nisations sociales qui vont étayer, entre autres, la structure de la population et son organisation. Le
chapitre 4 concerne les secteurs sociaux de la région, plus particulièrement les offres disponibles
dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Mis à part l’inventaire des infrastructures de dévelop-
pement existantes, le chapitre 5 va développer les différentes activités économiques de la région.
Le chapitre 6 évalue les ressources financières de la région et le chapitre 7 résume les atouts et
contraintes à lever dans la réalisation des objectifs mentionnés ci-dessus. Enfin, en annexe de ce
rapport se trouve, une base de données détaillées par commune de quelques variables, pour des
besoins de suivi-évaluation et de mises à jour ultérieures.

20
Chapitre I
Le cadre physique et administratif
Carte 1.  Localisation géographique de la Région DIANA

¯
DIANA
E
U
I Q
B
M
A
Z
O
M
D E
L
NA
C A

E N
D I
I N
N
E A
O C

0 75 150
Kilomètres

Légende
Limite Région Diana
Limite Province
Limite 22 Régions

Source : FTM 2000

22
I.1.  Cadre physique

I.1.1.  Localisation géographique

La région de DIANA se trouve dans la province d’Antsiranana située sur la partie Nord de
Madagascar. Ses coordonnées sont entre 11 °C et 15 °C de latitude sud et 47 °C et 50 °C de lon-
gitude Est, couvrant un territoire de 20 942 km2 soit 3,6 % de l’ensemble de la Grande Ile. Elle est
limitrophe de la région de la SAVA dans sa partie orientale et de celle de la SOFIA dans sa partie
méridionale. La région a accès sur sa partie Ouest au Canal de Mozambique et sur sa partie Est
à l’Océan Indien. Le chef lieu de la région, Antsiranana I qui est en même temps un district et une
commune se trouve à 1 173 km de la Capitale.

La région est composée de 5 districts  : Antsiranana I et II, Ambanja, Ambilobe et Nosy Be. Le
nom de la région provient des initiales des districts qui la composent (Diégo, Ambanja, Nosy Be,
Ambilobe). La région a la particularité de contenir le district de Nosy Be qui est une île de 311 km2.
A part les districts de Nosy Be et d’Antsiranana I, la superficie moyenne des districts se situe autour
de 4 000 km2.

Tableau 1.  Superficie des districts dans la région de DIANA


Unité : km2
District Superficie en km2
Ambanja 6 146
Ambilobe 8 041
Antsiranana I 70,13
Antsiranana II 5 645
Nosy Be 311
Total 20 213,13
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

I.1.2.  Relief

La région de DIANA, se trouvant au Nord de la ligne faitière Maromandia-la Loky, doit son origina-
lité à son relief. C’est par son altitude qu’elle se distingue particulièrement des autres régions qui la
bordent à l’Est et au Sud.

L’ensemble de cette région est formée par des vieux massifs cristallins et volcaniques. du Nord
au Sud se dressent la montagne d’Ambre, les massifs d’Ankarana et d’Analamerana, les chaînes
d’Andavakoera et de Galoka et enfin le massif du Tsaratanana. Le long des côtes, à la baie d’Ant-
siranana, l’une des plus belles de Madagascar, viennent s’ajouter les presqu’îles d’Anorontany et
d’Ampasindava, les deltas de la Mahavavy, de l’Ifasy et du Sambirano et l’île de Nosy-Be avec ses
îles satellites.

Du point de vue géomorphologie, la région juxtapose des formes variées : volcaniques, quartziques
et cristallines ce qui en fait l’un des reliefs les plus complexes et des plus diversifiés de Madagascar.

23
Carte 2.  Carte du relief de la Région DIANA

¯
Légende
(
! Chef Lieu Région
( Chef Lieu District
!
Région Diana
Régions limitrophes
Altitude
2500 - 3000
2000 - 2500
Antsiranana
1500 - 2000 (
!
1000 - 1500
500 - 1000
50 - 500

Ambilobe
(
!
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja
(
!

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

24
a)  Les reliefs du socle
Ils sont dominés par le massif de Tsaratanana, qui forme un énorme ensemble montagneux
culminant à Maromokotra à 2 876 m, à 80 km du canal de Mozambique. Ce massif est
formé principalement par une arête Nord-Sud d’altitude moyenne supérieure à 2 200 m,
s’élevant vers le Sud, jalonnée par les sommets de Marivorahona (2 236 m) au Nord, du
Tsaravosy (2 516 m) au Centre et du Maromokotra au Sud. En direction du Nord, elle se
termine à Ankivanja (1 293 m).

A cet ensemble, il faut ajouter les vastes plateaux drainés par le Mamoro, le Mananjeba, la Mahavavy
et l’Antsiatsia, le bassin de la Loky, les dômes et les dépressions compris entre la Mananjeba et
l’Océan Indien.

b)  Les bassins sédimentaires


Ils correspondent soit à des unités lithologiques, soit à des unités tectoniques, soit enfin au contact
socle sédimentaire. Ce contact socle sédimentaire se traduit de l’Ifasy à la Loky, par une dépression
de 120 km. Elle est partout dominée par un imposant escarpement gréseux de 400 à 500 m.

Au-dessus de l’Ifasy, cet escarpement s’appelle Galoka et Andavakoera de la Mahavavy à la Loky.


Plus au Sud, se trouve le fossé de Sambirano, d’une largeur moyenne de 4 km et d’une longueur
de 25 km. Ce fossé est remblayé d’alluvions qui lui donnent un aspect parfaitement plat. A la limite
Sud-Ouest de la zone, la presqu’île d’Ampasindava couvre 1 500 km².

Enfin, la montagne des Français et Windsor - Castle forment surtout avec l’Ankarana, l’un des plus
spectaculaires karts de Madagascar.

c)  Les ensembles volcaniques


La région comprend quatre grands ensembles volcaniques : l’île de Nosy-Be à laquelle il faut ratta-
cher la presqu’île d’Ambato, l’Anorontany, le Bobaomby et le massif d’Ambre culminant à 1 475 m
au pic d’Ambre.

I.1.3.  Typologie sous-régionale

On distingue quatre sous ensembles régionaux : la partie septentrionale montagneuse, le triangle


volcanique Nosy-Be-Sambirano-Ambilobe, la zone du socle et du massif de l’Ankarana et la partie
littorale.

La partie septentrionale : Située à l’extrême Nord de Madagascar, la ville d’Antsiranana constitue à


elle seule un premier ensemble avec le massif d’Ambre et la Bobaomby. La presqu’île de Bobaomby
est formée essentiellement de sols ferrugineux sur basaltes pliocènes portant une épaisse savane
favorable à l’élevage bovin. Seuls deux villages, Anjiabe et Andranovondronina, concentrent l’es-
sentiel de la population dont l’activité est l’élevage bovin. La riziculture est une activité secondaire.
Le réseau de communication se résume à des sentiers et pistes praticables en saison sèche.

Dans la montagne d’Ambre, les sols ferralitiques sur vieux basaltes sont épais et ce sont essentielle-
ment des sols bruns rouges à bruns jaunes constituant de bons terrains de culture. Les sols minéraux
bruts qu’on rencontre sur le sédimentaires et les terrains volcaniques sont inaptes à la culture.

25
Les deux versants du massif de l’Ambre sont très opposés :

A l’Ouest, la principale activité est la riziculture associée à l’élevage bovin. Les routes sont qua-
si-inexistante à part l’axe Antsiranana/Andranofanjava (praticable 5 mois sur 12).

A l’Est, l’activité traditionnelle repose sur la riziculture et l’élevage, mais la proximité du marché
urbain a permis le développement des cultures maraîchères, ce qui lui confère une forte originalité.
Le réseau routier et l’existence d’Antsiranana expliquent la relative importance des échanges et
du peuplement (Communes Anivorano  : 42  hab/km², Mahavanona  : 39,5  hab/km², alors qu’à
Andranofanjava : 1,5 hab/km²).

a)  Le triangle Nosy Be - Sambirano – Ambilobe


Les terres y sont particulièrement riches : sols de deltas et sols noirs de décomposition de cendres
volcaniques. Tout cet ensemble a pour vocation l’agriculture. Les cultures commerciales s’y prêtent
bien avec l’installation de la SIRAMA. La zone bénéficie d’un réseau de voie de communication
dense et une circulation bien supérieure à l’ensemble de l’île.

b)  La zone sous-peuplée du socle et du massif de l’Ankarana


Limitée au sud par le massif de Tsaratanana, elle englobe le massif de l’Ankarana et d’Analamerana.
Les quelques villages qui y existent vivent pratiquement en autarcie. Les bonnes terres de culture sont
très rares et la riziculture se pratique en saison des pluies dans les bas-fonds ou sur certaines pentes.

Du fait d’un relief tourmenté et très sensible au ravinement, la construction d’une route ou même
d’une piste serait une entreprise onéreuse.

c)  Le littoral
La côte allant de la presqu’île d’Ampasindava jusqu’à Irodo mesure 450  km de longueur. Dans
l’ensemble, le littoral est très découpé et présente de nombreuses baies parmi lesquelles celle
d’Antsiranana, l’une des plus vastes sinon des plus belles baies du monde (plus de 250 km²). Les
produits halieutiques représentent leurs seules ressources et la pratique de la riziculture y devient
un phénomène exceptionnel. La population se procure du riz en l’achetant au troc dans les vil-
lages de l’intérieur. Le relief du littoral oppose l’Ouest, qui se compose de grands deltas et de la
côte rocheuse de la montagne d’Ambre, et l’Est, formé essentiellement par un bourrelet dunaire
plus ou moins large. Deux ensembles deltaïques occupent le littoral de l’Ouest : au Sud, le delta
du Sambirano (250 km²), au Nord, le delta de la Mahavavy (500 km²) et son annexe le delta de
l’Ifasy (70 km²).

I.1.4.  Hydrologie

Trois grands ensembles de cours d’eau caractérisent le paysage hydrographique de la région : ceux
de la montagne d’Ambre, ceux du Tsaratanana et les rivières du versant oriental.

a)  Les rivières du Tsaratanana :


–– le Tsaratanana est le principal château d’eau de la région. Les trois principaux cours d’eau de
la zone : le Mahavavy, le Sambirano et le Ramena, y prennent leur source ;

26
Carte 3.  Carte hydrographique de la Région DIANA

Légende
!
( Chef Lieu de Région
( Chef lieu de District
!
¯
Région Diana
Régions limitrophes
Hydrographie
Fleuve
Cours d'eau permanent
Cours d'eau temporaire Antsiranana
!
(

na

na
e
Sa h a r

IRODO

B
n
na

o ba
hi

vy
Sa

ki
de

n
an

dr
om

o
n
d ra

Irodo
An rev
o
A nd
evo LO IA
K
MA dr
MA NA An ta
ra
H Amb a r a

K IA
NJ
EB
AV

O
AV

L
A
Y

LO
Ambilobe !
Ma

K IA
na

ia
Lok
IFA
nje

Andoany SY
ba

(Hell-Ville)
IFA

Ma n atsia

(
!
Ant s
Y S
SY

an b
IFA

je a
i

a
oan
be

Y
K ongo
rafia

Ambanja
z

AS
Am ba

IF
(
!
And

rony
ry

a ko
dr
gy

an Ra
Am o h
n

me
po
B

na
am

i
Be

pa
Ma h av

r i vo
to

ga
on

avy
an

Sambir
an o
M

mb
Sa
SAVA
irano

ira
no
S am b

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

27
–– le Mahavavy mesure 165  km de long pour un bassin versant de 3 300  km². Il reçoit deux
affluents importants de rive droite  : l’Ambohipato (25  km) et l’Antsiatsia (60  km). Il prend sa
source dans l’Andohanisambirano. Ce dernier se situe au sud de Maromokotra, vers 2 300 m
d’altitude ;

–– le Sambirano mesure 124  km de long pour un bassin versant d’environ 2 800  km². Il reçoit
un seul affluent important : la Ramena, dont la longueur est de 80 km et dont le bassin versant
couvre 1 080 km². Il prend sa source sur le versant sud du Maromokotra vers 2 500 m d’altitude.

b)  Les rivières de la montagne d’Ambre


Les rivières sont pour la plupart courtes, leurs vallées sont rectilignes, étroites et encaissées, leur profil
en long est tendu. Leurs affluents sont peu nombreux et insignifiants. Les principales sont la Saharenana,
52 km de long avec un bassin versant de 140 km² et l’Irodo.

c)  Les rivières du versant Est


Les principales rivières du versant Est sont la Manambato (90 km) et la Loky (70 km). Elles coulent
toutes les deux dans la zone dénudée du socle et leur régime est directement lié aux précipitations.
Elles sont pratiquement à sec d’avril à décembre. Les caractéristiques communes des rivières de la
zone sont des pentes considérables, des crues violentes, mais brèves.

A Nosy Be, les rivières sont surtout utilisées pour l’irrigation de la culture des cannes à sucre de la
société SIRAMA (rivières de Dzamandzar, Ambaribongo, Ambalamanga, Antsahahely), pour l’ex-
traction d’huile essentielle de la distillerie (rivières de Djabala) et pour l’approvisionnement en eau
de certaines localités (source de Lokobe).

I.1.5.  Pédologie

Différents types de sols sont présents dans la région de DIANA :

–– les sols à quioxydes sont constitués par les sols ferralitiques et sols ferrugineux ;

–– l es sols ferralitiques d’origine volcaniques basiques (basaltes) se rencontrent surtout dans les
massifs, les flancs et les plateaux d’Ambre et aussi sur les îles de Nosy-Be, Nosy Komba, la
presqu’île d’Ampasindava ;

–– c e sont des sols riches ayant plusieurs vocations dont la plupart sont destinés actuellement à la
culture de légumes, fruits, riziculture, cultures industrielles et de rente ;

–– l es sols ferrugineux se localisent sur basaltes : le pourtour de la Montagne d’Ambre et sur la


basse altitude d’Antsiranana, sur les grès des plateaux de Sahafary et sur le sable dunaire de
l’Est ;

–– c es sols ne sont pas propices à la riziculture irriguée et souvent réservés au boisement et aux
cultures fruitières ;

–– l es sols peu évolués se localisent dans les vallées et les deltas des rivières (Mahavavy,
Mananjeba, Ifasy, Sambirano, etc. ...) ;

28
Carte 4.  Carte pédologique de la Région DIANA

Légende
!
( Chef Lieu de Région
( Chef lieu de District
!
¯
Région Diana
Régions limitrophes
Pédologie
Association sols ferralitiques jaune/rouge+rouge
Complexe lithosols et sols peu évolués
Complexe sols ferrugineux tropicaux et peu évolués Antsiranana
Complexe sols ferrugineux tropicaux !
(
et sols rouges méditerranéens
Sols brun eutrophes
Sols calcimorphes
Sols faiblement ferralitiques et ferrisols
Sols ferralitiques jaune/rouge
Sols ferralitiques rouges
Sols ferrugineux tropicaux
Sols hydromorphes (organiques et minéraux)
Sols peu évolués et rankers
Sols salés et mangrove

Ambilobe
!
(
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja
!
(

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

29
–– ces sols alluviaux de constitutions différentes (sablo-limoneux, limono-sableux, limono-argileux)
forment des zones sédimentaires très riches, exploitées pour les cultures industrielles (canne à
sucre, tabac, coton, riz, cacao, café, etc. ...) ;

–– l es sols hydromorphes situés dans les zones marécageuses, les dépressions et les cuvettes sont
surtout exploités pour la riziculture de 2e saison et la culture de tabac ;

–– les sols halomorphes, à cause de la haute teneur en sodium.

I.1.6.  Géologie

Le socle ancien, formé de terrains cristallins et cristallophylliens, peut constituer des reliefs impor-
tants, tels que le massif du Tsaratanana (2 876 m), point culminant de l’île (carte n °2).

Les terrains sédimentaires forment, le long de la côte Ouest, une bande de largeur variable. En effet,
en certains points, des bombements du socle ramènent les terrains cristallins au voisinage du canal
du Mozambique. Cette couverture sédimentaire forme un système de cuesta dont la plus importante
est celle des grès de l’Isalo qui, dans la région, porte le nom de chaîne de Galoka. La seconde et
troisième cuesta, constituées par des calcaires jurassiques et des grès crétacés, apparaissent surtout
dans le Nord-est de l’île. Entre ces reliefs et la côte s’étendent les plaines alluviales de la Mahavavy,
de l’Ifasy et du Sambirano, dont la largeur varie de 10 à 30 km.

Les formations sédimentaires ont été affectées par des intrusions éruptives post-liasiques représentées
par des granites alcalins et des syénites néohelléniques. Ces roches ont provoqué des déformations
locales et peuvent constituer des reliefs importants tels que les massifs de Lokobe et Befotaka à
Nosy-Be, l’île de Nosy-Komba, les monts d’Ankify et du Sambirano et les intrusions de la Presqu’île
d’Ampasindava.

Enfin, l’activité volcanique s’est développée depuis le Miocène jusqu’au Quaternaire récent, et se
traduit par des projections et des coulées essentiellement de nature basaltique. Ainsi, la Montagne
d’Ambre, avec ses 1 475 m, domine le Nord de Madagascar. L’archipel des Mitsio est également
constitué d’îles et d’îlots essentiellement basaltiques, dont les côtes escarpées en falaises contrastent
avec les côtes basses bordées de palétuviers des plaines deltaïques et des baies. Enfin, de nombreux
cratères sont apparus au Quaternaire récent dans la partie occidentale de Nosy-Be, qui est couverte
d’une épaisse couche de cinérites et de lapilli.

Si les directions tectoniques générales du socle cristallin sont Est-Ouest, les directions de fracture
correspondant aux mouvements ayant affecté à la fois le socle et la couverture sédimentaire peuvent
être classés en deux systèmes qui caractérisent l’ensemble de Madagascar.

a)  Le système « Côte Est »


Cette direction est parallèle à la Côte Est de Madagascar, dont le tracé, rectiligne sur 1.100 km,
est attribué à une fracture majeure de l’écorce qui se traduit notamment par un fort gradient gra-
vimétrique. A ce système appartiennent la zone de fracture du contact socle-sédimentaire, la faille
d’Ambilobe et enfin les failles de l’Ankarana, dont la plus remarquable est celle de l’Ankarana qui
effondre le bathonien avec un rejet de plus de 200 m et qui se prolonge peut-être vers le sud par les
failles de Jangoa, Ankaramy et Maromandia.

30
Carte 5.  Carte géologique de la Région DIANA

Légende
!
( Chef Lieu de Région
( Chef lieu de District
!
¯
Région Diana
Régions limitrophes
Géologie
KARROO Isalo
Miocène marin
Nummulitique Antsiranana
Permotrias marin !
(
Système du Graphite
Volcanisme néogène à quaternaire
Alluvions, sables
Crétacé
Granites
Granites et Migmatites des tampoketsa
Infra-Graphite : Groupe d'Ambodiriana
Jurassique

Ambilobe
!
(
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja
!
(

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

31
b)  Le système « Mozambique »
Il s’agit de fractures NNW-SSE dont les plus remarquables sont constituées par le graben de
Sambirano et les fractures transversales du plateau de l’Ankarana.

Les failles du système « Côte Est » contribuent à une descente en gradins vers le Canal du Mozambique,
l’ensemble formant une zone flexure opposant la zone côtière, en voie de subsidence, au massif du
Tsaratanana, en voie de soulèvement.

I.1.7.  Formation végétale

Les formations végétales épousent les conditions climatiques et édaphiques du milieu. On y


rencontre une grande diversité des formations forestières, de la formation ombrophile à la
formation xérophytique, en passant par tous les stades intermédiaires à savoir :
–– l es formations ombrophiles primaires se localisent dans les régions à forte pluviométrie
(P>2  000  mm) où la saison sèche est inexistante ou peu marquée. Il s’agit de la Montagne
d’Ambre, du Sambirano et du Tsaratanana ;

–– les formations ombrophiles secondaires peu dégradées sont proches de la forêt primaire (de type
Nosy-Komba) ou typique de la dégradation par les feux (type Galoka). Les forêts galeries sur
le socle et de la montagne d’Ambre sont des formations secondaires plus ou moins dégradées ;

–– l es forêts sèches sont développées sur les basaltes récents de la Montagne d’Ambre et le Nord-
est du plateau de Sahafary, ainsi que sur la presqu’île d’Ambato ;

–– les forêts xérophiles sont constituées par les forêts sur les dunes anciennes et la végétation des
massifs calcaires. La sécheresse édaphique entraîne une accentuation de la netteté du cycle
végétatif.

Les savanes qui sont de divers types :

–– l es formations herbeuses constituées d’un tapis graminéen plus ou moins dense où dominent les
espèces vivaces ;

–– l a savane - parc à palmiers sur terrains sableux de la côte Est, de la presqu’île d’Orangea à
Vohémar ;

–– la savane arborée où l’élément dominant est l’herbe.

La végétation des alluvions et des zones inondables :

–– l es berges des rivières et les bas-fonds inondés en saison des pluies où des plantes adventices
caractéristiques des jachères apparaissent en saison sèche ;

–– les berges d’alluvions argilo-sableuses où les espèces assurent une bonne fixation des sols
(Mimosa lantispinosa-Mimosa pudica) ;

–– la végétation des sables littoraux où domine une végétation spécifique plus ou moins halophile
et xérophile (Spomea, lianes rampantes).

32
Carte 6.  Couverture forestière de la Région DIANA

¯
Légende
Région Diana Forêts ripicoles
Régions limitrophes Forêts sclérophylles de montagne dégradées et/ou secondaires
Autres ou mélangées Forêts sèches série à Dalbergia,Commiphora et Hildegardia dégradées
Cacao Forêts sèches série à Didieraceae dégradées et/ou secondaires
Canne à sucre Fourrés sclérophylles de montagne
Formations marécageuses Fourrés xérophiles
Forêts claires sclérophylles de moyenne altitude Fourrés xérophiles dégradées et/ou secondaires
Forêts denses humides sempervirentes de basse altitude Girofle
Forêts denses humides sempervirentes de moyenne altitude Hors zone
Forêts denses sclérophylles de montagne Mangroves
Forêts denses sclérophylles de moyenne altitude Mosaïque de cultures , jachère , lambeaux forestiers
Forêts denses séches série à Dalbergia,Commiphora et Hildegardia Non classifié/nuage(ombre)
Forêts denses séches série à Didieraceae Nuage
Forêts humides sempervirentes dégradées et/ou secondaire de moyenne
Peuplements d'Eucalyptus
Peuplements d'anacardiers
Peuplements de Pins
Peuplements mélangés
Plans d'eau
Prairies altimontaines , savanes et/ou pseudosteppes avec éléments Antsiranana
Prairies altimontaines , savanes et/ou pseudosteppes sans éléments !
(
Prairies côtières , savanes et/ou pseudosteppes avec éléments
Prairies côtières , savanes et/ou pseudosteppes sans éléments
Rizières
Savanes et/ou pseudosteppes avec éléments ligneux
Savanes et/ou pseudosteppes sans éléments ligneux
Sols nus et sables
Surfaces bâties
Sisal
Forêts humides sempervirentes dégrad‚es et/ou secondaires de basse *
Forêts littorales

Ambilobe
!
(
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja SAVA
!
(

SOFIA
0 25 50
Km

Source : FTM 2000

33
I.1.8.  Climatologie

En général, la région est soumise à un climat de type tropical caractérisé par une alternance d’une
saison fraîche et sèche de mai à novembre et d’une saison humide et chaude à partir de décembre.

a)  Température
Les températures moyennes annuelles de la région sont relativement élevées toute l’année. Pour les
stations situées au bord de la mer, les moyennes annuelles oscillent entre 25 °C pour Ambanja et
20 °C à 26 °C pour Antsiranana.

L’amplitude thermique est dans l’ensemble faible, celle-ci augmente avec l’altitude et lorsqu’on s’éloigne
de la côte. En effet, les amplitudes annuelles sont comprises entre 5,3 °C pour Antsiranana, 4,6 °C
pour Ambanja et 4,8 °C pour Ambilobe. Les mois les plus frais sont juillet et août (Ambanja 23,5 °C,
Antsiranana 25,1 °C et Ambilobe 24,5 °C). Les mois les plus chauds sont mars et avril (Antsiranana
28,3 °C, Ambilobe 28,3 °C et Ambanja 27,1 °C).

A Ambahivahibe, situé à 370 m d’altitude, la température moyenne tombe à 23,8 °C alors qu’aux
Roussettes, à 1 000 m d’altitude, la moyenne est de 17,6 °C et le mois le plus chaud n’atteint que
21,7 °C, ce qui fait qu’en saison sèche, la température nocturne tombe à 7 °C.

b)  Pluviométrie
Dans l’ensemble, les totaux pluviométriques et la répartition des pluies font apparaître une opposi-
tion entre quatre secteurs principaux : côte Ouest, côte Est, montagne d’Ambre et zone de socle.

A l’Est, du Nord au sud, on note une augmentation du total pluviométrique (Nosy Ankao : 1 295
mm, Antsiranana : 987 mm, cap d’Ambre : 985 mm), jointe à une diminution de la longueur de la
saison sèche.

A l’Ouest, du cap d’Ambre à la presqu’île d’Ampasindava, on observe un phénomène identique à


celui de la côte est : augmentation du total pluviométrique vers le sud et réduction de la durée de
la saison sèche.

La quantité totale dépasse 1 500 mm au sud de l’Ankarana, tandis qu’Ambilobe avec 1870 mm ne
compte que 86 jours de pluie avec un minimum de 55 jours et un maximum de 118 jours. Ambanja,
avec un total de 2 171 mm réparti sur 130 jours, est à la limite du climat tropical humide.

I.1.9.  Sauvegarde de l’environnement

a)  Etats des lieux


La région dispose d’une importante superficie de forêt protégée représentant 461 milles hectares,
soit 22 % de la superficie totale de la région. La moitié de la superficie se trouve dans le district
d’Ambilobe. Le district d’Antsiranana II détient la seconde superficie en termes de superficie de forêt
protégée. Les données sur la superficie de forêt détruite annuellement ne sont pas disponibles mais
il convient de noter que selon le phénomène existe dans la région.

34
Carte 7.  Carte climatologique de la Région DIANA

¯
Légende
(
! Chef Lieu Région
( Chef Lieu District
!
Région Diana
Régions limitrophes
Température
Antsiranana
15°< t < 20° (
!
0°< t < 15°
t < 20°

Ambilobe
(
!
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja
(
!

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

35
Tableau 2.  Superficie de forêt existante, protégée et forêt détruite dans la région de DIANA
Unité : ha
District Superficie de forêt existante Superficie de forêt protégée Superficie de forêt détruite
Ambanja nd 0 nd
Ambilobe nd 245 741 nd
Antsiranana I nd nd
Antsiranana II nd 107 535 nd
Nosy Be nd 317 nd
Total nd 461 128 nd
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

La déforestation provient généralement du nettoiement, de carbonisation, de renouvellement de


pâturage, de défrichement et de mécontentements sociaux. Les feux sont par ailleurs difficilement
maîtrisables à cause des facteurs climatiques favorisant la propagation des feux à savoir le « vara-
traza » (vent) et la longue saison sèche notamment dans la pointe Nord d’Antsiranana et d’Ambi-
lobe. Ces déforestations conduisent à la dégradation des bassins versant entraînant la baisse de la
fertilité du sol, l’ensablement des rizières et le changement des lits des rivières.

Tableau 3.  Superficie de terrain en proie au feu de brousse et reboisés - Zone de conservation
Unité : ha
District Superficie de terrain en proie au feu de brousse Superficie de terrain reboisée
Ambanja nd 131
Ambilobe 687 929
Antsiranana I 5 193
Antsiranana II 1 877 264
Nosy Be 0 210
Total 2 569 1 727
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

b)  Problèmes environnementaux1


Les problèmes régionaux semblent déboucher sur l’impasse. Et les effets ont suscité de graves
inquiétudes. Les observations faites ci-dessus laissent à penser que les initiatives prises à l’échelle
régionale, les programmes et projets visant l’amélioration de l’environnement de la population, ses
moyens d’existence et ses conditions de vie n’étaient pas efficaces.

Tous les paysages endémiques de la région sont soumis tous les ans aux activités destructrices de
l’homme qui nuisent non seulement aux ressources naturelles locales mais ont des effets pervers sur
le système écologique.

Cette dégradation est due notamment aux faits suivants :

–– l es forêts naturelles et les aires reboisées sont exploitées de manière destructive et souvent illicite
pour la production de bois d’œuvre et de bois d’énergie (charbon de bois et bois de chauffe).
Les superficies reboisées sont loin d’être proportionnelles à celles exploitées et déboisées ;

1
  Source : ONE/ PNAE, TBE ou Tableau de Bord Environnemental, 2005

36
–– l es pratiques culturales itinérantes ont recours au défrichement des forêts naturelles. Les
superficies forestières converties en parcelles agricoles n’ont pas la possibilité de se
régénérer car elles sont périodiquement cultivées jusqu’à leur épuisement total ;

–– les feux de brousse ont freiné la régénération naturelle des forêts détruites. Les exploi-
tants forestiers, souvent des non professionnels, ne respectent pas les conditions et
clauses d’exploitation.

Le manque de contrôle et de suivi augmente les exploitations illégales et la circulation des produits
illicites au détriment des formations forestières même de faible production. Le phénomène de déboi-
sement atteint son apogée et porte atteinte aux efforts de développement pour l’amélioration de la
production agricole et pour la préservation de l’environnement forestier et l’équilibre écologique.
Les impacts de ces dégradations ont commencé à se faire sentir aussi bien sur le climat que sur la
productivité du sol dans la région.

De plus, on réalise aujourd’hui que l’environnement urbain a été passablement négligé. Les villes qui
concentrent les 20 % de la population, connaissent de graves problèmes d’assainissement et d’ad-
duction d’eau, de traitement des déchets ménagers et hospitaliers, de gestion des risques industriels,
de pollution atmosphérique. Les prélèvements opérés sur les nappes phréatiques dans un rayon de
60 km autour des agglomérations dépassent leurs capacités de recharge. Il serait toutefois hasar-
deux de tenter les quelques initiatives en cours pour un gage d’efficacité accru.

I.2.  Cadre administratif

I.2.1.  Généralités sur les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD)


et les Services Techniques Déconcentrées (STD)

a)  Définition d’une Collectivité Territoriale Décentralisée (CTD)


Une collectivité territoriale décentralisée est une portion du territoire national dans laquelle l’en-
semble de ses habitants électeurs de nationalité malagasy dirige l’électivité régionale et locale en
vue de promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique et tech-
nologique de sa circonscription. Elle assure, avec le concours de l’Etat, l’aménagement du territoire,
la protection de l’environnement, la sécurité publique et l’administration, l’amélioration du cadre de
vie ainsi que la préservation de son identité. Elle est dotée de la personnalité morale et de l’autono-
mie financière2.

b)  La région
D’après la loi 2004-001 du 17 juin 2004, Madagascar est subdivisé en 22 régions.

2..Source : journal officiel n °C 2304 du 05 06 .95 p 1197 vm et 1247 vf, édition spéciale.

37
Carte 8.  Carte administrative de la Région de DIANA

Légende
!
(
(
!
Chef Lieu de Région
Chef Lieu de District
¯
!
( Chef lieu de Commune
Région Diana
Limite District
Limite Communale
Anjiabe
Régions limitrophes !
(

Ramena
Antsiranana
!
(
Mangoaka
!
(
!
(
!
(
Antsahampano

!
(
Antanamitarana
Sud
Sakaramy
Andranofanjava !
( Mahavanona
!
(
!
(Joffreville
Mahalina !
( Andrafiabe
!
( !
(
( Anketrakabe
!
Antsalaka
Bobakilandy Atm.
!
( !
!
( (
Sadjoavato! ( Ankarongana
Anivorano
Misorolava Avaratra ! (
!
( !
( Antsoha
Bobasakoa
!
(
!
( Ambondrona

Antsohimbondrona Antsaravibe
!
(
(Seranana)
!
( ( Tanambao-Marivorahona
!

Mantaly Betsiakabe
Ambodibonara ( !
! ( !
(
Ampondralava
!
(
(
! Ambakirano
!
Ambilobe
(
( Anjiabe
!
Bemanondrobe
!
( Ambony
Djamandjary Beramanja
!
(
!
( Ambatozavavy Antafiambotry (Ambatoben'Anjavy
!
!
( !
(
!
(
Andoany !
(
Antsatsaka
(Hell-Ville) Maherivaratra
!
( !
(
Ambarakaraka
Anaborano
!
(
Ambalahonko
!
(
!
( !
( Antsakoamanondro
Bemanevika !
(
(Ambanja
!
(
Ankatafa
Antsakatsaka !
!
Antranokarary Manambato
!
( !
( !
Ambaliha Benavony Ambodimanga
( (
!
( Djangoa !
(
Ankingameloka
!
(
!
( Bemaneviky
Antsirabe !
(
!
( Maevatanana
Anorontsangana !
( (Ambohimarina
!
!
(
Marovato !( Ambodimanga
!
(
Marotolana
!
(

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

38
Elle se définit comme étant une collectivité publique à vocation économique et social, la
région dirige, dynamise, coordonne et harmonise le développement économique et social
de l’ensemble de son territoire. Elle assure la planification, l’aménagement du territoire et
la mise en œuvre des actions de développement.

La région est à la fois une collectivité territoriale décentralisée et une circonscription


administrative.

En tant que Collectivité Décentralisée, elle dispose de la personnalité morale, de l’autonomie finan-
cière, et s’administre par des conseils régionaux.

En tant que circonscription administrative, elle regroupe l’ensemble des services déconcentrés de
l’Etat au niveau régional.

La région de DIANA est composée de 5 districts à savoir Ambanja, Ambilobe, Antsiranana I,


Antsiranana II et Nosy Be. Elle est composée de 61 communes et de 533 fokontany. Elle est dirigée
par le Chef de région.

La région harmonise, coordonne le développement des communes dans leur territoire3 .

Les districts

Le décret de création des districts stipule : Le district est une circonscription administrative relevant
de la région dont les limites territoriales coïncident avec celles des anciennes sous préfecture, ex
fivondronampokontany. Il comprend un ou plusieurs arrondissements administratifs.

Les chefs de districts et leurs adjoints sont nommés par l’Etat central.

Les communes4

La commune est une collectivité décentralisée de base au même titre que la région. Elle est une
collectivité locale de droit public dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière
et administrative. Ses organes, le maire et les conseillers sont élus au suffrage universel direct et
administrent librement la commune. La Région DIANA est composée de 61 communes.

Les fokontany5

Le fokontany est une subdivision administrative de base au niveau de la commune. Le comité du


fokontany dirigé par son président est l’auxiliaire du chef d’arrondissement, dans ses attributions
administratives et fiscales Les habitants du fokontany constituent le «Fokonolona».

Le fokontany, selon l’importance des agglomérations, comprend des hameaux, villages, secteurs ou
quartiers.

Les CTD sont dotées de l’assemblée délibérante dénommée conseil (conseil régional pour les régions,
conseil municipal pour les communes urbaines, conseil communal pour les communes rurales) et
d’un bureau exécutif.

3. Source : loi 2004-001 du 11 juin 2006


4. Source : Loi 94-007 du 26 avril 1995
5. Source : décret 2007- 151 du 19 février 2007

39
I.2.2.  Découpage Administratif

Les districts de la région de DIANA sont composés en moyenne de 12 communes avec un maxi-
mum de 23 communes en 2009 pour le district d’Ambanja et 21 pour Antsiranana II pour la même
année. Antsiranana I étant le Chef lieu de région et chef lieu de province, il est en même temps une
commune et un district. De même, Nosy Be qui est une île sur la partie Ouest de la région est en
même temps un district et une commune.

Quant aux fokontany, chaque district possède en moyenne 107 fokontany et chaque commune en
moyenne 9 fokontany. Le rang en termes de fokontany et de nombre de communes des différents
districts de la Région DIANA est quasi similaire avec un maximum de 177 à Ambanja. Ambilobe
détient le deuxième nombre de fokontany le plus élevé malgré un nombre plus faible de communes.

Par rapport à la superficie totale de la région de DIANA qui est de 20 942 km2, un fokontany a en
moyenne une superficie de 39,3 km2.

Tableau 4.  Découpage Administratif et territorial de la région


Unité : nombre
District Nombre des communes Nombre des fokontany en 2009 Nombre des fokontany en 2012
Ambanja 23 177 187
Ambilobe 15 161 174
Antsiranana I 1 24 25
Antsiranana II 21 139 162
Nosy Be 1 32 40
Total 61 533 588
Source : MEI/ CREAM Monographie 2009

I.2.3.  Les Services Territoriaux Déconcentrés

Etant un ancien chef lieu de province, presque tous les services techniques des ministères sont
présents dans la région. Ci-après une liste indicative de ces services suivant la situation de l’année
20096:

–– Direction Régionale du Développement Rural de DIANA ;

–– la Circonscription des Eaux et Forêts ;

–– l’ANAE, l’ANGAP, l’ESFUM, le CAPE, l’ONE en tant qu’Agences d’Exécution ;

–– Direction Régionale de Décentralisation ;

–– Préfecture ;

–– Justice ;

–– Direction Régionale de Développement Sanitaire,

6  En 2012, la préfecture ne figure plus dans la liste des services territoriaux déconcentrés. Les services techniques des
ministères ci mentionné sont étoffé de celui de la Gendarmerie Nationale, la Direction inter-régional de l’Administration
territoriale, le service des impôts, la direction du transport, la Direction de l’Éducation Nationale le FOP, Aménagement
de territoire, La Météorologie, Enseignement technique et formation professionnel, jeunesse et loisir, tourisme et artisa-
nat, etc.

40
–– Direction de la Santé publique ;

–– Direction Régionale de l’Administration Pénitentiaire ;

–– Postes et Télécommunications ;

–– Trésor Principal ;

–– Service du Contrôle des Dépenses Engagées ;

–– Commissariat de Police ;

–– Brigade de la Gendarmerie ;

–– Service de Centre Fiscal ;

–– Service des Travaux Publics ;

–– Service du Génie civil ;

–– Service du Commerce ;

–– Direction Régionale de l’Information, de la Culture et de la Communication ;

–– Direction Régionale de la Population, de la Condition Féminine et de l’Enfance ;

–– Direction Régionale de la Jeunesse et Sports ;

–– Direction Régionale de l’Industrie et des Mines ;

Photo 1.  Bureau du district d’Ambilobe

41
–– Direction Régional du Tourisme ;

–– D
irection Régionale des Travaux Public, de l’Aménagement du Territoire, des Transports et de la
Météorologie ;

–– Direction Régionale de l’Économie, des Finances et du Budget ;

–– Direction Régionale de l’Enseignement Secondaire et de l’Éducation de Base ;

–– Circonscription scolaire (CISCO) ;

–– Direction Inter-régional de l’Administration Territoriale ;

–– Service des Impôts, Service de Transport ;

–– Direction de l’Éducation Nationale, FOP, Aménagement des territoires, Météorologie ;

–– Enseignement Technique et Formation Professionnel ;

–– Jeunesse et Loisir, Tourisme et Artisanat

Graphique 1.  Organigramme de la Région DIANA

RÉGION DIANA

Services Techniques
Déconcentrés

District District District District District


d’Ambanja d’ Ambilobe d’Antsiranana I d’Antsiranana II de Nosy Be

23 communes 15 communes 1 commune 21 communes 1 commune

177 fokontany 161 Fokontany 124 Fokontany 139 fokontany 32 Fokontany

42
Chapitre II
La population
II.1.  Etat de la population

La population joue toujours un double rôle dans le processus de développement d’une


région donnée. Tout en étant les bénéficiaires sur lesquels on fixe les objectifs, elle constitue
aussi une importante ressource pour y parvenir. L’analyse de la structure de la population,
de sa mobilité, de ses conditions de vie liées surement à sa culture permet d’avoir, d’une
part, une idée d’ensemble des efforts à entreprendre pour un développement équilibré, et
d’autre part des ressources humaines dont la région dispose pour les réaliser.

II.1.1.  Population totale

La population de la région de DIANA représente 3,2 % de la population de Madagascar. Les dis-


tricts d’Ambilobe et d’Ambanja sont la résidence de plus de la moitié de la population de la région.
Mais il faut aussi noter que la superficie de ces deux districts représente plus de la moitié de celle
de la région. Antsiranana I qui est le chef lieu de région représente 13,8 % de la population de la
région, alors qu’il couvre moins de 1 % en termes de superficie. Cela reflète la différence entre la
densité de la population dans les grands centres urbains et les autres districts qui sont majoritaire-
ment ruraux.

Tableau 5.  Structure de la population dans la Région DIANA


District Part dans la population de la Région DIANA Part dans la population totale de Madagascar
Ambanja 27.3 0.9
Ambilobe 35.3 1.1
Antsiranana I 13.8 0.4
Antsiranana II 14.5 0.5
Nosy Be 9.2 0.3
Total 100.0 3.2
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Selon les résultats de la dernière Enquête Périodique auprès des Ménages de 2010, la taille moyenne
des ménages dans la région est de 3,6. Cette moyenne est significativement inférieure par rapport
au niveau national. Inhabituellement, les tailles moyennes en milieu urbain et en milieu rural sont
similaires pour la région. La grande différence par rapport au niveau national se situe ainsi surtout
en milieu rural.

Tableau 6.  Taille moyenne des ménages selon les milieux de résidence
Unité : Individu
Urbain Rural Ensemble
DIANA 3,6 3,5 3,6
Madagascar 4,5 4,9 4,8
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

45
II.1.2.  Composition et caractéristiques démographiques de la population

a)  Répartition par milieu (urbain, rural) de la population


Comme dans le cas de Madagascar dans son ensemble, la population de la région de DIANA est
majoritairement rurale. Les individus vivant en milieu rural représentent 63,7 % de la population de
la région. Toutefois, cette proportion est largement plus faible que celle prise au niveau nationale
qui se situe à 79,7 %. Cette large différence se justifie par l’existence de plusieurs pôles urbains à
forte densité dans la région comme Antsiranana I, le Chef lieu de région et Nosy Be qui est une ville
touristique. Cet aspect urbain plus développé doit pousser les dirigeants à se pencher plus sur les
problèmes d’urbanisation et des défis y afférents, comme la sécurité, la délinquance juvénile et la
santé de reproduction des adolescents.

Tableau 7.  Répartition par milieux de résidence de la population


Unité : %
Urbain Rural Ensemble
DIANA 36.3 63.7 100.0
Madagascar 20,3 79,7 100,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

b)  Répartition par sexe de la population


La population féminine est majoritaire dans la région. Le rapport de masculinité se situe à 92,8 %
pour l’ensemble de la région. L’écart est plus prononcé en milieu rural avec 91,2 % contre 95,7 %
en milieu urbain. Ces proportions sont plus faibles qu’au niveau national. Cela reflète une plus
grande mobilité des hommes de cette région. Par ailleurs, l’écart n’est pas encore à un niveau qui
pourrait engendrer un déséquilibre social, comme le manque de mains d’œuvre. Toutefois, la défini-
tion des objectifs de développement doit tenir compte de cette structure de la population notamment
dans la prise en compte des besoins particuliers des femmes.

Tableau 8.  Rapport de masculinité selon le milieu de résidence


Unité : %
Urbain Rural Ensemble
DIANA 95.7 91.2 92.8
Madagascar 97,1 98,3 98,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

c)  Caractéristiques démographiques


Natalité et fécondité

L’indice synthétique de fécondité qui représente le nombre moyen d’enfants par femmes se situe
à 3,7 pour la région de DIANA selon l’Enquête Démographique et de Santé la plus récente de
2008-2009 (EDS IV). Ce nombre moyen est significativement inférieur au niveau national qui se
situe à 4,8 %. Cela justifie en grande partie la faible taille moyenne des ménages dans la région
en comparaison avec le niveau national. Par railleurs, la prépondérance de la population urbaine

46
par rapport à la situation nationale peut aussi expliquer cela. En effet, la fécondité est généralement
plus faible en milieu urbain.

De même, la proportion des femmes enceintes au moment de l’enquête est aussi plus faible que
le niveau national, avec 6,8 % contre 8,3 % au niveau national. Enfin, l’espacement des
enfants est supérieur au niveau national avec 37 mois contre 32 mois. Tous ces facteurs
contribuent logiquement à un nombre plus faible d’enfants vivants par femmes. Malgré
tout cela, la fécondité reste précoce dans la région avec un âge médian à la première
naissance de 18,5 ans contre 20,1 ans au niveau national et une proportion élevée d’ado-
lescentes déjà enceintes. Cela donne une importance particulière pour les dirigeants de la
région de considérer la santé de reproduction des adolescents dans ses priorités, surtout
dans les grandes villes touristiques comme Diégo et Nosy Be.

Tableau 9.  Fécondité des femmes âgées de 15 à 49 ans


Pourcentage Nombre moyen Pourcentage d'adoles-
Nombre de mois
Indice Syn- de femmes d'enfants nés Age médian cente de 15 à 19 ans
écoulés depuis
thétique de enceintes au vivants des à la première ayant déjà donné des
la naissance
fécondité moment de femmes de naissance naissances ou qui sont
précédente
l'interview 40-49 ans enceintes
DIANA 3.7 6.8 % 4.9 18,5 ans 37,9 mois 42.7 %
Madagascar 4,8 8,3 % 5,5 20,1ans 32,7mois 31,7 %
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

Mortalité des enfants

La mortalité des enfants est un bon indicateur pour appréhender les conditions de vie et de subsis-
tance d’une population donnée. En effet, ces indicateurs résultent de la convergence de plusieurs
facteurs liés aux conditions de vie même de la population (alimentation, hygiène de vie, condi-
tions d’existence) et des conditions d’accès aux différents services sociaux de base (existence des
infrastructures, disponibilité des services, enclavement, niveau d’instruction).

En général, tous les indicateurs relatifs à la mortalité infantile sont meilleurs dans la région si on les
compare avec le niveau national. La mortalité néonatale se situe à 20 pour mille naissances dans la
région. Ce chiffre reflète les services reçus par les gestantes et parturientes au moment de l’accou-
chement dans la région. Ce niveau est assez faible en comparaison avec le niveau de Madagascar
aussi bien en milieu rural qu’urbain. La mortalité infantile (pour les enfants inférieurs à 12 mois) est
de 33 pour milles.

Tableau 10.  Indicateurs de mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans


Unité : ‰
Mortalité Mortalité postnéo- Mortalité Mortalité infant
Mortalité juvénile
néonatale natale1 infantile juvénile
DIANA 20 13 33 23 55
Madagascar urbain 26 19 45 20 63
Madagascar rural 24 31 55 31 84
Source: INSTAT/1Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

47
d)  Composition ethnique
Selon la monographie 2003 de DIANA, les autochtones Antakarana, d’origine Arabe, empreints
de la religion islamique, peuplent la montagne rocheuse de l’Ankarana. Ils occupent la région Nord
de l’île qui s’étend d’Ambilobe au Cap d’Ambre. Les Sakalava de l’Ouest de Madagascar, conqué-
rants des Antakarana, se sont mélangés aux autochtones. D’importantes communautés chinoises,
françaises, yéménites, créoles, indiennes revendique aussi leur identité malgache dans la région.

Les principaux migrants sont  : les Tsimihety, les Betsimisaraka, les Antandroy, les Antesaka, les
Betsileo, les Bara, les Antanosy, les Sihanaka…

e)  Répartition par classe d’âge et par sexe de la population active


La répartition par âge de la population active de la région est donnée dans le tableau ci-après. La
grande partie de la population active (70,6 %) se situe entre 25 à 64 ans. En comparaison avec la
répartition au niveau national, on peut dire que les travaux des enfants sont moins fréquents dans
la région. En effet, seule 3,7 % de la population active à moins de 15 ans contre 10,1 % au niveau
national. Il faut toutefois considérer le fait que la région est fortement touristique et que les risques
de faire apparaître les pires formes de travail pour les enfants sont assez élevés.

Tableau 11.  Age moyen et répartition par tranche d’âge de la population active
Unités: nombre d’années et %
Age moyen Proportion selon la tranche d’âge (%)
(ans) 05-09 10-14 15-24 25-64 65 et plus Total
DIANA 34.9 1 2.7 21.8 70.6 3.9 100.0
Madagascar 32,1 2,9 7,2 27,4 59,6 3,0 100,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

En cohérence avec le rapport de masculinité assez faible, les femmes sont légèrement majoritaires
dans la population active de la région. Cette proportion est de 50,5 %. La situation au niveau natio-
nal est plutôt l’inverse avec une légère supériorité masculine. Cela traduit donc le fait que les femmes
ont une plus forte propension à travailler dans cette région en comparaison avec le niveau national.

Graphique 2.  Répartition par genre de la population active (%)


100
90
80
70 50,5 49,5
60
50
Femme
40 Homme
30
49,5 50,5
20
10
0,0
DIANA Madagascar
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

48
II.1.3.  Caractéristiques de la population

a)  Niveau d’instruction


En 2010, le taux d’alphabétisation des individus âgés de 15 ans et plus de la région est
de 73,2 %. Cette moyenne globale est légèrement supérieure à la moyenne nationale. Ces
chiffres sont cohérents avec la répartition de la population active dans la région. En effet,
en entrant un peu tardivement dans la population active, les enfants ont plus de chance
de rester dans le cursus scolaire entraînant à termes un meilleur niveau d’alphabétisation.
Mais cet effet ne peut jouer qu’à moyen termes.

Tableau 12.  Taux d’alphabétisation des individus âgés de 15 ans et plus, selon le milieu
Unité : %
Milieu Genre
Urbain Rural Hommes Femmes Ensemble
DIANA 82,9 67,2 77,6 69,3 73,2
Madagascar 83,7 67,8 74,9 68,0 71,4
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

Les femmes sont plus défavorisées de ce côté car le taux d’alphabétisation des adultes y est large-
ment plus faible. On peut noter aussi une large disparité en termes de milieu de résidence. Si le taux
d’alphabétisation en milieu urbain se situe à 82,9 % pour la population urbaine, il se situe à 67,2 %
en milieu rural. Ces disparités existent aussi au niveau national.

A première vue, en matière de niveau d’instruction, la population de la Région DIANA a un profil


globalement similaire à celui du niveau national. On peut noter une prépondérance des individus
ayant un niveau primaire (51,3 % au niveau national et 45,6 % pour la région). La population sans
instruction représente 35,9  % pour la région. Mais en faisant une analyse plus approfondie, on
peut conclure que le niveau d’instruction de la population est meilleur dans la région par rapport au
niveau national. En effet, pour les niveaux bas (sans instruction et primaire), la part de la population
est inférieure dans la région par rapport au niveau national. Par contre, la part des individus dans
le secondaire et de niveau supérieur est largement plus élevée.

Graphique 3.  Répartition de la population âgée de 4 ans et plus selon le niveau d’instruction

60
51,3
50 45,6

40 37
35,9
30 DIANA
Madagascar
20 16,1
9,6
10
2,4 2,1
0
Sans instruction Primaire Secondaire Supérieur

Source: INSTAT/DSM/EPM2010

49
b)  Etat de santé des enfants
Le tableau ci-après synthétise les informations sur la situation du taux de vaccination et de l’état de
santé des enfants. Les informations ont été tirées de l’EDS-IV. Selon cette enquête nationale, 61,9 %
des enfants de 12 à 23 mois ont reçu tous les vaccins et 4,2 % n’en ont reçu aucun. Cette réparti-
tion est comparable au niveau national dont les proportions sont respectivement de 61,6 % et de
13,3 %. On peut noter que la proportion des enfants n’ayant reçu aucun vaccin est plus faible dans
la région. Cela reflète la volonté des parents à vacciner leurs enfants mais la difficulté d’accès aux
services peut les empêcher de réaliser tous les vaccins.

Du fait du climat, la fièvre est la maladie la plus fréquente dans la région avec une prévalence de
10,7 %, suivie de la diarrhée (7 %) et des infections respiratoires. La prévalence des principales
maladies dans la région est comparable au niveau national.

Tableau 13.  Etat de santé des enfants1


Unité : %
Vaccinations des enfants âgés de 12 à 23 mois Enfants âgés de moins de 5 ans
Tous les vaccins Aucun vaccin Symptômes d’IRA Fièvre Diarrhée
DIANA 61,9 4,2 1,3 10,7 7,0
Madagascar 61,6 13,3 2,9 9,3 8,3
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

c)  Activité
Durant l’année 2010, dans la région de DIANA, la population active, regroupant ceux qui travaillent
effectivement et ceux qui sont à la recherche d’emploi, représente 58,0 % des individus âgés de 5
ans et plus. Ce taux d’activité est de 63,7 % au niveau national. La faiblesse de la proportion pour la
région en comparaison avec le niveau national se justifie par l’insertion plus tardive dans l’activité de
la population de la région. La différence est surtout perceptible en milieu urbain, mais en milieu rural
le niveau reste comparable. Chez les femmes, le taux d’activité est plus faible que chez les hommes.

Tableau 14.  Taux d’activité selon le milieu et selon le genre


Unité : %
Urbain Rural Masculin Féminin Ensemble
DIANA 52,7 62,4 60,2 57,0 58,5
Madagascar 60,1 64,6 65,0 62,4 63,7
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

A l’instar du taux d’activité de la population, le travail des enfants est moins fréquent dans la région
si on le compare avec le niveau national. En effet, l’incidence du travail des enfants de 5 à 17 ans
n’est que de 9,9 % dans la région contre 24,7 % au niveau national. Ce constat est valable aussi
bien en milieu rural qu’en milieu urbain. Toutefois, en termes de disparité intra-régionale, il faut noter
le grand écart entre l’incidence en milieu urbain et en milieu rural. Généralement en milieu rural,
avec les travaux dans le domaine de l’agriculture, il n’est pas rare que les enfants participent aux
activités en aidant les parents.

Selon le genre, l’incidence chez les garçons est plus élevée que chez les filles. Leurs niveaux restent
toutefois largement inférieurs au niveau national.

1 La tranche d’âge de 12 à 23 mois n’est plus une référence pour le système sanitaire. Pour la mise à jour de cette sta-
tistique il importe de considérer celui entre 0 à 11 mois.

50
Tableau 15.  Incidence du travail des enfants (âgés de 5 à 17 ans) selon le milieu de résidence et le genre
Unité : %
Milieu de résidence Sexe
Urbain Rural Masculin Féminin Ensemble
DIANA 2.5 14.3 11.0 8.7 9.9
Madagascar 17,2 26,5 26,2 23,2 24,7
Source : INSTAT/ DSM / EPM 2010

Comme dans le cas de l’ensemble de Madagascar, le secteur de l’agriculture reste le


secteur qui occupe le plus de travailleurs dans la région. L’agriculture occupe 67,4 % de
l’ensemble des travailleurs féminins et 69,3 % des travailleurs masculins. Concernant les
autres secteurs, les ventes et services sont les plus importants pour les femmes et les travaux manuels
pour les hommes. La structure de l’occupation est semblable au niveau national avec toutefois une
plus faible proportion dans l’agriculture dans la région, s’expliquant par une plus faible proportion
de la population vivant en milieu rural.

Tableau 16.  Types d’occupation des travailleurs âgés de 15 à 49 ans


Unité : %
Cadre ou technicien Ventes et Manuel Manuel non
Employé Agriculture Manquant Total
de direction services qualifié qualifié
DIANA, femmes âgées
3,5 0,3 15,4 9,6 3,6 67,4 0,2 100,0
de 15 à 49 ans
Madagascar, femmes
3,5 0,5 12,2 6,0 4,6 72,7 0,4 100,0
âgées de 15 à 49 ans
DIANA, hommes âgés
4,8 0,7 8,7 14,1 2,3 69,3 0,0 100,0
de 15 à 49 ans
Madagascar, hommes
4,5 0,5 6,6 11,2 3,1 73,7 0,4 100,0
âgés de 15 à 49 ans
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

II.1.4.  Statut de la femme

a)  Emplois et rémunérations des femmes


Dans la région de DIANA, une grande partie des femmes gagnent moins que leur mari. Cette pro-
portion est de 48,2 %. 39,4 % gagnent à peu près le même que leurs maris et 8,2 en gagnent plus.
On peut noter aussi que la proportion des maris qui n’ont pas de revenus est supérieure à celui du
niveau national avec 3,7 %.

Tableau 17.  Argent gagné par les femmes comparé à l’argent gagné par leurs maris
Unité : %
Mari/partenaire Ne sait pas/
Plus Moins A peu près le même Total
n'a pas de revenu manquant
DIANA 8,2 48,2 39,4 3,7 0,5 100,0
Madagascar 8,1 47,6 39,1 1,2 4,1 100,0
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

51
b)  Contrôle du revenu des femmes
Les femmes ont quand même leur part de décision dans l’utilisation de leurs revenus. En effet, seul
2,0 % des femmes de la région voient leurs revenus gérés principalement par les hommes. Le reste
participe à la décision bien que 62,3 % doivent en discuter avec leurs maris.

Tableau 18.  Contrôle de revenu des femmes par rapport à celui de son mari
Unité : %
Principalement Mari/partenaire Principalement
Autre Manquant Total
la femme et femme ensemble le mari partenaire
DIANA 35,3 62,3 2,0 0,0 0,5 100,0
Madagascar 32,6 62,9 3,8 0,3 0,5 100,0
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

c)  Participation des femmes dans la prise des décisions au sein du ménage
Concernant la participation dans les décisions des ménages, on peut noter une forte implication
des femmes de la région. Toutefois, les femmes sont beaucoup impliquées dans la vie quotidienne
comme les achats des besoins quotidiens et les soins de santé personnels. La proportion de celles
qui participent aux décisions sur les grosses dépenses des ménages est plus faible. La répartition
est similaire à celle du niveau national, malgré une plus forte proportion pour les femmes qui ne
participent à aucune décision.

Photo 2.  Vendeuse ambulante sur la plage de Ramena

52
Tableau 19.  Participation des femmes dans la prise des décisions au sein du ménage
Unité : %
Achats des
Soins Grosses Visite à sa Pourcentage qui Pourcentage qui ne
besoins
de santé dépenses propre famille/ participe aux participe à aucune
quotidiens
personnels du ménage parents quatre décisions des décisions
du ménage
DIANA 91.3 86.1 95.5 88.0 79.9 3.1
Madagascar 87,9 85,9 93,7 88,8 72,1 1,7
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

II.2.  Mouvements de la population


Les mouvements migratoires figurent parmi les facteurs qui influencent la dynamique d’une économie
locale. En effet, le mouvement de la population et des échanges avec les régions qui l’entourent
permettent d’équilibrer les besoins en matière de ressources humaines d’une part, et favorise la
circulation des biens et des ressources financières d’autre part. L’importance de ces mouvements
doit être tenue en compte dans l’établissement des politiques et orientations régionales pour ne pas
constituer un blocage au processus de développement.

II.2.1.  Migration interne

Dans l’ensemble, le phénomène de la migration est assez faible dans la région. En effet, selon les
réponses des informateurs clés lors de l’enquête monographique, 33 communes, soient un peu plus
de la moitié, enregistrent de faibles mouvements migratoires. En faisant une analyse spatiale, on se
rend compte que les migrations sont surtout fréquentes dans les districts d’Ambanja et d’Ambilobe.
Dans ces districts, on enregistre respectivement 6 et 5 communes connaissant une forte migration.
Dans le district d’Antsiranana II, 19 communes ont un mouvement migratoire moyen.

Tableau 20.  Nombre de communes par district selon l’importance de la migration


Unité : Effectif
Forte Moyenne Faible Total
Ambanja 6 8 9 23
Ambilobe 5 0 10 15
Antsiranana I 0 0 1 1
Antsiranana II 0 9 12 21
Nosy be 0 0 1 1
Total 11 17 33 61
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Les immigrants dans la région de DIANA proviennent surtout des autres provinces. Ils sont consti-
tués essentiellement de vendeurs ambulants ou non ainsi que de travailleurs saisonniers. 14 com-
munes ont déclaré être comme première provenance des individus venant des autres provinces. En

53
analysant la deuxième provenance, on constate aussi une prépondérance des individus venant des
autres régions de la province. En conclusion, on peut dire que les immigrants proviennent surtout
de l’extérieur de la région et le phénomène de migration intra-régional est assez limité, car il n’est
visible que dans la troisième provenance.

Tableau 21.  Nombre de communes selon les provenances des immigrants à DIANA
Unité : Effectif
Première provenance Deuxième provenance Troisième provenance Total
A l'intérieur du district 5 2 5 23
A l'intérieur de la région 1 6 14 15
Autres régions de la même province 7 14 0 1
Autres provinces 14 0 0 21
Information manquante 0 5 8 1
Total 27 27 27 61
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

II.2.2.  Immigration
L’immigration dans la région de DIANA est causée essentiellement par le manque de terrain arable.
Parmi les 27 communes qui ont donné une réponse à cette question, 13 ont souligné cette cause. Les
immigrants sont ainsi intéressés par les plaines existantes dans la région. Le manque d’opportunité
d’emploi et l’émergence de pôle de travail sont les autres causes les plus fréquemment citées. Avec
les revenus importants générés par le tourisme et les cultures de rente, les immigrants viennent surtout
pour profiter de cette demande potentielle.

Tableau 22.  Nombre de communes selon les causes de l’immigration vers DIANA
Unité : nombre
Causes de l’immigration Communes
Manque de terrain arable 13
Période de soudure 2
Manque d’opportunité locale en emploi 5
Emergence d’un pôle de travail 5
Autres 2
Total 27
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

II.2.3.  Emigration

Les questions sur les causes de l’émigration n’ont pas été renseignées lors de l’enquête monogra-
phique. Ceci peut s’expliquer par la faiblesse de son importance dans la région.

54
II.3.  Habitat

Les conditions d’habitation reflètent généralement le niveau de vie des ménages. Les habi-
tations constituent d’une part, une des réalisations des ménages, et d’autre part, un des
principaux facteurs qui conditionnent leur mode de vie. De ce point de vue, les conditions
font partie généralement de l’analyse des pauvretés non monétaires.

II.3.1.  Type d’habitation

Le tableau suivant décrit la répartition des ménages selon les types d’habitation. Comme dans le
cas au niveau national, les maisons individuelles de type traditionnel occupent la majeure partie
des habitations de la région. Toutefois, étant donné la proportion plus forte de la population de
la région vivant en milieu urbain, les parts des types d’habitation plus fréquents en milieu urbain,
comme les chambres ou les appartements, sont plus élevés qu’au niveau national. Les proportions
d’appartement et de studios sont respectivement de 8,6 % et de 10,2 % dans la région contre 4,0 %
et 8,0 % au niveau national.

Tableau 23.  Type d’habitations des ménages


Unité : %
Maison individuelle Villa de type
Appartement Studio Chambre Autres Total
de type traditionnel moderne
Région DIANA 8.6 0.2 10.2 76.7 2.9 1.4 100.0
Madagascar 4,0 0,6 8,0 85,3 1,6 0,5 100,0
Source : INSTAT/DSM/EPM 2010

II.3.2.  Caractéristiques des habitats

a)  Type de matériaux du mur extérieur


Avec une grande partie de la population vivant en milieu rural, une grande partie des habitations
de la région sont construites avec des matériaux locaux comme les écorces, les feuilles et les tiges.
Ce type de mur représente 68,5 % des habitations dans la région et est largement supérieur à la
proportion nationale qui est de 31,4  %. La prépondérance des habitations construites avec ces
types de matériaux rend la région plus vulnérables aux intempéries comme les cyclones. Les maisons
construites avec les tôles ondulées caractérisent aussi la région. Ce type de mur est présent dans
17,5 % des maisons d’habitation de la région, contre 1,8 % seulement au niveau national. Il faut
aussi noter la proportion des maisons en parpaing de 4 % dans la région contre 2,2 % au niveau
national. Les maisons en terre battue et en brique qui sont plus fréquentes au niveau national (res-
pectivement 34,5 % et de 22,5 %) ne représentent qu’une partie marginale des habitations de la
région (respectivement 2,0 % et de 3,0 %). Les autres types de construction de mur ne représentent
qu’une part marginale dans l’ensemble des habitations de la région.

55
Tableau 24.  Type de matériaux des murs extérieurs des habitations
Unité : %
DIANA Madagascar
Ecorce, feuille, tige 68,5 31,4
Terre battue 2,0 34,5
Planche 3,2 7,0
Contre plaqué 0,0 NS
Tôle ondulée 17,5 1,8
Fût bidon 0,9 0,1
Pierre 0,8 0,2
Brique 3,0 22,5
Parpaing 4,0 2,2
Autres 0,2 0,3
Total 100,0 100,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

b)  Type de plancher


En valorisant les matériaux locaux qui sont plus fréquents dans la région, 59,2 % des planchers des
habitations sont en bois. Cette proportion n’est que de 28,2 % au niveau national. Cela témoigne
de la plus grande disponibilité de ces matériaux dans la région en comparaison avec le reste de
Madagascar. Les planchers en ciment ou béton tiennent la seconde place dans la région avec
37,5 %, signe d’un meilleur niveau de vie de la population de la région par rapport au reste du
pays. Les planchers en terres battues qui sont les plus fréquents au niveau national ne représentent
que 2,9 % des habitations de la région.

Tableau 25.  Type de matériaux des murs extérieurs des habitations


Unité : %
DIANA Madagascar
Terre battue 2,9 44,1
Bois 59,2 28,2
Pierre brique 0,2 0,4
Ciment béton 37,5 18,9
Autres 0,2 8,3
Total 100,0 100,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

c)  Type de combustibles


Le tableau suivant donne la répartition des ménages de la région selon le type de combustible
utilisé pour la cuisine. Comme dans le cas national, les bois ramassés occupent la première place
avec 69,0 % des ménages. Le charbon occupe la seconde place avec 29,0 %. Les autres types de
combustibles (gaz, électricité, pétrole) ne représentent qu’une proportion marginale de la popula-
tion. Cette distribution nous montre que 98 % des ménages de la région sont dépendants des pro-
duits forestiers comme source d’énergie. Cela additionné avec la prépondérance des habitations

56
construites avec les bois exercent une pression considérable sur la forêt de la région. Cette situation
risque de conduire à une dégradation rapide des forêts encore existantes si on ne la considère pas
dès maintenant.

Tableau 26.  Répartition des ménages selon le principal type de combustible utilisé pour la cuisine
Unité : %
DIANA Madagascar
Bois ramassé 69,0 77,7
Bois acheté 0,9 4,5
Charbon 29,0 17,1
Gaz 0,2 0,2
Electricité 0,1 0,2
Pétrole 0,0 0,1
Autres 0,7 0,2
Total 100,0 100,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

d)  Sources d’eau à boire, accès à l’électricité et type de toilette


Selon l’enquête auprès des ménages réalisée par l’INTSAT en 2010, L’accès à l’eau contrôlée est
de 83,4  % dans la région. Cette proportion est largement supérieure au niveau national qui est
de 44,9 %. Comme la proportion de la population vivant en milieu urbain est relativement élevée
dans la région, l’accès à l’électricité l’est aussi avec 21,1 % de la population contre 13,3 % pour
l’ensemble de Madagascar. L’utilisation des latrines hygiéniques n’est par contre que de 21,1 %. Il
faut donc un effort particulier dans ce domaine étant donné que cela constitue un facteur important
pour la santé de la population et particulièrement pour les enfants en bas âge qui est généralement
plus vulnérables.

Tableau 27.  Taux d’accès à certains biens et services


Unité : %
Eau contrôlée Electricité Latrine ou mieux
DIANA 83,4 21.1 21.1
Madagascar 44,9 13,3 39,8
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

57
II.4.  Niveau de vie et pauvreté

II.4.1.  Possession de bien durable

La possession de biens durables par les ménages de la région est à peu près similaire à la distribu-
tion au niveau national. Concernant les meubles de base comme les chaises, 54,3 % des ménages
en possèdent contre 51,6 % au niveau national. Sur les machines à coudre qui sont considérées
comme un signe de richesse en milieu rural, le taux de possession se situe à 7,6 %. Sur les outils
de communication, la possession de radio, de radio cassette et de télévision est comparable à la
moyenne nationale. Concernant les téléphones portables, il faut noter que 42,6 % des ménages de
la région en possède contre seulement 25,0 % au niveau national. La multiplication de ces outils de
communication constitue une opportunité pour ceux qui travaillent dans le domaine de l’information,
l’éducation et la communication.

Tableau 28.  Taux de possession de certains biens


Unité : %
Biens Région Diana Madagascar
Chaise 54,3 51,6
Machine à coudre 7,6 9,4
Radios 9,6 14,9
Radio- cassette 17,2 12,8
Poste TV 38,5 38,7
Bicyclette 33,5 20,5
Téléphone portable 42,6 25,0
Lecteur CD, VCD, DVD, et autre lecteur 16,8 10,2
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

Encadré 1.  Regroupement des individus en quintiles

En considérant une variable dont les valeurs peuvent être ordonnées, on classe par ordre crois-
sant les individus de la population toute entière. On les regroupe alors dans 5 sous ensembles
dont le quintile 1 est constitué des 20% de la population dont les valeurs sont les plus basses. Le
quintile 5 contient alors les 20% dont les valeurs sont les plus élevées. Ce classement permet de
diagnostiquer la situation d’une sous population par rapport à d’autres sous populations. Si la
sous population est constituée majoritairement par ceux des quintiles inférieurs (respectivement
supérieurs), alors on conclut que c’est un sous ensemble plus défavorisé (respectivement plus
favorisé) que le reste de la population en référence à la variable considérée. Le classement par
quintile, ou plus généralement en percentile pour n groupes, est complémentaire avec la compa-
raison d’autres indicateurs comme la moyenne, la médiane, la variance… Les quintiles ont moins
de sensibilité aux valeurs extrêmes.

En complémentarité avec les classements des individus selon leur revenu ou leur niveau de consom-
mation (2 variables dont les statistiques sont difficiles à collecter), on construit les quintiles de

58
bien-être économique qui consiste à agréger les possessions de biens durables et les accès à
quelques services tels que l’eau contrôlée et l’électricité en leur attribuant des scores2. En compa-
raison à la répartition nationale qui est uniforme (20 %) par construction des quintiles, on constate
que la proportion de la population dans le quintile le plus pauvre est la plus faible. Cette
proportion augmente avec les quintiles de pauvreté. Les parts de la population dans les
quintiles les plus riches (quatrième et cinquième) sont supérieures à 20 % témoignant d’un
meilleur niveau de vie de la population en comparaison avec le reste de la nation.

Tableau 29.  Répartition de la population par quintile de bien-être économique


Unité : %
Quintile des Troisième Quatrième Quintile des
Second quintile Total
plus pauvres quintile quintile plus riches
DIANA 16,8 14,1 17,2 28,7 23,1 100,0
Madagascar 20,0 20,0 20,0 20,0 20,0 100,0
Source: INSTAT/ Rapport principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009

II.4.2.  Ratio et intensité de la pauvreté


En cohérence avec la répartition de la population par quintile, la région de DIANA a une incidence
de la pauvreté moindre par rapport au niveau national. Ce taux est de 54,4  % contre 76,5  %
pour l’ensemble de Madagascar. Par railleurs, la pauvreté est moins intense dans la région qu’à
Madagascar. En d’autres termes, les pauvres sont plus proches du seuil que dans la moyenne natio-
nale. L’intensité de la pauvreté se situe dans la région à 20,8 % contre 34,9 % pour Madagascar. La
pauvreté est toujours plus fréquente et plus intense en milieu rural. Toute politique visant à la réduc-
tion de la pauvreté doit donc passer par le monde rural a priori ou in fine, sinon cela augmenterait
juste les inégalités entre les groupes de population.

Tableau 30.  Ratio et intensité de pauvreté selon le milieu en 2010


Unité : %
Indicateurs Ratio de pauvreté Intensité de pauvreté
Milieu Urbain Rural Ensemble Urbain Rural Ensemble
DIANA en 2010 31.7 69.2 54.4 7.7 29.3 20.8
Madagascar en 2010 54,2 82,2 76,5 21,3 38,3 34,9
Source: INSTAT/DSM/ EPM2010

En 2010, on peut constater que si l’on veut éradiquer la pauvreté dans la région de DIANA, il
faudrait être en mesure d’augmenter la consommation des pauvres de cette région de 55 milliards
d’Ariary. Ce chiffre n’est sans doute que théorique, mais donne une estimation des efforts qui restent
à fournir pour une lutte contre la pauvreté efficace. Il incombera aux dirigeants de déterminer les
stratégies afin que ce montant de revenu puisse arriver au niveau des pauvres. Ce montant repré-
sente 1,7 % du montant total nécessaire pour Madagascar, cette proportion est plus faible que la
part de la région dans la population car la pauvreté y est plus faible qu’au niveau national.

2. Les scores sont issus des coefficients des Analyses des Composantes Principales (ACP). Se conférer à INSTAT/Rapport
principal de l’EDS-IV Madagascar 2008-2009, pour les détails de la méthode d’attribution de score.

59
Tableau 31.  Totaux des écarts aux seuils de pauvreté
Unité : %
Total des écarts au seuil de pauvreté 3 Part nationale (%)
DIANA 55 1,7
Madagascar 3 298 100,0
Source: INSTAT/DSM/EPM2010

Pour ce qui est de l’inégalité en termes de niveau de consommation agrégé, l’indice de Gini au sein
de la population de DIANA est de 0,3817. La répartition des consommations dans la région de
DIANA classe la région parmi celles où il y a moins d’inégalités. Ce même indice est de 0,403 au
niveau national. Etant donné que l’inégalité au niveau national inclut à la fois les inégalités intra-
régionales et celle entre les régions, les 2 chiffres ne sont pas directement comparables.33

3. Milliards d’Ariary, au prix de la capitale

Photo 3.  Une galerie commerciale dans la ville d’Antsiranana

60
Chapitre III
Les organisations sociales
et économiques
III.1.  Les organisations sociales

III.1.1.  Caractéristiques et rôles des organisations sociales

La société civile est définie ici comme étant l’ensemble des organisations communautaires, des
ONGs d’exécution, des syndicats, des associations professionnelles, des organisations
religieuses, des média, des associations d’étudiants, des coopératives et des autres grou-
pements associatifs. La société civile sert d’interface entre le gouvernant et les gouvernés et
permet de faciliter la transmission des aspirations et des contraintes de la population vers
les gouvernants, la surveillance de l’activité gouvernementale à travers les groupes et la
prestation des différents services sociaux de base (dans le domaine de l’éducation, de la
santé, de l’assainissement, …).

Ces rôles peuvent être articulés généralement sur 4 points:

–– une fonction d’avocat pour la représentation des intérêts de ses circonscriptions ;

–– une fonction de prestation de services au niveau local dans les domaines de l’éducation, du
civisme, de la santé, de l’assainissement, etc... ;

Photo 4.  Une grande mosquée au centre de la ville d’Antsiranana

63
–– une fonction de partenaire du gouvernement dans la planification du développement, notam-
ment dans la mobilisation des ressources et la promotion d’une meilleure compréhension du sys-
tème de décentralisation, du fonctionnement de l’Etat et des différents principes démocratiques ;

–– une fonction de surveillant de l’activité gouvernementale.

L’analyse de la situation de ces différents groupes permet alors d’appréhender la vie sociale et com-
munautaire au sein de ces régions.

III.1.2.  Religion

Selon l’enquête monographique 2009, en se basant sur les déclarations des informateurs clés, la
région dispose au total de 522 édifices religieux. La répartition de ces édifices montre une prépon-
dérance de la religion musulmane avec 120 infrastructures. La religion catholique tient la seconde
place avec 115 édifices. Toutefois, malgré la prépondérance des religions chrétiennes séculaires
comme l’EKAR, le FJKM, l’anglicanisme ou le FLM, les autres religions sont pratiquées quant à elles
par plus 30 % de la population.

Les édifices ne sont pas également répartis dans l’espace. Ambanja et Antsiranana II disposent du
plus grand nombre d’édifices avec respectivement 201 et 153 édifices. Ambilobe, qui représente la
plus grande proportion de population (35,3 %, voir Chapitre 2 sur la population) parmi les districts
de la région n’a que 86 édifices, soit 16,5 % de l’ensemble de la région.

Tableau 32.  Nombre d’édifices culturels d’obédience dans la région de DIANA Autres chretiennes
Jesosy mamonjy

Musulmane
Adventiste
Anglicane

Autres
FJKM
EKAR

Total
FLM

Ambanja 65 9 27 5 18 14 15 48 0 201
Ambilobe 14 5 16 5 7 4 10 25 0 86
Antsiranana I 3 2 2 1 1 1 3 5 0 18
Antsiranana II 15 6 16 19 24 26 18 29 0 153
Nosy Be 18 1 4 4 3 6 15 13 0 64
Ensemble de la région 115 23 65 34 53 51 61 120 0 522
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

III.1.3.  Disponibilité des infrastructures sportives, culturelles et de loisirs

Les activités sportives, culturelles et de loisirs constituent un moyen important pour éduquer, notam-
ment les jeunes. Sans infrastructures adéquates, ces jeunes risquent de sombrer dans des activités
malsaines et adopter des comportements à risque vis-à-vis de la justice et de la santé de reproduc-
tion. Avec une population majoritairement jeune, et une fécondité assez précoce, la disponibilité de
ce type d’infrastructures doit être parmi les préoccupations des dirigeants.

64
Tableau 33.  Infrastructures culturelles et sportives existantes dans la région de DIANA
Unité : nombre
Districts Salles de spectacle Bibliothèque Hall d’information Terrains de sport
Publics Privés Communes Communes Publics Privés
Ambanja 0 1 1 1 8 4
Ambilobe 4 1 4 1 26 0
Antsiranana I 3 0 1 1 2 0
Antsiranana II 6 0 1 0 16 5
Nosy Be 1 0 0 0 3 0
Ensemble de la région 14 1 7 3 55 9
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

Dans son ensemble, la région dispose de 55 terrains publics et 9 terrains privés de sport. Les ter-
rains publics sont regroupés surtout dans les districts d’Ambilobe et Antsiranana II. Les halls d’in-
formations sont présents dans les districts d’Ambanja, Ambilobe et Antsiranana I. Concernant les
bibliothèques, tous les districts, à part Nosy Be disposent d’au moins une bibliothèque. Concernant
les salles de spectacle, l’ensemble de la région en dispose 15, dont 14 sont publics. Mais elles
ne sont pas également réparties dans l’espace car si le district d’Antsiranana II en dispose de 6,
Nosy Be n’a qu’une salle et Ambanja ne dispose que d’une salle privée. En conclusion, on peut
dire que la couverture de la région en matière d’infrastructures de loisirs est encore assez faible,
notamment dans le district de Nosy Be qui est pourtant une zone à risque compte tenu de la forte
activité touristique.

Photo 5.  Bâtiment du Ministère de la Culture

65
III.1.4.  Projets/programmes de développement et Organismes d’appui

Il s’agit essentiellement de projets ou programmes cofinancés par le Gouvernement malgache en


partenariat avec des partenaires techniques et financiers possédant des antennes ou agences dans
la région de DIANA.

Citons quelques uns d’entre eux à titre d’exemples. Il importe de remarquer que la liste suivante n’est
pas exhaustive. De la même manière, il se pourrait que certains des projets/programmes cités ne
soient plus opérationnels au moment de rédaction de la présente monographie.

Tableau 34.  Projets/programmes de développement et Organismes d’appui de la Région Diana


Organisme Domaine Type d’actions
d’intervention
Fond d’intervention pour Projet communautaire •  Construction des infrastructures de base
le Développement (FID) et développement
(pistes, ponts, bâtiments scolaires, CSB I et II, barrages, marche et bornes
rural
fontaines)

•  Renforcement de capacités institutionnelles


Projet de Soutien au Développe- Projet : communau- •  Construction des infrastructures de base (Pistes, marchés, Barrages,
ment Rural taire et développe- Bornes fontaines)
ment rural
•  Renforcement de capacités institutionnelles
SEECALINE : Projet de nutrition Nutrition et protection •  Suivi de la situation nutritionnelle des enfants vulnérables
communautaire II sociale
•  Construction des pistes, des canaux d’irrigations et des barrages.
PE III Sauvegarde de l’envi-
ronnement
PIC Pôle intégré de •  Développement des infrastructures
croissance
•  Renforcement des capacités

•  Amélioration de l’environnement du secteur privé

•  Accompagnement environnemental

66
Chapitre IV
Les secteurs sociaux
IV.1.  La santé

IV.1.1.  Les infrastructures sanitaires de la région

a)  Les infrastructures sanitaires publiques


Le système de santé à Madagascar est structuré en niveaux d’administration qui peuvent être définis
par les services offerts, la qualité des personnels et les types d’infrastructures disponibles. L’encadré
ci-après donne un aperçu du système de santé existant.

Encadré 2.  Le système de santé à Madagascar

Le système de santé malgache comprend quatre niveaux de structures sanitaires à savoir


Les formations sanitaires de base

Elles sont constituées par des centres de santé de base niveau I (CSB1), des centres de santé de
base niveau II (CSB II).
Les CSB1 disposent d’infirmiers et d’aides-soignants et ne dispensent que les services de vacci-
nation et les soins de santé de base. Les CSB II sont équipés de Médecin, paramédicaux, d’in-
firmiers, de sage-femme et offrent entre autres des soins de maternité.

Les centres de référence de premier recours

Les centres hospitaliers de district niveau 1 (CHD1) et niveau 2 forment cette catégorie.
Les CHD1 offrent les soins obstétricaux essentiels, mais n’assurent pas de service de chirurgie et
ne disposent pas de plateau technique adéquat permettant l’établissement du diagnostic et de la
prise en charge des cas complexes (service d’imagerie, banque de sang et laboratoire).
Les CHD2 sont équipés en plus, par rapport aux CHD1, de chirurgiens, de réanimateurs, pra-
tiquent la chirurgie d’urgence et offrent des soins obstétricaux complets.

Les Centres de Référence de second recours

Dans cette catégorie d’établissements, on compte les 22 Centres Hospitaliers de Référence


régionale (CHRR) situés au niveau de la capitale régionale (dont 4 ex- hôpitaux provinciaux).
Ces Centres de Référence devront assurer, selon le plateau technique dont ils disposent, la prise
en charge des cas médicaux référés par les niveaux inférieurs ainsi que des interventions chirur-
gicales. Ils sont équipés de personnel de toutes spécialités.

Les Centres de Référence Nationale

Les Hôpitaux de référence de 3è recours sont composés du groupe CHU d’Antananarivo et de


Mahajanga. Ce sont des Hôpitaux de Référence Nationaux et lieux de formation universitaire
initiale et postuniversitaire. Ils assurent l’encadrement des hôpitaux de premier recours. Pour un
meilleur équilibre régional, les hôpitaux provinciaux de Toamasina et de Fianarantsoa ont été
promus au niveau de CHU. Leur personnel comprend des professeurs et des spécialistes.

Source : Extrait de la Politique Nationale de Santé version 2005

69
Le nombre de CSB dans la région de DIANA s’élève à 78, dont 26 CSB I et 52 CSB II. Ce nombre
total est supérieur au nombre de communes qui est de 61 donc en moyenne, les communes de la
région dispose au moins d’un CSB. En matière de CSB II, les communes des districts de la région
sont couvertes en moyenne à plus de 91 %, sauf les communes du district d’Ambilobe qui repré-
sentent un taux de 71 %.

Les services de maternité publique, qui en principe doivent être compris dans les services des CSB
II, sont disponibles dans 57 communes avec un taux de couverture globale de 93 % par rapport au
nombre total de communes. Les CHD I et les CHD II sont au nombre de 4. Antsiranana I ne dispose
pas de CHD car c’est un chef lieu de région et il dispose ainsi d’un Centre Hospitalier Régional. Le
district d’Ambanja dispose de deux centres hospitaliers et Antsiranana II n’en dispose pas. Les cinq
districts de la région ont chacun une infrastructure publique pour les soins dentaires.

Tableau 35.  Répartition des communes par districts selon l’existence d’infrastructures sanitaires dans les communes
Unité : nombre
District CSB I CSB II Maternité publique CHD I CHD II Soin Dentaire Total des communes
Ambanja 8 21 22 1 1 1 23
Ambilobe 9 14 15 1 0 1 15
Antsiranana I 1 1 1 0 0 1 1
Antsiranana II 7 15 18 0 0 1 21
Nosy be 1 1 1 0 1 1 1
Total pour la région 26 52 57 2 2 5 61
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

L’existence de salle pour accouchement est l’une des conditions qui pourraient limiter les accouche-
ments à risques. Pour l’ensemble de la région, 90 % des communes en disposent. La situation est
la plus défavorable dans le district d’Antsiranana II où seules 81 % des communes disposent de lits
pour l’accouchement. Les opérations césariennes sont praticables seulement dans le CHD II de Nosy
Be et au niveau du CHR d’Antsiranana I. Concernant l’hospitalisation, en tout, les hôpitaux publics
de la région disposent de 285 lits

Tableau 36.  Répartition des communes par districts selon la disposition des chambres pour accouchement,
de possibilité de pratiquer une césarienne, nombre de lits d’hôpitaux publics et privés
Pourcentage des communes disposant des Peut-on pratiquer un accouchement Nombre de
chambres pour accouchement (%) par césarienne (%) lit d’hôpitaux
District
Ne dispose On ne peut publics par
Dispose Total On peut Total
pas pas district
Ambanja 91.30 8.70 100.00 0.00 100.00 100.00 173
Ambilobe 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00 100.00 44
Antsiranana I 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00 100.00 nd
Antsiranana II 80.95 19.05 100.00 0.00 100.00 100.00 nd
Nosy be 100.00 0.00 100.00 100.00 0.00 100.00 68
Total pour la 90.16 9.84 100.00 1.64 98.36 100.00 285
région
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

70
b)  Les infrastructures sanitaires privées
L’analyse de l’offre de service de santé doit être faite tout en tenant compte des services publics mais
aussi privés pour assurer l’accès de la population, notamment les plus vulnérables aux services de
santé de base.

Dans l’ensemble, les services de santé privés sont assez rares dans la région et se concentre sur les
services de vente et de distribution de médicaments (officine et dépôts de médicaments). On recense
un cabinet privé par district, sauf dans le district d’Antsiranana II qui en possède 2. Les maternités
privées ne sont pas également réparties dans l’espace. Sur les 8 maternités privées présentes dans
la région, aucune n’est présente à Nosy Be alors que le district d’Ambilobe en dispose 4.

Concernant les hôpitaux, cliniques et cabinets dentaires privés, les districts d’Ambanja, Ambilobe
et Antsiranana I en ont chacun un alors qu’ils ne sont pas présents des les districts de Nosy Be et
Antsiranana II. En conclusion, on peut dire que, dans son ensemble, les services privés de santé ne
sont pas également répartis dans l’espace.

Tableau 37.  Répartition des communes par district disposant un cabinet médical privé
Unité : nombre
Maternité Hôpital et Cabinet den- Officine ou dépôt
District Cabinet privé Total des communes
privé clinique privé taire privé de médicament
Ambanja 1 1 1 1 8 23
Ambilobe 1 4 1 1 6 15
Antsiranana I 1 1 1 1 1 1
Antsiranana II 2 2 0 0 5 21
Nosy be 1 0 0 0 1 1
Total pour la région 6 8 3 3 21 61
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

IV.1.2.  Accessibilité de la majorité dans les centres de santé

a)  Accessibilité du centre de santé le plus proche


Malgré la couverture des communes de la région en centre de santé de base, l’accès aux services
de santé est encore plus difficile dans la région. En effet, 22,9 % de la population des communes
se trouvent à plus de 11  km des formations sanitaires les plus proches contre 16,3  % pour l’en-
semble de Madagascar, et 54,1 % se trouvent à moins de 5 km contre 67 % pour l’ensemble de
Madagascar.

Mais quand on approfondit l’analyse au niveau des districts, cette situation est surtout due aux
districts d’Ambanja et Antsiranana II où 17,39 % et 47,62 % de la population des communes se
trouvent à plus de 11 km des formations sanitaires les plus proches. La situation des districts d’Am-
bilobe et Antsiranana  I reste acceptable avec une distance de moins de 5  km pour la formation
sanitaire la plus proche. Au niveau du district de Nosy Be, la distance est généralement en dessous
de 1 km.

71
Tableau 38.  Distance pour la majorité de la formation sanitaire la plus proche
Unité :%
District Moins de 1 km 1 à 5 km 6 à 10 km 11 km Total
Ambanja 4,35 34,78 43,48 17,39 100,00
Ambilobe 93,33 6,67 0,00 0,00 100,00
Antsiranana I 0,00 100,00 0,00 0,00 100,00
Antsiranana II 23,81 9,52 19,05 47,62 100,00
Nosy be 100,00 0,00 0,00 0,00 100,00
Total pour la région 34,43 19,67 22,95 22,95 100,00
Total pour le pays 43.98 23.58 16.13 16.32 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

La prise en compte de la distance des formations sanitaires les plus proches est d’autant plus
importante quand on analyse les moyens que la population utilise pour les rejoindre. Une propor-
tion de 93,4 % des communes ont déclaré que la majorité de la population dans leurs communes
rejoint les centres de santé à pied. Ce qui fait que pour une distance de 11  km, les malades
doivent marcher au moins 2 heures et demi. A défaut d’un système public de transport, les efforts
doivent se concentrer sur la mobilisation communautaire pour instaurer un système qui permettra
de prendre en charge ce déplacement. L’idée peut être, par exemple, l’instauration de mutuelle de
santé communautaire ou la mise en place de moyen de transport intermédiaire au niveau commu-
nautaire. Mise à part la marche à pied, la population utilise soit la voiture soit les pirogues pour
rejoindre les formations sanitaires. Mais la proportion de la population qui les utilise reste faible
avec 3,3 % chacun.

Photo 6.  Un Centre de Santé de Base niveau II

72
Tableau 39.  Répartition des communes par district suivant le moyen utilisé par les ménages
pour se rendre auprès d’un centre de santé.
Unité : %
Moyen de locomotion des ménages
District A pied En voiture A pirogue Total
Ambanja 86.96 4.35 8.70 100.00
Ambilobe 100.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana I 100.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana II 95.24 4.76 0.00 100.00
Nosy be 100.00 0.00 0.00 100.00
Total pour la région 93.44 3.28 3.28 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

Le tableau suivant décrit la durée moyenne du parcours effectué par la population de la


commune pour rejoindre les formations sanitaires. Pour l’ensemble de la région, 41,0 %
des communes sont situées à moins d’une heure de trajet des formations sanitaires les
plus proches et 24,6 % entre une et trois heure. Toutefois il faut noter que 13,1 % de la
population doivent encore se déplacer durant plus d’une demi-journée pour rejoindre les
formations sanitaires.

Tableau 40.  Répartition des communes par district suivant la durée du parcours pour aller à une formation sanitaire (%)
Unité : %
Durée du parcours pour aller à cette formation sanitaire
District Moins d'une heure 1h à 3 heures 3h à une 1/2 journée Une 1/2 journée à 1 journée Total
Ambanja 17.39 47.83 26.09 8.70 100.00
Ambilobe 100.00 0.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana I 100.00 0.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana II 23.81 14.29 33.33 28.57 100.00
Nosy be 0.00 100.00 0.00 0.00 100.00
Total pour la région 40.98 24.59 21.31 13.11 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

b)  Accessibilité des services de maternité.


Dans l’ensemble de la région, 54,1  % des communes se trouvent à moins de 5  km des services
de maternité les plus proches, mais une partie non négligeable (22,95 %) se retrouvent à plus de
11 km. La situation est plus défavorable dans les districts d’Ambanja et Antsiranana II où respecti-
vement 60,87 % et 66,67 % des communes se trouvent à plus de 6 km.

73
Tableau 41.  Répartition des communes par district suivant la distance pour la majorité du service de maternité le plus proche
Unité : %
Distance pour la majorité du service de maternité le plus proche
District Moins de 1 km 1 à 5 km 6 à 10 km 11 km et plus Total
Ambanja 4.35 34.78 43.48 17.39 100.00
Ambilobe 100.00 0.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana I 0.00 100.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana II 23.81 9.52 19.05 47.62 100.00
Nosy be 0.00 100.00 0.00 0.00 100.00
Total pour la région 34.43 19.67 22.95 22.95 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

La marche à pied reste toujours le moyen le plus utilisé par les patientes pour rejoindre les mater-
nités. En moyenne, 96,7 % des patientes le font et le reste utilise des voitures. Cette situation est
typique des milieux ruraux car les moyens sont généralement inexistant et l’organisation sociale
souvent plus faible. A noter qu’au niveau du district d’Antsiranana I, 100 % des ménages utilisent
des voitures comme moyen de locomotion car les formations sanitaires se trouvent à l’intérieur de
la ville même.

Tableau 42.  Répartition des communes suivant les moyens de locomotion utilisés par les patients
pour se rendre auprès d’un service de maternité
Unité : %
Moyen de locomotion des ménages
District A pied En voiture Total 11 km et plus Total
Ambanja 100.00 0.00 100.00 17.39 100.00
Ambilobe 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00
Antsiranana I 0.00 100.00 100.00 0.00 100.00
Antsiranana II 95.24 4.76 100.00 47.62 100.00
Nosy be 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00
Total pour la région 96.72 3.28 100.00 22.95 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

Toutes les maternités de la région sont accessibles toute l’année, à part celles du district d’Antsira-
nana II où 76,2 % des communes n’y ont accès uniquement que durant la période sèche.

Tableau 43.  Répartition des communes suivant leur accessibilité des maternités
Unité :  % des communes
Accessibilité
District Toute l'année Durant la période sèche uniquement Total 11 km et plus Total
Ambanja 100.00 0.00 100.00 17.39 100.00
Ambilobe 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00
Antsiranana I 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00
Antsiranana II 23.81 76.19 100.00 47.62 100.00
Nosy be 100.00 0.00 100.00 0.00 100.00
Total pour la région 73.77 26.23 100.00 22.95 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

74
En général, 65,6  % des communes se trouvent à moins de trois heures des maternités les plus
proches. La totalité des communes d’Ambilobe et d’Antsiranana  I fait le parcours à moins d’une
heure, tandis que celles de Nosy Be le font entre 1 h à 3 h. A Ambanja et Antsiranana II, les situa-
tions sont défavorables, 34,8 % et 61,9 % de leurs communes font le parcours de plus de 3 heures
pour rejoindre les services de maternité.

Tableau 44.  Pourcentage des communes par district selon la durée du parcours vers les maternités les plus proches
Unité : en % des communes
Durée de parcours pour se rendre à un service de maternité
District Moins d'une heure 1 h à 3 heures 3h à une 1/2 journée 1/2 journée à 1 jour Total
Ambanja 17.39 47.83 26.09 8.70 100.00
Ambilobe 100.00 0.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana I 100.00 0.00 0.00 0.00 100.00
Antsiranana II 23.81 14.29 33.33 28.57 100.00
Nosy be 0.00 100.00 0.00 0.00 100.00
Total pour la région 40.98 24.59 21.31 13.11 100.00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

IV.1.3.  Les personnels soignants

a)  Dans les CSB I et CSB II


Dans les CSB II, les 45 médecins travaillant dans la région sont accompagnés par 113 paramé-
dicaux. Par rapport à la situation nationale qui représente un ratio d’un médecin pour 4 paramé-
dicaux, la région quant à elle affiche un ratio de deux pour cinq. La répartition des personnels
soignants dans les centres publics ne reflète pas la répartition de la population dans les districts.
En effet, le district d’Ambilobe où réside 37 % de la population, les médecins des CSB II y exerçant
ne représentent que 20 % des médecins. La répartition des paramédicaux travaillant dans les CSB
II sont similaires à celle des médecins, à part le fait qu’on peut noter une concentration au niveau
du district d’Antsiranana  I. Le nombre de paramédicaux dans les autres districts varie entre 17
et 24. Les personnels soignants de la région représentent 3,8 % de l’ensemble du pays pour une
population représentant 3,2 % de Madagascar, reflétant une distribution équitable en matière de
personnels soignants. Pour l’année 2012, on lira le tableau de la même manière.

Tableau 45.  Nombre de médecin publics et le nombre de paramédicaux servants dans les CSB II
Unité : nombre
District Nombre de médecins publics exercent Nombre de paramédicaux
dans les CSB II servants dans les CSB II
2009 2012 2009 2012
Ambanja 17 14 24 21
Ambilobe 9 8 24 19
Antsiranana I 4 4 30 30
Antsiranana II 10 8 18 10
Nosy be 5 5 17 9
Total pour la région 45 39 113 89
Total pour l’ensemble du pays 1 183 1 183 4 792 4 792
Part de la région dans l’ensemble du pays (%) 3,8 3,29 2,36 1,85
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

75
L’accouchement assisté par un personnel médical est un facteur important pour la santé maternelle et
infantile. Au niveau des services de maternité, plus de la moitié des communes de la région ne béné-
ficie pas du service d’un médecin. A Antsiranana I et Nosy Be qui sont des communes urbaines, les
médecins sont présents dans tous les services de maternité. Dans ces districts, 100 % des communes
bénéficient du service d’un médecin lorsque les femmes accouchent. Dans la région, les services au
niveau des maternités sont fournis à la fois par des médecins et des sages femmes. La situation est
la plus défavorable à Antsiranana II où 57 % des communes sont dépourvues de médecins. Mais ce
manque est compensé en partie par les sages femmes où le nombre le plus élevé s’y trouve.

Tableau 46.  Répartition des communes par districts selon l’existence des médecins dans une maternité,
et le nombre de sages femmes publiques dans une maternité.
Nombre de sages-femmes
District Il existe Il n'existe pas Total
publiques dans une maternité
Ambanja 65.22 34.78 100.00 6
Ambilobe 60.00 40.00 100.00 6
Antsiranana I 100.00 0.00 100.00 4
Antsiranana II 42.86 57.14 100.00 12
Nosy be 100.00 0.00 100.00 3
Total pour la région 57.38 42.62 100.00 31
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

b)  Répartition des personnels dans les centres de santé publics


Les données recueillies lors de l’enquête CREAM 2009 montrent que 5 médecins spécialistes et
52 médecins généralistes travaillent au niveau des centres de santé publics de la région. Le nombre
de paramédicaux (sages-femmes et infirmières) s’élève à 123 soit en moyenne 2 paramédicaux par
médecin toutes spécialités confondues, à cela s’ajoute les services des 31 aides sanitaires pour toute
la région.

En termes de répartition géographique, 60 % des médecins spécialistes se trouvent à Nosy Be, à
Antsiranana I et à Antsiranana II. Les autres districts sont dépourvus de médecins spécialistes. Par
contre ils possèdent tous des médecins généralistes. Le nombre de médecins généralistes par district
tourne autour de 9 ou 10 pour tous les districts.

Pour chaque type de personnels soignants, la part de la région dans l’effectif national varie de
3,5 % à 5,2 % pour une population représentant 3,2 % de la population nationale. Ainsi, en géné-
ral, l’accès de la population aux personnels soignants est meilleur dans la région si on la compare
avec la situation nationale globale.

76
Tableau 47.  Répartition des communes selon le nombre d’aides sanitaires, Infirmier(e),
sages-femmes, médecins généralistes et spécialistes
Unité : Nombre
Infirmiers et Médecins Médecins
District Aide-sanitaire Sages-femmes
infirmières généralistes spécialistes
2009 2012 2009 2012 2009 2012 2009 2012 2009 2012
Ambanja 11 7 24 21 6 14 14 17 0 0

Ambilobe 7 3 12 16 4 1 10 17 0 0
Antsiranana I 3 3 9 9 20 20 10 10 1 1
Antsiranana II 4 4 7 17 12 20 9 10 1 0
Nosy be 6 6 17 17 12 12 9 9 3 3
Total pour la région 31 23 69 80 54 67 52 63 5 4
Total pour l'ensemble
811 1 594 1 042 1 400 143
du pays
Part de la région dans
3,82 4,33 5,18 3,71 3,5
l'ensemble du pays (%)
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

IV.1.4.  Les services de santé.

a)  Utilisation du service de maternité publique en 2008


Le tableau suivant reflète l’accès aux services de maternité à travers le nombre d’accouchements
enregistrés dans les CSB des districts de la région ainsi que la qualité des services mesurée par le
nombre de décès maternel et infantile lors de l’accouchement. Le nombre d’accouchements dans
les maternités publiques s’élève à 9 219 en 2008. Le nombre le plus élevé se trouve dans le district
d’Ambilobe avec 2 970 accouchements enregistrés, soit 32 % de l’ensemble de la région.

En ce qui concerne le nombre de décès maternels à l’accouchement, le taux de mortalité des femmes
à l’accouchement est de 5 pour 9 219 accouchements. 80  % des cas enregistrés proviennent
de Nosy Be, qui pourtant a une couverture acceptable en matière de médecin et personnels soi-
gnants par rapport aux autres districts. Ceci peut s’expliquer du fait que les femmes enceintes
ne rejoignent les centres de santé qu’en cas de complication rendant difficiles les soins. Dans les
districts d’Ambanja, Ambilobe et Antsiranana I, aucun décès maternel n’était déclaré. Concernant
le nombre de décès infantile à l’accouchement, en considérant le faible niveau d’accouchement
recensé dans le district de Nosy Be, le nombre est de 41 sur 1 045, soit 4 ‰.

Ramenés au nombre d’accouchements au niveau des maternités publiques, les nombres de décès
maternels et décès infantiles à l’accouchement sont respectivement de l’ordre de 0,54 ‰ et 10,74 ‰
pour la région.

77
Tableau 48.  Répartition des communes selon le nombre de décès maternels ramené au nombre
d’accouchement dans les maternités publiques
Infirmiers et Médecins Médecins
District Aide-sanitaire Sages-femmes
infirmières généralistes spécialistes
Ambanja 11 24 6 14 0
Ambilobe 7 12 4 10 0
Antsiranana I 3 9 20 10 1
Antsiranana II 4 7 12 9 1
Nosy be 6 17 12 9 3
Total pour la région 31 69 54 52 5
Total pour l'ensemble du pays 811 1 594 1 042 1 400 143
Part de la région dans l'ensemble
3,82 4,33 5,18 3,71 3,50
du pays (%)
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

b)  Utilisation du service de maternité privé en 2008


Au niveau des services de maternité privés, sur les 841 accouchements enregistrés au niveau de
toutes les communes de la région, aucun décès maternels à l’accouchement n’est recensé. Par contre,
on a enregistré 14 décès infantiles, réparti respectivement entre le district d’Ambanja et Ambilobe,
soit 12 et 2. On a enregistré aucun décès maternels à l’accouchement alors que le nombre de décès
infantiles à l’accouchement ramené au nombre d’accouchement s’élève à 16,65 pour 1000 pour
l’ensemble de la région

Tableau 49.  Répartition des communes selon le nombre de décès maternels


ramené au nombre d’accouchement dans les maternités privées
Nombre Nombre de décès Nombre de décès
Nombre de décès Nombre de décès
d'accouchement maternels à l'accouche- infantile à l'accouche-
District maternels à infantile à
dans les mater- ment ramené au nombre ment ramené au nombre
l'accouchement l'accouchement
nités privées d'accouchement (‰) d'accouchement (‰)
Ambanja 426 0 12 0 28,17
Ambilobe 277 0 2 0 7,22
Antsiranana I 114 0 0 0 0,00
Antsiranana II 24 0 0 0 0,00
Nosy be 0 0 0 - -
Total pour la région 841 0 14 0 16,65
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

IV.1.5.  Accès aux services de santé

a)  Nombre de consultations dans les centres de soins publics en 2008


On enregistre 300 000 consultations dans les centres de soins publics durant l’année 2008. Le
district d’Antsiranana II présente le niveau le plus bas d’utilisation des centres de soins publics avec
un taux par rapport à l’ensemble de 6,9 %, alors que le plus élevé se trouve à Antsiranana I avec
un taux de 33,3 %.

78
Tableau 50.  Répartition des communes selon le nombre de consultations dans les centres de soins publics en 2008
Nombre de consultation dans les centres Part du district par rapport à l'ensemble
District
de soin public en 2008 de la région (%)
Ambanja 51 928 17,29
Ambilobe 37 959 12,64
Antsiranana I 99 910 33,27
Antsiranana II 20 655 6,88
Nosy be 89 878 29,93
Total pour la région 300 330 100,00
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

b)  Le service de planning familial public


Les données recueillies lors de l’enquête monographique révèlent que 91,8  % des com-
munes de la région sont pourvues d’un service de planning familial public. Les communes
qui n’en disposent pas se trouvent dans les districts d’Ambanja et Antsiranana II.

De 2007 à 2008, le nombre de femmes affiliées au service de planning familial public a


connu une variation positive dans tous les districts de la région. Au niveau régional, cette
variation tourne autour de 27 % par rapport à l’année 2007. Les plus fortes variations sont
enregistrées dans les districts d’Ambanja et d’Ambilobe avec respectivement une augmentation de
2 423 et 2 296 nouvelles femmes affiliées.

Tableau 51.  Répartition des communes par district selon le nombre et pourcentage des services de planning familial publics
Existence d'un planning familial public dans la Nombre de femme affilés au service de planning
District commune familial
Dispose Ne dispose pas Total 2007 2008 Variation
Ambanja 91,30 8,70 100,00 5 942 8 365 2 423
Ambilobe 100,00 0,00 100,00 4 710 7 006 2 296
Antsiranana I 100,00 0,00 100,00 6 606 7 115 509
Antsiranana II 85,71 14,29 100,00 3 583 3 989 406
Nosy be 100,00 0,00 100,00 0 0 0
Total pour la région 91,80 8,20 100,00 20 841 26 475 5 634
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

c)  Le service de planning familial privé


Contrairement aux centres de soins publics, l’évolution du planning familial n’est pas très signifi-
cative au niveau des communes de la région. Dans son ensemble, seul 14,8 % des communes de
la région dispose de service de planning familial privé. Malgré la disposition totale au niveau des
districts d’Antsiranana I et Nosy Be, au niveau du district d’Ambanja, le planning familial n’existe
pas dans les centres privés. Pour les districts d’Ambilobe et Antsiranana II, cette proportion varie
entre 73 à 85 %.

Ces services sont faiblement utilisés par la population. Au total, 2 920 femmes sont affiliées à ces
services durant l’année 2008, soit environ 10 % de celles qui utilisent les services publics. Dans
l’ensemble de la région, le nombre de femmes affiliées de 2007 à 2008 passe de 2 468 à 2 920,

79
soit une variation de 18 %. La faible utilisation des services privés est généralement liée au faible
niveau de vie de la population dans son ensemble. Les services publics doivent de ce fait recentrer
leurs efforts sur les zones vulnérables et qui ne peuvent accéder aux services privés. Toutefois, un
bon partenariat avec les fournisseurs de services privés doit être établi afin d’anticiper la croissance
de la demande dans le futur.

Tableau 52.  Répartition des communes par district selon le nombre et pourcentage des services de planning familial privés
Existence d’un planning familial public dans la Nombre de femmes affiliées au service
District commune de planning familial
Dispose Ne dispose pas Total 2007 2008 Variation
Ambanja 0,00 100,00 100,00 0 0 0
Ambilobe 26,67 73,33 100,00 630 538 -92
Antsiranana I 100,00 0,00 100,00 1742 2 316 574
Antsiranana II 14,29 85,71 100,00 96 66 -30
Nosy Be 100,00 0,00 100,00 0 0 0
Total de la région 14,75 85,25 100,00 2 468 2 920 452
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009.

IV.2.  L’éducation

IV.2.1.  Les infrastructures scolaires de la région

Globalement, le système éducatif à Madagascar comprend cinq niveaux  : l’alphabétisation et le


préscolaire, l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire général (collège et lycée), la for-
mation technique et professionnelle, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique.

L’enquête menée par le CREAM en 2009 a porté sur les types d’infrastructures correspondant aux
niveaux de l’enseignement primaire, de l’enseignement secondaire existant dans la région, leur
appartenance (publique ou privée) ainsi que sur leur répartition spatiale.

a)  Les infrastructures scolaires publiques


Les Ecoles primaires Publiques (EPP)

Pour la région de DIANA, toutes les communes sont couvertes d’Ecoles Primaires Publiques. La
région totalise 611 EPP dont 83 sont des EPP communautaire. Une proportion qui démontre la
motivation des communautés de la région pour permettre à leurs enfants d’accéder à l’éducation de
base. Ainsi en moyenne, un fokontany dispose de 1,15 EPP.

Les 611 EPP recensées disposent 1 798 salles de classe. Avec cet effectif total, une EPP dispose en
moyenne de 2,94 salles de classe. Pendant l’année scolaire 2007-2008, aucune EPP dans la région
de DIANA ne dispose de cantines scolaires.

80
Les Collèges d’Enseignement Général (CEG)

En matière de couverture, étant des grandes agglomérations, les districts d’Antsiranana I et Nosy Be
disposent de plus de CEG publics que de communes. Antsiranana I en a 2 et Nosy Be 4. Toutes les
communes du district d’Ambilobe sont aussi couvertes par les CEG. A Ambanja et Antsiranana II par
contre, la situation est plus défavorable. La couverture en CEG dans ces communes est respective-
ment de 43,5 % et 47,6 %, ramenant la moyenne de la région à 67,7 %. Ce niveau est légèrement
inférieur à la moyenne nationale qui se situe à 70,2 %.

En termes d’infrastructures, le nombre de collèges d’enseignement général (CEG) dans la région


s’élève à 41 dont 2 communautaires qui se trouvent dans le district d’Ambanja. Les 21 communes
d’Antsiranana II sont servies par seulement 10 CEG.

Concernant les salles de classe, d’une manière globale, les 41 établissements sont équipés de
285 salles de classe, soit 7,0 salles par établissement, un niveau supérieur par rapport
au niveau national qui est de 6,0. Ensuite, si on regarde la situation au niveau du district
d’Antsiranana I, les deux CEG existants disposent chacun en moyenne 32 salles de classes.
Cela démontre une concentration des salles de classe au niveau du chef lieu de la région.

Les lycées publics d’enseignement général

Les districts de la région sont tous couverts de lycées publics d’enseignement général. Par
rapport aux communes, cette couverture est de 8,1 %. Pour l’année scolaire 2007-2008, on recense
5 établissements dans la région, c’est-à-dire un lycée par district.

Photo 7.  Le Lycée Mixte Antsiranana

81
Pour les salles de classe, on en compte 73 soit en moyenne 14,6 par établissement. Le district d’Ant-
siranana I en dispose de 30. La situation la plus défavorable se situe dans le district d’Antsiranana II
où le lycée ne dispose que de 3 salles de classe. Cette situation peut s’expliquer par le taux de
fréquentation plus élevé en milieu urbain, donc nécessitant plus de salles de classe.

Les lycées publics d’enseignement technique

2 districts sur 5, Ambanja et Antsiranana I disposent de lycées publics d’enseignement technique.


En matière de salles de classe, on en compte 47 pour ces 2 établissements avec toujours une forte
concentration au niveau du district d’Antsiranana I (40 salles).

Tableau 53.  Les infrastructures scolaires publiques en 2008 dans la région de DIANA
Niveau
Ambanja Ambilobe Antsiranana I Antsiranana II Nosy Be Ensemble région
national
Disponibilité des infrastructures
Existence d’EPP 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 97,9 %
Existence de CEG 43,5 % 100 % 100 % 47,6 % 100 % 67,7 % 70,2 %
Existence de Lycée 4,3 % 6,7 % 100 % 4,8 % 100 % 8,2 % 6,3 %
Nombre d’infrastructures 1

Nombre d’EPP 221 194 17 150 29 611 2,6 %


Nombre d’EPP Communautaire 64 0 0 19 0 83 1,4 %
Nombre de CEG 10 15 2 10 4 41 3,5 %
Nombre de CEG Communautaire 2 0 0 0 0 2 2,0 %
Nombre de Lycées ens. Géneral 1 1 1 1 1 5 3,5 %
Nombre de lycée technique 1 0 1 0 0 2
Nombre des salles de classe 2

Dans les EPP 550 527 163 400 158 1798 3,3 %
Dans les CEG 58 83 64 44 36 285 3,6 %
Dans les Lycées ens. génér. 11 13 30 3 16 73 4,4 %
Dans les lycées techniques 7 0 40 0 0 47
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

b)  Les infrastructures scolaires privées1 2


L’offre d’éducation du secteur public est complétée par les infrastructures d’enseignement privé dans
la région. Comme dans le cas du secteur public et en cohérence avec la demande de façon géné-
rale, les infrastructures privées diminuent selon le niveau d’éducation. Les écoles primaires privées
sont présentes dans 57,6  % des communes, 25,6  % pour les collèges et 8,0  % pour les lycées.
Concernant la répartition dans les districts, les écoles primaires et les collèges privés existent dans
tous les districts. En ce qui concerne les lycées privés, sur les 5 districts composant la région de
DIANA, seul Antsiranana II n’en dispose pas.
Ecole primaire privée
Pour les districts d’Antsiranana II et Nosy Be, toutes les communes sont pourvues d’école primaire
privée. Pour les trois autres districts, la couverture des communes varie de 33,3  % à 80  %. En

1. Part de la région par rapport au niveau national


2. Part de la région par rapport au niveau national

82
moyenne, 54,1 % des communes de la région sont pourvues d’EPP privée. Ce taux est légèrement
plus faible par rapport au niveau national qui est de 57,6 %.
En matière d’infrastructure, les 174 écoles primaires privées recensées dans la région disposent en
tout de 930 salles de classe avec un ratio de 5,34 salles par établissement.
Collège privé
Selon l’enquête monographique menée en 2009, 18,3  % des communes de la Région DIANA
disposent de collèges privés, un niveau qui reste au dessous de la moyenne nationale qui est de
25,6 %. En termes de nombre d’infrastructures, la région dispose de 78 collèges privés répartis dans
ses cinq districts. Dans sa totalité, ces collèges ont 374 salles de classe qui donne une moyenne de
4,8 par établissement.

Lycée privé d’Enseignement Général

Les communes de la région sont couvertes de lycées privés à 9,8 %, soit un taux supérieur
à la valeur nationale qui est de 8 %. Sur les 5 districts, on ne trouve pas de lycée privé à
Antsiranana II. Les lycées privés se trouvent dans les villes d’Antsiranana I et de Nosy Be,
ainsi que dans 8,7 % et 13,3 % des communes des districts d’Ambanja et d’Ambilobe.

On comptabilise 26 lycées privés en 2009 avec 116 salles de classe, une moyenne de
4,46 salles par établissement.

Lycée privé d’Enseignement technique

Les lycées techniques privés sont au nombre de trois dans la région dont deux se trouvent à
Antsiranana I et un à Ambanja. Les salles de classe sont au nombre de 12 au total, soit 4 salles par
établissement en moyenne.

Tableau 54.  Les infrastructures scolaires privées en 2008 dans la région de DIANA
Unité : %
Antsira- Ensemble Niveau
Ambanja Ambilobe Antsiranana I Nosy Be
nana II région national
Disponibilité des infrastructures1
Existence d’école primaire privée 52,2 % 80 % 100 % 33,3 % 100 % 54,1 % 57,6 %
Existence de collège privé 8,7 % 13,3 % 100 % 23,8 % 100 % 18,3 % 25,6 %
Existence de lycée Privé 8,7 % 13,3 % 100 % 0 % 100 % 9,8 % 8,0 %
Nombre d’infrastructures1
Ecoles primaires privées 38 42 53 19 22 174 2,8 %
Collèges privés 14 14 28 10 12 78 4,9 %
Lycées privés 8 6 8 0 4 26 5,9 %
Lycées privés techniques 1 0 2 0 0 3
Nombre des salles de classe 1

Dans les écoles primaires privées 229 184 284 103 130 930 3,8 %
Dans les collèges privés 49 57 161 41 66 374 5,4 %
Dans les lycées privés 38 30 27 0 21 116 5,4 %
Dans les lycées privés techniques 2 0 10 0 0 12
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009, Part de la région par rapport au niveau national.
1

83
IV.2.2.  Accessibilité

L’accessibilité de la population à l’encadrement pédagogique est principalement mesurée d’une


part, par rapport à la distance de l’infrastructure pédagogique la plus proche et la majorité de la
population au sein de chaque commune; et d’autre part, par rapport aux moyens les plus utilisés
par la majorité de la population au sein de chaque commune pour se déplacer vers l’infrastructure
scolaire la plus proche. Par ailleurs, il est parfois nécessaire de parler de la localisation et l’origine
de la formation pédagogique. En effet, nous allons essayer de mesurer l’accès de la population
par rapport aux trois niveaux d’enseignements dont : en premier lieu, l’enseignement primaire; en
second lieu, l’enseignement secondaire de premier cycle, et enfin, l’enseignement secondaire de
second cycle.

a)  Dans l’enseignement primaire


Distance
La distance pour la majorité de la population de l’école primaire la plus proche est variable au
niveau de cette région. Presque la moitié des établissements primaires se trouve entre 1 à 5 km.
C’est seulement au niveau des villes d’Antsiranana I et de Nosy Be que les élèves n’ont pas besoin
de faire plus de 1  km pour rejoindre l’école. Dans les autres districts, il faut noter la situation à
Ambilobe où 40 % des écoles primaire se trouvent à plus de 11 km de la majorité des enfants et
13,3 % entre 6 et 10 km. A Antsiranana II, les élèves dans 43 % des communes doivent parcourir
plus de 6 km pour rejoindre les EPP les plus proches.
Tableau 55.  Répartition des communes selon la distance pour la majorité de la population de l’école primaire
la plus proche dans la région de DIANA
Unité : %
District Moins de 1 km 1 à 5 km 6 à 10 km 11 km et plus
Ambanja 52,2 % 47,8 % 0 % 0 %
Ambilobe 0 % 46,7 % 13,3 % 40,0 %
Antsiranana I 100 % 0 % 0 % 0 %
Antsiranana II 4,8 % 52,4 % 38,1 % 4,8 %
Nosy Be 100 % 0 % 0 % 0 %
Ensemble de la région 24,6 % 47,5 % 16,4 % 11,5 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

Moyen de déplacement
Pour aller à l’école primaire la plus proche, tous les élèves se rendent à pieds à l’exception de
quelques élèves de certaines communes du district d’Ambanja où ces derniers utilisent la bicyclette.
Cette école la plus proche est sise dans la commune de résidence elle même. L’école primaire la plus
proche est en majorité publique.

b)  Dans l’enseignement secondaire du premier cycle


Distance
Concernant le secondaire du premier cycle, les élèves de 59  % des communes de la région se
trouvent à moins de 5 km des collèges les plus proches. Il existe des disparités quand on analyse
au niveau des districts. Dans les communes des districts d’Ambilobe et de Nosy Be, la totalité des

84
élèves se trouvent à moins de 1 km, alors qu’à Ambanja et Antsiranana II, en moyenne 36,6 % des
communes se trouvent à plus de 11 km d’un établissement secondaire le plus proche.
Tableau 56.  Répartition des communes par district selon la distance pour la majorité de la population, le collège le plus proche dans la région de DIANA
Unité : %
District Moins de 1 km 1 à 5 km 6 à 10 km 11 km et plus
Ambanja 43,5 % 0,0 % 26,1 % 30,4 %
Ambilobe 100 % 0 % 0 % 0 %
Antsiranana I 0 % 100 % 0 % 0 %
Antsiranana II 47,6 % 0 % 9,5 % 42,9 %
Nosy Be 100 % 0 % 0 % 0 %
Ensemble de la région 59,0 % 1,6 % 13,1 % 26,2 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

Localisation et origine

La majorité du collège le plus proche est sise dans leur commune de résidence sauf dans
plusieurs communes du district d’Ambanja et d’Antsiranana II où la majorité des élèves sont
obligés de traverser leur commune d’origine pour rejoindre le collège le plus proche. En
général, le collège le plus proche pour la majorité des élèves est public, sauf à Ambanja.

Moyens de déplacement

Pour aller au collège (CEG ou Collège privé) le plus proche, tous les élèves se rendent à pieds à l’ex-
ception de quelques élèves de certaines communes de district d’Ambanja où ces derniers utilisent la
bicyclette ou la pirogue.

c)  Dans l’enseignement secondaire du second cycle


Distance

Dans l’ensemble de la région, les lycées se trouvent assez éloignés des différentes communes. En effet,
ces infrastructures se rencontrent surtout dans les chefs lieu de district. Au total, 82,1 % des communes
de la région se trouvent ainsi à plus de 11 km des lycées les plus proches. Ce sont surtout les districts
d’Ambilobe et Antsiranana II où cet éloignement se fait le plus sentir, avec leurs taux respectifs de
93,3 % et 85,7 % des communes qui se trouvent à plus de 11 km d’un lycée le plus proche. La
totalité des communes des autres districts par contre se trouve à moins de 5 km.

Tableau 57.  Répartition des communes par District selon la distance pour la majorité de la population le lycée
(public, privé ou confessionnel) le plus proche
Unité : %
District Moins de 1 km 1 à 5 km 6 à 10 km 11 km et plus
Ambanja 100 % 0 % 0 % 0 %
Ambilobe 0 % 6,7 % 0 % 93,3 %
Antsiranana I 0 % 100 % 0 % 0 %
Antsiranana II 4,8 % 0 % 9,5 % 85,7 %
Nosy Be 100 % 0 % 0 % 0 %
Ensemble de la région 7,7 % 5,1 % 5,1 % 82,1 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2009

85
Localisation et origine

En général, le lycée le plus proche pour la majorité des élèves dans les districts d’Antsiranana I et
de Nosy Be est sis dans leur commune de résidence, contrairement aux autres districts. Cependant,
le lycée le plus proche est public.

IV.2.3.  Les personnels enseignants

a)  Dans les primaires en 2008


Dans les écoles publiques (EPP)

Les personnels enseignants des établissements primaires de la région représentent 3,2 % de l’effectif
national, ils sont au nombre de 1 952. Les enseignants FRAM sont au nombre de 1 013 et repré-
sentent 51,9 % de l’ensemble des enseignants du primaire de la région. Il convient de noter qu’à
Antsiranana I, les enseignants FRAM ne représentent que 6,7 % des enseignants. Ce qui est tout à
fait normal car il s’agit ici d’un grand centre urbain. Le pourcentage le plus élevé des enseignants
FRAM est enregistré dans le district d’Ambilobe, avec 67,6 % des enseignants.

Tableau 58.  Effectifs des enseignants des EPP par district dans la région de DIANA
durant l’année scolaire 2007-2008
Total des Enseignants Enseignants FRAM Pourcentage (%) d’enseignants
District
(2007-2008) (2007-2008) FRAM (2007-2008)
Ambanja 688 314 45,6
Ambilobe 641 433 67,6
Antsiranana I 120 8 6,7
Antsiranana II 193 150 55,5
Nosy Be 110 40 36,4
Ensemble de la région 1 752 945 51,9
Par rapport au niveau national 3,2 % 3,0 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

Dans les écoles primaires privées

Les enseignants des écoles primaires privées de tous les districts de la Région DIANA sont au
nombre de 1148 et représente 5,5 % par rapport au niveau national. Une forte concentration se
trouve à Ambilobe où ils représentent 46,5 % de l’ensemble des enseignants.

Tableau 59.  Effectifs des enseignants des écoles primaires privées par district dans la région de DIANA
durant l’année scolaire 2007-2008
District Nombre d’enseignants durant l’année scolaire 2007-2008
Ambanja 186
Ambilobe 534
Antsiranana I 249
Antsiranana II 49
Nosy Be 130
Ensemble de la région 1 148
Par rapport au niveau national 5,5 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

86
b)  Dans l’enseignement secondaire du premier cycle
Dans les collèges publics (CEG)

Au niveau des collèges publics, les enseignants sont au nombre de 346 dont 56 enseignants FRAM
qui représentent 16,2  % de l’ensemble. Par rapport au niveau national, l’effectif de la région
représente 2,6 %. La répartition spatiale des enseignants dans le niveau collège est similaire à la
répartition de la population si l’on ne considère pas Nosy Be et Antsiranana I qui sont des grandes
villes. Le plus grand nombre d’enseignants dans les collèges se trouvent à Ambilobe avec 117
enseignants. Ambanja et Antsiranana  II disposent respectivement de 66 et 46 enseignants. Les
enseignants FRAM dans les collèges sont moins importants que dans le cas de l’enseignement pri-
maire. Dans l’ensemble de la région, les enseignants FRAM dans les collèges représentent 16,2 %
du nombre des enseignants. Le nombre par district tourne autour de 10 enseignants sauf à Ambanja
où ils ne sont que 3. En termes de pourcentage, la part la plus élevée est enregistrée à Nosy
Be, avec 27,1 % des enseignants.

Tableau 60.  Effectif des enseignants dans les CEG, par district dans la région de DIANA
Total des Enseignants Enseignants FRAM Pourcentage (%)
District
(2007-2008) (2007-2008) Enseignants FRAM
Ambanja 66 3 4,5
Ambilobe 117 16 13,7
Antsiranana I 69 13 18,8
Antsiranana II 46 11 23,9
Nosy Be 48 13 27,1
Ensemble de la région 346 56 16,2
Par rapport au niveau national 2,6 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

Dans les collèges privés

Les enseignants des établissements privés sont en termes d’effectif supérieurs à ceux du public. Ils
sont à 494 et représentent 2,1 % de l’effectif national. La grande majorité se trouve dans la ville
d’Antsiranana I avec 225 enseignants, suivi par Ambanja et Ambilobe avec respectivement 102 et
83 enseignants. Antsiranana II ne dispose que de 23 enseignants dans les collèges privés.

Tableau 61.  Effectifs des enseignants des collèges privés par district dans la région de DIANA durant l’année scolaire 2007-2008
District Nombre total d’enseignants (2007-2008)
Ambanja 102
Ambilobe 83
Antsiranana I 225
Antsiranana II 23
Nosy Be 61
Ensemble de la région 494
Par rapport au niveau national 2,1 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

87
c)  Dans l’enseignement secondaire du second cycle
Durant l’année scolaire 2007-2008, l’effectif total des enseignants dans les lycées publics recensés
au cours de l’enquête CREAM 2009 s’élève à 144, soit 3,1 % du total national. Pour les lycées
privés leur nombre est de 177. Les enseignants au niveau des lycées techniques publics et privés
sont respectivement de 62 et 54. On peut constater une concentration dans la ville d’Antsiranana I.
La moitié des enseignants dans les lycées publics et privés se trouvent dans cette ville, ainsi que la
quasi-totalité des enseignants dans les lycées techniques publics et privés.

Tableau 62.  Effectif des enseignants dans les lycées publics et privés par district dans la région de DIANA
durant l’année scolaire 2007-2008
Lycée public Lycée privé Lycée technique public Lycée technique privé
Ambanja 26 43 7 6
Ambilobe 28 24 0 0
Antsiranana I 65 90 55 48
Antsiranana II 0 0 0 0
Nosy Be 25 20 0 0
Ensemble de la région 144 177 62 54
Au niveau national 1
3,1 % 4,2 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008, 1 Pourcentage par rapport à l’effectif national

IV.2.4.  Fréquentation et performance scolaire

a)  Dans l’enseignement primaire


En 2008, le Taux Brut de Scolarisation (TBS) à l’enseignement primaire de la région s’élève à
138 %, un taux comparable au niveau du TBS national (130 %). Cette situation est la conséquence
en grande partie de la proximité des écoles primaires pour l’ensemble des communes de la région,
comme analysé auparavant. Dans le système éducatif malgache, le TBS à l’enseignement primaire
est le rapport entre l’effectif total des élèves scolarisés dans les écoles primaires (publiques et pri-
vées) et l’effectif total de la population entre 6 ans et 10 ans. Sa valeur supérieure à 100 % peut
s’expliquer par l’entrée probablement tardive et les rentrées précoces des élèves, occasionnées par
la politique nationale de l’éducation pour tous et toutes les activités y afférentes.

Dans les Ecoles primaires publiques (EPP)

Durant l’année scolaire 2007-2008, 104 063 élèves sont inscrits au niveau des EPP de la région,
représentant 3,1 % des inscrits au niveau national. De même, le nombre de candidats inscrits au
CEPE représente 3,3 %, pourcentage qui est presque le même que la part de la population de la
région dans le pays. La structure du nombre des élèves est similaire à la répartition de la population
dans son ensemble. Le plus grand nombre d’élèves se trouve à Ambilobe, suivi par Ambanja et
Antsiranana II.

Par rapport à la performance, 1 élève sur 5 redouble pendant cette année scolaire. A Ambanja,
cette proportion est de 27,9 %. Cette situation se reflète sur la réussite au CEPE. Sur l’ensemble de
la région, le taux de réussite au CEPE est de 66 % alors qu’à Ambanja, il est de 46,5 % malgré
l’effectif non négligeable des candidats qui représentent un tiers de l’ensemble des candidats dans
la région.

88
Tableau 63.  Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les EPP par district dans la région de DIANA
Unité : %
Elèves inscrits Pourcentage (%) des Candidats au CEPE en Taux (%) de réussite au
District
(2007-2008) redoublants (2007-2008) 2008 CEPE en 2008
Ambanja 27 701 27,9 3 349 46,5
Ambilobe 42 879 18,4 4 830 73,9
Antsiranana I 6 137 23,4 832 75,1
Antsiranana II 20 739 21,5 1 712 79,7
Nosy Be 6 607 17,5 1 089 62,4
Ensemble région 104 063 21,8 11 812 66,0
Niveau National1 3,1 % 3,3 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008, 1 Par rapport au niveau national

Dans les écoles primaires privées

Dans les écoles primaires privées, le nombre des inscrits est au nombre de 35 860 ce qui
fait un ratio de 4 % par rapport au niveau national. Plus de la moitié se trouvent dans les
villes d’Antsiranana I et de Nosy Be. Ambilobe et Ambanja ont respectivement 10 300 et
5 700 inscrits.

Au niveau de la performance, l’on peut constater une meilleure situation dans les établissements
privés avec une admission au CEPE de 76,1 % contre 66,0 % dans le public. Le pourcentage des
redoublants au niveau des écoles privées se situe à 8,1 % contre 21,8 % pour le public. Le taux de
réussite au CEPE est quasi stable dans tous les districts et se situe autour de 80 % sauf dans la ville
d’Antsiranana où il n’est que de 64,8 %. Cela peut s’expliquer par le fait qu’il y a beaucoup plus
d’élèves dans les écoles privées des villes conduisant à un taux de réussite plus faible.

Tableau 64.  Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les CEG par district dans la région de DIANA
Unité : %
Elèves inscrits Pourcentage (%) des Candidats au CEPE en Taux (%) de réussite au
District
(2007-2008) redoublants (2007-2008) 2008 CEPE en 2008
Ambanja 5 718 7,9 954 80,9
Ambilobe 10 378 8,4 751 78,8
Antsiranana I 12 116 7,5 1 416 64,8
Antsiranana II 2 556 8,4 350 84,9
Nosy Be 5 092 9,3 712 85,1
Ensemble de la région 35 860 8,1 4 183 76,1
Niveau National 2 4,0 % 4,7 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008 , 2 Par rapport au niveau national

b)  Dans l’enseignement secondaire du premier cycle


Comme dans tous les niveaux pédagogiques, l’enseignement secondaire du premier cycle se divise
en secteur public (CEG) et en secteur privé (Collèges privés).

89
Dans les Collèges d’Enseignement Général

Au niveau des CEG publics, on enregistre 13 037 inscrits durant l’année scolaire 2007-2008.
Cet effectif représente 2,8 % du niveau national. Parmi les inscrits, l’enquête 2009 affiche un taux
de redoublement à hauteur de 12,2  %. Sur les 2546 candidats, 44,7  % ont réussis à l’examen
du BEPC. Les taux de réussite les plus élevés sont enregistrés dans les districts d’Antsiranana I et
Antsiranana II avec des taux de réussite respectifs de 63,3 % et 45,9 %. Pour les autres districts,
cette proportion se situe autour de 35 %. Le redoublement est de l’ordre de 12,2 % dans les CEG.
Les taux de redoublements dans les districts sont quasi identiques sauf à Antsiranana I où ce taux
atteint les 20,5 %.

Tableau 65.  Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les CEG par district dans la région de DIANA
Unité : %
Inscrits 6 e
Inscrits (%) des redoublants Candidats au BEPC Taux (%) de réussite
District
(2008-2009) (2007-2008) (2007-2008) en 2008 au BEPC en 2008
Ambanja 1 141 2 645 8,7 3 777 35,6
Ambilobe 2 630 4 235 11,5 771 34,8
Antsiranana I 830 2 697 20,5 743 63,3
Antsiranana II 1 054 1 437 12,5 229 45,9
Nosy Be 1 024 2 023 7,3 368 38,0
Ensemble de la région 6 679 13 037 12,2 5 888 44,7
Niveau National 2,8 % 3,3 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

Dans les collèges privés

D’après l’enquête monographique 2009, l’effectif des élèves inscrits en classe de 6e dans les col-
lèges privés était de 10 503, soit 10,2 % de l’effectif national. La performance est meilleure dans
l’enseignement privé. Le taux de réussite au BEPC s’élève à 48,9 % en moyenne. La performance
selon les districts est assez disparate. Le taux de réussite varie entre 27,6 % et 71 % selon les dis-
tricts. Le taux le plus élevé se trouve dans la ville d’Antsiranana I et le plus faible a Nosy Be.

Tableau 66.  Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les collèges privés par district dans la région de DIANA
Unité : %
Inscrits en 6e durant l’année Taux (%) de réussite au BEPC
District Candidats au BEPC 2008
scolaire 08-09 2008
Ambanja 4 838 1 061 27,6
Ambilobe 2 424 724 43,8
Antsiranana I 1 854 1 551 71,6
Antsiranana II 407 67 25,4
Nosy Be 980 925 41,1
Ensemble de la région 10 503 4 328 48,9
Niveau National 10,2 % 7,5 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008

90
c)  Dans le second cycle de l’enseignement secondaire
Dans les lycées publics

L’effectif des élèves inscrits dans les lycées de la région est de 3 343 pendant l’année scolaire
2007-2008 et représente 0,5 % de l’effectif national. Les nouveaux entrants en classe de 2nde sont
au nombre de 1 347, soit 40 % de l’effectif total. Le taux de redoublement est, dans son ensemble,
de 20,4 % et la réussite au baccalauréat est de 37,6 %. La performance au baccalauréat est la
meilleure à Ambanja avec 48,1 % et est la plus faible à Ambilobe avec 31,6 %.

Tableau 67.  Tableau synthétique de l’effectif des élèves dans les lycées publics d’enseignement général
par district dans la région de DIANA
Unité : %
Inscrits en 2nde Inscrits au lycée Pourcentage (%) Candidats Taux (%) de réus-
District
(2008-2009) (2008-2009) redoublants (07-08) BACC 2008 site au BACC 2008
Ambanja 196 533 11,3 129 48,1
Ambilobe 350 700 18,6 235 31,9
Antsiranana I 480 1 283 24,2 694 36,0
Antsiranana II 39 nd nd nd nd
Nosy Be 282 827 21,8 279 41,6
Ensemble région 1 347 3 343 20,4 1 337 37,6
Niveau national 0,6 % 0,5 % 1,7 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008, nd=non disponible

Dans les lycées privés

En 2008, 3 322 élèves étaient inscrits en seconde dans les lycées privés d’enseignement général de
la région. Cet effectif représente 4,6 % de l’effectif national. Les candidats au baccalauréat repré-
sentent quant à eux 4,0 % de l’effectif national. Pour l’ensemble de la région, le taux de réussite au
baccalauréat s’élève à 50,2 % et le taux de redoublement est de 9,4 %. Le taux de réussite est le
plus faible à Nosy Be et le plus élevé à Ambanja. Le taux de redoublement est quasi similaire entre
les différents districts.

Tableau 68.  Effectif des élèves dans les lycées privés d’enseignement général dans la région
Unité : %
Inscrits en 2 nd
Inscrits au lycée Pourcentage (%) redou- Candidats au Taux (%) de réussite
District
(2008-2009) (2007-2008) blants (2007-2008) BACC 2008 au BACC 2008
Ambanja 641 599 6,7 230 82,6
Ambilobe 398 1 019 10,9 245 40,8
Antsiranana I 702 1 235 7,0 267 39,3
Antsiranana II nd nd nd nd nd
Nosy Be 430 469 15,6 107 29,0
Ensemble de la région 2 171 3 322 9,4 849 50,2
Niveau national 7,0 % 4,6 % 4,0 %
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008, nd : non disponible

91
Dans les lycées techniques publics

Ambanja et Antsiranana I disposent de lycées techniques publics. Le nombre d’élèves inscrit pendant
l’année scolaire 2007-2008 est de 1083. Les nouveaux entrants en 2nde pour l’année scolaire 2008-
2009 sont au nombre de 328 pour les deux districts. Le redoublement est de l’ordre de 17,5 % dans
son ensemble. Il est plus élevé à Antsiranana I avec 19,5 %. La réussite au baccalauréat se situe à
32,1 % avec une performance largement plus élevé dans le lycée technique d’Ambanja.

Tableau 69.  Effectif des élèves dans les lycées techniques publics dans la région
Unité : %
Inscrits en 2nde
Inscrits lycée Pourcentage (%) redou- Candidats au Taux (%) de réus-
District
(2008-2009) (2007-2008) blants (2007-2008) BACC 2008 site BACC 2008
Ambanja 70 213 9,4 61 55,7
Antsiranana I 258 870 19,5 450 28,9
Ensemble de la région 328 1 083 17,5 511 32,1
Source : MEI/CREAM/Monographie 2008, nd : non disponible

Ecole de formation technique professionnelle

Le nombre des inscrits dans les lycées techniques privés lors de l’année scolaire 2007-2008 est de
330. Les inscrits en classe de 2nde pour l’année 2008-2009 sont de 156. Le redoublement est plus
faible que dans les lycées publics avec 13,6 %. La réussite au baccalauréat est de 35,6 %.

Tableau 70.  Effectif des élèves dans les lycées techniques privés de la Région DIANA
Unité : %
Inscrits en 2nde Inscrits lycée Pourcentage (%) redou- Candidats au Taux (%) de réussite
District
(2008-2009) (2007-2008) blants (2007-2008) BACC 2008 BACC 2008
Ambanja 26 60 25,0 0 nd
Antsiranana I 130 270 11,1 90 35,6
Ensemble de la région 156 330 13,6 90 35,6
Source : VPEI/CREAM/Monographie 2008, nd : non disponible

92
Chapitre V
Les activités économiques
V.1.  Caractéristiques de la population active

V.1.1.  Niveau d’instruction


Le niveau d’instruction de la population active permet d’avoir un aperçu global de la qualité des
travailleurs de la région. En général, la population active de la région de DIANA a un niveau d’ins-
truction assez faible. 35,3 % de la population active sont sans instruction et 39,2 % ont un niveau
primaire. En tout, 75 % de la population n’a qu’un niveau primaire. Le niveau secondaire représente
21,4 % de la population active et 4,1 % ont un niveau supérieur.
En comparaison avec la moyenne nationale, le niveau d’instruction est plus élevé dans la région.
En effet, si au niveau national, la proportion de la population active qui a un niveau d’instruction
moins que le primaire représente 85,3 %, cette proportion n’est que de 74,5 % pour la région. La
proportion de la population active ayant un niveau secondaire est de 21,4 % pour la région contre
11,9 % pour Madagascar. Cette différence peut s’expliquer par le fait que la proportion de la popu-
lation vivant en milieu urbain pour la région est supérieure à celle de l’ensemble de Madagascar
(voir chapitre 2).
Tableau 71.  Répartition par niveau d’instruction de la population active
Unité : %
Région Sans instruction Primaire Secondaire Supérieur Total
DIANA 35,3 39,2 21,4 4,1 100,0
Madagascar 33,3 52,0 11,9 2,8 100
Source : INSTAT/DSM/EPM2010

V.1.2.  Répartition de la population active dans les différents secteurs d’activités


La répartition de la population active, notamment des femmes, dans la région selon le secteur d’ac-
tivité reflète la répartition spatiale de la population. En effet, si 63 % de la population de la région
vivent en milieu rural, 67,4  % des femmes exercent dans le secteur de l’agriculture. Ce secteur
demeure le secteur qui occupe la part la plus grande dans la population active. A part ce secteur,
les secteurs de la vente et des services ainsi que des travaux manuels qualifiés occupent aussi une
place assez importante parmi les autres secteurs. Ces secteurs occupent respectivement 15,4 % et
9,6 % des femmes actives.
Par rapport au niveau national, la répartition est quasi similaire avec une prépondérance du secteur
de l’agriculture. Toutefois, l’importance de ce secteur est moindre dans la région par rapport à l’en-
semble de Madagascar. Les secteurs des ventes et services ainsi que les travaux manuels qualifiés y
occupent une place plus importante.
Tableau 72.  Proportion de femmes occupées dans les différents secteurs d’activité dans la région de DIANA
Unité : %
Cadre/ Technicien/ Ventes et Manuel Manuel Non Effectifs des
Employé Agriculture Manquant Total
Direction services qualifie qualifie femmes
DIANA 3.5 0.3 15.4 9.6 3.6 67.4 0.2 100 319
Ensemble 3,5 0,5 12,2 6 4,6 72,7 0,4 100,0 14 623
Source : EDSMD-IV Madagascar 2008-2009

95
Du côté des hommes, une plus forte proportion (par rapport aux femmes) exerce dans le secteur de
l’agriculture. Cette proportion est de 69,3 % et est plus proche de la proportion au niveau national
qui est de 73,5 %. A part le secteur de l’agriculture, les ventes et services, les travaux manuels ainsi
que les cadres sont respectivement de 8,7 % et 14,1 % de la population masculine active.

Au niveau des hommes âgés entre 50 et 59 ans, à part l’agriculture qui occupe 71,6 % de la popu-
lation active, on peut remarquer une prépondérance des cadres, techniciens et dirigeants au niveau
de la région en comparaison avec le niveau national. Cela reflète le fait qu’une plus grande partie
de la population vit en milieu urbain où ce type de travail est plus fréquent.

Tableau 73.  Proportion d’hommes occupés dans les différents secteurs d’activité dans la DIANA

Effectifs des
Manuel Non
Technicien/

Agriculture

Manquant
Ventes et
Direction

Employé

hommes
services

qualifié

qualifié
Manuel
Cadre/

Total
DIANA 4,8 0,7 8,7 14,1 2,3 69,3 0,0 100,0 162,0
Ensemble 15 - 49 4,5 0,5 6,6 11,2 3,1 73,7 0,4 100,0 6766
Hommes 50 – 59 DIANA 9,2 1,5 6,4 9,3 1,6 71,6 0,4 100 926
Ensemble des hommes 15 -59 5,0 0,6 6,6 10,9 2,9 73,5 0,4 100,0 7 693
Source : EDSMD-IV Madagascar 2008-2009

V.1.3.  Niveau de salaire des femmes comparé à celui gagné par les maris1

La distribution des revenus entre les femmes et les hommes dans la région est similaire à la répartition
au niveau nationale. 39,4 % des femmes gagnent à peu près le même revenu que leur mari. 48,2 %
gagnent moins que leur mari et 8,2 % en gagnent plus. Les proportions sont du même ordre au niveau
national. Toutefois, on peut remarquer que 3,7 % des femmes gagnent plus que leurs maris ou que
leurs maris n’ont pas de revenus. Cette proportion n’est que 1,2 % dans l’ensemble de Madagascar.

Tableau 74.  Argent gagné par les femmes comparé à celui gagné par leurs maris
Région Plus Moins A peu près le même Mari/partenaire n’a pas de revenu Ne sait pas/ manquant Total
DIANA 8,2 48,2 39,4 3,7 0,5 100
Madagascar 8,1 47,6 39,1 1,2 4,1 100
Source: EDS IV Madagascar 2008- 2009

V.2.  Infrastructures économiques

V.2.1.  Infrastructures routières


Les infrastructures routières constituent un des facteurs qui apportent le plus d’externalités pour une
économie donnée. Elles jouent un rôle primordial dans la circulation des hommes et des marchan-
dises, dans l’approvisionnement en intrants et dans la commercialisation des produits de la région.
1. Sans considération de la nature de l’emploi occupé

96
La RN6 traverse et structure tous les districts de la région. Elle relie Ambondromamy et Antsiranana
en passant par les districts d’Ambilobe et d’Ambanja. Seule le district de Nosy Be qui est une île
n’est pas accessible par la RN6.

Les communes de la région se situent dans la majorité à plus de 11 km des chefs lieu de district le
plus proches. En effet, 88,5 % des communes de la région se situent à plus de 11 km des chefs lieu
de districts le plus proches. Seules 11,5 % des communes se situent à moins de 10 km. Malgré cette
grande distance avec les chefs lieux de districts les plus proches, une grande partie des communes
sont toutefois accessibles du fait de l’existence de la RN6 qui traverse la région. 41 % des com-
munes restent accessibles en voiture légère toute l’année. 16,4 % le sont en période sèche unique-
ment. Les communes pourvues de terminus qui facilite d’autant plus la circulation représente 45 %
de l’ensemble des communes de la région.

Le problème d’accessibilité est moindre dans la région. La proportion des communes desservies par
une ligne régulière de transport en commun représente 68,9 % de l’ensemble des communes. Pour
rejoindre les chefs lieux de commune pour les zones non accessibles, la population marche ou utilise
les véhicules à deux roues. Avec l’existence de nombreuses rivières dans la région, 1,6 % utilisent
les moyens fluviaux pour rejoindre les chefs lieu de district les plus proches. En termes de durée, il
faut en moyenne entre 3 heures à une demi-journée pour parcourir cette distance.

Photo 8.  La gare routière d’Ambanja

97
Tableau 75.  Accessibilité/moyens de transport
Proportion de communes
Moins de 1 km à 10 km 11.5
Distance du chef lieu de commune par 11 km et plus 88.5
rapport au chef lieu de district Manquant 0.0
Total 100.0
En permanence 41.0
Accessibilité en voiture légère du chef lieu de Uniquement en période sèche 27.9
commune Non 31.2
Total 100.0
En permanence 78.7
Uniquement en période sèche 16.4
Accessibilité en camion et 4x4 toute l’année Non 9.8
Manquant 6.5
Total 100.0
A pied, à bicyclette, moto 21.3
En charrette 0.0
Moyen utilisé pour se rendre dans les com-
A pirogue, canot 1.6
munes Non accessibles en voiture
Manquant 77.1
Total 100.0
Moins d’1 heure à 3 heures 1.6
3 h à 1/2 journée 18.0
1/2 journée à 1 journée 1.6
Durée du trajet
Plus d’une journée 1.6
Manquant 77.1
Total 100.0
Oui 68.9
Desserte régulière de la commune par une
Non 31.2
ligne de transport en commun
Total 92.6
Oui 45.9
Existence de terminus d’une ligne de trans- Non 26.2
port en commun Manquant 27.9
Total 100.0
Oui, grandes compagnies 8.2
Oui, essentiellement privé 0.0
Existence d’une station d’essence dans la
Non 91.8
commune
Manquant 0.0
Total 100.0
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

98
Carte 9.  Carte du réseau routier dans la Région DIANA

¯
Légende
(
! Chef Lieu Région
( Chef Lieu District
!
Région Diana
Régions limitrophes
Infrastructures routières
Route nationale Antsiranana
Route d'Intérêt Provinciale (
!
Piste

Ambilobe
(
!
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja
(
!

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

99
V.2.2.  Réseau électrique

a)  Puissance installée/fournie


Selon l’enquête monographique réalisée par le CREAM, tous les 5 districts de la région de DIANA
disposent au moins d’une commune desservie par un réseau d’électricité. La puissance fournie par
la JIRAMA est de l’ordre de 4,7 millions de kWh. Il subsiste pourtant un grand déséquilibre selon
les districts. En effet, plus de 90 % de la puissance fournie est enregistrée à Antsiranana I et à Nosy
Be. Cela s’explique par le fait qu’Antsiranana I est la plus grande agglomération de la région et le
district de Nosy Be est un pôle touristique important. Ambanja et Antsiranana II n’utilise que 1 500
kWh chacun. En cohérence avec les capacités fournies, le nombre d’abonnés le plus élevé se trouve
à Antsiranana I et à Nosy Be.

Malgré le fait que 63,8 % de la capacité fournie est enregistrée dans le district d’Antsiranana I,
c’est toujours dans ce district qu’on enregistre le plus de demandes d’abonnement non satisfaites.
Selon l’enquête monographique, ce nombre s’élève à 833 pour le district d’Antsiranana I. Le reste
de demandes non satisfaites a été enregistré à Ambanja (85 demandes) et Antsiranana II (66).

Tableau 76.  Electricité/Données structurelles


Nombre cumulé de
Puissance fournie ou installée Nombre d’abonnés JIRAMA en
District demandes d’abonnement
JIRAMA (kWh) 2009
Non satisfaites en 2009
Ambanja 1 540 2 500 85
Ambilobe 260 000 2 487 0
Antsiranana I 3 053 339 13 160 833
Antsiranana II 1 592 753 66
Nosy Be 1 433 356 5 583 0
Total 4 749 827 24 483 984
Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

b)  Sources d’énergie et fournisseur


Selon les chiffres obtenus à partir de l’enquête monographique réalisée par le CREAM, sur l’en-
semble des communes de la région, 14,8  % sont pourvues de réseaux électriques. Ces réseaux
électriques sont alimentés en totalité par des centrales thermiques. Par ailleurs, la JIRAMA reste la
seule entreprise productrice d’électricité dans la région.

c)  Offre/demande, qualité de service


Parmi les 14,8 % de communes qui sont pourvues de réseaux électriques, 3,3 % sont couvertes en
entier et 8,2 % sont seulement couvertes en partie. Par ailleurs une faible proportion de commune
(1,6 %) subit des délestages de plus d’une heure qui atteint généralement l’ensemble des fokontany.
En conclusion, on peut dire que malgré la faible couverture en électricité dans la région, la qualité
de service est plus ou moins satisfaisante là où il existe.

100
Tableau 77.  Electricité/Données opérationnelles
Principale source de production d’électricité Proportion de communes
Hydroélectrique 0.0
Thermique 11.5
Manquant 88.5
Total 100.0
Existence de fournisseurs de réseau électrique
Oui JIRAMA uniquement 14.8
Oui JIRAMA et autres fournisseurs 0.0
Oui, fournisseurs autres que JIRAMA 0.0
Non 85.3
Manquant 0.0
Total 100.0
Zone couverte par le réseau de la JIRAMA
Toute la commune 3.3
Une partie de la commune 8.2
Manquant 88.5
Total 100.0
Proportion de communes ayant un délestage de plus
d’une heure
Oui 1.6
Non 9.8
Manquant 88.5
Total 100.0
Zone de délestage
Tous les fokontany sans exception 1.6
Certains seulement 0.0
Manquant 98.4
Total 100.0
Durée du délestage
1 à 3 heures 1.6
3 à 6 heures 98.4
6 à 23 heures
Manquant 98.4
Total 100.0
Fréquence du délestage par jour
1 fois par jour 0.0
2 à 3 fois par jour 1.6
Manquant 98.4
Total 100.0
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

101
V.2.3.  Réseau de distribution d’eau

a)  Capacité fournie/consommée


Selon l’enquête monographique réalisée en 2009, tous les districts de la région ont au moins une
commune desservie en eau courante. La capacité fournie s’élève à 591 mille m3 en 2009. Comme
dans le cas de l’électricité, la majeure partie (99  %) de cette capacité est concentrée dans les
districts d’Antsiranana  I et de Nosy Be. Les autres districts ne disposent que d’une partie margi-
nale : Ambanja 1 500 m3, Antsiranana II 320 m3 et Ambilobe 24 m3. 73 % de cette capacité est
actuellement utilisée. Le taux d’utilisation est le plus élevé à Antsiranana I où il avoisine les 77 %
(356 054 m3 sur 458 355 m3). Pour Antsiranana II et Nosy Be, ces proportions sont respectivement
de 23 % et 34 %. Aucun abonné n’est encore enregistré dans le district d’Ambilobe. Les demandes
non satisfaites ont été enregistrées à Antsiranana II et Antsiranana I alors que la capacité n’est pas
encore totalement utilisée.

Tableau 78.  Eau /Données structurelles


Volume d’eau Nombre d’abonnés Nb cumulé de demandes d’abonne-
District Capacité fournie (m3)
consommée(m3) en 2009 ment non satisfaites en 2009
Ambanja 1 500 25 800 705 0
Ambilobe 24 0 0 0
Antsiranana I 458 355 356 054 6 695 15
Antsiranana II 320 7 577 213 38
Nosy Be 131 225 45 045 829 0
Total 591 424 434 476 8 442 53
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

b)  Fournisseurs et zone de couverture


La JIRAMA dessert 6,6 % des communes de la région, alors que les autres fournisseurs sont pré-
sents dans 1,6 %. Il n’y a aucune commune où la JIRAMA et les autres fournisseurs coexistent selon
l’enquête monographique. Dans l’ensemble de la région, 1,6 % des communes de la région sont
totalement couvertes par les réseaux de distribution et 6,6 % ne sont couvertes que partiellement.

c)  Disponibilité du service de distribution


La distribution d’eau dans les zones du réseau de distribution est plus ou moins satisfaisante malgré
une faible couverture spatiale. En effet, l’eau y est disponible au moins 12 heures par jour, dans
6,5 % des communes de la région, ce service est même disponible en tout temps dans 4,9 % des
communes.

d)  Infrastructures de distribution


Les bornes fontaines existent dans 19,7 % des communes de la région. La majeure partie de ces bornes
fontaines ont été produites par des fournisseurs autres que la JIRAMA. En effet, 14,8 % des communes
ont des infrastructures dotées par d’autres fournisseurs alors que la JIRAMA n’en a que dans 4,9 %
des communes. La couverture de ces infrastructures reste encore faible car 63,9 % des communes ont
déclaré que la principale source d’eau à boire pour leur population reste encore la rivière.

102
e)  Eau et assainissement de base
La desserte en eau dans la région est en moyenne plus élevée que la moyenne nationale. Selon les
données du Ministère de l’Eau, le taux de desserte se situe à 42,6 % pour la région contre 43,0 %
pour Madagascar. Mais les infrastructures d’eau potables sont plus concentrées en milieu urbain.
En effet, l’écart entre les taux de desserte en milieu rural et en milieu urbain est assez significatif :
35 % contre 94 %.

Concernant l’utilisation des latrines, la couverture en termes d’infrastructures pour la région est de
27 %. Ce taux est encore inférieur au taux national qui se situe à 46 %. Cette faible proportion
s’explique essentiellement par le milieu rural où seulement 9 % de la population est couverte par les
infrastructures d’assainissement.

Tableau 79.  Taux de desserte en eau potable et utilisation de latrines dans la région de DIANA par milieu en 2011
Unité : %
Urbain 94
Taux de desserte Rural 35
Année 2011 Ensemble région 52
Ensemble Madagascar 43
Urbain 70
Taux d’utilisation de latrines Rural 9
Année 2011 Ensemble région 27
Ensemble Madagascar 46
Source : Annuaire du secteur eau potable et assainissement 2012, Ministère de l’Eau

Photo 9.  Nosy Lonjo

103
Tableau 80.  Eau/Données opérationnelles
Unité : %
Fournisseurs d’eau courante Proportion de communes
JIRAMA uniquement 6.6
JIRAMA et autres fournisseurs 0.0
Autres fournisseurs que JIRAMA 1.6
Non 55.7
Manquant 36.1
Total 100.0
Zone couverte par le réseau
Toute la commune 1.6
Une partie de la commune 6.6
Manquant 91.8
Total 100.0
Nombre d’heures par jour de distribution d’eau
24 heures sur 24 4.9
12 à 23 heures/j 1.6
Moins de 12 heures/j 1.6
Manquant 91.8
Total 100.0
Existence de bornes fontaines dans la commune
JIRAMA uniquement 4.9
Fournisseurs autres que JIRAMA 14.8
Non 80.3
Manquant 0.0
Total 100.0
Structure de gestion et d’entretien de bornes fontaines
Oui 8.2
Non 11.5
Manquant 80.3
Total 100.0
Mode d’approvisionnement en eau de la population
Eau courante 3.3
Borne fontaine 0.0
Source 0.0
Puits 32.8
Vendeur ambulant 0.0
Rivière, fleuve 63.9
Autres 0.0
Manquant 0.0
Total 100.0
Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

104
V.3.  Secteur primaire

V.3.1.  Agriculture

Compte tenu de la pluviométrie, de la présence de vastes plaines fertiles, des fleuves de Sambirano
et de la Mahavavy et des sols d’origine volcanique de Nosy-Be et de la montagne d’Ambre, la
région de DIANA a une importante potentialité agronomique. Elle dispose d’une large superficie
cultivable

Surface cultivable/surface cultivée

Selon l’enquête monographique réalisée par le CREAM, la région de DIANA a en tout 1,3 mil-
lions d’ha de terrains cultivables, représentant 63 % de la superficie totale de la région et 13 %
des superficies cultivables à Madagascar. Pour les districts de la région, les superficies cultivables
représentent plus de 50 % des superficies totales des districts. Cette proportion est la plus élevée à
Ambanja où elle est de 72,8 %. Pour les districts d’Ambilobe et Nosy Be, les proportions
sont respectivement de 66,6 % et de 66,4 %.

Actuellement, seule 9,8 % de cette superficie est exploitée. Ce taux d’exploitation est large-
ment inférieur au taux du niveau national qui est de l’ordre de 51,7 %. 41 % des terres culti-
vables se situent dans le district d’Ambilobe qui inclut la plaine de Sambirano. Ambanja et
Antsiranana I disposent respectivement de 29,9 % et de 27,5 % des superficies cultivables.

Par rapport à l’exploitation, le taux est le plus élevé dans le district d’Antsiranana I avec
15,0 %. Les autres districts ont un taux d’exploitation inférieur à 10 % : Ambanja 9,3 %, Nosy Be
4,0  % et 6,9  % à Ambilobe. La superficie cultivée dans la région représente 2,3  % des superfi-
cies cultivées à Madagascar. Pour l’ensemble de la région, le taux d’exploitation des terres est en
moyenne de 9,8 %. Cette analyse permet de conclure que la région dispose encore d’un potentiel
non exploité important en matière d’agriculture.

Tableau 81.  Surface cultivable/ cultivée


Unité : ha
Surface cultivée (ha) Surface cultivée /
District Surface cultivable (ha)
Année 2009 Année 2012 cultivable (2009)
Ambanja 395 577 36 900 91 970 9,3 %
Ambilobe 542 057 37 187 88 246 6,9 %
Antsiranana I nd 54 750 500 15,0 %
Antsiranana II 363 948 nd 54 600 nd
Nosy Be 21 057 850 Nd 4,0 %
Total de la région 1 322 639 129 687 236 166 9,8 %
Madagascar 10 140 964 5 245 237 471 482 (17,85 %) 51,7 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

105
Les techniques améliorées de culture commencent à être adoptées par les paysans de la région. Selon
l’enquête monographique, 29 400 paysans pratiquent ces méthodes améliorées incluant l’amélioration
des semences, l’utilisation des jeunes plans et l’utilisation de fertilisant. Concernant ce dernier point,
5 940 paysans utilisent actuellement la fumure organique et 1 920 pour la fumure minérale. Ce
nombre est encore faible étant donné le nombre de paysans dans la région, mais reflète un début de
changement de comportement. C’est dans le district d’Ambanja qu’on rencontre le plus de paysans
pratiquant les méthodes culturales améliorées.

Tableau 82.  Méthode culturales/engrais utilisés


Unité : Nombre
Nombre de paysans pratiquant Nombre de paysans utilisant Nombre de paysans utilisant la
District
une méthode culturale améliorée de la fumure organique fumure minérale
Ambanja 16 000 1 200 150
Ambilobe 13 400 1 340 570
Antsiranana I nd 3 400 1 200
Antsiranana II nd nd nd
Nosy Be nd nd nd
Total de la région 29 400 5 940 1 920
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Photo 10.  Centre de formation agricole à Ambanja

106
Malgré le taux faible d’exploitation, l’agriculture de la région commence à être mécanisée. L’enquête
monographique révèle que dans l’ensemble de la région, l’agriculture mécanisée est la plus utilisée.
Ce constat est valable pour tous les districts sauf à Nosy Be où les techniques semi mécanisées pré-
dominent. Sinon, l’ordre Mécanisé, semi mécanisé et traditionnelle est respecté dans tous les districts.

Tableau 83.  Classement des types de techniques utilisées selon leur importance
La plus utilisée Deuxième technique utilisée La moins utilisée
Ambanja Mécanisée Semi-mécanisée Traditionnelle
Ambilobe Mécanisée Semi-mécanisée Traditionnelle
Antsiranana I Mécanisée Semi-mécanisée Traditionnelle
Antsiranana II Mécanisée Semi-mécanisée Traditionnelle
Nosy Be Semi-mécanisée Traditionnelle
Ensemble DIANA Mécanisée Semi-mécanisée Traditionnelle
Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

a)  Les cultures pratiquées


La culture des céréales, et en particulier du riz occupe la grande partie des terrains cultivés dans la
région. Elle occupe 64,8 % de la superficie cultivée. Les cultures industrielles permanentes
telles que le café, le cacao et la vanille viennent en seconde position et occupent 28,1 %
des terres cultivées. Les autres types de spéculation restent marginaux. Les tubercules sont
cultivés sur 3,3 % des terres et les cultures industrielles temporaires telles que les cannes à
sucre ou le coton occupent 2,7 % des terrains cultivés.

Tableau 84.  Répartition des terres cultivées selon les cultures


Unité : %
Culture Part dans la superficie cultivée (%)
Céréale 64,8
Tubercule 3,3
Llégumineuse 1,1
Industrielle temporaire 2,7
Cultures industrielle permanente 28,1
Total 100,0
Source : Recensement de l’agriculture, 2004 - 2005

Les trois types de cultures conventionnelles peuvent se repartir par zone selon leur vocation respective :

–– Antsiranana II et Nosy-Be : culture vivrière ;

–– zone Ambilobe : culture vivrière et industrielle ;

–– zone Sambirano et Nosy-Be : culture de rente.

La diversité des conditions physiques et climatiques dans ces zones permettent une grande diversité
en matière de culture. Les cultures suivantes sont les plus pratiquées dans son ensemble :

–– cultures vivrières: riz, manioc, maïs, haricot, patate douce, pomme de terre,… ;

–– cultures de rente: café, cacao, poivre, vanille, ylang ylang ;

107
–– cultures industrielles: canne à sucre, arachide, coton ;

–– fruits et legumes.

b)  Les cultures pratiquées à des fins commerciales


Les cultures à des fins commerciales sont absentes ou insignifiantes dans les villes d’Antsiranana I.
Cette grande ville est plutôt axée sur d’autres activités comme le tourisme, l’administration ou l’indus-
trie. Sinon, dans les trois autres districts, l’ensemble des communes d’Ambanja et d’Ambilobe pra-
tique la culture de céréales à des fins commerciales. Cette proportion est de 85,7 % pour le district
d’Antsiranana II. Ces chiffres confirment encore la prédominance de la culture des céréales dans la
région. Les proportions des communes pratiquant la culture de tubercules à des fins commerciales
sont similaires à celles des céréales : 100 % pour les districts d’Ambanja et d’Ambilobe et 81 %
pour le district d’Antsiranana II. Il faut noter que la culture de tubercules est présente à Nosy Be.

Les légumineuses et les légumes sont cultivés à des fins commerciales dans tous les districts de la
région à l’exception d’Antsiranana I. Sur l’ensemble de la région, 39,3 % des communes cultivent les
légumineuses à des fins commerciales. Les communes pratiquantes cette culture sont plus fréquentes
à Ambanja avec une proportion de 65,2 % du nombre total des communes. A Antsiranana II, cette
proportion est de 33,3 % et 6,7 % à Ambilobe. Quant aux légumes, 71,4 % des communes d’Ant-
siranana II la pratiquent contre 17,4 % à Ambanja et 6,7 % à Ambilobe. Les cultures industrielles
sont surtout présentes à Ambanja, Ambilobe et Nosy Be.

Tableau 85.  Cultures pratiquées à des fins commerciales 2


Racine et Cultures
Céréales Légumineuses Légumes Epices Fruits Autres
tubercules industrielles
Ambanja 100,0 100,0 65,2 17,4 100,0 100,0 100,0 100,0
Ambilobe 100,0 100,0 6,7 6,7 86,7 33,3 26,7 0,0
Antsiranana I 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Antsiranana II 85,7 81,0 33,3 71,4 23,8 61,9 61,9 19,1
Nosy Be 0,0 100,0 100,0 100,0 100,0 0,0 0,0 0,0
Total 91,8 91,8 39,3 34,4 68,9 67,2 65,6 44,3
Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

V.3.2.  L’Elevage
L’élevage représente au niveau de la région un secteur d’activité de production indissociable du
mode de vie en milieu rural. Les régions vouées à l’élevage (traditionnel et artisanal) se trouvent
dans les districts d’Antsiranana Ouest, particulièrement dans l’extrême Nord de l’île, à Bobasakoa
et dans le district d’Ambilobe. Les districts d’Ambanja et particulièrement Nosy-Be où les conditions
climatiques sont inadéquates (chaleur et humidité) sont quant à eux généralement considérés comme
déficitaires en matière d’élevage. D’une manière générale, presque tous les types d’élevage sont
pratiqués dans la région : bovin, porcin, ovin, caprin et volailles.

2. En 2012, on constate qu’Ambanja récence 30  % de céréales contre 45  % pour Ambilobe. Pour Ambanja, 70  %
est attribué pour les racines et tubercules, 16,7 % est recensé pour les légumineuses à Ambilobe, et 26,7 % pour les
légumes. Par contre, 90 % pour Antsiranana I

108
Le cheptel

Les données sur le cheptel sont seulement disponibles dans les districts d’Ambanja et d’Antsira-
nana I. L’élevage bovin demeure en majeure partie de type extensif. Il est en mesure de fournir les
quantités de viande nécessaires pour satisfaire la demande générée par le faible pouvoir d’achat de
la population. Le cheptel bovin par éleveur est en moyenne de 1 à Ambanja et 5 à Antsiranana I.
Etant donné qu’Antsiranana est un grand centre urbain, la grande partie du cheptel se trouve dans
le district d’Ambanja, sauf pour les zébus et les chèvres.

Comparativement à Madagascar, le cheptel bovin dans la région représente 8,4 % du cheptel natio-
nal. Il est plus important que les volailles qui représentent 17,6 % de l’ensemble de Madagascar.
Avec la prépondérance de la religion musulmane dans la région, l’élevage de caprins et d’ovins est
plus développé que celui du porcin.

Tableau 86.  Part des cheptels porcin, ovin, caprin, volaille et bovin par district
Pourcentage (%) Effectif
Nombre d’éleveurs Cheptel bovin/
Bovin Porcin Ovin Caprin Volaille
bovins éleveur
Ambanja 13,1 % 91,7 % 92,8 % 0,9 % 19,9 % 93 000 1,0
Ambilobe 25,5 % nd nd 71,9 % 22,5 % nd nd
Antsiranana I 61,4 % 8,3 % 7,2 % 27,2 % 57,6 % 65 600 5,0
Antsiranana II nd nd nd nd nd nd nd
Nosy Be nd nd nd nd nd nd nd
Total région 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 % 100,0 %
 % Madagascar 8,4 % 2,4 % 5,2 % 3,3 % 17,6 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Disponibilité des services aux agriculteurs et aux éleveurs

Les services d’appui aux activités agricoles constituent un paramètre important pour améliorer la
productivité. Ils permettent en effet d’appuyer les paysans dans la mise en œuvre des nouvelles tech-
niques culturales, dans le suivi du cycle de production et dans l’introduction de nouvelles variétés.
Les districts d’Antsiranana II et de Nosy Be ne disposent pas de cabinet vétérinaire. Et même dans
les districts où ces services existent, ils se trouvent le plus souvent dans les chefs lieux de districts et
les systèmes de stratégies avancées sont souvent insuffisants. Par ailleurs, les dépôts de vente d’en-
grais et de semences sont existants dans tous les districts.

Tableau 87.  Disponibilité des services aux agriculteurs et aux éleveurs


Cabinet Vétérinaire Dépôt de vente d’engrais, de semence
Ambanja Oui Oui
Ambilobe Oui Oui
Antsiranana I Oui Oui
Antsiranana II Non Oui
Nosy Be Non Oui
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

109
V.3.3.  Pêche et ressources halieutiques

Avec la longue côte qui longe la région, les pêches sont dominées par la pêche côtière. Elle est
pratiquée dans 34,4 % des communes de la région. Elle est la plus fréquente à Ambanja où 52,2 %
des communes pratiquent ce type de pêche. Pour les districts d’Antsiranana II et d’Ambilobe, cette
proportion est respectivement de 14,3 % et de 33,3 %. La pêche en eau douce quant à elle n’existe
qu’à Ambanja. La pisciculture est inexistante sauf à Nosy Be. La culture de crevette quant à elle est
présente à Ambilobe.

La pêche est majoritairement artisanale et traditionnelle dans la région. La pêche traditionnelle se


pratique à l’aide de moyens très simples auxquels les pêcheurs sont habitués depuis des générations
(lignes, filets, ramassage). Elle cible des ressources immédiatement disponibles et d’une accessibilité
facile (les embarcations ne s’éloignent jamais à plus d’un kilomètre des côtes). Ce type de pêche
ravitaille en priorité les consommateurs locaux en poissons frais et transforme sur place (séchage)
les excédents. La pêche industrielle n’est pratiquée qu’à Nosy Be.

Tableau 88.  Proportion des communes pratiquant pêche, rizipisciculture et pisciculture


Pêche industrielle Pêche en eau
District Pêche côtière Rizipisciculture Pisciculture Aquaculture
et maritime douce
Ambanja 0 52,2 26,1 0,0 0,0 0,0
Ambilobe 0 33,3 0,0 0,0 0,0 6,7
Antsiranana I 0 0 0,0 0,0 0,0 0,0
Antsiranana Ii 0 14,3 0,0 0,0 0,0 0,0
Nosy Be 100 100,0 0,0 100 0,0 0,0
Total région 1,64 34,4 9,84 1,64 0 % 1,64 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

V.4.  Secteur secondaire

V.4.1.  Les activités de transformation

Le tissu industriel de la région de DIANA est encore assez faible. Certes, des grandes unités y sont ins-
tallées, mais elles sont handicapées par un certain nombre de problèmes, entre autres : le mauvais état
des voies de desserte, le coût élevé des matières premières ou la non qualification de la main d’œuvre.
Les grandes industries de la région se trouvent essentiellement dans la branche de l’agro-indus-
trie3 comme les Pêcheries de Nosy-Be (PNB), Pêche et Froid de l’Océan Indien (PFOI), Société
Commerciale et Industrielle de Madagascar (SCIM), Compagnie Salinière de Madagascar, Brasserie

3. Monographie région de DIANA, 2003

110
STAR, SIRAMA Ambilobe et Nosy Be. D’autres industries comme la SECREN, des industries d’extrac-
tion d’huiles essentielles et d’autres dans le secteur textiles y existent aussi.

Dans l’ensemble de la région, selon l’enquête monographique, 5 décortiqueries existent, dont 3 se


trouvent dans le district d’Antsiranana I, 1 à Ambilobe et 1 à Ambanja. Ce nombre semble un peu
faible surtout compte tenu du fait que le district d’Ambilobe possède une large plaine pour la riziculture.
Les industries de boisson sont au nombre de 3 dont 1 à Antsiranana et 2 à Antsiranana II.

Tableau 89.  Les activités de transformation dans la région

Transformations de
bois, fibres, cornes
Menuiserie, scierie
Transformation de

Textile, confection
produits agricoles
Nombre d’unités

Décortiqueries

et coquillages

Lapidairerie,

métalliques
bijouterie
Travaux
Boisson

Autres
Ambanja 0 0 0 2 0 15 15 0 5
Ambilobe 1 0 0 0 5 20 10 0 5
Antsiranana I 3 1 1 4 12 120 9 0 0
Antsiranana II 1 2 0 0 12 10 3 1 4
Nosy Be 0 0 0 0 15 80 10 0 5
Total DIANA 5 3 1 6 44 245 47 1 19
Poids de l’unité dans les activités 1,3 % 0,8 % 0,3 % 1,6 % 11,9 % 66,0 % 12,7 % 0,3 % 5,1 %
de transformations dans la région
Part DIANA dans le total national 0,5 % 0,7 % 0,3 % 0,6 % 7,4 % 16,9 % 6,7 % 0,2 % 0,3 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Les petites unités de transformation de textile sont les plus prépondérantes dans la région avec un
nombre de 244. La grande partie se trouve dans la grande ville d’Antsiranana avec 120 unités.
Ces unités de transformations textiles représentent 66 % de l’ensemble des unités de la région et
16,9  % pour celles de Madagascar. La transformation du bois, des fibres et des cornes tiennent
aussi une place assez importante et représentent 11,9 % des unités de transformation de la région
et 7,4 de celles de Madagascar. De même les lapidaireries et les bijouteries représentent 12,7 %
des unités de transformation de la région et 6,7 % de celles de Madagascar. Cette analyse montre
l’importance de l’artisanat et des travaux manuels dans la région en matière d’emploi.

V.4.2.  Création d’entreprises


La création d’entreprise reflète le dynamisme de l’économie locale et sa tendance à se formaliser. En
2008, 768 nouvelles entreprises ont été créées dans la région de DIANA. 71 % de ces entreprises
nouvellement créées sont dans le district d’Antsiranana I qui est le chef lieu de région. Antsiranana II
et Nosy Be ont chacun 76 entreprises créées. Pour Ambilobe et Ambanja, ce nombre est respecti-
vement de 54 et 14. En ce qui concerne les sociétés, 111 sociétés ont été créées. Cela représente
18,8 % des sociétés créées à Madagascar. La grande partie se trouve à Nosy Be avec 71 créations,
suivies d’Antsiranana avec 36. Les sociétés créées à Ambilobe et Antsiranana II sont marginales
avec respectivement 1 et 3 sociétés créées.

111
Carte 10.  Carte des carrés miniers dans la Région DIANA

Légende
(
!
!
Chef Lieu Région
( Chef Lieu District
Région Diana
¯
Régions limitrophes
Permis d'Exploitation
Permis Réservés aux petits Exploitants Antsiranana
Permis de Recherche (
!
AERP

Ambilobe
(
!
Andoany
(Hell-Ville)
(
!

Ambanja
(
!

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

112
Carte 11.  Carte des ressources minières dans la Région DIANA

Légende
(
! Chef Lieu Région
( Chef Lieu District
!
Cuivre
Etain
Grenat
¯
(
! Chef Lieu Commune
Région Diana Marne
Molybdène
Indices miniers
Nickel
Agate
Or Anjiabe
Améthyste
Plomb
Apatite
Pouzolane Ramena
Argent
Argile
Pyrochlore Mangoaka ( Antsiranana
!
Antsahampano
Quartz
Barytine Antanamitarana
Rubis Sud
Béryl Sakaramy Mahavanona
Saphir Andranofanjav a
Calcaire Joffreville
Scheelite Mahalina Andrafiabe
Calcédoine Anketrakabe
Schiste ardoisiers Antsalaka
Chromite Bobakilandy
Sphène Atm. Sadjoavato
Ankarongana
Columbite
Zinc Anivorano
Corindon Misorolava Avaratra Antsoha

Bobasakoa
Ambondrona

Antsohimbondrona
(Seranana) Antsaravibe
Tanam bao Mariv orahona
Betsiakabe
Ambodibonara Ampondralava
Mantaly Ambakirano
Anjiabe
Ambony
Ambilobe
Bemanondrobe

Djam andjary Beramanja


Antafiambotry Ambatoben'Anjavy
Ambatozavavy
Andoany Antsatsaka
(Hell-Ville) Maherivaratra Ambarakaraka
Anaborano
Ambalahonko
Ambohimena Antsakoamanondro
Bemanevika Ankatafa
Ambanja
Antsakatsaka Antranokarary Manambato
Ambaliha Benavony Ambodimanga
Djangoa
Ankingameloka
Bemaneviky
Antsirabe
Anorontsangana Ambohimarina
Maevatanana
Marovato
Ambodimanga
Marotolana

SAVA

SOFIA

0 25 50
Km

Source : FTM 2000

113
Tableau 90.  Nombres d’entreprises individuelles et de sociétés nouvellement créées en 2008, par district
Unité : nombre
Entreprises créées en 2008 Sociétés créées en 2008
Ambanja 14 0
Ambilobe 54 1
Antsiranana I 548 36
Antsiranana Ii 76 3
Nosy Be 76 71
Total DIANA 768 111
Part DIANA dans le total national 4,7 % 18,8 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

V.4.3.  Activité minière


a)  Définitions
L’activité minière c’est l’ensemble des opérations qui concerne tout gîte de substances minérales qui
ne sont classées ni en carrière ni en fossiles dont :

–– « Prospection » : l’ensemble des opérations qui consistent à procéder à des investigations super-
ficielles en vue de la découverte des indices de substances minérales ;

–– « Recherche » : l’ensemble des travaux géologiques, géophysiques ou géochimiques, exécutés


sur la terre ou en profondeur, en vue d’évaluer des indices ou gîtes de substances minérales pour
en établir la nature, la forme, la qualité, la continuité et le volume, ainsi que les conditions de
leur exploitation, concentration, transformation commercialisation, et de conclure à l’existence
ou non de gisements exploitables ;

–– « Exploitation » : toute opération qui consiste a extraire ou à séparer des gîtes naturels ou des
eaux, des substances minérales pour en disposer à des fins utilitaires ou esthétiques et compre-
nant à la fois les travaux préparatoires, l’extraction et éventuellement l’installation et l’utilisation
des facilités destinées au traitement et à l’écoulement de la production ;

–– « Orpaillage »  : l’exploitation des gîtes alluvionnaires d’or par des techniques artisanales, à
l’exclusion des travaux souterrains ;

–– « Transformation » : l’ensemble des opérations qui consistent à donner aux substances minérales
un autre aspect que celui d’origine, en vue de les valoriser ;

–– « La commercialisation » ;

–– « L’exportation ».

b)  Commune minière


Les activités minières ne sont pas encore très développées dans la région malgré l’existence de
certaines poches d’exploitation informelle. Parmi les communes de la région, 9,8 % ont des exploi-
tations minières selon l’enquête monographique en 2008. Ces communes minières sont regrou-
pées dans les districts d’Ambilobe et Antsiranana  II. Au total, 300 exploitants ont été reportés à

114
Antsiranana II dans les résultats de la même enquête, pour une superficie exploitée de 50 ha. Les
minéraux exploités concernent l’améthyste, l’or et le cristal à Ambilobe et le saphir à Antsiranana II

Tableau 91.  Activités minières dans la région de DIANA


Communes avec exploita- Nombre total de Nb exploitants Surface exploitées Substances
tion minière communes miniers (ha) exploitées
Ambanja 0.0 0 0
Ambilobe 33.3 nd nd Améthyste, Or, Cristal
Antsiranana I 0.0 0 0
Antsiranana II 4.8 300 50 Saphir
Nosy Be 0.0 0 0
Total 9.8 300 50
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

V.5.  Secteur tertiaire

V.5.1.  Commerce

Les échanges commerciaux figurent parmi les activités économiques dominantes de la région du fait
de sa vocation fortement agricole et notamment dans les districts qui produisent les cultures indus-
trielles et de rente. La proximité des marchés constitue de ce fait un élément dans l’incitation des
producteurs à produire.

Infrastructures de commercialisation

Dans son ensemble, 88,5 % des communes de la région disposent d’un marché. Toutefois, les mar-
chés aménagés ne sont présents que dans 29,5 % des communes. Cela peut entraîner une difficulté
de gestion des marchés et engendrer des pertes dans les recettes des communes. Les marchés sont,
dans l’ensemble, proches de la population. En effet, 75,4 % des communes se trouvent à moins de
5 km des marchés le plus proches. Du fait de cette proximité, 80,3 % de la population marche pour
rejoindre les marchés. Les voitures et les charrettes sont utilisées respectivement par 8,2 % et 11,5 %
de la population.

115
Tableau 92.  Infrastructures de commercialisation
Existence d’un marché Proportion de communes (%)
Oui 88.5
Non 11.5
Total 100.0
Marché sur un lieu aménagé
Oui 29.5
Non 57.4
Manquant 13.1
Total 100.0
Distance du marché le plus proche
Moins de 1km 49.2
1 à 5 km 26.2
6 à 10km 9.8
11 km et plus 14.8
Total 100.0
Moyens utilisés pour aller au marché
A pied 80.3
Charrette 11.5
Voiture 8.2
Total 100.0
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Collecte de produits agricoles


Les collecteurs constituent un maillon important dans la chaîne des valeurs des produits agricoles.
Dans la région, les collecteurs de produits agricoles sont au nombre de 36, soit 0,8 % du nombre
au niveau national. Ils sont particulièrement fréquents dans les districts d’Ambanja et de Nosy Be.
Concernant les collecteurs de produits halieutiques et d’eau douce, leur nombre est de 80, soit
0,3  % du nombre au niveau national. Ils sont présents dans les zones à forte activité de pêche
comme Ambanja (35), Ambilobe (28) et Nosy Be (13).

Tableau 93.  Collecte de produits agricoles


Unité : nombre
Nombres de Collecteurs de produits agricoles Collecteurs de produits halieutiques et d’eau douce
Ambanja 14 35
Ambilobe 3 28
Antsiranana I 9 0
Antsiranana II 0 4
Nosy Be 10 13
Total DIANA 36 80
Part DIANA dans le total national 0,8 % 0,3 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

Circuit commercial du produit phare

Le tableau suivant décrit les principales pratiques dans la région par rapport aux produits phares.
Selon les déclarations lors de l’enquête monographique, 98 % de la production est destinée à la

116
vente. La partie de l’autoconsommation ne représente que 1,6 % de la production. Les ventes s’effec-
tuent à 55,7 % à l’intérieur même de la commune. Les ventes se font toujours avec des intermédiaires
ou des collecteurs, mais pas directement auprès des consommateurs.

Tableau 94.  Circuit commercial du produit phare


Unité : %
Lieu de vente du principal produit Proportion de communes (%)
Dans la commune 55.7
Hors de la commune 44.3
Manquant 0.0
Total 100.0
Destination phare du principal produit
Vente 98.4
Autoconsommation 1.6
Total 100.0
Circuit commercial du principal produit
Collecteur grossiste 55.7
Intermédiaire 44.3
Consommateur 0.0
Manquant 0.0
Total 100.0
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009.

Photo 11.  Le port de Nosy Be

117
V.5.2.  Transport et communication

La région est traversée par la RN6 qui est la principale voie d’accès pour la région. L’intérieur de la
région est desservi par des routes plus petites et les zones enclavées sont desservies par des pistes
ou des sentiers.

a)  Les transports routiers


La région est desservie par 13 coopératives de transport, soit 1,9 % des coopératives existantes au
niveau national. Le district d’Ambanja est desservi par 4 coopératives, Ambilobe, Antsiranana I et II
le sont par 3 coopératives. Nosy Be n’est actuellement desservi par aucune coopérative.

Tableau 95.  Coopératives de transport desservant le district


Unité : Nombre
District Nombre de coopératives de transport desservant le district
Ambanja 4
Ambilobe 3
Antsiranana I 3
Antsiranana II 3
Nosy Be 0
Total DIANA 13
Part DIANA dans le total national 1,9 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

b)  Le trafic maritime et fluvial


Le transport fluvial est insignifiant dans la région. Les pirogues individuelles pour la traversée des
rivières existent un peu partout. Une seule vedette à coque en bois assure, à Ifasy, le transport
d’Anaborano à Beramanja durant la période des crues. Par contre, la région dispose de 4 ports :

–– le port d’Antsiranana, à Antsiranana-Ville ;


–– le port Saint-Louis à Ambilobe, dans la Commune Rurale d’Antsohimbondrona ;
–– le port d’Antsahampano à Ambanja, dans la Commune d’Ambanja ;
–– le port de Nosy-Be à Hell-Ville.

c)  Réseau de télécommunication


Avec l’avènement de l’ère des nouvelles technologies, les infrastructures de communication doivent
toujours accompagner le développement. L’accès au téléphone fixe est très limité dans la région.
Seul 6,6 % des communes de la région ont un accès à ce type de service. Cette faiblesse est com-
pensée par le développement récent des réseaux de téléphone mobile qui couvrent 73,8 % des com-
munes de la région. Seul le district d’Ambanja n’est pas couvert à 100 % par les réseaux mobiles.

L’accès à ’internet est encore assez rare avec une couverture de 6,6  %. La situation est la plus
défavorable à Antsiranana II où aucune commune n’a accès à Internet. Les districts d’Ambanja et
d’Ambilobe sont couverts respectivement à 4,3 % et 6,7 %. Les cybercafés sont regroupés dans les
agglomérations d’Antsiranana I et de Nosy Be. Dans les autres districts, il n’existe qu’un cyber café
qui se trouve à Ambanja.

118
Tableau 96.  Réseaux de télécommunication
Communication
Connexion Connexion tél Cybercafé ou télé
Accès Internet chef lieu commune
tél fixe mobile (% com- centre (nombre
(% communes) par BLU
(% communes) munes) communes)
(% communes)
Ambanja 4.35 30.43 4.35 1 4.35
Ambilobe 6.67 100 6.67 26.67
Antsiranana I 100 100 100 10 100
Antsiranana II 0 100 0 23.81
Nosy Be 100 100 100 10 100
Total région 6.56 73.77 6.56 21 19.67
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

d)  L’accès aux médias

L’accès aux informations est assuré en même temps par les médias nationaux et les médias privés.
Toutes les communes de la région sont couvertes par la radio nationale et au moins une radio privée.
La couverture de la TVM est quant à elle très limitée dans les districts d’Ambanja et d’Am-
bilobe. Dans ces districts, 4,4 % et 6,7 % des communes seulement sont couvertes par la
TVM. A Antsiranana II, cette proportion est de 66,7 % du fait de sa proximité avec le chef
lieu de région. Les chaines de télévisions privées n’existent actuellement qu’à Nosy Be.

Tableau 97.  Accès aux médias


Accès aux média Accès à RNM Accès à TVM Accès à une radio privée Accès à une TV privée
Ambanja 100.0 4.4 100.0 0.0
Ambilobe 100.0 6.7 100.0 0.0
Antsiranana I 100.0 100.0 100.0 0.0
Antsiranana II 100.0 66.7 100.0 0.0
Nosy Be 100.0 100.0 100.0 100.0
Total région 100.0 29.5 100.0 1.6
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

e)  Service postal


Dans la région, 8,2  % des communes disposent sur leur territoire d’une agence de la Paositra
Malagasy (PAOMA) et de services postaux comme les colis postaux, la messagerie. Les transferts
d’argent sont possibles dans 6,6  % des communes particulièrement à Nosy Be, Antsiranana  I,
Ambanja et Ambilobe. Ces communes disposent aussi des services de Caisse d’Epargne.

119
Tableau 98.  Service postal au niveau des communes
District Agence de la PAOMA Services postaux Transfert d’argent Caisse d’épargne Service privé de poste
Ambanja 4.35 4.35 4.35 4.35 4.35
Ambilobe 6.67 6.67 6.67 6.67 0
Antsiranana I 100 100 100 100 100
Antsiranana II 4.76 4.76 0 0 0
Nosy Be 100 100 100 100 100
Total région 8.2 8.2 6.56 6.56 4.92
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

V.5.3.  Tourisme et hôtellerie – Artisanat

a)  Service touristique et sites touristiques


Du fait de l’importance du secteur tourisme dans la région, elle dispose de 2 offices régionaux du
tourisme : un dans la ville d’Antsiranana s’occupant de la partie continentale de la région et un autre
à Nosy Be qui s’occupe de l’île en particulier.

La nature est caractérisée par une diversité de paysage liée à l’existence de plusieurs micros cli-
mats : étonnante formation de calcaire, de nombreuses grottes dans lesquelles se nichent des drape-
ries de calcites dont les plis tombent comme ceux d’une étoffe.

Quant à la faune qui a pu évoluer et s’adapter aux changements de leurs habitats, elle est représen-
tée par 20 espèces de lémuriens, parmi eux, le lémur couronné, l’étrange aye-aye, le lémur fulvus, le
Microcèbe roux. Les mammifères prédateurs et carnivores, les reptiles et les batraciens ne sont pas en
reste, ils sont marqués par la présence du Brookesia tuberculé le plus petit caméléon au monde, des
boas, les crocodiles du Nil, des papillons, des chauves souris occupant aisément leurs espaces…

En plus de sa faune, la flore est abritée par des forêts extraordinaires, des variétés d’orchidées, mais
aussi des plantes médicinales, dont certaines espèces ne sont visibles que dans la région.

Concernant les sites marins, au centre, la baie de Diego, immense rade naturelle et membre du
select « club des plus belles baies du monde », nous réserve d’autres sites à découvrir : Ramena,
Orangea, Baie des cailloux, Baie des Français, autant de noms évocateurs pour parler de la beauté
de ces côtes variées.

Ci après quelques sites touristiques les plus fréquentés dans la région :

–– les Trois baies : il s’agit d’une succession de 3 baies sur la côte Est situées sur l’Océan Indien.
Elles sont bordées d’une longue plage de sable blanc. La baie de Sakalava est le lieu de prédi-
lection des planchistes. La baie des Dunes et la Baie des pigeons sont accessibles à partir de la
baie de Sakalava ou du cap miné ;
–– la Baie du Courrier : A l’Ouest de Diego Suarez, du côté du canal de Mozambique la Baie du
Courrier offre un paysage captivant de part sa beauté sauvage et ses attraits touristiques en
matière d’écotourisme : étendues de mangroves, marais salants, baobabs, pachypodiums ;
–– la Mer d’Emeraude : La faible profondeur d’eau conjuguée à un fond sablonneux donne une teinte
turquoise à cette petite mer intérieure bordée de plages de sable blanc très peu fréquentées ;

120
–– la réserve marine de Nosy Hara : L’archipel de Nosy Hara est constitué par des îlots qui sont for-
més de tsingy (calcaire très découpé), de plages situées dans le canal de Mozambique. On peut
y grimper presque toute l’année (sauf janvier et février durant la grosse chaleur et l’humidité) ;
–– la plage de Ramena : situé à19 km de Diégo Suarez, ce site est frangé par 3 km de plage de
sable blanc typique des mers coralliennes ;
–– Parc National de la Montagne d’Ambre : Ce massif offre un climat de type tropical humide et
abrite une faune et une flore foisonnante qui sont typiques des forêts humides de Madagascar.
Plusieurs espèces animales y sont présentes. Entre autres on peut citer le lémur couronné, le
Brookesia tuberculé, le Microcèbe roux, le plus petit primate du monde, le Fosa mammifère car-
nivore, des papillons, des boas ;
–– la Montagne des Français : c’est la nécropole des anciens colonisateurs. Baptisée ainsi, en raison
des combats qui opposèrent en 1 942 les forces coloniales françaises aux Anglais ;
–– la Réserve naturelle de l’Ankarana : c’est une formation de calcaire surmontée de Tsingy acérés et
parcourue de grottes, la réserve de l’Ankarana est née sous la mer, il y a cent cinquante millions
d’années, avant d’émerger aux grés tectoniques et des changements climatiques. Des espèces
uniques au monde y ont évolué, et se sont adaptés selon le cas, à la sécheresse ou à
l’obscurité. Dans les grottes qui servaient de refuges aux Antankarana, ont peut obser-
ver des Stalagmites, des Stalactites et des draperies de calcites. De nombreuses cavités
ont un caractère sacré, car elles renferment les sépultures royales des Antankarana ;

Photo 12.  Un des hôtels prestigieux que comptent la Région Diana

121
–– les Tsingy Rouge : ils se situent au Sud Est de Diego et sont constitués de grés, de marne et de
calcaire, juste aux pieds des canyons érodés, au sein de l’unique bassin sédimentaire de Mada-
gascar et d’une végétation hétéroclite;
–– la sucrerie de Dzamandzar SIRAMA (ouverte depuis 1920) qui fait figure de monument historique
malgré son éternel fonctionnement ;
–– Lokobe : C’est la dernière forêt primaire de Nosy Be riche de nombreuses variétés de plantes
médicinales et endémiques de Madagascar et ses arbres millénaires. Site protégé, cette forêt,
qui fait le bonheur de nombreux scientifiques permettra de découvrir une entité dense de forêt
tropicale;
–– Nosy Komba- Nosy Tanikely : Nosy Komba (l’ile aux lémuriens) est la 2e plus grande île après
Nosy Be, avec la visite du Lémurs Park et du village de pêcheur et ses pirogues traditionnelles.
Nosy Tanikely est une réserve naturelle sous-marine protégée ;
–– Nosy Sakatia : Cette île très préservée sur la côté Ouest de Nosy Be, cache des sites très appré-
ciés par les scientifiques et les ornithologues.

b)  Infrastructures hôtelières


Avec le potentiel important en matière de tourisme, les infrastructures hôtelières sont assez déve-
loppées dans la région. En effet, les hôtels dans la catégorie « étoile » ainsi que les hôtels de caté-
gorie Ravinala représentent chacun 17,9 % de l’ensemble des hôtels Madagascar dans la même
catégorie. Au total, la région dispose de 46 hôtels de catégorie étoile et 143 hôtels de catégories
Ravinala. Les hôtels de catégorie étoile, destinés aux touristes généralement sont surtout présent à
Antsiranana I et Nosy Be, qui sont les destinations prioritaires en matière de tourisme. Les hôtels
ravinala sont mieux répartis mais on peut toujours noter une concentration dans les villes d’Antsira-
nana et Nosy Be. Les agences de voyage sont quant à elles regroupées à Antsiranana et Nosy Be.

Tableau 99.  Infrastructures hôtelières/agences de voyage


District Catégorie Etoile Catégorie Ravinala Agence de Voyage
Ambanja 1 17 0
Ambilobe 1 28 0
Antsiranana I 17 33 32
Antsiranana II 2 12 0
Nosy Be 25 53 50
Total DIANA 46 143 82
Part DIANA dans le total national 17,9 % 17,9 % 33,5 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2008

V.5.4.  Banques et institutions financières


Les différentes institutions financières sont bien présentes dans la région de DIANA. Les institutions
de micro crédit couvrent l’ensemble des districts de la région. Elles sont au nombre de 5 et chaque
district en a une. De même, les banques et les bureaux du Trésor sont présents dans tous les dis-
tricts sauf à Antsiranana II. Les compagnies d’assurance et la CNaPS sont quant à elles présentes à
Ambanja, Ambilobe et Nosy Be.

122
Tableau 100.  Agences de Banques et Institutions financières au niveau district
Unité : %
Agence Bureau du Trésor/ Compagnie Agence Institution Caisse
District
CNaPS perception d’assurances de banque micro crédit d’épargne
Ambanja 1 1 1 1 1 1
Ambilobe 1 1 0 1 1 0
Antsiranana I 1 1 1 1 1 1
Antsiranana II 0 0 0 0 1 0
Nosy Be 1 1 1 1 1 0
Total 4 5 3 5 5 2
Pourcentage de districts qui en pos-
60 % 80 % 60 % 80 % 100 % 40 %
sèdent dans la région
Part de DIANA dans le total national 10,7 % 4,1 % 10,7 % 8,9 % 6,0 % 5,4 %
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

V.5.5.  Autres services


Les services de proximité sont assez rares dans la région. Les stations d’essence existent dans 8,2 %
des communes de la région. Ce sont essentiellement les grandes compagnies de distribu-
tion pétrolières qui assurent la distribution de carburant. Les ateliers de vulcanisation, les
ateliers de tôlerie et les ateliers de réparation de voiture existent dans 6,6 % des communes
de la région.

Tableau 101.  Disponibilité des services de proximité


Existence de station d’essence Proportion de communes
Oui, grandes compagnies 8.2
Oui, essentiellement privé 0.0
Non 91.8
Manquant 0.0
Total 100.0
Atelier de vulcanisation
Oui 6.6
Non 93.4
Total 100.0
Atelier de dépannage de voitures
Oui 6.6
Non 93.4
Total 100.0
Atelier de tôlerie de voiture
Oui 6.6
Non 93.4
Total 100.0
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

123
Chapitre VI
Les ressources financières
des collectivités de la région
Afin que les régions puissent contribuer au développement local, le décret n°: 2007-444 fixe leurs
règlent de gestion budgétaire, financière et comptable. Il stipule que les régions sont dotées de
l’autonomie administrative, budgétaire et financière et que leurs ressources, ainsi que celles de leurs
démembrements, sont constituées par:

–– les droits, taxes et redevances prescrits par les textes en vigueur ;

–– les produits du domaine et ventes diverses ;

–– les dotations ou les transferts de ressources de l’Etat ;

–– les produits financiers ;

–– les subventions d’investissement ;

–– les dotations, fonds divers et réserves ;

–– les produits des emprunts et dettes assimilées ;

–– les produits exceptionnels.

L’enquête monographique de 2009 et les collectes d’informations auprès des ministères ont permis
de décrire et d’analyser les ressources des collectivités de la Région DIANA. Malgré le fait que l’on
ne dispose pas d’informations complètes sur ces ressources, les constats montrent les moyens dont
la région et ses communes disposent pour fonctionner et pour contribuer au développement des
localités.

VI.1.  Transfert de ressources de l’Etat central


et Programme d’Investissement Public
dans la région

L’Etat central procède effectivement à des appuis financiers aux régions. En août 2011, le ministère
en charge de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation a transféré aux 22 régions
une somme de 90 millions d’Ariary. Ce sont les communes qui composent une région donnée, qui
décideront des projets et activités à financer ainsi que de leurs localités d’implantation. La gestion
financière de ce transfert sera assurée par la région.

En ce qui concerne le Programme d’Investissement Public (PIP), le montant programmé pour la région
de DIANA s’est situé à 2,0 milliards d’Ariary en 2008 et 2,8 en 2009. Avec la conjoncture écono-
mique et politique en 2010 amenant l’Etat à réduire son budget, ce montant a baissé à 743 millions
d’Ariary durant cette année.

127
Le niveau d’engagement de la région est toujours resté à un niveau élevé sauf en 2009. En 2008,
le taux d’engagement s’est situé à 90,6 % contre seulement 69 % au niveau national. Ce taux est
passé à 56,7 % en 2009 mais est toujours resté au dessus de la moyenne nationale qui était alors
de 33 %. En 2010, le taux est repassé à 93,5 %. Ces taux élevés d’engagement reflète une capacité
de la région dans la planification et la mise en œuvre des activités planifiées. Toutefois, le montant
total du PIP pour la région ne représente en 2010 que 0,1 % du PIP national.

Tableau 102.  Evolution du montant du PIP de la Région DIANA et son taux d’engagement de 2008 à 2010
Année 2008 2009 2010
Montant du PIP modifié (000 MGA) 2 040 432 2 854 545 743 045
Montant du PIP engagé (000 MGA) 1 847 981 1 619 453 695 024
Pourcentage d’engagement 90,57 % 56,73 % 93,54 %
Pourcentage par rapport au montant du PIP de toutes les 22 régions 4,3 % 2,2 % 2,0 %
Pourcentage par rapport au montant du PIP national 0,2 % 0,3 % 0,1 %
Pourcentage d’engagement au niveau national 69,5 % 32,9 % 56,9 %
Source : MFB

VI.2.  Sources de revenu des communes

La communication des budgets primitifs est l’une des étapes importantes pour mettre en place le
processus de la recevabilité sociale et la bonne gouvernance. Parmi les 61 communes de la région,
46 ont communiqué leur budget primitif. La commune d’Antsiranana I fait partie de celles sur les-
quelles on n’a pas obtenu d’informations. Les informations ont été surtout manquantes dans les dis-
tricts d’Ambanja et d’Ambilobe. Le total des budgets primitifs s’élève à 6,4 milliards d’Ariary et la
moyenne (calculé sur la base des communes qui ont donné les informations) par commune se situe
à 140 millions d’Ariary par commune. La moyenne est normalement la plus élevée à Nosy Be étant
donné qu’il s’agit d’une commune urbaine à forte activité touristique. A Ambanja et Ambilobe, la
moyenne par commune se situe autour de 150 millions d’Ariary.

Tableau 103.  Montant des budgets primitifs des communes en 2008


Nombre de communes où Nombre total de com- Montant total en millier Montant moyen en
District
l’on a eu l’information munes d’Ariary millier d’Ariary
Ambanja 13 23 2 018 850 155 296
Ambilobe 11 15 1 665 000 151 364
Antsiranana I 0 1 nd nd
Antsiranana II 21 21 1 697 465 80 832
Nosy Be 1 1 1 089 536 1 089 536
Total de la région 46 61 6 470 851 140 671
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

128
Par rapport aux subventions au niveau des communes, les informations sont disponibles au niveau
de 52 communes sur 61. Le total des subventions allouées s’élèvent à 1 milliards d’Ariary, hors celle
alloué à la commune urbaine de Diégo. En moyenne, les communes ont reçus 19 millions d’Ariary.
A part la ville de Nosy Be, les moyennes par commune varient de 12 millions à 23 millions Ariary.
Elle est la plus forte à Ambilobe et la plus faible à Ambanja.

Tableau 104.  Montant des subventions obtenues des communes en 2008


Nombre de communes où Nombre total de com- Montant total en millier Montant moyen en
District
l'on a eu l'information munes d'Ariary millier d'Ariary
Ambanja 23 23 277 026 12 045
Ambilobe 7 15 167 000 23 857
Antsiranana I 0 1 ND ND
Antsiranana II 21 21 378 000 18 000
Nosy Be 1 1 186 780 186 780
Total de la région 52 61 1 008 806 19 400
Source : MEI /CREAM/ Monographie 2009

Les recettes collectées au niveau des communes constituent une part importante des ressources des
communes en complémentarité aux subventions de l’Etat. Les informations sur les recettes collectées
par les communes recueillies lors de l’enquête monographique sont disponibles au niveau de 39
communes sur 61. Le montant total se situe à 2,9 milliards d’Ariary. Pour la commune de Nosy Be
qui est en même temps un district, ce montant s’élève à 1,0 milliards d’Ariary. En moyenne, les
communes de la région ont collecté 76,8 millions d’Ariary. A part la commune de Nosy Be, les
moyennes de recettes collectées par commune se situent entre 46 et 62 millions d’Ariary.

Tableau 105.  Montant des recettes collectées par les communes en 2008
Nombre de communes
Nombre total de com- Montant total en millier Montant moyen
District où l'on a eu l'informa-
munes d'Ariary en milliers d'Ariary
tion
Ambanja 10 23 622 112 62 211
Ambilobe 7 15 354 000 50 571
Antsiranana I 0 1 nd nd
Antsiranana II 21 21 981 796 46 752
Nosy Be 1 1 1 037 630 1 037 630
Total de la région 39 61 2 995 538 76 809
Source: MEI/CREAM/Monographie 2009

129
Chapitre VII
Les potentialités économiques
Cette partie traite des atouts dont dispose la région de DIANA pour lui permettre de développer son
économie et de rehausser le niveau de vie de sa population, ainsi que les principales contraintes et
défis à relever dans le cadre des actions de développement.

VII.1.  Les atouts

VII.1.1.  Potentiel agricole important

Actuellement la superficie agricole exploitée dans la région reste faible. DIANA dispose ainsi d’une
réserve de terrain arable qui mérite d’être exploitée. La diversité du climat et du type du sol permet
une diversification des cultures à pratiquer. Le réseau fluvial permet d’imaginer tout type d’irrigation
dans la région. Par ailleurs, les paysans sont déjà en phase d’utiliser les nouvelles techniques cultu-
rales et la mécanisation dont on doit profiter et étendre pour atteindre une hausse de la production.

De même, la région est caractérisée par l’existence d’une culture industrielle et d’importation impor-
tante. Ces filières doivent être développées continuellement à tous les niveaux de la chaîne de valeur
afin que les paysans et la région bénéficient au maximum des bénéfices tirés. La structuration de ces
filières et l’amélioration de leur environnement constituent un enjeu important. Cela suppose bien
évidemment aussi le développement des capacités des paysans à mettre en place des dispositifs
qui leur sont propres pour fournir des services à leurs membres, organiser l’offre et la demande de
produits pour mieux négocier avec leurs clients et leur fournisseurs (et rapprocher ainsi ces
services), gérer, mais également être associés ou consultés.

VII.1.2.  Potentiel touristique

Le tourisme est l’une des bases fondamentales de l’économie régionale. La région dispose
de nombreux sites qui permettent de développer facilement ce secteur. La mise en place
de deux offices de tourisme dans la région est une preuve palpable de la volonté de déve-
lopper ce secteur. Ils permettront de conduire la promotion de la région en matière de tourisme. La
couverture des opérateurs de la téléphonie mobile dans la région ne fait que favoriser le dévelop-
pement de ce secteur. Par ailleurs, la région est directement desservie par des vols internationaux,
facilitant ainsi l’accès des touristes. Enfin, la région dispose de nombreux professionnels de tourisme
et de nombreux hôtels pour l’accueil.

Toutefois, le développement du tourisme est freiné par certains facteurs tels que l’accessibilité aux
sites touristiques, l’inexistence de produits touristiques bien définis à l’avance et l’insuffisance de
l’intégration du secteur avec les autres acteurs de services locaux qui limitent les effets sur la popu-
lation. Les offices régionaux de tourisme doivent en outre intensifier la promotion de la région au
niveau international.

133
Tous les districts de la région sont pourvus de bureaux du Trésor sauf Antsiranana II qui est proche
du chef lieu de région. Les banques sont présentes dans 5 districts sur 6 et les institutions de micro-
crédit sont présentes dans tous les districts. Quant aux caisses d’épargne et la CNaPS, elles sont
faiblement représentées dans la région

VII.1.6.  Le capital humain

La région de DIANA dispose d’une population majoritairement jeune. Le niveau d’instruction de la


population en général est meilleur que le niveau national, avec un pourcentage élevé au niveau du
secondaire et plus. Le TBS primaire de 138 % se situe au dessous du niveau national et témoigne
de la volonté de la population à éduquer leurs enfants. L’accès aux médias nationaux et privés dans
toute la région permet d’améliorer leur niveau de culture et de connaissance générale.

La couverture spatiale des formations sanitaires est acceptable et la population ne parcourt pas une
longue distance pour aller se faire soigner. Les décès maternels et infantiles sont assez faibles, témoi-
gnant un accès et une utilisation effective des services de santé. Mais compte tenu du développement
du tourisme dans la région et l’importance des tranches d’âges jeunes dans la population, les services
spécifiques comme ceux qui s’occupent de la santé de reproduction doivent être plus développés.

VII.2.  Les contraintes et défis

Un potentiel ne se transforme en richesses que lorsqu’il est exploité moyennant la mise en


place de facteurs favorables. Les contraintes auxquelles les responsables régionaux et com-
munaux sont confrontés de diverses origines et nécessitent que des actions ciblées soient
entreprises.

VII.2.1.  Développement des infrastructures économiques

Une grande partie du réseau routier dans la région est en mauvais état. Cela peut limiter
les échanges commerciaux mais aussi freiner le développement de certain secteur porteur
comme le tourisme, en rendant difficile l’accès aux différents sites. Les conditions clima-
tiques sont autant d’obstacles favorisant l’enclavement de la région.

La couverture des infrastructures de service comme l’électricité ou la distribution d’eau coursant est
encore faible dans la région. De même, les infrastructures agricoles sont insuffisantes, notamment
pour pouvoir exploiter les terrains cultivables non encore exploitées actuellement.

VII.2.2.  Activités économiques

Actuellement, l’économie de la région dépend essentiellement de l’agriculture. Le tourisme commence à


se développer. L’industrie existe mais concerne des secteurs développés depuis longtemps. L’exploitation
de nouveaux produits et l’innovation au niveau des industries restent encore faibles. Il convient alors de
réfléchir sur les modalités pour pouvoir développer ce secteur en se basant sur d’autres secteurs.
135
Par ailleurs, de nombreuses unités de productions de petite taille sont présentes dans la région. La
politique au niveau de la région doit tendre à augmenter l’échelle de ces activités à travers le déve-
loppement des services de microcrédits. D’autre part, cette politique doit aussi tendre à formaliser
ces activités afin de limiter le secteur informel et pour qu’elles puissent jouir des services comme le
crédit. Cela permettrait aussi d’améliorer les ressources fiscales de la région.

VII.2.3.  Développement des appuis aux paysans


L’importance du secteur agricole et de l’élevage de la région doit aller de pair avec le développe-
ment des services d’appui afin d’augmenter la productivité. Ces services d’appui doivent toucher :

–– les fournitures d’intrants agricoles comme l’engrais et les semences améliorées ;

–– l’encadrement des paysans afin de promouvoir les nouvelles techniques culturales ;

–– l’appui des paysans pour la structuration des différentes filières porteuses et l’amélioration de
l’accès aux marchés ;

–– le développement de l’accès aux crédits qui feront augmenter l’échelle de production et ne plus
se limiter à l’agriculture de subsistance ;

–– le renforcement des capacités des paysans pour de nouvelles activités comme la pisciculture.

VII.2.4.  Environnement
L’environnement de la région subit une pression de toute part. Ces pressions proviennent notamment
de la production et l’exploitation illicite de bois d’œuvres et de bois d’énergie, les pratiques culturales
itinérantes encore importantes, les feux de brousse et l’insuffisance des activités de reboisement.

Le manque de contrôle et de suivi augmente les exploitations illégales et la circulation des produits
illicites au détriment des formations forestières même de faible production.

Le phénomène de déboisement porte atteinte aux efforts de développement pour l’amélioration de


la production agricole et pour la préservation de l’environnement forestier et l’équilibre écologique.
Les impacts de ces dégradations ont commencé à se faire sentir aussi bien sur le climat que sur la
productivité du sol dans la région.

VII.2.5.  L’accès et la qualité des services sociaux de base


Malgré le fait que la couverture en infrastructure d’éducation de base est acceptable pour la région,
les distances des EPP demeurent un défi. Les élèves d’un grand nombre de communes dans les dis-
tricts d’Antsiranana II et de d’Ambilobe doivent faire plus de 5 km pour rejoindre les EPP les plus
proches. Par ailleurs, on peut noter une dépendance vis-à-vis des enseignants FRAM qui risque
de fragiliser la pérennité et la qualité de l’éducation. La réussite aux différents examens demeure
encore faible.

De même, la couverture des formations sanitaires se situe à un niveau assez élevé si le calcul est
effectué au niveau régional, mais il existe une disparité au sein des districts. Dans les districts d’Am-
banja et d’Antsiranana II, la proportion des communes qui se situent à plus de 5 km de distance, est
assez élevée. Par ailleurs, l’utilisation des services demeure encore faible. Enfin, il faut aussi faire
des efforts pour améliorer certains services plus spécifiques comme les soins dentaires et le planning
familial.

136
ANNEXE
Résultats d’enquête,
enquête monographique, CREAM 2009
138
Annexe 1.  Démographie et accessibilité
Accessibilité du chef Accessibilité du chef Existence ligne
Nombre de Nombre estimatif Terminus ligne Existence station
District Commune lieu de commune en lieu de commune en transport en
fokontany d’habitant transport commun d’essence
voiture légère voiture tout terrain commun
Antsiranana I Antsiranana I 24 113 080 En permanence . Oui Oui Gde compagnie
Antsiranana II Andrafiabe 9 4 534 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Andranofanjava 6 4 937 Non Période sèche Oui Non Non
Antsiranana II Andranovondronina 7 5 901 Non Période sèche Non . Non
Antsiranana II Anivorano-Nord 16 21 000 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Ankarongana 6 6 082 Période sèche . Oui Non Non
Antsiranana II Anketrakabe 9 3 611 Période sèche . Oui Non Non
Antsiranana II Antsahampano 5 5 707 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Antsalaka 5 5 142 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Bobasakoa 3 1 894 Non Période sèche Non . Non
Antsiranana II Joffre-ville 3 2 825 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Mahalina 6 2 627 Non Non Non . Non
Antsiranana II Mahavanona 20 15 110 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Mangaoka 8 5 819 Non Période sèche Oui Non Non
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) 6 5 737 Non Période sèche Non . Non
Antsiranana II Ramena 5 4 096 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Sadjoavato 4 5 774 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Sakaramy 3 3 093 En permanence . Oui Non Non
Antsiranana II Antanamitarina 2 2 694 En permanence . Oui . Non
Antsiranana II Ambondrona 6 3 426 Non Période sèche Non Non Non
Antsiranana II Bobakilandy 5 5 568 Non Période sèche Non Non Non
Antsiranana II Antsoha 5 3 197 Non Période sèche Non Non Non
Ambanja Ambalahonko 7 6 442 Période sèche . Non . Non

139
Accessibilité du chef Accessibilité du chef Existence ligne
Nombre de Nombre estimatif Terminus ligne Existence station
District Commune lieu de commune en lieu de commune en transport en
fokontany d’habitant transport commun d’essence
voiture légère voiture tout terrain commun
Ambanja Ambanja 17 42 986 En permanence . Oui Oui Gde compagnie
Ambanja Ambodimanga Ramena 10 9 804 Période sèche . Oui Oui Non
Ambanja Ambohimarina 4 8 178 Non Période sèche Non . Non
Ambanja Ankatafa 5 5 187 Période sèche . Non . Non
Ambanja Ankingameloka 8 8 012 Période sèche . Oui Oui Gde compagnie
Ambanja Anorotsangana 10 4 916 Non Non Non . Non
Ambanja Antafiambotry 7 4 572 Période sèche . Oui Oui Non
Ambanja Antranokarany 11 17 516 En permanence . Oui Oui Non
Ambanja Antsakoamanondro 10 10 434 En permanence . Oui Oui Non
Ambanja Antsatsaka 6 8 804 Non En permanence Non . Non
Ambanja Antsirabe 16 7 992 Non En permanence Non . Non
Ambanja Bemaneviky HS 8 13 892 Période sèche . Oui Oui Non
Ambanja Bemaneviky Ouest 12 9 245 Non Non Non . Non
Ambanja Djangoa 6 9 108 En permanence . Oui Oui Non
Ambanja Maherivaratra 7 9 592 En permanence . Oui Oui Non
Ambanja Marotolana 13 12 355 Non Période sèche Non . Non
Ambanja Marovato 7 10 956 Période sèche . Oui Oui Non
Ambanja Ambohimena 5 4 908 En permanence . Oui Oui Non
Ambanja Ambaliha 5 3 224 Non Non Non . Non
Ambanja Benavony 4 2 310 En permanence . Oui Oui Non
Ambanja Ambohitrandriana 6 5 120 Non En permanence Non . Non
Ambanja Maevatanana 6 8 125 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Ambakirano 19 22 143 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Ambaralaraka 10 20 538 Période sèche . Oui Oui Non

140
Accessibilité du chef Accessibilité du chef Existence ligne
Nombre de Nombre estimatif Terminus ligne Existence station
District Commune lieu de commune en lieu de commune en transport en
fokontany d’habitant transport commun d’essence
voiture légère voiture tout terrain commun
Ambilobe Ambatoben’Anjavy 9 4 512 Non Non Non . Non
Ambilobe Ambilobe 11 64 230 En permanence . Oui Oui Gde compagnie
Ambilobe Ambodibonara 8 7 198 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Ampondralava 6 7 811 En permanence . Oui Oui Non
Ambilobe Anaborano-Ifasy 12 33 540 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Anjiabe-Ambony 6 5 945 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Antsaravibe 12 12 950 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Antsohimbondrona 15 33 283 En permanence . Oui Oui Non
Ambilobe Beramanja 16 29 365 En permanence . Oui Oui Non
Ambilobe Betsiaka 10 12 498 Période sèche . Oui Oui Non
Ambilobe Manambato 6 5 548 Non Non Non . Non
Ambilobe Mantaly 12 18 597 En permanence . Oui Oui Non
Ambilobe Tanambao-Marivorahona 9 11 177 En permanence . Oui Oui Non
Nosy Be Nosy - Be 32 75 908 En permanence . Oui Oui Gde compagnie

141
VII.1.3.  Capacité de gestion de la région

A en juger par l’évolution de l’absorption budgétaire de la région qui est resté à un niveau élevé
notamment concernant le PIP, sauf pendant les périodes de crise en 2009, la région semble être en
mesure de bien mettre en œuvre l’utilisation de ses ressources. Les efforts doivent alors être centrés
sur la mise à jour des documents et des outils de planification et de leur mise en œuvre effective afin
que la population puisse en bénéficier directement et à terme, et que les orientations de l’économie
régionale suivent la tendance voulue.

VII.1.4.  Pêche et pisciculture

Avec la longue côte dont dispose la région ainsi que les nombreux fleuves qui la traversent, la région a
un énorme potentiel en matière de pêche. L’existence d’importantes entreprises de pêches industrielles
telles que la pêcherie de Nosy Be témoigne de cet atout important. Mais les efforts ne doivent pas
seulement se focaliser sur la professionnalisation de la pêche côtière ou fluviale mais doivent tendre
aussi au développement de la pisciculture ou de l’aquaculture qui sont fortement rémunératrices.

VII.1.5.  Présence d’institutions financières

L’existence des différentes institutions financières peut permettre de développer les différentes activi-
tés génératrices que veulent entreprendre les ménages de la région. Par ailleurs, elles sécurisent les
transactions financières et facilitent aussi la monétarisation de l’économie.

Photo 13.  Une des nombreuses agences de la BOA implantées dans la Région Diana

134
Annexe 2.  Marché et réseau électrique
District Commune Existence de marché Existence lieu Existence réseau Zone couverte dans la Principale source de Puissance fournie
aménagé pour le électrique Commune production d’électricité (Kwh)
marché
Antsiranana I Antsiranana I Oui Oui Jirama Toute Thermique 3 053 339
Antsiranana II Andrafiabe Oui Non Non . . .
Antsiranana II Andranofanjava Oui Non Non . . .
Antsiranana II Andranovondronina Non . Non . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord Oui Non Jirama Une partie Thermique 158
Antsiranana II Ankarongana Oui Non Jirama . . .
Antsiranana II Anketrakabe Oui Non Non . . .
Antsiranana II Antsahampano Non . Non . . .
Antsiranana II Antsalaka Oui Non Jirama . . .
Antsiranana II Bobasakoa Oui Non Non . . .
Antsiranana II Joffre-ville Non . Non . . .
Antsiranana II Mahalina Non . Non . . .
Antsiranana II Mahavanona Oui Non Non . . .
Antsiranana II Mangaoka Oui Non Non . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Oui Non Non . . .
Antsiranana II Ramena Non . Jirama Une partie Thermique 730
Antsiranana II Sadjoavato Oui Non Non . . .
Antsiranana II Sakaramy Non . Non . . .
Antsiranana II Antanamitarina Oui Non Jirama Une partie Thermique 704
Antsiranana II Ambondrona Oui Non Non . . .
Antsiranana II Bobakilandy Oui . Non . . .
Antsiranana II Antsoha Non . Non . . .
Ambanja Ambalahonko Non Non Non . . .

142
District Commune Existence de marché Existence lieu Existence réseau Zone couverte dans la Principale source de Puissance fournie
aménagé pour le électrique Commune production d’électricité (Kwh)
marché
Ambanja Ambanja Oui Oui Jirama Une partie Thermique 1 540
Ambanja Ambodimanga Ramena Oui Non Non . . .
Ambanja Ambohimarina Oui Non Non . . .
Ambanja Ankatafa Oui Non Non . . .
Ambanja Ankingameloka Oui Non Non . . .
Ambanja Anorotsangana Oui Non Non . . .
Ambanja Antafiambotry Oui Non Non . . .
Ambanja Antranokarany Oui Non Non . . .
Ambanja Antsakoamanondro Oui Non Non . . .
Ambanja Antsatsaka Oui Non Non . . .
Ambanja Antsirabe Oui Non Non . . .
Ambanja Bemaneviky HS Oui Non Non . . .
Ambanja Bemaneviky Ouest Oui Non Non . . .
Ambanja Djangoa Oui Non Non . . .
Ambanja Maherivaratra Non Non Non . . .
Ambanja Marotolana Oui Non Non . . .
Ambanja Marovato Oui Non Non . . .
Ambanja Ambohimena Oui Non Non . . .
Ambanja Ambaliha Oui Non Non . . .
Ambanja Benavony Oui Non Non . . .
Ambanja Ambohitrandriana Oui Non Non . . .
Ambanja Maevatanana Oui Non Non . . .
Ambilobe Ambakirano Oui Oui Non . . .
Ambilobe Ambaralaraka Oui Oui Non . . .

143
District Commune Existence de marché Existence lieu Existence réseau Zone couverte dans la Principale source de Puissance fournie
aménagé pour le électrique Commune production d’électricité (Kwh)
marché
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Oui Oui Non . . .
Ambilobe Ambilobe Oui Oui Jirama Toute Thermique 260 000
Ambilobe Ambodibonara Oui Oui Non . . .
Ambilobe Ampondralava Oui Oui Non . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy Oui Oui Non . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony Oui Oui Non . . .
Ambilobe Antsaravibe Oui Oui Non . . .
Ambilobe Antsohimbondrona Oui Oui Non . . .
Ambilobe Beramanja Oui Oui Non . . .
Ambilobe Betsiaka Oui Oui Non . . .
Ambilobe Manambato Oui Oui Non . . .
Ambilobe Mantaly Oui Oui Non . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Oui Oui Non . . .
Nosy Be Nosy - Be Oui Oui Jirama Une partie Thermique 1 433 356

144
Annexe 3.  Accès à l’eau courante
Nb cumulé de
Existence réseau Zone couverte Heure de Capacité fournie Nb abonnés en Volume d’eau
District Commune demande non
eau courante dans la Commune distribution par jour (m3) 2009 consommé (m3)
satisfait 2009
Antsiranana I Antsiranana I Jirama Toute 24h/24 458 355 6 695 15 356 054
Antsiranana II Andrafiabe Non . . . . . .
Antsiranana II Andranofanjava Non . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina Non . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord Non . . . . . .
Antsiranana II Ankarongana Non . . . . . .
Antsiranana II Anketrakabe Non . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano Non . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka Non . . . . . .
Antsiranana II Bobasakoa Non . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville Non . . . . . .
Antsiranana II Mahalina Non . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona Non . . . . . .
Antsiranana II Mangaoka Non . . . . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Non . . . . . .
Antsiranana II Ramena Non . . . . . .
Antsiranana II Sadjoavato Non . . . . . .
Antsiranana II Sakaramy Non . . . . . .
Antsiranana II Antanamitarina Jirama Une partie 24h/24 320 213 38 7 577
Antsiranana II Ambondrona Non . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy Non . . . . . .
Antsiranana II Antsoha Non . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . .

145
Nb cumulé de
Existence réseau Zone couverte Heure de Capacité fournie Nb abonnés en Volume d’eau
District Commune demande non
eau courante dans la Commune distribution par jour (m3) 2009 consommé (m3)
satisfait 2009
Ambanja Ambanja Jirama Une partie 24h à 24h 1 500 705 - 25 800
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina . . . . . . .
Ambanja Ankatafa . . . . . . .
Ambanja Ankingameloka . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry . . . . . . .
Ambanja Antranokarany . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . .
Ambanja Antsatsaka . . . . . . .
Ambanja Antsirabe . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . .
Ambanja Djangoa . . . . . . .
Ambanja Maherivaratra . . . . . . .
Ambanja Marotolana . . . . . . .
Ambanja Marovato . . . . . . .
Ambanja Ambohimena . . . . . . .
Ambanja Ambaliha . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . .
Ambanja Maevatanana . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano Non . . . . . .
Ambilobe Ambaralaraka Non . . . . . .

146
Nb cumulé de
Existence réseau Zone couverte Heure de Capacité fournie Nb abonnés en Volume d’eau
District Commune demande non
eau courante dans la Commune distribution par jour (m3) 2009 consommé (m3)
satisfait 2009
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Non . . . . . .
Ambilobe Ambilobe Autre Une partie Moins de 12h 24 . . .
Ambilobe Ambodibonara Non . . . . . .
Ambilobe Ampondralava Non . . . . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy Non . . . . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony Non . . . . . .
Ambilobe Antsaravibe Non . . . . . .
Ambilobe Antsohimbondrona Non . . . . . .
Ambilobe Beramanja Non . . . . . .
Ambilobe Betsiaka Non . . . . . .
Ambilobe Manambato Non . . . . . .
Ambilobe Mantaly Non . . . . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Non . . . . . .
Nosy Be Nosy - Be Jirama Une partie 24h/24 131 225 829 . 45 045

147
Annexe 4.  Accès à l’eau courante et réseau de télecommunication
Existence Possibilité
Existence borne Principal moyen Réseau Réseau Nb
District Commune structure de Accès internet communication
fontaine d’appro, en eau téléphonie fixe téléphonie mobile cybercafé
gestion des BF BLU
Antsiranana I Antsiranana I Jirama Oui Domestique Oui Oui Oui 10 Oui
Antsiranana II Andrafiabe Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Oui
Antsiranana II Andranofanjava Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Andranovondronina Non . Puits Non Oui Non . Oui
Antsiranana II Anivorano-Nord Autre Non Rivière, fleuve Non Oui Non . Oui
Antsiranana II Ankarongana Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Oui
Antsiranana II Anketrakabe Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Antsahampano Non . Puits Non Oui Non . Non
Antsiranana II Antsalaka Autre Non Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Bobasakoa Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Joffre-ville Autre Non Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Mahalina Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Mahavanona Autre Non Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Mangaoka Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Ramena Autre Non Puits Non Oui Non . Oui
Antsiranana II Sadjoavato Autre Non Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Sakaramy Autre Non Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Antanamitarina Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Ambondrona Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Bobakilandy Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Antsiranana II Antsoha Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Ambanja Ambalahonko Non . Puits Non Oui Non . Non

148
Existence Possibilité
Existence borne Principal moyen Réseau Réseau Nb
District Commune structure de Accès internet communication
fontaine d’appro, en eau téléphonie fixe téléphonie mobile cybercafé
gestion des BF BLU
Ambanja Ambanja Jirama Oui Domestique Oui Oui Oui 1 Oui
Ambanja Ambodimanga Ramena Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Ambohimarina Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Ankatafa Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Ankingameloka Autre Oui Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Anorotsangana Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Antafiambotry Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Antranokarany Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Ambanja Antsakoamanondro Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Ambanja Antsatsaka Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Antsirabe Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Bemaneviky HS Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Ambanja Bemaneviky Ouest Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Djangoa Autre Oui Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Maherivaratra Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Marotolana Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Marovato Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Ambohimena Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Ambanja Ambaliha Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Benavony Non . Rivière, fleuve Non Oui Non . Non
Ambanja Ambohitrandriana Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambanja Maevatanana Non . Rivière, fleuve Non Non Non . Non
Ambilobe Ambakirano Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Ambaralaraka Non . Puits Non Oui Non . Non

149
Existence Possibilité
Existence borne Principal moyen Réseau Réseau Nb
District Commune structure de Accès internet communication
fontaine d’appro, en eau téléphonie fixe téléphonie mobile cybercafé
gestion des BF BLU
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Ambilobe Non . Puits Oui Oui Oui . Oui
Ambilobe Ambodibonara Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Ampondralava Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Anaborano-Ifasy Non . Puits Non Oui Non . Oui
Ambilobe Anjiabe-Ambony Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Antsaravibe Non . Puits Non Oui Non . Oui
Ambilobe Antsohimbondrona Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Beramanja Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Betsiaka Non . Puits Non Oui Non . Oui
Ambilobe Manambato Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Mantaly Non . Puits Non Oui Non . Non
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Non . Puits Non Oui Non . Non
Nosy Be Nosy - Be Jirama Oui Puits Oui Oui Oui 10 Oui

150
Annexe 5.  Réseaux de télecommunication, accès à l’information et sécurité
Existence Nb Nb caserne de
Existence Capter radio Capter TV Nb caserne
District Commune service privé de Capter RNM Capter TVM commissariat détachement de
agence PAOMA privée privée gendarmerie
poste police l’armée
Antsiranana I Antsiranana I Oui Oui Oui Oui Oui Non 9 4 -
Antsiranana II Andrafiabe Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Andranofanjava Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Antsiranana II Andranovondronina Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Anivorano-Nord Oui Non Oui Oui Oui Non 1 - -
Antsiranana II Ankarongana Non Non Oui Oui Oui Non 1 - -
Antsiranana II Anketrakabe Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Antsahampano Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Antsalaka Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Bobasakoa Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Antsiranana II Joffre-ville Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Mahalina Non Non Oui Non Oui Non - - -
Antsiranana II Mahavanona Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Mangaoka Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Non Non Oui Non Oui Non - - -
Antsiranana II Ramena Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Sadjoavato Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Sakaramy Non Non Oui Oui Oui Non 1 - -
Antsiranana II Antanamitarina Non Non Oui Oui Oui Non - - -
Antsiranana II Ambondrona Non Non Oui Non Oui Non - - -
Antsiranana II Bobakilandy Non Non Oui Non Oui Non - - -
Antsiranana II Antsoha Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Ambalahonko Non Non Oui Non Oui Non - - -

151
Existence Nb Nb caserne de
Existence Capter radio Capter TV Nb caserne
District Commune service privé de Capter RNM Capter TVM commissariat détachement de
agence PAOMA privée privée gendarmerie
poste police l’armée
Ambanja Ambanja Oui Oui Oui Oui Oui Non 1 1 -
Ambanja Ambodimanga Ramena Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Ambohimarina Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Ankatafa Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Ankingameloka Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Ambanja Anorotsangana Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Antafiambotry Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Antranokarany Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Antsakoamanondro Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Antsatsaka Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Antsirabe Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Bemaneviky HS Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Ambanja Bemaneviky Ouest Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Djangoa Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Maherivaratra Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Marotolana Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Marovato Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Ambanja Ambohimena Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Ambaliha Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Benavony Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Ambohitrandriana Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambanja Maevatanana Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Ambakirano Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Ambaralaraka Non Non Oui Non Oui Non - - -

152
Existence Nb Nb caserne de
Existence Capter radio Capter TV Nb caserne
District Commune service privé de Capter RNM Capter TVM commissariat détachement de
agence PAOMA privée privée gendarmerie
poste police l’armée
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Ambilobe Oui Non Oui Oui Oui Non 1 1 -
Ambilobe Ambodibonara Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Ampondralava Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Anaborano-Ifasy Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Ambilobe Anjiabe-Ambony Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Antsaravibe Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Ambilobe Antsohimbondrona Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Beramanja Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Betsiaka Non Non Oui Non Oui Non 1 - -
Ambilobe Manambato Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Mantaly Non Non Oui Non Oui Non - - -
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Non Non Oui Non Oui Non - - -
Nosy Be Nosy - Be Oui Oui Oui Oui Oui Oui 3 1 1

153
Annexe 6.  Religion
Nb édifice Nb édifice
Nb édifice Nb édifice Nb édifice Nb autre
District Commune Nb EKAR Nb FJKM Nb FLM Jesosy autres
Anglicane Adventiste Musulmane édifice
Mamonjy chrétiennes
Antsiranana I Antsiranana I 3 2 2 4 1 1 3 5 .
Antsiranana II Andrafiabe 1 - - 1 1 3 1 - -
Antsiranana II Andranofanjava - - 1 1 1 - - 1 -
Antsiranana II Andranovondronina - 1 1 1 - - - - -
Antsiranana II Anivorano-Nord 3 1 1 4 3 4 1 2 -
Antsiranana II Ankarongana 1 1 1 - 1 1 1 - -
Antsiranana II Anketrakabe 1 1 1 - - 1 1 - -
Antsiranana II Antsahampano - - 1 2 - 1 - 1 -
Antsiranana II Antsalaka 1 - 1 - 1 1 3 1 -
Antsiranana II Bobasakoa 1 1 1 1 - - - 1 -
Antsiranana II Joffre-ville 2 - 1 1 1 - 1 - -
Antsiranana II Mahalina - - - - - - - 5 -
Antsiranana II Mahavanona 1 - 1 3 5 5 2 1 -
Antsiranana II Mangaoka - - 1 1 1 1 2 2 -
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) - 1 1 - - 1 - 7 -
Antsiranana II Ramena - - 1 - 3 1 - 1 -
Antsiranana II Sadjoavato 1 - - 1 2 4 4 - -
Antsiranana II Sakaramy 1 - 1 2 2 1 1 - -
Antsiranana II Antanamitarina 1 - 1 1 2 - 1 - -
Antsiranana II Ambondrona - - 1 - 1 - - 4 -
Antsiranana II Bobakilandy - - - - - 1 - 2 -
Antsiranana II Antsoha 1 - - - - 1 - 1 -
Ambanja Ambalahonko 2 - 1 - - 1 - 3 -

154
Nb édifice Nb édifice
Nb édifice Nb édifice Nb édifice Nb autre
District Commune Nb EKAR Nb FJKM Nb FLM Jesosy autres
Anglicane Adventiste Musulmane édifice
Mamonjy chrétiennes
Ambanja Ambanja 6 1 1 1 3 3 3 8 -
Ambanja Ambodimanga Ramena 2 - 1 - - 1 1 - -
Ambanja Ambohimarina 2 - 1 - - - - 1 -
Ambanja Ankatafa 1 1 1 - 1 - - 1 -
Ambanja Ankingameloka 3 1 1 - - - - 2 -
Ambanja Anorotsangana 4 - 2 - - - - 4 -
Ambanja Antafiambotry 3 - 1 - - 1 1 3 -
Ambanja Antranokarany 4 - 1 2 2 1 1 5 -
Ambanja Antsakoamanondro 5 - 2 - 2 - 5 1 -
Ambanja Antsatsaka 2 - - - - - - 4 -
Ambanja Antsirabe 1 - 1 - 1 - - 1 -
Ambanja Bemaneviky HS 4 1 3 - 1 2 - 2 -
Ambanja Bemaneviky Ouest 3 2 1 - 1 1 - 2 -
Ambanja Djangoa 1 - 1 - 1 1 - 2 -
Ambanja Maherivaratra 6 - 1 1 1 3 1 1 -
Ambanja Marotolana 2 1 1 - - - 1 1 -
Ambanja Marovato 2 1 1 - - - 1 1 -
Ambanja Ambohimena 1 - 1 - 3 - - 2 -
Ambanja Ambaliha 1 - - - - - - 1 -
Ambanja Benavony 2 - 1 - - - 1 - -
Ambanja Ambohitrandriana 4 1 2 1 2 - - 1 -
Ambanja Maevatanana 4 - 2 - - - - 2 -
Ambilobe Ambakirano - - - - - - - - -
Ambilobe Ambaralaraka - - - - - - - - -

155
Nb édifice Nb édifice
Nb édifice Nb édifice Nb édifice Nb autre
District Commune Nb EKAR Nb FJKM Nb FLM Jesosy autres
Anglicane Adventiste Musulmane édifice
Mamonjy chrétiennes
Ambilobe Ambatoben’Anjavy - - - - - - - - -
Ambilobe Ambilobe 2 1 4 1 1 1 6 4 -
Ambilobe Ambodibonara 1 1 - - - - - 2 -
Ambilobe Ampondralava 3 - 1 - 1 - - 4 -
Ambilobe Anaborano-Ifasy - - - - - - - - -
Ambilobe Anjiabe-Ambony - - - - - - - - -
Ambilobe Antsaravibe - - - - - - - - -
Ambilobe Antsohimbondrona 7 2 10 3 4 2 4 15 -
Ambilobe Beramanja 1 1 1 1 1 1 - - -
Ambilobe Betsiaka - - - - - - - - -
Ambilobe Manambato - - - - - - - - -
Ambilobe Mantaly - - - - - - - - -
Ambilobe Tanambao-Marivorahona - - - - - - - . .
Nosy Be Nosy - Be 18 1 4 4 3 6 15 13 .

156
Annexe 7.  Sports et loisirs
District Commune Nb terrain de sport public Nb terrain de sport privé Nb salle de spectacle publique Nb salle de spectacle privée
Antsiranana I Antsiranana I 2 - 3 -
Antsiranana II Andrafiabe - - 2 -
Antsiranana II Andranofanjava - - - -
Antsiranana II Andranovondronina - - - -
Antsiranana II Anivorano-Nord 1 3 1 -
Antsiranana II Ankarongana - - - -
Antsiranana II Anketrakabe - - - -
Antsiranana II Antsahampano - - - -
Antsiranana II Antsalaka 2 - 1 -
Antsiranana II Bobasakoa - - 1 -
Antsiranana II Joffre-ville 3 1 - -
Antsiranana II Mahalina - - - -
Antsiranana II Mahavanona - - - -
Antsiranana II Mangaoka - - - -
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) - - - -
Antsiranana II Ramena 2 1 1 -
Antsiranana II Sadjoavato 2 - - -
Antsiranana II Sakaramy 3 - - -
Antsiranana II Antanamitarina 1 - - -
Antsiranana II Ambondrona 2 - - -
Antsiranana II Bobakilandy - - - -
Antsiranana II Antsoha - - - -
Ambanja Ambalahonko - - - -
Ambanja Ambanja 5 9 - 1
Ambanja Ambodimanga Ramena - - - -

157
District Commune Nb terrain de sport public Nb terrain de sport privé Nb salle de spectacle publique Nb salle de spectacle privée
Ambanja Ambohimarina - - - -
Ambanja Ankatafa - - - -
Ambanja Ankingameloka - - - -
Ambanja Anorotsangana - - - -
Ambanja Antafiambotry - - - -
Ambanja Antranokarany - - - -
Ambanja Antsakoamanondro 1 - - -
Ambanja Antsatsaka - - - -
Ambanja Antsirabe - - - -
Ambanja Bemaneviky HS - 2 - -
Ambanja Bemaneviky Ouest 1 - - -
Ambanja Djangoa - - - -
Ambanja Maherivaratra 1 - - -
Ambanja Marotolana - - - -
Ambanja Marovato - - - -
Ambanja Ambohimena - - - -
Ambanja Ambaliha 1 - - -
Ambanja Benavony - - - -
Ambanja Ambohitrandriana - - - -
Ambanja Maevatanana - - - -
Ambilobe Ambakirano 1 . . .
Ambilobe Ambaralaraka 1 . . .
Ambilobe Ambatoben’Anjavy 1 . . .
Ambilobe Ambilobe 1 . . .
Ambilobe Ambodibonara 1 . . .
Ambilobe Ampondralava 1 . . .

158
District Commune Nb terrain de sport public Nb terrain de sport privé Nb salle de spectacle publique Nb salle de spectacle privée
Ambilobe Anaborano-Ifasy 1 . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony 1 . . .
Ambilobe Antsaravibe 1 . . .
Ambilobe Antsohimbondrona 12 . 4 .
Ambilobe Beramanja 1 . . .
Ambilobe Betsiaka 1 . . .
Ambilobe Manambato 1 . . .
Ambilobe Mantaly 1 . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona 1 . . .
Nosy Be Nosy - Be 3 - 1 -

159
Annexe 8.  Education - Primaire public
Nb total
Nb EPP Nb salle Inscrits en EPP Candidats EPP au Candidats EPP Nb enseignants
District Commune Nb EPP enseignants des
communautaire de classe en 07-08 CEPE 08 reçu au CEPE 08 FRAM en 07-08
EPP en 07-08
Antsiranana I Antsiranana I 17 - 163 6 137 832 625 120 8
Antsiranana II Andrafiabe 8 1 27 1 063 121 79 12 15
Antsiranana II Andranofanjava 13 3 20 1 920 53 48 9 14
Antsiranana II Andranovondronina 8 2 16 1 181 29 12 2 5
Antsiranana II Anivorano-Nord 14 1 40 2 266 330 263 21 27
Antsiranana II Ankarongana 8 1 20 1 016 79 63 7 10
Antsiranana II Anketrakabe 8 - 20 787 90 63 9 4
Antsiranana II Antsahampano 5 - 10 512 36 18 5 6
Antsiranana II Antsalaka 4 - 16 797 87 76 7 10
Antsiranana II Bobasakoa 6 - 12 443 34 22 3 4
Antsiranana II Joffre-ville 2 - 11 533 77 76 6 16
Antsiranana II Mahalina 6 4 7 445 2 2 3 11
Antsiranana II Mahavanona 17 1 61 2 432 262 223 25 21
Antsiranana II Mangaoka 8 1 24 797 72 70 7 9
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) 9 2 23 1 324 69 58 8 11
Antsiranana II Ramena 5 1 15 494 94 79 8 7
Antsiranana II Sadjoavato 5 1 19 1 038 127 95 9 20
Antsiranana II Sakaramy 3 - 12 504 39 32 6 2
Antsiranana II Antanamitarina 2 - 6 494 39 38 7 3
Antsiranana II Ambondrona 6 - 8 836 24 8 9 11
Antsiranana II Bobakilandy 5 1 11 436 25 23 4 6
Antsiranana II Antsoha 8 - 22 1 421 23 17 8 6
Ambanja Ambalahonko 2 - 14 486 73 6 14 7

160
Nb total
Nb EPP Nb salle Inscrits en EPP Candidats EPP au Candidats EPP Nb enseignants
District Commune Nb EPP enseignants des
communautaire de classe en 07-08 CEPE 08 reçu au CEPE 08 FRAM en 07-08
EPP en 07-08
Ambanja Ambanja 15 - 77 3 882 637 505 126 21
Ambanja Ambodimanga Ramena 20 14 41 1 442 98 48 34 20
Ambanja Ambohimarina 4 1 23 1 284 77 14 27 16
Ambanja Ankatafa 4 1 13 490 58 30 10 5
Ambanja Ankingameloka 9 3 17 783 48 20 23 12
Ambanja Anorotsangana 26 7 20 750 34 18 28 17
Ambanja Antafiambotry 10 5 30 1 035 88 65 30 14
Ambanja Antranokarany 9 - 35 1 566 195 84 38 18
Ambanja Antsakoamanondro 10 2 27 1 164 110 34 33 17
Ambanja Antsatsaka 4 - 12 941 211 52 18 6
Ambanja Antsirabe 11 4 26 1 316 81 33 29 9
Ambanja Bemaneviky HS 17 - 30 1 390 254 93 41 17
Ambanja Bemaneviky Ouest 14 6 15 728 27 - 19 12
Ambanja Djangoa 7 3 26 1 334 225 55 29 17
Ambanja Maherivaratra 7 - 19 949 95 68 23 10
Ambanja Marotolana 19 10 35 2 090 223 155 31 20
Ambanja Marovato 7 - 21 1 874 256 99 30 19
Ambanja Ambohimena 5 1 25 1 042 150 53 36 18
Ambanja Ambaliha 4 - 6 180 5 - 6 4
Ambanja Benavony 2 - 7 302 44 - 5 3
Ambanja Ambohitrandriana 10 6 14 1 296 161 49 25 15
Ambanja Maevatanana 5 1 17 1 377 199 77 33 17
Ambilobe Ambakirano 26 - 52 3 953 202 186 60 40
Ambilobe Ambaralaraka 19 - 34 2 650 188 112 36 27

161
Nb total
Nb EPP Nb salle Inscrits en EPP Candidats EPP au Candidats EPP Nb enseignants
District Commune Nb EPP enseignants des
communautaire de classe en 07-08 CEPE 08 reçu au CEPE 08 FRAM en 07-08
EPP en 07-08
Ambilobe Ambatoben’Anjavy 11 - 14 1 124 . . 21 14
Ambilobe Ambilobe 10 - 58 4 860 1 928 1 430 75 50
Ambilobe Ambodibonara 3 - 14 1 043 123 85 13 7
Ambilobe Ampondralava 5 - 20 1 050 175 103 18 11
Ambilobe Anaborano-Ifasy 23 - 48 4 977 208 201 67 45
Ambilobe Anjiabe-Ambony 5 - 23 1 084 188 109 18 12
Ambilobe Antsaravibe 15 - 38 3 487 214 145 43 31
Ambilobe Antsohimbondrona 13 - 43 4 910 549 426 71 50
Ambilobe Beramanja 18 - 55 3 240 346 223 68 44
Ambilobe Betsiaka 10 - 38 2 953 176 145 40 28
Ambilobe Manambato 12 - 17 1 474 83 68 20 10
Ambilobe Mantaly 12 - 41 3 418 308 242 45 27
Ambilobe Tanambao-Marivorahona 12 - 32 2 656 142 96 46 37
Nosy Be Nosy - Be 29 - 158 6 607 1 089 679 110 40

162
Annexe 9.  Education - Primaire privée
Nb total
Inscrits dans les Candidats écoles Candidats écoles
Nb école Nb de salle de enseignants Existence Existence hall
District Commune écoles privées en privées au privées reçus au
primaire privée classe école privée bibliothèque d’information
07-08 CEPE 08 CEPE 08
07-08
Antsiranana I Antsiranana I 53 284 12 116 1 416 918 249 Oui Oui
Antsiranana II Andrafiabe 1 5 95 9 9 4 Non Non
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . Non Non
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . Oui Non
Antsiranana II Anivorano-Nord 8 40 1 328 244 194 20 Non Non
Antsiranana II Ankarongana 2 8 94 . . 3 Non Non
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . Non Non
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . Non Non
Antsiranana II Antsalaka 1 15 281 26 26 5 Non Non
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . Non Non
Antsiranana II Joffre-ville 1 5 164 20 20 . Non Non
Antsiranana II Mahalina . . . . . . Non Non
Antsiranana II Mahavanona . . . . . . Non Non
Antsiranana II Mangaoka . . . . . . Non Non
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) . . . . . . Non Non
Antsiranana II Ramena . . . . . . Non Non
Antsiranana II Sadjoavato . . . . . . Non Non
Antsiranana II Sakaramy 1 5 42 11 11 2 Non Non
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . Non Non
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . Non Non
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . Non Non
Antsiranana II Antsoha 5 25 552 40 37 15 Non Non

163
Nb total
Inscrits dans les Candidats écoles Candidats écoles
Nb école Nb de salle de enseignants Existence Existence hall
District Commune écoles privées en privées au privées reçus au
primaire privée classe école privée bibliothèque d’information
07-08 CEPE 08 CEPE 08
07-08
Ambanja Ambalahonko 1 3 163 - - 7 Non Non
Ambanja Ambanja 22 154 3 738 776 669 132 Oui Oui
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . Non Non
Ambanja Ambohimarina 1 5 115 9 5 3 Non Non
Ambanja Ankatafa . . . . . . Non Non
Ambanja Ankingameloka . . . . . . Non Non
Ambanja Anorotsangana . . . . . . Non Non
Ambanja Antafiambotry 1 3 91 17 16 4 Non Non
Ambanja Antranokarany 1 4 95 13 10 4 Non Non
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . Non Non
Ambanja Antsatsaka 2 6 73 9 5 3 Non Non
Ambanja Antsirabe . . . . . . Non Non
Ambanja Bemaneviky HS 3 22 590 72 29 17 Non Non
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . Non Non
Ambanja Djangoa 1 3 124 30 18 3 Non Non
Ambanja Maherivaratra . . . . . . Non Non
Ambanja Marotolana 1 2 60 - - 1 Non Non
Ambanja Marovato 2 11 213 8 5 3 Non Non
Ambanja Ambohimena 1 7 83 7 6 3 Non Non
Ambanja Ambaliha . . . . . . Non Non
Ambanja Benavony . . . . . . Non Non
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . Non Non
Ambanja Maevatanana 2 9 373 13 9 6 Non Non

164
Nb total
Inscrits dans les Candidats écoles Candidats écoles
Nb école Nb de salle de enseignants Existence Existence hall
District Commune écoles privées en privées au privées reçus au
primaire privée classe école privée bibliothèque d’information
07-08 CEPE 08 CEPE 08
07-08
Ambilobe Ambakirano . . . . . . Oui Non
Ambilobe Ambaralaraka 1 4 206 65 39 43 Non Non
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . . . . . . Non Non
Ambilobe Ambilobe 16 92 4 591 150 139 62 Oui Oui
Ambilobe Ambodibonara 1 3 62 26 15 12 Non Non
Ambilobe Ampondralava 3 10 906 92 80 17 Oui Non
Ambilobe Anaborano-Ifasy 2 10 520 72 65 63 Non Non
Ambilobe Anjiabe-Ambony 1 5 367 27 16 20 Non Non
Ambilobe Antsaravibe 8 3 172 32 26 40 Non Non
Ambilobe Antsohimbondrona 5 22 1 988 98 68 77 Oui Non
Ambilobe Beramanja 1 21 914 93 75 53 Non Non
Ambilobe Betsiaka 2 5 175 16 10 40 Non Non
Ambilobe Manambato . . . . . . Non Non
Ambilobe Mantaly 1 5 416 48 35 45 Non Non
Ambilobe Tanambao-Marivorahona 1 4 61 32 24 62 Non Non
Nosy Be Nosy - Be 22 130 5 092 712 606 130 oui Non

165
Annexe 10.  Education - Secondaire public
Inscrits 6ème Candidats CEG Enseignants
Nb CEG Inscrits au CEG Candidats des Enseignants CEG
District Commune Nb CEG dans CEG en reçus au FRAM dans CEG
communautaire en 07-08 CEG au BEPC 08 en 07-08
08-09 BEPC 08 en 07-08
Antsiranana I Antsiranana I 2 64 830 2 697 743 470 69 13
Antsiranana II Andrafiabe 1 4 61 66 . . . .
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord 1 14 386 630 106 33 13 2
Antsiranana II Ankarongana 1 2 31 115 10 - 1 3
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka 1 . . . . . . .
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville 1 7 118 270 21 17 7 1
Antsiranana II Mahalina . . . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona 1 8 220 . 78 45 11 3
Antsiranana II Mangaoka 1 . 43 76 10 10 6 1
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) 1 2 55 . 4 - 4 1
Antsiranana II Ramena 1 4 71 77 - - 4 -
Antsiranana II Sadjoavato 1 3 69 203 . . . .
Antsiranana II Sakaramy . . . . . . . .
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . . .
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . . .
Antsiranana II Antsoha . . . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . . .

166
Inscrits 6ème Candidats CEG Enseignants
Nb CEG Inscrits au CEG Candidats des Enseignants CEG
District Commune Nb CEG dans CEG en reçus au FRAM dans CEG
communautaire en 07-08 CEG au BEPC 08 en 07-08
08-09 BEPC 08 en 07-08
Ambanja Ambanja 1 20 505 1 113 278 104 25 2
Ambanja Ambodimanga Ramena 1 . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina 1 . . . . . . .
Ambanja Ankatafa 1 2 30 7 26 9 1 -
Ambanja Ankingameloka 1 . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana 1 . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry 1 2 65 58 . . 1 -
Ambanja Antranokarany 1 . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro 1 4 34 155 21 20 8 -
Ambanja Antsatsaka 1 4 52 239 . . 6 -
Ambanja Antsirabe 1 . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS 1 5 93 405 62 13 6 -
Ambanja Bemaneviky Ouest 1 . . . . . . .
Ambanja Djangoa 1 6 55 197 10 1 6 -
Ambanja Maherivaratra 1 . . . . . . .
Ambanja Marotolana 1 1 155 36 . . 1 -
Ambanja Marovato 1 7 99 266 13 - 6 -
Ambanja Ambohimena 1 7 53 169 25 8 6 1
Ambanja Ambaliha . . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana 1 . . . . . . .
Ambanja Maevatanana 1 . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano 1 4 31 105 - - 5 -
Ambilobe Ambaralaraka 1 2 49 49 - - 3 2

167
Inscrits 6ème Candidats CEG Enseignants
Nb CEG Inscrits au CEG Candidats des Enseignants CEG
District Commune Nb CEG dans CEG en reçus au FRAM dans CEG
communautaire en 07-08 CEG au BEPC 08 en 07-08
08-09 BEPC 08 en 07-08
Ambilobe Ambatoben’Anjavy 1 2 . . - - . .
Ambilobe Ambilobe 1 25 1 408 1 488 408 195 27 6
Ambilobe Ambodibonara 1 1 54 . . - . .
Ambilobe Ampondralava 1 7 159 344 39 15 7 -
Ambilobe Anaborano-Ifasy 1 2 179 461 45 18 10 3
Ambilobe Anjiabe-Ambony 1 4 82 152 11 2 6 -
Ambilobe Antsaravibe 1 4 79 142 16 5 7 1
Ambilobe Antsohimbondrona 1 18 320 970 208 18 31 -
Ambilobe Beramanja 1 4 89 127 4 1 7 -
Ambilobe Betsiaka 1 2 81 203 19 4 5 2
Ambilobe Manambato 1 2 . . - - . .
Ambilobe Mantaly 1 4 66 161 21 10 7 2
Ambilobe Tanambao-Marivorahona 1 2 33 33 . . 2 .
Nosy Be Nosy - Be 4 1 1 024 2 023 368 140 48 13

168
Annexe 11.  Education - Secondaire privé
Inscrits 6ème dans Inscrits dans Candidats collège Enseignants
Candidats collège
District Commune Nb collège privé Nb salle de classe collège privé en collège privé en privé reçus au collège privé en
privé au BEPC 08
08-09 07-08 BEPC 08 07-08
Antsiranana I Antsiranana I 28 161 1 854 6 474 1 551 1 111 225
Antsiranana II Andrafiabe . . . . . . .
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord 6 21 301 350 40 10 15
Antsiranana II Ankarongana 1 2 19 23 . . 3
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka 1 10 39 172 27 7 5
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville . . . . . . .
Antsiranana II Mahalina . . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona . . . . . . .
Antsiranana II Mangaoka . . . . . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) . . . . . . .
Antsiranana II Ramena . . . . . . .
Antsiranana II Sadjoavato 1 4 24 - . . .
Antsiranana II Sakaramy 1 4 24 - . . .
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . .
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . .
Antsiranana II Antsoha . . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . .

169
Inscrits 6ème dans Inscrits dans Candidats collège Enseignants
Candidats collège
District Commune Nb collège privé Nb salle de classe collège privé en collège privé en privé reçus au collège privé en
privé au BEPC 08
08-09 07-08 BEPC 08 07-08
Ambanja Ambanja 12 36 4 331 3 320 1 021 288 92
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina . . . . . . .
Ambanja Ankatafa . . . . . . .
Ambanja Ankingameloka . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry . . . . . . .
Ambanja Antranokarany . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . .
Ambanja Antsatsaka . . . . . . .
Ambanja Antsirabe . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS 2 13 507 77 40 5 10
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . .
Ambanja Djangoa . . . . . . .
Ambanja Maherivaratra . . . . . . .
Ambanja Marotolana . . . . . . .
Ambanja Marovato . . . . . . .
Ambanja Ambohimena . . . . . . .
Ambanja Ambaliha . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . .
Ambanja Maevatanana . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano . . . . . . .
Ambilobe Ambaralaraka . . . . . . .

170
Inscrits 6ème dans Inscrits dans Candidats collège Enseignants
Candidats collège
District Commune Nb collège privé Nb salle de classe collège privé en collège privé en privé reçus au collège privé en
privé au BEPC 08
08-09 07-08 BEPC 08 07-08
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . . . . . . .
Ambilobe Ambilobe 11 45 1 740 375 651 288 64
Ambilobe Ambodibonara . . . . . . .
Ambilobe Ampondralava . . . . . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy . . . . . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony . . . . . . .
Ambilobe Antsaravibe . . . . . . .
Ambilobe Antsohimbondrona 3 12 684 168 73 29 19
Ambilobe Beramanja . . . . . . .
Ambilobe Betsiaka . . . . . . .
Ambilobe Manambato . . . . . . .
Ambilobe Mantaly . . . . . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona . . . . . . .
Nosy Be Nosy - Be 12 66 980 3 127 925 380 61

171
Annexe 12.  Education - Lycée public
Total inscrits au Candidats lycées Enseignants lycées
Nb lycée d’ens. Inscrits 2nd lycées Candidats lycées
District Commune Nb salle de classe lycée public en publics reçus au publics d’ens.
général public publics en 08-09 publics au BACC 08
07-08 BACC 08 Général
Antsiranana I Antsiranana I 1 30 480 1 283 694 250 65
Antsiranana II Andrafiabe . . . . . . .
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord 1 3 39 - - - -
Antsiranana II Ankarongana . . . . . . .
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka . . . . . . .
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville . . . . . . .
Antsiranana II Mahalina . . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona . . . . . . .
Antsiranana II Mangaoka . . . . . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) . . . . . . .
Antsiranana II Ramena . . . . . . .
Antsiranana II Sadjoavato . . . . . . .
Antsiranana II Sakaramy . . . . . . .
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . .
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . .
Antsiranana II Antsoha . . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . .

172
Total inscrits au Candidats lycées Enseignants lycées
Nb lycée d’ens. Inscrits 2nd lycées Candidats lycées
District Commune Nb salle de classe lycée public en publics reçus au publics d’ens.
général public publics en 08-09 publics au BACC 08
07-08 BACC 08 Général
Ambanja Ambanja 1 11 196 533 129 62 26
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina . . . . . . .
Ambanja Ankatafa . . . . . . .
Ambanja Ankingameloka . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry . . . . . . .
Ambanja Antranokarany . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . .
Ambanja Antsatsaka . . . . . . .
Ambanja Antsirabe . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . .
Ambanja Djangoa . . . . . . .
Ambanja Maherivaratra . . . . . . .
Ambanja Marotolana . . . . . . .
Ambanja Marovato . . . . . . .
Ambanja Ambohimena . . . . . . .
Ambanja Ambaliha . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . .
Ambanja Maevatanana . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano . . . . . . .
Ambilobe Ambaralaraka . . . . . . .

173
Total inscrits au Candidats lycées Enseignants lycées
Nb lycée d’ens. Inscrits 2nd lycées Candidats lycées
District Commune Nb salle de classe lycée public en publics reçus au publics d’ens.
général public publics en 08-09 publics au BACC 08
07-08 BACC 08 Général
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . . . . . . .
Ambilobe Ambilobe 1 13 350 700 235 75 28
Ambilobe Ambodibonara . . . . . . .
Ambilobe Ampondralava 1 . . . . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy . . . . . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony . . . . . . .
Ambilobe Antsaravibe . . . . . . .
Ambilobe Antsohimbondrona 1 . . . . . .
Ambilobe Beramanja . . . . . . .
Ambilobe Betsiaka 1 . . . . . .
Ambilobe Manambato . . . . . . .
Ambilobe Mantaly . . . . . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona . . . . . . .
Nosy Be Nosy - Be 1 16 282 827 279 116 25

174
Annexe 13.  Education - Lycée privé
Inscrits en 2nd Candidats lycée
Nb lycée privé Total inscrits lycée Candidats lycée Enseignants lycée
District Commune Nb salle de classe lycée privé en privé reçus au BACC
d’ens. Général privé en 07-08 privé au BACC 08 privé en 07-08
08-09 08
Antsiranana I Antsiranana I 8 27 702 1 235 267 105 90
Antsiranana II Andrafiabe . . . . . . .
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord . . . . . . .
Antsiranana II Ankarongana . . . . . . .
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka . . . . . . .
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville . . . . . . .
Antsiranana II Mahalina . . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona . . . . . . .
Antsiranana II Mangaoka . . . . . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) . . . . . . .
Antsiranana II Ramena . . . . . . .
Antsiranana II Sadjoavato . . . . . . .
Antsiranana II Sakaramy . . . . . . .
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . .
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . .
Antsiranana II Antsoha . . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . .

175
Inscrits en 2nd Candidats lycée
Nb lycée privé Total inscrits lycée Candidats lycée Enseignants lycée
District Commune Nb salle de classe lycée privé en privé reçus au BACC
d’ens. Général privé en 07-08 privé au BACC 08 privé en 07-08
08-09 08
Ambanja Ambanja 7 28 625 585 218 180 35
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina . . . . . . .
Ambanja Ankatafa . . . . . . .
Ambanja Ankingameloka . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry . . . . . . .
Ambanja Antranokarany . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . .
Ambanja Antsatsaka . . . . . . .
Ambanja Antsirabe . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS 1 10 16 14 12 10 8
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . .
Ambanja Djangoa . . . . . . .
Ambanja Maherivaratra . . . . . . .
Ambanja Marotolana . . . . . . .
Ambanja Marovato . . . . . . .
Ambanja Ambohimena . . . . . . .
Ambanja Ambaliha . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . .
Ambanja Maevatanana . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano . . . . . . .
Ambilobe Ambaralaraka . . . . . . .

176
Inscrits en 2nd Candidats lycée
Nb lycée privé Total inscrits lycée Candidats lycée Enseignants lycée
District Commune Nb salle de classe lycée privé en privé reçus au BACC
d’ens. Général privé en 07-08 privé au BACC 08 privé en 07-08
08-09 08
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . . . . . . .
Ambilobe Ambilobe 4 21 327 857 217 95 19
Ambilobe Ambodibonara . . . . . . .
Ambilobe Ampondralava . . . . . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy . . . . . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony . . . . . . .
Ambilobe Antsaravibe . . . . . . .
Ambilobe Antsohimbondrona 2 9 71 162 28 5 5
Ambilobe Beramanja . . . . . . .
Ambilobe Betsiaka . . . . . . .
Ambilobe Manambato . . . . . . .
Ambilobe Mantaly . . . . . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona . . . . . . .
Nosy Be Nosy - Be 4 21 430 469 107 31 20

177
Annexe 14.  Education - Lycée technique public
Inscrits en 2nde au Candidats lycée Candidats lycée Enseignants lycée
Nb lycée Technique Inscrits au lycée
District Commune Nb salle de classe lycée technique en technique au BACC technique reçus au technique en
public technique en 07-08
08-09 08 BACC 08 07-08
Antsiranana I Antsiranana I 1 40 258 870 450 130 55
Antsiranana II Andrafiabe . . . . . . .
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord . . . . . . .
Antsiranana II Ankarongana . . . . . . .
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka . . . . . . .
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville . . . . . . .
Antsiranana II Mahalina . . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona . . . . . . .
Antsiranana II Mangaoka . . . . . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) . . . . . . .
Antsiranana II Ramena . . . . . . .
Antsiranana II Sadjoavato . . . . . . .
Antsiranana II Sakaramy . . . . . . .
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . .
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . .
Antsiranana II Antsoha . . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . .

178
Inscrits en 2nde au Candidats lycée Candidats lycée Enseignants lycée
Nb lycée Technique Inscrits au lycée
District Commune Nb salle de classe lycée technique en technique au BACC technique reçus au technique en
public technique en 07-08
08-09 08 BACC 08 07-08
Ambanja Ambanja 1 7 70 213 61 34 7
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina . . . . . . .
Ambanja Ankatafa . . . . . . .
Ambanja Ankingameloka . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry . . . . . . .
Ambanja Antranokarany . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . .
Ambanja Antsatsaka . . . . . . .
Ambanja Antsirabe . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . .
Ambanja Djangoa . . . . . . .
Ambanja Maherivaratra . . . . . . .
Ambanja Marotolana . . . . . . .
Ambanja Marovato . . . . . . .
Ambanja Ambohimena . . . . . . .
Ambanja Ambaliha . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . .
Ambanja Maevatanana . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano . . . . . . .
Ambilobe Ambaralaraka . . . . . . .

179
Inscrits en 2nde au Candidats lycée Candidats lycée Enseignants lycée
Nb lycée Technique Inscrits au lycée
District Commune Nb salle de classe lycée technique en technique au BACC technique reçus au technique en
public technique en 07-08
08-09 08 BACC 08 07-08
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . . . . . . .
Ambilobe Ambilobe . . . . . . .
Ambilobe Ambodibonara . . . . . . .
Ambilobe Ampondralava . . . . . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy . . . . . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony . . . . . . .
Ambilobe Antsaravibe . . . . . . .
Ambilobe Antsohimbondrona . . . . . . .
Ambilobe Beramanja . . . . . . .
Ambilobe Betsiaka . . . . . . .
Ambilobe Manambato . . . . . . .
Ambilobe Mantaly . . . . . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona . . . . . . .
Nosy Be Nosy - Be . . . . . . .

180
Annexe 15.  Education - Lycée technique privé
Inscrits 2nde lycée Inscrits lycée
Nb lycée Technique Candidats LT privé Candidats LT privé Enseignants LT
District Commune Nb salle de classe technique privé en technique privé en
privé au BACC 08 reçus au BACC 08 privé en 07-08
08-09 07-08
Antsiranana I Antsiranana I 2 10 130 270 90 32 48
Antsiranana II Andrafiabe . . . . . . .
Antsiranana II Andranofanjava . . . . . . .
Antsiranana II Andranovondronina . . . . . . .
Antsiranana II Anivorano-Nord . . . . . . .
Antsiranana II Ankarongana . . . . . . .
Antsiranana II Anketrakabe . . . . . . .
Antsiranana II Antsahampano . . . . . . .
Antsiranana II Antsalaka . . . . . . .
Antsiranana II Bobasakoa . . . . . . .
Antsiranana II Joffre-ville . . . . . . .
Antsiranana II Mahalina . . . . . . .
Antsiranana II Mahavanona . . . . . . .
Antsiranana II Mangaoka . . . . . . .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) . . . . . . .
Antsiranana II Ramena . . . . . . .
Antsiranana II Sadjoavato . . . . . . .
Antsiranana II Sakaramy . . . . . . .
Antsiranana II Antanamitarina . . . . . . .
Antsiranana II Ambondrona . . . . . . .
Antsiranana II Bobakilandy . . . . . . .
Antsiranana II Antsoha . . . . . . .
Ambanja Ambalahonko . . . . . . .

181
Inscrits 2nde lycée Inscrits lycée
Nb lycée Technique Candidats LT privé Candidats LT privé Enseignants LT
District Commune Nb salle de classe technique privé en technique privé en
privé au BACC 08 reçus au BACC 08 privé en 07-08
08-09 07-08
Ambanja Ambanja 1 2 26 60 - - 6
Ambanja Ambodimanga Ramena . . . . . . .
Ambanja Ambohimarina . . . . . . .
Ambanja Ankatafa . . . . . . .
Ambanja Ankingameloka . . . . . . .
Ambanja Anorotsangana . . . . . . .
Ambanja Antafiambotry . . . . . . .
Ambanja Antranokarany . . . . . . .
Ambanja Antsakoamanondro . . . . . . .
Ambanja Antsatsaka . . . . . . .
Ambanja Antsirabe . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky HS . . . . . . .
Ambanja Bemaneviky Ouest . . . . . . .
Ambanja Djangoa . . . . . . .
Ambanja Maherivaratra . . . . . . .
Ambanja Marotolana . . . . . . .
Ambanja Marovato . . . . . . .
Ambanja Ambohimena . . . . . . .
Ambanja Ambaliha . . . . . . .
Ambanja Benavony . . . . . . .
Ambanja Ambohitrandriana . . . . . . .
Ambanja Maevatanana . . . . . . .
Ambilobe Ambakirano . . . . . . .
Ambilobe Ambaralaraka . . . . . . .

182
Inscrits 2nde lycée Inscrits lycée
Nb lycée Technique Candidats LT privé Candidats LT privé Enseignants LT
District Commune Nb salle de classe technique privé en technique privé en
privé au BACC 08 reçus au BACC 08 privé en 07-08
08-09 07-08
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . . . . . . .
Ambilobe Ambilobe . . . . . . .
Ambilobe Ambodibonara . . . . . . .
Ambilobe Ampondralava . . . . . . .
Ambilobe Anaborano-Ifasy . . . . . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony . . . . . . .
Ambilobe Antsaravibe . . . . . . .
Ambilobe Antsohimbondrona . . . . . . .
Ambilobe Beramanja . . . . . . .
Ambilobe Betsiaka . . . . . . .
Ambilobe Manambato . . . . . . .
Ambilobe Mantaly . . . . . . .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona . . . . . . .
Nosy Be Nosy - Be . . . . . . .

183
Annexe 16.  Santé - Accès aux soins
Durée pour aller à la Nb médecins
Nb lits d’hôpitaux
District Commune formation sanitaire la plus Nombre CSB I Nombre CSB II exerçant dans Existence CHD I Existence CHD II
publics
proche CSB II
Antsiranana I Antsiranana I Moins d’1h 2 1 4 Non Non .
Antsiranana II Andrafiabe 3h à 12h 1 1 1 Non Non .
Antsiranana II Andranofanjava Moins d’1h . 1 1 Non Non .
Antsiranana II Andranovondronina 12h à 24h . 1 - Non Non .
Antsiranana II Anivorano-Nord 12h à 24h 1 1 2 Non Non .
Antsiranana II Ankarongana 3h à 12h . 1 1 Non Non .
Antsiranana II Anketrakabe 3h à 12h . 1 - Non Non .
Antsiranana II Antsahampano 3h à 12h . 1 1 Non Non .
Antsiranana II Antsalaka 1h à 3h . 1 1 Non Non .
Antsiranana II Bobasakoa Moins d’1h . 1 - Non Non .
Antsiranana II Joffre-ville Moins d’1h . 1 - Non Non .
Antsiranana II Mahalina 12h à 24h . . . Non Non .
Antsiranana II Mahavanona 1h à 3h . 1 1 Non Non .
Antsiranana II Mangaoka 12h à 24h 1 1 - Non Non .
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) 3h à 12h 1 1 - Non Non .
Antsiranana II Ramena 12h à 24h . 1 1 Non Non .
Antsiranana II Sadjoavato Moins d’1h 1 1 1 Non Non .
Antsiranana II Sakaramy Moins d’1h 1 . . Non Non .
Antsiranana II Antanamitarina 1h à 3h . . . Non Non .
Antsiranana II Ambondrona 12h à 24h 1 . . Non Non .
Antsiranana II Bobakilandy 3h à 12h 1 . . Non Non .
Antsiranana II Antsoha 3h à 12h . . . Non Non .

184
Durée pour aller à la Nb médecins
Nb lits d’hôpitaux
District Commune formation sanitaire la plus Nombre CSB I Nombre CSB II exerçant dans Existence CHD I Existence CHD II
publics
proche CSB II
Ambanja Ambalahonko 1h à 3h . 1 1 Non Non 10
Ambanja Ambanja Moins d’1h 1 2 2 Oui Oui 32
Ambanja Ambodimanga Ramena 12h à 24h . 1 - Non Non 7
Ambanja Ambohimarina 1h à 3h 1 1 - Non Non 4
Ambanja Ankatafa Moins d’1h . 1 . Non Non 2
Ambanja Ankingameloka 1h à 3h . . . Non Non 9
Ambanja Anorotsangana 12h à 24h . 1 - Non Non 8
Ambanja Antafiambotry 1h à 3h 1 1 1 Non Non 5
Ambanja Antranokarany 1h à 3h 1 1 1 Non Non 13
Ambanja Antsakoamanondro 3h à 12h . 1 1 Non Non 4
Ambanja Antsatsaka Moins d’1h 2 1 1 Non Non 6
Ambanja Antsirabe 3h à 12h . 1 1 Non Non 3
Ambanja Bemaneviky HS 1h à 3h 1 2 2 Non Non 12
Ambanja Bemaneviky Ouest 3h à 12h 1 1 - Non Non 10
Ambanja Djangoa 3h à 12h . 1 1 Non Non 16
Ambanja Maherivaratra 1h à 3h . 1 1 Non Non 1
Ambanja Marotolana 1h à 3h 1 1 1 Non Non 12
Ambanja Marovato 1h à 3h . 1 1 Non Non 3
Ambanja Ambohimena Moins d’1h . 1 1 Non Non 4
Ambanja Ambaliha 3h à 12h . 1 - Non Non 5
Ambanja Benavony 1h à 3h . . . Non Non -
Ambanja Ambohitrandriana 1h à 3h . 1 1 Non Non 4
Ambanja Maevatanana 3h à 12h . 1 1 Non Non 3
Ambilobe Ambakirano Moins d’1h 2 1 1 Non Non .

185
Durée pour aller à la Nb médecins
Nb lits d’hôpitaux
District Commune formation sanitaire la plus Nombre CSB I Nombre CSB II exerçant dans Existence CHD I Existence CHD II
publics
proche CSB II
Ambilobe Ambaralaraka Moins d’1h 1 1 1 Non Non .
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Moins d’1h 1 1 - Non Non .
Ambilobe Ambilobe Moins d’1h . 3 2 Oui Non 44
Ambilobe Ambodibonara Moins d’1h 1 . . Non Non .
Ambilobe Ampondralava Moins d’1h . 1 1 Non Non .
Ambilobe Anaborano-Ifasy Moins d’1h . 1 - Non Non .
Ambilobe Anjiabe-Ambony Moins d’1h . 1 - Non Non .
Ambilobe Antsaravibe Moins d’1h 2 1 1 Non Non .
Ambilobe Antsohimbondrona Moins d’1h 2 2 - Non Non .
Ambilobe Beramanja Moins d’1h 2 1 - Non Non .
Ambilobe Betsiaka Moins d’1h 3 1 - Non Non .
Ambilobe Manambato Moins d’1h 1 1 1 Non Non .
Ambilobe Mantaly Moins d’1h . 1 1 Non Non .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Moins d’1h . 1 1 Non Non .
Nosy Be Nosy - Be 1h à 3h 5 5 5 Non Oui 68

186
Annexe 17.  Santé - Personnel de santé
Nombre médecin Nombre médecin
District Commune Nb aide-sanitaire Nombre infirmier(ère) Nb sage-femme
généraliste spécialiste
Antsiranana I Antsiranana I 3 9 20 10 1
Antsiranana II Andrafiabe - 1 1 1 -
Antsiranana II Andranofanjava - 1 - 1 -
Antsiranana II Andranovondronina - - 1 - -
Antsiranana II Anivorano-Nord 1 1 1 1 1
Antsiranana II Ankarongana - - - 1 -
Antsiranana II Anketrakabe - - 1 - -
Antsiranana II Antsahampano - - - 1 -
Antsiranana II Antsalaka - - 1 1 -
Antsiranana II Bobasakoa 1 - - - -
Antsiranana II Joffre-ville - - 1 - -
Antsiranana II Mahalina - - - - -
Antsiranana II Mahavanona - - 2 1 -
Antsiranana II Mangaoka 1 1 1 - -
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) - - 1 - -
Antsiranana II Ramena - - 1 1 -
Antsiranana II Sadjoavato - 1 - 1 -
Antsiranana II Sakaramy - 1 - - -
Antsiranana II Antanamitarina - - - - -
Antsiranana II Ambondrona - - 1 - -
Antsiranana II Bobakilandy 1 1 - - -
Antsiranana II Antsoha - - - - -
Ambanja Ambalahonko - - - 1 -
Ambanja Ambanja 1 20 4 1 -

187
Nombre médecin Nombre médecin
District Commune Nb aide-sanitaire Nombre infirmier(ère) Nb sage-femme
généraliste spécialiste
Ambanja Ambodimanga Ramena - - 1 - -
Ambanja Ambohimarina 1 - - - -
Ambanja Ankatafa - - - - -
Ambanja Ankingameloka 1 - - - -
Ambanja Anorotsangana 1 - - 1 -
Ambanja Antafiambotry - 1 - - -
Ambanja Antranokarany 1 - - 1 -
Ambanja Antsakoamanondro 1 - - 1 -
Ambanja Antsatsaka 1 - - 1 -
Ambanja Antsirabe 1 1 - - -
Ambanja Bemaneviky HS - 1 - 1 -
Ambanja Bemaneviky Ouest - - - - -
Ambanja Djangoa - - - 1 -
Ambanja Maherivaratra 1 - - 1 -
Ambanja Marotolana 1 - - 1 -
Ambanja Marovato 1 - - 1 -
Ambanja Ambohimena - - - 1 -
Ambanja Ambaliha - 1 - - -
Ambanja Benavony - - - - -
Ambanja Ambohitrandriana - - 1 1 -
Ambanja Maevatanana - - - 1 -
Ambilobe Ambakirano 1 2 . 1 .
Ambilobe Ambaralaraka . . . 1 .
Ambilobe Ambatoben’Anjavy . 1 . . .
Ambilobe Ambilobe 2 1 1 2 .

188
Nombre médecin Nombre médecin
District Commune Nb aide-sanitaire Nombre infirmier(ère) Nb sage-femme
généraliste spécialiste
Ambilobe Ambodibonara . 1 . . .
Ambilobe Ampondralava . . . 1 .
Ambilobe Anaborano-Ifasy . 1 . . .
Ambilobe Anjiabe-Ambony . 1 . . .
Ambilobe Antsaravibe . . . 1 .
Ambilobe Antsohimbondrona 3 . . 1 .
Ambilobe Beramanja . 1 1 . .
Ambilobe Betsiaka . 4 . . .
Ambilobe Manambato 1 . . 1 .
Ambilobe Mantaly . . 1 1 .
Ambilobe Tanambao-Marivorahona . . 1 1 .
Nosy Be Nosy - Be 6 17 12 9 3

189
Annexe 18.  Santé - Accessibilité maternité sans risque
Durée pour aller au Existence de Possibilité Nb sage-femme
Accessibilité du service Nb service public de
District Commune service de maternité le médecin dans la accouchement publics dans
de maternité maternité
plus proche maternité césarienne maternité
Antsiranana I Antsiranana Moins d’1h Toute l’année Oui Non 3 4
Antsiranana II Andrafiabe 3h à 12h Période sèche Oui Non 2 1
Antsiranana II Andranofanjava Moins d’1h Période sèche Oui Non 1 -
Antsiranana II Andranovondronina 12h à 24h Période sèche Non Non 1 1
Antsiranana II Anivorano-Nord 12h à 24h Période sèche Oui Non 3 1
Antsiranana II Ankarongana 3h à 12h Période sèche Oui Non 1 -
Antsiranana II Anketrakabe 3h à 12h Période sèche Non Non 1 1
Antsiranana II Antsahampano 3h à 12h Toute l’année Oui Non 1 -
Antsiranana II Antsalaka 1h à 3h Période sèche Oui Non 1 1
Antsiranana II Bobasakoa Moins d’1h Toute l’année Non Non 2 -
Antsiranana II Joffre-ville Moins d’1h Toute l’année Non Non 1 1
Antsiranana II Mahalina 12h à 24h Période sèche Non Non . .
Antsiranana II Mahavanona 1h à 3h Période sèche Oui Non 1 2
Antsiranana II Mangaoka 12h à 24h Période sèche Non Non 3 1
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) 3h à 12h Période sèche Non Non 2 1
Antsiranana II Ramena 12h à 24h Période sèche Oui Non 1 1
Antsiranana II Sadjoavato Moins d’1h Période sèche Oui Non 2 .
Antsiranana II Sakaramy Moins d’1h Toute l’année Non Non 1 -
Antsiranana II Antanamitarina 1h à 3h Toute l’année Non Non . .
Antsiranana II Ambondrona 12h à 24h Période sèche Non Non 1 1
Antsiranana II Bobakilandy 3h à 12h Période sèche Non Non 1 -
Antsiranana II Antsoha 3h à 12h Période sèche Non Non . .
Ambanja Ambalahonko 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 -

190
Durée pour aller au Existence de Possibilité Nb sage-femme
Accessibilité du service Nb service public de
District Commune service de maternité le médecin dans la accouchement publics dans
de maternité maternité
plus proche maternité césarienne maternité
Ambanja Ambanja Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 3
Ambanja Ambodimanga Ramena 12h à 24h Toute l’année Non Non 1 1
Ambanja Ambohimarina 1h à 3h Toute l’année Non Non 1 -
Ambanja Ankatafa Moins d’1h Toute l’année Non Non . .
Ambanja Ankingameloka 1h à 3h Toute l’année Non Non 1 -
Ambanja Anorotsangana 12h à 24h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Antafiambotry 1h à 3h Toute l’année Non Non 1 -
Ambanja Antranokarany 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Antsakoamanondro 3h à 12h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Antsatsaka Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 1
Ambanja Antsirabe 3h à 12h Toute l’année Non Non 1 -
Ambanja Bemaneviky HS 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Bemaneviky Ouest 3h à 12h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Djangoa 3h à 12h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Maherivaratra 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Marotolana 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Marovato 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Ambohimena Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambanja Ambaliha 3h à 12h Toute l’année Non Non 1 -
Ambanja Benavony 1h à 3h Toute l’année Non Non . .
Ambanja Ambohitrandriana 1h à 3h Toute l’année Oui Non 1 1
Ambanja Maevatanana 3h à 12h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambilobe Ambakirano Moins d’1h Toute l’année Oui Non 3 -
Ambilobe Ambaralaraka Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 -

191
Durée pour aller au Existence de Possibilité Nb sage-femme
Accessibilité du service Nb service public de
District Commune service de maternité le médecin dans la accouchement publics dans
de maternité maternité
plus proche maternité césarienne maternité
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Moins d’1h Toute l’année Non Non 2 -
Ambilobe Ambilobe Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 3
Ambilobe Ambodibonara Moins d’1h Toute l’année Non Non 1 -
Ambilobe Ampondralava Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 -
Ambilobe Anaborano-Ifasy Moins d’1h Toute l’année Non Non 1 -
Ambilobe Anjiabe-Ambony Moins d’1h Toute l’année Non Non 1 -
Ambilobe Antsaravibe Moins d’1h Toute l’année Oui Non 2 -
Ambilobe Antsohimbondrona Moins d’1h Toute l’année Oui Non 3 -
Ambilobe Beramanja Moins d’1h Toute l’année Non Non 1 1
Ambilobe Betsiaka Moins d’1h Toute l’année Non Non 4 -
Ambilobe Manambato Moins d’1h Toute l’année Oui Non 2 -
Ambilobe Mantaly Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 1
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Moins d’1h Toute l’année Oui Non 1 1
Nosy Be Nosy - Be 1h à 3h Toute l’année Oui Oui 1 3

192
Annexe 19.  Santé - Structure sanitaire
Existence structure Existence service Existence service privé Existence cabinet Existence clinique/ Existence dépôt de
District Commune
privé de maternité public de soin dentaire de soin dentaire médical privé hôpital privé vente médicaments
Antsiranana I Antsiranana I Oui Oui Oui Oui Oui Oui
Antsiranana II Andrafiabe Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Andranofanjava Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Andranovondronina Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Anivorano-Nord Non Oui Non Oui Non Oui
Antsiranana II Ankarongana Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Anketrakabe Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antsahampano Non Non Non Non Non Oui
Antsiranana II Antsalaka Non Non Non Oui Non Oui
Antsiranana II Bobasakoa Oui Non Non Non Non Non
Antsiranana II Joffre-ville Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Mahalina Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Mahavanona Non Non Non Non Non Oui
Antsiranana II Mangaoka Oui Non Non Non Non Non
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Ramena Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Sadjoavato Non Non Non Non Non Oui
Antsiranana II Sakaramy Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antanamitarina Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Ambondrona Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Bobakilandy Non Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antsoha Non Non Non Non Non Non
Ambanja Ambalahonko Non Non Non Non Non Non
Ambanja Ambanja Oui Oui Oui Oui Oui Oui

193
Existence structure Existence service Existence service privé Existence cabinet Existence clinique/ Existence dépôt de
District Commune
privé de maternité public de soin dentaire de soin dentaire médical privé hôpital privé vente médicaments
Ambanja Ambodimanga Ramena Non Non Non Non . Non
Ambanja Ambohimarina Non Non Non Non Non Non
Ambanja Ankatafa Non Non Non Non Non Non
Ambanja Ankingameloka Non Non Non Non Non Non
Ambanja Anorotsangana Non Non Non Non Non Non
Ambanja Antafiambotry Non Non Non Non Non Non
Ambanja Antranokarany Non Non Non Non Non Non
Ambanja Antsakoamanondro Non Non Non Non Non Oui
Ambanja Antsatsaka Non Non Non Non Non Oui
Ambanja Antsirabe Non Non Non Non Non Non
Ambanja Bemaneviky HS Non Non Non Non Non Oui
Ambanja Bemaneviky Ouest Non Non Non Non Non Non
Ambanja Djangoa Non Non Non Non Non Oui
Ambanja Maherivaratra Non Non Non Non Non Non
Ambanja Marotolana Non Non Non Non Non Oui
Ambanja Marovato Non Non Non Non Non Oui
Ambanja Ambohimena Non Non Non Non Non Non
Ambanja Ambaliha Non Non Non Non Non Non
Ambanja Benavony Non Non Non Non Non Non
Ambanja Ambohitrandriana Non Non Non Non Non Non
Ambanja Maevatanana Non Non Non Non Non Oui
Ambilobe Ambakirano Non Non Non Non Non Non
Ambilobe Ambaralaraka Non Non Non Non Non Oui
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Non Non Non Non Non Non
Ambilobe Ambilobe Oui Oui Oui Oui Oui Oui

194
Existence structure Existence service Existence service privé Existence cabinet Existence clinique/ Existence dépôt de
District Commune
privé de maternité public de soin dentaire de soin dentaire médical privé hôpital privé vente médicaments
Ambilobe Ambodibonara Non Non Non Non Non Non
Ambilobe Ampondralava Non Non Non Non Non Oui
Ambilobe Anaborano-Ifasy Non Non Non Non Non Oui
Ambilobe Anjiabe-Ambony Non Non Non Non Non Non
Ambilobe Antsaravibe Oui Non Non Non Non Non
Ambilobe Antsohimbondrona Oui Non Non Non Non Oui
Ambilobe Beramanja Oui Non Non Non Non Non
Ambilobe Betsiaka Non Non Non Non Non Non
Ambilobe Manambato Non Non Non Non Non Non
Ambilobe Mantaly Non Non Non Non Non Oui
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Non Non Non Non Non Non
Nosy Be Nosy - Be Non Oui Non Oui Non Oui

195
Annexe 20.  Productions agricoles et artisanales
Premiers pierres et métaux Deuxièmes pierres et métaux
District Commune Premier produit Second produit
précieux précieux
Antsiranana I Antsiranana I . .
Antsiranana II Andrafiabe Autre Céréale
Antsiranana II Andranofanjava Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Andranovondronina Autre Céréale
Antsiranana II Anivorano-Nord Céréale Racine&tubercule Saphir
Antsiranana II Ankarongana Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Anketrakabe Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Antsahampano Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Antsalaka Légumineuse Autre
Antsiranana II Bobasakoa Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Joffre-ville Fruit Culture industrielle
Antsiranana II Mahalina Céréale Légume
Antsiranana II Mahavanona Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Mangaoka Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Ramena Autre Céréale
Antsiranana II Sadjoavato Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Sakaramy Fruit Racine&tubercule
Antsiranana II Antanamitarina Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Ambondrona Céréale Fruit
Antsiranana II Bobakilandy Céréale Racine&tubercule
Antsiranana II Antsoha Céréale Racine&tubercule
Ambanja Ambalahonko Fruit Racine&tubercule
Ambanja Ambanja Racine&tubercule Fruit

196
Premiers pierres et métaux Deuxièmes pierres et métaux
District Commune Premier produit Second produit
précieux précieux
Ambanja Ambodimanga Ramena Racine&tubercule Céréale
Ambanja Ambohimarina Fruit Racine&tubercule
Ambanja Ankatafa Racine&tubercule Fruit
Ambanja Ankingameloka Céréale Epice
Ambanja Anorotsangana Céréale Epice
Ambanja Antafiambotry Céréale Epice
Ambanja Antranokarany Céréale Epice
Ambanja Antsakoamanondro Racine&tubercule Céréale
Ambanja Antsatsaka Racine&tubercule Céréale
Ambanja Antsirabe Céréale Epice
Ambanja Bemaneviky HS Céréale Racine&tubercule
Ambanja Bemaneviky Ouest Céréale Epice
Ambanja Djangoa Céréale Epice
Ambanja Maherivaratra Fruit Céréale
Ambanja Marotolana Céréale Epice
Ambanja Marovato Céréale Epice
Ambanja Ambohimena Racine&tubercule Céréale
Ambanja Ambaliha Fruit Epice
Ambanja Benavony Racine&tubercule Céréale
Ambanja Ambohitrandriana Céréale Légumineuse
Ambanja Maevatanana Fruit Racine&tubercule
Ambilobe Ambakirano Culture industrielle Céréale Or
Ambilobe Ambaralaraka Culture industrielle Céréale Ametiste Pierres fines
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Culture industrielle Céréale Or
Ambilobe Ambilobe Culture industrielle Légumineuse

197
Premiers pierres et métaux Deuxièmes pierres et métaux
District Commune Premier produit Second produit
précieux précieux
Ambilobe Ambodibonara Culture industrielle Epice
Ambilobe Ampondralava Culture industrielle Epice
Ambilobe Anaborano-Ifasy Culture industrielle Epice
Ambilobe Anjiabe-Ambony Culture industrielle Fruit
Ambilobe Antsaravibe Culture industrielle Céréale
Ambilobe Antsohimbondrona Culture industrielle Céréale
Ambilobe Beramanja Culture industrielle Epice
Ambilobe Betsiaka Céréale Racine&tubercule Or
Ambilobe Manambato Céréale Racine&tubercule Ametiste Pierres fines
Ambilobe Mantaly Culture industrielle Epice
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Culture industrielle Céréale
Nosy Be Nosy - Be Culture industrielle Racine&tubercule

198
Annexe 21.  Productions aquacultures
Pratique pèche industrielle Pratique pèche en eau
District Commune Pratique pèche côtière Pratique rizipisciculture Pratique aquaculture
maritime douce
Antsiranana I Antsiranana I Non Non Non Non Non
Antsiranana II Andrafiabe Non Oui Non Non Non
Antsiranana II Andranofanjava Non Non Non Non Non
Antsiranana II Andranovondronina Non Oui Non Non Non
Antsiranana II Anivorano-Nord Non Non Non Non Non
Antsiranana II Ankarongana Non Non Non Non Non
Antsiranana II Anketrakabe Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antsahampano Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antsalaka Non Non Non Non Non
Antsiranana II Bobasakoa Non Non Non Non Non
Antsiranana II Joffre-ville Non Non Non Non Non
Antsiranana II Mahalina Non Non Non Non Non
Antsiranana II Mahavanona Non Non Non Non Non
Antsiranana II Mangaoka Non Non Non Non Non
Antsiranana II Morarano (Ex-Mosorolava) Non Non Non Non Non
Antsiranana II Ramena Non Oui Non Non Non
Antsiranana II Sadjoavato Non Non Non Non Non
Antsiranana II Sakaramy Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antanamitarina Non Non Non Non Non
Antsiranana II Ambondrona Non Non Non Non Non
Antsiranana II Bobakilandy Non Non Non Non Non
Antsiranana II Antsoha Non Non Non Non Non
Ambanja Ambalahonko Oui Oui Non Non Non
Ambanja Ambanja Non Oui Non Non Non

199
Pratique pèche industrielle Pratique pèche en eau
District Commune Pratique pèche côtière Pratique rizipisciculture Pratique aquaculture
maritime douce
Ambanja Ambodimanga Ramena Non Non Oui Non Non
Ambanja Ambohimarina Non Non Non Non Non
Ambanja Ankatafa Non Non Oui Non Non
Ambanja Ankingameloka Non Oui Non Non Non
Ambanja Anorotsangana Non Oui Non Non Non
Ambanja Antafiambotry Non Oui Non Non Non
Ambanja Antranokarany Non Oui Oui Non Non
Ambanja Antsakoamanondro Non Oui Non Non Non
Ambanja Antsatsaka Non Oui Non Non Non
Ambanja Antsirabe Non Non Non Non Non
Ambanja Bemaneviky HS Non Non Non Non Non
Ambanja Bemaneviky Ouest Non Oui Non Non Non
Ambanja Djangoa Non Oui Non Non Non
Ambanja Maherivaratra Non Oui Oui Oui Non
Ambanja Marotolana Non Non Non Oui Non
Ambanja Marovato Non Non Non Oui Non
Ambanja Ambohimena Non Oui Non Oui Non
Ambanja Ambaliha Oui Oui Non Oui Non
Ambanja Benavony Non Non Non Oui Non
Ambanja Ambohitrandriana Non Non Non Oui Non
Ambanja Maevatanana Non Non Non Oui Non
Ambilobe Ambakirano Non Non Non Non Non
Ambilobe Ambaralaraka Non Non Non Non Non
Ambilobe Ambatoben’Anjavy Non Non Non Non Non
Ambilobe Ambilobe Non Non Non Non Non

200
Pratique pèche industrielle Pratique pèche en eau
District Commune Pratique pèche côtière Pratique rizipisciculture Pratique aquaculture
maritime douce
Ambilobe Ambodibonara Non Oui Non Non Non
Ambilobe Ampondralava Non Non Non Non Non
Ambilobe Anaborano-Ifasy Non Non Non Non Non
Ambilobe Anjiabe-Ambony Non Oui Non Non Non
Ambilobe Antsaravibe Non Oui Non Non Oui
Ambilobe Antsohimbondrona Non Oui Non Non Non
Ambilobe Beramanja Non Oui Non Non Non
Ambilobe Betsiaka Non Non Non Non Non
Ambilobe Manambato Non Non Non Non Non
Ambilobe Mantaly Non Non Non Non Non
Ambilobe Tanambao-Marivorahona Non Non Non Non Non
Nosy Be Nosy - Be Oui Oui Non Oui Non

201
202
Centre de Recherches, d’Études et d’appui à l’Analyse Economique à Madagascar
Lot II A 78 U A - Soavimbahoaka
101 - Antananarivo
CREAM Madagascar
www.cream.mg/

Vous aimerez peut-être aussi