Vous êtes sur la page 1sur 32

Sommaire

Remerciements

Introduction générale

I. Généralité …………………………………………………….p1
1. Introduction………………………………………………. .P1
2. Définition…………………………………………………..P1
3. Fonctionnement de l’entreprise de confection…………… P1
4. Etapes d’industrialisation d’une entreprise ………………. P1
II. Présentation de l’entreprise………………………………….P2
1. Présentation générale……………………………………… P2
2. Fiche signalétique……………………………………….. P3
3. Organigramme…………………………………………….. P6
III. Processus de fabrication……………………………………..P7
1. L’industrialisation………………………………………….P7
a) La mesure de temps…………………………………….P7
b) But de mesure de temps………………………………..P7
c) Les moyens de mesure de temps……………………….P8
d) Les unités de temps………………………………….. P10
IV. Services et fonctions………………………………………….P12
1. Gestion financière………………………………………….P12
2. Fonction ressource humaine……………………………….P12
3. Fonction technique…………………………………………P12
4. Fonction logistique………………………………………...P13
5. Fonction marketing…………………………………………P13
6. Fonction commerciale………………………………………P13
7. Service production………………………………………….P14

V. Fabrication………………………………………….P15
1. Création et conception des vêtements …………….P15
2. Bureau d’étude……………………………………..P15
3. Bureau de méthode…………………………………P15
a) Rôle d’un agent de méthode ……………...........P15
b) Gamme de montage……………………………...P16
4. Ordonnancement-lancement………………………P19
a) Planning et planification………………………..P19
5. La fabrication …………………………………….P19
5.1. Coupe et matelassage…………………………….P20
a) Objectif de coupe………………………………….P20
b)Méthode de coupe………………………………… P21
c) Placement / tracé……………………………………P21
d)Planning de coupe………………………………….P23
e) Sortie de matière…………………………………..P24
f) Matelassage………………………………………..P24
g)Découpe……………………………………………P25
h)Préparations des paquets ………………………….P26
i) Contrôle …………………………………………..P26
5.2. Confection…………………………………………P26
a) Implantation des chaines…………………………..P26
b)Piquage et réalisation d’un produit………………. P29
c) Technique de piquage et repassage………………..P30
5.3. Qualité ……………………………………………P32
a) Un contrôle dans les chaines………………………P32
b)Contrôle final……………………………………..P32
c) Les instructions de contrôle ………………………P33

Conclusion

Bibliographie

Annexes

REM
ERCIE
MENT Avant tout développement sur cette
expérience professionnelle, il parait
opportun de commencer ce rapport de stage par des remerciements, à
ceux qui m’ont beaucoup appris au cours de ce stage et d’exprimer mes
profondes gratitudes à tous les responsables de l’entreprise Stabyl
Tunisie qui m'ont offert la possibilité d’effectuer ce stage au sein de
leur entreprise.
J’adresse mes vifs remerciements à mes encadreurs, qu’ils trouvent
ici le témoignage de mes reconnaissances pour leurs précieux conseils et
la qualité de leur encadrement et surtout Mme Samira Boussandel qui
a suivi mon travail avec beaucoup de compréhension et d’encouragement.
Mes remerciements aussi à tous ceux qui m’ont aidé à la réalisation
de ce travail

INTRODUCTION GENERAL

J’ai effectué un stage d’ouvrier à l’entreprise STABYL TUNISIE

Ce stage représente une occasion de se confronter avec


l’atmosphère, et d’avoir une connaissance pratique sur le lieu.

En collaboration de mon encadreur, j’ai établit un plan qui me permis


d’avoir,

Une idée sur les différents services et les opérations nécessaires


pour réaliser un article fini, et par conséquent de savoir les sources des
informations dans l’entreprise d’habillement en particulier et dans le
secteur en générale.
I .Généralités
1. Introduction:

La confection de vêtement reprend au besoin de se protéger, cette


protection est d’abord physique. On cherche à lutter contre le froid, la
chaleur…mais il est également d’ordre moral.

A cette fonction de protection s’ajoute la fonction esthétique : le


vêtement doit satisfaire aux exigences de la mode et de l’élégance, celle-
ci s’impose pour varié les étoffes, les colories et les formes selon les
saisons. C’est ainsi l’entreprise de confection doit adapter le procédé de
fabrication pour satisfaire leur client.

2. Définition :

Une entreprise de confection peut être considérer comme un


groupement de personne et de moyen de matériel, ce groupement est
constitué pour produire échanger ou circuler des biens ou assurer des
services correspondants à des besoins et ayant un but lucratif.

3. Fonctionnement de l’entreprise de confection :

L’entreprise de confection est soumise au fonctionnement que toute


autre entreprise industriel, mais à ce là s’ajoute des particularités tel que :

o Le caractère saisonnier de fabrication


o L’influence de la mode
o La grande diversité de produit
4. Etape d’industrialisation d’une entreprise

o Etude de marché
o Création et conception de produit
La conception de produit insiste à exprimer les tendances et
l’exigence par de forme pour cela les créations modéliste et styliste
préparent les patrons pour fabriquer un prototype.

1. La présentation de prototype et enregistrement des


commandes
2. Approvisionnement en matière première
3. Ordonnancement et lancement de produit
4. Le matelassage et coupe
5. Montage et assemblage
6. Stockage
7. Exportation

II. Présentation de l’entreprise


1. Présentation Générale
Créé en 1974, la société STABYL Tunisie est une entreprise
totalement exportatrice spécialisée dans la confection et la sous-traitance
de vêtements du travail, pantalons, blousons, chemises, vestes, manteaux

Située dans la région de Bizerte, STABYL Tunisie emploie plus de


800 personnes réparties sur trois sites.

La production journalière de l’entreprise dépasse les 15.000 pièces et tous


ses services et ses activités sont intégrées.

Entreprise performante, STABYL Tunisie offre une conception des


modèles, crée des patrons (Lectra), assure la coupe, le délavage, le
piquage, la broderie, le repassage, la soufflerie et l’étiquetage.

STABYL Tunisie est en mesure de fabriquer des collections en une


semaine par la transmission des patrons par Internet, créer, modifier ou
enregistrer le patronage (CAD Cam). Elle assure également la coupe
automatisée où un laboratoire teste les tissus, ainsi que les rouleaux
réceptionnés qui sont automatiquement soumis aux tests et retrait.

L’entreprise dispose, en outre, d’une unité de sérigraphie.

Le Groupe STABYL comporte 8 unités de piquage et un centre d’étude et


de fabrication des contre-types et des collections.

La finition comprend par ailleurs le délavage, un laboratoire et des


cellules de repassage et d’étiquetage. STABYL Tunisie dispose également
d’un centre d’expédition indépendant avec audit final sur tous les produits.

Stabyl est en collaboration avec cloet Tunisie et MIC ras ejbal

1. Fiche signalétique
Dénomination : STABYL
Forme Juridique : Société à responsabilité limité (S .A. R. L)
Nationalité : Tunisienne
Implantation : zone industrielle
Capital: 450 000 000 D
Matricule fiscal : 00006964Y
Gerent: Mr. Wijnands Cornelis
Siege Social: 1, RUE FARHAT HACHED - MENZEL
ABDERRAHMAN
Date de création : 1974
Nom de machine nombre
Piqueuse plate Spécialité:
150confection de prêt-à-porter.
Double aiguille 80
Produits fabriqués: Vêtements de travail et Jeans
Surjette 95
Pays d’exportations
Bras déporté 30 : Amérique, Europe (Holland,
Brideuse 35Allemagne (Société MIC).
Belgique,
Boutonnière 15
Coopération
Ceinture use : avec cloet Tunisie pour coupe et sérigraphies
15
Point invisible 1 est spécialisée dans la confection des
Activité : La société
Colleteuse 8
vêtements de travail et Jeans
Recouvrement 2
Horaire
Machine rame de travail 1: 48H par semaine 9h par jours de 7 :15
Raseuse 2 :30 à 4 :45 sauf dimanche
à 12h 12
Coupe bande 2
Clients: Tommy, Hilfiger
ourleuse 4 dinim, Teddy smith,Mustang,Big
Point chainette star,Bonobo,School
30 rag
Stade stritch 1
Fournisseurs: BELGIAN
Pose pouilleuse 3
SEWING THREAD, COAT,JUKI,
élastique 1 BROTHER…..
Point cilié 2
Zig Zag 7
Pose rivet et bouton 8
Chaudière à vapeur 20
+fer
 Effectifs et répartition :

-Cadres : 10

-Agent de maitrise : 30

-Mécaniciens : 11

-Electricien : 3

-Agent d’exécution : 450

-Apprentis : 50

-Stagiaire : 6

 Atelier :

-administration

-unité coupe (cloet)

-unité sérigraphie (cloet)

-8 unités de piquage

-Unité d’echontionnage

-Salle contrôle qualité

-Bureau technicien (service production)

-Bureau de méthode

-Maintenance
-Service achat de matériel et outils de confection

-magasin

-stock

-unité coupe (cloet)

-unité sérigraphie (cloet)


3) organigramme

III. PROCESSUS DE PRODUCTION :


La production est le processus conduisant à la création d’un produit fini
par l’utilisation et la transformation des ressources.

Les entreprises de confection suivent en général, le même processus de


fabrication de vêtement qui repose sur des principes logique de processus
industriel qui sont :

1. L’industrialisation :

a) La mesure du travail

Origine de la mesure du travail :

Le principe de la division, amène, obligatoirement à spécialiser les


opérateurs pour les tâches parcellaires, dont on mesure le temps
d’exécution après en avoir connu ou fixé les caractéristiques :

 Grade de qualité

 Matière d’œuvre

 Matériel

b) Buts de la mesure des temps :

Nous venons de voir que la mesure des temps intervient à plusieurs


niveaux dans le processus de Fabrication. Si nous examinons la mesure
des temps par le chronométrage, nous en déduisons qu’elle se pratique au
niveau de :

 L’étude des fabrications pour :

- L’industrialisation des produits.

- L’intégration et le chiffrage d’un élément nouveau dans la gamme.

- La simplification du travail.
- La comparaison entre différents procédés ou matériels.

- La standardisation des méthodes ( universel ).

- La stabilisation des processus aux postes.

 La fixation des temps prévus pour :

- L’établissement du Prix de Revient Industriel ( PRI ).

- L’établissement du plan de charges de l’atelier.

- Le contrôle du pourcentage d’activité et de rendement de l’atelier.

- Le calcul de l’équilibrage des postes entre eux.

- L’évaluation des temps de passage d’une série de vêtements en


atelier.

- Le calcul des salaires et primes des opératrices.

- Calcul des délais de livraisons.

- Calcul des en-cours.

- Détermination du période de l’accoutumance.

c) Les moyens de la mesure des temps :

La mesure du travail peut se faire par des moyens divers :

- Analyse technologique ( cas de tee-shirt ).

- Observations instantanées.

- Chronométrage.

- Standards de temps.
- Catalogue des temps.

 Le chronométrage :

C’est en observant le poste, que les temps sont directement mesurés au


moyen d’un compteur

appelé Chronomètre.

 Standards de temps : ( M.T.M, E.S.A.P)

Après observations du poste, les temps de travail sont définis au moyen


de temps prédéterminés, rassemblés sur des tables. Chacun de ces temps,
correspondant à des gestes effectués par un opérateur travaillant à une
vitesse moyenne.

Type, modèle, étalon auquel on rapporte un échantillon.

 Observations instantanées :

Certains travaux, notamment les travaux non répétitifs, ne peuvent se


mesurer que par sondage.

Les temps sont définis en prenant en compte : le temps de la journée de


travail, des calculs

statistiques, exprimés en pourcentage et le nombre de pièces produites


par jour.

 Catalogue de temps :

C’est un recueil des éléments constitutifs des modèles déjà fabriqués dans
l’entreprise. Ces éléments sont accompagnés de conditions matérielles de
fabrication et des temps.
Pour connaître les temps d’un modèle nouveau, on recherche les pièces
analogues déjà étudiées. Il suffit alors de combiner les éléments et
procéder à une nouvelle synthèse.

d) Les unités de temps :

Dans les entreprises, les unités des temps les plus couramment
employées sont :

- H : heure

- mn : minute

- s : seconde

- cmn : centième de minute

- cmh : cent millième d’heure

- dmh : dix millième d’heure

- ch : centième d’heure

 Choix de l’unité de temps :

 Pour chiffrer des opérations, pour comparer des méthodes ..etc

Il est nécessaire d’avoir des temps précis et courts. Pour cela, nous
choisirons comme unité de

mesure :

cmn : centième de minute

dmh : dix millième d’heure

 Pour établir les prix de revient, pour calculer les ratios


d’exploitation...etc
Il est préférable d’utiliser des unités de temps plus longues :

h : heure

mn : minute

L’heure et la minute, sont des unités du langage ‘courant’ ( administratif ).

Le cmn, dmh, cmh, sont les unités de langage ‘technique’.

 Principe des correspondances entre les différentes


unités :

Le principe est :

1h = 60mn

= 3600s

= 6000cmn

= 100ch

= 10.000dmh

= 100.000cmh

IV. Services et fonction


1. gestion financière :

Cette fonction doit prévoir des budgets et des financements (trésorerie).


Elle doit aider la direction à Prendre des décisions et veille à l’application
des procédures légales (comptable et fiscales).

2. la fonction ressource humaine :


Elle doit participer et mettre en place la politique sociale de l’entreprise ;
veille à la bonne utilisation

Des compétences ; préparer les salariés aux changements et évolutions et


les mobiliser autour d’un projet d’entreprise. Superviser la gestion
administrative de la paie.

3. la fonction technique :

Elabore le prix de revient industriel.

Industrialise le produit en tenant compte des stratégies produit et marché


et de la faisabilité interne et externe du groupe.

Assurer la recherche et le développement technologique du groupe afin


d’assurer la compétitivité ,pour cela elle supervise le bureau d’étude
industriel ; le patronage et les responsables d’étude du produit.

4. fonction logistique :

La logistique c’est prévoir et mettre à disposition des moyens pour


ramener un produit ou un élément de produit en lieu précis dans les temps
prévus. Toutes ces opérations devront être réalisées au meilleur coût pour
l’entreprise.

Elle supervise les stocks ; les transports ; la planification et les


approvisionnements.

5. la fonction marketing :

Analyser les marchés et leurs évolutions pour le positionnement des


produits ; rechercher de créneaux et définir les lancements des nouveaux
produits.

6. la fonction commerciale :
Elabore la politique commercial en fonction de la stratégie de l’entreprise
et la mettre en place sur le terrain ; suit l’évolution des ventes de
l’entreprise et développe le contact avec les clients.

7. la fonction production :

Elle doit assurer les fabrications qui lui sont confiés dans les délais et les
qualités demandées.

Rentabiliser les outils de production afin de garantir la compétitivité.

Elle supervise les différentes unités de fabrication ; la sous-traitance ; la


qualité ; la maintenance.
Circuit de circulation d'un article textile en cours de fabrication

V. Fabrication
Les grandes étapes de la conception à la fabrication

1. La création et la conception du vêtement

2. Bureau d’études :

Va optimiser le vêtement et le rendre industrialisable

(Stabyl Tunisie entreprise sous-traitante ne contient pas un bureau


d’étude)

3. Bureau des méthodes :

a) Rôle d’un agent de méthode

o Equilibrage

o Implantation

o Temps

o Rendement

o Suivie de la polyvalence

o Étude de poste
o Chronométrage

o Étude des encours

o Planning

o Elaboration de fiches de consignes au poste

o Prépare la gamme opératoire du produit et le travail


dans les ateliers

b) Gamme de montage

La gamme est une décomposition du travail pour un vêtement donné. Elle


comporte (au minimum ) :
la désignation des opérations, les machines d'exécutions, les temps de
chacune des opérations.
D'autres renseignements complémentaires peuvent figurer sur la gamme :
- le schémas des pièces ou des coutures
- le coefficient de repos ,
- le temps unitaire, ainsi que la fréquence de l'opération
- le symbole des opérations flottantes ( volantes )
En additionnant les temps des opérations, on obtient le temps de
fabrication du vêtement qu'on appelle: valeur de travail. Les temps d'une
gamme ne sont pas forcément exploitables d'une entreprise à l'autre. des
différences peuvent être dues :
- Aux conceptions de l'organisation du travail.
- Aux qualifications de la main d’oeuvre.
- Aux machines et matériels exploités.
- Aux grades de qualité, etc...

 Composition de la gamme
Aucune règle absolue, seulement les renseignements essentiels, au
minimum : la DESIGNATION DESOPERATIONS , le TEMPS DE CHACUNE DE
CES OPERATIONS, les MATERIELS ou MACHINES nécessaires à l'exécution
de ces opérations.
D'autres renseignements complémentaires peuvent figurer sur la gamme:
le SYMBOLE DU POINT, le NOMBRE DE POINTS au cm, la VITESSE DE LA
MACHINE en fonction de la difficulté de l'opération, les SCHEMAS des
pièces ou des coutures, le COEFFICIENT de repos, le TEMPS UNITAIRE, la
FREQUENCE de l'opération, le TEMPS TOTAL, le SYMBOLE des opérations
volantes (ou flottantes).

Exemple de gamme de montage :


N Opération machine te R/ F E RQ
° m H F
ps F
1 Lancement paquet chaine Main
2 Ourlet P dos 2AI
3 Pose étiquette tisse sur ourlet 1AI
P dos
4 Repassage P Dos FER
5 Ourlet poche montre 1AI
6 Repassage P montre+ bande FER
dessus
7 Pose fermeture sur braguette 2AI
8 Surf brag + soupant+ devant+ 3F
contre P
9 Emp dos BRAD
1 Ass fond dos BRAD
0
1 Contrôle dos + marquage MAIN
1
1 Placage p dos 1AI
2
1 2i couture poche dos 1AI
3
1 Placage p montre 1AI
4
1 Pose contre P 1AI
5
1 Ass bande ourlet P devant 1AI
6
1 Montage ourlet p devant 1AI
7
1 Surp ourlet p devant 2AI
8
1 Fixe P+V de composition 1AI
9
2 Ass +ret doublure sac de p 5F
0
2 Surp doublure sac de p 1AI
1
2 Montage brag+ret+surp 1AI
2
2 Arrondie brag 2AI
3
2 Surp soupont 1AI
4
2 Surp fourche 2AI
5
2 Contrôle devant+dos+mariage MAIN
6 paquet
2 Ass entre jambe 5F
7
2 Surp entre jambe 1AI
8
2 Ass coté 1AI
9
3 Contrôle coté+entre jambes MAIN
0
3 Repassage couture FER
1 ouverte=retournage
3 Topstitche 1AI
2
3 Montage ceinture CEINTUREUS
3 E
3 Contrôle ceinture+mesure MAIN
4 taille
3 Coupe+decoudre 2 bout de MAIN
5 ceinture
3 Surp 1e et 2e bout de ceinture 1AI
6
3 Surp 2e couture bout de 1AI
7 ceinture
3 Pose passant+marquage BRIDEUSE
8
3 Ourlet bas 1AI
9
4 Etiquette cuire 1AI
0
4 Placage bande dessus P 1AI
1 montre
4 Bouton bout de ceinture+ PRESSION
2 boutonnière+ pose rivet dos+
devant
4 Marquage + etiquette int MAIN
3 ceinture
4 Nettoyage + enleve fils MAIN
4
4 Contrôle final MAIN
5
4 Emballage +mise en paquet MAIN
6

4. L ’Ordonnancement - Lancement :
Gère le carnet de commande et ainsi gère les plannings d
’approvisionnement de matière et les plannings de charge des ateliers

a) Planning et planification

Un planning est un modèle schématique ou mathématique. Il permet


d’administrer les différentes activités nécessaires pour atteindre un
objectif déterminé, la réalisation d’un projet selon les directives d’ordre
technique et économique d’un plan de production optimal

5. La Fabrication

La fonction fabrication va aller du destockage des étoffes et des


fournitures jusqu’au montage de l’article et aux finitions

V.1 Coupe et matelassage :

Matériels utilisées

- Pinces de fixation du matelas

- Fer à repasser

- Aiguilles de matelassage

- Machine de coupe à lame verticale

- Scie à ruban

- Chariot matelasseur

- Une table

- Un dérouleur : utiliser dans le cas de matelassage manuel


a) Objectif de la coupe

1) Transformer la matière (tissu/maille) en pièces coupées, rangées et


prêtes à être assemblées

2) Optimiser la matière et la gérer, Optimiser la main d’oeuvre

3) Assurer la qualité, qualité de la matière, et de la coupe

4) Alimenter les groupes de montage

b) Méthode coupe:

C’est le service à la coupe chargé de la préparation du travail à la coupe.


L’objectif étant

d’anticiper les problèmes qui pourraient se produire :

- Réalisation des fiches de coupe (regroupe les modèles à couper par


critères

tissu/modèle)

- Calcul les temps et le prix de revient coupe

- Fixe les objectifs de production

- Résolution des points techniques

c) Placement / tracé :

Le tracé est la représentation du placement des pièces de l’article


permettant la découpe.

Établis à partir du bordereau de coupe.


L’opération de traçage est considérée comme première étape de
production, dans cette salle les agents de ce service sont chargés à
réaliser les activités suivantes

- Lancement des commissions.

- Préparation des bons de coupe.

Cette opération consiste à mettre le patron sur les matelas des tissus et
faire le traçage manuellement à l’aide d’un crayon spéciale ou bien en
faisant un collage avec un fer à repasser. Le traçage est soumis à des
critères bien précis tel que la laize, le taux de rétrécissement, les défauts…

Le tracé peut être collé, épinglé gravé etc... Sur le tissu

 Conditions de réussite :

A/ Analyser le modèle à tracer :

- Déterminer le nb de morceaux qui composent le vêtement

- Répertorier les différents tissus qui le composent

- Déterminer si les morceaux seront coupés en simple, en double ou


symétrique

- Repérer le droit fil sur le patron

B/ Tenir compte du droit fil dans le tracé

C/ Tenir compte du sens du tissu

D/ Tenir compte des dessins (carreaux, tissus imprimés)

E/ Tenir compte de la nature du matelas

F/ Tenir compte de la laize du tissu à couper


G/ Tenir compte de la complémentarité des formes (pour mieux imbriquer
les éléments)

H/ Tenir compte des contraintes de coupe (faciliter le travail du coupeur)

 Les contraintes du placement :

A/ Dans un tracé multi taille il est préférable de placer les morceaux d’un
même article toujours dans le même sens

B/ Il faut toujours placer les grands morceaux en premier puis compléter le


placement avec les petites pièces.

C/ Un nombre paire d’article sur le tracé est souvent meilleur qu’un


nombre impaire

D/ Il est préférable dans un tracé multi-taille d’associer les tailles extrêmes

c) Planning de coupe

A partir des temps de coupe, on calcul les charges de travail et les


capacités de l’atelier. On réalise une planification des quantités à couper
par jour, semaine ou mois. Doit suivre l’alimentation des groupes de
montage.

d) Sortie matière.

Sortie physique des matières du stock à partir de la planification réalisée.


Les besoins déterminer à partir des fiches matelas et de la nomenclature
de l’article.

e) Matelassage

Le matelassage consiste à superposer plusieurs plis du tissu à fin d’avoir


un nombre de pièces coupées selon l’ordre de commande demandé
On distingue deux méthodes de matelassage si l’on considère la
disposition possible des différents plis. Le choix d’une méthode sera fait en
fonction des conditions imposées par l’étoffe, celle imposées par l’article
et des considérations économiques :

Les deux méthodes de matelassage sont:

Matelassage manuelle : nécessite un dérouleur fixé sur la table de coupe


et deux ouvriers.

Matelassage à l’aide d’un chariot


matelasseur : nécessite un seul
ouvrier, pour le type du chariot qui
se trouve à l’entreprise on
remarque que le matelassage se
fait avec coupe en bon endroit
envers en respectant le sens

Fig1 : table de matelassage

 Les contraintes du matelassage :

Condition de la face : les deux faces (endroit et envers) ne sont pas


identiques

Condition du sens : il faut respecter le sens du tissu pour que tous les
éléments soient identiques après la coupe (surtout les tissus qui ont des
aromaux sergés aussi les satins)

f) Découpe

La coupe est une opération qui consiste à découper les pièces de


vêtement du matelas de tissu au moyen du plan de coupe, le tracé du plan
de coupe peut être exécuté de divers façon ; il peut être dessiné, épinglé
le dessus du matelas.
La coupe se fait en deux étapes : une coupe rudimentaire (pour séparer
les pièces) et la coupe finale, la coupe se fait à l'aide d'une machine à
lame verticale

Le ciseau électrique à couteau vertical est muni


d'une lame animée d'un mouvement rectiligne
alternatif. Il convient pour effectuer une coupe
rudimentaire et une coupe plus précise pouvant
atteindre une profondeur de 300mm. Il peut
suivre sans difficultés des tracés dont les courbes
sont très accentuées. Fig2 : ciseau électrique

Les pièces coupées sont numérotées et sont arrangés en paquets, chaque


paquet subit une étiquette

qui indique l’ordre et la taille

g) Préparation des paquets

Regroupement de tous les morceaux constituant l'article.

Rassemblement par paquet.

h) Contrôle.

Contrôle des matières ( visitage ).

Contrôle en matelassage, en coupe, a la préparation des paquets.

Autocontrôle

5.2 Confection :
a) Implantation de chaine

Implanter c’est disposer les machines et les matériels avec l’espace et les
moyens donnés.
Type d’implantation dans stabyl Tunisie:

 La ligne continue ou chaîne

Les opérations de montage d’un vêtement, sont divisées à l’extrême. Ces


phases sont exécutées successivement, les unes à la suite des autres,
selon un ordre logique rigoureux, qui a pour effet d’exclure les retours en
amont.

PRINCIPES : Les machines sont disposées suivant l’ordre chronologique de


la gamme de montage, sans distinction de classes.

Les pièces circulent d’un poste à l’autre soit par : caissettes glissant sur
des tables, par des augettes à plan incliné, par des tréteaux roulants, soit
par des tapis roulants.

L’ensemble des pièces du vêtement ou les pièces du sous-ensemble,


obligent l’ouvrière à faire ou défaire le paquet pour prendre les éléments
la concernant. Cette méthode nécessite une avance de pièces par
poste(en-cours) qui permet de faire face aux contraintes de la cadence

Les ouvrières sont dépendantes les unes des autres, d’où le nom de
chaîne pour désigner le travail en ligne. Les ouvrières sont généralement
rémunérées à l’heure.

 LES AVANTAGES :

- Déroulement logique des opérations, vers l’aval, sans retour en arrière

- Réduction du temps de passage des séries dans l’atelier

- Spécialisation du personnel formation rapide

- Rendement régulier de la production

- Facilité du contrôle de l’avancement du travail

- Réduction du personnel de manutention(les ouvrières font circuler le


travail de poste à poste)
- Volume de l’en-cours réduit (pas de roulement de pièces sur les tables de
regroupement comme en groupe homogène ou au paquet progressif)

- Gain de temps important dû à l’équilibrage rigoureux et à l’en-cours


entre les postes

- Mélange de pièces pratiquement inexistantes

 INCONVENIENTS :

- Équilibrage très «poussé » souvent laborieux (+ 5% d’écart de charges


entre les ouvrières)

- Rigidité de la production

- Obligation de respecter la succession des opérations de la gamme


opératoire

- Monotonie Désintéressement des ouvrières au travail plus


d’absentéisme

- Nécessité de nombreuses volantes pour faire face au taux d’absentéisme

- Surface d’implantation (disposition en longueur du système)

- Nécessité d’une surveillance accrue des contremaîtres (surtout au


moment du lancement)

b) Piquage et réalisation d’un produit

Pièces Sous- Ensemble


Produit
ensemble

 L'ELEMENT ou PIECE sont les parties constitutives d'un produit


qui n'ont pas été assemblées entre elles.
Éléments approvisionnés : Ce sont des éléments achetés sous forme de
produits, fournis par un fabricant
(Exemples: un bouton, une fermeture à glissière, un cône de fil, etc ...)
Éléments travaillés: Ce sont les éléments dont la matière a subi une
TRANSFORMATION. Cette transformation est assurée, en confection, par un
atelier spécialisé: L'atelier de COUPE (Exemples: un dessus de col, un sac
de poche, un devant de jupe, etc )
 LE SOUS-ENSEMBLE : Le sous-ensemble est un assemblage
d'éléments qui n'a pas de fonction propre.
Exemple: Le devant gauche du pantalon, sur lequel on a assemblé la
poche" est un SOUS ENSEMBLE
L'ENSEMBLE : C'est un constituant de base du produit.
Exemple: Le devant gauche du pantalon, assemblé par la couture de côté
et d'entrejambes, avec le dos gauche du pantalon a une fonction précise
constituant le produit : La JAMBE GAUCHE du
pantalon. Cette jambe est UN ENSEMBLE, composé de deux SOUS-
ENSEMBLES lesquels sont composés par plusieurs ELEMENTS.
 LE PRODUIT: Le rassemblement des ENSEMBLES, par montage,
se transforme en PRODUIT.
Exemple: La jambe gauche + la jambe droite + la ceinture = pantalon.
Ces ensembles constitutifs, rassemblés par montage, se transforment en
PRODUIT.

c) Techniques de piquage et de repassage


L’opératrice doit maîtriser les différentes techniques de piquage et de
d’assemblage de pièces telles
que résorber l’embue pour le montage d’une manche ; les techniques de
crantage, de fronçage, dégarnir, techniques de raccords de motifs et
carreaux, etc.
Elles doivent maîtriser des opérations plus complexes telles que: plaquer
une poche arrondie, confectionner une poche passepoilée, exécuter la
pose de fermeture à glissière.
Elles doivent manipuler et adapter le gestuel pour l’assemblage de
différentes sortes de tissus (chaîne trame. maille) fragile, léger et lourd,
extensible. Elles sont appelées à utiliser les
différentes sortes de guides.
Elles doivent maîtriser les techniques pour découdre et effectuer les
retouches. Elles doivent pouvoir évaluer la gravité et savoir la corriger,
retoucher ou aviser son supérieur.
Elles doivent savoir manipuler un fer.

Machine de piquage :

Fig 3 : Machine simple seule aiguille

Fig4 : ceintureuse Fig5 : surjettes raseuse 1ai 3F

5.3 Qualité

La qualité est un point très important pour les entreprises qui doivent
mettre à la disposition du client des produits finis de hautes qualités,
afin de promouvoir un accroissement qualitatif .Donc pour assurer la
conformité de produit fabriqué avec les exigences de client, on
recourt a faire un contrôle de qualité qui se fait en deux étapes

- Un contrôle dans la chaîne.


- Un contrôle final.
a) Un contrôle dans la chaîne
Dans la chaine il existe une ouvrière responsable de contrôler les
pièces travaillées .Cette méthode de contrôle permet de détecter les
défauts immédiatement a ces places et de les corriger en chaine.
b) Un contrôle final
On trouve après la fabrication une zone de contrôle finale. Une fois
que le contrôleur détecte un défaut, il remit les pièces à réparer dans des
chariots suivant le défaut pour les rendre aux postes qui sont les sources
du problème. Chaque ouvrière répare seulement son défaut. Après leurs
répartitions les pièces reviennent de nouveaux au poste de contrôle à fin
de faire un autre contrôle.

c) Les instructions de contrôle :

 Vérification des trous et de la régularité du point.


 Niveau d'épaules égale.
 Vérifier l'étiquette.
 Contrôle de la longueur des emmanchures.
 Contrôle une couture (points sautés).
 Eliminer les bouts résultants des opérations de piquage.
 Contrôle de la symétrie de col.
 Contrôle des défauts de tissu.
Conclusion
Ce stage que j'ai effectuée au sein de l'entreprise m'a permis de :

 Découvrir le milieu industriel


 Toucher l’importance d’un ingénieur dans une entreprise de
confection
 Se mettre en contact avec les différentes catégories du personnel
(les Techniciens administratifs, les ouvriers…)
De plus, ce stage était une occasion pour découvrir l’industrie textile
à partir du domaine de confection en voyant ce qui se passe réellement
dans une entreprise.

Enfin, ce stage réalisé à l’entreprise Stabyl Tunisie était une bonne


démonstration de Communication avec les clients, leurs exigences et les
problèmes rencontrés lorsqu’ils ne sont pas satisfaits
Bibliographie
- Les abc des textiles
- Rapport d’analyse de situation de travail : techniques de
l’habillement
- Confection des costumes
- BTS design de mode, textile et environnement
- Résume théorique et guide des travaux pratique module N°11
traitement d’un ordre de coupe