Vous êtes sur la page 1sur 3

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

En pleine campagne électorale des élections


municipales, au printemps 1946, le roi Victor-
Bella Ciao. A la difficile recherche du
Emmanuel III abdique en faveur de son fils et
peuple italien s'enfuit en Égypte. Le camp monarchiste, très influent
PAR NICOLAS CHEVASSUS-AU-LOUIS
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 2 AOÛT 2018 dans le sud, ne s'en remet pas. Lors du référendum
constitutionnel de juin 1946, les Italiens choisissent, à
Deuxième épisode de notre plongée dans la longue
une majorité de 54 %, le régime républicain. Lequel se
histoire de l'air italien le plus connu au monde, à l'heure
met lentement en place.
où l'extrême droite est de retour au pouvoir à Rome.
Où l'on découvre que l'on se persuada dans les années
1960 que Bella Ciao était chanté par les paysannes des
rizières de la plaine du Pô.
Le 25 avril 1945, les partigiani entrent dans Milan,
Turin et Gênes, les trois principales agglomérations du
nord de l'Italie. L'Italie est libérée de près d'un quart
de siècle de fascisme. Mais que reconstruire sur ces
décombres ? Le pays est, de fait, dans une situation de
triple administration, toutes trois fragiles.
Au sud d'une ligne Pise-Ravenne, sur laquelle le
front s'est figé à l'hiver 1944, la monarchie de
Victor-Emmanuel III semble contrôler ce qui reste
de l'administration étatique. Au nord, le Comité de Le 1er janvier 1948, la constitution de la Ire République
libération nationale, formé le 9 septembre 1943 par italienne entre en vigueur. Mais, entre-temps, les
la réunion des principaux partis antifascistes, exerce coordonnées politiques mondiales ont changé du
tant bien que mal son autorité. Partout, les armées tout au tout. L'alliance contre le nazisme unissant
anglo-américaines, qui pénètrent au plus vite dans le puissances capitalistes occidentales et URSS a explosé
nord libéré par les partigiani, sont in fine l'arbitre de au printemps 1947. En France comme en Italie, les
ces querelles italiennes… mais au risque d'apparaître communistes quittent le gouvernement. La guerre
comme un nouvel occupant. froide débute.
Alors qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la C'est dans ce contexte politique complexe que se
France, libérée elle aussi par l'action conjointe des comprend l'émergence de Bella Ciao comme chanson
forces alliées débarquées en Normandie et en Provence emblématique de l'antifascisme. On l'a vu dans le
et des résistants (en particulier dans le quart sud-ouest premier volet de cette série, l'hymne était entre 1943
du pays), est dirigée par un Gouvernement provisoire à et 1945 inconnu des nombreuses formations locales
l'autorité reconnue de tous, l'Italie se trouve en tension de partisans, appuyées sur une vallée, un plateau, un
entre ces pouvoirs concurrents. massif.
Le principal point de discorde est la nature du régime Comment se fait-il que Bella Ciao ait conféré à l'Italie
à reconstruire sur les ruines du fascisme. Monarchie antifasciste cette unité qui lui manquait tant ? Les
ou république ? Telle est la question centrale, dans un travaux historiques manquent sur ce point. Tout juste
climat de violence politique persistante, que tentent note-t-on souvent que les chorales populaires dans
d'apaiser des gouvernements de coalition (incluant le les communes acquises à la gauche firent beaucoup
PCI) entre partis qui n'ont rien d'autre en commun que pour populariser, dès la Libération, la chanson. Pour
leur antifascisme. la gauche unie des socialistes, des communistes

1/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

et d'autres formations aujourd'hui oubliées comme Guichard dans La Chanson dans la culture italienne
le Parti d'action, Bella Ciao offrait un consensus (Honoré Champion, 2000). Mais c'est la gauche qui
fédérateur : mourir aux côtés des partisans luttant pour reprend, avec Bella Ciao, cet héritage et le fait sien.
la liberté, voilà qui donnait une image flatteuse et
fédératrice de la gauche, tout en évitant les questions
qui fâchent.
La première représentation publique de Bella Ciao
prend forme lors de la création du Festival mondial
de la jeunesse et des étudiants, organisé à Prague
à l'été 1947. D'autres représentations suivront au
festival de Budapest (1949) et Berlin-Est (1951). La
délégation italienne y enthousiasme ses camarades
internationalistes par ses claquements de mains
accompagnant le refrain qui donne son nom à la
chanson. En ce début de guerre froide, Bella Ciao est
devenu un hymne fédérateur du camp progressiste.
Que la gauche fasse siennes les chansons populaires
semble aujourd'hui aller de soi. On mesure mal la Dans les années 1960, avec une décennie d'avance
transgression que cela représentait alors dans une sur la France, la musique folk est à la mode
Italie dont l'unité s'était constituée autour de la dans la jeunesse politisée italienne. On recueille
langue de Dante et de Boccace, et non sur ses des chansons traditionnelles, on les ré-interprète, on
innombrables dialectes dans lesquels étaient écrites les popularise, on les commente dans de savants
les chansons. Le recours au chant populaire comme travaux d'ethnomusicologie. Un personnage clé de ce
vecteur de mobilisation politique allait d'autant moins mouvement est le Milanais Roberto Leydi. Tour à
de soi que c'était là un héritage fasciste. À rebours tour journaliste, musicien et producteur, il a coécrit,
d'une culture classique, faite de la récitation de en 1954, un livre sur le blues et les protest songs
poèmes dans le bel italien des classes dominantes, le américaines, alors quasi inconnues en Italie. Leydi est
fascisme avait « légué à l'après-guerre une habitude persuadé que la chanson populaire italienne contient
d'utiliser la chanson populaire et le folklore à des cette même force subversive. Interpréter le répertoire
fins de propagande politique », notait l'historien Jean folk, dans l'Italie des années 1960, c'est se positionner
à gauche, du côté du peuple. « L'un des caractères
saillants et constants de la science du folklore en Italie
est sa politisation », disait Leydi.
Voici donc notre musicologue parcourant l'Italie du
Nord, magnétophone à l'épaule, pour y recueillir
des chants populaires. En plein miraculo economico,
l'Italie se modernise et s'industrialise, effaçant
lentement dialectes et traditions populaires qu'il
devient d'autant plus urgent de sauver de l'oubli. En
1962, lors d'une de ces campagnes de collecte, Leydi
fait la connaissance d'une certaine Giovana Daffini.
Ancienne mondine (ces ouvrières des rizières de la
plaine du Pô), elle est aussi une musicienne accomplie.

2/3
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Et voici qu'elle déclare à Leydi qu'elle chantait, dès les E noi curve a lavorar (et nous courbées à travailler)
années 1930, l'air de Bella Ciao, mais sur de tout autres Pour la gauche italienne, l'irruption de Giovana Daffini
paroles[2]. est du pain bénit. Bella Ciao a été construit après
Au lieu de : guerre comme hymne antifasciste consensuel. Et
Una mattina mi sono alzato (un matin, je me suis levé) voici que la chanson se rattache aux plus anciennes
luttes sociales italiennes, celles des journaliers de
O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao (O bella
l'agriculture, qui présentent de surcroît l'avantage de
ciao, bella ciao ciao ciao)
pouvoir mobiliser tant au nord qu'au sud.
Una mattina mi sono alzato (un matin je me suis levé)
Leydi est enchanté de sa découverte. Quant à
E ho trovato l'invasor (et j'ai trouvé l'envahisseur) Giovanna Daffini, elle connaît, à 47 ans, la gloire.
la chanson débute par : Elle intègre les Nuovo Canzoniere Italiano, un des
Alla mattina appena alzata (le matin, à peine levée) plus prestigieux groupes de folk italien, qui se produit
même dans des lieux réservés à la culture dite d'élite.
O bella ciao bella ciao bella ciao, ciao, ciao (O bella Il est ainsi programmé au Festival dei due mondi
ciao, bella ciao ciao ciao) à Spoleto en juin 1964. Le public est du meilleur
Alla mattina appena alzata (le matin, à peine levée) monde, plus féru d'opéra que de chants populaires. Au
In risaia mi tocca andar (à la rizière je dois aller) programme du festival figurent aussi Le Chevalier à
la rose de Richard Strauss et un ballet de Glazounov.
S'ensuit une complainte sur la dure vie des mondines,
Et les Nuovo Canzoniere Italiano, en ce vingtième
les pieds dans l'eau stagnante, harassées de chaleur,
anniversaire de la libération de Rome, font sensation
harcelées par les moustiques, sous la menace constante
avec un spectacle intitulé… Bella Ciao !
du propriétaire terrien.
En ouverture, la version mondine, dite ancienne ; en
Il capo in piedi col suo bastone (le chef debout avec
final, la version antifasciste. La boucle est bouclée :
son bâton)
l'antifascisme vient bien du plus profond du peuple
O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao (O bella italien. Et s'expose même crânement devant l'élite
ciao, bella ciao ciao ciao) bourgeoise italienne.
Il capo in piedi col suo bastone (le chef debout avec
son bâton)

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

3/3

Vous aimerez peut-être aussi