Vous êtes sur la page 1sur 4

Université d’Alger 01

Faculté des Sciences

Département SNV

Biochimie

2 ème année SNV (S3)

2016/2017

III- Les osides

Les osides sont des polymères d’oses. On distingue les holosides dont l’hydrolyse ne libère que

des oses et les hétérosides dont l’hydrolyse libère des oses et des composés aglycones.

Les holosides : ce groupe se divisent en Oligosides et en Polyosides.

1-

Les oligosides

1-1- Définition : ce sont des composés formés de 2 à 10 oses reliés entre eux par une liaison

O-glycosidique. Cette dernière est stable en milieu alcalin, mais peut être rompue par hydrolyse

acide ou enzymatique. Les oligosides peuvent être classés selon le nombre d’oses liés :

disaccharide (n = 2), tri saccharide (n = 3), tétrasaccharide (n = 4), penta, hexa……

1-2- Détermination de la structure d’un oligoside : la reconnaissance de la structure d’un oligoside nécessite plusieurs étapes qui sont :

- Détermination de la nature des oses constituants ;

- Détermination du mode de liaison ;

- Détermination de la nature du cycle ;

- Détermination de la configuration anomériques (α ou β).

1-2-1- La nature des constituants d’un oligoside : la nature des oses est déterminée par la rupture de la liaison osidique par une hydrolyse acide. Après la coupure, il existe deux possibilités :

1-

Obtention des oses identiques = oligosides homogènes.

2-

Obtention des oses différents = oligosides hétérogènes.

Remarque : Si les oses sont identiques, l’ose est identifié par son pouvoir rotatoire spécifique, l’absorption dans l’infra-rouge et par l’analyse de ses dérivés caractéristiques (hydrazone, osazone,…).

Si les oses sont différents, une étape de séparation est indispensable avant de passer à l’identification. Les méthodes de séparation des oses sont différentes dont les principales sont :

la chromatographie sur papier, sur couche mince, sur colonne d’amidon ou d’échangeuse d’ions, et en phase gazeuse.

1-2-2- Le mode de la liaison : exemple un diholoside

L’étude du pouvoir réducteur d’un diholoside permet de déterminer les OH impliqués dans la liaison osidique ; 02 cas sont possibles :

1- Un diholoside est Non Réducteur (pas d’extrémité réductrice libre) : le C* du 1 er ose est lié avec le C* du 2 ème ose (test de Fehling négatif).

19

Université d’Alger 01

Faculté des Sciences

Département SNV

Biochimie

2 ème année SNV (S3)

2016/2017

Biochimie 2 è m e année SNV (S3) 2016/2017 2- Un diholoside est Réducteur : le

2- Un diholoside est Réducteur : le C* du 1 er ose est lié à un C non anomérique du 2 ème ose, à ce moment il faut chercher la nature de cette liaison. Il existe plusieurs méthodes pour déterminer l’ose réducteur :

a) La perméthylation : elle nous informe sur les OH libres, C à d sur les C qui sont engagés dans la liaison osidique. En prenant comme exemple le lactose, on remarque qu’après perméthylation suivi d’une hydrolyse acide, il ressort que le 1 er ose n’est pas méthylé en C 1 et le 2 ème ose n’est pas méthylé en C 4 , donc le type de liaison est 1- 4.

pas méthylé en C 4 , donc le type de liaison est 1- 4. Perméthylation du

Perméthylation du Lactose (diholoside).

b) La formation d’osazone : lorsqu’on ajoute la phénylhydrazine au lactose, on peut connaitre que le C 1 et le C 2 du 2 ème ose sont libres car il y’a fixation de 02 molécules de phénylhydrazine.

CC
CC

c) Oxydation par l’acide périodique : en fonction du nombre de molécules de HIO 4 , le nombre de HCOOH et HCHO libérés, on peut connaitre les OH libres et la nature du cycle.

on peut connaitre les OH libres et la nature du cycle. Le 1 e r ose

Le 1 er ose consomme 02 molécules de HIO 4

Le 2 ème ose consomme 02 molécules de HIO 4 Formation de 02 molécules de HCOOH Il faut savoir que les cycles furanes ne peuvent pas avoir plus de 02 coupures tandis que les cycles pyranes peuvent avoir jusqu’à 3 coupures.

20

Université d’Alger 01

Faculté des Sciences

Département SNV

Biochimie

2 ème année SNV (S3)

2016/2017

1-2-3- Détermination de la nature du cycle

Il existe deux moyens pour connaitre la nature des cycles, il y a la perméthylation suivie d’une hydrolyse et l’action de l’acide périodique (ou périodate).

1-2-4- L’anomèrie de la liaison

L’anomérie α ou β est déterminée par des méthodes enzymatiques. Les enzymes

hydrolysent de façon très spécifique la liaison osidique.

Les enzymes sont spécifiques de l’ose et de son anomérie : l’enzyme reconnait 1 seul ose

et 1 seule anomérie α ou β.

reconnait 1 seul ose et 1 seule anomérie α ou β . 1-3- Nomenclature des oligosides

1-3- Nomenclature des oligosides

La nomenclature d’un oligoside commence de la gauche vers la droite.

Il faut préciser l’anomérie, la série, le nom du sucre, la nature du cycle de chacun des oses unis.

Les noms complets des oses sont séparés par une parenthèse précisant avec une flèche les OH

impliqués dans la liaison osidique (n

une flèche les OH impliqués dans la liaison osidique (n n’). - Le nom de chaque

n’).

- Le nom de chaque ose se termine par osyl ou osido au lieu de ose sauf l’ose final de la chaine

se termine par : Ose si l’oligoside est réducteur ; Oside si l’oligoside est non réducteur.

Pour les oses ramifiés, une flèche verticale au niveau du point d’embranchement ou de

ramification précisant les OH impliqués dans la liaison osidique.

il existe d’autres enzymes comme α-glucosidase, β-glucosidase, β-fructosidase, α-

galactosidase sont des exemples d’enzymes utilisés dans l’hydrolyse et la détermination de

l’anomérie des liaisons osidiques d’un oside.

Remarque : l’hydrolyse du saccharose (ou sucrose) en D-glucose et en D-fructose

s’accompagne d’un changement du sens de rotation optique qui passe de dextrogyre à levogyre.

C’est pour cette raison que le saccharose est appelé sucre inverti et l’enzyme qui le catalyse est

une invertase (une α-glucosidase ou une β–fructosidase).

21

Université d’Alger 01

Faculté des Sciences

Département SNV

Biochimie

2 ème année SNV (S3)

2016/2017

1-4- Exemples de quelques oligosides non réducteurs

1-4- Exemples de quelques oligosides non réducteurs Saccharose α -D-glucopyran osyl ( 1 β– D-fructofuran
1-4- Exemples de quelques oligosides non réducteurs Saccharose α -D-glucopyran osyl ( 1 β– D-fructofuran

Saccharose α-D-glucopyranosyl (1 β–D-fructofuranoside

α -D-glucopyran osyl ( 1 β– D-fructofuran oside 2 ) Tréhalose α -D-glucopyran osyl ( 1

2)

Tréhalose α-D-glucopyranosyl (1 α-D-glucopyranoside

1)

α -D-glucopyran osyl ( 1 α -D-glucopyran oside 1 ) Raffinose α-D-galactopyranosyl (1 α-D-glucopyranosyl (1
α -D-glucopyran osyl ( 1 α -D-glucopyran oside 1 ) Raffinose α-D-galactopyranosyl (1 α-D-glucopyranosyl (1
Raffinose α-D-galactopyranosyl (1 α-D-glucopyranosyl (1 β–D-fructofuranoside 6) 2)
Raffinose
α-D-galactopyranosyl (1
α-D-glucopyranosyl (1
β–D-fructofuranoside
6)
2)

1-5- Exemples de quelques oligosides réducteurs

6) 2) 1-5- Exemples de quelques oligosides réducteurs ou β – D-galactopyran osido (1 — 4)
6) 2) 1-5- Exemples de quelques oligosides réducteurs ou β – D-galactopyran osido (1 — 4)
6) 2) 1-5- Exemples de quelques oligosides réducteurs ou β – D-galactopyran osido (1 — 4)

ou βD-galactopyranosido (14) β-D-glucopyranose.

22