Vous êtes sur la page 1sur 93

 

MEMOIRE
 
 
 
 

MASTER : Gestion de Patrimoine, Parcours individualisé


Programme d’échange : Master 2 - Moscou, Fédération de Russie

Présenté et soutenu par :

Charles Edouard CARRE

Le Lundi 3 Septembre 2018

Les différents systèmes d’imposition & le phénomène


récents de la Flat Tax

Directeur du mémoire : Monsieur Alain PIHEN


           
Année universitaire 2017-2018
               
 

Table  des  matières  


 
I.   Introduction  .............................................................................................  1  
II.   L’histoire  et  rôle  de  l’impôt  selon  les  idéologies  .......................................  3  
A.   L’évolution  de  l’impôt  et  ses  deux  notions  basiques.  ............................  3  
a.   Proportionnalité  vs  Progressivité.  ..........................................................  3  
b.   Communisme  vs  Libéralisme  et  renaissance  de  la  Flat  Tax  ....................  7  
B.   France  vs  Fédération  de  Russie  ...........................................................  10  
a.   L’impôt  en  France  .................................................................................  10  
b.   L’impôt  dans  la  Fédération  de  Russie  ...................................................  21  
III.   La  Flat  tax  ...........................................................................................  26  
A.   La  flat  tax  de  Hall  &  Rabushka  .............................................................  26  
a.   L’idée  théorique  de  Hall  &  Rabushka  ...................................................  26  
b.   Avantages  et  inconvénients  de  la  théorie  de  Hall  &  Rabushka  ............  32  
B.   L’exemple  de  la  Slovaquie  et  ses  réformes  ..........................................  36  
a.   Première  réforme  .................................................................................  36  
b.   Deuxième  réforme  ................................................................................  43  
C.   Proposition  de  flat  tax  en  France  ........................................................  46  
a.   La  proposition  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  (ajustée  avec  les  chiffres  
d’aujourd’hui)  ..............................................................................................  47  
b.   D’autres  propositions  pour  une  réforme  avec  Flat  Tax  ........................  53  
IV.   Conclusion  ..........................................................................................  56  
V.   Bibliographie  :  ........................................................................................  58  
VI.   Annexes  ..............................................................................................  60  
 
   

 
 
Sommaire  :    
 
Le  système  fiscal  français  et  le  système  fiscal  russe  sont  deux  systèmes  ayant  des  idéologies  
complétement  opposées.  Dans  cette  étude  nous  avons  voulu  étudier  les  différents  systèmes  
d’impositions  qui  existent  actuellement  dans  le  monde,  et  pour  cela,  la  comparaison  entre  les  
deux   systèmes   les   plus   répandus   dans   le   monde   était   nécessaire   :   le   système   fiscal   progressif  
et  le  système  fiscal  proportionnel.    
 
Nous   avons   donc   choisi   de   comparer   les   systèmes   fiscaux   de   la   France   et   de   la   Fédération   de  
Russie.  Le  système  fiscal  français  étant  l’un  des  systèmes  les  plus  progressifs  au  monde,  tandis  
que  la  Fédération  de  Russie  est  le  premier  «  grand  »  pays  à  avoir  adopté  une  Flat  Tax  en  ce  qui  
concerne  son  impôt  sur  les  revenus.    
 
Après  cette  comparaison,  nous  nous  sommes  intéressés  au  phénomène  récent  de  la  Flat  Tax  
qui  est  au  cœur  des  débats  ces  dernières  années  dans  le  monde  de  la  fiscalité.  Nous  avons  donc  
tenté  d’expliciter  la  théorie  initiale  concernant  la  Flat  Tax  aujourd’hui,  cette  idée  étant  celle  de  
Robert   E.Hall   et   Alvin   Rabushka,   deux   économistes   américains.   Ensuite,   nous   avons   voulu  
montrer  l’exemple  spécifique  de  la  Slovaquie  qui  est  le  seul  pays  de  nos  jours  à  avoir  tenté  de  
mettre  en  place  une  Flat  Tax  telle  qu’elle  est  présentée  par  ses  précurseurs,  Hall  &  Rabushka.    
 
Pour  finir,  nous  avons  étudié  les  propositions  de  Flat  Tax  proposées  pour  la  France  et  pour  une  
réforme,   voire   révolution   fiscale,   dans   le   système   d’imposition   français   qui   suscite  
actuellement  beaucoup  de  critiques  et  de  débats.    
 
 
Remerciements  :    
 
En   premier   lieu,   je   tiens   à   remercier   l’ensemble   de   l’équipe   pédagogiques   de   l’Université  
d’économie  russe  «  Plekhanov  »  pour  leur  accueil  chaleureux  ainsi  que  pour  leur  aide  tout  au  
long  de  mon  échange  universitaire  ainsi  que  pendant  la  rédaction  de  mon  mémoire.    
 
Ensuite,  je  souhaite  exprimer  ma  gratitude  à  Monsieur  Alain  PIHEN,  mon  enseignant  suiveur  
pour  les  apports  théoriques  et  pratiques  qu’il  a  su  me  procurer  au  cours  de  la  rédaction  de  mon  
mémoire.  Ces  apports  sans  lesquels,  la  rédaction  de  mon  mémoire  ainsi  que  l’établissement  
d’un  plan  cohérant  et  efficace  n’auraient  pas  été  possible.    
 
Enfin,  je  tiens  à  remercier  l’ensemble  de  l’équipe  du  Mastère  Gestion  de  Patrimoine  de  l’IAE  de  
Lyon,   plus   précisément   Monsieur   Jean-­‐Baptiste   CARTIER,   qui   m’a   permis   d’effectuer   cette  
année  d’échange  en  Russie  après  mon  Master  1  au  sein  de  sa  formation.

 
 

I. Introduction  
 
Etudiant  en  Master  2  de  gestion  de  patrimoine,  actuellement  en  année  d’échange  en  Russie,  
et  après  plusieurs  stages  dans  le  secteur  de  la  gestion  de  patrimoine,  en  cabinet  de  gestion  de  
patrimoine  et  en  banque  privée,  je  tiens  tout  d’abord  à  vous  faire  part  de  l’énorme  intérêt  
que  suscitent  pour  moi  les  sujets  de  fiscalité  et  d’impôts.  Etant  franco-­‐libanais  et  ayant  grandi  
au  Liban  pour  ensuite  effectuer  mes  études  universitaires  en  France,  les  différences  entre  les  
systèmes   d’imposition   de   ces   deux   pays   m’ont   toujours   intéressé.   Lors   de   mon   année   de  
Master   1,   et   plus   précisément   pendant   mon   stage   au   sein   du   cabinet   ATRIA   Patrimoine,  
(cabinet  indépendant  de  gestion  de  patrimoine,  membre  du  groupement  FININDEP),  j’ai  dû  
pendant   une   période   assez   longue   m’occuper   des   déclarations   d’impôts   des   clients.   Cette  
mission  a  été  le  point  de  départ  de  mes  travaux  dédiés  à  la  fiscalité  et  aux  caractéristiques  des  
systèmes  d’impositions.  J’ai  donc  effectué  dans  un  premier  temps  ma  note  de  synthèse  du  
Master  1  sur  le  sujet  de  la  défiscalisation  et  des  niches  fiscales,  et  dans  un  second  temps  je  
rédige   mon   mémoire   de   fin   d’étude   sur   les   les   différents   systèmes   d’imposition   et   plus  
précisément  au  phénomène  récent  de  la  Flat  Tax.    
 
Lorsqu’on   parle   d’impôt,   nous   nous   posons   toujours   la   question   concernant   la   fonction  
première   de   ce   dernier   :   est-­‐ce   qu’il   s’agit   simplement   d’une   contrepartie   du   prix   payé   de   la  
vie  en  société  ou  l’expression  d’un  lien  de  solidarité  au  sein  de  la  société  ?  Des  réformes  ont  
lieu   continuellement   et   changent   fréquemment   les   systèmes   d’imposition.   D’un   pays   à   un  
autre   ces   derniers   peuvent   être   très   différents   ;   notamment   selon   la   politique   du  
gouvernement  en  place.  Néanmoins,  les  deux  systèmes  les  plus  répandus  dans  le  monde  sont  
le   système   d’imposition   progressif   et   le   système   d’imposition   proportionnel.   Le   premier  
soutient  l’idée  de  la  redistribution  fiscale  et  de  la  solidarité  au  sein  de  la  société,  tandis  que  le  
deuxième   argue   que   l’impôt   devrait   être   proportionnel   aux   revenus   et   doit   être   simplement  
la   contrepartie   du   prix   payé   de   la   vie   en   société,   sachant   que   chaque   contribuable   paiera   en  
proportion   de   ses   revenus.   La   problématique   de   notre   étude   paraît   donc   claire   au   vu   de   nos  
questions  récurrentes  sur  le  sujet  des  systèmes  d’imposition,  nous  aimerions  donc,  grâce  à  
notre  étude,  obtenir  une  ou  des  réponses  à  la  question  suivante  :    
 
Quel  système  d’imposition  serait  le  plus  pertinent  pour  l’économie  française  dans  les  
années  à  venir  ?  
 
Pourquoi   parler   de   la   Flat   Tax   pour   répondre   à   la   question   de   l’existence   d’un   système  
d’imposition   juste   ?   Parce   que   ce   système   d’imposition   commence   à   devenir   de   plus   en   plus  
populaire,  et  que  sa  notoriété  ne  cesse  de  grandir  dans  beaucoup  de  pays.  La  Flat  Tax  est  donc  
belle  et  bien  établie  désormais.  Avant  l’année  2001,  seulement  8  pays  appliquaient  la  Flat  Tax,  
principalement  des  pays  de  petite  taille  :  Hong  Kong,  Jersey,  Guernesey,  Jamaïque,  Tuvalu,  
Estonie,   Lituanie,   Grenade   et   la   Lettonie.   Mais   depuis   le   début   des   années   2000,   un   grand  
nombre   de   pays   (pour   la   plupart   d’entre   eux   de   l’Europe   de   l’Est)   ont   effectué   des   réformes  
fiscales   en   vue   d’adopter   la   Flat   Tax.   La   liste   des   pays   adoptant   une   Flat   Tax   dépasse  
aujourd’hui  la  trentaine  de  pays,  par  exemple  :  la  Fédération  de  Russie,  la  Serbie,  la  Slovaquie  
(cas  spécial),  l’Ukraine,  la  Géorgie,  la  Roumanie,  l’Albanie,  la  République  Tchèque,  la  Hongrie,  
la  Bulgarie  etc.    

1  
 
 
Tout  d’abord  il  faut  savoir  que  la  concurrence  fiscale  est  la  concurrence  que  se  mènent  des  
juridictions,  des  entités  publiques  à  l’intérieur  d’une  nation  comme  à  l’extérieur,  c’est-­‐à-­‐dire  
entre  nations.  Mais  pourquoi  donc  s’intéresse-­‐t-­‐on  de  plus  en  plus  à  la  concurrence  fiscale  
internationale   ?   Parce   que   que   de   nos   jours   l’économie   internationale   est   mondialisée,   le  
monde  est  de  plus  en  plus  ouvert,  et  les  agents  économiques  ont  des  espaces  de  décisions  
plus  mobiles.  Le  résultat  de  cette  concurrence  fiscale  est  l’apparition  d’un  grand  nombre  de  
réformes  dans  tous  les  pays  afin  de  combattre  cette  concurrence  mais  également  de  survivre.  
On  parle  aujourd’hui  d’une  «  course  vers  le  bas  »  des  barèmes  fiscaux,  car  les  entités  publiques  
ne  cherchent  plus  à  coopérer  mais  plutôt  à  attirer  les  investisseurs.  Les  réformes  fiscales  sont  
donc  au  cœur  du  sujet  de  la  concurrence  fiscale  internationale,  et  la  Flat  Tax  est  peut-­‐être  
l’une  des  armes  les  plus  utilisées  dans  cette  problématique  de  lutte  fiscale  internationale.    
 
Pour   répondre   à   nos   problématiques,   nous   allons   dans   une   première   partie   aborder   le   sujet  
de  la  proportionnalité  et  la  progressivité  de  l’impôt  afin  de  mieux  comprendre  les  différences  
entre   les   deux   principaux   systèmes   fiscaux   qui   existants.   Afin   de   comprendre   les   différences  
entre  ces  deux  systèmes  fiscaux  ainsi  que  les  caractéristiques  de  chacun,  nous  avons  décidé  
de   présenter   rapidement   les   exemples   des   systèmes   fiscaux   français   et   russe.   Pourquoi   ce  
choix  ?  Parce  que  le  système  fiscal  français  et  l’un  des  systèmes  fiscaux  les  plus  progressifs  du  
monde,   possédant   des   taux   d’impositions   élevés   ainsi   qu’un   système   redistributif   très  
complexe.   Il   est   donc   pertinent   de   le   comparer   au   système   fiscal   de   la   Fédération   de   Russie,  
qui  est  le  premier  «  grand  »  pays  à  avoir  adopté  la  Flat  Tax.  La  Fédération  de  Russie  a  mis  en  
place  ce  système  pour  l’impôt  sur  les  revenus  en  2001.  Depuis  ce  changement,  le  pays  a  connu  
un  accroissement  des  recettes  fiscales  ainsi  qu’un  grand  soutien  populaire.  D’un  point  de  vue  
personnel,  lorsqu’on  parle  de  différences  fiscales  entre  la  France  et  la  Russie,  nous  ne  pouvons  
pas  nous  empêcher  de  penser  instantanément  au  fait  divers  impliquant  Gérard  Depardieu.  Ce  
dernier  ayant  demandé  et  obtenu  la  nationalité  russe  car  trouvant  qu’il  payait  trop  d’impôts  
en  France.    
 
Dans  notre  deuxième  partie,  nous  allons  commencer  par  présenter  l’idée  théorique  de  Hall  &  
Rabushka  concernant  la  Flat  Tax.  Puis,  dans  un  deuxième  temps,  nous  allons  aborder  le  cas  
spécifique  de  la  Slovaquie  et  de  ses  deux  réformes  distinctes  :  la  première  concernant  la  mise  
en  place  d’une  Flat  Tax  complète  incluant  tous  les  impôts  majeurs,  et  la  deuxième  réforme  
mise  en  place  pour  changer  quelques  caractéristiques  de  la  précédente  réforme.  Il  faut  savoir  
que  le  cas  de  la  Slovaquie  est  unique  car  jusqu’à  maintenant,  il  s’agit  du  le  seul  pays  ayant  
souhaité  de  mettre  en  place  une  Flat  Tax  complète  telle  qu’elle  a  été  préconisée  par  Hall  &  
Rabushka.   Enfin,   nous   allons   étudier   la   possibilité   de   l’introduction   de   taux   unique   ou  
proportionnel  en  France.  Pour  cette  dernière  partie,  notre  travail  s’est  basé  sur  une  étude  de  
l’IREF  et  plus  précisément  une  étude  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  concernant  l’introduction  de  taux  
proportionnels  dans  le  système  fiscal  français.    
   

2  
 
II. L’histoire  et  rôle  de  l’impôt  selon  les  idéologies  
 
A. L’évolution  de  l’impôt  et  ses  deux  notions  basiques.      
 
a. Proportionnalité  vs  Progressivité.    
 
De   nos   jours,   la   fonction   de   l’impôt   se   trouve   au   cœur   de   nombreux   débats.   Plusieurs  
questions   sur   ce   sujet   ont   toujours   existé   :   Est-­‐ce-­‐que   l’impôt   doit   proposer   un   lien   de  
solidarité   au   sein   de   la   société   ?   Est-­‐il   uniquement   une   contrepartie   du   prix   à   payer   de   la   vie  
en   société   ?   On   ne   peut   répondre   à   ces   deux   questions,   sans   présenter   les   notions  
complétement  opposées  de  proportionnalité  et  progressivité.    
 
Les  adjectifs  proportionnel  et  proportionnelle  viennent  de  la  base  latin  «  proportionalis  ».  Ils  
expriment  une  quantité  qui  reste  dans  son  rapport  de  proportion  avec  une  autre.  Par  exemple,  
la  somme  gagnée  est  proportionnelle  au  travail.  L’impôt  proportionnel  est  donc  un  impôt  dont  
le  taux  est  le  même  pour  tous  les  niveaux  de  revenu.  Il  est  souvent  sujet  de  «  taux  unique  ».    
Pour  donner  l’exemple  le  plus  simple  :  La  TVA  est  un  impôt  proportionnel.    
 
La   définition   de   l’adjectif   progressif   est   la   suivante   :   ce   qui   se   fait   par   degrés,   de   manière  
régulière,   continue,   qui   augmente   et   croît   peu   à   peu.   On   parle   souvent   «   d’amélioration  
progressive  ».  L’impôt  progressif  possède  un  taux  d’imposition  qui  hausse  au  fur  et  à  mesure  
de  l’augmentation  de  la  valeur  de  la  base.  L’impôt  sur  le  revenu  en  France  est  un  exemple  
explicite  lorsqu’on  évoque  la  notion  de  progressivité  de  l’impôt.    
 
Derrière  ces  deux  notions  et  ces  deux  définitions  se  cachent  deux  différentes  visions  du  monde  
et  de  la  conception  de  la  justice  fiscale.  L’impôt  progressif  est  généralement  perçu  plus  juste  
pour  son  côté  redistributif,  par  définition,  un  système  fiscal  progressif  réduit  les  inégalités  en  
souhaitant  obtenir  des  écarts  de  revenus  plus  faibles  après  impôts  entre  les  différentes  classes  
sociales.   L’impôt   proportionnel   de   son   coté,   n’a   aucun   effet   sur   la   structure   socio-­‐
économique.    
 
La   base   idéologique   de   l’impôt   proportionnel   est   que   les   recettes   fiscales   augmentent   par   la  
croissance   des   revenus.   C’est   pour   cela   que   l’Etat   doit   permettre   le   développement   de   la  
richesse  puisqu’elle  en  reçoit  une  proportion  de  celle-­‐ci.  De  l’autre  côté,  l’impôt  progressif  
c’est  l’idée  de  justice.  Dans  ce  système,  on  considère  qu’il  est  tout  à  fait  normal  de  contribuer  
au   bien   public   dans   une   plus   grande   portion   lorsqu’on   a   des   revenus   plus   élevés.   On   entend  
souvent  que  ces  biens  publics  mêmes  sont  à  l’origine  de  notre  richesse  et  c’est  pour  cette  
raison   qu’il   faut   plus   contribuer   qu’autrui.   Cette   perspective   idéologique   présente   aussi   le  
besoin   d’existence   d’un   corps   social,   qui   doit   corriger   les   inégalités   créées   par   les   familles,  
l’histoire,  les  hasards  de  vie,  afin  de  garder  la  cohésion  de  la  société.    
 
Les  idéologies  de  bases  de  ces  deux  notions  sont  toutes  deux  très  intéressantes,  mais  quand  
on  regarde  les  applications  de  ces  deux  idéologies,  les  conclusions  sont  assez  éloignées  du  but  
premier.   Souvent,   l’impôt   proportionnel   est   peu   contesté,   alors   que   l’impôt   progressif  
concentre  toutes  les  rancœurs  malgré  son  efficacité.  Par  exemple,  en  France,  la  CSG  est  un  
impôt  proportionnel  dont  le  rendement  ne  cesse  de  croître  alors  que  l’impôt  sur  le  revenu  (IR)  
est  un  impôt  progressif  dont  le  rendement  ne  cesse  de  diminuer.      
3  
 
Souvent,  les  systèmes  fiscaux  comprennent  des  impôts  proportionnels  ainsi  que  des  impôts  
progressifs.   Par   exemple,   en   France,   la   TVA   est   un   impôt   proportionnel   alors   que   l’impôt   sur  
le   revenu   (IR)   est   un   impôt   progressif.   Cependant,   le   système   fiscal   français   est   dans   son  
ensemble  un  système  fiscal  progressif.    
 
Comment   distinguer   un   système   fiscal   progressif   d’un   système   fiscal   proportionnel   ?   Un  
système   fiscal   dans   son   ensemble   est   dit   progressif   si   le   taux   global   d’imposition   (tous  
prélèvements   confondus)   est   plus   élevé   pour   les   plus   riches   et   moins   élevé   pour   les   plus  
modestes.   Un   système   fiscal   dans   son   ensemble   est   dit   proportionnel   si   le   taux   d’imposition  
(tous  prélèvements  confondus)  est  le  même  pour  tous  les  niveaux  de  revenu.    
 
L’impôt   proportionnel,   appelé   aussi   l’impôt   à   taux   unique,   est   aussi   le   rêve   des   penseurs  
libéraux.  Un  taux  unique,  pour  tous  les  revenus  quels  qu’ils  soient  et  en  augmentant  l’assiette  
fiscale,   permettra   d’accroître   les   recettes   de   l’Etat   en   améliorant   l’économie   et   en   réduisant  
l’évasion   fiscale.   Pour   les   adversaires   de   cette   pensée,   un   passage   d’un   système   fiscal  
progressif  à  un  impôt  proportionnel  ne  fera  que  transmettre  le  poids  de  la  fiscalité  des  plus  
riches  aux  personnes  ayant  des  revenus  faibles  ou  moyens.  Pour  eux,  l’impôt  doit  toujours  
garder   son   rôle   de   correcteur,   afin   que   le   pourcentage   payé   en   impôt   s’élève   au   fur   et   à  
mesure  que  s’élève  le  revenu,  et  cela  pour  garder  l’effet  redistributif  de  l’impôt  et  chercher  le  
plus  possible  une  équité  devant  l’impôt  pour  les  différents  contribuables.    
 
Quand   on   défend   une   idéologie,   il   est   toujours   important   de   connaître   la   position   de   nos  
adversaires.  D’un  côté,  les  partisans  de  l’impôt  au  taux  unique,  qui  reprochent  au  système  
fiscal   progressif   la   pénalisation   des   contribuables   qui   œuvrent   à   la   croissance   du   pays.   De  
l’autre,   les   partisans   de   l’impôt   progressif   qui   reprochent   au   système   fiscal   proportionnel  
d’avantager   les   riches   et   de   pénaliser   les   pauvres,   en   d’autres   termes,   ils   reprochent   au  
système  un  effort  inégal  entre  les  riches  et  le  reste  de  la  population  plus  modeste.    
 
Il  est  important  de  connaitre  les  notions  d’équité  horizontale  et  d’équité  verticale  lorsque  l’on  
aborde  le  sujet  de  la  progressivité  et  la  proportionnalité.  Le  principe  d’équité  incarné  par  la  
Flat  Tax  est  que  chaque  contribuable  paie  des  impôts  en  proportion  directe  de  son  revenu,  
lorsque   son   revenu   double,   triple   ou   décuple,   sa   charge   fiscale   fait   de   même.   C’est   la   norme  
de  l’équité  horizontale.  Cette  dernière  inclut  tout  de  même  souvent  une  clause  pour  exempter  
les  familles  à  bas  revenus  de  l’impôt.    
 
En  ce  qui  concerne  l’équité  verticale,  cette  dernière  a  vu  le  jour  avec  l’instauration  des  taux  
progressifs.   C’est   avec   l’introduction   de   taux   d’imposition   fortement   progressifs,   vu   par  
beaucoup   comme   souhaitable   pour   aboutir   à   une   plus   grande   égalité   dans   la   distribution   du  
revenu   après   impôts,   que   la   norme   d’équité   verticale   est   venue   remplacer   la   norme   bien  
établie   de   l’équité   horizontale.   Ceux   qui   ont   mené   cette   transformation   intellectuelle   et  
politique  ont  appelé  cette  nouvelle  norme  «  la  capacité  contributive  ».  Plus  une  personne  est  
riche,  plus  elle  devrait  contribuer  aux  impôts.  Mais  de  nos  jours,  l’équité  verticale  ne  semble  
plus  fonctionner  correctement…  Une  des  raisons  de  ce  non-­‐fonctionnement  se  trouve  dans  la  
mise   en   place   de   centaines   de   niches   fiscales   dans   les   codes   fiscaux.   Ces   niches   fiscales  
permettent  désormais  à  certains  très  riches  de  ne  payer  que  très  peu  d’impôts  sur  le  revenu  
et   à   certains   types   de   revenus   de   bénéficier   d’exonération   alors   que   les   salariés   à   bas   ou  
moyens  revenus  n’ont  pas  accès  à  ces  avantages.    

4  
 
D’après  plusieurs  économistes  et  penseurs,  l’impôt  proportionnel  est  plus  juste  que  l’impôt  
progressif,   dans   ce   paragraphe   nous   allons   présenter   quelques   citations   importantes   en  
provenance  de  l’anthologie  de  Victor  Fouquet,  dans  son  livre  «  la  pensée  libérale  de  l’impôt  »,  
qui  reprend  plusieurs  articles  d’auteurs  très  connus  sur  le  sujet  de  l’impôt  :  
 
-­‐ Citation  de  François  Quesnay  dans  son  livre  «  Tableau  économique  »  de  1758  :  
o «  L’impôt  doit  donc  être  pris  immédiatement  sur  le  produit  net  des  biens-­‐fonds  ;  
car  de  quelque  manière  qu’il  soit  imposé  dans  un  royaume  qui  tire  ses  richesses  
de   son   territoire,   il   est   toujours   payé   par   les   biens   fonds.   Ainsi   la   forme  
d’imposition  la  plus  simple,  la  plus  réglée,  la  plus  profitable  à  l’Etat  et  la  moins  
onéreuse   aux   contribuables,   est   celle   qui   est   établie   proportionnellement   au  
produit   net   et   immédiatement   à   la   source   des   richesses   continuellement  
renaissantes.  »  
-­‐ Citation  d’Adam  Smith  dans  «  Recherches  sur  la  nature  et  les  causes  de  la  richesse  des  
nations  »  de  1776  :    
o «   Les   qualités   essentielles   que   doit   revêtir   l’impôt   :   1°   être   juste   (c’est-­‐à-­‐dire  
équitablement  réparti),  2°  certain  (son  montant  ne  doit  pas  être  arbitraire),  3°  
payé  commodément,  4°  rentable  (son  recouvrement  doit  être  le  moins  onéreux  
possible).  Ce  sont  les  quatre  règles  d’or  de  la  fiscalité  selon  Smith.    
-­‐ Citation  de  Jean-­‐Baptiste  Say  dans  «  Traité  d’économie  politique  »  de  1803  
o «  Les  cinq  préceptes  qui  doivent  guider  une  fiscalité  d’essence  libérale  sont  :  1°  
être  modérée,  2°  administrativement  peu  coûteuse,  3°  équitablement  répartie,  
4°   avantager   l’accumulation   de   capital   productif,   5°   privilégier   les   activités  
conformes  à  la  morale.  »  
-­‐ Citation  de  Antoine  Destutt  de  TRACY  dans  «  Traité  d’économie  politique  »  de  1822  
o «   Si   la   vente   exclusive   n’est   pas   forcée,   elle   varie   suivant   la   nature   de   la  
marchandise.   S’il   s’agit   d’une   denrée   qui   ne   soit   pas   nécessaire,   à   mesure   que  
le  prix  monte  la  consommation  diminue  ;  car  il  n’y  a  qu’une  certaine  somme  de  
moyens  dans  toute  la  société,  qui  soit  destinée,  à  procurer  un  certain  genre  de  
jouissance.   Il   peut   même   arriver   qu’en   élevant   peu   le   prix,   le   profit   diminue  
beaucoup,   parce   que   beaucoup   de   gens   renoncent   tout   à   fait   à   ce   genre   de  
consommation,  ou  même  parviennent  à  le  remplacer  par  un  autre.  Toutefois  
l’impôt  est  toujours  payé  effectivement  par  ceux  qui  s’obstinent  à  consommer.  
Si  au  contraire,  la  vente  faite  exclusivement  par  l’Etat,  mais  de  gré  à  gré,  porte  
sur  une  marchandise  de  première  nécessité,  elle  équivaut  à  la  vente  forcée.  Car  
la   consommation   diminue   bien   à   mesure   que   le   prix   s’élève,   c’est-­‐à-­‐dire   qu’on  
souffre   et   qu’on   meurt   ;   mais,   comme   enfin   elle   est   nécessaire,   elle   s’élève  
toujours   autant   que   le   moyen   de   la   payer,   et   elle   est   payée   par   ceux   qui  
consomment  ».  
-­‐ Citation  de  Benjamin  Constant  dans  «  Commentaire  sur  l’ouvrage  de  Filangieri  »  de  
1822-­‐1824  :  
o «  Le  capital  est  pour  tout  individu,  quelle  que  soit  sa  profession,  ce  qu’est  pour  
un   agriculteur   sa   charrue.   Or,   si   vous   prenez   à   l’agriculteur   un   sac   de   blé,   qu’il  
vient  de  recueillir,  il  se  remet  au  travail  et  en  produit  un  autre  l’année  suivante  :  
mais,  si  vous  lui  prenez  sa  charrue,  il  ne  peut  plus  produire  de  blé  »  
-­‐ Citation  d’Adolphe  Thiers  dans  «  De  la  propriété  »  de  1848  :  

5  
 
o «   La   proportionnalité   est   un   principe,   mais   la   progression   n’est   qu’un   odieux  
arbitraire   »   Adolphe   Thiers   voit   dans   la   progressivité   une   domination   des  
classes   à   rebours   :   à   l’oppression   des   basses   classes   de   l’ancien   régime  
succèderait,   en   effet,   l’oppression   des   hautes   classes   par   le   truchement   de  
l’impôt  progressif.  
o «   C’est   là   ce   qu’on   appelle   l’impôt   progressif   […]   à   peu   près   comme   ce  
marchand,   qui   en   voyant   arriver   un   riche   étranger   à   sa   porte,   se   dit   :   Ce  
monsieur  est  riche,  il  payera  plus  cher  –  Quand  il  s’agit  de  frivolités  d’une  faible  
valeur,   on   peut   sourire   de   cette   intention   de   faire   payer   différemment   les  
mêmes  choses,  d’autant  que  ces  riches  étrangers  traitent  de  gré  à  gré,  et  que  
le   mal   étant   volontaire   ne   saurait   aller   bien   loin.   Mais   que   diriez-­‐vous   si   ces  
acheteurs  étaient  forcés  d’acheter,  et  point  libre  de  dire  non  ?  ».  
-­‐ Citation  d’Emile-­‐Justin  Menier  dans  «  Théorie  et  application  de  l’impôt  sur  le  capital  »  
de  1874  
o «  La  théorie  de  l’impôt  progressif  est  un  vestige  de  l’ancien  préjugé  catholique  
que   le   riche   doit   son   superflu.   C’est   la   vielle   doctrine   de   la   charité,   doctrine   de  
sentiment  qui  arrive  à  la  négation  de  tout  rapport  fixe,  qui  autorise  toutes  les  
violations   de   la   justice,   et   est   incompatible   avec   l’organisation   régulière   des  
sociétés.   On   considère   la   richesse   comme   un   mal,   comme   une   sorte   de   vol   fait  
au  reste  du  pays,  et  on  trouve  qu’il  est  équitable  de  faire  expier  à  l’homme  riche  
la  possession  de  sa  fortune  et  ses  plaisirs  ».  
-­‐ Citation  d’Yves  GUYOT  dans  «  la  démocratie  individualiste  »  de  1907  :  
o «   L’impôt   ne   doit   pas   être   un   instrument   de   spoliation   des   uns   au   profit   des  
autres,   il   ne   doit   pas   être   employé   qu’à   des   services   publics   d’un   caractère  
général.   Dés   qu’on   abandonne   le   principe   fixe   de   la   proportionnalité   pour   la  
progression,  on  tombe  dans  l’arbitraire  qui  n’a  d’autre  limite  que  la  sagesse  de  
ceux  qui  sont  chargés  de  l’appliquer,  et  elle  est  fragile  ».  
-­‐ Citation  de  Maurice  Allais  dans  «  Pour  la  réforme  de  la  fiscalité  :  repenser  les  vérités  
établies  »  de  1990  :  
o «  L’impôt  sur  le  revenu  ne  pèse  d’ailleurs  que  sur  une  partie  des  populations.  
Les  raisons  principales  en  sont  notamment  les  exemptions  de  toutes  sortes  dont  
bénéficient   un   grand   nombre   de   catégories   sociales   et   l’évasion   fiscale   de  
nombreux  revenus.  […]  l’évasion  et  l’exemption  fiscale  apparaissent  comme  des  
sous-­‐produits   d’une   fiscalité   excessive.   En   fait,   la   législation   fiscale   est  
éminemment  discriminatoire.  »  
o «   Quel   jugement   d’ensemble   peut-­‐on   porter   sur   les   législations   fiscales  
européennes  d’aujourd’hui  ?  sans  doute  un  jugement  voisin  de  celui  qu’appelle  
certainement   la   fiscalité   française   :   Excessive,   compliquée,   coûteuse,   et  
inefficace   ;   -­‐   discriminatoire,   injuste,   et   spoliatrice   ;-­‐   génératrice   de   mauvais  
choix  économiques  et  de  fraude  ;  -­‐  souvent  arbitraire,  contradictoire,  incohérent  
et  incompréhensible  ;  -­‐  démoralisatrice,  abusive,  et  oppressive  ;  -­‐  antisociale  et  
antidémocratique  ;  -­‐  fondée  sur  des  mythologies  aussi  nocives  qu’irréalisables,  
et  dont  la  motivation  profonde  repose  sur  la  démagogie  et  la  préoccupation  de  
la   rentabilité   électorale.   Cette   fiscalité   est   un   boulet   que   traîne   la   société  
française  »  
-­‐ Citation  de  Ludwing  von  Mises  dans  «  l’action  Humaine  »  de  1949  

6  
 
o «   Les   impôts   sont   nécessaires.   Mais   le   système   de   fiscalité   discriminatoire  
universellement   accepté,   sous   le   nom   trompeur   d’impôt   progressif   sur   les  
revenus   et   successions,   n’est   pas   un   système   vraiment   fiscal.   C’est   plutôt   un  
mode  déguisé  d’expropriation  des  capitalistes  et  entrepreneurs  efficaces.  Quoi  
que  prétendent  les  satellites  gouvernementaux,  cela  est  incompatible  avec  le  
maintien  d’une  économie  de  marché.  Au  mieux,  peut-­‐on  le  considérer  comme  
un  moyen  d’instaurer  le  socialisme  ».    
-­‐ Citation   de   Léon   Say   dans   «   Les   solutions   démocratiques   de   la   question   des   impôts   »  
de  1886  :  
o «   L’égalité   en   matière   d’impôt   ne   signifiait   pas   d’ailleurs   autre   chose   que  
l’égalité  des  contribuables  devant  la  loi.  Il  faut,  pour  que  cette  égalité  existe,  
que   la   loi   procède   d’une   manière   générale,   qu’elle   ne   soit   pas   inventée   pour  
atteindre  une  personne  ou  une  classe  de  personnes  ;  car  autrement  il  y  a  abus  ».  
o «  Pour  ces  écoles  (écoles  socialistes)  […]  il  faut  que  les  dépenses  publiques  et  le  
recouvrement  de  l’impôt  soient  réglés,  en  vue  d’égaliser  les  conditions,  et  de  
corriger  ce  qu’il  peut  y  avoir  de  défectueux  dans  la  distribution  de  la  richesse.  
L’impôt  et  les  dépenses  publiques  doivent  être  combinés  de  telle  sorte  que  les  
citoyens   trop   riches   soient   appauvris,   et   que   les   citoyens   trop   pauvres   soient  
enrichis.   […]   Pour   l’école   libérale   individualiste,   on   peut   dire   que   la   dépense  
publique  reste  une  dépense  individuelle,  quoiqu’elle  soit  faite  par  tout  le  monde.  
[…]   L’impôt   dans   l’école   libérale   affecte   tous   les   citoyens,   il   oblige   chacun  
d’entre  eux  à  subir  une  augmentation  d’efforts  ou  une  diminution  de  jouissance.  
[…]  Entre  la  doctrine  économique  et  financière  de  l’école  libérale  et  celle  des  
écoles  socialistes,  ce  n’est  donc  pas  seulement  une  différence  qu’il  faut  relever,  
c’est   une   contradiction   absolue,   une   contradiction   qui   prend   sa   source   dans  
deux  conceptions  différentes  et  contradictoires  de  la  nature  de  l’impôt  et  des  
dépenses  publiques,  et  dans  deux  conceptions  différentes  et  contradictoires  des  
attributions  de  l’Etat  ».    
 
Le   livre   La   pensée   libérale   de   l’impôt,   de   Victor   Fouquet   nous   permet   de   comprendre   les  
grandes   différences   entre   l’impôt   progressif   et   l’impôt   proportionnel   ainsi   que   les   avantages  
et   les   inconvénients   de   chacun.   Dans   les   dernières   citations,   nous   parlons   d’école   libérale   et  
d’école   sociale   (ou   socialiste).   La   différence   de   point   de   vue   entre   les   idéologies   de   ces   deux  
écoles  fait  naître  le  débat  entre  les  différents  systèmes  fiscaux  et  sur  lequel  d’entre  eux  semble  
le  plus  juste.    
Après  avoir  présenté  les  notions  de  progressivité  et  proportionnalité,  nous  allons  essayer  dans  
un  second  temps  de  découvrir  leurs  divergences  avec  un  petit  retour  en  arrière  dans  l’histoire.  
Ce   rappel   du   passé   va   permettre   une   comparaison   entre   différentes   idéologies   existantes  
depuis  longtemps,  ayant  chacune  d’entre  elles  des  points  de  vue  différents,  des  avantages  
ainsi  que  des  inconvénients.    
 
b. Communisme  vs  Libéralisme  et  renaissance  de  la  Flat  Tax  
 
Dans  notre  première  partie,  nous  avons  présenté  les  principales  différences  entre  les  deux  
types  de  système  fiscal.  Dans  cette  partie,  nous  allons  montrer  les  divergences  entre  ces  deux  
idéologies,   l’impôt   proportionnel   qui   est   souvent   soutenu   par   les   libéraux,   et   l’impôt  

7  
 
progressif   qui   trouve   son   origine   dans   les   idéologies   du   communisme   et   dans   nombre   de  
propositions  des  socialistes.    
 
Lorsque  l’on  parle  des  différences  entre  ces  deux  visions  de  la  fiscalité,  il  est  important  de  
signaler   qu’il   y   a   une   vraie   opposition   intellectuelle   entre   libéralisme   et   socialisme.   Ces  
différents   choix,   lorsqu’ils   sont   étudiés   distinctement,   peuvent   tous   les   deux   être  
compréhensibles  et  logiques.    
 
Dans   le   passé,   le   clergé   et   la   noblesse   avaient   des   privilèges   et   étaient   exemptés   d’impôt,   et  
c’est  l’une  des  causes  de  la  Révolution  française.  Ensuite,  l’instauration  d’impôt  proportionnel  
a  été  vue  comme  une  amélioration  et  une  égalité  de  tous  devant  la  justice  fiscale.  Après  la  
première  guerre  mondiale  et  l’influence  du  communisme,  de  nombreux  pays  ont  remplacé  
l’impôt  à  taux  unique  par  un  impôt  progressif.  Même  les  pays  qui  n’étaient  pas  sous  influence  
directe  du  communisme,  ont  adoptés  l’impôt  progressif,  pour  financer  la  guerre.  Cet  impôt  a  
souvent   été   jugé   injuste   et   confiscatoire,   des   taux   élevés   pour   les   plus   riches   provoque  
systématiquement  la  baisse  de  la  collecte  des  recettes  fiscales  et  ont  été  la  cause  du  travail  
au  noir,  des  fausses  déclarations  et  surtout  de  l’évasion  fiscale.    
 
Jusqu’au  début   des   années  2000,   l’impôt   à   taux   unique   existait   dans   seulement   8   pays,   mais  
depuis   2001   et   l’instauration   d’une   «   Flat   Tax   »   en   Fédération   de   Russie   par   le   président  
Vladimir  Poutine.  Après  quoi  de  nombreux  pays  ont  instauré  une  imposition  à  taux  unique.  
Principalement  dans  les  pays  de  l’Europe  de  l’Est,  anciennement  communistes.  L’impôt  à  taux  
unique   fait   un   retour   sur   scène   principalement   grâce   à   la   réussite   russe   qui   a   inspiré   ses  
voisins.    
 
Pour  revenir  sur  la  réforme  fiscale  russe  en  2001.  Cette  réforme  est  considérée  un  des  succès  
économiques   du   pays,   et   elle   joue   un   rôle   très   important   dans   «   l’impressionnante  
popularité  »  du  président  Monsieur  Vladimir  Poutine.    
 
La  Fédération  de  Russie  est  la  première  grande  puissance  à  adopter  un  système  fiscal  avec  un  
impôt  à  taux  unique.  Cette  réforme  a  remplacé  un  système  fiscal  progressif  classique,  au  taux  
marginal  de  30%,  par  un  système  fiscal  proportionnel  avec  un  taux  d’imposition  forfaitaire  
unique  de  13%.    
 
A  l’inverse  de  ce  qu’on  peut  croire,  la  réaction  des  citoyens  russes  à  cette  réforme  fut  très  
positive,  l’instauration  de  cette  nouvelle  réforme  a  eu  l’approbation  de  la  population.  Cette  
dernière   a   aussi   changé   les   comportements   et   les   mentalités.   Elle   a   normalisé   et   simplifié  
l’acquittement   des   impôts.   Les   gains   fiscaux   de   cette   réforme   ont   été   réalisés   sur   la   base   de  
plusieurs  points  forts  :    
-­‐ La  diminution  de  l’évasion  fiscale  
-­‐ La  diminution  du  travail  au  noir  
-­‐ L’implication  nouvelle  des  habitants    
-­‐ La  simplification  des  déclarations  d’impôts  
 
D’après  Jeffrey  Owens,  Directeur,  centre  de  politique  fiscale  de  l’OCDE,  dans  son  article  «  Les  
hauts  et  les  bas  des  impôts  à  taux  unique  »  :  l’année  suivante  à  la  réforme,  les  recettes  d’impôt  
ont   fait   un   bond   de   26%   en   termes   réels   et   les   revenus   ont   augmenté   d’un   cinquième   en  

8  
 
pourcentage   du   PIB.   D’après   Jeffrey   Owens,   les   principales   raisons   de   ces   chiffres  
impressionnants  sont  l’amélioration  de  la  transparence  et  la  baisse  de  l’évasion  fiscale.    
 
Dans   l’article   «   The   Global   Flat   Tax   Revolution   :   Lessons   for   policy   makers   »   de   Daniel   J.  
Mitchell   (Fondateur  de  «  Center  for  Freedom  and  Prosperity  »  et  enseignant  aux  universités  
de  Géorgie  et  de  George  Mason),  on  peut  voir  dans  un  histogramme,  l’évolution  rapide  par  
année  des  revenus  de  l’impôt  avec  ajustement  de  l’inflation  :  
 

 
 
Figure  1  :  La  Flat  Tax  de  13%  en  Russie  :  Evolution  de  l’impôt  sur  le  revenu  après  
ajustement  de  l’inflation  
 
 
Lorsqu’on  voit  que  le  pays  moteur  et  incitateur  du  communisme  international,  applique  un  
système   fiscal   qui   s’approche   de   la   pensée   libérale   de   l’impôt,   ceci   peut   bouleverser   nos  
préjugés   et   nous   oblige   à   nos   interroger.   Pourquoi,   les   pays   développés   occidentaux,   en  
principe  libéraux,  appliquent-­‐ils  des  systèmes  fiscaux  progressifs  ?  Et  pourquoi  les  ex-­‐pays  du  
bloc  soviétique,  s’orientent  plutôt  vers  des  systèmes  fiscaux  proportionnels  ?  
 
Malgré   l’adoption   d’une   imposition   à   un   taux   unique   en   Russie,   le   système   fiscal   Russe   n’est  
pas  le  parfait  exemple  de  la  proposition  initiale  de  Flat  Tax  faites  par  Hall  &  Rabushka  (nous  
aborderons   cette   question   un   peu   plus   tard   dans   notre   étude),   car   en   Russie   les   taux  
d’imposition  peuvent  varier  selon  l’origine  du  revenu,  par  exemple,  l’impôt  sur  les  dividendes  
et  de  30%  alors  que  l’impôt  sur  le  revenu  est  de  13%.    
 
Mais  pour  commencer,  nous  avons  voulu  tout  simplement  montrer  les  grandes  différences  
entre   les   deux   systèmes   fiscaux.   Pour   cette   raison,   nous   avons   souhaité   comparer   deux  
grandes  puissances  économiques  et  historiques  que  sont  la  France  et  la  Fédération  de  Russie.  
Pour   que   notre   comparaison   soit   plus   pertinente   il   est   préférable   de   prendre   deux   pays  
«   importants   »   en   termes   de   nombre   d’habitants,   PIB   etc.     Une   comparaison   entre   la   France  

9  
 
et   un   autre   pays   d’Europe   de   l’Est   tel   que   la   Slovaquie   n’aurait   pas   été   adéquate   si   l’on  
examine  ces  deux  pays  d’un  point  de  vue  économique,  financier  ou  encore  au  niveau  de  la  
structure  sociale  de  ces  deux  pays.      
 
 
B. France  vs  Fédération  de  Russie    
 
Dans   cette   partie,   nous   allons   présenter   différents   impôts   existant   en   France   et   dans   la  
Fédération  de  Russie.  Il  serait  difficile  voire  impossible  de  présenter  en  détail  chaque  impôt  
avec  toutes  les  réductions  et  exceptions  existantes,  cela  serait  fastidieux  et  surtout  nous  nous  
éloignerions   de   notre   sujet   principal.   C’est   pourquoi   que   nous   avons   décidé   de   présenter  
seulement  les  différentes  familles  d’imposition,  les  différents  taux  et  quelques  réductions  ou  
exceptions.   Nous   considérons   ces   thèmes   nécessaires   à   la   compréhension   des   grandes  
différences  entre  les  deux  systèmes  d’imposition.  
 
a. L’impôt  en  France    
 
Nous   allons   donc   présenter   les   différents   types   d’impôts   existants   en   France   le   plus  
brièvement  possible  car  il  existe  un  grand  nombre  d’impôts  et  et  le  système  français  et  assez  
complexe.   Pour   des   raisons   pratiques,   nous   nous   sommes   inspirés   dans   cette   partie   de   la  
brochure  pratique  2017  (déclaration  des  revenus  2016)  établi  par  la  direction  générale  des  
finances   publiques.   En   effet,   notre   proposition   de   Flat   Tax   pour   la   France   est   une   étude  
effectuée  avant  la  loi  de  finance  et  donc  avant  le  prélèvement  à  la  source,  mis  en  place  l’année  
suivante.      
 
Dans  cette  brochure,  la  définition  de  l’impôt  est  la  suivante  :  «  les  impôts  sont  des  prestations  
pécuniaires   mises   à   la   charge   des   personnes   physiques   et   morales   en   fonction   de   leurs  
capacités  contributives  et  sans  contrepartie  déterminée  en  vue  de  la  couverture  des  dépenses  
publiques   et   de   la   réalisation   d’objectifs   économiques   et   sociaux   fixés   par   la   puissance  
publique.  »  
Dans  cette  définition  on  peut  voir  que  dans  ce  système  les  personnes  seront  prélevées  en  
fonction  de  leurs  capacités  financières,  sans  que  la  contrepartie  soit  énoncée  au  préalable.  
Cette  définition  est  assez  orientée  idéologiquement.  Et  on  peut  directement  comprendre  que  
tout   le   monde   n’adhère   pas   automatiquement   à   ce   système,   et   que   ce   dernier   suscite   de  
nombreuses  contestations.    
 
Pour  commencer,  il  est  important  de  savoir  qu’en  France,  il  existe  quatre  familles  d’impôts,  
chacune  d’entre  elles  comprenant  différents  impôts  :    
 
-­‐ Les  impôts  sur  les  revenus  :  
o L’impôt  sur  les  sociétés    
o L’impôt  sur  le  revenu  
o Les  impôts  à  finalité  sociale    
o Les  taxes  et  participations  dues  par  les  employeurs  sur  le  montant  global  des  
salaires  
 
 

10  
 
-­‐ Les  impôts  sur  la  dépense  :  
o La  taxe  sur  la  valeur  ajoutée    
o Les  contributions  indirectes  et  réglementations  assimilées  (Accises)    
-­‐ Les  impôts  sur  le  patrimoine    
o Les  droits  d’enregistrement    
o Les  droits  de  timbre  et  assimilés    
o L’impôt  de  solidarité  sur  la  fortune  (l’impôt  sur  la  fortune  immobilière)    
o La  taxe  sur  la  valeur  vénale  des  immeubles  possédés  en  France  par  des  entités  
juridiques  (taxe  dite  de  3%)    
-­‐ Les  impôts  directs  locaux  :    
o La  taxe  foncière  sur  les  propriétés  bâties    
o La  taxe  foncière  sur  les  propriétés  non  bâties    
o La  taxe  d’habitation    
o La  contribution  économique  territoriale    
o L’imposition  forfaitaire  sur  les  entreprises  de  réseaux  (IFER)    
o Les  autres  taxes  locales  :    
§ Taxes  additionnelles    
§ Taxes  spéciales  d’équipement  
 
Nous   allons   maintenant   présenter   brièvement   chacun   de   ces   impôts,   dans   cette   partie   nous  
allons  parler  des  différents  taux  d’imposition,  les  problèmes  que  ces  impôts  peuvent  poser  
ainsi  que  leurs  spécificités.  Sachant  que  nous  connaissons  tous  un  minimum  notre  système  
fiscal,  nous  n’allons  pas  entrer  dans  le  détail  des  personnes  imposables  et  des  exclusions  et  
exonérations  seulement  lorsque  cela  est  pertinent  pour  notre  étude.    
 
1. Les  impôts  sur  les  revenus  :    
 
o L’impôt  sur  les  sociétés  (IS)  :  
 
L’IS   est   un   impôt   annuel,   qui   touche   l’ensemble   des   bénéfices   réalisés   en   France   par   les  
sociétés  et  les  personnes  morales.  Les  personnes  morales  peuvent  être  soumises  à  l’IS  soit  :    
ü Au  taux  normal  de  331/3%    
ü Au  taux  de  28%  pour  :    
§ Les  PME  dans  la  limite  de  75  000€  de  bénéfice    
§ A  l’ensemble  des  redevables  jusqu'à  500  000€  de  bénéfice    
§ A  l’ensemble  des  redevables  sans  limite  de  bénéficie  lorsque  leur  chiffre  
d’affaires  n’excède  pas  1  milliards  d’euros.    
§ A  l’ensemble  des  redevables  sans  conditions  de  chiffre  d’affaires  et  sans  
limite  de  bénéfice  pour  les  exercices  ouverts  à  compter  du  1er  janvier  
2020.    
ü Au  taux  réduit  de  15%  pour  :  
§ Les   PME   sur   la   fraction   des   bénéfices   n’excédant   pas   38   120€/   ces  
entreprises   doivent   avoir   réalisées   un   chiffre   d’affaires   hors   taxe  
inférieur  à  7  630  000€  au  cours  de  l’exercice  ou  la  période  d’imposition.    
ü Au  taux  réduit  particuliers  suivants  :    
§ 0%   pour   les   plus-­‐values   à   long   terme   provenant   de   la   cession   de   titres  
de  participation  détenus  au  moins  deux  ans    

11  
 
§ 0%   ou   15%   pour   les   répartitions   d’actifs   ou   les   rachats   de   titres  
effectués,   sous   certaines   conditions   par   certains   fonds   et   certaines  
sociétés.  
§ 15%   pour   les   revenus   de   la   concession   de   licences   d’exploitation   de  
brevets,  d’inventions  brevetables  ou  de  perfectionnements.    
§ 19%  pour  les  plus-­‐values  à  long  terme  provenant  de  la  cession  de  titres  
de  sociétés  à  prépondérance  immobilière  (SPI)  cotées  détenus  au  moins  
deux  ans  
§ 19%  pour  les  plus-­‐values  nettes  constatées  à  l’occasion  de  la  cession  de  
locaux   à   usage   de   bureaux   ou   à   usage   commercial   ou   industriel,  
destinés  à  être  transformés  en  immeubles  d’habitation,  dans  un  délai  
de  quatre  ans.  
§ 10%,   15%   ou   24%   pour   les   revenus   patrimoniaux   perçus   par   les  
organismes  à  but  non  lucratif.    
 
Il  existe  aussi,  dans  l’impôt  sur  les  sociétés,  trois  contributions  additionnelles  :  
§ Une   contribution   exceptionnelle   et   temporaire   égale   à   10,7%   de   l’IS  
calculé  sur  les  résultats  imposables.  Cette  contribution  est  due  par  les  
grandes  entreprises  qui  réalisent  un  chiffre  d’affaires  HT  supérieur  à  250  
M€    
§ Une  contribution  additionnelle  à  l’IS  de  3%  est  due  au  titre  des  montants  
distribués  par  les  sociétés  ou  organismes  français  ou  étrangers  passibles  
de  L’IS  en  France,  aux  associés,  actionnaires  ou  porteurs  de  parts.    
§ Une  contribution  sociale  égale  à  3,3%  de  leurs  résultats  imposables  au  
taux   normal   et   aux   taux   réduit,   diminué   d’un   abattement   qui   ne   peut  
excéder   763   000€   par   année   ou   période   de   12   mois.   Les   personnes  
concernées   par   cette   contribution   sociale   sont   les   redevables   dont   le  
chiffre  d’affaires  hors  taxe  est  supérieur  à  7,63  millions  €  
 
En  présentant  brièvement  l’IS  et  les  différents  taux  selon  les  caractéristiques  et  les  activités  
des   entreprises,   nous   réalisons   rapidement   que   cet   impôt   est   assez   complexe   et   qu’il   vaut  
mieux   être   bien   informé   pour   pouvoir   être   en   règle   avec   l’administration   fiscale.    
Malheureusement,   de   nos   jours   les   entreprises   consacrent   de   plus   en   plus   de   temps   à  
chercher  les  failles  dans  notre  système  fiscal  qu’à  produire  de  réels  bénéfices.    
 
o L’impôt  sur  le  revenu  des  personnes  physiques  (IR)  :    
 
L’IR   est   un   impôt   global   établi   sur   la   totalité   des   revenus   dont   disposent   les   personnes  
physiques.  Il  comprend  tous  les  revenus,  quel  que  soit  leur  origine,  pour  déterminer  un  revenu  
net  global  auquel  s’applique  un  barème  unique  d’imposition.  Ce  barème  se  caractérise  par  
une  progressivité  par  tranches  de  revenus.  A  compter  du  1er  janvier  2018,  sera  instauré  un  
prélèvement  différent  du  système  actuel  de  la  perception  des  revenus  :  le  prélèvement  à  la  
source  de  l’IR.    
 
 
 

12  
 
Les  revenus  soumis  à  l’IR  sont  répartis  en  plusieurs  catégories  :  les  bénéficies  industriels  et  
commerciaux  ;  les  bénéfices  non  commerciaux  ;  les  bénéficies  agricoles  ;  les  revenus  fonciers  ;  
les  traitements,  salaires,  pensions  et  rentes  viagères  ;  les  revenus  de  capitaux  mobiliers  et  les  
gains  en  capital.    
Concernant  le  champ  d’application  de  l’IR,  les  personnes  physiques  sont  imposables  à  raison  
de   l’ensemble   de   leurs   revenus   de   source   française   ou   étrangère,   dès   lors   qu’elles   sont  
domiciliées  en  France.  Les  personnes  non  domiciliées  en  France  ne  sont  imposables  que  sur  
leurs  seuls  revenus  de  source  française.  Sont  considérées  comme  ayant  leur  domicile  fiscal  en  
France   les   personnes   qui   ont   leur   foyer   en   France,   ou   qui   ont   leur   lieu   de   séjour   principal   en  
France,   ou   qui   exercent   en   France   une   activité   professionnelle,   salariée   ou   non,   à   moins  
qu’elles  ne  justifient  que  cette  activité  y  est  exercée  à  titre  accessoire,  ou  qui  ont  en  France  le  
centre  de  leurs  intérêts  économiques.    
 
En  ce  qui  concerne  le  calcul  de  l’impôt,  voici  le  barème  correspondant  au  revenus  2016  pour  
une  personne  (une  part)  :    
-­‐ Pour  la  fraction  du  revenu  imposable  qui  n’excède  pas  9  710€  :  0%  
-­‐ Pour  la  fraction  supérieure  à  9  710€  et  inférieur  ou  égale  à  26  818€  :  14%  
-­‐ Pour  la  fraction  supérieure  à  26  818€  et  inférieure  ou  égale  à  71  898  :  30%    
-­‐ Pour  la  fraction  supérieure  à  71  898€  et  inférieure  ou  égale  à  152  260€  :  41%  
-­‐ Pour  la  fraction  supérieure  à  152  260€  :  45%  
 
Il   est   important   de   signaler   qu’en   France,   il   existe   ce   que   l’on   appelle   le   quotient   familial.   Ce  
quotient  familial  permet  d’atténuer  les  effets  de  la  progressivité  de  l’impôt  dès  que  lors  le  
taux   progressif   est   appliqué   à   un   revenu   partiel.   Ce   processus   consiste   à   diviser   le   revenu  
imposable   du   foyer   fiscal   en   un   certain   nombre   de   parts   (par   exemple,   une   part   pour   un  
célibataire,  deux  parts  pour  un  couple  marié  ou  pacsé,  une  demi  part  supplémentaire  pour  
chacun  des  deux  premiers  enfants  à  charge,  et  une  part  supplémentaire  pour  chaque  enfant  
à   charge   à   compter   du   troisième).   Le   barème   progressif   est   ensuite   appliqué   au   revenu  
imposable  par  part  ainsi  obtenu.  Cet  avantage  fait  tout  de  fois  l’objet  de  plafonnements,  mais  
nous  n’allons  pas  rentrer  plus  dans  les  détails.    
 
Après  avoir  déterminé  l’impôt  brut,  il  faut  procéder  à  l’imputation  des  réductions  d’impôt  puis  
des  crédits  d’impôt  dont  peut  bénéficier  le  contribuable  sous  réserve  du  plafonnement  global  
des  avantages  fiscaux.  Les  réductions  d’impôt  concernent  par  exemple  les  dons  aux  œuvres  
ou  organismes  d’intérêt  général,  les  dépenses  afférentes  à  la  dépendance,  la  souscription  au  
capital  de  PME.  Alors  que  les  crédits  d’impôt  correspondent  par  exemple  aux  frais  de  garde  
des   jeunes   enfants   comme   les   dépenses   d’assistance   maternelle,   ou   aux   dépenses  
d’équipement  en  faveur  du  développement  durable  ou  de  l’aide  aux  personnes.  Attention,  le  
total   des   avantages   fiscaux   ne   peut   pas   procurer   une   réduction   du   montant   de   l’impôt   dû  
supérieur  à  10  000€,  ou  bien  18  000€  si  ces  avantages  sont  majorés  des  avantages  fiscaux  
obtenus  au  titre  d’investissements  outre-­‐mer  et/ou  de  souscriptions  au  capital  de  «  Sofica  ».  
   
Ce   plafonnement   concerne   les   avantages   fiscaux   accordés   en   contrepartie   d’un  
investissement   ou   d’une   prestation   dont   bénéficie   le   contribuable   et   exclus   les   avantages  
fiscaux  liés  à  la  situation  personnelle  du  contribuable  (déduction  des  pensions  alimentaires,  
avantages  liés  à  une  situation  de  dépendance  ou  de  handicap)  ou  à  la  poursuite  d’un  intérêt  
générale  sans  contrepartie  (dons  aux  associations,  mécénat  etc.)    

13  
 
 
Il   est   important   de   préciser   qu’il   existe   dans   l’IR,   une   contribution   additionnelle,   dite  
contribution   exceptionnelle   sur   les   hauts   revenus.   Cette   contribution   concerne   les  
contribuables   les   plus   aisés,   et   elle   est   assise   sur   le   revenu   fiscal   de   référence   (RFR)   des  
contribuables  les  plus  aisés.  La  contribution  exceptionnelle  sur  les  hauts  revenus  est  calculée  
en   appliquant   un   taux   de   3%   sur   la   fraction   du   RFR   comprise   entre   250   001€   et   500   000€   et  
un  taux  de  4%  pour  la  fraction  RFR  supérieur  à  500  001€  pour  un  contribuable  célibataire,  
veuf,  séparé  ou  divorcé.  En  ce  qui  concerne  un  contribuable  marié  ou  pacsé,  soumis  à  une  
imposition   commune,   il   faut   appliquer   le   taux   de   3%   pour   la   fraction   du   RFR   comprise   entre  
500  001€  et  1  000  000€,  et  un  taux  de  4%  pour  la  fraction  du  RFR  supérieur  à  1  000  000€.    
 
o Les  impôts  à  finalité  sociale  :    
 
La   France   se   démarque   de   beaucoup   de   ses   partenaires   européens   par   la   fiscalisation   des  
dépenses   sociales.   Il   a   été   ainsi   mis   en   place   la   contribution   sociale   généralisée   (CSG),   la  
contribution   pour   le   remboursement   de   la   dette   sociale   (CRDS),   ainsi   que   la   contribution  
additionnelle   de   solidarité   pour   l’autonomie   (CASA)   au   taux   de   0,3%.   Il   faut   ajouter   à   ces  
contributions  un  prélèvement  social  de  4,5%,  une  contribution  additionnelle  au  prélèvement  
social   de   0,3%   ainsi   qu’un   prélèvement   de   solidarité   de   2%.   Le   taux   global   des   contributions  
sociales  sur  les  revenus  du  patrimoine  et  de  placement  s’élève  ainsi  à  15,5%.  Une  contribution  
sociale   de   3,3%   est   aussi   due   par   les   redevables   de   l’impôt   sur   les   sociétés   les   plus  
importantes.    
 
Dans  cette  partie,  nous  allons  présenter  brièvement  les  différentes  contributions  à  vocation  
sociale  afin  de  mieux  comprendre  le  système  fiscal  français.      
 
La  CSG  est  un  prélèvement  de  nature  fiscale  mais  dont  l’objet  est  social.  Elle  est  prélevée  sans  
contrepartie  directe.  Il  existe  plusieurs  taux  pour  la  CSG  selon  les  différents  types  de  revenus  :  
-­‐ La  CSG  sur  les  revenus  d’activité  et  de  remplacement  :    
o Pour   les   revenus   salariés   et   assimilés   :   le   taux   est   de   7,5%   (Dont   5,1%   sont  
déductibles  de  l’assiette  de  l’IR)  
o Revenus  non  salariés  :  le  taux  est  là  aussi  de  7,5%    
o Revenus   de   remplacement   :   7,5%   (5,1%   déductibles)   ou   6,6%   (4,2%  
déductible)  ou  3,8%  (intégralement  déductible)  ou  6,2%  (3,8%  déductible).    
-­‐ LA  CSG  sur  les  revenus  du  patrimoine  :  avec  un  taux  de  8,2%  ou  de  5,1%  dans  quelques  
cas.    
-­‐ LA  CSG  sur  les  produits  de  placement  :  avec  un  taux  de  8,2%.  
 
La  CRDS  concerne  plus  particulièrement  les  revenus  d’activité  et  de  remplacement,  qui  sont  à  
charge,  à  quelque  titre  que  ce  soit,  d’un  régime  obligatoire  d’assurance  maladie  français.  Le  
taux   de   la   CRDS   est   fixé   à   0,5%,   son   assiette   est   un   peu   plus   large   que   celle   de   la   CSG   car  
certains   revenus   exonérés   de   CSG   tels   que   les   prestations   familiales   ou   les   allocations   de  
logement,  sont  soumis  à  la  CRDS.  Il  est  important  de  signaler  que  la  CRDS  n’est  pas  déductible  
de  l’assiette  de  l’IR.    
 
Le  prélèvement  de  solidarité  possède  un  taux  de  2%  et  s’applique  aux  revenus  de  patrimoine  
et   des   produits   de   placement.   Il   n’est   lui   aussi,   non   déductible   du   revenu   global   soumis   à  

14  
 
l’IR.  Le  taux  global  des  prélèvements  sociaux  sur  les  produits  de  placement  et  les  revenus  du  
patrimoine  s’élève  à  15,5%.    
 
En  ce  qui  concerne  la  contribution  salariale  sur  les  gains  de  levée  d’options  sur  titres  et  les  
gains  d’acquisition  d’actions  gratuites,  le  taux  de  cette  contribution  s’élève  à  10%  et  elle  n’est  
pas  déductible  de  l’assiette  de  l’IR.    
 
Enfin,   on   trouve   la   C3S   (contribution   sociale   de   solidarité   des   sociétés)   qui   concerne   les  
personnes   morales   exerçant   une   activité   économique   et   ayant   un   chiffre   d’affaires   HT   au  
moins  égal  à  19  000  000€.  Le  taux  des  contributions  est  fixé  à  0,16%  (0,13%  au  titre  de  la  
contribution  sociale  de  solidarité  des  sociétés  et  0,03%  au  titre  de  contribution  additionnelle)  
du  chiffre  d’affaires  minoré  d’éventuelles  déductions.    
 
 
o Les  taxes  dues  par  les  employeurs  sur  le  montant  global  des  salaires  :  
   
Les  taxes  sur  les  salaires  comprennent  :  la  taxe  sur  les  salaires,  la  taxe  d’apprentissage  et  les  
participations  des  employeurs  au  développement  de  la  formation  professionnelle  continue.  
La  taxe  sur  les  salaires  concerne  les  employeurs  qui  ne  sont  pas  assujettis  à  la  TVA  ou  qui  ne  
l’ont  pas  été  sur  au  moins  90%  de  leur  chiffre  d’affaires  au  titre  de  l’année  civile  précédant  
celle  du  paiement  des  rémunérations.  Ces  redevables  sont  ainsi  principalement  les  banques  
et  sociétés  d’assurance,  le  secteur  médical  et  paramédical,  les  associations  autres  organismes  
à  but  non  lucratif.    
Il   existe   pour   cette   taxe   plusieurs   taux   applicables   (4,25%,   8,50%,   13,60%   et   20%)   mais   nous  
n’allons  pas  rentrer  dans  l’explication  de  cette  taxe  au  vu  de  sa  complexité.    
 
 
2. Les  impôts  sur  la  dépense  :    
 
Les  impôts  sur  la  dépense  s’appliquent  logiquement  à  la  consommation  et  les  investissements  
des  ménages  ainsi  que  des  entreprises.    
 
o La  Taxe  sur  la  Valeur  Ajoutée  (TVA)  :  
 
La  TVA  est  un  impôt  général  sur  la  consommation  qui  s’applique  aux  livraisons  de  biens  et  
prestations  de  services  situées  en  France.  La  TVA  est  supportée  par  le  consommateur  final  
puisqu’elle  est  incluse  dans  le  prix  de  vente  des  produits  ou  des  services.  Chaque  intermédiaire  
collecte  sur  son  client  la  taxe  prévue  et  la  reverse  au  service  des  impôts,  déduction  faite  de  
celle  qu’il  a  payée  en  amont  à  son  propre  fournisseur.    
 
La  taxe  afférente  à  une  opération  est  calculée  en  appliquant  à  la  base  hors  TVA,  quel  que  soit  
son   montant,   un   taux   proportionnel   de   TVA.   Pour   déterminer   le   montant   de   la   taxe   brute,   il  
faut  multiplier  le  montant  de  la  vente  ou  de  la  prestation  de  services  hors  taxe  par  le  taux  
applicable  à  l’opération  en  cause.  Il  existe  quatre  taux  en  France  :    
-­‐ Le  taux  normal  de  20%    
-­‐ Le  taux  réduit  de  10%    
-­‐ Le  taux  réduit  de  5,5%    

15  
 
-­‐ Le  taux  particulier  de  2,1%    
 
Ces  différents  taux  s’appliquent  sur  des  différents  types  de  produits  et  de  services,  mais  nous  
n’allons  pas  rentrer  dans  les  détails  afin  de  se  concentrer  sur  notre  sujet.    
 
o Les  contributions  indirectes  et  réglementations  assimilées  (Accises)    
 
Cette   famille   d’impôts   concerne   les   produits   énergétiques,   les   produits   alcooliques   et   les  
tabacs  manufacturés.    
 
ü Imposition  des  alcools  et  des  boissons  alcooliques  :    
 
Au  regard  de  la  législation  fiscale,  sont  considérées  comme  boissons  alcoolisées,  les  boissons  
ayant   un   titre   alcoométrique   volumique   supérieur   ou   égale   à   1,2%   par   volume   (0,5%   par  
volume  pour  les  bières).    
 
Pour  cet  impôt,  il  s’agit  de  différents  droits  de  consommation  dont  l’assiette  est  constituée  
par   le   volume   d’alcool   pur   contenu   dans   les   produits,   exprimé   en   hectolitre   (Hl).   Il   existe  
quatre  droits  indirects  qui  s’exerce  selon  la  famille  d’alcool  et  le  pourcentage  d’alcoométrie  
existant  dans  les  produits.  Voici  les  chiffres  des  droits  de  consommations  brièvement  :    
• 1736,56€/Hl  pour  les  alcools  différents  différents  que  le  vin,  la  
bière  et  les  produits  intermédiaires.  
• 47,11€/  Hl  et  188,41  €/hl  pour  les  produits  intermédiaires  
• 3,77€/hl  et  9,33€hl  et  1,33€/hl  pour  les  vins  tranquilles,  les  vins  
mousseaux  et  les  cidres  
• 7,41€/hl  et  3,70€/hl  pour  les  différents  types  de  bières.    
 
ü Contributions  sur  les  boissons  contenant  des  sucres  ajoutés  et  contenant  
des  édulcorants  :  
 
Le   produit   de   ces   contributions   est   entièrement   reversé   aux   administrations   de   sécurité  
sociale,  et  le  montant  de  chacune  des  deux  contributions  est  fixe  à  7,53€  par  hectolitre  en  
2017.    
 
ü Taxe  intérieure  de  consommation  sur  les  produits  énergétiques  :  
 
Les  produits  énergétiques  sont  soumis  aux  impôts  indirects  suivants  :    
• La   taxe   intérieure   de   consommation   sur   les   produits  
énergétiques  (TICPE)  
• La  taxe  intérieure  de  consommation  sur  le  gaz  naturel  (TICGN)    
• La  taxe  intérieure  de  consommation  sur  les  charbons  (TICC)  
• La   taxe   intérieure   sur   la   consommation   finale   d’électricité,  
également   appelée   contribution   au   service   public   d’électricité  
(CSPE)    
Le  tarif  de  l’impôt  fixé  pour  chacun  de  ses  produits  est  de  30,50€  en  2017.    
 
 

16  
 
ü Fiscalité  des  tabacs  :    
 
Le   droit   de   consommation   pour   les   tabacs   manufacturés   comporte   une   part   proportionnelle  
au  prix  de  vente  au  détail  des  produits  et  un  part  spécifique  par  unités  de  produits  ou  de  poids  
(1  000  cigarettes  ou  1  000  grammes  pour  les  autres  produits)  
 
ü Droit  spécifique  acquitté  sur  les  métaux  précieux  :  
 
La   garantie   de   l’Etat   sur   le   titre   des   matières   d’or,   d’argent   et   de   platine   est   accordée   par  
l’apposition  d’une  marque  en  moyennant  le  paiement  de  droits.  Le  taux  des  droits  varie  selon  
la  nature  et  la  teneur  du  métal  précieux  utilisé.    
 
ü Taxe  générale  sur  les  activités  polluantes  (TGAP)  :  
 
La   création   de   cet   impôt   a   pour   objectif   d’inciter   à   la   protection   de   l’environnement,   en  
application  du  principe  «  pollueur-­‐payeur  ».  Il  ressort  de  ce  principe  que  les  dommages  causés  
à   l’environnement   doivent   faire   l’objet   d’une   taxation   spécifique,   ayant   pour   effet   de  
renchérir  leur  coût,  dans  le  but  de  dissuader  les  pratiques  polluantes.    
Les  redevables  de  la  TGAP  sont  tenus  de  procéder  spontanément  à  la  déclaration  du  montant  
de  la  taxe  due  sous  la  forme  d’acomptes,  une  régularisation  intervenant  avec  le  dépôt  de  la  
déclaration.    
 
3. Les  impôts  sur  le  patrimoine  :    
 
Le  patrimoine  concerne  les  droits  d’enregistrement  lorsqu’il  est  transmis  à  titre  onéreux  ou  
gratuit,  il  peut  aussi  faire  l’objet  d’une  imposition  annuelle  au  titre  de  sa  détention,  ici  l’on  
parle  de  l’impôt  de  solidarité  sur  la  fortune  (ISF)  dans  le  passé  et  de  l’impôt  sur  la  fortune  
immobilière  de  nos  jours  (IFI),  et  finalement  le  patrimoine  peut  être  imposé  sur  les  plus-­‐values  
tirées  de  sa  cession.    
 
o Les  droits  d’enregistrement  :    
 
L’objet  de  l’enregistrement  est  donc  avant  tout  fiscal  mais  la  formalité  produit  également  des  
effets   sur   le   plan   civil   :   elle   donne   date   certaine   aux   actes   et   elle   constitue   dans   certains   cas  
une  condition  de  validité  des  actes  juridiques.    
La  base  d’imposition  est  constituée  en  principe  par  la  valeur  vénale  des  biens  au  jour  de  l’acte  
ou   de   la   mutation,   telle   qu’elle   est   exprimée   dans   l’acte   ou   dans   la   déclaration   estimative  
remplie   par   les   parties,   et   soumise   au   contrôle   de   l’administration.   A   noter   que   la   valeur  
vénale   d’un   bien   correspond   à   sa   valeur   marchande,   c’est-­‐à-­‐dire   au   prix   auquel   ce   bien  
pourrait  être  vendu  ou  acheté  dans  les  conditions  du  marché.  Les  droits  d’enregistrement  sont  
fixes,   proportionnels   ou   progressifs,   suivant   la   nature   des   actes   ou   des   opérations   juridiques  
qui  sont  soumis  à  la  formalité.    
 
Les  droits  fixes  sont  invariables  pour  tous  les  actes  classés  dans  une  catégorie  déterminée  ou  
qui  ne  sont  pas  passibles  des  droits  proportionnels  ou  progressifs.  Ils  s’appliquent  aux  actes  
judiciaires   (ordonnances   pénales,   décisions   de   justice),   aux   actes   extrajudiciaires   (établis   par  
les  huissiers  de  justice,  commissaires-­‐priseurs,  gendarmes  et  à  certains  actes  soumis  à  un  droit  

17  
 
fixe   dont   le   montant   varie   suivant   la   nature   des   opérations   taxables   (actes   innomés,   actes  
notariés,  divorces).  
Les  droits  proportionnels  quant  à  eux  représentent  un  pourcentage  constant  des  valeurs  qui  
font  l’objet  des  actes  ou  des  opérations  juridiques,  ils  s’appliquent  essentiellement  aux  ventes  
d’immeubles,  à  certaines  opérations  concernant  les  sociétés  et  aux  contrats  d’assurance.    
 
Les  droits  progressifs  sont  ceux  dont  les  taux  s’élèvent  à  mesure  qu’augmentent  les  valeurs  
concernées.  Ils  s’appliquent  notamment  aux  mutations  à  titre  gratuit.    
 
Les  principaux  droits  d’enregistrement  sont  les  suivants  :  les  ventes  d’immeubles,  les  cessions  
de   fonds   de   commerce   et   cessions   assimilées,   les   droits   d’enregistrement   applicables   aux  
sociétés  et  les  droits  de  succession  et  de  donation.    
 
Dans  cette  partie,  nous  n’allons  pas  présenter  en  détail  chaque  droit  d’enregistrement,  car  il  
en  existe  un  trop  grand  nombre  et  chacun  d’entre  eux  concerne  plusieurs  taux.  Mais  il  est  
important   de   connaitre   l’existence   et   la   complexité   de   ces   droits   d’enregistrement   pour   la  
suite  de  notre  étude.    
 
o Les  droits  de  timbre  et  assimilés  :  
 
Les  droits  de  timbre  sont  perçus  à  l’occasion  de  l’accomplissement  de  certaines  formalités  
administratives,  de  la  rédaction  de  certains  écrits  ou  constituent  un  mode  de  paiement  de  la  
délivrance  de  certains  documents.  Il  existe  ici  deux  familles,  les  droits  de  timbre  proprement  
dit  et  les  droits  de  timbre  relatifs  aux  véhicules.  En  ce  qui  concerne  les  droits  de  timbre  relatifs  
aux   véhicules,   il   existe   la   taxe   sur   les   certifications   d’immatriculation   des   véhicules,   le   malus  
applicable  aux  véhicules  de  tourisme  les  plus  polluants,  la  taxe  additionnelle  à  la  taxe  sur  les  
certificats   d’immatriculation,   la   taxe   forfaitaire   annuelle   (malus   annuel)   et   la   taxe   sur   les  
véhicules   des   sociétés.   Là   aussi,   il   existe   nombreux   tarifs   et   taxes   que   nous   n’allons   pas  
détailler.    
 
o L’impôt  sur  la  fortune  immobilière  (ISF  auparavant)  :  
 
Avant,  il  existait  un  impôt  nommé  l’impôt  sur  la  solidarité  sur  la  fortune  (ISF).  L’ISF  était  un  
impôt  annuel  acquitté  par  les  personnes  physiques  à  raison  de  la  détention  de  leur  patrimoine  
lorsque  sa  valeur  nette,  appréciée  au  1er  janvier  de  l’année  d’imposition,  excède  un  certain  
montant   (ce   montant   était   de   1,3   million   d’euros).   Les   personnes   qui   sont   domiciliées   en  
France  sont  imposables  à  raison  des  biens  détenus  en  France  et  hors  de  France.    
 
La  base  imposable  de  l’ISF  comprenait  l’ensemble  des  biens,  droits  et  valeurs  qui  composent  
le  patrimoine  des  personnes  imposables  :  les  immeubles  bâtis  ou  non  bâtis,  les  droits  réels  
immobiliers   (usufruit,   droit   d’usage   etc.),   les   entreprises   individuelles,   les   exploitations  
agricoles,   les   meubles   meublants,   les   dépôts   de   toute   nature,   les   comptes   courants,   les  
créances,   les   avoirs   en   espèces,   les   placements   financiers,   les   véhicules   automobiles,   les  
avions,   les   bateaux   de   plaisance   etc.   L’ISF   était   calculé   selon   un   barème   progressif   par  
tranches.  Le  seuil  d’imposition  est,  comme  déjà  indiqué,  fixé  à  1,3  M€  mais,  une  fois  ce  seuil  
franchi,  le  patrimoine  est  taxable  à  partir  de  800  000€.    
 

18  
 
Le  tarif  applicable  est  le  suivant  :    
§ 0%  pour  une  valeur  nette  taxable  du  patrimoine  n’excédant  pas  800  000€  
§ 0,5%  pour  une  valeur  nette  taxable  entre  800  000€  et  1  300  000€  (inclus)    
§ 0,70%  pour  une  valeur  nette  taxable  entre  1  300  000€  et  2  570  000€  (inclus)    
§ 1%  pour  une  valeur  nette  taxable  entre  2  570  000€  et  5  000  000€  (inclus)    
§ 1,25%  pour  une  valeur  nette  taxable  supérieur  à  5  000  000€  et  inférieure  
ou  égale  à  10  000  000€    
§ 1,5%  pour  une  valeur  nette  taxable  supérieure  à  10  000  000€    
 
L’ISF  a  donc  été  supprimé  mais  il  n’a  pas  complètement  disparu,  il  renaît  sous  une  autre  forme,  
cette   forme   est   considérée   comme   un   ISF   plus   «   léger   »   qui   s’intitule   :   l’impôt   sur   la   fortune  
immobilière   (l’IFI).   Le   barème   de   l’IFI   reste   le   même   que   celui   de   l’ISF   mais   c’est   les   biens  
concernés  qui  vont  changer  avec  l’adoption  définitive  de  la  loi  de  finances  pour  2018.  L’IFI  
comme  son  nom  l’indique,  se  limitera  aux  actifs  immobiliers  qui  ne  sont  pas  liés  à  l’activité  
professionnelle   de   son   propriétaire.   Il   est   important   de   préciser   que   les   sociétés   civiles   de  
placement   immobilier   (SCPI)   seront   incluses   dans   l’assiette   de   l’IFI,   de   même   pour   les  
foncières   cotées   et   ceci   peu   importe   l’enveloppe   fiscale   dans   laquelle   sont   détenus   les   actifs  
immobiliers,  notamment  l’assurance-­‐vie.    
Avec  l’IFI  comme  auparavant  avec  l’ISF,  il  existe  des  déductions,  quelques  abattements  et  un  
plafonnement,  mais  nous  n’allons  pas  aborder  ces  détails  lors  de  notre  étude.    
 
o La  taxe  sur  la  valeur  vénale  des  immeubles  possédés  en  France  par  des  entités  
juridiques  (taxe  dite  de  3%)    
 
Les  entités  juridiques  françaises  ou  étrangères  (personnes  morales,  organismes,  fiducies  ou  
institutions   comparables)   qui,   directement   ou   indirectement,   possèdent   un   ou   plusieurs  
immeubles   situés   en   France   ou   sont   titulaires   de   droits   réels   portant   sur   ces   biens,   sont  
redevables  d’une  taxe  annuelle  de  3%  sur  la  valeur  vénale  de  ces  biens  ou  droits.  Il  est  prévu  
néanmoins,  que  ces  entités  juridiques  peuvent  s’en  exonérer  sous  certaines  conditions.    
 
4. Les  impôts  directs  locaux  :  
 
Les   impôts   locaux   sont   perçus   par   l’Etat   au   profit   des   collectivités   territoriales   (régions,  
départements,  communes)  et  des  établissements  publics  de  coopération  intercommunale.  La  
fiscalité   locale   comporte   quatre   impôts   principaux   :   la   taxe   foncière   sur   les   propriétés   bâties  
(TFPB),   la   taxe   foncière   sur   les   propriétés   non   bâties   (TFPNB),   la   taxe   d’habitation   et   la  
contribution   économique   territoriale   (CET)   composée   d’une   cotisation   foncière   des  
entreprises  (CFE)  et  d’une  cotisation  sur  la  valeur  ajoutée  des  entreprises  (CVAE).  S’y  ajoutent  
l’imposition  forfaitaire  sur  les  entreprises  de  réseaux  (IFER)  ainsi  que  des  taxes  annexes  ou  
assimilées.    
 
o La  taxe  foncière  sur  les  propriétés  bâties  :  
 
Les  propriétés  imposables  à  la  TFPB  sont  constituées  de  toutes  les  constructions  fixées  au  sol  
à   perpétuelle   demeure   et   présentant   le   caractère   de   véritables   constructions.   La   base  
d’imposition  est  constituée  par  le  revenu  cadastral  égal  à  50%  de  la  valeur  locative  cadastrale,  
telle  qu’elle  résulte  des  mises  à  jour  régulières  effectuées  par  l’administration.  Le  montant  de  

19  
 
la   taxe   s’obtient   en   multipliant   la   base   d’imposition   par   les   taux   votés   par   chacune   des  
collectivités  territoriales  bénéficiaires,  pour  l’année  considérée.  Il  existe  également  pour  cette  
taxe,  des  exonérations  ou  des  dégrèvements  sous  certaines  conditions  de  ressources  et  de  
cohabitation,  aux  personnes  âgées  ou  handicapées  et  de  condition  modeste.    
 
o La  taxe  foncière  sur  les  propriétés  non  bâties  :  
 
La   base   d’imposition   servant   au   calcul   de   la   TFPNB   est   fixée   à   80%   de   la   valeur   locative  
cadastrale   des   propriétés,   telle   qu’elle   résulte   des   évaluations   foncières   mises   à   jour   par  
l’administration.  Le  montant  de  cette  taxe  est  obtenu  en  multipliant  le  revenu  cadastral  de  
chaque  propriété  par  les  taux  votés  par  chacune  des  collectivités  territoriales  bénéficiaires,  
pour  l’année  considérée.    
 
o La  taxe  d’habitation  :  
 
Les  locaux  d’habitation  suffisamment  meublés  et  leurs  dépendances  sont  imposables  à  la  taxe  
d’habitation.   La   taxe   est   due   par   toute   personne   qui   dispose   au   1er   janvier   de   l’année  
d’imposition   de   locaux   imposables,   à   quelque   titre   que   ce   soit   :   propriétaire,   locataire,   ou  
occupant  à  titre  gratuit.  Cette  taxe  est  calculée  d’après  la  valeur  locative  cadastrale  des  locaux  
d’habitation   résultant   des   évaluations   foncières   des   propriétés   bâties   mises   à   jour   par  
l’administration.  Le  montant  de  la  taxe  est  égal  au  produit  de  la  base  d’imposition  par  les  taux  
votés  par  chacune  des  communes  ou  EPCI  bénéficiaires,  pour  l’année  considérée.    
 
o La  contribution  économique  territoriale  :  
 
La  CET  est  composée  d’une  part,  d’une  cotisation  foncière  des  entreprises  (CFE)  et  d’autre  
part   d’une   cotisation   sur   la   valeur   ajoutée   des   entreprises   (CVAE).   Dans   cette   partie   nous  
n’allons  pas  détailler  ces  deux  cotisations  à  cause  de  leur  complexité.    
 
o L’imposition  forfaitaire  sur  les  entreprises  de  réseaux  (IFER)  :  
 
L’IFER   s’applique   à   neuf   catégories   de   biens   (composantes   de   l’IFER)   :   les   «   éoliennes  
terrestres  et  les  hydroliennes  »,  les  installations  de  production  d’électricité  d’origine  nucléaire  
ou  thermique  à  flamme,  les  installations  de  production  d’électricité  d’origine  photovoltaïque  
ou   hydraulique,   les   transformateurs   électriques   relevant   des   réseaux   publics   de   transport   et  
d’électricité,   les   stations   radioélectriques,   le   matériel   roulant   utilisé   sur   le   réseau   ferré  
national   pour   des   opérations   de   transport   de   voyageurs,   le   matériel   roulant   utilisé   sur   les  
lignes  de  transport  en  commun  de  voyageurs  en  Île-­‐de-­‐France,  les  répartiteurs  principaux  de  
la   boucle   locale   cuivre   et   certains   équipements   de   commutation   téléphonique   ainsi   qu’à  
certaines   installations   gazières   et   les   canalisations   de   transport   de   gaz   naturel   et   d’autres  
hydrocarbures,  les  canalisations  de  transport  de  produits  chimiques.    
 
Chaque  catégorie  de  biens  fait  l’objet  de  règles  d’assiette  et  de  calcul  de  l’imposition  qui  lui  
sont  propres  et  d’une  codification  spécifique  dans  le  CGI.  
 
 
 

20  
 
o Les  autres  taxes  locales  :  
 
ü Taxe  d’enlèvement  des  ordures  ménagères  
ü Taxes  spéciales  d’équipement  
 
Après  avoir  présenté  l’ensemble  des  impôts  et  taxes  (ou  presque)  existant  en  France,  nous  
réalisons   que   notre   système   fiscal   est   très   complexe   et   vaste.   Effectuer   les   déclarations  
d’impôts  devient  de  plus  en  plus  compliqué  et  nécessite  l’aide  d’organismes  spécialisés  dans  
la  fiscalité.  Les  contribuables  perdent  de  plus  en  plus  de  temps  pour  à  faire  leurs  déclarations  
et   à   rechercher   des   solutions   pour   optimiser   leurs   impositions.   Malgré   l’arrivée   du  
prélèvement  à  la  source,  notre  système  fiscal  sollicite  un  grand  nombre  de  contestations  et  
d’interrogations.    
 
Dans   la   prochaine   partie,   nous   allons   parler   du   système   fiscal   russe   et   de   l’impact   de   la  
modification   du   système   dans   le   début   des   années   2000.   Ensuite,   comme   pour   le   système  
français,   il   est   important   de   présenter   les   différents   impôts   existant   en   Russie   pour  
comprendre  les  grandes  différences  avec  la  France.  Ces  présentations  nous  permettront  de  
comparer   entre   ces   deux   systèmes   et   d’avoir   une   image   globale   de   la   complexité   relative  
propre  à  chaque  administration  fiscale.    
 
b. L’impôt  dans  la  Fédération  de  Russie    
 
Dans  cette  partie,  les  informations  sur  les  impôts  dans  la  Fédération  de  Russie  proviennent  
d’une   étude   du   groupe   GORISLAVTSEV   &   CO   qui   est   une   entreprise   russe   d’audit   et   de  
consulting.   Ces   informations   se   trouvent   dans   leur   étude   «   les   impôts   en   Europe   »   et  
précisément  dans  la  rubrique  «  Russie  ».    
 
Depuis  la  modification  du  système  de  taxation  Russe  dans  les  années  2000,  le  leitmotiv  de  
cette  réforme  est  le  suivant  :  simplicité,  clarté,  efficacité.  Avant  cette  simplification,  il  existait  
dans  le  système  fiscal  Russe  plus  de  50  différents  types  d’impôts,  après  2000,  il  n’en  existe  
plus   que   14.   Les   raisons   principales   qui   ont   poussé   le   pays   à   l’étude   de   l’instauration   d’un  
nouveau  système  fiscal  sont  :  un  niveau  très  bas  de  collecte  des  impôts  entre  les  années  1995  
et  1998,  l’augmentation  des  coûts  de  contrôles  provenus  a  cause  d’un  très  grand  nombre  de  
travail  au  noir,  d’évasion  fiscale,  etc.    
 
 Le  système  actuel  inclus  les  impôts  suivants  :    
-­‐ 8  impôts  fédéraux  :    
o TVA  
o Droit  d’accise    
o Impôt  sur  le  revenu  
o Impôt  sur  les  sociétés    
o Impôt  sur  l’extraction  de  ressources  minières  
o Impôt  sur  l’eau    
o Impôt  Etatique    
o Impôt  sur  l’utilisation  des  objets  aquatiques  avec  des  ressources  biologiques    
 
 

21  
 
-­‐ 3  impôts  régionaux  :    
o Impôt  sur  le  transport  
o Impôt  sur  les  formes  de  gains  de  loterie  et  revenus  similaires    
o Impôt  sur  les  propriétés    
-­‐ 3  impôts  municipaux  :  
o Impôt  foncier    
o Taxe  foncière    
o Frais  de  négociation  
 
Nous  allons  dans  cette  partie  présenter  quelques-­‐uns  de  ces  impôts  qui  nous  semblent  les  
plus  importants  pour  la  suite  de  notre  étude  afin  de  pouvoir  comparer  entre  le  système  fiscal  
français  et  le  système  fiscal  russe.    
 
 
1. Impôt  sur  les  sociétés  :    
 
Concernant  la  résidence  et  non-­‐résidence  des  entreprises  ou  autre  personne  morale,  il  est  
important   de   savoir   que   chaque   entreprise   est   considérée   comme   résidente   dans   la  
Fédération  de  Russie  si  elle  est  immatriculée  dans  le  pays.  Pour  les  entreprises  étrangères,  
elles  sont  considérées  comme  résidentes  dans  le  cas  ou  leur  administration  effective  est  basée  
en  Russie  ou  bien  qu’elles  lorsqu’elles  sont  soumises  à  une  double  imposition  entre  leur  pays  
d’origine   et   la   fédération   de   Russie.   Par   exemple,   lorsqu’une   entreprise   possède   le   statut   de  
résident   dans   la   Fédération   de   Russie,   elle   sera   imposable   sur   l’ensemble   de   son   revenu  
mondial  sauf  les  pour  les  revenus  étrangers  qui  seront  exonérés  au  titre  de  l’existence  d’une  
convention  de  double  imposition  entre  la  Fédération  de  Russie  et  le  pays  de  provenance  de  
ces  revenus.    
 
Les  revenus  imposables  sont  basés  sur  les  bénéfices  obtenus  pendant  l’année  fiscale,  avec  une  
déduction  pour  les  amortissements  des  immobilisations,  des  actifs  incorporels  et  les  résultats  
de   recherche   et   production   scientifiques.   Généralement,   les   plus-­‐values   en   Russie   sont  
traitées  comme  un  revenu  commercial.    
 
Il  existe  aussi  un  taux  d’imposition  de  0%  qui  peut  être  appliqué  aux  entreprises  russes,  sur  
leurs  profits  reçus  sous  forme  de  dividendes.  Pour  que  ce  taux  soit  appliqué,  il  faut  qu’à  la  
date   de   la   décision   de   paiement   des   dividendes,   l’entreprise   qui   reçoit   ces   dividendes   soit   la  
détentrice  légale  minimum  de  la  moitié  des  parts  depuis  une  durée  sans  interruption  pendant  
un  an.  Ce  même  taux  d’imposition  de  0%  s’applique  aux  entreprises  exerçant  des  activités  
fournissant  des  services  médicaux,  ou  bien  aux  entreprises  résidentes  des  zones  économiques  
spéciales   dédiées   aux   technologies   innovantes.   Les   producteurs   agricoles   remplissant   des  
critères  spécifiques  sont  eux  aussi  imposés  à  ce  taux  réduit  de  0%.    
 
Le  taux  de  base  de  l’impôt  sur  les  sociétés  dans  la  Fédération  de  Russie  est  de  20%,  que  les  
bénéfices   soient   distribués   aux   actionnaires   ou   non.   A   noter   que   tous   les   dividendes   issus  
d’actions  d’entreprises  morales  russes,  sont  imposés  au  taux  de  15%.    Pour  information,  dans  
les  années  90,  il  existait  plusieurs  taux  d’impôts  sur  les  sociétés  variant  entre  32%  et  45%.    
 
 

22  
 
2. Impôt  sur  le  revenu  :  
 
L’impôt   sur   le   revenu   dans   la   Fédération   de   Russie   s’applique   aux   personnes   qui   sont  
résidentes  du  pays  et  aux  personnes  percevant  des  revenus  en  provenance  du  pays.  Le  revenu  
total  imposable  du  contribuable  contient  les  revenus  perçus  d’une  activité  à  but  lucratif,  les  
revenus   du   patrimoine   mobilier   et   immobilier   ainsi   que   d’autres   sources   de   revenus.   Il   est  
important  de  signaler  que  dans  la  Fédération  de  Russie,  les  avantages  en  nature  sont  aussi  
pris  en  compte,  contrairement  au  système  fiscal  français.  Il  existe  aussi  dans  la  Fédération  de  
Russie  des  cotisations  de  sécurité  sociale,  payées  par  l’employeur  et  l’employé.    
 
Le  lieu  de  résidence  d’une  personne  est,  comme  en  France,  le  lieu  de  son  habitation  principale  
(lieu  où  la  personne  réside  plus  de  183  jours  pendant  l’année).  Si  une  personne  a  comme  lieu  
de  résidence  un  lieu  situé  en  Russie,  cette  personne  est  donc  résidente  fiscale  de  la  Fédération  
de  Russie.  Lorsqu’un  individu  est  considéré  comme  résident  de  la  Fédération  de  Russie,  il  sera  
imposable  sur  la  totalité  de  son  revenu  dans  le  monde,  sauf  sur  certains  revenus  qui  peuvent  
être  exonérés  selon  les  conventions  de  double  imposition  entre  la  Fédération  de  Russie  et  les  
pays  d’origine  de  ces  revenus.    
 
Concernant  les  revenus  imposables,  on  distingue  plusieurs  catégories  :    
-­‐ Le   revenu   professionnel   (tous   les   revenus   perçus   par   les   individus   possédants   un  
contrat  de  travail)    
-­‐ Revenu  perçu  sous  forme  de  bénéfice  financier  
-­‐ Revenu  sous  forme  de  dividendes  (dividendes  provenant  de  l’extérieur  et  de  l’intérieur  
de  la  Fédération  de  Russie)    
 
Ces   différentes   catégories   de   revenus   sont   toutes   imposées   au   taux   d’imposition  
proportionnel   de   13%.   Cependant,   il   existe   d’autres   revenus   imposables,   qui,   en   raison   de  
leurs  caractéristiques  et  spécialités,  sont  imposés  au  taux  de  35%  :    
-­‐ Revenu  sous  forme  de  plus-­‐value    
-­‐ Revenu  sous  forme  de  gains  des  loteries  et  autres  revenus  similaires  
 
Les  revenus  sous  forme  de  salaires  sont  soumis  au  taux  d’imposition  de  13%  pour  les  individus  
non  reconnus  comme  résidents  de  la  Fédération  de  Russie.  Les  revenus  versés  sous  forme  de  
dividendes   sont   soumis   à   un   taux   d’imposition   de   15%   et   tous   les   autres   revenus   perçus   par  
ces  individus  sont  soumis  à  un  taux  d’imposition  de  30%.    
 
Malgré  l’aspect  «  proportionnel  »  du  système  fiscal  proportionnel,  il  est  important  de  préciser  
qu’il  existe  tout  de  même  un  grand  nombre  de  déductions  et  de  dépenses  déductibles  qui  
sont  pris  en  compte  dans  le  calcul  du  revenu  imposable.  Ces  déductions  sont  souvent  assez  
similaires   aux   déductions   qu’on   peut   trouver   dans   le   système   fiscal   français   (déductions  
d’ordres   sociales,   familiales,   fonciers,   professionnelles   etc.).   Dans   un   système   fiscal  
complétement   proportionnel,   il   n’est   pas   encouragé   de   mettre   en   place   ces   types   de  
déductions.  Nous  verrons  plus  tard  dans  notre  étude,  pourquoi  il  est  important  de  supprimer  
tout  genre  de  déductions  lorsqu’on  souhaite  mettre  en  place  un  système  fiscal  proportionnel  
pour  remplacer  un  système  fiscale  progressif.  
 

23  
 
La   provision   de   retraite,   l’assurance-­‐maladie,   la   protection   sociale   (couvrant   maladie   et  
maternité),   ainsi   que   l’assurance   accident   sont   des   cotisations   obligatoires   en   Fédération   de  
Russie.  Ces  cotisations  sont  versées  par  les  employeurs  selon  les  taux  suivants  :  22%  pour  les  
provisions  de  retraite  (ou  10%  du  le  revenu  annuel  brut  de  l’employé  s’il  est  supérieur  à  876  
000  roubles)  ;  5,1%  pour  l’assurance  maladie,  2,9%  pour  la  protection  sociale,  alors  que  le  taux  
de   cotisation   pour   l’assurance   accident   varie   entre   0,2   et   8,5%   du   salaire   brut.   Une   petite  
différence  importante  à  préciser  pour  les  pensions  retraites  de  la  Fédération  de  Russie  :  les  
retraites  d’Etat  sont  exonérées  d’impôt,  contrairement  en  France.  
 
Pour  information,  avant  la  réforme,  l’impôt  sur  le  revenu  en  Fédération  de  Russie  était  lui  
aussi  progressif  avec  les  taux  suivants  :  12%  ;  20%,  25%,  30%  et  35%.  
 
 
3. Impôt  sur  les  successions  et  les  donations  &  impôt  sur  la  fortune  :    
 
En  ce  qui  concerne  ces  deux  impôts,  ces  derniers  n’existent  pas  dans  la  Fédération  de  Russie.  
Mais  il  est  important  de  préciser  que  dans  certains  cas,  les  donations  de  biens  immobiliers  et  
d’actions   reçues   de   personnes   qui   ne   sont   pas   des   parents   proches   peuvent   être   soumises   à  
l’impôt  sur  le  revenu  ordinaire,  c’est-­‐à-­‐dire  au  taux  d’imposition  de  13%.    
 
4. Taxe  sur  la  valeur  ajoutée  :    
 
La  taxe  sur  valeur  ajoutée  s’applique  à  la  fourniture  de  biens  ou  de  services  sur  le  territoire  de  
la   Fédération   de   Russie   ainsi   qu’à   l’importation   de   marchandises.   La   date   d’imposition   est   la  
date   la   plus   antérieure   entre   la   date   de   livraison   des   marchandises   ou   de   prestation   des  
services  et  la  date  de  versement  de  l’acompte  par  rapport  à  la  livraison.    
 
Le   taux   normal   d’imposition   est   de   18%.   Il   existe   aussi   un   taux   réduit   de   TVA   de   10%   qui  
s’applique  à  un  nombre  considérable  de  fournitures.  Ces  fournitures  sont  les  suivantes  :    
-­‐ Livres,  journaux,  magazines.    
-­‐ Légumes,   fruits,   céréales,   végétaux,   poissons,   viande,   animaux   de   reproduction,  
animaux  vivants  et  nourriture  pour  animaux  
-­‐ Biens  destinés  aux  enfants  
-­‐ Médicaments  et  produis  médicaux  qui  ne  sont  pas  exonérés  complètement  de  TVA.    
-­‐ Aliments  et  boissons  vendus  pour  consommation.    
 
Pour  les  marchandises  exportées  à  l’étranger,  il  existe  un  taux  réduit  de  0%  à  condition  de  
présenter  l’ensemble  des  documents  approuvés  par  l’autorité  fiscale,  y  compris  l’autorisation  
des  douanes  d’une  fourniture  d’exportation.    
 
Pour  information,  la  taxe  sur  la  valeur  ajoutée  avant  la  réforme  représentait  un  taux  de  28%  
avant  1993  et  de  20%  de  1993  jusqu’à  la  réforme  des  années  2000.    
 
 
 
 
 

24  
 
5. Autres  taxes  :  
 
En  ce  qui  concerne  l’impôt  foncier,  il  existe  trois  impôts  fonciers  dans  la  Fédération  de  Russie  :  
la  taxe  foncière,  l’impôt  foncier  et  la  taxe  de  transport.    
 
La   taxe   foncière   s’applique   aux   propriétaires   légaux   de   terrains,   les   utilisateurs   légaux   de  
terrains   et   les   détenteurs   du   droit   d’usufruit   du   terrain.   (La   taxe   foncière   s’applique   à   ces  
derniers  qu’ils  soient  des  personnes  morales  ou  bien  physiques).  La  taxe  foncière  est  annuelle  
et   le   montant   est   déterminé   par   l’évaluation   cadastrale   d’un   terrain   multiplié   par   0,3%   pour  
les   terrains   agricoles,   fonds   alloués   au   logement   et   parcelles   privées,   et   par   1,5%   pour   les  
parcelles  d’autres  types.    
 
L’impôt  foncier  imputable  aux  personnes  morales  russes  concerne  les  biens  immobiliers  et  
autres  propriétés  considérées  comme  des  immobilisations.  Cet  impôt  est  aussi  imputable  aux  
sociétés  étrangères  dont  les  bureaux  des  représentants  enregistrés  se  trouvent  en  Fédération  
de  Russie  concerne  les  biens  immobiliers  et  autres  propriétés  considérées  eux  aussi  comme  
des   immobilisations.   L’impôt   foncier   représente   la   valeur   totale   moyenne   historique   et  
annuelle   des   immobilisations   déduction   des   amortissements.   Le   montant   de   l’impôt   dépend  
de  la  législation  régionale  et  ne  doit  pas  dépasser  2,2%.    
 
La  taxe  de  transport  est  imputable  aux  personnes  morales  et  physiques  enregistrées  comme  
les  propriétaires  légaux  des  biens  imposables.  Le  taux  de  la  taxe  de  transport  est  déterminé  
par  la  puissance  du  moteur  en  chevaux  ou  par  la  capacité  brute  en  tonnes  ou  par  la  charge,  
multiplié  par  un  certain  taux  déterminé  dans  le  code  des  impôts  de  la  Fédération  de  Russie.  
 
Une   des   principales   sources   de   revenus   Fédération   de   Russie   provient   de   l’imposition   de  
l’extraction  de  ressources  minières.  Les  contribuables  concernés  sont  toutes  les  personnes  
morales   et   entrepreneurs   individuels   reconnus   comme   étant   utilisateurs   de   ressources  
minières.  La  base  imposable  et  les  taux  appliqués  sont  calculés  en  fonction  des  règles  fournies  
dans  le  code  des  impôts  et  les  instructions  du  gouvernement.    
 
Il  existe  aussi  dans  la  Fédération  de  Russie  un  droit  d’accise  qui  est  imputables  à  toutes  les  
personnes   morales   exerçant   des   activités   impliquant   des   produits   d’accise   :   alcool,   tabac,  
voitures  particulières,  carburant  moteur.  Ces  droits  d’accise  sont  dus  sur  une  base  mensuelle.    
 
Concernant  les  revenus  étrangers,  sous  réserve  de  conventions  de  double  imposition,  tous  les  
revenus   sont   imposables.   Si   les   revenus   tirés   d’activités   exercées   à   l’étranger,  
d’établissements   permanents   et   de   biens   immobiliers   situés   à   l’étranger   sont   exonérés,   ils  
sont   pris   en   compte   dans   la   définition   du   taux   imposable.   Lorsqu’un   allègement   est   possible  
en  raison  d’une  double  imposition,  il  est  généralement  accordé  sous  forme  de  crédit  d’impôt.    
   
 
Après   avoir   présenté   les   deux   systèmes   fiscaux,   il   est   clair   que   le   grand   nombre   de   taxes,  
d’impôts,   de   contributions,   de   déductions   ainsi   que   d’exonérations   compliquent   la  
compréhension   du   système   fiscal   français.   Il   est   très   difficile   d’effectuer   soit   même   les  
déclarations   d’impôts,   souvent   les   contribuables   ont   recours   à   des   spécialistes   et   des  
fiscalistes.   L’administration   fiscale   française   alloue   d’ailleurs   un   budget   très   élevé   pour   le  

25  
 
contrôle  des  redevables  et  de  leurs  déclarations.  Dans  un  système  proportionnel  en  revanche,  
ce  budget  est  moins  important  et  peut  être  affecté  à  d’autres  missions  plus  importantes.    Dans  
le  système  russe,  la  réforme  des  années  2000  a  simplifié  le  système  fiscal  et  les  procédures  de  
déclarations  d’impôts.  Même  si  ce  système  fiscal  n’est  pas  complétement  (Flat  Tax)  comme  
proposé  par  ses  précurseurs  Robert  E.Hall  et  Alvin  Rabushka.    
 
Nous  avons  donc  parlé  de  la  progressivité  et  la  proportionnalité  de  l’impôt.  Pour  cela,  nous  
avons  comparé  le  système  fiscal  français  avec  un  impôt  sur  le  revenu  progressif,  et  le  système  
fiscal  russe  avec  un  impôt  sur  le  revenu  proportionnel.  Mais  qu’est-­‐ce  la  vraie  définition  d’un  
système   fiscal   proportionnel   ?   Qu’est-­‐ce   la   flat   Tax   ?   Quelle   est   le   réel   objectif   de   la   mise   en  
place  d’une  telle  réforme  ?  Nous  allons  aborder  ces  questions  en  profondeur  dans  la  partie  
suivante.    

III. La  Flat  tax  


 
A. La  flat  tax  de  Hall  &  Rabushka    
 
Le   professeur   Alvin   Rabushka   est   un   spécialiste   de   la   politique   fiscale,   des   systèmes  
d’imposition  comparatifs  et  des  divers  problèmes  de  financement  de  l’économie.  L’un  de  ces  
premiers  travaux,  un  des  plus  connus  est  dans  le  film  «  Hong  Kong  –  A  Story  of  Freedom  and  
Progress   »   où   il   présenta   ses   recherches   sur   l’analyse   de   l’impôt   proportionnel   de   15%  
introduit  à  Hong  Kong.  Après  cela,  Rabushka  à  commencer  à  développer   l’idée  de  cet  impôt  
simple  et  proportionnel.  En  1985,  Rabushka  publia  avec  Robert  E.Hall  le  livre  «  The  Flat  Tax  ».  
Après   de   nombreuses   éditions,   ce   livre   devint   la   base   de   la   plupart   des   réformes   fiscales  
misant  sur  la  proportionnalité,  la  justice  et  la  simplification.    
 
Le  concept  de  la  flat  tax  est  ancien,  il  a  été  réactualisé  par  les  deux  économistes  américains  
Hall  &  Rabushka.  Ces  derniers  proposèrent  une  réforme  fiscale  basée  sur  l’impôt  à  taux  unique  
aux   Etats-­‐Unis.  L’impôt   à   taux   unique   viendra   corriger   les   erreurs   de   l’impôt   progressif.   Pour  
ces   auteurs,   la   progressivité   tue   l’initiative   et   décourage   le   travail,   elle   incite   à   la   fraude   et   à  
l’exil  et  elle  est  aussi  une  porte  ouverte  sur  l’arbitraire  et  la  discrimination,  car  dès  qu’elle  est  
admise,  il  n’y  a  plus  de  bornes  ni  de  limites  à  celle-­‐ci.    
 
Dans  cette  partie  nous  allons  présenter  l’idée  théorique  de  la  proposition  de  Hall  &  Rabushka,  
ainsi  que  les  avantages  et  les  inconvénients  d’une  réforme  d’une  telle  ampleur.    
 
a. L’idée  théorique  de  Hall  &  Rabushka    
 
Afin  de  mieux  étudier  et  comprendre  la  proposition  et  l’idée  théorique  de  Hall  &  Rabushka,  
nous   nous   sommes   appuyés   sur   l’introduction   de   Jean-­‐Philippe   Delsol   et   Pierre   Garello   de   la  
traduction   et   l’explication   du   fameux   livre   «   The   flat   Tax   »   de   ces   deux   économistes  
américains.   Cette   traduction   est   publiée   par   l’European   Center   of   Austrian   Economics  
Foundation  (ECAEF)  et  porte  le  nom  de  :  «  La  Flat  Tax,  la  révolution  fiscale  ».    
 
Dans  le  livre  de  Hall  &  Rabushka,  les  auteurs  présentent  :  l’impôt  fédéral  sur  le  revenu  aux  
Etats-­‐Unis,  une  réponse  à  la  question  de  l’impôt  équitable,  la  proposition  de  la  déclaration  
carte  postale  que  comprend  la  flat  Tax  et  enfin  l’impact  de  la  flat  Tax  sur  l’économie.  Nous  

26  
 
allons  donc  aborder  ensemble  ces  sujets  mais  en  les  adaptant  à  notre  étude  qui  se  concentre  
uniquement  sur  les  systèmes  fiscaux  français  et  russe.    
 
1. L’impôt  fédéral  sur  le  revenu  :    
 
Les  auteurs  Hall  &  Rabushka  ont  voulu  montrer  les  limites  de  l’impôt  fédéral  sur  le  revenu  et  
sa  complexité.  Dans  cette  partie  nous  allons  reprendre  quelques  explications  de  ces  auteurs,  
sachant   que   ces   explications   sont   applicables   et   transposables   au   système   d’impôt   sur   le  
revenu  en  France.  
 
Pour   Hall   &   Rabushka,   l’impôt   fédéral   est   inefficace,   inéquitable,   complexe   et  
incompréhensible,   de   ce   fait,   il   décourage   le   travail   et   la   production   du   capital,   encourage  
l’évitement   fiscal   et   la   fraude.   Cet   impôt   possède   un   coût   budgétaire   énorme   et   de   plus   il  
coûte   des   milliards   d’euros   à   l’économie   en   production   de   biens   et   services   perdus   car   les  
contribuables   investissent   de   nos   jours   plus   pour   des   raisons   fiscales   afin   d’obtenir   des  
avantages  fiscaux  au  lieu  de  raisons  purement  économiques.    
 
C’est  également  le  cas  lorsque  l’on  parle  de  l’IR  :  beaucoup  de  contribuables  font  appel  à  des  
spécialistes   en   gestion   de   patrimoine,   à   des   fiscalistes,   ou   encore   à   des   spécialistes   en  
défiscalisation  afin  de  diminuer  leurs  revenus  imposables.    
 
Pour   aborder   le   thème   des   coûts   de   l’impôt   fédéral   sur   le   revenu,   ce   dernier   provoque   deux  
coûts  énormes  :    
-­‐ Les  coûts  de  conformité  directs  :  
o Tenue  des  comptes  
o Information  sur  les  conditions  fiscales    
o Préparations,  copies,  envoi  de  formulaires  
o Audits  et  correspondances  
o Erreurs  de  traitement  et  litiges    
o Application  des  lois  et  perceptions  des  impôts  
-­‐ Les  pertes  économiques  indirectes  dues  aux  désincitations  
o Entreprises  non  créées  pour  cause  de  taux  d’impôt  élevés    
o Entreprises  qui  n’ont  pas  étendu  leurs  activités  à  cause  de  la  fiscalité    
o Baisse  des  investissements  productifs    
 
Les   coûts   de   conformité   directs   peuvent   être   calculés   et   montrent   des   chiffres  
impressionnants  dans  l’étude  de  Hall  &  Rabushka  sur  l’impôt  fédéral  sur  le  revenu,  les  pertes  
économiques   indirectes   ne   peuvent   pas   être   estimées   facilement.   Mais   nous   considérons,   là  
aussi,   ces   pertes,   d’une   valeur   très   importante   et   en   défaveur   de   l’économie   et   son  
développement.  Ces  coûts  existent  aussi  de  façon  conséquente  dans  le  système  français  et  
dans  l’impôt  sur  le  revenu.  
 
Hall   &   Rabushka   indiquent   que   le   fait   de   ne   pas   payer   d’impôts   sur   des   activités   légales  
constitue  environ  90%  des  impôts  non  payés  et  que  les  sources  principales  de  fraude  sont  les  
suivantes  :  la  sous-­‐déclaration  du  revenu,  l’exagération  des  déductions,  le  non-­‐paiement  et  la  
non-­‐déclaration.  Ces  fraudes  existent  dans  des  systèmes  d’imposition  complexes  comme  par  
exemple  le  système  fiscal  américain  et  le  système  fiscal  français.    

27  
 
La  complexité  des  déclarations  d’impôts  ainsi  que  les  taux  très  élevés  d’imposition  incitent  les  
contribuables  à  la  fraude  fiscale.  Pour  Hall  &  Rabushka,  une  réforme  du  système  fiscal  et  une  
mise  en  place  d’une  Flat  Tax,  provoquerait  la  diminution  de  la  fraude  fiscale.    
 
Au  sujet  de  l’évitement  fiscal,  il  est  important  de  définir  les  termes  tels  que  niches  fiscales,  
dépenses   fiscales,   crédits   d’impôts,   exemptions   d’impôts,   déductions,   abattements,   etc.   Il  
existe  dans  le  code  fiscal  américain  ainsi  que  dans  le  code  fiscal  français  un  grand  nombre  de  
possibilités  d’optimiser  son  impôt.  Et  paradoxalement  lorsqu’on  est  riche,  il  est  possible  et  
plus  facile  d’utiliser  toutes  ces  «  failles  »  pour  payer  beaucoup  moins  voire  pas  d’impôts.    
Pour  Hall  &  Rabushka,  la  meilleure  façon  pour  réduire  ou  éliminer  l’évitement  fiscal  est  de  
réduire  les  taux  d’imposition  ce  qui  encourage  les  contribuables  à  se  focaliser  sur  du  travail  
ou  de  l’investissement  productif  plutôt  que  sur  des  mesures  de  réductions  d’impôts.  Dans  la  
proposition  de  Flat  Tax  de  nos  auteurs,  l’élimination  de  l’évitement  fiscal  vient  aussi  par  la  
suppression  des  réductions,  des  déductions,  des  exonérations  et  des  crédits  d’impôts.  Dans  le  
système  adoptant  la  Flat  Tax  tous  ces  moyens  d’évitement  fiscal  seront  supprimés.    
 
Nous  avons  donc  présenté  les  inconvénients  de  l’impôt  fédéral  sur  le  revenu  aux  Etats-­‐Unis  et  
ces  inconvénients  sont  largement  transposables  au  système  fiscal  en  France.  L’administration  
fiscale  en  France  dépense  des  sommes  énormes  d’argent  pour  essayer  de  combattre  la  fraude  
fiscale   et   l’évitement   fiscal.   Cependant,   il   est   important   de   préciser   que   dans   un   système   de  
Flat  Tax,  ces  dépenses  seront  éliminées  et  pourront  être  affectées  à  d’autres  activités  plus  
essentielles.    
 
2. L’impôt  équitable  :  
 
Les   adversaires   de   la   Flat   Tax   ne   contestent   que   très   rarement   la   simplicité   ou   l’efficacité   de  
la  Flat  Tax,  car  ce  système  est  clairement  plus  simple.  L’argument  avancé  est  que  ce  nouveau  
système  serait  un  cadeau  pour  les  riches  et  qu’il  serait  injuste  pour  les  pauvres  et  la  classe  
moyenne.    
Pour  les  opposants,  l’impôt  progressif  est  équitable  et  plus  juste  que  son  concurrent.  Mais  
comment  décrire  cet  impôt  comme  équitable  s’il  est  incompréhensible  ?  Qu’il  est  coûteux  et  
qu’il  requiert  l’aide  de  professionnels  pour  les  déclarations  fiscales  ?    Car  finalement,  on  peut  
dire   que   le   système   actuel   traite   les   contribuables   avec   des   revenus   similaires   de   façon  
différente  en  fonction  des  moyens  d’évitement  fiscaux  dont  ils  disposent.    
 
Hall   &   Rabushka   répondent   à   la   problématique   «   qu’est-­‐ce   que   l’équité   ?   »   de   la   façon  
suivante  :  «  Equitable  implique  la  notion  de  justice  dictée  par  la  raison,  la  conscience  et  un  
sens   naturel   de   ce   qui   est   correct   pour   toutes   les   parties   concernées,   en   d’autres   termes,  
absence  de  favoritisme,  détachement  qui  permet  un  jugement  impersonnel,  libre  de  toute  
émotion   forte   ».   L’idée   de   base   de   cette   définition   est   que   tout   le   monde   devrait   être   traité  
de  la  même  façon  devant  l’impôt,  et  que  rien  ne  montre  que  le  taux  d’imposition  fixe  soit  
inéquitable  ou  que  le  taux  d’imposition  progressif  soit  plus  équitable  que  le  taux  unique.  Etre  
traité   de   la   même   manière,   de   façon   juste   et   égale,   s’applique   bien   mieux   à   un   taux  
d’imposition   fixe   qu’à   un   système   contenant   des   taux   multiples,   car   ce   dernier   discrimine  
forcement  une  ou  des  classes  de  contribuables  en  comparaison  avec  les  autres  classes.    
Le   système   de   la   flat   Tax   propose   que   chaque   contribuable   paie   des   impôts   en   proportion  
directe  de  son  revenu,  lorsque  son  revenu  double,  triple  ou  décuple,  sa  charge  fiscale  double,  

28  
 
triple   ou   décuple.   Donc   le   fantasme   disant   que   dans   un   système   proportionnel,   les   riches  
paieront  les  mêmes  montants  d’imposition  que  les  pauvres  et  totalement  faux.  Avec  la  Flat  
Tax,  plus  on  est  riche,  plus  on  paye  l’impôt,  mais  proportionnellement  à  nos  revenus.    
 
Pour   comprendre   l’impôt,   il   est   important   d’expliquer   les   deux   notions   que   sont   :   le   taux  
moyen   ou   effectif   et   le   taux   marginal.   D’après   nos   deux   auteurs,   le   taux   d’imposition   moyen  
d’un  contribuable  est  la  part  de  son  revenu  qu’il  paie  en  impôts.  Pour  le  calculer,  il  suffit  de  
diviser  le  montant  d’impôts  payés  par  le  revenu.  Par  exemple,  1000  euros  payés  en  impôts  sur  
le   revenu   de   10   000   euros   nous   donne   un   taux   d’imposition   moyen   de   10%.   Le   taux  
d’imposition   marginal   s’applique   lui   au   dernier   euro   gagné.   Si   la   personne   gagnant   10   000  
euros  gagne  maintenant  11  000  euros  et  doit  alors  payer  1200  euros  en  impôts,  l’impôt  sur  
les   1000   euros   supplémentaires   est   de   200   euros.   Le   taux   d’imposition   marginal   est   donc   de  
20%,   alors   que   le   taux   moyen   dans   cet   exemple   est   de   10,9%.   La   charge   fiscale   de   cette  
personne  monte  à  10,9%  mais  elle  fait  face  à  un  taux  d’imposition  marginal  de  20%  sur  la  
dernière  tranche  de  revenu.    
Il   est   important   de   savoir   que   selon   Hall   &   Rabushka,   c’est   le   taux   marginal   qui   définit   les  
incitations  du  contribuable.  Ce  taux  détermine  si  le  contribuable  décide  ou  non  d’effectuer  
des   heures   supplémentaires   de   travail,   va   chercher   ou   non   des   moyens   d’échapper   aux  
impôts,  tricher  sur  ses  impôts  ou  effectuer  plus  de  loisirs  et  moins  de  travail.    
 
Il   est   important   de   préciser   que   pour   qu’un   système   fiscal   soit   progressif,   il   n’est   pas  
nécessaire  d’avoir  des  taux  progressifs  par  tranche  de  revenus.  La  proposition  d’une  Flat  Tax  
peut-­‐elle  même  être  un  système  progressif  si  elle  est  couplée  avec  un  abattement  pour  les  
contribuables  aux  faibles  revenus  et  d’imposer  les  revenus  aux  delà  de  cet  abattement  à  un  
taux  unique.  
Le  système  progressif  français  peut  en  réalité,  ressembler  à  un  système  dégressif,  et  ceci  car  
il   offre   aux   contribuables   à   haut   revenu   de   nombreuses   opportunités   pour   profiter   des  
déductions,  des  réductions  et  des  exonérations  pour  réduire  leurs  taux  d’imposition  moyens  
en  dessous  de  ceux  des  familles  à  bas/moyens  revenus  qui  n’ont  pas  accès  à  ces  réductions.    
 
Dans  la  proposition  de  Hall  &  Rabushka,  on  parle  de  l’impôt  sur  la  consommation,  qui  est  un  
impôt   sur   la   dépense   plutôt   que   sur   le   revenu.   Cet   impôt   exempte   l’investissement   et  
l’épargne  des  impôts,  ce  qui  encouragerait  l’épargne  et  stimulerait  l’accumulation  de  capital.    
La   justification   de   cet   impôt   se   trouve   dans   son   incitation   à   épargner   et   investir,   car   déduire  
l’investissement  de  l’assiette  fiscale  revient  donc  à  exempter  l’épargne.    
 
3. La  déclaration  carte  postale  :  
 
Dans  cette  partie,  nous  allons  présenter  le  plan  du  système  fiscal  proposé  par  Hall  &  Rabushka.  
Ce  système  imposerait  le  revenu  à  un  taux  incroyablement  bas  :  19%.  Les  auteurs  pensent  que  
ce   taux   bas,   suffirait   à   prélever   les   mêmes   recettes   fiscales   que   le   système   actuel   et   ceci  
surtout   car   l’assiette   fiscale   sera   élargie.   Cet   impôt   sera   équitable   grâce   à   ce   taux  
proportionnel,   et   il   sera   aussi   progressif   car   les   bas   revenus   seront   épargnés   par   l’impôt.   Les  
auteurs  insistent  en  disant  que  ce  système  sera  simple  et  compréhensible,  et  il  fonctionnera  
selon   le   principe   d’un   impôt   sur   la   consommation,   c’est-­‐à-­‐dire   que   les   familles   seraient  
imposées  sur  ceux  qu’elles  sortent  du  circuit  économique  et  non  sur  ce  qu’elles  y  font  entrer.    
 

29  
 
La  Flat  tax  proposée  par  nos  auteurs  s’applique  tant  aux  entreprises  qu’aux  individus,  mais  le  
système  prévoit  deux  formulaires  fiscaux  séparés  :  un  pour  les  revenus  professionnels  et  un  
pour  les  revenus  salariaux.    
Premièrement,   l’impôt   sur   les   revenus   professionnels   remplacera   l’actuel   impôt   sur   les  
revenus   des   sociétés   mais   il   s’appliquera   à   toutes   les   entreprises   et   non   uniquement   aux  
sociétés.  Il  couvrira  également  le  revenu  sous  forme  d’intérêts,  qui  relève  actuellement  de  
l’impôt  sur  le  revenu  des  particuliers.    
Deuxièmement,   l’impôt   sur   les   revenus   salariaux   concernera   chaque   famille,   elle   paiera   19%  
de  ses  salaires  et  retraites  au-­‐delà  d’un  abattement  familial.  Cet  abattement  rendra  le  système  
plus  progressif.  Cet  impôt  sur  les  revenus  salariaux  ne  s’appliquera  qu’aux  salaires  et  retraites  
privées  alors  que  l’actuel  impôt  sur  le  revenu  des  particuliers  inclut  le  revenu  des  entreprises  
non-­‐incorporées,   les   dividendes,   les   intérêts,   les   loyers   et   de   nombreux   autres   types   de  
revenus   qui   seront   imposés   en   tant   que   revenu   professionnel.   Le   changement   rendra   la  
collecte   plus   efficace   puisqu’on   va   imposer   le   revenu   professionnel   à   son   origine,   plutôt   que  
d’espérer  le  capturer  à  sa  destination.  C’est  pourquoi  l’impôt  sur  les  revenus  professionnels  
devrait   rapporter   tant   de   recettes   supplémentaires   par   rapport   à   l’actuel   impôt   sur   les  
sociétés.  Pour  information,  les  deux  formulaires  fiscaux  du  système  proposé  seront  de  la  taille  
«  d’une  carte  postale  ».    
   
En  ce  qui  concerne  l’abattement  familial,  Hall  &  Rabushka  proposent  un  abattement  de  22  
500   $   pour   une   famille   de   4   personnes   pour   l’année   1995   et   pour   l’impôt   fédéral   américain.  
De   nos   jours   cet   abattement   sera   évidemment   un   peu   supérieur   et   différent   si   l’on   souhaite  
appliquer   la   Flat   Tax   en   France.   Pour   le   formulaire   de   l’impôt   sur   les   revenus   salariaux,   le  
contribuable   devrait   déclarer   le   total   de   ses   salaires   et   retraites,   calculer   l’abattement   en  
fonction   du   nombre   de   personnes   à   charge   et   de   l’Etat   civil,   le   soustraire   au   revenu,   puis  
multiplier  le  revenu  imposable  par  le  taux  de  19%  afin  d’obtenir  le  montant  d’impôt  à  payer.  
Pour  les  caractéristiques  de  l’impôt  actuel,  un  grand  nombre  de  déductions  disparaîtraient,  y  
compris   les   déductions   pour   les   œuvres   de   bienfaisance,   les   déductions   des   intérêts  
hypothécaires,   les   impôts   sur   les   gains   en   capital,   les   impôts   sur   les   dividendes   et   les   impôts  
sur  les  intérêts.    
 
Pour   l’impôt   sur   les   revenus   professionnels,   cet   impôt   sera   prélevé   sur   tous   les   revenus  
provenant  d’une  entreprise  mais  pas  sur  des  revenus  qui  ont  d’autres  entreprises  pour  origine  
ou  sur  les  salaires  ou  retraites  payées  aux  employés.  C’est  l’impôt  que  les  propriétaires  des  
entreprises  doivent  sur  le  revenu  produit  par  l’entreprise.  Prélever  cet  impôt  à  la  source  évite  
l’une  des  principales  causes  de  pertes  fiscales  dans  le  système  actuel  :  des  intérêts  peuvent  
passer  par  de  nombreux  niveaux  où  ils  sont  invariablement  déduits  lorsqu’ils  sont  versés  mais  
souvent  non  déclarés  en  tant  que  revenus.    
Dans  ce  nouveau  système,  les  auteurs  souhaitent  mettre  fin  aux  complexités  des  déductions  
des   amortissements   mais   ces   derniers   seront   remplacés   par   une   mesure   de   plus   favorable   à  
l’accumulation   de   capital   :   la   déduction   immédiate   de   100%   de   toutes   dépenses  
d’investissement   la   première   année.   En   ce   qui   concerne   les   avantages   en   nature,   ils   sont  
complétement   exclus   du   système   actuel,   car   leurs   coûts   sont   déductibles   par   les   entreprises  
et   les   employés   ne   sont   pas   imposés   sur   leur   valeur.     Ces   derniers   seront   inclus   dans   le  
nouveau   système   fiscal   car   il   est   important   de   ramener   tous   les   types   de   revenu   dans   le  
système  fiscal  pour  avoir  des  taux  faibles.    
 

30  
 
Vous  trouverez  en  annexes  1  et  2  respectivement  le  formulaire  pour  l’impôt  sur  les  revenus  
salariaux  et  le  formulaire  pour  l’impôt  sur  les  revenus  professionnels  tels  qu’ils  ont  été  conçus  
par  Hall  &  Rabushka  dans  leur  ouvrage.    
 
4. La  Flat  tax  et  l’économie  :  
 
Une   réforme   fiscale   pour   installer   la   Flat   Tax   telle   que   proposée   par   Hall   &   Rabushka  
affecterait  l’économie  de  différentes  manières.  En  résumé,  la  Flat  Tax  sera  un  stimulant  de  
croissance,   elle   provoquera   une   augmentation   de   l’effort   du   travail,   elle   favorisera   la  
formation  de  capital  et  les  incitations  et  effort  entrepreneurial.    
 
La  Flat  Tax  un  stimulant  de  croissance  ?  Il  est  logique  qu’avec  un  taux  faible  et  uniforme  de  
19%,  il  y  ait  plus  d’incitations  au  travail  car  les  salaires  nets  seront  plus  élevés  et  ceci  stimulera  
l’effort  de  travail  et  augmentera  la  production  totale.  Même  le  niveau  global  d’investissement  
augmentera   et   se   tournera   vers   les   secteurs   les   plus   productifs   et   non   vers   les   secteurs  
souhaités  par  les  gouvernements.    
 
En  ce  qui  concerne  l’effort  de  travail,  Hall  &  Rabushka  ont  présenté  le  simple  exemple  des  
incitations   à   travailler   d’une   femme   mariée   à   un   homme   avec   une   bonne   rémunération.   Ces  
incitations  sont  fortement  réduites  dans  le  système  actuel  avec  les  impôts  élevés.  Et  cela  vaut  
aussi  pour  le  mari  lui  même,  car  on  prend  en  compte  la  part  d’un  euro  supplémentaire  de  
revenu   qu’ils   pourront   conserver   après   impôts.   Avec   l’impôt   sur   le   revenu   américain   ou  
l’impôt  sur  le  revenu  français  et  les  déclarations  communes,  le  revenu  marginal  après-­‐impôts  
de  la  femme  ou  du  mari  sera  toujours  le  même,  quelle  que  soit  la  façon  dont  les  revenus  sont  
partagés  entre  eux.    
On  en  déduit  simplement  qu’avec  des  taux  d’imposition  marginaux  plus  faibles,  les  femmes  
mariées  qui  ne  travaillent  pas  souhaiteraient  plus  accéder  au  marché  du  travail,  dans  le  même  
temps,   leur   conjoint   fera   plus   d’efforts   de   travail   afin   d’augmenter   leurs   revenus.   On   peut  
également  prendre  l’exemple  des  personnes  qui  prennent  une  retraite  anticipée  à  cause  des  
taux  d’imposition  élevés.  Avec  le  nouveau  système,  ces  derniers  seront  intéressés  à  continuer  
de   travailler   et   non   l’inverse.   L’augmentation   de   l’effort   de   travail   provoquera   surement  
l’augmentation  de  l’assiette  fiscale.    
 
Pour  la  formation  du  capital,  il  est  important  de  signaler  que  l’un  des  plus  grands  défauts  du  
système  actuel  se  trouve  dans  la  double  imposition  des  revenus  professionnels  gagnés  dans  
les  entreprises  et  versés  aux  actionnaires.  Cette  double  imposition  réduit  l’incitation  à  créer  
de  nouvelles  entreprises  dans  les  secteurs  à  risque  où  le  financement  par  endettement  n’est  
pas  disponible.  Inversement,  le  système  actuel  n’impose  pas  les  investissements  qui  peuvent  
être   financés   par   endettement.   Le   résultat   est   une   distorsion   énorme   des   incitations   en  
défaveur  des  activités  entrepreneuriales  et  en  faveur  d’activités  peu  risquées,  financées  par  
l’endettement.  La  Flat  Tax  mettra  fin  à  ce  problème,  car  elle  contient  une  incitation  unique  
pour   tous   les   types   d’investissements   quel   soit   le   risque   de   ces   investissements.   Le   nouveau  
système  permettra  une  déduction  immédiate  des  investissements  et  ceci  représente  un  grand  
encouragement  à  l’investissement.    
 
Lors   de   leurs   études,   Hall   &   Rabushka   ont   appuyé   leurs   analyses   avec   des   chiffres   et   des  
projections.   Pour   notre   part,   nous   n’allons   pas   trop   rentrer   dans   les   détails   surtout   car   nous  

31  
 
étudions  le  système  français  et  non  le  système  américain,  mais  aussi  car  ces  études  datent  de  
la  fin  des  années  1990.  Dans  notre  étude  on  présentera  simplement  la  proposition  de  Hall  &  
Rabushka  avec  leurs  idées  et  leurs  plans,  afin  de  comprendre  au  mieux  l’idée  de  Flat  Tax  ainsi  
que  son  impact  probable  sur  l’économie.    
Dans  notre  prochaine  partie,  nous  allons  présenter  les  nombreux  avantages  de  la  Flat  Tax  ainsi  
que  les  quelques  inconvénients  et  craintes  d’une  réforme  de  cette  ampleur.    
 
b. Avantages  et  inconvénients  de  la  théorie  de  Hall  &  Rabushka  
 
Dans   cette   partie,   nous   allons   d’abord   présenter   les   avantages   de   la   proposition   de   Hall   &  
Rabushka,  nous  allons  parler  non  seulement  les  avantages  cités  par  ces  auteurs,  mais  aussi  
d’autres  conséquences  positives  qui  peuvent  s’ajouter  à  la  proposition.  Ensuite,  nous  allons  
discuter   des   inconvénients   de   cette   proposition,   inconvénients   ou   plutôt   craintes,   qui  
viennent  surtout  des  personnes  qui  doutent  de  la  réussite  d’un  tel  projet,  précisément  au  tout  
début  de  la  réforme  et  de  l’installation  de  la  Flat  Tax.    
 
1. Avantages  de  la  Flat  Tax  :  
 
-­‐ L’impôt   progressif   réduit   l’investissement   et   le   travail   avec   ses   taux   élevés,   ce   qui   est  
payé  à  l’Etat  ne  peut  être  investi  par  les  contribuables.  Ce  système  fait  fuir  les  individus  
et   les   entreprises   vers   l’étranger,   et   une   économie   nationale   sans   ses   meilleurs  
investisseurs   ne   dure   pas.   La   Flat   Tax   et   son   taux   réduit   ainsi   que   sa   simplification   de  
la  fiscalité,  augmentent  les  incitations  au  travail,  les  investissements  et  les  créations  
d’entreprises.  La  Flat  Tax  permet  de  garder  les  meilleurs  investisseurs  dans  le  pays.  
 
En   guise   d’exemple,   il   suffit   de   regarder   le   nombre   de   sociétés   françaises   qui  
s’intéressent  de  plus  en  plus  à  produire  ou  même  déplacer  leurs  usines  et  entreprises  
dans  des  pays  fiscalement  avantageux,  comme  par  exemple  les  grandes  entreprises  
qui  se  sont  installées  en  Slovaquie  après  la  réforme  fiscale  de  2004,  on  verra  plus  en  
détail  le  cas  de  la  Slovaquie  dans  notre  prochaine  partie.    
 
-­‐ Les   gains   économiques   dans   un   système   basé   sur   la   Flat   Tax   peuvent   provenir   de  
plusieurs  sources  :  le  passage  de  l’assiette  fiscale  du  revenu  à  la  consommation,  une  
assiette  fiscale  plus  globale,  des  coûts  de  mise  en  conformité  réduits  et  la  réduction  
des  incitants  à  l’évasion  ou  la  fraude  fiscale.  
 
-­‐ La   Flat   Tax   réduit   la   capacité   et   la   possibilité   des   gouvernements   de   manipuler   la  
fiscalité   et   changer   les   reflexes   initiaux   des   investisseurs.   La   Flat   Tax   empêche   le  
gouvernement   de   s’interférer   dans   tous   les   secteurs   de   la   vie   économique   et   sociale.  
Le  nouveau  système  annulera  les  réductions  fiscales  pour  les  «  bonnes  causes  »,  ces  
«   bonnes   causes   »   qui   changent   toutes   les   années   et   à   chaque   fois   qu’un   nouveau  
gouvernement  passe  au  pouvoir.  Le  nouveau  système  supprimera  aussi  les  exemptions  
et  les  crédits  d’impôts  prévus  pour  certains  groupes  sociaux,  il  supprimera  aussi  les  
charges   fiscales   atténuées   pour   encourager   des   investissements   spéciaux   et   aussi   les  
charges   fiscales   accrues   pour   décourager   certains   types   d’investissements.   Dans   le  
nouveau  système,  l’Etat  ne  peut  plus  changer  les  règles  du  jeu  et  le  gouvernement  
perdra  son  statut  d’interventionniste.  

32  
 
Il   suffit   de   voir   en   France   le   nombre   impressionnant   de   solution   de   défiscalisations  
existantes.   Ces   dernières   représentent   une   façon   légale   pour   que   les   contribuables  
payent  moins  d’impôts  afin  de  financer  des  secteurs  soutenus  par  l’Etat.  On  pense  par  
exemple   à   la   loi   Girardin   et   les   investissements   Outre-­‐Mer.   Dans   le   nouveau   système  
ce  type  de  réforme  n’existera  plus  et  l’économie  fonctionnera  sans  tutelle  selon  l’offre  
et  la  demande  des  investisseurs  et  du  marché  et  non  selon  des  avantages  fiscaux  fixés  
par  les  gouvernements  successifs.    
 
-­‐ La   Flat   Tax   permettra   une   plus   grande   transparence   du   système   fiscal,   tous   les  
mécanismes  onéreux,  qui  visaient  à  identifier  les  niches  fiscales  et  les  failles  fiscales  du  
système,   perdront   leur   raison   d’être.   Sans   l’existence   de   ces   niches   et   failles   fiscales,  
tous  les  contribuables,  quels  que  soient  leurs  revenus,  se  trouveront  à  égalité  devant  
la   fiscalité.   Dans   ce   nouveau   système,   tous   les   efforts   visant   à   contourner   l’impôt,  
disparaîtront,  et  un  gain  de  temps  considérable  sera  réalisé.    
 
Par  exemple,  un  spécialiste  en  gestion  de  patrimoine,  qui  effectue  à  un  moment  de  
l’année   les   déclarations   d’impôts   de   leurs   clients,   avec   le   nouveau   système,   les  
déclarations  d’impôts  seront  beaucoup  plus  simples  à  réaliser.  Ces  gestionnaires  de  
patrimoine   ne   consacreront   plus   un   grand   nombre   d’heures   pour   les   déclarations  
d’impôts  et  pourront  ainsi  consacrer  ce  temps  là  à  d’autres  activités  plus  utiles  pour  
l’économie,   comme   par   exemple   les   investissements   sur   les   marchés   financiers,   les  
investissements  immobiliers  etc.      
 
-­‐ L’administration   fiscale   coûte   très   cher,   le   combat   contre   la   fraude   fiscale   et   les  
mauvaises  déclarations  etc.  Avec  La  Flat  tax,  et  grâce  à  la  simplification  du  système,  
l’administration   fiscale   n’aura   plus   besoin   d’un   grand   nombre   d’employés   et   de  
beaucoup  de  ressources  financières  afin  d’effectuer  son  travail.  Ainsi,  les  effectifs  de  
cette   administration   pourront   être   redéployés   vers   les   secteurs   productifs   de  
l’économie.    
 
Dans  notre  système  actuel  il  y  a  un  grand  nombre  de  fonctionnaires  dans  le  ministère  
des   Finances,   répartis   dans   plusieurs   administrations   :   l’administration   de   la   fiscalité,  
l’administration   des   douanes   et   accises,   l’administration   de   la   perception   et   du  
recouvrement   (collecte   d’impôt),   l’administration   de   la   lutte   contre   la   fraude,  
l’administration  de  la  documentation  patrimoniale  et  l’administration  de  la  trésorerie.  
Dans  notre  nouveau  système,  ce  nombre  de  fonctionnaires  pourrait  être  grandement  
réduit,  et  ces  fonctionnaires  du  service  public  pourraient  être  redéployés  vers  d’autres  
services  publics  qui  nécessitent  plus  de  fonctionnaires.    
 
-­‐ La  question  récurrente  lorsque  l’on  discute  de  la  Flat  Tax  est  la  suivante  :  Est-­‐ce  que  la  
mise  en  place  d’une  telle  réforme  réduira  le  revenu  fiscal  de  l’Etat  ?  Au  vu  des  recettes  
fiscales,   la   baisse   des   taux   est   compensée   par   l’accroissement   de   l’assiette   et   la  
suppression  de  déductions,  de  réductions  et  de  crédits  d’impôts.  La  simplification  et  la  
baisse  des  impôts  signifient  que  le  travail  deviendra  plus  attrayant,  et  qu’il  y  aura  une  
relance  au  niveau  de  l’innovation  et  de  l’investissement,  une  baisse  du  marché  illégal  
et  du  marché  noir.  Le  nouveau  système  fiscal  collectera  surement  des  recettes  fiscales  

33  
 
proches  de  celles  du  système  actuel,  mais  il  permettra  aussi  la  relance  de  l’économie  
et  du  travail.    
 
Dans   notre   système   actuel,   il   existe   une   grande   perte   fiscale   due   à   cause   des  
déductions,  des  exonérations,  des  crédits  d’impôts  mais  aussi  de  la  défiscalisation.  Ces  
avantages  bénéficient  souvent  aux  plus  riches  car  ces  derniers  profitent  de  l’aide  de  
spécialistes  lors  de  leurs  déclarations  d’impôts.  Dans  le  nouveau  système,  en  annulant  
tous   ces   avantages,   les   recettes   fiscales   augmenteront   évidemment.   Ces   dernières  
augmenteront  aussi  car  l’assiette  fiscale  sera  élargie.    
 
-­‐ Si  l’on  prend  l’exemple  des  pays  qui  ont  adoptés  une  Flat  Tax  :  Hong  Kong,  la  Lituanie,  
l’Estonie,  la  Slovaquie,  la  Roumanie,  et  évidemment  la  Russie.  On  peut  voir  que  ces  
pays   ont   tous   profité   d’une   meilleure   santé   économique   après   l’installation   d’un  
système  avec   une   Flat  Tax.  Cela  s’est   traduit   dans  quasi   tous   ces   pays   par   une   baisse  
du  taux  de  chômage,  une  augmentation  du  PIB,  une  augmentation  de  la  croissance  et  
de  nombreuses  retombées  économiques  positives.  Le  fait  qu’aucun  de  ces  pays  ne  soit  
revenu   vers   un   système   d’imposition   progressif   est   suffisamment   révélateur   des  
retombées  économiques  positives  de  la  mise  en  place  d’une  Flat  Tax  (l’exemple  de  la  
Slovaquie   et   sa   deuxième   réforme   sera   présenté   plus   tard   dans   notre   étude).  
L’adoption  d’un  tel  système  permet  au  pays  d’avoir  un  avantage  fiscal  très  important  
par  rapport  aux  pays  concurrents  qui  ont  une  pression  fiscale  plus  forte  en  général.  
 
2. Inconvénient  et  craintes  liées  à  la  Flat  Tax  :  
 
-­‐ Dans  l’étude  de  Hall  &  Rabushka,  il  est  démontré  que  les  contribuables  deviennent  
plus  honnêtes  avec  la  Flat  Tax,  mais  est-­‐ce  que  cela  s’appliquera  toujours  de  nos  jours  ?  
Beaucoup   de   personnes   ne  font  plus   confiance   à   l’Etat,   et  pourront   voir   dans   cette  
réforme   des   nouveaux   inconvénients   et   critiques.   Il   serait   important   de   voir   si   les  
fraudes  fiscales  baisseront  vraiment  avec  une  réforme  pareille,  car  à  mon  sens,  sans  
confiance,  la  fraude  existera  toujours  et  ne  diminuera  pas.    
 
-­‐ Le  lien  entre  les  réformes  fiscales  et  la  croissance  économique  est  toujours  compliqué  
à  établir,  et  les  estimations  resteront  toujours  des  estimations.  Il  est  toujours  difficile  
d’affirmer  quelles  sont  les  raisons  principales  de  la  croissance  économique.    
 
-­‐ Le   principe   d’équité   incarné   par   le   Flat   Tax   est   que   chaque   contribuable   paie   des  
impôts   en   proportion   directe   de   son   revenu.   On   parle   d’équité   horizontale.   De   nos  
jours,   la   majorité   des   systèmes   fiscaux   défendent   l’impôt   progressif   en   parlant   d’une  
nouvelle   norme   d’équité,   l’équité   verticale.   L’équité   verticale   préconise   la   capacité  
contributive,  c’est-­‐à-­‐dire  que  chaque  contribuable,  plus  ses  revenus  augmentent,  plus  
il  doit  payer  des  impôts,  c’est  l’idée  initiale  de  l’impôt  progressif.  Dans  les  esprits  de  
ceux   qui   ont   introduit   cette   nouvelle   norme   d’équité   dans   la   société,   il   serait   très  
compliqué   d’accepter   un   retour   en   arrière   des   choses,   ces   personnes   défendront  
toujours  l’impôt  progressif  pour  de  simples  raisons  d’opinions.  Pour  la  gauche  et  les  
partisans   du   système   d’imposition   progressif,   il   est   nécessaire   que   les   plus   riches  
payent   plus   d’impôts   que   les   pauvres,   cette   idée   est   essentielle   dans   leur   idéologie  
mais  n’entre  pas  forcément  dans  le  détail  du  système  fiscal.    

34  
 
-­‐ Qu’en  est-­‐il  de  la  question  sur  le  favoritisme  des  riches  avec  ce  nouveau  système  ?  Si  
l’on  compare  à  un  impôt  fortement  progressif,  la  réponse  est  oui  cet  impôt  favorise  
les   hauts   revenus.   Bien   que   cette   réforme   permette   la   relance   de   la   machine  
économique,  la  création  d’emplois  et  accroisse  les  recettes  fiscales,  il  y  aura  toujours  
des  opposants  car  les  riches  paieront  moins  d’impôts.  Malheureusement,  la  société  
préfère  pointer  du  doigt  les  riches,  en  se  plaignant  de  la  réussite  d’autrui,  au  lieu  de  se  
concentrer   sur   soi-­‐même,   d’augmenter   sa   charge   personnelle   de   travail,   afin  
d’atteindre  les  objectifs  financiers  souhaités.  Une  réforme  fiscale  ne  peut  pas  changer  
les  idéologies  du  jour  au  lendemain.  C’est  pour  cela  qu’une  réforme  de  cette  ampleur  
peut  provoquer  un  choc  dans  le  pays.    
 
-­‐ Pour  une  réforme  de  cette  taille,  le  pays  aura  besoin  d’une  période  de  transition,  qui  
peut  aller  jusqu'à  plusieurs  années.  Pour  la  simple  raison  de  l’existence  de  contrat  avec  
avantages   fiscaux   qui   ne   pourront   pas   être   annulés   du   jour   en   lendemain.   Le  
contribuable  qui  a  signé  un  contrat  Girardin  qui  lui  permet  de  diminuer  ces  impôts  sur  
plusieurs   années   ne   va  pas   accepter  que   ces   avantages   soient   supprimés.   Le   risque  
serait  une  défiance  générale  vis-­‐à-­‐vis  de  l’Etat  et  la  création  d’une  instabilité  politique.  
Cette  période  de  transition  peut  ne  pas  montrer  les  bienfaits  de  la  Flat  Tax  à  court  
terme.  Dans  un  système  fiscal  complexe  comme  celui  existant  en  France  de  nos  jours,  
cette  période  de  transition  sera  longue  et  déformera  l’objectif  initial  de  la  Flat  Tax.    
 
-­‐ Un   des   reproches   des   opposants   à   la   Flat   Tax   est   que   le   nouveau   système   fiscal  
transfèrera   la   plus   grande   charge   fiscale   des   riches   vers   la   classe   moyenne,   car   le  
système  fiscal  devra  tout  de  même  garder  sa  capacité  redistributive.  Mais  là  aussi,  il  
est  important  de  se  souvenir  que  dans  le  nouveau  système,  ni  le  contribuable  riche,  ni  
le   contribuable   de   classe   moyenne   ne   pourrait   profiter   d’avantages   fiscaux   afin  
d’alléger  sa  charge  fiscale,  la  loi  s’appliquera  à  tout  le  monde  d’une  façon  équitable.  
     
-­‐ Il   est   important   de   préciser,   qu’une   réforme   fiscale,   aussi   réussite   qu’elle   soit,   ne  
pourra  pas  à  elle  seule  remédier  à  tous  les  problèmes  de  la  société  et  de  l’économie.  
La  réussite  d’une  réforme  fiscale  ne  peut  avoir  lieu  dans  le  cas  de  crise  économique  ou  
de   crise   nationale   dans   un   pays.   La   réussite   d’une   réforme   fiscale   s’accompagne  
forcément  de  plusieurs  facteurs  économiques.  C’est  pour  cela  qu’à  ce  jour,  nous  ne  
pouvons   pas   simplement   attribuer   tous   les   crédits   à   la   réforme   et   ne   pas   prendre   en  
considération   l’état   du   marché   et   de   l’économie.   C’était   le   cas   par   exemple   de   la  
réforme  russe  dans  les  années  2000  où  tous  les  économistes  ne  cessent  de  répéter  
que  la  croissance  de  l’économie  a  elle  aussi  joué  un  rôle  très  important  dans  la  réussite  
de  la  réforme  fiscale.    
 
Après  avoir  présenté  les  avantages  et  les  inconvénients  les  plus  importants,  nous  allons  dans  
notre  prochaine  partie  parler  du  cas  spécifique  de  la  Slovaquie  et  son  système  fiscal.  Pourquoi  
avoir  choisi  la  Slovaquie  ?  Pour  la  simple  raison  que  la  réforme  du  système  fiscal  Slovaque  est  
celle  qui  se  rapproche  le  plus  de  la  proposition  théorique  de  Hall  &  Rabushka.  Voyons  donc  ce  
qui  s’est  passé  en  Slovaquie  après  l’adoption  d’une  telle  réforme.  
 
 
 

35  
 
B. L’exemple  de  la  Slovaquie  et  ses  réformes  
 
L’idée   de   base   de   la   flat   Tax   de   Hall   &   Rabushka   était   de   remplacer   l’impôt   sur   le   revenu   par  
une   forme   d’impôt   sur   la   consommation,   c’est-­‐à-­‐dire   par   une   taxe   sur   le   «   cash   flow   »   de  
l’économie.  L’impôt  sur  le  revenu  dans  nos  systèmes  fiscaux  actuels  frappe  l’épargne  deux  
fois,  une  fois  lorsque  l’argent  est  gagné  et  une  fois  lorsqu’il  rapporte  des  intérêts.  Dans  la  Flat  
Tax,  l’argent  ne  sera  frappé  que  lorsque  les  fonds  sont  consommés  ou  bien  perçus  pour  la  
première  fois.  Le  système  de  la  Flat  Tax  touche  donc  tous  les  revenus  à  un  taux  proportionnel  
et  bas.  Il  est  important  de  savoir  que  le  taux  unique  dans  le  système  de  la  Flat  Tax  n’est  pas  la  
seule  caractéristique  de  ce  système.  Comme  nous  l’avions  expliqué  dans  la  précédente  partie  :  
la   définition   de   l’assiette   fiscale,   la   suppression   des   déductions,   la   suppression   des  
subventions  et  incitant  fiscaux,  la  suppression  de  la  double  imposition  des  revenus  issus  de  
l’épargne,  sont  des  éléments  complémentaires.    
 
Dans  cette  partie,  nous  allons  parler  de  la  Slovaquie.  Il  s’agit  de  l’unique  pays  qui,  à  ce  jour,  a  
tenté  de  mettre  en  place  une  Flat  Tax  généralisée  qui  concerne  tous  les  impôts  du  pays,  que  
ce  soit  les  impôts  directs  ou  les  impôts  indirects.  C’est  encore  un  tout  autre  exemple  que  celui  
de   la   Fédération   de   Russie,   car   dans   la   réforme   du   système   fiscale   russe,   il   y   a   eu   une  
uniformisation  de  l’impôt  sur  le  revenu  et  non  une  mise  en  place  d’un  Flat  Tax  généralisée  qui  
touche   tous   les   impôts.   L’exemple   de   la   Slovaquie   est   donc   celui   qui   se   rapproche   le   plus   de  
l’idée  théorique  de  la  Flat  Tax  telle  qu’elle  a  été  proposée  par  Hall  &  Rabushka.  
 
Même   si   la   Slovaquie   possède   le   régime   fiscal   qui   se   rapproche   le   plus   du   modèle   théorique  
de  Hall  &  Rabushka,  il  faut  tout  de  même  savoir  que  le  régime  fiscal  Slovaque  ne  correspond  
pas  parfaitement  au  modèle  original.  D’une  part,  le  système  n’est  pas  basé  sur  l’imposition  
sur  le  revenu  par  une  taxe  sur  la  liquidité  de  l’économie  ou  de  la  consommation.  D’une  autre  
part,   la   TVA   continue   à   exister   avec   les   impôts   personnels,   ce   qui   n’est   pas   le   cas   dans   le  
modèle  original.    
 
Il  y  a  eu  deux  réformes  en  Slovaquie,  une  en  2004,  et  une  en  2012.  Malgré  l’instauration  de  la  
Flat  Tax  et  le  succès  économique  que  cette  dernière  a  connu  dans  les  premières  années,  une  
deuxième  réforme  a  été  mise  en  place  en  2012.  Nous  allons  développer  tout  cela  un  peu  plus  
en  détail  dans  cette  partie.    
 
a. Première  réforme    
 
L’objectif  de  la  première  réforme  slovaque  se  trouve  grandement  inspiré  des  grands  principes  
du   modèle   de   la   Flat   Tax   proposé   par   Hall   &   Rabushka.   La   première   réforme   slovaque   a  
déplacé  la  charge  fiscale  globale  de  l’impôt  sur  le  revenu  vers  l’impôt  sur  la  consommation.  
Ceci   en   supprimant   plus   ou   moins   la   double   imposition   des   revenus   et   de   l’épargne   plus  
exactement.  La  volonté  des  autorités  slovaques  était  de  renforcer  les  initiatives  personnelles,  
de   créer   un   environnement   attractif   pour   les   entreprises   européennes   plus   propice   à  
l’investissement.  Mais  également  de  taxer  tous  types  de  revenus  de  manière  équitable  et  à  
un  taux  unique,  quelles  que  soient  leurs  caractéristiques  et  leurs  montants.    
 

36  
 
Malgré   tout,   la   première   réforme   du   régime   fiscal   slovaque   ne   correspond   pas   parfaitement  
au  régime  linéaire  théorique,  plusieurs  éléments  de  cette  réforme  coïncident  plus  ou  moins  à  
l’approche  théorique,  ces  principaux  éléments  sont  les  suivants  :    
-­‐ Le   taux   linéaire   proposé   par   la   réforme   Slovaque   est   de   19%,   c’est   exactement   le  
même  taux  proposé  par  Hall  &  Rabushka  dans  leurs  études.  Ce  taux  s’appliquera  à  tous  
les  types  de  revenus,  revenus  personnels,  revenus  des  sociétés  et  même  la  TVA  et  les  
intérêts.    
-­‐ Le  système  des  déductions  inclus  dans  l’impôt  sur  le  revenu  est  supprimé,  seule  une  
exonération   annuelle   par   contribuable   ainsi   que   des   abattements   pour   enfants   à  
charge   sont   maintenus.   Toutes   autres   déductions,   exonérations   et   crédits   d’impôts  
sont  supprimés.  L’exonération  annuelle  par  contribuable  permet  d’avoir  une  certaine  
progressivité   dans   le   régime,   par   l’intermédiaire   de   l’exonération   d’impôts   pour   les  
personnes  à  très  bas  revenus.  Cette  exonération  était  fixée  dans  cette  réforme  à  19,2  
fois  le  seuil  minimal  de  survie  annoncé  au  1er  janvier  de  chaque  exercice  d’imposition  
de  chaque  année.    
-­‐ Pour   l’impôt   sur   les   sociétés,   ici   aussi   tous   les   avantages   fiscaux   sont   supprimés   pour  
faciliter   les   déclarations   d’impôts   aux   entreprises   ainsi   que   pour   augmenter   la  
transparence  entre  les  entreprises  et  l’administration  fiscale.  Concernant  les  incitants  
fiscaux   déjà   octroyés   aux   entreprises   dans   le   passé,   ces   derniers   continueront   à  
s’appliquer  en  gardant  comme  objectif  premier  leurs  éliminations  dans  les  prochaines  
années  et  le  plus  rapidement  possible.  Les  déductions  avec  la  nouvelle  réforme  seront  
limitées  aux  amortissements  des  actifs  corporels  et  incorporels,  à  certains  coûts  liés  à  
la  publicité  et  au  respect  des  conditions  environnementales.    
-­‐ Les  dividendes  distribués  par  les  entreprises  et  les  gains  en  capital  seront  exonérés  au  
niveau   de   l’impôt   sur   le   revenu   pour   respecter   le   principe   qui   consiste   à   ne   taxer  
qu’une  fois  les  revenus  des  investissements.  
-­‐ Les  taxes  sur  les  mutations  foncières,  les  donations  et  les  héritages  seront  supprimés,  
pour  là  aussi,  respecter  le  principe  qui  consiste  à  ne  taxer  qu’une  fois  les  revenus  des  
investissements.  
 
Une  fois  la  réforme  mise  en  place,  le  pays  a  rapidement  attiré  un  grand  nombre  d’investisseurs  
étrangers  et  européens,  notamment  dans  les  secteurs  de  l’automobile  et  de  l’électronique.  
En  ce  qui  concerne  l’automobile,  des  sociétés  comme  Volkswagen,  PSA  Peugeot  Citroën,  KIA  
et   d’autres   ont   grandement   investi   en   Slovaquie   et   implanté   des   entreprises   ainsi   que   des  
usines  sur  le  sol  Slovaque.  Et  en  ce  qui  concerne  l’électronique,  des  sociétés  comme  Samsung  
et  Foxconn  ont  eux  aussi  grandement  investi  en  Slovaquie.    
 
Avec  cette  réforme,  la  Slovaquie  est  devenue  le  premier  pays  de  l’OCDE  à  mettre  en  place  un  
impôt   proportionnel   pour   les   revenus   des   personnes   physiques.   Les   autorités   slovaques  
s’attendaient   à   voir   un   effet   nettement   positif   sur   l’économie,   et   ceci   a   été   confirmé   :   les  
incitations   au   travail   ont   augmenté,   beaucoup   de   personnes   se   sont   mis   à   rechercher   du  
travail  sachant  qu’ils  seront  moins  imposés  qu’auparavant.  Les  modifications  de  l’impôt  sur  
les   sociétés   qui   se   sont   traduites   par   une   baisse   du   taux   de   25%   à   19%   et   la   suppression   des  
déductions   ont   permis   d’obtenir   des   niveaux   assez   faibles   en   ce   qui   concerne   les   taux  
d’impositions  des  investissements,  surtout  si  l’on  compare  ces  taux  à  ceux  des  autres  pays  de  
l’OCDE   mais   aussi   aux   pays   voisins   de   la   Slovaquie.   Ce   signal   assez   fort   pour   les   investisseurs  
internationaux  a  permis  l’implantation  d’entreprises  internationales  sur  le  sol  slovaque  et  la  

37  
 
croissance  des  entreprises  déjà  en  place.  L’attraction  des  sociétés  étrangères  n’est  pas  due  
uniquement  à  la  mise  en  place  du  taux  uniforme  généralisée,  mais  aussi  grâce  à  des  incitations  
financières  qui  ont  été  offertes  en  faveur  des  grands  projets  d’investissement  direct  étranger  
en  Slovaquie.  Avec  cette  réforme  et  ces  incitations  financières,  la  Slovaquie  a  réussi  à  devenir  
l’une  des  économies  européennes  les  plus  ouvertes  et  favorables  aux  entreprises  étrangères.    
 
Dans  l’introduction  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  et  Pierre  Garello  du  livre  «  La  Flat  Tax,  la  révolution  
fiscale   »   qui   est   l’introduction   en   français   de   la   dernière   version   de   «   La   Flat   Tax   »   de   Robert  
E.Hall   et   Alvin   Rabushka,   Ivan   Miklos,   ministre   des   Finances   de   la   Slovaquie   de   l’époque,  
indique  dans  son  épilogue  que  l’impôt  proportionnel  en  Slovaquie  fonctionne  et  que  cette  
réforme  fiscale  a  aussi  fait  partie  d’un  programme  de  réforme  plus  large  par  le  gouvernement  
de   Mikulás   Dzurinda.   Ce   programme   contenait   des   réformes   des   finances   publiques,   du  
système  social,  des  retraites,  du  marché  du  travail,  de  la  santé  publique  et  de  l’administration.  
 
 
Dans  ce  livre,  on  peut  voir  des  chiffres  expliquant  la  réussite  de  cette  réforme  et  de  la  politique  
des  autorités  de  la  Slovaquie  afin  d’améliorer  la  fiscalité  ainsi  que  l’économie  du  pays.  Nous  
allons  donc  présenter  quelques-­‐uns  de  ces  chiffres  afin  de  mieux  comprendre  la  réussite  de  la  
réforme.  Nous  allons  d’abord  présenter  la  part  des  revenus  fiscaux  en  pourcentage  du  produit  
national  brut.    
 

 
 
Figure  2  :  Part  des  revenus  fiscaux  du  produit  national  brut.  
 
Dans   la   figure   2,   nous   voyons   qu’un   seul   changement   significatif   a   eu   lieu   :   c’est   la   baisse   de  
la   part   de   l’impôt   sur   le   revenu   des   personnes   physiques.   Il   est   important   de   montrer   ces  
chiffres,  car  malgré  une  réforme  si  importante,  il  n’y  a  pas  eu  de  problème  flagrant  dans  la  
collecte  des  recettes  fiscales.   Les  écarts  entre  les   collectes   avant  la  réforme  et  ceux  après  la  
réforme   ne   sont   pas   si   grands,   le   point   principal   de   la   réforme   est   le   changement   des  
caractéristiques  du  système  fiscal  et  l’élargissement  de  l’assiette  fiscale  afin  de  compenser  la  
baisse  des  taux  d’imposition.    
38  
 
Ces  chiffres  et  pourcentages  nous  permettent  de  contredire  l’argument  avancé  par  la  majorité  
de  la  population  et  qui  reprend  la  théorie  suivante  :  «  Plus  on  hausse  les  taux  d’imposition  et  
plus   on   récoltera   des   impôts,   ou   bien   inversement,   une   baisse   des   taux   d’imposition  
provoquera   la   baisse   des   recettes   fiscales   ».   Ces   chiffres   nous   permettent   de   comprendre  
qu’une  baisse  des  taux  peut  permettre  d’obtenir  les  mêmes  recettes  fiscales  que  dans  le  passé  
surtout  en  supprimant  les  avantages  fiscaux  du  système  précédent  et  en  élargissant  l’assiette  
fiscale  mais  pas  seulement,  la  baisse  de  la  fraude  et  de  l’évasion  fiscale  ainsi  que  la  croissance  
économique  et  la  baisse  du  chômage  sont  eux  aussi  responsables  de  la  récolte  importante  des  
recettes  fiscales  dans  le  nouveau  système.    
 
Dans   cet   épilogue   de   Ivan   Miklos,   on   retrouve   des   chiffres   concernant   la   dynamique   de   la  
croissance  économique.  Il  est  précisé  que  la  croissance  économique  était  de  4,2%  en  2003  et  
puis  de  10,4%  en  2007.  D’année  en  année,  cette  croissance  devenait  de  plus  en  plus  forte.  En  
ce   qui   concerne   le   taux   de   chômage,   ce   dernier   a   baissé   de   18,2%   en   2003   jusqu’à   11,1%   en  
2007.  Cette  baisse  du  taux  montre  bien  que  la  réforme  fiscale  est  une  solution  pour  la  baisse  
du   chômage   et   pour   l’incitation   au   travail   dans   le   pays.   Pour   les   revenus   fiscaux,   ils   ont  
augmenté   entre   2004   et   2007   de   44,8%   en   prix   courants   et   de   28%   en   prix   fixes.   Dans   cette  
augmentation,   c’est   la   croissance   des   recettes   de   l’impôt   sur   le   revenu   qui   fut   la   plus  
importante,  en  spécialement  l’impôt  sur  le  revenu  des  personnes  morales  avec  une  croissance  
de   70,9%   en   prix   courants   et   de   54,1%   en   prix   fixes.   Malgré   la   baisse   du   taux   d’impôt   des  
sociétés  de  25%  à  19%,  cet  impôt  a  rapporté  plus  de  recettes  au  cours  de  la  première  année  
de  la  réforme  que  durant  l’année  précédant  la  réforme.  Les  chiffres  donnés  dans  cet  épilogue  
sont  les  suivants  :  en  2003,  et  au  taux  de  25%,  cet  impôt  avait  rapporté  32,02  milliards  de  
couronnes  slovaques,  alors  qu’en  2004,  et  au  taux  de  19%,  il  a  rapporté  33,16  milliards.    
 
Ivan  Miklos  a  aussi  poussé  son  étude  jusqu'à  la  comparaison  des  taux  de  l’impôt  sur  le  revenu  
et  de  leur  part  par  rapport  au  produit  national  brut  dans  plusieurs  pays  en  2004  :  
 

 
   
Figure  3  :  Taux  et  recettes  de  l’impôt  sur  le  revenu  des  entreprises  en  Allemagne,  
Slovaquie  &  Irlande  
 
39  
 
Dans   ce   graphique,   nous   remarquons   que   plus   les   taux   sont   élevés,   plus   les   prélèvements  
effectifs  sont  faibles.  Là  aussi  on  voit  bien  que  pour  augmenter  les  recettes  fiscales,  il  n’est  pas  
toujours  nécessaire  d’augmenter  les  taux  d’imposition.  En  réalité  c’est  plutôt  le  contraire  qui  
permet   d’obtenir   plus   de   recettes   fiscales,   sans   pour   autant   se   mettre   l’opinion   à   dos   et  
provoquer  des  problèmes  sociaux  et  politiques,  car  une  hausse  des  taux  est  toujours  critiquée  
et  n’est  pas  acceptée  facilement.    
Après  avoir  comparé  le  taux  et  les  recettes  de  l’impôt  sur  le  revenu  des  entreprises  entre  la  
Slovaquie  et  l’Allemagne  et  l’Irlande,  Ivan  Miklos  va  plus  loin  dans  son  étude  et  compare  ce  
taux  et  ces  recettes  en  Slovaquie  mais  sur  plusieurs  années,  avant  et  après  la  réforme.    
 
 

 
 
Figure  4  :  Taux  et  recettes  de  l’impôt  sur  le  revenu  des  entreprises  en  Slovaquie  
 
Dans  la  figure  4,  cette  comparaison  des  recettes  en  fonction  du  taux  d’imposition  sur  le  revenu  
des  entreprises  en  Slovaquie  avant  et  après  la  réforme,  nous  remarquons  une  fois  de  plus  
que  :  plus  les  taux  sont  faibles,  plus  les  recettes  sont  élevées.  
 
Après  avoir  présenté  des  graphiques  très  explicites  sur  l’impôt  sur  le  revenu  des  entreprises,  
nous   allons   présenter   un   tableau   comprenant   tous   les   revenus   des   différents   impôts  
slovaques  de  2000  jusqu’en  2009.  Ce  tableau  a  comme  source  le  ministère  des  finances  en  
Slovaquie,   ces   chiffres   étaient   proposés   en   anglais   donc   nous   avons   traduit   simplement   le  
tableau  en  français  :  
 

40  
 
Année   Revenus  totaux   Impôt  sur  les   Impôt  sur  les   TVA  
des  impôts   revenus  des   revenus  des  
personnes   entreprises  
2000   6  286  617   1  056  692   874  681   2  332  833  
2001   6  023  627   1  149  047   719  586   2  432  996  
2002   6  871  208   1  231  738   987  661   2  723  243  
2003   7  259  030   1  310  086   1  014  437   2  764  827  
2004   7  649  105   1  112  129   1  055  774   3  290  946  
2005   9  087  235   1  325  215   1  393  055   4  051  948  
2006   9  604  771   1  355  680   1  564  807   4  245  448  
2007   10  523  104   1  538  858   1  736  710   4  494  765  
2008   11  245  493   1  819  293   2  115  673   4  614  313  
 
Figure  5  :  Revenus  des  différents  impôts  slovaques  pour  la  période  2000-­‐2007  (en  milliers  
d’euros)  
 
Dans   ce   tableau   nous   remarquons   que   depuis   la   réforme   fiscale,   les   recettes   pour   chaque  
famille  d’impôt  n’ont  fait  qu’augmenter  d’année  en  année,  ces  chiffres  sont  la  plus  grande  
preuve   que   le   passage   à   un   taux   proportionnel   pour   toutes   les   familles   d’impôts   n’a   pas   fait  
baisser  les  recettes.  Malgré  tout,  il  faut  ces  augmentations  n’ont  pas  uniquement  pour  raison  
le  passage  à  un  impôt  proportionnel  mais  aussi  les  autres  réformes  économiques  et  fiscales  
et  l’environnement  économique.    
 
Dans   cet   épilogue,   Ivan   Miklos   parle   aussi   de   la   concurrence   fiscale.   Pour   lui,   la   concurrence  
fiscale  ne  doit  pas  être  considérée  comme  nuisible  et  c’est  plutôt  les  efforts  de  certains  pays  
qui  visent  à  harmoniser  les  taux  d’imposition  qui  doivent  être  considérés  comme  nocifs.  Pour  
Ivan  Miklos,  la  concurrence  fiscale  favorise  les  réformes  nécessaires,  la  relance  des  marchés,  
l’efficacité  de  l’administration  publique  et  pousse  à  la  réalisation  de  réformes  structurelles  
indispensables.   C’est   bien   là   que   réside   la   base   des   problèmes   des   pays   de   l’Europe  
occidentale  :  la  concurrence  fiscale  de  ces  nouveaux  pays  membres  de  l’union  européennes  
met  face  à  leurs  inaptitudes  à  affronter  une  concurrence  globale  toujours  plus  intensive.  
 
Pour  conclure,  Ivan  Miklos  présente  l’exemple  Slovaque  comme  spécial  et  instructif  et  voici  
les  conclusions  de  l’auteur  de  à-­‐propos  de  l’épilogue  :  
-­‐ Une  réforme  fiscale  ne  consiste  pas  uniquement  à  introduire  de  l’impôt  proportionnel,  
cette   introduction   est   utilisée   pour   simplifier   le   système   fiscal   et   améliorer   sa  
transparence.  Toutefois,  pour  compléter  cette  réforme  il  faut  bien  éliminer  toutes  les  
exemptions,   les   taux   et   régimes   spéciaux,   les   sommes   déductibles,   la   double  
imposition,  l’impôt  sur  les  dividendes,  l’impôt  sur  l’héritage,  l’impôt  sur  les  donations  
etc.    
 
-­‐ La  condition  de  l’introduction  de  la  réforme  fiscale  était  la  neutralité  fiscale  :  à  l’époque  
de  la  décision  sur  la  réforme  fiscale  et  de  sa  mise  en  place,  la  Slovaquie  avait  un  déficit  
excessif  et  le  gouvernement  jugeait  essentiel  de  réduire  ce  déficit.  La  grande  réussite  
de  la  réforme  Slovaque  de  2004  c’est  la  neutralité  des  recettes  fiscales.  Car  la  position  
négative  du  FMI  était  principalement  due  au  risque  de  perte  de  recettes  fiscales,  mais  

41  
 
elle  n’a  pas  eu  lieu  et  le  nouveau  système  fiscal  a  même  généré  plus  de  recettes  fiscales  
qu’avant  réforme.    
 
-­‐ Finalement,   malgré   beaucoup   d’opposition   et   de   crainte,   la   réforme   fiscale   s’est  
avérée   politiquement   très   stable   après   son   instauration.   Nonobstant   un   nouveau  
gouvernement   élu   au   milieu   de   2006,   et   composé   des   partis   politiques   qui   avaient  
critiqué  la  réforme  fiscale  et  qui  promettaient  sa  suppression,  la  réforme  est  restée  
intacte.   Robert   Fico,   chef   du   gouvernement   slovaque   en   2006,   qui   voulait   une  
Slovaquie  «  plus  sociale  »,  n’a  pas  abandonné  la  Flat  Tax  en  quatre  ans  de  mandat.  Car  
la   réforme   de   2004   a   profité   à   toutes   les   classes   de   revenu   et   a   été   extrêmement  
populaire.  
 
-­‐ La   Slovaquie   a   été   le   premier   Etat   membre   de   l’OCDE   à   avoir   introduit   l’impôt  
proportionnel   et   il   fonctionne   dans   le   premier   pays   de   la   zone   euro   à   partir   de   2009.  
Cette   information   est   très   importante   car   les   critiques   de   l’impôt   proportionnel  
arguent  qu’il  ne  peut  fonctionner  que  dans  les  économies  peu  développées  ou  dans  
des   économies   de   transition.   L’expérience   slovaque   a   démontré   que   l’impôt  
proportionnel   (avec   d’autres   réformes)   a   considérablement   contribué   à   aider   la  
Slovaquie  à  devenir  le  deuxième  pays  postcommuniste  capable  d’adopter  l’euro.  Ivan  
Miklos   ajoute   aussi   que   ce   furent   principalement   ces   réformes,   qui   ont   permis   à  
l’économie   slovaque   d’atteindre   le   niveau   nécessaire   pour   le   respect   durable   des  
critères  de  Maastricht.    
 
Pour   donner   quelques   chiffres   parlant   sans   pour   autant   juste   suivre   les   études   et   les  
statistiques  de  Ivan  Miklos  :  dans  un  l’article  «  Les  socialistes  qui  refusent  de  supprimer  la  Flat  
tax   »   publié   chez   Liberal   Institute   par   Emmanuel   Garessus   le   3   Mars   2010,   nous   obtenons  
encore  plus  de  preuves  du  succès  de  la  réforme  de  2004.  En  effet,  dans  cet  article  il  est  précisé  
que  la  Slovaquie  a  affiché  la  plus  forte  croissance  de  l’OCDE  en  2006  (+8,5%)  et  2007  (+10,6%).  
Cette  croissance  a  même  permis  à  la  Slovaquie  de  réduire  en  10  ans  l’écart  de  PIB  par  habitant  
avec  la  moyenne  européenne  de  56%  à  40%  selon  l’OCDE.    
 
Pour  les  personnes  qui  croient  que  l’impôt  proportionnel  accroît  les  inégalités  sociales  :  dans  
cet  article,  Emmanuel  Garessus  écrit  que  le  risque  de  pauvreté  est  de  11%  en  Slovaquie  contre  
17%   en   moyenne   européenne   en   2010,   et   que   ce   risque   à   diminuer   depuis   l’introduction   de  
la   flat   Tax   en   2004   tandis   qu’il   ne   cesse   d’augmenter   dans   l’Union   Européenne.   Depuis   la  
réforme,   la   Slovaquie   est   devenue   un   pays   plus   égalitaire.   Par   exemple,   les   revenus   des   20%  
les  plus  riches  sont  3,4  fois  supérieurs  à  ceux  des  20%  les  plus  pauvres.  Avec  La  République  
Tchèque,   la   Suède   et   la   Slovénie,   c’est   l’un   des   plus   modestes   écarts,   sachant   que   l’écart  
moyen   européen   est   de   5   fois.   Vous   pouvez   lire   plus   d’informations   concernant   cet   article  
dans  l’annexe  numéro  3.      
 
Malgré   la   réussite   de   la   réforme   Slovaque,   quelques   années   plus   tard   le   système   fiscal   a   été  
abandonné  après  l’arrivée  des  socio-­‐démocrates  au  gouvernement  en  2012.  Nous  allons  voir  
dans  la  prochaine  partie  les  raisons  de  cet  abandon.    
 
 

42  
 
b. Deuxième  réforme  
 
Après  la  première  réforme,  malgré  une  collecte  des  impôts  dans  les  premières  années  très  
importante   et   même   supérieure   aux   attentes   des   autorités   fiscales,   une   partie   de   la  
population  slovaque  a  commencé  à  se  plaindre  du  nouveau  système  fiscal.  Pour  une  partie  de  
la   population,   les   effets   redistributifs   de   la   nouvelle   réforme   sont   peu   efficaces   et   ces  
personnes  se  plaignent  de  payer  plus  d’impôt  qu’auparavant.    
 
Malgré   la   présentation   des   chiffres   et   preuves   des   bienfaits   de   la   Flat   Tax,   l’OCDE   a   toujours  
eu  des  inquiétudes  sur  la  viabilité  budgétaire  de  la  Slovaquie  à  long  terme  et  sur  les  inégalités  
au  sein  de  la  société.  Dans  notre  première  partie,  nous  avons  parlé  de  Robert  Fico,  chef  du  
gouvernement  slovaque  en  2006  et  membre  du  parti  de  la  gauche  démocratique  (SDL)  et  qui  
n’a  pas  abandonné  la  Flat  Tax  lors  de  son  mandat.  En  revanche  en  2013,  avec  l’arrivée  des  
sociaux-­‐démocrates   au   gouvernement,   l’abandon   de   la   flat   Tax   a   bel   et   bien   eu   lieu.   Nous  
allons  expliquer  dans  cette  partie  les  raisons  de  cet  abandon  et  ce  qui  s’est  passé  après  cette  
deuxième  réforme.  
 
Dans   cette   partie,   nous   allons   utiliser   des   données   provenant   d’une   étude   de   l’OECD   :  
«  Moving  beyound  the  Flat  Tax-­‐  Tax  policy  reform  in  the  Slovak  Républic  »  par  Jan  Remeta,  
Sarah  Perret,  Martin  Jares  et  Bert  Brys.  (OECD  taxation  working  papers  No.22)  
 
Pour  ce  nouveau  gouvernement,  la  réforme  de  2004  fait  face  à  plusieurs  problèmes.  Il  a  fallu  
effectuer  des  changements  dans  le  système  fiscal  en  instaurant  une  nouvelle  réforme  en  2013  
et  2014.  Les  changements  les  plus  marquants  dans  cette  réforme  sont  :  l’augmentation  du  
taux  d’imposition  de  l’impôt  sur  les  entreprises,  ainsi  que  l’introduction  d’un  nouveau  taux  
d’imposition  dans  le  système  de  l’impôt  sur  le  revenu  personnel.  Le  but  était  d’augmenter  la  
progressivité  de  cet  impôt.  Cette  réforme  avait  pour  but  d’augmenter  les  revenus  fiscaux.    
 
Premièrement,  en  ce  qui  concerne  l’impôt  sur  les  revenus  des  entreprises,  le  taux  d’imposition  
a  augmenté  de  19%  jusqu’à  23%  en  janvier  2013.  Ensuite,  en  2014,  ce  taux  a  été  revu  à  la  
baisse   jusqu'à   22%   à   cause   des   nombreuses   critiques   des   entrepreneurs   du   pays.   En   plus   de  
l’augmentation  de  ce  taux,  une  taxe  minimum  d’imposition  fut  introduite  dans  l’imposition  
des   sociétés,   cette   taxe   d’un   montant   de   480   euros,   960   euros   ou   encore   2   880   euros,   en  
fonction  de  la  taille  de  l’entreprise,  de  son  activité  ainsi  que  son  enregistrement  ou  non  au  
système  de  TVA.    
 
Deuxièmement,   pour   l’impôt   sur   le   revenu   personnel,   un   deuxième   taux   de   25%   a   été  
introduit   en   janvier   2013.   Ce   taux   serait   applicable   pour   les   revenus   supérieurs   à   34  
401.74€/an   pour   l’année   2013.   Pour   les   revenus   inférieurs   à   ce   montant   annuel,   ils   seront  
chargés   à   19%   comme   auparavant.   En   2013,   les   conditions   pour   se   voir   attribuer   des  
allocations  pour  les  époux  sont  devenus  plus  strictes.  Ces  allocations  furent  limitées  aux  époux  
qui   prennent   en   charge   un   enfant   âgé   maximum   de   3   ans   ou   6   ans   s’il   est   en   situation  
d’handicap,  ou  pour  les  époux  s’ils  sont  sans  travail  ou  eux-­‐mêmes  en  situation  d’handicap.  
Dans  cette  deuxième  réforme,  la  possibilité  de  déduire  40%  des  dépenses  sans  preuves  pour  
n’importe  quelle  personne  travaillant  à  son  compte  a  été  limitée  à  5  040  euros/an  ou  420  
euros/mois.    
 

43  
 
Troisièmement,  en  janvier  2013,  la  base  de  calcul  pour  les  contributions  de  sécurité  sociale  
pour  les  employés  à  leurs  comptes  a  été  augmentée.  Tout  le  système  basique  de  calcul  est  en  
train  d’augmenter  en  baissant  le  coefficient  qui  permettait  de  diminuer  la  base  de  calcul.  Dans  
cette  même  période,  des  contributions  de  sécurité  sociale  furent  introduites  aux  employés  
temporaires   pour   suivre   les   contributions   de   sécurité   sociale   des   employés   réguliers.   En  
novembre  2013,  les  exemptions  de  contributions  de  sécurité  sociale  furent  introduites  pour  
les  personnes  ayant  peu  de  revenus  ou  qui  étaient  au  chômage  auparavant  (pour  les  premiers  
12  mois  après  l’embauche).  En  janvier  2014,  le  taux  de  contribution  pour  la  santé  pour  les  
revenus  de  dividendes  est  passé  de  10%  à  14%.  
 
Finalement,  concernant  la  TVA,  des  mesures  d’anti-­‐fraude  ont  été  mis  en  place  dans  le  plan  
de  lutte  entre  2012  et  2016.  Dans  ce  plan,  les  principales  missions  sont  :  la  lutte  contre  les  
fraudes  majeures  dans  le  système  fiscal  et  principalement  dans  la  TVA,  assurer  une  meilleure  
collecte   des   impôts,   avoir   et   une   centralisation   des   informations   et   introduire   un   système  
électronique  pour  les  entités  non  concernées  dans  le  passé.    
 
Avant  cette  réforme,  et  malgré  la  crise  financière  de  2008,  la  Slovaquie  fut  l’un  des  pays  de  
l’OECD  avec  le  plus  rapide  redressement  malgré  une  chute  du  PIB  assez  importante  en  2009.  
Après  la  baisse  de  5,3%  du  PIB  en  2009,  en  2010  ce  même  taux  s’est  redressé  de  4,8%  et  a  une  
croissance   lente   mais   régulière   entre   2010   et   2013.   Mais   depuis   la   deuxième   réforme   du  
système  fiscal  slovaque,  le  pays  fait  face  à  de  nombreux  challenges  économiques  :  la  Slovaquie  
doit   renforcer   la   production   nationale,   maintenir   les   consolidations   fiscales   de   la   première  
réforme,   encourager   le   travail   et   l’intégration   des   jeunes   diplômés   dans   le   système,   éviter  
l’augmentation   de   l’inégalité   avec   la   nouvelle   réforme.   En   plus   de   ces   challenges  
économiques,   la   Slovaquie   souffre   aussi   d’un   vieillissement   de   la   population,   d’un   taux   de  
chômage  élevés  depuis  la  deuxième  réforme,  d’un  manque  de  cadre  et  à  cause  des  IDE.      
 
Il   est   important   de   reparler   ici   de   la   première   réforme   en   Slovaquie   et   ces   effets   sur  
l’économie.   Beaucoup   d’économistes   considèrent   que   la   baisse   de   tous   les   taux   dans   la  
réforme  de  2004  a  eu  un  impact  positif  sur  les  revenus  et  sur  la  collecte  des  recettes  fiscales…  
mais   pour   ces   économistes,   ces   effets   sont   à   court-­‐terme,   et   la   baisse   du   ratio   de   l’impôt   au  
PIB  est  due  en  grande  partie  à  cette  réforme.  Mais  ces  prédictions  restent  très  compliquées  à  
prouver  car  les  baisses  dans  le  ratio  de  l’impôt  au  PIB  ont  commencé  à  apparaître  à  partir  de  
2009-­‐2010,  donc  après  la  crise  financière.  Cela  témoigne  donc  qu’il  est  impossible  d’affirmer  
que   ces   baisses   ont   eu   lieu   à   cause   de   la   baisse   des   taux   d’imposition   ou   à   cause   d’autres  
facteurs  exogènes.    
 
Nous   allons   tout   de   même   présenter   quelques   chiffres   pour   mieux   comprendre   le   problème  
de  la  Slovaquie  depuis  2010  :    
 
 

44  
 
 
 
 
Figure  6  :  ratios  de  l’impôt  au  PIB  pour  les  pays  de  L’OECD  en  2013  
(Source  :  OECD  statistiques  des  revenues)  
 
Selon  l’étude  de  l’OECD,  le  ratio  de  l’impôt  au  PIB  en  Slovaquie  est  passé  de  39,6%  à  28.1%  
entre   1995   et   2012.   Cette   baisse   s’explique   par   plusieurs   raisons   mais   l’une   des   raisons  
principales  est  la  baisse  des  taux  d’impositions  depuis  la  réforme  de  2004.  Comme  nous  avons  
déjà  expliqué  plus  haut,  nous  ne  pouvons  pas  prouver  la  raison  de  cette  baisse  facilement,  
surtout  lorsque  cette  étude  a  été  réalisée  quelques  années  après  la  crise  financière.    
 
Beaucoup  d’économistes  disaient  dans  le  passé  que  les  bons  résultats  de  la  réforme  fiscale  de  
2004  ont  eu  lieu  non  pas  pour  des  raisons  fiscales,  mais  pour  des  raisons  économiques  comme  
par  exemple  l’adhésion  de  la  Slovaquie  à  l’Union  Européenne.  Ici  aussi,  dans  ce  cas  de  figure,  
nous  ne  pouvons  pas  dire  que  la  baisse  du  ratio  de  l’impôt  au  PIB  est  seulement  la  cause  de  la  
réforme  fiscale  de  2004,  mais  nous  pouvons  aussi  introduire  le  contexte  de  crise  financière  
généralisée.    
 
Le   fait   que   la   réforme   fiscale   pour   l’introduction   de   l’impôt   unique   ait   eu   lieu   l’année   de  
l’adhésion  de  la  Slovaquie  à  l’Union  européenne  avait  augmenté  les  incertitudes  autour  de  
cette   réforme,   car   il   n’était   pas   possible   de   prévoir   précisément   les   conséquences   de  
l’adhésion   dans   l’Union   Européenne.   De   plus,   il   eut   des   réactions   négatives   d’hommes  
politiques  de  l’Europe  occidentale  sur  fond  de  concurrence  fiscale  déloyale,  même  le  fonds  
monétaire  international  avait  recommandé  d’introduire  la  réforme  fiscale  progressivement.    
 
Le  gouvernement  Slovaque  a  tout  de  même  décidé  de  mettre  en  place  cette  réforme  malgré  
l’environnement  politique  instable,  et  ce  choix  s’est  avéré  être  une  réussite  à  court-­‐terme.  La  
mise   en   place   d’un   référendum   de   la   part   de   l’opposition   de   l’époque   pour   la   destitution   du  
gouvernement  n’a  pas  été  un  succès  populaire  et  n’a  pas  influé  sur  la  réforme.    
 
Pour  conclure  avec  cette  partie,  depuis  la  nouvelle  réforme  de  2012-­‐2013,  les  désillusions  se  
multiplient,  un  grand  nombre  d’entreprises  a  décidé  de  délocaliser  à  nouveau,  ces  derniers  

45  
 
qui  étant  venus  en  Slovaquie  pour  ces  raisons  fiscales  avantageuses.  Et  la  fraude  et  l’évasion  
fiscales   ont   recommencé   à   augmenter.   C’est   un   vrai   problème   pour   le   pays   car   depuis   la  
réforme  de  2004,  les  fraudes  et  évasions  fiscales  avaient  énormément  baissé.  La  croissance  et  
l’emploi  font  eux  aussi  grise  mine,  le  niveau  de  chômage  ne  cesse  d’augmenter  et  la  croissance  
fait  l’inverse  depuis  la  dernière  réforme.    
 
Est-­‐ce-­‐que   l’abandon   de   la   Flat   Tax   est   la   raison   principale   des   problèmes   actuels   de   la  
Slovaquie  ?  Nous  ne  pouvons  pas  le  prouver…  mais  pourquoi  avoir  abandonné  un  système  
fiscal  qui  avait  prouvé  son  efficacité  et  sa  simplicité  ?  Pour  plus  de  «  justice  sociale  »  ?  Parce  
qu’il  faut  toujours  prendre  l’argent  où  il  est  pour  le  donner  à  ceux  qui  n’en  ont  pas  ?  Ou  est-­‐
ce  à  cause  de  la  pression  politique  des  autres  membres  de  l’Union  Européenne  ou  de  l’OECD  ?  
Malheureusement   nous   ne   pouvons   pas   obtenir   des   réponses   claires   à   ces   épineuses  
questions.    
 
Dans  notre  étude,  et  d’un  point  de  vue  personnel,  la  Flat  Tax  propose  un  grand  nombre  de  
solutions   aux   problèmes   de   nos   systèmes   fiscaux   actuels.   C’est   pour   cela   que   dans   la  
prochaine  partie,  nous  allons  effectuer  des  propositions  de  Flat  Tax  en  France.  Nous  n’allons  
certainement  pas  approfondir  la  proposition  jusqu’à  ce  qu’elle  devienne  officielle  et  sérieuse  
pour  notre  gouvernement…  mais  nous  aimerions  aborder  ce  sujet  même  rapidement  afin  de  
montrer  qu’une  réforme  fiscale  de  ce  poids  peut  s’avérer  intéressante  et  simple  à  mettre  en  
place.    
 
 
C. Proposition  de  flat  Tax  en  France    
 
Nous  allons  donc  montrer  avec  des  exemples,  que  la  mise  en  place  de  la  Flat  Tax  est  possible  
en  France.  Même  si  à  l’heure  actuelle  ce  sujet  n’est  même  pas  d’actualité,  de  nombreuses  
études  commencent  à  voir  le  jour.  On  décèle  aussi  un  important  nombre  de  politiques  français  
qui  ne  se  cachent  plus  et  partagent  cette  idéologie  en  proposant  une  réforme  fiscale.  Ils  sont  
en   faveur   d’un   changement   radical   et   pour   la   mise   en   place   de   l’impôt   proportionnel.   Ces  
changements  sont  probablement  dus  à  la  pression  fiscale  très  élevé  en  France.    
 
Dans   cette   partie,   nous   allons   utiliser   comme   exemple,   l’étude   de   Jean-­‐Philippe   Delsol   de  
janvier  2016  :  «  Vers  une  Flat  Tax  à  deux  taux  (2  et  15%),  les  gains  pour  l’économie  française  ».  
Cette  étude  est  une  publication  de  l’IREF  (Institut  de  recherches  économiques  et  Fiscales).    
Cet  article  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  concerne  le  sujet  de  l’impôt  sur  le  revenu  qui  est  d’ailleurs  
fortement   progressif   en   France.   Nous   allons   donc   voir   que   même   une   réforme   qui   vise  
simplement   l’IR   peut   s’avérer   très   intéressante   pour   répondre   aux   problèmes   que   pose   le  
système  fiscal  français  actuel.    
 
Certes  une  proposition  complète  de  Flat  Tax  telle  qu’elle  a  été  démontrée  par  Hall  &  Rabushka  
nécessiterait   une   étude   plus   approfondie   et   plus   longue,   mais   nous   avons   voulu   rapidement  
prouver  qu’une  réforme  fiscale  en  France  pouvait  être  envisageable.    
 
 
 

46  
 
a. La  proposition  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  (ajustée  avec  les  chiffres  d’aujourd’hui)    
 
Le  31  janvier  2016,  l’IREF  a  publié  l’article  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  nommé  «  Vers  une  Flat  Tax  
à  deux  taux  »  (2  et  15%),  les  gains  pour  l’économie  française.  Cet  article  est  divisé  en  trois  
parties   :   une   première   partie   qui   explique   la   situation   actuelle   avec   l’IR   progressif,   une  
deuxième  partie  qui  présente  les  hausses  massives  des  niches  dans  cet  impôt  et  une  dernière  
partie  qui  présente  la  proposition  de  Flat  Tax  de  Jean-­‐Philippe  Delsol  avec  un  comparatif  des  
barèmes  actuels  et  ceux  proposés  et  les  recettes  nettes  d’une  Flat  Tax  à  deux  taux.    
 
Dans  la  première  partie,  il  est  important  de  rappeler  que  dans  notre  système  actuel,  les  10%  
des  foyers  fiscaux  les  plus  riches  acquittent  70%  de  l’IR,  tandis  que  leurs  revenus  représentent  
34%   de   la   masse   de   revenu   imposable   (ces   chiffres   proviennent   des   données   définitives  
relatives  à  l’imposition  2012).  Ces  statistiques  montrent  bien  que  l’IR  en  France  est  l’un  des  
impôts  les  plus  progressifs  du  monde.  Les  données  provisoires  de  l’imposition  2014  sur  les  
revenus  de  2013  montrent  eux  que  les  foyers  fiscaux  taxés  à  30%,  41%  ou  45%  acquittent  plus  
de  75%  du  montant  total  de  l’IR.    
 
La  prévision  pour  2016  en  ce  qui  concerne  le  rendement  de  l’IR  est  de  76  milliards  d’euros.  Il  
ne  faut  pas  oublier  que  l’IR  est  un  impôt  encombré  de  niches  fiscales.  Ces  niches  proviennent  
de   dérogations   qui   ont   pour   but   d’alléger   la   charge   fiscale   de   certaines   catégories   de  
contribuables.  
Il   existe   également   les   atténuations   de   recettes   qui   ne   sont   pas   considérées   comme   des  
dépenses   fiscales.   Nous   pouvons   ici   citer   comme   exemple   l’abattement   de   10%   pour   frais  
professionnels   dont   bénéficient   les   salariés   qui   n’optent   pas   pour   la   déclaration   des   frais  
professionnels   réels   ou   par   exemple   l’application   du   quotient   conjugal   ou   familial   qui  
permettent  une  atténuation  de  recettes  mais  ne  sont  pas  considérées  comme  des  niches  ou  
dépenses  fiscales.  D’autres  mesures  prennent  place  dans  les  modalités  particulières  du  calcul  
de   l’IR,   comme   par   exemple   les   mécanismes   de   décote,   les   exonérations,   les   déductions,   les  
reports  etc.  Dans  cette  partie,  il  est  très  simple  de  comprendre  que  le  système  actuel  est  très  
compliqué  et  est  truffé  d’exceptions  en  tous  genres.    
 
Dans  la  deuxième  partie  de  cette  étude,  Jean-­‐Philippe  Delsol  propose  l’introduction  d’une  Flat  
Tax  qui  représentera  un  véritable  choc  de  simplification  et  qui  renforcera  l’égalité  horizontale  
entre  les  contribuables.    
 
Pour  éviter  l’imposition  forte  des  foyers  fiscaux  qui  de  nos  jours  ne  payent  aucun  impôt  sur  le  
revenu,   la   proposition   dans   cette   étude   de   l’IREF   souhaite   mettre   en   place   deux   tranches  
d’impôts.  Une  première,  très  faible,  pour  les  foyers  n’acquittant  pas  l’impôt  sur  le  revenu  dans  
le  système  actuel  ;  puis  une  seconde  tranche  pour  les  revenus  plus  élevés.  La  mise  en  place  
de   ces   deux   tranches   a   pour   objectif   de   conserver   une   certaine   progressivité.   Le   barème  
retenu  dans  cette  proposition  est  le  suivant  :  un  taux  de  2%  pour  tous  les  revenus  jusqu’à  8000  
euros  par  an  (et  par  part  dans  le  cadre  d’un  calcul  opéré  selon  le  système  du  quotient  familial  
et  conjugal  actuel)  et  un  taux  de  15%  au-­‐delà.    
 

47  
 
 
Figure  7  :  Comparatif  des  barèmes  actuel  et  proposé  (Etude  de  l’IREF)  
 
Pour  pouvoir  prouver  la  viabilité  de  leur  proposition,  l’IREF  et  Jean-­‐Philippe  Delsol  ont  pris  
pour   exemple   les   revenus   imposables   de   l’IR   en   2012   et   leurs   répartitions   par   décile,   ces  
informations  proviennent  de  la  direction  de  la  législation  fiscale  (fichier  échantillon  définitif  
des  revenus  de  2011)  :  
 

48  
 
 
 
Figure  8  :  Répartition  par  décile  de  revenu  imposable  de  l’IR  en  2012  
 
Pour   information,   le   seuil   d’imposabilité   à   l’IR,   c’est-­‐à-­‐dire   le   seuil   à   partir   duquel   un  
contribuable   devient   redevable   de   l’IR   se   situe   aux   alentours   du   cinquième   décile   de   revenu  
imposable.   Les   foyers   fiscaux   situés   dans   les   quatre   premiers   déciles,   c’est-­‐à-­‐dire   dont   le  
revenu   imposable   était   inférieur   ou   égal   à   14   303   euros,   sont   quant   à   eux   non   imposables   à  
l’IR  en  2012.    
 
Nous   allons   donc   présenter   l’évaluation   de   l’IREF   des   recettes   attendues   par   une   réforme,  
cette  évaluation  est  fondée  sur  les  données  fournies  par  les  rapports  publics  :    
 
-­‐ Concernant  les  5  premiers  déciles  :  leur  contribution  actuelle  étant  négative,  il  est  clair  
que   leurs   revenus   imposables   n’excèdent   pas   8000   euros   par   an.   Par   ailleurs,   le  

49  
 
premier  décile  bénéficie  de  la  franchise  de  66  euros.  En  conséquence,  seuls  les  revenus  
observés  pour  les  déciles  2  à  5  seront  imposés  à  2%.  Par  exemple,  pour  le  deuxième  
décile  (gagnant  entre  3  303  euros  et  8  153  euros),  le  revenu  imposable  est  de  21,6  
milliards   majorés   des   10%   de   la   décote   actuelle,   ainsi,   l’impôt   de   2%   générera   475  
millions  pour  ce  deuxième  décile.    
-­‐ Concernant  les  déciles  supérieurs  :  un  taux  de  2%  est  appliqué  jusqu’à  8000  euros  puis  
un   taux   de   15%   au-­‐delà.   Afin   d’évaluer   les   recettes,   il   faut   dans   un   premier   temps  
calculer   le   montant   de   revenu   qui   sera   imposé   à   2%.   Ici,   il   est   alors   nécessaire  
d’introduire  le  quotient  conjugal  car  un  couple  paiera  2%  jusqu’à  16  000  et  non  8000  
euros  
o Dans  l’étude  de  l’IREF,  il  est  précisé  qu’il  n’existe  aucune  étude  permettant  de  
déterminer  avec  certitude  la  part  des  couples  pour  chaque  décile  de  revenu.  
Pour   autant,   selon   les   derniers   chiffres   du   gouvernement,   les   couples  
représentent  approximativement  50%  des  foyers  fiscaux  acquittant  l’impôt.  En  
conséquence,   l’évaluation   qui   suit   considère   que,   dans   chaque   tranche,   les  
foyers  fiscaux  ainsi  que  leurs  revenus  se  répartissent  de  façon  homogène  entre  
les  couples  et  les  célibataires.    
o Comme   expliqué   précédemment   seuls   les   5   derniers   déciles   acquittent  
réellement   l’impôt.   Il   faut   donc   se   concentrer   uniquement   sur   ces   derniers  
pour  évaluer  les  recettes.  Le  calcul  des  recettes  de  l’impôt  pour  les  5  derniers  
déciles  est  alors  le  suivant  :  
IR=  2%  x  (9  059  351  x  16  000  +  9  059  351  x  8000)    
+   15   x   (revenu   total   des   5   dernier   déciles   –   (9   059   351   x   16   000   +   9   059   351   x  
8000))  
 
Jean-­‐Philippe  Delsol  précise  dans  son  étude  que  le  revenu  des  foyers  fiscaux  est  majoré  de  
10%   afin   de   tenir   compte   de   la   décote   actuelle.   Le   résultat   fournit   alors   la   recette   brute   à  
laquelle  il  convient  d’intégrer  le  quotient  familial.  Selon  le  PLF  2016,  celui-­‐ci  représente  un  
coût   de   11,57   milliards   d’euros.   Par   ailleurs,   une   niche   est   tout   de   même   conservée   :  le  don  
aux   associations   qui   représente   une   dépense   de   «   bien   commun   »   s’agissant   de   dépenses  
faites  par  les  particuliers  à  la  place  de  l’Etat.  Cette  dernière  s’élève  à  1,26  milliard  d’euros  qu’il  
convient  donc  de  déduire  des  recettes  brutes.    
 
L’auteur  précise  aussi  que  selon  le  PLF  2016,  le  revenu  net  de  l’impôt  sur  le  revenu  est  évalué  
à   72,3   milliards   d’euros   (soit   un   impôt   brut   de   76,687   milliards   d’euros   moins   les  
remboursements  et  dégrèvements  de  4,385  milliards  d’euros).  Comme  le  montre  les  résultats  
de  la  simulation  et  l’évaluation  de  la  réforme  proposée  par  l’IREF,  les  recettes  générées  par  la  
Flat   Tax   sont   très   proches   et   mêmes   relativement   plus   élevées,   s’élevant   à   78.66   milliards  
d’euros.   Selon   cette   étude,   la   réforme   de   l’IR   permettrait   donc   de   conserver   des   recettes  
substantielles   tout   en   éliminant   la   complexité   du   système   actuel   résultant   du   grand   nombre  
de  niches  fiscales.    
 
Comme  nous  le  savons,  et  comme  nous  l’avons  dit  précédemment,  les  niches  fiscales  sont  
bénéfiques  pour  les  contribuables  les  mieux  informés  et  souvent  les  plus  riches,  cette  réforme  
de   l’IR   renforcera   l’égalité   horizontale   et   simplifiera   le   système.   Lorsque   l’on   parle   de  
simplification   de   système,   on   parle   aussi   de   la   baisse   des   coûts   administratifs   liés   aux  
traitements   de   l’impôt.   Il   est   évident   qu’une   simplification   du   barème   de   l’impôt   conjugué   à  

50  
 
la  suppression  de  la  majorité  des  niches  fiscales  permettrait  de  réduire  les  coûts  administratifs  
du  traitement  de  l’impôt.    
 
D’après  l’étude  de  l’IREF,  voici  les  recettes  nettes  d’une  «  Flat  Tax  »  à  2  taux  :  
 

 
 
Figure  9  :  Recettes  nettes  d’une  Flat  Tax  à  2  taux  (2%  et  15%)  
 
Dans  cette  étude,  Jean-­‐Philippe  Delsol  précise  que  les  niches  fiscales  de  l’IR  s’élèvent  à  38  
milliards   d’euros   (34   milliards   au   titre   des   dépenses   fiscales   et   16   milliards   au   titre   des  
dépenses  non  fiscales  dont  il  faut  déduire  les  11,57  milliards  issus  du  quotient  familial).  Avec  
une   réforme   qui   comprend   la   suppression   des   niches   fiscales   de   l’IR,   ceci   fournira  
d’importantes   marges   de   manœuvres   au   gouvernement,   comme   par   exemple   réaffecter   ces  
dépenses   afin   de   réduire   d’autres   impôts   et   cotisations   sans   amputer   les   recettes   fiscales  
globales.    
 
Dans  l’étude  de  l’IREF,  Jean-­‐Philippe  Delsol  considère  que   la  masse  rendue  disponible  par  la  
suppression  des  niches  fiscale  permettrait  plusieurs  réductions  d’autres  impôts  par  exemple,  
voici  les  propositions  de  l’auteur  dans  son  étude  :  
-­‐ Cette  masse  permettrait  de  réduire  la  cotisation  patronale  d’allocation  familiale,  qui  
est  aujourd’hui  déplafonnée  et  soumise  à  un  taux  de  3,45%  ou  de  5,25%.    
-­‐ D’augmenter   de   1%   ou   de   2%   les   retraites   de   base   de   sécurité   sociale   dans   le   but   de  
compenser  la  hausse  d’impôt  de  2%  pour  les  plus  démunis.  
-­‐ Le   solde   disponible,   de   l’ordre   de   10   milliards   d’euros,   pourrait   être   affecté   à   la  
suppression   de   l’ISF   (IFI   actuellement)   et   à   la   suppression   des   impôts   sur   le   capital  
s’ajoutant  à  la  CSG  pour  4,5%  au  titre  du  prélèvement  social,  0,3%  pour  la  contribution  
additionnelle  et  enfin  de  2%  au  titre  du  prélèvement  de  solidarité  (ce  qui  fait  que  la  
CSG  et  ses  taxes  annexes  représentent  15,5%  sur  les  revenus  du  capital  quand  elle  est  
de  7,5%  sur  la  plus  grande  partie  des  revenus  du  travail)  
 
Dans  cette  étude,  l’IREF  à  déduit  que  :    
-­‐ Les  recettes  nettes  d’une  «  flat  Tax  »  à  deux  taux,  2%  et  15%,  s’élèveraient  à  78.66  
Milliards  d’euros,  plus  que  les  recettes  de  l’IR  progressif.    
-­‐ Les  économies  dégagées  par  la  suppression  des  niches  permettraient  de  simplifier  la  
fiscalité  et  de  supprimer  de  nombreux  impôts,  notamment  l’ISF  dont  le  rendement  est  
de   l’ordre   de   5   milliards   (l’ISF   est   devenu   l’IFI   aujourd’hui),   mais   dont   les   coûts   et  
charges  indirects  sont  considérables  et  pour  le  budget  et  pour  l’économie  
-­‐ Les   charges   additionnelles   à   la   CSG   sur   les   revenus   du   capital   pourraient   être  
supprimés   de   façon   à   égaliser   les   conditions   de   taxation   du   travail   et   du   capital  
aujourd’hui  surtaxé  

51  
 
-­‐ L’impôt  serait  simple  et  moins  couteux  à  prélever  et  à  contrôler.  Les  gains  financiers  
et   économiques   y   afférents,   non   chiffrés   à   ce   jour,   sont   sans   doute   loin   d’être  
négligeables.  
-­‐ Grâce  à  la  flat  Tax  et  à  la  suppression  des  niches,  certains  contribuables  aisés  capables  
de   réduire   leur   fiscalité   par   une   utilisation   judicieuse   et   excessive   des   niches   et   de  
complexité  de  l’impôt  ne  pourraient  plus  poursuivre  de  telles  pratiques.    
-­‐ Le  débat  actuel  sur  le  quotient  conjugal  n’aurait  plus  guère  lieu  d’être  du  fait  de  la  
suppression  de  la  progressivité  
-­‐ Le   cas   échéant,   la   fusion   de   l’impôt   sur   le   revenu   et   de   la   CSG   serait   facilitée,   surtout  
si  l’assiette  de  l’impôt  sur  le  revenu  est  la  même  que  celle  de  la  CSG.    
-­‐ Plus   généralement,   l’impôt   serait   mieux   accepté   et   la   proportionnalité   serait   plus  
incitatrice  à  l’initiative  entrepreneuriale  et  au  travail  
-­‐ Cet  impôt  serait  plus  démocratique  par  la  participation  de  tous.  Il  serait  souhaitable  à  
cet  égard  que  les  deux  taux  de  2  et  15%  soient  liés  et  que  la  baisse  ou  la  hausse  de  l’un  
des   taux   ne   puisse   pas   être   votée   sans   que   la   même   baisse   ou   la   même   hausse  
s’applique  à  l’autre  taux  de  façon  notamment  à  éviter  de  succomber  à  toute  tentation  
démagogique.    
 
Pour  conclure  Jean-­‐Philippe  Delsol  a  écrit  dans  sa  synthèse  le  paragraphe  suivant  :  «  Toutes  
ces  raisons  concourent  à  montrer  que  la  Flat  Tax  serait  un  impôt  plus  juste.  Il  serait  plus  juste  
parce  que  tous  paieraient  l’impôt,  tous  participeraient  à  la  chose  publique  à  proportion  de  leur  
revenu.  Cet  impôt  serait  ainsi  conforme  à  la  constitution  dont  le  préambule  reprend  l’article  
13  de  la  Déclaration  des  Droit  de  l’Homme  et  du  Citoyen  de  1789  :  «  pour  l’entretien  de  la  force  
publique,  et  pour  les  dépenses  d’administration,  une  contribution  commune  est  indispensable  :  
elle  doit  être  également  répartie  entre  tous  les  citoyens,  en  raison  de  leurs  facultés  ».  En  raison  
veut  dire  à  l’époque  «  à  proportion  ».  La  proportionnalité  évite  l’arbitraire  de  la  progressivité  
qui  pénalise  les  uns  ou  favorise  les  autres  au  gré  de  majorités  changeantes  et  sans  qu’un  taux  
puisse  être  plus  juste  qu’un  autre  alors  qu’en  décidant  (presque)  d’un  même  taux  pour  tous,  la  
justice  est  rétablie.  »  
 
Il  est  important  de  préciser  que  cette  étude  ne  prend  pas  en  compte  la  réaction  des  citoyens  
ainsi   que   de   l’économie   sur   une   telle   réforme.   Les   calculs   sont   effectués   sur   les   collectes  
fiscales   précédentes.   Ce   qui   rend   donc   cette   étude   limitée,   mais   comme   nous   l’avons  
démontré   dans   nos   précédentes   parties,   que   ce   soit   avec   l’exemple   russe,   ou   l’exemple  
slovaque  :  pour  chaque  introduction  d’une  Flat  Tax,  il  y  a  eu  une  augmentation  de  la  croissance  
et  du  travail  et  une  multitude  de  signes  positifs  qui  ne  sont  pas  forcément  décelables.      
 
 
Cette  étude  est  seulement  basée  sur  une  réforme  impliquant  l’IR,  mais  ceci  donne  déjà  une  
première  idée  des  avantages  de  l’introduction  de  la  Flat  Tax.  Dans  la  prochaine  partie,  nous  
allons   simplement   ajouter   des   propositions   qui   pourront   par   exemple   remplacer   cette  
proposition  de  l’IREF,  ou  venir  la  compléter.  Ces  propositions  sont  simplement  des  idées  que  
nous   avons   développées   au   fur   et   à   mesure   de   notre   étude,   sans   pour   autant   avoir   la  
possibilité  et  les  moyens  de  les  prouver.    
 

52  
 
Nous  avons  joint  en  annexe  un  grand  nombre  d’articles  de  l’IREF  concernant  le  sujet  de  la  Flat  
Tax,  que  ce  soit  un  article  sur  la  fiscalité  en  de  la  France  ou  sur  la  fiscalité  internationale  (Voir  
les  annexes  4-­‐5-­‐6-­‐7-­‐8-­‐9-­‐10-­‐11-­‐12)    
 
b. D’autres  propositions  pour  une  réforme  avec  Flat  Tax  
 
Dans  cette  partie,  nous  allons  donner  des  idées  à  ajouter  sur  l’étude  de  l’IREF  ou  bien  des  
autres  propositions  à  appliquer  simplement.    
 
-­‐ Pour  commencer,  concernant  l’étude  de  l’IREF,  nous  avons  pensé  que  l’idée  de  passer  
des  taux  du  système  actuel  (0%,  14%,  30%,  41%  et  45%)  à  deux  taux  de  2%  et  15%  
seraient  une  baisse  énorme  du  poids  de  l’impôt  dans  les  esprits  de  la  population.  Nous  
pensons  que  nous  pouvons  effectuer  une  réforme  en  augmentant  soit  uniquement  le  
taux  de  15%  jusqu’à  19%  et  supprimer  le  taux  de  2%,  pour  que  les  personnes  ne  payant  
pas   d’impôt   dans   le   système   actuel   restent   non   imposables   avec   la   réforme.   Ou  
augmenter   les   deux   taux   jusqu’à   3%   et   17%.   Avec   ces   nouveaux   taux,   l’impact   positif  
de  la  réforme  existera  toujours,  et  la  collecte  des  recettes  fiscales  provenant  de  l’IR  
sera  supérieure  à  la  collecte  de  l’impôt  progressif  actuellement.    
 
-­‐ Nous   pensons   que   s’il   y   a   une   baisse   de   l’impôt   sur   le   revenu,   il   n’est   pas   possible   de  
garder   des   taux   beaucoup   plus   supérieurs   pour   l’impôt   sur   les   sociétés,   qui   est  
actuellement  en  France  de  331/3,  28%  ou  15%.    
Si  nous  allons  mettre  en  place  une  réforme  de  l’IR  et  des  taux  de  2%  et  15%,  il  faudra  
diminuer  l’impôt  sur  les  sociétés.  Avec,  un  taux  plein  et  un  taux  réduit,  25%  et  15%  par  
exemple,  ou  bien  23%  pour  le  taux  plein  et  13%  pour  le  taux  réduit.    
La   réduction   de   l’impôt   sur   les   sociétés   dans   cette   même   réforme   est   facilement  
explicable  :  si  les  revenus  normaux  sont  imposés  à  2%  et  15%,  alors  que  l’impôt  sur  les  
sociétés  est  imposable  à  331/3%,  28%  et  15%,  les  investisseurs  et  les  entrepreneurs  ne  
vont   plus   être   encouragés   à   investir   dans   des   entreprises   ou   à   créer   de   nouvelles  
entreprises.  Le  constat  ici  est  simple,  s’il  y  a  moins  d’entreprises  et  moins  de  travail  
dans   les   entreprises,   ceci   se   traduit   par   moins   d’emplois   et   moins   d’employés   dans  
l’économie.   C’est   pour   cette   simple   raison   qu’une   baisse   des   taux   de   l’IR   doit  
s’accompagner  d’une  baisse  des  taux  de  l’IS  ainsi  que  d’autres  impôts.    
 
Pour  information,  dans  le  programme  électoral  du  président  Emmanuel  Macron,  une  
des  mesures  phares  était  la  baisse  de  l’IS  de  33,3%  à  25%  d’ici  2022  afin  que  la  France  
rejoigne  la  moyenne  européenne  et  ceci  pour  développer  l’attractivité  de  la  France  et  
soulager   les   entreprises   françaises   qui   font   face   à   des   difficultés   concernant   les  
prélèvements   obligatoires.   Cette   proposition   dans   le   programme   électoral   du  
président  prévoit  une  baisse  progressive  chaque  année  jusqu’à  atteindre  25%  en  2022.  
D’après  l’article  :  «  Baisse  de  l’impôt  sur  les  sociétés  »  par  la  fondation  Ifrap  publié  le  
17/01/2018  dans  le  figaro,  cette  baisse  de  l’impôt  sur  les  sociétés  devrait  permettre  
une  augmentation  du  PIB  progressivement  chaque  année,  et  cette  augmentation  du  
PIB  sera  réparti  entre  une  augmentation  du  commerce  extérieur,  une  augmentation  
de   la   consommation   des   ménages   mais   aussi   une   importante   augmentation   des  
investissements.   Concrètement,   le   taux   d’IS   normal   passera   selon   le   projet  

53  
 
gouvernemental  de  33,33%  à  31%  en  2019,  puis  à  28%  en  2020,  26,5%  en  2021  et  25%  
en  2022.    
 

 
 
Figure  10  :  Impact  de  la  baisse  de  l’impôt  sur  les  sociétés  sur  le  PIB  d’ici  2022  (Source  Ifrap)  
 
D’après   la   figure   10,   on   peut   voir   qu’une   baisse   des   taux   d’imposition   des   impôts   sur  
les   sociétés,   peut   aussi   permettre   une   croissance   économique   importante.   Il   serait  
donc  nécessaire  de  prévoir  dans  la  réforme  de  l’IR,  une  réforme  de  l’IS  complémentaire  
afin  de  mettre  en  place  un  système  fiscal  efficace,  attractif  et  surtout  complet.    
 
-­‐ L’IFI   (anciennement   ISF),   est   une   mise   en   place   du   système   progressif   et   de   la  
progressivité   des   taux.   Pour   baisser   la   progressivité   de   l’impôt   ou   la   supprimer  
carrément,  il  serait  primordial  de  supprimer  l’IFI.  Cette  proposition  a  été  faite  dans  
l’étude  de  l’IREF  mais  nous  pensons  que  celle-­‐ci  est  nécessaire  dans  la  réforme  et  la  
mise  en  place  d’une  Flat  Tax.    
-­‐ La   fiscalité   concernant   les   capitaux   d’entreprises   est   beaucoup   moins   avantageuse  
pour  les  résidents  que  pour  les  non-­‐résidents.  C’est  aussi  un  point  très  important  et  à  
améliorer  afin  de  limiter  la  détention  des  capitaux  des  entreprises  françaises  par  les  
non-­‐résidents.  C’est  pour  cela  qu’il  y  a  eu  une  diminution  de  l’impôt  sur  le  capital  avec  
la  nouvelle  loi  de  Finances.  Mais  cela  doit  continuer  afin  d’encourager  les  résidents  
français  à  investir  dans  les  sociétés  françaises.    
 
Cette  affirmation  était  valide  avant  la  réforme  concernant  la  fiscalité  du  patrimoine,  
car  depuis,  il  y  a  eu  la  mise  en  place  d’un  prélèvement  forfaitaire  unique  de  30%  sur  
les   revenus   financiers.   Même   insuffisante,   il   s’agit   d’une   baisse   de   l’imposition   du  
capital  pour  un  grand  nombre  d’investisseurs  et  de  contribuables  français.    
 
-­‐ Mise   en   place   d’un   système   fiscal   basé   sur   la   proposition   de   Flat   Tax   de   Hall   &  
Rabushka.  Dans  le  cas  de  la  France,  le  système  fiscal  est  si  compliqué  et  possède  une  
54  
 
multitude  d’impôts  et  de  taxes,  ce  qui  complique  la  tâche  pour  la  mise  en  place  de  Flat  
Tax  à  19%  pour  tous  les  impôts.    
 
L’étude  de  cette  proposition  s’avère  elle-­‐même  très  compliqué  à  cause  de  l’existence  
d’un  grand  nombre  d’impôts.  Il  est  cependant  vrai,  que  la  suppression  de  toutes  les  
niches   fiscales,   les   exonérations,   les   déductions   et   les   crédits   d’impôts   simplifiera  
énormément  le  système  et  diminuera  grandement  les  coûts  de  l’administration  fiscale.    
 
De  plus  nous  pensons  qu’il  est  important  de  faciliter  la  tâche  des  déclarations  d’impôts  
pour  les  contribuables  car  il  devient  de  plus  en  plus  compliqué  de  déclarer  ses  impôts  
ou   bien   encore   d’étudier   les   différentes   manières   d’éviter   au   maximum   certaines  
impositions.    
 
Voici  quelques  préconisations  pour  l’amélioration  de  la  réforme  proposée  par  Jean-­‐Philippe  
Delsol  et  par  l’IREF  mais  aussi  d’autres  propositions  de  réformes  qui  peuvent  sembler  logiques  
et   utiles   lorsqu’on   connait   toutes   les   informations   présentées   dans   notre   étude   sur   les  
différents  types  d’impositions  du  système  fiscal  français.    
   

55  
 
IV. Conclusion  
 
Pour   répondre   à   notre   problématique,   je   commencerais   par   dire   qu’il   existait   auparavant  
beaucoup  plus  de  pays  ayant  adoptant  des  systèmes  fiscaux  progressifs.  Depuis  le  début  des  
années  2000  cette  statistique  est  en  train  de  changer  :  le  système  d’imposition  proportionnel  
ou   uniquement   des   taux   proportionnels,   spécialement   pour   leurs   impôts   sur   le   revenu  
commencent  à  devenir  populaires  auprès  des  classes  dirigeantes.    
 
Nous   pensons   que   ces   chiffres   vont   encore   évoluer   dans   un   futur   proche   pour   les   raisons  
suivantes  :  efficacité  des  impôts  proportionnels,  simplicités  ainsi  que  leurs  coûts  administratifs  
qui  sont  beaucoup  moins  importants  que  les  coûts  des  systèmes  progressifs.    
 
En   ce   qui   concerne   la   Flat   Tax,   nous   avons   donc   présenté   la   proposition   initiale   de   ses  
précurseurs,  Hall  &  Rabushka.  Même  si  cette  proposition  n’est  pas  souvent  appliquée  dans  
son  intégralité,  elle  est  quand  même  à  l’origine  de  beaucoup  de  réformes  fiscales  partout  dans  
le   monde.   Pour   son   application,   il   est   important   de   toujours   rappeler   qu’il   existe   plusieurs  
formes  de  Flat  Tax  :    et  que  dans  sa  forme  la  plus  simple  on  peut  dire  qu’une  Flat  Tax  est  
applicable  en  France  (si  on  remplace  l’IR  par  une  Flat  Tax  à  19%  par  exemple).  Mais  il  sera  plus  
compliqué  d’adopter  une  réforme  qui  touchera  l’ensemble  du  système.    
 
Mais  quant  à  l’application  de  sa  forme  la  plus  complète…  elle  sera  plus  difficile  à  mettre  en  
place.  L’exemple  Slovaque  avec  sa  première  réforme  est  l’exemple  qui  se  rapprochait  le  plus  
de  cette  forme  complète  (même  si  ce  n’était  pas  le  cas  à  100%),  s’est  soldée  par  un  échec.    
 
Pour  conclure  notre  étude,  il  y  a  quelques  points  importants  à  préciser  :  la  présentation  du  
système  fiscal  russe  fut  très  intéressante  surtout  car  on  a  pu  voir  les  bienfaits  de  la  flat  Tax  et  
de   l’impôt   proportionnel   du   revenu   avec   la   réforme   de   2001.   Il   est   toutefois   important   de  
souligner   que   le   système   fiscal   russe   possède   beaucoup   de   désavantages   et   ne   présente   pas  
une   application   idéale   de   la   Flat   Tax…   et   ceci   principalement   à   cause   du   grand   nombre  
d’exonérations,  de  déductions  qui  sont  toujours  applicables  en  Fédération  de  Russie.    
 
En  ce  qui  concerne  la  Flat  Tax,  malgré  les  bienfaits  qu’elle  démontre,  il  ne  faut  pas  oublier  que  
cette  dernière  a  toujours  montré  des  limites  sur  le  long  terme  (exemple  de  la  Slovaquie).  Mais  
cela   ne   suffit   pas   à   prouver   l’inefficacité   de   la   Flat   Tax.   Ce   petit   échec   nous   permet   de  
comprendre  que  la  Flat  Tax  n’est  pas  une  solution  unique  à  tous  les  problèmes  économiques  
et  financiers  du  pays.  Une  Flat  Tax  peut  améliorer  la  croissance,  le  travail,  booster  l’économie  
du   pays,   etc.   En   revanche,   pour   des   meilleurs   résultats   il   faut   que   la   réforme   fiscale   soit  
accompagnée  d’autres  réformes  et  décisions  financières.  À  elle  seule,  la  Flat  Tax  ne  peut  pas  
résoudre  tous  les  problèmes  économiques  d’un  pays.    
 
Après  notre  étude,  nous  pensons  tout  de  même  que  l’application  d’une  Flat  Tax  dans  un  pays  
tel  que  la  France  aurait  des  résultats  positifs  ce,  malgré  les  réticences  qui  seront  certainement  
grandes  au  début.  Si  l’application  de  la  Flat  Tax  fut  une  réussite  dans  un  pays  comme  la  Russie,  
où  le  pouvoir  politique  ainsi  que  le  système  fiscal  et  financier  sont  grandement  corrompus,  
nous  pouvons  espérer  que  l’application  de  la  Flat  Tax  en  France  puisse  procurer  des  résultats  
encore  plus  intéressants  et  positifs  pour  l’économie  du  pays.    
 

56  
 
Nous  savons  que  la  France  se  trouve  dans  la  liste  des  pays  possédant  des  taux  de  prélèvements  
obligatoires   parmi   les   plus   élevés   rapportés   au   PIB.   La   France   fait   aussi   partie   des   pays   de  
l’OCDE  où  la  pression  fiscale  a  augmenté  le  plus  vite  en  fonction  de  son  PIB  sur  les  dernières  
années.  Nous  pensons  donc  simplement  qu’il  est  nécessaire  d’étudier  sérieusement  le  dossier  
de  l’introduction  de  la  Flat  Tax  en  France.    
 
Pour  les  opposants  à  cette  réforme,  nous  aimerions  simplement  rappeler  que  la  France  est  
l’un   des   pays   les   plus   égalitaires   du   monde.     S’il   fallait   diminuer   très   marginalement   cette  
égalité  au  détriment  de  la  relance  de  la  croissance,  de  l’emploi  ainsi  que  la  baisse  du  chômage  
et  l’augmentation  des  recettes  fiscales,  un  effort  global  devrait  être  envisagé.  Cela  ne  devrait  
pas  être  vu  comme  une  réforme  pour  favoriser  uniquement  les  riches  mais  pour  le  bien-­‐être  
commun.   Nous   avons   par   ailleurs   démontré   les   bienfaits   globaux   de   la   Flat   Tax   sur   les  
économies  concernées.  
 
Dans   un   environnement   similaire   à   celui   d’aujourd’hui,   nous   pensons   que   la   Flat   Tax  
permettra  à  la  France  de  répondre  aux  attentes  de  ces  citoyens,  mais  aussi  aux  investisseurs  
étrangers  en  ce  qui  concerne  le  sujet  de  la  concurrence  fiscale  internationale.    
 
Ce   sujet   prend   chaque   jour   un   peu   plus   d’ampleur,   surtout   lorsqu’une   concurrence   fiscale  
apparait  entre  des  pays  qui  sont  membres  de  l’Union  Européenne,  l’un  possédant  une  Flat  
Tax,  et  l’autre  possédant  un  système  progressif.  Nous  pensons  que  la  concurrence  fiscale  est  
la   raison   principale   de   l’apparition   de   plus   en   plus   de   réformes   fiscales   afin   de   permettre   au  
pays  de  rester  compétitifs  et  attractifs.  Une  solution  sur  le  long  terme  serait  peut-­‐être  une  
harmonisation   de   la   fiscalité   afin   de   mettre   fin   a   la   concurrence   fiscale   internationale  
«  déloyale  »,  mais  ceci  reste  pour  l’instant  une  utopie.  
 
Mais  le  point  que  nous  aimerions  mettre  en  valeur  est  que  la  concurrence  fiscale  déloyale  
entre  les  pays  de  l’Union  Européenne  est  évidente.  Lorsque  cette  dernière  octroie  les  mêmes  
droits  et  avantages  à  deux  pays  mais  que  ces  derniers  mettent  en  place  des  systèmes  fiscaux  
complétement   opposés,   il   est   logique   qu’un   de   ces   deux   pays   cherche   à   se   différencier   pour  
profiter  du  marché  commun  tout  en  gardant  un  avantage  concurrentiel.    
 
Le  futur  de  la  fiscalité  se  trouve-­‐t-­‐il  donc  dans  l’harmonisation  de  la  fiscalité  à  l’international  ?  
Les   décisions   fiscales   seront-­‐elles   toujours   politiques   ou   bien   deviendront-­‐elles   un   jour  
simplement  économiques  ?  Quel  futur  pour  la  fiscalité  de  l’union  européenne  ?  Quel  futur  
pour   la   fiscalité   mondiale   ?   Ce   sont   des   problématiques   très   intéressantes   qui   requières  
d’autres  études  afin  d’obtenir  des  réponses  plus  claires.      
   

57  
 
V. Bibliographie  :  
 
-­‐ Anna  Ivanova,  Michael  Keen  &  Alexander  Klemm.  (2005),  The  Russian  Flat  Tax  Reform,  
IMF  Working  Paper  (WP/05/16)  (48  Pages)    
-­‐ Anne  Marie  Brook  &  Willi  Leibfritz.  (2005),  Slovakia’s  introduction  of  a  flat  tax  as  part  
of  wider  economic  reforms  –  Economic  department  working  papers  No.448.  OECD  (29  
pages)  
-­‐ Carola Maggiulli, Matthias Mors « Quelques éléments d'analyse de la flat tax », Reflets
et perspectives de la vie économique 2006/3 (Tome XLV), p. 53-62.
DOI
10.3917/rpve.453.0053 (11 pages)
-­‐ Clifford  Gaddy  and  William  G.  Gale  (2006).  Russia’s  Flat  Tax  :  Myths  and  Facts  (5  pages)    
-­‐ Daniel   Hinst.   (2010),   Flat   Tax   reforms   in   Estonia   and   Slovakia   as   perspectives   for  
croatian  tax  reform.    
-­‐ Daniel  J.Mitchell  (2008)  ,  The  Global  Flat  Tax  Revolution  :  Lessons  for  Policy  Makers,  
Prosperitas,  (12  pages).    
-­‐ Direction   Générale   des   Finances   Publiques.   (2016),   Présentation   de   la   fiscalité  
française.  (102  pages)    
-­‐ Emmanuel  Garessus.  (2010),  «  Les  socialistes  qui  refusent  de  supprimer  la  Flat  tax  »  
publié  chez  Liberal  Institute.  
-­‐ Gorislavtsev  &  Co,  Les  impôts  en  Europe,  «  Les  impôts  en  Russie  ».  (18  pages)    
-­‐ James   M.Bickley.   (2011),   Flat   Tax   :   Overview   of   the   Hall-­‐Rabushka   Proposal,  
Congressional  Research  Service.  (32  Pages)    
-­‐ Jean   Philippe   Delsol   et   Pierre   Garello.   (2009),   Introduction   de   «   The   Flat   Tax   »   de  
Robert  E.Hall  &  Alvin  Rabushka,  European  Center  of  Austrian  Economics  Foundation  
(192  pages)  
-­‐ Jean-Édouard Colliard, Claire Montialoux« Une brève histoire de l'impôt », Regards
croisés sur l'économie 2007/1 (n° 1), p. 56-65.
DOI 10.3917/rce.001.0056 (11 pages)
-­‐ Jean-­‐Philippe   Delsol   et   Pierre   Garello,   La   Flat   Tax   :   une   solution   pour   la   France   (10  
pages)    
-­‐ OECD-­‐  Tax  Policy  Reforms  in  the  Slovak  Republic  (5  pages)    
-­‐ Remeta,  J.  et  al.  (2015),  “Moving  Beyond  the  Flat  Tax  -­‐  Tax  Policy  Reform  in  the  
Slovak  Republic”,  OECD  Taxation  Working  Papers,  No.  22,  OECD  Publishing.  
http://dx.doi.org/10.1787/5js4rtzr3ws2-­‐en  (81  Page)    
-­‐ Victor   Fouquet.   (2017),   La   pensée   libérale   de   l’impôt,   préface   de   Pascal   Salin  
Libréchange,  Nice.  (353  pages)    
 
-­‐ http://flattaxes.blogspot.com/2010/09/flat-­‐tax-­‐countries-­‐and-­‐jurisdictions.html  
-­‐ http://geopolis.francetvinfo.fr/russie-­‐la-­‐flat-­‐tax-­‐au-­‐coeur-­‐du-­‐systeme-­‐fiscal-­‐11681  
-­‐ http://observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/1852/Les_hauts_et_les_bas_des
_imp_F4ts__E0_taux_unique.html  
-­‐ http://wol.iza.org/articles/flat-­‐rate-­‐tax-­‐systems-­‐and-­‐their-­‐effect-­‐on-­‐the-­‐economy  
-­‐ http://www.libres.org/actualite/3631-­‐nouvelle-­‐preuve-­‐des-­‐bienfaits-­‐de-­‐la-­‐flat-­‐
tax.html  
-­‐ http://www.vie-­‐publique.fr/decouverte-­‐institutions/finances-­‐publiques/ressources-­‐
depenses-­‐etat/ressources/qu-­‐entend-­‐on-­‐par-­‐proportionnalite-­‐progressivite-­‐
impot.html#rub_1881  
-­‐ https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/La-­‐Flat-­‐Tax-­‐en-­‐Roumanie-­‐un-­‐bilan-­‐

58  
 
revelateur  
-­‐ https://sorb-­‐on.fr/2017/03/15/limpot-­‐une-­‐histoire-­‐riche-­‐et-­‐mouvementee  
-­‐ https://sorbonneco.hypotheses.org/1927  
-­‐ https://www.agoravox.fr/tribune-­‐libre/article/la-­‐flat-­‐rate-­‐tax-­‐russe-­‐cette-­‐128427  
-­‐ https://www.cairn.info/revue-­‐reflets-­‐et-­‐perspectives-­‐de-­‐la-­‐vie-­‐economique-­‐2006-­‐3-­‐
page-­‐53.htm  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

59  
 
VI. Annexes  
 
 
Annexe  1  :  Formulaire  pour  l’impôt  sur  les  revenus  salariaux  (Déclarations  carte  postale  de  
Hall  &  Rabushka)  :    
 

 
 
 
60  
 
Annexe  2  :  Formulaire  pour  l’impôt  sur  les  revenus  professionnels  (Déclarations  carte  
postale  de  Hall  &  Rabushka)  :  
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
61  
 
Annexe  3  :  Les  socialistes  qui  refusent  de  supprimer  la  Flat  Tax,  par  Emmanuel  Garessus  :  
 
 
Liberal Institute - Les socialistes qui refusent de supprimer la flat tax 11/08/2018 15:39

Les socialistes qui refusent de supprimer la


flat tax
Presque quatre ans après son arrivée au pouvoir en
Slovaquie, la coalition de gauche n'a pas supprimé la flat tax.
L'événement n'est pas mince en ces temps de dénonciation du
libéralisme. La flat tax a profité à toutes les classes de revenu
et elle est très populaire.
Robert Fico, chef du gouvernement slovaque depuis trois
ans, est un ancien membre du parti communiste
tchécoslovaque, puis après la chute du mur, du successeur du
parti communiste, le Parti de la gauche démocratique (SDL).
Après huit ans d'un gouvernement libéral, en 2006 l'électorat
a été séduit par sa volonté d'édifier une Slovaquie «plus
sociale». L'essentiel de ses flèches était réservé à la flat tax
(impôt proportionnel), un symbole libéral qui avait été
introduit par ses prédécesseurs au début 2004. Elle fixait à
19% l'impôt sur le revenu des ménages et l'impôt sur les
bénéfices des entreprises.
Presque quatre ans plus tard, la coalition de gauche n'a
pas changé de système fiscal. L'événement n'est pas mince en
ces temps de dénonciation du libéralisme. La raison du statu
quo est double. D'une part, la flat tax a profité à toutes les
classes de revenu et elle est donc extrêmement populaire.
D'autre part elle s'est traduite par une hausse des recettes
fiscales grâce à l'augmentation des richesses, des
implantations d'entreprises et du PIB, a expliqué Ivan Miklos,
ministre des finances de 2002 à 2006, lors d'une récente
conférence du Liberales Institut de Zurich sur une fiscalité
plus juste. L'ex-ministre des finances slovaque, 49 ans, élu
ministre des Finances de l'année par Euromoney en 2004, est
l'homme qui avait amené la flat tax à la Slovaquie.

Le succès est phénoménal. Les chiffres de croissance


slovaque font rêver. Ils dépassent 4,5% depuis 2002. Le pays
a affiché la plus forte croissance de l'OCDE en 2006 (+8,5%)
et 2007 (+10,6%), avant de poursuivre avec 6,2% en 2008.
La grande récession de 2009 (- 4,7%) est sévère, mais une
hausse du PIB de 3,8% est attendue cette année et l'année
prochaine.

Cette expansion lui a permis en dix ans de réduire de 56 à


40% l'écart de PIB par habitant avec la moyenne européenne,

https://www.libinst.ch/?i=les-socialistes-qui-refusent-de-supprimer-la-flat-tax--en Page 1 sur 3

62  
 
 

63  
 
 

64  
 
Annexe  4  :  La  Flat  Tax  :  Une  solution  pour  la  France.  Par  Jean-­‐Philippe  Delsol  et  Pierre  
Garello  

 
 
 

65  
 
 
 
 
 

66  
 
 
 
 

67  
 
 
 
 

68  
 
 
 
 
 
69  
 
 
 
 

70  
 
 
 
 
 
 

71  
 
 
 
 
 
72  
 
 
 
 
 

73  
 
 
 
 

74  
 
Annexe  5  :  Pourquoi  l’impôt  doit  être  neutre  (2016)  :  
 

75  
 
 
 
 

76  
 
Annexe  6  :  180  niches  fiscales  supprimés  et  50  Mds  d’euros  d’économie  par  l’IREF  (2016)  
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
77  
 
Annexe  7  :  La  proposition  fiscale  de  l’IREF  plébiscitée  à  droite  (2016)  :  
 
 

 
78  
 
 
Annexe  8  :  Nouvelle  preuve  des  bienfaits  de  la  Flat  Tax  par  Jacques  Garello  (2015)  –  IREF  :  
 
 

 
 
 
 
79  
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
80  
 
Annexe  9  :  les  politiques  jouent  à  la  Bourse  par  Nicolars  Lecaussin  (2012)  –  IREF  :  
 
 

 
81  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

82  
 
Annexe  10  :  un  impôt  à  taux  unique  à  15%  par  Nicolas  Lecaussin  (2015)  –  IREF  :  
 

 
83  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
84  
 
Annexe  11  :  La  concurrence  fiscale  profitable  par  Thierry  Afschrift  (2010)  -­‐  IREF  :  
 

 
 

85  
 
 
 
 
 
86  
 
 
 
 

87  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

88  
 
Annexe  12  :  Eclairages  sur  les  niches  fiscales  par  Jean-­‐Philippe  Delsol  (2009)  -­‐  IREF  
 

 
 
89  
 
 
 
 

90  
 

Vous aimerez peut-être aussi