Vous êtes sur la page 1sur 4

LES RAILLEURS DU PROPHETE (PSL) ET LE CHATIMENT

QU’ALLAH LEUR A ASSIGNE

Du temps du prophète (psl), aucun croyant n’échappa à la moquerie et aux railleurs ; même le
prophète (psl) fut l’objet de moqueries, voire d’insultes désignées par le Seigneur dans la
sourate Al Hijr : « Nous te suffisons, face aux railleurs qui placent une autre divinité à
côté du Dieu ; ils sauront bientôt ! » (Sourate15, V 95,96).

Nous citons de ces gens, les malédictions d’Allah sur eux, les noms suivants :

(1) Abou Lahab : ‘Abd Al-Ouzza Bin Abd Al-Mouttalib’, oncle du prophète (psl) ; Il
refusait catégoriquement de croire aux paroles du prophète (psl) et lui faisait, plus que
toute autre personne, du tort au point qu’il jetait ordures et déchets à la porte de la
maison qui était voisine de la sienne. Lorsque le prophète (psl) voyait les déchets, il
disait : « Fis de Abdul Mouttalib, vous faites un piètre voisin ?». Hamza vit, un jour,
Abou LAhab jeter les selles à la porte du Prophète (psl). Il les prit et les jeta sur la tête
d’ Abou Lahab. Son épouse, Oumou Jamil Al’Awra, ne supportait pas non plus le
prophète (psl) dans son cœur. Allah l’a désignée dans son Livre par (la porteuse de
bois). Lorsque la sourate de la corde fut révélée, informant cette femme et son mari
qu’ils allaient périr en cette vie et vivre éternellement au Feu dans l’autre vie, elle vint
chez le Prophète (psl), portant à la main une pierre.
- « Où est ton ami ? » demanda t-elle à Abou Bakr,
- « On m’a rapporté qu’il était en train de me diffamer. Je jure par Allah que si je le
trouve, je le frapperai à la bouche par cette pierre. Ensuite elle ajouta le vers suivant :
« Nous avons désobéi à un abominable, réfuté son ordre et haï sa religion ».
La mort enleva Abou Lahab à la Mecque des suites d’une maladie maligne appelée la
maladie d’Al ‘Adsa. Lorsque les polythéistes furent vaincus à Badr, la nouvelle arriva
à Abou Lahab qui tomba tout de suite malade et rendit l’âme de la pire des façons. Il
n’a même pas proprement été lavé à cause de l’odeur puante qui se dégageait de son
corps décomposé.

(2) Al Walid Ibn Al Moughira Al Makhzoumi qui a dit aux gens de Qoraïch : « Les gens
vous viennent en pèlerinage et vous demandent de leur parler de Mouhammad. N’ayez
pas des avis de divergents : qui le traitent de poète, qui le traitent de devin, etc. Dites
qu’il est un magicien car il sépare l’homme, le frère et la femme ». Ce sont ces paroles
qui ont abouti à sa perte : il marcha sur une flèche qui le blessa et causa sa mort. Allah
le Tout Puissant débarrassa ainsi son Messager de son mal et du mal de ceux qui le
raillaient.

(3) Abou Jahl Amr Ibn Hicham Al Makhzoumi était l’ennemi le plus invétéré du
Prophète (psl). Son nom était Amr et était surnommé Aboul Hakam. Mais les
musulmans lui assignèrent un surnom, à savoir Abou Jahl (le père des ignorants), à
cause de son hypocrisie et ses méfaits. Il trouva la mort à Badr, tué par les fils de Afra.
Abdoullah Ibn Mass’oud, qu’Allah l’agrée, lui coupa la tête car il le méprisait en
l’appelant « fils de la bergère ». C’est Aboul Hakam lui-même qui a dit : « Si
Mouhammad insulte nos dieux, nous insulterons le sien ». A ce propos, Allah révéla
les verset suivants : « N’insultez pas ceux qu’ils invoquent en dehors de Dieu sinon
ils insulteraient Dieu par hostilité et par ignorance » (Sourate6, V. 108).

-1-
(4) An-nadar Ibn Al Harith traitait le prophète (psl) de menteur et lui portait préjudice
ainsi qu’à ses compagnons. Il lisait les livres des Perses et se mêlait aux Juifs et aux
Chrétiens. C’est lui qui a prononcé les paroles suivantes, mentionnées dans le coran :
« Ô Dieu ! si cela est la vérité, venue de toi, fais tomber du ciel des pierres sur
nous, ou apporte-nous un châtiment douloureux » (S8, V32). C’est également lui
que le Seigneur désigne dans les 2 versets suivants : « Un questionneur a réclamé un
châtiment inéluctable pour les incrédules. Nul ne peut repousser celui-ci, il vient
de Dieu, le Maître des Degrés » (S70, V1, 2) et « Tel homme ignorant se procure
des discours futiles pour égarer les autres hors du chemin de Dieu et prendre
Celui-ci en dérision » (S31, V6). Ce tyran fut tué à Badr puisqu’il tomba prisonnier
entre les mains d’Al Miqdad Ibn Al Aswad. Le prophète (psl) ordonna de lui trancher
le cou, ordre mis à exécution par Ali, qu’Allah l’agrée.

(5) Ouqba Ibn Abi Moua’it Al Oumawi faisait partie des grands ennemis du prophète
(psl) et lui voulait du mal. C’est lui qui, un jour, déposa le placenta d’une chamelle
entre les épaules du prophète (psl), alors qu’il effectuait sa prière près de la Kaba, ce
qui déclencha les rires des Qoraïchites. Fatima, alors petite fille, s’approcha et enleva
ce placenta, ce qui lui valut les insultes de Ouqba. Ce tyran hypocrite fut pris comme
captif à Badr et crucifié. Il fut donc premier crucifié de l’islam. Il était roux aux yeux
bleus et le prophète (psl), le compara à Qoudar, l’homme qui a égorgé la chamelle de
Saleh, que les malédictions d’ Allah tombent sur ces deux mécréants.

(6) Al Aswad Ibn Abd Yaghouth Az-zouhari était l’un des railleurs. Il adressait au
prophète (psl) les paroles de dérision suivantes : « N’as-tu pas parlé avec personne du
ciel Ô Mouhammad ? ». Cet ennemi d’Allah attrapa un jour une maladie qui couvra
son corps de pustules et causa sa mort, que la miséricorde d’ Allah ne soit pas sur lui et
qu’il ne lui allège jamais la torture.

(7) Al Hareth Ibn Quays As-sahmi était un des railleurs du prophète (psl) et lui a fait du
tort tout au long de sa vie. Il était ignorant et adorait des pierres dressées. S’il lui
paraissait qu’une pierre était meilleure que la première, il abandonnait cette dernière et
n’était que plus heureux. Il disait : « Mouhamad a trompé ses amis et leur a promis de
les faire ressusciter après la mort ; je jure par Allah que seul le temps qui passe nous
fera périr ». C’est à son égard que les versets suivants furent révélés : « (N’as-tu pas
vu celui qui prend sa passion pour une divinité ? Dieu l’égare sciemment ; il met
un sceau sur ses oreilles et sur son cœur ; il place un bandeau sur ses yeux. Qui
donc, en dehors d’Allah, le dirigera ? Les hommes ne réfléchissent donc pas ? Ils
disent : Il n’ y a pour nous que notre vie présente : nous vivons et nous mourons.
Seul le temps qui passe nous fait périr. Ils ne détiennent aucune science de tout
cela ; ils ne se livrent qu’à des conjonctures ». (S55, V23, 24).
Une angine causa la mort de ce mécréant car il mangea un jour du poisson salé qui
suscita sa soif. Il buvait incessamment et mourut, la tête pleine de pustules

(8) Oubay et Oumayya, fils de Khalaf voulaient du mal au prophète (psl) et raillaient la
religion d’ Allah.Un jour, Oubay, les malédictions d’Allah soient sur lui, vint chez le
prophète (psl) en portant un os qu’il cassa et dit : « Tu prétends que ton Seigneur peut
faire revivre cet os ! ». C’est à son sujet que le verset suivant de la sourate Yasin fut
révélé : « Qui donc fera revivre les ossements alors qu’ils sont poussière ?
Dis : « Celui qui les as créés une première fois les fera revivre. Il connaît
parfaitement toute création » (S36, V78,79).

-2-
Ouqba Ibn Abi Mou’it invita le Messager d’Allah à manger. Celui-ci lui dit : « Je
n’accepterai ton invitation que si tu témoignes qu’il n’ y a point de dieu qu’Allah ».
Ouqba s’éxecuta et le prophète (psl) mangea avec lui. Oumayya dit à Ouqba : « As-tu
dit telle et telle chose ? ». « Je n’ai dit cela que pour la nourriture », répondit l’autre.
C’est à cet égard que le verset suivant fut révélé : « Le jour où l’injuste se mordra
les mains en disant : « Malheur à moi ! Si seulement j’avais suivi le chemin avec
le Prophète ! Malheur à moi ! Si seulement je n’avais pas pris un tel pour ami ! Il
m’a égaré loin du rappel, alors que celui-ci m’était déjà parvenu » (S25, V 27-29).
Oumayya trouva la mort à Badr de façon atroce ; quant à son frère Oubay, il allait à la
Mecque quand le Prophète (psl) le frappa d’une lance à la gorge et le tua.

(9) Abou Quays Ibn Al Kakeh Ibn Al Moughira voulait porter préjudice au prophète
(psl) et aidait Abou Jahl dans ses méfaits. Il fut tué à Badr par Hamza, oncle du
prophète (psl).

(10) Al As Ibn Wa’el Assahmi, père de Amr Ibn Al As, qu’ Allah l’agrée. Il était un
des railleurs du Prophète (psl) et a dit, à la mort d’Al Qassem, fils du Prophète (psl) :
« Mouhamad n’aura jamais de postérité puisqu’aucun de ses fils mâles ne survit ».
Allah le Tout Puissant révéla alors la sourate suivante : « Oui, Nous t’avons accordé
l’abondance ! Prie donc ton Seigneur et sacrifie ! Celui qui te hait : voilà celui qui
n’aura jamais de postérité » (S.Kawsar).
Un jour, Al As fut piqué, à la Mecque, au pied qui enfla et devint aussi gros que le cou
de chameau. Il mourut presque un mois après l’émigration du Prophète (psl) à Médine.

(11) Noubayh et Mounabbih, fils d’Al Hajjaj, raillaient le Prophète (psl) et les
croyants et leur faisait du tort ; lorsqu’ils rencontraient le Messager d’Allah, ils lui
disaient : « N’as-til pas trouvé un autre que toi ? Il y en a plus âgé et plus riche que
toi ». Ils furent tous deux tués à Badr.

(12) Al Aswad Ibn Al Mouttalib Ibn Asad, surnommé Abou Zam’a. Il raillait, en
compagnie de ses amis, le Prophète (psl) et ses compagnons et se moquait d’eux en
disant : « Voici les rois de la terre qui auront les trésors de Cosroès et César ».Le
Prophète (psl) demanda à son Seigneur de le frapper de cécité et de le faire souffrir en
le privant du fils. En effet, il devint aveugle, perdit un fils et mourut à la Mecque alors
que les gens se préparaient à la bataille d’Ouhoud et qu’il encourageait les mécréants à
participer à la guerre, poussé par sa grande haine au Messager d’ Allah et à sa religion.

(13) Tou’ayma Ibn Oubay Ibn Nawfal faisait du mal au Prophète (psl), l’insultait
et le traitait de menteur ; Il fut pris captif et tué à Badr.

(14) Malek Ibn At-talatila Ibn Amr Ibn Ghabchan, était un des railleurs et un
idiot. Le Prophète (psl) le maudit ; il mourut à la Mecque, la tête pleine de pus.

-3-
(15) Rikana Ibn Abd Yazid, était un des grands ennemis du Proiphète (psl). Il dit
un jour au Prophète (psl) : « Neveu, on m’a rapporté tes nouvelles et je sais que tu n’es
point menteur. Faisons un duel et si tu l’emportes, je saurai que tu dis la vérité ». Il se
savait très fort et imbattable mais le Prophèts (psl) l’emporta à 3 reprises et l’appela à
embrasser l’Islam. Mais il refusa : « Je n’embrasserai l’Islam que si tu appelles cet
arbre vers toi ».
- « viens, dit le Prophète (psl) à l’arbre
L’arbre s’approcha en fendant le sol
- « Je n’ai jamais vu une magie aussi extraordinaire », commenta Rikana. « Ordonne
lui de retourner à sa place ». L’arbre exécuta l’ordre.
Et Rikana d’ajouter : « c’est une magie merveilleuse ». Mais il ne crut pas, les
malédictions d’ Allah soient sur lui.

. . . et d’autres encore . . .

(16) Kaare Bluitgen, auteur danois du livre contenant des caricatures du Prophète
(psl), aura également, à coup sûr, sa part du châtiment dans la vie présente et dans la
vie future ;
Wait and see !

Paix sur vous

-4-