Vous êtes sur la page 1sur 75

3.

 Compléments sur les roches magmatiques
RAPPEL : le granite et le basalte

Quelles sont les différence entre ces deux roches magmatiques ?
Q ll t l diffé t d h ti ?
Î Composition ?
‐ chimique
‐ minéralogique 
ÎTexture ? 
Î Occurrence ?
Î … 
ROCHE MAGMATIQUE : roche se formant par solidification d’un MAGMA

2 grands types de roches 
2 d d h MAGMA = liquide silicaté visqueux
magmatiques
2 grands types de magmas
PLUTONIQUES VOLCANIQUES
Solidification LENTE  Solidification  Magmas granitiques Magmas basaltiques
d magma en
du magma en  RAPIDE d magma
RAPIDE du magma  T° 600‐1000°C
600 1000°C T >1000 1200°C
T >1000‐1200°C
profondeur (=lave) en surface Milieu continental Milieu océanique 
30 km 10 km
2 grands types de TEXTURES
2 grands types de TEXTURES
SiO2 70.41 50.83
Analyse 
TiO2 0.45 2.03 chimique en 
Phanéritique Aphanitique Al2O3 14 38
14.38 14 07
14.07 poids d’oxyde
(=holocristalline)
FE2O3 1.04 2.88
‐entièrement ‐partiellement
FEO 1.93 9.06
cristallisée cristallisée (=matrice)
‐grains visibles à ‐grains invisibles à l’œil MnO 0.06 0.18
l’œil nu nu MgO 0.81 6.34
CaO 1.97 10.42
Nomenclature Nomenclature basée Na2O 3.23 2.23
basée sur le sur la NORME (p.e.
K2O 4.95 0.82
MODE norme CIPW) ou la
((=proportions
ti composition
iti chimique
hi i P2 O 5 0 20
0.20 0 23
0.23
volumétrique des H2O 0.55 0.91
minéraux observés)
différences chimique Ù différence minéralogie
GRANITE GABBRO

MINERAUX OBSERVABLES : MINERAUX OBSERVABLES :
Q
Quartz/ feldspaths alcalins/ plagioclases
/ p /p g g / py
Plagioclases/ pyroxènes 
(+‐ biotite, amphibole) (+‐/olivines, amphiboles,oxydes)
RHYOLITE BASALTE BASALTE
GRANITE GABBRO

RHYOLITE BASALTE
GRANITE GABBRO

RHYOLITE BASALTE
Système binaire eutectique Diopside‐Anorthite

Î Modèle pour la cristallisation des magmas basaltiques
M dèl l i t lli ti d b lti
C hé i l li id j é
Cas théorique ou le liquide est toujours saturé
(hypothèse valable pour les roches plutoniques) 

…Que se passe‐t‐il pour les 
volcaniques?
Croissance (et nucléation ) des cristaux 
1) diffusion des éléments chimiques  du liquide vers le cristal et 
1) diff i d élé hi i d li id l i l
2) évacuation de la chaleur latente de cristallisation du cristal vers le liquide. 
Î Ces deux processus se réalisent à des vitesses différentes (la chaleur diffuse plus vite que la 
matière).
Taux de nucléation : 
Vitesse de formation 
des nucléi. 

obsidienne

NOMBRE DE CRISTAUX
NOMBRE DE CRISTAUX
et taux de nucléation

TAILLE DES CRISTAUX
et taux de croissance
et taux de croissance

Vitesse de refroidissement
Croissance (et nucléation ) des cristaux 
ROCHE VOLCANIQUE (Tc <températures< Tb)
Q ( p )
Refroidissement rapide Î sursaturation 
importante Î nucléation importante et 
Î beaucoup de petits 
croissance  faible Î
cristaux

ROCHE PLUTONIQUE (Ta<températures<liquidus)
Refroidissement lentÎ saturation/ 
t ti f ibl Î nucléation faible et 
sursaturation faibleÎ lé ti f ibl t
croissance  favoriséeÎ peu de grands 
cristaux. 

Meting point=liquidus / Growth= croissance


TEXTURE VESICULAIRE

BASALTE RHYOLITE
TEXTURE PORPHYRIQUE
TEXTURE PORPHYRIQUE
CLASSIFICATION DES ROCHES MAGMATIQUES 

Classification
Classification sur base de la couleur
sur base de la couleur

Roches mélanocrates =  Roches leucocrates = 
riches en minéraux  riche en minéraux 
foncés  et  clairs siliceux (quartz, 
g
ferromagnésiens  feldspaths alcalins et
feldspaths alcalins et 
(pyroxènes, amphibole,  plagioclase sodique)
olivine, oxydes)
Î Faibles teneurs en 
Faibles teneurs en Î Fortes teneurs en 
Fortes teneurs en
SiO2 SiO2

Classification sur base de la teneur en Silice
l f b d l l

ULTRABASIQUES BASIQUES INTERMEDIAIRES ACIDES


45 54 63 %SiO2
CLASSIFICATION DES ROCHES PLUTONIQUES : Q

Diagramme de Streickeisen Quartzolite
90 90
QAPF
Quartz‐rich
Granitoid
Classification modale basée sur les abondances 
relatives des minéraux courants formant les roches
relatives des minéraux courants formant les roches  60 60

magmatiques
Granite Grano‐
diorite
Quartz
Plagioclase (Ab >5%) Alkali Fs. 20 20 Qtz. Diorite/
Feldspath Alcalin (Ab<5%) Quartz Syenite
Quartz Quartz Quartz Qtz. Gabbro
Alkali Fs. Syenite Monzonite Monzodiorite
Feldspathoïde Syenite
5
Syenite Monzodiorite
5 Diorite/Gabbro/
10 35 Monzonite 65 90 Anorthosite
A (Foid)-bearing (Foid)‐bearing (Foid)-bearing P
Syenite Monzonite Monzodiorite
10 10 ((Foid)‐bearing
) g
Diorite/Gabbro
(Foid)‐bearing
Alkali Fs.  Syenite
(Foid) (Foid)
Monzosyenite Monzodiorite

60 60

(Foid)olites

F
CLASSIFICATION DES ROCHES PLUTONIQUES : Olivine
Diagramme de Streickeisen Dunite
roches basiques (1) et ultrabasiques (2)
roches basiques (1) et ultrabasiques (2) 90
(Quartz<5%)                 (Plagioclase<5%)
Peridotites

Lherzolite

Pl i l
Plagioclase
40
Anorthosite
90
Olivine Websterite Pyroxenites
Orthopyroxénite
10

W b t it
Websterite
10
Orthopyroxène Clinopyroxénite Clinopyroxène
(2) 
Olivine
gabbro

Plagioclase-bearing ultramafic rocks


Pyroxene Olivine
(1) 
CLASSIFICATION DES ROCHES VOLCANIQUES :
Diagramme QAPF : classification chimique.  Q
Q
Quartzolite
90 90

Quartz‐rich
Granitoid

60 60
60 60

Granite Grano‐
diorite
Rhyolite Dacite

Alkali Fs.
Alkali Fs. 20 20 Qtz Diorite/
Qtz. Diorite/
20 20 Quartz Syenite Quartz Quartz Quartz Qtz. Gabbro
Alkali Fs. Syenite Monzonite Monzodiorite
Trachyte Latite Andesite/Basalt 5 5 Diorite/Gabbro/
Syenite Syenite 35
35 65 10 Monzonite 65 Monzodiorite 90 Anorthosite
A (foid)-bearing (foid)-bearing
(foid) bearing (foid)-bearing
(foid) bearing P A ((Foid)-bearing
) g ((Foid)‐bearing
) g ((Foid)-bearing
) g P
Trachyte Latite Andesite/Basalt Syenite Monzonite Monzodiorite
10 10 10 10 (Foid)‐bearing
Diorite/Gabbro
(Foid)‐bearing
Alkali Fs.  Syenite
((Foid)) ((Foid))
Phonolite T h it
Tephrite Monzosyenite Monzodiorite

60 60 60 60

(Foid)ites (Foid)olites

NORME CIPW
NORME CIPW Composition modale
Composition modale
F F
CLASSIFICATION DES ROCHES VOLCANIQUES :
Diagramme TAS : classification chimique. 
Cristallisation du lac de lave Makaopuhi (Hawaii, Kilauea)
1170°C 1130°C Plagioclases
Olivine
Pyroxènes
Verre
Olivine 

Verre

1075°C Plagioclases 1020°C Plagioclases


Pyroxènes Pyroxènes
Verre Ilménite
Verre
Cristallisation du lac de lave Makaopuhi (Hawaii, kilauea)

1250

Liquide sans 
1200
cristaux
emperatture oc

1150

1100

1050
Te

1000

950

900
0 10 20 30 40 50
0 60 70 80 90 100

% verre
Cristallisation du lac de lave Makaopuhi (Hawaii, kilauea)
Evolution des proportions modales des minéraux
Olivine Clinopyroxene Plagioclase Opaque
1250

Liquidus
1200
Liquide sans cristaux

1150
e oC
mperature

1100
Melt
Tem

Crust
1050

1000
Magma 100% cristallisé
Solidus
950
0 10 0 10 20 30 40 50 0 10 20 30 40 50 0 10

% modal
Cristallisation du lac de lave Makaopuhi (Hawaii, kilauea)
Evolution de la composition chimique des minéraux

100

Olivine Augite Plagioclase


90

80
% verrre

70

60

50
.9 .8 .7 .9 .8 .7 .6 80 70 60
Mg / (Mg + Fe) Mg / (Mg + Fe) An

ÎLa composition chimique du liquide (verre) doit donc


évoluer aussi
Cristallisation du lac de lave Makaopuhi (Hawaii, kilauea)
Evolution de la composition des verres (liquides)

Cristaux observés et séquence de cristallisation
Olivine
Augite
Plagioclase
Enstatite
Magnetite/ilmenite
Liquides 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
SiO2 48,05 48,43 47,92 48,21 49,16 49,20 49,71 50,10 50,37 50,56 50,74 50,85 50,92 51,24 53,42 56,07
TiO2 2,04 2,00 2,16 2,24 2,29 2,57 2,68 2,71 3,09 3,16 3,35 3,36 3,61 3,74 3,36 2,97
Al2O3 10,33 10,70 10,75 11,37 13,33 12,77 13,65 13,78 14,02 13,92 13,57 14,02 13,80 13,60 13,75 13,78
Fe2O3 1,34 1,15 1,08 1,50 1,31 1,50 1,19 1,89 1,88 1,78 1,36 1,90 1,85 1,87 1,96 1,93
FeO 10,19 10,08 10,65 10,18 9,71 10,05 9,72 9,46 10,07 10,18 10,63 10,44 10,71 11,19 10,45 9,78
MnO 0 17
0,17 0 17
0,17 0 18
0,18 0 18
0,18 0 16
0,16 0 17
0,17 0 17
0,17 0 17
0,17 0 17
0,17 0 18
0,18 0 18
0,18 0 18
0,18 0 19
0,19 0 18
0,18 0 18
0,18 0 18
0,18
MgO 17,39 16,29 15,43 13,94 10,41 10,00 8,24 7,34 6,75 6,33 6,16 5,68 5,46 5,12 3,92 2,70
CaO 8,14 8,67 9,33 9,74 10,93 10,75 11,59 11,46 10,39 10,24 9,94 9,71 9,45 9,03 7,75 6,54
Na2O 1,66 1,71 1,79 1,89 2,15 2,12 2,26 2,25 2,35 2,61 2,69 2,77 2,80 2,81 3,34 3,86
K2O 0,36 0,35 0,44 0,44 0,51 0,51 0,54 0,57 0,62 0,64 0,67 0,74 0,75 0,83 1,10 1,36
P2O5 0,19 0,18 0,23 0,22 0,20 0,25 0,25 0,27 0,32 0,33 0,37 0,38 0,40 0,41 0,59 0,77
Total 99,86 99,73 99,96 99,91 100,16 99,89 100,00 100,00 100,03 99,93 99,66 100,03 99,94 100,02 99,82 99,92
20
Diagrammes HARKER :  Y vs. %SiO2 18
16

O
% MgO
E
Ensemblebl de
d graphiques
hi bi ié (Y=f(SiO
bivariés (Y f(SiO2)) 14
utilisés pour montrer les relations de cogénicité 12
10
dans les roches et les tendances d’évolution des
8
composition des magmas. 6
4
Y = Mg# (« Mg number ») = Mg/(Mg+Fe)  2
Y= %poids d’un oxyde (un majeur) 0
Y=  [Sr], ppm (un élément en trace) 45 50 55 60

0,80
% SiO2
% SiO2
1,60
0,70
1,40
0 60
0,60
1,20
Mg+Fe)

0,50

% K2O
1,00
0,40
Mg/(M

0,80
,

%
0,30
0,60
0,20
0,40
0,10
0,20
0 20
0,00
0,00
45 50 55 60
45 50 55 60
% SiO2
% SiO2
% SiO2
2
% SiO2
Augite
Plagioclase
g
Olivine
Enstatite
Hawaii: Mg‐
Hawaii: Mg
Augite
Plagioclase Ilmenite Al‐Ca 2

Olivine

Olivine
Augite
Plot of four rather 
incompatible oxides, 
g
generally having less 
y g
response to changes in 
the fractionating 
mineral assemblage
mineral assemblage 
modes.
Plot of four rather 
Enstatite incompatible oxides, 
+ Augite ggenerally having less 
y g
+ Plagioclase response to changes in 
+ Ilmenite the fractionating 
mineral assemblage
mineral assemblage 
Olivine ± Augite ± Plagioclase modes.
The major phases:

Olivine:
(Mg,Fe)2SiO4
Augite
Ca(Mg,Fe)Si2O6
Plagioclase
(Ca,Na)(Al,Si)4O8
Enstatite
(Mg,Fe)SiO3
Ilmenite
FeTiO3

Which major 
elements are 
incompatible??
Slight drop in TiO2 because of Ti in Hawaii: 
pyroxenes? Large drop later due to ilmenite
incompatible 
bl
elements 2
The major phases:

Olivine:
Substantial drop in Na2O
(Mg,Fe)2SiO4
due to Na in plagioclase. Augite
Ca(Mg,Fe)Si2O6
Plagioclase
(Ca,Na)(Al,Si)4O8
Enstatite
No change in P2O5-K K2O ratio,
ratio because
(Mg,Fe)SiO3
neither are included in major phases and
so both are highly incompatible. Ilmenite
FeTiO3

Which major 
elements are 
incompatible??
Cristallisation du lac de lave Makaopuhi (Hawaii, kilauea)

La solidification (cristallisation) d’un magma lors du refroidissement 
se réalise dans un intervalle de température
Î Le liquide coexiste avec les cristaux
Plusieurs espèces minérales cristallisent  dans cet intervalle de 
température et le nombre d’espèce augmente avec la diminution 
de température.
Î Les minéraux cristallisent séquentiellement mais le passage d’un 
minéral à un autre est continu
ÎLes minéraux caractérisés par des solutions solides ont une 
composition qui évolue lors du refroidissement
p q
Î Le liquide change également de composition lors de la 
cristallisation des minéraux.
cristallisation des minéraux. 
BOWEN détermine une séquence typique
d’apparition de minéraux lors du refroidissement
progressif d’un magma basaltique. Cette séquence
est constituée d’une série continue (solution solide
des pplagioclases;
g ; à droite)) et discontinue ((à g
gauche))
liées aux réactions majeures entre le liquide et les
minéraux formés.

R. ultrabasiques (sans plagioclase)
ment du magma

R. basiques

R. intermédiaire
Refrroidissem

R. acides
La polymérisation des sites tétraédriques des silicates formés lors du 
refroidissement augmente dans la série discontinue. 
( les teneurs en SiO2 dans le liquide augmentent lors de la 
différentiation)

Olivines P
Pyroxènes
è
Amphiboles

Quartz, feldspaths Biotite, muscovite
Exemple très simple : 

% MgO
Soit un contenant 15 molécules Olivine

%
de MgO et 85 molécules de SiO2; La 70
composition de ce liquide A est donc :
60
g 15/100
MgO= / =15%
SiO2= 85/100 =85% 50 A B
Il ne contient pas de cristaux 40 % liquide
………………………………………………………………… 79%
30
Cristallisons 1 molécule d’ (Mg2SiO4 C
20 % cristaux
=2MgO +1SiO2); Il restera 13 MgO et 84 SiO2 21%
10
La composition dud sera 0
MgO= 13/97 =13.4% 20 30 40 50 60 70 80 90 100
SiO2= 84/97=86.6% % SiO2
Le magma a cristallisé
ll é à 3/100
/ = 3% d’Olivine
d’ l
…………………………………………………………………
cristallisons encore 6 molécules d’olivine , il
restera
t (13 2*6) 1 MgO
(13‐2*6)=1 M O ett (84‐1*6)=78
(84 1*6) 78 SiO2.
La composition du sera
MgO=1/79 =1.27%
SiO2=78/79=98.73%
Le magma a cristallisé 21/100 = 21% d’Olivine
DIFFERENCIATION MAGMATIQUE
Magma B
Magma B  Magma C
Magma C
Liquide  Liquide  100 % magma A = 
dérivé  B dérivé C
100 % magma B = 97 % Liquide B + 3% Ol= 
Magma A
Magma A  + olivine + olivine
+ olivine
100 % magma C = 79 % Liquide C + 21% Ol
Liquide  Îsystème fermé 
parental
parental  (pas de différentiation magmatique)
(pas de différentiation magmatique) 
A
sans 
olivines g
Magma B’  Magma C’
g
Différenciation magmatique  : ensemble de 
Liquide  Liquide 
dérivé  B dérivé C processus par lesquels la composition 
chimique des magmas évolue lors de sa
chimique des magmas évolue lors de sa 
cristallisation (système ouvert)
ÎCristallisation fractionnée
ÎContamination
sédimentation ÎMélange de magmas
Cristallisation fractionnée 
( i t lli ti
(=cristallisation en 
Contamination système ouvert) : les 
(roche de  minéraux formés sont 
l’encaissant)
extraits du magma (par 
g (p
sédimentation, ou …. )
Sédimentation des cristaux :  V =  la vitesse de chute (cm/sec)
g =  accélération de la pesanteur (980 cm/sec2) 
g 2 (ρ s − ρ l )
2gr r  =  rayon d’une particule sphérique (cm)
L l i de Stoke:
La loi d St k V= ρs =  densité du minéral (g/cm3)
9η ρl
η
=  densité du liquide (g/cm3)
=  viscosité du liquide (1 c/cm sec = 1 poise)
Densité  des minéraux varie avec la teneur en Fe Sédimentation accrue sur les plans inclinés

Stratification modale et granulométrique


Stratification modale et granulométrique

La densité des liquides varie lors de la 
différentiation
Modèle  de tri gravitaire (taille et densité) dans un magma qui refroidit et 
qui cristallise de manière fractionnée

ANORTHOSITE

TROCTOLITE TROCTOLITE
DUNITE DUNITE DUNITE
Modèle d’expulsion mécanique du liquide interstitiel par compaction

Le liquide résiduel expulsé est différencié 
L0 L0 L0 L0 L0 L0
C
B L3 L4

L1 L1 L2
A L3
A

Liquide 0 =>  expulsion  Liquide1 =>  Liquide 2 =>  expulsion  liquide 3 =>


A + liquide 1
A + liquide 1 mécanique
mécanique   B + Liquide 2
B + Liquide 2 B + Liquide 3
B + Liquide 3 mécanique
mécanique   C + Liquide 4
+ Liquide 4
du liquide 1 du liquide 3

Ou retrouve
Ou retrouve‐t‐on
t on des roches magmatiques litées ? 
des roches magmatiques litées ?
ÎDans les chambres magmatiques « fossiles » : les INTRUSIONS STRATIFORMES
INTRUSION STRATIFORME DU SKAERGAARD (Groenland)

LES INTRUSIONS STRATIFORMES sont des plutons se formant par le refroidissement 
LES INTRUSIONS STRATIFORMES sont des plutons se formant par le refroidissement
progressif  d’un magma basaltique. Ils se présentent en un ensemble stratifié de roches 
ultrabasiques (dunites, pyroxénites,…), basiques (gabbros, anorthosites) et plus 
différenciées (diorites ferrosyenites) L’existence
différenciées (diorites, ferrosyenites).  L existence de roches stratifiées témoigne de la 
de roches stratifiées témoigne de la
cristallisation fractionnée  du magma et de processus d’accumulation des minéraux formés 
(sédimentation, compaction/expulsion, autres)
INTRUSION STRATIFORME DU SKAERGAARD
BORDURE FIGEE DE L’INTRUSION
BORDURE DE L’INTRUSION : FUSION PARTIELLE DE L’ENCAISSANT
BORDURE DE L’INTRUSION : FUSION 
PARTIELLE DE L’ENCAISSANT
ÎMAGMA GRANITIQUE + BLOCS NON
ÎMAGMA GRANITIQUE + BLOCS NON 
FONDUS
(BRECHE)
LITAGE MAGMATIQUE 
LITAGE MAGMATIQUE
LITAGE MAGMATIQUE 
LITAGE MAGMATIQUE 
LITAGE MAGMATIQUE , érosion différentielle
STRATIFICATIONS ENTRECROISEES
LITAGE MAGMATIQUE , discontinuité
Failles « molles » ou « slumps »
Failles « molles » ou « slumps »
EFFONDREMENT  « MOU » ou « CHENAL d’ALIMENTATION »
EFFONDREMENT  « MOU »ou « CHENAL d’ALIMENTATION »
AUTOLITHE
AUTOLITHE
AUTOLITHE
XENOLITHE
DIAPIR  ANORTHOSITIQUE
« CHEVELU ANORTHOSITIQUE»
« CHEVELU ANORTHOSITIQUE»
DIKES BASALTIQUES POSTERIEURS A L’INTRUSION
Autolithes

Convection
Slumps

Stratification  Expulsion du 
entrecroisée liq. Int. &
Compaction 
CHAMBRE MAGMATIQUE      

FRONT DE SOLIDIFICATION

MAGMA NON DIFFERENCIE


MAGMA NON DIFFERENCIE

Sédimentation (vision classique) Cristallisation in situ
FRONT DE SOLIDIFICATION
= couche en bordure de la chambre
qui se développe en réponse au
gradient de chaleur lié au
refroidissement.

Le front de solidification est


caractérisé par des proportions de
cristaux variant entre 100% (solidus)
(bord) et 0% (cœur).

L’augmentation de la teneur en
cristaux Î augmentation de la
CONVECTIVEE viscosité
DE RIGIDITE

LIMITE

LIQUIDUS
MITE
DUS
SOLID

LIM