Vous êtes sur la page 1sur 2

Raymond_BERNARD_-_La_Terre_Creuse_(Albin_Michel,1971)_[censuré]

Références
Le Gouvernement invisible, par David WISE et Thomas B. Ross (Random House).

Qui gouverne l'Amérique ? par John McCoNAuGHY (Longmans, Green & Co.).

Le Rideau de fer sur l'Amérique, par John BEATY (Wilkinson Pub. Co.)

Liberté ou Secret, par James R. WIGGINS (Oxford University Press).

Le Droit de savoir, par Kent COOPER (Farrar, Strauss & Cudahy).

« Managed News », par Hanson W. BALDWIN (Atlantic Magazine, avril 1964).

« New Management in Washington », par Ben H. BAGDIKIAN (Saturday Evening Post, 4 février
1963).

« CIA - Le combat pour le pouvoir secret », par Stewart ALSOP (Saturday Evening Post, 8 mars
1963).

===============================================================
un autre Norvégien, Olaf Jansen, et consignée dans le livre The Smoky God (Le Dieu qui fume).
Ce livre, écrit par Willis George Emerson, est basé sur le récit fait par Jansen à l'auteur de son
extraordinaire voyage.
Le titre : Le Dieu qui fume se rapporte au soleil central situé dans l'intérieur creux de la Terre.
Etant plus petit et moins brillant que le nôtre, il donne l'impression d'être brumeux, comme
entouré d'un nuage de fumée.
Le livre relate la véritable expérience d'un Norvégien et de son fils qui, dans leur petit bateau de
pêche, tentent avec un courage indomptable de trouver « la terre d'au-delà du vent du nord »,
dont ils ont entendu vanter la douceur et la beauté. Une extraordinaire tempête les projette
dans l'ouverture polaire, et ils se retrouvent à l'intérieur de la planète où ils vont séjourner deux
ans, pour ensuite revenir par l'ouverture opposée, au pôle Sud.

================================================================
page 22 :
Les pôles sont des fantômes.
Le premier à avoir présenté la théorie de la Terre creuse avec des ouvertures aux pôles est le
penseur américain William Reed, auteur du livre : Fantôme des pôles. Cet ouvrage, publié en
1906, fournit le premier apport scientifique sur la question, et s'appuie sur les témoignages
d'explorateurs arctiques.
Reed estime que la croûte terrestre a une épaisseur de 1 300 kilomètres, et l'intérieur creux un
diamètre de 10 000 kilomètres.
Il résume ainsi sommairement sa théorie révolutionnaire
« La Terre est creuse. Les pôles, si longtemps cherchés, sont des fantômes. Il y a des ouvertures
aux extrémités Nord et Sud. A l'intérieur on trouve de vastes continents, des océans, des
montagnes et des fleuves. Il existe une vie végétale et animale dans ce Nouveau Monde, et il est
probablement peuplé par des races inconnues des habitants de la surface. » Reed fait remarquer
que la Terre n'est pas une vraie sphère, mais qu'elle est aplatie aux pôles, ou plus précisément
qu'elle commence à s'aplatir lorsqu'on approche de ces points hypothétiques. Les pôles, en
réalité, se trouvent entre ciel et terre, au centre des ouvertures polaires, et non à la surface,
comme le supposaient ceux qui ont cru les découvrir. Reed l'affirme, on n'a pu découvrir ni le
pôle Nord ni le pôle Sud pour la bonne raison que la Terre est creuse à ces endroits précis.
Quand les explorateurs pensaient avoir atteint le pôle, ils avaient été trompés par le
comportement fantaisiste de la boussole en hautes latitudes. Reed dit que ce fut le cas de Peary
et de Cook qui, ni l'un ni l'autre, n'atteignirent le pôle Nord.

page 27 :
Sur la paroi interne de la croûte terrestre.
William Reed et Marshall B. Gardner ont présenté sensiblement la même conception de la
structure de la Terre. Une Terre creuse, ouverte aux deux pôles. Seule différence : Gardner croit
à l'existence d'un soleil central qui est la source de l'aurore boréale.

page 30 :
Théodore Fitch a écrit un livre intitulé : Le Paradis à l'intérieur de la Terre, en s'appuyant sur les
travaux de Reed et de Gardner.

Vous aimerez peut-être aussi