Vous êtes sur la page 1sur 1516

MANUEL COMPTABLE

IFRS
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
Introduction
Chapitre 1
03/03/2011 - BvV

Table des matières

1 Objectif du manuel comptable __________________________________________________ 1


2 Qu’entend-on par normes IFRS ? _______________________________________________ 1
3 Les normes IFRS remplacent-elles les règles comptables belges ? _____________________ 1
4 Structure du manuel __________________________________________________________ 2
5 Confidentialité ______________________________________________________________ 2
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Introduction
Chapitre 1 Page– 1V2
Juin 2009
17/02/2011 - BvV

1 Objectif du manuel comptable


Le groupe SNCB a décidé de présenter ses états financiers consolidés selon le référentiel IFRS (International
Financial Reporting Standards) à partir de l’exercice clôturé le 31 décembre 2011.

L’utilisation d’un language de reporting financier reconnu au niveau international est importante dans le contexte
du financement du groupe sur les marchés internationaux. L’utilisation du référentiel IFRS permet aussi de se
comparer à d’autres groupes ferroviaires, comme la Deutsche Bahn ou la SNCF, qui publient également leurs
états financiers consolidés en IFRS.

L’objectif du manuel comptable est de servir de guidance dans l’application du référentiel IFRS par les différentes
entités du consortium SNCB Holding-Infrabel. L’utilisation de ce manuel par l’ensemble des sociétés du groupe
doit en outre permettre une plus grande homogénéité dans l’application des règles comptables et ainsi assurer
une plus grande qualité de l’information financière produite.

Après la première publication de ce travail de référence, et dans la mesure où les normes IFRS sont modifiées,
des mises à jour seront envoyées régulièrement par le centre de compétences IFRS.

2 Qu’entend-on par normes IFRS ?


Les normes IFRS (« International Financial Reporting Standards ») sont les normes de reporting financier
internationales. Elles sont émises par un organisme privé, l’IASB (« International Accounting Standards
Board ») dont la mission est de développer un référentiel de reporting financier de haute qualité reconnu au
niveau international.

L’application des IFRS n’est rendue obligatoire ou possible par les entreprises que parce qu’une loi ou un
règlement impose ou permet leur utilisation. Un règlement européen oblige les sociétés cotées en Europe à
publier leurs comptes consolidés en IFRS, et permet aux Etats Membres d’imposer ou de permettre l’utilisation du
référentiel IFRS par les sociétés non cotées. La Belgique a décidé de permettre aux sociétés belges non cotées
de publier leurs comptes consolidés IFRS sous le référentiel IFRS.

Le terme générique de « normes IFRS » reprend :

- Les normes émises par l’IASB, soit les normes IFRS. Les normes les plus anciennes s’appelaient IAS,
elles ont conservé cette appellation. C’est la raison pour laquelle il existe toujours à l’heure actuelle des
normes numérotées sous la séquence IAS (par exemple la norme IAS 2 Stocks) et sous la séquence
IFRS (par exemple la norme IFRS 3 Regroupements d’entreprises) ;
- Les interprétations de ces normes par le comité d’interprétation des normes IFRS, appelé IFRIC
(« International Financial Reporting Interpretations Committee). Ces interprétations s’appelaient autrefois
SIC, d’où comme pour les normes, une double numérotation qui subsiste encore.

3 Les normes IFRS remplacent-elles les règles


comptables belges ?

Oui et non.

Oui pour les comptes consolidés du consortium. Les états financiers consolidés publiés par le consortium
SNCB Holding-Infrabel sont, à partir de l’exercice 2011, préparés en conformité avec les normes IFRS. Ils
remplacent les comptes consolidés publiés selon les principes comptables belges.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Introduction
Chapitre 1 Page– 2V2
Juin 2009
17/02/2011 - BvV

Non au niveau des comptes statutaires des différentes sociétés du groupe prises individuellement. Pour ces
comptes statutaires, l’application des règles comptables belges et la publication de comptes annuels sous le
schéma BNB sont toujours obligatoires.

Afin de minimiser toutefois les différences entre les IFRS et les règles comptables belges, et d’éviter une
double comptabilisation, il est conseillé d’aligner dans la mesure du possible, dans les comptes statutaires
individuels, les règles comptables belges sur les IFRS. Chaque entité est responsable de décider dans
quelle mesure elle procède ou non à cet alignement. Il pourrait par exemple être décidé de conserver
certaines différences, là où l’application du référentiel IFRS conduit à une déperdition fiscale trop importante.

4 Structure du manuel
La structure du manuel comptable suit le plus possible la classification des rubriques des états financiers
IFRS (bilan et compte de résultats). Le manuel est structuré en dix parties, elles-mêmes sous-divisées en
chapitres, chacun de ces chapitres abordant un thème comptable déterminé.

Au-delà de la nécessaire explication des principes et des règles IFRS, le manuel se veut didactique :

- une synthèse didactique est présentée au début de la plupart des chapitres. L’objectif est de fournir
au lecteur une vue globale mais résumée et le plus souvent présenté sous forme de schémas ou
tableaux la matière IFRS traitée dans le chapitre en question ;
- des exemples illustratifs sont donnés en complément des explications théoriques ;
- les comptes du plan comptable à utiliser pour la matière reprise dans le chapitre sont renseignés ;
- pour les cas les plus pertinents, des exemples spécifiques applicables au groupe SNCB sont
développés, et les écritures comptables sont également données.

5 Confidentialité
Ce manuel est disponible pour toutes les entités du groupe SNCB et leurs commissaires.

Le contenu de ce manuel doit être traité avec la plus grande confidentialité. Il ne peut ni être copié, ni être
transmis à des tiers, sans l’accord préalable de la cellule consolidation de la SNCB Holding.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2
22/03/2011 - BvV

Table des matières

1 Normes IFRS applicables______________________________________________________ 1


1.1 Références ___________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application __________________________________________________________ 1
2 Définitions__________________________________________________________________ 2
3 Cadre conceptuel de l’IASB ____________________________________________________ 3
4 Règles d’évaluation __________________________________________________________ 4
4.1 Comptabilité d’engagement_____________________________________________________ 4
4.2 Continuité d’exploitation _______________________________________________________ 4
4.3 Intelligibilité _________________________________________________________________ 5
4.4 Pertinence et importance relative ________________________________________________ 5
4.5 Fiabilité _____________________________________________________________________ 5
4.5.1 Image fidèle _______________________________________________________________________ 5
4.5.2 Prééminence de la substance sur la forme _________________________________________________ 6
4.5.3 Neutralité _________________________________________________________________________ 6
4.5.4 Prudence __________________________________________________________________________ 6
4.5.5 Exhaustivité _______________________________________________________________________ 6
4.6 Comparabilité ________________________________________________________________ 7
4.7 Évaluation individuelle ________________________________________________________ 7
5 Changement des règles d’évaluation _____________________________________________ 8
5.1 Généralités __________________________________________________________________ 8
5.2 Application des changements de règles d’évaluation ________________________________ 8
5.3 Application rétrospective _______________________________________________________ 8
6 Changement d’estimations comptables __________________________________________ 10
7 Erreurs ___________________________________________________________________ 11
8 Éléments des états financiers __________________________________________________ 12
8.1 Actifs ______________________________________________________________________ 12
8.2 Passifs _____________________________________________________________________ 12
8.3 Capitaux propres ____________________________________________________________ 13
8.4 Produits ____________________________________________________________________ 13
8.5 Charges ____________________________________________________________________ 14
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 1
22/03/2011 - BvV

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
Cadre de préparation et de présentation des états financiers .
2
IAS 8 - Méthodes comptables, changements d’estimations comptables et erreurs .

1.2 Champ d’application


Le cadre de préparation et de présentation des états financiers s’intéresse aux états financiers à usage
général (appelés ci-après “états financiers”), y compris les états financiers consolidés. Ces états financiers
sont préparés et présentés au moins une fois par an et visent à satisfaire les besoins d’information communs
à un large éventail d’utilisateurs.

Le cadre s’applique aux états financiers de toutes les entités commerciales, industrielles et autres, qu’elles
appartiennent au secteur public ou au secteur privé. Par conséquent, ce dernier est applicable aux entités
du groupe SNCB.

Les rapports financiers à usage particulier, par exemple les prospectus et les calculs préparés à des fins
fiscales, n’entrent pas dans le champ d’application du présent cadre. Néanmoins, le cadre peut s’appliquer à
la préparation de ces rapports financiers à usage particulier lorsque les contraintes de ces rapports le
permettent.

IAS8 doit être appliqué à la sélection et à l’application des règles d’évaluation ainsi qu’à la comptabilisation
des changements des règles d’évaluation, des changements d’estimations comptables et des corrections
d’erreurs d’une période antérieure.

1
Cette version comprend toutes les modifications jusqu’à avril 2001.
2
Cette version comprend toutes les modifications jusqu’à janvier 2008.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 2
22/03/2011 - BvV

2 Définitions
Les règles d’évaluation sont les principes, bases, conventions, règles et pratiques spécifiques appliqués
par le groupe SNCB lors de l’établissement et de la présentation de ses états financiers.

Un changement d’estimation comptable est un ajustement de la valeur comptable d’un actif ou d’un
passif, ou du montant de la consommation périodique d’un actif, résultant de l’évaluation de la situation
actuelle des éléments d’actif et de passif et des avantages et obligations futurs attendus qui y sont associés.
Les changements d’estimations comptables résultent d’informations nouvelles ou de nouveaux
développements et, par conséquent, ne sont pas des corrections d’erreurs.

Une erreur d’une période antérieure est une omission ou une inexactitude des états financiers du groupe
SNCB portant sur une ou plusieurs périodes antérieures et qui résulte de la non-utilisation ou de l’utilisation
abusive d’informations fiables :
 qui étaient disponibles lorsque la publication des états financiers de ces périodes a été autorisée; et
 dont on pouvait raisonnablement s’attendre à ce qu’elles aient été obtenues et prises en
considération pour la préparation et la présentation de ces états financiers.

Parmi ces erreurs, figurent les effets d’erreurs de calcul, d'erreurs dans l’application des méthodes
comptables, des négligences, des mauvaises interprétations des faits et des fraudes.

Le retraitement rétrospectif consiste à corriger la comptabilisation, l’évaluation et la fourniture


d’informations sur le montant d’éléments des états financiers comme si une erreur d’une période antérieure
n’était jamais survenue. Le retraitement rétrospectif consiste à corriger la comptabilisation, l’évaluation et la
fourniture d’informations sur le montant d’éléments des états financiers, comme si une erreur d’une période
antérieure n’était jamais survenue.

Impraticable: L’application d’une disposition est impraticable lorsque le groupe SNCB ne peut pas
l’appliquer après avoir déployé tous les efforts raisonnables pour y arriver. Pour une période antérieure
donnée, appliquer un changement de règles d’évaluation de façon rétrospective ou effectuer un retraitement
rétrospectif afin de corriger une erreur est impraticable:

(a) si les effets de l’application rétrospective ou du retraitement rétrospectif ne peuvent être déterminés;
(b) si l’application rétrospective ou le retraitement rétrospectif impose d’énoncer des hypothèses sur ce
qu’aurait été l’intention de la direction au cours de cette période; ou
(c) si l’application rétrospective ou le retraitement rétrospectif impose de faire des estimations
significatives des montants et qu’il est impossible de distinguer objectivement les informations
relatives aux estimations qui:
i. révèlent des circonstances existant à la ou aux dates auxquelles ces montants doivent être
comptabilisés, évalués ou présentés; et
ii. auraient été disponibles lors de l’autorisation de publication des états financiers de cette période
antérieure,
des autres informations.

L’application prospective d’un changement des règles d’évaluation et de la comptabilisation de l’effet d’un
changement d’estimation comptable consiste, respectivement, à:

 appliquer la nouvelle règle d’évaluation aux transactions, aux autres événements et aux situations
intervenant après la date du changement de méthode; et
 comptabiliser l’effet du changement d’estimation comptable dans les périodes considérées et futures
affectées par le changement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 3
22/03/2011 - BvV

3 Cadre conceptuel de l’IASB


Le cadre de préparation et de présentation des états financiers définit les concepts qui sont à la base de la
préparation et de la présentation des états financiers.

Le cadre traite de:


(a) l’objectif des états financiers;
(b) des caractéristiques qualitatives qui déterminent l’utilité de l’information contenue dans les états
financiers; et
(c) la définition, la comptabilisation et l’évaluation des éléments à partir desquels les états financiers s
ont construits.

L’objectif de ce cadre est d’aider les préparateurs des états financiers à appliquer les normes IFRS et à
traiter de sujets qui doivent encore faire l’objet d’une norme IFRS.

Le présent cadre n’est pas une norme IFRS et, en conséquence, ne comporte pas de disposition normative
sur une quelconque question d’évaluation ou d’information à fournir. Rien dans le présent cadre n’a
préséance sur une quelconque norme IFRS. Dans le cas où il y aurait un conflit entre le présent cadre et
une norme IFRS, les dispositions prévues par la norme IFRS ont préséance sur celles du cadre.

Le concept d’états financiers dans ce chapitre fait référence aux états financiers sous les normes IFRS.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 4
22/03/2011 - BvV

4 Règles d’évaluation
Deux hypothèses sont prises lors de l’établissement des états financiers:
 comptabilité d’engagement; et
 continuité d’exploitation.

Le cadre prévoit également quatre caractéristiques qualitatives des états financiers qui assurent l’utilité de
l’information pour l’utilisateur lors de la prise de décisions économiques. Les états financiers doivent être
intelligibles, pertinents, fiables et comparables.

En tant que caractéristiques secondaires, nous trouvons sous la pertinence, la matérialité et sous la
comparabilité, l’image fidèle, la prééminence de la substance sur la forme, la neutralité, la prudence et
l’exhaustivité.

L’évaluation des composants d’un actif sur une base individuelle est également un élément de base de la
comptabilité.

4.1 Comptabilité d’engagement


Le groupe SNCB doit établir ses états financiers sur base de la comptabilité d’engagement, ceci, à
l’exception des informations relatives aux flux de trésorerie.

Selon cette méthode, les effets des transactions et autres événements sont comptabilisés quand ces
transactions ou événements se produisent (et non pas lorsque intervient le versement ou la réception de
trésorerie ou d’équivalents de trésorerie) et ils sont enregistrés dans les livres comptables et présentés dans
les états financiers des périodes auxquelles ils se rattachent.

4.2 Continuité d’exploitation


Les états financiers sont normalement préparés selon l’hypothèse qu’une entité est en situation de continuité
d’exploitation et poursuivra ses activités dans un avenir prévisible. Ainsi, il est supposé que le groupe SNCB
n’a ni l’intention, ni la nécessité de procéder à sa liquidation, ni de réduire de façon importante l’étendue de
ses activités. S’il existe une telle intention ou une telle nécessité, les états financiers peuvent devoir être
préparés sur une base différente, et, le cas échéant, la base utilisée doit être indiquée.

Dans le cas où la continuité n’est pas garantie, les règles d’évaluation doivent être appliquées comme suit:
 évaluation des actifs à la valeur la plus faible de leur valeur comptable ou de leur valeur réalisable;
 établissement de provisions pour les charges de liquidation (ex. : indemnités de licenciement,
obligations suite à la résiliation de certains contrats, etc.).

Les éléments mentionnés ci-dessus sont également applicables aux sous-départements des segments
opérationnels du groupe SNCB.

L’ensemble de l’information disponible ne peut pas être considéré pour un futur proche. Autrement dit, elle
ne peut pas être limitée à une année suivant l’exercice comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 5
22/03/2011 - BvV

4.3 Intelligibilité
Une qualité essentielle de l’information fournie dans les états financiers est d’être compréhensible
immédiatement par les utilisateurs. À cette fin, les utilisateurs sont supposés avoir une connaissance
raisonnable des activités commerciales et économiques et de la comptabilité ainsi qu’une volonté d’étudier
l’information d’une façon raisonnablement diligente. Cependant, l’information relative à des sujets
complexes, qui doit être incluse dans les états financiers du fait de sa pertinence par rapport aux besoins de
prise de décisions économiques des utilisateurs, ne doit pas être exclue au seul motif qu’elle serait trop
difficile à comprendre pour certains utilisateurs.

4.4 Pertinence et importance relative


L’information possède la qualité de pertinence lorsqu’elle influence les décisions économiques des
utilisateurs en les aidant à évaluer des événements passés, présents ou futurs ou en confirmant ou
corrigeant leurs évaluations passées.

La pertinence de l’information est influencée par sa nature et son importance relative. Dans certains cas, la
nature de l’information est suffisante à elle seule pour la rendre pertinente.

L’information est significative si son omission ou son inexactitude peut influencer les décisions économiques
que les utilisateurs prennent sur la base des états financiers. L’importance relative dépend de la taille de
l’élément ou de l’erreur, jugée dans les circonstances particulières de son omission ou de son inexactitude.
En conséquence, l’importance relative fournit un seuil ou un critère de séparation.

Pour le groupe SNCB, les seuils de matérialité pour l’application des règles d’évaluation applicables aux
postes de situations financières ou aux états du résultat global sont établis par le département de
consolidation du Holding SNCB.

Les normes IFRS ne sont pas d’application pour les éléments qui ne sont pas d’une importance relative.

4.5 Fiabilité
L’information possède la qualité de fiabilité quand elle est exempte d’erreur et de partis-pris significatifs et
que les utilisateurs peuvent se fier au fait qu’elle présente une image fidèle de ce qu’elle est censée
représenter ou de ce qu’on pourrait raisonnablement s’attendre à la voir représenter.

Les caractéristiques secondaires ci-dessous contribuent à la fiabilité de l’information.

4.5.1 Image fidèle

Pour être fiable, l’information doit présenter une image fidèle des transactions et autres événements qu’elle
vise à présenter ou dont on s’attend raisonnablement à ce qu’elle les présente. Dans certains cas,
l’évaluation des effets financiers des éléments peut être si incertaine que le groupe SNCB, de façon
générale, ne les comptabilise pas dans les états financiers. Dans d’autres cas, cependant, il peut être
pertinent de comptabiliser des éléments et d’indiquer le risque d’erreur relatif à leur comptabilisation et à leur
évaluation.

Il est souvent dit des états financiers qu’ils présentent une image fidèle ou qu’ils forment une représentation
fidèle de la position financière, des prestations financières ainsi que des changements dans la position
financière du groupe SNCB. Bien que le cadre ne traite pas directement de ces éléments, l’application de ce
dernier donne normalement lieu à des états financiers présentant une image fidèle de telles informations.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 6
22/03/2011 - BvV

Des dérogations aux principes comptables du groupe SNCB ne sont pas autorisées, excepté pour des cas
particuliers sur la base d’une justification appropriée justifiant la dérogation et après l’approbation préalable
du département de consolidation du groupe SNCB.

4.5.2 Prééminence de la substance sur la forme


Si l’information doit présenter une image fidèle des transactions et autres événements qu’elle vise à
représenter, il est nécessaire qu’ils soient comptabilisés et présentés conformément à leur substance et à
leur réalité économique et non pas seulement selon leur forme juridique. La substance des transactions et
autres événements n’est pas toujours cohérente avec ce qui ressort du montage juridique apparent. Par
exemple, le groupe SNCB peut céder un actif à un tiers, de telle façon que les actes visent à conférer la
propriété juridique à ce tiers. Néanmoins, il peut exister des accords qui font en sorte que l’entité continue à
bénéficier des avantages économiques futurs représentatifs de cet actif. Dans de telles circonstances, la
comptabilisation d’une vente ne donnerait pas une image fidèle de la transaction qui a été conclue.

4.5.3 Neutralité

Pour être fiable, l’information contenue dans les états financiers doit être neutre, c’est-à-dire sans partis-pris.
Les états financiers ne sont pas neutres si, par la sélection ou la présentation de l’information, ils influencent
la prise d’une décision ou la formation d’un jugement afin d’obtenir un résultat ou une issue prédéterminé.

4.5.4 Prudence

Les préparateurs d’états financiers, cependant, sont confrontés aux incertitudes qui, de façon inévitable,
sont liées à un grand nombre d’événements et de circonstances, telles que la recouvrabilité des créances
douteuses, la durée d’utilité probable des actifs. De telles incertitudes sont prises en compte grâce à
l’information fournie sur leur nature et leur étendue et par l’exercice de la prudence dans la préparation des
états financiers. La prudence est la prise en compte d’un certain degré de précaution dans l’exercice des
jugements nécessaires pour préparer les estimations dans des conditions d’incertitude, pour faire en sorte
que les actifs ou les produits ne soient pas surévalués et que les passifs ou les charges ne soient pas sous-
évalués. Cependant, l’exercice de la prudence ne permet pas, par exemple, la création de réserves occultes
ou de provisions excessives, la sous-évaluation délibérée des actifs ou des produits, ou la surévaluation
délibérée des passifs ou des charges, parce que les états financiers ne seraient pas neutres, et, en
conséquence, ne posséderaient pas la qualité de fiabilité.

4.5.5 Exhaustivité

Pour être fiable, l’information contenue dans les états financiers doit être exhaustive, compte tenu des
contraintes d’importance relative et de coût. Une omission peut rendre l’information fausse ou trompeuse et,
en conséquence, non fiable et insuffisamment pertinente.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 7
22/03/2011 - BvV

4.6 Comparabilité
Les utilisateurs doivent être en mesure de comparer les états financiers du groupe SNCB dans le temps afin
d’identifier les tendances de sa situation financière et de sa performance. Les utilisateurs doivent également
être en mesure de comparer les états financiers de différentes entités afin d’évaluer, de façon relative, leurs
situations financières, leurs performances et les variations de leurs situations financières. En conséquence,
l’évaluation et la présentation de l’effet financier de transactions et d’événements semblables doivent être
effectuées de façon cohérente dans le temps et dans l’ensemble du groupe SNCB, ainsi que d’une entité à
l’autre.

Le besoin de comparabilité ne doit pas être confondu avec l’uniformité pure et ne doit pas constituer un
obstacle à l’introduction de normes comptables améliorées.

Comme les utilisateurs souhaitent comparer la situation financière, la performance et les variations de la
situation financière du groupe SNCB au fil du temps, il est important que les états financiers donnent
l’information correspondante des périodes précédentes.

Dans la situation pour laquelle l’information d’une période comptable ne serait pas comparée à celle de la
période précédente, l’information de la période comptable précédente permettant la comparaison doit être
adaptée, ceci afin de permettre la comparaison. Dans ce cas, les adaptations doivent être communiquées au
groupe (excepté la préparation des états financiers). Dans certains cas spécifiques pour lesquels il est, d’un
point de vue pratique, impossible d’adapter les informations permettant la comparaison, une mention doit
être faite dans les états financiers, comprenant les détails nécessaires pour permettre une comparaison.

4.7 Évaluation individuelle


Chaque élément de l’actif et du passif doit faire l’objet d’une évaluation individuelle.

Les amortissements, les réductions de valeur et les pertes de valeur exceptionnelles (excepté le cas ou le
concept d’entité générant des flux de trésorerie est appliqué, (voir chapitre 13 « Pertes de valeur » (hors
instruments financiers) du manuel comptable du groupe SNCB ) doivent être liés à un actif particulier. Les
actifs ayant les mêmes caractéristiques techniques peuvent être pris ensemble dans le cadre d’une
évaluation globale (Ex. les immobilisations corporelles sont regroupées par catégories, l’ensemble des actifs
d’une même catégorie sont amortis selon une règle homogène). Quand des actifs sont acquis pour un
montant global, la valeur de chaque composant matériel doit être évaluée individuellement.

Les provisions doivent être spécifiques pour les passifs ou les charges pour lesquels elles sont
comptabilisées.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 8
22/03/2011 - BvV

5 Changement des règles d’évaluation


5.1 Généralités

Le groupe SNCB doit sélectionner et appliquer ses règles d’évaluation avec cohérence pour des
transactions, autres événements et conditions similaires, sauf dans le cas où une IFRS impose ou permet
spécifiquement de classer par catégories des éléments auxquels l’application de règles d’évaluation
différentes peut être appropriée. Si une norme IFRS impose ou permet un tel classement par catégories, il
faut choisir la règle d’évaluation la plus appropriée et l’appliquer de manière cohérente et permanente à
chaque catégorie.

Le groupe SNCB ne doit changer de règles d’évaluation que si le changement:


 est imposé par une norme IFRS; ou
 a pour résultat que les états financiers fournissent des informations fiables et plus pertinentes sur
les effets des transactions, autres événements ou conditions sur la situation financière, la
performance financière ou les flux de trésorerie du groupe SNCB.

Ne sont pas considérés comme des changements de règles d’évaluation:


 l’application d’une méthode comptable à des transactions, autres événements ou conditions différant
en substance de ceux survenus précédemment; et
 l’application d’une nouvelle méthode comptable à des transactions, autres événements ou
conditions qui ne se produisaient pas auparavant ou qui n’étaient pas significatifs.

Les changements de règles d’évaluation pour une raison autre qu’un changement de la norme devraient
rester exceptionnels. Le département de consolidation du groupe SNCB doit en être informé et son accord
est nécessaire avant tout changement.

5.2 Application des changements de règles d’évaluation


Suivant les limites pour l’application de la méthode rétrospective (décrites sous le titre 5.3 Application
rétrospective), le groupe SNCB doit:

 comptabiliser un changement de règles d’évaluation résultant de la première application d’une IFRS


selon les dispositions transitoires spécifiques formulées, le cas échéant, dans cette IFRS; et

 appliquer ce changement de manière rétrospective lorsque le groupe SNCB change de règles


d’évaluation lors de la première application d’une IFRS qui ne prévoit pas de dispositions transitoires
spécifiques applicables à ce changement, ou lorsque le groupe SNCB décide de changer de règles
d’évaluation.

5.3 Application rétrospective


Lorsqu’un changement de règles d’évaluation est appliqué de manière rétrospective, le groupe SNCB doit
ajuster le solde d’ouverture de chaque élément affecté des capitaux propres pour la première période
antérieure présentée, ainsi que les autres montants comparatifs fournis pour chaque période antérieure
présentée comme si les nouvelles règles d’évaluation avait toujours été appliquées.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 9
22/03/2011 - BvV

Lorsqu’une application rétrospective est imposée, un changement des règles d’évaluation doit être appliqué
de manière rétrospective, sauf s’il est impraticable de déterminer les effets du changement spécifiquement
liés à la période ou de manière cumulée.

Lorsqu’il est impraticable de déterminer les effets spécifiquement liés à la période du changement d’une
règle d’évaluation sur l’information comparative relative à une ou plusieurs périodes antérieures présentées,
le groupe SNCB doit appliquer la nouvelle règle d’évaluation aux valeurs comptables des actifs et passifs au
début de la première période pour laquelle l’application rétrospective est praticable, qui peut être la période
considérée; le groupe SNCB doit également effectuer un ajustement correspondant du solde d’ouverture de
chaque composante affectée des capitaux propres pour cette période.

Lorsqu’il est impraticable de déterminer l’effet cumulé, au début de la période considérée, de l’application
d’une nouvelle règle d’évaluation à toutes les périodes antérieures, le groupe SNCB doit ajuster l’information
comparative de manière à appliquer la nouvelle règle d’évaluation de façon prospective à partir de la
première date praticable.

Uniquement dans des situations exceptionnelles, il est possible de conclure que l’impact d’un changement
d’une règle d’évaluation ne peut pas être calculé. Le département de consolidation du groupe SNCB doit en
être informé et son approbation préalable est nécessaire avant de prendre une telle décision.

Les changements des règles d’évaluation au sein du groupe SNCB ne peuvent être mis en application
qu’après l’approbation préalable des comités de direction du groupe SNCB et d’Infrabel. Le cas échéant,
cette approbation doit être communiquée à l’ensemble des entités du groupe.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 10
22/03/2011 - BvV

6 Changement d’estimations comptables


Un changement d’estimation comptable est un ajustement de la valeur comptable d’un actif ou d’un passif,
ou du montant de la consommation périodique d’un actif, résultant de l’évaluation de la situation actuelle des
éléments d’actif et de passif et des avantages et obligations futurs attendus qui y sont associés. Les
changements d’estimations comptables résultent d’informations nouvelles ou de nouveaux développements
et, par conséquent, ne sont pas des corrections d’erreurs.

L’effet d’un changement d’estimation comptable doit être comptabilisé de manière prospective et inclus dans
la détermination du résultat net:
 de la période du changement, si le changement n’affecte que cette période; ou
 de la période du changement et des périodes ultérieures, si celles-ci sont également concernées par
ce changement.

Dans la mesure où un changement d’estimation comptable donne lieu à des variations d’actifs et de passifs
ou porte sur un élément des capitaux propres, il doit être comptabilisé par ajustement de la valeur comptable
de l’élément d’actif, de passif ou de capitaux propres correspondant dans la période du changement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 11
22/03/2011 - BvV

7 Erreurs
Le groupe SNCB doit corriger de manière rétrospective les erreurs significatives d’une période antérieure
dans le premier jeu d’états financiers dont la publication est autorisée après leur découverte, comme suit:
 par retraitement des montants comparatifs de la ou des périodes antérieures présentées au cours
desquelles l’erreur est intervenue; ou
 si l’erreur est intervenue avant la première période antérieure présentée, par retraitement des soldes
d’ouverture des actifs, passifs et capitaux propres de la première période antérieure présentée.

Une erreur d’une période antérieure doit être corrigée par retraitement rétrospectif, sauf dans la mesure où il
est impraticable de déterminer soit les effets spécifiquement liés à la période, soit l’effet cumulé de l’erreur.

Lorsqu’il n’est pas praticable de déterminer les effets d’une erreur sur une période spécifique pour
l’information comparative présentée au titre des périodes antérieures, le groupe SNCB doit retraiter les
soldes d’ouverture des actifs, passifs et capitaux propres de la première période présentée pour laquelle un
retraitement rétrospectif est praticable (cette période peut être la période considérée).

Lorsqu’il n’est pas praticable de déterminer l’effet cumulé, au début de la période considérée, d’une erreur
sur toutes les périodes antérieures, le groupe SNCB doit retraiter l’information comparative pour corriger
l’erreur de manière prospective à partir de la première date praticable.

Les erreurs doivent être exceptionnelles. Le département de consolidation du groupe SNCB doit être informé
et son accord est indispensable avant de conclure quant à l’existence d’une erreur dans les états financiers
de la période comptable précédente.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 12
22/03/2011 - BvV

8 Éléments des états financiers


Les états financiers retracent les effets financiers des transactions et autres événements en les groupant en
grandes catégories selon leurs caractéristiques économiques. Ces grandes catégories sont appelées les
éléments des états financiers. Les éléments liés directement à l’évaluation de la situation financière dans le
bilan sont les actifs, les passifs et les capitaux propres. Les éléments directement liés à l’évaluation de la
performance dans le compte de résultats sont les produits et les charges.

Ci-dessous sont uniquement abordées les définitions des éléments des états financiers. Les critères de
comptabilisation et l’évaluation de ces éléments seront abordés dans les chapitres suivants du manuel
comptable.

8.1 Actifs
Un actif est une ressource contrôlée par le groupe SNCB du fait d’événements passés et dont des
avantages économiques futurs sont attendus par le groupe SNCB.

L’avantage économique futur représentatif d’un actif est le potentiel qu’a cet actif de contribuer,
directement ou indirectement, à des flux de trésorerie et d’équivalents de trésorerie allant au groupe SNCB.

Les avantages économiques futurs représentatifs d’un actif peuvent aller au groupe SNCB de différentes
façons. Par exemple, un actif peut être:
 utilisé seul ou en combinaison avec d’autres actifs dans la production de biens ou de services
destinés à être vendus par le groupe SNCB;
 échangé contre d’autres actifs;
 utilisé pour éteindre un passif; ou
 distribué aux propriétaires du groupe SNCB.

Pour déterminer l’existence d’un actif, le droit de propriété n’est pas essentiel. Un élément peut néanmoins
satisfaire à la définition d’un actif, même s’il n’y a pas de contrôle juridique.

Les actifs du groupe SNCB résultent de transactions ou d’autres événements passés. Les transactions ou
événements attendus dans l’avenir ne donnent pas en eux-mêmes naissance à des actifs. Ainsi, par
exemple, l’intention d’acheter un stock ne satisfait pas, en elle-même, à la définition d’un actif.

8.2 Passifs
Un passif est une obligation actuelle du groupe SNCB résultant d’événements passés et dont l’extinction
devrait se traduire pour le groupe SNCB par une sortie de ressources représentatives d’avantages
économiques.

Une des caractéristiques essentielles d’un passif est que le groupe SNCB a une obligation actuelle. Une
obligation est un devoir ou une responsabilité d’agir ou de faire quelque chose d’une certaine façon. Les
obligations peuvent être juridiquement exécutoires en conséquence d’un contrat irrévocable ou d’une
disposition statutaire. C’est normalement le cas, par exemple, pour les montants payables au titre des biens
et services reçus. Des obligations naissent également, cependant, de la pratique commerciale normale, des
usages et du désir de conserver de bonnes relations d’affaires ou d’agir de façon équitable.

Une distinction doit être établie entre une obligation actuelle et un engagement futur. Une décision prise par
la direction du groupe SNCB d’acquérir des actifs à l’avenir ne donne pas lieu, en elle-même, à une
obligation actuelle. Une obligation ne naît normalement que lorsque l’actif est livré ou lorsque le groupe
SNCB conclut un accord irrévocable pour acquérir l’actif. Dans ce dernier cas, la nature irrévocable de
l’accord signifie que le fait de ne pas honorer l’obligation ne laisse que peu ou pas de chances au groupe
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 13
22/03/2011 - BvV

SNCB, en raison, par exemple, de l’existence d’une clause prévoyant une pénalité importante, d’éviter la
sortie de ressources au profit d’un tiers.

L’extinction d’une obligation actuelle peut se produire de diverses façons, par exemple par:
 un paiement en trésorerie;
 un transfert d’autres actifs;
 une fourniture de services;
 la substitution de cette obligation par une autre obligation; ou
 une conversion de l’obligation en capitaux propres.

Certains passifs ne peuvent être évalués qu’avec un degré d’estimation important. Ces passifs sont
considérés comme des provisions.

8.3 Capitaux propres


Les capitaux propres sont le droit résiduel sur les actifs du groupe SNCB, après déduction de tous ses
passifs.

Les capitaux propres peuvent faire l’objet de subdivisions dans le bilan. De telles divisions peuvent être
pertinentes pour les besoins de prise de décisions des utilisateurs des états financiers lorsqu’elles indiquent
des restrictions, juridiques ou autres, quant à la capacité du groupe SNCB à distribuer ou à utiliser
autrement ses capitaux propres.

8.4 Produits
Les produits sont les accroissements d’avantages économiques au cours de la période comptable, sous
forme d’entrées ou d’accroissements d’actifs, ou de diminutions de passifs, qui donnent lieu à des
augmentations des capitaux propres autres que les augmentations provenant des apports des participants
aux capitaux propres.

La définition des produits inclut à la fois les produits des activités ordinaires et les profits.
 les revenus résultent des activités ordinaires du groupe SNCB et portent différents noms, tels que
ventes, honoraires, intérêts, dividendes, redevances et loyers;
 les profits peuvent résulter ou non des activités ordinaires du groupe SNCB. Les profits
représentent des accroissements d’avantages économiques résultant de la sortie d’actifs non
courants et inclut également les profits latents, comme ceux qui proviennent de la réévaluation de
titres négociables sur un marché et ceux qui proviennent d’accroissements de la valeur comptable
des actifs à long terme. Lorsque les profits sont comptabilisés dans le compte de résultats, ils sont
habituellement présentés séparément. Ils sont souvent présentés nets des charges
correspondantes.

Lorsque les gains sont comptabilisés dans le compte de résultats, ils sont présentés séparément des
autres produits.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Principes comptables fondamentaux
Chapitre 2 Page 14
22/03/2011 - BvV

8.5 Charges
Les charges sont des diminutions d’avantages économiques au cours de la période comptable sous forme
de sorties ou de diminutions d’actifs ou de prises en charge de passifs, qui ont pour résultat de diminuer les
capitaux propres autrement que par des distributions aux participants aux capitaux propres.

La définition des charges comprend les pertes aussi que les charges qui résultent des activités ordinaires
du groupe SNCB:
 Les charges qui surviennent au cours des activités ordinaires du groupe SNCB comprennent,
par exemple, le coût des ventes, les salaires et les amortissements;
 Les pertes représentent d’autres éléments qui satisfont à la définition de charges et peuvent
survenir ou non dans le cadre des activités ordinaires du groupe SNCB. Les pertes incluent, celles
qui résultent de la sortie d’actifs non courants ainsi que les pertes latentes, par exemple celles qui
proviennent des effets de l’augmentation du cours de change d’une monnaie étrangère sur les
emprunts de l’entité dans cette monnaie. Quand les pertes sont comptabilisées dans le compte de
résultat, elles sont généralement présentées distinctement. Les pertes sont souvent présentées
nettes des produits qui y sont liés.

Lorsque les pertes sont comptabilisées dans le compte de résultats, elles sont présentées séparément des
autres charges.
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3
15/02/2011 - BvV

Table des matières

1 Normes IFRS applicables______________________________________________________ 1


1.1 Références _____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états financiers _________________ 1
2 Définitions__________________________________________________________________ 2
3 Informations à présenter dans l’état de la situation financière ________________________ 3
4 Distinction entre les éléments courants et non courants _____________________________ 4
4.1 Actifs courants et non courants ___________________________________________________ 4
4.2 Passifs courants et non courants ___________________________________________________ 4
5 Informations à présenter ______________________________________________________ 6
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3 Page– 1V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 1 – Présentation des états financiers .

1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états


financiers
L’entité doit appliquer le présent chapitre pour établir et présenter les états financiers à usage général selon
les normes internationales d’information financière (IFRS).

D’autres chapitres énoncent les dispositions applicables en matière de comptabilisation, d’évaluation et


d’information à fournir concernant des transactions et autres événements spécifiques.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 27 mai 2010.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3 Page– 2V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

2 Définitions
IAS 1 Présentation des états financiers définit les concepts suivants:

Les états financiers à usage général (appelés « états financiers ») sont les états destinés à répondre aux
besoins des utilisateurs qui ne sont pas en mesure d’exiger que l’entité prépare des rapports financiers
adaptés à leurs besoins particuliers d’information.

L’application d’une disposition est impraticable lorsque l’entité ne peut pas l’appliquer après avoir déployé
tous les efforts raisonnables pour y arriver.

Les omissions ou inexactitudes d’éléments sont significatives si elles peuvent, individuellement ou


collectivement, influencer les décisions économiques que prennent des utilisateurs sur la base des états
financiers. L’importance relative ou le caractère significatif dépend de la taille et de la nature de l’omission ou
de l’inexactitude, appréciée par rapport aux circonstances particulières. La taille ou la nature de l’élément, ou
une combinaison des deux, peut être le facteur déterminant.

Les notes ou annexes contiennent des informations complémentaires à celles qui sont présentées dans
l’état de la situation financière, l’état du résultat global, le compte de résultats séparé (s’il est présenté), l’état
des variations des capitaux propres et le tableau des flux de trésorerie. Les notes fournissent des
descriptions narratives ou des décompositions d’éléments présentés dans ces état, ainsi que des
informations relatives aux éléments qui ne répondent pas aux critères de comptabilisation dans ces états.

Les autres éléments du résultat global comprennent les éléments de produits et de charges (y compris
des ajustements de reclassement) qui ne sont pas comptabilisés en résultat net, comme l’imposent ou
l’autorisent d’autres IFRS.

Les actionnaires sont les porteurs d’instruments classés comme des capitaux propres.

Le résultat net est le total des produits diminués des charges, à l’exclusion des composantes des autres
éléments du résultat global.

Les ajustements de reclassement sont les montants reclassés dans le résultat net de la période qui étaient
comptabilisés en autres éléments du résultat global au cours de la période ou de périodes antérieures.

Le résultat global total est la variation des capitaux propres, au cours d’une période, qui résulte de
transactions et événements autres que les variations résultant de transactions avec les actionnaires agissant
en cette qualité.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3 Page– 3V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

3 Informations à présenter dans l’état de la situation


financière
Au minimum, l’état de la situation financière doit comporter les postes suivants au titre de la période :
a) les immobilisations corporelles ;
b) les immeubles de placement ;
c) les immobilisations incorporelles ;
d) les actifs financiers ;
e) les participations comptabilisées selon la méthode de la mise en équivalence ;
f) les stocks ;
g) les clients et autres débiteurs ;
h) la trésorerie et les équivalents de trésorerie ;
i) le total des actifs classés comme étant détenus en vue de la vente et les actifs inclus dans des
groupes destinés à être cédés qui sont classés comme détenus en vue de la vente, voir Chapitre 14
Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées ;
j) les fournisseurs et autres créditeurs ;
k) les provisions ;
l) les passifs financiers ;
m) les passifs et actifs d’impôt exigible, tels que définis au Chapitre 25 Impôts sur le résultat ;
n) les passifs et actifs d’impôt différé, tels que définis au Chapitre 25 Impôts sur le résultat ;
o) les passifs inclus dans des groupes destinés à être cédés, classés comme détenus en vue de la
vente, voir Chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées ;
p) les participations ne donnant pas le contrôle (intérêts minoritaires), présentées au sein des capitaux
propres ; et
q) le capital émis et les réserves attribuables aux propriétaires de la société mère.

L’entité doit présenter des postes, rubriques et sous-totaux supplémentaires dans l’état de la situation
financière lorsque cela s’avère nécessaire pour une bonne compréhension des états financiers pour le
lecteur.

Le présent chapitre ne prescrit aucun ordre, ni format de présentation des éléments des états financiers,
mais énonce simplement les éléments qui sont suffisamment différents de par leur nature ou leur fonction
pour justifier d’être présentés séparément dans l’état de la situation financière. De plus :
a) des postes sont rajoutés lorsque la taille, la nature ou la fonction d’un élément ou du regroupement
d’éléments similaires justifient une présentation séparée pour aider à comprendre la situation
financière de l’entité ; et
b) les descriptions des postes utilisées et le classement ou le regroupement d’éléments similaires
peuvent être modifiés selon la nature de l’entité et de ses transactions afin de fournir les
informations nécessaires à la compréhension de la situation financière de l’entité.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3 Page– 4V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

4 Distinction entre les éléments courants et non


courants
L’entité doit présenter séparément dans l’état de la situation financière les actifs courants et non courants et
les passifs courants et non courants.

4.1 Actifs courants et non courants


L’entité doit classer un actif en tant qu’actif courant lorsque :
a) elle s’attend à réaliser l’actif ou elle entend le vendre ou le consommer dans son cycle d’exploitation
normal ;
b) elle détient l’actif principalement à des fins de transaction ;
c) elle s’attend à réaliser cet actif dans les douze mois suivant la date de clôture ; ou
d) l'actif se compose de trésorerie ou d’équivalents de trésorerie (tels que définis dans IAS 7), sauf s’il
ne peut être échangé ou utilisé pour régler un passif pendant au moins douze mois après la date de
clôture.

L’entité doit classer tous les autres actifs en actifs non courants.

4.2 Passifs courants et non courants


L’entité doit classer un passif en tant que passif courant lorsque :
a) elle s’attend à régler le passif au cours de son cycle d’exploitation normal ;
b) elle détient le passif principalement à des fins de transaction ;
c) le passif doit être réglé dans les douze mois suivant la date de clôture ; ou
d) l’entité ne dispose pas d’un droit inconditionnel de différer le règlement du passif pour au moins
douze mois après la date de clôture. Les termes d'un passif qui pourraient, au gré de la contrepartie,
résulter en son règlement par l'émission d'instruments de capitaux propres n'affectent pas son
classement.

L’entité doit classer tous les autres passifs en passifs non courants.

L’entité classe ses passifs financiers en passifs courants lorsqu’ils doivent être réglés dans les douze mois
qui suivent la date de clôture, même si :
a) l’échéance d’origine était fixée à plus de douze mois ; et
b) un accord de refinancement ou de rééchelonnement des paiements à long terme est conclu après la
date de clôture et avant la date d’autorisation de publication des états financiers.

Si l’entité envisage, et a toute latitude pour le faire, de refinancer ou de renouveler une dette pour au moins
douze mois après la date de la clôture en vertu d’une facilité de prêt existante, elle classe la dette comme
non courante, même si celle-ci doit normalement arriver à échéance dans un délai plus court. Toutefois,
lorsque le refinancement ou le renouvellement de la dette ne relève pas de la seule discrétion de l’entité (par
exemple, parce qu’il n’existe pas d’accord de refinancement), l’entité ne prend pas en compte le potentiel de
refinancement pour refinancer l’obligation et classe celle-ci en élément courant.

Lorsque l’entité ne respecte pas une disposition d’un accord d’emprunt à long terme au plus tard à la fin de
la date de la clôture, avec pour effet de rendre le passif remboursable à vue, elle classe ce passif en tant
que passif courant, même si le prêteur a accepté, après la date de clôture mais avant la date d’autorisation
de publication des états financiers, de ne pas exiger le paiement à la suite de ce manquement.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3 Page– 5V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

Toutefois, l’entité classe ce passif comme non courant si le prêteur a accepté, à la date de la clôture,
d’octroyer un délai de grâce prenant fin au plus tôt douze mois après la date de clôture, période pendant
laquelle l’entité peut remédier à ses manquements et pendant laquelle le prêteur ne peut exiger le
remboursement immédiat de l’emprunt.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État de la situation financière
Chapitre 3 Page– 6V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

5 Informations à présenter
L’entité doit indiquer des subdivisions complémentaires aux postes présentés, classées d’une manière
adaptée à l’activité de l’entité.

Le niveau de détail de ces subdivisions dépend de la taille, de la nature et de la fonction des montants
concernés.

L’entité doit fournir les informations suivantes :


 Si les conditions suivantes sont remplies:
1) le nombre d’actions autorisées,
2) le nombre d’actions émises et entièrement libérées et le nombre d’actions émises et non
entièrement libérées,
3) la valeur nominale des actions ou le fait que les actions n’ont pas de valeur nominale,
4) un rapprochement entre le nombre d’actions en circulation au début et à la fin de période,
5) les droits, privilèges et restrictions attachés à cette catégorie d’actions, y compris les restrictions
relatives à la distribution de dividendes et au remboursement du capital,
6) les actions de l’entité détenues par elle-même ou par ses filiales ou entreprises associées, et
7) les actions réservées pour une émission dans le cadre d’options et de contrats de vente
d’actions, y compris les modalités et les montants ; et
 une description de la nature et de l’objet de chacune des réserves figurant dans les capitaux
propres.
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
État du résultat global
Chapitre 4
15/02/2011 - BvV

Table des matières

1 Normes IFRS applicables______________________________________________________ 1


1.1 Références _____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états financiers _________________ 1
2 Définitions__________________________________________________________________ 2
3 Informations à présenter dans l’état du résultat global ______________________________ 3
4 Résultat net et autres éléments du résultat global ___________________________________ 4
4.1 Résultat net de la période ________________________________________________________ 4
4.2 Autres éléments de résultat global de la période ______________________________________ 4
5 Informations à présenter soit dans l’état du résultat global, soit dans les notes ___________ 5
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État du résultat global
Chapitre 4 Page– 1V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 1 – Présentation des états financiers .

1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états


financiers
L’entité doit appliquer le présent chapitre pour établir et présenter les états financiers à usage général selon
les normes internationales d’information financière (IFRS).

D’autres chapitres énoncent les dispositions applicables en matière de comptabilisation, d’évaluation et


d’information à fournir concernant des transactions et autres événements spécifiques.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 27 mai 2010.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État du résultat global
Chapitre 4 Page– 2V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

2 Définitions
IAS 1 Présentation des états financiers définit les concepts suivants:

Les états financiers à usage général (appelés « états financiers ») sont les états destinés à répondre aux
besoins des utilisateurs qui ne sont pas en mesure d’exiger que l’entité prépare des rapports financiers
adaptés à leurs besoins particuliers d’information.

L’application d’une disposition est impraticable lorsque l’entité ne peut pas l’appliquer après avoir déployé
tous les efforts raisonnables pour y arriver.

Les omissions ou inexactitudes d’éléments sont significatives si elles peuvent, individuellement ou


collectivement, influencer les décisions économiques que prennent des utilisateurs sur la base des états
financiers. L’importance relative ou le caractère significatif dépend de la taille et de la nature de l’omission ou
de l’inexactitude, appréciée par rapport aux circonstances particulières. La taille ou la nature de l’élément, ou
une combinaison des deux, peut être le facteur déterminant.

Les notes ou annexes contiennent des informations complémentaires à celles qui sont présentées dans
l’état de la situation financière, l’état du résultat global, le compte de résultats séparé (s’il est présenté), l’état
des variations des capitaux propres et le tableau des flux de trésorerie. Les notes fournissent des
descriptions narratives ou des décompositions d’éléments présentés dans ces états ainsi que des
informations relatives aux éléments qui ne répondent pas aux critères de comptabilisation dans ces états.

Les autres éléments du résultat global comprennent les éléments de produits et de charges (y compris
des ajustements de reclassement) qui ne sont pas comptabilisés en résultat net, comme l’imposent ou
l’autorisent d’autres IFRS.

Les actionnaires sont les porteurs d’instruments classés comme des capitaux propres.

Le résultat net est le total des produits diminués des charges, à l’exclusion des composantes des autres
éléments du résultat global.

Les ajustements de reclassement sont les montants reclassés dans le résultat net de la période qui étaient
comptabilisés en autres éléments du résultat global au cours de la période ou de périodes antérieures.

Le résultat global total est la variation des capitaux propres, au cours d’une période, qui résulte de
transactions et d’événements autres que les variations résultant de transactions avec les actionnaires
agissant en cette qualité.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État du résultat global
Chapitre 4 Page– 3V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

3 Informations à présenter dans l’état du résultat global


L’entité doit présenter tous les postes de produits et de charges comptabilisés au cours d’une période :
a) dans un état unique de résultat global, ou
b) dans deux états : un état détaillant les composantes du résultat net (compte de résultats séparé) et
un deuxième état commençant par le résultat net et détaillant les composantes d’autres éléments du
résultat global (état du résultat global).

Le groupe SNCB a choisi de présenter un état unique de résultat global.

Au minimum, l’état du résultat global doit comporter les postes suivants au titre de la période :
a) les produits des activités ordinaires ;
b) les profits ou pertes résultant de la décomptabilisation d’actifs financiers évalués au coût amorti ;
c) les charges financières ;
d) la quote-part dans le résultat net des entreprises associées et des coentreprises comptabilisé selon
la méthode de la mise en équivalence ;
e) lorsqu’un actif financier est reclassé de façon à ce qu’il soit évalué à la juste valeur, tout profit ou
perte résultant d’un écart entre sa valeur comptable antérieure et sa juste valeur à la date du
reclassement (au sens d’IFRS 9) ;
f) la charge d’impôt sur le résultat ;
g) un montant unique représentant le total :
du profit ou la perte après impôt des activités abandonnées, et
du profit ou de la perte après impôt comptabilisé résultant de l’évaluation à la juste valeur
diminuée des coûts de la vente, ou de la cession des actifs ou du ou des groupes destinés à
être cédés constituant l’activité abandonnée ;
h) le résultat net ;
i) chaque composante des autres éléments du résultat global classée par nature (à l’exception des
montants ci-dessous) ;
j) la quote-part des autres éléments de résultat global des entreprises associées et des coentreprises
comptabilisé selon la méthode de la mise en équivalence ; et
k) le résultat global total.

L’entité doit présenter les postes suivants dans l’état du résultat global en tant qu’affectations du résultat net
de la période :
 résultat net de la période attribuable :
o aux participations ne donnant pas le contrôle (les intérêts minoritaires), et
o aux actionnaires de la société mère ;
 résultat global total pour la période attribuable :
o aux participations ne donnant pas le contrôle (les intérêts minoritaires), et
o aux actionnaires de la société mère.

L’entité doit présenter des postes, rubriques et sous-totaux supplémentaires dans l’état du résultat global et
dans le compte de résultats séparé (s’il est présenté) lorsqu’une telle présentation est pertinente pour aider
à comprendre la performance financière de l’entité.

L’entité ne doit pas présenter des éléments de produits ou de charges en tant qu’éléments extraordinaires,
que ce soit dans l’état du résultat global ou dans le compte de résultats séparé (s’il est présenté) ou dans les
notes.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État du résultat global
Chapitre 4 Page– 4V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

4 Résultat net et autres éléments du résultat global

4.1 Résultat net de la période


L’entité doit comptabiliser tous les éléments de produits et de charges d’une période en résultat net, sauf si
un autre chapitre impose ou autorise un autre traitement.

4.2 Autres éléments du résultat global de la période


L’entité doit présenter le montant d’impôt relatif à chaque autre élément du résultat global, y compris les
ajustements de reclassement, soit dans l’état du résultat global, soit dans les notes.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État du résultat global
Chapitre 4 Page– 5V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

5 Informations à présenter soit dans l’état du résultat


global, soit dans les notes
Lorsque des éléments de produits et de charges sont significatifs, l’entité doit en indiquer séparément la
nature et le montant.

Les charges font l’objet d’une subdivision afin de mettre en évidence les composantes de la performance
financière pouvant différer en termes de fréquence, de potentiel de profit ou de perte et de prévisibilité.
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
État des variations de capitaux propres
Chapitre 5
15/02/2011 - BvV

Table des matières

1 Normes IFRS applicables______________________________________________________ 1


1.1 Références _____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états financiers _________________ 1
2 Définitions__________________________________________________________________ 2
3 Informations à présenter dans l’état des variations de capitaux propres ________________ 3
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État des variations de capitaux propres
Chapitre 5 Page– 1V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 1 – Présentation des états financiers .

1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états


financiers
L’entité doit appliquer le présent chapitre pour établir et présenter les états financiers à usage général selon
les normes internationales d’information financière (IFRS).

D’autres chapitres énoncent les dispositions applicables en matière de comptabilisation, d’évaluation et


d’information à fournir concernant des transactions et autres événements spécifiques.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 27 mai 2010.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État des variations de capitaux propres
Chapitre 5 Page– 2V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

2 Définitions
IAS 1 Présentation des états financiers définit les concepts suivants:

Les états financiers à usage général (appelés « états financiers ») sont les états destinés à répondre aux
besoins des utilisateurs qui ne sont pas en mesure d’exiger que l’entité prépare des rapports financiers
adaptés à leurs besoins particuliers d’information.

L’application d’une disposition est impraticable lorsque l’entité ne peut pas l’appliquer après avoir déployé
tous les efforts raisonnables pour y arriver.

Les omissions ou inexactitudes d’éléments sont significatives si elles peuvent, individuellement ou


collectivement, influencer les décisions économiques que prennent des utilisateurs sur la base des états
financiers. L’importance relative ou le caractère significatif dépend de la taille et de la nature de l’omission ou
de l’inexactitude, appréciée par rapport aux circonstances particulières. La taille ou la nature de l’élément, ou
une combinaison des deux, peut être le facteur déterminant.

Les notes ou annexes contiennent des informations complémentaires à celles qui sont présentées dans
l’état de la situation financière, l’état du résultats global, le compte de résultats séparé (s’il est présenté),
l’état des variations des capitaux propres et le tableau des flux de trésorerie. Les notes fournissent des
descriptions narratives ou des décompositions d’éléments présentés dans ces états, ainsi que des
informations relatives aux éléments qui ne répondent pas aux critères de comptabilisation dans ces états.

Les autres éléments du résultat global comprennent les éléments de produits et de charges (y compris
des ajustements de reclassement) qui ne sont pas comptabilisés en résultat net comme l’imposent ou
l’autorisent d’autres IFRS.

Les actionnaires sont les porteurs d’instruments classés comme des capitaux propres.

Le résultat net est le total des produits diminués des charges, à l’exclusion des composantes des autres
éléments du résultat global.

Les ajustements de reclassement sont les montants reclassés dans le résultat net de la période qui étaient
comptabilisés en autres éléments du résultat global au cours de la période ou de périodes antérieures.

Le résultat global total est la variation des capitaux propres, au cours d’une période, qui résulte de
transactions et d’événements autres que les variations résultant de transactions avec les actionnaires
agissant en cette qualité.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
État des variations de capitaux propres
Chapitre 5 Page– 3V2
Juin 2009
15/02/2011 - BvV

3 Informations à présenter dans l’état des variations de


capitaux propres
L’entité doit présenter un état des variations des capitaux propres présentant :
 le résultat global total de la période, présentant séparément les montants totaux attribuables aux
actionnaires de la société mère et aux participations ne donnant pas le contrôle ;
 pour chaque composante des capitaux propres, les effets d’une application rétrospective ou d’un
retraitement rétrospectif comptabilisés comme indiqué dans le Chapitre 2 Principes comptables
fondamentaux ; et
 pour chaque composante des capitaux propres, un rapprochement entre la valeur comptable au
début et à la fin de la période, indiquant séparément chaque élément de variation trouvant son
origine dans :
o le résultat net,
o chaque élément du résultat global, et
o des transactions avec des actionnaires agissant en cette capacité, présentant séparément
les apports des actionnaires et les distributions aux actionnaires ainsi que les changements
dans les participations dans des filiales qui ne résultent pas en une perte de contrôle.

L’entité doit indiquer le montant des dividendes comptabilisés au titre des distributions aux actionnaires au
cours de la période, ainsi que le montant correspondant par action.

Les variations des capitaux propres de l’entité entre le début et la fin de la période de présentation de
l’information financière reflètent l’augmentation ou la diminution de son actif net au cours de la période .
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6
14/03/2011 - TM

Table des matières

1 Normes IFRS applicables______________________________________________________ 1


1.1 Références _____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états financiers _________________ 1
2 Définitions__________________________________________________________________ 2
3 Critères de présentation des flux de trésorerie _____________________________________ 3
3.1 Principes généraux ______________________________________________________________ 3
3.1.1 Structure du tableau des flux de trésorerie ________________________________________________ 3
3.1.2 Classement des flux de trésorerie _______________________________________________________ 3
3.1.3 Méthode directe ou méthode indirecte ___________________________________________________ 3
3.2 Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles _____________________________ 3
3.3 Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement ____________________________ 5
3.4 Flux de trésorerie provenant des activités de financement _____________________________ 5
3.5 Flux d’intérêts, de dividendes et d’impôts ___________________________________________ 6
3.6 Traitement des flux de trésorerie particuliers ________________________________________ 6
3.6.1 Mouvements des actifs financiers (y compris dérivés et dérivés de couverture) ___________________ 6
3.6.2 Transactions d’investissement et de financement sans contrepartie de trésorerie ___________________ 6
3.6.3 Flux de trésorerie en devises étrangères __________________________________________________ 7
3.6.4 Acquisitions et cessions de filiales ______________________________________________________ 7
4 Tableau des flux de trésorerie __________________________________________________ 8
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 1V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 1 – Présentation des états financiers

1.2 Champ d’application de la norme IAS 1 Présentation des états


financiers
L’entité doit appliquer le présent chapitre pour établir et présenter les états financiers à usage général, selon
les Normes internationales d’information financière (IFRS).

D’autres chapitres énoncent les dispositions applicables en matière de comptabilisation, d’évaluation et


d’information à fournir concernant des transactions spécifiques et autres événements.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 27 mai 2010.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 2V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

2 Définitions
IAS 1 Présentation des états financiers définit les concepts suivants:

Les états financiers à usage général (appelés « états financiers ») sont les états destinés à répondre aux
besoins des utilisateurs qui ne sont pas en mesure d’exiger que l’entité prépare des rapports financiers
adaptés à leurs besoins particuliers d’information.

L’application d’une disposition est impraticable lorsque l’entité ne peut pas l’appliquer, après avoir déployé
tous les efforts raisonnables pour y arriver.

Les omissions ou inexactitudes d’éléments sont significatives si elles peuvent, individuellement ou


collectivement, influencer les décisions économiques que prennent des utilisateurs sur la base des états
financiers. L’importance relative ou le caractère significatif dépend de la taille et de la nature de l’omission ou
de l’inexactitude, appréciée par rapport aux circonstances particulières. La taille ou la nature de l’élément, ou
une combinaison des deux, peut être le facteur déterminant.

Les notes ou annexes contiennent des informations complémentaires à celles qui sont présentées dans
l’état de la situation financière, l’état du résultat global, le compte de résultats séparé (s’il est présenté), l’état
des variations des capitaux propres et le tableau des flux de trésorerie. Les notes fournissent des
descriptions narratives ou des décompositions d’éléments présentés dans ces états ainsi que des
informations relatives aux éléments qui ne répondent pas aux critères de comptabilisation dans ces états.

La trésorerie comprend les fonds en caisse et les dépôts à vue auprès des banques ou autres institutions
financières.

Les équivalents de trésorerie sont les placements à court terme, très liquides qui sont facilement
convertibles en un montant connu de trésorerie et qui sont soumis à un risque négligeable de changement
de valeur.

Pour les besoins du tableau des flux de trésorerie, les découverts bancaires remboursables à vue sont
inclus dans la trésorerie et les équivalents de trésorerie. Les découverts bancaires sont présentés au passif
de l’état de la situation financière.

Les flux de trésorerie sont les entrées et sorties de trésorerie et d’équivalents de trésorerie.

Les activités opérationnelles sont les principales activités génératrices de produits de l’entreprise et toutes
les autres activités qui ne sont pas des activités d’investissement ou de financement.

Les activités d’investissement sont l’acquisition et la sortie d’actifs à long terme et les autres placements
qui ne sont pas inclus dans les équivalents de trésorerie.

Les activités de financement sont les activités qui résultent des changements dans l’importance et la
composition des capitaux propres et des emprunts de l’entreprise.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 3V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

3 Critères de présentation des flux de trésorerie


3.1 Principes généraux
3.1.1 Structure du tableau des flux de trésorerie

Le tableau des flux de trésorerie doit présenter les flux de trésorerie de l’exercice, classés en activités
opérationnelles, d’investissement et de financement. L’agrégation de ces trois types de flux de trésorerie
correspond à la variation de la trésorerie et des équivalents de trésorerie au cours de la période, à
l’exclusion des variations dues aux effets de change.

3.1.2 Classement des flux de trésorerie

Le classement des flux de trésorerie entre activités opérationnelles, d’investissement et de financement est
déterminé par la nature de l’activité et doit être cohérent pour toutes les entités du groupe SNCB.

3.1.3 Méthode directe ou méthode indirecte

Le groupe SNCB applique la méthode indirecte pour la présentation des activités opérationnelles du tableau
des flux de trésorerie consolidé.

3.2 Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles

Les entrées de trésorerie provenant des activités opérationnelles peuvent inclure, par exemple :
 les entrées de trésorerie provenant de la vente de biens et de la prestation de services ;
 les entrées de trésorerie provenant de redevances, d’honoraires, de commissions et d’autres
produits ;
 les entrées de trésorerie provenant des actifs financiers dont la nature est rattachée aux activités
opérationnelles ;
 les autres entrées de trésorerie non incluses dans les activités d’investissement et de financement
(exemple : encaissement suite au dénouement d’un litige).

Les sorties de trésorerie provenant des activités opérationnelles peuvent inclure, par exemple :
 les sorties de trésorerie à des fournisseurs de biens et services ;
 les sorties de trésorerie aux membres du personnel ou pour leur compte ;
 les sorties de trésorerie ou remboursements d’impôts sur le résultat ;
 les sorties de trésorerie provenant des actifs financiers dont la nature est rattachée aux activités
opérationnelles ;
 les autres sorties de trésorerie non incluses dans les activités d’investissement et de financement.

Selon la méthode indirecte, le flux de trésorerie net provenant des activités opérationnelles se détermine en
ajustant le résultat pour tenir compte des éléments des besoins en fonds de roulement, des éléments sans
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 4V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

effet de trésorerie et des autres éléments dont les flux de trésorerie sont liés aux activités d’investissement
ou de financement.

Éléments Sans effet sur la Dont les flux de


trésorerie trésorerie sont liés aux
activités
d’investissement ou de
financement et devant
faire l’objet d’un
reclassement des flux
de trésorerie
Variation des besoins en fonds de roulement : X
 stocks et commandes en cours
 créances commerciales et autres
débiteurs
 dettes commerciales, sociales et autres
dettes
Charge ou produit d’impôts différés X
Charge d’impôts courants X

Amortissements des immobilisations X


corporelles et des actifs incorporels
Variations des provisions X
Pertes de valeur sur les immobilisations X
corporelles, les actifs incorporels, les
coentreprises et entreprises associées, les actifs
financiers et les autres actifs à long terme
Pertes et profits sur cessions d’actifs financiers et
d’autres actifs à long terme dont : X
 la nature est rattachée aux activités
opérationnelles X
 la nature est rattachée aux activités (activités
d’investissement d’investissement)
Différences de change non-réalisées X
Produits et charges d’intérêts dont :
 la nature est rattachée aux activités X
opérationnelles
 la nature est rattachée aux activités X
d’investissement ou de financement (activités
d’investissement ou de
financement)

Variations des provisions à long terme et X


variations des provisions pour avantages au
personnel
Variations de juste valeur d’instruments dérivés X
Variations de juste valeur des actifs financiers X
évalués à la juste valeur
Quote-part dans le résultat des coentreprises ou X
des entreprises associées
Pertes et profits sur cessions d’immobilisations X
corporelles, d’actifs incorporels (ou d’actifs (activités
destinés à la vente) d’investissement)
Pertes et profits sur cessions de filiales, de X
coentreprises ou d’entreprises associées (activités
d’investissement)
Revenus de dividendes X
(activités
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 5V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

d’investissement)
Présentation séparée du
flux de trésorerie
Prises en résultat des subsides en capital X
Prise en résultat de la NPV X

3.3 Flux de trésorerie provenant des activités d’investissement

Les entrées de trésorerie provenant des activités d’investissement peuvent inclure, par exemple :
 les entrées de trésorerie découlant de la vente d’immobilisations corporelles, d’actifs incorporels et
d’autres actifs à long terme (hors actifs financiers) ;
 les entrées de trésorerie provenant des actifs financiers dont la nature est rattachée aux activités
d’investissement et qui ne sont pas assimilés à des équivalents de trésorerie ;
 les entrées de trésorerie résultant de la cession de filiales, de coentreprises et d’entreprises
associées ;
 les entrées de trésorerie résultant du remboursement de prêts octroyés à des coentreprises et des
entreprises associées ;
 les entrées de trésorerie résultant de l’encaissement de subsides en capital reçus ;
 les entrées de trésorerie résultant de l’encaissement de dividendes reçus ;
 les entrées de trésorerie résultant de l’encaissement des intérêts reçus ;
 les entrées de trésorerie résultant de l’encaissement de primes des sub-leases en location-
financement.

Les sorties de trésorerie provenant des activités d’investissement peuvent inclure :


 les sorties de trésorerie pour l’acquisition d’immobilisations corporelles, d’actifs incorporels et
d’autres actifs à long terme (hors actifs financiers) ;
 les sorties de trésorerie pour l’acquisition d’actifs financiers dont la nature est rattachée aux activités
d’investissement et qui ne sont pas assimilés à des équivalents de trésorerie;
 les sorties de trésorerie résultant de l’acquisition de filiales, de coentreprises et d’entreprises
associées ;
 les sorties de trésorerie résultant de l’octroi de prêts à des coentreprises et des entreprises
associées ;
 les sorties de trésorerie résultant de remboursements de subsides en capital reçus.

3.4 Flux de trésorerie provenant des activités de financement

Les entrées de trésorerie provenant des activités de financement peuvent inclure :


 les entrées de trésorerie liées à l’émission d’actions ou d’autres instruments de capitaux propres ;
 les produits de l’émission d’emprunts obligataires, ordinaires, de billets de trésorerie, d’emprunts
hypothécaires et autres emprunts à court terme ou à long terme et qui ne sont pas assimilés à des
équivalents de trésorerie.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 6V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

Les sorties de trésorerie provenant des activités de financement peuvent inclure :


 les sorties de trésorerie faites aux actionnaires pour acquérir ou racheter les actions de l’entité ;
 les sorties de trésorerie liées aux remboursements des dettes financières ;
 les sorties de trésorerie effectuées dans le cadre du remboursement des dettes liées aux contrats de
leasing financier (position de preneur) ;
 les sorties de trésorerie liées aux dividendes versés ;
 les sorties de trésorerie liées aux intérêts versés.

3.5 Flux d’intérêts, de dividendes et d’impôts


Les intérêts payés et reçus, les dividendes payés et reçus ainsi que les impôts payés et reçus doivent être
présentés distinctement dans le tableau des flux de trésorerie.

3.6 Traitement des flux de trésorerie particuliers


3.6.1 Mouvements des actifs financiers (y compris dérivés et dérivés de
couverture)

Comme indiqué précédemment, les mouvements (entrées et sorties de trésorerie) liés aux actifs financiers
(y compris les dérivés et les dérivés de couverture) doivent être rattachés aux activités opérationnelles et
d’investissement selon les critères suivants :

Nature d’actifs financiers (y compris dérivés et Activités Activités


dérivés de couverture) opérationnelles d’investissement
NPV X

3.6.2 Transactions d’investissement et de financement sans contrepartie de


trésorerie

Les transactions d’investissement et de financement sans contrepartie de trésorerie doivent être exclues du
tableau des flux de trésorerie, au même titre que les transactions sans contrepartie de trésorerie liées aux
activités opérationnelles. C’est le cas par exemple :

 de l’acquisition d’actifs au travers des contrats de leasing financier ;


 de l’acquisition d’une entité au moyen d’une émission d’actions ;
 de la conversion de dettes en capitaux propres.

Les transactions significatives doivent être communiquées en annexe des états financiers.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 7V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

3.6.3 Flux de trésorerie en devises étrangères

Les flux de trésorerie provenant de transactions en devises étrangères doivent être enregistrés en euro, en
appliquant au montant en devises étrangères le cours de change entre l’euro et la devise étrangère à la date
du flux de trésorerie.

Les flux de trésorerie d’une filiale étrangère doivent être convertis au cours de change entre l’euro et la
monnaie étrangère à la date du flux de trésorerie.

En pratique, le taux de conversion moyen mensuel ou annuel pourra être utilisé pour convertir les flux de
trésorerie mais en aucun cas, le taux de conversion à la clôture de l’exercice ne pourra être utilisé.

Les gains et pertes latents provenant des variations des cours de change ne sont pas des flux de trésorerie.
Toutefois, l’effet des variations des cours de change sur la trésorerie ou les équivalents de trésorerie
détenus ou dus en devises étrangères est présenté dans le tableau des flux de trésorerie de façon à
permettre le rapprochement de la trésorerie et des équivalents de trésorerie à l’ouverture et à la clôture de
l’exercice. Ce montant est présenté séparément des flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles,
d’investissement et de financement (sur une ligne intitulée "Écarts de conversion") et tient compte, le cas
échéant, des écarts qui auraient été constatés si les flux de trésorerie avaient été inscrits au cours de
change de clôture.

3.6.4 Acquisitions et cessions de filiales

Les flux de trésorerie résultant de l’acquisition ou de la cession de filiales doivent être présentés séparément
dans les flux de trésorerie provenant des activités d’investissement.

Lorsque le périmètre de consolidation est modifié du fait de l’acquisition ou de la cession de filiales, les flux
de trésorerie nets, c'est-à-dire le prix d’achat ou de cession, moins la trésorerie et les équivalents de
trésorerie acquis ou cédés, doivent être présentés séparément.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Tableau des flux de trésorerie
Chapitre 6 Page– 8V2
Juin 2009
14/03/2011 - TM

4 Tableau des flux de trésorerie


Les informations relatives aux flux de trésorerie donnent aux utilisateurs des états financiers une base
permettant d’apprécier la capacité de l’entité de générer de la trésorerie et des équivalents de trésorerie et
de déterminer les besoins qu’a l’entité d’utiliser ces flux de trésorerie.

Annexe 2010
FLUX DE TRÉSORERIE LIÉS AUX ACTIVITÉS
OPERATIONNELLES
Résultat net de l'exercice - 19,731,786.64
Ajustements pour :
Amortissements et pertes de valeur sur immobilisations
6, 7, 8
incorporelles, corporelles, immeubles de placement 424,211,328.62

Pertes de valeur sur sociétés consolidées et mises en équivalence 74,136.59


Réduction de valeur sur créances, stocks et C en C, autres
débiteurs 340,000,000.00
Variations de juste valeur sur instruments financiers dérivés 132,807,291.28
Variations de juste valeur et pertes de valeur sur autres actifs
financiers 7,817.62
(Plus-value) / moins-value sur cessions d'immobilisations
corporelles, incorporelles, immeubles de placement - 1,856,917.83
(Plus-value) / moins-value sur cessions d'actif financiers 64,389,036.00
(Plus-value) / moins-value sur cessions de sociétés consolidées et
mises en équivalence -
Prise en résultat NPV - 50,000,000.00
Provisions - 17,686,561.65
Avantages au personnel - 2,913,133.98
Prises en résultat des subsides en capital - 43,270,467.65
Produits et charges d'intérêts net (y compris dividendes et effets
passage du temps) 4,397,392.69
Quote-part dans le résultat des entreprises mises en équivalence -
Charges d'impôt sur le résultat -
Écarts de conversion 249,990.00
Trésorerie brute générée par les activités opérationnelles 830,678,125.05
Variation nette des besoins en fonds de roulement :
Stocks et commandes en cours 66,008.58
Créances commerciales et autres débiteurs (y compris actifs non
courants détenus en vue de la vente) - 9,529,963.96
Dettes commerciales, sociales et autres dettes - 330,462,880.03
Flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles - 339,926,835.41
Impôts reçus -
Impôts payés -
TRÉSORERIE NETTE PROVENANT DES ACTIVITÉS
OPERATIONNELLES 490,751,289.64
FLUX DE TRÉSORERIE LIES AUX ACTIVITÉS
D'INVESTISSEMENT
Acquisitions d'immobilisations incorporelles, corporelles et
immeubles de placement 6, 7, 8 - 60,367,005.39
Acquisitions d'actifs financiers - 366,019,243.56
NPV reçus 1,000,000.00
Acquisitions de sociétés consolidées et mises en équivalance - 40,270,366.97
Acquisitions de filiales, en net -
Subsides en capital reçus 26 50,000,000.00
Remboursement de subsides en capital reçus pm
Produits de cessions d'immobilisations incorp., corp.et immeubles
de placement 6, 7, 8 2,050,159.18
Produits de cessions d'actifs financiers 500,000.00
Produits de cessions de participations mises en équivalence et
sociétés consolidées -
Encaissement sub-leases (location-financement) 30,000,000.00
Cessions de filiales, en net -
Intérêts reçus 100,000.00
Dividendes reçus -
TRÉSORERIE NETTE ABSORBÉE PAR LES ACTIVITÉS
D'INVESTISSEMENT - 383,006,456.74

FLUX DE TRÉSORERIE LIES AUX ACTIVITÉS DE FINANCEMENT


Augmentation des dettes financières 200,000.00
Remboursement des dettes financières (y compris contrat de
location fin) - 100,000,000.00
Remboursement des instruments financiers dérivés 10.00
Intérêts payés - 81,447,213.50
Dividendes payés X -
TRÉSORERIE NETTE ABSORBÉE PAR LES ACTIVITÉS DE
FINANCEMENT - 181,247,203.50

(DIMINUTION) / AUGMENTATION DE LA TRÉSORERIE, DES


ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE ET DES DECOUVERTS
BANCAIRES - 73,502,370.60
TRÉSORERIE, ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE ET DÉCOUVERTS
BANCAIRES À L'OUVERTURE 15 407,060,543.81
Ecarts de conversion -
TRÉSORERIE, ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE ET
DÉCOUVERTS BANCAIRES À LA CLOTURE 15 333,558,173.21
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9
08/07/2011 - BvV

Table des matières


Section A: Résumé des règles d’évaluation et synthèse didactique_________________________ 1
Section B: Règles comptables _____________________________________________________ 15
1 Normes IFRS applicables ____________________________________________________ 16
1.1 Références ____________________________________________________________________ 16
1.2 Champ d’application ___________________________________________________________ 16
1.2.1 IAS 17 Contrats de location __________________________________________________________ 16
1.2.2 IAS 20 Subsides publics (subsides en capital) ____________________________________________ 16
1.2.3 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées _________________ 17
1.2.4 Différence entre actifs incorporels et immobilisations corporelles _____________________________ 17
2 Définitions ________________________________________________________________ 18
3 Catégories _________________________________________________________________ 19
3.1 Goodwill - autres ______________________________________________________________ 19
3.2 Actifs incorporels développés en interne ___________________________________________ 19
3.2.1 Logiciels _________________________________________________________________________ 19
3.2.2 Autres ___________________________________________________________________________ 20
3.3 Actifs incorporels acquis de tiers _________________________________________________ 20
3.3.1 Logiciels _________________________________________________________________________ 20
3.3.2 Droit d’exploitation du réseau belge ____________________________________________________ 20
3.3.3 Autres ___________________________________________________________________________ 21
4 Critères de reconnaissance ___________________________________________________ 22
4.1 Critères de reconnaissance lors de la reconnaissance initiale __________________________ 22
4.1.1 Caractère identifiable _______________________________________________________________ 22
4.1.2 Contrôle _________________________________________________________________________ 22
4.1.3 Probabilité des avantages économiques futurs ____________________________________________ 23
4.1.4 Détermination des coûts de façon fiable _________________________________________________ 23
4.2 Application des critères de reconnaissance lors de la reconnaissance initiale _____________ 23
4.2.1 Actifs incorporels acquis séparément ___________________________________________________ 23
4.2.2 Actifs incorporels acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprises _______________________ 24
4.2.3 Actifs incorporels générés en interne ___________________________________________________ 24
4.2.3.1 Généralités _____________________________________________________________________ 24
4.2.3.2 Phase de recherche _______________________________________________________________ 25
4.2.3.3 Phase de développement ___________________________________________________________ 25
4.2.3.4 Phase de recherche et développement spécifique aux projets ICT ___________________________ 26
4.3 Frais qui ne peuvent jamais être considérés comme actifs incorporels __________________ 28
4.3.1 Frais de constitution ________________________________________________________________ 28
4.3.1.1 Frais de constitution et d’augmentation de capital _______________________________________ 28
4.3.1.2 Frais d’émission d’emprunts ________________________________________________________ 28
4.3.1.3 Frais de restructuration ____________________________________________________________ 28
4.3.2 Know how et similaires générés en interne _______________________________________________ 28
4.4 Critères de reconnaissance après la reconnaissance initiale ___________________________ 28
4.4.1 Actifs incorporels générés en interne ___________________________________________________ 29
4.4.1.1 Phase de recherche et développement spécifique aux projets ICT ___________________________ 29
5 Évaluation ________________________________________________________________ 30
5.1 Évaluation lors de la reconnaissance initiale ________________________________________ 30
5.1.1 Généralités _______________________________________________________________________ 30
5.1.2 Actifs incorporels acquis séparément ___________________________________________________ 30
5.1.2.1 Paiements différés ________________________________________________________________ 31
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9
08/07/2011 - BvV

5.1.3 Actifs incorporels acquis dans le cadre d'un regroupement d'entreprises ________________________ 31
5.1.4 Actifs incorporels générés en interne ___________________________________________________ 31
5.1.4.1 Types d’activités _________________________________________________________________ 32
5.1.4.2 Types de coûts __________________________________________________________________ 33
5.1.4.2.1 Coûts directs _________________________________________________________________ 33
5.1.4.2.2 Autres frais de fonctionnement ___________________________________________________ 34
5.1.4.2.3 Coûts du personnel: taux horaire _________________________________________________ 34
5.1.4.2.4 Utilisation d’immobilisations subsidiées ___________________________________________ 35
5.1.4.3 Sous-utilisation de la capacité _______________________________________________________ 35
5.1.4.4 Coûts réels et coûts standard ________________________________________________________ 35
5.1.4.4.1 Coûts réels __________________________________________________________________ 35
5.1.4.4.2 Coûts standard _______________________________________________________________ 36
5.1.5 Coûts d’emprunt ___________________________________________________________________ 36
5.1.5.1 Critères de reconnaissance _________________________________________________________ 36
5.1.5.2 Coûts d’emprunt à incorporer au coût d’un actif incorporel ________________________________ 37
5.1.5.3 Début de l’activation ______________________________________________________________ 37
5.1.5.4 Suspension de l’activation _________________________________________________________ 37
5.1.5.5 Fin de l’activation ________________________________________________________________ 38
5.1.6 Actifs incorporels pour lesquels un subside en capital a été reçu ______________________________ 38
5.1.7 Actifs incorporels obtenus par voie d’échange ____________________________________________ 38
5.2 Évaluation après la reconnaissance initiale _________________________________________ 38
5.2.1 Modèle du coût ____________________________________________________________________ 38
5.2.2 Réévaluation des actifs incorporels non-autorisée _________________________________________ 38
5.3 Actifs incorporels avec une durée d’utilité finie _____________________________________ 39
5.3.1 Durée d’utilité et méthode d’amortissements _____________________________________________ 39
5.3.2 Valeur résiduelle ___________________________________________________________________ 40
5.3.3 Réexamen de la durée d’amortissement et méthode d’amortissements _________________________ 40
5.3.4 Mise à niveau d’un logiciel activable ___________________________________________________ 41
5.4 Actifs incorporels à durée d’utilité indéterminée ____________________________________ 41
5.4.1 Tests de perte de valeur______________________________________________________________ 41
5.4.2 Réexamen de l’application de la durée d’utilité ___________________________________________ 42
5.5 Pertes de valeur _______________________________________________________________ 42
6 Décomptabilisation__________________________________________________________ 44
6.1 Généralités ___________________________________________________________________ 44
7 Résumé des différences entre les règles comptables belges et les IFRS ________________ 45
7.1 Frais d’augmentation de capital et frais d’émission d’emprunts _______________________ 45
7.2 Frais de restructuration_________________________________________________________ 45
8 Sites internet _______________________________________________________________ 46
8.1 Généralités ___________________________________________________________________ 46
8.2 Activation de sites internet comme actifs incorporels au sein du groupe SNCB ___________ 46
Section C: Plan comptable et liasse de consolidation __________________________________ 48
9 Plan comptable _____________________________________________________________ 49
9.1 Comptes bilantaires ____________________________________________________________ 49
9.1.1 Généralités _______________________________________________________________________ 49
9.1.2 Logiciels acquis et logiciels générés en interne ___________________________________________ 49
9.1.3 Droits d’exploitation pour le réseau ferroviaire belge ______________________________________ 50
9.1.4 Goodwill - autres __________________________________________________________________ 50
9.1.5 Logiciels en cours de développement ___________________________________________________ 50
9.1.6 Autres ___________________________________________________________________________ 50
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9
08/07/2011 - BvV

9.1.7 Actifs incorporels détenus pour la vente _________________________________________________ 51


9.1.8 Acomptes ________________________________________________________________________ 51
9.2 Compte de résultats ____________________________________________________________ 51
9.2.1 Généralités _______________________________________________________________________ 51
9.2.2 Actifs incorporels produits ___________________________________________________________ 51
9.2.3 Amortissements, amortissements exceptionnels et pertes de valeur ____________________________ 51
9.2.4 Plus- et moins-values sur cessions d’actifs incorporels _____________________________________ 52
10 Liasse de consolidation ______________________________________________________ 53
Section D: Écritures comptables et exemples ________________________________________ 54
11 Logiciels acquis ____________________________________________________________ 55
12 Logiciels générés en interne __________________________________________________ 58
13 Cession à perte d’un actif incorporel ___________________________________________ 62
14 Cession d’un actif incorporel avec gain _________________________________________ 63
15 Transfert tardif de “en développement” vers le compte définitif ______________________ 64
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 1
08/07/2011 - BvV

Section A: Résumé des règles d‟évaluation et


synthèse didactique
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 2
08/07/2011 - BvV

Résumé des règles d’évaluation


1
Un actif incorporel est reconnu à l‟état de la situation financière lorsque les conditions suivantes sont
remplies:
 L‟actif est identifiable, c‟est-à-dire soit séparable (s‟il peut être vendu, transféré ou loué
individuellement), soit résultant de droits contractuels ou légaux;
 Il est probable que cet actif va générer des avantages économiques pour le groupe SNCB;
 Le groupe SNCB a le contrôle de l‟actif;
 Le coût de l‟actif peut être évalué de manière fiable.

Les actifs incorporels sont évalués selon le modèle de coût, soit à leur coût initial sous déduction des
amortissements linéaires cumulés et des pertes de valeur cumulées éventuelles, la valeur résiduelle étant
estimée égale à zéro. Le coût initial pour les actifs incorporels:
 Acquis séparément inclut les coûts directement attribuables à la transaction (prix d‟achat après
déduction des remises et rabais commerciaux), à l‟exclusion des coûts indirects;
 Générés en interne est égal à la somme des dépenses encourues à partir de la date à laquelle ces
actifs ont satisfait pour la première fois aux critères de reconnaissance prévus par IAS 38, à savoir à
partir du moment où le groupe SNCB peut démontrer (1) la faisabilité technique du projet, (2) son
intention de vendre ou utiliser l‟actif, (3) comment l‟actif générera des avantages économiques futurs,
(4) l‟existence de ressources adéquates pour terminer le projet et (5) que ces coûts peuvent être
évalués de manière fiable. Ces dépenses incorporent les coûts directs ainsi que les frais de
fonctionnement des services opérationnels (hormis amortissements des actifs subsidiés). Dans le calcul
des taux horaires, il est tenu compte de tous les coûts des avantages à court terme, exceptés les frais
de formation et les dépenses en matière de sécurité ainsi que de tous les coûts des autres avantages à
long terme, postérieurs à l‟emploi et indemnités de fin de contrat de travail (pour autant qu‟elles
concernent du personnel encore partiellement en activité). En ce qui concerne les logiciels développés
en interne, seuls les frais de développement sont activés, les frais de recherche étant pris en charges
directement en résultat net. Les frais de développement ne concernent que:
o La conception (blueprint fonctionnel et technique);
o La programmation et la configuration;
o Le développement des interfaces;
o La documentation technique pour usage interne;
o L‟intégration du hardware; et
o Le processus de tests.
Par ailleurs, les dépenses ultérieures à la reconnaissance initiale sont actées en charges du résultat net
sauf s‟il est démontré que de nouveaux avantages économiques importants en résultent;
 Acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprises est la juste valeur, à la date d‟acquisition.

Par ailleurs, pour les actifs incorporels qui demandent une préparation supérieure à un an avant de pouvoir
être utilisés ou vendus, la valeur de l‟actif incorpore des coûts d‟emprunt. Le taux de capitalisation est soit
propre à un emprunt spécifique, soit égal à la moyenne pondérée des coûts d‟emprunt applicables aux
emprunts en cours du groupe SNCB, autres que les emprunts contractés spécifiquement.

1
Le terme “immobilisation incorporelle” est utilisé au lieu de “actif incorporel” dans les états financiers.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 3
08/07/2011 - BvV

Durée d’utilité et pertes de valeur:

Catégories Durée d’utilité probable Méthode d’amortissement


Droit d'exploitation 99 ans Linéaire
Frais de développement ERP 10 ans Linéaire
Frais de développement d‟autres 5 ans Linéaire
logiciels
Sites internet 3 ans Linéaire
Autres actifs incorporels 5 ans Linéaire
- Logiciel acquis de tiers
Goodwill Pas d‟application, test perte de valeur annuel

L‟amortissement commence à partir du moment où l‟actif est prêt à être mis en service.

La durée d‟utilité et la méthode d‟amortissement des actifs incorporels avec une durée d‟utilité finie sont
revues à chaque date de clôture annuelle. Les changements dans la durée d‟utilité estimée ou dans le plan
attendu de consommation des avantages économiques futurs générés par l‟actif sont pris en compte en
changeant la durée ou la méthode d‟amortissement, selon le cas, et sont traités comme des changements
d‟estimations comptables.

Une perte de valeur sur actifs incorporels (goodwill inclus) est comptabilisée lorsque la valeur comptable de
l‟actif dépasse sa valeur recouvrable, soit la valeur la plus élevée entre:
 La juste valeur, diminuée des coûts de la vente (soit le montant que le groupe SNCB recevrait s‟il vendait
l‟actif); et
 La valeur d‟utilité (soit le montant que le groupe SNCB génèrerait s‟il continuait à utiliser l‟actif).

Les actifs incorporels, qui ne sont pas encore prêts à l‟emploi, sont soumis à un test de perte de valeur à la
date de clôture de chaque exercice au plus tard.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 4
08/07/2011 - BvV

Synthèse didactique
A. Aperçu

Normes IFRS applicables / interprétations

- IAS 38 Immobilisations incorporelles.


- SIC 32 Immobilisations incorporelles - Coûts liés aux sites internet.

Immobilisations corporelles versus actifs incorporels

- Immobilisations corporelles: actifs qui sont corporels et:


qui sont détenus pour être utilisés soit à des fins administratives ou dans la production
ou dans la fourniture de biens ou de services, soit pour la location à des tiers; et
dont on s‟attend à ce qu‟ils soient utilisés sur une période de plus d‟un an.
- Actifs incorporels: est un actif non-monétaire, identifiable sans substance physique.

Règle spécifique: un actif composé tant d‟éléments corporels que d‟élements incorporels: comptabiliser
l‟élément incorporel en tant qu‟actif incorporel distinct si l‟élément incorporel ne fait pas partie
intégrante de l‟actif (Ex.: Logiciels spécifiques à une machine de production).

Investissement versus exploitation (Reconnaissance en tant qu’actif incorporel ou en tant que


charge d’exploitation)

Exemples illustratifs

Investissement (actif incorporel) Exploitation

Marques acquises, portefeuilles de clients (*) Marques générées en interne, portefeuilles de


Logiciels acquis / logiciels générés en interne clients générés en interne
(*)
Goodwill généré en interne
Licences (à échéance de plus d‟un an) (*)
Frais de constitution
Droit d‟exploitation du réseau belge acquis par
Infrabel Frais de restructuration
Sites internet externes qui peuvent générer des Frais de formation
2 Coûts des activités de publicité et de promotion
produits (*)
2
Sites internet (*) Coûts de déménagement ou coûts
d‟exploitation d‟une activité dans un nouveau
(*) Si tous les critères de reconnaissance sont lieu
remplis (voir B.2.1.)
Frais de démarrage lors de l‟introduction de
nouveaux produits sur le marché (à moins que
ces charges soient inclues dans le coût de
l‟immobilisation corporelle)

2
Voir titre 8 Sites internet du manuel comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 5
08/07/2011 - BvV

Évaluation des investissements - Lors de la reconnaissance initiale

Type d’actif incorporel Détermination du coût

Acquis séparément Coût = prix d‟achat + coûts directement attribuables


(L’intégration des coûts dans la valeur comptable d’un actif
incorporel cesse lorsque l’actif se trouve dans l’état nécessaire
pour être exploité de la manière prévue par la direction)

Généré en interne Coût =


∑ Des coûts directement attribuables à partir du moment où les
critères de reconnaissance sont remplis

Acquis dans le cadre d’un


3
regroupement d’entreprises (IFRS 3) Coût = juste valeur à la date d‟acquisition

Évaluation des investissements - Après la reconnaissance initiale

Type d’actif incorporel Évaluation après la reconnaissance initiale

Comptabilisation des amortissements


Actif incorporel avec une durée d’utilité finie +
Effectuer un test de perte de valeur en cas
d‟indication de perte de valeur

Actif incorporel avec une durée d’utilité


4 Effectuer un test de perte de valeur:
indéterminée
Annuellement au même moment; et
En cas d‟indication de perte de valeur.
Actif incorporel qui n’est pas encore prêt à
l’emploi

3
Une transaction ou un autre événement pour lequel un acquéreur acquiert le contrôle d‟une ou de plusieurs
entités économiques (Ex.: D‟une société ou d‟une branche d‟activité). Nous vous renvoyons au Chapitre 41
Regroupement d’entreprises du manuel comptable pour des explications plus détaillées.
4
Un actif incorporel doit être considéré comme ayant une durée d’utilité indéterminée lorsque, sur la base
d‟une analyse de tous les facteurs pertinents, il n‟y a pas de limite prévisible à la période au cours de
laquelle on s‟attend à ce que l‟actif génère des cash flows positifs pour le groupe SNCB.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 6
08/07/2011 - BvV

Décomptabilisation

- Un actif incorporel doit être décomptabilisé à sa valeur comptable lors de sa sortie (Ex.: Lors
d‟une vente ou d‟une location-financement).
- Le gain ou la perte résultant de la sortie (= Produit net de sortie - valeur comptable de l‟actif) doit
être comptabilisé dans le compte de résultats.

Informations à fournir (dans les annexes des états financiers)

Pour la partie sur les informations à fournir, nous vous renvoyons au manuel comptable, titre 10 Liasse
de Consolidation.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 7
08/07/2011 - BvV

B. Synthèse didactique

B.1. Définition

Un actif incorporel est un actif non-monétaire, identifiable sans substance physique.


Identifiable:
- Susceptible d‟être séparé ou dissocié du groupe SNCB (d‟être vendu, cédé, concédé par
licence, loué ou échangé); ou
- Résulte de droits contractuels ou d‟autres droits légaux (Ex.: Une licence).
Non-monétaire:
- Monétaire: Le cash détenu et les actifs à recevoir en cash pour des montants fixes ou
déterminables.
- Les actifs, qui ne remplissent pas les critères de cette définition, sont des actifs non-
monétaires.
Actif: Est une ressource:
5
- Contrôlée par le groupe SNCB du fait d‟événements passés; et
- A partir de laquelle on s‟attend à ce que des avantages économiques futurs reviennent au
groupe SNCB.

B.2. Investissement versus exploitation


B.2.1. Lors de la reconnaissance initiale

Un actif doit être comptabilisé en tant qu‟actif incorporel (= investissement) si, et seulement si:
L‟actif est identifiable (voir définition);
Le groupe SNCB a le contrôle de l‟actif (voir définition);
Il est probable que les avantages économiques futurs attribuables à l‟actif iront au groupe SNCB; et
Le coût de l‟actif peut être évalué de manière fiable.

Si un actif ne satisfait pas à tous les critères de reconnaissance ci-dessus, toutes les dépenses sont
comptabilisées en charges (= exploitation) lorsqu‟elles sont encourues.

5
Le groupe SNCB contrôle un actif s‟il a le pouvoir d‟obtenir les avantages économiques futurs découlant
de la ressource sous-jacente et s‟il peut, également, restreindre l‟accès des tiers à ces avantages.
Ex.: Les coûts de formation ne peuvent, par conséquent, pas être comptabilisés comme actif incorporel étant
donné que le personnel a la possibilité de quitter la société.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 8
08/07/2011 - BvV

L‟application pratique des critères de reconnaissance par type d‟actifs incorporels est résumée dans le
tableau ci-dessous:

Acquis séparément (y compris Généré en interne Acquis dans le cadre d’un


par voie d’échange) regroupement d’entreprises
(IFRS 3)

Si les autres critères de Pour apprécier si un actif Un actif, qui répond à la définition
reconnaissance sont remplis (ce incorporel généré en interne d‟un actif corporel, acquis lors
qui est souvent le cas pour les satisfait aux critères de d‟un regroupement d‟entreprises,
actifs incorporels acquis reconnaissance, le groupe SNCB est toujours comptabilisé en tant
séparément): distingue, dans la création de qu‟investissement.
Pour les projets d‟acquisition l‟immobilisation:
d‟actifs incorporels qui Une phase de recherche; et En cas d‟acquisition d‟une
doivent être approuvés par le Une phase de société, un acquéreur
Comité de direction, les développement. comptabilise, séparément du
dépenses ne sont activées goodwill, certains éléments
comme actifs incorporels Les dépenses pour la phase de incorporels sans rechercher si un
qu‟à partir de la date recherche doivent être actif incorporel avait été
d‟approbation du “Cahier des comptabilisées en charges (= comptabilisé par l‟entreprise
charges spéciales” par exploitation) lorsqu‟elles sont acquise avant le regroupement
l‟organisme interne encourues. d‟entreprises.
compétent;
Pour tous les autres achats, Les charges résultant de la phase Le coût total payé pour la société
seuls les montants facturés de développement doivent être comprend également, de façon
par des tiers (les sociétés du comptabilisées en tant implicite, le coût payé pour les
groupe SNCB sont qu‟investissement si, et éléments incorporels; par
considérées comme des seulement si, le groupe SNCB conséquent, le groupe SNCB doit
tiers) sont inclus dans les peut démontrer tout ce qui suit: essayer d‟allouer une valeur aux
actifs incorporels. Sa capacité à évaluer de éléments satisfaisant à la
façon fiable les dépenses définition d‟un actif incorporel.
En ce qui concerne les dépenses attribuables à l‟actif incorporel
ultérieures (Ex.: La maintenance), au cours de son Le traitement comptable du
nous vous renvoyons au titre développement (Ex.: goodwill acquis dans le cadre
B.2.2. Après la reconnaissance Enregistrement du temps d‟un regroupement d‟entreprises
initiale. presté sur projet); n‟entre pas dans le champ
Identifier un actif incorporel et d‟application du IAS 38
démontrer que cet actif Immobilisations incorporelles
génèrera des avantages mais entre dans le champ
économiques futurs d‟application du IFRS 3
probables (Ex.: Procès Regroupements d'entreprises.
verbaux d‟approbations Nous vous renvoyons au chapitre
officielles, par exemple, du 41 Regroupements d'entreprises
Comité de direction); du manuel comptable pour des
La faisabilité technique de explications plus détaillées.
l‟achèvement de l‟actif
incorporel;
Son intention d‟achever l‟actif
incorporel;
Sa capacité à mettre en
service ou à vendre l‟actif
incorporel; et
La disponibilité de ressources
appropriées pour achever le
développement.

Si le groupe SNCB n‟est pas en


mesure de distinguer la phase de
recherche de la phase de
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 9
08/07/2011 - BvV

développement, toutes les


dépenses sont comptabilisées en
charges (= exploitation).

En ce qui concerne les dépenses


ultérieures (Ex.: La maintenance),
nous vous renvoyons au titre
B.2.2. Après la reconnaissance
initiale.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 10
08/07/2011 - BvV

Exemple a: Reconnaissance comme actif incorporel (Investissement) ou comme charge


(Exploitation) des dépenses concernant le développement d’un logiciel généré en interne (Actif
incorporel généré en interne)

Étapes Actif incorporel Compte de


(Investissement) résultats
(Exploitation)

Obtenir de l‟information pour des projets stratégiques afin X


d‟allouer des ressources en accord avec les besoins des
utilisateurs
Analyse des besoins des utilisateurs et les possibilités du X
logiciel déjà en place et démonstrations des fournisseurs
potentiels
Évaluation des besoins des utilisateurs et des objectifs à X
envisager par le développement de l‟application
Analyse entre la construction ou l‟achat d‟une application X
Études de marché concernant des logiciels X
Sélection du fournisseur (en cas d‟achat) X
Sélection du consultant qui soutiendra au développement ou à X
la mise en œuvre
Définition du scope / demande de modification du scope X
Set up du projet X
Conception (blueprint fonctionnel et technique) X
Programmation et configuration X
Développement des interfaces entre systèmes X
Documentation technique pour usage interne X
6
Transfert des données entre le nouveau et l‟ancien système, X
validation des données au niveau du nouveau système incluse
Intégration du hardware X
Processus de test X
Rédaction du manuel de formation et formation des utilisateurs X
Procédures / instructions de travail X

Pour des explications plus détaillées, nous vous renvoyons au titre 4.1 Critères de reconnaissance lors de la
reconnaissance initiale et au titre 4.2 Applications des critères de reconnaissance lors de la reconnaissance
initiale du manuel comptable.

B.2.2. Après la reconnaissance initiale

Les dépenses ultérieures ne sont que rarement comptabilisées dans la valeur comptable d‟un actif
incorporel et:
La nature des actifs incorporels est telle que, dans de nombreux cas, il n’y a pas d‟ajout à un tel
actif ni de remplacement d‟une partie de cet actif;
La plupart des dépenses ultérieures maintiendront les avantages économiques futurs incorporés
dans un actif incorporel existant, plutôt que d‟apporter des avantages économiques
supplémentaires et, ainsi, satisfaire à la définition d‟un actif incorporel et aux critères de
reconnaissance.

6
A l‟exception des coûts de développement interne ou d‟acquisition d‟un logiciel de conversion de données
qui doivent être activés si le logiciel répond aux critères de reconnaissance des actifs incorporels.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 11
08/07/2011 - BvV

Exemple b: Reconnaissance comme actif incorporel (Investissement) ou comme charge


(Exploitation) des dépenses concernant le développement d’un logiciel généré en interne (Actif
incorporel généré en interne)

Étapes Actif incorporel Compte de


(Investissement) résultats
(Exploitation)

Entretien X
Mise à niveau qui ajoute de nouvelles fonctionnalités et X
spécifications
Autres mises à niveau X

Pour des explications plus détaillées, nous vous renvoyons au titre 4.4 Critères de reconnaissance après la
reconnaissance initiale du manuel comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 12
08/07/2011 - BvV

B.3. Évaluation
B.3.1. Évaluation lors de la reconnaissance initiale

Une immobilisation incorporelle doit être évaluée au coût lors de la reconnaissance initiale:

Type d’actif incorporel Détermination du coût

Acquis séparément Coût = prix d’achat + coûts directement attribuables


(L’intégration des coûts dans la valeur comptable d’un actif
incorporel cesse lorsque l’actif se trouve dans l’état nécessaire
pour être exploité de la manière prévue par la direction)

Prix d‟achat: y compris les droits de douane et les taxes non-


remboursables, après déduction des remises et rabais
commerciaux.

Les coûts directement attribuables sont entre autres:


7
Les coûts des avantages du personnel ;
Les honoraires;
Les coûts des tests de bon fonctionnement de l‟actif.
8
Uniquement certains types de coûts , liés à des activités qui
9
ne sont pas des activités d‟exploitation (Types d‟activités ),
doivent être activés (c.à.d. ils doivent être inclus dans le coût
des actifs incorporels).

Actualisation en cas de paiements différés (si impact


significatif).

Généré en interne Coût =


∑ Des coûts directement attribuables à partir de la date à
laquelle cet actif incorporel a satisfait, pour la première
fois, aux critères de reconnaissance

Les dépenses relatives à un élément incorporel, qui ont été


initialement comptabilisées en charges, ne doivent pas être
incorporées dans le coût d‟un actif incorporel à une date
ultérieure.

Exemples de coûts directement attribuables:


Coûts des matériaux et services utilisés ou consommés
pour générer l‟actif incorporel;
10
Coûts des avantages du personnel ;
Honoraires d‟enregistrement d‟un droit;
Amortissement des brevets et licences.
11
Uniquement certains types de coûts , liés à des activités, qui
12
ne sont pas des activités d‟exploitation (Types d‟activités ),

7
Le taux horaire du personnel, pour lequel le coût est incorporé dans le coût de l‟actif incorporel, est
calculé comme suit: “Coûts du personnel” / “Nombre d‟heures prestées” (voir titre 5.1.4.2.3 Coûts du
personnel: taux horaire du manuel comptable).
8
Voir titre 5.1.4.2 Types de coûts du manuel comptable.
9
Voir titre 5.1.4.1 Types d’activités du manuel comptable.
10
Le taux horaire du personnel, pour lequel le coût est incorporé dans le coût de l‟actif incorporel, est
calculé comme suit: “Coûts du personnel” / “Nombre d‟heures prestées” (voir titre 5.1.4.2.3 Coûts du
personnel: taux horaire du manuel comptable).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 13
08/07/2011 - BvV

doivent être activés (c.à.d. ils doivent être inclus dans le coût
Généré en interne des actifs incorporels).

Acquis dans le cadre d’un Coût = juste valeur à la date d’acquisition


13
regroupement d’entreprises
(IFRS 3)

14
L‟acquisition des actifs incorporels obtenus par voie d‟échange est peu fréquente . Pour un traitement plus
détaillé de ce sujet, nous vous renvoyons au titre 5.1 Évaluation lors de la reconnaissance initiale du manuel
comptable.

B.3.2. Évaluation après la reconnaissance initiale

Type d’actif incorporel Évaluation après la reconnaissance initiale

Comptabilisation des amortissements


+
Actif incorporel avec une durée d’utilité finie
Effectuer un test de perte de valeur en cas
d‟indication de perte de valeur

Actif incorporel avec une durée d’utilité


15
indéterminée Effectuer un test de perte de valeur:

Annuellement au même moment, et


Actif incorporel qui n’est pas encore prêt à En cas d‟indication de perte de valeur.
l’emploi

Amortissements

Le montant amortissable doit être réparti systématiquement sur sa durée d’utilité (= la période
d'amortissement). Les actifs incorporels du groupe SNCB sont amortis selon la méthode linéaire (=
le mode d‟amortissement).
Début des amortissements: Dès que l‟actif est prêt à être mis en service, c‟est-à-dire dès qu‟il se
trouve à l‟endroit et dans l‟état nécessaires pour pouvoir être exploité de la manière prévue par la
direction (En pratique: Après les tests d‟acceptation et lorsque le transfert dans l‟environnement de
production est exécuté).
Fin des amortissements: A la date la plus proche entre la date à laquelle cet actif est classé comme
détenu en vue de la vente (IFRS 5), ou la date à laquelle l‟actif est décomptabilisé.

11
Voir titre 5.1.4.2 Types de coûts du manuel comptable.
12
Voir titre 5.1.4.1 Types d’activités du manuel comptable.
13
Une transaction ou un autre événement pour lequel un acquéreur acquiert le contrôle d‟une ou de
plusieurs sociétés (Ex.: D‟une société ou d‟une branche d‟activité). Nous vous renvoyons au chapitre 41
Regroupement d’entreprises du manuel comptable pour un traitement plus détaillé de ce sujet.
14
Voir titre 5.1.7 Actifs incorporels obtenus par voie d’échange.
15
La durée d‟utilité d'un actif incorporel, qui n‟est pas amorti, doit être réévaluée chaque année afin de
déterminer si les événements et les circonstances continuent de justifier l‟appréciation de durée d‟utilité
indéterminée concernant cet actif.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 14
08/07/2011 - BvV

Réexamen de la période d‟amortissement et du mode d‟amortissement:


- Doivent être réexaminés au moins une fois par an (en pratique, au sein du groupe SNCB: à
la clôture de chaque exercice comptable);
- L‟effet d‟un changement d‟estimation comptable doit être comptabilisé de manière
prospective.

Pour un traitement plus détaillé de ce sujet, nous vous renvoyons au titre 5.3 Actifs incorporels avec une
durée d’utilité finie du manuel comptable.

Pertes de valeur

Pertes de valeur: est le montant de l‟excédent de la valeur comptable d‟un actif sur sa valeur
16
recouvrable .
Après la comptabilisation d‟une perte de valeur, la dotation aux amortissements de l‟actif doit être
ajustée pour les périodes futures, afin que la valeur comptable révisée de l‟actif puisse être répartie
de façon systématique sur sa durée d‟utilité restant à courir.

Pour un traitement plus détaillé de ce sujet, nous vous renvoyons au titre 5.5 Pertes de valeur du manuel
comptable.

16
La valeur recouvrable d‟un actif est la valeur la plus élevée de la juste valeur diminuée des coûts de
vente et sa valeur d‟utilité.
La juste valeur diminuée des coûts de vente: la valeur actuelle des flux de trésorerie que le groupe SNCB
attend de l‟utilisation continue d‟un actif et de sa sortie à la fin de sa durée d‟utilité ou qu‟elle prévoit
d‟encourir lors du règlement d‟une obligation.
La valeur d‟utilité est la valeur actuelle des flux de trésorerie qui devraient découler de l‟utilisation d‟un actif
par l‟entreprise.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 15
08/07/2011 - BvV

Section B: Règles comptables


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 16
08/07/2011 - BvV

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
17
IAS 38 - Immobilisations incorporelles .
18
SIC 32 - Immobilisations incorporelles - Coûts relatifs aux sites internet .

1.2 Champ d’application


IAS 38 s‟applique à la comptabilisation des actifs incorporels, à l‟exception des actifs incorporels entrant
dans le champ d‟application d‟une autre norme, par exemple:
actifs incorporels détenus par le groupe SNCB en vue de leur vente dans le cadre de son
activité ordinaire (IAS 2 - IAS 11);
actifs d‟impôts différés (IAS 12 Impôts sur le résultat);
contrats de location entrant dans le champ d‟application du IAS 17 Contrat de location (IAS 17);
actifs résultant d‟avantages du personnel (IAS 19 Avantages du personnel);
actifs financiers, tels que définis dans IAS 32 Instruments financiers: présentation (IAS 32);
goodwill acquis lors d‟un regroupement d‟entreprises (IFRS 3 Regroupements d’entreprises);
actifs incorporels non-courants classés comme détenus en vue de la vente (ou inclus dans un
groupe, destiné à être cédé, qui est classé comme détenu en vue de la vente) (IFRS 5 Actifs
non-courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées).

1.2.1 IAS 17 Contrats de location

IAS 17 s‟applique à la comptabilisation des contrats de location, voir chapitre 12 Contrats de location du
manuel comptable.

Un contrat de location est un accord par lequel le bailleur cède au preneur, pour une période déterminée, le
droit d‟utilisation d‟un actif en échange d‟un paiement ou d‟une série de paiements.

L‟actif sous-jacent à un contrat de location peut être corporel ou incorporel. Si un contrat de location-
financement se rapporte à un actif incorporel, le preneur comptabilise l‟actif conformément à IAS 38
Immobilisations incorporelles, après comptabilisation initiale.

1.2.2 IAS 20 Subsides publics (subsides en capital)

IAS 20 s‟applique à la comptabilisation des subsides publics (subsides en capital). Les subsides en capital
sont examinés en détail dans le chapitre 22 Subsides publics du manuel comptable.

Les subsides en capital sont des subsides publics dont la condition principale est qu‟une entité du groupe
SNCB, répondant aux conditions d‟obtention, doit acheter ou acquérir des immobilisations (in)corporelles.

17
Cette version comprend les amendements jusqu‟au 17 janvier 2008.
18
Cette version comprend les amendements jusqu‟au 17 janvier 2008.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 17
08/07/2011 - BvV

1.2.3 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités


abandonnées

IFRS 5 s‟applique à la comptabilisation des actifs non-courants détenus en vue de la vente. Les actifs non-
courants détenus en vue de la vente sont examinés en détail dans le chapitre 14 Actifs non-courants
détenus en vue de la vente et activités abandonnées du manuel comptable.

Le groupe SNCB doit classer un actif (in)corporel (ou un groupe d‟actifs destinés à être cédés) comme
détenu en vue de la vente si sa valeur comptable est recouvrée principalement par le biais d‟une transaction
de vente plutôt que par l‟utilisation continue.

1.2.4 Différence entre actifs incorporels et immobilisations corporelles

Si un actif est constitué aussi bien d‟éléments incorporels que corporels (par exemple, le logiciel intégré à un
ordinateur), il est important de déterminer si l‟actif doit être comptabilisé en conformité avec IAS 38
Immobilisations incorporelles ou en conformité avec IAS 16 Immobilisations corporelles, voir chapitre 10
Immobilisations corporelles du manuel comptable.

Dans ce cas, il est nécessaire de déterminer lequel des éléments (incorporels ou corporels) est le plus
important. Une règle pratique consiste à comptabiliser l‟élément incorporel en tant qu‟actif incorporel distinct,
si l‟élément incorporel ne fait pas partie intégrante de l‟actif.

Exemple 1: Différence entre actifs incorporels et immobilisations corporelles

Le logiciel relatif à un ordinateur, qui ne peut pas fonctionner sans ce logiciel spécifique qui fait partie
intégrante de la machine, doit être comptabilisé comme immobilisation corporelle. Si le logiciel ne fait pas
partie intégrante de l‟ordinateur, celui-ci doit être comptabilisé comme actif incorporel.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 18
08/07/2011 - BvV

2 Définitions
IAS 38 Immobilisations incorporelles définit les termes suivants:

Un actif incorporel est un actif non-monétaire identifiable sans substance physique.

Les actifs monétaires sont le cash détenu et les actifs à recevoir en cash pour des montants fixes ou
déterminables.

Un actif est une ressource:


(a) contrôlée par le groupe SNCB du fait d‟événements passés; et
(b) à partir de laquelle on s‟attend à ce que des avantages économiques futurs reviennent au groupe SNCB.

L‟amortissement est la répartition systématique du montant amortissable d‟un actif incorporel sur sa durée
d‟utilité.

La durée d’utilité est :


(a) la période pendant laquelle le groupe SNCB s‟attend à pouvoir utiliser un actif; ou
(b) le nombre d‟unités de production ou d‟unités similaires que le groupe SNCB s‟attend à obtenir de l‟actif.

La valeur comptable est le montant pour lequel un actif est comptabilisé dans l‟état de la situation
financière après déduction du cumul des amortissements et du cumul des pertes de valeur relatifs à cet actif.

Une perte de valeur est le montant de l‟excédent de la valeur comptable d‟un actif sur sa valeur
recouvrable.

Le coût est le montant de trésorerie ou d‟équivalents de trésorerie payés ou la juste valeur de toute autre
contrepartie donnée pour acquérir un actif au moment de son acquisition ou de sa construction.

La juste valeur d‟un actif est le montant pour lequel cet actif pourrait être échangé entre des parties bien
informées, consentantes et agissant dans des conditions de concurrence normale.

Le montant amortissable est le coût d‟un actif, ou tout autre montant substitué au coût, diminué de sa
valeur résiduelle.

La valeur résiduelle d‟un actif incorporel est le montant estimé que le groupe SNCB obtiendrait à ce jour de
la sortie de l‟actif, après déduction des coûts de sortie estimés, si l‟actif avait déjà l‟âge et se trouvait déjà
dans l‟état prévu à la fin de sa durée d‟utilité.

La recherche est une investigation originale et programmée, entreprise en vue d‟acquérir une
compréhension et des connaissances scientifiques ou techniques nouvelles.

Le développement est l‟application des connaissances acquises lors de la recherche ou via un autre
moyen, menant à un planning ou profit de production de matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes
ou services nouveaux ou substantiellement améliorés, avant le commencement de leur production
commerciale ou de leur utilisation.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 19
08/07/2011 - BvV

3 Catégories
Les catégories suivantes d'actifs incorporels sont définies par le groupe SNCB dans ses états financiers:

 goodwill - autres
 actifs incorporels développés en interne
o logiciels
o autres
 actifs incorporels acquis de tiers
o logiciels
o droit d‟exploitation du réseau belge
o autres

3.1 Goodwill - autres


Cette catégorie comprend le goodwill acquis lors d‟un regroupement d‟entreprises (IFRS 3) à l‟exception du
goodwill qui naît suite à une consolidation intégrale.

Goodwill peut être défini comme suit:


Actif représentant les avantages économiques futurs résultant des autres actifs acquis lors d‟un
regroupement d‟entreprises qui ne sont pas identifiés individuellement et comptabilisés séparément .

Le traitement du goodwill acquis lors d'un regroupement d'entreprises tombe en dehors du champ
d'application du IAS 38 Immobilisations incorporelles. Cette question est discutée dans IFRS 3
Regroupements d'entreprises, voir le chapitre 41 Regroupements d'entreprises du manuel comptable.

La durée d‟utilité du goodwill est indéterminée.

3.2 Actifs incorporels développés en interne


3.2.1 Logiciels

Cette catégorie ne concerne que les logiciels développés en interne par les sociétés du groupe SNCB et ne
comprend, par exemple, pas les logiciels acquis. Afin d‟être activé, un logiciel doit remplir les critères
d‟activation. Les licences relatives aux logiciels développés en interne doivent également être inclues dans
cette catégorie. Des logiciels développés en interne, qui sont en cours de développement et les acomptes
relatifs aux logiciels développés en interne, sont également repris dans cette catégorie.

Les licences peuvent être définies comme suit:


Les droits d'utilisation de brevets, marques et autres droits de propriété industrielle.

Le logiciel ERP utilisé au sein du groupe SNCB appartient à la catégorie des logiciels développés en interne.

Les règles d‟évaluation lors du premier enregistrement des logiciels développés en interne sont examinées
sous le titre 5.1.4 Actifs incorporels générés en interne.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 20
08/07/2011 - BvV

La durée d‟utilité des logiciels développés en interne a été fixée comme suit:
 sites internet: 3 ans;
 logiciel ERP: 10 ans;
 licences: une durée d‟utilité qui correspond à l‟échéance de la licence sous-jacente (par exemple, 2
ans);
 autres logiciels: 5 ans.

3.2.2 Autres

Les actifs incorporels développés en interne, qui ne consistent pas en logiciels et les acomptes relatifs aux
actifs incorporels développés en interne qui ne sont pas des logiciels, sont inclus dans cette catégorie.

La durée d‟utilité doit être fixée individuellement.

3.3 Actifs incorporels acquis de tiers


3.3.1 Logiciels

Cette catégorie se rapporte uniquement aux logiciels acquis par les sociétés du groupe SNCB et n‟inclut, par
conséquent, pas les logiciels développés en interne. Afin d‟être activé, un logiciel doit satisfaire aux critères
de reconnaissance. Les licences relatives à l‟achat de logiciels doivent également être inclues dans cette
catégorie. Des logiciels achetés en cours de développement et les acomptes relatifs aux logiciels achetés,
sont également repris dans cette catégorie.

Les licences peuvent être définies comme suit:


Les droits d'utilisation de brevets, marques et autres droits de propriété industrielle.

Les règles d‟évaluation lors de l‟enregistrement initial des logiciels acquis sont discutées sous le titre 5.1.2
Actifs incorporels acquis séparément.

La durée d‟utilité des logiciels acquis a été fixée comme suit:


 sites internet: 3 ans;
 licences: une durée d‟utilité qui correspond à l‟échéance de la licence sous-jacente (par exemple, 2
ans);
 autres logiciels: 5 ans.

3.3.2 Droit d’exploitation du réseau belge

Le groupe SNCB détient les droits d'exploitation (concession) du réseau ferroviaire belge.

Les concessions peuvent être définies comme suit:


Les droits à l'exploitation d'un bien immobilier, attribués par un organisme public ou l'État.

Les règles d‟évaluation lors du premier enregistrement des droits d‟exploitation du réseau ferroviaire belge
(concession) sont traitées sous le titre 5.1.2 Actifs incorporels acquis séparément.

La durée d‟utilité des droits d‟exploitation du réseau ferroviaire belge a été fixée à 99 ans.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 21
08/07/2011 - BvV

3.3.3 Autres

Les actifs incorporels acquis de tiers, qui ne concernent pas de logiciels ou le droit d‟exploitation du réseau
belge, sont inclus dans cette catégorie, par exemple:
 marques;
 portefeuilles de clients;
 know how.

La durée d‟utilité doit être fixée individuellement.


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 22
08/07/2011 - BvV

4 Critères de reconnaissance
4.1 Critères de reconnaissance lors de la reconnaissance initiale
La comptabilisation d‟un élément en tant qu‟actif incorporel impose que le groupe SNCB démontre que
l‟élément satisfait:
 à la définition d‟un actif incorporel, voir titre 2 Définitions; et
 aux critères de reconnaissance.

La définition et les critères de reconnaissance relatifs aux actifs incorporels stipulent qu‟un actif incorporel
doit être comptabilisé si, et seulement si:
 l‟actif est identifiable;
 le groupe SNCB a le contrôle de l‟actif;
 il est probable que les avantages économiques futurs attribuables à l‟actif iront au groupe SNCB;
 le coût de l‟actif peut être évalué de manière fiable, et
 la dépense dépasse le seuil d’activation de 1.000€.

Si un élément entrant dans le champ d‟application du IAS 38 Immobilisations incorporelles ne satisfait pas à
la définition d‟un actif incorporel, les dépenses engagées pour son acquisition ou sa production en interne
sont comptabilisées en charges, lorsqu‟elles sont encourues.

4.1.1 Caractère identifiable

Un actif est identifiable s‟il:


 est séparable, c‟est-à-dire susceptible d‟être séparé ou dissocié du groupe SNCB et d‟être vendu,
cédé, concédé par licence, loué ou échangé, soit individuellement, soit en même temps qu‟un
contrat, un actif identifiable ou un passif identifiable qui lui est lié, peu importe si le groupe SNCB
entend ou non en arriver là; ou
 résulte de droits contractuels ou d‟autres droits légaux, que ces droits soient ou non cessibles ou
séparables du groupe SNCB ou d‟autres droits et obligations.

Un actif incorporel n‟a pas besoin d‟être séparable pour être identifiable. Le caractère identifiable peut
provenir de l‟existence de droits légaux sur l‟actif (Ex.: Un brevet, etc.).

4.1.2 Contrôle

Le groupe SNCB contrôle un actif s‟il a le pouvoir d‟obtenir les avantages économiques futurs découlant de
la ressource sous-jacente et s‟il peut également restreindre l‟accès des tiers à ces avantages.

La capacité du groupe SNCB à contrôler les avantages économiques futurs découlant d‟un actif incorporel
résulte normalement de droits légaux qu‟il peut faire appliquer par un tribunal. En l‟absence de droits légaux,
la démonstration du contrôle est plus difficile. Toutefois, la possibilité de faire appliquer juridiquement un
droit ne constitue pas une condition nécessaire du contrôle dans la mesure où le groupe SNCB peut être à
même de contrôler les avantages économiques futurs de quelques autres façons.

La connaissance du marché et les connaissances techniques peuvent générer des avantages économiques
futurs. Le groupe SNCB contrôle ces avantages si, par exemple, ses connaissances sont protégées par des
droits légaux.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 23
08/07/2011 - BvV

Exemple 2: Contrôle

Une société du groupe SNCB développe un nouveau module pour son logiciel et, à ce titre, engage des
coûts du personnel internes et des coûts externes de conseils. La capacité du groupe SNCB à contrôler (=
contrôle) le nouveau module du logiciel résulte de son pouvoir de restreindre l'accès des tiers aux
avantages découlant de l'actif sous-jacent.
En outre, le module développé en interne peut être protégé par les termes d'un contrat passé avec les
consultants et / ou par des droits de copyright. En conséquence, les coûts engagés pour développer le
nouveau module du logiciel doivent être comptabilisés en actifs incorporels si tous les autres critères
généraux sont satisfaits.

4.1.3 Probabilité des avantages économiques futurs

Les avantages économiques futurs résultant d‟un actif incorporel peuvent inclure les produits découlant de la
vente de biens ou de services, les économies de coûts ou d‟autres avantages résultant de l‟utilisation de
l‟actif par le groupe SNCB. Par exemple, l‟utilisation d‟une propriété intellectuelle dans le cadre d‟un
processus de production peut réduire les coûts futurs de production, plutôt qu‟augmenter les produits futurs.

Dans le cas où une entité du groupe SNCB ne peut pas démontrer que les avantages économiques futurs
sont probables, les coûts ne peuvent pas être comptabilisés comme actifs incorporels mais doivent être
directement comptabilisés dans le compte de résultats. C'est notamment le cas pour les frais encourus pour
la phase de recherche d'un projet.

Le groupe SNCB doit apprécier la probabilité des avantages économiques futurs en utilisant des hypothèses
raisonnables et justifiées, représentant la meilleure estimation par la direction de l‟ensemble des conditions
économiques qui existeront pendant la durée d‟utilité de l‟actif. Selon les normes IFRS, le terme „probable‟,
signifie que la probabilité dépasse 50%.

Dans les sociétés du groupe SNCB, une justification formelle des projets, soit par des arguments qualitatifs
soit basée sur une analyse des flux de trésorerie actualisés est très rarement disponible. Dans la pratique,
on peut aussi se baser sur des procès verbaux d‟approbations officielles, par exemple, du Comité de
direction. Il semble, par contre, que le Comité de direction approuve seulement un plan d‟investissements au
début de l‟année et, rarement, pour des projets spécifiques.

4.1.4 Détermination des coûts de façon fiable

Le critère pour la détermination des coûts de façon fiable relève des conditions générales de
comptabilisation d‟un actif au bilan. Avant qu‟un actif incorporel ne soit comptabilisé au bilan, il doit donc
également remplir ce critère.

4.2 Application des critères de reconnaissance lors de la


reconnaissance initiale
4.2.1 Actifs incorporels acquis séparément

Normalement, le prix que le groupe SNCB paie pour acquérir séparément un actif incorporel reflète les
attentes relatives à la probabilité que les avantages économiques futurs attendus, incorporés dans l‟actif,
iront au groupe SNCB. En d‟autres termes, le groupe SNCB s‟attend à une entrée d‟avantages
économiques, même s‟il reste une incertitude quant au montant ou quant à l‟échéance de cette entrée. Par
conséquent, le critère de comptabilisation relatif à la probabilité des avantages économiques futurs est
toujours considéré comme satisfait pour des actifs incorporels acquis séparément.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 24
08/07/2011 - BvV

De plus, le coût d‟un actif incorporel acquis séparément peut généralement être évalué de façon fiable. C‟est
le cas, en particulier, lorsque la contrepartie de l‟achat est sous forme de trésorerie ou d‟autres actifs
monétaires.
Les dépenses encourues par le groupe SNCB au stade initial des achats du projet d‟achat ne satisfont
parfois pas les critères de reconnaissance des actifs incorporels. Ainsi, le groupe SNCB a établi que, si les
autres conditions des critères de reconnaissance sont remplies:
 pour les projets d‟acquisition d‟actifs incorporels qui doivent être approuvés par le Comité de
direction, les dépenses ne sont activées comme actifs incorporels qu‟à partir de la date
d‟approbation du “Cahier des charges spéciales” par l‟organisme interne compétent;
 pour tous les autres achats, seuls les montants facturés par des tiers (en dehors de l'entité
individuelle) sont inclus dans les actifs incorporels.

4.2.2 Actifs incorporels acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprises

Si un actif incorporel est acquis dans le cadre d‟un regroupement d‟entreprises, le coût de cet actif incorporel
est sa juste valeur, à la date d‟acquisition. La juste valeur d‟un actif incorporel reflète les attentes sur la
probabilité que les avantages économiques futurs inclus dans l‟actif iront au groupe SNCB. En d‟autres
termes, le groupe SNCB s‟attend à une entrée d‟avantages économiques, même s‟il reste une incertitude
quant au montant ou quant à l‟échéance de cette entrée. Par conséquent, le critère de comptabilisation de la
probabilité d‟absorption est toujours considéré comme satisfait pour les actifs incorporels acquis lors de
regroupements d‟entreprises. Si un actif, acquis lors d‟un regroupement d'entreprises, est séparable ou
découle de droits contractuels ou d‟autres droits légaux, il existe des informations suffisantes pour évaluer
de façon fiable la juste valeur de l'actif. Par conséquent, le critère d‟évaluation fiable est toujours considéré
comme satisfait pour les actifs incorporels acquis lors de regroupements d‟entreprises .

Selon IAS 38 Immobilisations incorporelles et IFRS 3 Regroupement d’entreprises, à la date d‟acquisition,


un acquéreur comptabilise, séparément du goodwill, un actif incorporel de l‟entreprise acquise sans
rechercher si l‟actif avait été comptabilisé par l‟entreprise acquise avant le regroupement d‟entreprises. Ceci
signifie que l‟acquéreur comptabilise, en tant qu‟actif, séparément du goodwill, un projet de recherche et
développement en cours de l‟entreprise acquise si le projet satisfait à la définition d‟un actif incorporel. Le
projet de recherche et développement en cours d‟une entreprise acquise satisfait à la définition d‟un actif
incorporel lorsqu‟il:
 satisfait à la définition d‟un actif; et
 est identifiable, c‟est-à-dire est séparable ou résulte de droits contractuels ou autres droits légaux.

4.2.3 Actifs incorporels générés en interne

4.2.3.1 Généralités

Il est, parfois, difficile d‟apprécier si un actif incorporel généré en interne remplit les conditions pour être
comptabilisé en raison des problèmes:
 D‟identifier si, et quand, il existe un actif identifiable qui générera des avantages économiques futurs
attendus; et
 De déterminer de façon fiable le coût de l‟actif. Dans certains cas, le coût pour générer un actif
incorporel en interne ne peut pas être distingué du coût pour maintenir ou accroître le know how et
similaires générés en interne ou du coût de la conduite des affaires quotidiennes du groupe SNCB.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 25
08/07/2011 - BvV

Pour apprécier si un actif incorporel généré en interne satisfait aux critères de reconnaissance, le groupe
SNCB distingue, dans le projet interne:
 une phase de recherche; et
 une phase de développement.

Si le groupe SNCB n„est pas en mesure de distinguer la phase de recherche de la phase de développement
d‟un projet interne visant à créer un actif incorporel, elle traite la dépense au titre de ce projet comme si elle
était encourue uniquement lors de la phase de recherche (celle-ci est donc comptabilisée en charges dans
le compte de résultats).

4.2.3.2 Phase de recherche

Aucun actif incorporel résultant de la recherche (ou de la phase de recherche d‟un projet interne) ne doit être
comptabilisé. Les dépenses pour la recherche (ou pour la phase de recherche d‟un projet interne) doivent
être comptabilisées en charges lorsqu‟elles sont encourues. Lors de la phase de recherche d‟un projet
interne, le groupe SNCB n‟est pas en mesure de démontrer l‟existence d‟un actif incorporel qui générera des
avantages économiques futurs probables.

Exemples d‟activités de recherche:


 les activités visant à obtenir de nouvelles connaissances;
 la recherche d‟applications de résultats de la recherche ou d‟autres connaissances ainsi que leur
évaluation et leur choix définitif;
 la recherche de substituts à des matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services;
 la formulation, la conception, l‟évaluation de différentes possibilités de matériaux, dispositifs,
produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou améliorés et le choix définitif de l‟une d‟elles;
et
 le test de concept (il est insuffisamment certain qu‟un actif découlera du test de concept).

Le groupe SNCB doit indiquer, dans les notes, le montant total des dépenses de recherche comptabilisé en
charges de la période.

4.2.3.3 Phase de développement

Un actif incorporel résultant du développement (ou de la phase de développement d‟un projet interne) doit
être comptabilisé si, et seulement si, le groupe SNCB peut démontrer tout ce qui suit:
 la faisabilité technique de l‟achèvement de l‟actif incorporel en vue de sa mise en service ou de sa
vente;
 son intention d‟achever l‟actif incorporel et de le mettre en service ou de le vendre;
 sa capacité à mettre en service ou à vendre l‟actif incorporel;
 la façon dont l‟actif incorporel générera des avantages économiques futurs probables. Le groupe
SNCB doit démontrer, entre autres choses, l‟existence d‟un marché pour la production issue de
l‟actif incorporel ou pour l‟actif incorporel lui-même ou, si celui-ci doit être utilisé en interne, son
utilité;
 la disponibilité de ressources techniques, financières et autres, appropriées pour achever le
développement et mettre en service ou vendre l‟actif incorporel;
 sa capacité à évaluer, de façon fiable, les dépenses attribuables à l‟actif incorporel au cours de son
développement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 26
08/07/2011 - BvV

Pour démontrer comment un actif incorporel génèrera des avantages économiques futurs probables, le
groupe SNCB apprécie les avantages économiques futurs qu‟il recevra de l‟actif en utilisant les principes
énoncés dans IAS 36 Pertes de valeur. Si l‟actif ne génère des avantages économiques que conjointement
avec d‟autres actifs, le groupe SNCB applique le concept des unités génératrices de trésorerie, énoncé dans
IAS 36.

La disponibilité des ressources nécessaires à l‟achèvement, l‟utilisation et l‟obtention des avantages d‟un
actif incorporel peut être démontrée, par exemple, par un plan d‟activité indiquant les ressources
(techniques, financières et autres) nécessaires et la capacité du groupe SNCB à mobiliser ces ressources.
Dans certains cas, le groupe SNCB démontre la disponibilité de financements externes en obtenant d‟un
prêteur l‟indication qu‟il est disposé à financer le plan.

Les systèmes de détermination des coûts du groupe SNCB permettent souvent d‟évaluer de façon fiable le
coût pour générer un actif incorporel en interne, tels que les salaires et autres dépenses encourues afin
d‟obtenir des droits de reproduction ou des licences ou pour développer des logiciels.

Lors de la phase de développement d‟un projet interne, le groupe SNCB peut, dans certains cas, identifier
un actif incorporel et démontrer que cet actif génèrera des avantages économiques futurs probables. Cela
tient au fait que la phase de développement d‟un projet se situe à un stade plus avancé que la phase de
recherche.

Exemples d‟activités de développement:


 la conception, la construction et les tests de pré-production ou de pré-utilisation de modèles et
prototypes;
 la conception d‟outils, de gabarits, moules et matrices impliquant une technologie nouvelle;
 la conception, la construction et l‟exploitation d‟une unité pilote qui n‟est pas à une échelle
permettant une production commerciale dans des conditions économiques; et
 la conception, la construction et les tests pour la solution choisie parmi différentes possibilités de
matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou améliorés.

Le groupe SNCB doit indiquer, dans les notes, le montant total des dépenses de développement
comptabilisé en charges de la période.

4.2.3.4 Phase de recherche et développement spécifique aux projets ICT

La distinction entre la phase de recherche et la phase de développement de logiciels générés en interne


peut être définie à l‟aide du point de démarcation entre les deux phases. Selon les règles IFRS, le point de
démarcation est le commencement du blueprint. Tous les coûts encourus avant le blueprint doivent être
comptabilisés dans le compte de résultats.

Le blueprint est défini comme étant le plan détaillé qui indique la manière selon laquelle le logiciel répondra
aux exigences des utilisateurs. L‟exemple, ci-dessous, indique les coûts qui peuvent être activés comme
actifs incorporels et les coûts qui doivent être comptabilisés en charges dans le compte de résultats.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 27
08/07/2011 - BvV

Exemple 3: Comptabilisation comme actif incorporel ou comme charge au cours d’un projet ICT

Vous trouverez, ci-dessous, un exemple reprenant les différentes étapes d‟un projet ICT et leur
comptabilisation. Il est indiqué si les dépenses relatives à chaque étape du projet peuvent être
comptabilisées comme actif incorporel ou si elles doivent être enregistrées comme charge dans le compte
de résultats.

Etapes Actif Compte de


incorporel résultats

 Obtenir de l‟information pour des projets stratégiques afin d‟allouer X


des ressources en accord avec les besoins des utilisateurs
 Analyse des besoins des utilisateurs et les possibilités du logiciel X
déjà en place et démonstrations des fournisseurs potentiels
 Évaluation des besoins des utilisateurs et des objectifs à envisager X
par le développement de l‟application
 Analyse entre la construction ou l‟achat d‟une application X
 Études de marché concernant des logiciels X
 Sélection du fournisseur (en cas d‟achat) X
 Sélection du consultant qui soutiendra au développement ou à la X
mise en œuvre
 Définition du scope / demande de modification du scope X
 Set up du projet X
 Conception (blueprint fonctionnel et technique) X
 Programmation et configuration X
 Développement des interfaces entre systèmes X
 Documentation technique pour usage interne X
19
 Transfert des données entre le nouveau et l‟ancien système, la X
validation des données au niveau du nouveau système incluse
 Intégration du hardware X
 Processus de test X
 Rédaction du manuel de formation et formation des utilisateurs X
 Procédures / instructions de travail X

19
A l‟exception des coûts de développement interne ou d‟acquisition d‟un logiciel de conversion de données
qui doivent être activés si le logiciel répond aux critères de reconnaissance des actifs incorporels.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 28
08/07/2011 - BvV

4.3 Frais qui ne peuvent jamais être considérés comme actifs


incorporels
4.3.1 Frais de constitution

4.3.1.1 Frais de constitution et d’augmentation de capital

Les frais de constitution, comme les frais administratifs et juridiques encourus pour l‟établissement d'une
personne morale, doivent être comptabilisés dans le compte de résultats selon les normes IFRS.

En consolidation, les frais d‟augmentation de capital des deux maisons mères (la SNCB Holding et Infrabel)
doivent être comptabilisés en diminution des fonds propres consolidés (en pratique, des réserves
consolidées) selon les normes IFRS.

4.3.1.2 Frais d’émission d’emprunts

Les frais d‟émission d‟emprunts sont déduits du montant de la dette comptabilisée initialement et pris en
charges sur la durée de l‟emprunt (avec, pour contrepartie, une augmentation progressive de la dette
d‟emprunt) suivant la méthode du taux d‟intérêt effectif selon les normes IFRS.

4.3.1.3 Frais de restructuration

Les frais de restructuration doivent être comptabilisés dans le compte de résultats selon les normes IFRS,
alors qu‟ils peuvent être activés comme actifs incorporels selon les règles comptables belges.

4.3.2 Know how et similaires générés en interne

Le know how et similaires (marques, portefeuilles de clients, etc.) générés en interne par le groupe SNCB ne
sont pas comptabilisés en tant qu‟actifs car ils ne sont pas des ressources identifiables, contrôlées par le
groupe SNCB et dont les coûts ne peuvent être évalués de façon fiable.

4.4 Critères de reconnaissance après la reconnaissance initiale


La nature des actifs incorporels est telle que, dans de nombreux cas, il n‟y a pas d‟ajout à un tel actif, ni de
remplacement d‟une partie de cet actif. En conséquence, il est probable que la plupart des dépenses
ultérieures maintiendront les avantages économiques futurs incorporés dans un actif incorporel existant,
plutôt que de satisfaire à la définition d‟un actif incorporel et aux critères de reconnaissance.

De plus, il est souvent difficile d‟attribuer directement des dépenses ultérieures à un actif incorporel
particulier, plutôt qu‟à l‟ensemble de l‟entreprise. Par conséquent, les dépenses ultérieures (c‟est-à-dire
encourues après la reconnaissance initiale d‟un actif incorporel acquis ou après l‟achèvement d‟un actif
incorporel généré en interne) ne sont que rarement comptabilisées dans la valeur comptable d‟un actif
incorporel.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 29
08/07/2011 - BvV

4.4.1 Actifs incorporels générés en interne

4.4.1.1 Phase de recherche et développement spécifique aux projets ICT

Vous trouverez ci-dessous un exemple reprenant les différentes étapes d‟un projet ICT et leur
comptabilisation après la reconnaissance initiale. Il est indiqué si les dépenses relatives à chaque étape du
projet peuvent être comptabilisées comme actif incorporel ou si elles doivent être enregistrées comme
charge dans le compte de résultats.

Exemple 4: Comptabilisation comme actif incorporel ou comme charge au cours d’un projet ICT

Etapes Actif Compte de


incorporel résultats

 Entretien X
 Mise à niveau qui ajoute de nouvelles fonctionnalités et X
spécifications
 Autres mises à niveau X
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 30
08/07/2011 - BvV

5 Évaluation
5.1 Évaluation lors de la reconnaissance initiale
5.1.1 Généralités

Une immobilisation incorporelle doit être évaluée au coût lors de la reconnaissance initiale.

5.1.2 Actifs incorporels acquis séparément

Le coût d‟un actif incorporel acquis séparément comprend:


 son prix d‟achat, y compris les droits de douane et les taxes non-remboursables, après déduction
des remises et rabais commerciaux; et
 tout les coûts, directement attribuables à la préparation de l‟actif en vue de son utilisation prévue.

Exemples de coûts directement attribuables:


 les coûts des avantages du personnel résultant directement de la mise en état de fonctionnement de
l‟actif;
 les honoraires résultant directement de la mise en état de fonctionnement de l‟actif; et
 les coûts des tests du bon fonctionnement de l‟actif.

Figurent parmi les exemples de dépenses qui ne font pas partie du coût d‟un actif incorporel:
 les coûts de lancement d‟un nouveau produit ou service (y compris les coûts des activités de
publicité et de promotion);
 les coûts d‟exploitation d‟une activité dans un nouveau lieu ou avec une nouvelle catégorie de clients
(y compris les coûts de formation du personnel);
 les frais administratifs et autres frais généraux; et
 les frais liés aux pré-études relatives aux décisions d'investissement.

L‟intégration des coûts dans la valeur comptable d‟un actif incorporel cesse lorsque l‟actif se trouve dans
l‟état nécessaire pour être exploité de la manière prévue par la direction. Par conséquent, les coûts
encourus dans le cadre de l‟utilisation ou du redéploiement d‟un actif incorporel ne sont pas inclus dans la
valeur comptable de cet actif.

Les coûts encourus alors qu‟un élément capable de fonctionner de la manière prévue par la direction reste à
mettre en service ne peuvent pas être inclus dans la valeur comptable d‟un actif incorporel.

Compte tenu de la détermination par le groupe SNCB des critères de reconnaissance des actifs incorporels
acquis séparément, tels que définis dans le titre 4.2.1 Actifs incorporels acquis séparément, le coût de ces
actifs sera, en pratique, souvent, composé uniquement des frais facturés par des tiers (en dehors des entités
individuelles). Les éventuels autres frais que ceux facturés par des tiers et qui satisfont aux critères de
reconnaissance ne peuvent être inclus dans le coût des actifs incorporels que si les conditions suivantes
sont remplies:
 les frais se rapportent à des activités qui ne sont pas exclues (voir titre 5.1.4.1 Types d’activités,
pour une description des activités); et
 les frais correspondent aux types de coûts définis (la définition des types de coûts est examinée
dans le titre 5.1.4.2 Types de coûts).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 31
08/07/2011 - BvV

5.1.2.1 Paiements différés

L‟évaluation de l‟actif incorporel à la valeur actuelle du paiement de la comptabilisation d‟une charge


financière pour la différence entre le prix comptant équivalent au moment de la reconnaissance et le
paiement effectué est seulement appliquée pour des paiements à partir de € 100.000 et pour lesquels le
délai de paiement est de plus d‟un an.

5.1.3 Actifs incorporels acquis dans le cadre d'un regroupement d'entreprises

Les actifs incorporels acquis dans le cadre d'un regroupement d'entreprises sont évalués à leur juste valeur.

Le traitement comptable des regroupements d'entreprises est discuté dans le chapitre 41 Regroupements
d'entreprises du manuel comptable.

5.1.4 Actifs incorporels générés en interne

Le coût d‟un actif incorporel généré en interne est égal à la somme des dépenses encourues à partir de la
date à laquelle cet actif incorporel a satisfait, pour la première fois, aux critères de reconnaissance. Les
dépenses relatives à un élément incorporel, qui ont été initialement comptabilisées en charges, ne doivent
pas être incorporées dans le coût d‟un actif incorporel à une date ultérieure.

Le coût d‟un actif incorporel généré en interne comprend tous les coûts directement attribuables et
nécessaires pour créer, produire et préparer l‟actif pour qu‟il puisse être exploité de la manière prévue par la
direction.
Exemples de coûts directement attribuables:
 les coûts des matériaux et services utilisés ou consommés pour générer l‟actif incorporel;
 les coûts des avantages du personnel résultant de la création de l‟actif incorporel;
 les honoraires d‟enregistrement d‟un droit; et
 l‟amortissement des brevets et licences qui sont utilisés pour générer l‟actif incorporel.

Ne constituent pas des composantes du coût d‟un actif incorporel généré en interne:
 les frais de vente, les frais administratifs et autres frais généraux à moins que ces dépenses
puissent être directement attribuées à la préparation de l‟actif en vue de sa mise en service;
 les inefficacités constatées et les pertes opérationnelles initiales encourues avant qu‟un actif
n‟atteigne le niveau de performance prévu; et
 les dépenses au titre de la formation du personnel pour exploiter l‟actif.

Si le critère de reconnaissance est satisfait, voir titre 4 Critères de reconnaissance, dans la pratique, les
coûts doivent être inclus dans le coût des actifs incorporels si les conditions suivantes sont remplies:
 les coûts se rattachent à la phase de développement et sont conformes à ses conditions (voir titre
4.2.3.3 Phase de développement);
 les coûts se rapportent à des activités qui ne sont pas exclues (voir titre 5.1.4.1 Types d'activités,
pour une description des activités); et
 les coûts correspondent aux types de coûts définis (la définition des types de coûts est indiqué dans
le titre 5.1.4.2 Types de coûts).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 32
08/07/2011 - BvV

5.1.4.1 Types d’activités

Le coût de certaines activités n‟est pas incorporé dans le coût de l‟immobilisation incorporelle (voir 5.1.4.2
Types de coûts ci-après), sans considération du niveau (voir définition des niveaux ci-après) auquel elles
sont exécutées dans le groupe SNCB (= activités “exclues”).

Le coût de certaines activités n‟est pas incorporé dans le coût de l‟immobilisation incorporelle si elles sont
exécutées au niveau “Sociétés” ou “Directions”. Le coût de ces activités est incorporé si elles sont effectuées
au niveau “ Services opérationnels”.

Les activités qui sont exclues sans considération du niveau auquel elles sont exécutées:
o organes de gestion interne;
o communication;
o affaires publiques et relations externes;
o corporate affairs;
o participations et suivi des filiales;
o affaires internationales;
o affaires juridiques non-liées aux phases de développement d‟un investissement;
o change office;
o stratégie et politique d‟investissements;
o imprimerie / copyshop;
o contrôle de gestion (sauf support au personnel de gestion du projet d‟investissement);
o services facilitaires;
o factage;
o contrôle et gestion des contrats de location des bâtiments et terrains;
o contrôle interne / audit interne;
o formation;
o contrôles légaux non liés au développement des investissements;
o bureautique, mobilier, office supplies, vêtements, charroi automobile;
o activités des services qui travaillent exclusivement à l'exploitation;
o gestion des clients ICTRA;
o stockage;
o finances et comptabilité générale.

Les activités qui sont exclues si elles sont exécutées au niveau “Sociétés” et “Directions”:
o direction et leur secrétariat;
o sécurité;
o environnement;
o logistique;
o ressources humaines / organisation du personnel;
o IT local;
o qualité.

Les niveaux “Sociétés”, “Directions” et “Services opérationnels” sont définis comme suit:
 Niveau “Sociétés”:
Le niveau “Sociétés” correspond aux services généraux des 3 sociétés SNCB Holding, SNCB et
Infrabel.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 33
08/07/2011 - BvV

 Niveau “Directions”:
Le niveau “Directions” correspond à tous les services des directions suivantes dans les trois sociétés,
qui ne sont pas des services opérationnels:
o Stations à la SNCB Holding;
o SNCB Technics à la SNCB;
o Infrastructure, réseau et accès au réseau chez Infrabel.
 Niveau “Services opérationnels”:
Le niveau “Services opérationnels” comprend:
o Toutes les zones Stations;
o Toutes les zones et ateliers d‟Infrabel;
o Tous les ateliers de la SNCB;
o Les services opérationnels similaires qui se situent au niveau “Sociétés” ou “Directions”. Dans la
situation actuelle: Signalétique à la SNCB, Network device solution, Business solution, Access
as a service, Infra as a service et Standard solution d‟ICTRA à la SNCB Holding.

5.1.4.2 Types de coûts

Les types de coûts qui doivent être comptabilisés dans le coût de l‟actif incorporel des activités non-exclues,
sont les suivants:
 Les “Coûts directs” pour les activités non-exclues qui sont exécutées à tous les niveaux (la définition des
“Coûts directs” est donnée dans le titre 5.1.4.2.1 Coûts directs); et
 Les “Autres frais de fonctionnement” des activités non-exclues effectuées seulement au niveau des
“Services opérationnels” (la définition des “Autres frais de fonctionnement” est donnée dans le titre
5.1.4.2.2 Autres frais de fonctionnement).

5.1.4.2.1 Coûts directs

Les coûts directs d‟une activité non-exclue sont définis comme suit:
 Coûts des services fournis et facturés par des tiers (les sociétés du groupe SNCB sont considérées
comme des tiers) qui servent directement des activités non-exclues (Ex.: Les coûts de Syntigo);
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui pointe directement sur des
activités non-exclues (voir titre 5.1.4.2.3 Coûts du personnel: taux horaire);
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui ne pointe pas directement
sur des activités non-exclues, à condition que les clés de répartition utilisées soient confrontées à la
réalité économique, au moins annuellement et lors d‟un événement qui modifierait de façon significative
le niveau des activités non-exclues (Ex.: Lors d‟une révision budgétaire);
 Les coûts des machines (Ex.: Serveurs) qui sont utilisées directement pour des activités non-exclues:
o les amortissements des machines directes non-subventionnées;
o les coûts du personnel qui entretiennent les machines directes, les matériaux consommés ainsi
les coûts d‟entretien de ces machines qui sont exécutés et facturés par des fournisseurs
externes;
o les coûts de l‟énergie (et de commodités) consommée par les machines pour la production
d‟actifs incorporels;
 Les coûts d‟emprunt qui sont directement attribuables à l‟acquisition, la construction ou la production
d‟un actif incorporel pour la partie qui n‟est pas subsidiée par l‟État et qui n‟est nécessairement prête
qu‟un an après son utilisation prévue (voir titre 5.1.5 Coûts d’emprunt).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 34
08/07/2011 - BvV

5.1.4.2.2 Autres frais de fonctionnement

Les autres frais de fonctionnement comprennent les types de coûts des services opérationnels suivants:
 Coûts de location ou d‟amortissements des bâtiments administratifs, halls de production et machines
(serveurs, etc.), équipement et installations non-subsidiés qui ne sont pas utilisés directement pour la
fabrication ou l‟achat d‟un actif incorporel;
 Coûts de la maintenance (coûts du personnel propre de maintenance, coûts de maintenance facturés
par des tiers, coûts de matériel et immobilisations non-subsidiées utilisés pour la maintenance,
amortissements du matériel et d‟immobilisations non-subsidiés utilisés pour la maintenance, coûts
d‟énergie, etc.) des bâtiments administratifs, halls de production et machines, équipement et installations
qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l‟achat d‟un actif incorporel;
 Coûts d‟énergie consommée par les bâtiments administratifs, halls de production et machines,
équipement et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l‟achat d‟un actif
incorporel;
 Autres coûts (taxes, etc.) liés aux bâtiments administratifs, halls de production et machines, équipement
et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l‟achat d‟un actif incorporel;
 Coûts salariaux du personnel (secrétariat, superviseurs, etc.) qui soutient et supervise le personnel
exécutant des activités non-exclues.

Remarque:
Tous les coûts des activités exécutées par des directions pour lesquelles on s‟attend normalement à ce
qu‟elles n‟exécutent pas d„activités liées à l‟achat ou à la production d‟actifs incorporels ne peuvent pas être
inclus dans le coût. Si, en exception à cette règle, ces directions exécutaient quand même des activités liées
à la production ou à l‟achat d‟actifs incorporels, les “coûts” liés à ces activités ne pourraient être inclus dans
le coût des actifs incorporels seulement s‟ils étaient basés sur le pointage direct de ces employés. Dans ce
cas, il ne s‟agirait, en effet, pas d‟activités “exclues”.

5.1.4.2.3 Coûts du personnel: taux horaire

Général
Comme discuté dans le titre 5.1.4.2.1 Types de coûts, les coûts du personnel sont, dans certains cas,
compris dans le coût des actifs incorporels.

Le taux horaire du personnel pour lequel le coût est incorporé dans le coût de l‟actif incorporel est calculé
comme suit:

“Coûts du personnel” / “Nombre d’heures prestées”.

“Coûts du personnel”

Les “coûts du personnel“ qui sont inclus dans le calcul du taux horaire correspondent aux types de coûts
suivants:
 tous les coûts des avantages au personnel à court terme, exceptés les frais de formation et les
dépenses en matière de sécurité;
 tous les avantages au personnel à long terme;
 tous les avantages au personnel postérieurs à l‟emploi.

Les types de coûts suivants sont exclus des “coûts du personnel” pour le calcul du taux horaire:
 les frais de fonctionnement du service des RH qui met du personnel à disposition de certaines
sociétés du groupe SNCB et qui sont calculés par la SNCB Holding;
 les produits liés à l‟administration du Fonds Syndical;
 les prépensions conventionnelles des agents temporaires;
 les frais de formation du personnel.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 35
08/07/2011 - BvV

Les coûts du personnel, mentionnés ci-dessus, tout comme la façon dont ils sont pris en compte dans le
taux horaire, sont décrits, en détail, dans le chapitre 23 Avantages accordés au personnel.

“Nombre d’heures de présence”

Toutes les heures de présence (inclues les dispenses de service) sont prises en considération pour le
calcul des taux horaires et, uniquement, les heures de présence.

Les cas suivants sont considérés comme des absences:


maladie;
blessure;
événements familiaux;
congés;
section d‟attente.

5.1.4.2.4 Utilisation d’immobilisations subsidiées

Les amortissements des immobilisations subsidiées, utilisées lors de l‟acquisition ou la production des actifs
incorporels, ne sont pas inclus dans le coût de ces actifs incorporels. Ces amortissements doivent être
comptabilisés dans le compte de résultats.

5.1.4.3 Sous-utilisation de la capacité

En cas de sous-utilisation temporaire ou structurelle de la capacité du personnel et de l‟appareil productif, le


coût de cette sous-utilisation doit être comptabilisé en compte de résultats, et non pas dans le coût de l‟actif
incorporel.

5.1.4.4 Coûts réels et coûts standard

Les éléments du coût des actifs incorporels sont comptabilisés sur la base des coûts réels ou sur la base
des coûts standard, selon les éléments de ce coût. Nous faisons la distinction dans les titres 5.1.4.4.1 Coûts
réels et 5.1.4.4.2 Coûts standard.

5.1.4.4.1 Coûts réels

Les éléments suivants du coût des actifs incorporels sont comptabilisés sur la base des coûts réels:
 Les quantités réelles d‟heures de main-d‟œuvre (pour le personnel qui pointe directement sur
l'investissement) et d‟heures-machine, qui sont utilisées directement pour les activités non-exclues;
 Le coût réel des services prestés et facturés par des tiers, qui sont utilisés directement dans les activités
non-exclues.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 36
08/07/2011 - BvV

5.1.4.4.2 Coûts standard

La méthode du coût standard peut être utilisée pour déterminer les éléments suivants du coût des actifs
incorporels, si le résultat se rapproche du coût réel:
 Le coût standard pour la partie des frais encourus en interne (Ex.: Coûts liés aux services des achats) et
qui sont directement utilisés pour l'acquisition de l‟actif incorporel;
 Le taux horaire standard pour toutes les heures de main-d‟œuvre et les heures-machine;
 Les quantités standard pour toutes les heures de main-d‟œuvre du personnel qui ne pointe pas
directement sur les activités non-exclues spécifiquement;
 Le coût standard pour les autres frais de fonctionnement.

En appliquant la méthode du coût standard, il faut procéder de la manière suivante:


 La méthode du coût standard est basée sur une capacité totale estimée qui est déterminée avant le
début de l‟exercice, pour la totalité de l‟exercice et qui est répartie sur les 12 mois de ce même exercice,
en tenant compte d‟éléments attendus tels que la saisonnalité, les périodes de vacances, les gros
entretiens, les absences pour maladie, etc.;
 Le coût standard est déterminé en tenant compte de la capacité mensuelle estimée et des frais
mensuels budgétés;
 Chaque mois, une analyse de variances entre les coûts réels et les coûts standard de la période écoulée
de l‟exercice en cours est effectuée;
 Les résultats d‟une telle analyse mensuelle servent, le cas échéant, à ajuster les coûts standard
commençant à partir du mois suivant (= ajustement prospectif), dès que les différences entre les coûts
réels et les coûts standard de la période écoulée de l‟exercice en cours sont supérieures à:
o 2% de la valeur réelle des taux horaires du personnel;
o 5% de la valeur réelle des autres éléments de coûts incorporés;
 Si les différences de la période écoulée de l‟exercice en cours dépassent les limites mentionnées ci-
avant mais qu‟aucun ajustement des coûts standard à partir du mois suivant n‟a été effectué, alors cette
décision doit être motivée par écrit.

5.1.5 Coûts d’emprunt

La comptabilisation des coûts d‟emprunt dans le coût des actifs incorporels est examinée ci-dessous. Un
exemple est donné dans le chapitre 10 Immobilisations corporelles, titre 6.3.3.6 Exemples de prêts
spécifiques et titre 6.3.3.7 Exemple de prêts courants.

5.1.5.1 Critères de reconnaissance

Les coûts d'emprunt supportés par les entreprises du groupe SNCB et relatifs à un actif qualifié doivent être
comptabilisés comme suit:
 Incorporation au coût de l‟actif incorporel si les coûts d‟emprunt sont directement attribuables à
l‟acquisition, la construction ou la fabrication d‟un actif incorporel qualifié;
 Comptabilisation des coûts d‟emprunt dans le compte de résultats de la période au cours de laquelle ils
sont encourus dans la mesure où ces coûts ne sont pas directement attribuables à l‟acquisition, la
construction ou la production d‟un actif qualifié.

Un actif incorporel qualifié est un actif dont la construction ou l‟acquisition exige plus d‟un an avant de
pouvoir être utilisé.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 37
08/07/2011 - BvV

5.1.5.2 Coûts d’emprunt à incorporer au coût d’un actif incorporel

Les coûts d‟emprunt qui sont directement attribuables à l‟acquisition, la construction ou la fabrication d‟un
actif qualifié sont des coûts d‟emprunt qui auraient pu être évités si les dépenses relatives à l‟actif qualifié
n‟avaient pas été encourues.

Si le groupe SNCB emprunte des moyens financiers dans le but spécifique d‟acquérir un actif qualifié, les
coûts d‟emprunt qui se rattachent directement à cet actif qualifié sont facilement identifiables.

Dans la mesure où le groupe SNCB emprunte des fonds de façon générale et les utilise en vue de
l‟obtention d‟un actif qualifié, il doit déterminer le montant des coûts d‟emprunt incorporables au coût de
l‟actif en appliquant un taux de capitalisation aux dépenses relatives à cet actif. Ce taux de capitalisation doit
être la moyenne pondérée des coûts d‟emprunt applicables aux emprunts du groupe SNCB en cours au titre
du mois concerné, autres que les emprunts contractés spécifiquement dans le but d‟obtenir l‟actif concerné.
Le montant des coûts d‟emprunt, que le groupe SNCB incorpore au coût de l‟actif au cours d‟une période
donnée, ne doit pas excéder le montant total des coûts d‟emprunt qu‟il a encourus au cours de cette même
période.

Le taux d‟activation sera adapté mensuellement, à la fin du mois, à la valeur comptable de l‟actif, incluant les
coûts d‟emprunt antérieurement activés.

De plus, les coûts d‟emprunt en rapport à l‟acquisition, la construction ou la production d‟une immobilisation
corporelle ne peuvent pas être activés dans le cas où des subsides en capital seraient perçus.

5.1.5.3 Début de l’activation

Le groupe SNCB doit commencer à incorporer les coûts d‟emprunt dans le coût d‟un actif qualifié à la date
de commencement. La date de commencement pour l‟incorporation à l‟actif est la date à laquelle le groupe
SNCB satisfait, pour la première fois, aux conditions suivantes:
 il encourt des dépenses pour l‟actif;
 il encourt des coûts d‟emprunt; et
 il entreprend des activités indispensables à la préparation de l‟actif préalablement à son utilisation.

En conséquence, les coûts d‟emprunt spécifiques à la fabrication d‟un actif incorporel ne peuvent pas être
activés avant le début des travaux nécessaires à rendre l‟actif prêt à l‟usage.

5.1.5.4 Suspension de l’activation

L‟incorporation des coûts d‟emprunt doit être suspendue pendant les périodes longues au cours desquelles
le groupe SNCB interrompt le développement actif d‟un actif qualifié.

Le groupe SNCB peut encourir des coûts d‟emprunt pendant une longue période au cours de laquelle il
interrompt les opérations nécessaires à la préparation d‟un actif préalablement à son utilisation ou à sa
vente prévue. De tels coûts correspondent au coût de la détention d‟actifs partiellement achevés et ne
satisfont pas aux critères d‟incorporation dans le coût d‟un actif.

Toutefois, normalement, le groupe SNCB n‟interrompt pas l‟incorporation dans le coût d‟un actif des coûts
d‟emprunt pendant une période au cours de laquelle il exécute des travaux techniques et administratifs
importants.

Le groupe SNCB n‟interrompt pas davantage l‟incorporation des coûts d‟emprunt dans le coût d‟un actif
lorsqu‟un délai temporaire est une étape nécessaire au processus de préparation de l‟actif à son utilisation
prévue.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 38
08/07/2011 - BvV

5.1.5.5 Fin de l’activation

Les entités doivent mettre fin à l‟incorporation des coûts d‟emprunt lorsque les activités indispensables à la
préparation de l‟actif préalablement à son utilisation prévue sont pratiquement toutes terminées.

Un actif est, en général, prêt à son utilisation attendue lorsque sa construction physique est achevée, même
si des travaux administratifs de routine peuvent se poursuivre. Si seules des modifications mineures, telle
que la décoration d‟une propriété selon les spécifications de l‟acheteur ou de l‟utilisateur, restent à être
apportées, cela indique que les activités sont pratiquement toutes terminées .

5.1.6 Actifs incorporels pour lesquels un subside en capital a été reçu

Le coût des actifs incorporels, pour lesquels un subside a été obtenu, est déterminé de la même manière
que le coût des actifs incorporels pour lesquels aucun subside en capital n‟a été obtenu. Le groupe SNCB a
opté pour la comptabilisation des subsides en capital au passif du bilan. Les subsides en capital sont
incorporés dans le compte de résultats au même rythme que l'amortissement des actifs incorporels auxquels
ils se rapportent.

Les subsides en capital sont discutés en détail dans le chapitre 22 Subsides publics du manuel comptable.

5.1.7 Actifs incorporels obtenus par voie d’échange

L‟acquisition des actifs incorporels obtenus par voie d‟échange est peu fréquente parmi les sociétés du
groupe SNCB. L‟évaluation de tels actifs incorporels se fait de la même manière que l‟évaluation des
immobilisations corporelles obtenues par voie d‟échange. L‟évaluation de tels actifs est traitée dans le
chapitre 10 Immobilisations corporelles, section B, titre 6.8 Acquisition d’actifs par voie d’échange.

5.2 Évaluation après la reconnaissance initiale


5.2.1 Modèle du coût

Après sa reconnaissance initiale, un actif incorporel doit être comptabilisé à son coût, diminué du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur.

5.2.2 Réévaluation des actifs incorporels non-autorisée

La réévaluation des actifs incorporels n’est pas autorisée selon les règles d'évaluation en vigueur au
sein du groupe SNCB.
Les normes IFRS permettent, dans des cas extrêmement rares, la réévaluation des actifs incorporels mais
de telles réévaluations ne sont pas autorisées selon les règles d'évaluation en vigueur au sein du
groupe SNCB.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 39
08/07/2011 - BvV

5.3 Actifs incorporels avec une durée d’utilité finie


5.3.1 Durée d’utilité et méthode d’amortissements

Le groupe SNCB doit apprécier si la durée d‟utilité d‟un actif incorporel est finie ou indéterminée et, si elle est
finie, de combien est cette durée d‟utilité, en temps ou en nombre d‟unités de production ou d‟unités
similaires. Un actif incorporel doit être considéré par le groupe SNCB comme ayant une durée d‟utilité
indéterminée lorsque, sur la base d‟une analyse de tous les facteurs pertinents, il n‟y a pas de limite
prévisible à la période au cours de laquelle on s‟attend à ce que l‟actif génère, pour le groupe SNCB, des
entrées nettes de trésorerie.

Un actif incorporel à durée d‟utilité finie est amorti, et doit être soumis à un test de perte de valeur, s„il existe
une indication de perte de valeur, voir titre 5.5 Pertes de valeur.

Le montant amortissable d‟un actif incorporel à durée d‟utilité finie doit être réparti systématiquement sur sa
durée d‟utilité.

La période d'amortissement pour les différentes catégories d'actifs incorporels à durée d'utilité finie
correspond à la durée d‟utilité de ces actifs incorporels et se présente comme suit:

Catégorie Durée d’utilité

Logiciel acquis (*):


- Sites internet: 3 ans
- Licences: durée d‟utilité qui correspond à la date d‟échéance
de la licence
- Autres logiciels : 5 ans
Droits d‟exploitation pour le réseau ferroviaire belge: 99 ans
Logiciel généré en interne (*):
- Sites internet: 3 ans
- Logiciel ERP: 10 ans
- Licences: durée d‟utilité qui correspond à la date d‟échéance
de la licence
- Autre logiciels: 5 ans

(*) Les logiciels en cours de développement, repris dans les catégories d'actifs incorporels logiciels acquis et
logiciels générés en interne, doivent être soumis à un test de perte de valeur annuellement au même
moment (ou, plus fréquemment, si une indication d‟une perte de valeur existe).

L‟amortissement doit commencer dès que l‟actif est prêt à être mis en service, c‟est-à-dire dès qu‟il se trouve
à l‟endroit et dans l‟état nécessaire pour pouvoir être exploité de la manière prévue par la direction.

En pratique, des tests d‟acceptations sont organisés au sein des sociétés du groupe SNCB. De par ces tests
d‟acceptations, l‟utilisateur accepte le système et le transfert vers l‟environnement de production est exécuté.
Après ce transfert, l‟amortissement de l‟actif incorporel doit commencer.

L‟amortissement doit cesser à la date la plus proche entre celle à laquelle cet actif est classé comme détenu
en vue de la vente (ou inclus dans un groupe destiné à être cédé qui est classé comme détenu en vue de la
vente) selon IFRS 5 et la date à laquelle l‟actif est décomptabilisé.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 40
08/07/2011 - BvV

Les actifs incorporels du groupe SNCB sont amortis selon la méthode linéaire.

Exemple 5: Amortissement initial des logiciels générés en interne

En mars 2010, une société du groupe SNCB a commencé le développement d‟un nouveau logiciel, qu‟elle
voudrait mettre en place progressivement dans ses filiales. En mars 2012, toutes les filiales devront utiliser
ce logiciel généré en interne.

Sur base de l'application des critères de reconnaissance et des règles d'évaluation applicables aux logiciels
générés en interne, un montant de 175.000 € a été comptabilisé dans le coût de l'actif incorporel. Selon les
règles d‟évaluation applicables au sein du groupe SNCB, le logiciel généré en interne est amorti sur une
période de 5 ans.

À la clôture de l‟exercice, au 31 décembre 2010, le logiciel est en phase de test. Le logiciel généré en
interne n'est, à ce moment-là, pas encore prêt à l'emploi et ne doit donc pas encore être amorti.

Au début du mois de mai 2011, la phase de test s‟achève et le logiciel généré en interne est implémenté.

L‟amortissement du logiciel généré en interne doit être comptabilisé à partir du moment où l‟actif incorporel
est prêt à l‟emploi, tel que défini par la direction. Concrètement, cela signifie que l‟actif incorporel doit être
amorti à partir de mai 2011.

La charge d‟amortissement mensuelle, qui doit être comptabilisée dans le compte de résultats à partir de
mai 2011, est calculée comme suit:

Coûts activés relatifs au logiciel généré en interne: € 175.000


Charge d‟amortissement annuelle (20%): € 35.000
Amortissement mensuel: € 2.916,67

A partir de mai 2011, un montant mensuel de € 2.916,67 doit, par conséquent, être comptabilisé en compte
de résultats comme charge d‟amortissement du logiciel généré en interne.

5.3.2 Valeur résiduelle

La valeur résiduelle, voir titre 2 Définitions, est nulle pour tous les actifs incorporels du groupe SNCB.

5.3.3 Réexamen de la durée d’amortissement et méthode d’amortissements

A la fin de chaque année comptable, ou plus souvent si cela se justifie, il faut se poser la question de savoir
si la durée d‟utilité des actifs incorporels doit être revue, au regard de l‟évolution des circonstances
techniques ou économiques.
Si la durée d‟utilité attendue de l‟actif est différente des estimations antérieures, la durée d‟amortissement
doit être modifiée en conséquence.
La révision de la durée d‟utilité d‟un actif incorporel se fait de manière prospective. La valeur comptable
existante est amortie sur la durée d‟utilité restante à partir du moment où la modification de durée d‟utilité est
constatée.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 41
08/07/2011 - BvV

Exemple 6: Raccourcissement de la durée d’utilité d’un actif incorporel


er
Au 1 janvier 20X0, un logiciel généré en interne d‟une valeur de € 100.000 est prêt à l‟emploi. A ce
moment, la durée d‟utilité de l‟actif est estimée à 5 ans avec une valeur résiduelle nulle. L‟amortissement
annuel s‟élève à € 20.000.
er
Au 1 janvier 20X2, quand la valeur comptable de l‟actif s‟élève à € 60.000, l‟estimation de la durée d‟utilité
er
est réexaminée et la durée d‟utilité restante est ré-estimée à 2 ans, à partir du 1 janvier 20X2. La durée
d‟utilité totale est, donc, de 4 ans au lieu des 5 années prévues initialement.
La société doit ajuster les amortissements annuels pour amortir la valeur comptable (€ 60.000) sur les 2
années restantes. Par conséquent, la société doit comptabiliser des amortissements annuels s‟élevant à
€ 30.000 pour les 2 prochaines années.

Exemple 7: Allongement de la durée d’utilisation


er
Au 1 janvier 20X0, un logiciel généré en interne d‟une valeur de € 400.000 est prêt à l‟emploi. A ce
moment-là, la durée d‟utilité de l‟actif est estimée à 10 ans avec une valeur résiduelle nulle. L‟amortissement
annuel s‟élève à € 40.000.
er
Au 1 janvier 20X4, quand la valeur comptable de l‟actif s‟élève à € 240.000, l‟estimation de la durée d‟utilité
er
est réexaminée et la durée d‟utilité restante est ré-estimée à 11 ans, à partir du 1 janvier 20X4. La durée
d‟utilité totale est, donc, de 15 ans au lieu des 10 années prévues initialement.
La société doit ajuster les amortissements annuels pour amortir la valeur comptable (€ 240.000) sur les 11
années restantes. Par conséquent, la société doit comptabiliser des amortissements annuels s‟élevant à
€ 21.818 pour les 11 prochaines années.

5.3.4 Mise à niveau d’un logiciel activable

En cas d‟une mise à niveau d‟un logiciel activable, la mise à niveau doit être amortie:
 sur la durée d‟utilité restante de l‟actif principal (et, non pas, sur la durée d‟utilité standard); ou
 sur la durée d‟utilité restante révisée de l‟actif principal, si la durée d‟utilité de l‟actif principal est
prolongée lors de la mise à niveau.

5.4 Actifs incorporels à durée d’utilité indéterminée


5.4.1 Tests de perte de valeur

Un actif incorporel doit être considéré par le groupe SNCB comme ayant une durée d‟utilité indéterminée
lorsque, sur la base d‟une analyse de tous les facteurs pertinents, il n‟y a pas de limite prévisible à la période
au cours de laquelle on s‟attend à ce que l‟actif génère, pour le groupe SNCB, des entrées nettes de
trésorerie.

Un actif incorporel à durée d‟utilité indéterminée ne doit pas être amorti mais doit être systématiquement
soumis à un test de perte de valeur, voir titre 5.5 Pertes de valeur:
 Annuellement au même moment (indépendamment du fait qu‟il existe ou non une indication de
dépréciation); et
 chaque fois qu‟il y a une indication que l‟actif incorporel peut s‟être déprécié.

Une perte de valeur doit être comptabilisée lorsque la valeur comptable d‟un actif incorporel excède sa
valeur recouvrable.

Une description des tests de perte de valeur est incluse dans le chapitre 13 Pertes de valeur du manuel
comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 42
08/07/2011 - BvV

Le goodwill a une durée d‟utilité indéterminée et n‟est par conséquent pas amorti.

Catégorie Durée d’utilité


Goodwill indéterminée

5.4.2 Réexamen de l’application de la durée d’utilité

La durée d‟utilité d'un actif incorporel, qui n‟est pas amorti, doit être réexaminée à chaque période de
reporting. Il faut, à chaque fois, déterminer si les événements et les circonstances continuent de justifier
l‟appréciation de durée d‟utilité indéterminée concernant cet actif;
Si ce n‟est pas le cas, le changement d‟appréciation de la durée d‟utilité d‟ “indéterminée” à “limitée” doit être
comptabilisé de façon prospective, comme expliqué sous le titre 5.3.3. Réexamen de la durée
d’amortissement.

5.5 Pertes de valeur


Selon les normes IFRS, une perte de valeur est définie comme le montant par lequel la valeur comptable
d‟un actif excède sa valeur recouvrable.

Il est possible d‟enregistrer une perte de valeur sur une immobilisation corporelle (= actif individuel) résultant
d‟une indication de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât subi),
indépendamment du fait que l‟immobilisation corporelle est ou n‟est pas (entièrement ou partiellement)
subsidiée.

Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrés sur des actifs dans le cadre du test de pertes de
valeurs sur une CGU si l‟actif sur lequel la perte de valeur serait attribué fait partie d‟une CGU (cash
generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement subsidiée.

Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y afférents).

Cette section est applicable sur les actifs incorporels avec une durée d‟utilité finie ainsi que sur les actifs
incorporels avec une durée d‟utilité indéterminée.

Lorsque la valeur comptable d‟un actif incorporel excède la valeur recouvrable, une perte de valeur doit être
comptabilisée afin de corriger cette situation. Selon les normes comptables belges, la comptabilisation d‟une
perte de valeur correspond à la comptabilisation d‟un amortissement exceptionnel (actifs amortissables) ou à
la comptabilisation d‟une réduction de valeur (actifs non-amortissables).

Qu‟il y ait un indice de perte de valeur ou non, le groupe SNCB doit aussi tester annuellement si un actif
incorporel à durée d‟utilité indéterminée ou un actif incorporel qui n‟est pas encore prêt à être mis en service
a subi une perte de valeur.
Ce test de perte de valeur peut être effectué à tout moment au cours de l‟exercice comptable, à condition
qu‟il soit effectué au même moment chaque année. Différents actifs incorporels peuvent être soumis à des
tests de perte de valeur à des moments différents. Toutefois, si un tel actif incorporel était initialement
comptabilisé pendant l‟exercice comptable considéré, cet actif incorporel doit être testé pour perte de valeur
avant la fin de cet exercice comptable.

En outre, les actifs incorporels à durée d‟utilité limitée doivent être soumis à un test de perte de valeur en
cas d‟indication de perte de valeur.

Une description des tests de perte de valeur est reprise dans le chapitre 13 Pertes de valeur du manuel
comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 43
08/07/2011 - BvV

Après la comptabilisation d‟une perte de valeur, la dotation aux amortissements de l‟actif doit être ajustée
pour les périodes futures, afin que la valeur comptable révisée de l‟actif puisse être répartie de façon
systématique sur sa durée d‟utilité restant à courir.

Une perte de valeur comptabilisée au cours de périodes antérieures pour un actif incorporel doit être reprise
si, et seulement si, il y a eu un changement dans les estimations utilisées pour déterminer la valeur
recouvrable de l‟actif. Si tel est le cas, la valeur comptable de l‟actif doit être augmentée à hauteur de sa
valeur recouvrable, exception faite des dispositions décrites dans le paragraphe suivant. Cette augmentation
se traduit pas la reprise d‟une perte de valeur.

La valeur comptable d‟un actif, augmentée en raison de la reprise d‟une perte de valeur, ne doit pas être
supérieure à la valeur compatble qui aurait été déterminée (nette des amortissements) si aucune perte de
valeur n‟avait été comptabilisée pour cet actif au cours d‟exercices antérieurs.

Exemple 8: Perte de valeur


er
Une société du groupe SNCB a acquis un actif incorporel au 1 janvier 2009 pour un montant de € 100.000.
L‟actif est amorti sur 5 ans et a une valeur comptable de € 40.000 au 31 décembre 2011. Au 31 décembre
2011, une perte de valeur de € 15.000 est comptabilisée pour réduire la valeur résiduelle à sa valeur
recouvrable de € 25.000.
er
La charge d‟amortissement annuelle s‟élève ensuite à € 12.500 à partir du 1 janvier 2012, afin d‟étaler la
valeur comptable de l‟actif incorporel de € 25.000, au 31 décembre 2011, sur la durée d‟utilité restante de 2
ans.

Au 31 décembre 2012, il apparaît que la valeur recouvrable de l‟actif incorporel s‟élève à € 22.500, soit
€ 10.000 plus élevée que sa valeur comptable de € 12.500. La perte de valeur de € 15.000, comptabilisée
au 31 décembre 2011, peut être reprise mais pas pour le montant total. La reprise d‟une perte de valeur
comptabilisée antérieurement est limitée à la valeur comptable que l‟actif incorporel aurait atteinte si aucune
perte de valeur n‟avait été comptabilisée sur cet actif pendant les périodes précédentes.

Concrètement, cela signifie qu‟un montant de € 7.500 peut être repris sur la perte de valeur de € 15.000
comptabilisée précédemment. Après la reprise de ce montant de € 7.500, la valeur comptable de l‟actif
incorporel s‟élève à € 20.000, ce qui correspond à la valeur comptable au 31 décembre 2012 si aucune
perte de valeur n‟avait été comptabilisée sur cet actif pendant les périodes précédentes.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 44
08/07/2011 - BvV

6 Décomptabilisation
6.1 Généralités
Un actif incorporel doit être décomptabilisé à sa valeur comptable lors de sa sortie (par exemple, lors d‟une
vente ou d‟une location-financement).

Le gain ou la perte résultant de la sortie d‟un actif incorporel doit être déterminé comme la différence entre le
produit net de sortie et la valeur comptable de l‟actif. Il doit être comptabilisé dans le compte de résultats. La
comptabilisation des transactions de “sale and lease back” et de “sale and rent back” est examinée au
chapitre 12 Contrats de location du manuel comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 45
08/07/2011 - BvV

7 Résumé des différences entre les règles


comptables belges et les IFRS
7.1 Frais d’augmentation de capital et frais d’émission d’emprunts
En consolidation, les frais d‟augmentation de capital des deux maisons mères (la SNCB Holding et Infrabel)
doivent être comptabilisés en diminution des fonds propres consolidés (en pratique, des réserves
consolidées) selon les normes IFRS.

Les frais d‟émission d‟emprunts sont déduits du montant de la dette comptabilisée initialement et pris en
charges sur la durée de l‟emprunt (avec, pour contrepartie, une augmentation progressive de la dette
d‟emprunt) suivant la méthode du taux d‟intérêt effectif selon les normes IFRS.

Selon les règles comptables belges, les frais encourus suite à une augmentation de capital et les frais
encourus suite à une émission d‟emprunts sont activés comme frais d‟établissement.

7.2 Frais de restructuration


Selon les normes IFRS, les frais de restructuration doivent être pris en charges dans le compte de résultats.

Les règles comptables belges seront alignés sur le traitement comptable IFRS.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 46
08/07/2011 - BvV

8 Sites internet
8.1 Généralités
Le site internet propre du groupe SNCB, qui a été développé en interne et qui est destiné à un usage interne
ou externe, est un actif incorporel généré en interne soumis aux exigences du IAS 38 Immobilisations
incorporelles.

Par conséquent, les sites internet entrent en ligne de compte pour activation en tant qu‟actifs incorporels s‟ils
satisfont aux critères de reconnaissance, voir titre 4 Critères de reconnaissance. Les frais encourus au cours
de la phase de recherche ne peuvent pas être activés. Seuls les frais de développement peuvent être
comptabilisés comme actifs incorporels. En particulier, le critère de probabilité d‟avantages économiques
futurs est important.

Le groupe SNCB doit, par exemple, démontrer que son site internet peut générer des revenus (par exemple,
s‟il est possible d‟acheter des abonnements ou des tickets via ce site internet). L‟activation comme actif
incorporel n‟est pas permise si le site internet a pour seul objectif de faire de la publicité pour les services
fournis par la société.

Exemple 9: Site internet Railtime

Le site internet Railtime ne permet pas au groupe SNCB de générer des revenus. Ce site internet ne peut,
par conséquent, pas être activé comme actif incorporel.

Les frais encourus durant la phase de développement (programmation et description du concept, “coding”,
développement de l‟infrastructure, installation, tests) peuvent être activés comme actifs incorporels.

Les dépenses ci-dessous doivent être comptabilisées comme des coûts dans le compte de résultats:
 les coûts liés à la phase préliminaire du projet (formulation et sélection d‟alternatives, enquête sur la
faisabilité du projet, planning);
 les coûts de maintenance et les coûts de formation du personnel;
 les coûts de mises à jour (à moins qu‟ils ajoutent une fonctionnalité à l‟actif incorporel et,
uniquement, si ces coûts remplissent les critères de frais de développement);
 les coûts encourus relatifs à l‟hébergement du site internet chez le fournisseur internet.

8.2 Activation de sites internet comme actifs incorporels au sein du


groupe SNCB
Les sites internet externes repris ci-dessous ont été identifiés au sein du groupe SNCB comme entrant en
ligne de compte pour l‟activation en tant qu‟actif incorporel selon les normes IFRS:
 site internet E-ticketing / Home-ticketing (achat de tickets nationaux);
 site internet Syntigo qui permet d‟acheter des tickets internationaux;
 site internet qui permet aux agences de voyage d‟envoyer leurs commandes à la SNCB par internet;
 business Corner, qui permet à la SNCB, B-Cargo, DHL etc. d‟acheter des „créneaux horaires‟
d‟Infrabel;
 site internet IFB qui permet aux clients d‟effectuer des commandes;
 WMS (Wagon Maintenance Service), site internet qui permet à des tiers d‟effectuer des commandes
pour l‟entretien des trains.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 47
08/07/2011 - BvV

Cette liste n’est pas exhaustive. Les sociétés du groupe SNCB doivent vérifier si les sites internet
développés en interne satisfont aux critères de reconnaissance des actifs incorporels.

Les sites internet doivent être amortis sur une période de 3 ans.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 48
08/07/2011 - BvV

Section C: Plan comptable et liasse de


consolidation
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 49
08/07/2011 - BvV

9 Plan comptable
Les sociétés de groupe SNCB disposent, chacune, de leur propre plan comptable. Les comptes ci-dessous
sont simplement présentés à titre didactique. Veuillez toujours consulter le plan comptable spécifique à
chaque société.

9.1 Comptes bilantaires


9.1.1 Généralités

La classification des comptes bilantaires liés aux actifs incorporels du groupe SNCB dans le plan comptable
est la suivante:
 logiciels mis en exploitation;
 droits d‟exploitation;
 goodwill - autres;
 logiciels en cours de développement;
 autres actifs incorporels;
20
 actifs incorporels détenus pour la vente ;
 acomptes.

9.1.2 Logiciels acquis et logiciels générés en interne

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes bilantaires des actifs
incorporels liés aux logiciels acquis et aux logiciels générés en interne.

21100000 Software mis en exploitation - V.A.


21170000 Software mis en exploitation - Pertes de valeur
21190000 Software mis en exploitation - Amortissements actés

Les actifs incorporels sont comptabilisés comme des logiciels en cours de développement, aussi longtemps
que l‟actif n‟est pas prêt à l‟emploi, voir titre 9.1.5 Logiciels en cours de développement. Au moment où l‟actif
incorporel est prêt à l‟emploi, l‟actif incorporel doit être comptabilisé comme un logiciel acquis ou logiciel
généré en interne. Vu que l‟actif incorporel est déclaré prêt à l‟emploi au moment du transfert, la période
d‟amortissement commencera au moment de la comptabilisation de l‟actif incorporel dans le compte
„Software mis en exploitation‟.

Dans les états financiers IFRS, les logiciels acquis et les logiciels générés en interne sont deux catégories
différentes.

20
Les actifs incorporels détenus pour la vente sont discutés en détail dans le chapitre 14 Actifs non-courants
détenus en vue de la vente et activités abandonnées du manuel comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 50
08/07/2011 - BvV

9.1.3 Droits d’exploitation pour le réseau ferroviaire belge

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes bilantaires des actifs
incorporels liés aux droits d‟exploitation pour le réseau ferroviaire belge.

21102000 Droit d'exploitation - V.A.


21172000 Droit d'exploitation - Pertes de valeur
21192000 Droit d‟exploitation - Amortissements actés

9.1.4 Goodwill - autres

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes bilantaires des actifs
incorporels relatifs à la catégorie “Goodwill - autres”.

21200000 Goodwill - V.A.


21270000 Goodwill - Pertes de valeur

9.1.5 Logiciels en cours de développement

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes bilantaires des actifs
incorporels liés aux logiciels en cours de développement.

21100100 Software en cours de développement - V.A.


21170100 Software en cours de développement - Pertes de valeur

Les actifs incorporels sont comptabilisés comme des logiciels en cours de développement, aussi longtemps
que l‟actif n‟est pas prêt à l‟emploi. A partir du moment où l‟actif est disponible pour emploi, l‟actif incorporel
doit être comptabilisé comme logiciel acquis ou logiciel généré en interne, voir titre 9.1.2 Logiciels acquis et
logiciels générés en interne.

9.1.6 Autres

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes bilantaires des catégories
“Actifs incorporels développés en interne - autres” et “Actifs incorporels acquis de tiers - autres”.

21101000 Autres immobilisations incorporelles - V.A.


21171000 Autres immobilisations incorporelles - Pertes de valeur
21191000 Autres immobilisations incorporelles - Amortissements actés
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 51
08/07/2011 - BvV

9.1.7 Actifs incorporels détenus pour la vente

21109999 Immobilisations incorporelles détenues en vue de la vente - V.A.


21179999 Immobilisations incorporelles détenues en vue de la vente - Pertes de valeur
21199999 Immobilisations incorporelles détenues en vue de la vente - Amortissements Actés

Les actifs incorporels détenus pour la vente sont examinés en détail dans le chapitre 14 Actifs non courants
détenus en vue de la vente et activités abandonnées du manuel comptable.

9.1.8 Acomptes

21300000 Acomptes sur immobilisations incorporelles - Paiement tiers divers


21301000 Acomptes sur immobilisations incorporelles - Paiement tiers ICO
21305000 Acomptes sur immobilisations incorporelles
21305999 Acomptes sur immobilisations incorporelles - Compte clearing
21309999 Transfert d‟acomptes sur immobilisations incorporelles AA-PS

Les acomptes concernent des avances payées pour des achats d‟actifs incorporels auprès de tiers (en
dehors de l‟entité individuelle), payés avant l‟acquisition, c‟est-à-dire jusqu‟au moment de la facturation
définitive par le fournisseur, ce qui correspond le plus souvent au moment du transfert des risques
significatifs et des avantages économiques vers l‟acheteur.

9.2 Compte de résultats


9.2.1 Généralités

Les charges et produits relatifs aux actifs incorporels doivent être comptabilisés au compte de résultats dans
les comptes qui peuvent être présentés ci-dessous.

9.2.2 Actifs incorporels produits

Les actifs incorporels produits comprennent les montants comptabilisés qui se rattachent aux actifs
incorporels générés en interne par les sociétés du groupe SNCB.

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes relatifs aux actifs incorporels
produits:
72000000 Production immobilisée (immobilisations incorporelles)

9.2.3 Amortissements, amortissements exceptionnels et pertes de valeur

Le plan comptable rassemble les comptes relatifs aux amortissements ordinaires, aux amortissements
21
exceptionnels et aux pertes de valeur des actifs incorporels. Les termes “amortissements exceptionnels”
(actifs amortissables) et “réductions de valeur” (actifs non-amortissables) sont applicables aux règles
22
comptables belges et correspondent au terme “perte de valeur” , voir titre 5.5 Pertes de valeur, selon les
normes IFRS.

21
Ne concernent pas les amortissements exceptionnels suite à une perte ou un vol.
22
Les pertes de valeurs sont comptabilisées sur le compte 66010000.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 52
08/07/2011 - BvV

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes relatifs aux amortissements,
aux amortissements exceptionnels et aux pertes de valeur:

63010000 Amortissements ordinaires des immobilisations incorporelles - Dotations


23
66011000 Amortissements exceptionnels des immobilisations incorporelles (pertes / vols) - Dotations
66010000 Pertes de valeur sur immobilisations incorporelles - Dotations
76001000 Pertes de valeur sur immobilisations incorporelles - Reprises

9.2.4 Plus- et moins-values sur cessions d’actifs incorporels

Les plus- et moins-values réalisées sur cessions d‟actifs incorporels doivent être comptabilisées sur ces
comptes.

Nous présentons, ci-dessous, un extrait du plan comptable avec les comptes relatifs aux plus et moins
values réalisées sur cessions:

76300000 Plus-values sur cessions d'immobilisations incorporelles


66300000 Moins-values sur cessions d'immobilisations incorporelles

23
Comprend les amortissements suite à une perte, vol ou transfert tardif du compte “en développement”
vers le compte définitif. Ce compte est mappé avec les pertes de valeur selon le mapping actuel en IFRS,
toutefois il devrait être mappé avec les amortissements. Si des montants importants sont imputés sur ce
compte, ils devraient être reclassifiés de la rubrique “pertes de valeur” vers la rubrique “amortissements”.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 53
08/07/2011 - BvV

10 Liasse de consolidation
L‟information relative à la liasse de consolidation n‟est pas encore disponible.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 54
08/07/2011 - BvV

Section D: Écritures comptables et exemples


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 55
08/07/2011 - BvV

11 Logiciels acquis
Cet exemple illustre les aspects suivants:
 acomptes;
 activation de logiciels acquis;
 frais administratifs;
 amortissements;
 dépenses ultérieures;
 durée d‟utilité réexaminée.

Données

En 2010, une société du groupe SNCB achète un logiciel externe. Le logiciel acquis satisfait à la définition et
aux critères de reconnaissance des actifs incorporels et peut, donc, être activé.

Le prix d‟achat du logiciel s‟élève à un montant de € 4.250 et comprend des licences pour 3 personnes pour
une période de 5 ans. En outre, le fournisseur a facturé € 250 de dépenses relatives au test du logiciel
acquis afin de déterminer s‟il fonctionne de manière adéquate. Ces dépenses sont directement attribuables
à la préparation de l‟actif incorporel en vue de son usage prévu. Suite à l‟achat du logiciel, des coûts
administratifs ont également été encourus pour un montant de € 50, qui ne peuvent être activés comme actif
incorporel. Ceux-ci doivent, directement, être comptabilisés au compte de résultats.

Par conséquent, le coût total du logiciel acquis à activer comme actif incorporel s‟élève à un montant de €
4.500 (= € 4.250 + € 250).

Acomptes

A la mi-janvier 2009, une facture d‟acompte est reçue pour un montant de € 900.

La comptabilisation correspondante est la suivante:


LOGICIEL ACQUIS
Facture d’acompte
15/01/2009 Dt 21305000 Acomptes sur immobilisations incorporelles 900
Dt 41100000 TVA à récupérer 189
Ct 44000000 Fournisseur divers 1.089

Facture d’achat

Début février 2009, la facture d‟achat a été envoyée en même temps que la livraison du logiciel pour la
partie non encore payée, pour un montant de € 3.600 (= € 4.500 – € 900).

La comptabilisation correspondante est la suivante:


LOGICIEL ACQUIS
Facture d’achat
04/02/2009 Dt 21100100 Software en cours de développement - V.A. 3.600
Dt 41100000 TVA à récupérer 756
Ct 44000000 Fournisseur divers 4.356
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 56
08/07/2011 - BvV

Transfert de la facture d‟acompte vers le compte de logiciels en cours de développement:


LOGICIEL ACQUIS
Transfert de la facture d’acompte
04/02/2009 Dt 21100100 Software en cours de développement - V.A. 900
Ct 21305000 Acomptes sur immobilisations incorporelles 900

Activation du logiciel acquis

Le transfert du logiciel en cours de développement vers le logiciel mis en exploitation pour un coût total de
€ 4.500 est comptabilisé comme suit:
LOGICIEL ACQUIS
Activation du logiciel acquis
04/02/2009 Dt 21100000 Software mis en exploitation - V.A. 4.500
Ct 21100100 Software en cours de développement - V.A. 4.500

Traitement comptable des frais administratifs

Les frais administratifs encourus pour un montant de € 50 ne sont pas activés comme actifs incorporels et
doivent être directement comptabilisés au compte de résultats:
LOGICIEL ACQUIS
Traitement comptable des frais administratifs
04/02/2009 Dt 61280000 Achat de Software 50
Dt 41100000 TVA à récupérer 10,5
Ct 44000000 Fournisseur divers 60,5

Amortissement mensuel

En accord avec les règles d‟évaluation appliquées au sein du groupe SNCB, le logiciel acquis est amorti sur
une période de 5 ans.

Le montant d‟amortissement mensuel doit être comptabilisé comme suit:


Coût du logiciel acquis: € 4.500
Amortissement mensuel: € 75 (= € 4.500 / 60 mois)

La comptabilisation correspondante à la fin du mois de février 2009 est la suivante:


LOGICIEL ACQUIS
Amortissement mensuel
28/02/2009 Dt 63010000 Amortissements ordinaires des immobilisations 75
incorporelles - Dotations
Ct 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 75
actés

Dépenses ultérieures

En novembre 2011, la mise à jour du logiciel génère des dépenses complémentaires pour un montant de €
100. Cette mise à jour n‟ajoute aucune nouvelle fonctionnalité importante mais est, simplement, destinée à
maintenir le niveau des avantages économiques futurs attendus de l‟actif. Par conséquent, ces dépenses
doivent être comptabilisées au compte de résultats.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 57
08/07/2011 - BvV

Cette comptabilisation se déroule comme suit:


LOGICIEL ACQUIS
Dépenses ultérieures
22/11/2011 Dt 61280000 Achat de Software 100
Dt 41100000 TVA à récupérer 21
Ct 44000000 Fournisseurs divers 121

Réexamen de la durée d’utilité

Le 31 décembre 2012, la durée d‟utilité du logiciel est réexaminée. La durée d‟utilité initiale, qui avait été
déterminée à 5 ans, a été rallongée jusqu‟à décembre 2014 (au lieu de janvier 2014).

La valeur comptable de l‟actif incorporel au 31 décembre 2012 peut être calculée comme suit:

Coût: € 4.500
Amortissements cumulés: € 3.525 (= € 75 x 47)
Valeur comptable: € 975

De par l‟allongement de la durée d‟utilité du logiciel, la valeur comptable résiduelle de € 975 n‟est pas
amortie sur la durée d‟utilité résiduelle originale de 13 mois mais, bien sur, la durée d‟utilité résiduelle revue
de 24 mois.

Par conséquent, à partir de janvier 2013, la charge d‟amortissement mensuelle s‟élève à un montant de €
41, au lieu de € 75.

La charge d‟amortissement mensuelle revue peut être calculée comme suit:

Valeur comptable au 31 décembre 2012: € 975


Durée d‟utilité résiduelle revue: 24 mois
Charge d‟amortissement mensuelle revue: € 41
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 58
08/07/2011 - BvV

12 Logiciels générés en interne


Cet exemple illustre les aspects suivants:
 activation du logiciel généré en interne;
 coûts de formation;
 amortissements;
 dépenses ultérieures;
 ajustement des amortissements mensuel.

Données

En mai 2009, une société du groupe SNCB commence la phase de recherche relative à un logiciel généré
en interne. Durant cette phase, des dépenses sont, notamment, réalisées en vue de:
 l‟analyse des besoins des utilisateurs;
 l‟évaluation des besoins des utilisateurs;
 l‟acquisition de nouvelles connaissances relatives au projet (études de marché);
 la recherche d‟alternatives pour des processus;
 la sélection d‟un choix définitif parmi des alternatives possibles;
 la sélection d‟un consultant qui soutiendra le développement ou l‟installation.

La société du groupe SNCB encourt des dépenses pour un montant total de € 27.500 au cours de la phase
de recherche du projet. Ces dépenses doivent être comptabilisées au compte de résultats quand elles sont
encourues, puisque la société ne peut à ce moment-là pas démontrer qu‟il existe un actif incorporel qui
génèrera probablement des avantages économiques futurs.

Le blueprint commence en mars 2010. Durant cette phase, le plan détaillé, qui démontre comment le logiciel
répondra aux besoins des utilisateurs, est rendu disponible. Le blueprint est le point de démarcation entre la
phase de recherche et la phase de développement du projet. Les dépenses encourues à partir de mars
2010, durant la phase de développement du logiciel généré en interne, peuvent donc être activées comme
actif incorporel. Durant cette phase, les dépenses suivantes sont, notamment, encourues en vue de:
 l‟ébauche du projet (blueprints fonctionnel et technique);
 la programmation et la configuration du logiciel généré en interne;
 le développement d‟interfaces entre les systèmes;
 les tests.

Activation du logiciel généré en interne

Selon les critères de comptabilisation et les règles d‟évaluation applicables aux logiciels générés en interne,
il faut comptabiliser un montant total de € 175.000 dans le coût de l‟actif incorporel suite à la phase de
développement de l‟actif incorporel généré en interne.

Les coûts encourus liés à l‟actif incorporel généré en interne sont activés à partir de mars 2010 jusqu‟au
début du mois de mai 2011 inclus.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 59
08/07/2011 - BvV

Le total des coûts du personnel encourus par la société en mars 2010 s‟élève à un montant de € 68.555.
Ces coûts du personnel sont, initialement, comptabilisés comme suit dans le compte de résultats:
LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Activation du logiciel généré en interne - Comptabilisation des frais de personnel
31/03/2010 Dt 62020000 Rémunérations des employés 50.000
Dt 62100001 Cotisations patronales assurances sociales: 18.555
Exercice en cours
Ct 45300000 Précompte Professionnel SPF Finances 12.109
Ct 45400000 ONSS - Déclaration électronique (DMFA) 24.610
Ct 45530000 Rémunérations nettes à payer 31.836

Le total des coûts du personnel de € 68.555, encourus en mars 2010, comprennent un montant de € 2.500
qui peut être activé comme actif incorporel relatif au logiciel généré en interne par la société.

L‟activation des € 2.500 de coûts du personnel comme actifs incorporels s‟effectue comme suit:
LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Activation du logiciel généré en interne - Activation des frais de personnel
31/03/2010 Dt 21100100 Software en cours de développement - V.A. 2.500
Ct 72000000 Production immobilisée (immobilisations 2.500
incorporelles)

Au total, € 175.000 de coûts du personnel encourus durant la période comprise entre mars 2010 et début
mai 2011 peuvent être activés comme actifs incorporels relatifs au logiciel généré en interne.

Chaque fois qu‟une société du groupe SNCB encourt des coûts qui sont activés comme actifs incorporels,
l‟activation doit être comptabilisée comme suit:
LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Exemple de comptabilisation de l’activation d’un logiciel généré en interne
xx/xx/201x Dt 21100100 Software en cours de développement - V.A. (1)
Ct 72000000 Production immobilisée (immobilisations (1)
incorporelles)

Au début du mois de mai 2011, toutes les comptabilisations comprises entre mars 2010 et mai 2011 et liées
à l‟activation de l‟actif incorporel généré en interne, peuvent être présentées comme suit:
LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Présentation des comptabilisations cumulatives du logiciel généré en interne
xx/xx/201x Dt 21100100 Software en cours de développement - V.A. 175.000
Ct 72000000 Production immobilisée (immobilisations 175.000
incorporelles)

Au début du mois de mai 2011, la phase de test se termine et le logiciel généré en interne est prêt à l‟emploi,
selon la définition prévue par la direction.

Le transfert du logiciel généré en interne depuis le compte “en cours de développement” vers le compte
définitif, “logiciels mis en exploitation”, s‟effectue comme suit:
LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Transfert du logiciel en cours de développement vers logiciels mis en exploitation
02/05/2011 Dt 21100000 Software mis en exploitation - V.A. 175.000
Dt 41100000 TVA à récupérer 36.750
Ct 21100100 Software en cours de développement - V.A. 175.000
Ct 45100000 TVA à payer 36.750
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 60
08/07/2011 - BvV

Frais de formation

A partir de janvier 2011, et ce jusqu‟à juin 2011 inclus, une formation est prévue pour les utilisateurs du
logiciel généré en interne. Les coûts mensuels s‟élèvent à € 5.000. Ces coûts ne peuvent, cependant, pas
être activés comme actifs incorporels et doivent, par conséquent, être comptabilisés directement en compte
de résultats.

Amortissement mensuel

Au début du mois de mai 2011, le logiciel généré en interne est prêt à l‟emploi, comme prévu par la
direction. Par conséquent, ce logiciel doit être amorti à partir de mai 2011.

Aucun amortissement n‟a été comptabilisé pendant la phase de développement, de mars 2010 jusqu‟à début
mai 2011.

Après la fin de la phase de test, le logiciel généré en interne est implémenté au début du mois de mai 2011.
Le logiciel généré en interne est amorti sur une période de 5 ans.

Le montant amorti mensuellement doit être calculé comme suit:


Coût du logiciel généré en interne: € 175.000
Amortissement mensuel: € 2.917 (= € 175.000 / 60 mois)

La comptabilisation à la fin du mois de mai 2011 est la suivante:


LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Amortissement mensuel
31/05/2011 Dt 63010000 Amortissements ordinaires des immobilisations 2.917
incorporelles - Dotations
Ct 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 2.917
actés

Cette comptabilisation est réitérée pour les mois suivants. De cette manière, le coût du logiciel généré en
interne est comptabilisé dans le compte de résultats de la société du groupe SNCB sur une période de 5
ans.

Dépenses ultérieures

Au début du mois d‟octobre 2013, des dépenses ultérieures sont encourues pour un montant de € 15.000.
Cette mise à jour ajoute de nouvelles fonctionnalités et spécifications importantes au logiciel généré en
interne et peut, dès lors, être activée comme actif incorporel.

La comptabilisation correspondante est la suivante:


LOGICIEL GÉNÉRÉ EN INTERNE
Dépenses ultérieures
01/10/2013 Dt 21100000 Software mis en exploitation - V.A. 15.000
Dt 41100000 TVA à récupérer 3.150
Ct 44000000 Fournisseurs divers 18.150

Réexamen de l’amortissement mensuel

De par l‟activation de la mise à jour qui apporte de nouvelles fonctionnalités et spécifications importantes, la
charge d‟amortissement mensuelle du logiciel généré en interne change. La durée d‟utilité restante du
logiciel (actif principal) ne change pas lors de la mise à niveau selon les techniciens.

La durée d‟utilité restante du logiciel généré en interne s‟élève à 31 mois. La mise à jour de € 15.000 activée
au début du mois d‟octobre doit être amortie sur une période de 31 mois.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 61
08/07/2011 - BvV

Si, selon les techniciens, la durée d‟utilité du logiciel est prolongée lors de la mise à niveau, la totalité du
logiciel (actif principal + mise à niveau) doit être amortie sur la durée d‟utilité restante révisée.

Frais de formation

A la suite de la mise à jour, une formation pour les utilisateurs est prévue en octobre 2013. Les coûts de
formation ne peuvent pas être activés comme actifs incorporels et doivent, donc, être comptabilisés dans le
compte de résultats.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 62
08/07/2011 - BvV

13 Cession à perte d’un actif incorporel


Vente d‟une licence:

Coût: € 25.000
Amortissements cumulés: € 10.000
Valeur comptable: € 15.000
Prix de vente: € 12.500
Résultat: € 2.500 perte

La comptabilisation est la suivante:


CESSION D’UN ACTIF INCORPOREL
Perte lors de la cession d’un actif incorporel
01/10/2013 Dt 40010000 Clients Interco 15.125
Dt 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 10.000
actés
Dt 66300000 Moins-value sur cessions d'immobilisations 2.500
incorporelles
Ct 21100000 Software mis en exploitation - V.A. 25.000
Ct 45100000 TVA à payer 2.625
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 63
08/07/2011 - BvV

14 Cession d’un actif incorporel avec gain


Vente d‟une licence:

Coût: € 25.000
Amortissements cumulés: € 10.000
Valeur comptable: € 15.000
Prix de vente: € 17.500
Résultat: € 2.500 gain

La comptabilisation est la suivante:


VENTE D’UN ACTIF INCORPOREL
Gain lors de la réalisation d’un actif incorporel
01/10/2013 Dt 40010000 Clients Interco 21.175
Dt 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 10.000
actés
Ct 21100000 Software mis en exploitation - V.A. 25.000
Ct 45100000 TVA à payer 3.675
Ct 76300000 Plus-values sur cessions d'immobilisations 2.500
incorporelles
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 64
08/07/2011 - BvV

15 Transfert tardif de “en développement” vers le


compte définitif
Cet exemple représente les aspects suivants:
 transfert en retard de “Logiciel en cours de développement” vers “Logiciel mis en exploitation”;
 comptabilisation des amortissements en retard relatifs à l‟exercice précédent;
 amortissements de l‟exercice actuel.

Données

En 2010, un nouveau logiciel externe a été acquis par une des sociétés du groupe SNCB. Le logiciel acquis
satisfait à la définition et aux critères de reconnaissance des actifs incorporels et peut, dès lors, être activé.
Dans le reporting intermédiaire de mars 2011, le constat est fait que le transfert de “Logiciel en cours de
développement” vers “Logiciel mis en exploitation” n‟a pas été fait. Le transfert est exécuté à ce moment-là.

La valeur d‟acquisition du logiciel s‟élève à un montant de € 100.000 et la durée d‟utilité est de 5 ans. Par
conséquent, le coût total du logiciel acquis, qui doit être activé comme actif incorporel, s‟élève à un montant
de € 100.000.

Facture d’achat

Au début du mois de février 2010, une facture d‟achat pour un montant de € 100.000 est reçue à la livraison
du logiciel.

La comptabilisation est comme suit:


LOGICIEL ACQUIS
Facture d’achat
01/02/2010 Dt 21100100 Software en cours de développement - V.A. 100.000
Dt 41100000 TVA à récupérer TVA déductible 21.000
Ct 44000000 Fournisseur divers 121.000

Transfert tardif de “Logiciel en cours de développement” vers “Logiciel mis en exploitation”

Le transfert en retard de “Logiciel en cours de développement” vers “Logiciel mis en exploitation” pour un
coût total de € 100.000 est comptabilisé comme suit:
LOGICIEL ACQUIS
Transfert de “Logiciel en cours de développement” vers “Logiciel mis en exploitation”
31/03/2011 Dt 21100000 Software mis en exploitation - V.A. 100.000
Ct 21100100 Software en cours de développement - V.A. 100.000

Amortissements relatifs aux exercices antérieures

En accord avec les règles d‟évaluation qui ont été décidées dans le groupe SNCB, les logiciels acquis sont
amortis sur une période de 5 ans.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
ACTIFS INCORPORELS
Chapitre 9 Page 65
08/07/2011 - BvV

L‟amortissement mensuel est calculé comme suit:


Coût du logiciel acquis: € 100.000
Amortissement mensuel: € 1.667 (= € 100.000 / 60 mois)

Les amortissements sur le logiciel déjà prêt à utilisation depuis février 2010 et pas encore comptabilisés
dans l‟exercice précédent seront présentés, pour la période entre février 2010 et décembre 2010 (11 mois),
24
sur un compte séparé du compte de résultats (pour pouvoir satisfaire aux règles comptables belges).

La comptabilisation est comme suit:


LOGICIEL ACQUIS
Comptabilisation tardive des amortissements relatifs aux exercices précédents
25
31/03/2011 Dt 66011000 Amortissements exceptionnels des 18.337
immobilisations incorporelles (pertes / vols) -
Dotations
Ct 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 18.337
actés

Amortissements en retard relatifs à l’exercice actuel

Les amortissements en retard relatifs à l‟exercice actuel 2011 (janvier 2011 et février 2011) seront
comptabilisés dans le mois où l‟erreur a été constatée et, ceci, sur les mêmes comptes qui sont utilisés pour
la comptabilisation des amortissements mensuels qui sont imputés dans la bonne période.

La comptabilisation est comme suit:


LOGICIEL ACQUIS
Comptabilisation tardive des amortissements relatifs à l’exercice actuel
31/03/2011 Dt 63010000 Amortissements ordinaires des immobilisations 3.334
incorporelles - Dotations
Ct 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 3.334
actés

Amortissements mensuels

La comptabilisation des amortissements relatifs au mois de mars 2011 est comme suit:
LOGICIEL ACQUIS
Amortissement mensuel
31/03/2011 Dt 63010000 Amortissements ordinaires des immobilisations 1.667
incorporelles - Dotations
Ct 21190000 Software mis en exploitation - Amortissements 1.667
actés

24
Dans des cas extrêmement rares, un retraitement rétrospectif conformément à IAS 8 devra être effectué
selon les règles IFRS comme si une erreur d‟une période antérieure n‟était jamais survenue.
25
Ce compte est mappé avec les pertes de valeur selon le mapping actuel en IFRS, toutefois il devrait être
mappé avec les amortissements. Si des montants importants sont imputés sur ce compte, ils devraient être
reclassifiés de la rubrique “pertes de valeur” vers la rubrique “amortissements”.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Section A: Résumé des règles d‟évaluation et


synthèse didactique
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 1
15/02/2011 - PVS

Résumé des règles d’évaluation


Les immobilisations corporelles sont évaluées selon le modèle de coût, soit à leur coût initial, sous déduction
des amortissements cumulés et des pertes de valeur éventuelles cumulées. Le coût initial inclut:
 Les coûts directement attribuables à la transaction d‟achat après déduction des remises et rabais
commerciaux;
 Les coûts directement attribuables au transfert de l‟actif jusqu‟à son lieu d‟exploitation et à sa mise en
état pour permettre son exploitation prévue par le groupe SNCB;
 L‟estimation initiale des coûts relatifs au démantèlement et à l‟enlèvement de l‟immobilisation ou à la
remise en état du site sur lequel elle est située (obligation que le groupe SNCB encourt les coûts soit de
l‟acquisition, soit de la construction).

Le coût exclut donc les frais d‟étude et de faisabilité encourus dans le cadre de projets de construction
d‟immobilisations corporelles (gares, sites, etc.), les frais de direction et d‟administration générale ainsi que
les frais salariaux et autres frais de fonctionnement non imputables à une activité d‟investissement.

Le coût initial des immobilisations corporelles générées en interne est égal à la somme des dépenses
encourues à partir de la date à laquelle ces actifs ont satisfait pour la première fois aux critères de
reconnaissance prévus par IAS 16, à savoir s‟il est probable que les avantages économiques futurs associés
iront au groupe SNCB et que le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable. Ces dépenses incorporent
les coûts directs ainsi que les frais de fonctionnement des services opérationnels (hormis les
amortissements des actifs subsidiés). Dans le calcul des taux horaires, il est tenu compte de tous les coûts
des avantages à court terme, excepté les frais de formation et les dépenses en matière de sécurité ainsi que
de tous les coûts des autres avantages à long terme, postérieurs à l‟emploi et indemnités de fin de contrat
de travail (pour autant qu‟elles concernent du personnel encore partiellement en activité). Par ailleurs, les
dépenses ultérieures à la reconnaissance initiale sont actées en charges du résultat net, sauf s‟il est
démontré que de nouveaux avantages économiques importants en résultent.

Les dépenses de réparation et d‟entretien qui ne font que maintenir, et non augmenter, la valeur des
immobilisations corporelles, sont prises en charges en résultat net. Par contre, les dépenses de grosses
réparations et gros entretiens qui augmentent les avantages économiques futurs qui seront générés par
l‟immobilisation corporelle sont identifiées comme un élément séparé du coût d‟acquisition. Le coût
d‟acquisition des immobilisations corporelles est alors ventilé en composants majeurs. Ces composants
majeurs, qui sont remplacés à intervalles réguliers, et qui ont par conséquent une durée d‟utilité différente
des immobilisations corporelles dans laquelle ils sont inclus, sont amortis sur leur durée d‟utilité spécifique.
En cas de remplacement, l‟actif remplacé est extourné de l‟état de la situation financière et le nouvel actif est
amorti sur sa durée d‟utilité propre.

Par ailleurs, pour les immobilisations corporelles qui demandent une préparation supérieure à un an avant
de pouvoir être utilisées ou vendues, la valeur de l‟actif incorpore des coûts d‟emprunt. Le taux de
capitalisation est soit propre à un emprunt spécifique, soit égal à la moyenne pondérée des coûts d‟emprunt
applicables aux emprunts en cours du groupe SNCB, autres que les emprunts contractés spécifiquement.

Un contrat de location est classé en tant que contrat de location-financement lorsque le groupe SNCB a reçu
la quasi-totalité des risques et avantages inhérents à la propriété. Le groupe SNCB comptabilise les contrats
de location-financement à l‟actif et au passif pour des montants égaux à la juste valeur du bien loué ou, si
celle-ci est inférieure, à la valeur actuelle des paiements minimaux au titre de la location. Chaque paiement
au titre de la location est ventilé entre la charge financière et l‟amortissement de la dette. La charge
financière est répartie sur les différentes périodes couvertes par le contrat de location de manière à obtenir
un taux d‟intérêt périodique constant sur le solde restant dû au passif au titre de chaque période. Les
immobilisations corporelles faisant l‟objet d‟un contrat de location-financement sont amorties sur la période
la plus courte entre la durée du contrat et la durée d‟utilité.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 2
15/02/2011 - PVS

Un contrat de location est classé en tant que contrat de location simple s‟il ne transfère pas au preneur la
quasi-totalité des risques et des avantages inhérents à la propriété. Les paiements au titre de contrat de
location simple sont comptabilisés en charges en résultat net sur une base linéaire pendant toute la durée
du contrat de location.

Différentes structures de financement (transactions de sale-and-lease back, de sale-and-rent back, de lease-


and-lease back, de rent-and-rent back ou de concession-and-concession back) sont mises en place par le
groupe SNCB pour l‟acquisition essentiellement de matériel roulant. Ces opérations sont comptabilisées en
fonction de leur substance économique dans le respect des dispositions de l‟interprétation SIC 27. Les actifs
immobilisés restent comptabilisés dans les comptes consolidés du groupe SNCB. Les investissements
réalisés et les obligations de paiement vis-à-vis des prêteurs sont reconnus à l‟état de la situation financière
consolidée, à l‟exception des comptes d‟investissement contractés avec des contreparties étatiques (ou
garantis par des États). Les commissions obtenues dans le cadre de ces opérations sont, quant à elles,
étalées sur la durée de ces opérations.

Les immobilisations corporelles détenues en vue de la vente (décision officielle de vendre, recherche active
d‟un acheteur, vente hautement probable dans un délai d‟un an) sont reclassées en actifs non courants
détenus en vue de la vente, cessent d‟être amorties et sont valorisées à la valeur la plus faible entre leur
valeur comptable et leur juste valeur, diminuée des coûts de la vente.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 3
15/02/2011 - PVS

Durée d’utilité et pertes de valeur

Les immobilisations corporelles sont amorties complètement sur leur durée d‟utilité probable, en utilisant la
méthode linéaire. Le montant amortissable correspond généralement au coût d‟acquisition. Les durées
d‟utilité retenues sont les suivantes:

Immobilisations corporelles Durée d’utilité probable


Terrains Pas d‟application
Bâtiments administratifs 60 ans
Composants des bâtiments administratifs 10 à 30 ans
Bâtiments industriels 50 ans
Composants des bâtiments industriels 15 à 20 ans
Habitations 50 ans
Composants d‟habitations 15 à 20 ans
Gares 100 ans
Composants des gares 10 à 40 ans
Parkings 100 ans
Composants des parkings 10 à 20 ans
Voies et composants associés 25 à 100 ans
Ouvrages d‟art et composants associés 20 à 120 ans
Passages à niveaux et composants 10 à 25 ans
associés
Infrastructure ferroviaire de signalisation 7 à 35 ans
Infrastructure ferroviaire diverse 7 à 50 ans
Matériel roulant ferroviaire, hors wagons 20 à 60 ans
Composants “Mid-life” inclus dans le 15 à 30 ans
matériel roulant ferroviaire
Wagons 30 ans
Révision des wagons 9 ans
Installations et équipements divers 4 à 30 ans
Mobilier 10 ans
ICT 4 à 10 ans
Transport routier 2 à 15 ans
Bateaux 30 ans
Aménagement d‟immobilisations corporelles La plus courte des deux durées: durée du
louées contrat ou durée d‟utilité du composant

La durée d‟utilité et la méthode d‟amortissement des immobilisations corporelles sont revues à chaque date
de clôture annuelle. Les changements dans la durée d‟utilité estimée ou dans le plan attendu de
consommation des avantages économiques futurs générés par l‟actif sont pris en compte, en changeant la
durée ou la méthode d‟amortissement, selon le cas, et sont traités comme des changements d‟estimations
comptables.

Une perte de valeur sur immobilisations corporelles individuelles est comptabilisée lorsque la valeur
comptable d‟un actif dépasse sa valeur recouvrable, soit la valeur la plus élevée entre:
 La juste valeur moins les coûts de la vente (soit le montant que le groupe SNCB recevrait s‟il vendait
l‟actif); et
 La valeur d‟utilité (soit le montant que le groupe SNCB générerait s‟il continuait à utiliser l‟actif).

Les concessions dans les gares sont reprises dans les immobilisations corporelles.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 4
15/02/2011 - PVS

Synthèse didactique
A. Aperçu

Normes IFRS applicables

- IAS 16 Immobilisations corporelles


- IAS 23 Coûts d’emprunt

Définition et catégories d’immobilisations corporelles

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


- qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers;
- dont on s‟attend à ce qu‟ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Les catégories d‟immobilisations corporelles au sein du groupe SNCB sont les suivantes:

- Terrains;

- Bâtiments;

- Infrastructure ferroviaire;

- Matériel roulant ferroviaire;

- Installations et équipements divers;

- Immobilisations corporelles en cours (acomptes inclus).

Les immobilisations désaffectées ainsi que les immobilisations corporelles détenues par le locataire
dans le cadre d‟un contrat de location-financement, devront être comptabilisées dans des comptes
séparés.

Dans les comptes consolidés en IFRS, ces actifs sont toutefois comptabilisés dans les catégories
d’immobilisations corporelles présentées ci-dessus, en fonction de leur nature.

Investissement ou exploitation (Critères de reconnaissance: reconnaissance en tant


qu’immobilisation corporelle ou en tant que charge)

Lors de l’acquisition initiale:

Une dépense initiale sera comptabilisée en tant qu‟immobilisation corporelle (= investissement) si


toutes les conditions suivantes sont remplies:
La dépense ne concerne pas un stock; et
1
La dépense est supérieure au seuil d’activation de € 1.000 (sauf ordinateurs, ordinateurs
portables, écrans d‟ordinateurs et vélos); et
2
La dépense concerne un actif qui se trouve sur la liste des immobilisations corporelles du
groupe SNCB. Si la dépense n‟est pas explicitement prévue dans cette liste, la question quant
au traitement comptable doit être posée à la Cellule de décision Procédures et règles; et

1
Les pièces dont la valeur d‟acquisition individuelle est inférieure à € 1.000 doivent être activées si elles font
partie intégrante d‟une immobilisation corporelle (avec une valeur d‟acquisition supérieure à € 1.000), étant
donné qu‟il faut considérer l‟immobilisation corporelle dans son ensemble.
2
Voir annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 5
15/02/2011 - PVS

La dépense n‟est pas relative à des travaux d‟exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme des travaux d’exploitation
sont répertoriés dans une liste spécifique. Nous nous référons à la Section C Terrains, D
Bâtiments et E Infrastructure ferroviaire, titre 5.4 Liste des travaux d’investissement et des
travaux d’exploitation; et
La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance de l‟immobilisation
corporelle (contrôle sur l‟actif, avantages économiques futurs, capacité à mesurer le coût de
manière fiable).

Après l’acquisition initiale:

Les dépenses ultérieures (après l‟acquisition initiale) (Ex.: extensions ou ajouts, remplacements ou
rénovations) sont comptabilisées comme immobilisations corporelles:
 Si les conditions suivantes sont remplies:
Il s‟agit d‟un remplacement ou d‟une rénovation d‟une partie significative d‟un
3
(sous-)composant ; et
La dépense n‟est pas relative à des travaux d‟exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme des travaux d’exploitation
sont répertoriés dans une liste spécifique. Nous nous référons à la Section C Terrains, D
Bâtiments, E Infrastructure ferroviaire, F Matériel roulant ferroviaire et G Installations et
équipements divers, titre 5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation; et
La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance de l‟immobilisation
corporelle;
 Ou si la dépense est imposée par certaines contraintes réglementaires.

Évaluation des investissements – reconnaissance initiale

Une immobilisation corporelle est, lors de la reconnaissance initiale, évaluée à son coût.

(*) La valeur actuelle des coûts estimés relatifs au démantèlement et à l‟enlèvement de l‟immobilisation
corporelle ou à la remise en état / l‟assainissement du site sur lequel elle est située doit être incorporée dans
le coût de l‟actif s‟il existe une obligation de les encourir et si ces coûts sont liés à l‟acquisition ou à la
construction de l‟immobilisation corporelle et non à son exploitation.

3
Une immobilisation corporelle incluant des (sous)-composants majeurs ayant une durée d‟utilité différente
de celle de l‟Actif principal doit être ventilée comptablement en ses différents (sous-)composants, afin de
pouvoir les amortir sur leur durée de vie spécifique (= approche par composants).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 6
15/02/2011 - PVS

Évaluation des investissements – après la reconnaissance initiale

Ultérieurement, une immobilisation corporelle est évaluée à son coût d‟acquisition, diminué des
amortissements cumulés et des pertes de valeur cumulées éventuelles.

(*) Un test de perte de valeur de l‟immobilisation corporelle n‟est effectué que s‟il existe une indication de
perte de valeur (voir chapitre 13 Pertes de valeur).

Décomptabilisation

La valeur comptable est extournée du bilan dans les cas suivants:


- Cession (Ex.: vente);
- Substitution (d‟un composant);
- Transfert vers les immeubles de placement;
- Transfert vers les actifs non courants détenus en vue de la vente.

Le gain ou la perte résultant de la cession (= Produit net résultant de la cession – valeur comptable) est
comptabilisé dans le compte de résultats.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 7
15/02/2011 - PVS

B. Synthèse didactique

B.1. Définitions des catégories d’immobilisations corporelles

Terrains Chaque surface, bâtie ou non, d‟une forme et dimension


spécifiques.
Ne font pas partie des terrains:
- Passages;
- Droits sous terre;
- Installations et équipements du terrain.

Bâtiments Chaque construction, dans laquelle des personnes, des matières,


des installations, des outils, les aménagements du groupe SNCB,
des marchandises sont hébergés, ou pour laquelle une
concession peut être conclue ou qui peut être louée par une tierce
personne.
4
La catégorie bâtiments consiste en :
- Gares;
- Bâtiments administratifs;
- Bâtiments industriels;
- Habitations;
- Parkings souterrains;
- Immeubles de parking;
- Aménagement des bâtiments loués.

Infrastructure ferroviaire L‟infrastructure ferroviaire comprend tous les éléments


nécessaires au réseau ferroviaire.
5
La catégorie infrastructure ferroviaire consiste en :
 Voies
La voie est l‟ensemble des éléments qui forment un
chemin de fer. La voie est subdivisée en une plate-forme
et une superstructure;

 Ouvrages d‟art
Chaque construction qui est nécessaire pour le
franchissement d‟obstacles lors de la pose de voies ou qui
résulte de la présence de voies et chaque construction qui
rend possible la fondation ou l‟exploitation de bâtiments
ou d‟installations;
 Passages à niveau;
 Signalisation;
 Installations d‟éclairage, de chauffage et de forces
motrices;
 Installations fixes de traction électrique.

4
Pour une liste complète des (sous-)composants, nous nous référons à la Section D: Bâtiments, titre 8.3.1
Durée d’amortissement et approche par composants des bâtiments.
5
Pour une description détaillée de ces actifs, nous nous référons à la Section E: Infrastructure ferroviaire,
titre 8.3.1 Durée d’amortissement et approche par composants des infrastructures ferroviaires.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 8
15/02/2011 - PVS

Matériel roulant La catégorie matériel roulant ferroviaire comprend:


ferroviaire
- Les véhicules qui roulent sur la voie ferroviaire ou les
véhicules utilisables sur une combinaison de voie et
chaussée routière;
- Certaines pièces détachées de réserve (pièces de
réserve) pour le matériel roulant ferroviaire.

Le matériel roulant ferroviaire est divisé en :


- Matériel roulant ferroviaire de transport = tout le matériel
roulant ferroviaire utilisé à des fins commerciales afin de
garantir le transport des personnes et des marchandises
(tous les types et séries de locomotives, de voitures,
d‟automotrices, d‟autorails, de wagons et de trains à
grande vitesse).
- Matériel de transport de service = le matériel roulant qui
est exclusivement utilisé pour le transport à des fins
autres que commerciales.
Ex.: wagons utilisés dans un atelier pour effectuer des
travaux.
- Véhicules spéciaux = véhicules ferroviaires, destinés à
l‟exécution des travaux d‟entretien et/ou de rénovation de
l‟infrastructure ferroviaire.

Installations et La catégorie installations et équipements divers comprend:


équipements divers
- Équipements de transport routier;
- Bateaux;
- Équipements de télécommunication;
- Installations d‟ateliers;
- Installations de terminaux;
- Matériel;
- ICT;
- Équipements de terrain;
- Équipements de gare;
- Œuvres d'art et collections de musée.

Immobilisations Cette catégorie reprend tous les types d’immobilisations


corporelles en cours de corporelles qui sont en cours de construction.
construction
Elle comprend également les acomptes versés sur
immobilisations corporelles.

Transfert de l’immobilisation corporelle en cours de


construction vers la catégorie d’immobilisations corporelles
correspondant à la nature de l’actif:

- Si elles sont prêtes à être mises en service.


- Prêt à être mis en service:
- Quand l‟actif est transféré vers son lieu
d‟exploitation et mis en état pour permettre son
exploitation de la manière prévue par la direction.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 9
15/02/2011 - PVS

- Pour les voies et la signalisation, les composants


des immobilisations corporelles en cours de
construction sont transférés vers la catégorie
définitive d‟immobilisations corporelles quand les
composants sont techniquement terminés, mais
pas encore prêts à l'emploi parce que les autres
composants de ces immobilisations corporelles ne
sont pas encore terminés.

B.2. Critères de reconnaissance

B.2.1. Critères de reconnaissance généraux

Le coût d‟une immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu‟immobilisation corporelle (=
investissement) si toutes les conditions suivantes sont respectées:

Le groupe SNCB a le contrôle de l‟immobilisation corporelle; et


Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au groupe
SNCB; et
Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

B.2.2. Lors de l’acquisition initiale

Une dépense initiale sera comptabilisée en tant qu‟immobilisation corporelle (= investissement) si toutes les
conditions suivantes sont remplies:
1) La dépense ne concerne pas un stock; et
6
2) La dépense est supérieure au seuil d’activation de € 1.000 (sauf ordinateurs, ordinateurs
portables, écrans d‟ordinateurs et vélos); et
7
3) La dépense concerne un actif qui se trouve sur la liste des immobilisations corporelles du
groupe SNCB. Si la dépense n‟est pas explicitement prévue dans cette liste, la question quant au
traitement comptable doit être posée à la Cellule de décision Procédures et règles; et
4) La dépense n‟est pas relative à des travaux d‟exploitation. Les travaux qui sont considérés comme
des travaux d’investissement et ceux considérés comme des travaux d’exploitation sont
répertoriés sur une liste spécifique. Nous nous référons à la Section C: Terrains, D: Bâtiments et E:
Infrastructure ferroviaire, titre 5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation;
5) La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance de l‟immobilisation
corporelle (contrôle sur l‟actif, avantages économiques futurs, capacité à mesurer le coût de manière
fiable).

Une dépense qui ne satisfait pas à l’ensemble des critères ci-dessus doit être comptabilisée en charge (=
exploitation) ou en tant que stock, le cas échéant, au moment où celle-ci est effectuée.

6
Les pièces dont la valeur d‟acquisition individuelle est inférieure à € 1.000 doivent être activées si elles font
partie intégrante d‟une immobilisation corporelle (avec une valeur d‟acquisition supérieure à € 1.000), étant
donné qu‟il faut considérer l‟immobilisation corporelle dans son ensemble.
7
Voir annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 10
15/02/2011 - PVS

Dépense

2) La dépense dépasse-t-elle
1) La dépense concerne-t-elle les
Non le seuil d’activation
stocks?
(sauf la liste d’exceptions)?

Oui

Au
niveau de la
Cellule de décision
3) La dépense concerne-t-elle un actif dans Procédures et règles: La dépense
la liste des immobilisations corporelles?
Non remplit-elle la définition
et les critères de
reconnaissance
des IC?
Non
Oui

Oui

Oui

4) La dépense n’est pas relative à des


travaux d’exploitation?
Non

Oui

5) La dépense, lors du stade


Initial, remplit-elle les critères de Non
reconnaissance?

Oui

Stocks Immobilisations corporelles Charge


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 11
15/02/2011 - PVS

Applications spécifiques
Distinction entre stocks et immobilisations corporelles
Infrastructure ferroviaire: - Ateliers de Schaerbeek (ancien Etterbeek), Roulers et Wondelgem:
Pièces détachées de fabriquent principalement des pièces détachées dans des processus
réserve de „batch‟ pour lesquelles la destination n‟est pas connue au
commencement du processus de fabrication.
Ces pièces détachées de réserve sont comptabilisées comme des
stocks.
Une fois la destination du projet d‟investissement connue, elles sont
transférées vers les immobilisations corporelles en construction.
- Ateliers de Bascoup et Schaerbeek: fabriquent principalement des
pièces détachées individuelles d‟immobilisations corporelles pour un
projet spécifique.
Ces pièces détachées de réserve sont comptabilisées comme des
immobilisations corporelles.

Matériel roulant ferroviaire: Les pièces détachées de réserve et pièces détachées de remplacement
Pièces détachées de du matériel roulant ferroviaire de transport importantes sont
réserve comptabilisées comme immobilisations corporelles.

Toutes les autres pièces détachées de réserve et pièces détachées de


remplacement du matériel roulant ferroviaire de transport sont
8
comptabilisées comme stocks .

Les pièces détachées de réserve et pièces détachées de


remplacement importantes sont définies comme pièces de rechange qui
sont directement attribuables au matériel roulant ferroviaire de transport,
dont la durée de vie est égale à la durée de vie restante de l‟Actif principal
et ayant une valeur d‟acquisition indicative de 10.000 € au moins.

Les pièces qui ne satisfont pas à cette définition sont reprises en stocks.

Installations et Les moules et autres matériaux similaires:


équipements divers Le type des moules et autres matériaux similaires a une influence sur le
traitement comptable:
 Ils sont comptabilisés comme stocks s‟ils sont à usage
unique ;
 Ils sont comptabilisés sous les immobilisations corporelles
s‟ils sont utilisables plusieurs fois.

La dépense réalisée lors du stade initial de l’achat remplit les critères de reconnaissance d’une
immobilisation corporelle
Projets de construction Les critères de reconnaissance sont remplis à partir de la date
d‟approbation des plans généraux par l‟organe interne compétent.

Pour les projets de construction pour lesquels il est fait appel à un ou


plusieurs bureaux d’étude du groupe SNCB, ceux-ci doivent indiquer sur
la facture le point de cut-off ainsi que les coûts encourus avant ce cut-off.

La comptabilisation des coûts en investissements se termine lorsque


toutes les activités, qui sont nécessaires à la préparation de l‟actif pour
son utilisation prévue ou en vue de la vente, sont achevées (ou quasi
achevées).

8
Voir annexe 10.2 Liste d’exemples de pièces de réserve et de remplacement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 12
15/02/2011 - PVS

Les projets d‟achat ou les Les immobilisations corporelles sont reconnues après le transfert des
achats risques principaux et des avantages économiques liés à cet actif (= dans
la plupart des cas, cela a lieu lors du transfert de la propriété légale de
l‟actif).

Pour les terrains et les bâtiments, une analyse doit être faite au cas par
cas lors de la signature du compromis de vente pour vérifier si les risques
principaux et les avantages économiques liés aux terrains/bâtiments
achetés sont transférés à l‟acheteur ou non. Les risques principaux et les
avantages économiques doivent être transférés au plus tard à l‟acheteur
lors de la signature de l‟acte notarial.

Les critères de reconnaissance sont remplis:

– Pour les projets d‟achat ou les achats pour lesquels l‟approbation du


Comité de Direction est requise: à partir du moment de l‟approbation
du “cahier spécial des charges“ par l‟organe interne compétent;
– Pour tous les autres projets d‟achat ou achats: seuls les montants
facturés par les tiers (en dehors de l‟entité légale) font partie du coût
d‟acquisition des immobilisations corporelles.

La comptabilisation des coûts en investissements se termine lorsque


toutes les activités d‟investissement, qui sont nécessaires à la préparation
de l‟actif pour son utilisation prévue, sont achevées (ou quasi achevées).

Matériel roulant ferroviaire En ce qui concerne les achats de matériel roulant ferroviaire de
transport et des pièces détachées correspondantes qui sont
comptabilisées comme des immobilisations corporelles, les critères de
reconnaissance sont remplis à partir:
 Du moment de l‟approbation du “Mode de passation” par l‟organe
interne compétent pour ce qui concerne le matériel roulant
ferroviaire qui appartient à un certain type de matériel roulant
ferroviaire similaire déjà existant;
 Du moment de l‟approbation du “cahier des charges spécial” par
l‟organe interne compétent, pour ce qui concerne le matériel
roulant ferroviaire autre.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 13
15/02/2011 - PVS

B.2.3. Après l’acquisition initiale

Les dépenses ultérieures (après l‟acquisition initiale) (Ex.: extensions ou ajouts, remplacements ou
rénovations) sont comptabilisées comme immobilisations corporelles:
 Si les conditions suivantes sont remplies:
9
Il s‟agit d‟un remplacement ou d‟une rénovation d‟une partie significative d‟un
(sous-)composant, ou d‟un ajout ou d‟une extension; et
La dépense n‟est pas relative à des travaux d‟exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme des travaux d’exploitation
sont répertoriés dans une liste spécifique. Nous nous référons à la Section C: Terrains, D:
Bâtiments, E: Infrastructure ferroviaire, F: Matériel roulant ferroviaire et G: Installations et
équipements divers, titre 5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation; et
La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance de l‟immobilisation
corporelle;

 Ou si la dépense est imposée par certaines contraintes réglementaires.

9
Une partie significative peut être par exemple le remplacement de toutes les fenêtres sur une façade d‟un
bâtiment ou le remplacement d‟un des trois toits d‟un bâtiment.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 14
15/02/2011 - PVS
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 15
15/02/2011 - PVS

Application spécifique
Matériel roulant Remplacement, entretien et révision:
ferroviaire:
automotrices, Une immobilisation corporelle incluant des composants majeurs ayant une
voitures, autorails, durée d‟utilité différente de celle de l‟Actif principal doit être ventilée
trains à grande comptablement en ses différents composants, afin de pouvoir les amortir sur
vitesse, locomotives/ leur durée de vie spécifique (= approche par composants).
wagons
Le groupe SNCB applique l‟approche par composants pour le traitement
comptable des automotrices, voitures, locomotives, autorails et trains à
grande vitesse, lesquels sont divisés en:

- un composant Révision “Mid-life“; et


- un composant Actif principal.

La Révision “Mid-life” = une révision générale qui est effectuée à la moitié de


la durée d‟utilité estimée du matériel roulant ferroviaire de transport.

Tous les coûts de révision et d‟entretien qui ne sont pas compris dans la
Révision "Mid-life" et qui ne sont pas liés à une extension ou un ajout doivent
être directement pris en charges par le compte de résultats.

L‟approche par composants est aussi applicable aux wagons du matériel


roulant ferroviaire de transport avec pour composants:
- un Actif principal;
- une Révision.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 16
15/02/2011 - PVS

B.3. Évaluation

B.3.1. Évaluation lors de la reconnaissance initiale

Une immobilisation corporelle est, lors de la reconnaissance initiale, évaluée à son coût.

Coût

Prix d‟achat: y compris les droits d‟importation et les taxes non-récupérables, après
déduction des réductions commerciales et autres.

Coûts directement attribuables: coût directement attribuable au transfert de l‟actif jusqu‟à


son lieu d‟exploitation et à sa mise en état pour permettre son exploitation selon la manière
prévue par la direction.

Coûts de démantèlement et de remise en état: la valeur actuelle des coûts estimés relatifs
au démantèlement et à l‟enlèvement de l‟immobilisation ou à la remise en
état/l‟assainissement du site sur lequel elle est située doit être incorporée dans le coût de
l‟actif s‟il existe une obligation de les encourir et si ces coûts sont liés à l‟acquisition ou à la
construction de l‟actif et non à son exploitation.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 17
15/02/2011 - PVS

Le tableau ci-dessous synthétise les principales considérations pratiques relatives à la composition du coût
d‟une immobilisation corporelle:

En pratique Les coûts sont repris dans le coût d‟une immobilisation corporelle s‟ils remplissent les
deux critères suivants:
10
 Les coûts sont relatifs à des activités non exclues ; et
11
 Les coûts correspondent à certains types de coûts bien définis .

Coûts d‟emprunt Les coûts d‟emprunt, qui sont directement attribuables à l‟acquisition, la construction
ou la production d‟un actif qui exige plus d‟un an de préparation avant de pouvoir être
utilisé, doivent être inclus dans le coût de cet actif.
Exception: Les coûts d‟emprunt ne peuvent pas être activés dans le cas où des
subsides en capital sont perçus.

Coûts du personnel Le taux horaire du personnel dont le coût est incorporé dans le coût de
l‟immobilisation corporelle est calculé comme suit:
12
"Coûts du personnel"/ "Nombre d‟heures prestées"

Utilisation Les charges d‟amortissement des immobilisations corporelles subsidiées qui sont
d‟immobilisations utilisées pour l‟achat ou la construction des matériaux ne peuvent pas être intégrées
corporelles au coût de ces immobilisations corporelles. Ces amortissements doivent être
subsidiées comptabilisés dans le compte de résultats.

Sous-utilisation de En cas de sous-utilisation temporaire ou structurelle du personnel et de l’appareil


la capacité de de production, le coût de cette sous-utilisation doit être comptabilisé dans le compte
production de résultats, et non dans le coût de l‟immobilisation corporelle.

Coûts réels / coûts Les éléments du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base
standards des coûts réels, ou sur la base des coûts standards, selon la nature des éléments
13
de ce coût

Immobilisation Le preneur (locataire) doit comptabiliser une immobilisation corporelle détenue


corporelle détenue dans le cadre d‟un contrat de location-financement pour un montant = la juste
dans le cadre d‟un valeur de l‟immobilisation corporelle ou, si celle-ci est inférieure, à la valeur actuelle
contrat de des loyers minimaux fixés dans le contrat (déterminée au commencement du contrat
location- de location-financement).
financement
Les coûts directs initiaux encourus par le preneur sont aussi ajoutés au montant
comptabilisé en tant qu‟immobilisation corporelle.

Paiement différé Un paiement est considéré comme un paiement différé quand:


- Le groupe SNCB paie un fournisseur en dehors de la période de paiement
normal du fournisseur; ou
- Lorsqu‟un délai de paiement génère un intérêt qui est inférieur au taux du
marché.
Les immobilisations corporelles dont le paiement est différé sont évaluées à la valeur
actuelle du paiement.

10
Voir section B: Règles comptables: principes généraux, titre 6.2 Types d‟activités.
11
Voir section B: Règles comptables: principes généraux, titre 6.3 Types de coûts.
12
Voir chapitre 23 Avantages accordés au personnel pour plus de détails concernant le calcul.
13
Voir section B: Règles comptables: principes généraux, titre 6.5 Coûts réels et coûts standard pour une
vue d‟ensemble des éléments du coût des IC qui sont comptabilisées soit sur la base des coûts réels, soit
sur la base des coûts standard, et comment on doit appliquer la méthode des coûts standards.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 18
15/02/2011 - PVS

Lors d‟un règlement différé, la différence entre le prix comptant équivalent au


moment de la reconnaissance et le total des paiements effectués est comptabilisée
en charges financières sauf s‟ils sont activés (voir coûts d’emprunt).

L‟évaluation de l‟immobilisation corporelle à la valeur actuelle du paiement et la


comptabilisation d‟une charge financière pour la différence entre le prix comptant
équivalent au moment de la reconnaissance et le paiement effectué sont seulement
appliquées pour des paiements à partir de € 100.000 et pour lesquels le délai de
paiement est de plus d’un an.

Immobilisation L'acquisition d‟immobilisations corporelles par voie d'échange est rare au sein du
corporelle acquise 14
groupe SNCB .
par voie d‟échange
Immobilisation Lorsque le groupe SNCB acquiert une immobilisation corporelle par apport en
corporelle acquise nature (par échange d‟actions en capital), celle-ci est comptabilisée à sa valeur
par apport en d‟apport.
nature
Valeur d‟apport = la valeur convenue entre les parties (excluant les coûts liés à
l‟apport).
Acquisition Les immobilisations corporelles acquises dans le cadre d'un regroupement
d‟immobilisations 15
d'entreprises (Ex.: une acquisition de sociétés) sont évaluées à leur juste valeur .
corporelles dans le
cadre d‟une
opération de
regroupement
d'entreprises
Immobilisations Les subsides en capital reçus de l‟État, doivent être classés parmi les dettes (en
corporelles pour produits à reporter) au passif du bilan.
lesquelles un
subside en capital Les subsides en capital doivent être comptabilisés dans le compte de résultats (en
a été reçu produits d‟exploitation) au même rythme que les amortissements relatifs aux
16
immobilisations corporelles auxquelles ces subsides se rapportent .

Interventions Les interventions reçues de tiers autres que les pouvoirs publics doivent être
comptabilisées en tant que passif au bilan (produit à reporter) et dans le compte de
résultats (en produit d‟exploitation) au même rythme que les amortissements
d‟immobilisations corporelles auxquelles ils se rapportent.

Immobilisation Si un terrain est obtenu gratuitement d‟un tiers (Ex.: commune, province, région ou
corporelle reçue à l‟État), les frais inhérents à la donation doivent être comptabilisés dans le coût
titre gratuit d‟immobilisations corporelles.

14
Pour plus de détails, voir section B: Règles comptables: principes généraux, titre 6.8 IC acquises par voie
d’échange.
15
Le traitement comptable d‟une opération de regroupement d'entreprises est expliqué plus en détail au
chapitre 41 Regroupement d'entreprises.
16
Les subsides en capital ainsi que les subsides d‟exploitation sont détaillés dans le chapitre 22 Subsides
publics.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 19
15/02/2011 - PVS

B.3.2. Évaluation après la reconnaissance initiale

Modèle de Ultérieurement, une immobilisation corporelle est évaluée à son coût d‟acquisition,
coûts diminué des amortissements cumulés et des pertes de valeur cumulées éventuelles.

(*) Un test de perte de valeur n‟est effectué que s‟il existe une indication de perte de
valeur (voir chapitre 13 Pertes de valeur).

Réévaluation La réévaluation n’est pas autorisée selon les règles d'évaluation en vigueur au sein du
groupe SNCB.

B.4. Amortissements et approche par composants

Méthode Toutes les immobilisations corporelles du groupe SNCB sont amorties selon la
d‟amortissement méthode linéaire.

Montant amortissable Le montant amortissable = le coût de l‟immobilisation corporelle – sa valeur


résiduelle.

Au sein du groupe SNCB, il est considéré que la valeur résiduelle des


immobilisations corporelles est nulle, excepté pour les wagons du matériel
roulant ferroviaire de transport. La valeur résiduelle de ces wagons doit être
calculée sur une période plus longue pour éviter des fluctuations significatives
dans les amortissements.

Durée d‟utilité et Durée d’utilité = la période durant laquelle il est prévu qu‟un actif soit disponible
approche par à l‟utilisation telle que prévue par la direction.
composants
Approche par composants: chaque partie d‟une immobilisation corporelle
ayant un coût significatif par rapport au coût total de l‟immobilisation doit être
identifiée comme un actif séparé (= composant) et amortie sur sa durée de vie
spécifique.

Lors du remplacement d‟un (sous-)composant d‟une immobilisation corporelle:


- Les coûts de remplacement sont activés comme immobilisations
corporelles et amortis sur leur durée d‟utilité normale, avec pour limite la
durée résiduelle de l‟Actif principal;
- Le coût d‟acquisition, les amortissements cumulés et les pertes de
valeur cumulées éventuelles des (sous-)composants remplacés sont
extournés.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 20
15/02/2011 - PVS

La ventilation en composants doit se faire sur la base d‟un état établi par les
techniciens.

Pour les différents composants et leur durée d’utilité, nous nous référons à la
section D: Bâtiments, E: Infrastructure ferroviaire et G: Installations et
équipements divers, titre 8.3.1 Durée d’amortissement et approche par
composants.

Durée d‟amortissement Les immobilisations corporelles détenues dans le cadre d‟un contrat de
des location-financement sont amorties suivant les mêmes règles que celles
immobilisations applicables aux immobilisations corporelles de même nature dont le groupe
corporelles détenues SNCB est propriétaire.
dans le cadre d‟un
contrat de location- S‟il n‟est pas encore raisonnablement certain que le preneur deviendra le
financement propriétaire de cette immobilisation corporelle à la fin du contrat, la durée
d‟amortissement est limitée à la durée du contrat.

Début de L‟amortissement d‟une immobilisation corporelle commence dès qu‟elle est


l‟amortissement prête à être mise en service, c‟est-à-dire dès qu‟elle se trouve à l‟endroit et
dans l‟état nécessaires pour pouvoir l‟exploiter de la manière prévue par la
direction.

En pratique, le début des amortissements correspond:


 Pour les projets de construction: à la date de réception provisoire du
dernier marché significatif du projet. Exception: nouvelles gares:
l‟amortissement ne commence pas avant l‟homologation des lignes
chemins de fer.
 Pour l‟achat de bâtiments administratifs et industriels: à la "réception des
clés" (prévue dans l‟acte) des travaux.
 Pour les lignes de chemins de fer: à la date d‟homologation des chemins
de fer (sauf si ces lignes de chemins de fer ne sont pas encore prêtes à
être exploitées de la manière prévue par la direction).
Si l„homologation n‟est pas requise: à partir de la possibilité de vendre
les sillons.

Dans certains cas, il se justifie d‟appliquer les règles ci-dessus à certaines


parties du projet (à appliquer au cas par cas).

Fin de l‟amortissement Les amortissements cessent uniquement lorsqu‟il n‟y a plus d‟actif.

Les amortissements ne cessent pas lorsque les actifs sont désaffectés.


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 21
15/02/2011 - PVS

Révision de la durée À la fin de chaque exercice comptable, ou plus souvent si cela se justifie, il faut
d‟utilité se poser la question de savoir si la durée d‟utilité des immobilisations corporelles
doit être revue, au regard de l‟évolution des circonstances techniques ou
économiques.

La révision de la durée d‟utilité d‟une immobilisation corporelle se fait de manière


prospective. La valeur comptable existante est amortie sur la durée d‟utilité
restante à partir du moment de la révision de la durée d‟utilité.

Exemples de révision de la durée d‟utilité:

Exemple “Réduction de la durée d’utilité”:


Le groupe SNCB a acheté un actif au 1/01/2020
pour € 100.000 avec une durée d‟utilité estimée de 10
ans et une valeur résiduelle nulle. Le montant de
l‟amortissement annuel s‟élève à € 10.000.

Au 1/1/2024, alors que la valeur nette comptable


s‟élève à un montant de € 60.000, l‟estimation de la
durée d‟utilité est revue à 4 ans à partir de 1/1/2024. La
durée d‟utilité restante estimée s‟élève maintenant à 8
ans, à la place des 10 ans.
Le groupe SNCB doit adapter le montant
d‟amortissement annuel afin d‟amortir la valeur
comptable (€ 60.000) sur les 4 années restantes. Par
conséquent, le groupe SNCB doit comptabiliser pour les
4 années suivantes un amortissement annuel de €
15.000.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 22
15/02/2011 - PVS

Exemple “Extension de la durée d’utilité”:

Le groupe SNCB a acheté un actif au 1/1/2030 pour


€ 200.000. La durée d‟utilité estimée à ce moment
est de 10 ans et la valeur résiduelle nulle. Le
montant de l‟amortissement annuel s‟élève à €
20.000.
Au 1/1/2034, alors que la valeur nette comptable
s‟élève à un montant de 120.000 €, l‟estimation de
la durée d‟utilité est revue à 11 ans à compter du
1/1/2034. La durée d‟utilisation totale est donc de 15
ans, à la place des 10 ans prévus initialement.
Le groupe SNCB doit adapter le montant
d‟amortissement annuel afin d‟amortir la valeur
comptable (€ 120.000) sur les 11 années restantes.
Par conséquent, le groupe SNCB doit comptabiliser
pour les 11 années suivantes un amortissement
annuel de € 10.909.

B.5. Pertes de valeur

Une perte de valeur doit être comptabilisée si la valeur comptable de l‟immobilisation corporelle est
supérieure à sa valeur recouvrable.
Après la comptabilisation d‟une perte de valeur, la charge d‟amortissement est adaptée afin d„étaler
de manière systématique la valeur comptable révisée sur la période d‟utilité restante.
Si la perte de valeur n‟est plus nécessaire, celle-ci doit être reprise dans le compte de résultats,
avec pour limite supérieure le montant de la valeur brute, moins les amortissements cumulés
"normaux".
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section A Page 23
15/02/2011 - PVS

B.6. Décomptabilisation

Une immobilisation corporelle est extournée du bilan dans les cas suivants:

 Cession (vente, donation, échange contre une autre immobilisation corporelle, apport en
nature, etc.);
 Remplacement par un autre composant (ou une partie de composant);
 Transfert vers les immeubles de placement;
17
 Transfert vers les actifs détenus en vue de la vente .

Traitement comptable des immobilisations corporelles qui ne sont pas reprises dans le
bilan comme immobilisations corporelles:

 Le coût, les amortissements cumulés correspondants et les pertes de valeur cumulées


éventuelles sont extournés;
 Le gain ou la perte résultant de la cession (= la différence entre le produit net de la
cession, le cas échéant, et la valeur comptable de l‟actif) doit être comptabilisé dans le
compte de résultats;
 Si le groupe SNCB comptabilise dans la valeur comptable d‟une immobilisation corporelle
le coût de remplacement d‟un(e) (partie de) composant de celle-ci, elle extourne la valeur
comptable du (de la partie de) composant remplacé(e). S‟il n‟est pratiquement pas
possible pour le groupe SNCB de déterminer la valeur comptable du (de la partie de)
composant remplacé(e), elle peut utiliser le coût de remplacement comme indication de
ce qu‟était le coût du (de la partie de) composant remplacé(e) au moment de son
acquisition.

Immobilisations corporelles désaffectées

Les immobilisations corporelles qui ne sont plus utilisées dans l’exploitation doivent être transférées vers
les comptes "260xxxxx immobilisations corporelles désaffectées".

Ces immobilisations corporelles sont reprises dans les états financiers IFRS sous la catégorie correspondant
à la nature de l‟actif sous revue.

De plus, il faut analyser si une perte de valeur doit être enregistrée.

17
La valeur comptable d‟une immobilisation corporelle qui est recouvrée principalement par le biais d‟une
vente plutôt que par l‟utilisation continue de l‟actif doit être classée comme un actif non courant détenu en
vue de la vente.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Section B: Règles comptables: principes


généraux
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Table des matières

Section B: Règles comptables: principes généraux _____________________________________ 1


1 Normes IFRS applicables _____________________________________________________ 1
1.1 Références ____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 16 Immobilisations corporelles __________________ 1
1.2.1 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées __________________ 1
1.2.2 IAS 40 Immeubles de placement _______________________________________________________ 1
1.2.3 IAS 17 Contrats de location ___________________________________________________________ 2
1.3 Champ d’application de la norme IAS 23 Coûts d’emprunt ___________________________ 2
2 Vue d’ensemble _____________________________________________________________ 3
3 Définitions _________________________________________________________________ 5
4 Catégories __________________________________________________________________ 6
5 Critères de reconnaissance ____________________________________________________ 7
5.1 Règles IFRS générales __________________________________________________________ 7
5.2 Critères de reconnaissance lors de l’acquisition initiale _______________________________ 8
5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale _______________________________ 11
6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale _____________________________________ 14
6.1 Généralités ___________________________________________________________________ 14
6.2 Types d’activités ______________________________________________________________ 15
6.3 Types de coûts ________________________________________________________________ 16
6.3.1 Coûts directs ______________________________________________________________________ 16
6.3.2 Autres frais de fonctionnement ________________________________________________________ 17
6.3.3 Coûts d’emprunt ___________________________________________________________________ 18
6.3.3.1 Critères de reconnaissance _________________________________________________________ 18
6.3.3.2 Coûts d’emprunt à incorporer dans le coût d’une immobilisation corporelle ___________________ 18
6.3.3.3 Début de l’activation ______________________________________________________________ 19
6.3.3.4 Suspension de l’activation _________________________________________________________ 19
6.3.3.5 Fin de l’activation ________________________________________________________________ 19
6.3.3.6 Exemple – emprunts spécifiques _____________________________________________________ 20
6.3.3.7 Exemple – emprunts généraux ______________________________________________________ 22
6.3.4 Coûts du personnel: taux horaire ______________________________________________________ 22
6.3.4.1 Généralités _____________________________________________________________________ 22
6.3.5 Utilisation d’immobilisations corporelles subsidiées _______________________________________ 22
6.3.6 Coûts d’assainissement ou de démantèlement ____________________________________________ 22
6.4 Sous-utilisation de la capacité de production _______________________________________ 23
6.5 Coûts réels et coûts standard ____________________________________________________ 23
6.5.1 Coûts réels _______________________________________________________________________ 23
6.5.2 Coûts standard_____________________________________________________________________ 23
6.6 Immobilisations corporelles détenues dans le cadre d’un contrat de location-financement _ 24
6.7 Paiement différé ______________________________________________________________ 24
6.8 Immobilisations corporelles acquises par voie d’échange _____________________________ 25
6.9 Immobilisations corporelles obtenues par un apport en nature ________________________ 25
6.10 Acquisition dans le cadre d’une opération de regroupement d'entreprises ______________ 26
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

6.11 Immobilisations corporelles pour lesquelles un subside en capital a été reçu _____________ 26
6.12 Interventions _________________________________________________________________ 26
7 Évaluation après la reconnaissance initiale ______________________________________ 27
7.1 Modèle de coûts _______________________________________________________________ 27
7.2 La réévaluation des immobilisations corporelles n’est pas autorisée ____________________ 27
8 Amortissements et approche par composants _____________________________________ 28
8.1 Méthode d’amortissement ______________________________________________________ 28
8.2 Montant amortissable __________________________________________________________ 28
8.3 Durée d’utilité et approche par composants ________________________________________ 29
8.3.1 Immobilisations corporelles détenues dans le cadre d’un contrat de location-financement __________ 29
8.4 Début et fin de l’amortissement __________________________________________________ 30
8.4.1 Début de l’amortissement ____________________________________________________________ 30
8.4.2 Fin de l’amortissement ______________________________________________________________ 31
8.5 Révision de la durée d’utilité ____________________________________________________ 31
9 Pertes de valeur ____________________________________________________________ 33
10 Décomptabilisation__________________________________________________________ 35
10.1 Immobilisations corporelles désaffectées __________________________________________ 36
11 Résumé des différences entre les IFRS et les règles comptables belges ________________ 37
11.1 Coûts de démantèlement et de remise en état _______________________________________ 37
11.2 Comptabilisation d’une plus-value de réévaluation__________________________________ 37
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 1
15/02/2011 - PVS

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 16 - Immobilisations corporelles .
2
IAS 23 - Coûts d’emprunt .

Le traitement comptable des subsides publics est abordé dans la norme IAS 20 Comptabilisation des
subventions publiques et informations à fournir sur l’aide publique. Cette norme est abordée en détail dans
le chapitre 22 Subsides publics. La partie relative aux subsides en capital est abordée brièvement dans ce
chapitre sous le titre 6.11 Immobilisations corporelles pour lesquelles un subside en capital a été reçu.

IAS 36 Pertes de valeur d’actifs doit s’appliquer au traitement comptable des immobilisations corporelles qui
ont encouru une perte de valeur. Cette norme est abordée en détail dans le chapitre 13 Pertes de valeur.
Les pertes de valeur sur immobilisations corporelles sont traitées brièvement dans ce chapitre sous le titre 9
Pertes de valeur.

1.2 Champ d’application de la norme IAS 16 Immobilisations


corporelles
La norme IAS 16 s’applique aux immobilisations corporelles, sauf lorsqu’une autre norme impose ou
autorise un traitement comptable différent.

1.2.1 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités


abandonnées

IAS 16 ne s’applique pas aux immobilisations corporelles classées comme immobilisations corporelles,
détenues en vue de la vente. Le traitement comptable relatif aux immobilisations corporelles détenues en
vue de la vente est précisé à travers la norme IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et
activités abandonnées. Le groupe SNCB doit classer une immobilisation corporelle (ou un groupe
d’immobilisations corporelles) destinée à être cédée comme détenue en vue de la vente si sa valeur
comptable est recouvrée principalement par le biais d’une transaction de vente plutôt que par l’utilisation
continue. Le traitement comptable de ces immobilisations corporelles est abordé dans le chapitre 14 Actifs
non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées.

1.2.2 IAS 40 Immeubles de placement

IAS 40 doit être appliqué au traitement comptable des immeubles de placement.

Un immeuble de placement est un bien immobilier (terrain ou bâtiment, ou partie d’un bâtiment, ou les deux)
détenu par le propriétaire juridique ou économique (Ex.: le locataire dans le cadre d’un contrat de location-
financement) pour en retirer des loyers, ou pour valoriser le capital, ou les deux et non pas pour son usage
propre, c'est-à-dire pour l’utiliser dans la production, la fourniture de biens ou de services ou l’utilisation à
des fins administratives, ni pour la vente dans le cadre de l’activité ordinaire.

Le champ d’application du IAS 40, la distinction entre les immobilisations corporelles et les immeubles de
placement ainsi que le traitement comptable lié aux immeubles de placement sont décrits dans le chapitre
11 Immeubles de placement.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 17 janvier 2008.
2
Cette version comprend les amendements jusqu’au 17 janvier 2008.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 2
15/02/2011 - PVS

1.2.3 IAS 17 Contrats de location

Un contrat de location est un accord en vertu duquel le bailleur cède au preneur, pour une période
déterminée, le droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement ou d’une série de paiements.

IAS 17 doit s’appliquer au traitement comptable des contrats de location et des immobilisations corporelles y
afférentes. Plusieurs aspects du traitement comptable des immobilisations corporelles détenues dans le
cadre d’un contrat de location-financement suivent les règles établies dans IAS 16 Immobilisations
corporelles.

Le traitement comptable relatif au contrat de location est abordé en détail au chapitre 12 Contrats de
location. Dans le présent chapitre, les immobilisations corporelles détenues dans le cadre d’un contrat de
location-financement sont traitées de manière succincte sous le titre 6.6 Immobilisations corporelles
détenues dans le cadre d’un contrat de location-financement et 8.3.1 Immobilisations corporelles détenues
dans le cadre d’un contrat de location-financement.

1.3 Champ d’application de la norme IAS 23 Coûts d’emprunt


IAS 23 s’applique aux coûts d’emprunt et est abordé dans le titre 6.3.3 Coûts d’emprunt de ce chapitre. En
plus des immobilisations corporelles, IAS 23 peut être appliqué aux immobilisations incorporelles (abordé
dans le chapitre 9 Actifs incorporels), aux stocks (abordé dans le chapitre 16 Stocks), aux contrats de
construction (abordé dans le chapitre 17 Contrats de construction) et aux immeubles de placement (abordé
dans le chapitre 11 Immeubles de placement).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 3
15/02/2011 - PVS

2 Vue d’ensemble
Le schéma ci-dessous donne une vue d’ensemble des activités les plus importantes abordées dans cette
section. Le schéma est non exhaustif mais permet néanmoins à l’utilisateur de s’orienter dans cette section.

Si le groupe SNCB réalise des dépenses considérées ou non comme des immobilisations corporelles, il
devra être examiné si la définition et les critères de reconnaissance des immobilisations corporelles sont
remplis. Dans cette section, la distinction est établie entre les cas relatifs aux:
 Dépenses lors de l’acquisition initiale: des achats sont réalisés auprès de tiers ou des dépenses
engagées par le groupe SNCB qui sont relatifs aux actifs qui n’étaient pas la propriété du groupe SNCB
auparavant (Ex.: l'acquisition d'une pièce de rechange d'une locomotive existante, la construction d'une
nouvelle gare, la construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer ou l'achat d'une machine). Les
critères de reconnaissance concernant ces dépenses sont abordés sous le titre 5.2 Critères de
reconnaissance lors de l’acquisition initiale; ou
 Dépenses après l’acquisition initiale: ce sont toutes les dépenses relatives aux immobilisations
corporelles, après leur acquisition initiale (Ex.: la réparation d'un toit, la modernisation d'une automotrice,
l'entretien d’un bâtiment, le remplacement des sanitaires d'une gare existante). Les critères de
reconnaissance concernant ces dépenses sont abordés sous le titre 5.3 Critères de reconnaissance
après l’acquisition initiale.

Une fois qu’il est établi qu’il s’agit d’une immobilisation corporelle (c'est-à-dire les dépenses répondent à la
définition et aux critères de reconnaissance d’une immobilisation corporelle), le groupe SNCB doit
déterminer le coût des immobilisations corporelles. Il faut se référer au titre 6 Évaluation lors de la
reconnaissance initiale.

Lorsque les immobilisations corporelles répondent aux critères de reconnaissance après la reconnaissance
initiale, le groupe SNCB doit évaluer les immobilisations corporelles selon les règles expliquées sous le titre
7 Évaluation après la reconnaissance initiale, le titre 8 Amortissements et approche par composants et le
titre 9 Pertes de valeur.

Pour finir, le titre 10 Décomptabilisation contient les cas suivants: quand une immobilisation corporelle
portée au bilan du groupe SNCB doit être extournée du bilan ou ne plus être considérée comme une
immobilisation corporelle et est transférée vers une autre rubrique du bilan.
La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


Chapitre 10

reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation


initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
Section B

initiale
15/02/2011 - PVS

d’une immobilisation
corporelle?
Immobilisations corporelles

Titre 5.3
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB

Pertes de valeur
Titre 9
Page 4
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 5
15/02/2011 - PVS

3 Définitions
IAS 16 Immobilisations corporelles et IAS 23 Coûts d’emprunt définissent les concepts suivants:

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


a) Qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers; et
b) Dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Remarque: les terrains et bâtiments loués sont des immeubles de placement; ceux-ci sont abordés dans
le chapitre 11 Immeubles de placement.

La valeur comptable est le montant pour lequel un actif est comptabilisé, après déduction du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur éventuelles.

Le coût est le montant payé en cash ou la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour acquérir un
actif au moment de son acquisition ou de sa construction.

L’amortissement est la répartition systématique du montant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité.

Le montant amortissable est le coût d’un actif, ou tout autre montant substitué au coût, diminué de sa
valeur résiduelle.

La valeur résiduelle d’un actif est le montant estimé que le groupe SNCB obtiendrait actuellement de la
cession de l’actif, après déduction des coûts de cession estimés, si l’actif avait déjà l’âge et se trouvait déjà
dans l’état prévu à la fin de sa durée d’utilité.

La durée d’utilité est la période pendant laquelle le groupe SNCB s’attend à pouvoir utiliser un actif.

Une perte de valeur est le montant de l’excédent de la valeur comptable d’un actif sur sa valeur
recouvrable.

La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée entre le prix de vente net de l’actif et sa valeur d’utilité.

Les coûts d’emprunt sont les intérêts et autres coûts que le groupe SNCB encourt dans le cadre d’un
emprunt de fonds.

Dans le cadre de coûts d’emprunt: un actif qualifié est un actif dont la construction ou l’acquisition exige
plus d’un an avant de pouvoir être utilisé ou vendu.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 6
15/02/2011 - PVS

4 Catégories
Les catégories suivantes d’immobilisations corporelles sont définies par le groupe SNCB pour les comptes
consolidés IFRS:

 terrains;
 bâtiments;
 infrastructure ferroviaire;
 matériel roulant ferroviaire;
 installations et équipements divers;
 immobilisations corporelles en cours (acomptes inclus).

Dans les comptes statutaires des sociétés du groupe SNCB, la classification selon les règles comptables
belges est appliquée (selon le PCMN).

La liste des types d’actifs du groupe SNCB identifiés comme des immobilisations corporelles ainsi que la
composition des différentes catégories sont décrites sous les titres Amortissements et approche par
composants de la section D à G de ce chapitre. Un résumé est disponible en pièce jointe 10.1 Vue
d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.

Comme abordé sous la section I Plan comptable et liasse de consolidation, les immobilisations corporelles
désaffectées, ainsi que les immobilisations corporelles détenues par le locataire dans le cadre d’un contrat
de location-financement, devront être comptabilisées respectivement dans les comptes 260x et 25xx.
Cependant, ces actifs devront être comptabilisés dans les comptes consolidés IFRS du groupe SNCB dans
les catégories des immobilisations corporelles comme décrit ci-dessus, en fonction de la nature de
l’immobilisation corporelle sous contrat de location-financement ou de l’immobilisation corporelle désaffectée
(Ex.: les constructions détenues dans le cadre d’une location-financement sont reprises sous la catégorie
“Bâtiments” dans les comptes consolidés IFRS).

Les immobilisations corporelles en cours de construction (comptabilisées dans le compte 270x)


appartiennent par contre à une catégorie distincte d’immobilisations corporelles dans les comptes consolidés
IFRS (même traitement que dans les comptes statutaires).

Les acomptes (comptabilisés dans le compte 271x) sont rapportés dans les comptes consolidés IFRS sous
la catégorie "Immobilisations corporelles en cours de construction" (même traitement que dans les comptes
statutaires).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 7
15/02/2011 - PVS

5 Critères de reconnaissance
5.1 Règles IFRS générales
Au moment de la comptabilisation des dépenses, il faut déterminer si ces dépenses répondent à la définition
et aux critères de reconnaissance des immobilisations corporelles.

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


a) Qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers;
b) Dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Le coût d’une immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu’actif si, et seulement si:
 Le groupe SNCB a le contrôle de l’immobilisation corporelle; et
 Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au groupe SNCB; et
 Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Les pièces de rechange (pièces de réserve) seront habituellement classées en stocks et comptabilisées
dans le compte de résultats lors de leur consommation. Toutefois, les pièces de réserve importantes
constituent des immobilisations corporelles si le groupe SNCB compte les utiliser sur une période de plus
d’un an.

Les coûts d’entretien courant de l’immobilisation ne sont pas comptabilisés dans la valeur comptable d’une
immobilisation corporelle. Ces coûts sont comptabilisés dans le compte de résultats lorsqu’ils sont encourus.
Les coûts d’entretien courant sont essentiellement les coûts de main-d’œuvre et des consommables, et
peuvent inclure le coût des petites pièces. L’objet de ces dépenses est souvent décrit comme la fonction de
“réparation et entretien” de l’immobilisation corporelle.

Approche par composants: une immobilisation corporelle incluant des composants majeurs ayant une durée
d’utilité différente de celle de l’actif principal doit être ventilée comptablement en ses différents composants,
afin de pouvoir les amortir sur leur durée de vie spécifique (= approche par composants).

Un (ou une partie de) (sous-)composant peut exiger un remplacement ou une rénovation. Le coût du
remplacement ou de rénovation d’un (ou d’une partie de) (sous-)composant est comptabilisé comme
investissement, c.à.d. ajouté à la valeur comptable d’une immobilisation corporelle si les critères de
reconnaissance sont satisfaits. La valeur comptable des (sous-)composants remplacés ou rénovés est
extournée selon les dispositions de décomptabilisation.

Les dépenses ultérieures qui ne constituent ni des dépenses de remplacement, ni une rénovation (d’une
partie) d’un (sous-)composant (Ex.: extensions ou ajouts) devront être uniquement activées si celles-ci
remplissent les critères de reconnaissance en vigueur pour les immobilisations corporelles (contrôle sur
l’actif, avantages économiques futurs, capacité à mesurer le coût de manière fiable). Toutes les autres
dépenses futures relatives aux immobilisations corporelles devront être prises en charges dans le compte de
résultats durant la période où elles sont encourues.

Ci-dessous, vous trouverez des lignes directrices générales et pratiques représentant les cas dans
lesquels les dépenses seront reprises ou non comme immobilisations corporelles.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 8
15/02/2011 - PVS

5.2 Critères de reconnaissance lors de l’acquisition initiale


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Une dépense lors de l’acquisition initiale concerne des acquisitions auprès de tiers, ou des dépenses,
relatives à des actifs éventuels qui n’appartenaient pas au groupe SNCB précédemment.

Par conséquent, une dépense lors de l’acquisition initiale est considérée comme un investissement, c.à.d.
comptabilisée comme immobilisation corporelle si celle-ci remplit toutes les conditions suivantes:
1) La dépense ne concerne pas un stock. Pour un certain nombre d’immobilisations corporelles, des
pièces de réserve sont conservées. Ces pièces de réserve seront la plupart du temps
comptabilisées en tant que stock, tandis que des pièces de réserve importantes seront
comptabilisées comme immobilisations corporelles; et
2) La dépense dépasse le seuil d’activation. Le seuil d’activation est de € 1.000 et n’est pas valable
pour les ordinateurs, portables, écrans d’ordinateurs et vélos. Ceux-ci doivent être activés, quel que
soit leur coût d’acquisition. Les pièces dont la valeur d’acquisition individuelle est inférieure à € 1.000
doivent être activées si elles font partie intégrante d’une immobilisation corporelle (avec une valeur
d’acquisition supérieure à € 1.000) étant donné qu’il faut considérer l’immobilisation corporelle dans
son ensemble; et
3) La dépense concerne un actif qui se trouve sur la liste des immobilisations corporelles du
groupe SNCB. Cette question sera abordée sous le titre 4 Catégories, lequel renvoie à l’annexe
10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité. Cette annexe reprend une liste des
différents types d’immobilisations qui sont qualifiées par le groupe SNCB comme immobilisations
corporelles. Si la dépense n’est pas explicitement prévue dans cette liste, la question quant au
traitement comptable doit être posée à la Cellule de décision Procédures et règles qui déterminera si
la dépense correspond à la définition et aux critères de reconnaissance des immobilisations
corporelles; et
4) La dépense n’est pas relative à des travaux d’exploitation. Les travaux, qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme des travaux d’exploitation, sont
répertoriés dans une liste spécifique. Nous nous référons à la Section C Terrains, D Bâtiments et E
Infrastructure ferroviaire, titre 5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation de
ce chapitre;
5) La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance d’immobilisations
corporelles.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 9
15/02/2011 - PVS

Critères de reconnaissance de l’immobilisation corporelle:


 Le groupe SNCB a le contrôle de l’immobilisation corporelle; et
 Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au
groupe SNCB; et
 Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Les immobilisations corporelles sont reconnues après le transfert des risques principaux et des
avantages économiques liés à cet actif. Dans la plupart des cas, la reconnaissance de
l’immobilisation corporelle a lieu au moment du transfert de propriété légale vers le groupe SNCB.

Concernant les projets d’achat ou les achats pour lesquels l’approbation du Comité de
Direction est requise, les critères de reconnaissance des immobilisations corporelles sont remplis à
partir du moment de l’approbation du “cahier spécial des charges” par l’organe interne compétent.

Pour tous les autres projets d’achat ou achats, seuls les montants facturés par les tiers (en
dehors de l’entité légale) sont repris dans le coût des immobilisations corporelles.

Les critères de reconnaissance liés aux projets de construction sont estimés être remplis à partir
de la date d’approbation des plans généraux par l’organe interne compétent.

Pour les projets de construction pour lesquels le groupe SNCB fait appel à un ou plusieurs bureaux
d’étude du groupe SNCB, ceux-ci doivent indiquer sur la facture la date de cut-off ainsi que les coûts
encourus avant cette date.

Une dépense qui ne satisfait pas à l’ensemble des critères ci-dessus doit être comptabilisée en charges (=
exploitation) ou en tant que stock, le cas échéant, au moment où celle-ci est effectuée.

Les lignes directrices ci-dessus sont générales. Les lignes directrices par catégorie et par type
d’actif sont expliquées de manière plus spécifique dans les sections C à G de ce chapitre (voir titre 5
Critères de reconnaissance) et section H de ce chapitre (voir titre 4 Critères de reconnaissance).

Des éventuels acomptes aux fournisseurs lors des achats d’immobilisations corporelles sont à enregistrer
comme “Acomptes sur immobilisations corporelles” sous un compte “271x” et sont repris dans les comptes
consolidés IFRS du groupe SNCB sous la catégorie “Immobilisations corporelles en cours de construction”.

La comptabilisation des coûts en investissements se termine lorsque toutes les activités d’investissement,
qui sont nécessaires à la préparation de l’actif pour son utilisation prévue ou en vue de la vente, sont
achevées (ou quasiment achevées).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 10
15/02/2011 - PVS

Les lignes directrices pratiques générales peuvent se présenter de la façon schématique suivante:

Dépense

2) La dépense dépasse-t-elle
1) La dépense concerne-t-elle les
Non le seuil d’activation
stocks?
(sauf la liste d’exceptions)?

Oui

Au
niveau de la
Cellule de décision
3) La dépense concerne-t-elle un actif dans Procédures et règles: La dépense
la liste des immobilisations corporelles?
Non remplit-elle la définition
et les critères de
reconnaissance
des IC?
Non
Oui

Oui

Oui

4) La dépense n’est pas relative à des


travaux d’exploitation?
Non

Oui

5) La dépense, lors du stade


Initial, remplit-elle les critères de Non
reconnaissance?

Oui

Stocks Immobilisations corporelles Charge


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 13
15/02/2011 - PVS

Cette ligne directrice pratique générale peut se présenter de la façon schématique suivante:
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 11
15/02/2011 - PVS

5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Les dépenses ultérieures (après l’acquisition initiale) comprennent toutes les dépenses relatives aux
immobilisations corporelles, après l’acquisition initiale. Les dépenses après l’acquisition initiale
d’immobilisations corporelles peuvent concerner:
 des extensions ou des ajouts, d’une part;
 des entretiens ou des réparations, ainsi que des remplacements ou des renouvellements d’une ou
plusieurs parties d’immobilisations corporelles existantes, d’autre part.

Les coûts après l’acquisition initiale concernent entre autres les activités d’entretien ou de réparation des
immobilisations corporelles existantes. En règle générale, tous les coûts d’entretien et de réparation, qui
maintiennent seulement la valeur de l’immobilisation corporelle mais ne l’augmentent pas, ne seront pas
activés.

Les dépenses ultérieures (après l’acquisition initiale) (Ex.: extensions ou ajouts, remplacements ou
rénovations) sont comptabilisées comme immobilisations corporelles:
 Si les conditions suivantes sont remplies:
22
1) Il s’agit d’un remplacement ou d’une rénovation d’une partie significative d’un (sous-)
composant ou d’un ajout ou d’une extension; et
2) La dépense n’est pas relative à des travaux d’exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme des travaux d’exploitation
sont répertoriés dans une liste spécifique. Nous nous référons à la Section C Terrains, D
Bâtiments, E Infrastructure ferroviaire, F Matériel roulant ferroviaire et G Installations et
équipements divers titre 5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation de
ce chapitre; et
3) La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance d’immobilisations
corporelles;
 Ou si la dépense est imposée par certaines contraintes réglementaires.

22
Une partie significative peut être, par exemple, le remplacement de toutes les fenêtres sur une façade
d’un bâtiment ou le remplacement d’un des trois toits d’un bâtiment.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 12
15/02/2011 - PVS

Exemple 1: Partie significative

Le 28 février 2010, une grosse tempête endommage plusieurs fenêtres (sous-composant) d’un bâtiment
administratif du groupe SNCB. Le coût pour remplacer ces fenêtres s’élève à € 50.000.

Les fenêtres d’origine du bâtiment avaient été placées en 1965 pour un montant total de BEF 1.500.000,
équivalent à € 37.184.

L’ABEX s’élevait à 82 en novembre 1965, il s’élevait à 670 en novembre 2009.

La valeur d’acquisition estimée de la partie remplacée du sous-composant est de (€ 50.000 / 670) * 82 = €


6.119. En conséquence, la valeur d’acquisition estimée de la partie remplacée (= € 6.119) ne peut pas être
considérée comme une partie significative du sous-composant fenêtres (€ 37.184).

En conséquence, le coût pour le remplacement des fenêtres n’est pas comptabilisé en tant qu’immobilisation
corporelle mais en charges dans le compte de résultats.

Les lignes directrices ci-dessus sont générales. Les lignes directrices par catégorie et par type
d’actif sont expliquées de manière plus spécifique dans les sections C à G de ce chapitre (voir titre 5
Critères de reconnaissance) et section H de ce chapitre (voir titre 4 Critères de reconnaissance).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 13
15/02/2011 - PVS

Cette ligne directrice pratique générale peut se présenter de la façon schématique suivante:
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 14
15/02/2011 - PVS

6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale

La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

6.1 Généralités
Une immobilisation corporelle doit, lors de la reconnaissance initiale, être évaluée à son coût.

Le coût d’une immobilisation corporelle comprend:


a) Son prix d’achat, y compris les droits d’importation et les taxes non-récupérables, après déduction
des réductions commerciales et autres;
b) Les coûts directement attribuables au transfert de l’actif jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise
en état pour permettre son exploitation selon la manière prévue par la direction;
c) Les coûts de démantèlement et de remise en état: la valeur actuelle des coûts estimés relatifs au
démantèlement et à l’enlèvement de l’immobilisation ou à la remise en état / l’assainissement du site
sur lequel elle est située, s’il existe une obligation de les encourir et si ces coûts sont liés à
l’acquisition ou à la construction de l’immobilisation corporelle et non à son exploitation.

En pratique, les coûts sont repris dans le coût de l’immobilisation corporelle s’ils remplissent les deux
critères suivants:
 Les coûts sont relatifs à des activités non exclues (voir titre 6.2 Types d’activités, pour une description);
et
 Les coûts correspondent à certains types de coûts bien définis (la définition des types de coûts est
présentée dans le titre 6.3 Types de coûts).

Les coûts sont activés comme immobilisation corporelle dès qu’ils satisfont aux critères de reconnaissance
des immobilisations corporelles, comme décrit dans le titre 5 Critères de reconnaissance.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 15
15/02/2011 - PVS

6.2 Types d’activités


Le coût de certaines activités n’est pas incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle (voir titre 6.3
Types de coûts), sans considération du niveau auquel elles sont exécutées dans le groupe SNCB (=
activités exclues).

Le coût de certaines activités n’est pas incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle si elles sont
exécutées aux niveaux “Sociétés” ou “Directions”. Le coût de ces activités est incorporé si elles sont
effectuées au niveau des “Services opérationnels”.

Les activités qui sont exclues, sans considération du niveau auquel elles sont exécutées:
o organes de gestion interne;
o communication;
o affaires publiques et relations externes;
o corporate affairs;
o participations et suivi des filiales;
o affaires internationales;
o affaires juridiques non-liées aux phases de développement d’un investissement;
o change office;
o stratégie et politique d’investissement;
o imprimerie / copyshop;
o contrôle de gestion (sauf support au personnel de gestion du projet d’investissement);
o services techniques;
o courrier interne;
o contrôle et gestion des contrats de location des terrains et bâtiments;
o contrôle et audit interne;
o formation;
o contrôles légaux non liés au développement des investissements;
o bureautique, mobilier, office supplies, vêtements, charroi automobile;
o activités de service qui travaillent exclusivement sur l'exploitation;
o gestion clients ICTRA;
o stockage;
o finances et comptabilité générale.
Les activités qui sont exclues si elles sont exécutées au niveau “Sociétés” et “Directions”:
o direction et son secrétariat;
o sécurité;
o environnement;
o logistique;
o ressources humaines / organisation du personnel;
o IT local;
o qualité.

Les niveaux “Sociétés”, “Directions” et “Services opérationnels” sont définis comme suit:

 Niveau “Sociétés”:
Le niveau “Sociétés” correspond aux services généraux des 3 sociétés SNCB Holding, SNCB et
Infrabel.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 16
15/02/2011 - PVS

 Niveau “Directions”:
Le niveau “Directions” correspond à tous les services des directions suivantes dans les 3 sociétés, qui
ne sont pas des services opérationnels:
o Stations à la SNCB Holding;
o SNCB Technics à la SNCB;
o Infrastructure, Réseau et Accès au Réseau chez Infrabel.

 Niveau “Services opérationnels”:


Le niveau “Services opérationnels” comprend:
o toutes les zones de Stations;
o toutes les zones et ateliers d’Infrabel;
o tous les ateliers de la SNCB;
o les services opérationnels similaires qui se situent au niveau “Sociétés” ou “Directions”. Dans la
situation actuelle: Signalétique à la SNCB, Network device solution, Business solution, Access
as a service, Infra as a service et Standard solution d’ICTRA à la SNCB Holding.

6.3 Types de coûts


Les types de coûts, qui doivent être comptabilisés dans le coût d’immobilisations corporelles des activités
non-exclues, sont les suivants:
 Les “Coûts directs” qui sont exécutés à tous les niveaux (la définition des “Coûts directs” est donnée
dans le titre 6.3.1 Coûts directs); et
 Les “Autres frais de fonctionnement” effectués seulement au niveau des “Services opérationnels” (la
définition des “Autres frais de fonctionnement” est donnée dans le titre 6.3.2 Autres frais de
fonctionnement).

6.3.1 Coûts directs

Les “Coûts directs” d’une activité non-exclue sont définis comme suit:
 Les coûts des immobilisations corporelles achetées, facturées par des tiers (les entreprises du groupe
SNCB sont considérées comme des tiers), basés sur des factures d’achat et des frais accessoires
comme des impôts d’importation et des taxes non-récupérables;
 Coûts des services fournis et facturés par des tiers (les entreprises du groupe SNCB sont considérées
comme des tiers) qui servent directement des activités non-exclues (Ex.: coût de transport, coût
d’avocats externes ou d’architectes, coûts de bureaux d’études du groupe SNCB, etc.);
 Consommation des stocks achetés et fabriqués qui sont directement utilisés pour des activités non-
exclues;
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui pointe directement sur des
activités non-exclues (voir titre 6.3.4 Coûts du personnel: taux horaire);
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui ne pointe pas directement
sur des activités non-exclues, à condition que les clés d’allocation utilisées soient conformes à la réalité
économique, au moins annuellement et lors de tout événement qui modifierait de façon significative le
niveau des activités non-exclues (Ex.: lors d’une révision budgétaire);
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 17
15/02/2011 - PVS

 Les coûts des machines qui sont directement utilisées pour des activités non-exclues:
o les amortissements des machines non-subsidiées directement utilisées (voir titre 6.3.5 Utilisation
d’immobilisations corporelles subsidiées);
o les coûts du personnel qui entretient les machines directement utilisées, des matériaux qui sont
consommés, les coûts d’entretien de ces machines qui sont exécutés et facturés par des
fournisseurs externes;
o les coûts de l’énergie consommée par les machines directement utilisées pour la production
d’immobilisations corporelles;
 Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition ou la construction d’une
immobilisation corporelle pour la partie qui n’est pas subsidiée par l’Etat et qui ne sera nécessairement
prête, pour son utilisation prévue, qu’au bout d’un an (voir titre 6.3.3 Coûts d’emprunt);
 La valeur actuelle des coûts estimés relatifs au démantèlement et à l’enlèvement de l’immobilisation ou
à la remise en état / l’assainissement du site sur lequel elle est située, s’il existe une obligation de les
encourir et si ces coûts sont liés à l’acquisition ou à la construction de l’immobilisation corporelle et non
à son exploitation. Les conditions qui doivent être remplies pour enregistrer une provision et les
circonstances selon lesquelles le coût est intégré comme faisant partie du coût de l’immobilisation
corporelle sont décrites en détail dans le chapitre 24 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels. La
reconnaissance de ces coûts comme faisant partie du coût d’une immobilisation corporelle n’est pas
permise selon les règles comptables belges. Il s’agit d’une différence entre les IFRS et les règles
comptables belges qui est présentée en titre 11 Résumé des différences entre les IFRS et les règles
comptables belges.

6.3.2 Autres frais de fonctionnement

Les “Autres frais de fonctionnement” d’une activité non-exclue comprennent les types de coûts suivants:
 Coûts des amortissements (si non-subsidiés) et coûts de location des bâtiments administratifs, halls de
production et machines, équipements et installations qui ne sont pas utilisés directement pour la
fabrication ou l’achat d’immobilisations corporelles;
 Coûts de maintenance (coûts du personnel propre de maintenance, coûts de maintenance facturés par
des tiers, coûts de location de matériel et d’immobilisations corporelles utilisées pour la maintenance,
amortissements de matériel et d’immobilisations non-subsidiés utilisés pour la maintenance, coûts
d’énergie, etc.) des bâtiments administratifs, halls de production et machines, équipements et
installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat d’une immobilisation
corporelle;
 Coûts d’énergie consommée par les bâtiments administratifs, halls de production et machines,
équipements et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat d’une
immobilisation corporelle;
 Autres coûts (Ex.: taxes non récupérables, etc.) liés aux bâtiments administratifs, halls de production et
machines, équipements et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat
d’une immobilisation corporelle;
 Coûts salariaux du personnel (secrétariat, superviseurs, etc.) qui soutient et supervise le personnel
exécutant des activités non-exclues.

Remarque:
Les coûts d’activités exécutées par les “Directions” dont on ne s’attend normalement pas à ce qu’elles
exécutent des activités relatives à l’achat ou la production d’immobilisations corporelles ne peuvent être
compris dans le coût. Si, par exception à cette règle, ces “Directions” exécutaient néanmoins des activités
liées à l’achat ou la production d’immobilisations corporelles, les “coûts” liés à ces activités pourraient
uniquement être inclus dans le coût des immobilisations corporelles, s’ils sont basés sur le pointage direct
des employés. Dans ce cas-là, il ne s’agit donc pas “d’activités exclues”.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 18
15/02/2011 - PVS

6.3.3 Coûts d’emprunt

6.3.3.1 Critères de reconnaissance

Les coûts d’emprunt sont les intérêts et autres coûts encourus par le groupe SNCB dans le cadre d’un
emprunt de fonds.

Un actif qualifié est un actif dont la construction / l’acquisition exige plus d’un an avant de pouvoir être
utilisé ou vendu.

Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition, la construction ou la production d’un
actif qualifié sont des coûts d’emprunt qui seraient évités s’il n’y avait pas eu de dépenses pour l’actif
qualifié.

Le groupe SNCB doit inscrire à l’actif les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition,
la construction ou la production d’un actif qualifié, comme un élément du coût de cet actif.

6.3.3.2 Coûts d’emprunt à incorporer dans le coût d’une immobilisation corporelle

Une différence doit être établie entre un emprunt spécifique et un emprunt non-spécifique.

Si le groupe SNCB emprunte dans le but précis d’acquérir un actif qualifié, les moyens de financement qui
sont directement liés à cet actif qualifié pourront facilement être identifiés.
Dans la mesure où le groupe SNCB emprunte des fonds de façon générale et les utilise en vue de
l’obtention d’un actif qualifié, elle doit déterminer le montant des coûts d’emprunt incorporables au coût de
l’actif en appliquant un taux d’activation aux dépenses relatives à cet actif.

Emprunt spécifique:
Dans ce cas spécifique, les coûts d’emprunt incorporables sont les coûts d’emprunt réels encourus sur
l’emprunt spécifique, diminués de tout produit obtenu du placement temporaire de ces fonds empruntés.

Emprunt non-spécifique:
Le taux d’activation doit être la moyenne pondérée des coûts d’emprunt applicables aux emprunts du groupe
SNCB en cours au titre du mois concerné, autres que les emprunts contractés spécifiquement dans le but
d’obtenir l’actif qualifié.
Le taux d’activation sera appliqué mensuellement à la valeur comptable de l’actif, incluant les coûts
d’emprunt activés antérieurement. Ce taux de capitalisation sera déterminé mensuellement par la SNCB
Holding.
Le montant des coûts d’emprunt que le groupe SNCB incorpore au coût de l’actif pendant une période
donnée ne doit pas excéder le montant total des coûts d’emprunt qu’elle a encourus au cours de cette même
période.
De plus, les coûts d’emprunt en rapport à l’acquisition, la construction ou la production d’une
immobilisation corporelle ne peuvent pas être activés pour la partie de l’immobilisation corporelle
pour laquelle des subsides en capital seraient perçus.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 19
15/02/2011 - PVS

6.3.3.3 Début de l’activation

Le groupe SNCB doit commencer à incorporer les coûts d’emprunt dans le coût d’un actif qualifié à la date
de commencement. La date de commencement pour l’incorporation à l’actif est la date à laquelle le groupe
SNCB remplit pour la première fois toutes les conditions suivantes:
a) il encourt des dépenses pour l’actif;
b) il encourt des coûts d’emprunt; et
c) il entreprend des activités indispensables à la préparation de l’actif préalablement à son utilisation.

Dès lors, les coûts d’emprunt relatifs à la production d’une immobilisation corporelle spécifique ne peuvent
pas être activés avant le début des travaux qui sont nécessaires à la mise en état de l’actif pour permettre
son exploitation de la manière prévue par la direction.

Les opérations nécessaires pour préparer l’actif pour son utilisation prévue vont au-delà de la construction
physique de cet actif. Elles incluent les travaux techniques et administratifs préalables au début de la
construction physique, tels que les opérations associées à l’obtention des autorisations préalables au début
de la construction physique. Toutefois, de telles opérations ne comprennent pas le fait de détenir un actif
lorsqu’il n’y a ni production, ni développement modifiant l’état de cet actif.

Exemple 2

Les coûts d’emprunt supportés pendant la phase d’aménagement d’un terrain sont incorporés dans le coût
d’un actif dans la période au cours de laquelle les opérations relatives à cet aménagement sont menées,
dans la mesure où l’aménagement du terrain se déroule sur une période d’un an ou plus.

Exemple 3

Les coûts d’emprunt supportés lorsque le terrain acquis à des fins de construction est détenu sans
s’accompagner d’un aménagement ne sont pas incorporables.

6.3.3.4 Suspension de l’activation

L’activation de coûts d’emprunt doit être interrompue lors de longues périodes durant lesquelles le
développement de l’actif est interrompu.
Les coûts d’emprunt peuvent être encourus pendant une longue période au cours de laquelle les opérations
nécessaires à la préparation d’un actif préalablement à son utilisation ou à sa vente prévues sont
interrompues. Les charges financières encourues durant cette période ne peuvent pas être activées.

L’activation des coûts d’emprunt n’est normalement pas interrompue pendant une période au cours de
laquelle le groupe SNCB exécute des travaux techniques et / ou administratifs importants.

L’activation des coûts d’emprunt n’est pas davantage interrompue lorsqu’un délai temporaire est une étape
nécessaire au processus de préparation de l’actif à son utilisation prévue.

6.3.3.5 Fin de l’activation

Le groupe SNCB doit mettre fin à l’incorporation des coûts d’emprunt lorsque les activités indispensables à
la préparation de l’actif, préalablement à son utilisation prévue, sont toutes terminées ou quasiment
terminées.
Un actif est en général prêt pour son utilisation attendue lorsque sa construction physique est achevée,
même si des travaux administratifs de routine peuvent se poursuivre. Si seules des modifications mineures,
telles que la décoration d’un bâtiment selon les spécifications de l’acheteur ou de l’utilisateur, restent à
apporter, cela indique que les activités sont pratiquement toutes terminées.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 20
15/02/2011 - PVS

6.3.3.6 Exemple – emprunts spécifiques

Exemple 4

Le groupe SNCB a emprunté € 1.000.000 pour le financement spécifique de la construction (qui durera plus
er
d’un an) d’un bâtiment administratif non-subsidié. L’emprunt est souscrit au 1 février et le groupe SNCB
er
paie pendant l’année un intérêt annuel de 6% jusqu’au 1 novembre. Après, l’intérêt augmente jusqu’à 7%.
Les premières dépenses liées à la construction du bâtiment après approbation des plans généraux
er
commencent le 1 septembre et continuent sans interruption jusqu’après le 31 décembre. Pendant la
er
période de construction, le groupe SNCB encourt des coûts directs de € 100.000 au 1 septembre et de
er er er
successivement € 250.000 en date du 1 octobre, 1 novembre et 1 décembre. Chaque mois, les fonds de
l’emprunt, moins les coûts estimés pour la construction du bâtiment, sont réinvestis à un taux d’intérêt de
2,5% par an.

Pendant l’exercice comptable clôturé au 31 décembre, le groupe SNCB a encouru des charges d’intérêt
relatives à l’emprunt de € 1.000.000 pour un montant total de € 56.666 et le groupe SNCB perçoit un intérêt
de € 18.955 sur la partie réinvestie.

Pour des raisons didactiques, nous n’avons pas tenu compte du précompte mobilier applicable sur les
intérêts reçus.

Calcul des charges d’intérêt:

Les charges d’intérêt sont calculées comme suit:

Mois Emprunt Taux d’intérêt Charge d’intérêt


Janvier €0 / €0
Février € 1.000.000 6% € 5.000
Mars € 1.000.000 6% € 5.000
Avril € 1.000.000 6% € 5.000
Mai € 1.000.000 6% € 5.000
Juin € 1.000.000 6% € 5.000
Juillet € 1.000.000 6% € 5.000
Août € 1.000.000 6% € 5.000
Septembre € 1.000.000 6% € 5.000
Octobre € 1.000.000 6% € 5.000
Novembre € 1.000.000 7% € 5.833
Décembre € 1.000.000 7% € 5.833
Total des charges d’intérêt € 56.666
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 21
15/02/2011 - PVS

Calcul du produit relatif à la partie réinvestie:

Le montant relatif à la partie réinvestie est calculé comme suit:

Mois Réinvestissement Taux d’intérêt Produit


Janvier €0 / €0
Février € 1.000.000 2,5% € 2.083
Mars € 1.000.000 2,5% € 2.083
Avril € 1.000.000 2,5% € 2.083
Mai € 1.000.000 2,5% € 2.083
Juin € 1.000.000 2,5% € 2.083
Juillet € 1.000.000 2,5% € 2.083
Août € 1.000.000 2,5% € 2.083
Septembre € 900.000 2,5% € 1.875
Octobre € 650.000 2,5% € 1.354
Novembre € 400.000 2,5% € 833
Décembre € 150.000 2,5% € 312
Total d’intérêts reçus € 18.955

Calcul du montant des coûts d’emprunts incorporable au coût du bâtiment:

L’intérêt payé pendant la période de construction se calcule comme suit:

Intérêt à payer pour septembre à 6% € 5.000


Intérêt à payer pour octobre à 6% € 5.000
Intérêt à payer pour novembre à 7% € 5.833
Intérêt à payer pour décembre à 7% € 5.833
Total des intérêts à payer pendant la période de construction € 21.666

L’intérêt reçu pendant la période de construction se calcule comme suit:

Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 900.000) en septembre € 1.875


Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 650.000) en octobre € 1.354
Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 400.000) en novembre € 833
Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 150.000) en décembre € 312
Total des intérêts reçus pendant la période de construction € 4.374

Les coûts initiaux nets s’élèvent alors à € 17.292 (= € 21.666 – € 4.374).

Si des fonds ont été empruntés en vue de l’acquisition spécifique d’un actif qualifié, le montant des coûts
d’emprunt qui peut être activé sont les coûts réels encourus durant la période de la construction, diminués
des revenus obtenus du placement temporaire de ces fonds empruntés. Le montant des coûts
d’investissement qui est imputé au coût du bâtiment s’élève à € 17.292. Pour ce faire, nous prenons les
er
intérêts payés du 1 septembre au 31 décembre pour un montant total de € 21.666, diminué de l’intérêt
er
perçu pour la période courant du 1 septembre au 31 décembre d’un montant de € 4.374.
er
Les intérêts payés et reçus relatifs à la période du 1 février jusqu’au 31 août ne peuvent pas être activés,
puisqu’ils ne sont pas directement attribuables à l’actif (dans la mesure où, durant cette période, le groupe
SNCB n’a pas encouru des dépenses liées à l’actif).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 22
15/02/2011 - PVS

6.3.3.7 Exemple – emprunts généraux

Dans la section J Écritures comptables et exemples de ce chapitre, l’exemple d’une immobilisation


corporelle, financée par des emprunts généraux, est illustré.

6.3.4 Coûts du personnel: taux horaire

6.3.4.1 Généralités

Comme abordé dans le titre 6.3 Types de coûts, les coûts du personnel sont, dans certains cas, compris
dans le coût des immobilisations corporelles.

Le taux horaire du personnel, dont le coût est incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle, est
calculé comme suit:

“Coûts salariaux” / “Nombre d’heures prestées”.

Le taux horaire est décrit en détail dans le chapitre 23 Avantages accordés au personnel de ce manuel
comptable.

6.3.5 Utilisation d’immobilisations corporelles subsidiées

Les coûts d’amortissement des immobilisations subsidiées (immobilisations corporelles et actifs incorporels)
qui sont utilisés pour l’achat ou la construction des immobilisations corporelles ne peuvent pas être intégrés
au coût de ces immobilisations corporelles. Ces amortissements doivent être comptabilisés en charges dans
le compte de résultats.

6.3.6 Coûts d’assainissement ou de démantèlement

Lorsqu’une obligation d’assainissement ou de démantèlement remplit les critères de reconnaissance des


provisions selon IAS 37 Provisions et que cette obligation est liée à l’achat ou la construction d’un actif, la
valeur actuelle des coûts estimés pour cet assainissement ou ce démantèlement doit être prise dans la
valeur d’acquisition de l’actif. La contrepartie de cette augmentation de la valeur comptable de l’actif est une
provision.

Lorsque de la pollution est générée suite à l’utilisation de l’actif lors de la production des stocks ou lors de la
fourniture de services (Ex.: à cause de la production dans les ateliers pour l’entretien des trains), les coûts
d’assainissement doivent être comptabilisés en compte de résultats ou dans le coût des stocks produits en
fonction de l’utilisation et des dégâts des sites. La contrepartie est alors aussi une provision.

Une provision doit être comptabilisée lorsqu’elle répond à trois critères de reconnaissance:
 Une entité a une obligation actuelle (juridique ou implicite) résultant d’un événement passé;
 Il est probable qu’une sortie de ressources représentatives d’avantages économiques sera nécessaire
pour éteindre l’obligation (>50%);
 Le montant de l’obligation peut être estimé de manière fiable (dans des cas extrêmement rares, une
estimation fiable ne peut être réalisée).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 23
15/02/2011 - PVS

Exemple 5

Le groupe SNCB érige un bâtiment sur les terrains dont il a le droit d’utilisation pour 30 ans. Après 30 ans, le
terrain doit être remis en état à son propriétaire. La valeur actuelle des coûts de destruction du bâtiment est
estimée à 100.000 €. Ce coût est activé dans le coût du bâtiment si tous les critères de reconnaissance du
IAS 37 Provisions sont remplis.

6.4 Sous-utilisation de la capacité de production


En cas de sous-utilisation temporaire ou structurelle du personnel et de l’appareil de production, le coût de
cette sous-utilisation doit être comptabilisé en charges dans le compte de résultats, et non pas dans le coût
de l’immobilisation corporelle.

6.5 Coûts réels et coûts standard


Les éléments du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base des coûts réels ou sur
la base des coûts standard, selon la nature des éléments de ce coût. La différence est expliquée dans les
titres 6.5.1 Coûts réels et 6.5.2 Coûts standard.

6.5.1 Coûts réels

Les éléments suivants du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base des coûts
réels:
 les quantités d'immobilisations corporelles et de stocks, consommées directement dans les activités
non-exclues;
 le prix pour la consommation directe des stocks acquis et des immobilisations corporelles, pour la
partie des coûts facturée par des tiers;
 les quantités d’heures de main d’œuvre (pour le personnel qui pointe directement sur
l'investissement) et d’heures-machine (qui sont utilisées directement pour les activités non-exclues);
 le coût des services prestés et facturés par des tiers (sociétés en dehors de l’entité juridique), qui
sont utilisés directement dans les activités non-exclues.

6.5.2 Coûts standard

La méthode du coût standard peut être utilisée pour déterminer les composantes suivantes du coût des
immobilisations corporelles, si le résultat se rapproche du coût réel:
 le coût standard pour la partie interne des frais encourus (Ex.: les frais de manutention, de transport
interne et les coûts liés aux services d’achat) lors de l'achat de stocks et des immobilisations
corporelles qui sont directement consommées et utilisées;
 la moyenne pondérée des coûts standard lors de la consommation de tous les stocks de produits;
 le taux horaire standard pour toutes les heures de main d’œuvre et les heures-machine;
 les quantités standard pour toutes les heures de main d’œuvre du personnel qui ne pointe pas
directement sur les activités non-exclues spécifiquement;
 le coût standard pour les autres frais de fonctionnement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 24
15/02/2011 - PVS

En appliquant la méthode du coût standard, il faut procéder de la manière suivante:


 La méthode du coût standard est basée sur une capacité totale estimée, déterminée avant le début de
l’exercice, pour la totalité de l’exercice et qui est répartie sur les 12 mois de ce même exercice, en tenant
compte des éléments attendus tels que la saisonnalité, les périodes de vacances, les gros entretiens,
les absences pour maladie, etc.;
 Le coût standard est déterminé en tenant compte de la capacité mensuelle estimée et des coûts
mensuels budgétés;
 Une analyse documentée des variances est effectuée chaque mois entre les coûts réels et les coûts
standard de la période écoulée pour l’exercice en cours;
 Les résultats d’une telle analyse mensuelle servent, le cas échéant, à ajuster les coûts standard
commençant à partir du mois suivant (= adaptation prospective), dès que les différences entre les coûts
réels et les coûts standard de la période écoulée de l’exercice en cours sont supérieures à:
o 2% de la valeur réelle des taux horaires du personnel;
o 5% de la valeur réelle des autres éléments de coûts incorporés;
 Si les différences de la période écoulée de l’exercice en cours dépassent les limites mentionnées ci-
avant mais qu’aucun ajustement des coûts standard n’a été effectué, cette décision doit être motivée par
écrit.

6.6 Immobilisations corporelles détenues dans le cadre d’un contrat


de location-financement
Le preneur (locataire) doit comptabiliser une immobilisation corporelle détenue dans le cadre d’un contrat de
location-financement pour le montant égal à la juste valeur de l’immobilisation corporelle ou, si celle-ci est
inférieure, à la valeur actuelle des paiements de location minima, fixés au début du contrat de location-
financement. La détermination du montant à prendre en compte est décrite dans le chapitre 12 Contrats de
location.

Les coûts directs initiaux encourus par le preneur (locataire) sont aussi ajoutés au montant comptabilisé en
tant qu’immobilisation corporelle. Les autres éléments du coût sont abordés sous le titre 6 Évaluation lors de
la reconnaissance initiale.

Règle spécifique pour la SNCB Holding, Infrabel et la SNCB:

Les contrats de location entre des entités du groupe SNCB, qui sont considérés comme des locations
simples selon les règles comptables belges, mais qui sont considérés comme des locations-
financements selon IFRS, ne sont pas retraités dans les comptes statutaires. Une exception est,
cependant, prévue: les actifs qui sont sujets à un financement alternatif.

6.7 Paiement différé


Un paiement est considéré comme un paiement différé quand le groupe SNCB paie un fournisseur en
dehors de la période de paiement normal du fournisseur ou lorsqu’un délai de paiement génère un intérêt
qui est inférieur au taux du marché.

Les immobilisations corporelles dont le paiement est différé sont évaluées à la valeur actuelle du paiement.

Si le paiement est différé au-delà des conditions habituelles de crédit, la différence entre le prix comptant
équivalent au moment de la reconnaissance et le total des paiements effectués est comptabilisée en
charges financières sur la période de crédit, à moins que ces charges ne soient activées selon la méthode
d’activation décrite sous le titre 6.3.3 Coûts d’emprunt.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 25
15/02/2011 - PVS

L’évaluation de l’immobilisation corporelle à la valeur actuelle du paiement et la comptabilisation d’une


charge financière pour la différence entre le prix comptant équivalent au moment de la reconnaissance et le
paiement effectué sont seulement appliquées pour des paiements à partir de € 100.000 et pour lesquels le
délai de paiement est de plus d’un an.

Exemple 6

Un bien immeuble est acheté début juillet de l'année N pour un montant de € 100.000 (montant nominal) et
son paiement s’effectue fin janvier de l’année N+2. Ce paiement est différé parce qu’il dépasse le délai de
paiement normal. Le taux d’actualisation s’élève à 6% par an (comme déterminé par la SNCB Holding).

Le bien acheté a une valeur actuelle qui est égale à:


(-19 / 12)
€100.000 x (1+6%) = € 91.187

La différence entre la valeur actuelle et la valeur nominale est prise comme une charge financière pro rata
temporis de la période juillet de l’année N jusqu’au mois de janvier de l’année N+2.

6.8 Immobilisations corporelles acquises par voie d’échange


L'acquisition d'immobilisations corporelles par voie d'échange est rare au sein du groupe SNCB.

Une ou plusieurs immobilisations corporelles peuvent être acquises par voie d’échange contre des actifs
non-monétaires ou une combinaison d’actifs monétaires et non-monétaires.
Le coût d’une telle immobilisation corporelle est évalué à sa juste valeur sauf si (a) l’opération d’échange n’a
pas de substance commerciale ou (b) il n’est pas possible d’évaluer de manière fiable, ni la juste valeur de
l’actif reçu, ni celle de l’actif cédé.

Si l’actif acquis n’est pas évalué à sa juste valeur, son coût est évalué à la valeur comptable de l’actif cédé.

Une opération d’échange présente une substance commerciale si:


a) la configuration (risque, calendrier et montant) des flux de trésorerie de l’actif reçu diffère de la
configuration des flux de trésorerie de l’actif transféré; ou
b) la valeur spécifique au groupe SNCB de la partie des activités du groupe SNCB affectée par
l’opération varie du fait de l’échange; et
c) la différence en (a) ou en (b) est significative par rapport à la juste valeur des actifs échangés.

La juste valeur d’un actif, pour lequel il n’existe pas de transaction de marché comparable, peut être évaluée
de façon fiable si (a) la variabilité de l’intervalle des estimations raisonnables de la juste valeur n’est pas
significative pour cet actif ou (b) si les probabilités des différentes estimations dans l’intervalle peuvent être
raisonnablement appréciées et utilisées pour estimer la juste valeur. Si le groupe SNCB est en mesure de
déterminer de manière fiable la juste valeur de l’actif cédé, la juste valeur de l’actif cédé est alors utilisée
pour évaluer le coût de l’actif reçu, sauf si la juste valeur de l’actif reçu est plus clairement évidente.

6.9 Immobilisations corporelles obtenues par un apport en nature


Lorsqu'une immobilisation corporelle est acquise lors d’une opération d’apport en nature (par échange
d’actions en capital), celle-ci est comptabilisée à sa valeur d’apport. Il s'agit de la valeur convenue entre les
parties, excluant les coûts liés à l’apport. Les coûts liés à un apport sont pris en charges dans le compte de
résultats.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 26
15/02/2011 - PVS

6.10 Acquisition dans le cadre d’une opération de regroupement


d'entreprises
Les immobilisations corporelles acquises dans le cadre d'un regroupement d'entreprises (Ex.: lors de
l’acquisition de sociétés) sont évaluées à leur juste valeur.

Le traitement comptable des regroupements d'entreprises est abordé en détail dans le chapitre 41
Regroupements d'entreprises.

6.11 Immobilisations corporelles pour lesquelles un subside en capital


a été reçu
Lors de la production et l'acquisition d'immobilisations corporelles, le groupe SNCB obtient souvent des
subsides en capital de la part de l’État. Dans la mesure où le traitement des subsides en capital est
fortement lié à l'actif auquel ils se rapportent, ceux-ci seront brièvement abordés ici.
La déduction des subsides en capital du coût des immobilisations corporelles est possible selon les normes
IFRS. Ce traitement n'est cependant pas autorisé dans le cadre des règles d'évaluation du groupe SNCB.
Au sein du groupe SNCB, les subsides en capital reçus de la part de l’État doivent être comptabilisés en tant
que dette (en produits à reporter) au passif du bilan. Les subsides en capital doivent être comptabilisés dans
le compte de résultats (en produits d’exploitation) au même rythme que les amortissements relatifs aux
immobilisations corporelles auxquelles ils se rapportent. Selon les règles comptables belges, les subsides
en capital sont inclus dans les capitaux propres au bilan, nets des impôts différés y afférents.
Il est possible d’enregistrer une perte de valeur sur une immobilisation corporelle (= actif individuel)
résultant d’une indication de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât
subi), indépendamment du fait que l’immobilisation corporelle est ou n’est pas (entièrement ou partiellement)
subsidiée.
Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrées sur des immobilisations corporelles dans le cadre du
test de perte de valeur sur une CGU si l’immobilisation corporelle sur laquelle la perte de valeur serait
attribuée fait partie d’une CGU (cash generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement
subsidiée.
Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y afférents).
Les subsides en capital ainsi que les subsides d'exploitation sont abordés dans le chapitre 22 Subsides
publics.

6.12 Interventions
Les interventions reçues de tiers autres que les pouvoirs publics et qui, en substance, représentent des
subsides, suivent le même schéma de comptabilisation que les subsides reçus des pouvoirs publics.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 27
15/02/2011 - PVS

7 Évaluation après la reconnaissance initiale

La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation après la
Évaluation lors de la
reconnaissance Décomptabilisation
reconnaissance
initiale Titre 10
initiale
Titre 7
Titre 6

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

7.1 Modèle de coûts


Après la reconnaissance initiale, le modèle de coûts doit être appliqué à toutes les catégories
d'immobilisations corporelles. Cela signifie que les immobilisations corporelles sont comptabilisées à leur
coût, diminué du cumul des amortissements et du cumul des pertes de valeur éventuelles.

7.2 La réévaluation des immobilisations corporelles n’est pas


autorisée
La réévaluation des immobilisations corporelles est possible selon les normes IFRS. De telles réévaluations
ne sont pas autorisées selon les règles d'évaluation en vigueur au sein du groupe SNCB.
Il existe, cependant, une exception à ceci : les réévaluations effectuées avant 1/1/2009 conformément aux
règles comptables belges et qui sont considérées comme coût présumé selon les règles IFRS dans le cas
où celui-ci s’approche de la juste valeur au moment de la réévaluation.

Le modèle réévaluation n’est pas à confondre avec les exceptions utilisées pour comptabiliser certains
véhicules de matériel roulant ferroviaire à leur juste valeur au bilan d’ouverture IFRS au 1/1/2009 ou
dans les comptes statutaires annuels au 1/1/2010, dans le cadre de la loi-programme (voir titre 11.2
Comptabilisation d’une plus-value de réévaluation).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 28
15/02/2011 - PVS

8 Amortissements et approche par composants


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation après la
Évaluation lors de la
reconnaissance Décomptabilisation
reconnaissance
initiale Titre 10
initiale
Titre 7
Titre 6

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

8.1 Méthode d’amortissement


Toutes les immobilisations corporelles du groupe SNCB s’amortissent selon la méthode linéaire.

8.2 Montant amortissable


Le montant amortissable est le coût d’un actif ou tout autre montant substitué au coût, diminué de sa
valeur résiduelle.

Au sein du groupe SNCB, il est considéré que la valeur résiduelle des immobilisations corporelles est
nulle, excepté pour les wagons du matériel roulant ferroviaire de transport (type matériel roulant ferroviaire).
La valeur résiduelle de ces wagons doit être calculée sur une période plus longue pour éviter des
fluctuations significatives dans les amortissements.

Les charges d’amortissements des immobilisations corporelles sont comptabilisées au sein du groupe SNCB
selon la méthode linéaire en fonction de leur durée d’utilité, en compte de résultats, sauf si elles sont
reprises dans le coût d’un autre actif. Le matériel de seconde main n’est pas amorti sur la durée d’utilité
standard mais bien sur la durée d’utilité à partir de la première mise en service.

La définition et la composition du coût de revient sont abordés sous le titre 6 Évaluation lors de la
reconnaissance initiale.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 29
15/02/2011 - PVS

8.3 Durée d’utilité et approche par composants


La durée d’utilité de l’immobilisation corporelle au sein du groupe SNCB correspond à la période durant
laquelle il est prévu qu’un actif soit disponible à l’utilisation pour le groupe SNCB, tel que prévu par la
direction. La durée d’utilité tient compte de l’utilisation prévue par le groupe SNCB, l’usure physique prévue
qui dépend de facteurs opérationnels comme le programme d’entretien, le vieillissement technique et
économique et les limitations juridiques et autres limitations similaires (comme la période du contrat de
leasing).
Selon l’approche par composant que le groupe SNCB applique, chaque partie d’une immobilisation
corporelle, ayant un coût significatif par rapport au coût total de l’immobilisation, doit être identifiée comme
un actif séparé (= composant) et amortie sur sa durée de vie spécifique.

Les durées d’utilité ainsi que les composants sont abordés plus en détail dans les sections D à G, dans le
titre 8.3 Durée d’utilité et approche par composants.

Le remplacement d’un (sous-) composant d’une immobilisation corporelle est comptabilisé de la manière
suivante:
 Les coûts de remplacement sont activés comme immobilisations corporelles et amortis sur la durée
d’utilité normale, avec pour limite la durée résiduelle de l’actif principal (telle que déterminée dans
l’annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité). L’activation des coûts est
abordée sous le titre 6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale;
 Le coût d’acquisition, les amortissements cumulés et les pertes de valeurs cumulées éventuelles du
(sous-)composant remplacé sont extournés.

Des exemples sont présentés dans la section J Écritures comptables et exemples.


er
Pour toutes les immobilisations corporelles du groupe SNCB avec des composants qui existent au 1
janvier 2009, le coût a été ventilé entre les différents composants sur la base d’une étude technique. Après
cette date, pour les ajouts à ces immobilisations corporelles ou leur remplacement, ainsi que pour toutes les
nouvelles acquisitions des immobilisations corporelles avec composants, la ventilation en composants doit
se faire sur la base d’un état établi par les techniciens.

8.3.1 Immobilisations corporelles détenues dans le cadre d’un contrat de location-


financement

Les immobilisations corporelles détenues dans le cadre d’un contrat de location-financement sont amorties
suivant les mêmes règles que celles applicables aux immobilisations corporelles de même nature dont le
groupe SNCB est propriétaire. S’il n’est pas encore raisonnablement certain que le preneur (locataire)
deviendra le propriétaire de cette immobilisation à la fin du contrat (la détermination des périodes de location
est abordée sous le chapitre 12 Contrats de location), la durée d’amortissement est limitée à la durée du
contrat.

L’aménagement de bâtiments qui font partie d’un accord de location-financement pour lequel il n’y a pas de
certitude raisonnable que l'entité en obtiendra la propriété à la fin du contrat de location ou d’un accord de
location simple, est amorti sur la durée d’utilité d’aménagements similaires de bâtiments détenus en
propriété ou sur la durée restante du contrat si celle-ci est plus courte.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 30
15/02/2011 - PVS

Exemple 7

Le groupe SNCB acquiert un conteneur à déchets en tant que preneur, dans le cadre d’un contrat de
location-financement pour une période de 7 ans. L’option d’achat, à la fin de cette période, n’étant pas
avantageuse, il n’existe pas de certitude suffisante que la propriété du conteneur sera transférée au groupe
SNCB après 7 ans. Par contre, les conteneurs à déchet, propriétés du groupe SNCB, sont amortis sur une
durée de 10 ans. Ce conteneur à déchet détenu en location-financement sera amorti sur 7 ans, étant donné
que le groupe SNCB n’est pas raisonnablement certain qu’il en sera propriétaire après 7 ans.

8.4 Début et fin de l’amortissement


8.4.1 Début de l’amortissement

L’amortissement d’une immobilisation corporelle commence dès que l’immobilisation corporelle est prête à
être mise en service, c’est-à-dire dès que l’immobilisation corporelle se trouve à l’endroit et dans l’état
nécessaires pour pouvoir l’exploiter de la manière prévue par la direction. Il est possible qu’une
immobilisation corporelle doive déjà être amortie parce qu’elle est prête à être mise en service, bien qu’elle
ne soit pas encore en utilisation effective.

Dans certains cas, il se justifie d’appliquer les règles ci-dessus à certaines parties du projet (à appliquer au
cas par cas).

Exemple 8
er
Le groupe SNCB construit une machine pour sa propre utilisation. La construction s’est terminée le 1
er
novembre 2008, mais celle-ci n’est utilisée qu’à partir du 1 mars 2009. Le groupe SNCB devra commencer
à comptabiliser les coûts d’amortissement à partir de la date à laquelle la machine est prête à être mise en
er
service (1 novembre 2008). Le fait que la machine n’a pas été utilisée pendant une période déterminée,
malgré le fait que l’actif était prêt à être mis en service, n’est pas approprié pour déterminer le début de
l’amortissement.

Exemple 9

Le groupe SNCB fait construire un dépôt comprenant des bureaux adjacents (bâtiments industriels de type
2). Au 30 janvier 2010, le dépôt est terminé et peut être utilisé pour le stockage des marchandises. En date
du 30 janvier 2010, les bureaux adjacents ne sont pas encore prêts à être utilisés, dans la mesure où les
installations techniques ne sont pas achevées. Celles-ci seront prêtes à l’emploi à partir du 15 avril 2010.

Les immobilisations corporelles en cours de construction seront transférées vers les immobilisations
corporelles définitives au 30 janvier 2010 (bâtiments industriels de type 2) pour la partie concernant le dépôt
er er
et seront amorties à partir du 1 février 2010 (600 mois pour le gros œuvre: 1 février 2060, 240 mois pour
er er
le toit: 1 février 2030, et 180 mois pour les installations techniques: 1 février 2025).

Les immobilisations corporelles, pour la partie concernant les bureaux, seront transférées vers la catégorie
définitive des immobilisations corporelles (bâtiments industriels de type 2) au 15 avril 2010 et seront
er
amorties à partir du 1 mai 2010 et tout au long de la durée d’utilisation restante (600 mois pour le gros
er er er
œuvre: 1 mai 2060, 240 mois pour le toit: 1 mai 2030 et 180 mois pour les installations techniques: 1 mai
2025).
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 31
15/02/2011 - PVS

8.4.2 Fin de l’amortissement

Les amortissements des immobilisations corporelles cessent uniquement lorsque l’actif est extourné du
bilan. Nous vous renvoyons vers le titre 10 Décomptabilisation.

Les amortissements ne prendront pas fin lorsqu’un bien est désaffecté. La désaffectation de l’exploitation
peut cependant être un indicateur d’une perte de valeur sur cette immobilisation corporelle.

Les amortissements doivent aussi se poursuivre, même si une immobilisation corporelle, détenue au prix
coutant diminué des amortissements cumulés, possède une juste valeur qui est supérieure à la valeur nette
comptable.

Les entretiens et réparations ne modifient en rien la nécessité d’amortir l’actif.

Comme abordé dans le chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées
dans les cas exceptionnels, un actif sera transféré de la rubrique “immobilisations corporelles détenues pour
la vente” vers la rubrique “immobilisations corporelles”. Pour l’appréciation et l’amortissement de ce type
d’actifs, nous vous renvoyons au chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités
abandonnées, titre 5.6 Modifications apportées à un plan de vente.

8.5 Révision de la durée d’utilité


À la fin de chaque année comptable, ou plus souvent si cela se justifie, il faut se poser la question de savoir
si la durée d’utilité des (composants des) immobilisations corporelles doit être revue au regard de l’évolution
des circonstances techniques ou économiques.

La révision de la durée d’utilité (d’un composant) d’une immobilisation corporelle se fait de manière
prospective. La valeur comptable existante (= le coût diminué des amortissements cumulés et des
éventuelles pertes de valeurs cumulées) est amortie sur la durée d’utilité restante (du composant) de
l’immobilisation corporelle à partir du moment de la révision de la durée d’utilité.

Dans le cas d’une réduction de la durée d’utilité, la valeur comptable est étalée sur la durée d’utilité revue
estimée. Les amortissements antérieurs non-comptabilisés ne seront pas comptabilisés au moment
de la revue de la durée d’utilité (jamais de mouvement de rattrapage) sauf s’il y a des transferts tardifs
des immobilisations corporelles en cours vers le compte définitif d’immobilisations corporelles (voir exemple
10 section J Écritures comptables et exemples).

Une réduction de la durée d’utilité n’est pas à confondre avec une perte de valeur qui est liée à une valeur
comptable supérieure à la valeur recouvrable. Nous vous renvoyons vers le chapitre 13 Pertes de valeur.

Exemple 10: Réduction de la durée d’utilité


er
Le groupe SNCB a acheté un actif au 1 janvier 2020 pour une valeur de
€ 100.000 et l’actif a une durée d’utilité estimée à ce moment-là de 10 ans et une valeur résiduelle nulle. Le
montant de l’amortissement annuel s’élève à € 10.000.
er
Au 1 janvier 2024, alors que la valeur comptable s’élève à un montant de € 60.000, l’estimation de la durée
er
d’utilité est revue à la baisse. La durée d’utilité restante est estimée maintenant à 4 ans, à compter du 1
janvier 2024. La durée d’utilité totale est donc de 8 ans, au lieu des 10 ans prévus initialement.
Le groupe SNCB doit adapter le montant d’amortissement annuel afin d’amortir la valeur comptable (€
60.000) sur les 4 années restantes. Par conséquent, le groupe SNCB doit comptabiliser pour les 4 années
suivantes un amortissement annuel de € 15.000.

À l’occasion d’une prolongation de la durée d’utilité, la valeur comptable est étalée sur la durée d’utilité
revue. Les amortissements comptabilisés antérieurement ne seront jamais repris.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 32
15/02/2011 - PVS

Exemple 11: Prolongation de la durée d’utilité


er
Le groupe SNCB a acheté un actif au 1 janvier 2030 pour une valeur de
€ 200.000. La durée d’utilité estimée à ce moment est de 10 ans et la valeur résiduelle nulle. Le montant de
l’amortissement annuel s’élève à € 20.000.
er
Au 1 janvier 2034, alors que la valeur comptable s’élève à un montant de € 120.000, l’estimation de la
er
durée d’utilité est revue à la hausse. La durée d’utilité restante est estimée à 11 ans, à compter du 1 janvier
2034. La durée d’utilisation totale est donc de 15 ans, au lieu des 10 ans prévus initialement.
Le groupe SNCB doit adapter le montant d’amortissement annuel afin d’amortir la valeur comptable (€
120.000) sur les 11 années restantes. Par conséquent, le groupe SNCB doit comptabiliser pour les 11
années suivantes un amortissement annuel de € 10.909.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 33
15/02/2011 - PVS

9 Pertes de valeur
La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation après la
Évaluation lors de la
reconnaissance Décomptabilisation
reconnaissance
initiale Titre 10
initiale
Titre 7
Titre 6

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Une perte de valeur doit être comptabilisée si la valeur comptable de l’immobilisation corporelle est
supérieure à sa valeur recouvrable. De plus amples explications sont disponibles au chapitre 13 Pertes de
valeur.

En l’application des règles comptables belges, la comptabilisation des pertes de valeur correspond à la
comptabilisation des amortissements exceptionnels (pour les actifs amortissables) ou à la comptabilisation
des réductions de valeurs exceptionnelles (pour les actifs non-amortissables).

Il est possible d’enregistrer une perte de valeur sur une immobilisation corporelle (= actif individuel)
résultant d’une indication de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât
subi), indépendamment du fait que l’immobilisation corporelle est ou n’est pas (entièrement ou partiellement)
subsidiée.
Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrées sur des immobilisations corporelles dans le cadre du
test de perte de valeur sur une CGU si l’immobilisation corporelle sur laquelle la perte de valeur serait
attribuée fait partie d’une CGU (cash generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement
subsidiée.
Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y afférents).

Après la comptabilisation d’une perte de valeur, la charge d’amortissement est adaptée afin d’étaler de
manière systématique la valeur comptable révisée sur la période d’utilité restante.

Si la perte de valeur n’est plus nécessaire, celle-ci doit être reprise dans le compte de résultats, avec pour
limite supérieure le montant de la valeur brute, moins les amortissements cumulés “normaux”.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 34
15/02/2011 - PVS

Exemple 12
er
Le groupe SNCB a acheté un actif au 1 janvier 2040 pour un montant de € 10.000. L’actif est amorti sur 10
ans et présente une valeur nette comptable de € 5.000 au 31 décembre 2044. Au 31 décembre 2044, une
perte valeur de € 2.500 est comptabilisée pour porter la valeur comptable à la valeur recouvrable de €
2.500.
er
La charge d’amortissement annuelle s’élève à € 500 à partir du 1 janvier 2045, afin d’étaler la valeur
comptable de € 2.500 au 31 décembre 2044 sur le restant de la durée d’utilisation des 5 années.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 35
15/02/2011 - PVS

10 Décomptabilisation
La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation après la
Évaluation lors de la
reconnaissance Décomptabilisation
reconnaissance
initiale Titre 10
initiale
Titre 7
Titre 6

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Une immobilisation corporelle est extournée du bilan comme immobilisation corporelle dans les cas suivants:
 Cession: vente, donation, échange contre une autre immobilisation corporelle, apport, conclusion d’un
contrat de location-financement en tant que bailleur;
 Remplacement par un autre (sous-)composant (ou une partie de composant) (voir titre 9.3 Durée d’utilité
et approche par composants);
 Transfert vers les immeubles de placement: les terrains et bâtiments qui répondent aux critères de
reconnaissance des immeubles de placement, ne sont plus comptabilisés au bilan comme
immobilisations corporelles, mais en tant qu’immeubles de placement (voir chapitre 11 Immeubles de
placement);
 Transfert vers les actifs non courants détenus en vue de la vente: les immobilisations corporelles, qui
répondent aux critères actifs non courants détenus en vue de la vente, ne sont plus comptabilisées au
bilan en tant qu’immobilisations corporelles, mais en tant qu’actifs non courants détenus en vue de la
vente (voir chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées). Une
exception est, cependant, prévue: les immobilisations corporelles qui seront vendues ou apportées à
une entité du périmètre de consolidation dans les 12 mois après que les conditions d’IFRS 5 soient
remplies (quelle que soit la méthode de consolidation selon laquelle cette entité a été reprise dans la
consolidation). Ces immobilisations corporelles ne doivent pas être enregistrées comme immobilisations
corporelles détenues en vue de la vente mais elles restent enregistrées comme immobilisations
corporelles dans le bilan.

Lorsqu’une immobilisation corporelle est extournée du bilan, le coût, les amortissements cumulés
correspondants et les pertes de valeurs cumulées éventuelles sont extournés.

Le gain ou la perte résultant de la cession d’une immobilisation corporelle doit être déterminé comme la
différence entre le produit net de la cession, le cas échéant, et la valeur comptable de l’immobilisation
corporelle (le coût, moins les amortissements cumulés et les pertes de valeur cumulées éventuelles), et doit
être comptabilisé dans le compte de résultats.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 36
15/02/2011 - PVS

Si le groupe SNCB comptabilise dans la valeur comptable d’une immobilisation corporelle le coût de
remplacement d’un(e) (partie de) composant de celle-ci, il extourne la valeur comptable du (de la partie de)
composant remplacé(e). S’il n’est pratiquement pas possible pour le groupe SNCB de déterminer la valeur
comptable du (de la partie de) composant remplacé(e), il peut utiliser le coût de remplacement comme
indication de ce qu’était le coût du (de la partie de) composant remplacé(e) au moment de son acquisition ou
de sa construction (Ex.: au moyen d’un index comme, entre autres, l’ABEX).

Pour une discussion sur les immobilisations corporelles qui font l’objet d’une transaction de “sale and
leaseback” ou d’une transaction de “sale and rentback”, nous vous renvoyons au chapitre 12 Contrats de
location.

10.1 Immobilisations corporelles désaffectées


Les immobilisations corporelles, qui ne sont plus utilisées dans l’exploitation, doivent être transférées vers
les comptes “260xxxxx Immobilisations corporelles désaffectées”. Ces immobilisations corporelles sont
reprises dans les états financiers IFRS sous la catégorie correspondant à la nature de l’actif concerné.

De plus, il faut analyser si une perte de valeur doit être enregistrée.


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section B Page 37
15/02/2011 - PVS

11 Résumé des différences entre les IFRS et les


règles comptables belges
11.1 Coûts de démantèlement et de remise en état
Dans certains cas, selon IFRS, la valeur actuelle des coûts estimés relatifs au démantèlement et à
l’enlèvement de l’immobilisation corporelle ou à la remise en état / l’assainissement du site sur lequel elle est
située doit être incorporée dans la valeur d’acquisition s’il existe une obligation de les encourir et si ces coûts
sont liés à l’acquisition ou à la construction de l’immobilisation corporelle et non à son exploitation. Selon les
règles comptables belges, cela n’est pas autorisé et ces dépenses sont prises en charges dans le compte
de résultats.

11.2 Comptabilisation d’une plus-value de réévaluation


Dans les comptes consolidés IFRS, certains véhicules de matériel roulant ferroviaire de transport sont
évalués à leur juste valeur au 1/1/2009 (bilan d’ouverture IFRS). La contrepartie de cette différence est
enregistrée en “résultats reportés”. Selon les règles comptables belges, dans le cadre de la loi-
programme, certains véhicules de matériel roulant ferroviaire de transport sont évalués à leur juste valeur au
1/1/2010. La contrepartie de cette différence est, en majorité, enregistrée en “plus-value de réévaluation”.
Celle-ci est prise en résultats dans le compte de résultats au même rythme que les amortissements y
relatifs.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Section C: Terrains
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Table des matières

Section C: Terrains ______________________________________________________________ 1


1 Normes IFRS applicables _____________________________________________________ 1
1.1 Références ____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 16 Immobilisations corporelles ___________________ 1
1.2.1 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées___________________ 1
1.2.2 IAS 40 Immeubles de placement ________________________________________________________ 1
1.2.3 IAS 17 Contrats de location ___________________________________________________________ 2
2 Vue d’ensemble _____________________________________________________________ 3
3 Définitions _________________________________________________________________ 5
4 Définition de la catégorie terrains _______________________________________________ 6
5 Critères de reconnaissance ____________________________________________________ 7
5.1 Règles IFRS générales __________________________________________________________ 7
5.2 Critères de reconnaissance lors de l’acquisition initiale _______________________________ 8
5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale ________________________________ 9
5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation ________________________ 9
5.4.1 Travaux d’investissement _____________________________________________________________ 9
5.4.2 Travaux d’exploitation _______________________________________________________________ 9
6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale _____________________________________ 10
6.1 Généralités ___________________________________________________________________ 10
6.2 Types d’activités ______________________________________________________________ 10
6.3 Types de coûts ________________________________________________________________ 12
6.3.1 Coûts directs ______________________________________________________________________ 12
6.3.2 Autres frais de fonctionnement ________________________________________________________ 13
6.3.3 Coûts du personnel: taux horaire ______________________________________________________ 13
6.3.3.1 Généralités _____________________________________________________________________ 13
6.3.4 Coûts d’assainissement ______________________________________________________________ 14
6.4 Coûts réels et coûts standard ____________________________________________________ 14
6.4.1 Coûts réels _______________________________________________________________________ 14
6.4.2 Coûts standard_____________________________________________________________________ 14
6.5 Terrains détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement __________________ 15
6.6 Paiement différé ______________________________________________________________ 16
6.7 Terrains acquis par voie d’échange _______________________________________________ 17
6.8 Terrains obtenus par un apport en nature _________________________________________ 17
6.9 Acquisition des terrains dans le cadre d’une opération de regroupement d'entreprises ____ 17
6.10 Terrains pour lesquels un subside en capital a été reçu ______________________________ 18
6.11 Acquisition des terrains à titre gratuit ____________________________________________ 18
6.12 Interventions _________________________________________________________________ 18
7 Évaluation après la reconnaissance initiale ______________________________________ 19
7.1 Modèle de coûts _______________________________________________________________ 19
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

7.2 La réévaluation des terrains n’est pas autorisée ____________________________________ 19


7.3 Les terrains ne sont pas amortis _________________________________________________ 19
8 Pertes de valeur ____________________________________________________________ 20
9 Décomptabilisation__________________________________________________________ 20
9.1 Terrains désaffectés ___________________________________________________________ 21
10 Résumé des différences entre les IFRS et les règles comptables belges ________________ 22
10.1 Coûts de remise en état _________________________________________________________ 22
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 1
15/02/2011 - PVS

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 16 - Immobilisations corporelles .

Le traitement comptable des subsides publics est abordé dans la norme IAS 20 Comptabilisation des
subventions publiques et informations à fournir sur l’aide publique. Cette norme est abordée en détail dans
le chapitre 22 Subsides publics. La partie relative aux subsides en capital est abordée brièvement dans cette
section sous le titre 6.10 Terrains pour lesquels un subside en capital a été reçu.

IAS 36 Pertes de valeur d’actifs doit s’appliquer au traitement comptable des immobilisations corporelles qui
ont encouru une perte de valeur. Cette norme est abordée en détail dans le chapitre 13 Pertes de valeur.
Les pertes de valeurs sur terrains sont traitées brièvement dans cette section sous le titre 8 Pertes de
valeur.

1.2 Champ d’application de la norme IAS 16 Immobilisations


corporelles
La norme IAS 16 s’applique aux immobilisations corporelles, sauf lorsqu’une autre norme impose ou
autorise un traitement comptable différent.

1.2.1 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités


abandonnées

IAS 16 ne s’applique pas aux immobilisations corporelles classées comme immobilisations corporelles,
détenues en vue de la vente. Le traitement comptable relatif aux immobilisations corporelles détenues en
vue de la vente est précisé à travers la norme IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et
activités abandonnées. Le groupe SNCB doit classer une immobilisation corporelle (ou un groupe
d’immobilisations corporelles) destinée à être cédée comme détenue en vue de la vente si sa valeur
comptable est recouvrée principalement par le biais d’une transaction de vente plutôt que par l’utilisation
continue. Le traitement comptable de ces immobilisations corporelles est abordé dans le chapitre 14 Actifs
non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées.

1.2.2 IAS 40 Immeubles de placement

IAS 40 doit être appliqué au traitement comptable des immeubles de placement.

Un immeuble de placement est un bien immobilier (terrain ou bâtiment, ou partie d’un bâtiment, ou les deux)
détenu par le propriétaire juridique ou économique (Ex.: le locataire dans le cadre d’un contrat de location-
financement) pour en retirer des loyers, ou pour valoriser le capital, ou les deux et non pas pour son usage
propre, c'est-à-dire pour l’utiliser dans la production, la fourniture de biens ou de services ou l’utilisation à
des fins administratives, ni pour la vente dans le cadre de l’activité ordinaire.

Le champ d’application du IAS 40, la distinction entre les immobilisations corporelles et les immeubles de
placement ainsi que le traitement comptable lié aux immeubles de placement sont décrits dans le chapitre
11 Immeubles de placement.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 17 janvier 2008.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 2
15/02/2011 - PVS

1.2.3 IAS 17 Contrats de location

Un contrat de location est un accord par lequel le bailleur cède au preneur, pour une période déterminée, le
droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement ou d’une série de paiements.

IAS 17 doit s’appliquer au traitement comptable des contrats de location et des immobilisations corporelles y
afférentes. Plusieurs aspects du traitement comptable des immobilisations corporelles détenues dans le
cadre d’un contrat de location-financement suivent les règles établies dans IAS 16 Immobilisations
corporelles.

Le traitement comptable relatif aux contrats de location de terrains est abordé en détail au chapitre 12
Contrats de location, titre 3.2.5 Contrats de location pour terrains et constructions. Dans la présente section,
les terrains détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement sont traités de manière succincte
sous le titre 6.5 Terrains détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 3
15/02/2011 - PVS

2 Vue d’ensemble
Le schéma ci-dessous donne une vue d’ensemble des activités les plus importantes abordées dans cette
section. Le schéma est non exhaustif mais permet néanmoins à l’utilisateur de s’orienter dans cette section.

Si le groupe SNCB réalise des dépenses considérées ou non comme des immobilisations corporelles, il
devra être examiné si la définition et les critères de reconnaissance des immobilisations corporelles sont
remplis. Dans cette section, la distinction est établie entre les cas relatifs aux:
 Dépenses lors de l’acquisition initiale: des achats sont réalisés auprès de tiers ou des dépenses
engagées par le groupe SNCB qui sont relatifs aux actifs qui n’étaient pas la propriété du groupe SNCB
auparavant (Ex.: l'acquisition d'une pièce de rechange d'une locomotive existante, la construction d'une
nouvelle gare, la construction d'une nouvelle ligne de chemin de fer ou l'achat d'une machine). Les
critères de reconnaissance concernant ces dépenses sont abordés sous le titre 5.2 Critères de
reconnaissance lors de l’acquisition initiale; ou
 Dépenses après l’acquisition initiale: ce sont toutes les dépenses relatives aux immobilisations
corporelles, après leur acquisition initiale (Ex.: la réparation d'un toit, la modernisation d'une automotrice,
l'entretien d’un bâtiment, le remplacement des sanitaires d'une gare existante). Les critères de
reconnaissance concernant ces dépenses sont abordés sous le titre 5.3 Critères de reconnaissance
après l’acquisition initiale.

Une fois qu’il est établi qu’il s’agit d’une immobilisation corporelle (c'est-à-dire les dépenses répondent à la
définition et aux critères de reconnaissance d’une immobilisation corporelle), le groupe SNCB doit
déterminer le coût des immobilisations corporelles. Il faut se référer au titre 6 Évaluation lors de la
reconnaissance initiale.

Lorsque les immobilisations corporelles répondent aux critères de reconnaissance après la reconnaissance
initiale, le groupe SNCB doit évaluer les immobilisations corporelles selon les règles expliquées sous le titre
7 Évaluation après la reconnaissance initiale et le titre 8 Pertes de valeur.

Pour finir, le titre 9 Décomptabilisation contient les cas suivants: quand une immobilisation corporelle portée
au bilan du groupe SNCB doit être extournée du bilan ou ne plus être considérée comme une immobilisation
corporelle et est transférée vers une autre rubrique du bilan.
La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


Chapitre 10

reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation


initiale initiale Titre 9
Titre 6 Titre 7

La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de Pertes de valeur
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
Section C

initiale
15/02/2011 - PVS

d’une immobilisation
corporelle?
Immobilisations corporelles

Titre 5.3
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB

Page 4
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 5
15/02/2011 - PVS

3 Définitions
IAS 16 Immobilisations corporelles définit les concepts suivants:

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


a) Qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers; et
b) Dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Remarque: les terrains et bâtiments loués sont des immeubles de placement; ceux-ci sont abordés
dans le chapitre 11 Immeubles de placement.

La valeur comptable est le montant pour lequel un actif est comptabilisé, après déduction du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur éventuelles.

Le coût est le montant payé en cash ou la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour acquérir un
actif au moment de son acquisition ou de sa construction.

Une perte de valeur est le montant de l’excédent de la valeur comptable d’un actif sur sa valeur
recouvrable.

La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée entre le prix de vente net de l’actif et sa valeur d’utilité.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 6
15/02/2011 - PVS

4 Définition de la catégorie terrains


Les différentes catégories d’immobilisations corporelles sont traitées sous le titre 4 Catégories de la section
B Règles comptables: principes généraux et consistent en: terrains, bâtiments, infrastructure ferroviaire,
matériel roulant ferroviaire, installations et équipements divers et immobilisations corporelles en cours
(acomptes inclus). Un résumé des immobilisations et les catégories auxquelles elles appartiennent est
disponible en pièce jointe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.

Les terrains concernent chaque surface, bâtie ou non bâtie, d’une forme et dimension spécifiques. Les
terrains doivent être évalués sans tenir compte de la valeur des bâtiments existants. La catégorie terrains ne
comporte pas les passages et droits sous terre. Ces derniers doivent être repris séparément comme actifs
incorporels.

Les installations et les équipements du terrain (comme des clôtures, des barrières, des panneaux, des
installations techniques, etc.) ne sont pas considérés comme terrains, mais font partie de la catégorie
installations et équipements divers qui sont abordés dans la section G Installations et équipements divers.
Les terrains ne concernent que des surfaces au sol.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 7
15/02/2011 - PVS

5 Critères de reconnaissance
5.1 Règles IFRS générales
Au moment de la comptabilisation des dépenses, il faut déterminer si ces dépenses répondent à la définition
et aux critères de reconnaissance des immobilisations corporelles.

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


a) Qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers;
b) Dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Le coût d’une immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu’actif si, et seulement si:
 Le groupe SNCB a le contrôle de l’immobilisation corporelle; et
 Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au groupe SNCB; et
 Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Les coûts d’entretien courant de l’immobilisation ne sont pas comptabilisés dans la valeur comptable d’une
immobilisation corporelle. Ces coûts sont comptabilisés dans le compte de résultats lorsqu’ils sont encourus.
Les coûts d’entretien courant sont essentiellement les coûts de main-d’œuvre et des consommables, et
peuvent inclure le coût des petites pièces. L’objet de ces dépenses est souvent décrit comme la fonction de
“réparation et entretien” de l’immobilisation corporelle.

Vous trouverez, ci-dessous, des lignes directrices générales et pratiques représentant les cas dans
lesquels les dépenses relatives aux terrains seront reprises ou non comme immobilisations corporelles.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 8
15/02/2011 - PVS

5.2 Critères de reconnaissance lors de l’acquisition initiale


Une dépense lors de l’acquisition initiale concerne des acquisitions auprès de tiers ou des dépenses,
relatives à des actifs éventuels qui n’appartenaient pas au groupe SNCB précédemment.

À l’acquisition d’un terrain, ce terrain est présenté comme immobilisation corporelle, sous la catégorie
“Terrains”, sauf si c’est un terrain détenu comme immeuble de placement, voir chapitre 11 Immeubles de
placement. Si le terrain est détenu pour être vendu à court terme (et non pour être utilisé dans les activités
opérationnelles normales), il doit être classifié comme “actifs détenus en vue de vente” pour autant que les
conditions décrites dans ce chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités
abandonnées soient remplies.

Par conséquent, une dépense lors de l’acquisition initiale est considérée comme un investissement, c.à.d.
comptabilisée comme immobilisation corporelle si celle-ci remplit toutes les conditions suivantes:
1) La dépense concerne un actif qui se trouve sur la liste des immobilisations corporelles du
groupe SNCB. Cette question sera abordée sous le titre 4 Définition de la catégorie terrains, lequel
renvoie à l’annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité. Cette annexe
reprend une liste des différents types d’immobilisations qui sont qualifiées par le groupe SNCB
comme immobilisations corporelles. Si la dépense n’est pas explicitement prévue dans cette liste, la
question quant au traitement comptable doit être posée à la Cellule de décision Procédures et règles
qui déterminera si la dépense correspond à la définition et aux critères de reconnaissance des
immobilisations corporelles; et
2) La dépense n’est pas relative à des travaux d’exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme travaux d’exploitation sont
répertoriés dans la liste spécifique de travaux d’investissement et d’exploitation en titre 5.4 Liste des
travaux d’investissement et travaux d’exploitation de cette section;
3) La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance d’immobilisations
corporelles.

Critères de reconnaissance de l’immobilisation corporelle:


 Le groupe SNCB a le contrôle de l’immobilisation corporelle; et
 Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au
groupe SNCB; et
 Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Les immobilisations corporelles sont reconnues après le transfert des risques principaux et des
avantages économiques liés à cet actif. Dans la plupart des cas, la reconnaissance de
l’immobilisation corporelle a lieu au moment du transfert de propriété légale vers le groupe SNCB.

Lors de la signature du compromis de vente, une analyse doit être faite au cas par cas pour
vérifier si les risques principaux et les avantages économiques liés aux terrains achetés sont
transférés à l’acheteur ou non. Les risques principaux et les avantages économiques doivent être
transférés au plus tard à l’acheteur lors de la signature de l’acte notarial.

Concernant les projets d’achat ou les achats pour lesquels l’approbation du Comité de
Direction est requise, les critères de reconnaissance des immobilisations corporelles sont remplis à
partir du moment de l’approbation du “cahier spécial des charges” par l’organe interne compétent.

Pour tous les autres projets d’achat ou achats, seuls les montants facturés par les tiers (en
dehors de l’entité légale) sont repris dans le coût des immobilisations corporelles.

Une dépense qui ne satisfait pas à l’ensemble des critères ci-dessus doit être comptabilisée en charges (=
exploitation) ou en tant que stock, le cas échéant, au moment où celle-ci est effectuée.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 9
15/02/2011 - PVS

Des acomptes éventuels aux fournisseurs lors des achats d’immobilisations corporelles sont à enregistrer
comme “Acomptes sur immobilisations corporelles” sous un compte “271x” et sont repris dans les comptes
consolidés IFRS du groupe SNCB sous la catégorie “Immobilisations corporelles en cours de construction”.

La comptabilisation des coûts en investissements se termine lorsque toutes les activités d’investissement,
qui sont nécessaires à la préparation de l’actif pour son utilisation prévue ou en vue de la vente, sont
achevées (ou quasiment achevées).

5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale


Les dépenses ultérieures (après l’acquisition initiale) comprennent toutes les dépenses relatives aux
immobilisations corporelles, après l’acquisition initiale. Les dépenses après l’acquisition initiale
d’immobilisations corporelles peuvent concerner:
 des extensions ou des ajouts, d’une part;
 des entretiens de terrains déjà existants, d’autre part.

Les coûts après l’acquisition initiale concernent entre autres les activités d’entretien des immobilisations
corporelles existantes. La règle générale est que tous les coûts d’entretien qui maintiennent seulement la
valeur de l’immobilisation corporelle mais ne l’augmentent pas, ne seront pas activés.

Les dépenses ultérieures (après l’acquisition initiale) (Ex.: extensions ou ajouts) sont comptabilisées
comme immobilisations corporelles:
 Si les conditions suivantes sont remplies:
1) La dépense n’est pas relative à des travaux d’exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme travaux d’exploitation sont
répertoriés dans la liste spécifique de travaux d’investissement et d’exploitation en titre 5.4 Liste
des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation de cette section;
2) La dépense remplit lors du stade initial les critères de reconnaissance d’immobilisations
corporelles;
 Ou si la dépense est imposée par certaines contraintes réglementaires.

5.4 Liste des travaux d’investissement et des travaux d’exploitation


5.4.1 Travaux d’investissement

Sont considérés comme travaux d’investissement et évalués à leur valeur d’acquisition:


 le prix d’achat ou la valeur d’apport du terrain;
 les frais de délimitation liés à une acquisition;
 les frais d’enregistrement;
 éventuellement, les autres frais liés à cet achat (Ex.: frais d’expropriation);
 les coûts éventuels liés à la remise en état du terrain.

5.4.2 Travaux d’exploitation

Sont considérés comme travaux d’exploitation:


 l’actualisation du patrimoine, le mesurage, la délimitation, l’adaptation de plans;
 la lutte contre la vermine;
 le désherbage et la destruction des plantes et insectes nuisibles.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 10
15/02/2011 - PVS

6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale


6.1 Généralités
Une immobilisation corporelle doit, lors de la reconnaissance initiale, être évaluée à son coût.

Le coût d’un terrain comprend:


a) Son prix d’achat, y compris les droits d’enregistrement, les coûts d’expropriation et les taxes non-
récupérables, après déduction des réductions commerciales et autres;
b) Les coûts directement attribuables au transfert de l’actif jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise
en état pour permettre son exploitation selon la manière prévue par la direction;
c) Les coûts de remise en état: la valeur actuelle des coûts estimés relatifs à la remise en état /
l’assainissement du terrain, s’il existe une obligation de les encourir et si ces coûts sont liés à
l’acquisition du terrain et non à son exploitation.

En pratique, les coûts sont repris dans le coût de l’immobilisation corporelle s’ils remplissent les deux
critères suivants:
 Les coûts sont relatifs à des activités non exclues (voir titre 6.2 Types d’activités, pour une description);
et
 Les coûts correspondent à certains types de coûts bien définis (la définition des types de coûts est
présentée dans le titre 6.3 Types de coûts).

Les coûts sont activés comme terrains dès qu’ils satisfont aux critères de reconnaissance des
immobilisations corporelles, comme décrit dans le titre 5 Critères de reconnaissance.

6.2 Types d’activités


Le coût de certaines activités n’est pas incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle (voir titre 6.3
Types de coûts), sans considération du niveau auquel elles sont exécutées dans le groupe SNCB (=
activités exclues).

Le coût de certaines activités n’est pas incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle si elles sont
exécutées aux niveaux “Sociétés” ou “Directions”. Le coût de ces activités est incorporé si elles sont
effectuées au niveau des “Services opérationnels”.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 11
15/02/2011 - PVS

Les activités qui sont exclues sans considération du niveau auquel elles sont exécutées:
o organes de gestion interne;
o communication;
o affaires publiques et relations externes;
o corporate affairs;
o participations et suivi des filiales;
o affaires internationales;
o affaires juridiques non-liées aux phases de développement d’un investissement;
o change office;
o stratégie et politique d’investissement;
o imprimerie / copyshop;
o contrôle de gestion (sauf support au personnel de gestion du projet d’investissement);
o services techniques;
o courrier interne;
o contrôle et gestion des contrats de location des terrains et bâtiments;
o contrôle et audit interne;
o formation;
o contrôles légaux non liés au développement des investissements;
o bureautique, mobilier, office supplies, vêtements, charroi automobile;
o activités de services qui travaillent exclusivement sur l'exploitation;
o gestion clients ICTRA;
o stockage;
o finances et comptabilité générale.
Les activités qui sont exclues si elles sont exécutées au niveau “Sociétés” et “Directions”:
o direction et son secrétariat;
o sécurité;
o environnement;
o logistique;
o ressources humaines / organisation du personnel;
o IT local;
o qualité.

Les niveaux “Sociétés”, “Directions” et “Services opérationnels” sont définis comme suit:

 Niveau “Sociétés”:
Le niveau “Sociétés” correspond aux services généraux des 3 sociétés SNCB Holding, SNCB et
Infrabel.
 Niveau “Directions”:
Le niveau “Directions” correspond à tous les services des directions suivantes dans les 3 sociétés, qui
ne sont pas des services opérationnels:
o Stations à la SNCB Holding;
o SNCB Technics à la SNCB;
o Infrastructure, Réseau et Accès au Réseau chez Infrabel.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 12
15/02/2011 - PVS

 Niveau “Services opérationnels”:


Le niveau “Services opérationnels” comprend:
o toutes les zones de Stations;
o toutes les zones et ateliers d’Infrabel;
o tous les ateliers de la SNCB;
o les services opérationnels similaires qui se situent au niveau “Sociétés” ou “Directions”. Dans la
situation actuelle: Signalétique à la SNCB, Network device solution, Business solution, Access
as a service, Infra as a service et Standard solution d’ICTRA à la SNCB Holding.

6.3 Types de coûts


Les types de coûts, qui doivent être comptabilisés dans le coût d’immobilisations corporelles des activités
non-exclues, sont les suivants:
 Les “Coûts directs” qui sont exécutés à tous les niveaux (la définition des “Coûts directs” est donnée
dans le titre 6.3.1 Coûts directs); et
 Les “Autres frais de fonctionnement” effectués seulement au niveau des “Services opérationnels” (la
définition des “Autres frais de fonctionnement” est donnée dans le titre 6.3.2 Autres frais de
fonctionnement).

6.3.1 Coûts directs

Les “Coûts directs” d’une activité non-exclue sont définis comme suit:
 Les coûts des terrains achetés, facturés par des tiers (les entreprises du groupe SNCB sont considérées
comme des tiers), basés sur des factures d’achat et des frais accessoires comme des droits
d’enregistrement;
 Coûts des services fournis et facturés par des tiers (les entreprises du groupe SNCB sont considérées
comme des tiers) qui servent directement des activités non-exclues (Ex.: coût d’avocats externes, etc.);
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui pointe directement sur des
activités non-exclues (voir titre 6.3.3 Coûts du personnel: taux horaire);
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui ne pointe pas directement
sur des activités non-exclues, à condition que les clés d’allocation utilisées soient conformes à la réalité
économique, au moins annuellement et lors de tout événement qui modifierait de façon significative le
niveau des activités non-exclues (Ex.: lors d’une révision budgétaire);
 La valeur actuelle des coûts estimés relatifs à la remise en état / l’assainissement du terrain, s’il existe
une obligation de les encourir et si ces coûts sont liés à l’acquisition du terrain et non à son exploitation.
Les conditions qui doivent être remplies pour enregistrer une provision et les circonstances selon
lesquelles le coût est intégré comme faisant partie du coût du terrain sont décrites en détail dans le
chapitre 24 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels. La reconnaissance de ces coûts comme
faisant partie du coût d’un terrain n’est pas permise selon les règles comptables belges. Il s’agit d’une
différence entre les IFRS et les règles comptables belges qui est présentée en titre 10 Résumé des
différences entre les IFRS et les règles comptables belges.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 13
15/02/2011 - PVS

6.3.2 Autres frais de fonctionnement

Les “Autres frais de fonctionnement” d’une activité non-exclue comprennent les types de coûts suivants:
 Coûts des amortissements (si non-subsidiés) et coûts de location des bâtiments administratifs, halls de
production et machines, équipements et installations qui ne sont pas utilisés directement pour la
fabrication ou l’achat d’immobilisations corporelles;
 Coûts de maintenance (coûts du personnel propre de maintenance, coûts de maintenance facturés par
des tiers, coûts de location de matériel et d’immobilisations corporelles utilisées pour la maintenance,
amortissements de matériel et d’immobilisations non-subsidiés utilisés pour la maintenance, coûts
d’énergie, etc.) des bâtiments administratifs, halls de production et machines, équipements et
installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat d’une immobilisation
corporelle;
 Coûts d’énergie consommée par les bâtiments administratifs, halls de production et machines,
équipements et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat d’une
immobilisation corporelle;
 Autres coûts (Ex.: taxes non récupérables, etc.) liés aux bâtiments administratifs, halls de production et
machines, équipements et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat
d’une immobilisation corporelle;
 Coûts salariaux du personnel (secrétariat, superviseurs, etc.) qui soutient et supervise le personnel
exécutant des activités non-exclues.

Remarque:
Les coûts d’activités exécutées par les “Directions” pour lesquelles on ne s’attend normalement pas à ce
qu’elles exécutent des activités relatives à l’achat ou la production d’immobilisations corporelles, ne peuvent
être compris dans le coût. Si, par exception à cette règle, ces “Directions” exécutaient quand même des
activités liées à l’achat ou la production d’immobilisations corporelles, les “coûts” liés à ces activités
pourraient uniquement être inclus dans le coût des immobilisations corporelles, s’ils sont basés sur le
pointage direct des employés. Dans ce cas-là, il ne s’agit donc pas “d’activités exclues”.

6.3.3 Coûts du personnel: taux horaire

6.3.3.1 Généralités

Comme abordé dans le titre 6.3 Types de coûts, les coûts du personnel sont, dans certains cas, compris
dans le coût des immobilisations corporelles.

Le taux horaire du personnel dont le coût est incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle est calculé
comme suit:

“Coûts salariaux” / “Nombre d’heures prestées”.

Le taux horaire est décrit en détail dans le chapitre 23 Avantages accordés au personnel de ce manuel
comptable.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 14
15/02/2011 - PVS

6.3.4 Coûts d’assainissement

Lorsqu’une obligation d’assainissement remplit les critères de reconnaissance des provisions selon IAS 37
Provisions et que cette obligation est liée à l’achat d’un terrain, la valeur actuelle des coûts estimés pour cet
assainissement doit être prise dans la valeur d’acquisition du terrain. La contrepartie de cette augmentation
de la valeur comptable du terrain est une provision.

Lorsque de la pollution est générée suite à l’utilisation du terrain lors de la production des stocks ou lors de
la fourniture de services (Ex.: à cause de la production dans les ateliers pour l’entretien des trains), les coûts
d’assainissement doivent être comptabilisés en compte de résultats ou dans le coût des stocks produits en
fonction de l’utilisation et des dégâts des sites. La contrepartie est alors aussi une provision.

Une provision doit être comptabilisée lorsqu’elle répond à trois critères de reconnaissance:
 Une entité a une obligation actuelle (juridique ou implicite) résultant d’un événement passé;
 Il est probable qu’une sortie de ressources représentatives d’avantages économiques sera nécessaire
pour éteindre l’obligation (>50%);
 Le montant de l’obligation peut être estimé de manière fiable (dans des cas extrêmement rares, une
estimation fiable ne peut être réalisée).

6.4 Coûts réels et coûts standard


Les éléments du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base des coûts réels, ou sur
la base des coûts standard, selon la nature des éléments de ce coût. La différence est expliquée dans les
titres 6.4.1 Coûts réels et 6.4.2 Coûts standard.

6.4.1 Coûts réels

Les éléments suivants du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base des coûts
réels:
 les quantités d'immobilisations corporelles et de stocks consommées directement dans les activités
non-exclues;
 le prix pour la consommation directe des stocks acquis et des immobilisations corporelles, pour la
partie des coûts facturée par des tiers;
 les quantités d’heures de main d’œuvre (pour le personnel qui pointe directement sur
l'investissement) et d’heures-machine (qui sont utilisées directement pour les activités non-exclues);
 le coût des services prestés et facturés par des tiers (sociétés en dehors de l’entité juridique), qui
sont utilisés directement dans les activités non-exclues.

6.4.2 Coûts standard

La méthode du coût standard peut être utilisée pour déterminer les composantes suivantes du coût des
immobilisations corporelles, si le résultat se rapproche du coût réel:
 le coût standard pour la partie interne des frais encourus (Ex.: les frais de manutention, de transport
interne et les coûts liés aux services d’achats) lors de l'achat de stocks et des immobilisations
corporelles qui sont directement consommées et utilisées;
 la moyenne pondérée des coûts standard lors de la consommation de tous les stocks de produits;
 le taux horaire standard pour toutes les heures de main d’œuvre et les heures-machine;
 les quantités standard pour toutes les heures de main d’œuvre du personnel qui ne pointe pas
directement sur les activités non-exclues spécifiquement;
 le coût standard pour les autres frais de fonctionnement.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 15
15/02/2011 - PVS

En appliquant la méthode du coût standard, il faut procéder de la manière suivante:


 La méthode du coût standard est basée sur une capacité totale estimée, déterminée avant le début de
l’exercice, pour la totalité de l’exercice et qui est répartie sur les 12 mois de ce même exercice, en tenant
compte des éléments attendus tels que la saisonnalité, les périodes de vacances, les gros entretiens,
les absences pour maladie, etc.;
 Le coût standard est déterminé en tenant compte de la capacité mensuelle estimée et des coûts
mensuels budgétés;
 Une analyse documentée des variances est effectuée chaque mois entre les coûts réels et les coûts
standard de la période écoulée pour l’exercice en cours;
 Les résultats d’une telle analyse mensuelle servent, le cas échéant, à ajuster les coûts standard
commençant à partir du mois suivant (= adaptation prospective), dès que les différences entre les coûts
réels et les coûts standard de la période écoulée de l’exercice en cours sont supérieures à:
o 2% de la valeur réelle des taux horaires du personnel;
o 5% de la valeur réelle des autres éléments de coûts incorporés;
 Si les différences de la période écoulée de l’exercice en cours dépassent les limites mentionnées ci-
avant mais qu’aucun ajustement des coûts standard n’a été effectué, alors cette décision doit être
motivée par écrit.

6.5 Terrains détenus dans le cadre d’un contrat de location-


financement
Le preneur (locataire) doit comptabiliser un terrain détenu dans le cadre d’un contrat de location-financement
pour le montant égal à la juste valeur du terrain ou, si celle-ci est inférieure, à la valeur actuelle des
paiements de location minimums fixés au début du contrat de location-financement. La détermination du
montant à prendre en compte est décrite dans le chapitre 12 Contrats de location.
Les coûts directs initiaux encourus par le preneur (locataire) sont aussi ajoutés au montant comptabilisé en
tant que terrain. Les autres éléments du coût sont abordés sous le titre 6 Évaluation lors de la
reconnaissance initiale.

Règle spécifique pour la SNCB Holding, Infrabel et la SNCB:

Les contrats de location entre les entités du groupe SNCB, qui sont considérés comme des locations
simples selon les règles comptables belges, mais qui sont considérés comme des locations-
financements selon IFRS, ne sont pas retraités dans les comptes statutaires. Une exception est,
cependant, prévue: les actifs qui sont sujets à un financement alternatif.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 16
15/02/2011 - PVS

6.6 Paiement différé


Un paiement est considéré comme un paiement différé quand le groupe SNCB paie un fournisseur en
dehors de la période de paiement normal du fournisseur ou lorsqu’un délai de paiement génère un intérêt
qui est inférieur au taux du marché.

Les terrains dont le paiement est différé sont évalués à la valeur actuelle du paiement.

Si le paiement est différé au-delà des conditions habituelles de crédit, la différence entre le prix comptant
équivalent au moment de la reconnaissance et le total des paiements effectués est comptabilisée en
charges financières sur la période de crédit.

L’évaluation du terrain à la valeur actuelle du paiement et la comptabilisation d’une charge financière pour la
différence entre le prix comptant équivalent au moment de la reconnaissance et le paiement effectué sont
seulement appliquées pour des paiements à partir de € 100.000 et pour lesquels le délai de paiement est de
plus d’un an.

Exemple 1

Un terrain est acheté début juillet de l'année N pour un montant de € 100.000 (montant nominal) dont le
paiement s’effectue fin janvier de l’année N+2. Ce paiement est différé parce qu’il dépasse le délai de
paiement normal. Le taux d’actualisation s’élève à 6% par an (comme déterminé par la SNCB Holding).

Le terrain acheté a une valeur actuelle qui est égale à:


(-19 / 12)
€100.000 x (1+6%) = € 91.187

La différence entre la valeur actuelle et la valeur nominale est prise comme une charge financière pro rata
temporis de la période juillet de l’année N jusqu’au mois de janvier de l’année N+2.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 17
15/02/2011 - PVS

6.7 Terrains acquis par voie d’échange


L'acquisition de terrains par voie d'échange est rare au sein du groupe SNCB.

Un ou plusieurs terrains peuvent être acquis par voie d’échange contre des actifs non-monétaires ou une
combinaison d’actifs monétaires et non-monétaires.
Le coût d’un tel terrain est évalué à la juste valeur sauf si (a) l’opération d’échange n’a pas de substance
commerciale ou (b) il n’est pas possible d’évaluer de manière fiable ni la juste valeur de l’actif reçu, ni celle
de l’actif cédé.

Si l’actif acquis n’est pas évalué à sa juste valeur, son coût est évalué à la valeur comptable de l’actif cédé.

Une opération d’échange présente une substance commerciale si:


a) la configuration (risque, calendrier et montant) des flux de trésorerie de l’actif reçu diffère de la
configuration des flux de trésorerie de l’actif transféré; ou
b) la valeur spécifique au groupe SNCB de la partie des activités du groupe SNCB affectée par
l’opération varie du fait de l’échange; et
c) la différence en (a) ou en (b) est significative par rapport à la juste valeur des actifs échangés.

La juste valeur d’un actif pour lequel il n’existe pas de transaction de marché comparable peut être évaluée
de façon fiable si (a) la variabilité de l’intervalle des estimations raisonnables de la juste valeur n’est pas
significative pour cet actif ou (b) si les probabilités des différentes estimations dans l’intervalle peuvent être
raisonnablement appréciées et utilisées pour estimer la juste valeur. Si le groupe SNCB est en mesure de
déterminer de manière fiable la juste valeur de l’actif cédé, la juste valeur de l’actif cédé est alors utilisée
pour évaluer le coût de l’actif reçu, sauf si la juste valeur de l’actif reçu est plus clairement évidente.

6.8 Terrains obtenus par un apport en nature


Lorsqu’un terrain est acquis lors d’une opération d’apport en nature (par échange d’actions en capital), celle-
ci est comptabilisée à sa valeur d’apport. Il s'agit de la valeur convenue entre les parties, excluant les coûts
liés à l’apport. Les coûts liés à un apport sont pris en charges dans le compte de résultats.

6.9 Acquisition des terrains dans le cadre d’une opération de


regroupement d'entreprises
Les terrains acquis dans le cadre d'un regroupement d'entreprises (Ex.: lors de l’acquisition de sociétés) sont
évalués à leur juste valeur.

Le traitement comptable des regroupements d'entreprises est abordé en détail dans le chapitre 41
Regroupements d'entreprises.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 18
15/02/2011 - PVS

6.10 Terrains pour lesquels un subside en capital a été reçu


Lors de l'acquisition des terrains, le groupe SNCB obtient souvent des subsides en capital de la part de
l’État. Dans la mesure où le traitement des subsides en capital est fortement lié à l'actif auquel ils se
rapportent, ceux-ci seront brièvement abordés ici.
Au sein du groupe SNCB, les subsides en capital reçus de la part de l’État, doivent être comptabilisés en
tant que dette (en produits à reporter) au passif du bilan. Les subsides en capital doivent être comptabilisés
dans le compte de résultats (en produits d’exploitation) au même rythme que les amortissements relatifs aux
immobilisations corporelles auxquelles ils se rapportent. Puisque des terrains ne sont pas amortis, les
subsides en capital, reçus lors de l’acquisition des terrains, ne sont pas comptabilisés en produits au sein du
groupe SNCB.
Il est possible d’enregistrer une perte de valeur sur un terrain (= actif individuel) résultant d’une indication
de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât subi), indépendamment
du fait que le terrain est ou n’est pas (entièrement ou partiellement) subsidié.
Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrées sur des terrains dans le cadre du test de perte de
valeur sur une CGU si le terrain sur lequel la perte de valeur serait attribuée fait partie d’une CGU (cash
generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement subsidiée.
Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y afférents).
Les subsides en capital ainsi que les subsides d'exploitation sont abordés sous le chapitre 22 Subsides
publics.

6.11 Acquisition des terrains à titre gratuit


Si un terrain est obtenu gratuitement d’un tiers (Ex.: commune, province, région ou l’État), les frais inhérents
à la donation doivent être comptabilisés dans le coût du terrain.

6.12 Interventions
Les interventions reçues de tiers autres que les pouvoirs publics et qui, en substance, représentent des
subsides, suivent le même schéma de comptabilisation que les subsides reçus des pouvoirs publics.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 19
15/02/2011 - PVS

7 Évaluation après la reconnaissance initiale


7.1 Modèle de coûts
Après la reconnaissance initiale, le modèle de coûts doit être appliqué à toutes les catégories
d'immobilisations corporelles. Cela signifie que les terrains sont comptabilisés à leur coût, diminué du cumul
des pertes de valeur éventuelles.

7.2 La réévaluation des terrains n’est pas autorisée


La réévaluation des immobilisations corporelles est possible selon les normes IFRS. De telles réévaluations
ne sont pas autorisées selon les règles d'évaluation en vigueur au sein du groupe SNCB.
Il existe, cependant, une exception à ceci: les réévaluations effectuées avant 1/1/2009 conformément aux
règles comptables belges et qui sont considérées comme coût présumé selon les règles IFRS dans le cas
où celui-ci s’approche de la juste valeur au moment de la réévaluation.

7.3 Les terrains ne sont pas amortis


Les terrains ont une durée de vie illimitée et ne sont pas amortis.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 20
15/02/2011 - PVS

8 Pertes de valeur
Une perte de valeur doit être comptabilisée si la valeur comptable du terrain est supérieure à sa valeur
recouvrable. De plus amples explications sont disponibles au chapitre 13 Pertes de valeur.

En application des règles comptables belges, la comptabilisation des pertes de valeur correspond à la
comptabilisation des réductions de valeurs exceptionnelles.

Il est possible d’enregistrer une perte de valeur sur un terrain (= actif individuel) résultant d’une indication
de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât subi), indépendamment
du fait que le terrain est ou n’est pas (entièrement ou partiellement) subsidié.
Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrées sur des terrains dans le cadre du test de perte de
valeur sur une CGU si le terrain sur lequel la perte de valeur serait attribuée fait partie d’une CGU (cash
generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement subsidiée.
Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y afférents).

Si la perte de valeur n’est plus nécessaire, celle-ci doit être reprise dans le compte de résultats.

9 Décomptabilisation
Un terrain est extourné du bilan comme terrain dans les cas suivants:
 Cession: vente, donation, échange contre une autre immobilisation corporelle, apport, conclusion d’un
contrat de location-financement en tant que bailleur;
 Transfert vers les immeubles de placement: les terrains, qui répondent aux critères de reconnaissance
des immeubles de placement, ne sont plus comptabilisés au bilan comme immobilisations corporelles,
mais en tant qu’immeubles de placement (voir chapitre 11 Immeubles de placement);
 Transfert vers les actifs non courants détenus en vue de la vente: les terrains, qui répondent aux critères
actifs non courants détenus en vue de la vente, ne sont plus comptabilisés au bilan en tant
qu’immobilisations corporelles, mais en tant qu’actifs non courants détenus en vue de la vente (voir
chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées). Une exception
est, cependant, prévue: les terrains qui seront vendus ou apportés à une entité du périmètre de
consolidation dans les 12 mois après que les conditions d’IFRS 5 soient remplies (quelle que soit la
méthode de consolidation selon laquelle cette entité a été reprise dans la consolidation). Ces terrains ne
doivent pas être enregistrés comme immobilisations corporelles détenues en vue de la vente mais ils
restent enregistrés comme immobilisations corporelles dans le bilan.

Lorsqu’un terrain est extourné du bilan, le coût et les pertes de valeurs cumulées éventuelles sont
extournés.

Le gain ou la perte résultant de la cession d’un terrain doit être déterminé comme la différence entre le
produit net de la cession, le cas échéant, et la valeur comptable de l’immobilisation corporelle (le coût moins
les pertes de valeur cumulées éventuelles), et doit être comptabilisé dans le compte de résultats.

Pour une discussion sur les terrains qui font l’objet d’une transaction de “sale and leaseback” ou d’une
transaction de “sale and rentback”, nous vous renvoyons au chapitre 12 Contrats de location.
MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 21
15/02/2011 - PVS

9.1 Terrains désaffectés


Les terrains qui ne sont plus utilisés dans l’exploitation doivent être transférés vers les comptes “260xx
Immobilisations corporelles désaffectées”. Ces immobilisations corporelles sont reprises dans les états
financiers IFRS sous la catégorie correspondant à la nature de l’actif concerné.

De plus, il faut analyser si une perte de valeur doit être enregistrée.


MANUEL COMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section C Page 22
15/02/2011 - PVS

10 Résumé des différences entre les IFRS et les


règles comptables belges
10.1 Coûts de remise en état
Dans certains cas, selon IFRS, la valeur actuelle des coûts estimés relatifs à la remise en état /
l’assainissement du terrain doit être incorporée dans la valeur d’acquisition s’il existe une obligation de les
encourir et si ces coûts sont liés à l’acquisition du terrain et non à son exploitation. Selon les règles
comptables belges, cela n’est pas autorisé et ces dépenses sont prises en charges dans le compte de
résultats.
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Section D: Bâtiments
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

Table des matières

Section D: Bâtiments_____________________________________________________________ 1
1 Normes IFRS applicables _____________________________________________________ 1
1.1 Références ____________________________________________________________________ 1
1.2 Champ d’application de la norme IAS 16 Immobilisations corporelles __________________ 1
1.2.1 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées __________________ 1
1.2.2 IAS 40 Immeubles de placement _______________________________________________________ 1
1.2.3 IAS 17 Contrats de location ___________________________________________________________ 2
1.3 Champ d’application de la norme IAS 23 Coûts d’emprunt ___________________________ 2
2 Vue d’ensemble de la section ___________________________________________________ 3
3 Définitions _________________________________________________________________ 5
4 Définition de la catégorie des bâtiments __________________________________________ 6
5 Critères de reconnaissance ____________________________________________________ 7
5.1 Règles IFRS générales __________________________________________________________ 7
5.2 Critères de reconnaissance lors de l’acquisition initiale _______________________________ 8
5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale _______________________________ 11
5.4 Listes des travaux d’investissement et travaux d’exploitation _________________________ 14
5.4.1 Travaux d’investissement ____________________________________________________________ 14
5.4.2 Travaux d’exploitation ______________________________________________________________ 15
6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale _____________________________________ 16
6.1 Généralités ___________________________________________________________________ 16
6.2 Types d’activités ______________________________________________________________ 17
6.3 Types de coûts ________________________________________________________________ 18
6.3.1 Coûts directs ______________________________________________________________________ 18
6.3.2 Autres frais de fonctionnement ________________________________________________________ 19
6.3.3 Coûts d’emprunt ___________________________________________________________________ 20
6.3.3.1 Critères de reconnaissance _________________________________________________________ 20
6.3.3.2 Coûts d’emprunt à incorporer dans le coût d’une immobilisation corporelle ___________________ 20
6.3.3.3 Début de l’activation ______________________________________________________________ 21
6.3.3.4 Suspension de l’activation _________________________________________________________ 21
6.3.3.5 Fin de l’activation ________________________________________________________________ 21
6.3.3.6 Exemple - emprunts spécifiques _____________________________________________________ 22
6.3.3.7 Exemple - emprunts généraux_______________________________________________________ 23
6.3.4 Coûts du personnel: taux horaire ______________________________________________________ 24
6.3.4.1 Généralités _____________________________________________________________________ 24
6.3.5 Utilisation d’immobilisations corporelles subsidiées _______________________________________ 24
6.3.6 Coûts d’assainissement ou de démantèlement ____________________________________________ 24
6.4 Sous-utilisation de la capacité de production _______________________________________ 25
6.5 Coûts réels et coûts standard ____________________________________________________ 25
6.5.1 Coûts réels _______________________________________________________________________ 25
6.5.2 Coûts standard_____________________________________________________________________ 25
6.6 Bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement _________________ 26
6.7 Paiement différé ______________________________________________________________ 27
6.8 Bâtiments acquis par voie d’échange _____________________________________________ 27
MANUELCOMPTABLE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10
15/02/2011 - PVS

6.9 Bâtiments obtenus par un apport en nature ________________________________________ 28


6.10 Acquisition de bâtiments dans le cadre d’une opération de regroupement d'entreprises ___ 28
6.11 Bâtiments pour lesquels un subside en capital a été reçu _____________________________ 28
6.12 Interventions _________________________________________________________________ 29
7 Évaluation après la reconnaissance initiale ______________________________________ 30
7.1 Modèle de coûts _______________________________________________________________ 30
7.2 La réévaluation des bâtiments n’est pas autorisée ___________________________________ 30
8 Amortissements et approche par composants _____________________________________ 31
8.1 Méthode d’amortissement ______________________________________________________ 31
8.2 Montant amortissable __________________________________________________________ 31
8.3 Durée d’utilité et approche par composants ________________________________________ 32
8.3.1 Durée d’amortissement et approche par composants des bâtiments ____________________________ 32
8.3.1.1 Gares __________________________________________________________________________ 32
8.3.1.2 Bâtiments administratifs ___________________________________________________________ 36
8.3.1.3 Bâtiments industriels ______________________________________________________________ 37
8.3.1.3.1 Définition ___________________________________________________________________ 37
8.3.1.3.2 Bâtiments industriels type 1: boîtes à chaussures _____________________________________ 37
8.3.1.3.3 Bâtiments industriels type 2: entrepôts avec bureaux __________________________________ 37
8.3.1.3.4 Bâtiments industriels type 3: résidentiel ____________________________________________ 37
8.3.1.3.5 Bâtiments industriels type 4: autres _______________________________________________ 37
8.3.1.4 Habitations, parkings souterrains et immeubles de parking ________________________________ 38
8.3.2 Bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement _________________________ 38
8.3.3 Aménagement de bâtiments loués et détenus sous contrat de location- financement _______________ 39
8.3.4 Démantèlement des bâtiments sur des terrains loués _______________________________________ 40
8.4 Début et fin de l’amortissement __________________________________________________ 40
8.4.1 Début de l’amortissement ____________________________________________________________ 40
8.4.2 Fin de l’amortissement ______________________________________________________________ 41
8.5 Révision de la durée d’utilité ____________________________________________________ 42
9 Pertes de valeur ____________________________________________________________ 43
10 Décomptabilisation__________________________________________________________ 45
10.1 Bâtiments désaffectés __________________________________________________________ 46
11 Résumé des différences entre les IFRS et les règles comptables belges ________________ 47
11.1 Coûts de démantèlement et de remise en état _______________________________________ 47
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 1V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

1 Normes IFRS applicables


1.1 Références
1
IAS 16 - Immobilisations corporelles .
2
IAS 23 - Coûts d’emprunt .

Le traitement comptable des subsides publics est abordé dans la norme IAS 20 Comptabilisation des
subventions publiques et informations à fournir sur l’aide publique. Cette norme est abordée en détail dans
le chapitre 22 Subsides publics. La partie relative aux subsides en capital est abordée brièvement dans cette
section sous le titre 6.11 Bâtiments pour lesquels un subside en capital a été reçu.

IAS 36 Pertes de valeur d’actifs doit s’appliquer au traitement comptable des immobilisations corporelles qui
ont encouru une perte de valeur. Cette norme est abordée en détail dans le chapitre 13 Pertes de valeur.
Les pertes de valeurs sur bâtiments sont traitées brièvement dans cette section sous le titre 9 Pertes de
valeur.

1.2 Champ d’application de la norme IAS 16 Immobilisations


corporelles
La norme IAS 16 s’applique aux immobilisations corporelles, sauf lorsqu’une autre norme impose ou
autorise un traitement comptable différent.

1.2.1 IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités


abandonnées

IAS 16 ne s’applique pas aux immobilisations corporelles classées comme immobilisations corporelles,
détenues en vue de la vente. Le traitement comptable relatif aux immobilisations corporelles détenues en
vue de la vente est précisé à travers la norme IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et
activités abandonnées. Le groupe SNCB doit classer une immobilisation corporelle (ou un groupe
d’immobilisations corporelles) destinée à être cédée comme détenue en vue de la vente si sa valeur
comptable est recouvrée principalement par le biais d’une transaction de vente plutôt que par l’utilisation
continue. Le traitement comptable de ces immobilisations corporelles est abordé dans le chapitre 14 Actifs
non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées.

1.2.2 IAS 40 Immeubles de placement

IAS 40 doit être appliqué au traitement comptable des immeubles de placement.

Un immeuble de placement est un bien immobilier (terrain ou bâtiment, ou partie d’un bâtiment, ou les deux)
détenu par le propriétaire juridique ou économique (Ex.: le locataire dans le cadre d’un contrat de location-
financement) pour en retirer des loyers, ou pour valoriser le capital, ou les deux et non pas pour son usage
propre, c'est-à-dire pour l’utiliser dans la production, la fourniture de biens ou de services ou l’utilisation à
des fins administratives, ni pour la vente dans le cadre de l’activité ordinaire.

Le champ d’application du IAS 40, la distinction entre les immobilisations corporelles et les immeubles de
placement ainsi que le traitement comptable lié aux immeubles de placement sont décrits dans le chapitre
11 Immeubles de placement.

1
Cette version comprend les amendements jusqu’au 17 janvier 2008.
2
Cette version comprend les amendements jusqu’au 17 janvier 2008.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 2V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

1.2.3 IAS 17 Contrats de location

Un contrat de location est un accord par lequel le bailleur cède au preneur, pour une période déterminée, le
droit d’utilisation d’un actif en échange d’un paiement ou d’une série de paiements.

IAS 17 doit s’appliquer au traitement comptable des contrats de location et des immobilisations corporelles y
afférentes. Plusieurs aspects du traitement comptable des immobilisations corporelles détenues dans le
cadre d’un contrat de location-financement suivent les règles établies dans IAS 16 Immobilisations
corporelles.

Le traitement comptable relatif au contrat de location est abordé en détail au chapitre 12 Contrats de
location. Dans la présente section, les bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement
sont traités de manière succincte sous le titre 6.6 Bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-
financement et titre 8.3.2 Bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement.

1.3 Champ d’application de la norme IAS 23 Coûts d’emprunt


IAS 23 s’applique aux coûts d’emprunt et est abordé dans le titre 6.3.3 Coûts d’emprunt de ce chapitre. En
plus de l’immobilisation corporelle, IAS 23 peut être appliqué aux immobilisations incorporelles (abordé dans
le chapitre 9 Actifs incorporels), aux stocks (abordé dans le chapitre 16 Stocks), aux contrats de construction
(abordé dans le chapitre 17 Contrats de construction) et aux immeubles de placement (abordé dans le
chapitre 11 Immeubles de placement).
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 3V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

2 Vue d’ensemble de la section


Le schéma ci-dessous donne une vue d’ensemble des activités les plus importantes abordées dans cette
section. Le schéma est non exhaustif mais permet néanmoins à l’utilisateur de s’orienter dans cette section.

Si le groupe SNCB réalise des dépenses considérées ou non comme des immobilisations corporelles, il
devra être examiné si la définition et les critères de reconnaissance des immobilisations corporelles sont
remplis. Dans cette section, la distinction est faite entre les cas relatifs aux:
 Dépenses lors de l’acquisition initiale: des achats sont réalisés auprès de tiers ou des dépenses
engagées par le groupe SNCB qui sont relatifs aux actifs qui n’étaient pas la propriété du groupe SNCB
auparavant (Ex.: acquisition en seconde main d’un bâtiment administratif, construction d’une nouvelle
gare). Les critères de reconnaissance concernant ces dépenses sont abordés sous le titre 5.2 Critères
de reconnaissance lors de l’acquisition initiale; ou
 Dépenses après l’acquisition initiale: ce sont toutes les dépenses relatives aux immobilisations
corporelles, après leur acquisition initiale (Ex.: la réparation d'un toit, l'entretien d’un bâtiment, le
remplacement des sanitaires d'une gare existante). Les critères de reconnaissance concernant ces
dépenses sont abordés sous le titre 5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale.

Une fois qu’il est établi qu’il s’agit d’une immobilisation corporelle (c'est-à-dire les dépenses répondent à la
définition et aux critères de reconnaissance d’une immobilisation corporelle), le groupe SNCB doit
déterminer le coût des immobilisations corporelles. Il faut se référer au titre 6 Évaluation lors de la
reconnaissance initiale.

Lorsque les immobilisations corporelles répondent aux critères de reconnaissance après la reconnaissance
initiale, le groupe SNCB doit évaluer les immobilisations corporelles selon les règles expliquées sous le titre
7 Évaluation après la reconnaissance initiale, le titre 8 Amortissements et approche par composants et le
titre 9 Pertes de valeur.

Pour finir, le titre 10 Décomptabilisation contient les cas suivants: quand une immobilisation corporelle
portée au bilan du groupe SNCB doit être extournée du bilan ou ne plus être considérée comme une
immobilisation corporelle et est transférée vers une autre rubrique du bilan.
La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


Chapitre 10

reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation


initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Section D

Après l’acquisition Titre 8


reconnaissance
15/02/2011 - PVS

initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Immobilisations corporelles

Titre 5.3
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB

Pertes de valeur
Titre 9
Juin 2009
Page– 4V2
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 5V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

3 Définitions
IAS 16 Immobilisations corporelles et IAS 23 Coûts d’emprunt définissent les concepts suivants:

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


a) Qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers; et
b) Dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Remarque: les terrains et bâtiments loués sont des immeubles de placement, ceux-ci sont abordés
dans le chapitre 11 Immeubles de placement.

La valeur comptable est le montant pour lequel un actif est comptabilisé, après déduction du cumul des
amortissements et du cumul des pertes de valeur éventuelles.

Le coût est le montant payé en cash ou la juste valeur de toute autre contrepartie donnée pour acquérir un
actif au moment de son acquisition ou de sa construction.

L’amortissement est la répartition systématique du montant amortissable d’un actif sur sa durée d’utilité.

Le montant amortissable est le coût d’un actif ou tout autre montant substitué au coût, diminué de sa
valeur résiduelle.

La valeur résiduelle d’un actif est le montant estimé que le groupe SNCB obtiendrait actuellement de la
cession de l’actif, après déduction des coûts de cession estimés, si l’actif avait déjà l’âge et se trouvait déjà
dans l’état prévu à la fin de sa durée d’utilité.

La durée d’utilité est la période pendant laquelle le groupe SNCB s’attend à pouvoir utiliser un actif.

Une perte de valeur est le montant de l’excédent de la valeur comptable d’un actif sur sa valeur
recouvrable.

La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée entre le prix de vente net de l’actif et sa valeur d’utilité.

Les coûts d’emprunt sont les intérêts et autres coûts que le groupe SNCB encourt dans le cadre d’un
emprunt de fonds.

Dans le cadre de coûts d’emprunt: un actif qualifié est un actif dont la construction ou l’acquisition exige
plus d’un an avant de pouvoir être utilisé ou vendu.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 6V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

4 Définition de la catégorie des bâtiments


Les différentes catégories d’immobilisations corporelles sont traitées sous le titre 4 Catégories de la section
B Règles comptables: principes généraux et consistent en: terrains, bâtiments, infrastructure ferroviaire,
matériel roulant ferroviaire, installations et équipements divers et immobilisations corporelles en cours
(acomptes inclus). Un résumé des immobilisations et les catégories auxquelles elles appartiennent est
disponible en pièce jointe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.

Un bâtiment peut être chaque construction, dans laquelle des personnes, des matières, des installations,
des outils, les aménagements du groupe SNCB, des marchandises sont hébergés, ou pour laquelle une
concession peut être conclue ou qui peut être louée par une tierce personne.

Un bâtiment comprend les fondations, murs et aménagement qui en font partie.

La catégorie bâtiments consiste en:


 gares;
 bâtiments administratifs;
 bâtiments industriels;
 habitations;
 parkings souterrains;
 immeubles de parkings;
 aménagement des bâtiments loués;

Pour une description plus détaillée de ces actifs, il faut se référer au titre 8.3.1 Durée d’amortissement et
approche par composants des bâtiments.

Comme abordé sous la section I Plan comptable et liasse de consolidation, les bâtiments désaffectés, ainsi
que les bâtiments détenus par le locataire dans le cadre d’un contrat de location-financement, devront être
comptabilisés respectivement dans les comptes 260x et 25xx. Cependant, ces actifs devront être
comptabilisés dans les comptes consolidés IFRS du groupe SNCB sous la catégorie “Bâtiments”.

Les bâtiments en cours de construction (comptabilisées dans le compte 270x) appartiennent par contre à
une catégorie distincte d’immobilisations corporelles dans les comptes consolidés IFRS (même traitement
que dans les comptes statutaires).

Les acomptes (comptabilisés dans le compte 271x), sont rapportés dans les comptes consolidés IFRS sous
la catégorie "Immobilisations corporelles en cours de construction" (même traitement que dans les comptes
statutaires).
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 7V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

5 Critères de reconnaissance
5.1 Règles IFRS générales
Au moment de la comptabilisation des dépenses, il faut déterminer si ces dépenses répondent à la définition
et aux critères de reconnaissance des immobilisations corporelles.

Les immobilisations corporelles sont des actifs corporels:


a) Qui sont détenus par le groupe SNCB soit pour être utilisés à des fins administratives ou dans la
production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loués à des tiers;
b) Dont on s’attend à ce qu’ils soient utilisés sur une période de plus d’un an.

Le coût d’une immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu’actif si, et seulement si:
 Le groupe SNCB a le contrôle de l’immobilisation corporelle; et
 Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au groupe SNCB; et
 Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Les coûts d’entretien courant de l’immobilisation ne sont pas comptabilisés dans la valeur comptable d’une
immobilisation corporelle. Ces coûts sont comptabilisés dans le compte de résultats lorsqu’ils sont encourus.
Les coûts d’entretien courant sont essentiellement les coûts de main-d’œuvre et des consommables et
peuvent inclure le coût des petites pièces. L’objet de ces dépenses est souvent décrit comme la fonction de
“réparation et entretien” de l’immobilisation corporelle.

Approche par composants: une immobilisation corporelle incluant des composants majeurs ayant une durée
d’utilité différente de celle de l’actif principal doit être ventilée comptablement en ses différents composants,
afin de pouvoir les amortir sur leur durée de vie spécifique (= approche par composants).

Un (ou une partie de) (sous-)composant peut exiger un remplacement ou une rénovation. Le coût du
remplacement ou de rénovation d’un (ou d’une partie de) (sous-)composant est comptabilisé comme
investissement, c.à.d. ajouté à la valeur comptable d’une immobilisation corporelle si les critères de
reconnaissance sont satisfaits. La valeur comptable des (sous-)composants remplacés ou rénovés est
extournée selon les dispositions de décomptabilisation.

Les dépenses ultérieures qui ne constituent ni des dépenses de remplacement, ni une rénovation (d’une
partie) d’un (sous-)composant (Ex.: extensions ou ajouts) devront être uniquement activées si celles-ci
remplissent les critères de reconnaissance en vigueur pour les immobilisations corporelles (contrôle sur
l’actif, avantages économiques futurs, capacité à mesurer le coût de manière fiable). Toutes les autres
dépenses futures relatives aux immobilisations corporelles devront être prises en charges dans le compte de
résultats durant la période où elles sont encourues.

Ci-dessous vous trouverez des lignes directrices générales et pratiques représentant les cas dans
lesquels les dépenses relatives aux bâtiments seront reprises ou non comme immobilisations corporelles.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 8V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

5.2 Critères de reconnaissance lors de l’acquisition initiale


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Une dépense lors de l’acquisition initiale concerne des acquisitions auprès de tiers ou des dépenses,
relatives à des actifs éventuels qui n’appartenaient pas au groupe SNCB précédemment.

Par conséquent, une dépense lors de l’acquisition initiale est considérée comme un investissement, c.à.d.
comptabilisée comme immobilisation corporelle si celle-ci remplit toutes les conditions suivantes:
1) La dépense dépasse le seuil d’activation. Le seuil d’activation est de € 1.000 et n’est pas valable
pour les ordinateurs, portables, écrans d’ordinateurs et vélos. Ceux-ci doivent être activés, quelque
soit leur coût d’acquisition. Les pièces dont la valeur d’acquisition individuelle est inférieure à € 1.000
doivent être activées si elles font partie intégrante d’une immobilisation corporelle (avec une valeur
d’acquisition supérieure à € 1.000) étant donné qu’il faut considérer l’immobilisation corporelle dans
son ensemble; et
2) La dépense concerne un bâtiment qui se trouve sur la liste des immobilisations corporelles du
groupe SNCB. Cette question sera abordée sous le titre 4 Définition de la catégorie des bâtiments,
lequel renvoie à l’annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité. Cette
annexe reprend une liste des différents types d’immobilisations qui sont qualifiées par le groupe
SNCB comme bâtiments. Si la dépense n’est pas explicitement prévue dans cette liste, la question
quant au traitement comptable doit être posée à la Cellule de décision Procédures et règles qui
déterminera si la dépense correspond à la définition et aux critères de reconnaissance des
immobilisations corporelles; et
3) La dépense n’est pas relative à des travaux d’exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme travaux d’exploitation sont
répertoriés dans la liste de travaux d’investissement et d’exploitation en titre 5.4 Liste des travaux
d’investissement et travaux d’exploitation de cette section;
4) La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance d’immobilisations
corporelles.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page– 9V2
Juin 2009
15/02/2011 - PVS

Critères de reconnaissance de l’immobilisation corporelle:


 Le groupe SNCB a le contrôle de l’immobilisation corporelle; et
 Il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet élément iront au
groupe SNCB; et
 Le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable.

Les immobilisations corporelles sont reconnues après le transfert des risques principaux et des
avantages économiques liés à cet actif. Dans la plupart des cas, la reconnaissance de
l’immobilisation corporelle a lieu au moment du transfert de propriété légale vers le groupe SNCB.

Lors de la signature du compromis de vente, une analyse doit être faite au cas par cas pour
vérifier si les risques principaux et les avantages économiques liés aux bâtiments achetés sont
transférés à l’acheteur ou non. Les risques principaux et les avantages économiques doivent être
transférés au plus tard à l’acheteur lors de la signature de l’acte notarial.

Concernant les projets d’achat ou les achats pour lesquels l’approbation du Comité de
Direction est requise, les critères de reconnaissance des immobilisations corporelles sont remplis à
partir du moment de l’approbation du “cahier spécial des charges” par l’organe interne compétent.

Pour tous les autres projets d’achat ou achats, seuls les montants facturés par les tiers (en
dehors de l’entité légale) sont repris dans le coût des immobilisations corporelles.

Les critères de reconnaissance liés aux projets de construction sont estimés être remplis à partir
de la date d’approbation des plans généraux par l’organe interne compétent.

Pour les projets de construction pour lesquels un appel est fait à un ou plusieurs bureaux d’étude du
groupe SNCB, ceux-ci doivent indiquer sur la facture la date de cut-off ainsi que les coûts encourus
avant cette date.

Une dépense qui ne satisfait pas à l’ensemble des critères ci-dessus doit être comptabilisée en charges (=
exploitation) ou en tant que stock, le cas échéant, au moment où celle-ci est effectuée.

Des éventuels acomptes aux fournisseurs lors des achats de bâtiments sont à enregistrer comme
“Acomptes sur immobilisations corporelles” sous un compte “271x” et sont repris dans les comptes
consolidés IFRS du groupe SNCB sous la catégorie “Immobilisations corporelles en cours de construction”.

La comptabilisation des coûts en investissements se termine lorsque toutes les activités d’investissement,
qui sont nécessaires à la préparation du bâtiment pour son utilisation prévue ou en vue de la vente, sont
achevées (ou quasiment achevées).

Exemple 1

S’il n’y a plus que des activités mineures à exécuter sur un bâtiment administratif afin de satisfaire aux
souhaits spécifiques du maître d’ouvrage, alors ce bâtiment administratif est en substance complètement
terminé et plus aucun frais supplémentaire ne sera, dans le cas présent, activé comme immobilisations
corporelles.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page 10
15/02/2011 - PVS

Les lignes directrices pratiques générales peuvent se présenter de la façon schématique suivante:
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–11
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

5.3 Critères de reconnaissance après l’acquisition initiale


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Les dépenses ultérieures (après l’acquisition initiale) comprennent toutes les dépenses relatives aux
immobilisations corporelles, après l’acquisition initiale. Les dépenses après l’acquisition initiale
d’immobilisations corporelles peuvent concerner:
 des extensions ou des ajouts, d’une part;
 des entretiens ou des réparations, ainsi que des remplacements ou des renouvellements d’une ou
plusieurs parties d’immobilisations corporelles existantes, d’autre part.

Les coûts après l’acquisition initiale concernent entre autres les activités d’entretien ou de réparation des
immobilisations corporelles existantes. En règle générale, tous les coûts d’entretien et de réparation, qui
maintiennent seulement la valeur de l’immobilisation corporelle mais ne l’augmentent pas, ne seront pas
activés.

Les dépenses ultérieures (après l’acquisition initiale) (Ex.: extensions ou ajouts, remplacements ou
rénovations) sont comptabilisées comme immobilisations corporelles:
 Si les conditions suivantes sont remplies:
3
1) Il s’agit d’un remplacement ou d’une rénovation d’une partie significative d’un (sous-)
composant, ou d’un ajout ou d’une extension; et
2) La dépense n’est pas relative à des travaux d’exploitation. Les travaux qui sont considérés
comme des travaux d’investissement et ceux considérés comme travaux d’exploitation sont
répertoriés dans la liste de travaux d’investissement et d’exploitation en titre 5.4 Liste des
travaux d’investissement et travaux d’exploitation de ce chapitre;
3) La dépense remplit, lors du stade initial, les critères de reconnaissance d’immobilisations
corporelles;
 Ou si la dépense est imposée par certaines contraintes réglementaires.

3
Une partie significative peut être, par exemple, le remplacement de toutes les fenêtres sur une façade
d’un bâtiment ou le remplacement d’un des trois toits d’un bâtiment.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–12
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Exemple 2: remplacement

En août 2009, 70% de la surface du toit (constaté par les techniciens) de la gare X est remplacé. C’est un
remplacement d’une partie significative du sous-composant "toit" de la gare X.

Valeur comptable du sous-composant toit à la fin août: € 949.970


Montant décomptabilisé (70%) suite au remplacement: € 664.979 (-)
Montant à activer suite au remplacement: € 881.517 (+)
Valeur comptable du sous-composant "toit" après les travaux de remplacement: € 1.166.508

Décomptabilisation de 70% du sous-composant "toit":

Un remplacement de 70% du revêtement du toit de la gare X est conclu fin août 2009. À la date de la clôture
fin août, il s’ensuit que 70% du sous-composant est extourné.

La valeur (brute) d’acquisition recalculée du sous-composant "toit" est de € 1.416.105. De ce montant, 70%
(= € 991.274) doit être extourné. Les amortissements au moment du remplacement du toit s’élèvent à €
466.135. De ce montant, 70% (= € 326.295) doivent être extournés. Un montant net de € 664.979 est
extourné du sous-composant "toit" (= € 991.274 – € 326.295).

Activation suite au remplacement du toit

Les travaux de remplacement sont complètement terminés à la fin août 2009. Le montant total facturé pour
le remplacement de 70% des éléments du toit est de € 881.517. Ce montant doit être activé et ajouté au
sous-composant "toit".
Fin août 2009, la nouvelle valeur comptable nette du sous-composant "toit" est de € 1.166.508 (= € 949.970
- € 664.979 + € 881.517).

Exemple 3: réparation d’un toit

Suite à une tempête, le 3 décembre 2009, il y a des dommages au toit de la gare X. Finalement, il apparaît
que 2% du revêtement de toit (constaté par les techniciens) de la gare est à remplacer.

Le total des dépenses qui ont été consenties pour remettre le toit en état s’élèvent à € 25.186.

Les dépenses réalisées pour la réparation du sous-composant "toit" ne peuvent pas être activées, vu qu’il ne
s’agit pas d’une partie significative du sous-composant "toit". Le fait que la tempête ait occasionné des
dégâts au toit et que ce dernier ait entre-temps été réparé n’impacte aucunement la valeur comptable du
sous-composant "toit". Le coût de remplacement est pris en charges dans le compte de résultats.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page 13
15/02/2011 - PVS

Cette ligne directrice pratique générale peut se présenter de la façon schématique suivante:
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–14
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

5.4 Listes des travaux d’investissement et travaux d’exploitation


5.4.1 Travaux d’investissement

Les éléments suivants sont à considérer comme travaux d’investissement:


 la construction, l'achat, la transformation, le remplacement, la modernisation, la rénovation ou
l'agrandissement des bâtiments et installations susmentionnés;
 la restauration de bâtiments (même pour raisons historiques ou culturelles);
 l'aménagement d'un bâtiment loué;
 l'aménagement de rampes d'accès pour moins-valides;
 le réaménagement de bâtiments existants;
 le renouvellement de la toiture, ensemble avec l'isolation et tous les travaux accessoires;
 l'aménagement en vue de la modification de la destination ou de l'utilisation d'un bâtiment;
 le remplacement des dispositifs de protection solaire, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, y
compris les rideaux et tentures;
 l'adaptation, le renouvellement ou remplacement de toitures, cheminées, façades, recouvrement de
corniches et volets;
 le remplacement important des fenêtres, portes et portails;
 le remplacement, le renouvellement ou l'adaptation d'installations de chauffage, même sans
augmentation de rendement:
o les citernes et chaudières;
o les pompes pour chauffage et aération;
o le remplacement de vannes ordinaires par des vannes thermostatiques;
o le remplacement d'un genre de chauffage par un autre;
 l'adaptation aux installations en vue de satisfaire à certaines dispositions légales et règlementaires;
 les frais d’étude à partir du moment de l’approbation des plans généraux par l’organe interne
compétent (au moment où le bâtiment définitif existe et qu’il n’y aura plus de modifications);
 les travaux effectués suite à des travaux d'investissement qui y sont indiscutablement liés:
o les démolitions si celles-ci ne sont pas comprises dans les actifs démolis;
o les constructions d'installations provisoires;
o les travaux préliminaires et l'installation d'un chantier;
o le toilettage d'un chantier;
o les frais afférents à l'achat de bâtiments;
o les raccordements au réseau public de transport et / ou de distribution;
o l'établissement de fondations en vue de la construction d'un bâtiment;
o l'agrégation des installations électriques lors de leur mise en œuvre;
o la remise en couleur des bâtiments suite aux travaux d'investissements;
o le revêtement des sols et des murs suite aux travaux d'investissements;
o la confection de plans, métrés, etc. (ces activités sont considérées ou non comme des
investissements, en fonction de la période de la prestation effectuée);
o la mise en place d'un cahier des charges (ces activités sont considérées ou non comme des
investissements, en fonction de la période de la prestation effectuée);
o le transport en services;
 les travaux d'isolation;
 les frais d'enregistrement, et éventuellement les autres frais liés à une acquisition;
 le rejointoiement des murs, éventuellement le sablage compris;
 la première acquisition des rideaux et doubles rideaux;
 les travaux qui entraînent une augmentation de la sécurité, y compris les frais de supervision;
 les travaux suite à un audit énergétique ou un audit sécurité incendie dans les postes d'aiguillage.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–15
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Doivent être pris en déduction de la valeur d’acquisition des investissements:


Les produits d’activités qui ont un lien indiscutable avec le développement d’immobilisations corporelles.

5.4.2 Travaux d’exploitation

Sont considérés comme travaux d’exploitation et donc non repris comme immobilisations corporelles:
 les frais de préparation liés au fonctionnement de certaines machines pour la construction, le
remplacement, la transformation, la modernisation, le renouvellement ou l'agrandissement des
bâtiments et installations;
 l'entretien et les réparations aux bâtiments et aux installations dans les bâtiments ou installations
fixés aux bâtiments;
 l'entretien qui incombe au propriétaire et les devoirs contractuels relatifs aux concessions et aux
bâtiments donnés en location;
 les charges de chauffage, de ventilation et de climatisation des bâtiments;
 les coûts liés à la succession de la législation;
 les coûts d'études de faisabilité d'aménagements spécifiques et / ou d'exécution de modifications (=
coûts d'études antérieures à l'approbation des plans généraux par l'organe interne compétent);
 les travaux de remise en couleur des bâtiments ne résultant pas d'un travail d'investissement;
 les charges pour le nettoyage des bâtiments: sols, fenêtres, plafonds, etc.;
 les coûts liés à l'élaboration, le mesurage, l'adaptation, la traduction et l'archivage des masterplans,
des plans globaux, les plans directeurs, des spécifications techniques et des règlements généraux
concernant l'exploitation, y compris l'assistance pour la mise en pratique de la réglementation (ces
activités sont considérées ou non comme des investissements en fonction de la période de la
prestation effectuée);
 les charges de précompte immobilier;
 les coûts pour les rideaux et doubles rideaux (après la première acquisition);
 les coûts liés à la gestion de la sécurité et des procédures, y compris les procédures de qualité;
 l'exécution d'un audit énergétique et un audit sécurité incendie dans les postes de signalisation
existants;
 les coûts liés à la gestion et pour tenir à jour ou paramétriser les banques de données;
 les coûts liés à la conservation des liens avec d’autres institutions ou organismes;
 les coûts liés au bureau administratif ou à la gestion de projets (y compris le guidage des projets) au
niveau de la direction centrale, sauf le service I-AR.3 - Pilotage des projets d'investissement;
 les coûts liés à archiver et tenir à jour des normes et spécifications techniques;
 les coûts liés à l'éducation et l'élaboration de la documentation pour une éducation professionnelle;
 la lutte contre la vermine;
 les charges relatives au débouchage des rigoles et égouts;
 les frais de désinfection;
 les charges d'éclairage des bâtiments (électricité).

Sont considérés comme revenus et donc pas pris en diminution de la valeur d’acquisition de
l’investissement:
Les produits d’activités qui n’ont pas forcément un lien avec le développement d’immobilisations
corporelles. Ces activités d’entreprises occasionnelles peuvent avoir lieu avant et pendant la fabrication
ou le développement d’activités. Vu que ces activités occasionnelles ne sont pas indispensables pour
que l’actif se trouve à l’endroit et dans l’état nécessaires pour pouvoir l’exploiter de la manière prévue
par la direction, les revenus et les coûts liés sont à prendre en compte de résultats.

Par exemple: produits générés par un terrain en construction utilisé comme parking jusqu’au démarrage
de la construction.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–16
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

6.1 Généralités
Un bâtiment doit, lors de la reconnaissance initiale, être évalué à son coût.

Le coût d’un bâtiment comprend:


a) Son prix d’achat, y compris les frais de notaire, les droits d’enregistrement, les coûts d’expropriation
et les taxes non récupérables, après déduction des remises et rabais commerciaux;
b) Les coûts directement attribuables au transfert de l’actif jusqu’à son lieu d’exploitation et à sa mise
en état pour permettre son exploitation selon la manière prévue par la direction;
c) Les coûts de démantèlement et de remise en état: la valeur actuelle des coûts estimés relatifs au
démantèlement et à l’enlèvement de l’immobilisation ou à la remise en état / l’assainissement du site
sur lequel elle est située, s’il existe une obligation de les encourir et si ces coûts sont liés à
l’acquisition ou à la construction de l’immobilisation corporelle et non à son exploitation.

En pratique, les coûts sont repris dans le coût d’un bâtiment s’ils remplissent les deux critères suivants:
 Les coûts sont relatifs à des activités non exclues (voir titre 6.2 Types d’activités, pour une description);
et
 Les coûts correspondent à certains types de coûts bien définis (la définition des types de coûts est
présentée dans le titre 6.3 Types de coûts).

Les coûts sont activés comme bâtiment dès qu’ils satisfont aux critères de reconnaissance des
immobilisations corporelles, comme décrit dans le titre 5 Critères de reconnaissance.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–17
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.2 Types d’activités


Le coût de certaines activités n’est pas incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle (voir titre 6.3
Types de coûts), sans considération du niveau auquel elles sont exécutées dans le groupe SNCB (=
activités exclues).

Le coût de certaines activités n’est pas incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle si elles sont
exécutées aux niveaux “Sociétés” ou “Directions”. Le coût de ces activités est incorporé si elles sont
effectuées au niveau des “Services opérationnels”.

Les activités qui sont exclues sans considération du niveau auquel elles sont exécutées:
o organes de gestion interne;
o communication;
o affaires publiques et relations externes;
o corporate affairs;
o participations et suivi des filiales;
o affaires internationales;
o affaires juridiques non-liées aux phases de développement d’un investissement;
o change office;
o stratégie et politique d’investissement;
o imprimerie / copyshop;
o contrôle de gestion (sauf support au personnel de gestion du projet d’investissement);
o services techniques;
o courrier interne;
o contrôle et gestion des contrats de location des terrains et bâtiments;
o contrôle et audit interne;
o formation;
o contrôles légaux non liés au développement des investissements;
o bureautique, mobilier, office supplies, vêtements, charroi automobile;
o activités de services qui travaillent exclusivement sur l'exploitation;
o gestion clients ICTRA;
o stockage;
o finances et comptabilité générale.
Les activités qui sont exclues si elles sont exécutées au niveau “Sociétés” et “Directions”:
o direction et son secrétariat;
o sécurité;
o environnement;
o logistique;
o ressources humaines / organisation du personnel;
o IT local;
o qualité.

Les niveaux “Sociétés”, “Directions” et “Services opérationnels” sont définis comme suit:

 Niveau “Sociétés”:
Le niveau “Sociétés” correspond aux services généraux des 3 sociétés SNCB Holding, SNCB et
Infrabel.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–18
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

 Niveau “Directions”:
Le niveau “Directions” correspond à tous les services des directions suivantes dans les 3 sociétés, qui
ne sont pas des services opérationnels:
o Stations à la SNCB Holding;
o SNCB Technics à la SNCB;
o Infrastructure, Réseau et Accès au Réseau chez Infrabel.

 Niveau “Services opérationnels”:


Le niveau “Services opérationnels” comprend:
o toutes les zones de Stations;
o toutes les zones et ateliers d’Infrabel;
o tous les ateliers de la SNCB;
o les services opérationnels similaires qui se situent au niveau “Sociétés” ou “Directions”. Dans la
situation actuelle: Signalétique à la SNCB, Network device solution, Business solution, Access
as a service, Infra as a service et Standard solution d’ICTRA à la SNCB Holding.

6.3 Types de coûts


Les types de coûts, qui doivent être comptabilisés dans le coût d’immobilisations corporelles des activités
non-exclues, sont les suivants:
 Les “Coûts directs” qui sont exécutés à tous les niveaux (la définition des “Coûts directs” est donnée
dans le titre 6.3.1 Coûts directs); et
 Les “Autres frais de fonctionnement” effectués seulement au niveau des “Services opérationnels” (la
définition des “Autres frais de fonctionnement” est donnée dans le titre 6.3.2 Autres frais de
fonctionnement).

6.3.1 Coûts directs

Les “Coûts directs” d’une activité non-exclue sont définis comme suit:
 Les coûts des immobilisations corporelles achetées, facturées par des tiers (les entreprises du groupe
SNCB sont considérées comme des tiers), basés sur des factures d’achat et des frais accessoires
comme des impôts d’importation et des taxes non-récupérables;
 Coûts des services fournis et facturés par des tiers (les entreprises du groupe SNCB sont considérées
comme des tiers) qui servent directement des activités non-exclues (Ex.: coût de transport, coût
d’avocats externes ou d’architectes, coûts de bureaux d’études du groupe SNCB, etc.);
 Consommation des stocks achetés et fabriqués qui sont directement utilisés pour des activités non-
exclues;
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui pointe directement sur des
activités non-exclues (voir titre 6.3.4 Coûts du personnel: taux horaire);
 Coûts du personnel qui exécute directement des activités non-exclues et qui ne pointe pas directement
sur des activités non-exclues, à condition que les clés d’allocation utilisées soient conformes à la réalité
économique, au moins annuellement et lors de tout événement qui modifierait de façon significative le
niveau des activités non-exclues (Ex.: lors d’une révision budgétaire);
 Les coûts des machines qui sont directement utilisées pour des activités non-exclues:
o les amortissements des machines non-subsidiées directement utilisées (voir titre 6.3.5 Utilisation
d’immobilisations corporelles subsidiées);
o les coûts du personnel qui entretient les machines directement utilisées, des matériaux qui sont
consommés, les coûts d’entretien de ces machines qui sont exécutés et facturés par des
fournisseurs externes;
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–19
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

o les coûts de l’énergie consommée par les machines directement utilisées pour la production
d’immobilisations corporelles;
 Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition ou la construction d’une
immobilisation corporelle pour la partie qui n’est pas subsidiée par l’État et qui ne sera nécessairement
prête, pour son utilisation prévue, qu’au bout d’un an (voir titre 6.3.3 Coûts d’emprunt);
 La valeur actuelle des coûts estimés relatifs au démantèlement et à l’enlèvement de l’immobilisation ou
à la remise en état / l’assainissement du site sur lequel elle est située, s’il existe une obligation de les
encourir et si ces coûts sont liés à l’acquisition ou à la construction de l’immobilisation corporelle et non
à son exploitation. Les conditions qui doivent être remplies pour enregistrer une provision et les
circonstances selon lesquelles le coût est intégré comme faisant partie du coût de l’immobilisation
corporelle sont décrites en détail dans le chapitre 24 Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels. La
reconnaissance de ces coûts comme faisant partie du coût d’une immobilisation corporelle n’est pas
permise selon les règles comptables belges. Il s’agit d’une différence entre les IFRS et les règles
comptables belges qui est présentée en titre 11 Résumé des différences entre les IFRS et les règles
comptables belges.

6.3.2 Autres frais de fonctionnement

Les “Autres frais de fonctionnement” d’une activité non-exclue comprennent les types de coûts suivants:
 Coûts des amortissements (si non-subsidiés) et coûts de location des bâtiments administratifs, halls de
production et machines, équipements et installations qui ne sont pas utilisés directement pour la
fabrication ou l’achat de bâtiments;
 Coûts de maintenance (coûts du personnel propre de maintenance, coûts de maintenance facturés par
des tiers, coûts de location de matériel et d’immobilisations corporelles utilisées pour la maintenance,
amortissements de matériel et d’immobilisations non-subsidiés utilisés pour la maintenance, coûts
d’énergie, etc.) des bâtiments administratifs, halls de production et machines, équipements et
installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat d’un bâtiment;
 Coûts d’énergie consommée par les bâtiments administratifs, halls de production et machines,
équipements et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat d’un
bâtiment;
 Autres coûts (Ex.: taxes non récupérables, etc.) liés aux bâtiments administratifs, halls de production et
machines, équipements et installations qui ne sont pas directement utilisés pour la fabrication ou l’achat
d’un bâtiment;
 Coûts salariaux du personnel (secrétariat, superviseurs, etc.) qui soutient et supervise le personnel
exécutant des activités non-exclues.

Remarque:
Les coûts d’activités exécutées par les “Directions” pour lesquelles on ne s’attend normalement pas à ce
qu’elles exécutent des activités relatives à l’achat ou la production d’immobilisations corporelles, ne peuvent
être compris dans le coût. Si, par exception à cette règle, ces “Directions” exécutaient quand même des
activités liées à l’achat ou la production d’immobilisations corporelles, les “coûts” liés à ces activités
pourraient uniquement être inclus dans le coût des immobilisations corporelles, s’ils sont basés sur le
pointage direct des employés. Dans ce cas-là, il ne s’agit donc pas “d’activités exclues”.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–20
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.3.3 Coûts d’emprunt

6.3.3.1 Critères de reconnaissance

Les coûts d’emprunt sont les intérêts et autres coûts encourus par le groupe SNCB dans le cadre d’un
emprunt de fonds.

Un actif qualifié est un actif dont la construction / l’acquisition exige plus d’un an avant de pouvoir être
utilisé ou vendu.

Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition, la construction ou la production d’un
actif qualifié sont des coûts d’emprunt qui seraient évités s’il n’y avait pas eu de dépenses pour l’actif
qualifié.

Le groupe SNCB doit inscrire à l’actif les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l’acquisition,
la construction ou la production d’un actif qualifié, comme un élément du coût de cet actif.

6.3.3.2 Coûts d’emprunt à incorporer dans le coût d’une immobilisation corporelle

Une différence doit être établie entre un emprunt spécifique et un emprunt non-spécifique.

Si le groupe SNCB emprunte dans le but précis d’acquérir un actif qualifié, les moyens de financement qui
sont directement liés à cet actif qualifié pourront facilement être identifiés.
Dans la mesure où le groupe SNCB emprunte des fonds de façon générale et les utilise en vue de
l’obtention d’un actif qualifié, elle doit déterminer le montant des coûts d’emprunt incorporables au coût de
l’actif en appliquant un taux d’activation aux dépenses relatives à cet actif.

Emprunt spécifique:
Dans ce cas spécifique, les coûts d’emprunt incorporables sont les coûts d’emprunt réels encourus sur
l’emprunt spécifique, diminués de tout produit obtenu du placement temporaire de ces fonds empruntés.

Emprunt non-spécifique:
Le taux d’activation doit être la moyenne pondérée des coûts d’emprunt applicables aux emprunts du groupe
SNCB en cours au titre du mois concerné, autres que les emprunts contractés spécifiquement dans le but
d’obtenir l’actif qualifié.
Le taux d’activation sera appliqué mensuellement à la valeur comptable de l’actif incluant les coûts
d’emprunt antérieurement activés. Ce taux de capitalisation sera déterminé mensuellement par la SNCB
Holding.
Le montant des coûts d’emprunt que le groupe SNCB incorpore au coût de l’actif pendant une période
donnée ne doit pas excéder le montant total des coûts d’emprunt qu’elle a encourus au cours de cette même
période.
De plus, les coûts d’emprunt en rapport à l’acquisition, la construction ou la production d’une
immobilisation corporelle ne peuvent pas être activés pour la partie de l’immobilisation corporelle
pour laquelle des subsides en capital seraient perçus.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–21
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.3.3.3 Début de l’activation

Le groupe SNCB doit commencer à incorporer les coûts d’emprunt dans le coût d’un actif qualifié à la date
de commencement. La date de commencement pour l’incorporation à l’actif est la date à laquelle le groupe
SNCB remplit pour la première fois toutes les conditions suivantes:
a) il encourt des dépenses pour l’actif;
b) il encourt des coûts d’emprunt; et
c) il entreprend des activités indispensables à la préparation de l’actif préalablement à son utilisation.

Dès lors, les coûts d’emprunt relatifs à la production d’une immobilisation corporelle spécifique ne peuvent
pas être activés avant le début des travaux qui sont nécessaires à la mise en état de l’actif pour permettre
son exploitation de la manière prévue par la direction.

Les opérations nécessaires pour préparer l’actif pour son utilisation prévue vont au-delà de la construction
physique de cet actif. Elles incluent les travaux techniques et administratifs préalables au début de la
construction physique, tels que les opérations associées à l’obtention des autorisations préalables au début
de la construction physique. Toutefois, de telles opérations ne comprennent pas le fait de détenir un actif
lorsqu’il n’y a ni production, ni développement modifiant l’état de cet actif.

6.3.3.4 Suspension de l’activation

L’activation de coûts d’emprunt doit être interrompue lors de longues périodes durant lesquelles le
développement de l’actif est interrompu.
Les coûts d’emprunt peuvent être encourus pendant une longue période au cours de laquelle les opérations
nécessaires à la préparation d’un actif préalablement à son utilisation ou à sa vente prévues sont
interrompues. Les charges financières encourues durant cette période ne peuvent pas être activées.

L’activation des coûts d’emprunt n’est normalement pas interrompue pendant une période au cours de
laquelle le groupe SNCB exécute des travaux techniques et / ou administratifs importants.

L’activation des coûts d’emprunt n’est pas davantage interrompue lorsqu’un délai temporaire est une étape
nécessaire au processus de préparation de l’actif à son utilisation prévue.

6.3.3.5 Fin de l’activation

Le groupe SNCB doit mettre fin à l’incorporation des coûts d’emprunt lorsque les activités indispensables à
la préparation de l’actif préalablement à son utilisation prévue sont toutes terminées ou quasiment
terminées.
Un actif est en général prêt pour son utilisation attendue lorsque sa construction physique est achevée,
même si des travaux administratifs de routine peuvent se poursuivre. Si seules des modifications mineures,
telles que la décoration d’un bâtiment selon les spécifications de l’acheteur ou de l’utilisateur, restent à
apporter, cela indique que les activités sont pratiquement toutes terminées.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–22
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.3.3.6 Exemple - emprunts spécifiques

Exemple 4

Le groupe SNCB a emprunté € 1.000.000 pour le financement spécifique de la construction (qui durera plus
er
d’un an) d’un bâtiment administratif non-subsidié. L’emprunt est souscrit au 1 février et le groupe SNCB
er
paie pendant l’année un intérêt annuel de 6% jusqu’au 1 novembre. Après, l’intérêt augmente jusqu’à 7%.
Les premières dépenses liées à la construction du bâtiment après approbation des plans généraux
er
commencent le 1 septembre et continuent sans interruption jusqu’après le 31 décembre. Pendant la
er
période de construction, le groupe SNCB encourt des coûts directs de € 100.000 au 1 septembre et de
er er er
successivement € 250.000 en date du 1 octobre, 1 novembre et 1 décembre. Chaque mois, les fonds de
l’emprunt, moins les coûts estimés pour la construction du bâtiment, sont réinvestis à un taux d’intérêt de
2,5% par an.

Pendant l’exercice comptable clôturé au 31 décembre, le groupe SNCB a encouru des charges d’intérêt
relatives à l’emprunt de € 1.000.000 pour un montant total de € 56.666 et le groupe SNCB perçoit un intérêt
de € 18.955 sur la partie réinvestie.

Pour des raisons didactiques, nous n’avons pas tenu compte du précompte mobilier applicable sur les
intérêts reçus.

Calcul des charges d’intérêt:

Les charges d’intérêt sont calculées comme suit:

Mois Emprunt Taux d’intérêt Charge d’intérêt


Janvier €0 / €0
Février € 1.000.000 6% € 5.000
Mars € 1.000.000 6% € 5.000
Avril € 1.000.000 6% € 5.000
Mai € 1.000.000 6% € 5.000
Juin € 1.000.000 6% € 5.000
Juillet € 1.000.000 6% € 5.000
Août € 1.000.000 6% € 5.000
Septembre € 1.000.000 6% € 5.000
Octobre € 1.000.000 6% € 5.000
Novembre € 1.000.000 7% € 5.833
Décembre € 1.000.000 7% € 5.833
Total des charges d’intérêt € 56.666
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–23
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Calcul du produit relatif à la partie réinvestie:

Le montant relatif à la partie réinvestie est calculé comme suit:

Mois Réinvestissement Taux d’intérêt Produit


Janvier €0 / €0
Février € 1.000.000 2,5% € 2.083
Mars € 1.000.000 2,5% € 2.083
Avril € 1.000.000 2,5% € 2.083
Mai € 1.000.000 2,5% € 2.083
Juin € 1.000.000 2,5% € 2.083
Juillet € 1.000.000 2,5% € 2.083
Août € 1.000.000 2,5% € 2.083
Septembre € 900.000 2,5% € 1.875
Octobre € 650.000 2,5% € 1.354
Novembre € 400.000 2,5% € 833
Décembre € 150.000 2,5% € 312
Total d’intérêts reçus € 18.955

Calcul du montant des coûts d’emprunts incorporable au coût du bâtiment:

L’intérêt payé pendant la période de construction se calcule comme suit:

Intérêt à payer pour septembre à 6% € 5.000


Intérêt à payer pour octobre à 6% € 5.000
Intérêt à payer pour novembre à 7% € 5.833
Intérêt à payer pour décembre à 7% € 5.833
Total des intérêts à payer pendant la période de construction € 21.666

L’intérêt reçu pendant la période de construction se calcule comme suit:

Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 900.000) en septembre € 1.875


Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 650.000) en octobre € 1.354
Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 400.000) en novembre € 833
Intérêt reçu sur le réinvestissement des fonds (€ 150.000) en décembre € 312
Total des intérêts reçus pendant la période de construction € 4.374

Les coûts initiaux nets s’élèvent alors à € 17.292 (= € 21.666 – € 4.374).

Si des fonds ont été empruntés en vue de l’acquisition spécifique d’un actif qualifié, le montant des coûts
d’emprunt, qui peut être activé, correspond aux coûts réels encourus durant la période de construction,
diminués des revenus obtenus du placement temporaire de ces fonds empruntés. Le montant des coûts
d’investissement qui est imputé au coût du bâtiment s’élève à € 17.292. Pour ce faire, nous prenons les
er
intérêts payés du 1 septembre au 31 décembre pour un montant total de € 21.666, diminué de l’intérêt
er
perçu pour la période courant du 1 septembre au 31 décembre d’un montant de € 4.374.
er
Les intérêts payés et reçus relatifs à la période du 1 février jusqu’au 31 août ne peuvent pas être activés,
puisqu’ils ne sont pas directement attribuables à l’actif (dans la mesure où, durant cette période, le groupe
SNCB n’a pas encouru des dépenses liées à l’actif).

6.3.3.7 Exemple - emprunts généraux

Dans la section J Écritures comptables et exemples de ce chapitre, l’exemple d’une immobilisation


corporelle, financée par des emprunts généraux, est illustré.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–24
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.3.4 Coûts du personnel: taux horaire

6.3.4.1 Généralités

Comme abordé dans le titre 6.3 Types de coûts, les coûts du personnel sont, dans certains cas, compris
dans le coût des bâtiments.

Le taux horaire du personnel dont le coût est incorporé dans le coût de l’immobilisation corporelle est calculé
comme suit:

“Coûts salariaux” / “Nombre d’heures prestées”.

Le taux horaire est décrit en détail dans le chapitre 23 Avantages accordés au personnel de ce manuel
comptable.

6.3.5 Utilisation d’immobilisations corporelles subsidiées

Les coûts d’amortissement des immobilisations subsidiées (immobilisations corporelles et actifs incorporels)
qui sont utilisés pour l’achat ou la construction des bâtiments ne peuvent pas être intégrés au coût de ces
bâtiments. Ces amortissements doivent être comptabilisés en charges dans le compte de résultats.

6.3.6 Coûts d’assainissement ou de démantèlement

Lorsqu’une obligation d’assainissement ou de démantèlement remplit les critères de reconnaissance des


provisions selon IAS 37 Provisions et que cette obligation est liée à l’achat ou la construction d’un bâtiment,
la valeur actuelle des coûts estimés pour cet assainissement ou ce démantèlement doit être prise dans la
valeur d’acquisition du bâtiment. La contrepartie de cette augmentation de la valeur comptable du bâtiment
est une provision.

Lorsque de la pollution est générée suite à l’utilisation du bâtiment lors de la production des stocks ou lors
de la fourniture de services (Ex.: à cause de la production dans les ateliers pour l’entretien des trains), les
coûts d’assainissement doivent être comptabilisés en compte de résultats ou dans le coût des stocks
produits en fonction de l’utilisation et des dégâts des sites. La contrepartie est alors aussi une provision.

Une provision doit être comptabilisée lorsqu’elle répond à trois critères de reconnaissance:
 Une entité a une obligation actuelle (juridique ou implicite) résultant d’un événement passé;
 Il est probable qu’une sortie de ressources représentatives d’avantages économiques sera nécessaire
pour éteindre l’obligation (>50%);
 Le montant de l’obligation peut être estimé de manière fiable (dans des cas extrêmement rares, une
estimation fiable ne peut être réalisée).

Exemple 5

Le groupe SNCB érige un bâtiment sur les terrains dont il a le droit d’utilisation pour 30 ans. Après 30 ans, le
terrain doit être remis en état à son propriétaire. La valeur actuelle des coûts de destruction du bâtiment est
estimée à 100.000 €. Ce coût est activé dans le coût du bâtiment si tous les critères de reconnaissance du
IAS 37 Provisions sont remplis.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–25
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.4 Sous-utilisation de la capacité de production


En cas de sous-utilisation temporaire ou structurelle du personnel et de l’appareil de production, le coût de
cette sous-utilisation doit être comptabilisé en charges dans le compte de résultats, et non pas dans le coût
des bâtiments.

6.5 Coûts réels et coûts standard


Les éléments du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base des coûts réels ou sur
la base des coûts standard, selon la nature des éléments de ce coût. La différence est expliquée dans les
titres 6.5.1 Coûts réels et 6.5.2 Coûts standard.

6.5.1 Coûts réels

Les éléments suivants du coût des immobilisations corporelles sont comptabilisés sur la base des coûts
réels:
 les quantités d'immobilisations corporelles et de stocks consommées directement dans les activités
non-exclues;
 le prix pour la consommation directe des stocks acquis et des immobilisations corporelles, pour la
partie des coûts facturée par des tiers;
 les quantités d’heures de main d’œuvre (pour le personnel qui pointe directement sur
l'investissement) et d’heures-machine (qui sont utilisées directement pour les activités non-exclues);
 le coût des services prestés et facturés par des tiers (sociétés en dehors de l’entité juridique), qui
sont utilisés directement dans les activités non-exclues.

6.5.2 Coûts standard

La méthode du coût standard peut être utilisée pour déterminer les composantes suivantes du coût des
immobilisations corporelles, si le résultat se rapproche du coût réel:
 le coût standard pour la partie interne des frais encourus (Ex.: les frais de manutention, de transport
interne et les coûts liés aux services d’achats) lors de l'achat de stocks et des immobilisations
corporelles qui sont directement consommées et utilisées;
 la moyenne pondérée des coûts standard lors de la consommation de tous les stocks de produits;
 le taux horaire standard pour toutes les heures de main d’œuvre et les heures-machine;
 les quantités standard pour toutes les heures de main d’œuvre du personnel qui ne pointe pas
directement sur les activités non-exclues spécifiquement;
 le coût standard pour les autres frais de fonctionnement.

En appliquant la méthode du coût standard, il faut procéder de la manière suivante:


 La méthode du coût standard est basée sur une capacité totale estimée, déterminée avant le début de
l’exercice, pour la totalité de l’exercice et qui est répartie sur les 12 mois de ce même exercice en tenant
compte des éléments attendus tels que la saisonnalité, les périodes de vacances, les gros entretiens,
les absences pour maladie, etc.;
 Le coût standard est déterminé en tenant compte de la capacité mensuelle estimée et des coûts
mensuels budgétés;
 Une analyse documentée des variances est effectuée chaque mois entre les coûts réels et les coûts
standard de la période écoulée pour l’exercice en cours;
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–26
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

 Les résultats d’une telle analyse mensuelle servent, le cas échéant, à ajuster les coûts standard
commençant à partir du mois suivant (= adaptation prospective), dès que les différences entre les coûts
réels et les coûts standard de la période écoulée de l’exercice en cours sont supérieures à:
o 2% de la valeur réelle des taux horaires du personnel;
o 5% de la valeur réelle des autres éléments de coûts incorporés;
 Si les différences de la période écoulée de l’exercice en cours dépassent les limites mentionnées ci-
avant mais qu’aucun ajustement des coûts standard n’a été effectué, alors cette décision doit être
motivée par écrit.

6.6 Bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-


financement
Le preneur (locataire) doit comptabiliser un bâtiment détenu dans le cadre d’un contrat de location-
financement pour le montant égal à la juste valeur du bâtiment ou, si celle-ci est inférieure, à la valeur
actuelle des paiements de location minimums fixés au début du contrat de location-financement. La
détermination du montant à prendre en compte est décrite dans le chapitre 12 Contrats de location.
Les coûts directs initiaux encourus par le preneur (locataire) sont aussi ajoutés au montant comptabilisé en
tant qu’immobilisation corporelle. Les autres éléments du coût sont abordés sous le titre 6 Évaluation lors de
la reconnaissance initiale.

Règle spécifique pour la SNCB Holding, Infrabel et la SNCB:

Les contrats de location entre des entités du groupe SNCB, qui sont considérés comme des locations
simples selon les règles comptables belges, mais qui sont considérés comme des locations-
financements selon IFRS, ne sont pas retraités dans les comptes statutaires. Une exception est,
cependant, prévue: les actifs qui sont sujets à un financement alternatif.

Voir aussi chapitre 12 Contrats de location titre 3.2.5 Contrats de location pour terrains et constructions en
ce qui concerne le cas d’un bâtiment avec un terrain, détenus dans le cadre d’un contrat de location-
financement.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–27
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.7 Paiement différé


Un paiement est considéré comme un paiement différé quand le groupe SNCB paie un fournisseur en
dehors de la période de paiement normal du fournisseur ou lorsqu’un délai de paiement génère un intérêt
qui est inférieur au taux du marché.

Les immobilisations corporelles dont le paiement est différé sont évaluées à la valeur actuelle du paiement.

Si le paiement est différé au-delà des conditions habituelles de crédit, la différence entre le prix comptant
équivalent au moment de la reconnaissance et le total des paiements effectués est comptabilisée en
charges financières sur la période de crédit, à moins que ces charges ne soient activées selon la méthode
d’activation décrite sous le titre 6.3.3 Coûts d’emprunt.

L’évaluation de l’immobilisation corporelle à la valeur actuelle du paiement et la comptabilisation d’une


charge financière pour la différence entre le prix comptant équivalent au moment de la reconnaissance et le
paiement effectué sont seulement appliquées pour des paiements à partir de € 100.000 et pour lesquels le
délai de paiement est de plus d’un an.

Exemple 6

Un bâtiment est acheté début juillet de l'année N pour un montant de € 100.000 (montant nominal) et dont le
paiement s’effectue fin janvier de l’année N+2. Ce paiement est différé parce qu’il dépasse le délai de
paiement normal. Le taux d’actualisation s’élève à 6% par an (comme déterminé par la SNCB Holding).

Le bâtiment acheté a une valeur actuelle qui est égale à:


(-19 / 12)
€100.000 x (1+6%) = € 91.187

La différence entre la valeur actuelle et la valeur nominale est prise comme une charge financière pro rata
temporis de la période juillet de l’année N jusqu’au mois de janvier de l’année N+2.

6.8 Bâtiments acquis par voie d’échange


L'acquisition de bâtiments par voie d'échange est rare au sein du groupe SNCB.

Un ou plusieurs bâtiments peuvent être acquis par voie d’échange contre des actifs non-monétaires ou une
combinaison d’actifs monétaires et non-monétaires.
Le coût d’un tel bâtiment est évalué à sa juste valeur sauf si (a) l’opération d’échange n’a pas de substance
commerciale ou (b) il n’est pas possible d’évaluer de manière fiable ni la juste valeur de l’actif reçu, ni celle
de l’actif cédé.

Si l’actif acquis n’est pas évalué à sa juste valeur, son coût est évalué à la valeur comptable de l’actif cédé.

Une opération d’échange présente une substance commerciale si:


a) la configuration (risque, calendrier et montant) des flux de trésorerie de l’actif reçu diffère de la
configuration des flux de trésorerie de l’actif transféré; ou
b) la valeur spécifique au groupe SNCB de la partie des activités du groupe SNCB affectée par
l’opération varie du fait de l’échange; et
c) la différence en (a) ou en (b) est significative par rapport à la juste valeur des actifs échangés.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–28
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

La juste valeur d’un actif pour lequel il n’existe pas de transaction de marché comparable peut être évaluée
de façon fiable si (a) la variabilité de l’intervalle des estimations raisonnables de la juste valeur n’est pas
significative pour cet actif ou (b) si les probabilités des différentes estimations dans l’intervalle peuvent être
raisonnablement appréciées et utilisées pour estimer la juste valeur. Si le groupe SNCB est en mesure de
déterminer de manière fiable la juste valeur de l’actif cédé, la juste valeur de l’actif cédé est alors utilisée
pour évaluer le coût de l’actif reçu, sauf si la juste valeur de l’actif reçu est plus clairement évidente.

6.9 Bâtiments obtenus par un apport en nature


Lorsqu’un bâtiment est acquis lors d’une opération d’apport en nature (par échange d’actions en capital),
celui-ci est comptabilisé à sa valeur d’apport. Il s'agit de la valeur convenue entre les parties, excluant les
coûts liés à l’apport. Les coûts liés à un apport sont pris en charges dans le compte de résultats.

6.10 Acquisition de bâtiments dans le cadre d’une opération de


regroupement d'entreprises
Les bâtiments acquis dans le cadre d'un regroupement d'entreprises (Ex.: lors de l’acquisition de sociétés)
sont évalués à leur juste valeur.

Le traitement comptable des regroupements d'entreprises est abordé en détail dans le chapitre 41
Regroupements d'entreprises.

6.11 Bâtiments pour lesquels un subside en capital a été reçu


Lors de la production et l'acquisition d'immobilisations corporelles, le groupe SNCB obtient souvent des
subsides en capital de la part de l’État. Dans la mesure où le traitement des subsides en capital est
fortement lié à l'actif auquel ils se rapportent, ceux-ci seront brièvement abordés ici.

La déduction des subsides en capital du coût des immobilisations corporelles est possible selon les normes
IFRS. Ce traitement n'est cependant pas autorisé dans le cadre des règles d'évaluation du groupe SNCB.
Au sein du groupe SNCB, les subsides en capital reçus de la part de l’État, doivent être comptabilisés en
tant que dette (en produits à reporter) au passif du bilan. Les subsides en capital doivent être comptabilisés
dans le compte de résultats (en produits d’exploitation) au même rythme que les amortissements relatifs aux
immobilisations corporelles auxquelles ils se rapportent. Selon les règles comptables belges, les subsides
en capital sont inclus dans les capitaux propres au bilan, nets des impôts différés y afférents.

Il est possible d’enregistrer une perte de valeur sur un bâtiment (= actif individuel) résultant d’une
indication de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât subi),
indépendamment du fait que le bâtiment est ou n’est pas (entièrement ou partiellement) subsidié.
Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrées sur des bâtiments dans le cadre du test de perte de
valeur sur une CGU si le bâtiment sur lequel la perte de valeur serait attribuée fait partie d’une CGU (cash
generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement subsidiée.
Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y afférents).

Les subsides en capital ainsi que les subsides d'exploitation sont abordés sous le chapitre 22 Subsides
publics.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–29
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

6.12 Interventions
Les interventions reçues de tiers autres que les pouvoirs publics et qui, en substance, représentent des
subsides, suivent le même schéma de comptabilisation que les subsides reçus des pouvoirs publics.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–30
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

7 Évaluation après la reconnaissance initiale


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

7.1 Modèle de coûts


Après la reconnaissance initiale, le modèle de coûts doit être appliqué à tous les bâtiments. Cela signifie que
les bâtiments sont comptabilisés à leur coût, diminué du cumul des amortissements et du cumul des pertes
de valeur éventuelles.

7.2 La réévaluation des bâtiments n’est pas autorisée


La réévaluation des immobilisations corporelles est possible selon les normes IFRS. De telles réévaluations
ne sont pas autorisées selon les règles d'évaluation en vigueur au sein du groupe SNCB.

Une exception existe, cependant, à ceci: les réévaluations effectuées avant 1/1/2009 conformément aux
règles comptables belges et qui sont considérées comme coût présumé selon les règles IFRS dans le cas
où celui-ci s’approche de la juste valeur au moment de la réévaluation.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–31
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8 Amortissements et approche par composants


La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

8.1 Méthode d’amortissement


Tous les bâtiments du groupe SNCB s’amortissent selon la méthode linéaire.

8.2 Montant amortissable


Le montant amortissable est le coût d’un bâtiment, ou tout autre montant substitué au coût, diminué de sa
valeur résiduelle.
Au sein du groupe SNCB, il est considéré que la valeur résiduelle des bâtiments est nulle.
Les charges d’amortissement des bâtiments sont comptabilisées au sein du groupe SNCB selon la méthode
linéaire en fonction de leur durée d’utilité, en compte de résultats, sauf s’ils sont repris dans le coût d’un
autre actif. Les bâtiments, qui ne sont pas acquis à l’état neuf, ne sont pas amortis sur la durée d’utilité
standard mais bien sur la durée d’utilité à partir de la première mise en service.
La définition et la composition du coût de revient sont abordées sous le titre 6 Évaluation lors de la
reconnaissance initiale.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–32
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.3 Durée d’utilité et approche par composants


La durée d’utilité des bâtiments au sein du groupe SNCB correspond à la période durant laquelle il est
prévu qu’un bâtiment soit disponible à l’utilisation pour le groupe SNCB, tel que prévu par la direction. La
durée d’utilité tient compte de l’utilisation prévue par le groupe SNCB, l’usure physique prévue qui dépend
de facteurs opérationnels comme le programme d’entretien, le vieillissement technique et économique et les
limitations juridiques et autres limitations similaires (comme la période du contrat de leasing).
Selon l’approche par composant que le groupe SNCB applique, chaque partie d’un bâtiment ayant un coût
significatif par rapport au coût total du bâtiment doit être identifiée comme un actif séparé (= composant) et
amortie sur sa durée de vie spécifique.

Le remplacement d’un (sous-)composant d’un bâtiment est comptabilisé de la manière suivante:


 Les coûts de remplacement sont activés comme immobilisations corporelles et amortis sur la durée
d’utilité normale, avec pour limite la durée résiduelle de l’actif principal (telle que déterminée dans
l’annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité). L’activation des coûts est
abordée sous le titre 6 Évaluation lors de la reconnaissance initiale;
 Le coût d’acquisition, les amortissements cumulés et les pertes de valeur cumulées éventuelles du
(sous-)composant remplacé sont extournés.

Des exemples sont présentés dans la section J Écritures comptables et exemples.


er
Pour tous les bâtiments du groupe SNCB avec des composants qui existent au 1 janvier 2009, le coût a
été ventilé entre les différents composants sur la base d’une étude technique. Après cette date, pour les
ajouts ou remplacements à ces bâtiments, ainsi que pour toutes les nouvelles acquisitions des bâtiments
avec composants, la ventilation en composants doit se faire sur la base d’un état établi par les
techniciens.

8.3.1 Durée d’amortissement et approche par composants des bâtiments

8.3.1.1 Gares

Une gare comprend tout se qui est repris sous le numéro d’identification de cette gare. Ce numéro
d’identification constitue le lien entre l’inventaire tenu dans le logiciel de gestion utilisé par le département
"Patrimoine" de la SNCB Holding et l’inventaire comptable.

Il s’agit en l’occurrence uniquement du bâtiment voyageurs. Les autres bâtiments, installations, parkings ou
terrains avoisinant le bâtiment voyageurs n’ayant pas été repris sous ce numéro d’identification de la gare ne
font pas partie de la gare.

La durée d’utilité des autres bâtiments, comme les bâtiments administratifs et industriels, est traitée dans le
titre 8.3.1.2 Bâtiments administratifs et 8.3.1.3 Bâtiments industriels.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–33
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Toutes les gares ont été subdivisées en 4 composants, et ceux-ci ont été à leur tour subdivisés en sous-
composants:

Le Composant 1 et ses sous-composants se décomposent comme suit:


MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–34
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Le Composant 2 et ses sous-composants se décomposent comme suit:

Le Composant 3 et ses sous-composants se décomposent comme suit:


MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–35
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Le Composant 4 et ses sous-composants se décomposent comme suit:


MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–36
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.3.1.2 Bâtiments administratifs

Les bâtiments administratifs sont des bâtiments de bureaux utilisés à des fins administratives, y compris les
parkings dans ou sous le bâtiment.

Tous les bâtiments administratifs ont les mêmes composants et sous-composants, avec la même durée
d’utilité:
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–37
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.3.1.3 Bâtiments industriels


8.3.1.3.1 Définition

Les différents types de bâtiments industriels sont abordés sous les titres suivants:
 bâtiments type 1: boîtes à chaussures;
 bâtiments type 2: entrepôts avec bureaux;
 bâtiments type 3: résidentiel;
 bâtiments type 4: autres.

8.3.1.3.2 Bâtiments industriels type 1: boîtes à chaussures

Aux bâtiments du type 1 (= boîtes à chaussures) appartiennent:


 les entrepôts purs (sans bureaux);
 les gares de traction;
 les cabines haute tension;
 les postes de section.

Les entrepôts purs se composent d’un squelette en béton ou d’une structure métallique ayant un toit et des
panneaux en guise de murs. Le composant "toit" se compose seulement du toit, les fenêtres et portes sont
repris comme composant "technique". Par exemple, des garages et un entrepôt de biens.

Les composants dont sont composés les bâtiments de type 1: boîtes à chaussures ainsi que leur durée
d’utilité sont détaillés en annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.

8.3.1.3.3 Bâtiments industriels type 2: entrepôts avec bureaux

Les bâtiments de type 2 sont les entrepôts avec bureaux.

Les composants dont sont composés les bâtiments de type 2: entrepôts avec bureaux ainsi que leur durée
d’utilité sont détaillés en annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.

8.3.1.3.4 Bâtiments industriels type 3: résidentiel

Aux bâtiments du type 3 “résidentiel” appartiennent:


 Les immeubles de service;
 Les postes de signalisation.

Les composants dont sont composés les bâtiments de type 3: résidentiel ainsi que leur durée d’utilité sont
détaillés en annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.
8.3.1.3.5 Bâtiments industriels type 4: autres

Aux bâtiments du type 4 appartiennent tous les autres bâtiments tels que les auvents, les abris, les abris de
vélos couverts, etc.

Les composants dont sont composés les bâtiments de type 4: autres ainsi que leur durée d’utilité sont
détaillés en annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–38
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.3.1.4 Habitations, parkings souterrains et immeubles de parking

Les composants dont sont composés habitations, parkings souterrains et immeubles de parking ainsi que
leur durée d’utilité sont détaillés en annexe 10.1 Vue d’ensemble des actifs, composants et durées d’utilité.

8.3.2 Bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement

Les bâtiments détenus dans le cadre d’un contrat de location-financement sont amortis suivant les mêmes
règles que celles applicables aux bâtiments dont le groupe SNCB est propriétaire. S’il n’est pas encore
raisonnablement certain que le preneur (locataire) deviendra le propriétaire de ce bâtiment à la fin du contrat
(la détermination des périodes de location est abordée sous le chapitre 12 Contrats de location), la durée
d’amortissement est limitée à la durée du contrat.

Il faut également tenir compte de la valeur actuelle des coûts éventuels de démantèlement et d’enlèvement
du bâtiment au cas où une telle obligation existe en date de clôture du bilan.

Exemple 7

Le groupe SNCB acquiert une maison en tant que preneur dans le cadre d’un contrat de location-
financement pour une période de 20 ans. L’option d’achat, à la fin de cette période, n’étant pas
avantageuse, il n’existe pas de certitude suffisante que la propriété de cette maison sera transférée au
groupe SNCB après 20 ans. Par contre, les maisons, propriétés du groupe SNCB, sont amorties en 3
composants (gros œuvre: 50 ans, travaux de toiture et de menuiserie: 20 ans et installations techniques: 15
ans).

Étant donné que le groupe SNCB n’est pas raisonnablement certain qu’il en sera propriétaire après 20 ans,
cette maison en location-financement sera amortie sur 20 ans pour les composants 1 et 2, et sur 15 ans
pour le composant 3.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–39
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.3.3 Aménagement de bâtiments loués et détenus sous contrat de location-


financement

Lors de l’aménagement de bâtiments loués et détenus sous contrat de location-financement dont le preneur
n’a pas une certitude raisonnable qu’il sera propriétaire à la fin de ce contrat, l’aménagement doit être
amorti sur:
 La durée d’utilité des (sous-)composants auxquels l’aménagement se rapporte; ou
 La durée résiduelle du contrat de location si celle-ci est plus courte.

Il faut également tenir compte de la valeur actuelle des coûts éventuels de démantèlement du bâtiment au
cas où une telle obligation existe en date de clôture du bilan.

Exemple 8

Un bâtiment administratif est loué (location simple) par le groupe SNCB pour une période de 9 ans. Le
er
contrat de location s’étend du 1 janvier 200X au 31 décembre 200X+8. En février 200X+1, le groupe SNCB
remplace toutes les fenêtres du bâtiment administratif loué. Au 28 février 200X+1, les travaux de
remplacement des fenêtres sont achevés.

Les fenêtres sont un élément du sous-composant menuiseries du bâtiment administratif, qui doit être amorti
sur une période de 30 ans s’il s’agit d’un bâtiment administratif dont le groupe SNCB est propriétaire.
er
La période de location restante (1 mars 200X+1 jusqu’au 31 décembre 200X+8) est plus courte que la
durée d’utilité de 30 ans pour ce type de remplacement sur un bâtiment administratif détenu en propriété.
Par conséquent, il convient d’amortir ces fenêtres sur la durée résiduelle du contrat de location (94 mois).

À la fin de la période de location (31 décembre 200X+8), le remplacement des fenêtres est totalement
amorti.

Si, en pratique, au 31 décembre 200X+8, la durée de location a été étendue dans le contrat, cela
n’impactera pas le montant mensuel des amortissements étant donné que la valeur comptable nette des
fenêtres à la fin du terme initial du contrat sera nulle.

Exemple 9
er
Un parking souterrain est loué par le groupe SNCB pour une période de 15 ans. Le contrat prend effet le 1
septembre 200X. Au 31 mars 200X+2, les travaux d’adaptation de l’installation électrique du parking
souterrain sont terminés.

Traitement chez le locataire:

L’installation technique est un composant du parking souterrain et est à amortir sur une durée de 10 ans s’il
s’agit d’un parking souterrain dont le groupe SNCB est propriétaire. Étant donné que le parking souterrain
est loué par le groupe SNCB sur une période de 15 ans, il faut aussi considérer la charge d’amortissement
mensuelle.

La durée d’amortissement est la durée la plus courte entre:


 La durée restante du contrat de location (161 mois jusqu’au 31 août 200X+15); et
 La durée d’utilité selon les IFRS du sous-composant auquel se rapportent les travaux si l’actif était la
propriété du groupe SNCB (120 mois jusqu’au 31 mars 200X+12).

L’installation technique sera donc amortie sur une durée de 120 mois.

Au 31 mars 200X+12, les travaux d’adaptation de l’installation technique du parking souterrain sont
totalement amortis. Le contrat de location du parking court encore jusqu’au 31 août 200X+15.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–40
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.3.4 Démantèlement des bâtiments sur des terrains loués

Dans le cas où le groupe SNCB construit un bâtiment sur un terrain loué, le groupe SNCB peut
éventuellement à la fin de la durée du contrat être dans l’obligation de remettre le terrain dans son état
initial.

La valeur actuelle des coûts de démantèlement d’un bâtiment sur ce terrain doivent être activés. La
contrepartie sera constituée d’une provision (si les critères de reconnaissance du IAS 37 Provisions sont
remplis).

Ces dépenses activées seront amorties via le compte de résultats sur la durée du contrat.

8.4 Début et fin de l’amortissement


8.4.1 Début de l’amortissement

L’amortissement d’un bâtiment commence dès que le bâtiment est prêt à être mis en service, c’est-à-dire
dès que le bâtiment se trouve à l’endroit et dans l’état nécessaires pour pouvoir l’exploiter de la manière
prévue par la direction. Il est possible qu’un bâtiment doive déjà être amorti parce qu’il est prêt à être mis en
service, bien qu’il ne soit pas encore en utilisation effective.

Dans certains cas, il se justifie d’appliquer les règles ci-dessus à certaines parties du projet (à appliquer au
cas par cas).
En pratique, le début des amortissements correspond:
 Pour les bâtiments de construction: à la date de réception provisoire du dernier marché significatif du
projet (ou d’une partie du projet). Les exceptions sont les nouvelles gares: l’amortissement ne
commence pas avant l’homologation des lignes chemins de fer;
 Pour l’achat de bâtiments administratifs et industriels: à la "réception des clés" (prévue dans l’acte)
des travaux ou d’une partie des travaux.

Exemple 10

Le groupe SNCB fait construire un dépôt comprenant des bureaux adjacents (bâtiments industriels type 2).
Au 30 janvier 2010, le dépôt est terminé et est prêt à l’utilisation pour le stockage des marchandises. En date
du 30 janvier 2010, les bureaux adjacents ne sont pas encore prêts à être utilisés, dans la mesure où les
installations techniques ne sont pas achevées. Celles-ci seront prêtes à l’utilisation à partir du 15 avril 2010.

Les immobilisations corporelles en cours de construction seront transférées vers les immobilisations
corporelles définitives (bâtiments industriels type 2) au 30 janvier 2010 pour la partie concernant le dépôt, et
er er
seront amorties à partir du 1 février 2010 (600 mois pour le gros œuvre: 1 février 2060, 240 mois pour le
er er
toit: 1 février 2030, et 180 mois pour les installations techniques: 1 février 2025).

Les immobilisations corporelles, pour la partie concernant les bureaux, seront transférées vers la catégorie
er
définitive des immobilisations (bâtiments industriels type 2) au 15 avril 2010 et seront amorties à partir du 1
er
mai 2010 et tout au long de la durée d’utilisation restante (600 mois pour le gros œuvre: 1 mai 2060, 240
er er
mois pour le toit: 1 mai 2030, et 180 mois pour les installations techniques: 1 mai 2025).
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–41
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Exemple 11

Une nouvelle voie ferrée est aménagée entre les gares A et B, toutes deux déjà en usage et reliées par
d’autres voies. Les gares A et B n’étaient jusqu’alors pas reliées par une voie.

Sur la nouvelle ligne de chemin de fer entre la gare A et la gare B, une nouvelle gare X est bâtie.

Après élaboration des plans, la situation serait la suivante:

Gare A Gare X Gare B

La construction de la gare X commence en avril 200X et se termine au 30 octobre 200X+1. La pose de la


nouvelle voie commence en mars 200X+1 et se termine le 31 janvier 200X+2.

Bien que la construction de la gare X soit déjà terminée au 30 octobre 200X+1, les amortissements de la
gare ne commenceront pas encore. Il n’est en effet pas encore considéré que la gare est prête à être mise
en service de la manière prévue par la direction, étant donné que la liaison entre les gares A et B n’est pas
encore opérationnelle à cette date (pas encore homologuée).
Au 31 janvier 200X+2, la nouvelle voie reliant la gare A à la gare B est officiellement homologuée et peut
donc aussi être mise en service. La gare X ainsi que la voie reliant la gare A à la gare B sont amorties à
partir du 31 janvier 200X+2 bien que, selon une décision de la direction, la voie ne soit pas encore utilisée.

8.4.2 Fin de l’amortissement

Les amortissements de bâtiments cessent uniquement lorsque l’actif est extourné du bilan. Nous vous
renvoyons vers le titre 10 Décomptabilisation.

Les amortissements ne prendront pas fin lorsqu’un bâtiment est désaffecté. La désaffectation de
l’exploitation peut cependant être un indicateur d’une perte de valeur sur ce bâtiment.

Les amortissements doivent aussi se poursuivre, même si une immobilisation corporelle, détenue au prix
coûtant, diminuée des amortissements cumulés, possède une juste valeur qui est supérieure à la valeur
nette comptable.

Les entretiens et réparations ne modifient en rien la nécessité d’amortir l’actif.

Comme abordé dans le chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées
dans les cas exceptionnels, un actif sera transféré de la rubrique “immobilisations corporelles détenues pour
la vente“ vers la rubrique “immobilisations corporelles“. Pour l’appréciation et l’amortissement de ce type
d’actifs, nous vous renvoyons au chapitre 14 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités
abandonnées, titre 5.6 Modifications apportées à un plan de vente.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–42
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

8.5 Révision de la durée d’utilité


À la fin de chaque année comptable, ou plus souvent si cela se justifie, il faut se poser la question de savoir
si la durée d’utilité des (composants des) immobilisations corporelles doit être revue au regard de l’évolution
des circonstances techniques ou économiques.

La révision de la durée d’utilité (d’un composant) d’une immobilisation corporelle se fait de manière
prospective. La valeur comptable existante (= le coût diminué des amortissements cumulés et des
éventuelles pertes de valeurs cumulées) est amortie sur la durée d’utilité restante (du composant) de
l’immobilisation corporelle à partir du moment de la révision de la durée d’utilité.

Dans le cas d’une réduction de la durée d’utilité, la valeur comptable est étalée sur la durée d’utilité revue
estimée. Les amortissements antérieurs non-comptabilisés ne seront pas comptabilisés au moment
de la revue de la durée d’utilité (jamais de mouvement de rattrapage) sauf s’il y a des transferts tardifs
des immobilisations corporelles en cours vers le compte définitif d’immobilisations corporelles (voir exemple
10 section J Écritures comptables et exemples).

Une réduction de la durée d’utilité n’est pas à confondre avec une perte de valeur qui est liée à une valeur
comptable supérieure à la valeur recouvrable. Nous vous renvoyons au chapitre 13 Pertes de valeur.

Exemple 12: Réduction de la durée d’utilité


er
Le groupe SNCB a acheté un bâtiment de type 4 au 1 janvier 2020 pour une valeur de
€ 150.000 et l’actif a, à ce moment-là, une durée d’utilité estimée de 15 ans et une valeur résiduelle nulle. Le
montant de l’amortissement annuel s’élève à € 10.000.
er
Au 1 janvier 2024, alors que la valeur comptable s’élève à un montant de € 110.000, l’estimation de la
durée d’utilité est revue à la baisse. La durée d’utilité restante est estimée maintenant à 6 ans, à compter du
er
1 janvier 2024. La durée d’utilité totale est donc de 10 ans, au lieu des 15 ans prévus initialement.
Le groupe SNCB doit adapter le montant d’amortissement annuel afin d’amortir la valeur comptable (€
110.000) sur les 6 années restantes. Par conséquent, le groupe SNCB doit comptabiliser pour les 6 années
suivantes un amortissement annuel de € 18.333.

À l’occasion d’une prolongation de la durée d’utilité, la valeur comptable est étalée sur la durée d’utilité
revue. Les amortissements comptabilisés antérieurement ne seront jamais repris.

Exemple 13: Prolongation de la durée d’utilité


er
Le groupe SNCB a acheté un actif au 1 janvier 2030 pour une valeur de
€ 200.000. La durée d’utilité estimée à ce moment-là est de 10 ans et la valeur résiduelle nulle. Le montant
de l’amortissement annuel s’élève à € 20.000.
er
Au 1 janvier 2034, alors que la valeur comptable s’élève à un montant de € 120.000, l’estimation de la
er
durée d’utilité est revue à la hausse. La durée d’utilité restante est estimée à 11 ans, à compter du 1 janvier
2034. La durée d’utilisation totale est donc de 15 ans, au lieu des 10 ans prévus initialement.
Le groupe SNCB doit adapter le montant d’amortissement annuel afin d’amortir la valeur comptable (€
120.000) sur les 11 années restantes. Par conséquent, le groupe SNCB doit comptabiliser pour les 11
années suivantes un amortissement annuel de € 10.909.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–43
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

9 Pertes de valeur
La dépense remplit-
elle la définition et les
critères de
À l’acquisition initiale reconnaissance
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.2

Évaluation lors de la Évaluation après la


reconnaissance reconnaissance Décomptabilisation
initiale initiale Titre 10
Titre 6 Titre 7

Amortissements et
La dépense remplit-
approche par
elle la définition et les
composants
critères de
Après l’acquisition Titre 8
reconnaissance
initiale
d’une immobilisation
corporelle?
Titre 5.3
Pertes de valeur
Titre 9

Une perte de valeur doit être comptabilisée si la valeur comptable de l’immobilisation corporelle est
supérieure à sa valeur recouvrable. De plus amples explications sont disponibles au chapitre 13 Pertes de
valeur.

En application des règles comptables belges, la comptabilisation des pertes de valeur correspond à la
comptabilisation des amortissements exceptionnels.

Il est possible d’enregistrer une perte de valeur sur un bâtiment (= actif individuel) résultant d’une
indication de perte de valeur se rapportant à cet actif individuel (par exemple suite à un dégât subi),
indépendamment du fait que le bâtiment est ou n’est pas (entièrement ou partiellement) subsidié.
Des pertes de valeur ne peuvent pas être enregistrées sur des bâtiments dans le cadre du test de perte de
valeur sur une CGU si le bâtiment sur lequel la perte de valeur serait attribuée fait partie d’une CGU (cash
generating unit = unité génératrice de trésorerie) entièrement subsidiée.
Si des pertes de valeur sont identifiées pour des CGU partiellement subsidiées, elles doivent être affectées
proportionnellement aux actifs (et aux subsides en capital y relatifs).

Après la comptabilisation d’une perte de valeur, la charge d’amortissement est adaptée afin d’étaler de
manière systématique la valeur comptable révisée sur la période d’utilité restante.

Si la perte de valeur n’est plus nécessaire, celle-ci doit être reprise dans le compte de résultats, avec pour
limite supérieure le montant de la valeur brute, moins les amortissements cumulés "normaux".
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–44
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

Exemple 14
er
Au 1 janvier 2010, le groupe SNCB a acheté un bâtiment industriel de type 1 (“boîte à chaussures”) au prix
de € 100.000. L’actif est comptabilisé avec ses 3 composants et est amorti selon leur durée d’utilité
respective. Le gros œuvre sur 50 ans (pour € 50.000), le toit sur 15 ans (pour € 30.000), les installations
techniques sur 15 ans (pour € 20.000). Le bâtiment industriel type 1 a, au 31 décembre 2030, une valeur
comptable de € 30.000 (soit, le gros œuvre sur les 30 années restantes, les autres composants étant déjà
er
entièrement amortis et pas encore remplacés). Au 1 janvier 2030, une réduction de valeur de € 25.000 est
enregistrée sur la valeur comptable pour ramener la valeur comptable de € 30.000 à sa valeur recouvrable
de € 5.000.
er
À partir du 1 janvier 2030, la charge d’amortissement annuelle s’élève à € 167, ceci afin d’amortir la valeur
er
comptable de € 5.000 au 1 janvier 2030 sur la durée d’utilité restante de 30 ans.
MANUEL COMPTABE GROUPE SNCB
Immobilisations corporelles
Chapitre 10 Section D Page–45
Juin 2009 V2
15/02/2011 - PVS

10 Décomptabilisation
La dépense remplit-