Vous êtes sur la page 1sur 20

Direction de la Propreté et de l’Eau

Service Technique de l’Eau et de l’Assainissement

Paris sous la Pluie


Le Plan Pluie de Paris

Observatoire Parisien de l’Eau - 05/07/2016


1
QUID ? = = = => C’est une obligation réglementaire du
CGCT à laquelle la Ville satisfait par son
Plan Pluie qui comprend un zonage et un
plan d’action

2
C’est un principe et trois objectifs :
une gestion des eaux pluviales à la
source pour améliorer la qualité de la
Seine, pour limiter les débordements de
réseau, pour contribuer à réduire l’ilot de
chaleur urbain
2

Un réseau d’égouts saturé par la pluie

Pluies
moyennes :
des
déversements
en Seine
======>

Volume débordés pour une pluie


décennale (48mm 4h)

100 m3

1 000 m3

10 000 m3

Fortes pluies :
des
débordements
de réseaux
<======
Rue Cambacérès – 5 août 2011
3
Poursuivre la modernisation de
l’assainissement : un impératif
Les 85% de l’objectif du zéro rejet en Seine sont atteints; les
15% restants représentent un défi sanitaire et environnemental

Les progrès des précédentes


30
Déversements du réseau unitaire et pluviométrie
0
décennies ont réduit ces
27 300 rejets de 15 à 20Mm3 à 3 Mm3
24

21
Moyenne 1971-2010 : 648 mm
600

900
par an
Mise en application du plan de
millions de m3

18 1200
modernisation :
Encore plus de 2 Mm3 d’eaux

mm
15 •Réseau régulé 1500

12
•Maillage du réseau 1800

9
•Stockage dans les DO
•Supervision 2100
usées sont rejetés dans la
6 2400 Seine à Paris en 48 points
3 2700

0 3000
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

Temps sec hors travaux 98-01 Temps sec : Eaux claires Temps sec : eaux usées hors travaux Sans nouvelles mesures,
Travaux Déversements d'eaux claires pour travaux Temps de pluie
Pluviométrie risque aggravation due à
l’urbanisation et au climat
4

Sans mesures, où va-t-on ?


La poursuite du développement urbain sans gestion des eaux
pluviales complémentaire au tout à l’égout induira :
• +15% d’imperméabilisation des sols, passant de 65 à 80%
• +50% de rejets d’eaux usées en Seine
• +25 points de débordement du réseau dans Paris lors des
fortes pluies
Auxquels s’ajouteront les effets attendus du changement
climatique

La réponse : une nouvelle politique ?


Remise en cause de la caractéristique historique du réseau
unitaire : à l’évidence, il ne peut plus prendre en charge la
totalité des eaux pluviales, sans conséquences dommageables
5

Une volonté municipale forte

Les orientations de la communication sur l’eau de 2012 sont portées par le


projet de mandature de la Maire de Paris et les feuilles de route de l’exécutif :

« Le réseau d’assainissement doit être partie prenante d’une ville plus résiliente, plus
durable. Une nouvelle politique de gestion des eaux pluviales à Paris est à définir,
plus respectueuses de l’environnement, anticipant les effets de l’évolution climatique »

« Les différentes étapes d’élaboration du Plan Pluie de Paris doivent être mises en
œuvre afin de réduire les volumes d’eau évacués par les égouts, en privilégiant
l’infiltration directe dans le milieu naturel »
6
Un contexte règlementaire favorable au
plan pluie de Paris
• Le plan pluie s’inscrit dans les politiques européennes (DCE) et nationales
de l’eau (SDAGE, arrêté du 21 juillet 2015) et du code de la santé
(amélioration de la qualité sanitaire de la Seine dans la perspective d’activités
nautiques (JO 2024))

• Il est partie prenante du schéma directeur d’assainissement du SIAAP, en


engageant la Ville à ne pas augmenter les débits parisiens dirigés vers les
stations d’épuration et à réduire les déversements en Seine

• Dès son approbation, le zonage d’assainissement sera un document


réglementaire et opposable aux tiers publics et privés (CGCT article L.2224-
10)

• Le plan pluie s’intègre aux politiques de la Ville, de l’urbanisme, de


l’environnement et de l’eau (PLU, PADD, Plans climat et biodiversité)

• Il est transversal et concerté avec les directions de la Ville qui auront à


l’appliquer (DEVE, DU, DVD, DLH, DPA, …)
7

La gestion de la pluie dans la zone


SIAAP (75, 92, 93, 94)
• Une politique de gestion
pluviale engagées par tous les
départements limitrophes de
Paris

• Solutions encore
prédominantes de stockage –
restitution à débit limité

• Évoluant de plus en plus, vers


l’infiltration à la parcelle
8
La prise en compte d’un sous-sol parisien
perméable mais sensible

Source IGC 2013

Carrières (jaune), gypse (rouge), argiles (bleu), remblais hétérogène (hachures), nappes hautes et déprimées (vert)
Le zonage pluvial impose la rétention-infiltration à la 9
parcelle d’une quantité minimale de pluie à ne pas
rejeter à l’égout (unité = 1 mm de pluie = 1 litre par m²)
4 mm retenus ou infiltrés, au-delà tout 4 mm retenus ou
à l’égout (secteur non hachuré) infiltrés, au-delà tout à
12 mm retenus ou l’égout limité à 10l/s/ha
infiltrés, au-delà tout à (secteur hachuré)
l’égout

Pas d’égout sinon


16 mm retenus ou
infiltrés et au-delà
tout à l’égout

8 mm retenus ou
infiltrés, au-delà tout à
l’égout Séparatif rejeté en Seine
10
Effets du plan pluie
(Etude d’impact situation actuelle/ situation future)

Volumes envoyés vers les STEP du SIAAP (pluie 16mm)


⇒ 20 ans : -3%
⇒ 50 ans : -5% S1

Les rejets en Seine S1


20 ans 50 ans
(pluie 16mm)
EI EI
⇒ 20 ans : - 21% S2
S2
⇒ 50 ans : - 33%

Les zones de débordements du réseau (pluie 48mm) :


⇒ 7 zones actuellement => 20 et 50 ans : -1 zone et
diminution des impacts locaux
11
Les 4 étapes de l’adoption du zonage pluvial,
volet règlementaire du Plan Pluie à Paris

• L’évaluation environnementale au cas-par-cas a conduit à un


avis favorable de l’Etat en 2013. Les évolutions du dossier
intervenues depuis nécessite une transmission d’un dossier
actualisé mi-juillet pour un avis complémentaire

• L’enquête publique sera ouverte dernier trimestre 2016 sur les


20 arrondissements de Paris (selon CGCT et CE)

• L’approbation par le Conseil de Paris est prévu premier


semestre 2017 (opposabilité)

• Le zonage d’assainissement pourra être intégré aux annexes


graphiques du PLU courant 2017 (mise en visibilité)
12

Les défis de la mise en œuvre du PPàP


• Techniques

Développer les usages locaux de l’eau de pluie pour


faciliter sa rétention: végétalisation, agriculture, usages
domestiques …

Développer l’infiltration en tenant compte du sous-sol, du


bâti sensible, de l’espace disponible limité, des contraintes
sur le patrimoine

Maîtriser les éventuels risques contentieux

• Financiers

Maîtriser l’équilibre économique des projets


13

Les outils d’aide à la réalisation du PPàP


• Techniques
Guide de conception et d’entretien des techniques alternatives.
Conception à la parcelle ou mutualisée multiparcellaires. Champ
dérogatoire ciblé. Etudes de cas. Recherche
sur les matériaux poreux. Veille, Retex et acquisition
d’expertise

Cartographie du sous-sol

Modules de formation et spécifications de marchés


à créer.
• Financiers

Subventions de l’agence de l’eau et de la région jusqu’à 80%

Elaboration de ratios de coûts de construction et d’entretien


14
Un champ d’action à privilégier,
les solutions végétales
En synergie avec les plans climat et biodiversité, ces solutions soutenues
financièrement par l’Agence de l’Eau sont optimales en termes économiques
et éco-systémiques

Toitures terrasse Noues urbaines Jardins de pluie


440 ha 80ha 60 ha

Accroitre les effets du plan Pluie: ces surfaces indicatives représenteraient


des enjeux minimaux du Plan Pluie en tablant sur ces seules solutions. Des
solutions complémentaires de rétention/infiltration peuvent également
contribuer à ce plan et à son amplification
15
Des réalisations intégrées aux projets
d’aménagement de la Ville
16
Des réalisations intégrées aux projets de voirie
Rue du Charolais Berges rive droite
12ème 4ème
Chaussée réservoir Pavés enherbés
Stoppol

Rue des Longues Place Souham


Raies 13ème 13ème
Puits d’infiltration Aménagement
végétal

Stade Jean Bouin Voie Binet


16ème 18ème
Tranchée drainante Résine perméable

Forêt Linéaire Boucicaut


19ème 15ème
Cuve de rétention Caniveaux
béton poreux
17

Le choix des techniques vertes pour la plupart


des projets bâtis
18
Des exemples instructifs autour de
Paris

Asnières (92) :
Recueil des EP de la voirie
dans une noue (0 rejet)
Villetaneuse – RD28 (93) :
Récupération des EP
par les pieds d’arbres
Parvis/Jardin de pluie
du collège Lucie Aubrac

Limeil Brévannes (94) :


pavés non jointifs + noue
19
Des exemples ailleurs
Unterensingen Emeryville
(Allemagne) (CA, USA)

Cork (Ireland)

Montréal (Canada)
Lyon (France)

Portland (OR, USA) New-York (NY, USA)


20

Je vous remercie de votre attention

Vous aimerez peut-être aussi