Vous êtes sur la page 1sur 4

Dr Klécha

Anatomie dentaire

Chapitre 1 : La dent et ses tissus de soutien


Plan :

I/ Les tissus propre à la dent


A) Définition
B) Origine
C) Fonctions
1. La pulpe
2. La dentine
3. L’émail
4. Le cément

II/ Tissus de soutiens


A) L’os alvéolaire
B) Desmodonte (= ligament alvéolo-dentaire)
C) Le cément
D) La gencive

III/ Une histoire de couronne

1
Copyright S.LANOE
I/ Les tissus propre à la dent

A) Définition

Dent = odonte= est constitué par une couronne et une racine qui sont anatomiquement
distincte par une ligne qu’on appel le collet (= limite cervicale).
C’est un ensemble de tissus de recouvrement :
Le cément est le tissu de recouvrement de la racine
Et l’émail est le tissu de recouvrement de la couronne.
Dans les tissus internes, il y a la pulpe et la dentine.
La pulpe est contenue dans la cavité pulpaire,
et la dentine constitue le corps de la dent, et est présent au niveau de la couronne et
de la racine.

B) Origine

La pulpe, la dentine et le cément ont une origine médodermique, (seul, la pulpe est non
minéralisée)
L’émail a une origine ectodermique, c’est un tissu épithélial minéralisé, et c’est le tissu le
plus minéralisé de l’organisme.

C) Fonctions

1. La pulpe

La pulpe contient des éléments vasculaire et nerveux, ces éléments pénètrent dans la
cavité pulpaire au niveau de l’orifice apicale.
La pulpe va synthétiser la dentine par une apposition centripète
Et va être également par le biais de ses nocicepteurs le point de départ du message
douloureux qui s’observent essentiellement par la mise en jeux du mécanisme de
l’inflammation (causé le plus fréquemment par la carie).

2. La dentine

La dentine constitue le corps de la dent et assurera une résistance mécanique de


celle ci.

2
Copyright S.LANOE
3. L’émail

L’émail recouvre la couronne et protégera la dentine, mais permet également


l’efficacité fonctionnel lors de la mastication.
Il ne présente aucun potentiel réparateur, donc, lorsque l’émail a perdu son
volume, il n’y a que reconstitution par la main de l’homme possible.

4. Le cément

Le cément est un tissu conjonctif dur de recouvrement de la racine, sa structure est


proche de celle du tissus osseux,
Il permet l’ancrage de la dent à ses tissus de soutien, sa surface est criblée d’orifice
où s’insère des fibres de collagène qui relient la dent à l’os environnant.

II/ Tissus de soutiens

A) L’os alvéolaire

L’os alvéolaire définit autour de la dent un alvéole.


Il est conditionné par le système dentaire, c.-à-d. que le nouveau né et l’édenté total ne
présentent pas d’os alvéolaire. En l’absence de dents, cet os va se résorbé, il se développe en
même temps que les dents.
Il présente de l’os cortical et de l’os spongieux. On peut observer la table alvéolaire externe
et interne.
Chaque alvéole est constitué par 4 volumes osseux :
Table alvéolaire externe
Table alvéolaire interne
2 septa alvéolaires : situé soit entre 2 dents adjacentes (septum inter-dentaire), soit
entre 2 racines d’une même dent (septum inter-radiculaire)

B) Desmodonte (= ligament alvéolo-dentaire)

Qui remplira l’espace qui existe entre le cément et l’os alvéolaire, c’est un tissu conjonctif
mou qui contient de très nombreuses fibres de collagène et dont les fonctions sont d’assurer
l’ancrage de la dent à l’os alvéolaire. Sont également d’offrir une mobilité physiologique à
la dent. C’est également un tissu qui fournit des informations proprioceptives sur la
direction des forces qui sont appliqués sur les dents, et également sur l’intensité de ces
forces ou de ces pressions.

3
Copyright S.LANOE
C) Le cément

Le cément fait partie à la foi de la dent et des tissus de soutiens de la dent car il offre un
ancrage aux fibres de collagène du desmodonte.

D) La gencive

Enfin la gencive elle va recouvrir l’os alvéolaire au niveau de la table alvéolaire externe et de
la table alvéolaire interne. Elle recouvre également le sommet des septa interdentaire. La
gencive va assurer l’herméticité entre la cavité buccale et les tissus de soutiens de la dent par
l’attache épithéliale tout près du collet de la dent. Il isole les tissus de soutiens de la dent de
la cavité buccale.

III/ Une histoire de couronne

La relation entre la dent et ses tissus de soutien est variable.


On fait la distinction entre la couronne anatomique qui est séparé de la racine
anatomiquement au niveau du collet, c’est l’endroit où les deux tissus de
recouvrement de la dent sont en contact, c’est l’endroit où l’émail rejoint le cément.
La couronne clinique ou physiologique qui correspond à la partie visible de la dent
dans la cavité buccale.
D’un extrême à l’autre, sur la dent en cours d’éruption, on aura une couronne clinique qui
sera courte. Alors que chez une personne atteint par une pathologie parodontale, on pourra
voir et la couronne et la racine, la couronne clinique sera alors grande.
Chez l’adolescent et l’adulte en bonne santé, la couronne physiologique correspond à la
couronne anatomique.

4
Copyright S.LANOE